Navigation – Plan du site
III.1 L'histoire comme ktèma es aiei et les défis de l'impartialité: le narrateur «intime»
III.1.2 Ressources parénétiques d'une «refiguration» du passé

L’Ab Vrbe Condita  : quel instrument politique ?

Bernard Mineo
p. 385-408

Entrées d’index

Index de mots-clés :

historiographie, politique, Tite-Live
Haut de page

Texte intégral

1Tite-Live entreprit la composition de son ouvrage à un moment crucial pour l’histoire de Rome. Tout laisse penser, en effet, que les débuts de cette entreprise doivent être situés autour de 27 av. J.-C., et coïncident avec le moment où le principat commence à sortir de ses limbes. On comprendra aisément qu’un tel contexte peut difficilement ne pas avoir eu d’incidence sur la conception même d’une œuvre dont l’objet était de réfléchir au sens de l’histoire. Or, la préface établit précisément un lien très fort entre l’actualité et la finalité de l’Ab Vrbe Condita, puisque cette dernière affiche l’ambition d’expliquer les mécanismes à l’origine du développement de Rome puis du déclin ayant conduit progressivement à la situation catastrophique qui est celle de l’auteur au moment où il écrit :

  • 1  Tite-Live, Praef. 9 : Ad illa mihi pro se quisque acriter intendat animum, quae uita, qui mores fu (...)

2Ce qu’il me plairait que l’on s’emploie, chacun pour sa part, à étudier attentivement, c’est la vie et les mœurs d’autrefois, ce sont les grands hommes et les politiques qui permirent, dans la paix comme dans la guerre, d’établir notre empire et de l’étendre ; que l’on s’attache, ensuite, à suivre par l’esprit d’abord une sorte de dissension morale, accompagnant un relâchement progressif de la discipline, puis, un relâchement de plus en plus marqué, et finalement le début d’un mouvement d’effondrement précipité, jusqu’à nos jours, où il ne nous est pas plus possible d’endurer nos vices que leurs remèdes1.

  • 2  Tacite, Annales, IV, 34. Dans ce passage célèbre, Crémutius Cordus se défend d’avoir enfreint la l (...)
  • 3  B. Mineo, Tite-Live et l’histoire de Rome, Paris, Klincksieck, 2006, p. 112-134.
  • 4  Deux passages de Properce (I, 8, 21 ; II, 7, 1-10) pourraient confirmer la réalité historique de c (...)
  • 5  Même interprétation de la préface de Tite-Live et de l’espoir de guérison dans P. Zanker, The Powe (...)

3Il est apparu à beaucoup que ces lignes sévères sur les mœurs contemporaines ne pouvaient pas s’accorder avec des sympathies pour le nouveau pouvoir. On a vu aussi, dans un passage de Tacite dans lequel Auguste paraît railler l’historien en le qualifiant de pompéien, une autre preuve de l’esprit résolument républicain de notre auteur, et donc de sa nécessaire hostilité à la monarchie augustéenne2. C’est là un point de vue bien connu sur lequel il paraît nécessaire de revenir un instant avant de pouvoir nous engager dans une réflexion sur l’instrumentalisation de l’œuvre de Tite-Live. De fait, il nous semble que le pompéianisme supposé de l’auteur ne saurait constituer en soi la preuve d’une hostilité quelconque à l’égard d’Auguste, si l’on veut bien replacer cette posture politique dans le contexte du rétablissement de l’état de droit (res publica restituta) des années 20, où les figures républicaines de Pompée ou de Caton semblent avoir été récupérées par le nouveau pouvoir, tandis que la dictature césarienne était honnie3. On notera également que le passage même de la préface précédemment cité, interprété souvent comme un signe du pessimisme livien à l’endroit du nouveau pouvoir, semble être lui-même, en réalité, un indice du pari engagé par Tite-Live en faveur de la réussite de la politique de restauration morale, religieuse et politique engagée par l’Empereur : les remedia sont de fait probablement une allusion à la tentative avortée de faire passer, peu après 27, des lois encourageant le mariage et réprimant l’adultère, d’où probablement la remarque de Tite-Live sur l’incapacité de ses contemporains à accepter les remèdes qui leur étaient proposés4. Quant à la nécessité marquée de ces remedia en raison de l’impossibilité d’endurer les uitia, elle s’explique dans le cadre d’une conception cyclique de l’histoire, qui présente la situation contemporaine, soit le chaos né d’une guerre civile dont les cendres sont à peine refroidies, à la fois comme un nadir et comme un pivot temporel : Rome encore fumante, ne peut davantage descendre dans les abîmes ; elle doit définitivement disparaître, tout au moins ne plus être elle-même, ou renaître pour un nouveau cycle de vie, ainsi qu’Auguste s’y est engagé en plaçant son action sous le patronage d’Apollon. La sévérité du ton est donc celle d’un censeur qui soulignerait la nécessité d’un sursaut moral de la part de ses compatriotes, de sorte que ce passage de la préface, loin de constituer une prétendue preuve du scepticisme livien à l’endroit d’Auguste, nous paraît refléter, au contraire, une étroite communauté de pensée et de sentiments entre les deux hommes5.

  • 6  Tite-Live, præf. 10 : […] inde tibi tuaeque rei publicæ quod imitere capias, inde […] quod uites [ (...)

4Mais il est cependant probable que l’historien devait aussi avoir pour ambition d’encourager le Prince à prendre la bonne direction en lui tendant le miroir des vertus et des politiques qui avaient fait la grandeur passée de Rome, ce que suggère le passage de la préface rappelant que l’histoire offre des exemples à suivre et d’autres à éviter, et que son étude est salutaire et fructueuse6. Ces données laissent donc penser que si l’historien entendait accompagner les efforts permettant la renaissance romaine en montrant la voie à ses contemporains, il n’agissait ni en opposant ni en courtisan, mais en amoureux de Rome.

  • 7  G. B. Miles (Livy, Reconstructing Early Rome, Ithaca / Londres, Cornell University Press, 1995, p. (...)

5La synthèse morale et politique livienne était donc destinée à l’usage de ses compatriotes mais aussi de celui à qui était revenu la lourde responsabilité d’impulser un nouveau commencement à la Ville. Si l’historien avait accepté d’encourager les premiers pas de la res publica augustéenne, et d’inscrire en creux cette dernière dans son œuvre comme un espoir, en faisant un pari sur l’avenir, il n’en avait peut-être pas moins conçu l’ambition dans le même temps de pouvoir contribuer quelque peu, par la séduction de son discours, à ce que le Princeps se piquât plus sérieusement à son propre jeu7.

6Nous essaierons donc ici d’examiner précisément dans quelle mesure l’Ab Vrbe Condita peut être considérée comme un instrument politique permettant à l’historien de faire valoir sa vision des événements contemporains ; de fait, si l’historien est indubitablement augustéen au regard des valeurs au cœur de son ouvrage, lesquelles recoupent l’aspiration à la paix civile et à un ordre moral, cela n’implique pas que celui-ci soit nécessairement un instrument au service du prince. Nous verrons donc comment en mettant en perspective le rôle du princeps, dans le cadre d’une conception cyclique de l’histoire, Tite-Live paraît a priori avoir voulu servir les intérêts de celui-ci en lui reconnaissant une légitimité historique. Il restera ensuite à interpréter certains indices narratifs qui semblent indiquer que l’auteur entendait aussi et avant tout utiliser son œuvre pour défendre sa propre conception du principat.

