Navigation – Plan du site
III.2 Histoire et action politique: l'engagement dans le présent et l'attitude à l'égard du passé
III.2.3 Le présent comme aboutissement

Pedro Mexía, lecteur et utilisateur des sources antiques dans son Histoire impériale et césarienne (1545)

Rudy Chaulet
p. 503-527

Entrées d’index

Index de mots-clés :

historiographie, postérité
Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’édition originale est de 1545 (Séville, Juan de León). Nous avons travaillé avec l’édition de 15 (...)

1Pour bien prendre la mesure de cet objet d’étude, il faut plutôt citer son titre long : Histoire Impériale et Césarienne dans laquelle on trouve réunies les vies et faits de tous les Césars Empereurs de Rome ; depuis Jules César jusqu’à l’empereur Maximilien ; adressée au très haut et très puissant Prince et notre seigneur don Philippe Prince d’Espagne et des deux Siciles, &c. laquelle fut composée et ordonnée par le Magnifique chevalier Pedro Mexía, habitant de la ville de Séville1et savoir qu’il s’agit d’un ouvrage de 717 pages.

2On voit donc que le travail proposé par Pedro Mexía est une œuvre gigantesque qui a pour ambition de traiter l’ensemble des empereurs ayant régné tant sur l’Empire romain que sur le Saint Empire romain germanique, depuis l’avènement de César, lequel est considéré comme l’initiateur de l’Empire et le premier maillon de la longue lignée qui va jusqu’à la mort de Maximilien, le grand-père paternel et prédécesseur de l’Empereur régnant, seigneur de l’Espagne et par conséquent de Pedro Mexía lui-même, l’auteur s’inscrivant dans cette relation de vassalité, parfaitement admise et nécessaire dans le cadre des relations et de l’organisation sociale de l’époque.

3L’étude et l’édition de ce gros ouvrage sont un travail de longue haleine dont cette brève analyse ne constitue que la première étape.

4Les questions qui seront posées ici sont les suivantes : comment faisait-on l’histoire à l’époque de Charles Quint et de Pedro Mexía ? Et à partir de quelle réception des matériaux antiques dans l’Espagne de la Renaissance et de quelle réutilisation dans des perspectives contemporaines ?

  • 2  L’humanisme dans les lettres espagnoles, études réunies et présentées par A. Redondo, Paris, Vrin, (...)

5Il conviendra dans un premier temps de présenter Pedro Mexía, personnage assez peu étudié, surtout en France, si l’on considère qu’il fut un des auteurs les plus lus de son époque2. Puis, dans un deuxième temps, à la lumière du contexte politique dans lequel il exerce son art et de ce qu’il écrit lui-même sur le métier d’historien, on étudiera comment Mexía inscrit son travail à la fois dans une tradition venue de l’Antiquité et aussi dans le monde auquel il appartient. Enfin on verra les rapports qu’il entretient avec les sources antiques et comment leur utilisation sert des objectifs éminemment politiques et résolument modernes.

  • 3  Pedro de Mexía, op. cit. n. 1.
  • 4  Pedro de Mexía, Diálogos o Coloquios, texte édité par A. Castro Díaz, Madrid, Cátedra, 2004, p. 19 (...)
  • 5  D. de Courcelles, « De Pedro Mexía à Michel de Montaigne : les livres, le savoir et le vent », inP (...)
  • 6  « que basta no ser mentiroso ».Voir infra, Annexe II, notre traduction de l’adresse au lecteur.

6Pedro Mexía est un gentilhomme castillan né à Séville en 1497 et mort dans la même ville en 1551. Sa noblesse, il la revendique haut et fort dès la page de titre de certaines de ses œuvres : « laquelle [œuvre : Histoire impériale et césarienne...] composa et ordonna le magnifique chevalier Pedro Mexía »3 ; « les dialogues ou colloques du magnifique chevalier Pero [sic] Mexía »4. Comme le remarque D. de Courcelles : « La Silva fait coïncider identité sociale déjà écrite et justifiée et identité scientifique déjà éprouvée, identité sociale et identité littéraire, nom propre et renom »5. Pour ce qui est de l’Histoire impériale et césarienne, on sent bien dès le tout début de son œuvre que le bon historien, celui à qui « il suffit de n’être point menteur »6, recourt à une fausse modestie qui cache la division coutumière dans l’Espagne classique entre nobles vertueux et donc francs et gens vils et donc trompeurs.

  • 7  Il n’existe pas d’étude biographique systématique de Pedro Mexía, il faut avoir recours à des élém (...)

7Comme les jeunes aristocrates de son temps, il fait de solides études juridiques à Salamanque, mais c’est par une formation autodidacte qu’il acquiert les savoirs pour lesquels il est passé à la postérité dans des domaines variés : mathématiques, géographie, astronomie, toujours très liée à l’époque à l’astrologie, et, bien sûr, histoire7.

  • 8  M. Bataillon, Érasme et l’Espagne. Recherches sur l’histoire spirituelle du XVIe siècle, Genève, D (...)
  • 9  Sans compter que M. Bataillon l’éreinte tant pour la Silva « livre médiocre », p. 678, « où jamais (...)

8Se dessine ainsi, en quelque sorte, la figure d’un parfait humaniste, qu’il fut, et reconnu par ses pairs puisqu’il entretint une correspondance avec Juan Luis Vives et avec Érasme8. Cependant on a retenu aussi de lui une posture ultérieure plus inquiétante, et qui explique en partie un certain ostracisme dans lequel il a pu être tenu : celle du fidèle défenseur de la foi catholique, dénonciateur des poussées d’hérésie protestante dans sa ville de Séville9.

  • 10  Pedro de Mexía, Coloquios o Diálogos nuevamente compuestos por el Magnífico cavallero Pedro Mexía, (...)
  • 11  Pedro de Mexía, Silva de varia lección, op. cit., f° 3r : « Capítulo Secundo. En el qual se prueva (...)
  • 12  « Paradoxes et images verbales dans les histoires de la très célèbre Silva de varia lección (1540- (...)
  • 13  Ibid. p. 138-139.
  • 14  Pedro de Mexía, Historia del Emperador Carlos V escrita por su cronista el magnífico caballero Ped (...)

