Navigation – Plan du site

Préface

Actes du colloque Action politique et histoire. Le narrateur homme d’action. Besançon 16 au 18 octobre 2008
Marie-Rose Guelfucci
p. 7-14

Texte intégral

  • 1  Jeux et enjeux de la mise en forme de l’histoire. Recherches sur le genre historique en Grèce et à (...)

1Les deux volumes qui constituent la présente publication ne sont pas seulement les Actes d’un colloque. Car le colloque qui s’est tenu à Besançon du 16 au 18 octobre 2008 s’inscrivait dans la continuité d’une recherche sur la mise en forme de l’histoire, conduite ces dernières années à l’Université de Franche-Comté sous l’égide de l’Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité (E.A. 4011), et il reprenait, sous un autre angle, le thème directeur des deux colloques précédents1, le rôle et la place lisibles de l’historien au cœur de son récit et de son œuvre. Le sujet du colloque, Action politique et histoire. Le narrateur homme d’action, comme la question soumise à réflexion : « L’expérience politique change-t-elle la manière d’écrire et de réinterpréter l’histoire ? », invitaient néanmoins à examiner le problème en élargissant le champ d’étude à d’autres acteurs de l’histoire que le seul historien doté d’une expérience politique, hommes d’État devenus ou non historiens, conseillers ou historiens proches du pouvoir et orateurs, et ce, d’autant plus que, sous un singulier commode pour subsumer des écrits très différents et valant par ces différences mêmes, l’histoire, quand elle est mise en texte, est à facettes. Mise en exergue du colloque comme point de départ de la recherche, l’affirmation de Polybe, le premier — autant du moins que nous puissions en juger d’après les sources effectivement transmises — à avoir pour l’historien l’exigence d’une expérience d’homme d’action, incitait aussi à discussion :

Platon affirme que les affaires humaines n’iront bien que quand les philosophes seront rois ou les rois philosophes ; je dirais volontiers, moi aussi, que les affaires de l’histoire n’iront bien que quand les hommes d’État se mettront à écrire l’histoire — non pas, comme ils le font aujourd’hui, en plus du reste, mais avec l’idée que cette activité-là aussi compte pour eux parmi les plus indispensables et les plus nobles — et quand, sans se laisser disperser, ils lui consacreront leur vie, ou bien quand ceux qui projetteront d’écrire l’histoire considéreront l’expérience qu’ils ont justement acquise dans l’action politique comme indispensable à l’histoire. Mais avant cela, il n’y aura pas de trêve à l’ignorance des historiens

  • 2 La traduction est la nôtre.

 ̔Ο μν ον Πλτων φησ ττε τνθρπεια καλς ξειν, ταν ο φιλσοφοι βασιλεσωσιν ο βασιλες φιλοσοφσωσι·κγ δ ̓ ν εποιμι διτι τ τς στορας ξει ττε καλς, ταν ο πραγματικο τν νδρν γρφειν πιχειρσωσι τς στορας, μ καθπερ νν παρργως, νομσαντες δ κα τοτ’ εναι σφσι τν ναγκαιοττων κα καλλστων, περισπστως παρσχωνται πρς τοτο τ μρος κατ τν βον, ο γρφειν πιβαλλμενοι τν ξ ατν τν πραγμτων ξιν ναγκααν γσωνται πρς τν στοραν. Πρτερον δ’ οκ σται παλα τς τν στοριογρφων γνοας (Histoires XII, 28, 2-5)2.

  • 3  Sur les rapports entre la rhétorique et l’histoire, nous renvoyons tout particulièrement aux Actes (...)

2Le sujet pouvait certes toucher à des problèmes déjà amplement traités, tels celui de la vérité, relative en soi, du récit historique, du rôle de la rhétorique3, qu’elle déforme les faits par une volonté consciente de propagande personnelle ou de persuasion ou, comme le lui reproche Polybe, par excès de style et / ou ignorance des réalités du terrain. Dans le texte polybien, toutefois, l’expérience politique est indissociable des deux autres éléments fondamentaux de l’enquête historique que sont la recherche documentaire et l’enquête sur le terrain. Elle n’y est privilégiée que parce qu’elle permet seule, avec une appréhension de la réalité plus experte pour le choix des questions, l’examen des données ou la mise en valeur de ce qui peut faire sens, de rendre efficients les deux autres moyens de l’enquête comme la mise en forme historique. Ainsi centrée sur cette singularité des compétences pratiques et politiques de celui qui enquête, interprète et rend compte des événements, la question posée conduisait donc à s’intéresser plus précisément à une écriture de l’histoire peut-être rendue différente et à la présence du narrateur dans son texte, à ses choix narratifs, ou de stylisation de la réalité, ou de construction du récit pour donner sens aux événements, comme à celle du destinataire visé. En outre, la dichotomie polybienne entre temps de l’action et temps d’écriture de l’histoire, situation imposée à l’origine plus que véritable choix pour l’homme d’État mégalopolitain déporté à Rome, invitait cependant à réfléchir plus précisément à la signification d’une telle partition et de cette double temporalité, recul pris par rapport aux événements mais aussi temps de retard de l’écriture.

