Navigation – Plan du site
III.2 Histoire et action politique: l'engagement dans le présent et l'attitude à l'égard du passé
III.2.2 La plénitude du présent

L’orateur et le consul : Fronton conseiller du Prince

Pascale Fleury
p. 457-474

Entrées d’index

Index de mots-clés :

éducation, Fronton, historiographie, politique
Haut de page

Texte intégral

  • 1  La question des liens unissant l’action et l’écriture de l’histoire avait été posée de façon clair (...)
  • 2  G. Bowersock, Greek Sophists in the Roman Empire, Oxford, Clarendon Press, 1969 ; sur les liens un (...)
  • 3  Sur les réflexions de Plutarque, voir la contribution de T. Schmidt dans le Tome I de ces Actes, p (...)
  • 4  Sur l’attitude ambiguë des anciens en regard de l’autobiographie politique, cf. A. Momigliano, The (...)
  • 5  Suétone (Vie de Claude XLII) suggère que le choix d’un sujet contemporain est plus facile, mais ce (...)

1L’affirmation de Polybe sur la compétence politique de l’historien renvoie à un questionnement fondamental sur le lien qui doit ou devrait exister entre l’auteur et son sujet. C’est in fine ou ab origine le débat de Socrate et de Protagoras (319b-320c) pour savoir s’il est nécessaire de connaître ce dont on parle. Nous connaissons les moqueries de Socrate et la réponse de Platon à ce sujet ; nous devinons cependant que, dans une perspective sophistique, la réponse pouvait être tout autre : il est donc fort pertinent de soulever ce problème à l’époque d’une sophistique renaissante. Le but de ce colloque est de poser cette question à propos de la politique et de l’histoire. En guise de préambule, nous aimerions énoncer quelques généralités, très brèves, sur les conditions particulières où évolue Fronton. On a souvent souligné l’implication, même à un niveau modeste ou informel, de la plupart des auteurs latins dans la vie politique de l’Vrbs1. Qui plus est, G. Bowersock a bien montré que, à l’époque de Fronton, les sophistes de la Seconde Sophistique étaient des rouages importants à l’intérieur de leur cité, dans les relations des cités entre elles et de ces cités avec le pouvoir impérial2. Or, cette pratique politique n’a donné naissance qu’à peu de traités politiques à proprement parler ; on pense surtout à Cicéron pour la période républicaine et, pour l’époque de Fronton, à Dion de Pruse et à ses discours sur la royauté ou à Plutarque3. On peut donc penser que le lien établi par Polybe entre la pratique politique et l’histoire, bien que différent bien sûr du lien unissant médecine et traité de médecine, est une association naturelle et peu remise en question dans l’Antiquité : la pratique politique ne mène pas à l’écriture politique, mais bien à l’écriture du passé. En effet — et c’est une autre généralité —, selon Lucien, les acteurs politiques devraient privilégier l’écriture de l’histoire passée au détriment de l’histoire vécue. Contrairement à ce que l’on aurait pu croire, le fait que l’auteur choisisse un sujet contemporain, dans lequel il a eu un rôle à jouer, n’est pas valorisé4 : c’est ce que martèle Lucien dans son Comment écrire l’histoire ? Pour l’auteur du seul manuel de rédaction historique qui nous soit parvenu, l’historien devra posséder une intelligence politique (σνεσιν πολιτικν), talent inné, don de la nature (§ 34), et une capacité à gérer les affaires publiques (πργμασι χρσασθαι ν), mais il ne doit pas être proche du pouvoir ni écrire pour le présent (§ 39-40). Or, dans un système impérial, comment faire et écrire l’histoire sans toucher au pouvoir et sans penser au présent5 ?

  • 6 Cf. notamment, G. Anderson, « The Pepaideumenos in Action : Sophists and their Outlook in the Early (...)

2On a souvent voulu voir en Fronton la cible des attaques de Lucien6. Bien qu’il soit difficile d’établir que Lucien attaquait ad hominem l’auteur latin, il est cependant évident que la tentation historiographique de Fronton est marquée par les défauts énoncés par Lucien : proximité avec le pouvoir et souci du présent.

3Pour bien saisir les liens qui pourraient exister entre l’action politique de Fronton et son écriture de l’histoire, il faut, d’une part, observer le cursus honorum de l’orateur et le conseil politique qu’il donne à l’intérieur de sa correspondance et, d’autre part, rappeler la particularité de sa conception de l’histoire et voir en quoi les œuvres conservées sont teintées par l’expérience pratique de Fronton et dictées par des motifs politiques.

  • 7 W. Eck, « M. Cornelius Fronto, Lehrer Marc Aurels, Consul Suffectus im J. 142 », RhM, 141 (1998), p (...)
  • 8 G. M. A. Crook, Consilium principis. Imperial Councils and Counsellors, Cambridge, Cambridge Univer (...)
  • 9 E. Champlin, Fronto and Antonine Rome, Cambridge, Harvard University Press, 1980, p. 106.
  • 10  G. Pflaum, « Les Correspondants de l’orateur M. Cornelius Fronton de Cirta », in R. Marcel (ed.), (...)

