Navigation – Plan du site
I. Le narrateur et les choix critiques du destinataire
I. 2 Le philologue et les arrangements avec l'histoire

Pourquoi écrire la Guerre civile quand on est César ?

Paul Marius Martin
p. 71-99

Entrées d’index

Index de mots-clés :

César, datation, historiographie
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Nous excluons l’insoutenable hypothèse — défendue par K. Barwick, Caesars Bellum ciuile. Tendenz, (...)

1Le Bellum ciuile de César s’interrompt brutalement en pleine bataille d’Alexandrie, fin 48. L’inachèvement de l’ouvrage1 pose une première question : n’a-t-il pas voulu le finir ou n’a-t-il pas pu le finir ? Dans la première hypothèse, pourquoi, à quel endroit du récit et à quelle date en a-t-il interrompu la rédaction ? Dans la seconde hypothèse, n’a-t-il pas pu le finir parce qu’il n’a pas trouvé le temps nécessaire à cela ou bien parce qu’il en a été empêché par une mort prématurée ? Ces questions en induisent une autre, fondamentale : pourquoi César a-t-il éprouvé la nécessité d’écrire la Guerre civile ? Et celle-ci fait à son tour naître une autre question : quand César a-t-il entrepris d’écrire la Guerre civile ?

  • 2  Cf. Hirtius, Bellum Gallicum VIII, 1-49 ; P. M. Martin,La Guerre des Gaules, La Guerre civile, Cés (...)

2Le fait que l’ouvrage soit inachevé, en soi, ne prouve rien : après tout, la Guerre des Gaules fut arrêtée par César avant l’ultime année de pacification de la province, sans doute parce qu’il fut entièrement rattrapé dès 51 par les affaires politiques. Mais les sept livres du Bellum Gallicum, malgré quelques incohérences, sont une œuvre achevée et, si César n’eut pas le loisir ou l’envie de consacrer un dernier livre à la dernière année de sa conquête, la narration qu’en fera Hirtius montre, dans son organisation comme dans son esprit, qu’il l’a faite à partir des notes de César2.

  • 3  Sur la carrière d’Asinius Pollion, cf. G. Zecchini, « Asinio Pollione : dall’attività politica all (...)
  • 4  Cf. Sénèque, Suasoires VI, 15 ; 6, 25 ; Valère Maxime, VIII, 13 ext., 4 ; H. Bardon, La Littératur (...)
  • 5  Cf. P. Fabre, dans son introduction aux livres I et II Guerre civile, dans la CUF (1936), p. XXIV (...)

3Le cas du Bellum ciuile est tout différent. Il comporte manifestement des imperfections qui auraient disparu si César avait eu — ou pris ? — le temps, non seulement de l’achever, mais encore de le reprendre. La critique d’Asinius Pollion, qui participa à la guerre civile dans le camp césarien3 et qui sera lui-même auteur d’une histoire des guerres civiles4, porte évidemment sur le Bellum ciuile — puisqu’il n’avait pas participé à la guerre des Gaules5 — et elle témoigne de ce que la critique allemande du XIXe siècle appelait justement le skizzenhafter Charakter de l’œuvre :

  • 6  Suétone, César 56, 4 : « L’opinion d’Asinius Pollion est qu’ils ont été composés avec trop peu de (...)

Pollio Asinus parum diligenter parumque integra ueritate compositos putat, cum Caesar pleraque et quae per alios erant gesta temere crediderit et quae per se, uel consulto uel etiam memoria lapsus perperam ediderit ; existimatque rescripturum et correcturum fuisse6.

  • 7  Cf. G. Zecchini, Cesare e il mos maiorum, Stuttgart, Franz Steiner Verlag (Historia Einzelschrifte (...)
  • 8 Cf. les analyses de F. Lossmann, « Zur literarischen Kritik Suetons in den Kapitlen 55 und 56 der C (...)
  • 9  Sur le fait que l’œuvre qui nous a été transmise est bien celle qui fut éditée dès l’origine, cf. (...)

Quelles que soient les raisons personnelles que pouvait avoir Pollion de critiquer ainsi l’œuvre de César7, il n’en demeure pas moins que sa critique est juste8. Ce qu’il dit, c’est que nous avons le premier jet d’une œuvre inachevée9, et que César l’aurait certainement « revue et corrigée ». Cette remarque rend pratiquement certain, quoi qu’on en ait pensé parfois, que la publication en fut posthume.

  • 10  Cicéron, Philippiques I, 16 ; II, 97 ; cf. M. Rambaud,César, De bello ciuili, Liber Primus, Paris, (...)
  • 11  Cf. P. M. Martin, « Le Bellum ciuile de César, œuvre inachevée, œuvre censurée ? », in Homenatge a (...)
  • 12 Cf. P. M. Martin, op. cit. n. 2, p. 79-100.

4À ce sujet, notre position, exprimée déjà il y a quelques années, est que le Bellum ciuile se trouvait dans les « papiers » de César quand il a été assassiné. Nous pensons qu’Antoine s’en est emparé en même temps que des autres « papiers » de César10 et qu’il s’est hâté de le publier, parce que, fût-ce peut-être en le « caviardant »11, cet ouvrage donnait de lui une image positive, dont il avait besoin à l’aube de la « guerre de succession » consécutive à la mort du dictateur12. Étrange destin que celui de cette œuvre, écrite par César pour se justifier de la guerre civile et qui servit finalement le rival de son fils adoptif !

5Ce qu’il faut bien voir, c’est que toute réponse aux questions que nous avons posées au départ induit automatiquement à la fois un choix sur la ou les périodes où César a rédigé cet ouvrage et, par suite, une interrogation sur les motifs pour lesquels César a estimé devoir raconter la guerre civile. Ajoutons que ces motifs ne seraient pas forcément les mêmes au début et à la fin de sa rédaction, si celle-ci s’est étalée sur plusieurs années ou si, comme nous le pensons sur la base d’indices développés plus loin, elle a été reprise après avoir été commencée, puis interrompue.

6Selon la période où l’on estime que cette œuvre a été rédigée, il est clair que les intentions de César, en l’écrivant, seraient différentes. Le César de 49-48 n’est pas le même que le César de 47, 46, 45, voire de 44 : de général rebelle, César est passé par consul vainqueur de Pompée, puis autocrate, avec une tendance de plus en affirmée à la sacralisation de son pouvoir et de sa personne.

  • 13  Sans remonter plus haut, depuis P. Fabre, op. cit., p. XIX-XXI, voir : J. H. Collins, « On the Dat (...)

7Ceux qui pensent que César n’a pas voulu finir cette œuvre — et ne l’a pas publiée — jugent qu’une fois son pouvoir assuré, les raisons qui l’avaient poussé à l’écrire — afin, pense-t-on, de se justifier et de régler ses comptes avec ses ennemis — avaient disparu. Autrement dit, l’œuvre aurait été écrite avant Thapsus, dans le contexte de la guerre civile contre Pompée. Ce raisonnement est celui des tenants de la datation haute, qui placent la rédaction de l’œuvre « à chaud », au plus tard au retour d’Égypte de César en octobre 4713.

  • 14  Cf. M. Rambaud,La Déformation historique chez César,Paris, Les Belles Lettres, 19662, p. 405-407 ; (...)

8De leur côté, les tenants d’une datation basse (après Thapsus) se regroupent essentiellement derrière les arguments de M. Rambaud14, qu’il est inutile de développer à nouveau, tant ils sont connus. Nous sommes, pour l’essentiel, d’accord avec eux et c’est cette thèse que nous voudrions ici défendre encore, avec de nouveaux arguments, mais aussi avec quelques nuances par rapport à leur position et à celle qui était initialement la nôtre.

  • 15  César, Bellum ciuile III, 97, 5 : pauci ordinis senatorii […] nocte fuga salutem petiuerunt.
  • 16  Le lien entre les deux est bien exprimé par Cicéron, Ad Atticum 11, 5, 1 ; cf. 11, 17 ; 18 ; 25, 2 (...)

9D’abord, à tous les arguments donnés contre la datation haute, il convient, selon nous, d’en ajouter un : si le récit césarien n’avait visé que sa lutte contre Pompée, il devrait s’achever à Pharsale ou, à la rigueur, à la présentation de la tête de Pompée, c’est-à-dire soit en III, 99, soit en III, 105. Toute la fin du Bellum ciuile serait, dans cette hypothèse, « hors sujet » : la guerre d’Alexandrie, dont César avait largement entamé la narration, n’est pas une guerre civile et le récit de ces événements n’a de sens que si César avait l’intention de continuer au-delà de celle-ci, en enchaînant sur le conflit suivant, mené en Afrique par les « jusqu’au-boutistes » : lui-même signale d’ailleurs l’existence de ce noyau d’irréductibles sénatoriaux, dont faisait partie Caton, en mentionnant leur fuite au soir de Pharsale15. On sait quels espoirs fous avaient fait naître à Rome chez les anti-césariens les difficultés de César enfermé dans le palais royal d’Alexandrie, conjuguées au regroupement des forces pompéiennes en Afrique16.

  • 17  Cf. Appien, Bellum ciuile II, 379 ; Suétone, César 52.
  • 18  Pour la première fois par W. Warde Fowler, « When Did Caesar Write His Commentaries on the Civil W (...)
  • 19  César, Bellum ciuile III, 18, 5 (bello perfecto) ; 57, 5 (confecto bello) ; 60, 4 (bello confecto) (...)
  • 20  Appien, Bellum ciuile II, 101 ; Dion Cassius, XLIII, 19, 1-2.
  • 21  Cf. J.-L.Voisin, « Le triomphe africain de 46 et l’idéologie césarienne », Ant. Afr., 19 (1983), p (...)

