Navigation – Plan du site
III.1 L'histoire comme ktèma es aiei et les défis de l'impartialité: le narrateur «intime»
III.1.2 Ressources parénétiques d'une «refiguration» du passé

Sénèque, reflets de l’histoire pour l’éducation du Prince

Claude Brunet
p. 409-431

Entrées d’index

Index de mots-clés :

éducation, passé, Sénèque
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Quand on considère la place qu’occupe l’homme sage dans la philosophie de Sénèque, on peut se demander quelle était celle que l’auteur réservait à l’histoire. Celui-ci n’est certes pas historien mais est-il étranger à l’histoire ? Il apparaît comme un homme bien intégré dans la société de son temps et son expérience politique a joué de manière indirecte un rôle important dans ses écrits. Certes, son époque n’est guère favorable au développement de l’historiographie et le principat préfère oublier le passé romain que de mettre en avant les siècles républicains. Écrire l’histoire est un exercice qui peut être dangereux sous la dynastie julio-claudienne ; Sénèque et Tacite ont rapporté comment cette initiative valut à Crémutius Cordus le suicide : en racontant le passé dans sa chronique des guerres civiles, il avait trouvé le moyen de s’en prendre au régime en place et de raviver un souvenir élogieux de la République. Toutefois certains de ses contemporains ont essayé d’écrire l’histoire, sans trop s’impliquer, en faisant une compilation d’exempla étrangers et romains, ou en relatant d’une façon presque romanesque les faits passés, comme le fait Quinte-Curce dans l’Histoire d’Alexandre le Grand. D’autres comme Velléius Paterculus se sont mis au service du pouvoir pour faire l’éloge du principat sans entrer dans les détails.

  • 1 REL, 73 (1995), p. 151-167.

2Cette époque semble donc peu propice pour écrire l’histoire et ce constat n’est peut-être pas suffisamment pris en compte par M. Armisen-Marchetti dans son article « Pourquoi Sénèque n’a-t-il pas écrit l’histoire ? »1 lorsqu’elle conclut : « On peut bien comprendre alors qu’en visant ces sommets (philosophie et physique), Sénèque n’ait pas pris la peine ni eu le goût d’écrire l’histoire. Tous ses efforts et toute son énergie, tout au long de ses écrits, visent la conquête de la sagesse ». Est-ce à dire que l’histoire est absente de l’œuvre de Sénèque ? Sans doute pas. Mais alors quelle est sa place ? Sénèque par son expérience et son parcours politique à l’époque des Julio-Claudiens n’a pu être indifférent à l’histoire et ses écrits en témoignent. Le moraliste stoïcien n’hésite pas à réinvestir ses réflexions pour donner des orientations politiques répondant à ses vues. Est-il alors si loin de la démarche de l’historien antique ? Le miroir du stoïcisme ne trompe-t-il pas la vision habituelle que l’on a de l’écrivain Sénèque ?

I. L’implication politique de Sénèque

3Lucius Annaeus Seneca appartient à une famille où la politique tient une grande place et où l’on trouve une lignée d’administrateurs de l’Empire. Le père, Sénèque le Rhéteur, était chevalier romain et faisait partie de la petite noblesse locale. Il noua lors de séjours à Rome un certain nombre de relations avec la plus ancienne noblesse romaine, afin de favoriser la carrière de ses trois fils. Le frère aîné de Sénèque, L. Annaeus Novatus exerça le proconsulat d’Achaïe sous Claude, et envisagea, tout comme le philosophe, une carrière sénatoriale, attaché qu’il était aux honneurs de la hiérarchie traditionnelle ; le benjamin, Méla, entra comme procurateur au service de l’Empereur, ce qui lui permettait d’accéder plus sûrement que ses frères à la fortune et aux réalités du pouvoir.

  • 2 Ad Helviam 19, 2 : illa pro quaestura mea gratiam suam extendit.
  • 3  Dion Cassius, LIX, 19, 7.

4Enfant, Sénèque émigra à Rome sous la pression paternelle et choisit de commencer une carrière sénatoriale ; vers sa vingtième année, il exerça les fonctions préparatoires au cursus honorum, ce qui, sans ouvrir l’accès au Sénat, constituait la première formation administrative pour les futurs préteurs, consuls, gouverneurs de provinces ou chefs d’armées. Mais des problèmes de santé l’empêchèrent vers 25 de briguer la questure et il partit pour l’Égypte où il rejoignit sa tante et son oncle C. Galerius, préfet de la province. Il s’intéressa alors aux civilisations égyptiennes, grecques et judaïques. Au début de l’année 31, il rentra à Rome où il devait reprendre la carrière des honneurs ; il brigua donc la questure. Comme c’était souvent le cas dans la société romaine de cette époque, il dut sa nomination autant à ses talents qu’à ses relations : ce fut certainement sa tante2, la femme du gouverneur d’Égypte, qui avec les appuis nécessaires avait agi en sa faveur, car qui d’autre pouvait se soucier de l’avenir de Sénèque dans un Sénat décimé à la suite de la mort de Séjan. Lucius occupa cette charge autour de 34 et, dès lors, fut sénateur de droit. Autour de 38, sous le règne de Caligula, il exerça ou le tribunat ou l’édilité. Ces deux magistratures obtenues assez rapidement semblent indiquer que le philosophe était quelqu’un de très en vue. Cependant, Dion Cassius rapporte que la colère de Caligula jaloux de ses talents d’orateur manqua de provoquer la mort de Sénèque3. Cette fulgurante ascension fut toutefois interrompue en 41 à l’avènement de Claude : les qualités culturelles et la conversation de Sénèque l’avaient introduit dans le cercle des sœurs de Caligula et en avaient fait un habitué du palais. Il fut accusé d’adultère avec Julia Lavilla ; il faut voir dans cette affaire un complot entre deux clans rivaux du palais : le parti de Germanicus et de ses filles contre celui de Messaline la femme de Claude, qui acceptait mal la présence d’un parvenu aussi influent dans le camp adverse. Mais l’Empereur changea cette peine en relégation dans l’île de Corse. Sénèque prit conscience alors des aléas de la politique : il devint tout à coup à Rome le symbole de l’injustice et la victime par excellence de la tyrannie du régime. Il dut attendre 49 pour qu’Agrippine, la nouvelle épouse de Claude, obtînt sa grâce : le philosophe, particulièrement apprécié par l’impératrice, fit un retour triomphant à Rome où il avait acquis la célébrité, et gagna facilement la préture. Toutefois, il est fort probable que Sénèque ait été de nouveau le jouet du principat et d’Agrippine en particulier, car Néron devait succéder à Claude au détriment du fils légitime, Britannicus. En effet, le renom de Lucius comme orateur et comme écrivain, ses liens avec le Sénat firent de lui un allié de poids au palais. Devenu précepteur de Néron en 50, Sénèque assista de près aux différents épisodes de la prise du pouvoir par le jeune Prince : fiançailles de Domitius et d’Octavie, la fille de Claude, et son adoption en 50 ; la prise de la toge virile avant l’âge légal, le pouvoir proconsulaire de Néron hors de la Ville, son titre de Prince de la jeunesse en 51 ; le mariage avec Octavie en 53 ; l’empoisonnement de Claude et l’avènement de Néron comme empereur en 54.

