Navigation – Plan du site
III.1 L'histoire comme ktèma es aiei et les défis de l'impartialité: le narrateur «intime»
III.1.1 Le point de vue olympien et la structure de l'oeuvre

Polybe, le regard politique, la structure des Histoires et la construction du sens

Marie-Rose Guelfucci
p. 329-357

Entrées d’index

Index de mots-clés :

historiographie, politique, Polybe
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Toutes les dates données s’entendront ensuite avant notre ère et, sans précision particulière, les (...)
  • 2  Système de signaux par le feu, mis au point par Cléoxénos et Démocléitos et qu’il a perfectionné, (...)
  • 3  Histoires VI, 27-32 ; XVIII, 28-32.
  • 4  Sur les dissensions et positions sénatoriales, voir plus particulièrement P. Pédech, La Méthode hi (...)
  • 5  Cf. P. Pédech, op. cit., p. 555 sq. Sur la reconnaissance en Afrique, M. H. Eichel & J. Markley To (...)

1Quand après la défaite de Persée à Pydna, Polybe, ancien hipparque de la Confédération achaienne, est déporté à Rome en 167 av. J.-C.1, il fait partie des mille notables de la Confédération envoyés en Italie comme otages, alors que se renforce le pouvoir du parti entièrement dévoué à Rome (Histoires XXX, 13 et XXX, 32, 12), et il attend, dix-sept années durant, une réponse positive du sénat aux ambassades achaiennes qui demandent avec constance le retour des otages. Il est aussi expert en poliorcétique — c’est du reste à titre de conseiller qu’il sera, en 146, appelé par le consul M’. Manilius à Troie (XXXVI, 11) —, expert en cryptage de signaux, avec le succès qu’aura ce qui est ensuite appelé « le carré de Polybe » (X, 45, 6-46)2, auteur d’un traité de tactique qui lui fait aussi bien décrire le camp romain que comparer la phalange macédonienne et la formation romaine3. C’est donc, comme Thucydide, en homme d’action écarté d’une carrière politique brillante dont il gardera toujours le regret (III, 59, 4) et à laquelle, sans y avoir du reste jamais vraiment renoncé (XXXV, 6, 3-4), il reviendra comme médiateur (XXXIX, 3-5) qu’il se consacre à l’étude des bouleversements de son temps, cherchant à comprendre l’efficacité des mécanismes de la conquête et les conditions du maintien de l’hégémonie romaine. Il procède à partir de sa connaissance de l’histoire grecque et d’une réflexion sur l’exercice du pouvoir, mais fort aussi de sa double expérience de la vie politique comme de sa condition d’otage avec, à la différence de Thucydide, une perception interne des dispositions des peuples soumis à l’égard de la puissance dominante. Car certes, il est retenu à Rome chez Paul-Émile lui-même, très proche de Scipion Émilien (XXXI, 23-24), et en relation avec les milieux dirigeants romains ou les princes étrangers comme Démétrios que, non sans prudence sans doute4, il aide même à fuir (XXXI, 12, 7-14) ; certes, il dispose de toute la documentation nécessaire à ses recherches ou peut y accéder et, malgré sa captivité relative, il est suffisamment libre de ses mouvements pour pouvoir vérifier les données sur le terrain, en Afrique, en Espagne et en Gaule (III, 59, 7-8)5. Mais Polybe ne se départit pourtant jamais vraiment d’un regard étranger — que l’on pense, par exemple, aux lignes sur les œuvres d’art arrachées à leur pays d’origine (IX, 10, 7-10), à ses remarques sur le double langage des sénateurs, selon qu’ils réagissent en personnes privées ou en membres d’un corps institutionnel d’abord soucieux des intérêts romains (XXXI, 2, 5-8), aux commentaires que suscite la politique extérieure de Rome (XXXVI, 9) ou, plus anecdotiquement, à sa propre satire des travers de la société romaine qu’il découvre (XXX, 22). Rome, en effet, est certes dans son œuvre un magnifique objet d’étude qu’il sait admirer comme tel ; elle n’est cependant pas le seul sujet des Histoires, mais l’élément dominant d’une histoire universelle où chaque pièce du puzzle peut changer l’ensemble, et Polybe sait être critique quand il le faut.

  • 6  « Le héros le mieux doué pour le commandement » (Histoires IX, 16, 1). Sur l’évolution symbolique (...)
  • 7  K. Sacks, « Why Polybius wrote Book XII », Polybius on the Writing of History, Berkeley /Los Angel (...)

2C’est donc en homme d’État devenu pour l’essentiel observateur actif et historien qu’il donne, sur le mode platonicien et après une référence homérique aux voyages d’Ulysse6, sa définition du seul historien capable selon lui d’écrire l’histoire, l’homme qui a une expérience de l’action (XII, 28, 2-5), et il est le premier à avoir cette exigence7. Il n’y détermine pas seulement des compétences, mais pose très précisément le problème de la relation particulière et nécessaire à ses yeux entre action politique, enquête historique et écriture de l’histoire :

  • 8  Δοκε δ μοι κα τ τς στορας πρσχημα τοιοτον νδρα ζητεν. ̔Ο μν ον Πλτων φησ ττε τνθρ(...)

C’est, selon moi, un homme comme celui-là que réclame aussi la dignité de l’histoire. Platon affirme que les affaires humaines n’iront bien que quand les philosophes seront rois ou les rois philosophes ; je dirais volontiers, moi aussi, que les affaires de l’histoire n’iront bien que quand les hommes d’État se mettront à écrire l’histoire — non pas, comme ils le font aujourd’hui, en plus du reste, mais avec l’idée que cette activité-là aussi compte pour eux parmi les plus indispensables et les plus nobles — et quand, sans se laisser disperser, ils lui consacreront leur vie, ou bien quand ceux qui projetteront d’écrire l’histoire considéreront l’expérience qu’ils ont justement acquise dans l’action politique comme indispensable à l’histoire. Mais avant cela, il n’y aura pas de trêve à l’ignorance des historiens8.

  • 9  « La raison qui lui a fait adopter cette méthode est facile à comprendre : c’est que l’on peut fai (...)

3À première lecture des chapitres précédant ce passage, néanmoins, les trois modes d’enquête qu’exige Polybe de l’historien semblent s’inscrire, avec seulement une précision plus grande du détail, dans la droite ligne d’Hérodote ou de Thucydide : la recherche documentaire, essentielle certes (XII, 25e, 6), mais dont Polybe donne une image forcée pour bien en faire apparaître les limites (XII, 27, 3-5), jouant des nuances (le moyen πολυπραγμονεσθαι, encadré par l’actif au §1 et « la (véritable) recherche » au §6) et de l’aspect (ρευνν et συγκρνειν)9 ; l’enquête sur le terrain, reconnaissance topographique qui évite, par exemple, des erreurs avérées de localisation ou une relation de bataille aberrante (celle d’Issos par Callisthène, XII, 17-18 et 17-22 en général, qui reviendrait à doter Alexandre d’extravagance (22, 5) — τοπα), mais qui est aussi chez Polybe — et dès le début des Histoires — une enquête proprement géographique (XII, 25e, 1) ; l’activité politique enfin, dans le sens le plus large qui définit précisément le sujet de l’œuvre — histoire « pragmatique », celle des πργματα politiques et militaires — et permet seule une audition avertie des témoins des événements d’où, en règle générale, la limitation du champ d’enquête aux faits contemporains ou immédiatement antérieurs. Faute de cette triple astreinte, et la comparaison est platonicienne là encore, l’historien ressemble au pilote ou au médecin qui se fonderaient sur une connaissance purement livresque, l’un pour conduire un bateau (XII, 25d, 6), le médecin, doté de la seule connaissance théorique mais ignorant en diététique ou en chirurgie et pharmacie, dissertant savamment sur la maladie et prenant alors le risque de tuer ses malades en toute incompétence pratique (XII, 25d, 5-6).

  • 10  XII, 28a, 8-10 ; περισπστως est la leçon adoptée par P. Pédech dans son édition de la CUF (Histo (...)

4L’originalité de la définition de Polybe est donc ailleurs, et d’abord dans la distinction apparemment paradoxale qu’il marque entre deux activités données comme nécessairement complémentaires pour l’écriture de l’histoire, mais qui semblent, en raison même de l’engagement qu’elles exigent toutes deux, ne pouvoir être concomitantes : aussi le futur historien doit-il s’astreindre à une propédeutique politique, ou l’ancien homme politique consacrer sa vie à l’écriture de l’histoire « sans se disperser de tous côtés », et le terme employé, rare et imagé, est lui-même très significatif, a contrario, des multiples charges qu’impose une vie politique active — περισπστως10 (XII, 28, 4). Mais avec cette précision, les deux enquêtes que sont la recherche sur le terrain et la documentation, loin de devenir secondaires par rapport à l’activité politique, retrouvent elles aussi toute leur importance. Car ce sont précisément, par rapport à ce que n’en disent pas Hérodote ou Thucydide, les exigences dans la manière de conduire l’enquête qui deviennent primordiales pour que l’histoire puisse instruire : l’expérience pratique permet à l’enquêteur de faire son travail d’historien en lui donnant l’aptitude à appréhender l’essentiel de l’événement et à en rendre compte, qu’il s’agisse de reconnaître et de contrôler le lieu de l’action, mais, plus encore, de poser aux témoins, non pas n’importe quelle question ou toutes les questions possibles, mais bien les seules qui soient pertinentes pour éclairer les faits, ou de savoir interpréter les réponses et faire des choix (XII, 25g, 3) dans la relation de ces faits mêmes :

  • 11  Ο γρ λαττον πυνθανμενος τν παγγελλντων συμβλλεται πρς τν ξγησιν· γρ τν παρεπομν (...)