10Dès lors, donner sa version des faits survenus en Égypte n’était pas, pour César, indifférent : il répondait ainsi à ceux, y compris parmi ses partisans, qui lui avaient reproché de s’attarder inutilement en Égypte17. Si l’affaire égyptienne n’est pas un épisode de guerre civile, elle était néanmoins étroitement imbriquée entre la guerre contre Pompée et la guerre d’Afrique. La raconter n’avait donc de sens — répétons-le — que si César avait l’intention de raconter aussi cette guerre d’Afrique, pour le récit de laquelle il avait rassemblé les documents qu’un autre utilisa pour le Bellum Africum. Le récit de cette campagne victorieuse d’Afrique aurait constitué ainsi le pendant positif, la « revanche » ou la « vengeance » du destin malheureux de Curion. Ce dernier argument est mis en avant18 par ceux qui tiennent pour une rédaction de l’ouvrage peu après Thapsus, donc après le 6 avril 46, ou plus vraisemblablement après le 25 juillet — date de son retour à Rome pour un séjour de cinq mois. C’est durant ce séjour à Rome que César aurait rédigé son œuvre. Les allusions qu’on trouve dans son texte à « la fin de la guerre »19 renverraient donc à la fin de la campagne d’Afrique, quand César pouvait penser avoir éradiqué la résistance pompéienne armée. Le triomphe africain d’août 46, où figuraient les suicides de L. Scipion et de Caton20, atteste, au-delà du cynisme apparent de César, sa croyance — et sa volonté d’affirmer — qu’on en avait enfin fini avec les guerres civiles21.

  • 22  Contrairement à la critique moderne, qui suit aveuglément le refus de V. Brown (The Textual Transm (...)

11Il faut cependant remarquer que ces allusions au post bellum sont circonscrites exclusivement au livre III. Cette constatation est le premier élément qui nous conduit à nuancer notre position antérieure et à ne pas exclure22 l’hypothèse d’une rédaction en deux temps : le livre I, totalement ou en partie, avant Thapsus, les livres II et III après Thapsus. Deux autres indices confortent cette hypothèse.

  • 23  Voir notre mise au point : P. M. Martin, op. cit. n. 2, p. 92-95.
  • 24  Opinion que nous croyons juste de W. Warde Fowler, « When Did Caesar Write His Commentaries on the (...)
  • 25  Cf. M. Rambaud,César, De bello ciuili, Liber Primus, Paris, Érasme, 1970, p. 4-6; P. M. Martin, op (...)

12Le premier est qu’elle permet d’expliquer les divergences des manuscrits, dont toute une classe ne sépare pas les livres I et II, qui couvrent l’année 49, restituant fidèlement la division année par année habituelle chez César23. Si en effet le livre II a été composé après que César a pu voir le terrain où Curion avait vécu son tragique destin24, cela signifie qu’il a dû être rédigé à la même époque que le livre III, en tout cas après Thapsus. César a pu alors hésiter sur la forme définitive que prendrait son récit, annalistique ou historique, ce qui expliquerait les découpages différents du Bellum ciuile selon les manuscrits25.

  • 26 M. Rambaud, op. cit. n. 25, p. 9.
  • 27  Cf. notre communication « Caes. BC I : le récit d’une “ drôle de guerre ” », au colloque Le confli (...)
  • 28  Cf. M. Rambaud,La Déformation historique chez César,Paris, Les Belles Lettres, 19662, p. 106-108 ; (...)
  • 29  L’hypothèse de retouches apportées au livre I n’a rien d’invraisemblable. La même hypothèse a été (...)

13L’autre indice est que le livre I, quant à lui, a été justement reconnu comme « une narration justificative »26 dont le ton et la finalité, notamment pour les trente-trois premiers chapitres — ceux de la campagne d’Italie27 — se comprennent mieux dans l’hypothèse d’une rédaction « à chaud », proche des événements, comme le pensent — avec justesse sur ce point — les tenants de la datation haute. Il convient aussi de remarquer que c’est dans ce livre I qu’on relève le moins d’erreurs historiques involontaires, mais le plus de « déformations historiques » délibérées28. Ce fait explique l’impression que nous avons d’une rédaction plus soignée que celle des livres II et III, comme si César, avant de poursuivre son ouvrage, avait revu et retouché ce qu’il avait antérieurement écrit29.

  • 30  Les premiers chapitres du livre I abondent en revendications de dignitas personnelle et de liberta (...)
  • 31  César, Bellum ciuile III, 1, 1 : Dictatore habente comitia Caesare, consules creantur Iulius Caesa (...)

14Pour les premiers chapitres au moins, et peut-être pour l’ensemble du livre I, les tenants d’une datation haute pourraient donc bien ne pas avoir tort. César, en 49, n’est qu’un général félon, qui a besoin de prouver la légitimité de son action, non seulement auprès de ses partisans, mais surtout auprès des « neutres », des hésitants, comme Cicéron. On comprend que toute son action militaire durant cette année-là — campagne d’Italie, puis campagne d’Espagne — ait fait l’objet d’un récit justificatif destiné à montrer que les torts étaient du côté de ses adversaires qui l’avaient acculé à venger son honneur bafoué et à une « guerre de libération » de l’Italie30. Cependant, si ce livre a été écrit à chaud, il n’a sans doute pas été publié, pour la simple raison que la situation politique de César, à partir du 1er janvier 48, change du tout au tout : il est désormais consul en charge, « régulièrement » élu31. Les raisons qu’il avait auparavant de se justifier disparaissaient ipso facto : désormais, les rebelles, c’étaient les autres. Et la victoire de Pharsale rendit rapidement obsolète la publication éventuelle de ces pages rédigées à chaud. Le manuscrit serait donc resté inachevé, interrompu dans le courant ou, au plus loin, à la fin du livre I. Dans cette hypothèse, que nous croyons juste, quand l’a-t-il repris ?

  • 32 Cf. M. Rambaud,op. cit. n. 28, p. 47-48 ; 55-56 ; 238-242. Peut-être aussi la conquête de la Sicile (...)

15Pour tenter de répondre à cette question, il faut revenir à la critique d’Asinius Pollion. Ce que celui-ci laisse entendre, c’est que les erreurs qu’il a repérées dans le texte ne sont pas toutes volontaires, qu’elles ne relèvent pas toutes de la « déformation historique », surtout sensible dans le livre I. Plus précisément, la critique de Pollion sur la confiance excessive accordée par César à ses sources relatives aux épisodes où il n’était pas présent semble viser principalement le livre II, où César est à peu près absent du récit : ce livre est essentiellement occupé par le siège de Marseille et surtout par la campagne d’Afrique32. Gageons que l’absolution donnée par César à l’action militaire catastrophique de Curion, a dû paraître à Pollion avoir été donnée bien légèrement, sur la foi de rapports doublement « arrangés », par ses lieutenants d’abord, puis par César.

  • 33  Il semble avoir été la source d’Appien, Bellum ciuile II, 162 et 175‑190, selon C. Carsana, Commen (...)
  • 34  Cf. Cicéron Ad familiares X, 31-33 ; Tacite, Annales I, 12, 4 ; Dion Cassius, LVII, 2, 5.
  • 35  Cf. Appien, Bellum ciuile II, 139 ; Plutarque, Vie de César 32, 5 sq. ; Vie de Pompée 60, 3 ; Suét (...)

16Car, ne l’oublions pas, Pollion était bien placé pour savoir de quoi il retournait : il était l’un des survivants césariens de cette malheureuse campagne, à laquelle il avait participé33 et il a certainement peu apprécié de ne pas être mentionné une seule fois par César dans le livre II, non plus d’ailleurs qu’il l’avait été à propos de la prise de la Sicile dans le livre I, ni qu’il le sera pour sa participation à la bataille de Pharsale au livre III ! Sans doute César ressentait-il plus que de l’agacement devant le franc-parler de celui qui l’avait suivi dans la guerre civile par amitié, sans renier son républicanisme34. Cette attitude de César donne déjà une idée de la date de la reprise de rédaction du Bellum ciuile : le César qui fait subir cette sorte de damnatio memoriae à l’un de ses lieutenants les plus fidèles et les plus capables ressemble plus à l’autocrate des deux dernières années de sa vie, voire de ses derniers mois, qu’à l’homme qui avait longuement hésité avant de franchir le Rubicon35.

  • 36  Cf. Plutarque Vie de César 46, 1-3 ; Vie de Pompée 72, 4.

17Mais le plus intéressant pour nous est l’expression memoria lapsus : elle ne peut se comprendre que si un certain temps s’est écoulé entre l’événement et le récit de celui-ci, un temps suffisamment long pour que certaines données aient pu de bonne foi — admet Pollion — être rapportées de manière erronée par suite d’un défaut de mémoire. Cette remarque pourrait bien, elle, viser surtout le livre III, car on sait que Pollion critiquait la manière dont César y avait raconté Pharsale36. Nous pensons donc qu’au moins pour les livres II et III, et peut-être pour la dernière partie du livre I, à partir de la campagne d’Espagne, il faut bien s’en tenir à une rédaction tardive, postérieure à Thapsus.

18Cela pose deux questions, qui sont liées l’une à l’autre : quand précisément César s’est-il remis à la tâche, et pourquoi ?

  • 37 Cf. Hirtius, Bellum Gallicum 8, Pr. 6.

19Si grande que soit la rapidité d’écriture de César37, il lui fallait un minimum de temps pour rédiger les trois livres ou, au minimum, si l’on suit nos conclusions, les deux derniers livres du Bellum ciuile. Nous avons le choix, après Thapsus, entre deux périodes : les mois qui suivent immédiatement la bataille, où, comme nous l’avons dit, César effectue un séjour de cinq mois à Rome ; ou bien, après Munda, les six mois, à partir de septembre 45, qui lui restent à vivre.

  • 38 Cf. César, Bellum ciuile I, 6, 3 ; II, 25, 4 ; 44, 2.
  • 39  César, Bellum ciuile I, 15, 1-2 ; III, 13, 3 ; 19, 8 ; 87, 1-5 (mais voir III, 2, 3) ; cf. W. W. B (...)
  • 40  César, Bellum ciuile 1, 1-2 ; 4, 1-3 ; 31, 1 ; 33 ; 37, 4 ; 57 ; 82, 1 ; 83, 1 ; 90, 1 ; cf. W. W. (...)

20La première période a la faveur de la plupart des tenants de la datation basse. Il est certain que le caractère très négatif des portraits des futurs combattants pompéiens de la guerre d’Afrique s’explique bien si César leur réglait leur compte. Juba, bénéficiaire des attentions de Pompée, est dépeint comme un être plein de rancœur à l’égard de Curion et cruel envers les prisonniers romains38. Le traître Labienus, incapable de tenir son propre fief, fait ostensiblement allégeance à Pompée, rompt brutalement la fraternisation entre soldats et entretient Pompée dans l’illusion de la faiblesse des troupes césariennes39. Scipion enfin, toujours prêt à mettre en avant sa parenté avec son gendre Pompée pour obtenir avantages et honneurs, est présenté avec une ironie féroce comme le boutefeu de la guerre civile, un jusqu’au-boutiste, un bouffon vaniteux, à la cupidité impie, et un général incapable40.