5Sénèque parvint néanmoins à profiter de cette position privilégiée, car devenu conseiller du Prince, il fut particulièrement écouté et put, contrairement à ce qu’il en avait été sous le règne précédent, s’adresser à l’Empereur de façon tout à fait directe, comme un maître à son élève ; il prit la clémence comme fil directeur de son préceptorat politique et voulut que le jeune Empereur pratiquât cette vertu, plus nécessaire que toutes les autres pour faire de lui un Princeps optimus et iustissimus ; l’attitude du disciple et les débuts du gouvernement de Néron rendirent le philosophe confiant en l’avenir.Avec le préfet du prétoire Sextus Afranius Burrus, Sénèque était l’un des principaux conseillers de Néron durant les premières années du règne et en cette qualité il était particulièrement écouté. En mai-juin 55, il devint consul suffect. Toutefois, en 58, il fut gravement diffamé par P. Suillius qui lui reprochait son immense fortune de 300 millions de sesterces, acquise par ses amitiés, et qui l’accusait de débaucher des femmes de la maison princière. Le philosophe s’en tira sans dommage ; prenant le parti du Prince, il parvint même à rompre le lien quasi incestueux entre Néron et sa mère. Mais, en 59, après la mort d’Agrippine, Néron prit de plus en plus d’autonomie et finit par échapper à la direction de son précepteur ; les difficultés grandirent alors pour Sénèque. Il se retira peu à peu de la vie politique et se consacra exclusivement à la philosophie. Mais à la suite de nouvelles diffamations, comme il demandait à Néron d’être relevé de sa charge d’Ami du Prince et qu’il proposait de lui restituer sa fortune, l’Empereur refusa catégoriquement. En 64, bien que Sénèque se fût retiré de la vie publique, le Prince qui avait fini par le haïr, tenta vainement de l’empoisonner. En 65, Lucius fut compromis malgré lui dans la conjuration de Pison et condamné à mourir. Il mit fin à ses jours en s’ouvrant les veines.

6Cet aperçu nécessaire de la vie de Sénèque fait apparaître plusieurs points qui éclairent la pensée et l’œuvre du philosophe : il échappa à plusieurs reprises à une condamnation à mort ; il fut victime également de la jalousie des princes et des rivalités entre les clans du palais ; il put aussi pendant quelques années espérer un gouvernement éclairé à la tête de Rome. Nous comprenons surtout qu’en se confrontant à la politique pendant plusieurs décennies, il ne pouvait être indifférent à l’histoire, à la manière de la présenter et surtout de l’orienter en vue de la formation des princes.

II. Le travail sur l’histoire

7Sénèque n’a pas rédigé d’œuvre historique à proprement parler même si l’histoire, à plusieurs reprises, se retrouve dans ses écrits et s’il connaît parfaitement la démarche et les déclarations d’impartialité des historiensqu’il parodie au début de l’Apocoloquintose, pamphlet relatant les derniers moments de Claude et son arrivée au ciel, parmi les dieux dont il espère désormais faire partie :

  • 4  « Ce qui s’est passé dans le ciel, le troisième jour avant les ides d’octobre, en cette année nouv (...)

Quid actum sit in caelo ante diem III idus Octobris anno nouo, initio saeculi felicissimi, uolo memoriae tradere. Nihil nec offensae nec gratiae dabitur. Haec ita uera si quis quaesiuerit unde sciam, primum, si noluero, non respondebo. […] Si libuerit respondere, dicam quod mihi in buccam uenerit. Quis unquam ab historico iuratores exegit ? Tamen si necesse fuerit auctorem producere, quaerito ab eo qui Drusillam euntem in caelum uidit : idem Claudium uidisse se dicet iter facientem […]. Ab hoc ego quae tum audiui, certa clara affero, ita illum saluum et felicem habeam (Apocoloquintose 1).4

  • 5  Op. cit., p 156.

8M. Armisen-Marchetti a montré, de façon très fine et très précise, que l’on retrouve dans ce passage, la structure traditionnelle d’une préface5 :

  • 6  M. Armisen-Marchetti (op. cit., p. 156, n. 27) renvoie en notes à quelques débuts d’œuvres histori (...)
  • 7  M. Armisen-Marchetti (op. cit. p.156, n. 26) cite quelques déclarations d’impartialité historique  (...)
  • 8  Le terme iurator désignait l’appariteur d’un censeur, dont la fonction exacte est mal connue ; il (...)
  • 9  L’épisode est raconté par Dion Cassius, LIX, 11. Drusilla fut divinisée sur le témoignage d’un cer (...)

9L’« historien » commence, selon les règles de l’art, par énoncer et délimiter son sujet : il racontera « ce qui s’est passé au ciel le troisième jour avant les ides d’octobre » ; puis il définit sa mission, qui est celle de l’histoire en général : « perpétuer le souvenir » d’événements mémorables6. Suivent les protestations habituelles d’impartialité7 : nihil nec offensae nec gratiae dabitur. Les protestations sont d’autant plus savoureuses qu’elles ne prétendent tromper personne. L’historien pose alors le problème de fond, celui des sources et de l’exactitude du récit : et si quelqu’un lui demandait l’origine de ses informations « si véridiques », ita uera ?Eh bien, rétorque-t-il avec une belle désinvolture, « si je n’en ai pas envie, je ne répondrai pas », si noluero, non respondebo ;et s’il me plaît de répondre, je dirai n’importe quoi : « qui a jamais exigé d’un historien des iuratores8? ». Et si l’on insiste encore, Sénèque citera comme garant l’homme qui a juré au Sénat avoir vu Drusilla, la sœur de Caligula, monter au ciel9 : c’est lui encore qui a vu Claude prendre le même chemin.

10Et Sénèque termine, par la confiance qu’il accorde en ses sources : Ab hoc ego quae tum audiui, certa clara affero, ita illum saluum et felicem habeam :« Je relate les faits que je tiens de lui comme certains et indubitables : et puisse-t-il vivre en santé et en joie ! ».

  • 10  Ad Polybium 8: tunc Caesaris tui opera, ut per omnia saecula domestico narrentur praeconio, quantu (...)
  • 11  Voir sur ce point P. Grimal, Sénèque ou la conscience de l’Empire, Paris, Les Belles Lettres, 1978 (...)
  • 12  Suétone, Claude 41 : « Dans sa jeunesse, il essaya d’écrire l’histoire, encouragé par Tite-Live, e (...)

