Navigation – Plan du site
III.1 L'histoire comme ktèma es aiei et les défis de l'impartialité: le narrateur «intime»
III.1.2 Ressources parénétiques d'une «refiguration» du passé

L’Agésilas de Xénophon : comment on réécrit l’histoire

Pierre Pontier
p. 359-383

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Agésilas, historiographie, Xénophon
Haut de page

Texte intégral

  • 1  C’est du reste l’étiquette que les dictionnaires lui accolent souvent, voir l’article d’Y. Verrièr (...)

1Si l’on accorde foi au récit de l’Anabase, on peut considérer Xénophon comme un homme politique, ou du moins comme un « homme d’action »1. À cette expérience marquante du commandement peut s’ajouter la fréquentation du roi spartiate Agésilas à peu près à la même époque, lors de son expédition en Asie mineure et sans doute tout au long des années d’exil à Scillonte. L’existence et l’œuvre de Xénophon ont été orientées par ces deux faits notables de la première partie de sa vie.

  • 2  J.-Cl. Riedinger, Étude sur les Helléniques. Xénophon et l’histoire, Paris, Les Belles Lettres, 19 (...)
  • 3  V. Gray, The Character of Xenophon’s Hellenica, Londres, Duckworth, 1989 ; V. Gray, « Continuous H (...)
  • 4  J.-Cl. Riedinger, op. cit., p. 17-18.
  • 5  Voir Helléniques III, 1, 2. Nous reprenons ici une idée assez ancienne sur les livres III-IV qui a (...)
  • 6  C’est-à-dire en 360. Par ailleurs, Xénophon semble faire allusion au seul Artaxerxès II ; or, ce d (...)

2Ce sont peut-être ces expériences politiques qui rendent l’écriture de l’histoire si problématique pour Xénophon, si changeante aussi au gré des époques et des œuvres, au point de susciter parfois la perplexité des commentateurs. Après quelques tentatives de détermination d’un « programme » des Helléniques2, d’autres études, parfois plus convaincues de l’unité de l’œuvre, s’y intéressent désormais du point de vue de la narratologie ou de l’art littéraire3. Si l’écriture des deux premiers livres se place dans une continuité structurelle et stylistique par rapport à l’Histoire de la Guerre du Péloponnèse, les livres III et IV marquent une première rupture dans leur composition comme dans leur ton. Cette rupture laisse transparaître la personnalité de l’homme d’action, présent alors sur le terrain4. Les Helléniques se rapprochent par un certain nombre de points de l’écriture de l’Anabase, même si Xénophon prend soin de distinguer les deux ouvrages, y compris par le subterfuge probable du pseudonyme5. Cette façon plus personnelle de concevoir l’écriture historique, moins tributaire de Thucydide, se retrouve dans l’Agésilas, l’éloge écrit par Xénophon pour son ami après la mort du roi spartiate6.

  • 7  Conformément aux affirmations de Xénophon (I, 1 ; XI, 1), nous considérons l’Agésilas avant tout c (...)

3Dans les Helléniques, le genre historique oblige Xénophon à rester en retrait, même s’il n’hésite pas à exprimer son avis, notamment dans les derniers livres qui sont écrits à la même époque que l’Agésilas. Dans l’éloge au contraire, comme dans les Poroi, conçu à la même époque, l’écriture se caractérise par une forte prise de position due tout autant à la ligne politique défendue qu’à la posture du thuriféraire7. Ce n’est plus l’historien qui se met au service de l’histoire, mais l’histoire qui est mise au service du projet de l’auteur. L’histoire est ainsi construite de façon parcellaire, parfois partiale. C’est cette construction oblique de l’histoire que nous voudrions examiner. Elle repose sur divers procédés d’écriture (temporalité, point de vue spécifique, utilisation de résumés et de sommaires, ellipses), qui permettent de reconsidérer les événements historiques importants en fonction d’un but idéologique précis que confirme, dans la deuxième partie de l’éloge, le traitement de l’exemple historique.

I. Petits arrangements avec l’histoire

4La première partie de l’Agésilas (I-II) rapporte les hauts faits du roi selon un récit chronologique qui suit d’assez près le récit des Helléniques, de telle sorte qu’il est possible de comprendre comment Xénophon construit l’histoire en fonction de l’éloge.  

  • 8  Helléniques VI, 4, 37. Voir le bilan de C. Tuplin, op. cit., p. 193-197.
  • 9  La comparaison des deux écrits est un exercice auquel chaque nouvelle génération de chercheurs se (...)
  • 10  Voir Helléniques VI, 5, 23-32 et H. R. Breitenbach, op. cit., col. 1705.
  • 11  On peut raisonnablement conclure (comme C. Tuplin, op. cit., p. 197) que les Helléniques, sous une (...)
  • 12  Helléniques V, 4, 49 est proche d’Agésilas II, 22 ; voir l’analyse d’A. Opitz, op. cit., p. 76 et (...)
  • 13  Agésilas est d’ailleurs qualifié d’γμων des Grecs et des barbares (Agésilas I, 35). Sur la date (...)

51. La comparaison des Helléniques et de l’Agésilas pose en apparence un problème méthodologique et chronologique. Selon toute vraisemblance, l’Agésilas a été conçu en même temps que la dernière partie des Helléniques qui fait allusion à des événements de 3588. Par suite, la partie narrative de l’éloge (I-II) coïncide avec des passages des Helléniques qu’elle reprend à quelques mots ou quelques phrases près9. Ce lien étroit entre les deux écrits se distend toutefois jusqu’à se rompre, au fur et à mesure que l’on avance dans le temps. H. R. Breitenbach signale une « rupture des liens » entre les Helléniques et l’Agésilas en II, 2410, c’est-à-dire juste après la bataille de Leuctres, lors de l’invasion de la Laconie par les troupes d’Épaminondas et ses alliés ; en réalité, la proximité des textes est évidente jusqu’à la bataille de Coronée (II, 19) mais se complique pour le traitement de la guerre de Corinthe : Xénophon procède par résumés et ellipses pour les années qui précèdent Leuctres11. L’un des derniers rapprochements évidents se situe en 377, lors de la dernière expédition d’Agésilas en Béotie12. La proximité du récit des livres III et IV des Helléniques et de l’Agésilas révèle surtout comment le début du IVe siècle semble se confondre aux yeux de Xénophon avec l’histoire d’un chef, Agésilas, qui incarne l’hégémonie spartiate jusqu’à la bataille de Coronée et, de façon moins épique, jusqu’en 37713.

  • 14  Les deux premiers chapitres représentant 16,5 pages dans l’édition d’Oxford (Marchant), Xénophon c (...)
  • 15  Le cas le plus évident étant la mise en parallèle des hauts faits de la petite cité de Phlionte et (...)

62. Par ailleurs, la temporalité de l’Agésilas se distingue de celle des Helléniques. Xénophon dilate logiquement le récit de l’expédition asiatique pour insister sur ce qui constitue à ses yeux la grandeur d’Agésilas ; la fin de la vie d’Agésilas donne également lieu à un récit détaillé, sans que la dilatation diégétique soit comparable14. Les contraintes de l’éloge obligent à mettre en valeur certains événements au détriment d’autres que Xénophon résume ou passe sous silence ; mais cette construction historique n’est pas seulement due aux impératifs du genre. Elle est en accord avec un goût prononcé de l’auteur pour une approche moralisante de l’histoire. Dans la deuxième partie des Helléniques, Xénophon privilégie au fil du temps une construction personnelle des événements en s’affranchissant de la logique chronologique du modèle thucydidéen. Ainsi la chronologie du livre VII est-elle à de multiples reprises bousculée pour les besoins de l’historien15.

  • 16  Agésilas II, 13, κα παντοοις πλοις est ajouté au texte des Helléniques (IV, 3, 20), ce qui perm (...)