21Ces portraits ont sans doute été rédigés ou, pour les notations contenues dans le livre I, peut-être retouchés, après Thapsus. Car, si le commandement par Scipion du centre des lignes pompéiennes à Pharsale n’avait pas été couronné de succès, on doute que César ait pu se permettre de prétendre — faussement d’ailleurs — à l’incapacité militaire de Scipion alors que celui-ci commandait les forces pompéiennes en Afrique et que César, mieux que personne, savait combien la fortune des armes est inconstante. En revanche, le portrait en charge de Scipion en Pyrgopolynice prend tout son sens après sa défaite à Thapsus.

  • 41 A. Pallavisini, « Il capitolo 22 del Bellum Africum e la propaganda augustea », CISA,2(1974), p. 10 (...)
  • 42  Cf. Pline, Histoire naturelle I, praef. 31.
  • 43 Bellum Africum 8, 5 ; 28, 3 ; 30, 1 ; 32, 1 ; 35 ; 46, 1-2 ; 96, 2 (contra Tite-Live, Per. 114). (...)
  • 44  Bellum Africum 16 ; 19, 3-4 ; 75, 5
  • 45  Bellum  Hispanicum 31, 9 ; Vellius Paterculus, II, 55, 4 ; Appien, II, 435.

22Le Bellum Africum enchaîne d’ailleurs dans le même esprit, comme si son auteur avait travaillé à partir des notes de César, ou en tout cas selon son inspiration. Asinius Pollion, de nouveau, en est absent, alors qu’il avait activement participé à la campagne. Si l’auteur du Bellum Africum est bien, comme on l’a proposé41, L. Munatius Plancus, il n’y aurait rien d’étonnant à ce qu’il ait maintenu l’omerta césarienne sur Asinius Pollion : les deux hommes étaient à couteaux tirés42. L’ouvrage nous présente, avec la même ironie que le Bellum ciuile, un Scipion toujours aussi vaniteux, piètre général, avili devant Juba, cruel envers ses compatriotes, et il lui refuse même l’honneur de reconnaître son suicide43. Quant à Labienus, le Bellum Africum le montre toujours aussiméprisant pour le soldat césarien, à la fois plein de jactance et lâche44. Cependant il convient de remarquer que le combat de Labienus ne s’arrêta pas à Thapsus, mais à Munda, où sa tête fut apportée à César45.

23Entre les deux périodes possibles pour la reprise par César de la rédaction du Bellum ciuile, rien apparemment ne permet donc de trancher. Après Thapsus, le triomphe célébré sur l’Afrique montre, comme nous l’avons vu, que César pensait bien en avoir fini avec les Pompéiens ; il n’avait donc aucune raison de se remettre à l’écriture du Bellum ciuile. Mais voilà que l’incendie se ralluma en Espagne et qu’il lui fallut de nouveau, dès décembre 46, prendre les armes contre ses adversaires.

24Les armes, mais aussi le stile. Car, pour notre part, nous pensons que, si le Bellum ciuile s’interrompt si brutalement, c’est probablement parce que, commencé — ou plutôt repris — après Munda, il était sur la table de travail de César quand celui-ci fut assassiné. Pour appuyer notre thèse, nous nous tournons à présent, non plus vers les événements militaires, mais, d’une part vers la production littéraire contemporaine, d’autre part vers l’évolution du régime césarien, en les confrontant au récit de César.

  • 46  Cf. Appien, Bellum ciuile II, 143 ; Dion Cassius, XLIV, 35, 2 ; Plutarque, Vie de César 68 ; Vie d (...)

25Dans la Rome dominée par César, quoi qu’en dise Cicéron, il continue d’exister une opinion publique et celle-ci s’exprime avec une relative liberté. S’il en était autrement, l’entreprise même de César de commencer, puis de reprendre le récit de la guerre civile serait incompréhensible : car c’est bien pour agir sur cette opinion que — pensons-nous — il va reprendre après Munda son manuscrit abandonné après Pharsale. Certes une partie de cette opinion publique, notamment dans le petit peuple, est ouvertement favorable à César et elle le montrera bien en explosant de colère contre les « libérateurs » après les Ides de mars46.

  • 47  Varron d’Adax, auteur d’un Bellum Sequanicum (cf. M. Ledentu, op. cit. n. 10, p. 274-276 ; G. Dobe (...)
  • 48 Cf. M. Ledentu, op. cit. n. 10, p. 202-203.
  • 49  Ibid., p. 226.
  • 50  Aulu-Gelle, VI, 1, 1 sq.
  • 51  Notamment F 10-11 Peter.
  • 52  Cf. Suétone, César 75, 5 ; Bellum Africum 89, 5.
  • 53  Cf. H. Bardon, La Littérature latine inconnue, Paris, Klincksieck, 1952, I, p. 283.
  • 54 Cf. Cicéron, Ad familiares VI, 6, 8.
  • 55 Cf. Cicéron, Ad familiares VI, 7, 1-2.

26Mais César ne trouvait pas appui que dans la plèbe romaine et ce n’était pas elle qui lisait. Dans le monde des lettres, sans parler des poètes qui magnifièrent sa campagne des Gaules47, l’annaliste contemporain, Q. Aelius Tubero, lui était à coup sûr favorable48. Favorable aussi le fidèle césarien G. Oppius, auteur d’une biographie de César, et d’une autre du césaricide Cassius49. Pour l’un comme pour l’autre, il n’est pas sûr que leurs œuvres — ou la partie, pour Tubero, antérieure à la mort de César — aient été écrites après la mort du dictateur. En effet, chez Oppius, l’allusion à la légende de la naissance divine de Scipion50 se comprend mieux dans le contexte de la propagande idéologique du vivant de César ; et chez Q. Tubero, les fragments conservés favorables à César51 pourraient bien avoir été rédigés du vivant du dictateur. Quant à A. Caecina, auteur d’un violent pamphlet contre César à l’époque où il soutenait la cause pompéienne, jusqu’à Thapsus52, il avait été pardonné par César et avait aussitôt écrit un recueil intitulé Querelae53, que connaît Cicéron et qui contenait un éloge appuyé à la « nature douce et clémente » de César54, puis il s’était mis à un nouvel ouvrage tout aussi élogieux pour César, auquel il travaillait début 4555.

  • 56  Cicéron, Ad Atticum XIV, 2, 1; cf. F. Giancotti,Mimo e gnome. Studio su Decimo Laberio e Publilio (...)
  • 57  Laberius cité par Macrobe, Saturnales II, 7, 3; cf. F. Giancotti, op. cit.; R. Till, « Laberius un (...)
  • 58 Cf. B. Zucchelli, « L’enigma del Trikaranos : Varone di fronte ai triumviri », inF. della Corte (ed (...)
  • 59 Cf. M. Ledentu, op. cit. n. 10, p. 206.
  • 60  Suétone, César IX, 1-2.
  • 61  Plutarque, Vie de César 22, 4 ; cf. Vie de Caton 51-2-3 ; Vie de Crassus 37, 2-3 ; Suétone, César (...)
  • 62 Cf. Cicéron, Brutus 218 ; H. Bardon, op. cit., I, p. 283.
  • 63 Cf. Cicéron, Ad familiares VI, 12, 5.
  • 64  Après les Ides de mars, il écrivit aussi une biographie de César très virulente : cf. Suétone, Cés (...)
  • 65  Cf. Suétone, Vies des grammairiens 27, 2 ; M. Ledentu, op. cit. n. 10, p. 226-227.

27Cependant, à côté de ces thuriféraires du régime, sincères ou non, toute une intelligentsia hostile à César continuait de se déchaîner. Si un doute demeure pour le mimographe Publilius Syrus, auteur d’un mime que Cicéron juge hostile à César en avril 4456, l’hostilité de Laberius, chevalier romain contraint par le maître de Rome de jouer les mimes dont il était l’auteur, ne fait aucun doute57. Rappelons la dénonciation par Varron du premier triumvirat, « monstre à trois têtes »58, bien qu’elle ne concerne pas le seul César. L’annaliste Tanusius Geminus59, à en croire les témoignages indirects que nous possédons de son œuvre, n’était pas tendre pour César : il rappelait qu’il avait trempé avec Crassus dans un complot à la veille de son édilité60 et que Caton avait proposé en 55 de le livrer aux Usipètes et aux Tenctères pour « crimes de guerre »61. De même, Curion le père avait écrit un dialogue stigmatisant la conduite de César pendant la guerre des Gaules62. Encore ces critiques — du moins celles dont l’écho nous est parvenu — touchaient-elles à la période antérieure à la guerre civile. Le pompéien T. Ampius Balbus, en revanche, conseillé par Cicéron63, entreprit à partir de 46 une série de biographies de uiri fortiores au nombre dequelles se trouvait une biographie fort élogieuse de Pompée64, écrite sans doute peu de temps après la mort du grand homme. Dans la même période, l’affranchi de Pompée L. Voltacilius Pitholaus rédigeait à son tour, sous le coup de l’émotion, des biographies très élogieuses de Pompée et de son père65. On se doute que l’un et l’autre ne devaient pas ménager César dans leurs biographies favorables à son rival vaincu.

  • 66  Cf. P. M. Martin,La Guerre des Gaules, La Guerre civile, César, Paris, Ellipses, 2000, p. 77-79 ; (...)
  • 67 Cf. Cicéron, Ad Atticum 12, 4, 2.
  • 68  Cicéron, Ad Atticum 12, 5, 2.
  • 69  Cicéron, Ad Atticum 12, 21, 1.
  • 70 Cf. Cicéron, Ad familiares VII, 24, 2 ; 25, 2.
  • 71  Cf. Valère Maxime, IV, 3, 2 ; Plutarque, Vie de Caton 36.
  • 72  Cf. G. Zecchini, « Asinio Pollione : dall’attività politica alla riflessione storiografica », ANRW (...)