I. Place d’Auguste dans la représentation livienne du temps

  • 8  B. Mineo, op. cit., p. 137-336.

7L’instauration du principat constitue de fait le point de référence fondamentale d’une représentation cyclique du temps dont j’ai essayé de montrer la mise en œuvre dans l’Ab Vrbe Condita de Tite-Live dans un récent ouvrage8. Le schéma qui suit permettra de mieux s’en figurer les délimitations chronologiques.

superbialicentiametus hostilis
  • 9  Sur les problèmes de la chronologie cyclique chez Tite-Live, cf. B. Mineo, op. cit., p. 84-137.
  • 10  Cf. Préface de J. Bayet, Tite Live, Histoire Romaine, Paris, Les Belles Lettres, 1947, I, p. CXXII (...)
  • 11  Pour une étude détaillée de la question et une présentation de l’hypothèse cyclique, cf. B. Mineo, (...)

8Le choix de l’année 207 pour indiquer le début discret de l’affaiblissement moral et politique de Rome est du reste remarquable par rapport à la tradition historiographique qui précède notre auteur, si l’on songe que Polybe avait plutôt choisi comme repère la victoire de Pydna (168), Salluste la destruction de Carthage (146). Là encore, la volonté de l’historien de créer des symétries, de permettre des analogies est sensible ; si l’on se réfère à la chronologie courte établie par J. Bayet9, qui situe la prise de Rome par les Gaulois et sa refondation par Camille en l’an 360 ab Vrbe condita, ce dernier événement intervient à mi-chemin de la fondation par Romulus et de la nouvelle naissance de la Ville que permet l’instauration du régime impérial10. La bataille du Métaure se situe, d’autre part, exactement entre la prise de Rome par les Gaulois et 27 av. J.-C., de même que le premier sommet politico-moral de la cité, signalé par le règne de Servius Tullius, s’était trouvé à équidistance de la fondation et de la tragédie gauloise11.

9Le résultat le plus remarquable de cette construction consiste dans le parfait parallélisme des situations historiques entourant les deux nadirs cycliques : la première mort de Rome (la prise de la Ville par les Gaulois) apparaît comme le terme d’une évolution politique encourageant le développement de la discorde, qui avait débuté à partir du règne de Tarquin le Superbe. Conformément au schéma évolutif décrit dans la préface, après un début discret, ce déclin s’accélérait et aboutissait à une situation de crise aiguë évoquée dans les livres IV et V ; l’auteur y montrait notamment comment la multiplication des procès injustes contre les patriciens, la superbia croissante de ces derniers, l’affaiblissement de la discipline militaire, le danger grandissant des invasions étrangères (la discorde faisant négliger le metus hostilis), l’abandon des valeurs traditionnelles, notamment la pietas et la fides, étaient à l’origine de l’affaiblissement de la cité ; l’attaque gauloise est du reste présentée comme la conséquence d’un manque de fides des ambassadeurs romains, tandis que la défaite militaire s’explique par l’absence de Camille, le seul homme capable de faire front, et qui se trouve, à la suite d’une injuste condamnation, enfermé dans un exil volontaire : la discorde a ainsi eu raison de Rome.

10De la même façon, après la bataille du Métaure, en 207, et à partir du débarquement de Scipion en Afrique qui inaugure une nouvelle phase de la conquête, la superbia des grands, bientôt oublieux des mores maiorum, se développe de nouveau, encouragée par les nouveaux progrès de la puissance romaine qui nourrissent l’auaritia et la luxuria des habitants de l’Vrbs ; la plèbe, de son côté, se laisse aller à la licentia, provoquée par l’orgueil des dirigeants et se trouve parfois séduite par le charisme de grands imperatores, émules d’Alexandre le Grand ; les guerres civiles viennent à la clé de cette évolution qui aboutit, 180 ans après le Métaure, à l’établissement du principat.

  • 12  Sur ce type d’approche de l’histoire, cf. P. M. Martin, « Sur quelques Fondations de Rome, Condere (...)

11Autrement dit, Tite-Live a projeté dans son récit du premier cycle de Rome les mêmes mécanismes dialectiques que ceux ayant abouti aux guerres civiles de son époque et donc à la deuxième mort de Rome. Il n’est donc pas difficile de deviner derrière ces choix et la symétrie des situations historiques, le désir de l’auteur de mettre en perspective la signification des débuts du principat. La dialectique livienne de l’histoire indique assez l’espoir qu’entretenait l’auteur d’une nouvelle naissance de Rome sous les auspices d’Auguste, qui devait intervenir au terme d’un long processus de déclin marqué par la discorde civile, comme cela avait été le cas une première fois à l’époque de Camille12.

II. Rôle d’Auguste dans l’histoire livienne : un nouveau Romulus, un nouveau Camille

12Si la place d’Auguste dans l’histoire semble ainsi inscrite au cœur de la conception livienne du temps, un peu comme elle le sera dans la mise en scène des summi uiri du Forum d’Auguste, la nature de son rôle est quant à elle nettement éclairée par les analogies qui rattachent le Princeps aux deux personnages fondateur et refondateur de la cité qui le préfigurent à maints égards dans le récit de Tite-Live.

13Nous n’insisterons pas ici, faute de place, sur les brèves préfigurations augustéennes antérieures aux cycles historiques proprement romains que sont Évandre et Énée. Les premières analogies augustéennes qu’il s’agira donc ici de repérer concerneront Romulus.

14Les analogies entre Auguste et Romulus étaient à la fois plus faciles et plus difficiles à établir. Plus faciles, puisqu’Octave avait ouvertement affiché sa prétention à être un nouveau Romulus ; plus difficiles, parce que la légende du personnage était déjà trop élaborée pour pouvoir aisément être infléchie.

  • 13  G. B. Miles, op. cit., p. 164-165.
  • 14  Res Gestae 34, 3 ; G. B. Miles, op. cit.,p.164-165.

15On notera que la similitude existant entre la figure impériale et celle du roi fondateur est tout d’abord très générale. Ainsi G. B. Miles a-t-il pu montrer comment la présentation livienne de Romulus insistait particulièrement sur le soutien populaire dont avait joui le roi et sur le fait que la grandeur de celui-ci ne devait pas tout aux origines divines et royales du personnage mais qu’au contraire ses succès s’expliquaient principalement par son mérite personnel13. Une configuration générale donc qui ne peut manquer de faire penser à l’auto-représentation d’Auguste dans les Res Gestae dans lesquelles l’Empereur semble vouloir rendre compte de son exceptionnelle auctoritas en insistant sur l’importance de ses réalisations et de ses bienfaits14 tandis que le reste de sa propagande, à travers l’architecture, le monnayage en particulier, ne manque pas, de rappeler sa divine ascendance.

16Dans le détail, on relèvera également un certain nombre d’éléments susceptibles d’établir une relation entre les deux personnages.