73. Quant aux reprises textuelles des Helléniques, elles font généralement l’économie du contexte diplomatique pour se concentrer sur les hauts faits. Comme on le sait, les passages les plus longs sont Helléniques III, 4 qui oppose Tissapherne le parjure et Agésilas le pieux commandant jusqu’à la bataille du Pactole ; et Helléniques IV, 3 qui relate le retour d’Agésilas en Grèce et la bataille de Coronée. Dans les deux cas, l’auteur de l’éloge ajoute des détails descriptifs que l’historien a laissés de côté, parfois pour frapper l’esprit du lecteur. Lors de la bataille de Coronée, il ajoute par exemple deux mots à une phrase pour insister sur l’importance des blessures subies par Agésilas16 ; il complète même la scène du roi blessé qui demande qu’on laisse libres ses ennemis réfugiés dans un temple par une phrase qui précise qu’Agésilas leur aurait envoyé une escorte pour que ces derniers puissent se mettre à l’abri. La piété du roi, en dépit des circonstances, est ainsi mise en valeur.

  • 17  Agésilas I, 5 ; I, 6-8. Dans les deux cas, le résumé permet de laisser de côté des détails gênants (...)

8Les faits importants mais que Xénophon ne jugent pas primordiaux sont plus ou moins élagués. En revanche, après avoir rapporté le fait en question, il ajoute fréquemment un commentaire qui met en valeur l’action d’Agésilas, sous la forme d’une question rhétorique par exemple ou d’une prise de parole à la première personne. C’est ce qui se produit pour le récit de la succession d’Agis ou pour le départ d’Agésilas en Asie17. Ces résumés, relativement nombreux, peuvent devenir des sommaires lorsque les actions d’Agésilas se répètent ou qu’elles peuvent être mises en série autour d’une même qualité telle que, par exemple, la φιλεταιρα du roi (Agésilas II, 21-22).

  • 18  Agésilas VII, 5 mentionne γγς δ μριοι comme nombre de morts chez les ennemis contre huit Lacéd (...)
  • 19  Voir A. Opitz, op. cit., p. 4 : in laudatione persona Agesilai multo magis primo loco ponitur quam (...)
  • 20  Dans ce passage, le parallèle le plus évident entre le récit des Helléniques et l’Agésilas est le (...)

9Contrairement à ce que l’on a parfois dit, Xénophon suit plutôt fidèlement le récit des Helléniques, selon un principe de sélection simple : il reprend toutes les expéditions militaires du roi, de façon plus ou moins sommaire en fonction du résultat, et passe sous silence ses actes à Sparte. Par ailleurs, on note quelques approximations compréhensibles dans les nombres d’une œuvre à l’autre18, et une tendance nette à la personnalisation des faits. L’initiative de certaines actions est attribuée à Agésilas, ce qui n’est pas le cas dans les Helléniques. Ainsi, c’est Lysandre qui suggère à Agésilas de partir en Asie dans les Helléniques, alors que c’est Agésilas lui-même qui semble prendre l’initiative dans l’éloge19. L’exemple le plus dramatique est sans doute la défense de Sparte contre la coalition des Arcadiens et des Béotiens, après Leuctres : dans le récit des Helléniques, Xénophon ne mentionne même pas le nom d’Agésilas, alors qu’il vient de détailler avec minutie et une certaine complaisance ses opérations dans la région de Mantinée ; à l’inverse, dans l’éloge, il attribue au roi la conduite des opérations et le mérite d’avoir repoussé l’ennemi20.

104. La nécessité de faire l’éloge des actes du roi oblige Xénophon à faire une sélection drastique des événements et à les hiérarchiser en fonction d’une ligne politique claire. Aucun fait historique qui n’a pas de conséquence directe sur la vie d’Agésilas n’est mentionné. Toute allusion au contexte historique général de la Grèce se réduit au minimum nécessaire, celui de la compréhension du lecteur et du point de repère chronologique. C’est dans cet esprit que l’ensemble du récit se construit par rapport aux Helléniques, à l’exception de la fin du chapitre II (Agésilas II, 25-31).

11Ainsi, les faits historiques contemporains qui ont un retentissement direct sur l’existence d’Agésilas et ses actions sont mentionnés chronologiquement, de façon abrégée, souvent à l’aide d’une proposition subordonnée conjonctive temporelle. Voici les exemples les plus nets.

    • 21  Sauf indication contraire, nous suivons la traduction de M. Casevitz pour l’Agésilas (Xénophon. Co (...)

    Agésilas devient roi : Agésilas I, 5 : πε γρ γις βασιλες ν τελεύτησεν : « quand Agis, qui était roi, mourut […] »21 ;

  1. Décision de l’expédition en Asie mineure : Agésilas I, 6 : ρτι δ ντος ατο ν τ ρχ, ξηγγέλθη βασιλες Περσν θροίζων κα ναυτικν κα πεζν πολ στράτευμα ς π τος λληνας : « au tout début de son pouvoir, il fut annoncé que le roi des Perses rassemblait une grande armée, sur mer comme sur terre, pour attaquer les Grecs » ;

  2. Rappel d’Agésilas : Agésilas I, 36 : λλ' πειδ λθεν ατ π τν οκοι τελν βοηθεν τ πατρίδι, πείθετο τ πόλει [...] : « Mais quand lui parvint l’ordre émanant des autorités de chez lui qui lui enjoignaient de porter secours à sa patrie, il obéit à sa cité [...] » ;

  3. Négociations de paix : Agésilas II, 21 : πειδ δ ερήνης πιθυμήσαντες ο πολέμιοι πρεσβεύοντο [...] : « Puis, lorsque les ennemis pris du désir de conclure une paix eurent envoyé des délégués [...] » ;

  4. Expédition contre Thèbes : Agésilas II, 22 : κα γρ πε τος ν Θήβαις τν Λακεδαιμονίων κατέκανον ο ναντίοι […] : « Et en effet comme leurs adversaires avaient tué les Lacédémoniens qui se trouvaient à Thèbes […] » ;

  5. Après Leuctres : Agésilas II, 23 : πε δ' α τς ν Λεύκτροις συμφορς γεγενημένης κατακαίνουσι τος ν Τεγέ φίλους κα ξένους ατο ο ντίπαλοι σν Μαντινεσι, [...] στρατεει : « Mais quand, après le désastre de Leuctres, ses adversaires avec les Mantinéens, se mettent à tuer ses amis et ses hôtes de Tégée, [...] il fait campagne » ;

  6. Fin du siège de Sparte : Agésilas II, 25 : πεί γε μν πεχώρησε τ στράτευμα : « Une fois que l’armée ennemie se fut retirée […] ».

12Dans tous les cas, le fait historique est étroitement relié au roi spartiate. Dans cette série, il y a un cas particulier (exemple 2) : c’est la prise de fonctions d’Agésilas qui situe l’action grâce à un génitif absolu, alors que la mention de l’événement (l’annonce des troupes qu’est en train de rassembler le Roi) constitue la proposition principale. Il s’agit de la première confrontation dans le récit du roi avec Artaxerxès II ; il importait de la mettre en valeur. Par ailleurs, si nous ne disposions que de l’Agésilas comme source historique de la période, il serait difficile d’interpréter certains faits historiques traités de façon allusive (exemples 3 et 5 notamment).

  • 22  Xénophon utilise l’aoriste pour isoler cet acte et le commenter comme la première grande action d’ (...)

135. Un autre procédé du récit de l’éloge consiste à présenter un fait historique par l’intermédiaire d’Agésilas, au moment où il en prend connaissance. Cela permet parfois de renforcer sa stature d’homme d’action qui réagit sur-le-champ pour le bien de sa cité ainsi que de ses amis. Xénophon généralise ici un procédé qui est présent dans le récit des Helléniques. De même, lorsque Tissapherne ne tient pas compte de la trêve qu’il a conclue avec Agésilas, la réaction du roi spartiate est ainsi présentée : γησίλαος δ καίπερ ασθόμενος τατα μως νέμεινε τας σπονδας : « Et Agésilas, bien qu’il s’en fût aperçu, observa cependant la trêve » (Agésilas I, 11). C’est sur cet exemple que l’on s’appuie généralement pour montrer l’emploi plus courant de l’aoriste dans l’Agésilas par rapport aux Helléniques (III, 4, 6 : πμενε)22. Agésilas est présenté comme un homme fidèle à sa parole ; sa conduite n’est contradictoire qu’en apparence. Voici deux autres exemples qui ne figurent que dans l’Agésilas :

  • 23  Voir aussi II, 18, avec une construction symétrique (κ τοτου δ ασθανμενος).