28Un épisode particulièrement aigu de cette « guerre de l’écrit » fut l’évocation de la mémoire de Caton après sa mort66. À la demande de Brutus, Cicéron le premier, non sans embarras ni hésitation67, rédigea un éloge de Caton. Celui-ci, prêt en juillet 46, ravit Cicéron… et les Césariens68, sans doute parce que le prudent Arpinate avait ménagé la chèvre et le chou. Furieux, Brutus se mit à la tâche pour publier en mars 45, au moment même de Munda, un éloge de son beau-père… qui mécontenta Cicéron69. Deux autres républicains, M. Fabius Gallus en septembre 45 au plus tard70 et, peut-être après, Munatius Rufus, vieux compagnon de Caton71, écrivirent à son tour des biographies élogieuses de celui qui était désormais devenu le symbole de la résistance à César72.

  • 73  Cicéron, Ad Atticum 12, 40, 1.
  • 74  Cicéron, Ad Atticum 13, 50, 1 ; cf. Plutarque, Vie de Caton 11 ; 52‑54 ; Pline, Lettres III, 12 ; (...)

29Le parti césarien, alors que venait d’être tranchée en Espagne la dernière tête de l’hydre pompéienne, ne pouvait pas prendre le risque de voir se lever une nouvelle tête, à la faveur de l’exaltation du « martyre » catonien. Il se décida donc à répliquer sur l’autre front, l’intellectuel, pour allumer un pare-feu à cette propagande destructrice. Il le fit de manière foudroyante : dans le même mois de mai 45, Hirtius fit paraître un pamphlet anti-Caton qui ridiculisait le sectarisme philosophique du stoïcien et qui enchanta Cicéron… parce qu’on y faisait habilement son éloge73, tandis que César lui-même, dans la foulée, consacrait deux volumes à dénoncer les uitia personnels de Caton, le peignant en Tartuffe de la vertu74. C’est donc bien dans cette période de l’après-Munda que César prit conscience du tort que lui faisait l’image idéalisée de Caton donnée par ses adversaires. Il est logique de penser que c’est alors qu’il reprit la rédaction de son ouvrage laissé en plan après Pharsale.

  • 75 Cf. Cicéron, Ad Atticum 11, 6, 2 et 5-6 ; 7, 3.

30La valorisation relative de l’image de Pompée, César l’avait tolérée parce qu’elle ne servait pas de porte-drapeau à l’opposition « républicaine » ; celle de Caton, il ne pouvait l’accepter. Le premier avait été son rival vaincu dans une guerre civile où chacun se battait au fond pour la même chose : le pouvoir. Ce n’est qu’avec Lucain — et encore ! — que Pompée se hissera à la hauteur d’un symbole républicain. Il suffit de lire la correspondance de Cicéron75 pour voir que, même après sa mort, l’image de Pompée n’est pas idéalisée : on peut regretter sa défaite et les circonstances de sa mort ; on ne s’illusionne pas pour autant sur les motifs qui conduisirent lui-même et ses partisans à déclencher la guerre civile. Mais Caton, lui, était d’ores et déjà en passe de devenir le porte-drapeau de l’opposition républicaine à un régime qui voulait placer son assise dans un charisme divinisant. Il fallait absolument détruire cette image au plus vite, la dégonfler comme une baudruche.

  • 76 Cf. César, Bellum ciuile I, 4, 1 ; 30, 5 ; 32, 3.
  • 77  César, Bellum ciuile III, 97, 5.
  • 78  Bellum Africum 22 ; 36, 1 ; 87 ; 88, 3-4.

31D’où la présentation de Caton, dans le livre I du Bellum ciuile, comme un envieux, aigri, haineux et lâche76. Au livre III, il est englobé anonymement dans la poignée d’extrémistes de l’ordre sénatorial qui s’enfuient après Pharsale77. Et le Bellum Africum, dont l’inspiration est si proche de la tonalité du Bellum ciuile, peint Caton comme un fanatique prêt à enrôler barbares et esclaves contre ses compatriotes tout en traitant indignement les bénéficiaires de la lex Iulia, et obligé d’acheter à prix d’argent des combattants ; même son suicide, par sa sauvagerie inhumaine, est peint négativement78.

32L’examen de la production littéraire de l’époque nous conduit donc à penser que la période la plus plausible pour une reprise du manuscrit du Bellum ciuile est bien la période postérieure à Munda, où la guerre de l’écrit prit un tour exacerbé.

33Si nous nous tournons à présent vers l’évolution du régime, nous serons amené à la même conclusion.

  • 79  Cf. Appien Bellum ciuile II, 68 ; 102 ; Servius, Commentaire à l’ÉnéideI, 720.
  • 80  Cf. Appien, Bellum ciuile II, 104.
  • 81  Cf. Dion Cassius, XLIII, 42, 3.
  • 82  Dion Cassius, XLIV, 44, 3 ; Suétone, César 79 ; cf. Festus, 128 L.
  • 83  Cf. P. M. Martin, L’Idée de Royauté à Rome. II. Haine de la royauté et séductions monarchiques, Cl (...)

34Il est certes vrai que c’est en septembre 46 que César consacra à sa divine mère Venus Genetrix le temple qu’un rêve lui avait inspiré de faire à la veille de Pharsale79. Mais c’est seulement en mars 45 que Venus Genetrix remplacera la Venus Victrix pharsaliennecomme mot de ralliement des troupes césariennes, à Munda80. En outre, l’annonce de cette victoire fut volontairement retardée pour qu’elle fût proclamée à Rome le jour des Parilia, anniversaire de la fondation de Rome par Romulus81. Enfin, c’est à partir de Munda que César adopte les bottes rouges de Romulus et des rois d’Albe82 et qu’il multiplie les actes évoquant les rois de Rome83. Désormais, une chaîne mystique unit les destins de Rome, depuis ses origines énéenne et romuléenne, et de la gens Iulia, comme si le destin de l’une dépendait du destin de l’autre, comme si l’histoire de l’une se confondait avec celle de l’autre.

  • 84 G. Dobesch, « Zur Caesars Sitzenbleiben vor dem Senat und zu der Quelle des Cassius Dio », Tychè (1 (...)
  • 85  Sur celle-ci, le livre fondamental reste S. Weinstock, Divus Julius, Oxford, Clarendon Press, 1971 (...)

35Trois étapes marquent, selon une étude toujours valable84, le processus de divinisation de César : Thapsus, avec le titre d’hémithéos sur la base d’une de ses statues ; Munda, avec l’inscription théos anikètos, et enfin le sénatusconsulte de fin 45 ou début 44 lui donnant le titre de Iuppiter Iulius. Cela correspond incontestablement à une sacralisation de plus en plus grande du pouvoir césarien85, jusqu’aux Ides de mars 44. Trouve-t-on trace de cette nouvelle orientation du régime dans le Bellum ciuile ? Dans le livre I, la réponse est négative. De même pour le livre II, où — répétons-le — César est fort peu présent. Il en va tout différemment dans le livre III.

  • 86  Ce thème a été maintes fois étudié, notamment par M. Rambaud,La Déformation historique chez César, (...)
  • 87  Cf. Plutarque, Sur la fortune des Romains 6, 319d ; Vie de César 38, 5 ; Appien, Bellum ciuile II, (...)
  • 88  C’est aussi ce qui ressort de C. Carsana,op. cit.,p. 185-187.
  • 89  Cicéron, Pro Marcello 7 ; Pro rege Deiotaro 19 ; 21.

36D’abord, on n’a pas assez remarqué le fait que le thème de la fortuna86connaît, dans les écrits de César, une double évolution, d’une part entre la Guerre des Gaules et la Guerre civile, d’autre part entre le livre I de celle-ci et les deux autres livres. L’évocation de la fortuna concerne, dans le Bellum Gallicum, essentiellement la fortuna belli. Le terme apparaît quarante fois dans l’ensemble des sept livres du Bellum Gallicum. Il est utilisé trente-deux fois — donc dans une proportion bien plus grande — dans les trois livres du Bellum ciuile : quatre fois dans le livre I, quatre fois dans le livre II et vingt-quatre fois dans le livre III. On pourrait en conclure, superficiellement, à un renforcement de ce thème rendu célèbre par l’apostrophe de César en 48 au pilote de la petite barque dans laquelle il voulait traverser l’Adriatique87  apostrophe sur laquelle on a beaucoup glosé… en oubliant que César, finalement, donna l’ordre de retourner au port ! Et en oubliant surtout qu’on ne trouve pas trace de cet épisode dans le livre III du Bellum ciuile — ce qui tend à faire penser que la notion de fortuna, au moment où César rédige le livre III, tend à reculer devant une autre idéologie88.Il est remarquable que c’est au thème de la « bonne fortune » de César que, malignement, se tient Cicéron dans ses « césariennes »89.

  • 90  César, Bellum ciuile I, 40, 7 (Afranius et Petreius) ; II, 6, 1 (les Marseillais) ; 17, 4 (Varron) (...)
  • 91  César, Bellum ciuile II, 5, 6 (Brutus) ; 14, 3 (Brutus) ; 30, 2 (Curion) ; 32, 6-13 (discours de C (...)
  • 92  César, Bellum ciuile I, 52, 2 ; 59, 1 ; 72, 2.

37En réalité, quand on y regarde de près, sur l’ensemble des occurrences de fortuna dans le Bellum ciuile, seulement huit concernent César, trois dans le livre I, cinq dans le livre III. Les autres entrent dans la thématique de l’incertitude de la fortune à la guerre et concernent soit des ennemis90, soit des lieutenants de César plus ou moins heureux91. Tout se passe comme si eux seuls avaient à subir, pour le meilleur ou pour le pire, la fortuna belli. Pour César, les trois occurrences du livre I qui le concernent ne sortent pas non plus du cadre de l’incertaine fortuna belli, à propos de la campagne d’Espagne92. De ce point de vue, nous sommes donc encore dans la même thématique que celle du Bellum Gallicum. On peut d’ailleurs y voir un indice supplémentaire que ce livre fut écrit sinon « dans la foulée », du moins dans le même esprit que la Guerre des Gaules, à une date relativement haute.

  • 93  César, Bellum ciuile III, 68, 1 ; cf. 72, 4 (casus).

38La première occurrence du livre III concernant César, à propos de Dyrrachium93, semble relever elle aussi de la fortuna belli : on y retrouve notamment l’excuse classique de César quand il subit un échec. Pourtant, le discours qu’il tient à ses troupes change en réalité totalement la thématique habituelle :

  • 94  César, Bellum ciuile III, 73, 3-5 : « Il fallait remercier la fortune : ils avaient pris l’Italie (...)

