Navigation – Plan du site
I. Le narrateur et les choix critiques du destinataire
I.1 Action, histoire et philologie: lectures critiques des sources

Ptolémée narrateur de la campagne indienne d’Alexandre dans l’Anabase d’Arrien

Claire Muckensturm-Poulle
p. 15-30

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Arrien, historiographie, Ptolémée, sources
Haut de page

Texte intégral

  • 1  C. Gorteman, « Basileus philalêthês », Cahiers d’Égypte, 33 (1958), p. 256-267.

1Dès les premières lignes du proème de l’Anabase (2), Arrien explique que, parmi la masse des ouvrages variés et contradictoires sur Alexandre, il a retenu comme sources essentielles Ptolémée et Aristobule pour deux raisons : d’une part, ce sont des témoins oculaires et ils sont donc précieux pour un historien qui écrit environ quatre cents ans après les faits relatés ; d’autre part, ils ne peuvent être soupçonnés de complaisance à l’égard du conquérant (du moins selon Arrien) puisqu’ils ont écrit après sa mort. Mais pour Ptolémée, Arrien ajoute à ces deux critères celui de la véracité royale : le Lagide est digne de foi « parce qu’il était roi lui-même et qu’il était plus honteux pour lui que pour un autre de mentir ». Ce critère de véracité, fondé sur la condition de celui qui écrit, n’a rien de naïf ; C. Gorteman1 a bien montré qu’il s’explique aisément si on le replace dans le contexte des discours sur la royauté qui, sous Trajan et Hadrien, élaborent des principes destinés à guider la conduite des empereurs. Les mensonges d’un monarque, qui est plus exposé que quiconque à la vue de tous, sont plus facilement dévoilés et le menteur risque davantage de honte s’il est démasqué. À l’époque où écrit Arrien, l’idéal que l’on propose aux empereurs et qu’ils s’efforcent de suivre est qu’ils ne doivent ni même ne peuvent mentir. Par conséquent, si Arrien a choisi Ptolémée comme source principale de l’Anabase, c’est avant tout, selon C. Gorteman, en raison de ces idéaux.

  • 2  Le récit de la campagne indienne d’Alexandre dans l’Anabase commence en IV, 22, 3, par la marche v (...)

2Néanmoins, on peut déceler d’autres raisons qui sont moins liées au contexte intellectuel contemporain de l’historien, mais qui expliquent qu’Arrien ait fait de l’homme d’action Ptolémée à la fois un personnage majeur et une source essentielle de l’Anabase. Nous nous limiterons toutefois à la partie du récit où le Lagide joue un rôle important, c’est-à-dire au récit de la conquête de l’Inde2.

3Si Arrien se réfère au témoignage de Ptolémée, c’est avant tout parce qu’il lui semble le plus exact ; et de fait, il est très vraisemblable que le récit de Ptolémée ait eu la précision d’un rapport militaire. Ce goût d’Arrien pour l’κρίβεια se manifeste d’abord par la restitution la plus exacte possible du cadre spatio-temporel. Outre l’utilisation, commune à tout historien, du cadre chronologique des années et des saisons (par exemple Arrien précise en IV, 22, 3 qu’Alexandre quitta Bactres « à la fin du printemps »), Ptolémée recourt à des repères journaliers beaucoup plus précis pour reconstituer la chronologie détaillée d’une opération. Ainsi, le récit de la prise de la Roche Aornos est jalonné par différents marqueurs :

4Cet exemple montre que la chronologie établie par Ptolémée est extrêmement fine : non seulement il subdivise la durée totale de l’opération en temps des approches et en temps des travaux, mais il parsème son récit d’indications horaires qui permettent au lecteur de situer les événements à un moment précis de la journée.

  • 3  Sur le motif du franchissement dans l’Anabase, voir C. Jacob, « Alexandre et la maîtrise de l’espa (...)

5Ptolémée tient d’autre part à reconstituer de la façon la plus exacte possible le paysage dans lequel évoluent les troupes d’Alexandre. Quand il décrit les montagnes, les forêts et les fleuves, il ne manifeste aucun goût de l’exotisme, aucun sens du pittoresque, mais il présente ces éléments de paysage en stratège et en topographe. Ainsi, en V, 20, 8, Arrien se réfère à Ptolémée pour indiquer la largeur de l’Akésinès. Mais avant de donner la mesure chiffrée — quinze stades —, il emprunte à l’historien compagnon d’Alexandre sa description détaillée de tous les dangers qui ont menacé les troupes d’Alexandre au moment de la traversée3 — courants violents, rochers énormes aux arêtes très tranchantes —, afin que le lecteur comprenne que cette traversée s’est faite là où l’Akésinès est le plus large, donc en principe le moins tumultueux. De façon assez surprenante, Arrien utilise ensuite cette largeur maximale de l’Akésinès pour corroborer ce que l’on peut supposer de la largeur de l’Indus : si l’Akésinès atteint au maximum une largeur de quinze stades, il est vraisemblable que l’Indus ait une largeur moyenne de 40 stades. Le témoignage oculaire de Ptolémée sert donc ici de caution scientifique à d’autres auteurs.