  • 15  Tite-Live, I, 6, 4.
  • 16  Tite-Live, I, 6, 3 : cupido cepit in iis locis ubi expositi ubique educati erant urbis condendae ;(...)

17C’est ainsi que l’évocation du Palatin intervient de façon notable dans la construction de l’analogie. Elle est, comme on le sait, dans le récit livien, la colline au pied de laquelle les jumeaux furent recueillis et où ils furent élevés ; c’est encore le point géographique d’où Romulus dessina son templum céleste pour prendre les auspices15. C’est aussi, dans la réalité politique, la colline où naquit Auguste, celle où il devait élire domicile, où il devait prétendre avoir observé douze vautours lorsqu’il y prit les auspices lors de son premier consulat en 43 av. J.-C. C’est là qu’il consacra en octobre 28 un temple à Apollon, ce dieu sous les auspices duquel le Prince entendait inaugurer une ère nouvelle pour la Ville ; c’est encore sur cette même colline que l’Empereur allait faire construire cette domus aux apparences modestes, située entre le nouveau temple d’Apollon et le Faustuli tugurium. On relèvera en particulier le caractère singulièrement insistant du commentaire narratif par lequel Tite-Live souligne le lien entre le choix du Palatin pour y fonder une ville et le fait d’y avoir été exposé et éduqué16.

18La façon dont Tite-Live met, par ailleurs, en valeur la fonction de conditor de Romulus et lui fait jeter les fondements de l’État laisse apparaître une nouvelle fois une grande conformité avec la conception augustéenne du pouvoir.

  • 17  Tite-Live, I, 8, 1 : rebus diuinis rite perpetratis uocataque ad concilium multitudine quae coales (...)
  • 18 Cf. B. Mineo, op. cit., p. 145.

19Il s’agit tout d’abord pour lui de fondre (coalescere) des éléments humains fort disparates en un seul corps civique homogène placé sous une autorité unique, comme Énée l’a déjà fait dans le récit livien pour unir Aborigènes et Troyens17. Or, nous retrouvons là une représentation organiciste et dualiste de la cité fort ancienne mais néanmoins d’actualité, puisqu’elle constitue le cadre de la société impériale soudée autour de son chef par le consensus18.

  • 19  Tite-Live, I, 11, 2 : ita rem coalescere concordia posse.

20De fait, la « recette » romuléenne autorisant la croissance organique de la cité se trouve être, elle aussi, typiquement augustéenne, puisqu’il s’agit de la concordia. Or, les récits traditionnels des premiers combats que Romulus avait livrés pour affirmer la puissance de Rome ne laissaient guère de place a priori à un Romulus qui eût été l’homme du consensus et de la méthode douce. Il n’en est que plus significatif que Tite-Live se soit malgré tout employé à le faire en montrant le fondateur de la ville acceptant volontiers de suivre la politique de concorde que lui suggère son épouse Hersilia afin de renforcer l’unité et la puissance de Rome19.

  • 20  Tite-Live, I, 13, 4-8.

21L’importance de la concordia dans la politique de Romulus est encore rehaussée par le commentaire livien visant à caractériser le règne conjoint de Romulus et de Tatius, après la fusion des peuples romains et sabins faisant valoir l’idée que « non seulement les deux rois régnèrent ensemble, mais qu’ils le firent en plus dans un esprit de concorde » : inde non modo commune, sed concors etiam regnum duobus regibus fuit20.

  • 21  La comparaison avec Cicéron (De republica II, 7, 13), qui semble suivre la tradition du récit de G (...)
  • 22  Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines II, 50, 4.
  • 23  Tite-Live, I, 14, 1-2 ; Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines II, 51-52.

22Il est aussi significatif que l’on ne retrouve aucune référence à cette concorde dans le récit parallèle qu’il est loisible de suivre chez Cicéron, lequel semble avoir consulté les Annales de Gellius21. Le récit de Denys fait quant à lui état de la bonne entente entre les deux rois pendant cinq ans22, puis évoque la crise que traversèrent leurs relations lors des violences infligées aux ambassadeurs de Lavinium par les Sabins. Tite-Live, en revanche, minimise la gravité du problème et fait l’ellipse des péripéties de cette affaire qui opposa violemment les deux rois23.

23Un autre aspect important de l’éclairage analogique du personnage de Romulus tient à son activité religieuse qui offre l’image d’une pietas dont les caractéristiques méritent d’être rapportées à la politique religieuse augustéenne.

  • 24  B. Mineo, op. cit., p. 144-155 ; 162-175.

24Le plus intéressant est incontestablement l’évocation des sacrifices offerts par Romulus à Hercule selon le rite grec, à l’origine d’un retour en arrière fort long contenant le récit relatif à l’institution du culte de l’Ara Maxima Herculis par Évandre. Cet épisode permet en effet de faire de Romulus le garant d’un ritus Graecus qui se trouve ainsi étroitement lié aux origines et aux destins de la cité. Son institution ne remonte-t-elle pas, en effet, au fils de Carmenta, une prophétesse dont Tite-Live a pris soin de souligner qu’elle était l’équivalent de la Sibylle avant l’arrivée de cette dernière en Italie ? On se rappelle aussi que, par la suite, ce sera au collège chargé de la consultation des livres sibyllins qu’il reviendra d’être le gardien de ce même rite. L’appartenance d’Auguste au collège des quindécemvirs, l’actualité du transfert des Carmina, l’importance du ritus Graecus dans les cérémonies qui ont permis la consécration du temple apollinien, emblème du nouveau pouvoir, sont à mettre assurément en relation avec ces données du texte livien, qui place ainsi la politique religieuse du Prince dans la continuité de celle de Romulus24.

  • 25  Tite-Live, I, 7, 10 et 15 (trad. J. Baillet, CUF, 1923). L’interprétation évhémériste de la divini (...)

25Le même passage évoque aussi la future apothéose évhémériste d’Hercule, vainqueur de Cacus, et la met en rapport avec celle de Romulus : « ce fut à cette époque le seul culte étranger qu’adopta Romulus : il admettait déjà l’immortalité conquise par le mérite, celle à laquelle le conduisait son destin »25.

  • 26 Cf. B. Mineo, op. cit., p. 171.

26Tel est également l’avenir que les poètes contemporains de Tite-Live laissent espérer à Auguste, prince à qui la victoire sur le chaos semble devoir assurer une place dans le panthéon romain en tant que bienfaiteur de l’humanité. De ce fait, il paraît logique de penser que la série d’apothéoses que laisse miroiter celle d’Hercule dans le récit étiologique relatif à l’Ara Maxima vise à renvoyer, par analogie, à la perspective d’une future divinisation de l’Empereur, pour peu qu’il remplisse effectivement la mission salutaire que les destins lui ont confiée.C’est bien ce que laissent apparaître le récit virgilien de la rencontre d’Évandre et d’Énée, au Chant VIII (194 et sq.), ainsi que deux Odes d’Horace (II, 2, 21 ; III, 3, 9-16) textes dont la composition semble avoir été contemporaine de la rédaction du Livre I de Tite-Live26.

  • 27 Cf. B. Mineo, op. cit., p. 233.