Habendam fortunae gratiam, quod Italiam sine aliquo uulnere cepissent, quod duas Hispanias bellicosissimorum hominum peritissimis atque exercitatissimis ducibus pacauissent, quod finitimas frumentariasque prouincias in potestatem redegissent ; denique recordari debere qua felicitate inter medias hostium classes oppletis non solum portibus, sed etiam litoribus omnes incolumes essent transportari. Si non omnia caderent secunda, fortunam esse industria subleuandam. […] Sed siue ipsorum perturbatio siue error aliquis siue etiam fortuna partam iam praesentemque uictoriam interpellauisset, dandam omnibus operam ut acceptum incommodum uirtute sarciretur94.

  • 95  Cf. César, Bellum ciuile I, 52, 2 ; 54, 1 (mauvais temps) vs I, 54, 2-4 (ingéniosité de César) ; I (...)
  • 96  Cf. César, Bellum Gallicum I, 40, 13 ; IV, 25, 3 ; VI, 43, 5 (la dernière est connotée négativemen (...)
  • 97  César, Bellum ciuile I, 7, 7 : « Il les exhorte, eux sous le commandement de qui ils ont, pendant (...)

39Ce discours, hormis le passage que nous avons fait sauter et dans lequel César, à son habitude, se dédouane de toute responsabilité dans l’échec subi, est fort original. S’il admet in fine, du bout des lèvres,qu’après tout, c’est peut-être la fortune qui les a privés d’une victoire méritée — mais non sans avoir auparavant avancé deux autres causes possibles —, César n’en souligne pas moins que l’énergie humaine peut pallier les insuffisances de celle-ci, comme il l’a montré à plusieurs reprises dans les livres I et II95 —, en refusant donc la conception d’une fortuna semblable à l’aveugle Tychè. Il commence son discours de manière très paradoxale, en invitant ses soldats à remercier la fortune de les avoir continûment favorisés depuis le début de la guerre civile : dans la balance, l’échec — réparable — de Dyrrachium pèse peu en face de tous les bienfaits dont la fortune les a comblés. Mais surtout, une notion nouvelle apparaît : la felicitas, sous le signe de laquelle César place les événements narrés dans le livre III. Cette notion était peu présente dans le Bellum Gallicum96. C’est pourtant à l’occasion de l’évocation de cette guerre que, dans le livre I du Bellum ciuile, César place rétrospectivement la guerre des Gaules sous le signe de la felicitas :Hortatur, cuius imperatoris ductu VIIII annis rem publicam felicissime gesserint plurimaque proelia secunda fecerint, omnem Galliam Germaniamque pacauerint […]97.

  • 98  L’unique attestation du livre II (31, 3), dans le discours de Curion, montre qu’il ne la possède p (...)
  • 99  Comme en III, 26, 4 ; 27, 1.
  • 100  César, Bellum ciuile III, 14, 3 (casu) ; 26, 5 (felicitate).
  • 101  César, Bellum ciuile I, 40 ; 50-52 ; 54.

40Pour la Guerre civile, il n’ose le faire qu’à partir du livre III98. Or toutes les opportunités heureuses qui se sont produites avant Pharsale, depuis le début de l’année 48, que le mot fortuna y soit mentionné99 ou non, concernent des flottes césariennes qui se sortent miraculeusement de situations difficiles100, comme si César, même de loin, était maître des éléments. Nous sommes loin, on le voit, du César de l’année 49, soumis en Espagne aux aléas climatiques101 — donc aux aléas de la fortune, même si celle-ci, comme il se plaît à le rappeler, lui était globalement favorable. Il est bien désormais le César anikètos, invincible, de sa statue élevée après Munda.

  • 102  Sur cette idéologie, voir B. Vergilio, Lancia, diadema e porpora. Il re e la regalità ellenistica, (...)

41Après la victoire en Gaule, la victoire de Pharsale a été, pourrait-on dire, son épiphanie, selon la conception hellénistique du pouvoir102. Non seulement parce qu’il a été vainqueur, mais parce que cette victoire a fait « tache d’huile », qu’elle a engendré un charisme efficace. Nous voulons parler des manifestations post euentum montrant l’efficacité charismatique de cette victoire. Ce sont ces signes qu’on trouve dans le livre III du Bellum ciuile.

  • 103  César, Bellum ciuile III, 100, 3 : « […] et, avant qu’on eût appris la victoire de Thessalie, ni l (...)
  • 104  César, Bellum ciuile III, 101, 1 : isdem fere temporibus.
  • 105  César, Bellum ciuile III, 101, 3 : « […] et si, juste à ce moment, des nouvelles de la victoire de (...)

42On pourrait considérer que le récit reste dans une relative rationalité quand César relate que l’annonce de sa victoire dénoua des situations critiques pour ses lieutenants engagés sur des théâtres d’opérations lointains, à Brindes d’abord, où Vatinius était bloqué par Laelius : […] neque a proposito deterrebatur neque ante proelium in Thessalia factum cognitum ante ignominia amissarum nauium aut necessarium rerum inopia ex portu insulaque expelli potuit103. Puis, « vers le même moment »104, à Messine, où les flottes césariennes étaient sur le point de subir un grave revers face à Cassius : […] et nisi eo ipso tempore quidam nuntii de Caesaris uictoria per dispositos equites essent allati, existimabant plerique futurum fuisse uti amiterretur105.

  • 106  César, Bellum ciuile III, 101, 7 : « Peu de temps après on eut connaissance de la bataille de Thes (...)

43Par bonheur, l’annonce de la victoire parvint aussi bientôt aux Pompéiens : neque multo post de proelio facto in Thessalia cognitum est, ut ipsis Pompeianis fides fieret ; nam ante id tempus fingi a legatis amicisque Caesaris arbitrabantur. Quibus rebus cognitis, ex his locis Cassius cum classe discessit106. S’il n’y a là à proprement parler rien de miraculeux, il reste l’insistance de César à décrire, à quelques lignes d’intervalle, le foudroyant effet démobilisateur de l’annonce de sa victoire sur les forces pompéiennes opérant loin du théâtre principal des opérations. Tout se passe comme si le charisme de celle-ci était suffisamment efficace pour désarmer à distance l’ennemi ou du moins pour le mettre en fuite.

  • 107  César, Bellum ciuile III, 105, 1-2 : « […] mais, interrompu par l’arrivée de César, il s’enfuit. A (...)
  • 108  César, Bellum ciuile III, 33, 2 : « Cette circonstance sauva le trésor d’Éphèse ».

44De même, la simple annonce de l’arrivée de César suffit à empêcher le pompéien T. Ampius de commettre le sacrilège de piller le temple d’Éphèse : […] sed interpellatum aduentu Caesaris profugisse. Ita duobus temporibus Ephesiae pecuniae Caesar auxilium tulit107. La présentation des faits est intéressante : lors du précédent « sauvetage » du trésor d’Éphèse, c’est l’annonce, par une lettre de Pompée, du franchissement de l’Adriatique par César et ses troupes qui, en obligeant Scipion à obéir à l’ordre de rejoindre au plus vite la Macédoine, avait interrompu le pillage programmé du sanctuaire. César concluait : Haec res Ephesiae pecuniae salutem adtulit108.

45Le salut venait donc bien d’un heureux concours de circonstances en chaîne : débarquement de César en Grèce, lettre de Pompée à Scipion, arrivée de cette lettre juste à temps pour empêcher l’irrémédiable. Le rôle de César était médiat. La seconde fois, en revanche, c’est bien l’arrivée de César en personne qui interrompt le processus de pillage engagé. Pourtant les deux circonstances sont mises finalement sur le même plan par César narrateur : les deux fois, c’est bien lui, et lui seul, qui a sauvé le trésor du temple. Ainsi se dessine une image de César protecteur et sauveur des biens religieux, dans la tradition évergétique et sôtérique des souverains hellénistiques.

  • 109  Pour un état de la question, voir U. Pizzani, « La cultura filosofica di Cesare », in E. Poli (ed. (...)
  • 110  Les prodiges survenus sur le site même de la bataille, et avant celle-ci, sont notés en italiques. (...)

46Mais le plus stupéfiant, si l’on se souvient des liens intellectuels de César avec l’épicurisme109, consiste dans l’énumération complaisante par César, aussitôt après le miracle d’Éphèse, des prodiges qui ont accompagné sa victoire. Une malencontreuse lacune nous a privé du début de la liste de ces prodiges, que d’autres auteurs rapportent, avec des variantes plus ou moins importantes, comme le montre le tableau ci-dessous110 :

  • 111  César, Bellum ciuile III, 105, 3.

47On voit que le seul auteur dont la liste soit exactement On voit que le seul auteur dont la liste soit exactement semblable à celle de César est Valère Maxime, dont le texte commence par un Quo constat qui rappelle évidemment le Item constabat par où débute le récit césarien après la lacune111. Sa source est donc très certainement César.

  • 112  Plutarque, Vie de Pompée 68, 4.
  • 113  Cf. Appien, Bellum ciuile II, 35 ; Plutarque, Vie de César,32 ; 46 ; cfL. Morgan, op. cit. n. 8. (...)
  • 114  Cf. à ce sujet P. M. Martin, op. cit. n. 2,p. 83-86.

48Combien de prodiges étaient mentionnés, et lesquels, par César dans le texte perdu ? Il est évidemment impossible de répondre avec certitude à cette question. Le renseignement de Plutarque disant que César affirmait avoir vu de ses yeux le prodige de la traînée de feu se propageant d’un camp à l’autre112 pourrait laisser croire qu’il a eu connaissance du contenu de la lacune. Mais le texte de Plutarque n’impose pas qu’il ait trouvé ce témoignage de César chez César lui-même ; il a pu être rapporté par une autre source faisant état d’un témoignage oral de César, comme Asinius Pollion, témoin auditif de beaucoup de « mots » de César113. Surtout, l’hypothèse que Plutarque aurait eu accès à un texte de César non lacunaire est invraisemblable : d’une part, la liste de Valère Maxime atteste que le texte que nous avons était mutilé dès l’archétype antique114, d’autre part, ce prodige serait le seul que César aurait rapporté comme s’étant produit sur le lieu même de la bataille et avant celle-ci.

  • 115  Dion Cassius, XLI, 61, 3-4.
  • 116  Denys d’Halicarnasse, VI, 13.