Comment peut-on, en effet, poser les bonnes questions sur une bataille, un siège ou un combat naval, comment comprendre jusque dans le détail un récit très précis quand on n’a pas la moindre notion de ces choses-là ? Car celui qui s’informe n’a pas un rôle moins important pour la précision du récit que ceux qui font les réponses : c’est justement grâce au souvenir de tout ce qui accompagne les faits qu’il conduit pas à pas [pour χειραγωγε] celui qui fait le récit à exposer chacun des événements. Mais celui qui n’a aucune expérience en la matière n’est capable ni de poser des questions aux témoins ni, s’il est présent, de comprendre ce qui arrive ; même présent, il est en quelque sorte présent sans être là11.

  • 12  Cf. ορασα, (XII, 25g, 1-4) ; τυφλττων pour Phylarque (II, 61, 12). Une étude un peu différente (...)
  • 13  K. Sacks, op. cit., étudie la composition du livre XII et le terme μφασις en lien avec l’expérien (...)

5C’est là qu’intervient pour la compréhension une comparaison capitale avec le travail du peintre, et c’est bien sur le regard que l’historien porte sur les événements et sur la manière dont il en rend compte que Polybe met l’accent. Car sans expérience « pragmatique », au sens polybien, l’historien ressemble au mauvais peintre, celui qui prendrait pour modèles des animaux empaillés, certes capable de dessiner les contours du modèle (γραμμ), mais non de rendre l’expression de la vie, l’μφασις et l’νργεια (XII, 25h, 2-4). L’historien, de même, décrirait alors les événements en focalisation externe et sans rien comprendre, à la manière, si l’on veut, de Fabrice Del Dongo à Waterloo dans le roman de Stendhal, ce qui lui interdit de discerner les lignes de force et de les faire apparaître à son lecteur : il « effleure la vérité », avec une tournure très concrète intéressante (κν ποτε δ τς ληθεας πιψασ, 25h, 2), « il est présent sans être là », « aveugle à ce qu’il voit » (XII, 24, 6 ; 28a, 10)12. Dans la matière très polémique du livre XII et sans néanmoins qu’il faille, comme on l’a fait parfois, trop forcer le trait, nous retiendrons donc moins les critiques que fait Polybe de ses prédécesseurs que ces indications de méthode qu’il explicite si nettement, notamment à travers cette comparaison entre l’art de l’historien et celui du peintre. Pourtant, nous n’aborderons pas la question de l’μφασις ou de l’νργεια comme elle a pu l’être par K. Sacks ou A. Zangara13. Il s’agit moins de juger du résultat que d’étudier la manière dont Polybe procède dans l’information et l’écriture des faits.

  • 14  Ainsi, l’étude des institutions romaines au livre VI, qui n’est pas celle d’un juriste, ne va pas (...)
  • 15  J. Rousset, Le Lecteur intime, Paris, Corti, 1986, p. 24. Nous reprenons ici, pour l’appliquer au (...)
  • 16  E. Foulon, de manière très différente et sans étudier l’unité et la maîtrise de composition étonna (...)

6Comment dès lors, si l’on veut faire de l’histoire un instrument d’action, fait-on ressortir la trame des événements quand on a eu une expérience « pragmatique », quand on les fait revivre en associant à une vision d’ensemble (la synopsis caractéristique des Histoires et, au plan général, du choix de l’histoire universelle et synchronique) une stylisation qui, sans l’exactitude du détail, fait néanmoins ressortir, en les appuyant fortement et avec une tout autre efficacité, certains traits jugés pertinents14, quand, de manière générale, on n’est pas « présent sans être là » ? Nous reviendrons donc, en préalable, sur la conception polybienne de l’histoire, mais dans son influence sur la facture de l’œuvre, pour examiner plus précisément, dans la manière de transmettre au destinataire, par l’histoire, des savoirs différents mais tous nécessaires (formation à l’action pratique, à la science politique, à la philosophie politique comme à la philosophie de l’histoire), le rôle de l’expérience politique et la présence de ce « [narrateur] intime» qu’est l’historien qui a été homme d’action, celui qui est « inscrit dans le texte ; c’est dire qu’il fait partie du récit »15. Nous analyserons enfin plus en détail la structure très particulière — et encore très nette malgré la nature fragmentaire de l’œuvre — que Polybe a sciemment donnée à ses Histoires, et qui fait sens, mais sans que cela ait jamais vraiment fait l’objet d’une étude globale16.

I. La « formation » de l’homme d’État et les interventions de l’historien

7Les Histoires, faites pour « comprendre pourquoi et grâce à quel type de régime et de conduite civique (πολιτεα) Rome a conquis en moins de cinquante-trois ans (scil. de 220 à 168) l’hégémonie sur le monde habité », appellent aussi l’attention sur leur autre raison d’être et le jeu qui se joue, à travers le sujet et la facture même du texte, entre l’historien et ses destinataires : car l’histoire est explicitement donnée comme un μθημα destiné à un lecteur à former, le futur homme politique essentiellement, et « qui aime à apprendre » — φιλομαθν. Polybe, en effet, s’il s’inscrit dès le début de son œuvre dans la tradition de l’histoire utile (I, 1, 1-2), rompt néanmoins avec la tradition, la définition de Thucydide tout d’abord, sur laquelle il se fonde explicitement pour mieux la modifier, et plus encore avec celle des orateurs : ainsi, en justification du très long exposé sur les traités entre Rome et Carthage, fait pour éviter aux hommes d’État toute erreur (III, 21, 9-10), il pose le résultat de l’enquête historique non plus comme un κτμα ς αε, mais comme un μθημα opposé à un γνισμα inutile (III, 31, 12).  Mais cette modification d’importance, dont on n’a pas perçu toute la teneur, n’exclut pas le κτμα ς αε de Thucydide ; elle vient le préciser jusque dans le rôle de formateur qu’elle donne à l’historien : car μθημα, dans les Histoires, a un sens concret et technique, et la connaissance du passé n’est plus ou pas seulement, comme chez les orateurs et plus tard Cicéron ou Salluste, théoriquement utile. C’est une leçon, certes, mais aussi un apprentissage, et il s’agit autant pour le destinataire des Histoires de connaître théoriquement les précédents d’une situation que d’être placé lui-même en situation, en réfléchissant concrètement sur le déroulement d’un événement, et de se forger, par la pratique de l’histoire, une expérience par procuration et sans danger : τν κ τς πραγματικς στορας περιγινομνην μπειραν ; c’est là la meilleure παιδεα (I, 35, 7-9 entre autres exemples). Dès lors, dans cette sorte de simulation d’action, l’historien encadre constamment son lecteur, présentant et concluant le récit des faits, celui d’une opération difficile, d’une erreur ou d’une réussite tactique, stratégique ou politique, morale, par un commentaire formateur, πιμετροντα ou πεκδιδσκοντα λγον, avec, si nécessaire, le recours à l’éloge et au blâme. Ce sont les interventions de Polybe dans son récit, souvent décriées mais significatives d’une prise en compte consciente du destinataire, qui donnent à dessein aux Histoires ces structures partielles — comme une structure d’ensemble, nous y reviendrons — très particulières, pour rendre l’exposé plus facilement et efficacement formateur (εμαθεστραν).

