Navigation – Plan du site
I. Le narrateur et les choix critiques du destinataire
I.1 Action, histoire et philologie: lectures critiques des sources

Jean-Baptiste Gail, une lecture de Thucydide au XIXe siècle

Olivier Battistini
p. 31-54

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Gail, philologie, postérité, Thucydide
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Père René Rapin, Jésuite (1621-1687). Voir La Réflexion sur la Poétique d’Aristote, Les Ouvrages d (...)
  • 2  Jean-François Delharpe ou Delaharpe, dit La Harpe (1739-1803) critique français, auteur en particu (...)
  • 3  Voir J.-B. Gail, « Mémoire sur Thucydide », Histoire grecque de Thucydide, volume IX, p. 1-2. Gail (...)
  • 4  Ainsi J.-B. Gail dans ses « Réflexions de Thucydide sur la nature des factions dans la Grèce, liv. (...)
  • 5  Cité par J.-B. Gail, « Mémoire sur Thucydide », Histoire grecque de Thucydide, volume IX, p. 32. L (...)

1Pour Jean-Baptiste Gail, « Thucydide n’est connu que par extraits, […] presque par lambeaux, dans les plus célèbres écoles d’Europe, et manque absolument aux écoles françaises. On cessera de s’en étonner, en réfléchissant sur l’extrême difficulté de mettre entre les mains des jeunes gens un ouvrage qui n’est que dans celles d’un petit nombre de savants en Europe ; un ouvrage, que les critiques anciens comme Denys d’Halicarnasse, que des modernes comme le père Rapin1, La Harpe2 surtout, me semblent n’avoir étudié que dans de mauvaises versions ; un ouvrage enfin, qui a le sort de tout ce qui est grand, élevé, difficile, celui d’être peu connu et plus mal apprécié »3. La Harpe, le Père Rapin et Duker doivent, selon J.-B. Gail, leurs préventions à Denys d’Halicarnasse « qui revient à tout moment sur Thucydide avec une sorte d’acharnement ». On comprend, dans ces conditions, « les grandes erreurs » dans le jugement de La Harpe4. Pour ce dernier, Thucydide a deux défauts opposés : « Il est trop concis dans sa narration, et trop long dans ses harangues ». L’historien, ajoute La Harpe, « a beaucoup de pensées, mais elles sont quelquefois obscures ; il a dans son style la gravité d’un philosophe, mais il en laisse un peu sentir la sécheresse. Aussi, le lit-on avec moins de plaisir que Xénophon, qui écrivit quelque temps après lui, et qu’on a surnommé l’Abeille attique, pour désigner la douceur de son style »5. Il souligne un certain air théâtral répandu dans son discours, un abus de figures. Sous l’influence de « l’inexorable et injuste censure de Denys », le Père Rapin se contredit souvent, affirmant, par exemple, toujours selon J.-B. Gail, que Thucydide ne s’amuse point aux ornements, que sa manière est sèche, qu’il se laisse aller à une sécheresse de style qui rend son discours dur et décharné. Quelques pages plus loin, pourtant, il dit que l’historien a une hardiesse d’imagination, des traits, des couleurs que les autres n’ont point. Ailleurs encore, il remarque qu’il a des couleurs éclatantes, des traits animés, une multitude d’images, des expressions un peu tragiques. Enfin, dans sa Comparaison entre Thucydide et Tite-Live, il parle honorablement de l’historien athénien : « les siècles qui l’ont suivi se sont humiliés devant lui »…

2Notre dessein est de rendre compte de la place particulière occupée par J.-B. Gail dans la réception de Thucydide au XIXe siècle, et de l’importance de sa traduction à partir de la collation des manuscrits, l’intérêt et la richesse de ses commentaires.

  • 6  Plus tard, pour E. Garsonnet, Académie des Sciences Morales, 8 déc. 1877, Thucydide est le « Créat (...)

3L’approche de Jean-Baptiste Gail est, en effet, particulièrement intéressante. En voici un exemple parmi d’autres où Thucydide est « historien philosophe », « penseur profond » et « politique consommé »6 :

  • 7  Voir J.-B. Gail, « Mémoire sur Thucydide », Histoire grecque de Thucydide, volume IX, p. 4-7.