49En effet, tous les prodiges conservés dans le texte de César ont en commun de se situer dans le monde grec ou hellénisé, où, depuis Alexandre, la victoire par les armes constitue l’épiphanie du pouvoir souverain. Le seul prodige qui ne romprait pas l’homogénéité de cette liste césarienne est celui de l’apparition de deux jeunes gens en Syrie porteurs de la nouvelle de la victoire de César ; il est attesté seulement par Dion Cassius, il est vrai, mais aussitôt après les prodiges de Pergame et de Tralles115, qu’on retrouve chez César. Et l’on voit bien l’intérêt de la propagande césarienne de faire apparaître ces deux jeunes gens, qu’il faut évidemment identifier comme les Dioscures, pour annoncer la victoire : Pharsale, fondatrice du charisme césarien, se trouvait de ce fait assimilée à la victoire fondatrice de la République, celle du lac Régille, qui avait été annoncée à Rome par les deux jeunes héros116. Ce prodige a surtout en commun avec les autres prodiges mentionnés par César, d’une part, de s’être produit le jour même de la bataille, de manière concomitante à celle-ci, d’autre part, de mettre en œuvre une idéologie de la Victoire, qu’on retrouve expressément à Élis et à Tralles et implicitement dans les autres prodiges notés par César. Nous pensons donc que ce prodige était rapporté par César dans la lacune de son texte.

  • 117  Chez Plutarque, Vie de César 47, 3-5 ; cf. Lucain, VII, 192-200.
  • 118  Lucain, ibid. Sur la source thermale de l’Aponus, où aurait eu lieu la prophétie, voir CIL,5, p. 2 (...)

50S’y ajoutait peut-être celui de Padoue, attesté par Tite-Live117 et survenu lui aussi à la fois le jour de la bataille et loin de celle-ci, en milieu non hellénique, il est vrai, mais en un lieu dont l’origine troyenne est soulignée par Lucain118.

  • 119  Ce faisant, César, dans ce domaine comme dans d’autres, « chaussait les bottes » de Sylla, qui s’é (...)

51Car le point commun de tous ces prodiges — il faut le souligner — est qu’ils n’ont pas eu lieu avant la bataille, comme ceux qui sont survenus sur le site de celle-ci, mais le même jour qu’elle, et ailleurs. Autrement dit, ce ne sont pas de banals signes annonciateurs, que l’épicurien César serait en droit de mépriser, et qui feraient de lui le jouet de la fortune, mais bien la confirmation surnaturelle d’un charisme nouveau, universel, attaché à cette victoire remportée par la seule uirtus d’un homme, et donc dignes d’être rapportés dans son récit par l’homme qui irradie désormais ce charisme efficace sur l’étendue de l’univers, l’homme qui est bénéficiaire non d’une fortuna changeante, mais d’une felicitas active et permanente119. Le César qui correspond à ce profil mystique n’est certainement pas celui de 48 ou de 47, ni même de 46, c’est celui de 45-44.

  • 120  Cf. Cicéron, Pro Marcello 21. G. Dobesch, « Politische Bemerkungen zu Ciceros Rede Pro Marcello », (...)
  • 121  Sur la légende de Caton, voir R. J. Goar, The Legend of Cato Uticensis from the 1st Cent. BC to th (...)

52Concluons. En reprenant au printemps ou au plus tard à l’automne 45 la rédaction de son livre, César comptait bien en poursuivre le récit jusqu’à Thapsus et jusqu’à la destruction à Utique de son pire ennemi, en donnant notamment sa version du dernier combat et de la mort, présentée comme héroïque par ses ennemis, de Caton : probablement la dénonciation d’un héroïsme inutile120. Les chapitres alexandrins devaient, à n’en pas douter, être suivis de ceux où César se proposait de raconter comment, de décembre 47 à avril 46, il avait mené la guerre d’Afrique, Thapsus confirmant l’épiphanie de Pharsale. Les poignards de ses assassins ne lui en ont pas laissé le temps. Du coup, c’est Caton et sa légende qui, finalement, eurent le dernier mot121.

Haut de page

Notes

1  Nous excluons l’insoutenable hypothèse — défendue par K. Barwick, Caesars Bellum ciuile. Tendenz, Abfassungszeit und Stil, Leipzig‑Berlin, Verhandlungen Sächs (Ak. D. Wissenschaften, phil.-hist. Kl. 99, I), 1951 —  que le Bellum ciuile soit une œuvre achevée.

2  Cf. Hirtius, Bellum Gallicum VIII, 1-49 ; P. M. Martin,La Guerre des Gaules, La Guerre civile, César, Paris, Ellipses, 2000, p. 73-75.

3  Sur la carrière d’Asinius Pollion, cf. G. Zecchini, « Asinio Pollione : dall’attività politica alla riflessione storiografica », ANRW,II, 30, 2, p. 1265-1296.

4  Cf. Sénèque, Suasoires VI, 15 ; 6, 25 ; Valère Maxime, VIII, 13 ext., 4 ; H. Bardon, La Littérature latine inconnue, Paris, Klincksieck, 1956,II, p. 94-95.

5  Cf. P. Fabre, dans son introduction aux livres I et II Guerre civile, dans la CUF (1936), p. XXIV sq.

6  Suétone, César 56, 4 : « L’opinion d’Asinius Pollion est qu’ils ont été composés avec trop peu de soin et trop peu de fiabilité, étant donné que César, d’une manière générale, d’une part a fait confiance, sans vérifier, à ce que les autres lui disaient de leurs actions, d’autre part, pour ce qui le concerne, a présenté les choses de manière erronée, soit délibérément soit simplement par défaut de mémoire ; et, pense-t-il, César aurait procédé à une réécriture et à une correction ». Toutes nos traductions sont originales.

7  Cf. G. Zecchini, Cesare e il mos maiorum, Stuttgart, Franz Steiner Verlag (Historia Einzelschriften 151), 2001, p. 106-107.

8 Cf. les analyses de F. Lossmann, « Zur literarischen Kritik Suetons in den Kapitlen 55 und 56 der Caesarvita », Hermes,85 (1957), p. 47-58 ; L. Morgan, « The Autopsy of C. Asinius Pollio », JRS,90 (2000), p. 51-69.

9  Sur le fait que l’œuvre qui nous a été transmise est bien celle qui fut éditée dès l’origine, cf. P. M. Martin, op. cit. n. 2, p. 83-86.

10  Cicéron, Philippiques I, 16 ; II, 97 ; cf. M. Rambaud,César, De bello ciuili, Liber Primus, Paris, Érasme, 1970, p. 6 sq. M. Ledentu, Studium scribendi. Recherches sur les statuts de l’écrivain et de l’écriture à Rome à la fin de la République, Louvain-Paris, Peeters (BEC n° 36), 2004, p. 216-220 nous suit sur cette position.

11  Cf. P. M. Martin, « Le Bellum ciuile de César, œuvre inachevée, œuvre censurée ? », in Homenatge a M. Dolç, Actes del XII Simposi de la SEEC (Palma, 1996),Palma de Majorque,Sociedad Española de Estudios Classicos, 1997, p. 305-324 ; P. M. Martin, op. cit. n. 2, p. 95-100.

12 Cf. P. M. Martin, op. cit. n. 2, p. 79-100.

13  Sans remonter plus haut, depuis P. Fabre, op. cit., p. XIX-XXI, voir : J. H. Collins, « On the Date and Interpretation of the Bellum ciuile », AJPh,80 (1959), p. 113-132 ; G. V. Sumner, « The Lex Annalis under Caesar », Phoenix, 25 (1971), p. 246-271 ; L. Raditsa, « Julius Caesar andHis Writings », ANRW,I, 1, 3, p. 417-756 ; M. T. Boatwright, « Caesar’s Second Consulship and the Completion and Date of the Bellum ciuile », CJ,84 (1988), p. 31-40 ; R. T. Macfarlane, « Ab inimicis incitatus. On Dating the Composition of Caesar’s Bellum ciuile », Syll. Class.,7 (1996), p. 107-132 ; M. Jehne, « Caesar und die Krise von 47 v. Chr. », in G. Urso (ed.), L’ultimo Cesare : Scritti, riforme, progetti, poteri, congiure, Rome, L’Erma di Bretschneider (Monografie CERDAC 20), 2000, p. 151-173 et, semble-t-il, mais non sans hésitations ni contradictions, W. W.Batstone & C. Damon, Caesar’s Civil War, Oxford, Oxford University Press, 2006 (comparerp. 3 et p. 26 ; 109 ; 113 ; 118).

14  Cf. M. Rambaud,La Déformation historique chez César,Paris, Les Belles Lettres, 19662, p. 405-407 ; M. Rambaud, op. cit. n. 10,p. 6-15 ;  M. Rambaud,Autour de César, Lyon, L’Hermès, 1987, p. 481 et, à sa suite : M. Chenerie, « L’architecture du Bellum ciuile de César », Pallas,21 (1974), p. 25-26 ; G. Balazs, « Clementia and Diuinitas. A Study in the Political Thought of the First Century BC », Oikouménè,5 (1986), p. 285 ; P. M. Martin, op. cit. n. 2, p. 82 ; M. Ledentu, op. cit. n. 10,p. 216 ; O. Devillers, « César, Bellum ciuile I », in Silves latines 2006, Tournai, Atlande, 2005, p. 30-31 ; cf. aussi déjà K. Abel, « Zu Datierung von Cäsars Bellum ciuile », MH,15 (1958), p. 56-74 et M. Ruch, « César, le Commentarius et la propagande autour de l’année 45 », BAGB (1959), p. 503.

15  César, Bellum ciuile III, 97, 5 : pauci ordinis senatorii […] nocte fuga salutem petiuerunt.

16  Le lien entre les deux est bien exprimé par Cicéron, Ad Atticum 11, 5, 1 ; cf. 11, 17 ; 18 ; 25, 2 ; Ad familiares XV, 15, 2.

17  Cf. Appien, Bellum ciuile II, 379 ; Suétone, César 52.

18  Pour la première fois par W. Warde Fowler, « When Did Caesar Write His Commentaries on the Civil War? », CPh,3 (1908), p. 129‑136.

19  César, Bellum ciuile III, 18, 5 (bello perfecto) ; 57, 5 (confecto bello) ; 60, 4 (bello confecto).

20  Appien, Bellum ciuile II, 101 ; Dion Cassius, XLIII, 19, 1-2.

21  Cf. J.-L.Voisin, « Le triomphe africain de 46 et l’idéologie césarienne », Ant. Afr., 19 (1983), p. 23 sq.

22  Contrairement à la critique moderne, qui suit aveuglément le refus de V. Brown (The Textual Transmission of Caesar’sCivil War, Leyde, Brill, 1972) d’envisager cette hypothèse.