6Les lieux escarpés intéressent tout particulièrement Ptolémée : ils constituent toujours une menace quand l’ennemi les tient, une sécurité quand les Macédoniens les conquièrent. Par exemple, en V, 25, 2, Ptolémée progresse rapidement sur un terrain accidenté pour déloger les Barbares de la colline qu’ils occupent.

7Le goût de Ptolémée pour l’exactitude s’exprime aussi par l’abondance des précisions chiffrées concernant les effectifs et le matériel. Ainsi, quand il s’agit d’évaluer les forces commandées par le fils de Poros (V, 14, 3-15, 2) à la bataille de l’Hydaspe, Arrien préfère nettement le témoignage de Ptolémée à celui d’Aristobule ou d’autres historiens, sans doute ceux de la « Vulgate ». En effet, selon Aristobule, le fils de Poros ne serait venu qu’avec soixante chars, au moment où Alexandre n’avait pas encore fait débarquer son arrière-garde sur la rive occupée par les Indiens. S’il a été vaincu par Alexandre, c’est uniquement parce qu’il n’a pas pris l’initiative d’attaquer les premières troupes qui débarquaient (V, 14, 3). Alexandre aurait donc, selon Aristobule, bénéficié des erreurs de stratégie d’un Prince inexpérimenté. À l’inverse, selon d’autres sources — non nommées —, le fils de Poros serait venu avec des effectifs plus considérables et aurait attaqué les troupes d’Alexandre pendant leur débarquement (V, 14, 4).

8Pour sa part, Ptolémée affirme que le combat a eu lieu après le débarquement de toutes les troupes d’Alexandre. Il attribue aux troupes du jeune prince ennemi des effectifs bien plus élévés — deux mille cavaliers et cent vingt chars — que ceux avancés par Aristobule (V, 14, 5). C’est ici aussi au nom de la vraisemblance qu’Arrien choisit de suivre le témoignage de Ptolémée : il est impensable que Poros n’ait fourni à son fils que 60 chars qui auraient été à la fois trop lourds pour une simple mission de reconnaissance et trop peu nombreux pour en découdre vraiment avec l’ennemi. Le sérieux de l’estimation chiffrée de Ptolémée crédibilise aux yeux d’Arrien sa version des événements : par conséquent, il le croit quand il affirme que les Indiens commandés par le fils de Poros plièrent dès qu’ils virent la cavalerie d’Alexandre et s’enfuirent dès qu’elle se mit à charger (V, 15, 1-2). Arrien procède donc ici à une critique comparative entre Ptolémée, Aristobule et d’autres sources et considère Ptolémée comme le plus digne de foi.

  • 4  Voir P. A. Brunt, Arrian. History of Alexander II, Londres, Heinemann (Coll. Loeb), 1983, appendix (...)

9En VI, 2, 4, Arrien se réfère à Ptolémée pour préciser le nombre de bateaux qui composaient la flotte d’Alexandre lorsqu’il s’appprêtait à descendre l’Hydaspe : « selon Ptolémée, que je suis le plus volontiers, le nombre total des navires se montait à quatre-vingts navires de trente rameurs ; et la totalité des bateaux, y compris les transports de chevaux, les vaisseaux légers et les embarcations fluviales qui naviguaient depuis longtemps sur le fleuve […] atteignait ou peu s’en faut le chiffre global de deux mille ». Par l’emploi du superlatif μάλιστα qui a une valeur de comparatif général, Arrien rappelle qu’il préfère Ptolémée à toutes les autres sources et suggère discrètement qu’il conteste les chiffres de la « Vulgate ». En effet, Diodore parle de deux cents vaisseaux non pontés (φρακτοι) et de huit cents bateaux de service (XVII, 95, 5). Il est possible que les deux-cents φρακτοι comprennent à la fois les quatre-vingts navires de trente rameurs dont parle Ptolémée et les autres grands vaisseaux qui servent au transport de chevaux, mais, au total, on est loin des deux mille bateaux comptés par Ptolémée. Quinte‑Curce arrive lui aussi à un total de moitié inférieur à celui indiqué par Ptolémée (IX, 3, 22). P. A. Brunt suggère que le chiffre avancé par Ptolémée est deux fois plus élevé parce qu’il inclut mille petites embarcations fluviales réquisitionnées par Alexandre4. Bien qu’Arrien ne se réfère qu’à Ptolémée, la mention explicite de cet historien sous-entend ici une contestation des autres sources.