II. Les savoirs pratiques, politiques et scientifiques des Histoires

8À travers le récit historique, ses exemples commentés ou les synthèses qui les reprennent, l’auditeur ou le lecteur, futur responsable politique potentiel, doit donc recevoir une formation complète et exigeante. Mais cette double méthode, précisément, suppose elle-même l’aptitude de l’historien à faire les choix opportuns dans l’analyse de l’événement comme dans son commentaire. Or qu’il s’agisse d’opérations militaires (sièges, récits de batailles ou discours comme en XXIX, 12, 7-9), d’éclaircissements sur la topographie (III, 57-58), des savoirs pratiques et théoriques nécessaires (IX, 10), Polybe s’en explique précisément, rejetant les exposés où les (mauvais) lecteurs, tels des « convives gourmands » —  τος λχνοις τν δειπνητν  —, seraient friands de tout savoir jusqu’aux moindres détails (III, 57, 7), où le (mauvais) historien se paie de mots — λογοποιεν — (XXIX, 12, 3) : « il faut, au contraire, nous faire confiance pour accorder à chaque chose la place qu’elle mérite » : πιστεειν τι τν καθκοντα λγον κστοις ποδδομεν (XXIX, 12, 6). La manière, toutefois, n’est pas seulement polémique ou justificative, car il montre en même temps comment doit s’écrire l’histoire, formant d’une certaine manière aussi, dans son destinataire, le futur historien. Cela même présuppose pourtant qu’il ait lui-même, en tant que narrateur et formateur, des compétences pratiques et des connaissances théoriques plus larges dont, indépendamment de toute critique du résultat, nous prendrons quelques exemples ; ce qui, en effet, nous intéresse ici, c’est moins ce que Polybe ignore ou interprète mal que les données qu’il exploite et, dans le cadre du présent exposé, la manière dont il le fait. La synthèse sur les savoirs nécessaires à l’homme d’État (IX, 13-20) est ainsi significative : tout en montrant constamment tout au long de l’œuvre, par des notations brèves, la conduite adaptée ou non, il récapitule dans ce long passage l’essentiel des compétences de l’homme politique et des connaissances théoriques indispensables à l’action, et prouve leur nécessité par des exemples à l’appui.

  • 17  IX, 13, 6-7.
  • 18  IX, 17, 1-9 ; 18, 1-4 et 5-9 ; 19, 1-4.

9Polybe y montre, en effet, l’importance de qualités autant stratégiques que tactiques, en commençant par des aptitudes pratiques : nécessité du silence sur ses projets par exemple, τ σιγν, jusque dans le tout petit nombre de ceux qui doivent être informés et l’impassibilité d’une physionomie (IX, 13, 1-5) ; s’il donne comme preuves des échecs qu’il ne précise pas, c’est qu’il marque la règle à suivre tout au long du récit, par des indications qui se confortent et créent comme une mémoire chez le lecteur : ainsi l’échec d’Achaios qui, malgré sa perspicacité et les précautions prises (VIII, 19), dévoile le stratagème adopté en prévenant et rassurant sa femme (§ 4) ou, au contraire, la réserve d’Hannibal à l’égard de ses officiers eux-mêmes (VIII, 26, 7) et la discrétion de Scipion l’Africain, malgré sa jeunesse, qui sera deux fois soulignée dans la suite (X, 9, 1 et 4). Les qualités de l’action sont, elles, celles de l’enquête historique : reconnaissance des lieux ou enquête précise et minutieuse auprès des mieux informés (IX, 13, 8 et 14, 2-3) qui font que des « opérations réputées impossibles » « se sont révélées possibles », ou le contraire ; ces qualités garantissent en outre l’effet de surprise et le succès, comme Polybe le met là aussi en valeur à tel point opportun du récit : Hannibal passant par les marais d’Étrurie (III, 78, 6 et 79, 1) ou Scipion accédant à Carthagène par l’étang qui l’entoure (X, 8, 7 et 14, 7-13). Pour la perspicacité à choisir les bons signaux et les bons exécutants ou associés (IX, 9), ou pour les compétences techniques et théoriques indispensables que sont la géométrie et l’astronomie (avec la « connaissance des marches de jour et de nuit » et de la distance des étapes possibles par terre et par mer ou une notion de l’heure d’après le ciel)17, il en fait au contraire la preuve par une suite d’exemples choisis pour être retenus, tant ils sont presque caricaturaux : le choix fait par Aratos encore trop jeune d’un signal bien trop vague (un messager vêtu d’un manteau, donnant le signal en sortant de la ville par une porte donnée et venant se placer sur tel tombeau —et un homme en manteau, à la recherche de son berger, sort par cette porte et trouve sur le tombeau le meilleur point d’observation…) ; l’oubli de la brièveté des nuits « à l’époque du lever des Pléiades » pour Cléomène de Sparte, si bien qu’il arrive certes avec son armée à la troisième veille de la nuit, moment convenu avec les soldats qui doivent lui permettre de s’emparer de Mégalopolis, mais… est surpris par le jour ; quant à Philippe V, non seulement il ne respecte pas l’horaire, mais arrive avec des échelles trop courtes. De même, pour les effets funestes du manque de formation, il recourt à l’exemple thucydidéen connu du désastre de la retraite athénienne, retardée par l’ignorance d’un Nicias impressionné par l’éclipse de lune18, alors qu’en situation dans le récit, il montre plus précisément comment Attale, profitant de l’effet produit sur les Galates par l’éclipse de lune de septembre 218, établit ceux-ci sur les bords de l’Hellespont et débarrasse ainsi son armée d’éléments incontrôlables, sans aucun risque pour sa réputation (V, 78). Réduisant donc au minimum pratique les connaissances demandées (IX, 14, 5 ; 19, 2-5 et 20, 1) et précisant leur utilité, Polybe n’en requiert pas moins avec force ce vrai savoir (IX, 20, 5-9), l’opposant au superflu qui permet de briller ou à une recherche plus fondamentale mais en cette occurrence inopportune (IX, 20, 6).

10La constante mise en situation, cependant, qui donne vie à l’événement pour en recréer autant que possible les conditions, montre que l’historien lui-même n’est pourtant pas fermé aux avancées des sciences ; simplement, il adapte, réduit aux besoins de l’apprentissage les connaissances pratiques et théoriques beaucoup plus vastes qui sont les siennes. Nous n’en prendrons que deux exemples : les lois de la proportion appliquées, les éclaircissements cartographiques ou topographiques qu’il donne.

  • 19  Les traductions de IX, 19-20 sont celles de R. Weil dans son édition (Paris, Les Belles Lettres, 1 (...)

11Après avoir expliqué comment procéder pour déterminer, lors d’un siège, l’exacte hauteur nécessaire des échelles (IX, 19, 5-9) en se fondant (avec les notions seulement nécessaires de mathématiques et de géométrie (IX, 20, 1), « la proportion et les principes de calcul des figures semblables »), sur la mesure de l’ombre du rempart attaqué19, Polybe montre également comment celles-ci permettent aussi, en fonction des nécessités, soit de changer tout le dispositif du camp (σχμα) « en conservant la proportion relative des parties incluses dans le camp », soit d’agrandir ou de réduire l’espace du camp en fonction du départ ou de l’arrivée des troupes.

  • 20  V, 21, 4-10, par exemple.
  • 21  III, 36, 3 ; « cliquetis », qui rend le jeu sur les sonorités, est emprunté à la traduction de J.  (...)
  • 22  Nord-est, selon la précision du même J. A. de Foucault, de qui nous avons ici repris la traduction (...)
  • 23 F. W. Walbank, op. cit., t. 1, p. 369.
  • 24  Et donc « par rapport à l’Italie ou à la Grèce méridionales », selon la précision de J. A. de Fouc (...)

12En III, 36-38, la présentation des trois continents, comme la présentation de la Sicile au livre I (41, 7-42, 7) ou celle de Sparte au livre V (22) est, avec les explications méthodologiques afférentes20, caractéristique de cette  prise en compte du destinataire qui est pleinement constitutive de l’œuvre : au moment du départ de l’expédition d’Hannibal, Polybe interrompt le récit et recherche comment pallier l’obscurité de l’itinéraire pour qui ne connaît pas les lieux, se refusant à une énumération de noms semblable à « un cliquetis de sons qui n’aurait aucun sens » (μοαν[…]τας διανοτοις κα κρουσματικας λξεσι)21 ; il se donne donc deux contraintes pour conduire le lecteur de l’inconnu au connu (V, 36, 6-7) : diviser l’espace selon les points cardinaux, donner toute situation par rapport à ceux-ci ou, plus précisément (V, 21, 7), « par rapport à la voûte céleste » (κ το περιχοντος). Suit une description des trois continents, avec leurs limites, le Tanaïs (le Don) et le Nil, le Détroit des colonnes d’Hercule, et leur position sous le ciel, par exemple « l’Asie qui occupe sous le ciel l’intervalle compris entre le midi et le levant d’été »22. Si l’on peut mesurer par cet exemple les limites de l’exposé de Polybe, qui suit la tradition ionienne sans tenir compte d’hypothèses plus récentes peut-être posées dès Éphore23, et encourt la judicieuse critique de Strabon — puisque ces directions sont indiquées et n’existent que par rapport à la situation de l’observateur qu’il est (II, 108)24 —, l’on voit aussi dans ce passage le double point de vue du narrateur : le souci de donner à qui le lit et joue le jeu de l’histoire universelle des repères immédiatement utiles pour situer l’événement dans un ensemble plus vaste, une approche plus scientifique dans le chapitre de conclusion, et c’est une autre caractéristique de l’œuvre sur laquelle nous reviendrons avec la seconde fonction de la digression géographique du livre XXXIV. Ainsi, choisissant les éléments que sa propre expérience pratique le conduit à mettre en valeur, l’historien, en guide en outre très informé du développement des techniques de son temps et de la complémentarité des savoirs, met en œuvre tout ce qui, dans son récit, peut mettre son interlocuteur en situation de vivre les conditions de l’événement et de tirer de cette simulation une expérience utile.