Agésilas II, 17 : κ δ τούτου κατανοήσας τος ργείους τ μν οκοι καρπουμένους, Κόρινθον δ προσειληφότας, δομένους δ τ πολέμ, στρατεύει π' ατούς23 : « Par la suite, comme il avait remarqué que les Argiens s’occupaient des récoltes chez eux, qu’ils s’étaient concilié Corinthe et prenaient du plaisir à la guerre, il fit campagne contre eux » ;

Agésilas II, 28 : κατανενοηκς δ τν Αγυπτίων βασιλέα πιθυμοντα τ Πέρσ πολεμεν […] : « Comme il avait remarqué que le roi d’Egypte désirait faire la guerre au Perse […] ».

  • 24  On peut distinguer les prises en compte des événements accomplis des anticipations de ce qui pourr (...)

14Cette utilisation particulière des verbes de perception est conforme à l’importance que Xénophon accorde, de façon générale, à l’esprit de jugement et de décision du commandant24.

  • 25  Voir Helléniques IV, 4, 19 (νθυμηθντες) ; même approximation pour Agésilas II, 18, voir Helléniq (...)

15Une telle appropriation de l’information par Agésilas se traduit parfois par quelques approximations historiques conformes à l’orientation encomiastique. Ainsi, dans le premier cas mentionné, ce n’est pas Agésilas qui prend conscience de la conduite des Argiens et décide de partir en expédition, mais les Lacédémoniens qui en ont vent et prennent la décision d’envoyer le roi en Béotie, dans le témoignage parallèle des Helléniques25.

II. Coronée, Leuctres et Mantinée dans l’Agésilas

  • 26  Nous laissons de côté la bataille du Pactole et les opérations d’Agésilas en Asie mineure.

16Dans cette histoire parcellaire où les événements les plus marquants des Helléniques ne figurent pas nécessairement, les trois batailles terrestres les plus importantes de la période sont traitées de façon singulière26.

  • 27  Sur la comparaison du récit de la bataille dans les Helléniques et l’Agésilas, voir la discussion (...)

171. La première d’entre elles, la bataille de Coronée, est un cas particulier qui a fait couler beaucoup d’encre27. La victoire spartiate, même acquise dans des circonstances difficiles, est un des hauts faits militaires attribués à Agésilas. Le récit de l’éloge inclut par suite un récit très détaillé de la bataille. Dans ce but, Xénophon reprend de larges parts du récit des Helléniques qu’il adapte à la trame plus réduite du retour en Grèce du roi. De façon légèrement différente, il ressent le besoin dans les deux œuvres de justifier la présence d’un récit détaillé des opérations :

  • 28  « Mais je vais exposer aussi en détail la bataille ; en effet il n’y en a eu vraiment aucune autre (...)

Agésilas II, 9 : Διηγήσομαι δ κα τν μάχην· κα γρ γένετο οαπερ οκ λλη τν φ' μν28.

  • 29  Ou π selon les manuscrits, ce qui ne change pas fondamentalement le sens. A. Opitz, op. cit. n. 9(...)
  • 30  « Mais je vais exposer aussi en détail la bataille et montrer comment il n’y en a eu aucune autre (...)

Helléniques IV, 3, 16 : Διηγήσομαι δ κα τν μάχην, κα πς29 γένετο οα οκ λλη τν γ' φ' μν30.

  • 31  Voir Helléniques IV, 2, 16 (φρσω) ; IV, 8, 1 ; V, 4, 1 ; Mémorables I, 2, 13 ; II, 1, 27 ; III, 1 (...)

18Le tour rhétorique à la première personne qui consiste à présenter personnellement le récit à venir (διηγσομαι) est répandu chez Xénophon ; il signale fréquemment un changement de sujet ou un nouveau développement31. Dans le cas de l’Agésilas, l’auteur de l’éloge invite surtout à mettre le passage en parallèle avec le début du récit (I, 6) qui annonce les hauts faits du règne d’Agésilas : σα γε μν ν τ βασιλεί διεπράξατο νν δη διηγήσομαι· π γρ τν ργων κα τος τρόπους ατο κάλλιστα νομίζω καταδήλους σεσθαι : « Tous les exploits accomplis durant son règne, je vais dorénavant les exposer en détail ; car c’est d’après ses actes, je pense, que son caractère sera le mieux manifeste » (trad. Casevitz, Roue à livres, 2008, modifiée).

  • 32  On peut mentionner aussi Agésilas I, 9, même si Xénophon ne prend pas directement la parole : πεί (...)
  • 33  On peut commenter aussi la disparition de la particule γεà valeur peut-être trop restrictive pour (...)
  • 34  Voir S. Mazzarino Il Pensiero storico classico. I, Bari, Laterza, 1950, p. 356-358 sur ce passage.

19Il s’agit de la seule autre intervention personnelle du narrateur sur le récit en cours dans cette première partie de l’Agésilas32. Par cette annonce et son développement, la bataille de Coronée constitue donc un point culminant du récit des hauts faits d’Agésilas, tout en étant également une digression assumée : la présence de γρ à la place de πς indique la différence de point de vue et le glissement de l’annonce d’une description circonstanciée à la justification d’un récit particulièrement développé33. La comparaison de la bataille avec toutes celles de son époque n’est pas seulement la marque d’un procédé rhétorique d’auxesis. Xénophon est certes soucieux de justifier la place prise par son récit dans l’éloge. Mais les changements apportés au récit témoignent aussi du désir de se placer lui-même en première ligne dans ce combat violent, comme le montre par la suite la mention du « groupe des soldats de Cyrus » (Agésilas II, 11), absente du récit des Helléniques34. L’auteur de l’éloge, même indirectement, affirme ainsi sa position de témoin.

  • 35  E. Schwartz, « Quellenuntersuchungen zur griechischen Geschichte », RhM, 44 (1889), p. 169-193, la (...)
  • 36  Pour les pronoms personnels, Agésilas IV, 6 (discours rapporté d’Agésilas) ; VII, 6 (idem) ; VII, (...)

20Enfin, il faut souligner l’utilisation exceptionnelle du pronom de la première personne du pluriel (μν) dans cette phrase fameuse35 : Xénophon, à la manière de Thucydide (V, 74, 1), introduit une réflexion historique générale par rapport à la scène dans laquelle il figure, mais à la différence de Thucydide, il inclut le lecteur dans cette réflexion sur les conflits de son temps. La bataille de Coronée a un statut particulier parmi les batailles contemporaines de Xénophon, qui ne prend pas parti sur les batailles du siècle précédent. Le maintien du pronom est d’autant plus intéressant que son usage dans l’Agésilas se restreint essentiellement au chapitre VII aux accents panhelléniques, consacré au patriotisme du roi36.

  • 37  M. Sordi,  « I caratteri dell’ opera storiografica di Senofonte nelle Elleniche. Parte Prima. La C (...)

21Les commentateurs ont eu quelques difficultés à comprendre pourquoi Xénophon aurait ainsi qualifié la bataille de Coronée après que celles de Leuctres et de Mantinée se sont produites. Par suite, la phrase a souvent servi d’argument chronologique pour justifier une rédaction haute de ces livres des Helléniques antérieure à Leuctres37. Nous restons tout autant convaincu de la fragilité de cet argument que de l’antériorité globale du texte des Helléniques par rapport à l’Agésilas.

  • 38  Voir déjà E. Schwartz, op. cit., p. 182, qui souligne qu’à Leuctres, seules Sparte et Thèbes étaie (...)

22L’intervention de l’auteur, si elle a à peu près la même forme, n’a pas la même signification dans les deux œuvres. Dans les Helléniques, Xénophon annonce le récit des opérations après avoir détaillé les dispositions de chacun des deux camps, dans un balancement μν / δ tout à fait logique (Helléniques IV, 3, 16). La présence de κα a pour seule fonction de mettre l’accent sur ce nouveau moment du récit, en mettant en avant l’originalité de la bataille par rapport à celles de son temps d’un point de vue tactique ; il est du reste possible de montrer que les batailles de Leuctres et de Mantinée ont un déroulement bien différent38. Dans l’éloge, en revanche, la même phrase est insérée à la suite d’un développement qui vient de mettre en valeur la conduite admirable d’Agésilas dans la préparation psychologique de ses soldats (Agésilas II, 7-8). Elle relie cette description de la relation fusionnelle entre un chef et son armée aux circonstances mêmes de la bataille. Dans l’éloge, le maintien de κα permet de justifier le développement du récit, voire les ajouts que Xénophon fait par rapport au récit des Helléniques.