  • 5  J. Seibert, Untersuchungen zur Geschichte Ptolemaios’I, Munich, Beck, 1969, p. 21.
  • 6  H. Tonnet, Recherches sur Arrien, sa personnalité et ses écrits atticistes, T.1, Amsterdam, Hakker (...)
  • 7  Quinte-Curce, VIII, 10, 21.
  • 8  A. B. Bosworth, Commentary on Arrian’s History of Alexander, T.1, Oxford, Clarendon Press, 1995, p (...)

10C’est aussi en se fiant à Ptolémée qu’Arrien, en IV, 25, 4, fait le bilan chiffré d’une bataille qui a été menée conjointement par les troupes de Ptolémée, d’Alexandre et de Léonnatos dans la région d’Arigéon : « et Ptolémée dit qu’il y eut en tout plus de quarante mille prisonniers et que les Macédoniens s’emparèrent de plus de deux cent trente mille bœufs, dont Alexandre fit sélectionner les plus beaux parce qu’il voulait les envoyer en Macédoine pour le travail de la terre » (trad. Savinel, Éditions de minuit, 1984, modifiée). Les critiques ont proposé diverses hypothèses pour expliquer qu’Arrien éprouve ici le besoin de se référer explicitement à sa source. Selon J. Seibert5, Ptolémée aurait présenté ces chiffres comme le résultat obtenu par ses seuls hommes et aurait ainsi gommé le succès des deux autres chefs, Alexandre et Léonnatos. Cependant, l’adverbe πάντ qui indique clairement le caractère global du bilan donné par le Lagide nous incite à ne pas partager l’avis de J. Seibert. Selon H. Tonnet6, la référence à Ptolémée est pour Arrien une façon de souligner la fiabilité de sa source ; il oppose la précision du bilan de Ptolémée au flou de ce que dit la « Vulgate » à propos des mêmes opérations : « Ptolémée prit un grand nombre de villes et Alexandre s’empara des plus grandes »7. Mais à la différence de H. Tonnet, nous ne considérons pas ici l’exactitude comme une marque d’objectivité. Nous nous rangerons plutôt à l’avis d’A. B. Bosworth qui, trouvant ces chiffres suspects en raison de leur énormité même, considère que la référence explicite à Ptolémée est une façon pour Arrien d’introduire une distance critique entre son récit et sa source : « Arrian himself injects an element of scepticism ; he does not give the figure of his own authority and names his source »8.

  • 9  Cf. C. Muckensturm-Poulle, « Alexandre chez les Malles : techniques d’un récit dans l’Anabase d’Ar (...)
  • 10  Arrien, Anabase, VI, 11, 1.

11S’il est très précis en ce qui concerne les prises de guerre, Ptolémée semble en revanche avoir été fort discret sur le nombre des soldats macédoniens qui ont été blessés ou tués par l’ennemi, comme s’il ne voulait pas trop insister sur le lourd tribut humain que les Macédoniens ont dû payer à leur roi. Ptolémée ne décrit les blessures infligées aux Macédoniens que lorsqu’il s’agit d’Alexandre. Le roi macédonien a en effet été blessé deux fois dans cette campagne ; la première blessure, survenue lors du combat contre une ville aspasienne, était sans gravité ; et Arrien, pour en juger, se fonde sur le témoignage implicite de Ptolémée (IV, 23, 3). Pour la seconde blessure, lors de l’attaque de la capitale des Malles, Arrien oppose le témoignage de Ptolémée à celui d’autres historiens9. Il commence par citer uniquement le témoignage de Ptolémée pour décrire de façon clinique les effets physiologiques de la perforation de la poitrine du roi par une flèche ennemie : « Alexandre fut atteint d’une flèche qui pénétra la cuirasse et traversa la poitrine au-dessus du sein, de sorte que, comme le dit Ptolémée, à chaque expiration, il sortait en même temps de la blessure de l’air et du sang » (VI, 10, 1). Arrien s’interroge ensuite sur les contradictions des autres sources à propos de cette blessure. Il commence par poser le problème de l’identité de celui qui a arraché la flèche de la poitrine d’Alexandre : un médecin de Cos ou le garde du corps Perdiccas10 ? Arrien déplore ensuite de façon plus générale la prolifération des légendes relatives à cette blessure royale : « Il existe beaucoup d’autres récits de ce malheur chez les historiens, et la légende, qui les a héritées des premières versions mensongères, se perpétue encore de nos jours, et elle ne cessera jamais de transmettre ces mensonges à d’autres, indéfiniment, à moins que le présent récit n’y mette fin » (VI, 11, 2). Arrien perçoit donc sa tâche d’historien comme une restitution de la vérité qui s’oppose à toutes les falsifications de l’histoire.