  • 25  VI, 48, 4 et XXXI, 25, 2-8 et 29, 1-11.
  • 26  « Pouvoir politique et crise de société chez Polybe », in S. Franchet d’Espèrey, V. Fromentin, S. (...)
  • 27  II, 37, 9-11 et 38, 6-9 ; VII, 11, 9.
  • 28  I, 64, 1.

13Quant à la formation proprement politique, elle se fait elle aussi, qu’il s’agisse des grands principes de politique intérieure ou extérieure, sur des exemples dominés et commentés au fil du récit, avec néanmoins deux synthèses majeures à deux moments-clefs — pour les risques qu’ils représentent — de l’histoire romaine récente ou contemporaine, celle du livre VI après la défaite de Cannes en 216 et celle qui, pour le plaisir des plus âgés et l’instruction de la jeunesse (XXXI, 30, 1), explicite la formation de Scipion Émilien aux trois vertus politiques fondamentales, alors que, dans les sept ans qui suivent la victoire de Pydna, Rome s’abandonne au luxe. Nous reviendrons précisément sur la fonction de ces digressions, mais dans l’ensemble de l’œuvre, deux séries de critères, constitutifs du choix et de la présentation des événements ou des moments historiques que fait Polybe pour son lecteur, semblent déterminants pour la qualité d’un gouvernement : une compensation des pouvoirs qui, assurant la meilleure cohésion de la cité en cas de danger (VI, 18, 1-4), empêche toute dérive vers une forme viciée et tyrannique de l’autorité, en politique intérieure (VI, 18, 7-8) comme en politique extérieure — avec, dès le livre I, l’exemple de Hiéron, allié de Rome qui, avec un vrai sens politique (πνυ φρονμως κα νουνεχς), maintient une balance des pouvoirs en aidant Carthage dans la guerre des mercenaires (I, 83, 2-3) —, et, en cas d’hégémonie (absolue), l’attention prêtée au discours des États soumis ou moins puissants (XXIV, 13, 1-4) ; la préservation, d’autre part, des qualités civiques fondamentales que sont, dans la vie quotidienne des citoyens, des gouvernants comme de l’État en général, la modération (jusque dans la tempérance) et le courage25 et, pour les dirigeants et la politique de l’État cette fois, la μεγαλοψυχα, le désintéressement et la clémence. Ces vertus, comme nous l’avons démontré par ailleurs26, assurent idéalement, avant toute dégénérescence humainement inéluctable, une relation de pouvoir fondée sur un accord mutuel, dévouement de qui gouverne, homme(s) ou État, au collectif, reconnaissance de l’autorité par ceux qui sont ainsi administrés (VI, 6, 10-11), avec des exemples plus concrets quoique historiquement idéalisés, comme le gouvernement de la Confédération achaienne ou de Philippe V de Macédoine en Crète27. Mais loin que Rome soit préservée de la chute par une Tychè-Providence, position plus tardive de Poseidonios que Polybe ne partage pas (VI, 9, 12-13 et 57), Rome, si on lit bien l’historien, n’est plus, en 168, à l’apogée de sa puissance. Elle est même dans une phase particulièrement dangereuse de son expansion puisque, loin de toute compensation — à défaut même d’un équilibre — des pouvoirs internationaux, elle a acquis un pouvoir δριτον, « incontesté » (VI, 57, 5 et XXXI, 25, 6), avec les risques afférents en politique extérieure comme pour sa propre πολιτεα (moins sa constitution en l’occurrence que les vertus civiques qui font son identité, la tempérance et le courage, et, dans ses relations extérieures, sa magnanimité). L’historien, cependant, sauf à ne plus croire lui-même à l’utilité de l’histoire qu’il écrit, ne signifie pour autant en aucune manière une quelconque décadence : il souligne, au contraire, la force d’un pouvoir en expansion comme il en montre, dès le premier livre (avec les qualités civiques qui ont permis à Rome de l’emporter, mais ne sont déjà plus si grandes à son époque28), les risques. Ainsi les leçons et la mise en garde pratiques des Histoires valent d’abord pour Rome elle-même, pour permettre une réaction salutaire, susceptible de retarder par un coup d’arrêt, le moins provisoire possible, l’inéluctable dégénérescence.

  • 29  Pour une synthèse très claire de quelques problèmes de datation, voir J.-L. Ferrary, Philhellénism (...)

14À cet égard, la structure d’ensemble de l’œuvre, malgré son caractère fragmentaire pour nous, malgré aussi les ajustements qu’a pu apporter Polybe lui-même à une œuvre écrite sur une si longue durée29, révèle encore parfaitement la minutieuse organisation d’ensemble qui fait précisément de l’étude de l’hégémonie romaine un objet de réflexion scientifique exemplaire, étudié dans sa globalité sur une durée donnée. C’est donc cette organisation essentielle que nous examinerons maintenant, dans sa structure générale en trois temps — la plus évidente —, nettement précisée par une autre cependant, avec la double fonction que prennent, dans l’économie de l’œuvre, les trois digressions majeures, très sciemment constituées en livres.

III. La philosophie de l’histoire et la structure de l’œuvre

  • 30  Comparaison, que reprendra Diodore, avec un animal qu’il faut considérer dans son intégrité, ou bi (...)

15En expliquant très nettement, au début du livre III, la nécessité des dix derniers livres supplémentaires qui montrent comment Rome a exercé l’hégémonie, Polybe met clairement en perspective la conquête romaine de l’hégémonie entre 220 et 168. Loin d’en faire un récit linéaire, il la constitue ainsi en véritable objet historique, l’étudiant en conséquence comme doit l’être selon lui tout objet scientifique, tant en situation dans l’ensemble des forces en présence, avec le choix nécessaire d’une histoire universelle et synchronique, explicitée par des comparaisons30, que diachroniquement, pour en faire apparaître cette fois les causes et les résultats. Les trois ensembles de l’œuvre forment ainsi une première structure très claire : livres I et II pour préciser le choix du point de départ que constitue, au livre III, l’année 220 ; l’étude de l’expansion romaine jusqu’en 168 (livres III à XXIX) ; l’examen de l’hégémonie sur le monde qui lui est consécutive jusqu’en 146. Cette structure vise explicitement (III, 4-5) à faire apparaître, analyser et comprendre au futur homme d’État ou historien, dans l’unique « trame » des quarante livres — ββλους τεττρακοντα καθαπερανε κατ μτον ξυφασμνας (III, 32, 2) — les phases de l’hégémonie romaine pour qu’il sache, selon le but avoué du livre VI (57, 4), à quel point d’évolution celle-ci en est afin d’évaluer les risques et de prendre au besoin les mesures nécessaires pour si possible les juguler.

  • 31  J.-L. Ferrary, op. cit., p. 24-43 ; M.-R. Guelfucci, « Guerres et diplomatie romaine dans les Hist (...)
  • 32  On notera néanmoins une possible mise en garde dans l’inversion des termes entre φευκτν τοναντ(...)
  • 33  « Ils s’étaient, en effet, imaginé qu’il y avait une manière pour acquérir l’empire et une autre p (...)

16Clairement donnés comme introduction préliminaire, προκατασκεη (I, 2, 7-10), les deux premiers livres ont pour premier rôle de mettre en situation l’année 220, début de la période étudiée : les raisons de l’expansion romaine que sont les deux premières διαβσεις (le passage en Sicile au livre I (5-12), puis au livre II (2-12), le passage armé en Illyrie et, diplomatique celui-là, en Grèce), les causes en situation de la guerre d’Hannibal (l’arbitraire romain de l’alourdissement des clauses du traité après la Première Guerre punique, la colère d’Hamilcar et des Carthaginois, l’expansion barcide en Espagne), l’état des affaires grecques et le jeu des alliances et des oppositions qui permettent de comprendre la guerre des Alliés. Dans le même temps, les deux livres participent du choix politique de l’historien qui, dans le récit historique, met en valeur et commente certains moments en fonction de ses leçons politiques : par exemple, l’erreur de gouvernement des Carthaginois à l’égard des cités africaines (I, 71-72) qui préfigure celles qu’ils commettent en Espagne (X, 36, 5-7) et leur aliène dans les deux cas les populations sous leur autorité, ou l’attitude de Rome lors de la guerre d’Illyrie — étonnamment développée —, mais parce qu’elle montre, avant la déclaration de Corinthe qui libère les Grecs (XVIII, 46) et la préfigurant, l’intelligence de la diplomatie romaine31. Suivis par la chronologie et le récapitulatif général, perdus mais annoncés par Polybe (XXXIX, 8, 8) pour constituer le dernier livre, les dix derniers livres, eux, font apparaître jusque dans ses faiblesses le résultat de la conquête, l’exercice de l’hégémonie acquise, dont l’histoire — et le lecteur averti — dira si elle est ou non un exemple à suivre (III, 4, 7). Les livres III à XXIX montrent, mais toujours par rapport aux atouts et aux faiblesses des autres puissances, les atouts de Rome dans la conquête de l’hégémonie, avec un apogée nettement défini au moment le plus difficile des suites de la défaite de Cannes, véritable test pour les institutions et le civisme romains (VI, 2, 5‑7), comme ses manques. C’est dire qu’il s’agit bien, pour l’historien, de permettre au pouvoir en place de réformer ou de se reprendre, plutôt que de porter un jugement sans appel, de réussite ou de déclin32. La conclusion confirme, en outre, la remarquable maîtrise de l’organisation d’ensemble : Polybe, avant d’annoncer une chronologie et une table des matières, y récapitule brièvement les trois temps et la matière de son ouvrage, comme l’intérêt pour son lecteur. Il est néanmoins notable que l’accent soit mis à nouveau sur le sujet central et la plus grande réussite, la manière dont Rome a conquis — et détient — l’hégémonie sur le monde, le lecteur avide de se former et instruit par les exemples de l’histoire ayant parfaitement en tête, en conclusion, et la demande qui lui est faite dans le prologue (III, 5, 1-6) de juger les années 168 à 146, début de cette hégémonie, et le commentaire et l’avertissement fondamentaux sur l’échec des Carthaginois dans la péninsule ibérique (X, 36, 5)33. Il est donc apte à choisir ou non d’agir.