27L’autre grande figure fondatrice de l’histoire de Rome intervenant dans l’Ab Vrbe Condita est celle de Camille, dont le rôle et les qualités font de lui, dans le récit livien, une parfaite préfiguration du Princeps. De fait, les qualités morales dont est revêtu Camille ne sont pas sans rappeler celles que le Sénat romain avait décerné à Auguste en janvier 27, notamment la uirtus, la iustitia, la clementia27.

  • 28  Tite-Live, V, 50 : Omnium primum, ut erat diligentissimus religionum cultor ; quae ad deos immorta (...)
  • 29  Cf. Res Gestae 19-20 ; Dion Cassius, LI, 20, 4; 22.
  • 30  Dion Cassius, L, 25, 3-4.
  • 31  Dion Cassius, LIII, 2,4. On remarquera aussi que l’urgence historique de la piété était également (...)

28Mais par-dessus tout, c’est la figure du pius Camillus qui se prête le mieux au jeu des analogies. Tite-Live souligne à maintes reprises sa piété apollinienne, son souci de l’accomplissement scrupuleux des rites ou de la restauration des cultes nationaux, ce qui lui vaut d’être qualifié de diligentissimus religionum cultor28. Les analogies avec Octave-Auguste sont très fortes : on connaît l’importance d’Apollon pour le nouveau pouvoir, ainsi que la fierté du Prince lorsqu’il se targue, dans ses Res Gestae29, d’avoir fait restaurer 82 temples pour la seule année 28 av. J.-C. ; on se rappelle aussi comment Octave avait dénoncé la trahison par Antoine des dieux de sa patrie30 et pris des mesures pour interdire la célébration des rites égyptiens à l’intérieur du Pomerium31.

  • 32 Cf. B. Mineo, op. cit., p. 126. Alexandrie avait fait planer sur les Romains le même risque que cel (...)
  • 33  CIL I2, p. 191, n°7 = ILS 52 : Veios post urbem captam commigrari passus non est.

29La piété de Camille permettait surtout de dessiner analogiquement le rôle historique qu’Octave avait prétendu jouer en confirmant la pérennité de Rome comme centre du pouvoir. Ainsi le sauveur de Rome reste-t-il fidèle au site choisi par Romulus, en s’opposant à la proposition du tribun Sicinius de permettre à la plèbe de s’installer à Véies, récemment conquise, plutôt que de reconstruire la ville en ruines depuis la catastrophe gauloise ; la réécriture de cet épisode, évoquant à l’origine un simple projet de colonisation, pouvait difficilement ne pas évoquer l’accusation qu’Octave avait lancée contre son rival de vouloir transférer le centre du pouvoir à Alexandrie32. Il est du reste remarquable que les premiers mots de l’elogium de Camille au Forum d’Auguste indiquaient précisément le fait que le vainqueur de Véies n’avait pas permis le transfert de population dans la cité vaincue, ce qui souligne l’importance de ce thème et sa probable actualité augustéenne33.

  • 34  Tite-Live, V, 24, 11.
  • 35  Tite-Live, V, 49, 7 ; VII, 1.

30C’est précisément sa fidélité au site premier de Rome qui lui vaut d’être désigné par les sénateurs comme deus Romulus, dei filius, parens et auctor urbis Romae34 ; des qualités qui lui sont de nouveau reconnues après la libération de la Ville, puisque les Romains décernent à leur sauveur les titres de Romulus ac parens patriae, conditorque alter urbis35.

  • 36  J. Hellegouarc’h (« Le principat de Camille », REL, 48 (1970), p. 112-132) a bien vu que le person (...)
  • 37  Une pièce, lancée entre 29 et 27 en Orient, représente Octave en costume de prêtre, voilé, conduis (...)
  • 38  Suétone, Auguste VII, 4 : […] quibusdam consentibus Romulum appellari oportere quasi et ipsum cond (...)
  • 39  Horace, Odes I, 2, 50 : hic ames dici pater atque princeps.

31Or, l’équivalence ainsi posée entre Camille et Romulus en autorisait une autre, cette fois-ci entre Camille et Auguste36. On se rappelle, en effet, qu’avant de retenir le cognomen d’Auguste, Octave avait caressé l’espoir de se faire appeler Romulus, probablement dès son triomphe sur l’Égypte37 en 29, et qu’à défaut d’en avoir gardé le nom, il en avait conservé le rôle de refondateur38. Le titre de pater patriae devait lui être décerné en 2 av. J.-C., mais il était déjà dans les esprits en 23, puisqu’une ode d’Horace pouvait alors le lui décerner symboliquement39. Enfin les expressions de dei filio et d’auctore urbis Romae, que l’on retrouve dans la titulature officielle d’Auguste, pouvaient difficilement passer inaperçues des lecteurs de Tite-Live.

  • 40  Tite-Live, VII, 1, 9-10 : « Il se montra véritablement exceptionnel en toute situation et fut le p (...)

32Un dernier passage, trop rarement exploité, confirme cette analyse. Il s’agit de l’épitaphe que Tite-Live compose en l’honneur du héros qui vient de mourir. Encore une fois, l’auteur s’attache à faire résonner les analogies : après avoir rappelé les titres de Romulus et de fondateur de Rome revenant à Camille, il précise de fait que ce dernier avait été le princeps de la cité, en temps de paix comme en temps de guerre40.

  • 41 Tite-Live V, 54, 5-6 : « Nous en sommes à la trois cent soixante cinquième année de l’existence de (...)

33Ainsi, grâce à ce système d’analogies, Tite-Live était parvenu à poser l’équivalence historique entre Romulus, Camille et Auguste, les héros dont l’action avait permis que s’ouvrît un nouveau cycle d’histoire. C’est ce que laisse bien apparaître au demeurant l’insistance étonnante de Camille sur les 365 ans de Rome, dans ce discours où il entreprend de persuader la plèbe romaine, après la tourmente gauloise, de rester fidèle au site choisi par Romulus41.

  • 42  J. Hubeaux, « La Crise de la trois cent soixante-cinquième année », AC, (1948), p. 343 et sq. ; Ro (...)
  • 43  Tite-Live, V, 39, 8-40, 1. F. Coarelli (Storia di Roma, Roma in Italia, Turin, Einaudi, 1988, p. 3 (...)

34C’est à J. Hubaux42que revient le mérite d’avoir identifié la signification symbolique de ce chiffre qui indique l’achèvement du premier cycle d’existence de l’Vrbs. Cette mort avait aussi été symbolisée dans le récit de la prise de la ville par l’épisode mettant en scène ces vieux patriciens faisant escorte à la jeunesse romaine en route pour le Capitole pour assurer la continuité des destins de la cité ; après quoi, ces représentants du passé romain s’en étaient retournés vers la ville basse, pour trouver la mort dans le brasier qui allait détruire ce qui restait de la vieille Rome, véritable κπύρωσις derrière laquelle on devine l’antique récit d’une deuotio43.