9Sa production livresque est loin d’être négligeable et ses ouvrages connurent un grand succès à l’époque, y compris international à travers de nombreuses traductions en français, anglais et italien. En particulier la Silva de varia lección (Sylve de diverses leçons), miscellanées publiées en 1540 et fort prisées en leur temps, à tel point qu’on compte plus de trente éditions en espagnol dans le siècle qui suivit sa première publication et plus de soixante-dix en italien, français, anglais. On retrouve les Diverses leçons traduites en français sous l’autorité de Pierre Messie, c’est-à-dire Pedro Mexía dont le nom et le prénom sont eux aussi passés au français. En 1547, paraissent à Séville (7 avril) et peu de temps après à Saragosse (7 novembre) et à Anvers (1547 sans autre précision) les Dialogues ou Colloques, à la manière d’Érasme, où l’on traite sur le mode socratique des sujets qui passionnent les lettrés de l’époque, tels que, par exemple, les médecins sont ils un bien ou un mal pour l’humanité ? Doit-on manger un plat unique ou plusieurs ? Pourquoi et comment la terre est-elle couverte d’eau10 ? Même si ces œuvres peuvent sembler étrangères à notre perspective, la Silva, pour le moins, contient une dimension historique importante dès ses premiers chapitres, le deuxième, par exemple : « Où l’on prouve la fausseté de l’opinion de ceux qui croient que les années des premiers âges étaient bien moindres que celles de maintenant. Et l’on dit aussi quelle fut la première ville du monde »11. Le discours des origines du monde s’intègre dans un vaste projet historiographique de Mexía ; les vertus « historiques » de la Silva ont déjà été relevées par D. de Courcelles12 et le rôle politique que s’arroge l’auteur dédiant son œuvre à l’Empereur souligné par elle13. Mais ici c’est le grand œuvre proprement historique du Sévillan : l’Histoire Impériale et Césarienne de 1545 qui retient notre attention, laissant de côté l’Histoire de l’empereur Charles Quint qu’il ne pourra terminer puisqu’il meurt en 155114.

  • 15  Sur la carrière de Mexía, chroniqueur officiel de Charles Quint, voir L. Druez, « Perspectives com (...)

10Même s’il ne semble guère avoir quitté sa ville de Séville, il ne faudrait pourtant pas s’imaginer Pedro Mexía reclus et isolé ; à plusieurs reprises, il occupera des postes officiels qui font de lui un acteur de son monde. Il fut cosmographe à la Casa de Contratación, centre de contrôle fiscal bien connu du commerce avec les Amériques, mais qui était aussi un lieu de développement des connaissances scientifiques liées à la navigation. Il occupa aussi un poste de magistrat de la Santa Hermandad —sorte de gendarmerie traitant des délits commis dans les lieux inhabités — veinticuatro de sa cité de Séville, carc’est ainsi qu’on appelait les échevins dans les villes d’Andalousie, du fait de leur nombre. Enfin, couronnement de sa carrière, le 8 juillet 1548, il est nommé chroniqueur officiel de l’empereur Charles Quint, Charles Ier d’Espagne15.

  • 16  Sur cette fonction, voir R. Rodríguez-Moñino Soriano, « Breves apuntes sobre el oficio de historia (...)
  • 17  Reste fondamentale l’étude ancienne et publiée à titre posthume de R. Costes, « Pedro Mexía, chron (...)
  • 18  L. Druez, Laurence, op. cit., p. 78 et sq.

11Il faut replacer cette nomination dans son contexte historique : la charge est payée, mais ce n’est pas non plus une sinécure16. De plus, le fait d’être chroniqueur officiel ne signifie pas pour autant qu’on dispose d’un monopole de l’écriture de l’histoire contemporaine. Trois autres « chronistes » pour reprendre l’expression consacrée par la tradition, travaillent — plus ou moins bien, plus ou moins vite — en parallèle de l’activité de Pedro Mexía : Juan Ginés de Sepúlveda (1490-1573) en fonction depuis 1536, Florian de Ocampo (1513-1590), nommé en 1539, et enfin Bernabé Busto, en 154617. Cette augmentation du nombre des historiens officiels du règne de l’Empereur s’inscrit dans une volonté propagandistique de plus en plus affirmée, associée à un goût de l’histoire hérité de la cour bourguignonne et à une tradition historiographique castillane maintenant bien établie depuis Alphonse le Sage18.

  • 19  Ibid., p. 2.

12Selon R. Costes, il faut considérer l’Historia imperial y cesárea « comme un grand exercice préparatoire à la tâche dont, quelque temps plus tard, son auteur allait être chargé »19.

  • 20  B. Sánchez Alonso, Historia de la historiografía española, 3 vol., Madrid, Consejo superior de inv (...)

13Et pourtant, dans sa grande histoire de l’historiographie espagnole, Sánchez Alonso ne consacre pas une ligne à cet ouvrage, qui n’est certes pas dédié à l’histoire de l’Espagne mais n’en est pas moins un travail sérieux et important, dont R. Costes releva les mérites et le caractère novateur : c’était en effet la première fois, comme Mexía le fait remarquer lui-même dans sa préface, qu’une histoire des empereurs romains et du Saint Empire était écrite en espagnol20.

14Et s’il fit cet effort de nouveauté, c’est sans doute qu’il avait pleinement conscience du contexte politique dans lequel l’Empereur et ses possessions se trouvaient ; car Charles réunit sur sa tête quatre héritages prestigieux : celui de la principauté de Bourgogne, par sa grand-mère paternelle Marie (1457-1482), fille de Charles le Téméraire, celui des Habsbourg, par le mari de cette dernière, Maximilien, fils de l’empereur Frédéric III auquel il succède en 1493 sur le trône du Saint Empire romain germanique ; enfin le double héritage des royaumes hispaniques de Castille et d’Aragon gouvernés par le couple formé par ceux qu’on appelle les Rois Catholiques, Isabelle, reine de Castille, et Ferdinand, roi d’Aragon, ses grands-parents maternels. Leur fille Jeanne, fut mariée au fils de Marie et de Maximilien, Philippe. Charles est l’aîné des cinq enfants nés de cette union. Le décès rapide de son père, à peine arrivé en Espagne, et la folie de Jeanne, bien utile à son fils quand il s’agira pour lui d’accéder aux affaires, offrent à Charles la couronne de Bourgogne en 1515, lorsqu’il est prestement déclaré majeur ; celle de l’Espagne, après la mort de Ferdinand en 1516, pour la première fois unifiée sous le sceptre d’un seul souverain et enfin le trône impérial en 1519, ceci sous le nom de Charles Quint avec lequel il est passé à la postérité.

15Au moment où l’Histoire impériale et césarienne est publiée, en 1545 donc, nous ne sommes plus à l’époque de grands succès, telle la bataille de Pavie où le roi de France François Ier est fait prisonnier, ou à la prise de Tunis en 1535, pour laquelle Charles Quint sera célébré à travers toute l’Europe dans un déluge de propagande à la gloire impériale. Depuis se sont interposées la défaite d’Alger en 1541, où l’Empereur faillit être fait prisonnier voire perdre la vie, et la crise de 1543, où la situation financière est tellement critique que l’Empereur exerce des pressions inouïes sur la couronne portugaise afin d’obtenir au plus vite la dot de sa future belle-fille, épouse de Philippe II, avec laquelle il espère combler au moins une partie du déficit qui l’empêche de mener campagne contre les Français et contre les protestants d’Allemagne.

  • 21  Pedro de Mexía, Historia imperial : « Al muy alto y muy poderoso señor elprincípedon Philippe nves (...)