  • 34  Voir en particulier E. Foulon, op. cit., p. 55-62 en particulier ; cf. aussi « Entre ρχ et τλος (...)
  • 35  I, 13, 7 ; II, 1, 4 ; II, 14, 1 ou 37, 7 par exemple.
  • 36  Un exemple typique est, en introduction des affaires grecques (II, 37), la réaffirmation du début (...)

17Cette première structure d’ensemble, structure méthodologique si l’on veut, appelle deux précisions. L’étude, tout d’abord, n’est pas, il s’en faut, orientée dans le sens de l’éloge comme on le présuppose parfois : si Rome est l’objet premier d’examen, les autres puissances permettent, par comparaison, de mieux cerner son évolution potentielle. Le lecteur, et l’homme d’État romain en particulier, a lui aussi tout à gagner à une réflexion sur l’exercice de l’autorité par les autres pouvoirs, qu’il s’agisse de Carthage, dotée en outre de la même constitution que Rome, ou de Philippe V. La différence — explicitée — et aussi le plus grand risque, est l’étendue de l’hégémonie romaine sur l’ensemble de l’οκουμνη. Remarquons ensuite que l’année 220 est bien, au début du livre III et d’une olympiade au cours de laquelle les affaires du monde vont devenir interdépendantes — jusqu’à former comme un tout organique, οονε σωματοειδ — (I, 3, 3-6), la seule ρχ que Polybe pose au sujet principal des Histoires, l’enquête sur la conquête romaine de l’hégémonie jusque dans ses conséquences. On a certes eu raison de distinguer d’autres moments fixés comme des débuts nécessaires34, mais ce sont les débuts de recherches partielles et autonomes, conduites sur le même mode méthodologique : il s’agit de remonter aussi haut qu’il est nécessaire — mais sans trop (d’où la récurrence de κεφαλαιωδς, ψιλς35) pour ne pas perdre le lecteur en remontant de cause en cause (I, 5, 3) — afin de rendre l’événement, éclairé en amont, plus compréhensible36.

  • 37  Sur la symplokè, P. Pédech, op. cit., p. 505-509 ; F. Walbank, « Symploke. Its role in Polybius’ H (...)

18Si, après ces préalables indispensables, nous reprenons plus en détail l’examen de la structure générale (état de la question, étude, conséquences et examen de leur validité), nous remarquons qu’elle est immédiatement précisée par une autre, en lien avec le choix des deux synchronismes fortement marqués de l’œuvre et déjà, pour le second, très bien étudié : l’olympiade qui conclut le livre II (224-220), avec l’accession au pouvoir de tous les responsables politiques qui seront autant de rivaux potentiels pour Rome : Hannibal (II, 36, 3), Philippe V, jeune prince de dix-sept ans en 221, Antiochos III et Ptolémée IV (II, 71, 1-6), la même année 221 voyant se nouer des conflits localisés et indépendants en apparence — guerre des Alliés en Grèce sous la conduite de Philippe, guerre d’Hannibal contre Rome, guerre pour la Coïlè-Syrie en Asie (II, 71, 9) —, alors qu’en 217, au moment du congrès de Naupacte qui met un terme à la guerre des Alliés (fin du livre V), les histoires particulières des États se trouvent, avec l’importance de la guerre qui se joue en Occident, interdépendantes et marquées par la symplokè (V, 105, 3-10)37.

  • 38  Τ δ ̓επαρακολοθητον κα σαφ γνεσθαι τν διγησιν οδν ναγκαιτερον π τατης τς λυμπιδο (...)

19Entre ces deux termes de 221 et 217, Polybe a soin de traiter des ensembles qui forment temporairement un tout fini (V, 31, 4), et jusque dans l’écriture elle-même puisque, dans cet ensemble des cinq premiers livres qui nous a été transmis dans son intégralité, ils se lisent en asyndète : en vrai début de l’enquête sur l’accession de Rome à l’hégémonie, le livre III — la guerre d’Hannibal jusqu’à Cannes — commence sans connecteur logique, comme le livre IV, qui a pour objet les affaires grecques et la guerre des Alliés conduite par Philippe V. Poursuivant au contraire ce récit, le livre V s’ouvre sur un caractéristique Τ μν ον […] τος… et se conclut, avec une maîtrise entière de la structure, sur cette même guerre des Alliés et, plus particulièrement et significativement, sur les ambitions hégémoniques de Philippe V (V, 101, 6-10 ; 108, 4 ; 109, 1-2), tandis que Polybe prolonge le récit des événements jusqu’à Cannes pour lui donner le même terme que le livre III (ξισσαντες τος προειρημνοις καιρος, V, 105, 10) ; parce qu’Antiochos III est moins immédiatement important que Philippe V dans la rivalité pour l’hégémonie, la guerre entre l’Égypte et la Syrie est, dans le livre V (34-87), encadrée par la guerre des Alliés et l’historien, très significativement, se justifie pour l’entorse qu’il fait ainsi à la chronologie par son souci de présenter à part, pour plus de clarté, les séquences d’événements qui font un tout autonome (V, 31)38.

  • 39  Sur les différentes interprétations de XI, 1a, P. Pédech, op. cit. n. 6, p. 509-510 ; F. W. Walban (...)

20Dans cet ordre d’exposition, qui ne doit rien au hasard, la digression politique du livre VI sur la πολιτεα de Rome permet un partage très clair entre l’« après Cannes », pourrait-on dire, à partir du livre VII, et les deux premiers points d’ancrage essentiels du récit historique : l’année 220 où les protagonistes de la conquête de l’hégémonie sont en place et le moment où, en 217-216, avec l’enjeu que représente Cannes, l’histoire du monde fait un tout, les Romains, les Carthaginois ou Philippe devenant pour les autres peuples le meilleur allié possible, les Romains envoyant, eux, des ambassades aux Grecs par crainte de Philippe (V, 105, 3‑8). Dans le même temps, la place du livre VI, justifiée par Polybe, a une fonction explicative claire : faire comprendre, par la mise en valeur de ses institutions politiques et militaires, l’engagement civique de chacun et la cohésion de la cité derrière un Sénat qui prend les décisions nécessaires, le relèvement à venir de Rome. Mais en posant dans le même temps le schème très précis de l’évolution naturelle et obligée de tout pouvoir, de son accroissement à sa plus ou moins rapide dégénérescence, Polybe fait encore plus nettement de Rome, mise en situation dans la suite des puissances qui ont eu, puis perdu, les mêmes atouts pour l’hégémonie (Lacédémone et Carthage), mais dans une hégémonie étendue cette fois à l’οκουμνηentière, l’exemple même d’un processus (VI, 9, 12-13) qui, s’il est compris et connu, peut être retardé (VI, 57, 4). Ainsi, à un moment choisi comme une époque de bouleversements, mais aussi d’exceptionnelle rencontre des histoires particulières, l’historien embrasse d’un même regard, à partir du livre VII, les divers champs d’action, dans un ordre aussi constant que possible pour son lecteur et, sauf mention particulière (XIV, 1a), sur deux années par livre. Si l’apparente singularité du prologue du livre III, introduction claire au sujet de l’enquête historique (mis en situation par les deux premiers livres) et à ses conséquences, ne fait plus ainsi difficulté, on comprend mieux aussi la différence de structure, explicitée par Polybe lui-même (XI, 1a, 5) entre les six premiers livres, préliminaires à la symplokè, dotés d’un « sommaire » (προγραφα), mais sans « introduction générale » aux événements (προεκθσεις) comme les autres39.

  • 40  L’étude de la position de Polybe dans la guerre d’Achaïe demanderait certes une étude très précise (...)