4Rappelons que Fronton était un homo nouus, originaire de Cirta, en Afrique proconsulaire. Son parcours primaire nous est connu grâce à une stèle élevée par les citoyens de Calama en l’honneur de leur patron ; selon ce document (ILS 2928), il fut triumuir capitalis, questeur de Sicile, édile de la plèbe et préteur. Sa correspondance nous informe qu’il fut consul suffect en 1427. E. Champlin, en comparant avec d’autres cursus semblables, essentiellement ceux de Pline le Jeune et du juriste Salvius Julianus, déduit que Fronton dut remplir une préfecture du trésor entre la préture et le consulat. Sa correspondance nous apprend également qu’il reçut le proconsulat d’Asie pour l’année 157/158, mais qu’il ne le remplit probablement pas pour des raisons de santé (Ad Antoninum Pium 8). De plus, G. M. A. Crook compte Fronton parmi les membres du consilium principis d’Antonin, puis de Marc Aurèle et de Lucius Vérus8 ; en raison du caractère informel de ce conseil à cette époque, E. Champlin émet des doutes sur le réel statut de l’orateur et suggère que son pouvoir, même sous Antonin, découlait en grande partie de son amitié avec le jeune César et qu’il existait autour de Marc Aurèle des hommes, notamment les philosophes Q. Junius Rusticus et Claudius Maximus, autrement influents9. Quoi qu’il en soit, les destinataires de la correspondance, comme l’ont bien montré G. Pflaum et, à sa suite, S. Demougin, font partie des hommes et des femmes les plus puissants de l’époque10.

  • 11  E. g. M. A. Levi, « Ricerche su Frontone »,s. n., Atti della Accademia nazionale dei Lincei : Memo (...)

5Du point de vue des charges et de l’implication, l’expérience politique de Fronton est donc certaine ; les spécialistes de l’auteur tendent cependant à la minimiser, pour la simple raison que Fronton lui-même n’en fait pas grand cas11. En effet, les lettres n’évoquent pas les magistratures qui précèdent chronologiquement le consulat et ne laissent même pas deviner que Fronton quitta Rome pour remplir une questure en Sicile. Le fait que le début de la correspondance date de 139 peut en partie expliquer cette absence, mais la meilleure explication se trouve certainement dans la façon dont Fronton aborde les réalités du pouvoir. À ce propos, les passages de sa correspondance traitant du consulat sont révélateurs :

Heureux mon frère qui vous a vus durant ces deux jours ! Quant à moi je suis retenu à Rome, prisonnier de chaînes dorées, et j’attends les calendes de septembre de la même manière que les superstitieux attendent l’étoile pour cesser, à sa vue, leur jeûne. Porte-toi bien, César, gloire de la patrie et du nom romain. Porte-toi bien, souverain (Ad Marcum II, 12) ;

J’envoie ma Cratia pour célébrer l’anniversaire de ta mère et je lui ai conseillé de rester avec vous jusqu’à mon arrivée. En effet, au moment même où j’aurai déposé mon consulat, je monterai en voiture et volerai vers vous. […] Mais que deviendrai-je ? Il ne me reste pas un baiser dans tout Rome. Toutes mes richesses, toute ma joie sont à Naples. Je t’en prie, quelle est cette procédure permettant de déposer une magistrature un jour avant la fin ? Et que dire du fait que je suis disposé à jurer même par plusieurs dieux pourvu que je dépose le consulat quelques jours avant son échéance ? Et qu’en est-il si je jure de renoncer à mon consulat ? En vérité, je jurerai que, depuis longtemps, je désire renoncer au consulat pour embrasser Marcus Aurelius (Ad Marcum II 13, 1-2) ;

C’est de mon plein gré, oui, de mon plein gré, je le jure, et presque avec empressement que je t’ai envoyé ma Cratia pour célébrer avec toi ton anniversaire ; et moi-même je serais venu, si j’en avais le loisir. Mais cette charge qui arrive désormais au bout de son chemin m’empêche moi-même de prendre la route. Il reste en effet avant son terme peu de jours, qu’occuperont plus encore les devoirs officiels. Lorsque je serai délivré, je courrai vers vous avec bien plus d’ardeur que les coureurs du stade, parce qu’eux restent brièvement sur la ligne de départ avant qu’on ne les laisse courir ; moi, cela fait deux mois que l’on m’empêche de m’élancer vers vous (Ad Marcum, II, 15, 1).

6Ces extraits montrent éloquemment que le consulat n’est en fait invoqué que pour mettre en valeur les sentiments affectueux de l’orateur pour Marc Aurèle et sa famille : aucune des tâches du consul suffect n’est relatée, aucune décision n’est discutée ; le consulat est perçu comme une entrave à la réunion de Fronton avec ceux qu’il aime et le sujet ne sert qu’à mettre en valeur les sentiments profonds du consul envers ses destinataires. Cette pratique n’est pas unique dans la correspondance : c’est en effet un trait constant de Fronton de parer tout sujet des ornements de la tendresse (e. g. Ad Marcum III, 14) et de propulser, même les sujets les plus pragmatiques, dans un monde rhétorique (e. g. la lettre à Appien sur le don de deux esclaves, Additamentum epistularum 5).

7Ce trait se vérifie également pour le conseil politique, qui est quasiment exclusivement traité comme une division de l’art amical, où l’ensemble de l’Empire existe bien peu :

Et que dire de vos ancêtres qui accrurent l’État et l’Empire romains de larges additions ? Votre arrière-grand-père, très grand homme de guerre, se laissait pourtant charmer parfois par les comédiens et de plus, buvait assez volontiers ; par ses soins, pourtant, le peuple romain, lors des triomphes, but très souvent du vin doux. De même, votre grand-père, prince averti et diligent, attentif non seulement à régir le monde, mais aussi à l’arpenter, accordait une attention particulière, nous le savons bien, à la musique et aux joueurs de flûte, et, en outre, ne dédaignait pas de prendre de copieux repas. Par ailleurs, votre père, cet homme divin surpassant en prévoyance, en pudeur, en modération, en intégrité, en piété, en probité, toutes les qualités morales de tous les dirigeants du monde, fréquentait pourtant la palestre, disposait l’hameçon et riait des bouffons.