Thucydide, plein de respect pour la divinité, mais ne se mêlant ni de la définir, ni de l’interroger, bornait sa philosophie à l’étude de la morale et de la politique, et l’on peut dire qu’il y a excellé ; et que dans cette partie, comme dans plusieurs autres, il mérite d’être proposé comme modèle à tous les historiens présents et à venir. […] L’historien […] qui, soit à Athènes, soit à Lacédémone, soit ailleurs, sollicite des notes et des mémoires ; qui de plus, témoin et acteur, a pris part aux affaires de l’un et de l’autre parti, a jugé de très près surtout celles des Péloponnésiens ; qui, dans le temps qu’il observait et s’appliquait à connaître toutes les circonstances de la guerre, se trouvait dans la force de l’âge, un tel historien était bien digne de promettre la vérité. Toujours il nous la donne, non seulement en critique exact, mais en historien philosophe, en penseur profond, en politique consommé. Parle-t-il de l’expédition de Sicile, il expose la situation et les intérêts des différents peuples qui l’habitent ; morceau curieux, plein d’érudition, fait pour plaire aux amis de l’antiquité. Fait-il mention des Odryses, des Lacédémoniens, des Athéniens ses compatriotes et d’autres nations encore, il le fait avec tant d’art que le lecteur n’acquiert pas seulement des connaissances de géographie, d’histoire et d’antiquité, mais que de plus, il aperçoit la chaîne qui lie la cause aux effets, et qu’il tient dans ses mains le fil des événements passés, et même de ceux qui, suivant la nature des choses humaines, doivent se renouveler un jour. Fait-il mention de la guerre de Troie, par exemple, alors se trouvant au milieu de siècles fertiles en fictions brillantes, et qui méritèrent à la Grèce le titre de mendax, il se ressouvient de l’engagement qu’il a pris de rejeter les fables, il s’arrête, il médite7.

  • 8  Sur la vie de Jean-Baptiste Gail voir la « Notice historique sur la vie et les ouvrages de J.-B. G (...)

4Jean-Baptiste Gail, né à Paris en 1755, est un helléniste, éditeur infatigable des auteurs grecs. En 1791, il est élu député. Il est suppléant de Vauvilliers à la chaire de Langue et littérature grecques au Collège de France, puis titulaire en 1792. Dans son ardeur pour l’étude du grec, il fait, quelque temps, des cours gratuits. Il conserve les traditions classiques à l’époque des troubles révolutionnaires, se limitant à accomplir ses devoirs professionnels, ne s’occupant pas de politique, bien qu’il ait la faculté de s’insinuer dans les bonnes grâces de ceux qui sont au pouvoir. C’est, sans doute, cette attitude qui lui permet une aussi longue carrière et de survivre aux changements de régimes. Il est membre de l’Institut en 1809, et conservateur des manuscrits grecs à la Bibliothèque impériale. Il est ensuite nommé, en 1815, lecteur et professeur royal, conservateur des manuscrits à la Bibliothèque du Roi, évinçant des candidats soutenus par des Conservateurs. Il se fait, alors, beaucoup d’ennemis, à tel point qu’il imagine une conspiration, au cœur de laquelle il y aurait Paul-Louis Courier, visant à discréditer ses travaux et ses succès. Lors des prix décennaux, il réclama très vivement contre la décision du jury qui avait donné le prix à Coray. Ce fut le sujet de quelques écrits. Jean-Baptiste Gail meurt en 18298.

5On ne sait pas grand’chose des convictions politiques ou idéologiques de J.-B. Gail ou de son rôle lors de la Révolution, de l’Empire et de la Restauration. J.-B. Gail est, à ce sujet, extrêmement discret.

  • 9  J.-B. Gail, Vie de Xénophon, 1795, p. 391.

6Une remarque, cependant, dans sa Vie de Xénophon pourrait être interprétée comme un éventuel indice. Il faut la prendre évidemment avec la plus grande précaution puisque l’ouvrage dont il s’agit a été publié en l’an III de la République Française, c’est-à-dire en 1795. Il est question du petit traité Du gouvernement des Athéniens attribué encore à l’époque à Xénophon. J.-B. Gail se contente de faire parler l’abbé Arnaud. Mais il ajoute : « J’adoucirai quelques-unes de ses expressions un peu trop monarchiques. Mais j’en laisserai subsister plusieurs qui caractérisent Xénophon, dont les idées n’étaient pas toujours républicaines, et qu’il faut peindre tel qu’il a été. On se souviendra que cet ouvrage est une histoire de la vie et des opinions de Xénophon, et non un traité de politique »9.