  • 44  Cf. Ennius, Annales cité par Varron, Res rusticae III, 1, 2 : septingenti sunt paulo plus aut minu (...)
  • 45  Polybe, I, 6, 3 : […] κα λαβόντες οον ρχν τς συναυξήσεως, πολμουν ν τος ξς χρόνοις πρς (...)
  • 46  Virgile avait du reste également recherché à établir une semblable correspondance analogique entre (...)

35Le point de départ choisi par Tite-Live pour marquer les commencements d’un nouveau cycle historique ne saurait du reste surprendre. La gravité de l’événement, le recul territorial de Rome ne pouvaient que donner l’impression d’un retour au point de départ. Ennius déjà, probablement dans ce même discours où Camille dissuade ses compatriotes d’aller s’installer à Véies, semble avoir voulu fermer un cycle d’histoire en évoquant les sept cents ans de la Ville44. Polybe avait choisi de faire lui aussi de cette date l’ρχ de la croissance continue de l’Vrbs45. Mais il n’en reste pas moins vrai qu’en construisant de façon analogique la figure de Camille et la crise traversée par son monde, en faisant, par ailleurs, résonner le chiffre symbolique de 365, Tite‑Live orientait le sens de l’histoire de façon plus précise que ne l’avaient fait ses prédécesseurs. Ses contemporains, bien informés de l’ambition augustéenne d’ouvrir une ère nouvelle, n’eurent sans doute pas grand mal à comprendre le message, d’autant moins que l’historien n’était pas le seul à adopter ainsi une représentation cyclique de l’histoire pour relier Auguste à un passé mythique, comme M. Sordi l’a bien montré à propos de Virgile46.

III. La franchise d’allure de Tite-Live47

  • 47  Sur la franchise (fides) de Tite-Live, cf. les propos que Tacite (Annales IV, 34) prête à Cremutiu (...)

36Si l’Ab Vrbe Condita peut donc être envisagée comme un instrument visant à illustrer une légitimité politique en réalité acquise par le fer, il est cependant vraisemblable que cette instrumentalisation n’est qu’incidente, la conséquence d’un choix plus fondamental dans l’œuvre, celui de la valorisation du retour à la concorde, à l’état de droit, et aux valeurs cardinales qui ont fait la grandeur de Rome, et que le Prince prétend rétablir. La reconnaissance de la place de celui-ci dans l’histoire, la fabrication d’une logique historique qui semble correspondre au rôle qu’Auguste prétend vouloir assumer dans la cité, a surtout pour effet de prendre ce dernier au mot et de le camper dans une posture politique, qui lui interdit en réalité l’exercice arbitraire du pouvoir, comme le laisse bien comprendre le souci de Tite-Live de présenter le comportement politique de Manlius Capitolinus en contrepoint de celui qui est prêté à Camille dans les chapitres qui précèdent immédiatement.

37Le vainqueur de Brennus nous y est en effet dépeint paré de toutes les qualités augustéennes qui lui ont été reconnues au livre V. Alors que le personnage vient d’être réélu tribun militaire à pouvoir consulaire pour la quatrième fois, sa prééminence politique au sein du gouvernement de la République est en effet reconnue spontanément par ses cinq collègues lesquels acceptent de subordonner leur pouvoir à celui de Camille en raison du péril militaire du moment (VI, 6, 6-7). Dans ces conditions, il n’est même plus besoin de nommer un dictateur (VI, 6, 6 ; 7, 5); le Sénat approuve pleinement cette situation, tandis que le héros, autour duquel s’est formé un consensus (VI, 6, 9), fait encore une fois la preuve de sa popularité en obtenant le suffrage des comices pour l’élection au tribunat militaire (VI, 6-7).. Autre trait notable de cette construction, la modestie de Camille (VI, 6-8), qui, n’ayant aucunement recherché cette position éminente au sein de l’État, se tient prêt à obéir et à commander, sans chercher à s’approprier une part de la gloire commune (VI, 18).

  • 48 Cf. B. Mineo, op. cit., p. 112-132.
  • 49  Cf. Ibid., p. 233.

38On voit bien que cette mise en scène vise en réalité à produire un effet de miroir avec la situation politique qui avait prévalu à Rome après la Guerre civile, et notamment avec les mesures laissant accroire au rétablissement de l’état de droit (respublica restituta)48 dans les années 20 : on observe en effet dans les deux cas l’affirmation d’une même prééminence politique à partir d’un consensus ; les fondements du pouvoir, à la fois l’autorité du Sénat et l’assise populaire, sont identiques ; on retrouve aussi une même normalité apparente du jeu institutionnel : d’un côté la collégialité du consulat réaffirmée par Auguste, de l’autre Camille flanqué de ses cinq collègues au tribunat militaire ; pour 384, au reste, le nom du héros se fondra de façon très républicaine dans la liste des tribuns de l’année (VI, 18, 1). Enfin, la modestie de la posture de Camille, bien conforme à l’attitude du personnage lorsqu’il avait proposé d’abdiquer son pouvoir après avoir vaincu les Gaulois, n’est pas sans rappeler encore une fois la mise en scène de remise du pouvoir au Sénat de janvier 2749.

  • 50  Sur l’existence d’un schéma narratif commun aux récits relatifs à Sp. Cassius, Sp. Maelius et Manl (...)

39Le personnage de Manlius est quant à lui construit en contrepoint. La référence explicite à la jalousie que lui inspire la prééminence reconnue à Camille en est un indice évident (VI, 11, 3). L’attitude orgueilleuse du personnage offre d’autre part un puissant contraste avec celle de son rival (VI, 11, 6). Loin de susciter le consensus autour de lui, le récit le montre tout occupé à jouer au Catilina et au César en s’alliant, lui un patricien, aux représentants de la plèbe et en proposant des projets subversifs (lois agraires et abolition des dettes), bien propres à encourager le développement de la discorde (VI, 11, 8-9)50. Surtout sa soif de pouvoir, le désir de régner l’opposent à Camille dont le rôle politique respecte les institutions républicaines (VI, 11, 19).

  • 51 Cf. B. Mineo, op. cit.,p. 12-13. L’importance de ce même contexte politique pour la construction du (...)

40Le contraste ainsi obtenu entre Camille et Capitolinus devait être particulièrement éloquent pour les lecteurs de Tite-Live qui avaient sous les yeux la façon dont se construisait progressivement le principat. Nous avons déjà pu constater que la rédaction du livre I coïncidait avec cette période51.  Dans ces conditions, on relèvera avec intérêt comment, au moment même où le pouvoir augustéen donne des gages de bonne volonté en rétablissant progressivement les apparences d’un fonctionnement traditionnel des institutions, le récit livien offre à travers la peinture de Camille l’illustration de la façon dont un sauveur de la patrie doit se comporter politiquement, une fois la bourrasque des événements passée. À l’inverse, la figure de Manlius, le sauveur du Capitole, représente l’autre voie qu’aurait pu être tenté de suivre un personnage auquel l’État devait tant, à savoir celle d’un gouvernement tyrannique, celle-là même à laquelle le pouvoir augustéen prétendait vouloir tourner le dos. Ainsi Tite‑Live offrait-il à ses lecteurs une clé de lecture utile à la compréhension de l’actualité : la direction générale adoptée était la bonne ; la place du princeps dans la République était justifiée par la nature même de la situation politique. En même temps, le récit livien pouvait revêtir une fonction protreptique et constituer une subtile invite adressée au Prince à continuer dans la même voie en se conformant au modèle offert dans le passé par sa prestigieuse préfiguration historique.