Je ne dis rien de C. César, ennemi acharné de Cléopâtre, rien d’Auguste, époux de Livie. Romulus, lui-même, fondateur de cette ville, après avoir offert les dépouilles opimes à Jupiter Férétrien, crois-tu donc qu’il prit un repas frugal ? Assurément, quelqu’un d’affamé ou d’assoiffé n’aurait pas résolu d’enlever des jeunes filles pubères au spectacle. Quoi ? Numa, très honorable vieillard, ne passa-t-il pas sa vie à donner des gâteaux sacrés et la dîme des dieux, et à célébrer des suovétauriles, lui, dictateur des banquets, instigateurs de repas, initiateur de fêtes ? Je le déclare assouvi et fêtard. Toi, fêtes-tu le chômage du ventre ? (De feriis Alsiensibus III, 5-6).

  • 12  Cf. P. Brugisser, Symmaque ou le rituel épistolaire de l’amitié littéraire, Fribourg, Éditions uni (...)
  • 13  P. Steinmetz, Untersuchungen zur römischen Literature des Zweiten Jahrhunderts nach Christi Geburt(...)

8Ainsi, lorsque Fronton accumule des exempla pour convaincre le jeune César que l’homme d’État doit respecter les limites du travail et du repos, il donne certes des exemples d’empereurs, issus à la fois du passé récent et de la plus haute antiquité, mais les conseils pourraient être les mêmes pour l’ami et le César : l’important est de donner des exemples crédibles en regard de la personnalité du destinataire, comme le suggère la présence, dans la même lettre, d’exempla issus de l’histoire philosophique (Chrysippe, Socrate). L’importance du destinataire et la présence constante du sentiment amical sont sans doute en partie dus au genre épistolaire qui, à l’époque de Fronton, évolue de plus en plus vers sa fonction d’unique véhicule de l’amitié, fonction qu’il endossera complètement entre les mains de Symmaque12. Cette responsabilité du genre est plus sensible si l’on ajoute au dossier le seul fragment un peu long de discours frontonien qui nous fut transmis. Ce fragment a été préservé parce que Marc Aurèle cite à Fronton les parties du discours que le César a récitées à Antonin, absent de la séance où l’orateur le prononça. Les circonstances de prononciation du discours restent contestées13, mais l’essentiel du propos est assez clair : Fronton met en garde Antonin d’accepter de juger une affaire de testament différé à la cour impériale par le proconsul d’Asie. La citation du début donnera la saveur du discours :

Dans ces affaires judiciaires et ces causes qui sont jugées par des juges privés, il ne réside aucun danger, puisque leurs avis ont pouvoir dans les limites des causes seulement ; mais tes arrêts, Empereur, consacrent des précédents et leur donneront un pouvoir public pour toujours, tant la force et la puissance qui te sont accordées sont plus grandes que celles attribuées aux destins : les destins statuent sur ce qui arrivera à chacun de nous ; toi, où tu prends une décision pour un particulier, là c’est l’univers que tu engages par un précédent (Ad Marcum I, 6, 2).

9On voit ici le parti-pris inverse à ce que l’on a pu observer dans les extraits relatifs au consulat : l’Empire est bien présent, mais il est perçu à travers un verre grossissant qui le projette à un niveau thétique, voire métaphysique ; comme auparavant, le conseil ne se situe pas sur le plan pratique, mais sur le plan des principes.

  • 14  Sur les lettres de recommandation, cf. A. Plantera, « Osservazioni sulle commendatizie latine da C (...)
  • 15  Ces lettres sont difficilement classables : elles ne sont pas à proprement parler des ouvrages his (...)

10Dans les lettres de Fronton, le conseil politique se confond donc avec la parénétique amicale. L’influence pratique de l’orateur sur le pouvoir se voit surtout dans ses lettres de recommandation, qui révèlent une action diffuse et un conseil détourné14 : en effet, recommander à Antonin le Pieux ou à Marc Aurèle tel ou tel ami équivaut à vouloir pour les Princes un entourage qui valorise en principe les mêmes idées que celles du parrain, mais la recommandation n’a pas de conséquence directe sur les politiques impériales. La politique et le conseil politique tiennent donc une place restreinte dans la correspondance de Fronton. Dans les lettres à caractère historique du corpus, le De bello Parthico et les Principia historiae15, ce même trait se confirme.

  • 16  M. L. Astarita, « Roma e l’oriente. La ciceroniana De imperio Cn. Pompei nella lettura di Frontone (...)
  • 17  De bello Parthico, 10 : « Maintenant pour mettre quelque peu en valeur ce discours de Cicéron que (...)

11M. L. Astarita16 a voulu voir dans l’une des deux lettres à caractère historique, le De bello Parthico, une forme de conseil politique. La lettre se présente comme une réflexion sur les revers de fortune de l’armée romaine à la suite de la défaite d’Élégia (161). Selon la chercheure italienne, l’avant-dernier paragraphe conservé, en renvoyant le Prince à la lecture du De imperio Pompei17, révèle que l’ensemble de la lettre est en dialogue avec le discours cicéronien et que le but poursuivi par Fronton est de donner des conseils sur la façon de choisir les généraux et de mener la guerre en Asie. Cette hypothèse est vraisemblable, car Fronton utilise souvent le passé de façon parénétique. D’ailleurs, cette méthode détournée est dans la droite ligne de ce que nous avons déjà observé du comportement de l’orateur en matière politique : suggérer la lecture d’un discours cicéronien peut donc faire partie des manières subtiles dont Fronton use pour s’immiscer dans les affaires de l’État.

  • 18  Cf. par exemple, P. Cova, I Principia historiae e le idee storiografiche di Frontone, Naples, Libr (...)
  • 19  « Quelques remarques sur l’histoire et la rhétorique dans le corpus frontonien : deux façons d’ent (...)