7Par ailleurs, une collaboration avec Chamfort pour Les Trois fabulistes, en 1796, pourrait fournir des indications sur le milieu intellectuel que fréquentait J.-B. Gail pendant la Révolution. Sébastien‑Roch Nicolas, qui prit le nom de Chamfort en entrant dans le monde, se livra à la littérature. Il débuta par des prix académiques. Ses pièces de théâtre eurent un grand succès et lui valurent les titres de secrétaire des commandements du prince de Condé, en 1776, de lecteur de Madame Élisabeth et une place à l’Académie française, en 1781. Mêlant à une âpreté misanthropique des idées d’indépendance, il était gagné par avance à la Révolution : lorsqu’elle éclata, il se démit de son emploi de cour, rédigea la partie littéraire du Mercure, donna à Sieyès l’idée et le titre de son livre Qu’est-ce que le Tiers ? Ses mots d’ordre populaires, comme celui de Guerre aux châteaux ! Paix aux chaumières ! sont célèbres. Employé sous le ministre Roland à la Bibliothèque nationale, il publia les premiers Tableaux historiques de la Révolution. Son indignation contre la Terreur n’alla pas au-delà de quelques mots piquants, tels que Sois mon frère, ou je te tue, parodie de la fameuse devise : « Liberté, fraternité, ou la mort », et il ne cria « C’est assez ! » qu’au jour où, devenu suspect et menacé de la prison, il essaya inutilement de se brûler la cervelle. Il mourut de sa blessure avant la chute de Robespierre, qu’il n’avait pas assez désirée pour mériter de la voir.

8Enfin, dans la dédicace elle-même au Tsar, J.-B. Gail évoque les « sages institutions qui ont pour but les arts de la paix et le bonheur de vos peuples » qui sont celles de « celui qui commande à toutes les Russies, fières de recevoir ses lois ».

  • 10  J.-B. Gail, Vie de Xénophon, p. 15.

9Les travaux de philologie de Jean-Baptiste Gail sont nombreux. On y remarque, outre ses Thucydide, un Théocrite, grec-latin-français, 1792 (2 vol. in-4°), un Anacréon, 1793 (in-4°), une Vie de Xénophon suivie d’un extrait historique et raisonné de ses ouvrages, terminée par la traduction complète et nouvelle du Banquet de Xénophon, 1795 (8 vol. in-8°). On peut noter, outre le catalogue critique des différentes éditions des ouvrages de Xénophon, de nombreux passages intéressants sur la vie du « guerrier philosophe »10, signe d’une grande compréhension de l’univers politique athénien.

10Un exemple parmi d’autres :

  • 11  Ibid., p. 4.

Depuis ce temps, Xénophon fut disciple de Socrate, ayant pour émules Alcibiade, Platon, et les hommes les plus célèbres en tout genre. Il apprit sous lui la guerre, la philosophie, et la politique. Diogène Laërce dit qu’il fut le premier à prendre note de tout ce qu’il disait, et à le publier sous le titre de commentaires. Il ajoute une phrase amphibologique qui signifie également que Xénophon a été le premier qui ait écrit l’histoire des philosophes, ou le premier philosophe qui ait écrit l’histoire. La première explication a été adoptée par Suidas, comme la plus naturelle, et elle l’est effectivement dans l’ordre grammatical ; mais la seconde est plus vraisemblable, et a été préférée comme telle par Jonsius et Ménage. En effet, Diogène lui-même ne parle point de l’histoire des philosophes, en donnant la liste des ouvrages de Xénophon, et l’on sait qu’il n’est pas douteux que Xénophon a été le premier philosophe qui ait écrit l’histoire11.

  • 12  On remarquera, en particulier, la quatrième partie consacrée à une « République de Sparte » de Xén (...)
  • 13  Une grammaire qui a, en particulier, le mérite de préparer celles qui furent composées par la suit (...)
  • 14  Voir J.-B. Gail, « Observations sur les Cynégétiques de Xénophon », Collection des traductions d’a (...)
  • 15  Cf.J.-B. Gail, Vie de Xénophon, p. 375-380.

11Voici encore, parmi les ouvrages de J.-B. Gail, Les Trois fabulistes, 1796 (in-8°), en collaboration avec Chamfort un Cours de langue grecque ou extraits de différents auteurs, avec la traduction interlinéaire latine et française et des notes grammaticales12, 1798 (in-8°), une Grammaire grecque13, 1798 (in-8°), un Homère, 1801 (7 vol.), un Xénophon 1797-1815 (10 vol. in-4°), un Supplément à la Grammaire grecque ou idiotismes de la langue grecque, 1808 (in-12°), une Iliade, 1810 (in-12°), Le Philologue, 1817-1828 (24 vol. in-8°), vaste magasin de mémoires et de dissertations philologiques dans lequel l’auteur reproduit, de 1817 à 1828, tous ses opuscules publiés à d’autres époques. Une Géographie d’Hérodote et une Recherche sur le monument d’Osymandyas (1823). Une Collection des traductions d’auteurs grecs : Bion & Moschus, Xénophon, Callimaque, Lucien, Théocrite & Anacréon propose quelques traductions de J.-B. Gail en 14 volumes réunis en 9 tomes in-18°. Les premiers 13 volumes, imprimés chez Didot le jeune, contiennent les Idylles de Bion et de Moschus (1795), les Républiques de Sparte et d’Athènes de Xénophon, les Hymnes de Callimaque (1795), la Mythologie de Lucien, les Idylles de Théocrite (1796), les Odes d’Anacréon (1800). Le dernier volume, imprimé chez Deterville & Passant, contient les Cynégétiques ou Traité de la chasse de Xénophon traduits en français d’après deux manuscrits collationnés pour la première fois, et accompagné de notes critiques et de dissertations sur le pardalis, le panther14, et autres animaux (1801). Les « Observations sur les Cynégétiques de Xénophon » sont particulièrement intéressantes15. J.-B. Gail y précise (p. vii-viii et xi-xii) que pour les lire avec fruit, il importe de connaître et le but politique de Xénophon et les circonstances de la composition :