11Nous avons affaire à un bel exemple de parodie burlesque dans laquelle transparaît malgré tout le réel ; Sénèque pousse jusqu’à l’absurde la légèreté et la malhonnêteté que l’on peut imputer à certains historiens dans leur méthode. Mais ce jugement n’est pas absolu et quelques années plus tôt, le moraliste dans les Consolations présentait à deux reprises l’historien et son travail de façon tout à fait positive : c’est d’abord dans la Consolation à Polybe, où il recommande au puissant affranchi du Prince, qui venait de perdre son frère, de pratiquer les travaux intellectuels, et notamment d’écrire l’histoire du règne de Claude : « Compose en y mettant tous tes soins, le récit des actions de César, afin qu’à travers les siècles on les connaisse par un témoignage familier ; lui-même, pour établir au mieux la forme et le plan de ces annales, te fournira la matière et le modèle »10. Sénèque invite Polybe à raconter les exploits du Prince. Ce choix peut bien sûr apparaître comme un moyen pour l’exilé de revenir en grâce au palais ; mais on peut également percevoir, dans cette attitude, la nécessité d’évoquer les exploits de l’Empereur en Bretagne11 pour l’image du règne et la valeur historique. Claude est à la fois matière, et materiam,et modèle, et exemplum, parce qu’il est lui-même historien si l’on en croit Suétone12. Il y a sans doute de la part du philosophe de la considération pour le travail d’un homme qui rencontre lui-même des oppositions dans sa famille et au sein du pouvoir dès qu’il entreprend une œuvre historique. Dans la suite, Sénèque oppose les fables et apologues ésopiques, fabellas quoque et Aesopeos logos,jugés badins, hilariora studia, à l’histoire qui est un genre d’un ton plus sérieux, seuerioribus scriptis.

12Le second exemple de considération pour le travail de l’historien se trouve dans la Consolation à Marcia. La destinataire de l’œuvre, Marcia, était la fille du sénateur Cremutius Cordus, que nous avons évoqué plus haut et qui, au début du principat, avait publié des Annales consacrées aux guerres civiles et au règne d’Auguste ; il s’y livrait à un éloge ardent des républicains Brutus et Cassius qu’il appelait « les derniers des Romains ». Si Auguste avait laissé faire, Tibère, qui voyait là une atteinte au régime, réagit bien différemment : Séjan fit accuser Cordus de lèse-majesté. L’historien se laissa mourir de faim pour échapper à un procès douloureux pour les siens et à une condamnation certaine ; le Sénat fit brûler ses ouvrages. Mais Marcia qui en avait conservé une copie, publia l’œuvre sous le règne de Caligula avec la permission de l’Empereur, après avoir supprimé cependant des passages qui pouvaient déplaire le plus.

13Sénèque est alors plein d’admiration pour l’historien et il n’hésite pas à se lancer dans un éloge de l’œuvre de Cremutius Cordus, œuvre qui est mise en valeur par l’action de Marcia. Même si cet hommage est rendu dans le contexte de la consolation, la position de Lucius est éclairante pour notre propos :

Optime meruisti de Romanis studiis : magna illorum pars arserat ; optime de posteris, ad quos ueniet incorrupta rerum fides, auctori suo magno inputata ; optime de ipso, cuius uiget uigebitque memoria quam diu in pretio fuerit Romana cognosci, quam diu quisquam erit qui reuerti uelit ad acta maiorum, quam diu quisquam qui uelit scire quid sit uir Romanus, quid subactis iam ceruicibus omnium et ad Seianianum iugum adactis indomitus, quid sit homo ingenio animo manu liber.

14Tu as excellemment mérité de la culture romaine : une part importante d’elle avait brûlé ; tu as excellemment mérité de la postérité, à laquelle parviendra intact un récit fidèle, qu’on fit chèrement payer à son auteur ; tu as excellemment mérité de ce dernier aussi, dont la mémoire dure et durera aussi longtemps qu’on attachera du prix à la connaissance de Rome, aussi longtemps que l’on tiendra à se retourner sur les actes de nos ancêtres, aussi longtemps que l’on tiendra à savoir ce qu’est un Romain, ce qu’est un homme indompté, alors même que toutes les têtes étaient courbées et soumises au joug de Séjan, ce qu’est un individu au talent, à l’âme, aux mains libres (Ad Marciam 3).

15En effet, ce passage rend hommage à l’action méritoire de Marcia qui a publié l’œuvre de son père ; ce bienfait est rendu d’abord dans l’intérêt de la collectivité, de Rome, qui ne peut progresser qu’en acceptant sa propre histoire, qu’en sauvegardant le souvenir des événements nationaux grâce au travail de Cremutius Cordus ; action méritoire encore, parce qu’elle s’adresse à la postérité et contribue ainsi à la mémoire patriotique mais aussi parce qu’elle est d’une grande qualité dans la transmission historique incorrupta rerum fide. Enfin, cette action est méritoire parce qu’elle est digne de l’historien et de ses valeurs, parce que Cremutius Cordus représente le citoyen romain uir Romanus, dans l’expression de sa totale liberté homo ingenio, animo, manu liber. Crémutius Cordus, en se donnant héroïquement la mort, a montré sa libertas dans toutes les acceptions du terme : citoyenneté, c’est-à-dire liberté politique affirmée devant l’arbitraire du tyran, mais aussi et surtout liberté humaine. Il est le citoyen libre indomitus qu’on oppose à l’esclave soumis, à Séjan, subactis iam ceruicibus omnium et ad Seianianum iugum adactis. Ainsi, Cremutius Cordus est à sa manière, comme Claude dans la Consolation à Polybe, matière et modèle : matière, car la destruction de son œuvre et sa mort traduisent l’inquiétude et les faiblesses du régime julio-claudien, modèle, car il incarne désormais le bon historien. Il n’y a donc pas chez Sénèque mépris pour l’historien, mais pour les historiens qui, prétendant organiser tant la forme que le fond de leur récit selon des règles et des normes arbitraires, divertissent en fait leurs lecteurs à la façon d’Ésope.

  • 13  Voir à ce sujet, B. Montureux, Recherches sur le De clementia de Sénèque, Bruxelles, Latomus (Coll (...)

16L’histoire n’est pas une fin en soi mais bien un moyen, voire une étape, pour accéder à la sagesse ; la narration du fait historique est, chez Sénèque, orientée, exagérée, ou parfois à peine suggérée. Ce choix discursif des événements historiques en fonction des objectifs moraux ou politiques est significatif de l’interprétation du passé que fait le philosophe pour tenter une action sur le présent. Sénèque a appliqué ce principe lorsqu’il était précepteur de Néron, et l’organisation du De clementia est sur ce point très éclairante, notamment la partie centrale du livre I. Elle est élaborée en deux parallèles13 : d’une part, dans le chapitre 11, les paragraphes 1 à 3 constituent le premier parallèle, entre la cruauté d’Auguste et la clémence de Néron ; d’autre part les chapitres 12 et 13 forment le second parallèle entre le tyran et le bon roi. Ces deux structures, qui se succèdent pratiquement, remplissent l’intervalle entre deux récits symétriques d’action judiciaire, le procès de Cinna et celui du fils de Tarius. Nous remarquons avec quelle rigueur et quelle adresse Sénèque organise sa démonstration et son argumentation à travers les chapitres de son livre.