12La place et l’influence de l’action politique dans le corpus frontonien peuvent être encore mieux circonscrites si l’on rappelle quelques traits de la façon de concevoir l’histoire chez Fronton. En matière historiographique, à cause de la forte défense que fait l’orateur de l’éloquence et de la rhétorique et du rôle de professeur qu’il joua auprès des Césars, on a longtemps considéré que la perspective frontonienne était celle de Cicéron, c’est-à-dire une conception de l’histoire subordonnée à la rhétorique18. Comme nous l’avons montré ailleurs19, il semble cependant que Fronton distingue la rhétorique de l’histoire, voire délimite de façon exclusive ce qui est le domaine de l’une et de l’autre. La teneur et la manière des lettres à caractère historique tendent d’ailleurs à montrer que l’orateur développe une vision évolutive et positive de l’histoire, qui aboutit à une perception élogieuse du présent. Ainsi, la comparaison qu’il établit dans les Principia historiae entre Vérus et Trajan, comparaison qui tourne contre toute attente à l’avantage de Lucius Vérus, révèle une perspective historique qui ignore le concept de décadence, si présent chez les historiens latins, notamment chez Salluste, grand modèle de Fronton pour le lexique et la tournure. Il semble dès lors que Fronton développe deux attitudes par rapport au passé : lorsqu’il est question de lexique et de rhétorique, l’orateur déplore la corruption de l’époque contemporaine, admire l’antiquité des mots et la saveur ancienne de l’expression ; lorsqu’il est question d’histoire, l’auteur considère que les actions antiques ne sont pas meilleures que les actions contemporaines, que le présent vaut le passé, voire le supplante. Qu’est-ce qui peut bien expliquer ce changement de perspective ? Pour répondre à cette question, il est évident qu’il faut considérer le changement de genre, les buts différents de l’histoire et de la rhétorique ; il faut certainement invoquer aussi les conditions différentes d’écriture de l’histoire sous l’Empire et la transformation des perspectives apportée par la Seconde Sophistique grecque ; il est également loisible d’expliquer ce changement par le rôle particulier que joue Fronton à la cour impériale, c’est-à-dire par son expérience politique. Dans la multitude de raisons qui peuvent expliquer ce changement de perspective, il est difficile d’isoler ce dernier facteur, l’impact de l’action politique. Cependant, en comparant la méthode et la situation frontoniennes avec les ouvrages contemporains d’histoire et leurs auteurs, il est peut-être possible de faire la part entre ce qui découle de l’environnement et de la position.

  • 20  S. Jannacone, op. cit., p. 289-307 ; E. Bowie, « Greeks and their past in the Second Sophistic », (...)
  • 21 E. Bowie, op. cit., p. 27.
  • 22  G. Zecchini, op. cit., p. 9.

13Il est pertinent de remarquer que la dichotomie présente chez Fronton est également sensible chez les sophistes grecs contemporains. S. Jannacone, E. Bowie, J. Bompaire et G. Zecchini ont bien montré la complexité du paysage historiographique aux trois premiers siècles de l’Empire ; ils ont également discerné une même perspective double chez les sophistes : une célébration du passé dans les œuvres que l’on pourrait qualifier « de fiction » et une implication dans le présent dans les discours effectifs20. L’historiographie, à proprement parler, semble suivre les mêmes chemins, quoiqu’il soit malaisé d’obtenir un portrait exact de la production parce que beaucoup d’ouvrages historiques ne nous sont connus que par allusions. Si l’on observe de façon générale les liens qui unissent l’action politique des auteurs et le type de sujets choisis, il est difficile d’établir des constantes. Arrien, par exemple, consul suffect en 129, légat de Cappadoce, archonte d’Athènes, a bien sûr écrit l’histoire d’Alexandre, mais également des Parthica, qui faisaient sans doute la part belle aux guerres menées par Trajan, et des Bithynica, qui, selon E. Bowie, s’arrêtaient au moment où la province devenait romaine21. Nous sommes donc en présence d’un homme impliqué dans la politique de son époque, qui, à certains moments, célèbre le passé à travers la figure d’Alexandre et l’arrêt de l’histoire au moment où Rome intervient dans la politique régionale, et s’intéresse, en d’autres temps, au présent en traitant des guerres parthiques contemporaines. L’Anabase elle-même semble d’ailleurs participer de ces deux mouvements : l’histoire d’Alexandre ne sert pas uniquement à célébrer un passé hellénique révolu, mais également à réaffirmer les qualités des dirigeants contemporains ; dans cette perspective, Rome serait l’héritière de l’Empire hellénistique et Trajan le successeur légitime d’Alexandre22.

  • 23  Sur la carrière de Dion Cassius, cf. F. Millar, A Study of Cassius Dio, Oxford, Clarendon Press, 1 (...)
  • 24  Pour l’attitude de Dion Cassius, cf., entre autres, F. Millar, op. cit., p. 174‑192 ; pour la pris (...)

14Par ailleurs, alors que les parcours politiques de Dion Cassius et d’Appien sont assez différents — l’un fut grand homme d’État, très près du pouvoir, l’autre, avocat puis honoré d’une simple procuratèle sur les insistances de Fronton (Ad Antoninum Pium 10)23 —, leurs perspectives historiographiques sont cependant semblables : l’histoire universelle est l’histoire de Rome ; le passé explique la grandeur présente24.

  • 25 E. Bowie, op. cit., p. 15-16.
  • 26  Sur la proximité d’Appien et de Fronton, cf. M. L. Astarita, « Appiano e Frontone : rapporti socia (...)

15Il est dommage que nous ayons peu de renseignements sur l’œuvre et l’activité politique des historiens de cette époque qui ont traité de sujets contemporains et restreints. En effet, on ne sait que peu de choses de la vie et des histoires de Statilius Criton, qui aurait écrit des Getica sous Trajan, de Polyaneus, qui aurait relaté les Guerres parthiques sous Marc Aurèle, d’Ariston de Pella, qui, sous Hadrien, aurait traité des Guerres juives, ou de Philon de Byblos, qui aurait commis une histoire sur le règne d’Hadrien25. D’Arrien, qui fait aussi partie de ce groupe à cause de ses Parthica, nous connaissons le cursus, mais son ouvrage est irrémédiablement perdu. Or, ce cas est sans doute celui le plus semblable à celui de Fronton : grands commis de l’État tous les deux, ils s’intéressent à l’histoire contemporaine. Nous ne pouvons toutefois pas déduire grand’chose de ces données fragmentaires. Par ailleurs, il est évident que la proximité de Fronton et d’Appien suggère une réflexion commune sur l’histoire. La position d’Appien face au pouvoir semble en effet similaire à celle de l’orateur latin : observateur ravi du présent, il voit dans le régime impérial une garantie d’harmonie26.