23  Voir notre mise au point : P. M. Martin, op. cit. n. 2, p. 92-95.

24  Opinion que nous croyons juste de W. Warde Fowler, « When Did Caesar Write His Commentaries on the Civil War? », CPh 3 (1908), p. 129-136.

25  Cf. M. Rambaud,César, De bello ciuili, Liber Primus, Paris, Érasme, 1970, p. 4-6; P. M. Martin, op. cit. n. 2, p. 92-95.

26 M. Rambaud, op. cit. n. 25, p. 9.

27  Cf. notre communication « Caes. BC I : le récit d’une “ drôle de guerre ” », au colloque Le conflit et sa représentation dans l’Antiquité (Montpellier, mars 2008), Actes à paraître.

28  Cf. M. Rambaud,La Déformation historique chez César,Paris, Les Belles Lettres, 19662, p. 106-108 ; 133-152.

29  L’hypothèse de retouches apportées au livre I n’a rien d’invraisemblable. La même hypothèse a été formulée à propos du livre VII du Bellum Gallicum, dont César, pour répondre aux critiques sur sa manière de mener la guerre des Gaules (cf. infra) aurait fait une réédition retouchée en 45, selon M. Sordi, « Cassio Dione e il VII libro del De Bello Gallico di Cesare »,s. n., Studi di storiografia antica in mem. L. Ferrero, Turin, Bottega d’Erasmo,1971, p. 179-183 ; M. Sordi, « Cesare e i diritti umani », in L. Aigner Foresti, A. Barzanò, C. Bearzot et alii (eds.), L’ecumenismo politico nella coscienza dell’Occidente (Bergamo, sett. 1995), Rome, L’Erma di Bretschneider (Monografie CERDAC 19), 1988, p. 185.

30  Les premiers chapitres du livre I abondent en revendications de dignitas personnelle et de libertas du peuple et de ses représentants: cf. 7 ; 8, 3 ; 9, 2 et 5 ; 22, 5 ; 32.

31  César, Bellum ciuile III, 1, 1 : Dictatore habente comitia Caesare, consules creantur Iulius Caesar et P. Seruilius ; is enim erat annus quo per leges ei consulem fieri licet ; cf. Appien, Bellum ciuile II, 48. Ce qui excitera la colère de Lucain (V, 381-402 ; 667), qui auparavant insistait au contraire sur le statut de priuatus de César (III, 108).

32 Cf. M. Rambaud,op. cit. n. 28, p. 47-48 ; 55-56 ; 238-242. Peut-être aussi la conquête de la Sicile(César, Bellum ciuile I, 30), où Pollion était le lieutenant de Curion.

33  Il semble avoir été la source d’Appien, Bellum ciuile II, 162 et 175‑190, selon C. Carsana, Commento storico al libro II delle Guerre Civili di Appiano, Pise, Ed. ETS (Publicazioni della Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università di Pavia), 2007, p. 22 ; 143-144 ; 153. Sur Pollion, voir G. Zecchini, « Asinio Pollione : dall’attività politica alla riflessione storiografica », ANRW,II, 30, 2, p. 1265-1296 et Cesare e il mos maiorum, Stuttgart, Franz Steiner Verlag (Historia Einzelschriften 151), 2001.

34  Cf. Cicéron Ad familiares X, 31-33 ; Tacite, Annales I, 12, 4 ; Dion Cassius, LVII, 2, 5.

35  Cf. Appien, Bellum ciuile II, 139 ; Plutarque, Vie de César 32, 5 sq. ; Vie de Pompée 60, 3 ; Suétone, César 31.

36  Cf. Plutarque Vie de César 46, 1-3 ; Vie de Pompée 72, 4.

37 Cf. Hirtius, Bellum Gallicum 8, Pr. 6.

38 Cf. César, Bellum ciuile I, 6, 3 ; II, 25, 4 ; 44, 2.

39  César, Bellum ciuile I, 15, 1-2 ; III, 13, 3 ; 19, 8 ; 87, 1-5 (mais voir III, 2, 3) ; cf. W. W. Batstone & C. Damon, op. cit.,p. 106-109.

40  César, Bellum ciuile 1, 1-2 ; 4, 1-3 ; 31, 1 ; 33 ; 37, 4 ; 57 ; 82, 1 ; 83, 1 ; 90, 1 ; cf. W. W. Batstone & C. Damon, op. cit., p. 113.

41 A. Pallavisini, « Il capitolo 22 del Bellum Africum e la propaganda augustea », CISA,2(1974), p. 107-114 ; G. Zecchini, « Asinio Pollione : dall’attività politica alla riflessione storiografica », ANRW,II, 30, 2, p. 1291-1292 ; G. Zecchini, Cesare e il mos maiorum, Stuttgart, Franz Steiner Verlag (Historia Einzelschriften 151), 2001, p. 106, n. 8 ; contra L. Loreto, Pseudo-Cesare. La Lunga guerra civile, Milan, Biblioteca universale Rizzoli, 2001, p. 26-31 (à partir d’au moins deux récits, un rédacteur issu de l’État-major de César).

42  Cf. Pline, Histoire naturelle I, praef. 31.

43 Bellum Africum 8, 5 ; 28, 3 ; 30, 1 ; 32, 1 ; 35 ; 46, 1-2 ; 96, 2 (contra Tite-Live, Per. 114).

44  Bellum Africum 16 ; 19, 3-4 ; 75, 5

45  Bellum  Hispanicum 31, 9 ; Vellius Paterculus, II, 55, 4 ; Appien, II, 435.

46  Cf. Appien, Bellum ciuile II, 143 ; Dion Cassius, XLIV, 35, 2 ; Plutarque, Vie de César 68 ; Vie de Brutus 20 ; Vellius Paterculus II, 59.

47  Varron d’Adax, auteur d’un Bellum Sequanicum (cf. M. Ledentu, op. cit. n. 10, p. 274-276 ; G. Dobesch, « Varro Atacinus und sein Bellum Sequanicum », in Vasile Lica (ed), Festschrift G. Wirth,Galati, 2006, p. 123-174) ; M. Furius Bibaculus, auteur des Pragamtica belli Gallici (cf. M. Ledentu, op. cit. n. 10, p. 271-272) ; Catulle même, 11, 11-12, si l’on admet, avec G. Zecchini, « I confini occidentali dell’impero romano : la Britannia di Cesare a Claudio », CISA,13 (1987), p. 254, la sincérité, pour une fois, de l’admiration du poète.

48 Cf. M. Ledentu, op. cit. n. 10, p. 202-203.

49  Ibid., p. 226.

50  Aulu-Gelle, VI, 1, 1 sq.

51  Notamment F 10-11 Peter.

52  Cf. Suétone, César 75, 5 ; Bellum Africum 89, 5.

53  Cf. H. Bardon, La Littérature latine inconnue, Paris, Klincksieck, 1952, I, p. 283.

54 Cf. Cicéron, Ad familiares VI, 6, 8.

55 Cf. Cicéron, Ad familiares VI, 7, 1-2.

56  Cicéron, Ad Atticum XIV, 2, 1; cf. F. Giancotti,Mimo e gnome. Studio su Decimo Laberio e Publilio Siro, Messine-Florence, G. D’Anna (Biblioteca di cultura contemporanea n°98), 1967, p. 210-213; contra P. Hamblenne, « L’opinion romaine en 46-43 et les sentences politiques de Publilius Syrus », ANRW I, 3, p. 659.

57  Laberius cité par Macrobe, Saturnales II, 7, 3; cf. F. Giancotti, op. cit.; R. Till, « Laberius und Caesar », Historia 24 (1975), p. 260-286.

58 Cf. B. Zucchelli, « L’enigma del Trikaranos : Varone di fronte ai triumviri », inF. della Corte (ed.), Atti Congr. Studi Varroniani,Rieti, Centro di Studi Varroniani, 1976, p. 509-526.

59 Cf. M. Ledentu, op. cit. n. 10, p. 206.

60  Suétone, César IX, 1-2.

61  Plutarque, Vie de César 22, 4 ; cf. Vie de Caton 51-2-3 ; Vie de Crassus 37, 2-3 ; Suétone, César 24.

62 Cf. Cicéron, Brutus 218 ; H. Bardon, op. cit., I, p. 283.

63 Cf. Cicéron, Ad familiares VI, 12, 5.

64  Après les Ides de mars, il écrivit aussi une biographie de César très virulente : cf. Suétone, César 72, 1 ; M. Ledentu, op. cit. n. 10, p. 225.

65  Cf. Suétone, Vies des grammairiens 27, 2 ; M. Ledentu, op. cit. n. 10, p. 226-227.

66  Cf. P. M. Martin,La Guerre des Gaules, La Guerre civile, César, Paris, Ellipses, 2000, p. 77-79 ; M. Ledentu, op. cit. n. 10, p. 229-233.

67 Cf. Cicéron, Ad Atticum 12, 4, 2.

68  Cicéron, Ad Atticum 12, 5, 2.

69  Cicéron, Ad Atticum 12, 21, 1.

70 Cf. Cicéron, Ad familiares VII, 24, 2 ; 25, 2.

71  Cf. Valère Maxime, IV, 3, 2 ; Plutarque, Vie de Caton 36.

72  Cf. G. Zecchini, « Asinio Pollione : dall’attività politica alla riflessione storiografica », ANRW,II, 30, 2, p. 1265-1296.

73  Cicéron, Ad Atticum 12, 40, 1.

74  Cicéron, Ad Atticum 13, 50, 1 ; cf. Plutarque, Vie de Caton 11 ; 52‑54 ; Pline, Lettres III, 12 ; Aulu-Gelle, IV, 16. Nous ne pensons pas que César était mécontent du travail d’Hirtius, mais que les deux hommes s’étaient partagé la tâche, l’un s’attaquant à la pensée de Caton, l’autre à sa conduite. Sur l’Anticaton de César, voir H. J. Tschiedel, Caesars Anticato. Eine Untersuchung der Testimonien und Fragmente, Diss. Darmstadt, 1981.