17Le premier de ces deux parallèles, particulièrement bref, se rattache étroitement, pour l’idée, à l’épisode de Cinna qui précède. En effet la première partie, qui insiste sur la cruauté d’Auguste jeune et qui pourrait paraître malvenue après le long éloge de sa clémence tardive fait au chapitre 10, est en fait annoncée dans l’introduction même de l’épisode de Cinna (9, 1). Ce dernier passage opposait déjà radicalement deux moments de la vie d’Auguste, le triumvirat et le principat. Ainsi, du chapitre 9 au chapitre 11 se succèdent quatre tableaux contrastés faisant intervenir l’histoire :

  1. la cruauté d’Auguste (très rapide : 9, 1)

  2. la clémence d’Auguste (très développé : 9, 2 à 10, 4),

  3. à nouveau la cruauté d’Auguste (11, 1),

  4. enfin la clémence de Néron (11, 2-3).

  • 14  « Quand il avait l’âge que tu as maintenant » (la traduction des passages du De clementia est cell (...)

18Le fait que Néron soit clément précisément à l’âge où Auguste était cruel (9, 1: cum hoc aetatis esset, quod tu nunc es14) accentue le contraste et grandit le fils d’Agrippine.

  • 15  « Nul n’osera comparer la douceur du Divin Auguste à la tienne. »
  • 16  « Pour ma part, je n’appelle pas clémence une cruauté blasée ; la vraie clémence, César, est celle (...)
  • 17  « Dès ce moment-là il plongeait des poignards dans la poitrine d’amis, dès ce moment-là il fomenta (...)
  • 18  « Il aura été modéré et clément, mais ce fut après que la mer d’Actium eut été souillée du sang ro (...)
  • 19  Certains de ces épisodes sont relatés par Suétone dans sa Vie d’Auguste : les batailles navales (1 (...)

19À l’intérieur même du texte, on remarque à quel point l’écriture est travaillée pour produire son effet. L’intention d’établir un parallèle apparaît dès la seconde phrase du chapitre 11 : comparare nemo mansuetudini tuae audebit diuum Augustum15. Le début du deuxième élément (11, 2) souligne clairement cette comparaison : ego uero clementiam non uoco lassam crudelitatem ; haec est, Caesar, clementia uera, quam tu praestas16. Le rythme ternaire par lequel Sénèque énumérait au chapitre 9, 1, les crimes d’Auguste (iam pugiones in sinum amicorum absconderat, iam insidiis M. Antonii consulis latus petierat, iam fuerat collega proscriptionis17) se retrouve au chapitre 11, 1 pour énoncer non plus simplement ses crimes, mais les massacres dont il fut responsable : fuerit moderatus et clemens, nempe post mare Actiacum Romano cruore infectum, nempe post fractas in Sicilia classes et suas et alienas, nempe post Perusinas aras et proscriptiones18;Sénèque a particulièrement soigné ces passages : les deux énumérations s’achèvent par le même mot, l’ampleur de la seconde étant soulignée par l’emploi du pluriel. Les jeunes années d’Auguste sont ici brièvement évoquées, sans les détails que nous attendons habituellement du récit historique ; toutefois, il est certain que les Romains du Ier siècle reconnaissaient des épisodes dont ils avaient entendu parler et qui constituaient leur histoire : la bataille d’Actium, les batailles navales de Myles et de Nauloque, le pillage et l’incendie de Pérouse, les proscriptions de fin 4319. Ces tableaux mémorables sont en fait l’illustration de la folie d’Auguste jeune en contraste avec la vertu de Néron. Nous devons ici souligner avec quelle subtilité Sénèque a ménagé son éloge de Néron : il a donné la part la plus grande à un éloge de la clémence d’Auguste âgé, à la fois parce que la courte carrière de Néron n’offrait pas d’exemple aussi édifiant, et pour ne pas paraître flatter trop facilement le Prince. Mais afin d’éviter que Néron en prenne ombrage, il a trouvé paradoxalement dans cet éloge l’occasion d’un blâme qui lui permettait ce parallèle, d’où Néron sort grandi parce qu’il est bien le princeps dont la uirtus est irréprochable.

20Nous proposons encore un exemple de l’utilisation que fait Sénèque de l’histoire ; l’auteur offre dans la composition des deux chapitres suivants des qualités littéraires assez marquées ; au début sont rassemblés les portraits :

« Quid ergo ? Non reges quoque occidere solent ? » Sed quotiens id fieri publica utilitas persuadet ; tyrannis saeuitia cordi est. Tyrannus autem a rege factis distat, non nomine ; nam et Dionysius maior iure meritoque praeferri multis regibus potest, et L. Sullam tyrannum appellari quid prohibet, cui occidendi finem fecit inopia hostium ? Descenderit licet e dictatura sua et se togae reddiderit, quis tamen umquam tyrannus tam auide humanum sanguinem bibit quam ille qui septem milia ciuium Romanorum contrucidari iussit et, cum in uicino ad aedem Bellonae sedens exaudisset conclamationem tot milium sub gladio gementium, exterrito senatu : « Hoc agamus » inquit, « Patres Conscripti : seditiosi pauculi meo iussu occiduntur ». Hoc non est mentitus : pauci Sullae uidebantur.

« Quoi donc ? les rois ne pratiquent-ils pas, eux aussi, le meurtre ? » — Ce n’est que dans tous les cas où l’intérêt public recommande ce mode d’action ; tandis que la férocité comble le cœur des tyrans. Mais si le tyran diffère du roi, c’est par ses actes, non par son appellation ; car Denys l’Ancien peut, à fort juste titre, être préféré à bien des rois ; et qu’est-ce qui empêche d’appeler tyran Lucius Sulla dont les massacres n’ont cessé que par pénurie d’ennemis ? Il peut bien avoir renoncé à sa dictature et être revenu à la toge, pourtant quel tyran a jamais bu du sang humain avec autant d’avidité que lui ? Il a fait massacrer sept mille citoyens romains et, comme siégeant dans le voisinage au temple de Bellone, il avait entendu les cris de tant de milliers d’hommes gémissant sous le glaive, il dit devant le Sénat terrifié : « Continuons notre séance, Pères conscrits ; un tout petit nombre de rebelles est mis à mort sur mon ordre ». Ce fut dit sans mentir ; Sulla les trouvait peu nombreux.

  • 20  Voir C. Brunet « Merito et iniuria : deux cas d’adverbialisation du substantif », in M. Fruyt & S. (...)
  • 21  À propos d’Alexandre présenté par Sénèque, voir F. R. Chaumartin, Le De beneficiis de Sénèque, sa (...)
  • 22  Sur l’utilisation de types par les écrivains, voir l’article d’A. Molinier Arbo, « Philippe le bon (...)
  • 23  Cf. De ira III, 18, 1-2 ; De beneficiis V, 16, 3 ; De prouidentia III, 7‑8.
  • 24  Voir à ce sujet M. Armisen-Marchetti, Sapientiae facies, étude sur les images de Sénèque, Paris, L (...)