  • 27 L. Holford-Strevens, Aulus Gellius, An Antonine Scholar and his Achievment, Oxford, Oxford Universi (...)
  • 28  J. M. André, « La Conception de l’État et de l’Empire dans la pensée gréco-romaine aux deux premie (...)
  • 29  Il aurait toutefois écrit des histoires variées, historiae uariae rerum, peut-être dans la lignée (...)
  • 30  Selon ses propres dires, Aulu-Gelle fut juge (XII, 13, 1 ; XIV, 2, 1).
  • 31  Cf., entre autres, M. T. Schettino, « Aulo Gellio e l’annalistica », Latomus, XLVI (1987), p. 123- (...)
  • 32  P. Steinmetz, op. cit. n. 13, p. 121-151. Marius Maximus, qui appartient à la génération suivant l (...)

16Quant aux historiens et aux écrivains latins contemporains de Fronton, comme l’a souligné L. Holford-Strevens27, leur attitude face au passé semble dénoter une perte d’intérêt pour la réflexion historiographique au profit de l’utilisation érudite de l’histoire. Apulée, dont le cursus est excentré, bien qu’il s’intéresse dans la tradition platonicienne à la gestion des sociétés humaines28, ne s’attarde pas dans l’œuvre conservée à l’historiographie29 ; Aulu‑Gelle, dont le cursus est modeste30, est reconnu pour son utilisation de l’historiographie pré-livienne et pour ses goûts d’antiquaire31. La personnalité, le cursus et même la datation des historiens latins de cette période sont incertains ; il est cependant clair que Florus, Justin ou Granius Licinianus n’ont pas privilégié l’histoire contemporaine et semblent avoir arrêté leurs entreprises historiographiques par la narration de la mort d’Auguste32.

17Le portrait de la réflexion sur le passé aux alentours du IIe siècle, autant du côté grec que dans la sphère latine de l’Empire, demeure extrêmement bigarré, avec des historiens impliqués politiquement qui préfèrent une histoire lointaine et des historiens en marge des cercles du pouvoir qui célèbrent le présent, et, plus généralement, des auteurs qui utilisent, selon les circonstances et selon les ouvrages, les deux perspectives, de façon successive ou concomitante.

  • 33  Pour la démonstration, cf. notre article dans LEC,74 (2006), p. 115‑141.

18En regard de ce portrait, Fronton fait figure d’exception. En effet, son parti pris est, dans une certaine mesure, moins nuancé : les deux lettres de l’auteur que nous pouvons rapprocher de l’historiographie traitent d’un même sujet de la plus immédiate contemporanéité, les Guerres parthiques, qui sont en cours lors de l’écriture du De bello Parthico et à peine achevées lors de la composition des Principia historiae. Ces lettres ont encore ceci de particulier qu’elles s’adressent directement à la source du pouvoir impérial, même si une volonté de diffusion plus grande ne devrait pas être écartée. Par ailleurs, il est intéressant de remarquer que pour le passé plus lointain, Fronton semble établir une distinction nette entre l’histoire grecque et l’histoire romaine, l’une étant qualifiée presque systématiquement de fabula, l’autre entrant dans la catégorie des exempla33 ; bien que cette distinction soit en premier lieu rhétorique, il n’est pas à exclure qu’elle traduise une réflexion générale, différente bien sûr de la perception grecque contemporaine, sur ce qui fait partie de l’histoire. Le but poursuivi dans ces deux lettres reste matière à spéculations ; l’une des hypothèses veut que les Principia historiae soient un refus d’écrire l’histoire et un encouragement à Lucius Vérus de narrer lui-même ses exploits.

  • 34  Cf. P. Cova, op. cit. n. 18, p. 57-72, suivi par G. Zecchini, op. cit., p. 25, mais peu crédible s (...)

19Fronton voulait-il, comme Polybe, que l’histoire soit écrite par ceux qui la font ? P. Cova a défendu la thèse selon laquelle les Principia historiae sont un refus d’écrire l’histoire sur cette base : Fronton considérerait que l’histoire devrait être écrite par les acteurs, que Lucius Vérus devrait écrire le récit de sa campagne asiatique34. Est invoqué à l’appui de cette thèse le prooemium extrêmement lacunaire de la lettre, où l’auteur mentionne les liens qui unissent le héros et son chantre :

  • 35  En marge : « ... converti des discours à l’histoire je crains que, par cette nouveauté et ce manqu (...)

Dès que ton frère m’aura envoyé les commentaires de ses actions, nous entreprendrons d’en écrire, si toutefois le thème que nous envoyons en échantillon ne lui déplait pas <...> Nous abordons de si grandes actions qu’Achille désirerait les avoir accomplies et Homère les avoir écrites35.

Qu’ajouterai-je ? <...> en grande quantité, les habitants d’Antioche aux mœurs dissolues <...> et il fallut après le désastre déplorer par de charmants récits les graves pertes, en deçà du mont Taurus ; leurs esprits auraient certainement été plus féconds en pure perte s’ils ne s’étaient pas occupés de narrer les grands événements ; de même, si les esprits des écrivains n’avaient aussi convergé avec la grandeur des actions ou, si tu préfères, ne s’étaient pas adaptés à ces actions. Et les chants d’Homère auraient été vains si les guerres n’avaient pas eu lieu, ce qu’il proclame dans l’ensemble du second chant, mais aussi dans les premiers vers du premier chant. Certes, Xénophon l’Athénien, témoin digne de foi de l’expérience des Grecs, servit comme volontaire sous Cyrus <...> et les travaux d’Hercule sont célèbres, si ce n’est par les faits, du moins par l’éducation.