  • 39  C. D. Hamilton, « Thebes and Sparta in the Fourth Century : Agesilaus’ Theban Obsession », Ktèma, (...)

23Le récit de la bataille de Coronée est le passage narratif le plus impressionnant de l’Agésilas. Si le roi en sort grandi, notamment grâce aux ajouts de Xénophon, deux problèmes demeurent. Tout d’abord, le jugement de Xénophon sur le choix tactique d’Agésilas ne change pas des Helléniques à l’éloge en restant plutôt mesuré39. Par ailleurs, l’interprétation du récit de la bataille dans l’éloge reste dépendante de la façon dont les autres faits sont traités, notamment dans la période qui suit.

242. Le traitement de la bataille de Leuctres ne peut qu’être différent, puisqu’Agésilas n’y a pas participé. Elle n’est évoquée que par ses conséquences, sous la forme d’un génitif absolu, à une charnière du récit, à un moment où, de l’aveu même de Xénophon, l’influence d’Agésilas semble moins déterminante :

τ μν δ μέχρι τούτου κοιν ατός τε κα πόλις ητύχει· σα γε μν μετ τοτο σφάλματα γένοντο οδες ν εποι ς γησιλάου γουμένου πράχθη. πε δ' α τς ν Λεύκτροις συμφορς γεγενημένης κατακαίνουσι τος ν Τεγέ φίλους κα ξένους ατο οντίπαλοι σν Μαντινεσι, [...] στρατεει [...] :

jusque-là, lui-même et sa cité étaient heureux ensemble ; pour tous les échecs qui survinrent par la suite, nul ne peut prétendre qu’ils eurent lieu sous le commandement d’Agésilas. Mais lorsque, après le désastre de Leuctres, ses adversaires, avec les Mantinéens, se mettent aussi à tuer ses amis et ses hôtes de Tégée, [...] il fait campagne [...] (Agésilas II, 23, trad. Casevitz, Roue à livres, 2008, modifiée).

  • 40  Voir aussi Plutarque, Vie d’Agésilas 27, 1-3 ; et D. R. Shipley, A Commentary on Plutarch’s Life o (...)
  • 41  Voir J. Dillery, Xenophon and the History of his Times, Londres & New York, Routledge, 1995, p. 22 (...)

25Si dans un premier temps, la phrase montre bien le rôle décisif qu’a joué Agésilas dans les « succès » de Sparte, Xénophon sous-entend peut-être dans la deuxième partie de la phrase un déclin de l’influence politique du roi ou de son activité militaire, même s’il montre que les opérations conduites par le roi, à la différence des autres, sont couronnées de succès. Dans l’Agésilas, le moment où le destin de Sparte bascule correspond donc aux dernières expéditions en Béotie faites par le roi en 377, c’est-à-dire au moment où il est tombé malade à Mégare (Helléniques V, 4, 58)40. Dans les Helléniques, ce mouvement de balancier est un peu antérieur. En effet, dans l’une de ses rares interventions programmatiques, Xénophon annonce les châtiments divins que Sparte ne va pas tarder à subir pour ses excès (V, 4, 1) : il fait alors allusion à la prise de la Cadmée thébaine qu’il condamne et au retour des bannis thébains en 379, fait qui se déroule deux ans avant l’épisode de l’Agésilas. Par ailleurs, le jugement moral sur la politique spartiate est plus fort dans les Helléniques : c’est ici une « punition »41, là où l’Agésilas parle seulement de « faux-pas » ou « revers ».

  • 42  La fin de la phrase semble en effet englober toute la fin du chapitre II, jusqu’à la mort d’Agésil (...)
  • 43  Voir Enée le Tacticien, prol., 1 ; Thucydide, V, 14, 2 ; V, 17, 1 ; VIII, 32, 3 ; VIII, 106, 2 ; X (...)
  • 44  En V, 14, 2, du côté des Athéniens, le terme σφλματα renvoie aux « échecs » de Délion et d’Amphip (...)
  • 45  Les points de rencontre entre Thucydide et Xénophon sont nombreux, et, sans parler des discussions (...)
  • 46  Helléniques VII, 1, 6 (Aigos-Potamoi) et VII, 1, 10 (Leuctres). Voir sur la question E. Luppino Ma (...)

26La bataille de Leuctres, qui n’est d’abord pas mentionnée, fait partie de ces « faux-pas » (σφάλματα) subis par Sparte depuis 377 et dont le commandement d’Agésilas ne saurait être effectivement responsable42. Elle est ensuite qualifiée dans la phrase suivante de « désastre » (συμφορ), ce qui lui donne un statut exceptionnel dans cette série d’échecs. Le terme σφλμα, peu utilisé par Xénophon, mais que l’on trouve par ailleurs assez fréquemment dans un contexte militaire, semble engager la responsabilité des autres dirigeants spartiates, Cléombrote, entre autres, mort sur le champ de bataille à Leuctres43. En outre, la proximité des termes σφλματα et συμφορ peut rappeler deux passages de Thucydide, l’un situé au moment où des négociations menant à la Paix de Nicias s’engagent entre Athènes et Sparte, et l’autre au moment où Thucydide qualifie ainsi les échecs de la flotte athénienne et surtout l’expédition de Sicile44. L’expression étant tout à fait similaire et loin d’être anodine dans les deux cas, il nous paraît pertinent de rapprocher les deux auteurs45. Le constat historique s’inscrit dans une conception bien connue qui met en parallèle les hégémonies spartiate et athénienne, conception que l’on retrouve dans plusieurs passages des Helléniques, notamment dans un discours de Proclès de Phlionte à Athènes pour la même période46.

  • 47  Agésilas II, 23 : πολλν νομιζόντων οδ' ν ξελθεν Λακεδαιμονίους πολλο χρόνου κ τς ατν : « (...)
  • 48  Agésilas II, 24 : ατν Σπαρτιατν ο μειόνων πολωλότων ν τ ν Λεύκτροις μάχ λειπομένων : «  (...)

27La bataille de Leuctres pèse en outre sur la suite du récit, sous la forme de deux allusions. La première évoque la répercussion de la défaite sur l’image de Sparte aux yeux des Grecs. En effet, après Leuctres, la campagne d’Agésilas contre Tégée parvient à avoir lieu, contre l’attente des Grecs47. La deuxième allusion, plus précise, confirme les pertes lacédémoniennes lors de la bataille, qui placent la cité en situation d’extrême faiblesse48. Conformément à ce que nous avons vu par ailleurs dans l’Agésilas, les trois mentions de Leuctres sont circonstancielles, sous la forme de trois génitifs absolus. L’insistance sur cette bataille, et de façon plus générale sur les problèmes rencontrés par Sparte, permet de compenser l’impression négative que peut laisser dans l’esprit du lecteur la réduction progressive du champ d’action d’Agésilas, contraint de limiter ses actions à des expéditions dans le Péloponnèse, puis à la défense de sa propre cité, enfin à des interventions ponctuelles à l’étranger. Grâce au rappel du contexte historique, la construction événementielle permet de faire du roi l’ultime rempart vivant de sa cité face à l’adversité.  

283. Quant à la bataille de Mantinée et à ses conséquences, elles sont complètement passées sous silence, à l’exception peut-être d’une allusion rapide à propos de la Messénie. Elle est insérée dans un passage qui explique la décision du roi de partir en Égypte : νόμιζε γρ [...] τ δ Πέρσ δίκην πιθήσειν κα τν πρόσθεν κα τι νν σύμμαχος εναι φάσκων πέταττε Μεσσήνην φιέναι : « Il pensait en effet [...] qu’il ferait payer au Perse sa conduite antérieure et le fait que, tout en prétendant être actuellement l’allié de Sparte, il lui enjoignait de lâcher Messène » (Agésilas II, 29).

  • 49  Voir sur la Paix de 362 en dernier lieu M. Jehne, Koine eirene. Untersuchungen zu den Befriedungs- (...)