75 Cf. Cicéron, Ad Atticum 11, 6, 2 et 5-6 ; 7, 3.

76 Cf. César, Bellum ciuile I, 4, 1 ; 30, 5 ; 32, 3.

77  César, Bellum ciuile III, 97, 5.

78  Bellum Africum 22 ; 36, 1 ; 87 ; 88, 3-4.

79  Cf. Appien Bellum ciuile II, 68 ; 102 ; Servius, Commentaire à l’ÉnéideI, 720.

80  Cf. Appien, Bellum ciuile II, 104.

81  Cf. Dion Cassius, XLIII, 42, 3.

82  Dion Cassius, XLIV, 44, 3 ; Suétone, César 79 ; cf. Festus, 128 L.

83  Cf. P. M. Martin, L’Idée de Royauté à Rome. II. Haine de la royauté et séductions monarchiques, Clermont-Ferrand, ADOSA, 1994, p. 289‑294. Pour l’association d’Auguste et de Romulus par Tite-Live, cf. dans le Tome II de ces Actes, l’article de B. Mineo, p. 383-406.

84 G. Dobesch, « Zur Caesars Sitzenbleiben vor dem Senat und zu der Quelle des Cassius Dio », Tychè (1988),p. 39-102, s’appuyant essentiellement sur Dion, XLIII, 14 et 21 ; XLIV, 4-6 et 8 ; XLV, 3 ; cf. aussi G. Zecchini, Cesare e il mos maiorum, Stuttgart, Franz Steiner Verlag (Historia Einzelschriften 151), 2001, p. 35-63.

85  Sur celle-ci, le livre fondamental reste S. Weinstock, Divus Julius, Oxford, Clarendon Press, 1971.

86  Ce thème a été maintes fois étudié, notamment par M. Rambaud,La Déformation historique chez César,Paris, Les Belles Lettres, 19662, p. 256-264 ; J. Champeaux, Fortuna. Le Culte de la Fortune dans le monde romain. II. Les transformations de Fortuna sous la République, Rome, École Française de Rome (Coll. de l’EFR 64), 1987, p. 259-267 et, en dernier lieu, par P. Mantovanelli, « Cesare e la Fortuna », in G. Urso (ed.), L’ultimo Cesare : Scritti, riforme, progetti, poteri, congiure,Rome, L’Erma di Bretschneider (Monografie CERDAC 20), 2000, p. 211-230, avec bibliographie antérieure p. 212, n. 2.

87  Cf. Plutarque, Sur la fortune des Romains 6, 319d ; Vie de César 38, 5 ; Appien, Bellum ciuile II, 54.

88  C’est aussi ce qui ressort de C. Carsana,op. cit.,p. 185-187.

89  Cicéron, Pro Marcello 7 ; Pro rege Deiotaro 19 ; 21.

90  César, Bellum ciuile I, 40, 7 (Afranius et Petreius) ; II, 6, 1 (les Marseillais) ; 17, 4 (Varron) ; 28, 2 (Varus) ; 36, 2 (les défenseurs d’Utique) ; III, 10, 6-7 (Pompée) ; 13, 3 (Labienus) ; 60, 3 (les déserteurs Allobroges) ; 79, 3 (Pompée) ; 81, 2 (les habitants de Métropolis) ; 103, 4 (Pompée) ; 104, 1 (Pompée).

91  César, Bellum ciuile II, 5, 6 (Brutus) ; 14, 3 (Brutus) ; 30, 2 (Curion) ; 32, 6-13 (discours de Curion) ; 41, 8 (Curion) ; 27, 1 (Antoine).

92  César, Bellum ciuile I, 52, 2 ; 59, 1 ; 72, 2.

93  César, Bellum ciuile III, 68, 1 ; cf. 72, 4 (casus).

94  César, Bellum ciuile III, 73, 3-5 : « Il fallait remercier la fortune : ils avaient pris l’Italie sans perte, ils avaient pacifié les deux Espagnes face à des généraux très compétents et expérimentés commandant des hommes extrêmement belliqueux, ils avaient fait tomber en leur pouvoir les provinces voisines riches en blé ; enfin, ils avaient le devoir de se rappeler avec quel bonheur, en plein milieu de flottes ennemies qui occupaient non seulement tous les ports, mais tous les rivages, ils avaient réussi leur traversée en débarquant tous sains et saufs. Si tout n’était pas favorable, c’était à leur zèle de pallier l’insuffisance de la fortune. […] Mais soit trouble de leur part, soit erreur, soit même du fait de la fortune se mettant en travers d’une victoire acquise et déjà accomplie, il leur fallait en tout cas, tous, réparer l’échec subi. ».

95  Cf. César, Bellum ciuile I, 52, 2 ; 54, 1 (mauvais temps) vs I, 54, 2-4 (ingéniosité de César) ; II, 14, 3 (infortune devant Marseille) vs II, 15, 4 (valeur des soldats).

96  Cf. César, Bellum Gallicum I, 40, 13 ; IV, 25, 3 ; VI, 43, 5 (la dernière est connotée négativement).

97  César, Bellum ciuile I, 7, 7 : « Il les exhorte, eux sous le commandement de qui ils ont, pendant neuf ans, servi la République avec tant de bonheur, en remportant tant de batailles, pacifié toute la Gaule et la Germanie » ; cf. 85, 10 (rebus feliciter gestis).

98  L’unique attestation du livre II (31, 3), dans le discours de Curion, montre qu’il ne la possède pas.

99  Comme en III, 26, 4 ; 27, 1.

100  César, Bellum ciuile III, 14, 3 (casu) ; 26, 5 (felicitate).

101  César, Bellum ciuile I, 40 ; 50-52 ; 54.

102  Sur cette idéologie, voir B. Vergilio, Lancia, diadema e porpora. Il re e la regalità ellenistica, Pise, Giardini (Studi Ellenistici XIV), 2003.

103  César, Bellum ciuile III, 100, 3 : « […] et, avant qu’on eût appris la victoire de Thessalie, ni la honte d’avoir perdu des navires ni le manque d’approvisionnements ne purent le [Laelius] chasser du port et de l’île ».

104  César, Bellum ciuile III, 101, 1 : isdem fere temporibus.

105  César, Bellum ciuile III, 101, 3 : « […] et si, juste à ce moment, des nouvelles de la victoire de César n’avaient pas été apportées par des relais de cavalerie, on jugeait que la situation aurait été désespérée. »

106  César, Bellum ciuile III, 101, 7 : « Peu de temps après on eut connaissance de la bataille de Thessalie, en sorte que même les Pompéiens durent y ajouter foi ; car avant cela ils pensaient que c’était une désinformation des légats et des partisans de César. En apprenant cette nouvelle, Cassius et sa flotte prirent le large ».

107  César, Bellum ciuile III, 105, 1-2 : « […] mais, interrompu par l’arrivée de César, il s’enfuit. Ainsi, à deux reprises, César sauva le trésor d’Éphèse ».

108  César, Bellum ciuile III, 33, 2 : « Cette circonstance sauva le trésor d’Éphèse ».

109  Pour un état de la question, voir U. Pizzani, « La cultura filosofica di Cesare », in E. Poli (ed.), La Cultura in Cesare. Atti Conv. Intern. St. Macerata-Matelica, 1990, Rome, Il Calamo, 1993, I, p. 163-189et M. Ducos, « Caesar (C. Iulius -) », in R. Goulet (ed.), Dictionnaire des philosophes antiques, II, Paris, CNRS, 1994, p. 150-154. Même Y. Benferhat, Ciues Epicurei. Les Épicuriens et l’idée de monarchie à Rome et en Italie de Sylla à Octave, Bruxelles, Latomus (Coll. Latomus 292), 2005, p. 284-312, qui adopte la position la plus en retrait sur ce sujet, doit admettre in fine que, « s’il est impossible de prouver son épicurisme […] il y a bien un faisceau d’indices » (p. 312).

110  Les prodiges survenus sur le site même de la bataille, et avant celle-ci, sont notés en italiques.

111  César, Bellum ciuile III, 105, 3.

112  Plutarque, Vie de Pompée 68, 4.

113  Cf. Appien, Bellum ciuile II, 35 ; Plutarque, Vie de César,32 ; 46 ; cfL. Morgan, op. cit. n. 8.

114  Cf. à ce sujet P. M. Martin, op. cit. n. 2,p. 83-86.

115  Dion Cassius, XLI, 61, 3-4.

116  Denys d’Halicarnasse, VI, 13.

117  Chez Plutarque, Vie de César 47, 3-5 ; cf. Lucain, VII, 192-200.

118  Lucain, ibid. Sur la source thermale de l’Aponus, où aurait eu lieu la prophétie, voir CIL,5, p. 268 ; 271.

119  Ce faisant, César, dans ce domaine comme dans d’autres, « chaussait les bottes » de Sylla, qui s’était déjà présenté dans son autobiographie comme un favori des dieux, un felix : cf. H. Sonnabend, Geschichte der antiken Biographie, Stuttgart, Metzler, 2002, p. 95-96.

120  Cf. Cicéron, Pro Marcello 21. G. Dobesch, « Politische Bemerkungen zu Ciceros Rede Pro Marcello », in E. Weber & G. Dobesch (eds.), Römische Geschichte, Altertumskunde und Epigraphik, Vienne, Selbstverlag der österreichischen Geselleschaft für Archäologie, 1985, p. 177, fait remarquer que Cicéron, à cette époque, s’est rapproché de César. A. Tedeschi, Lezione di buon governo per un dittatore. Cicerone, Pro Marcello : saggio di commento, Bari, Edipuglia, 2005, p. 116-117, voit aussi dans ce passage une allusion perfide à Caton.

121  Sur la légende de Caton, voir R. J. Goar, The Legend of Cato Uticensis from the 1st Cent. BC to the 5th Cent. AC, Bruxelles, Latomus (Coll. Latomus 197), 1987.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/141/img-1.png
Fichier image/png, 14k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Marius Martin, « Pourquoi écrire la Guerre civile quand on est César ? », Cahiers des études anciennes, XLVI | 2009, 71-99.

Référence électronique

Paul Marius Martin, « Pourquoi écrire la Guerre civile quand on est César ? », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVI | 2009, mis en ligne le 25 février 2010, consulté le 25 avril 2014. URL : http://etudesanciennes.revues.org/141

Haut de page

Auteur

Paul Marius Martin

Université Montpellier III

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers des études anciennes

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org