  • 36  En marge, une longue digression sur Caton : « le dieu donna aux élèves de la nature d’observer doc (...)

<...> et en effet Caton le Censeur fut de loin le plus remarquable de tous dans l’expression et l’accomplissement <...> <...> il occupa à la chasse tout le repos que lui donnaient les campagnes militaires<...>36(Principia historiae 2-4).

  • 37  Ce type de réflexion sur les liens qui unissent l’auteur et son sujet, qui aboutit généralement à (...)

20Fronton évoque en effet Xénophon et Caton, mais il cite également Achille et Homère, ainsi qu’Hercule et ceux qui racontent ses travaux37. La thèse est donc fragile, d’autant plus que Fronton poursuit sa lettre en faisant effectivement l’histoire comparée des campagnes de Trajan et de Vérus.

  • 38 M. D. Brock, op. cit. n. 15, p. 63 ; P. Cova, op. cit. n. 18, p. 7. Pour une bibliographie plus com (...)
  • 39  Sur le caractère répandu de ces idées politiques à l’époque de Fronton, cf. J. M. André, op. cit. (...)
  • 40  Cf. P. Grimal, Marc Aurèle, Paris, Fayard, 1991, p. 99.

21Qu’est-ce qui ressort de cette tentative historiographique ? Les Principia historiae, comme l’ont noté nombre d’analystes, sont un panégyrique de Lucius Vérus38, mais, à travers l’éloge de l’Empereur, point la défense de valeurs chères à l’orateur et fréquentes dans les discours des élites contemporaines. Les grands thèmes des Principia historiae sont en effet la valorisation de la paix et de la diplomatie, l’importance de l’éloquence dans les pratiques pacifiques du pouvoir et la centralité des divertissements dans la bonne gestion de l’Empire39. Cette perspective sur la gestion de l’Empire n’est pas restreinte aux lettres à caractère historique : elle est présente dans l’ensemble de la correspondance. La nécessité de respecter l’équilibre entre l’activité et les loisirs est également un élément central de l’éloge d’Antonin dans les Pensées (I, 16) de Marc Aurèle40. Il est clair que la réitération de ces valeurs est une forme de conseil adressé à l’empereur. Quant à savoir si c’est l’expérience politique qui motive les conseils du professeur, il est difficile de statuer, parce que Fronton ne sépare pas clairement l’action politique de l’action amicale, le bien de l’Empire et le bien de l’ami, et que l’amitié et la politique chez lui sont indissociables de la pratique de l’éloquence. Il est cependant évident que Fronton est un homme de son siècle, qui ne veut pas être passéiste en matière politique et historiographique, mais qui cherche dans le passé une manière de réinventer l’éloquence : ce rapport ambigu avec le présent semble répandu autant chez les historiens que chez les autres écrivains contemporains. On soulignera finalement la dilection de Fronton pour les principes et les thèses au détriment des conseils pratiques et des cas particuliers ; ce trait le rapproche des sophistes grecs contemporains et donne à sa réflexion sur la gestion de l’Empire une saveur généralisante, plus proche de l’éthique et de la philosophie que de la science politique.

Haut de page

Notes

1  La question des liens unissant l’action et l’écriture de l’histoire avait été posée de façon claire par Salluste, qui soulignait, sans le déplorer, le manque d’auteurs en regard du nombre d’acteurs à Rome (Conjuration de Catilina VIII) et la supériorité de l’action sur la narration (III). Les cas de Pline et Tacite, d’une part, et de Martial et Juvénal, d’autre part, à l’époque précédant celle de Fronton montrent la diversité de l’implication politique chez les auteurs latins, mais l’idéal de l’homme d’État s’adonnant à un otium littéraire est encore valorisé au IIe siècle. Cf. à ce propos J. M. André, « Le De otio de Fronton et les loisirs de Marc-Aurèle », REL, 49 (1971), p. 228-261.

2  G. Bowersock, Greek Sophists in the Roman Empire, Oxford, Clarendon Press, 1969 ; sur les liens unissant le pouvoir et la sophistique, cf. L. Pernot, « L’Art du sophiste à l’époque romaine : entre savoir et pouvoir », in C. Lévy, B. Besnier & A. Gigandet (eds.), Ars et ratio. Sciences, art et métiers dans la philosophie hellénistique et romaine, Bruxelles, Latomus (Collection Latomus 273), 2003, p. 126‑142. Pour un exemple particulier, voir la contribution dans ce même volume de D. Côté, p. 473-500.

3  Sur les réflexions de Plutarque, voir la contribution de T. Schmidt dans le Tome I de ces Actes, p. 99-126.

4  Sur l’attitude ambiguë des anciens en regard de l’autobiographie politique, cf. A. Momigliano, The Development of Greek Biography, Cambridge, Harvard University Press, 1993 (1971), p. 93-96 ; F. Bérard, « Les Commentaires de César : autobiographie, mémoires ou histoire ? », in M.-F. Baslez, P. Hoffmann & L. Pernot (eds.), L’invention de l’autobiographie, d’Hésiode à saint Augustin, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1993, p. 87-88 ; M. Chassignet, « Introduction » à L’Annalistique romaine : l’annalistique récente, l’autobiographie politique, III, Paris, Les Belles Lettres, 2004, p. LXXXVI-CIV.

5  Suétone (Vie de Claude XLII) suggère que le choix d’un sujet contemporain est plus facile, mais ce type d’affirmations est moins courant que la prise de position inverse. Pline (Lettres V, 9) pose une question différente quant au choix du sujet : écrire sur le passé lointain équivaut à reprendre le matériel accumulé par d’autres, tandis qu’écrire sur des événements plus rapprochés expose l’auteur à la vindicte des personnages encore vivants. Fronton semble évoquer le même type de craintes sur la narration d’événements contemporains (Principia historiae 5, note marginale).