3Conformément à la nature même de l’I.S.T.A., ceux qui ont accepté d’intervenir abordaient aussi bien le sujet en historiens qu’en littéraires et philologues et, avec Machiavel, Pedro Mexía ou Jean-Baptiste Gail, une place avait délibérément été ménagée à la réception de l’antiquité et à la confrontation des époques. Les débats n’ont pas manqué de s’enrichir de cette complémentarité disciplinaire indispensable et effective, comme de l’apport et de la confrontation des différentes communications, des questions et discussions nées lors de ces trois journées très actives de réflexion commune.

4Dans la réorganisation des contributions qui sont résultées de ces journées, trois lignes de force ont essentiellement été privilégiées : « Le narrateur et les choix critiques du destinataire », « Action politique et mémoire collective », « Le narrateur, le pouvoir et l’histoire ». Elles ne visent qu’à indiquer au lecteur, jusque dans la précision des sous-titres, une cohérence d’ensemble et le fil directeur des deux volumes, mais sans pouvoir assurément rendre compte de la richesse et de la précision de chaque article.

5La première, méthodologique, n’était pas prévue, mais il est apparu important d’ouvrir ces deux volumes sur le rôle, dans la réception du texte, de ce destinataire un peu différent qu’est l’historien ou le philologue, voire l’archéologue. Car, si celui-ci reste un enquêteur et un confrontateur des sources, il est rarement à la fois chercheur en bibliothèque et homme de terrain et, de manière rarissime — même si nous tenons à remercier ici le député J. Pinard qui, historien mais également ancien parlementaire, Conseiller général honoraire et ancien conseiller municipal, a accepté d’ouvrir le colloque par une communication sur « La politique et l’histoire » —, homme (ou femme) d’action. Comment, sans expérience pragmatique (au sens polybien), lit-on l’histoire d’un narrateur-homme d’action ? Or les choix raisonnés d’Arrien face à des sources parfois dissonantes ou le travail d’un Jean-Baptiste Gail examinant comme il se doit ses manuscrits, mais en s’armant de cartes et en remettant en cause telle traduction habituellement acceptée mais en l’occurrence géographiquement aberrante, sont autant de rappels dans la manière d’aborder et parfois de réexaminer le texte historique, comme l’est la mise à jour inédite de stratagèmes d’écriture dont, concernant César, nous pensions pourtant être tous avertis, ou encore la discussion serrée des différentes dates possibles d’une œuvre, en fonction des circonstances et de la mémoire collective des événements auxquels est confronté le narrateur.

6Ce jeu sérieux des orateurs et des historiens avec la mémoire collective qui, quand ils remettent en forme les discours prononcés au cœur de l’action ou interprètent l’histoire, les lie dans une influence réciproque à leurs destinataires, contemporains des événements ou narrataires plus intemporels, a précisément été, au-delà de l’étude très précise de l’utilisation de l’histoire au service de la cause engagée — et avec toutes les modulations différentes et singulières que celle-ci requiert —, l’une des autres lignes de force du colloque : construction de la mémoire à partir d’un fonds commun rendu présent et réinventé selon l’époque, voire mis en scène et instrumentalisé, mais refiguration le plus souvent qui, au-delà de la dimension et des raisons singulières de celui qui se fait la voix de la cité telle qu’elle doit être, fait sens et crée des modèles civiques.

7Il y aurait pourtant un véritable piège à toujours confondre dans l’histoire, telle que la cerne, l’interprète et l’écrit l’homme d’action, le ktèma es aiei et la leçon effective, comme si le passé devait toujours être perçu comme une référence exemplaire ou comme si, en (ré)ordonnateur tout-puissant et coupé des contraintes spatio-temporelles, le narrateur écrivait indépendamment d’une époque, d’un destinataire ou, a fortiori quand il est acteur politique, des éventuels choix discutables, censures ou pressions du pouvoir en place : ces considérations comme la confrontation entre trois statuts différents, un Thucydide choisissant d’écrire une histoire signifiante et exemplaire en observateur et analyste politiquement très lucide, mais retiré — au moins dans les faits — des affaires, un Machiavel plus ou moins libre de son écriture et trouvant dans la mise en forme de son texte ses chemins de liberté, un Pedro Mexía destiné à devenir chroniqueur officiel de l’Empereur, qui écrit sensiblement à même date que Machiavel, mais sans prendre de précaution d’expression particulière, et pour qui le passé fait la gloire du présent et de Charles-Quint, invitaient à examiner de plus près le narrateur « intime », celui qui est inscrit dans la trame du texte et explicite, masque ou fait entendre sa voix de manière détournée, en fonction de la signification qu’il veut donner à ce qu’il dit ou de sa relation au pouvoir. Dès lors, et sans ici aucune des nuances qu’apporte chacun des articles, trois cas apparaissent dans le rapport à l’histoire : le choix, dans le cas de Thucydide ou de Polybe, d’un point de vue olympien de philosophie politique, indissociablement lié à une maîtrise très consciente de l’organisation et de la structure de l’œuvre et, conséquemment dans le même temps, de chaînes d’événements qui font sens : l’histoire, c’est bien connu, peut instruire si on la rend lisible parce qu’indépendamment d’un très hypothétique et improbable retour d’événements à l’identique, demeure une constante essentielle, les motivations et les réactions humaines à l’événement — mais ce qui est plus précisément analysé est la manière dont l’explication et la leçon politiques sont traduites et parfois transcrites dans le détail narratif du texte ; la volonté, en second lieu, d’infléchir autant que possible la politique en place en recourant à des modèles parénétiques et en les faisant valoir ; enfin et, à l’inverse cette fois, loin de toute valorisation d’un passé qui minorerait la valeur du présent ou le déprécierait, l’engagement conscient et assumé dans le présent, à l’époque des sophistes de la sophistique renaissante notamment, engagés dans la vie politique et proches du pouvoir ; dans leur recherche d’un équilibre entre action pleinement accomplie et effort de perfection intellectuelle, la rhétorique est la discipline privilégiée, et l’homme d’action n’est guère historien. Aussi le passé, quand il est convoqué, vient-il plutôt mettre en valeur le présent. Avec la place ainsi faite dans la réflexion à la position du narrateur par rapport au passé, il s’agissait de s’interroger aussi sur la manière dont une société se situe et se définit (ou non) par rapport à son passé et à l’histoire, et d’en examiner les conséquences sur la manière dont s’écrit (ou non) celle-ci.