16Dans ce contexte, l’écriture de l’histoire, la « bonne » écriture de l’histoire, pourrait-on dire, relève presque de la salubrité publique. Or Mexía possède une vision de son métier très orthodoxe, qu’il expose fort clairement dans le prologue au prince Philippe et surtout dans l’adresse au lecteur de son Histoire impériale. En 1545, si Mexía dédie son œuvre au fils unique de l’Empereur, âgé de 17 ans à l’époque mais déjà fort d’une expérience de régence (acquise alors qu’il n’avait pas encore seize ans lors d’un des innombrables voyages de son père, en 1543), c’est, selon lui, parce qu’il avait déjà dédié sa Sylve à Charles Quint ; il lui faut donc varier les destinataires, d’autant que l’histoire est, dit-il, la plus utile des matières pour l’éducation des princes, particulièrement celui-ci : « fils d’empereur et descendant de tant d’empereurs dont les faits sont en somme écrits ici »21. Cette dédicace fort peu originale comporte peut-être une part d’adaptation à la réalité du temps. Il est plus que probable que Mexía voie en Philippe, comme Charles Quint lui-même à l’époque, le futur souverain du Saint Empire romain germanique.

17Dans l’adresse au lecteur, Mexía, tout en accordant à l’histoire une primauté somme toute classique, lui attribue les fondements même de la société dans laquelle il vit : les Évangiles ne sont-ils pas à leur manière de l’histoire, de même que les vies exemplaires que narrent les hagiographies ? Quant à l’histoire des lignages, elle permet à la noblesse de justifier la place dominante qu’elle occupe dans l’édifice social. Là où Mexía est sans doute le moins conforme à la norme, c’est quand il fait de l’histoire la « science » — lui dit l’« art » — populaire par excellence. Elle plaît aux grands comme aux humbles par la proximité qu’elle entretient avec les histoires qu’on se raconte pour le plaisir. Alors le chroniste se veut une fois encore — il a déjà proclamé son attachement à la langue vernaculaire dans la préface de la Sylve — le divulgateur populaire du savoir grâce à l’usage constant qu’il fait de la langue castillane propice à être entendue par tous.

18Éducation des princes, enrichissement spirituel de ceux qui savent, d’une part ; amusement du vulgaire, d’autre part : on retombe sur une dichotomie bien connue des lecteurs de préface des ouvrages du Siècle d’or et l’auteur anonyme du Lazarillo de Tormes (1554) ne dit pas autre chose, cum grano salis, bien entendu.

  • 22  Ibid.,  Al lector : « reduziendo a brevedad y compendio de un solo libro las vidas y hechos de tod (...)

19Cette Histoire impériale forme un gros volume, mais bien mince si l’on considère qu’il y fait entrer la totalité des empereurs ayant régné pendant près de 1600 ans. Mexía, comme il l’avait déjà fait dans la Silva, vante les qualités de celui qui sait faire preuve de concision : « réduisant à la brièveté et à l’abrégé d’un seul livre les vies et faits de tous, choisissant un juste milieu entre prolixité fastidieuse et sèche brièveté »22. Malgré tout, notre chroniste passe en revue plus de 130 empereurs depuis Jules César jusqu’à Maximilien de Hasbourg, mort en 1519, et ceci, sans aucune interruption, se permettant même, parfois, de faire en parallèle, le récit de l’empereur d’Occident et celui du règne de l’empereur d’Orient.

  • 23  F. Rapp, Le Saint Empire romain germanique. D’Otton le Grand à Charles Quint, Paris, Tallandier, 2 (...)

20Si l’on s’attarde sur la période des premiers Césars, on constate qu’elle n’occupe que 114 pages, si l’on se réfère aux douze dont traite Suétone, soit à peine 16 % de l’ensemble. Cependant l’énumération qu’il propose semble impeccable, sans doute du fait de la qualité des sources utilisées, et la consultation d’une histoire contemporaine du Saint Empire ne laisse guère distinguer de divergence23.

  • 24  D. de Courcelles, « Le mélange des savoirs : pour la connaissance du monde et la connaissance de s (...)
  • 25  A. Castro Díaz, op. cit. n. 7, p. 122-146.

21Même s’il prône l’usage du castillan et qu’il ignore le grec, Mexía est un familier des textes latins. Dans la Sylve, il fait déjà montre d’une grande érudition et d’une belle dextérité pour citer, assembler et reformuler les auteurs de l’Antiquité : sur 278 auteurs cités, 136 sont des Anciens appelés à la rescousse dans 1636 citations24. Les plus sollicités sont Pline l’Ancien (250 fois), la Bible, Aristote, Plutarque, Flavius Josèphe, Eusèbe de Césarée, saint Augustin, Cicéron, Aulu-Gelle (44 fois). Plus de 300 citations émaillent aussi les Colloques, dans lesquelles les écrivains antiques occupent une place de choix25.

  • 26  « Sies verdad lo que todos los sabios affirman, que las obras y exercicios del entendimiento hazen (...)

22La spécificité, en la matière, de l’Histoire impériale, c’est la présence d’une bibliographie à la fin de chaque chapitre où Tite‑Live, Pline et Plutarque sont massivement présents quand Mexía traite des premiers empereurs. Mais d’autres sources sont mises à contribution. Avant de les énumérer, le chroniste, fidèle aux propos émis dans la dédicace au Prince héritier selon lesquels : « si ce qu’affirment tous les savants est vrai, [...] les œuvres et exercices de l’entendement l’emportent sur ceux du corps26 », cite des « Hommes illustres » du temps de l’Empereur dont il vient de faire le récit du règne, Claude :

  • 27  Pedro de Mexía, Historia imperial, p. 68 : « Ilustres Varones. Florecieron en tiempo de Claudio mu (...)

23Au temps de Claude brillèrent de nombreux hommes remarquables dans les lettres, parmi eux Domitius Afer, précepteur du grand Quintilien, et [Lucius Annæus] Cornutus, philosophe et poète signalé, maître de Perse, le poète satirique, de qui il fait mention. Palémon Vicentin, le plus insigne des grammairiens de son temps, vivait aussi à l’époque, l’excellent Espagnol Sénèque, le Cordouan, précepteur et maître de Néron, de qui nous devons traiter, et d’autres encore27.

24Ce panorama intellectuel étant dressé, il passe ensuite aux sources :

Auteurs.

  • 28  Ibid. : « Autores de lo que tengo dicho son, Sexto Aurelio victor en el libro cincuenta y ocho, Eu (...)

Auteurs de ce que j’ai dit sont Sextus Aurelius Victor, dans le livre 58, Eutrope et Paul Orose, dans le septième, Eusèbe [de Césarée] dans le second de l’Histoire ecclésiastique, et dans celui des temps [?] Tacite, dans les dixième et onzième livres, Flavius Josèphe, dans le dix-neuvième et vingtième, Hégésippe, dans le second, Jordanès, dans le livre déjà cité, saint Isidore et Bède [le Vénérable] dans ce qu’ils écrivirent sur les empereurs, et Dion [Cassius] où il est cité plus haut, et Gildas, historien anglien cité plus haut, et Fréculphe, évêque de Lisieux (ville de France près de Rouen) dans le premier livre du tome second de ses histoires, lequel j’entends suivre mêmement par son autorité et relative ancienneté qui est de plus de sept cents ans. De la mort de Claude, Sénèque fit un traité nommé ensuite De la mort de Sénèque, qui est une des plus festives et des plus élégantes choses qui aient été écrites, où il peint Claude bien au naturel, tel qu’il fut, et comme quelqu’un qui l’a bien connu28 .