  • 11  Cf Quinte-Curce, IX, 5, 21 : « Ptolémée qui fut roi par la suite, était présent à cette bataille, (...)

12Après cette remarque de portée générale, il donne trois exemples d’erreurs historiques à propos de cette blessure. La première concerne la nationalité des adversaires d’Alexandre : c’était des Malles, mais Arrien a bien du mal à faire cesser le discours universel ( πς λόγος) suivant lequel il se serait agi d’Oxydraques (VI, 11, 3). La seconde erreur porte sur le nombre de blessures subies par Alexandre : certains historiens prétendent en effet qu’Alexandre aurait été blessé d’un coup de massue sur la tête avant d’être blessé d’une flèche à la poitrine, « mais Ptolémée, fils de Lagos affirme qu’il n’a reçu que cette blessure, celle à la poitrine » (VI, 11, 7). La troisième erreur, plus grave que les précédentes, a été commise à propos du rôle qu’aurait joué Ptolémée lors de cette périlleuse attaque de la capitale des Malles : Ptolémée aurait gagné son surnom de Σωτήρ en protégeant le roi de son bouclier, d’après certains historiens qu’Arrien préfère ne pas nommer (VI, 11, 8). Il est probable qu’il pense ici à Clitarque et à Timagène11. Arrien montre ensuite que cette survalorisation du rôle de Ptolémée est contredite par Ptolémée lui-même qui affirme avoir été engagé dans une autre opération au moment où Alexandre attaquait la capitale des Malles. Dès lors, le lecteur pourrait à bon droit se poser la question de la fiabilité du témoignage du Lagide à propos d’événements auxquels il n’a pas assisté. Comment peut-il décrire de façon minutieuse la blessure du roi alors qu’il était absent ? On peut supposer qu’au moment de rédiger son Histoire d’Alexandre, il a lu attentivement les éphémérides royales qui contenaient sans doute un rapport médical très précis sur la blessure d’Alexandre chez les Malles.

  • 12  Arrien a rédigé une Tactique dans les années 136-137 ap. J.-C..
  • 13 Cf. L. Pearson, The Lost Histories of Alexander the Great, Londres, Blackwell, 1960, p. 194.

13Le récit que fait Ptolémée des conquêtes d’Alexandre en Inde a donc toutes les caractéristiques d’un rapport effectué par un officier de terrain. C’est précisément ce qui lui vaut la sympathie d’Arrien, qui était lui-même tacticien12 et qui, à ce titre, accorde un intérêt particulier aux informations qu’apporte Ptolémée sur la difficile progression des troupes d’Alexandre13. L’historien de l’époque des Antonins veut raconter les opérations militaires en spécialiste et, pour cela, reconnaît en Ptolémée l’homme d’action le plus autorisé à détailler la topographie, les effectifs ou, simplement, l’enchaînement des faits.

14Mais ces informations techniques, pour importantes qu’elles soient, comptent encore moins, aux yeux de Ptolémée, que celles qui concernent le commandement : le roi s’intéresse aux relations entre un chef de guerre et ses hommes, que ce soit chez l’ennemi ou dans les rangs macédoniens. Ainsi, Ptolémée observe que la mort d’un chef aspasien laisse les Barbares complètement désemparés et qu’elle provoque la fuite de certains d’entre eux (IV, 24, 5).

  • 14  Voir à ce propos le point de vue nuancé d’A. B. Bosworth, op. cit., p. 356.