21Denys est à peine évoqué : il l’est avec deux ablatifs adverbialisés mais sémantiquement marqués20 : il mériterait le titre de roi iure meritoque, parce qu’il a agi selon le droit et qu’il a acquis un titre à la reconnaissance de son peuple. Sylla auquel est consacrée une demi-page est au contraire le type même de l’usurpateur : contrairement à Cincinnatus, il tarde à quitter la dictature et à retourner dans la vie civile. Il est caractérisé par le crime et l’excès, à travers des images très fortes : la fin de ses crimes est due à une « pénurie » d’ennemis inopia hostium ; comme Alexandre il trouve du plaisir dans le sang humain21. L. Cornelius Sylla est le type même du tyran cruel et sanguinaire chez Sénèque22 ; le philosophe utilise cet exemplum pour des fins similaires ailleurs23 ; enfin dans l’anecdote significative de l’hécatombe des 7000, tout est travaillé par Sénèque pour faire ressortir l’excès : les verbes ont des préverbes de sens perfectif pour renforcer leur sens : contrucidari, exaudisset, exterrito,et même pour le nom verbal conclamationem. Nous assistons à une scène de sacrifice où le sang est mêlé au religieux, où il est question de sacrifice humain, où l’aspect sacrilège domine largement la scène : c’est Rome même, ciuium Romanorum, que l’on tue et cet acte est justifié auprès des Sénateurs. Pour choquer les consciences, le philosophe a recours à de nombreuses images concrètes, destinées à frapper l’imagination24. Raconter l’histoire, la mettre en scène devient un moyen de la réactualiser, de l’utiliser pour faire réfléchir et agir sur le présent. Le moraliste stoïcien s’efforce de réinvestir ses réflexions pour donner à son disciple des orientations politiques répondant à ses vues. Il convient dès lors de ne négliger aucune ressource littéraire, y compris celles qui peuvent apparaître comme appartenant à la fiction : ainsi, dans l’opposition entre le bon roi et le tyran, lorsqu’il est question de leur protection, le personnage du tyran sort très vite de la logique pour s’enfermer dans un cercle vicieux qui rappelle curieusement le tragique. C’est d’ailleurs à cette occasion qu’un peu plus loin (12, 4-5) Sénèque rappelle une citation fameuse de l’Atrée d’Accius, Oderint, dum metuant. C’est naturellement sur l’attitude du bon prince que Sénèque achève son parallèle.

22Si le thème de l’opposition entre tyran et bon roi peut apparaître comme un lieu commun, c’est en fait la manière de le traiter qui est originale chez Sénèque : il ne s’agit pas tant de démontrer l’opposition que de convaincre Néron du bien-fondé de la clémence. C’est donc par la structure de son propos, par un jeu sur le lexique et sur le rythme, par les figures qu’il emploie que Sénèque parvient à ce but ; mais cet ensemble n’est pas isolé : il s’inscrit dans l’ensemble plus vaste qu’est le livre I du traité.

23L’histoire, on l’aura compris, est retravaillée dans ses détails par le philosophe ; mais cette réécriture a un sens et un but : il faut guider le Prince dans les choix qu’il fera, dans l’attitude qui doit être la sienne, il faut rappeler les erreurs du passé pour améliorer l’avenir.

III. L’histoire au service du Prince

24Sénèque, parce qu’il avait déjà une expérience politique, a essayé de guider la personne du Prince, par ses ouvrages, vers le bon gouvernement de la cité. Plusieurs œuvres présentent, par de nombreux aspects, un but identique au De Clementia. Deux d’entre elles sont adressées indirectement à Claude ; en effet, dans le De ira comme dans la Consolation à Polybe, l’Empereur n’apparaît pas comme le principal destinataire de l’œuvre : il existe un autre dédicataire. Cependant, à chaque fois, le but de l’œuvre est bien de toucher le Prince à travers une réflexion constituée à partir d’une base historique et de lui permettre de considérer la situation politique. Nous nous attacherons ici à deux vertus que préconise Sénèque pour aider l’Empereur dans le gouvernement de Rome, la justice et la clémence.

  • 25  « Ayant conscience d’être enclin à la colère et à l’emportement, il s’excusa de ces deux défauts d (...)

25Quand, au début de 41, Claude prend la tête de l’Empire, il a en mémoire toutes les exactions causées par les accès de colère de son prédécesseur ; comme il est de nature hésitante et méfiante, le nouveau Prince doute de sa propre capacité à se maîtriser, et, si l’on croit ce qu’écrit Suétone dans les Vies, il fait paraître un édit assez surprenant, par lequel il s’engage à ne pas se laisser dominer par la colère dans ses jugements ; il veut ainsi rendre une justice droite où n’interviendraient pas les passions : irae atque iracundiae conscius sibi, utramque excusauit edicto distinxitque, pollicitus alteram quidem breuem et innoxiam, alteram non iniustam fore (Claude 38, 1)25.

  • 26  Cf. P. Grimal, op. cit., p. 143.
  • 27  Cf. De ira I, 4.
  • 28  Cf. J. Fillion-Lahille, Le De ira de Sénèque et la philosophie stoïcienne des passions, Paris, Kli (...)
  • 29  Notamment dans le livre III, 18 et 19.

26L’histoire et les circonstances26 offrent à Sénèque l’occasion d’écrire et d’adresser à Novatus, son frère aîné, le De ira ; le philosophe y analyse la nature exacte de la colère, distinguant, comme Claude l’avait fait dans son édit avant lui, la colère de l’irascibilité27 et montrant que la colère est un mal guérissable ; il reflète en cela le stoïcisme impérial28. Mais, ayant été lui-même victime de l’injustice, c’est bien à l’intention du souverain qu’il écrit et qu’il propose son enseignement : il veut aider le Prince par une réflexion sur l’administration correcte de la justice et la finalité de la sanction pénale ; nous ne sommes pas sans remarquer que son expérience politique et sa perception des événements influencent sa manière d’écrire et d’interpréter l’histoire : ces facteurs sont à la fois la source d’inspiration et la motivation profonde de son art, mais ils en constituent aussi la matière principale. Au cours de ses analyses, le philosophe fait de Caligula29 et d’autres tyrans l’exemple de l’injustice causée par les passions : le Prince doit se libérer totalement de la colère, toujours nuisible, pour que la peine puisse être proportionnelle à la faute et qu’elle soit modulée selon le délit, allant ainsi de la simple remontrance à l’exil et à la prison. Les attaques constantes contre le défunt Prince soulignent qu’au moment où il rédige cette œuvre, le moraliste est encore sous l’influence de la rancune éprouvée contre Caligula ; ce dernier réunit, d’après Sénèque, toutes les tares de la tyrannie, notamment la cruauté cultivée pour le plaisir qu’il réalise en mettant à mort sous la torture les hommes de pouvoir :

27Quid antiqua perscrutor ? Modo C. Caesar Sex. Papinium, cui pater erat consularis, Betilienum Bassum quaestorem suum, procuratoris sui filium, aliosque et senatores et equites Romanos uno die flagellis cecidit, torsit, non quaestionis sed animi causa :

28Pourquoi chercher des exemples anciens ? Récemment Caligula fit flageller et torturer le même jour Sextus Papinius, dont le père avait été consulaire, Betilienus Bassus, son questeur, fils de son procurateur, et d’autres sénateurs et chevaliers romains ; et cela, non pour leur donner la question, mais par caprice (De ira III, 18, 3).