  • 29  Voir supra n. 9.
  • 30  M. Fosil, Le Sire de Gouberville, un gentilhomme normand au XVIe siècle, Paris, Flammarion, 2001 ( (...)
  • 31  D. de Courcelles, « La Silva de varia lección de l’humaniste sévillan Pedro Mexía, ou l’échec de l (...)
  • 32  E. Muñiz Grijalvo, « Pasado y presente en la Vida de Juliano de Pedro Mejía », Revista de historio (...)

25Mexía fait un travail prodigieux de fusion et de reformulation des sources, de synthèse, dirions-nous aujourd’hui, le tout à partir de références extrêmement précises. Malgré la qualité de son œuvre, il n’est guère loué par la critique qui emboîte le pas au jugement acerbe de M. Bataillon, sans doute excessif29, même s’il faut bien reconnaître que Mexía n’est pas Érasme : alors que nous avions dit l’immense succès de la Silva de varia lección, l’historienne M. Foisil, qui l’a retrouvée en version française dans la bibliothèque d’un petit hobereau normand, le sire de Gouberville, lequel a le mérite d’avoir transmis son journal à la postérité, note : « C’est une compilation fort indigeste et illisible mais qui répondait aux besoins et aux curiosités du temps »30. Un article que nous avons déjà cité évoque, étudiant l’humaniste sévillan, « l’échec de la fondation du principe de varietas »31 . Une spécialiste espagnole fait ce commentaire à propos de ce qui constitue néanmoins la grande spécialité de Mexía, c’est-à-dire les indications bibliographiques — certes dans la tradition plinienne — qui terminent chaque chapitre : « Impossible d’en demander davantage à un historien du XVIe siècle. La virtuosité suprême consistait, à l’époque, entre autres choses, à s’en tenir strictement à la lecture des classiques et être capable de le prouver, si besoin, en étourdissant le lecteur à coups de citations et de références »32.

26Peut-on en effet lui en demander davantage ? Ce qui est sûr, c’est qu’il aurait pu nous en donner beaucoup moins : moins de sources, moins d’honnêteté dans leur utilisation, moins de capacité à les réorganiser. Les érudits ont beau nous prévenir qu’à l’époque, ce que Mexía mettait en œuvre était conforme aux usages et à l’outillage mental, comme disait L. Febvre, de ses contemporains, on reste admiratif devant tant d’érudition et tant d’aisance dans le maniement des sources.

27Mais notre chroniste a fait bien plus, dans son Histoire impériale, que d’accumuler de l’information. Les buts poursuivis sont fort nobles : volonté d’éducation et des princes et de ceux qui ignorent le latin. Mexía revendique encore plus explicitement le choix d’écrire en espagnol, dans le prologue de la Sylve de diverses leçons :

  • 33  « Por esto le puse por nombre Silva, porque en las Silvas y bosques estan las plantas y arboles si (...)

Je lui ai donné pour nom Sylve, car au milieu des sylves et des bois, se trouvent des arbres et des plantes sans ordre ni règles. Et même si cette manière d’écrire est nouvelle dans notre langue castillane, et je crois que je suis le premier à avoir fait cette invention, dans la grecque et la latine, de grands auteurs en ont écrit tels : Athénée, Vindice [?] Sicilius, Aulu-Gelle, Macrobe, et même de notre temps, Petro Crinito, Ludovico Celio, Nicolao Leonico et d’autres encore. Et comme la langue espagnole n’a, tout bien considéré, rien à envier à aucune autre, je ne vois pas pourquoi nous n’oserions pas inventer comme les autres et traiter des sujets grandioses comme les Italiens et d’autres nations le font avec les leurs, car il ne manque pas en Espagne d’esprits vifs et élevés. Ce pourquoi, aussi fier de la langue que j’ai apprise de mes parents que de celle que m’apprirent mes précepteurs, j’ai voulu donner cet ouvrage à ceux qui ne comprennent pas les livres en latin, et je souhaite que ceux-ci m’en sachent gré spécialement, car ils sont les plus nombreux et sont ceux qui en ont le plus besoin et le plus grand désir de savoir ces choses33.

28Certes il est plutôt satisfait de rappeler encore qu’il est le premier : ici à écrire des miscellanées ; là à faire une histoire de tous les empereurs de César à Maximilien. Mais la défense de la langue maternelle et des plus humbles est sincère. Cela, cependant, ne l’empêche pas de poursuivre un objectif bien concret : parfaire son image d’historien au contact des grands textes de l’Antiquité pour parvenir à atteindre la fonction qu’il brigue à demi-mot : celle de chroniqueur officiel, tout en proclamant ce à quoi il croit sans doute profondément, la continuité, indiscutable à ses yeux, de Jules César à Charles Quint, l’exaltation et le renforcement de la figure éternelle de l’Empire et de son souverain.

29Ainsi Pedro Mexía, alias Pierre Messie, est un parfait lecteur des sources antiques qu’à merveille il sait organiser et synthétiser pour le plus grand plaisir des lecteurs de l’époque, mais aussi, à un moment où la menace protestante en Allemagne est sans doute plus forte que jamais, avant la grande victoire de Mülhberg (1547), pour la plus grande gloire de l’Empire dont Charles Quint a la conduite et la responsabilité.

Haut de page

Annexe

I

Dédicace au prince Philippe, futur Philippe II (édition de 1547)

[p. 1]

Au très haut et très puissant seigneur le prince don Philippe notre seigneur.