15Mais l’importance du commandement, pour l’historien, apparaît surtout lorsqu’Alexandre refuse apparemment de tenir compte de l’avis de ses troupes et de se laisser fléchir par le discours de Coenos qui lui demande au nom de toute l’armée de ne pas traverser l’Hyphase (V, 28, 4). Pour mettre en relief l’entêtement du roi, Arrien se réfère avec une certaine emphase au témoignage de Ptolémée : « Ptolémée fils de Lagos dit ici qu’il (Alexandre) n’en offrit pas moins un sacrifice pour la traversée, mais que les victimes ne lui furent pas favorables ». La référence explicite à Ptolémée sert sans doute à suggérer le scepticisme d’Arrien. Il est en effet probable qu’Alexandre avait compris avant le sacrifice à l’Hyphase qu’il ne pouvait plus s’opposer à la volonté de ses hommes et qu’il s’était arrangé pour manipuler les signes divins de façon à ne pas perdre la face et à faire croire qu’en refusant d’aller plus à l’est, il ne faisait que se soumettre à la volonté du dieu-fleuve14. Les troupes macédoniennes ont donc réussi à vaincre leur propre chef en le faisant renoncer à ses rêves d’expansion universelle et en l’obligeant à faire demi-tour. Mais le roi des Macédoniens a su masquer son échec par la religion et Ptolémée appréciait son habileté.

16Une autre caractéristique du récit de Ptolémée, dont on peut juger d’après les indications d’Arrien, est l’attention que le Lagide porte à sa propre relation avec Alexandre. Lors du combat contre la première ville des Aspasiens, Arrien signale que Ptolémée a été blessé en même temps qu’Alexandre et Léonnatos (IV, 23, 3) ; il ne donne aucune précision sur les blessures des lieutenants royaux. Mais le simple fait de les mentionner immédiatement après celle du roi suggère que les deux officiers se sont comportés aussi vaillamment que le commandant en chef.

  • 15  Pour les Stoïciens, l’impulsion constitue la seconde grande faculté de l’âme. Cf. Arrien, Les Entr (...)
  • 16  Voir Iliade III, 358 ; IV, 136 ; VII, 252 ; XI, 436. Cf. aussi B. Fenik, « Typical Battle Scenes i (...)
  • 17  Voir A. B. Bosworth, op.cit., p.162.

17De vaillant garde du corps, Ptolémée devient un officier exceptionnel par son courage et son esprit d’initiative, deux jours plus tard, au moment où il prend l’initiative d’un combat singulier contre le chef des Aspasiens (IV, 24, 3-5). Soit par fidélité à sa source principale, soit par sympathie personnelle pour le Lagide, Arrien choisit en effet de donner un relief particulier à l’action de Ptolémée. Après avoir rapidement indiqué que toutes les troupes d’Alexandre sont occupées à poursuivre les Barbares qui fuient leur capitale en flammes, il focalise son récit sur Ptolémée. Dans un premier temps, le Lagide repère et évalue la position du chef ennemi : il se trouve sur une colline, entouré d’une troupe plus nombreuse que la sienne. Arrien ne dit pas si Ptolémée a bien jugé ou non des difficultés du terrain, il ne prend pas non plus la peine de rappeler qu’Alexandre assiste de loin à la scène, mais il donne immédiatement à voir la rapidité de réaction du Lagide : sans réfléchir à ses chances de réussite, mû par une irrépressible impulsion15 à l’action, il s’élance à cheval, puis à pied à la poursuite du chef ennemi. Arrien décrit ensuite le duel qui oppose les deux protagonistes sans faire d’analyse psychologique, sans commenter une bravoure qui rappelle aussi bien celle d’Alexandre que celle des héros homériques ; Arrien se sert du témoignage de Ptolémée pour détailler les coups : comme chez Homère, la lance du chef ennemi s’abat sur la cuirasse de Ptolémée sans la transpercer16, ce qui permet au héros de porter un coup fatal à son adversaire en lui transperçant la cuisse. A. B. Bosworth17 objecte que ce dernier coup n’a pas dû être aussi mortel que l’a prétendu Ptolémée et que dans la réalité, Ptolémée a dû achever son ennemi déjà bien mal en point. Mais soit en raison du silence de sa source, soit par refus d’un effet trop facile d’horreur sanglante, Arrien ne s’appesantit pas sur les derniers moments du chef ennemi ; il préfère montrer Ptolémée en train de dépouiller son cadavre. Puis il revient à un plan d’ensemble pour décrire la vigoureuse contre-attaque des Indiens qui descendent à toute allure des montagnes environnantes pour récupérer le cadavre de leur chef. Dès lors, le tempo du récit s’accélère : Arrien suggère rapidement que Ptolémée aurait pu se trouver en fort mauvaise posture si Alexandre n’était pas immédiatement intervenu pour sauver son lieutenant, disperser l’ennemi et récupérer la dépouille du chef indien. Ainsi, l’initiative courageuse du subordonné ne serait rien sans le soutien rapide du chef. Loin d’être éclipsé par son lieutenant, Alexandre apparaît ici comme le sauveur de celui qui prendra plus tard pour lui-même l’épithète de « sauveur ». Mais jugeant que les faits parlent d’eux-mêmes, Arrien n’estime pas utile de le souligner.