21Mais la place des deux autres livres-digressions paraît, si on l’étudie de la même manière et avec toute la prudence que réclame l’état fragmentaire de l’œuvre, être elle aussi à la fois parfaitement fonctionnelle et significative : la digression du livre XII, polémique certes, mais également destinée à préciser a contrario au lecteur la méthode et les choix de l’historien, établit une pause nécessaire au moment où, à un autre tournant décisif de l’histoire, la guerre changeà la fois de cadre — puisqu’après ce livre XII, la guerre se tiendra en Afrique jusqu’à la rencontre du livre XV et au traité qui marque la défaite de Carthage — et de camp, la prédominance d’Hannibal s’effaçant devant la réussite de Scipion : aux livres X et XI, il porte la guerre en Espagne, prend Carthagène, profite, à la manière romaine, des erreurs de gouvernement des Carthaginois pour gagner la péninsule à sa cause. On doit dès lors s’interroger sur la place de la digression géographique que constitue le livre XXXIV, qui ne nous est parvenu que par la tradition indirecte et sous forme de fragments ; il semblerait intervenir tard dans l’œuvre, sauf à remarquer qu’il s’y inscrit précisément à un autre moment-clef, particulièrement dangereux pour Rome, avec l’ébranlement de ce qui définit la politeia romaine dans ses fondements mêmes et a permis la conquête de l’hégémonie sur le monde. Alors que le livre XXXI, comme nous l’avons signalé, rappelle clairement, avec la digression marquée sur la formation de Scipion Émilien, les deux vertus civiques fondamentales que sont la modération et le courage comme le désintéressement et la clémence du gouvernant, la description de Rome après la victoire sur Persée montre, avec le goût du luxe qui s’installe, le premier risque. Mais les risques soulignés, dans les livres XXXV à XXXVIII, après la digression géographique, sont autrement plus graves avec, au moment de la guerre contre les Celtibères, l’ébranlement de l’autre vertu civique en danger qu’est le courage « l’élément le plus important dans n’importe quel État, mais à Rome tout particulièrement » (XXXI, 29, 1), les jeunes Romains allant jusqu’à tout inventer pour se dérober à l’enrôlement (XXXV, 4, 6-14), et celui, au plan de la politique extérieure cette fois, de la μεγαλοψυχα, le désintéressement et la clémence . Car si, jusqu’au livre XXXIV, le Sénat, en habile politique (πραγματικς étant employé seul, sans νουνεχς), fait passer l’intérêt romain avant l’intérêt de ceux que l’hégémonie confie à ses décisions en profitant souvent des faiblesses d’autrui, la politique extérieure romaine ensuite, notamment à l’égard de Carthage, suscite en revanche la contestation (XXXVI, 9) et sans doute la surprise : si la nouvelle précision de ce qu’est la deditio (XXXVI, 4, 1-3) n’est pas en soi une condamnation, elle n’en établit pas moins un parallèle avec l’attitude trop rigoureuse, aux yeux des tribuns présents eux-mêmes, du consul Glabrio (XX, 9‑10), et marque bien, avec l’exigence de détruire et déplacer la cité, une orientation très différente de la politique romaine. Or celle-ci a surpris Polybe lui-même, en tant qu’acteur des événements cette fois, si l’on en croit sa réaction alors qu’il rejoint l’Afrique : « Arrivé à Corcyre, je pris connaissance d’une lettre adressée par les consuls aux Corcyréens, où ils leur faisaient savoir que les Carthaginois avaient déjà  livré les otages et étaient prêts à obéir à tous les ordres. Pensant que la guerre était terminée et que l’on n’avait plus aucun besoin de moi, je me rembarquai aussitôt pour le Péloponnèse » (XXXVI, 11, 3-4). Dans la narration, la scène (peut-être recomposée) de Scipion citant —selon la tradition —, dans un raccourci inattendu au moment de sa victoire, les vers homériques qui annoncent la fin de Troie, la mère-patrie de Rome, met particulièrement l’accent, avec le commentaire pour le lecteur, sur les craintes de Scipion pour l’avenir de Rome. Il n’y a là cependant ni constat d’un déclin ni parti pris pour Rome, comme l’on a parfois voulu les trouver, mais plutôt, dans la logique de l’anacyclose que l’on peut freiner par la réflexion active sur l’histoire, les traits qui soulignent pour avertir et indiquer d’autres conduites à suivre. Ainsi dans la guerre d’Achaïe où, d’après le début du récit (XXXVIII, 9-10), une solution diplomatique lui semble possible, Polybe, malgré des faits avérés, met plutôt en valeur le désintéressement et la clémence de Mummius (XXXIX, 6, 3-5) tout en suggérant, avec la mention des troupes romaines en Afrique, les conséquences fatales qu’aurait pu avoir le déchaînement (κκαυθναι πορρωτρω) de l’ργ des Romains (XXXVIII, 18, 10-12 ; XXXVIII, 4, 7)40.

  • 41  K. Sacks, op. cit. n. 7, p. 127-128, et n. 15.
  • 42 F. W. Walbank, Polybius, Berkeley / Los Angeles, University of California Press, 1972, p. 116-117 ; (...)
  • 43  Traductions de P. Pédech, CUF, 1961.
  • 44  P. Pédech, « Polybe et la science de son temps » in E. Gabba (ed.), Polybe, Genève, Fondation Hard (...)

22Ces livres-digressions qui marquent si nettement les étapes historiques ont néanmoins, très complémentairement, une autre fonction, qui apparaît par comparaison avec d’autres digressions essentielles qui sont, elles, prises dans la trame du récit parce qu’elles sont à la fois partie intégrante de celui-ci et explication de l’évolution historique en cours : ainsi le développement sur les qualités du commandement (IX, 12-20) avant l’exemple de Scipion, qui infléchit en Espagne le cours de la guerre, ou, comme le remarque K. Sacks, de Philopoimen (XI, 11-18)41, la digression sur la phalange (XVIII, 28-32), expliquant en situation (32, 1 et 13) la victoire de Rome à Cynoscéphales, ou la longue digression du livre XXXI qui, après le modèle que représente le désintéressement de Paul Émile, vient montrer en actes la crise de société romaine à un moment-clef, tout en donnant le moyen de la réduire par l’exemple de Scipion Émilien et le rappel des vertus fondamentales de l’homme d’État et de l’État. Les trois digressions-livres, au contraire, marquent certes des moments déterminants, mais également un changement de point de vue de l’historien. Elles définissent aussi, parallèlement à l’exposition historique sur laquelle réfléchit le lecteur, le statut et les compétences nécessaires de celui qui, homme politique d’expérience, est ou pourrait devenir à son tour historien, mais à la condition d’être formé aux trois branches indispensables et progressivement complémentaires du savoir que sont, au livre VI, la science politique dans son ensemble (science politique et militaire, philosophie politique), l’histoire (comme aptitude à l’enquête et comme compétence, plus encore, dans la manière d’informer les faits pour instruire), au livre XII, la géographie enfin — et plus exactement, en ce qui concerne Polybe, la chorographie (XXXIV,1) —, sans qu’il soit nécessaire, comme le remarquaient déjà F. W. Walbank et R. Weil42 d’imaginer une passion tardive de Polybe pour celle-ci. On a peut-être trop accentué le « pragmatisme » de  Polybe, ses préjugés contre ses prédécesseurs ou ses erreurs, mais sans assez mesurer sans doute que ceux-ci sont l’envers d’une curiosité de chercheur qui transparaît parfois jusque dans le récit. Ainsi, quand il critique les recherches trop abstraites de la Nouvelle Académie (XII, 26c, 4), il montre en même temps qu’il connaît parfaitement les recherches de Carnéade sur la perception des phénomènes, « représentations aperceptives par évidence » (τν προφανς καταλπτων) et « non aperceptives », que les traducteurs ne rendent pas toujours : « En abusant par là du paradoxe, ils ont jeté la déconsidération sur toute leur école au point que même les doutes justifiés (τ καλς πορομενα) laissent les gens sceptiques »43. De la géographie de Polybe, nous ne retiendrons que la carte du monde qu’il s’efforce de tracer pour son destinataire, au moment de lui faire suivre l’itinéraire d’Hannibal (III, 37) ; mais après cette préoccupation pratique, il fait état d’une controverse sur l’existence « d’un continent austral qui relierait l’Asie à l’Afrique par le sud »44 ou d’une mer qui les limiterait (l’Atlantique et l’océan Indien formant alors une seule mer), et réserve pour des explorations ultérieures la solution (38, 1-3).

  • 45  J.-G. Texier, « Polybe géographe », DHA, 2 (1976), p. 395-411, en particulier p. 398. Marque d’une (...)