29Il s’agit du dernier des trois motifs invoqués, les deux autres étant l’entretien de bonnes relations avec Tachos, et le souci de libérer à nouveau les Grecs d’Asie. Dans la mesure où le refus de Sparte de reconnaître Messène est aussi ancien que la refondation de la cité en 369, cette dernière raison semble à première vue faire allusion aux relations diplomatiques entre Sparte et Artaxerxès II au Congrès de Delphes ou à celui de Suse, en 368 ou 367. Toutefois, Messène n’a été officiellement reconnue comme État grec qu’au terme de la campagne de Mantinée, en 362, en contrepartie de son engagement militaire du côté des Thébains. Parmi les conséquences diplomatiques de la bataille que Xénophon ne rapporte pas dans les Helléniques, un traité de paix est signé entre les belligérants : il entérine apparemment des négociations antérieures dans lesquelles Artaxerxès II aurait joué un rôle important. Si Messène est officiellement reconnue en tant qu’État, Sparte est en revanche mise à l’écart et poursuit seule la guerre. On peut par suite expliquer la construction historique de ce passage de l’Agésilas de la façon suivante. On ne peut situer cette phrase qu’après 362, pour deux raisons : Xénophon précise l’âge d’Agésilas à ce moment-là et situe surtout sa décision de partir en Égypte après ses expéditions en Asie mineure. Or, il s’agit bien du moment où Messène vient d’être reconnue dans cette « paix commune », à la suite de la bataille de Mantinée, ce qui peut expliquer la réflexion d’Agésilas. Le principal problème historique soulevé est qu’à ce moment-là, Artaxerxès II n’aurait plus le rôle d’arbitre ni le statut d’allié de Sparte49.

30Il y a sans doute dans ce passage un petit arrangement avec l’histoire à des fins de propagande ou d’apologie. Le recours au motif du désir de vengeance par rapport au Roi est un moyen d’opposer à nouveau les deux personnages, et de rappeler la confrontation initiale qui a suivi l’accession au pouvoir d’Agésilas. C’est aussi un moyen de faire oublier l’isolement de Sparte par rapport aux autres cités grecques. C’est dans ce but que Xénophon reconstruit les pensées d’Agésilas : le rappel de la conduite antérieure d’Artaxerxès et de sa conduite actuelle permet de créer une impression d’unité chronologique et politique, peut-être au prix d’une légère approximation.

III. Dédoublement de l’histoire et paradigme historique

311. Dans l’Agésilas, à partir de l’épisode qui relate la défense de Sparte après Leuctres (II, 24), la fin du récit des hauts faits du roi se sépare du texte des Helléniques. Xénophon mentionne les démarches diplomatiques du roi en vue d’obtenir des ressources, non seulement à Sparte, mais aussi et surtout par ses voyages en Asie mineure et en Égypte. Ces préoccupations sont extérieures au champ historique plus large des Helléniques, et l’unité de ces derniers paragraphes conduit même Xénophon à faire l’économie d’un haut fait mentionné dans le récit historique, qui est le deuxième sauvetage de Sparte face à Épaminondas juste avant Mantinée, en 362 (Helléniques VII, 5, 10-11). La bataille de Mantinée se déroule donc dans cette béance du récit, entre le retour de Sestos avec une magnifique escorte fournie par Tachos et Mausole, et le départ pour l’Égypte. Le récit de ces ultimes voyages du roi à Assos, à Sestos et en Égypte vise à laisser une image du roi misopersès et à le défendre contre de probables polémiques. Insister sur les engagements du roi à l’extérieur au détriment d’autres actions politiques sert aussi la cohérence du récit de l’Agésilas, où Xénophon met parfois en série, comme on l’a vu, plusieurs démarches qui lui semblent illustrer un même trait de caractère.

  • 50  N’oublions pas que le chapitre II ne se finit pas, comme on pourrait s’y attendre, par la mention (...)

322. Cette mise en série prépare aussi la deuxième partie de l’éloge, organisée en fonction des vertus du roi. Cependant, il ne s’agit pas d’une simple juxtaposition de deux ensembles, l’un narratif et chronologique, l’autre thématique, car Xénophon utilise l’argument historique de façon à créer un système d’échos entre les deux parties qui finissent par brouiller la chronologie. Par exemple, alors qu’un passage décrit rapidement dans la première partie comment Agésilas a conquis l’amitié de Grecs mais aussi de barbares lors de son expédition en Asie (Agésilas I, 35), Xénophon énumère une série d’amis ralliés à la cause du roi (Spithridatès, Otys, Pharnabaze) dans la deuxième partie, pour illustrer sa piété (Agésilas III). De plus, dans le cours de l’œuvre, ces « amis » étrangers que le roi a connus entre 396 et 394 prennent la suite d’Ariobarzane et du roi d’Égypte philhellène, ceux qu’Agésilas est parti aider après 365 (Agésilas II, 25-31) : c’est une façon de bouleverser la chronologie50 en mettant en avant un trait essentiel du caractère d’Agésilas, le respect de la parole donnée et son amitié.

  • 51  Voir M. Nouhaud, L’Utilisation de l’histoire par les orateurs attiques, Paris, Les Belles Lettres, (...)
  • 52  Dans le récit parallèle des Helléniques, on lit qu’Agésilas a accepté trente talents de Tithraustè (...)

333. Cet exemple tiré du chapitre III de l’Agésilas est caractéristique d’un procédé d’écriture de l’histoire que l’on retrouve dans les Poroi : il s’agit de l’argument historique, tour bien connu de la rhétorique51. Le catalogue des vertus du roi (la piété, la justice, le courage, le désintéressement, etc.) est parfois illustré par des anecdotes qui sont choisies pour la plupart dans la geste asiatique d’Agésilas. Comme on l’a vu, Xénophon s’appuie par exemple, pour illustrer la piété d’Agésilas, sur le ralliement d’alliés perses et barbares. Lorsqu’il traite du désintéressement d’Agésilas, il invoque un exemple historique qui renvoie à ces mêmes années ; le court échange entre Tithraustès et le roi (Agésilas IV, 6) est placé à ce moment-là parce que, dans les Helléniques, Xénophon en fait l’un des principaux responsables de la corruption des Grecs52. La réaction attristée d’Agésilas apprenant la victoire des Spartiates après la bataille de Némée se place aussi dans ces mêmes années, tout comme son commentaire lors de la guerre de Corinthe (Agésilas VII, 4-6). Peu d’exemples échappent à la règle : les faits invoqués font référence pour l’essentiel aux années glorieuses, celles de l’expédition en Asie mineure, ou en tout cas celles qui précèdent la Paix d’Antalcidas. Même si Xénophon rappelle de façon très allusive les circonstances de la mort d’Agésilas à la fin du chapitre XI (15‑16), la cohérence chronologique de la première partie s’estompe au profit d’une reconstruction historique de l’éloge qui réinvente l’histoire en fonction de la parole d’un homme qui est avant tout un acteur et un témoin privilégié de ces années-là.


***

34Quelle est la signification de cette réécriture de l’histoire ? On a pu souvent démontrer que la construction de l’éloge était faite en fonction d’une conception panhellénique qui permet d’attirer l’attention sur un ennemi héréditaire, en l’occurrence Artaxerxès II.

35De fait, les trois seules allusions à l’histoire antérieure à l’arrivée au pouvoir du roi sont réservées à l’évocation des Guerres médiques. Le premier passage figure dans l’approbation générale qui accompagne la décision de faire une expédition en Asie mineure, « puisque le Perse était passé en Grèce auparavant » (I, 8). La deuxième allusion se situe au début du retour d’Agésilas en Grèce, lorsque Xénophon indique qu’Agésilas a traversé l’Hellespont en un mois, alors que « le Perse » l’avait fait en un an jadis (II, 1). Enfin, la troisième allusion située dans la deuxième partie de l’Agésilas met en parallèle « le Perse » de jadis qui « est venu faire campagne pour asservir la Grèce » et « le Perse » de maintenant qui ne se soucie de faire la paix que pour que les Grecs se fassent la guerre entre eux (VII, 7).

36De façon fort habile, à deux endroits-clés de la narration, Xénophon reprend le topos des Guerres médiques sous une forme différente pour illustrer la vertu qui est la plus importante à ses yeux d’un point de vue politique, le patriotisme du roi. Si la forme est différente, il y a pourtant un point commun : la personnalisation de l’ennemi, incarné par le Roi, sous la forme du toponyme « le Perse ». C’est peut-être cette brillante utilisation d’un lieu commun qui rapproche le plus l’Agésilas de l’utilisation de l’histoire par la rhétorique de son temps, de l’éloge funèbre, dont ce texte nous semble particulièrement proche, aux autres formes de discours.