  • 18  Arrien, Anabase, IV, 24, 8-10.
  • 19  Voir J. Seibert, op.cit., p. 22.

18Dans ce même chapitre IV, 24, un autre épisode18 met en avant l’esprit d’initiative de Ptolémée : envoyé par Alexandre pour fourrager aux environs d’Arigéon, il a l’idée d’effectuer une mission de reconnaissance pour compter les feux ennemis. En bon observateur, il remarque qu’ils sont plus nombreux que ceux d’Alexandre et il en avertit immédiatement le roi. Arrien ne nous dit rien de la confiance qu’a Alexandre envers son subordonné, mais il suggère qu’elle n’est pas totale puisqu’après ce rapport, le conquérant tient à se rendre compte par lui-même de la situation. Après avoir constaté la justesse de l’estimation de Ptolémée, il envoie à l’attaque une partie de son armée en la divisant en trois corps commandés respectivement par Léonnatos, Ptolémée et lui-même. Contrairement à ce qu’affirme J. Seibert19, Arrien ne met pas Ptolémée dans une position de supériorité par rapport à Alexandre. C’est en effet Alexandre qui attaque le groupe d’ennemis le plus nombreux et qui remporte la victoire la plus facile (IV, 24, 10). Mais comme le récit d’Arrien se fonde implicitement sur celui de Ptolémée, il est inévitable que l’opération conduite par le Lagide soit décrite de façon plus détaillée que celles conduites par le roi et par Léonnatos. Le lecteur est ainsi informé de la composition précise des troupes commandées par Ptolémée ainsi que des difficultés de leur progression (IV, 24, 10 ; V, 25, 2), alors qu’il n’apprend rien sur le détachement commandé par Léonnatos, si ce n’est sa victoire (V, 25, 3). En insistant sur les difficultés d’un terrain très accidenté et sur le caractère extrêmement belliqueux de l’ennemi, Ptolémée sait mettre en valeur l’opération qu’il a commandée, mais il semble avoir eu le bon goût de ne pas insister sur le fait qu’aucune victoire n’aurait été possible s’il n’avait pas pris lui-même l’initiative d’une mission de reconnaissance.

  • 20  Voir J. Seibert, op. cit., p. 22-23.
  • 21  Voir H. Tonnet, op. cit., p. 193.

19En IV, 29, à l’occasion du siège de la Roche Aornos, Ptolémée joue également un rôle important. Après avoir été informé par des indigènes de l’existence sur le Rocher d’un emplacement escarpé dont la possession permettrait de s’emparer plus facilement de la citadelle, Alexandre désigne Ptolémée pour s’emparer de cet emplacement. Ici encore, Arrien juge inutile de justifier la décision royale. Mais le lecteur comprend qu’elle est due aux aptitudes exceptionnelles du Lagide. Alexandre sait que Ptolémée sera capable de suivre avec ses hommes une δν τραχεῖάν τε κα δύσπορον, « un chemin étroit et impraticable » (IV, 29, 2), parce qu’il a toutes les qualités pour réussir une opération de commando en terrain difficile. Au début de l’opération, tout se passe comme l’a ordonné Alexandre : Ptolémée réussit à atteindre l’emplacement et à le fortifier (IV, 29, 2). Mais le lendemain, quand les troupes d’Alexandre veulent rejoindre la position de Ptolémée, elles sont surprises à la fois par les difficultés du terrain et la combativité de l’ennemi, tant et si bien qu’elles sont obligées de reculer. Les ennemis se retournent aussi contre Ptolémée qui réussit cependant à tenir la position (IV, 29, 3). Dans la nuit, Alexandre fait parvenir à Ptolémée une lettre dans laquelle il lui ordonne de ne pas se contenter de garder la position, mais de procéder dès le lendemain à une nouvelle attaque des Barbares qui devra se produire au moment précis où Alexandre repartira lui aussi à l’assaut des troupes ennemies (IV, 29, 4). J. Seibert20 ne croit pas que les événements se soient déroulés aussi simplement que le dit Ptolémée. Il suppose que Ptolémée a cherché à dissimuler sa responsabilité dans l’échec des opérations du premier jour. Il faudrait donc lire l’ordre d’Alexandre comme un reproche masqué. H. Tonnet21 conteste cette thèse en faisant remarquer que si Ptolémée avait pris l’initiative d’attaquer l’ennemi dès le premier jour, il aurait risqué de perdre la position. Avec un sens aigu de la discipline militaire, le Lagide a donc jugé qu’il était plus prudent d’attendre les instructions royales.