Depuis le moment où j’ai pris la plume et où j’ai commencé d’écrire cette histoire impériale qui est présentée en obéissance à votre Altesse, très haut et très puissant prince notre seigneur, mon propos et ma volonté déterminée ont toujours été de l’offrir et de l’adresser à votre Altesse, car ayant fait sacrifice et présent du premier travail et fruit de mes mains à l’Empereur notre seigneur et votre père, qui fut la Sylve de diverses leçons composée par moi, il était convenable et dans l’ordre des choses que si j’écrivais encore quoi que ce fût qui dût être publié, ce fût dédié à votre Altesse à qui, après Dieu et sa Majesté, je suis naturellement obligé comme sujet et vassal. M’invitaient aussi à cela les hautes et héroïques vertus et l’excellence que de votre Altesse tous ceux qui l’ont vue, servie et pratiquée annoncent et proclament ; car elles sont telles et si nombreuses qu’elles obligent et invitent les étrangers à vous aimer et servir, et d’autant plus les natifs vos sujets. Ainsi sérénissime Prince, on peut donc dire que ce livre est né, et je l’ai élevé et arrangé pour votre Altesse comme d’autres dressent des faucons ou élèvent des chevaux pour les présenter à leurs rois et seigneurs et par cette foi et dévotion, ils sont reçus par eux allègrement. Je supplie humblement votre Altesse que, cela lui appartenant, elle permette que ce livre soit publié avec la grandeur et le titre de votre nom, et qu’ainsi vous l’acceptiez et receviez. Car si ce qu’affirment les savants est vrai, que les œuvres et exercices de l’entendement l’emportent sur ceux du corps, il est de raison qu’en cette partie votre Altesse se considère par moi bien servie, comme ceux qui résident habituellement à son service. Au-delà, le genre de cet écrit est l’histoire, qui est la plus utile en matière de lettres et leçons et la plus convenable aux princes et aux rois, et à votre Altesse plus qu’aux autres, car par les lois de ces royaumes qu’ordonna le roi don Alphonse appelé par excellence le Sage, de qui votre altesse descend, il est prévu qu’aux rois et aux princes de Castille on lise le plus souvent des histoires, pendant qu’ils seront à table. Et aussi ce dont traite ce livre, ce sont des vies d’empereurs abrégées, et rien n’eût pu être plus approprié, votre Altesse étant fils d’empereur et descendant de tant d’empereurs dont les faits sont en somme écrits ici. De sorte qu’il y a tant de raisons et de motifs à cela, que je resterai confiant en ce que votre altesse me fera la grâce que je lui demande, et tiendrai ce service pour accepté. Et qu’en raison de son jeune âge elle ne peut avoir entendu par expérience ce qu’[p. 2] elle atteindra ici par la leçon, je vous prie de bien vouloir lire ou écouter quelquefois ce qu’on a écrit ici. Réprouvant et condamnant les mauvais empereurs et considérant combien ils ont été haïs, et les mauvaises fins auxquelles ils ont abouti, vous aurez mémoire des faits et exemples de la part des bons, non seulement pour les imiter, mais pour les devancer et prendre le dessus en matière de vertus et d’excellence. Et ainsi j’atteindrai le but ultime et le désir que j’ai mis dans cette œuvre pour ma plus entière satisfaction et pour salaire de mon travail. De cela j’ai un espoir entier et certain, confirmé par l’expérience que l’on a jusqu’à présent de la bonté, du savoir et de la prudence de votre Altesse. Que notre Seigneur garde et exalte pour très long temps votre très haute et très puissante personne. A Séville, dernier jour de juin de mille cinq cent quarante cinq.

A.                  D.                  V.

Loyal vassal qui baise vos royales mains.

II

Adresse au lecteur (édition de 1547)

[p. 1]

Au lecteur.