37Cette dernière forme d’utilisation de l’histoire au service d’une pensée panhellénique qui est plutôt propre à l’Agésilas confirme l’état des lieux plus général que nous avons dressé sur la reconstruction d’une histoire parcellaire au service de l’éloge. Elle fait la part belle aux événements auxquels Xénophon lui-même a participé. Elle repose sur un diptyque où expédition en Asie mineure et bataille de Coronée se répondent. Si Agésilas est bien le vainqueur de la bataille, sans doute ne faut-il pas oublier que, selon Xénophon, lui-même tient « pour un désastre (συμφορν) la victoire dans un combat contre des Grecs » (VII, 4). La bataille de Leuctres, en écho probable à ce que dit Thucydide de l’expédition de Sicile, est le « désastre » (συμφορ) qui vient confirmer cette intuition. Derrière l’éloge du roi et de l’ami, par delà la propagande panhellénique et l’apologie du défunt, l’Agésilas est aussi une méditation plutôt sombre sur les actions des individus et l’hégémonie des cités.

Haut de page

Notes

1  C’est du reste l’étiquette que les dictionnaires lui accolent souvent, voir l’article d’Y. Verrière dans l’Encyclopaedia universalis par exemple : « Ce n’est pas un pur intellectuel ; c’est avant tout un homme d’action [...] » ; ou dans le Petit Robert des noms propres (1997) : « Historien, essayiste, et chef militaire grec ». À l’inverse, Diogène Laërce s’intéresse d’abord au personnage lui-même, « réservé et d’une beauté extrême » avant de noter qu’il « a été le premier à prendre en notes les paroles du philosophe [Socrate] [...]. Il fut aussi le premier des philosophes à écrire une histoire » (II, 48, trad. Goulet-Gazé, Hachette, 2001).

2  J.-Cl. Riedinger, Étude sur les Helléniques. Xénophon et l’histoire, Paris, Les Belles Lettres, 1991 ; C. J. Tuplin, The Failings of Empire. A Reading of Xenophon Hellenica 2, 3, 11-7, 5, 27, Stuttgart, Steiner, 1993 ; J. Dillery, Xenophon and the History of his Times, Londres / New York, Routledge, 1995.

3  V. Gray, The Character of Xenophon’s Hellenica, Londres, Duckworth, 1989 ; V. Gray, « Continuous History and Xenophon, Hellenica 1-2, 3, 10 », AJPh, 112 (1991), p. 201-228, défend notamment l’hypothèse selon laquelle Helléniques I-II, 3, 10 serait une sorte de préface-résumé semblable à Thucydide I, 89-118 ; V. Gray, « Interventions and Citations in Xenophon, Hellenica and Anabasis », CQ, 53 (2003), p. 111-123.

4  J.-Cl. Riedinger, op. cit., p. 17-18.

5  Voir Helléniques III, 1, 2. Nous reprenons ici une idée assez ancienne sur les livres III-IV qui a été exposée notamment par G. De Sanctis, « La Genesi delle Elleniche di Senofonte », ASNP, ser. II, 1 (1932), p. 15-35 = A. Ferrabino & S. Accame (eds), Scritti Minori V, Rome, Ed. di storia et letteratura, 1983, p. 159-186,  et reprise par M. Sordi, « I Caratteri dell’ opera storiografica di Senofonte nelle Elleniche. Parte Prima. La Composizione delle Elleniche », Athenaeum, 28 (1950), p. 3‑53.

6  C’est-à-dire en 360. Par ailleurs, Xénophon semble faire allusion au seul Artaxerxès II ; or, ce dernier étant mort en 360-359, cela permet d’établir la date de 359-358 comme terminus ante quem. Voir Xénophon, Agésilas II, 29 et VII, 7. E. Luppino Manes, L’Agesilao di Senofonte tra commiato ed encomio, Bari, Jaca, 1991, p. 16 est aussi favorable à une date très proche de la mort d’Agésilas (359), tout comme H. R. Breitenbach, « Xenophon von Athen », RE, IX A/2 (1967), col. 1702 ; contra E. Delebecque, Essai sur la vie de Xénophon, Paris, Klincksieck, 1957, p. 462 qui défend la date de 355.

7  Conformément aux affirmations de Xénophon (I, 1 ; XI, 1), nous considérons l’Agésilas avant tout comme un éloge plutôt que comme une biographie, comme le faisait d’ailleurs Plutarque (voir la comparaison d’Agésilas et de Pompée, à la fin de la Vie de Pompée 83, 3 : Xénophon avait le privilège, dit-il, « de dire et d’écrire ce qu’il voulait de son héros »). Voir sur la question dernièrement M. Reichel, « Xenophon als Biograph », in M. Erler & S. Schorn (eds), Die griechiesche Biographie in hellenistischer Zeit, Berlin / New York, Walter de Gruyter, 2007, p. 15-44.

8  Helléniques VI, 4, 37. Voir le bilan de C. Tuplin, op. cit., p. 193-197.

9  La comparaison des deux écrits est un exercice auquel chaque nouvelle génération de chercheurs se soumet depuis le XIXe siècle au moins : dans le domaine, la dissertation latine d’A. Opitz, Quaestiones Xenophonteae : de Hellenicorum atque Agesilai necessitudine, Bâle, Breslauer philologische Abhandlungen 46, 1913 qui fait suite à d’autres, nous semble encore convaincante dans ses observations ; voir aussi W. P. Henry, Greek Historical Writing. A Historiographical Essay based on Xenophon’s Hellenica, Chicago, Argonaut, 1966, H. R. Breitenbach, op. cit. ; K. Bringmann, « Xenophons Hellenika und Agesilaos », Gymnasium, 78 (1971), p. 224-241, S. W. Hirsch, The Friendship of the Barbarians, Hanover / Londres, University Press of New England, 1985, p. 46-48. Récemment, M. Buijs, « Aspectual Differences and Narrative Technique : Xenophon’s Hellenica and Agesilaus », in R. J. Allan & M. Buijs (eds), The Language of Literature. Linguistic Approaches to Classical Texts, Leyde / Boston, Brill, 2007, p. 122-153, a remis en évidence les différences d’emploi entre l’imparfait et l’aoriste, des Helléniques à l’Agésilas, qu’A. Opitz avait relevées (p. 14), avec une explication somme toute identique, à un siècle d’intervalle : l’auteur de l’éloge s’attache aux faits accomplis par son héros, là où l’auteur de l’histoire s’intéresse au fait tel qu’il s’inscrit dans un contexte diégétique. Notre objectif n’est pas de refaire une énième comparaison entre les deux œuvres, mais de montrer les modalités de l’utilisation de l’histoire dans l’Agésilas par rapport aux Helléniques. En somme, notre comparaison ne cherche pas à établir une vérité historique, mais à comprendre comment l’écriture de l’histoire se conçoit dans l’Agésilas.

10  Voir Helléniques VI, 5, 23-32 et H. R. Breitenbach, op. cit., col. 1705.

11  On peut raisonnablement conclure (comme C. Tuplin, op. cit., p. 197) que les Helléniques, sous une forme ou une autre, du moins jusqu’à la bataille de Coronée (IV, 5, 1), ont été écrites avant l’Agésilas. À notre avis, la comparaison des Helléniques et de l’Agésilas peut tout à fait s’affranchir d’un débat chronologique relativement stérile.

12  Helléniques V, 4, 49 est proche d’Agésilas II, 22 ; voir l’analyse d’A. Opitz, op. cit., p. 76 et 84-85.

13  Agésilas est d’ailleurs qualifié d’γμων des Grecs et des barbares (Agésilas I, 35). Sur la date de 377, voir plus bas.

14  Les deux premiers chapitres représentant 16,5 pages dans l’édition d’Oxford (Marchant), Xénophon consacre 12,5 pages à la période de 396 à 394, 1 page à la période de 394 à 386, 1/2 page à la période de 386 à 371, 1/2 page aux événements postérieurs à Leuctres et 2 pages aux activités diplomatiques d’Agésilas après ses quatre-vingts ans.

15  Le cas le plus évident étant la mise en parallèle des hauts faits de la petite cité de Phlionte et des méfaits d’Euphron, le tyran de Sicyone. Voir J.-C. Riedinger, op. cit., p. 33-35, 117-121 et P. Pontier, « Xénophon, Sparte et Phlionte », Ktèma, 32 (2007), p. 363-377, sur Phlionte.