  • 22  Ce sont les mois du printemps et de l’été 326. Cf. la chronologie de P. Savinel,Arrien, l’Anabase (...)

20Selon J. Seibert, la faute de Ptolémée expliquerait qu’Alexandre ne lui ait plus confié de mission importante dans les autres opérations de conquête du Nord-Ouest de l’Inde. De fait, Ptolémée joue un rôle plus discret dans les mois qui suivent la prise de la Roche Aornos22. Lors des grandes opérations qu’ont constituées la traversée de l’Hyphase (V, 13, 1) et la bataille contre Poros (V, 14), le lecteur apprend seulement qu’en tant que garde du corps, le Lagide est resté dans l’entourage immédiat du roi. Mais dès la fin du livre V, Ptolémée participe activement à des opérations importantes et semble donc bénéficier à nouveau de la confiance royale.

21Lors du siège de Sangala, Alexandre le place à l’endroit où s’interrompt la palissade construite par les Macédoniens, avec l’ordre d’empêcher la sortie des Barbares (V, 23, 7). Ptolémée prend alors une initiative originale et efficace : il remédie à l’interruption de la palissade en construisant un rempart de fortune, avec des chariots abandonnés par l’ennemi (V, 24, 1). Grâce à ce dispositif ingénieux, il réussit à repousser avec ses seules troupes un assaut nocturne des assiégés (V, 24, 3). Ptolémée se révèle donc ici à la fois un brillant officier du génie et un excellent combattant qui n’a plus besoin de l’aide du roi pour contenir l’ennemi.

22Au début du livre VI, Ptolémée se voit confier une mission plus classique de ratissage : lors de la conquête du pays des Malles, il est en effet responsable de l’arrière-garde, avec l’ordre de suivre Alexandre à trois jours d’intervalle et d’intercepter ceux des ennemis qui fuiraient le Conquérant en retournant sur leurs pas (VI, 5, 5).

23Ainsi, Ptolémée donne l’image d’un officier parfaitement digne de la confiance d’Alexandre : il sait prendre des initiatives et remplir quand il le faut les fonctions d’éclaireur et de tacticien ; il sait aussi rester à sa place de second, attendre les ordres et ne jamais contrecarrer la volonté royale : avant de devenir lui-même un roi, Ptolémée a su obéir à son roi.

  • 23  G. Wirth, RE XXIII, 2, « Ptolemaios I als Schriftsteller und Historiker », col. 2476, 2-5. Voir au (...)
  • 24  C’est très net en V, 15, 2.

24Si Ptolémée ne conteste jamais les décisions de son chef, c’est parce qu’il lui voue une immense admiration. À travers les références que donne Arrien, le lecteur devine que l’homme d’action Ptolémée est fasciné par la rapidité des réactions de l’homme d’action Alexandre. Ptolémée a compris que, chez son chef, cette ξύτης ne relève pas de l’improvisation, mais d’une stratégie délibérée. Comme l’a montré G. Wirth23, l’Alexandre de Ptolémée est un maître de la surprise : il sait fondre sur l’ennemi avant qu’il ait le temps de réagir et provoquer ainsi sa démoralisation, puis sa défaite24. Ainsi, quand le roi Ptolémée rédige son Histoire d’Alexandre, il ne peut qu’admirer a posteriori les talents d’observateur et de décideur de celui qui a été son souverain.

25Au total, si Ptolémée est pour Arrien la meilleure source pour l’Anabase, ce n’est pas seulement parce qu’il est un roi qui, à ce titre, est un témoin plus digne de foi qu’un simple particulier, comme ce serait le cas en justice ; ce n’est pas non plus seulement parce qu’il est un témoin oculaire, même en situation privilégiée, comme l’est aussi Aristobule ; c’est aussi parce qu’il est l’acteur des événements qu’il raconte et un spécialiste de l’art de la guerre. Les références explicites d’Arrien mettent en valeur sa précision dans la topographie ou pour les renseignements chiffrés ; les références implicites (celles où Arrien, sans citer le nom de Ptolémée, n’a pu prendre ses informations qu’auprès de lui) montrent un excellent officier, qui admire son chef et lui obéit : le roi d’Égypte devait exposer, dans son récit, comment il avait appris le métier de monarque auprès du meilleur modèle qui soit, Alexandre lui-même, dont il devait paraître, de ce fait, le digne successeur. On sent ainsi l’admiration de l’officier Arrien pour le courage et la loyauté de Ptolémée, lui-même officier d’Alexandre : c’est cette continuité et cette filiation de la vertu militaire qui, tout à la fois, aux yeux d’Arrien, constituait le meilleur critère de véracité et justifiait sa propre admiration.