Ayant déterminé et même parfois promis, poursuivant mon propos déjà commencé, d’écrire quelque chose pour le profit public de ma patrie et nation, comme en crédit et solde du temps que j’ai perdu à lire et à entendre divers livres, après nombre de réflexions et considérations à ce propos, aucun genre d’écrit ne m’a paru plus convenable ni ne me plut et ne me satisfit tant que de traiter d’une grande et véritable histoire. Et pour y parvenir, j’eus de grands arguments et assez de motifs, car en vérité aucun sujet de lettres ne peut s’écrire et qui puisse être de profit pour autant, être ainsi reçu et admis par tous, si ce n’est l’histoire, qui a été si appréciée et louée par les savants et les grands hommes. Aristote \Louange de l’histoire. Liv. 1,Rhét./ affirme qu’elle est très profitable aux assemblées publiques et aux municipalités, ce que, comprenant de la sorte le bon empereur Alexandre Sévère, chaque fois qu’il devait traiter et délibérer de grandes affaires et de faits de guerre, en appelait avant tout et consultait à ce propos les lettrés et les savants en histoire antique. Zénon, prince des philosophes stoïciens, à qui l’on demandait comment l’homme pourrait se faire sage et fortuné, répondit qu’il fallait converser avec les morts, ce qui revient à dire : lire et apprendre les histoires et hauts faits des Anciens. Car Cicéron \In libris de Oratore at Quintum fratrem/, duquel je ne sais quelle sentence il faut préférer, traitant de l’histoire, la nomme témoin des temps, lumière de la vérité, maîtresse de la vie, vie de la mémoire, messagère de l’Antiquité ; d’autres l’appellent fondement de la vérité, d’autres encore image de l’humaine existence, enfermant ainsi en de brèves paroles de grands louanges et mystères, mais tous véridiques, si nous les voulons attentivement considérer et noter. Quant au premier, c’est une chose claire et connue que l’histoire est lumière de la vérité et témoin des âges et des siècles, car les choses que le temps consume et défait, elle les conserve et les garde, et fait en sorte qu’elles vivent et se maintiennent malgré soi dans la mémoire des hommes ; et elle nous présente de telle manière les choses passées qu’elle nous fait croire que nous avons vu et connu les temps où cela est arrivé et que nous y avons vécu. Si la bonne réputation et gloire est un aussi grand bien que Salomon le proclame et que tous les savants le célèbrent, et si naturellement tous désirent perpétuer leur nom et leur mémoire, dites-moi, qu’adviendrait-il, s’il n’y avait l’histoire ? Sans doute en irait-il comme du vent, que l’on sent quand il passe, mais qu’on ne peut ni arrêter ni conserver. Quelle mémoire et quel compte aurions-nous des hauts faits des Romains, des Grecs, ni d’autres gens et nations, si ce n’est grâce à elle ? D’où saurais-je la clémence de César, la magnanimité et largesse d’Alexandre, la justice et bonté de Trajan et les autres vertus et excellence de ceux-ci et des autres grands hommes illustres, pour les imiter et les louer, si elle n’était pas là ? Il est sûr que tout le passé serait comme chose dont on rêve, et qu’après le réveil on a oubliée et qu’on ne peut raconter. Et non seulement les Anciens seraient privés de leur réputation et de leurs louanges, mais n’auraient pas lieu d’infinis exploits que la réputation et la mémoire d’autrui a permis d’accomplir ; car on sait bien que les trophées de Miltiade stimulèrent Thémistocle et l’histoire que Homère écrivit sur Achille fit de même chez Alexandre le Grand, et de celui-ci à Jules César, et ainsi d’autres histoires poussèrent d’autres hommes à accomplir de grands exploits. Et la chose ne s’arrête pas là, car non seulement l’histoire est témoin et gardienne des vertus humaines, mais elle fut aussi nécessaire pour la conservation des vertus divines. Car elle nous a conservé les vies et tourments des saints exemples des Apôtres et des martyrs et la plupart de notre loi et écriture sacrée est de l’histoire, et elle est la base et le fondement sur lequel s’appuie [p. 2] tout l’autre édifice. Sinon, dites-moi, que sont les saints Évangiles (vu que nous tairons le reste) si ce n’est une histoire et conte véridique ? Revenant donc à la police et conversation humaine, qu’en adviendrait-il si les chroniques et mémoires des choses passées venaient à manquer ? La noblesse et l’antiquité des lignages ne se pourraient soutenir ni connaître, pas plus que le droit de possession des choses, on ignorerait aussi l’origine des gens, des royaumes et des peuples et les lois pour les gouverner ne pourraient être conservées. En tout il y aurait désordre et confusion, comme nous les voyons chez ceux qui en sont dépourvus. De sorte que non sans raison, mais avec beaucoup de vérité, on dit que l’histoire est maîtresse et guide de la vie, car au-delà de ce que nous avons noté, elle est nécessaire à tous les états, à tous les offices et à tous les âges. Elle donne aux jeunes gens une prudence d’Anciens, elle les rend expérimentés sans qu’ils aient d’expérience ; et son absence fait ressembler les Anciens à des jeunes gens imprudents : car comme le dit Cicéron\In libro de oratore/, ne pas savoir ce qui s’est passé avant sa naissance, c’est rester toujours un petit enfant. De sorte que l’histoire rend les hommes sages, prudents et avisés : car par les exemples et modèles des choses passées, elle avise et règle pour qu’ils évaluent les choses présentes et plus encore, ce qui paraît impossible, elle leur fait comprendre et deviner la fin et issue que les affaires et événements auront à l’avenir : car connaissant leurs principes et moyens, ils savent qu’il en adviendra ce qu’à d’autres qui en ont connu de semblables. Car, comme le dit Salomon : rien de nouveau sous le soleil, et tout ce qui est a été, et tout ce qui doit être sera comme le passé ; vu du passé, cela nous est clair, celui qui aura bien appris et regardé cela, comprendra la plupart des choses à venir. Et comme je l’affirme, ce fruit et profit est commun à tous les genres d’hommes. Les rois et les princes rencontrent dans l’histoire d’autres qu’ils imitent et avec qui ils rivalisent en vertus et en excellence, et d’autres encore, mauvais, dont ils fuient les coutumes et de la réputation et visées desquels ils tirent leçon. Le capitaine, des avis et des ruses, des actes de courage et de force, dont il se servira et s’inspirera, et les erreurs et les dangers étant montrés, il saura s’en garder. Les gouverneurs et les magistrats, des lois, des coutumes et des manières de gouverner, qu’ils garderont pour modèle. Finalement, il n’existe aucune sorte d’homme qui ne puisse prendre exemple et règle de l’histoire pour vivre vertueusement et prudemment, et avis pour se garder du contraire. Car l’histoire véritable ne laisse aucune vertu sans louange ni vice sans réprimande, à tout elle donne son parfait lieu et sa parfaite valeur. Elle témoigne contre les méchants et approuve les bons ; elle est trésor et réceptacle des grandes vertus et exploits. Parmi les autres arts et sciences, chacun possède un but et fin qui mène à l’histoire, qui les comprend tous, et est pratique et exemple de leurs effets. Grandes et excellentes sont les autres lettres, mais nombre de fois les hommes sont menés à elles par la convoitise et l’intérêt, et pour obtenir biens et dignités ; l’histoire est la seule à être suivie pour soi-même, on n’y prétend d’autre récompense que le savoir, l’unique qui vaille. Seule elle peut vivre sans les autres, et aucune des autres sans elle, elle est la garde et la conservation de toutes, et c’est en cela qu’il faut la placer devant toutes les autres, et c’est principalement pour l’histoire que les lettres furent inventées, pour laisser le souvenir du passé à ceux qui viendraient ensuite ; et si les autres arts et sciences ont été écrits, ce fut pour en faire l’histoire. De sorte que bien considéré, on peut dire que tout écrit est histoire, car c’est pour conserver et se souvenir qu’on écrit. L’histoire, en plus de ce qui a été dit, possède une autre supériorité sur tous les autres arts, qui eux ne plaisent pas à tous les hommes, chaque art étant agréable à un état différent ; mais l’histoire est plaisante à tous les esprits. Parfois les philosophes furent expulsés de Rome, et aussi les maîtres de la Rhétorique, pour les désagréments qu’ils avaient causés : et il se passa longtemps avant qu’on y admît la médecine. Les Mathématiciens et les Astrologues en furent de même bannis quelquefois et ainsi pour divers arts que certains n’admirent point [p. 3], et aujourd’hui ils ne les possèdent pas ni ne les reçoivent ; mais les histoires et annales des temps passés, jamais il n’y eut quiconque qui ne les aimât ni ne les désirât et qui n’eût en grande estime leurs auteurs. Et la délectation pour l’histoire est si grande que nous entendons de bon gré les fables et les contes, car ils ont quelque similitude avec l’histoire véritable. Des excellents rois et capitaines qu’il y eut par le monde, je ne sais aucun qui ne se fût attaché et adonné à la leçon des Chroniques : desquelles ils ne tiraient pas moins de doctrine et de règle pour ce qu’ils devaient exécuter, que de l’exercice et usage qu’ils avaient à accomplir. Et nous lisons encore de Lucius Lucullus que seule la leçon le rendit sage et bon capitaine. Et les grands hommes eurent les histoires en si haute estime, que non seulement ils s’entretinrent à les lire, mais se flattèrent et ne dédaignèrent point d’écrire des histoires, tout autant que de faire des choses dignes d’être écrites : certains, un peu moins illustres et connus, se rendirent célèbres davantage avec les histoires qu’ils écrivirent qu’avec les batailles qu’ils livrèrent. Tels, chez les Grecs, Hérodote et Thucydide et Timothée, fils de Conon ; et chez les Latins, M. Porcius Caton et Quintus Fabius et Asinius Pollion et les grands césars, Jules et Octave son neveu ; et d’autres encore de chaque origine. Finalement les bienfaits et l’excellence de l’histoire sont si nombreux que je veux laisser inachevée leur énumération ; qu’il suffise pour exemple de tout ce qu’il faut en dire, le peu que j’en ai dit moi-même. Incité et induit de tout cela, je me disposai à écrire une histoire, non pas une commune et quelconque, mais celle des empereurs, réduisant à la brièveté et à l’abrégé d’un seul livre les vies et faits de tous, choisissant un juste milieu entre prolixité fastidieuse et sèche brièveté ; dans laquelle il est incidemment fait mémoire de tous les souverains pontifes qu’il y eut dans l’Église de Dieu. Je vois bien que grande fut ma hardiesse, mais je tiens cette disposition et désir pour louable, car c’est aider pour ma part à ce qu’on trouve en langue castillane ce que le latin tient caché à ceux qui ne le comprennent pas et qu’en cette langue-là nous obtenions les fruits et profits que j’ai dits. Et si je ne me trompe, je suis le premier qui, dans notre langue, a pris la peine de faire la liste de tous les Césars, bien que nombreux fussent ceux qui auraient pu le faire mieux que moi, et c’est une des choses qui m’ont encouragé à le faire. Ainsi que ce que Pline, l’orateur, dit : que l’histoire, comment qu’on l’écrive, plaît, à cause de l’inclination naturelle des hommes aux choses nouvelles, comme le sont celles du passé pour celui qui ne les sait pas. Et comme je ne pourrai pas revêtir mon histoire d’une quelconque autre beauté, je travaillerai confiant, et je promets d’écrire la vérité, me contentant de ce que dit Catulle à propos de Cicéron : il n’est besoin d’être orateur pour écrire l’histoire, il suffit de n’être point menteur. Et à propos d’Antoine, Cicéron lui-même dit que c’est comme cela que les Grecs n’écrivirent au début que des Annales sans ornements, et de même Marcus Caton et Pison et d’autres historiens romains. Les autres lois et dispositions de l’histoire pour le calcul du temps, pour la distinction et la nomination des provinces, la clarté, les sentences et conseils, et tout ce qui touche à son ornement et perfection, doit être fait dans ce que peut contenir la célérité et la brièveté que je me suis proposées et ce que la faiblesse de mon esprit ainsi que l’humilité et la platitude de mon style permettront d’atteindre. Pour les erreurs qu’en toute chose il pourra y avoir, je demande chrétiennement patience au lecteur, et qu’en rétribution de mon travail pour lui rendre la lecture agréable et pour les choses que j’aurais ignorées, il veuille bien m’avertir personnellement de mes négligences, qui ne peuvent être que nombreuses, afin que je les corrige, ce que je promets de faire ainsi que de remercier celui qui m’accordera cette faveur.