16  Agésilas II, 13, κα παντοοις πλοις est ajouté au texte des Helléniques (IV, 3, 20), ce qui permet de sous-entendre que les blessures ont été infligées par des armes de nature différente, autrement dit qu’Agésilas a bien été au cœur de la mêlée.

17  Agésilas I, 5 ; I, 6-8. Dans les deux cas, le résumé permet de laisser de côté des détails gênants pour l’éloge, détails que rapportent les Helléniques. Voir sur ces commentaires le tableau de M. Buijs, op. cit., p. 125.

18  Agésilas VII, 5 mentionne γγς δ μριοι comme nombre de morts chez les ennemis contre huit Lacédémoniens, là où Helléniques IV, 3, 1 se contente de donner l’adjectif παμπληθες. Il s’agit vraisemblablement d’une exagération poétique propre au genre de l’Agésilas. Il n’est peut-être pas nécessaire d’invoquer « une erreur ou une faute de copiste » (Hatzfeld, CUF, 1939, n. 1 p. 21).

19  Voir A. Opitz, op. cit., p. 4 : in laudatione persona Agesilai multo magis primo loco ponitur quam in Hellenicis. On ne peut toutefois pas accuser Xénophon de trahison ou de mensonge, tout au plus de raccourci.

20  Dans ce passage, le parallèle le plus évident entre le récit des Helléniques et l’Agésilas est le suivant (il n’est curieusement pas noté par A. Opitz) : Helléniques VI, 5, 28 : ο δ Σπαρτιται τείχιστον χοντες τν πόλιν, λλος λλ διαταχθείς, μάλα λίγοι κα ντες κα φαινόμενοι φύλαττον. Agésilas II, 24 : μως διεφύλαξε τν πόλιν, κα τατα τείχιστον οσαν. Quel que soit l’ordre de composition, la proximité des récits est évidente. Pour les autres sources qui mettent en valeur le rôle d’Agésilas dans la défense de Sparte, voir Plutarque, Vie d’Agésilas 31-32 ; Cornélius Nepos, Agésilas 6 ; Polyen, II, 1, 14 ; 15 ; 27 ; 29. Voir P. Cartledge, Agesilaos and the Crisis of Sparta, Baltimore, Duckworth, 1987, p. 232-234, pour une interprétation historique de cet épisode, et C. Tuplin, op. cit., p. 142-144, pour une discussion de cette différence entre l’Agésilas et les Helléniques, qui remarque que, dans l’Agésilas, Xénophon ne mentionne pas l’arrivée des alliés des Lacédémoniens comme cause du retrait des ennemis. Cela dit, le récit de l’Agésilas est incomplet, puisqu’il ne mentionne que la stratégie défensive d’Agésilas, ses attentes (νομίζων) et non un déroulement précis des opérations. Comme souvent dans l’éloge, l’histoire n’est apparemment faussée que par ellipse.

21  Sauf indication contraire, nous suivons la traduction de M. Casevitz pour l’Agésilas (Xénophon. Constitution des Lacédémoniens. Agésilas. Hiéron, Paris, Les Belles Lettres (Coll. La Roue à livres), 2008) et les traductions de la CUF pour les autres œuvres.

22  Xénophon utilise l’aoriste pour isoler cet acte et le commenter comme la première grande action d’Agésilas en Asie : μο ον τοτο πρτον καλν δοκε διαπρξασθαι (I, 12).

23  Voir aussi II, 18, avec une construction symétrique (κ τοτου δ ασθανμενος).

24  On peut distinguer les prises en compte des événements accomplis des anticipations de ce qui pourrait se produire, voir sur ce point I, 20 ; I, 24 ; II, 8 ; II, 18 ; II, 24 ; II, 29 ; II, 31 (avec les verbes γιγνσκειν, νομζειν, γεσθαι).Voir aussi les remarques de J.-Cl. Riedinger, Étude sur les Helléniques. Xénophon et l’histoire, Paris, Les Belles Lettres, 1991, p. 81-84.

25  Voir Helléniques IV, 4, 19 (νθυμηθντες) ; même approximation pour Agésilas II, 18, voir Helléniques IV, 5, 1 (κοοντες). La préférence accordée au verbe κατανοεν, dans les deux exemples de l’éloge (II, 17 ; II, 28),est révélatrice.

26  Nous laissons de côté la bataille du Pactole et les opérations d’Agésilas en Asie mineure.

27  Sur la comparaison du récit de la bataille dans les Helléniques et l’Agésilas, voir la discussion de W. P. Henry, op. cit. n. 9, p. 119-121 et surtout p. 147-152 ; sur la mise en parallèle possible de Xénophon et Thucydide, V, 74, 1 (Κα μν μάχη τοιαύτη κα τι γγύτατα τούτων γένετο, πλείστου δ χρόνου μεγίστη δ τν λληνικν κα π ξιολογωτάτων πόλεων ξυνελθοσα, bataille de Mantinée de 418), E. M. Soulis, Xenophon and Thucydides, Athènes, s. n., 1972, p. 88. Enfin, sur le déroulement de la bataille, voir récemment J. Buckler, Aegean Greece in the Fourth Century, Leyde, Brill, 2003, p. 90-95, qui la considère peut-être exagérément comme une défaite spartiate, même si le texte de Xénophon laisse entendre de nombreuses pertes du côté spartiate.

28  « Mais je vais exposer aussi en détail la bataille ; en effet il n’y en a eu vraiment aucune autre pareille parmi celles de notre temps. » (notre traduction)

29  Ou π selon les manuscrits, ce qui ne change pas fondamentalement le sens. A. Opitz, op. cit. n. 9, p. 57, défend la lecture π, car il explique les modifications des Helléniques à l’Agésilas par le souci d’éviter les hiatus. Cette explication peut paraître juste dans certains cas, notamment pour le changement de οαen οαπερ.

30  « Mais je vais exposer aussi en détail la bataille et montrer comment il n’y en a eu aucune autre pareille parmi celles de notre temps du moins. » (notre traduction)

31  Voir Helléniques IV, 2, 16 (φρσω) ; IV, 8, 1 ; V, 4, 1 ; Mémorables I, 2, 13 ; II, 1, 27 ; III, 1, 1 ; IV, 2, 1 ; Économique XI, 2 ; XI, 7 ; Cyropédie VIII, 2, 7 ; VIII, 8, 8 ; Constitution des Lacédémoniens XIII, 2 ; Poroi I, 2 ; IV, 13 ; Le Commandant de cavalerie I, 17 ; Art de la chasseII, 2. (φρσω) ; III, 11 (φρσω). Voir V. Gray, « Interventions and Citations in Xenophon, Hellenica and Anabasis », CQ, 53 (2003), p. 114-115 sur ce type d’interventions du narrateur dans les Helléniques et l’Anabase.

32  On peut mentionner aussi Agésilas I, 9, même si Xénophon ne prend pas directement la parole : πεί γε μν λαβν τ στράτευμα ξέπλευσε, πς ν τις σαφέστερον πιδείξειεν ς στρατήγησεν ε ατ διηγήσαιτο πραξεν; ν τοίνυν τ σί δε πρώτη πρξις γένετο, et éventuellement I, 38 : τν μν δ ν τ σί πράξεων τοτο τέλος γένετο.

33  On peut commenter aussi la disparition de la particule γεà valeur peut-être trop restrictive pour l’éloge.

34  Voir S. Mazzarino Il Pensiero storico classico. I, Bari, Laterza, 1950, p. 356-358 sur ce passage.

35  E. Schwartz, « Quellenuntersuchungen zur griechischen Geschichte », RhM, 44 (1889), p. 169-193, la qualifie de « bekannte Urtheil » (p. 182).

36  Pour les pronoms personnels, Agésilas IV, 6 (discours rapporté d’Agésilas) ; VII, 6 (idem) ; VII, 7. Pour les verbes conjugués à la première personne du pluriel, voir V, 6 ; VII, 1, πιστμεθα (Xénophon) et VII, 6, φανιομεν, ξομεν (discours rapporté d’Agésilas).