23Aussi, moins que ses erreurs, souvent relevées, ou ses intérêts réels d’homme politique pour ce qui concerne les aspects économiques, voire stratégiques et politiques, les mines d’étain par exemple, est-ce cette curiosité que nous soulignerons et qui marque plus particulièrement les livres-digressions. Selon l’époque ou les lecteurs, on peut y privilégier la compétence militaire, voire la pensée politique, qu’il s’agisse de Machiavel ou de Montesquieu pour le livre VI, par exemple, ou au contraire le pragmatisme, en réduisant à l’utile les notations géographiques45, et les Histoires, dans leur ambivalence essentielle, peuvent se prêter à des interprétations extrêmes. Car Polybe reprend l’ambition thucydidéenne d’une histoire écrite pour être un κτμα ς αε, mais en en faisant aussi une préparation pratique à l’action et à la réflexion politiques et en assumant ainsi le rôle des Écoles philosophiques, trop occupées, selon lui, à détourner la jeunesse des questions morales et politiques « qui apportent un profit à ceux qui philosophent » (XII, 26c, 4) ; mais nous avons vu que si Polybe réprouve l’exclusivité donnée aux  recherches abstraites, il ne s’en désintéresse pourtant pas. Dans le même temps, les Histoires, toutes fragmentaires qu’elles sont, font la preuve, par la précision de l’organisation d’ensemble, les mises au point faites en situation sur des sujets très différents ou les démonstrations plus larges, de la conscience précise qu’a l’historien de la réflexion qu’il veut susciter sur le pouvoir politique et la marche de l’histoire. Ainsi, si le Comment il faut écrire l’histoire de Lucien est bien la première étude théorique en forme qui nous soit parvenue sur le sujet, il semble que Polybe pose et se pose la question en réfléchissant aux méthodes de ses prédécesseurs et à l’utilité pratique, politique et scientifique de l’histoire, puis donne une réponse scientifique en acte par et dans son œuvre même.

Haut de page

Notes

1  Toutes les dates données s’entendront ensuite avant notre ère et, sans précision particulière, les traductions seront les nôtres.

2  Système de signaux par le feu, mis au point par Cléoxénos et Démocléitos et qu’il a perfectionné, fondé sur l’utilisation de deux torches pour renvoyer à des lettres disposées sur cinq tablettes verticales fichées dans le sol. Les 24 lettres de l’alphabet forment ainsi comme un carré de cinq colonnes (de α à ε verticalement dans la première colonne, de ζ à κ dans la seconde, et ainsi de suite) et cinq rangées.

3  Histoires VI, 27-32 ; XVIII, 28-32.

4  Sur les dissensions et positions sénatoriales, voir plus particulièrement P. Pédech, La Méthode historique de Polybe, Paris, Les Belles Lettres, 1964, p. 525, n. 59 ; J. Briscoe, « Eastern Policy and Senatorial Politics, 168-146 BC », Historia, 18 (1969), p. 49 sq. et W. Reiter, Aemilius Paullus, Conqueror of Greece, Londres / New York / Sidney, Croom Helm, 1988, p. 144-145.

5  Cf. P. Pédech, op. cit., p. 555 sq. Sur la reconnaissance en Afrique, M. H. Eichel & J. Markley Todd, « A Note on Polybius’ Voyage to Africa in 146 BC », CPh, 71 (1976), p. 237-243.

6  « Le héros le mieux doué pour le commandement » (Histoires IX, 16, 1). Sur l’évolution symbolique du personnage d’Ulysse et l’attention que les Stoïciens prêtent à l’homo uiator et aux vertus qu’il représente, W. B. Stanford, The Ulysses Theme, A Study in the Adaptability of a Traditional Hero, Oxford, Blackwell, 1963 (1954), p. 118-127.

7  K. Sacks, « Why Polybius wrote Book XII », Polybius on the Writing of History, Berkeley /Los Angeles, University of California Publications (Classical Studies 24), 1981, p. 72.

8  Δοκε δ μοι κα τ τς στορας πρσχημα τοιοτον νδρα ζητεν. ̔Ο μν ον Πλτων φησ ττε τνθρπεια καλς ξειν, ταν ο φιλσοφοι βασιλεσωσιν ο βασιλες φιλοσοφσωσιν· κγ δ ̓ ν εποιμι διτι τ τς στορας ξει ττε καλς, ταν ο πραγματικο τν νδρν γρφειν πιχειρσωσι τς στορας, μ καθπερ νν παρργως, νομσαντες δ κα τοτ’ εναι σφσι τν ναγκαιοττων κα καλλστων, περισπάστως παρσχωνται πρς τοτο τ μρος κατ τν βον, ο γρφειν πιβαλλμενοι τν ξ ατν τν πραγμτων ξιν ναγκααν γσωνται πρς τν στοραν. Πρτερον δ’ οκ σται παλα τς τν στοριογρφων γνοας.

9  « La raison qui lui a fait adopter cette méthode est facile à comprendre : c’est que l’on peut faire ses recherches à partir des livres sans danger et sans fatigue, pour peu que l’on ait pris la précaution de trouver ou une ville abondamment pourvue en textes ou une bibliothèque qui ne soit pas trop loin. Il n’y a plus alors qu’à se consacrer, tranquillement installé, à explorer son sujet et à confronter les erreurs de ses prédécesseurs sans fatigue d’aucune sorte » : Δι’ ν δ’αταν τατην σχε τν αρεσιν εχερς καταμαθεν· τι τ μν κ τν βιβλων δναται πολυπραγμονεσθαι χωρς κινδνου κα κακοπαθεας, ἐάν τις ατ τοτο προνοηθ μνον στε λαβεν πλιν χουσαν πομνημτων πλθος βιβλιοθκην που γειτνισαν. Λοιπν κατακεμενον ρευνν δε τ ζητομενον κα συγκρνειν τς τν προγεγοντων γνοας νευ πσης κακοπαθεας.

10  XII, 28a, 8-10 ; περισπστως est la leçon adoptée par P. Pédech dans son édition de la CUF (Histoires, livre XII, Paris, Les Belles Lettres, 1961) ; l’édition T. Büttner-Wobst (cf. l’apparat critique ad. loc.) propose περσπαστοι avant une lacune du texte. Sur l’état du texte et la tradition manuscrite, cf. P. Pédech, ibid., p. XXXVI-XLVIII.

11  Ο γρ λαττον πυνθανμενος τν παγγελλντων συμβλλεται πρς τν ξγησιν· γρ τν παρεπομνων τος πργμασιν πμνησις ατ χειραγγει τν ξηγομενον φ’ καστα τν συμβεβηκτων· πρ ν μν πειρος οτ’ νακρναι τος παραγεγοντας κανς στι οτε συμπαρν γνναι τ γινμενον, λλ κν παρ, τρπον τιν παρν <ο φανεται> (XII, 28a, 8-10).

12  Cf. ορασα, (XII, 25g, 1-4) ; τυφλττων pour Phylarque (II, 61, 12). Une étude un peu différente de ces extraits importants du livre XII avait été faite dans une autre optique en introduction à un article paru dans les Actes du colloque Rhétorique et Historiographie, organisé à Québec en octobre 2005 et édité par P. Fleury, CEA, XLII (2005), p. 237-253, « La Persuasion dans les Histoires de Polybe ». La définition de l’histoire comme μθημα y avait aussi été mentionnée, mais sans avoir jamais été vraiment développée. Significative coïncidence ? Qu’elle me permette de remercier ici P. Fleury et D. Côté pour leur accueil d’alors et la collaboration qui s’est nouée depuis.

13  K. Sacks, op. cit., étudie la composition du livre XII et le terme μφασις en lien avec l’expérience de l’action, dans la première partie de son chapitre 2 (p. 21-66). A. Zangara, dans son chapitre « Polybe et la sunopsis du corps de l’histoire universelle » (Voir l’histoire. Théories anciennes du récit historique, Paris, Vrin, 2007, p. 40-54) étudie plutôt l’importance de la vision d’ensemble, mais en lien avec un ordre établi par la Tychè, interprétation téléologique que nous ne partageons pas.

14  Ainsi, l’étude des institutions romaines au livre VI, qui n’est pas celle d’un juriste, ne va pas sans erreur, mais rend compte de l’essentiel en privilégiant la compensation des trois pouvoirs et en examinant le champ d’action de chacun (C. Nicolet, « Polybe et les institutions romaines », Polybe, Genève, Fondation Hardt (Entretiens sur l’Antiquité classique XX), 1974, p. 207-265) est un exemple caractéristique. À côté des choix parfois surprenants et des silences de Polybe, C. Nicolet, par comparaison avec Cicéron ou la possible influence de Caton, montre les raisons de l’exposé, la clairvoyance de Polybe sur certaines questions essentielles et la mise en évidence d’un système.

15  J. Rousset, Le Lecteur intime, Paris, Corti, 1986, p. 24. Nous reprenons ici, pour l’appliquer au narrateur, la définition du « lecteur intime » qui avait permis l’étude du lecteur que Polybe définit et inscrit dans son texte (M.-R. Guelfucci, « Des mots et des manières de lire : le lecteur de Polybe », in ChKircher-Durand (ed.), Nomina Rerum, Hommage à Jacqueline Manessy-Guitton, Nice, Centre de recherche comparative sur les langues de la Méditerranée ancienne (L.A.M.A 13), 1994, p. 241-257).