  • 52  B. Mineo, op. cit.,p. 116.

41L’usage politique que l’on pouvait faire de la lecture de l’Ab Vrbe Condita est donc extrêmement complexe. Certes, l’œuvre sert dans l’immédiat la reconnaissance de la place du prince dans l’État ; mais cette instrumentalisation est secondaire par rapport à l’objectif politique de l’auteur, partagé par nombre de ses concitoyens, qui est le retour à la paix civile, le rétablissement de l’autorité des lois et des règles religieuses et morales grâce auxquelles Rome peut espérer pouvoir renaître de ses cendres. Tite-Live ne renonce pas pour autant à sa conception d’un pouvoir inspiré par l’autorité sénatoriale, à l’occasion guidée par un chef auquel il revient de rassembler les énergies pour refonder la ville. Ce prince doit rester modeste, remplir sa mission et s’effacer une fois cette dernière accomplie. La crainte de voir un sauveur de la patrie se muer en tyran et imposer une pratique personnelle et arbitraire du pouvoir est inscrite profondément dans l’œuvre. Sans doute Tite-Live en présentant Camille comme une préfiguration d’Auguste voulait-il prendre au mot l’Empereur qui se piquait de rétablir l’État de droit, de reconnaître l’autorité du Sénat, et de rendre enfin ses comices au peuple romain, sans que l’on revînt pour autant exactement au fonctionnement de l’ancienne république. Rien qui pût paraître déplacé par conséquent par rapport aux objectifs affichés de la respublica restituta, mais un attachement à une tradition républicaine qui exprimait une liberté de ton au regard de la réalité politique qui ne permettait à personne d’être dupe de l’autorité monarchique reconnue de facto52 au prince dans tout l’Empire.

42En faisant le pari de la réussite de l’entreprise augustéenne de respublica restituta, Tite-Live semble donc avoir voulu influer sur l’évolution d’un pouvoir qui n’était pas encore un régime bien défini. L’Ab Vrbe Condita constitue de fait une forme de plaidoyer en faveur d’un exercice modéré du pouvoir, aidé ou non d’un chef reconnaissant le rôle central du Sénat, détenteur des mores maiorum et de la sagesse politique. La philosophie politique de Tite-Live restera de ce fait un outil de référence dans l’avenir pour penser l’histoire et proposer des réponses politiques aux crises du moment : le princeps républicain livien reste ainsi une référence de poids au moment de la mort de Claude, lors de l’accession de Néron, et inspire peut-être en partie la conception de l’histoire de Lucain. Lorsque Nerva prend le pouvoir après la chute de Domitien, c’est encore le même idéal politique qui sert tout au moins de motif de ralliement à des hommes comme Tacite.

Haut de page

Notes

1  Tite-Live, Praef. 9 : Ad illa mihi pro se quisque acriter intendat animum, quae uita, qui mores fuerint, per quos uiros quibusque artibus domi militiaeque et partum et auctum imperium sit ; labante deinde paulatim disciplina uelut dissidentes primo mores sequatur animo, deinde ut magis magisque lapsi sint, tum ire coeperint praecipites, donec ad haec tempora quibus nec uitia nostra nec remedia pati possumus peruentum.

2  Tacite, Annales, IV, 34. Dans ce passage célèbre, Crémutius Cordus se défend d’avoir enfreint la lex maiestatis pour avoir loué Brutus et proclamé C. Cassius le dernier des Romains.

3  B. Mineo, Tite-Live et l’histoire de Rome, Paris, Klincksieck, 2006, p. 112-134.

4  Deux passages de Properce (I, 8, 21 ; II, 7, 1-10) pourraient confirmer la réalité historique de cette première tentative de réforme. Pour la même année 27 av. J.-C., Dion Cassius (LIII, 13, 3) parle aussi de privilèges qui auraient été accordés aux sénateurs mariés ayant beaucoup d’enfants. Sur la législation augustéenne sur le mariage, cf. Ph. Moreau, « Florent sub Caesare leges. Quelques remarques de technique législative à propos des lois matrimoniales d’Auguste », RD, 81 (2003), p. 462-469, soutient, à la suite de Th. Mommsen, qu’une rogatio avait été présentée entre 28 et 26, puis retirée lorsque l’on eut constaté la résistance qu’elle rencontrait.

5  Même interprétation de la préface de Tite-Live et de l’espoir de guérison dans P. Zanker, The Power of Images in the Age of Augustus,Ann Arbor, University of Michigan Press, 1990, p. 104.

6  Tite-Live, præf. 10 : […] inde tibi tuaeque rei publicæ quod imitere capias, inde […] quod uites […] Hoc illud praecipue in cognitione rerum salubre ac frugiferum. Sur l’importance des exempla chez Tite‑Live, cf. J. D. Chaplin, Livy’s Exemplary History, Oxford, Oxford University Press, 2000.

7  G. B. Miles (Livy, Reconstructing Early Rome, Ithaca / Londres, Cornell University Press, 1995, p. 78-79) juge pareillement que l’ambition réformatrice affichée dans la préface interdit une interprétation pessimiste de cette dernière.

8  B. Mineo, op. cit., p. 137-336.

9  Sur les problèmes de la chronologie cyclique chez Tite-Live, cf. B. Mineo, op. cit., p. 84-137.

10  Cf. Préface de J. Bayet, Tite Live, Histoire Romaine, Paris, Les Belles Lettres, 1947, I, p. CXXIII.

11  Pour une étude détaillée de la question et une présentation de l’hypothèse cyclique, cf. B. Mineo, op. cit., p. 459-463.

12  Sur ce type d’approche de l’histoire, cf. P. M. Martin, « Sur quelques Fondations de Rome, Condere Urbem », in Ch. M. Ternes (ed.), Condere Vrbem. Actes des deuxièmes rencontres scientifiques de Luxembourg (janvier 1991), Luxembourg, Centre universitaire de Luxembourg (Études classiques 3), 1992, p. 49-74.

13  G. B. Miles, op. cit., p. 164-165.

14  Res Gestae 34, 3 ; G. B. Miles, op. cit.,p.164-165.

15  Tite-Live, I, 6, 4.

16  Tite-Live, I, 6, 3 : cupido cepit in iis locis ubi expositi ubique educati erant urbis condendae ; Palatium primum, in quo ipse erat educatus, muniit.Cf. I, 7, 3.

17  Tite-Live, I, 8, 1 : rebus diuinis rite perpetratis uocataque ad concilium multitudine quae coalescere in populi unius corpus re praeterquam legibus poterat, iura dedit. À propos de l’union entre Aborigènes et Troyens sous l’égide d’Énée, I, 2, 5 : fretusque his animis coalescentium in dies magi duorum populorum Aeneas. Ouverture de l’Asylum, I, 8, 6 : « […] à l’endroit où il y a maintenant un enclos dans la montée entre les deux bois sacrés, il ouvre un lieu d’asile. C’est là que vient se réfugier des contrées voisines une foule de toute sorte, mélange indistinct d’hommes libres et d’esclaves, tous en quête de nouveauté » (trad. Baillet, CUF, 1923).