37  M. Sordi,  « I caratteri dell’ opera storiografica di Senofonte nelle Elleniche. Parte Prima. La Composizione delle Elleniche », Athenaeum, 28 (1950), p. 33.

38  Voir déjà E. Schwartz, op. cit., p. 182, qui souligne qu’à Leuctres, seules Sparte et Thèbes étaient aux prises ; et à Mantinée, le résultat de la bataille est indécis aux yeux de Xénophon.

39  C. D. Hamilton, « Thebes and Sparta in the Fourth Century : Agesilaus’ Theban Obsession », Ktèma, 19 (1994), p. 239-258, ici p. 248-249.

40  Voir aussi Plutarque, Vie d’Agésilas 27, 1-3 ; et D. R. Shipley, A Commentary on Plutarch’s Life of Agesilaos, Londres, Clarendon Press, 1997, p. 305-308 pour des précisions sur cette maladie.

41  Voir J. Dillery, Xenophon and the History of his Times, Londres & New York, Routledge, 1995, p. 221-225 sur ce passage des Helléniques et sur l’importance de l’interprétation divine que fait Xénophon de l’épisode.

42  La fin de la phrase semble en effet englober toute la fin du chapitre II, jusqu’à la mort d’Agésilas. Les σφλματα ne désignent donc pas seulement les premiers revers spartiates jusqu’à Leuctres que rapportent les Helléniques, mais également la bataille de Leuctres et les années difficiles qui l’ont suivie (voir aussi C. Tuplin, The Failings of Empire. A Reading of Xenophon Hellenica 2, 3, 11-7, 5, 27, Stuttgart, Steiner, 1993, p. 130, n. 13). Une allusion des Helléniques, à propos de la fidélité inconditionnelle des Phliasiens (Helléniques VII, 2, 2), confirme cette analyse : « Les Phliasiens, donc, étaient devenus les amis des Lacédémoniens au moment où ceux-ci étaient au comble de leur puissance ; après la défaite des Lacédémoniens à Leuctres (σφαλντων δ’ατν ν τ ν Λεκτροις μχ), la défection de beaucoup de périèques, celle de tous les hilotes, celle enfin des alliés sauf un très petit nombre, quand tous les Grecs, pour ainsi dire, marchaient contre eux, ils demeurèrent fidèles ».

43  Voir Enée le Tacticien, prol., 1 ; Thucydide, V, 14, 2 ; V, 17, 1 ; VIII, 32, 3 ; VIII, 106, 2 ; Xénophon, Banquet VIII, 18 ; Cyropédie VIII, 5, 7 ; Helléniques VII, 2, 2 (σφαλντων). Dans un autre genre, bien plus philosophique, le terme σφλμαest associé au mauvais commandement dans le Politique de Platon (298b).

44  En V, 14, 2, du côté des Athéniens, le terme σφλματα renvoie aux « échecs » de Délion et d’Amphipolis, alors que pour les Spartiates, le terme συμφορ évoque la défaite de Sphactérie (τ ν τ νήσ ξυμφορ) ; en VIII, 106, 2 (διά τε τ κατ βραχ σφάλματα κα δι τν ν τ Σικελί ξυμφοράν), l’expression renvoie à la situation délicate de la flotte athénienne après une série de revers et la débâcle sicilienne. S. Hornblower, A Commentary on Thucydides. Vol. III, Oxford, Clarendon Press, 2008, p. 1049 (ad loc.), note la reprise de la même expression (τν ν τ Σικελί ξυμφοράν) pour qualifier l’expédition sicilienne en VIII, 96, 1. Enfin, on comparera cette phrase de l’Agésilas au jugement de Plutarque après Leuctres et l’invasion de la Laconie, Vie d’Agésilas 33, 4 : « l’État spartiate avait été parfaitement réglé pour la vertu, la paix et la concorde ; en y ajoutant des dominations et un empire acquis par la force, et dont Lycurgue pensait qu’une cité n’a aucun besoin pour vivre heureuse, les Spartiates s’égarèrent (σφλησαν) ».

45  Les points de rencontre entre Thucydide et Xénophon sont nombreux, et, sans parler des discussions sans fin sur Xénophon éditeur de Thucydide, l’on a souvent relevé les parentés entre les Helléniques et l’œuvre de Thucydide. Voir, entre autres, M. Sordi, op. cit. n. 37 ; E. M. Soulis,  op. cit. n. 27 ; T. Rood, « Xenophon and Diodorus : Continuing Thucydides », in C. Tuplin (ed.), Xenophon and his World, Stuttgart, Steiner, 2004, p. 341-395 ; E. Tamiolaki, « Les Helléniques entre tradition et innovation. Aspects de la relation intertextuelle entre Xénophon, Hérodote et Thucydide », CEA, 45 (2008), p. 15-52. Dans ce domaine comparatif, l’Agésilas étant moins lu que les Helléniques, à notre connaissance, le parallèle que nous faisons est inédit. Selon Xénophon, la défaite de Leuctres est d’emblée définie comme un « désastre » insupportable aux yeux des Lacédémoniens, voir Helléniques VI, 4, 14 (φρητον τν συμφορν γομενοι).

46  Helléniques VII, 1, 6 (Aigos-Potamoi) et VII, 1, 10 (Leuctres). Voir sur la question E. Luppino Manes, Egemonia di terra ed egemonia di mare. Tracce del dibattituto nella storiografia tra V e IV sec. a. C., Turin, Ed. dell’Orso, 2000, particulièrement p. 161-188 sur le discours de Proclès.

47  Agésilas II, 23 : πολλν νομιζόντων οδ' ν ξελθεν Λακεδαιμονίους πολλο χρόνου κ τς ατν : « bien que beaucoup estimassent que les Lacédémoniens ne pourraient même pas de longtemps sortir de leur pays ».

48  Agésilas II, 24 : ατν Σπαρτιατν ο μειόνων πολωλότων ν τ ν Λεύκτροις μάχ λειπομένων : « quand des Spartiates eux‑mêmes eurent péri dans la bataille de Leuctres en nombre qui n’était pas inférieur au nombre de ceux qui restaient ».

49  Voir sur la Paix de 362 en dernier lieu M. Jehne, Koine eirene. Untersuchungen zu den Befriedungs- und Stabilisierungsbemühungen in der griechischen Poliswelt des 4. Jahrhunderts V. Chr., Stuttgart, Steiner, 1994, p. 96-115 ; J. Buckler, op. cit. n. 27, p. 349-350, et sur Agésilas II, 29, p. 100, n. 30 avec la bibliographie antérieure. Il reste quelques obstacles à cette interprétation : la concordance possible du témoignage de Diodore XV, 90, 2 ; comme nous l’avons souligné, la place de la réflexion d’Agésilas dans la chronologie de l’éloge ; l’utilisation de l’adverbe νν. Voir enfin P. Cartledge, op. cit. n. 20, p. 200-202 sur la Messénie et les relations complexes entre Agésilas et Artaxerxès, qui rappelle que Sparte comme le Roi, en définitive, étaient écartés des négociations, et qui situe à ce moment-là la fameuse lettre que le Roi aurait envoyée à Agésilas, épisode que rapporte Xénophon dans la deuxième partie de l’éloge (Agésilas VIII, 3-4 ; Plutarque, Vie d’Agésilas 23, 10).

50  N’oublions pas que le chapitre II ne se finit pas, comme on pourrait s’y attendre, par la mention de la mort d’Agésilas. Il faut attendre l’extrême fin de l’éloge pour que Xénophon fasse allusion à ses funérailles.

51  Voir M. Nouhaud, L’Utilisation de l’histoire par les orateurs attiques, Paris, Les Belles Lettres, 1982, ch. 1-2, p. 29-104.

52  Dans le récit parallèle des Helléniques, on lit qu’Agésilas a accepté trente talents de Tithraustès pour passer en Phrygie, chez Pharnabaze (Helléniques III, 4, 25-26). Les récits des Helléniques et de l’Agésilas sont ici complémentaires, et non contradictoires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Pontier, « L’Agésilas de Xénophon : comment on réécrit l’histoire », Cahiers des études anciennes, XLVII | 2010, 359-383.

Référence électronique

Pierre Pontier, « L’Agésilas de Xénophon : comment on réécrit l’histoire », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVII | 2010, mis en ligne le 13 mars 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/132

Haut de page

Auteur

Pierre Pontier

Université de Paris-IV

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org