16  E. Foulon, de manière très différente et sans étudier l’unité et la maîtrise de composition étonnantes des Histoires, aborde cependant ponctuellement plusieurs questions de la structure de l’œuvre dans son article « Polybe et l’histoire universelle », in F. Chamoux (ed.), Histoire et historiographie dans l’Antiquité, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres (Cahiers de la Villa « Kerylos » 11), 2001, p. 45-82. Il joint en annexe, p. 81-82, un très utile tableau récapitulatif de l’œuvre.

17  IX, 13, 6-7.

18  IX, 17, 1-9 ; 18, 1-4 et 5-9 ; 19, 1-4.

19  Les traductions de IX, 19-20 sont celles de R. Weil dans son édition (Paris, Les Belles Lettres, 1982). Sur ces calculs, ibid., n. 1 p. 147 : « Cette méthode, utilisée, dit-on, par Thalès pour calculer la hauteur de la grande pyramide recourt aux triangles semblables : la hauteur d’un mur vertical est, par rapport à l’ombre qu’il projette, dans la même relation qu’un piquet vertical donné, par rapport à sa propre ombre. Encore fallait-il mesurer exactement l’ombre du rempart attaqué ». Voir aussi les schémas de F. W. Walbank, A Historical Commentary on Polybius, t. 2, Oxford, Clarendon Press, 1999 (1967), p. 147-148.

20  V, 21, 4-10, par exemple.

21  III, 36, 3 ; « cliquetis », qui rend le jeu sur les sonorités, est emprunté à la traduction de J. A. de Foucault, Polybe, Histoires, III, Paris, Les Belles Lettres, 1971.

22  Nord-est, selon la précision du même J. A. de Foucault, de qui nous avons ici repris la traduction. Sur ces chapitres 36-38, voir les notes très précises de M. Molin, Polybe, Histoires, III, Paris, Les Belles Lettres, 2004, p. 199-200.

23 F. W. Walbank, op. cit., t. 1, p. 369.

24  Et donc « par rapport à l’Italie ou à la Grèce méridionales », selon la précision de J. A. de Foucault, op. cit., p. 75, n. 2.

25  VI, 48, 4 et XXXI, 25, 2-8 et 29, 1-11.

26  « Pouvoir politique et crise de société chez Polybe », in S. Franchet d’Espèrey, V. Fromentin, S. Gotteland & J.-M. Roddaz (eds.), Fondements et crises du pouvoir, Paris / Bordeaux, De Boccard / Ausonius, 2003, p. 271-280.

27  II, 37, 9-11 et 38, 6-9 ; VII, 11, 9.

28  I, 64, 1.

29  Pour une synthèse très claire de quelques problèmes de datation, voir J.-L. Ferrary, Philhellénisme et impérialisme, Aspects idéologiques de la conquête romaine du monde hellénistique, Rome, Bibliothèque de l’École françaire de Rome, 1988, p. 276-291. Cf. aussi R. Weil, « La composition de l’Histoire de Polybe », Journal des savants juillet-décembre (1988), p. 185-206.

30  Comparaison, que reprendra Diodore, avec un animal qu’il faut considérer dans son intégrité, ou bien avec des villes dont des visites partielles ou des tableaux ne peuvent rendre compte (I, 4, 7-9).

31  J.-L. Ferrary, op. cit., p. 24-43 ; M.-R. Guelfucci, « Guerres et diplomatie romaine dans les Histoires de Polybe : éléments de philosophie politique », in E. Caire & S. Pittia (eds.), Guerre et diplomatie romaines (IVe-IIIe siècles av. J.-C.). Pour un réexamen des sources, Aix-en-Provence, Presses de l’Université de Provence (Coll. Textes et documents), 2006, p. 13-25.

32  On notera néanmoins une possible mise en garde dans l’inversion des termes entre φευκτν τοναντον αρετν au livre III (4, 7) et les critères donnés au livre VI (47) pour juger les qualités (αρετς φευκτς) d’un État : les mœurs, avec des citoyens vertueux et modérés et l’humanité et la justice de l’État, et les lois.

33  « Ils s’étaient, en effet, imaginé qu’il y avait une manière pour acquérir l’empire et une autre pour le conserver, et n’avaient pas appris que ceux qui préservent le mieux leur suprématie sont ceux qui s’en sont le mieux tenus aux principes de conduite qui leur ont permis, à l’origine, de conquérir leur puissance » :  λλως μν <γρ> πλαβον δεν κτσθαι τς ρχς, λλως δ τηρεν, οκ μαθν <δ> διτι κλλιστα φυλττουσι τς περοχς ο κλλιστα διαμεναντες π τν ατν προαιρεσων, ας ξ ρχς κατεκτσαντο τς δυναστεας.

34  Voir en particulier E. Foulon, op. cit., p. 55-62 en particulier ; cf. aussi « Entre ρχ et τλος : les Histoires de Polybe », in G. Lachenaud & D. Longrée (eds.), Grecs et Romains aux prises avec l’histoire. Représentations, récits et idéologie, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2003, p. 31-50.

35  I, 13, 7 ; II, 1, 4 ; II, 14, 1 ou 37, 7 par exemple.

36  Un exemple typique est, en introduction des affaires grecques (II, 37), la réaffirmation du début du récit principal en 220 (§1-3), puis la remise en perspective en remontant d’assez haut de l’histoire de la Confédération achaienne et de la Macédoine (§7). Cf. aussi I, 12, 9 ou V, 31, 6-8. Parfois, comme dans le cas des Gaulois, il faut en plus, en remontant assez loin, corriger des peurs inutiles (II, 35, 9).

37  Sur la symplokè, P. Pédech, op. cit., p. 505-509 ; F. Walbank, « Symploke. Its role in Polybius’ Histories », in D. Kagan (ed.), Studies in the Greek Historians, Londres, Cambridge University Press (Yale Classical Studies 24), 1975, p. 197-212.

38  Τ δ ̓επαρακολοθητον κα σαφ γνεσθαι τν διγησιν οδν ναγκαιτερον π τατης τς λυμπιδος γομεθ’ εναι το μ συμπλκειν λλλαις τς πρξεις, λλ χωρζειν κα διαιρεν ατς καθ’ σον στ δνατον μχρις ν π τς ξς λυμπιδας λθντες […] (V, 31,4).

39  Sur les différentes interprétations de XI, 1a, P. Pédech, op. cit. n. 6, p. 509-510 ; F. W. Walbank, Polybius, Berkeley / Los Angeles, University of California Press, 1972, p. 20-21. Sur les προεκθσεις, A. Zangara, op. cit. n. 13, p. 53-54.

40  L’étude de la position de Polybe dans la guerre d’Achaïe demanderait certes une étude très précise, mais qui dépasse le cadre du sujet. Remarquons simplement que, dans le contexte de la destruction de Carthage, Polybe souligne surtout les risques d’escalade de la violence inconsidérément pris et les inquiétudes achaiennes, alors même qu’une solution diplomatique était possible. Il fait nécessairement des compromis en acceptant d’être médiateur (J. Thornton, « Tra politica e storia, Polibio e la guerra acaica », Mediterraneo Antico, 1 (1998), p. 585-634), mais semble d’abord chercher à calmer le jeu et à préserver une certaine identité politique (XXXIX, 3, 4-11).

41  K. Sacks, op. cit. n. 7, p. 127-128, et n. 15.

42 F. W. Walbank, Polybius, Berkeley / Los Angeles, University of California Press, 1972, p. 116-117 ; R. Weil, op. cit. n. 19, p. 202.

43  Traductions de P. Pédech, CUF, 1961.

44  P. Pédech, « Polybe et la science de son temps » in E. Gabba (ed.), Polybe, Genève, Fondation Hardt (Entretiens sur l’Antiquité classique XX), 1974, p. 56. Il ajoute que « l’hypothèse a été, beaucoup plus tard, adoptée par Marin de Tyr et Ptolémée, qui en vinrent à concevoir l’océan Indien comme une mer fermée ».

45  J.-G. Texier, « Polybe géographe », DHA, 2 (1976), p. 395-411, en particulier p. 398. Marque d’une époque sans doute (cf. aussi l’article de M. H. Eichel & J. Markley Todd, op. cit.n. 5) pour un article par ailleurs très bien documenté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Rose Guelfucci, « Polybe, le regard politique, la structure des Histoires et la construction du sens », Cahiers des études anciennes, XLVII | 2010, 329-357.

Référence électronique

Marie-Rose Guelfucci, « Polybe, le regard politique, la structure des Histoires et la construction du sens », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVII | 2010, mis en ligne le 13 mars 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/131

Haut de page

Auteur

Marie-Rose Guelfucci

Université de Franche-Comté ISTA EA 4011

Articles du même auteur

  • Préface [Texte intégral]
    Actes du colloque Action politique et histoire. Le narrateur homme d’action. Besançon 16 au 18 octobre 2008
    Paru dans Cahiers des études anciennes, XLVI | 2009
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org