Haut de page

Notes

1  L’édition originale est de 1545 (Séville, Juan de León). Nous avons travaillé avec l’édition de 1547 conservée à la Bibliothèque municipale de Besançon : Pedro de Mexía, Historia Imperial y Cesárea ; en la qual en summa se contienen las vidas y hechos de todos los Césares Emperadores de Roma ; desde Julio César hasta el emperador Maximiliano ; dirigida al muy alto y muy poderoso Príncipe y señor nuestro don Philippe, Príncipe de España y de las dos Sicilias, &c. la qual compuso y ordenó el Manífico cavallero Pedro Mexía, vezino de la ciudad de Sevilla, Bâle, Joan Oporino, et consulté celles de 1552 (Anvers, Martín Nuncio) et 1564 (Séville, Sebastián Trugillo), en ligne sur le site de l’Université Carlos III de Madrid : http://e‑archivo.uc3m.es/dspace/handle/10016/4388

2  L’humanisme dans les lettres espagnoles, études réunies et présentées par A. Redondo, Paris, Vrin, 1979, ne lui consacre qu’une ligne, p. 127. Par la suite, D. de Courcelles lui a cependant consacré plusieurs travaux, tous à partir de la Siva de varia lección : « De Pedro Mexía à Michel de Montaigne : les livres, le savoir et le vent », inPh. Desan, L. Kritzman, R. La Charité & M. Simonin(eds.), « Sans autre guide » : Mélanges de littérature française de la Renaissance offerts à Marcel Tetel, Paris, Klincksieck, 1999, p.129-148 ; « Le sac de Rome dans la Silva de varia lección de Pedro Mexía: variété, différence, événement », in A. Redondo (ed.), Pouvoir et littérature : les discours sur le sac de Rome de 1527, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1999, p. 123-135 ; « La Silva de varia lección de l’humaniste sévillan Pedro Mexía, ou l’échec de la fondation du principe de varietas », in D. de Courcelles (ed.), Fonder les savoirs, fonder les pouvoirs XVe-XVIIe siècles, Paris, École des Chartes, 2000, p. 83-95 ; « Le mélange des savoirs : pour la connaissance du monde et la connaissance de soi au milieu du XVIe siècle dans la Silva de varia lección du Sévillan Pedro Mexía », in D. de Courcelles (ed.), Ouvrages miscellanées et théories de la connaissance à la Renaissance, Paris, École des Chartes, 2003, p. 103-115. « Paradoxes et images verbales dans les histoires de la très célèbre Silva de varia lección (1540-1551) de Pedro Mexía », in D. de Courcelles, Écrire l’histoire, écrire des histoires dans le monde hispanique, Paris, Vrin, 2008, p. 131-165.

3  Pedro de Mexía, op. cit. n. 1.

4  Pedro de Mexía, Diálogos o Coloquios, texte édité par A. Castro Díaz, Madrid, Cátedra, 2004, p. 190, page de titre de l’édition de Séville, Domenico de Robertis, 1548.

5  D. de Courcelles, « De Pedro Mexía à Michel de Montaigne : les livres, le savoir et le vent », inPh. Desan, L. Kritzman, R. La Charité & M. Simonin(eds.), « Sans autre guide » : Mélanges de littérature française de la Renaissance offerts à Marcel Tetel, Paris, Klincksieck, 1999, p. 138.

6  « que basta no ser mentiroso ».Voir infra, Annexe II, notre traduction de l’adresse au lecteur.

7  Il n’existe pas d’étude biographique systématique de Pedro Mexía, il faut avoir recours à des éléments épars telle l’introduction de J. de Mata Carriazo à l’édition de Pedro Mexía, Historia del Emperador Carlos V, Madrid, Espasa Calpe, 1945 ou celles d’A. Castro Díaz à la Silva de varia lección, 2 vol., Madrid, Cátedra, 1989-1990, ou aux Diálogos o Coloquios, Madrid, Cátedra, 2004.

8  M. Bataillon, Érasme et l’Espagne. Recherches sur l’histoire spirituelle du XVIe siècle, Genève, Droz, 1998 (1937) p. 531-532.  

9  Sans compter que M. Bataillon l’éreinte tant pour la Silva « livre médiocre », p. 678, « où jamais l’esprit du compilateur ne jette un éclair de réflexion personnelle sur quelque question d’intérêt vital », p. 679, « le lecteur, comme l’auteur lui-même y nage sur l’océan d’une curiosité sans préférence, sans idée, s’accrochant tour à tour aux épaves les plus hétéroclites », p. 680, que pour les Coloquios « aussi médiocres que la Silva [...] c’est toujours le même pot-pourri d’érudition vulgaire, sans rien qui induise l’esprit à réfléchir », p. 691.

10  Pedro de Mexía, Coloquios o Diálogos nuevamente compuestos por el Magnífico cavallero Pedro Mexía, Vezino de Sevilla en los quales se disputan y tratan varias y diversas cosas de mucha erudición y doctrina, Séville, Dominico de Robertis, 1547. L’édition contemporaine de référence est celle d’A. Castro Díaz. Voir supra n. 4. Sur le succès du genre en Espagne, et en particulier celui de Mexía, cf. F. López Estrada, « Erasmo y su proyección en el humanismo literario español : el caso de los Coloquios », in C. Amiel&alii (eds.), Autour de Marcel Bataillon. L’œuvre, le savant, l’homme, Paris, de Boccard, p. 43-56.

11  Pedro de Mexía, Silva de varia lección, op. cit., f° 3r : « Capítulo Secundo. En el qual se prueva ser falsa la opinión de los que creyeron ser los años dela primera edad muy menores que los de agora. Y también se dize qual fue la primera ciudad del mundo […] ».

12  « Paradoxes et images verbales dans les histoires de la très célèbre Silva de varia lección (1540-1551) de Pedro Mexía », in D. de Courcelles, Écrire l’histoire, écrire des histoires dans le monde hispanique, Paris, Vrin, 2008, p. 131-165.