18 Cf. B. Mineo, op. cit., p. 145.

19  Tite-Live, I, 11, 2 : ita rem coalescere concordia posse.

20  Tite-Live, I, 13, 4-8.

21  La comparaison avec Cicéron (De republica II, 7, 13), qui semble suivre la tradition du récit de Gellius, est intéressante dans la mesure où elle confirme la place singulière du concept de concordia dans le récit livien de l’enlèvement des Sabines et de l’entente avec le roi Tatius. Les points communs entre les deux versions sont néanmoins importants : les Sabines obtiennent par leurs prières un traité de paix entre les Sabins et les Romains ; on y trouve aussi la mise en commun des institutions politiques et religieuses. Mais les différences n’en sont pas moins de taille. Il n’y est point question, notamment, de l’intervention dramatique sur le champ de bataille ; on n’y retrouve pas non plus l’épisode où Hersilia affirme l’importance de la concordia et de ce fait prône l’union de Crustumérie et Rome ; si l’évocation de la mise en commun des institutions est commune aux deux auteurs, le concept de concordia pour désigner le processus de fusion et la façon dont les deux rois s’entendent n’apparaît que chez Tite-Live.

22  Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines II, 50, 4.

23  Tite-Live, I, 14, 1-2 ; Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines II, 51-52.

24  B. Mineo, op. cit., p. 144-155 ; 162-175.

25  Tite-Live, I, 7, 10 et 15 (trad. J. Baillet, CUF, 1923). L’interprétation évhémériste de la divinité de Romulus est déjà proposée par Cicéron,  De republica II, IX ; De natura deorum II, 24, 62.

26 Cf. B. Mineo, op. cit., p. 171.

27 Cf. B. Mineo, op. cit., p. 233.

28  Tite-Live, V, 50 : Omnium primum, ut erat diligentissimus religionum cultor ; quae ad deos immortales pertinebant rettulit et senatus consultum facit : fana omnia, quod ea hostis possedisset, restituerentur terminarentur expiarenturque, expiatoque eorum in libris per duumuiros quaereretur ; cum Caeretibus hospitium publice fieret quos sacra populi Romani ac sacerdotes recepissent beneficioque eius populi Romani ac sacerdotes recepissent beneficioque eius populi non intermisu honos deum immortalium esset ; ludi Capitolini fierent quod Iuppiter optimus maximus suam sedem atque arcem populi Romani in re trepida tutatus esset ; collegiumque ad eam rem M. Furius dictator constitueret ex iis qui in Capitolio atque arce habitarent.

29  Cf. Res Gestae 19-20 ; Dion Cassius, LI, 20, 4; 22.

30  Dion Cassius, L, 25, 3-4.

31  Dion Cassius, LIII, 2,4. On remarquera aussi que l’urgence historique de la piété était également soulignée par Camille dans un discours prononcé après la libération de Rome : « Alors que vous pouvez voir à quel point le respect et la négligence des dieux sont déterminants dans les choses humaines, ne comprenez-vous donc pas la gravité du sacrilège que nous nous disposons à commettre, alors que nous émergeons à peine d’un naufrage, conséquence de nos fautes précédentes et de notre défaite? ». Or cette argumentation reflète précisémentl’idée communément répandue par les chantres de la restauration augustéenne : les malheurs survenus avant 27 étaient ainsi supposés sanctionner une impiété éhontée avec laquelle il s’agissait de rompre pour retrouver les voies de la grandeur.

32 Cf. B. Mineo, op. cit., p. 126. Alexandrie avait fait planer sur les Romains le même risque que celui que Véies avait fait encourir aux contemporains de Camille, chez Virgile et Tite-Live, cf. M. Sordi, « Vergilio e la storia romana del quarto secolo a. C. », Athenaeum, 42 (1964), p.80-100.

33  CIL I2, p. 191, n°7 = ILS 52 : Veios post urbem captam commigrari passus non est.

34  Tite-Live, V, 24, 11.

35  Tite-Live, V, 49, 7 ; VII, 1.

36  J. Hellegouarc’h (« Le principat de Camille », REL, 48 (1970), p. 112-132) a bien vu que le personnage de Camille préfigurait celui d’Auguste et permettait de dessiner une représentation idéale du princeps. Sur le lien entre Camille, Auguste et Romulus, cf. R. Syme, The Roman Revolution, Oxford, Oxford University Press, 1967 (1939), p. 305-306 ; M. Mazza, Storia e ideologia in Tito Livio, Catane, Bonanno, 1966, p. 186-191 ; P. M. Martin, op. cit., p. 63-64 ; G. B. Miles, op. cit., p. 88-94. Certains chercheurs estiment cependant qu’il n’est pas nécessaire de retrouver dans la présentation livienne de Camille une quelconque préfiguration d’Auguste, cf. P. G. Walsh, Livy, His Historical Aims and Methods, Cambridge, Cambridge University Press, 1961, p. 16-17 ; H. J. Mette, « Livius und Augustus », Gymnasium, 68 (1961), p. 269-285 ; E. Burk, Das Geschichtswerk des Titus Livius, Heidelberg, Winter, 1992, p. 170-176 estiment que la ressemblance entre Camille, Romulus et Auguste tient simplement à « l’air du temps », et serait plutôt un écho involontaire de l’actualité.

37  Une pièce, lancée entre 29 et 27 en Orient, représente Octave en costume de prêtre, voilé, conduisant deux bœufs au labour. Il s’agit là vraisemblablement d’une évocation transparente de la nouvelle fondation de Rome : cf. J. Gagé, « Les sacerdoces d’Auguste et ses réformes religieuses », Mélanges d’Archéologie et d’Histoire, I-V (1931), p. 94 ; H. Mattingly, Coins of the Roman Empire, Londres, Spink, 2005 (1923-1962), vol. I, n° 638, p. 104.

38  Suétone, Auguste VII, 4 : […] quibusdam consentibus Romulum appellari oportere quasi et ipsum conditorem urbis, praeualuisset […].

39  Horace, Odes I, 2, 50 : hic ames dici pater atque princeps.

40  Tite-Live, VII, 1, 9-10 : « Il se montra véritablement exceptionnel en toute situation et fut le premier citoyen de Rome en temps de paix comme en temps de guerre avant d’être exilé. Son prestige grandit encore avec son exil en raison du regret qu’éprouva la cité lorsqu’elle implora son secours en son absence ; il grandit également à cause du bonheur avec lequel une fois rétabli dans ses droits dans sa patrie, il rétablit cette même patrie dans ses droits. Il fut ensuite pendant 25 ans — telle fut en effet après ces événements la durée de sa vie — à la hauteur de ce qu’annonçait une si haute gloire et parut digne d’être tenu pour le deuxième fondateur de Rome après Romulus ».