29Ce passage n’est en rien un récit historique à proprement parler mais nous saisissons aisément comment l’anecdote, la référence historique entre en compte dans le portrait de Caligula et mesurons ainsi la portée de l’expérience personnelle malheureuse de l’auteur. La démence qui caractérise cet empereur devient sa ligne de conduite, et la cruauté son plaisir ; il est dirigé par la haine que lui inspirent ses sujets et par son désir de les anéantir : Homo qui de toto senatu trucidando cogitabat, qui optabat ut populus Romanus unam ceruicem haberet, ut scelera sua tot locis ac temporibus diducta in unum ictum et unum diem cogeret : « Lui qui rêvait d’égorger tout le sénat, lui qui souhaitait que le peuple romain n’eût qu’une seule nuque, afin d’accomplir tous ses crimes répartis sur tant de lieux et de temps, d’un seul coup et en un seul jour » (De ira III, 19, 2). La folie furieuse empêche toute nuance dans la perception du monde politique et du peuple romain, et annihile l’application sereine de la justice. L’histoire est ainsi recomposée et prend une dimension tragique : Caligula est sous l’emprise totale du furor et envisage déjà de commettre ses crimes. Cette utilisation de deux genres littéraires différents permet à Sénèque de rendre son lecteur plus sensible à sa démonstration.

30Enfin, la haine que le Prince provoque chez ses sujets par la démesure de son orgueil, de son jugement et de sa conduite, pousse les plus audacieux à se révolter et à agir :

Quanta dementia fuit ! Putauit aut sibi noceri ne ab Ioue quidem posse aut se nocere etiam Ioui posse. Non puto parum momenti hanc eius uocem ad incitandas coniuratorum mentes addidisse ; ultimae enim patientiae uisum est eum ferre qui Iouem non ferret :

Quelle folie ! Il pensait que Jupiter même ne pouvait lui nuire ou qu’il pouvait nuire même à Jupiter. J’imagine que cette parole n’a pas peu contribué à exciter les conjurés ; car ils ont dû trouver que c’était le comble de la patience de supporter un homme incapable de supporter Jupiter (De ira I, 20, 9, trad. Bourgery, CUF, 2003).

  • 30  Cf. De ira I, 18, 1 : id iudicare uult quod aequum est.
  • 31  Cf. De ira I, 18 ; Cn. Pison fut gouverneur de Syrie sous Tibère ; Tacite souligne aussi son carac (...)

31Le bon équilibre entre le prince et son peuple ne peut exister que si le premier fait preuve lui-même de mesure et de raison, en particulier dans sa façon de rendre la justice ; car cet exercice ne peut être réussi que si le jugement ne se laisse pas fausser par la colère, mais qu’il se fonde sur la seule ratio qui se donne comme impératif premier l’équité30. Pour illustrer cette règle et persuader Claude, Sénèque prend l’exemple de Cnaeus Pison31 qui, emporté par sa fureur, inventa, pour mettre au supplice trois hommes, trois chefs d’accusation là où il n’y en avait aucun. L’anecdote historique sert une fois de plus d’exemplum à la démonstration du philosophe et toutes les références aux périodes antérieures sont autant de contre-exemples donnés à l’Empereur pour l’inviter à régler sa conduite et à chercher toujours à être le bonus Princeps.

  • 32  Mitissimi Caesaris (6, 5) ; mitissimo omnium principum (16, 6); principis mitissimi (17, 3).

32Une démarche identique est suivie dans la Consolation à Polybe, où plusieurs vertus propres au bonus Princeps sont reconnues à Claude ; Sénèque souhaite ainsi conforter l’Empereur dans leur pratique. Ces vertus sont en quelque sorte le contraire des tares que l’auteur avait relevées chez Caligula dans le De ira ; ainsi le nouveau Prince est guidé par l’amour qu’il éprouve pour ses sujets amor Caesaris (6, 2), là où Caligula était inspiré par la haine ; Claude fait preuve de douceur, caractéristique constante pour ce souverain puisque l’adjectif qui accompagne son titre est presque toujours au superlatif32 dans ce dialogue ; cette qualité est associéeparfois à la compassion (6, 5), plus souvent à la clémence (13, 3 ; 13, 4 ; 16, 6), alors que Caligula était animé par la méfiance et la vengeance. Cette peinture de l’Empereur est cependant amenée par les circonstances ; pour son propre cas, Sénèque a compris qu’il devait être prudent : il faut ménager le Prince, faire appel à sa clémence autant qu’à sa justice ; il faut également éviter de s’exposer aux pressions du camp adverse mené par Messaline et, par conséquent, ne pas prendre position :

Viderit : qualem uolet esse existimet causam meam ; uel iustitia eius bonam perspiciat uel clementia faciat bonam. Vtrumque in aequo mihi eius beneficium erit, siue innocentem me scierit esse siue uoluerit : « Qu’il examine ma cause, qu’il dise ce qu’il veut qu’elle soit ; que sa justice la reconnaisse bonne ou que saclémence la rende telle ! Le bienfait sera égal pour moi, soit qu’il constate que je suis innocent, soit qu’il décide que je dois l’être » (Ad Polybium 13, 3).

  • 33  Cf. F.-R. Chaumartin, dans son introduction à De la Clémence, Paris, Les Belles Lettres (CUF), 200 (...)
  • 34  F. Préchac a montré dans deux articles, « Sénèque et l’histoire », RPh, IX (1935), p. 361-370 et « (...)

33Claude est présenté comme un monarque absolu, mais qui exerce son pouvoir dans l’intérêt de ses sujets. Il apparaît aussi, dans un long panégyrique, comme un être plein d’humanité, incarnant l’espoir d’un monde meilleur et la garantie de sécurité pour l’Empire. En présentant ainsi le Prince à son affranchi Polybe, Sénèque cherche bien sûr à gagner l’appui de celui-ci, et par là, la grâce impériale. Nous voyons déjà, « dans le De ira comme dans la Consolatio ad Polybium, se dessiner des voies qui, par le choix des thèmes et des modes d’expression, conduisent au De clementia »33. L’histoire est donc pour le philosophe, un réservoir d’exempla moraux : le sage, et par là même le bonus Princeps, ne peut progresser qu’en passant de la memoria à la scientia34.