8La variété des questions et des approches comme les hypothèses et les parcours des différentes contributions montrent néanmoins, s’il en était besoin, que ces deux volumes ne constituent qu’une étape de réflexion. Aussi les vingt articles réunis dans ces deux volumes proposent-ils au lecteur d’emprunter avec eux et d’explorer à son tour les pistes de recherche qui nous ont activement réunis lors du colloque de Besançon.

Aux institutions sans lesquelles cette rencontre n’eût pas été possible, nous tenons, pour finir, à exprimer nos remerciements : le Conseil Régional de Franche-Comté, la Ville de Besançon, le Conseil Général du Doubs, mais aussi la Direction des relations internationales de l’Université de Franche-Comté et l’Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité (E .A. 4011). À l’I.S.T.A., en outre, ma reconnaissance va à Georges Tirologos, pour avoir certes créé l’affiche du colloque, mais, plus encore, pour avoir passionné les intervenants et le public par une démonstration archéologique encore inédite. Elle va aussi, pour son indéfectible soutien dans toutes les étapes de la préparation du colloque, à Antonio Gonzales, le Directeur de l’I.S.T.A et le Doyen de l’U.F.R., comme à François Grosdemouge, qui a fixé des instantanés de ces journées et les a mis sur le site de l’I.S.T.A. À Pascal Payen qui, à quelques jours d’ouvrir à Toulouse son colloque sur Thucydide, nous a fait l’amitié de sa présence, comme aux intervenants, venus parfois de bien loin malgré des obligations concomitantes ou chercheurs de l’I.S.TA., je tiens à dire mon amicale gratitude. Avant même l’établissement du programme scientifique du colloque, fruit d’une vraie correspondance, et jusque dans les échanges d’idées, accords, questions, remises en question nécessaires, lors du colloque et ensuite, ils ont été présents.

Enfin, la publication des Actes du colloque dans les Cahiers des études anciennes procède d’une double collaboration réussie : amicale et fructueuse tout d’abord, et je voudrais remercier tout particulièrement Pascale Fleury de son efficacité exemplaire comme de la précision de sa relecture de l’ensemble ; institutionnelle, ensuite, un accord ayant été pris de longue date avec Antonio Gonzales, Pascale Fleury et Dominique Côté pour que ce troisième colloque de Besançon soit, sous les réserves d’usage, publié dans les Cahiers des études anciennes. Nous sommes de même convenus, lors du colloque, d’une parution, sous les mêmes réserves d’usage, du prochain colloque organisé à Ottawa dans les Dialogues d’histoire ancienne. Puisse cette autre rencontre se faire sous les mêmes heureux auspices et connaître toute la réussite scientifique et humaine que, au nom de l’équipe et des intervenants du colloque de Besançon, je souhaite à nos collègues et amis canadiens.

Haut de page

Notes

1  Jeux et enjeux de la mise en forme de l’histoire. Recherches sur le genre historique en Grèce et à Rome (sous la direction de M.‑R. Guelfucci), à paraître dans les Dialogues d’histoire ancienne, Suppléments 4.1 et 4.2, 2010.

2 La traduction est la nôtre.

3  Sur les rapports entre la rhétorique et l’histoire, nous renvoyons tout particulièrement aux Actes du colloque de Québec (13 au 15 octobre 2005), Rhétorique et historiographie (Pascale Fleury, ed.), Cahiers des études anciennes, vol. XLII (2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Rose Guelfucci, « Préface », Cahiers des études anciennes, XLVI | 2009, 7-14.

Référence électronique

Marie-Rose Guelfucci, « Préface », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVI | 2009, mis en ligne le 25 février 2010, consulté le 03 septembre 2014. URL : http://etudesanciennes.revues.org/159

Haut de page

Auteur

Marie-Rose Guelfucci

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers des études anciennes

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org