41 Tite-Live V, 54, 5-6 : « Nous en sommes à la trois cent soixante cinquième année de l’existence de Rome ; cela fait bien longtemps que vous guerroyez au milieu de peuples si anciens et dans tout ce temps-là, — pour ne pas citer les villes une par une — ni l’union des Volsques et des Èques, qui représentent des places si nombreuses et si fortes, ni l’Étrurie entière, également puissante sur terre et sur mer et occupant toute la largeur de l’Italie, n’ont pu vous égaler à la guerre. Puisqu’il en est ainsi, pour quelle raison diantre iriez-vous tenter une expérience ailleurs, quand celle que vous avez faite ici est heureuse, et que d’autre part, à supposer que votre valeur puisse s’exercer ailleurs, la fortune de ce lieu, elle, ne saurait être transférée ? ».

42  J. Hubeaux, « La Crise de la trois cent soixante-cinquième année », AC, (1948), p. 343 et sq. ; Rome et Véies, Paris, Les Belles Lettres, 1958.

43  Tite-Live, V, 39, 8-40, 1. F. Coarelli (Storia di Roma, Roma in Italia, Turin, Einaudi, 1988, p. 332) a démontré que les Gaulois n’ont sans doute pas détruit la ville en 390, puisque les descriptions de Rome faites par Cicéron (Lex Agraria II, 96) et Tacite (Annales XV, 45) infirment l’hypothèse d’une cassure nette en 390 du processus d’urbanisation, mais laissent, au contraire, supposer une continuité de ce dernier, ainsi que l’archéologie récente le laisse du reste penser. Sordi (« Il Campidoglio e l’invasione gallica, I santuari e laguerra nel mondo classico », CISA, X (1984), p. 86-88), la tradition sur le sac de Rome aurait été réécrite par Fabius Pictor sur le modèle du sac d’Athènes pendant la Seconde Guerre médique. Notre passage, par ailleurs, recouvre probablement une version où les vieillards accomplissaient une véritable deuotio (Cf. G. Dumézil, « La Geste de Camille », Mythe et épopée, III, Paris, Gallimard, 1973, p. 226) : le récit livien a conservé une partie de la symbolique de cette interprétation à travers le sacrifice des vieillards ; le deuxième aspect de cette deuotio, le sacrifice de l’armée ennemie vouée aux divinités infernales semble quant à lui complètement estompé au profit de la symbolique de changement de cycle.

44  Cf. Ennius, Annales cité par Varron, Res rusticae III, 1, 2 : septingenti sunt paulo plus aut minus anni / augusto augurio postquam incluta condita Roma est. P. M. Martin, op. cit.,p. 64.

45  Polybe, I, 6, 3 : […] κα λαβόντες οον ρχν τς συναυξήσεως, πολμουν ν τος ξς χρόνοις πρς τος στυγετονας.Cf. P. Pédech, La Méthode historique de Polybe, Paris, Les Belles Lettres, 1964, p. 443.

46  Virgile avait du reste également recherché à établir une semblable correspondance analogique entre Camille et Auguste. Le poète de Mantoue avait, en effet, lui aussi voulu établir un lien analogique entre d’une part le cycle inauguré par la mise à mort de Mézence par Énée (transposition légendaire de la victoire de Camille sur Véies) et aboutissant à la naissance de Romulus et Rémus (soit 333 ans) et d’autre part celui qui aurait débuté avec la chute de la cité étrusque en 396 et aurait conduit à la naissance du nouveau Romulus en 63 (Octave) : Virgile, Énéide I, 257 ; cf. M. Sordi, op. cit..

47  Sur la franchise (fides) de Tite-Live, cf. les propos que Tacite (Annales IV, 34) prête à Cremutius Cordus sur la liberté de ton avec laquelle Tite-Live pouvait évoquer des figures comme Brutus, Cassius ou Pompée.

48 Cf. B. Mineo, op. cit., p. 112-132.

49  Cf. Ibid., p. 233.

50  Sur l’existence d’un schéma narratif commun aux récits relatifs à Sp. Cassius, Sp. Maelius et Manlius Capitolinus, cf. P. M. Martin, « Distortions dues à l’idéologie tripartite dans le récit des trois adfectationes regni de la tradition romaine », s. n., Études Indo-européennes, G. Dumézil in memoriam, 2, Lyon, Institut d’études indo-européennes, 1988, p. 16-21. Il est fort probable que le récit de la sédition de Sp. Maelius et plus encore celui de la répression de Manlius Capitolinus procèdent d’une volonté de la part des annalistes de trouver dans le passé un modèle légitimant le senatus consultum ultimum « inventé » en 133 par les Optimates contre Ti. Gracchus : cf. G. Forsythe, The HistorianL.Calpurnius Piso Frugi and the Roman Annalistic Tradition, New York / Londres, Lanham,1994, p. 301. Sur le même sujet, cf. M. Chassignet, « La “ construction ” des aspirants à la tyrannie : Sp. Cassius, Sp. Maelius et Manlius Capitolinus », in M. Coudry & T. Spath (eds.)L’Invention des grands hommes de la Rome antique, Actes du colloque du Collegium Beatus Rhenanus, Paris, De Boccard, 2001, p. 86-96. Outre une bibliographie fort utile (p. 94‑96), on y trouvera une analyse suggérant l’importance de la tradition annalistique pro-sénatoriale dans l’élaboration des trois figures. Tout en rappelant l’importance de l’épisode des Gracques, celui de Livius Drusus et de Catilina dans l’élaboration de ces épisodes, M. Chassignet, à la suite d’A. Valvo (« Le Vicende del 44-43 a. C. nella tradizione intorno di Livio et Dionigi su Sp. Melio », CISA, 3 (1975), p. 157-183) et de P. Panitschek, (« Sp. Cassius, Sp. Maelius, M. Manlius als exempla maiorum », Philologus, 133 (1989), p. 231‑241), met en évidence l’influence déterminante des événements survenus entre 63 et 44 av. J.-C. dans la formation de ces récits (l’affaire Catilina, la proposition de loi agraire faite par César en 59 dont la loi de Cassius serait le reflet) et souligne en particulier le fait qu’il n’existe aucune preuve formelle, avant Cicéron, de la constitution du triptyque Sp. Cassius, Sp. Maelius et Manlius Capitolinus. Selon S. P. Oakley, (A Commentary on Livy, Books, VI-X, vol. I, Oxford, Clarendon Press, 1997, p. 476-493) le noyau historique du récit de Manlius se limitait à l’histoire de la condamnation du personnage pour atteinte à la liberté : le détail du récit livien serait le fruit d’une élaboration tardive, en partie livienne.

51 Cf. B. Mineo, op. cit.,p. 12-13. L’importance de ce même contexte politique pour la construction du personnage est du reste confirmée par l’éloge funèbre que l’auteur accorde à Camille au livre VII, 1, 9-10.

52  B. Mineo, op. cit.,p. 116.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/134/img-1.png
Fichier image/png, 13k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Mineo, « L’Ab Vrbe Condita  : quel instrument politique ? », Cahiers des études anciennes, XLVII | 2010, 385-408.

Référence électronique

Bernard Mineo, « L’Ab Vrbe Condita  : quel instrument politique ? », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVII | 2010, mis en ligne le 13 mars 2010, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/134

Haut de page

Auteur

Bernard Mineo

Université de Nantes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org