6 Cf. notamment, G. Anderson, « The Pepaideumenos in Action : Sophists and their Outlook in the Early Roman Empire », ANRW, II, 33, 1, p. 131.

7 W. Eck, « M. Cornelius Fronto, Lehrer Marc Aurels, Consul Suffectus im J. 142 », RhM, 141 (1998), p. 193-196.

8 G. M. A. Crook, Consilium principis. Imperial Councils and Counsellors, Cambridge, Cambridge University Press, 1955, p. 66-69.

9 E. Champlin, Fronto and Antonine Rome, Cambridge, Harvard University Press, 1980, p. 106.

10  G. Pflaum, « Les Correspondants de l’orateur M. Cornelius Fronton de Cirta », in R. Marcel (ed.), Hommages à J. Bayet, Bruxelles, Latomus, 1964, p. 544-560 ; S. Demougin, « Amici. Remarques sur les entourages aristocratiques à Rome », in N. Belayche (ed.), Rome, les Césars et la Ville aux deux premiers siècles de notre ère, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 207-229

11  E. g. M. A. Levi, « Ricerche su Frontone »,s. n., Atti della Accademia nazionale dei Lincei : Memorie della classe di scienze morali, storiche e filologiche, Série IX, 4, 4 (1994), p. 261-265, souligne également l’absence de la politique dans la correspondance frontonienne.

12  Cf. P. Brugisser, Symmaque ou le rituel épistolaire de l’amitié littéraire, Fribourg, Éditions universitaires de Fribourg, 1993, p. 8-21

13  P. Steinmetz, Untersuchungen zur römischen Literature des Zweiten Jahrhunderts nach Christi Geburt, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag GMBH, 1982, p. 211, croit que ce fut devant le consilium principis. M. van den Hout, A Commentary of the Letters of M. Cornelius Fronto, Leyde, Brill, 1999, p. 26, croit plutôt que ce fut devant le Sénat.

14  Sur les lettres de recommandation, cf. A. Plantera, « Osservazioni sulle commendatizie latine da Cicerone a Frontone », Annali della Facolta di magistero dell’Universita di Cagliari II (1977-1978), p. 5‑36 ; A. Béranger-Badel, « Les Critères de compétence dans les lettres de recommandation de Fronton et de Pline le Jeune », REL, 78 (2000), p. 164-179 ; P. Fleury, Lectures de Fronton, Paris, Les Belles Lettres, 2006, p. 139 sq.

15  Ces lettres sont difficilement classables : elles ne sont pas à proprement parler des ouvrages historiques, mais elles traitent de sujets historiques. Sur cette question, cf. A. Berger, « Fronton historien », Revue des cours littéraires de la France et de l’étranger, 3 (1866), p. 458 ; A. Beltrami, La Tendenze litterarie negli scritti di Frontone, Milan, Segati E. C., 1907, p. 61 n. 5 ; M. D. Brock, Studies on Fronto and his Age, Cambridge, Cambridge University Press, 1911, p. 62 ; M. Leroy, « La Conception de l’histoire chez Fronton », MB, XXXII (1928), p. 241-252 ;  S. Jannacone, « Appunti per una storia della storiografia retorica nel II secolo », GIF, XIV (1961), p. 290 et 298 ; P. Cova, I Principia historiae e le idee storiografiche di Frontone, Naples, Libreria scientififica editrice, p. 40, 58 et passim ; P. Cova, « Problematica frontoniana », Bollettino di studi latini, I (1971), p. 473 ; F. Della Corte, « Frontone storiografo », Maia, 23 (1971), p. 266 ; F. Portalupi, « V nota frontoniana. L. Vero memorialista ? », Koinonia, 4 (1980), p. 18 ; E. Champlin, op. cit., p. 55 ; P. Steinmetz, op. cit., p. 153-163 ; G. Anderson, The Second Sophistic, New York, Routledge, 1993, p. 118 ; L. Pernot, La Rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain, Paris, Institut d’Études augustiniennes, 1993, p. 602 ; M. P. J. van den Hout, op. cit.,p. 499 ; R. Poignault, « Historiographie et rhétorique dans la correspondance de Fronton », in G. Lachenaud & D. Longrée (eds.), Grecs et Romains aux prises avec l’histoire : représentations, récits et idéologie, Colloque de Nantes et Angers, Vol. II, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 459-477 ; P. Fleury, op. cit., p. 171‑176.

16  M. L. Astarita, « Roma e l’oriente. La ciceroniana De imperio Cn. Pompei nella lettura di Frontone », Romanobarbarica, V (1980), p. 5‑35.

17  De bello Parthico, 10 : « Maintenant pour mettre quelque peu en valeur ce discours de Cicéron que je t’ai envoyé à lire : il m’apparaît certain que personne ni en latin, ni en grec ne fut jamais loué avec plus de faconde dans une assemblée publique que Cn. Pompée dans ce discours, à tel point qu’il me semble qu’il gagna le surnom de “ grand ” non pas tant par ses vertus que par les éloges de Cicéron. De plus, tu trouveras là beaucoup de passages réfléchis, appropriés à tes préoccupations présentes : à propos des intérêts des alliés, du gouvernement de provinces <...> de quelles techniques il convient aux généraux d’être doués <...> ».

18  Cf. par exemple, P. Cova, I Principia historiae e le idee storiografiche di Frontone, Naples, Libreria scientififica editrice, p. 71 et 100.

19  « Quelques remarques sur l’histoire et la rhétorique dans le corpus frontonien : deux façons d’entrevoir le présent », CEA, XLII (2005), p. 89-97.