  • 35  Cf. Apocoloquintose 11, 5 : quandoquidem Diuus Claudius occidit […] et ceteros quorm numerus iniri (...)
  • 36  En Apocoloquintose 7, 5, Claude s’adresse en ces mots à Hercule : tu scis quantum illic miseriarum (...)
  • 37  Cf. Apocoloquintose 10, 4. : dic mihi, Diue Claudi, quare quemquam ex his quos quasque occidisti, (...)
  • 38  Cf. Suétone, Claude 11 et 12.
  • 39  Cf. Suétone, Claude 33-40.
  • 40  Cf. Tacite, Annales XIII, 4.
  • 41  Cf. Tacite Annales XII, 58.

34Nous mesurons aisément la part importante que prend l’expérience politique dans l’écriture de Sénèque ; le portrait qu’il fait des princes n’est pas sans rappeler ses propres déboires politiques : si Caligula est présenté comme l’empereur dominé par le furor, c’est que Sénèque en fut une victime ; si Claude passe du statut de bonus Princeps qu’il occupe dans les deux œuvres que nous venons de citer à l’image, dans l’Apocoloquintose, d’un tyran sanguinaire dont le nombre de victimes est impossible à évaluer35, qui exerce, désabusé, un monopole sur la justice36, et néglige ouvertement les procédures judiciaires régulières37, c’est que Sénèque vit combien ce Prince changea dans sa conduite entre son accession au pouvoir38, marquée par l’amnistie générale qu’il prononça et sa remarquable modération, et son règne39, où le Prince se laissa dépasser par ses faiblesses et dominer par son entourage ; c’est aussi et surtout que le philosophe fut directement victime de ces changements. Mais ce sont aussi ces expériences politiques malheureuses qui conduisent Sénèque à inculquer à Néron des orientations politiques nouvelles pour améliorer la future société : ainsi, d’après Tacite, Sénèque composa des discours pour le jeune Empereur au moment de son avènement, parmi lesquels celui au Sénat, où le nouveau Prince désavouait notamment les pratiques judiciaires de Claude40 ; c’est, du reste, sous l’influence de Sénèque que Néron, chargé de plaider la cause d’Ilion, obtint que ses habitants fussent exemptés de toute charge publique ; c’est encore grâce à un autre discours, qu’il fit attribuer une indemnité de dix millions de sesterces à la colonie de Bologne détruite par un incendie41.

35Sénèque est donc bien un homme investi entièrement dans son époque et, contrairement à l’image habituelle que nous avons d’un stoïcien détaché des contingences du siècle, il met à profit dans ses écrits son expérience politique afin de guider le Prince dans sa manière de gouverner aussi justement que possible.


***

  • 42  R. Martin & J. Gaillard, Les Genres littéraires à Rome, Paris, Nathan-Scodel, 1990, p. 111.

36Le rôle de directeur de conscience n’était sans doute pas un rôle facile à tenir dans ce siècle marqué par les débordements, les complots et les crimes. Sénèque connut cette alternance de faveurs et de disgrâces qui caractérise la vie des courtisans ; son expérience politique et la doctrine stoïcienne lui permirent de prendre de la distance avec la façon de mener une vie publique. Ce recul indispensable offrit au philosophe l’occasion d’appréhender l’histoire et de la réinvestir, non pour les générations à venir mais pour le Prince qui devait diriger ses contemporains. Ce matériel est, nous l’avons vu, sans cesse retravaillé dans sa forme, commenté afin de le rendre le plus efficace possible pour la pensée. Sénèque n’est certes pas historien, mais sa manière de traiter l’histoire est directement influencée par son expérience politique et par sa place au Palais. R. Martin et J. Gaillard écrivaient dans leur ouvrage consacré aux genres littéraires, sous le chapitre consacré à l’historiographie : « D’où une sorte de renversement de l’histoire : effet des conduites humaines, elle devient le panorama de ces conduites, et l’intégration de données morales au nombre des causes déterminantes conduit à faire de l’histoire un catalogue de vertus et de vices envisagés dans leur rapport avec l’exercice du pouvoir »42. Sénèque n’est alors pas si loin de la démarche de l’historien antique. L’histoire lui offre l’occasion de réécrire les événements avec un sens et une fin : il faut guider le Prince et par là s’impliquer pleinement dans la vie politique ; mais cette écriture n’est possible que s’il y a l’expérience ; la philosophie lui donne alors la possibilité de conserver sa liberté et l’histoire sa lucidité.

Haut de page

Notes

1 REL, 73 (1995), p. 151-167.

2 Ad Helviam 19, 2 : illa pro quaestura mea gratiam suam extendit.

3  Dion Cassius, LIX, 19, 7.

4  « Ce qui s’est passé dans le ciel, le troisième jour avant les ides d’octobre, en cette année nouvelle, au commencement d’un siècle d’immense félicité, je veux en perpétuer le souvenir. Rien dans mon récit ne sera dicté par la rancune ou par la reconnaissance. Et ces faits si véridiques, si on veut savoir d’où je les tiens, si je n’en ai pas envie, je ne répondrai pas. […] S’il me plaît de répondre, je dirai ce qui me viendra à la bouche. A-t-on jamais exigé de l’historien des garants assermentés ? Cependant, s’il était nécessaire de produire un répondant, interrogez celui qui a vu Drusilla aller au ciel ; il vous dira qu’il a vu Claude faire le même voyage […]. Je relate les faits que je tiens de lui comme certains et indubitables : et puisse-t-il vivre en santé et en joie ! ». Les traductions sont celles de l’auteur sauf indication contraire.

5  Op. cit., p 156.

6  M. Armisen-Marchetti (op. cit., p. 156, n. 27) renvoie en notes à quelques débuts d’œuvres historiques où la notion de memoria est importante : Salluste, Catilina 4, 4 ; Jugurtha 4, 1 ; Tite-Live, praef. 3 ; Tacite, Agricola 1, 1.

7  M. Armisen-Marchetti (op. cit. p.156, n. 26) cite quelques déclarations d’impartialité historique : Polybe, I, 14, 6 ; Salluste, Catilina 4, 3 ; Tacite, Agricola I, 2 ; Histoires I, 3 ; Annales I, 3, et aussi les préceptes de Cicéron dans le De oratore II, 62.

8  Le terme iurator désignait l’appariteur d’un censeur, dont la fonction exacte est mal connue ; il semble qu’il était chargé de vérifier les déclarations des citoyens et de les transmettre sous serment au censeur.

9  L’épisode est raconté par Dion Cassius, LIX, 11. Drusilla fut divinisée sur le témoignage d’un certain Liuius Geminius, dont la vue perçante lui valut de la part de Caligula la somme de 250 000 deniers (précision apportée en note par M. Armisen-Marchetti).

10  Ad Polybium 8: tunc Caesaris tui opera, ut per omnia saecula domestico narrentur praeconio, quantum potes, compone : nam ipse tibi optime formandi condendique res gestas et materiam dabit et exemplum.