Haut de page

Notes

1  C. Gorteman, « Basileus philalêthês », Cahiers d’Égypte, 33 (1958), p. 256-267.

2  Le récit de la campagne indienne d’Alexandre dans l’Anabase commence en IV, 22, 3, par la marche vers l’Inde et se termine en VI, 22, 3, au moment où après avoir obtenu la soumission des Orites, Alexandre quitte l’Inde pour la Gédrosie.

3  Sur le motif du franchissement dans l’Anabase, voir C. Jacob, « Alexandre et la maîtrise de l’espace : l’art du voyage dans l’Anabase d’Arrien », Quaderni di storia XVII, 34 (1991), p. 5-40.

4  Voir P. A. Brunt, Arrian. History of Alexander II, Londres, Heinemann (Coll. Loeb), 1983, appendix 25, 2, p. 519.

5  J. Seibert, Untersuchungen zur Geschichte Ptolemaios’I, Munich, Beck, 1969, p. 21.

6  H. Tonnet, Recherches sur Arrien, sa personnalité et ses écrits atticistes, T.1, Amsterdam, Hakkert, 1988, p. 192.

7  Quinte-Curce, VIII, 10, 21.

8  A. B. Bosworth, Commentary on Arrian’s History of Alexander, T.1, Oxford, Clarendon Press, 1995, p. 164.

9  Cf. C. Muckensturm-Poulle, « Alexandre chez les Malles : techniques d’un récit dans l’Anabase d’Arrien », à paraître dans M.‑R. Guelfucci (ed.), Jeux et enjeux de la mise en forme de l’histoire. Recherches sur le genre historique en Grèce et à Rome (Suppléments aux DHA 4, 2), 2010.

10  Arrien, Anabase, VI, 11, 1.

11  Cf Quinte-Curce, IX, 5, 21 : « Ptolémée qui fut roi par la suite, était présent à cette bataille, d’après ce qu’affirment Clitarque et Timagène ». On sait que Clitarque, qui n’a pas participé personnellement aux campagnes d’Alexandre écrivit, sous Ptolémée Ier, une Histoire d’Alexandre qui était un monument à la gloire d’Alexandre et de Ptolémée. Timagène semble au contraire avoir été beaucoup plus critique vis-à-vis du Macédonien.

12  Arrien a rédigé une Tactique dans les années 136-137 ap. J.-C..

13 Cf. L. Pearson, The Lost Histories of Alexander the Great, Londres, Blackwell, 1960, p. 194.

14  Voir à ce propos le point de vue nuancé d’A. B. Bosworth, op. cit., p. 356.

15  Pour les Stoïciens, l’impulsion constitue la seconde grande faculté de l’âme. Cf. Arrien, Les Entretiens d’Épictète III, 2, 2.

16  Voir Iliade III, 358 ; IV, 136 ; VII, 252 ; XI, 436. Cf. aussi B. Fenik, « Typical Battle Scenes in the Iliad », Hermes, 21 (1988), p. 196-197.

17  Voir A. B. Bosworth, op.cit., p.162.

18  Arrien, Anabase, IV, 24, 8-10.

19  Voir J. Seibert, op.cit., p. 22.

20  Voir J. Seibert, op. cit., p. 22-23.

21  Voir H. Tonnet, op. cit., p. 193.

22  Ce sont les mois du printemps et de l’été 326. Cf. la chronologie de P. Savinel,Arrien, l’Anabase d’Alexandre le Grand, Paris, Éditions de minuit, 1984, p. 9 et 10.

23  G. Wirth, RE XXIII, 2, « Ptolemaios I als Schriftsteller und Historiker », col. 2476, 2-5. Voir aussi H. Tonnet, op. cit., p. 202.

24  C’est très net en V, 15, 2.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/162/img-1.png
Fichier image/png, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Muckensturm-Poulle, « Ptolémée narrateur de la campagne indienne d’Alexandre dans l’Anabase d’Arrien », Cahiers des études anciennes, XLVI | 2009, 15-30.

Référence électronique

Claire Muckensturm-Poulle, « Ptolémée narrateur de la campagne indienne d’Alexandre dans l’Anabase d’Arrien », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVI | 2009, mis en ligne le 25 février 2010, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://etudesanciennes.revues.org/162

Haut de page

Auteur

Claire Muckensturm-Poulle

Université de Franche-Comté ISTA EA 4011

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers des études anciennes

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org