20  S. Jannacone, op. cit., p. 289-307 ; E. Bowie, « Greeks and their past in the Second Sophistic », Past and Present, 46 (1970), p. 3-41 ; J. Bompaire, « Les Historiens classiques dans les exercices préparatoires de rhétorique »,s. n., Recueil Plassart, Paris, Les Belles Lettres, 1976, p. 1-7 ; G. Zecchini, « Modelli e problemi teorici della storiografia nell’eta degli Antonini », Critica storica, 20 (1983), p. 3‑31. Cf. également B. Reardon, Courants littéraires grecs des iie et iiie siècles après J.-C., Paris, Les Belles Lettres, 1971, p. 207-215 ; G. Anderson, op. cit. n. 15, p. 101-119. Sur l’utilisation des figures historiques dans la déclamation, cf., entre autres, S. Swain, Hellenism and Empire : Language, Classicism, and Power in the Greek World, AD 50-250, Oxford, Clarendon Press, 1996, p. 92-96 ; T. Whitmarsh, The Second Sophistic, Oxford, Oxford University Press, 2005, p. 66-70 ; R. Webb, « Fiction, Mimesis and the Performance of Greek Past in the Second Sophistic », in D. Konstan & S. Saïd (eds.), Greeks on Greekness : Viewing the Greek Past under the Roman Empire, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 27‑46.

21 E. Bowie, op. cit., p. 27.

22  G. Zecchini, op. cit., p. 9.

23  Sur la carrière de Dion Cassius, cf. F. Millar, A Study of Cassius Dio, Oxford, Clarendon Press, 1964, p. 5-27 ; sur les carrières comparées de Dion Cassius et d’Appien, cf. E. Famerie, Le Latin et le grec d’Appien, Genève, Droz, 1998, p. XIII sq.

24  Pour l’attitude de Dion Cassius, cf., entre autres, F. Millar, op. cit., p. 174‑192 ; pour la prise de position d’Appien, cf., entre autres, J. van der Leest, « Appian’s References to his Own Time », AHB, 3 (1989), p. 131-133.

25 E. Bowie, op. cit., p. 15-16.

26  Sur la proximité d’Appien et de Fronton, cf. M. L. Astarita, « Appiano e Frontone : rapporti sociali e culturali », in Miscellanea di studi in onore di Armando Salvatore, Naples, Pubbl. del Dipartimento di Filologia classica dell’Univ. degli Studi Federico II, no. 7, Univ. degli Studi di Napoli, 1992, p. 159-171

27 L. Holford-Strevens, Aulus Gellius, An Antonine Scholar and his Achievment, Oxford, Oxford University Press, 2003 (1988), p. 242-243.

28  J. M. André, « La Conception de l’État et de l’Empire dans la pensée gréco-romaine aux deux premiers siècles de notre ère », ANRW, II, 30, 1, p. 52-54.

29  Il aurait toutefois écrit des histoires variées, historiae uariae rerum, peut-être dans la lignée de Favorinus et de Lucien, cf. Florides IX.

30  Selon ses propres dires, Aulu-Gelle fut juge (XII, 13, 1 ; XIV, 2, 1).

31  Cf., entre autres, M. T. Schettino, « Aulo Gellio e l’annalistica », Latomus, XLVI (1987), p. 123-145.

32  P. Steinmetz, op. cit. n. 13, p. 121-151. Marius Maximus, qui appartient à la génération suivant l’époque de Fronton, peut être ajouté à cette liste, mais, bien que nous sachions que son œuvre couvrait l’époque contemporaine (biographies de Nerva à Héliogabale) et qu’il eut une carrière politique importante, nous ne connaissons que peu de choses de son approche historiographique.

33  Pour la démonstration, cf. notre article dans LEC,74 (2006), p. 115‑141.

34  Cf. P. Cova, op. cit. n. 18, p. 57-72, suivi par G. Zecchini, op. cit., p. 25, mais peu crédible selon E. Champlin, op. cit. n. 9, p. 158, n. 61.

35  En marge : « <...> converti des discours à l’histoire je crains que, par cette nouveauté et ce manque d’habitude, d’autres actes ne tombent dans l’oubli » ; et après une autre lacune : « par les chants et les rythmes, je pourrais chanter un morceau en désaccord avec la cadence et la tonalité ».

36  En marge, une longue digression sur Caton : « le dieu donna aux élèves de la nature d’observer doctement les facultés de vol des oiseaux pour qu’ils le transposent dans l’art de gréer les navires ; certes, on taille les rames selon le même principe. L’avisé Caton le Censeur, que sa patrie aurait dû honorer de statues dans toutes les villes, qui narra les premières industries et la lignée de nom latin et les origines des villes italiques et la jeunesse des Aborigènes ». Ce passage évoque sans doute le début des Origines de Caton.

37  Ce type de réflexion sur les liens qui unissent l’auteur et son sujet, qui aboutit généralement à la conclusion de la nécessité du chantre pour immortaliser les grandes actions, est un lieu commun, autant en poésie qu’en prose (e. g. Horace, Odes IV, 9, 25-28 ; Arrien, Anabase I, 12, 1‑2).

38 M. D. Brock, op. cit. n. 15, p. 63 ; P. Cova, op. cit. n. 18, p. 7. Pour une bibliographie plus complète, cf. P. Fleury, op. cit. n. 14, p. 171-176.

39  Sur le caractère répandu de ces idées politiques à l’époque de Fronton, cf. J. M. André, op. cit. n. 28, p. 43 sq.

40  Cf. P. Grimal, Marc Aurèle, Paris, Fayard, 1991, p. 99.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Fleury, « L’orateur et le consul : Fronton conseiller du Prince », Cahiers des études anciennes, XLVII | 2010, 457-474.

Référence électronique

Pascale Fleury, « L’orateur et le consul : Fronton conseiller du Prince », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVII | 2010, mis en ligne le 13 mars 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/156

Haut de page

Auteur

Pascale Fleury

Université Laval

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org