11  Voir sur ce point P. Grimal, Sénèque ou la conscience de l’Empire, Paris, Les Belles Lettres, 1978, p. 277-278.

12  Suétone, Claude 41 : « Dans sa jeunesse, il essaya d’écrire l’histoire, encouragé par Tite-Live, et aidé par Sulpicius Flavus. […] Il écrivit beaucoup pendant son règne, et fit toujours lire ses ouvrages en public, par un de ses lecteurs. Son histoire commençait après le meurtre du dictateur César ; mais il passa ensuite à une époque plus récente, c’est-à-dire à la fin des guerres civiles, quand il vit que les plaintes continuelles de sa mère et de son aïeule l’empêchaient d’écrire librement et avec vérité sur les temps antérieurs. Il laissa deux livres de la première de ces histoires, et quarante-et-un de la seconde. Il composa aussi huit livres de mémoires sur sa vie, lesquels manquent plutôt d’esprit que d’élégance. Il fit, en outre, une apologie assez savante de Cicéron, en réponse aux livres d’Asinius Gallus » (trad. Gascou, Garnier-Flammarion, 1990).

13  Voir à ce sujet, B. Montureux, Recherches sur le De clementia de Sénèque, Bruxelles, Latomus (Coll. Latomus 128), 1973.

14  « Quand il avait l’âge que tu as maintenant » (la traduction des passages du De clementia est celle de Chaumartin, CUF,2005).

15  « Nul n’osera comparer la douceur du Divin Auguste à la tienne. »

16  « Pour ma part, je n’appelle pas clémence une cruauté blasée ; la vraie clémence, César, est celle que tu mets en œuvre. »

17  « Dès ce moment-là il plongeait des poignards dans la poitrine d’amis, dès ce moment-là il fomentait un attentat contre le consul Marc-Antoine, dès ce moment-là il participait comme collègue à la proscription. »

18  « Il aura été modéré et clément, mais ce fut après que la mer d’Actium eut été souillée du sang romain, après qu’en Sicile eurent été mises en pièces sa flotte et celle de l’adversaire, après les hécatombes de Pérouse et les proscriptions. »

19  Certains de ces épisodes sont relatés par Suétone dans sa Vie d’Auguste : les batailles navales (16, 3), la destruction de Pérouse (15).

20  Voir C. Brunet « Merito et iniuria : deux cas d’adverbialisation du substantif », in M. Fruyt & S. Van Laer (eds.), Adverbes et évolution linguistique en latin, Paris, L’Harmattan (Coll. KUBABA), 2008, p. 101-114.

21  À propos d’Alexandre présenté par Sénèque, voir F. R. Chaumartin, Le De beneficiis de Sénèque, sa signification philosophique, politique et sociale, Paris, Les Belles Lettres, 1985, p. 165-172, et D. Lassandro, « La Figura di Alessandro Magno nell’ opera di Seneca », in M. Sordi (ed.) Alessandro Magno tra storiae mito, Milan, Edizioni Universitarie Jaca, 1984, p. 165-178.

22  Sur l’utilisation de types par les écrivains, voir l’article d’A. Molinier Arbo, « Philippe le bon roi de Cicéron à Sénèque », REL, 73 (1995), p. 60-79.

23  Cf. De ira III, 18, 1-2 ; De beneficiis V, 16, 3 ; De prouidentia III, 7‑8.

24  Voir à ce sujet M. Armisen-Marchetti, Sapientiae facies, étude sur les images de Sénèque, Paris, Les Belles Lettres, 1989, chapitre 1, p. 21‑60.

25  « Ayant conscience d’être enclin à la colère et à l’emportement, il s’excusa de ces deux défauts dans un édit, où, distinguant entre eux, il promettait “ que ses emportements seraient courts et inoffensifs, et que sa colère ne serait point injuste ” » (trad. Ailloud, CUF, 1993).

26  Cf. P. Grimal, op. cit., p. 143.

27  Cf. De ira I, 4.

28  Cf. J. Fillion-Lahille, Le De ira de Sénèque et la philosophie stoïcienne des passions, Paris, Klincksieck, 1984, p. 45.

29  Notamment dans le livre III, 18 et 19.

30  Cf. De ira I, 18, 1 : id iudicare uult quod aequum est.

31  Cf. De ira I, 18 ; Cn. Pison fut gouverneur de Syrie sous Tibère ; Tacite souligne aussi son caractère colérique et violent (cf. Annales II, 43, 69 et 72).

32  Mitissimi Caesaris (6, 5) ; mitissimo omnium principum (16, 6); principis mitissimi (17, 3).

33  Cf. F.-R. Chaumartin, dans son introduction à De la Clémence, Paris, Les Belles Lettres (CUF), 2005, p. XIV.

34  F. Préchac a montré dans deux articles, « Sénèque et l’histoire », RPh, IX (1935), p. 361-370 et « Encore “ Sénèque et l’histoire ” », RPh, XIV (1940), p. 247-253, comment Sénèque utilise l’exemplum historique. Voir également R. G. Mayer, « Roman Historical Exempla in Seneca », in O. Reverdin & B. Grange (eds.), Sénèque et la prose latine, Vandœuvres / Genève, Fondation Hardt (Entretiens sur l’Antiquité classique, XXXVI), 1991, p. 141-169.

35  Cf. Apocoloquintose 11, 5 : quandoquidem Diuus Claudius occidit […] et ceteros quorm numerus iniri non potuit : « Attendu que le Divin Claude a tué […] tant d’autres personnes dont le nombre est impossible à évaluer ».

36  En Apocoloquintose 7, 5, Claude s’adresse en ces mots à Hercule : tu scis quantum illic miseriarum tulerim, cum causidicos audirem diem et noctem :« Tu sais quels tourments j’y ai endurés à écouter, de jour et de nuit, les avocats ».

37  Cf. Apocoloquintose 10, 4. : dic mihi, Diue Claudi, quare quemquam ex his quos quasque occidisti, antequam de causa cognosceres, antequam audires, damnasti ? :« Dis-moi, Divin Claude, comment as-tu pu condamner l’un quelconque de ceux et de celles que tu as fait mourir sans instruire leur procès, sans les entendre ? ». Voir aussi les passages Apocoloquintose 12, 3 et 14, 2.

38  Cf. Suétone, Claude 11 et 12.

39  Cf. Suétone, Claude 33-40.

40  Cf. Tacite, Annales XIII, 4.

41  Cf. Tacite Annales XII, 58.

42  R. Martin & J. Gaillard, Les Genres littéraires à Rome, Paris, Nathan-Scodel, 1990, p. 111.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Brunet, « Sénèque, reflets de l’histoire pour l’éducation du Prince », Cahiers des études anciennes, XLVII | 2010, 409-431.

Référence électronique

Claude Brunet, « Sénèque, reflets de l’histoire pour l’éducation du Prince », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVII | 2010, mis en ligne le 13 mars 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/149

Haut de page

Auteur

Claude Brunet

Université de Franche-Comté,ISTA EA 4011

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org