13  Ibid. p. 138-139.

14  Pedro de Mexía, Historia del Emperador Carlos V escrita por su cronista el magnífico caballero Pedro Mexía, texte édité et commenté par J. de Mata Carriazo, Madrid, Espasa-Calpe, 1945.

15  Sur la carrière de Mexía, chroniqueur officiel de Charles Quint, voir L. Druez, « Perspectives comparées du règne de Charles Quint : histoire officielle, histoire luthérienne, histoire italienne », in C. Grell (ed.), Les Historiographes en Europe de la fin du Moyen Âge à la Révolution, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2006, p. 77‑108.

16  Sur cette fonction, voir R. Rodríguez-Moñino Soriano, « Breves apuntes sobre el oficio de historiador », Boletín de la Real Academia de la Historia, 201-2 (2004), p. 323-337.

17  Reste fondamentale l’étude ancienne et publiée à titre posthume de R. Costes, « Pedro Mexía, chroniste de Charles Quint », Bulletin hispanique, XXII (1920), p. 1-36 et 256-268, qui met à jour les nombreux emprunts de Sandoval à l’Histoire de Charles Quint de Mexía.

18  L. Druez, Laurence, op. cit., p. 78 et sq.

19  Ibid., p. 2.

20  B. Sánchez Alonso, Historia de la historiografía española, 3 vol., Madrid, Consejo superior de investigaciones científicas, 1947-1950. R. Costes, op. cit., p. 3.

21  Pedro de Mexía, Historia imperial : « Al muy alto y muy poderoso señor elprincípedon Philippe nvestro señor […]siendo vuestra Alteza hijo de Emperador y descendiendo de tantos y tales Emperadores, cuyos hechos en summa aquí se escriven. »

22  Ibid.,  Al lector : « reduziendo a brevedad y compendio de un solo libro las vidas y hechos de todos ellos, escogiendo un medio entre prolixidad fastidiosa y seca brevedad », (p. 3) traduite en annexe II de ce travail.

23  F. Rapp, Le Saint Empire romain germanique. D’Otton le Grand à Charles Quint, Paris, Tallandier, 2000.

24  D. de Courcelles, « Le mélange des savoirs : pour la connaissance du monde et la connaissance de soi au milieu du XVIe siècle dans la Silva de varia lección du Sévillan Pedro Mexía », in Idem, (ed.), Ouvrages miscellanées et théories de la connaissance à la Renaissance, Paris, École des Chartes, 2003, p. 108-109.

25  A. Castro Díaz, op. cit. n. 7, p. 122-146.

26  « Sies verdad lo que todos los sabios affirman, que las obras y exercicios del entendimiento hazen ventaja a las que son corporales. »

27  Pedro de Mexía, Historia imperial, p. 68 : « Ilustres Varones. Florecieron en tiempo de Claudio muchos hombres sennalados en letras, entre los quales son Domicio Africano, preceptor del gran Quintiliano, y Cornuto Philosopho y peita sennalado, maestro de Persio poeta satyrico, de quien el haze mencion. Palemon Vicentino el mas insigne Gramatico de su tiempo, bivia ansi mismo el exelente espannol Seneca Cordoves, ayo y maestro de Neron, de quien hemos de tratar, y otros algunos ».

28  Ibid. : « Autores de lo que tengo dicho son, Sexto Aurelio victor en el libro cincuenta y ocho, Eutropio y Paulo Orosio en el septimo, Eusebio en el segundo de la ecclesiastica historia, y en el de los tiempos, Cornelio Tacito en el dezeno y onzeno libros, Iosepho en el diez y nueve y veynte. Egesipo en el Segundo, Iordanes o Iordan en el libro ya dicho, Sant Isidoro, y Beda, en lo que escriven de los Emperadores, y Dion donde arriba esta alegado, y Gildas historiador Anglico arriba citado, y Freculpho obispo de Lexobiense (ciudad en Francia cercana a Ruan) en el primer libro del tomo segundo de sus historias, al qual ansi mismo entiendo seguir por su acutoridad y mediana antiguedad que es mas de setecientos annos. De la muerte de este Emperador Claudio escrivio Seneca tractado llamado luego de la muerte de Seneca, que es una de las mas elegantes y festivas cosas que ay escriptas, donde pinta a Claudio bien al natural, qual el fue como aquel que le bien conoscio ».

29  Voir supra n. 9.

30  M. Fosil, Le Sire de Gouberville, un gentilhomme normand au XVIe siècle, Paris, Flammarion, 2001 (1981), p. 233.

31  D. de Courcelles, « La Silva de varia lección de l’humaniste sévillan Pedro Mexía, ou l’échec de la fondation du principe de varietas », in Idem (ed.), Fonder les savoirs, fonder les pouvoirs XVe-XVIIe siècles, Paris, École des Chartes, 2000, p. 83-95.

32  E. Muñiz Grijalvo, « Pasado y presente en la Vida de Juliano de Pedro Mejía », Revista de historiografía, 1 (2004), p. 130 : « Imposible pedir más a un historiador del siglo XVI. El virtuosismo supremo en esta época consistía, entre otras cosas, en atenerse estrictamente a lo leído en los clásicos y en ser capaz de demostrarlo, aturdiendo si era preciso al lector con citas y referencias ».

33  « Por esto le puse por nombre Silva, porque en las Silvas y bosques estan las plantas y arboles sin orden ni regla. Y aunque esta manera de escrivir sea nueva en nuestra lengua Castellana, y creo que soy yo el primero que en ella haya tomado esta invención, en la Griega y Latina muy grandes auctores escribieron, assí como fueron Ateneo, Vindice, Sicilio, Aulo Gelio, Macrobio, y aun en nuestros tiempos Petro Crinito, Ludovico Celio, Nicolao Leonico, y otros algunos. Y pues la lengua Castellana no tiene, si bien se considera, porque reconozca ventaja a otra ninguna, no se por que no osaremos en ella tomar las invenciones que en las otras, y tratar materias grandes, como los Ytalianos y otras, y tratar materias grandes, como los Ytalianos y otras naciones lo hazen en las suyas, pues no faltan en Hespaña agudos y altos ingenios. Por lo qual yo preciado me tanto de la lengua que aprendi de mis padres como de la que me mostraron preceptores, quise dar estas vigilias, alos que no entienden los libros Latinos, y ellos principalmente quiero que mas necessitad y desseo suelen tener de saber estas cosas. »

Haut de page

Table des illustrations

URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/140/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rudy Chaulet, « Pedro Mexía, lecteur et utilisateur des sources antiques dans son Histoire impériale et césarienne (1545) », Cahiers des études anciennes, XLVII | 2010, 503-527.

Référence électronique

Rudy Chaulet, « Pedro Mexía, lecteur et utilisateur des sources antiques dans son Histoire impériale et césarienne (1545) », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVII | 2010, mis en ligne le 13 mars 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/140

Haut de page

Auteur

Rudy Chaulet

Université de Franche-Comté ISTA EA 4011

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org