Athènes, alors épuisée par la guerre du Péloponnèse, touchait au moment de sa décadence : indifférente sur ses malheurs, dominée par le luxe et la mollesse, elle songeait peu à se défendre contre les ennemis extérieurs qui la menaçaient. Un des moyens de tirer de sa léthargie ce peuple dégénéré était de le rendre à ce goût pour la chasse qui avait signalé ses aïeux. Mais la chasse étant moins alors un simple amusement qu’un dur apprentissage du métier des armes, qu’une véritable image de la guerre, pouvait-on lui proposer cet exercice avec quelque espoir de réussir ? C’est pourtant ce que Xénophon entreprend.

12Pour Xénophon, « la chasse est l’école agréable de la guerre, puisqu’on y apprend à manier les chevaux et les armes ; puisque l’adresse, l’intelligence, la légèreté du corps, une bonne constitution, se prennent à la chasse et se portent à la guerre, puisqu’elle donne un corps robuste, une âme forte, et le goût de la vertu. »

13Enfin, en plus de ses ouvrages publiés, J.-B. Gail a laissé de nombreux manuscrits.

  • 16  Il s’agit de l’« Oraison funèbre prononcée par Périclès en mémoire des Athéniens morts dans les co (...)

14L’Histoire grecque de Thucydide est parue chez Gail neveu, au Collège impérial de France, à Paris, en 1807 (10 vol. in-4°). Les huit premiers volumes, organisés en deux tomes, contiennent le texte grec et la version latine accompagnés d’un apparat critique commenté plus riche que ceux des précédentes éditions. Le neuvième et le dixième sont regroupés dans le troisième tome. On y trouve le « Mémoire sur Thucydide », et les « Observations littéraires et critiques sur Thucydide » ainsi que diverses remarques et notes sur les difficultés du texte. Ce « Mémoire sur Thucydide » est divisé en quatre parties, la dernière étant, à son tour, organisée de la même manière, rendant compte successivement de la version latine et des essais de traduction française16, de la collation des manuscrits, d’observations littéraires et critiques, et contenant, enfin, la traduction de divers morceaux de Thucydide accompagnée d’observations historiques et critiques : « L’Oraison funèbre de Périclès, suivie de notes sur la peste d’Athènes » ; « Réflexions de Thucydide sur la nature des factions dans la Grèce » ; « La reconstruction des murs d’Athènes, et le siège de Platées, avec des estampes explicatives du sujet ».

  • 17  J.-B. Gail, Histoire grecque de Thucydide, volume I, p. 2.
  • 18  Voir Idem, « Notes et détails supplémentaires », Histoire grecque de Thucydide, volume X, p. 296.
  • 19  Il est difficile de savoir de quel livre parle J.-B. Gail. Il renvoie, à propos de ce paragraphe 7 (...)
  • 20  Voir le tableau de concordances avec l’édition H. S. Jones, J. E. Powell établi par Florent Bertho (...)

15Les « Observations » sont précédées d’une lettre à Daniel Beck qui, avec Bauer, le « savant interprète », a réuni les manuscrits de la Bibliothèque impériale. Quant à la mise en ordre des chapitres du texte grec adoptée généralement par les éditeurs, J.-B. Gail s’y conforme avec toutefois, dit-il, une « légère innovation » qui nous paraît importante : « […] j’ai sous-divisé chaque chapitre en paragraphes, pour la commodité des lecteurs qui lisant ou mes variantes ou mes notes, désireront les rapprocher du texte »17. J.‑B. Gail revient, plus loin18, sur ce point, précisant que cette division en paragraphes qui « n’a point encore eu lieu pour Thucydide » est un moyen de « soulager les yeux de ceux qui liront et les variantes et les notes et les scholies ». Il ajoute que « la division en chapitres est souvent vicieuse », car elle ne respecte pas les liens logiques. C’est le cas, par exemple, pour la première phrase du chapitre 74 qui lui paraît si intimement liée avec celle du chapitre précédent, que le chapitre 74 devrait faire suite au 7319. « Mais cette division étant adoptée par les plus célèbres éditeurs, nous avons cru devoir la respecter, pour la commodité de ceux qui voudraient consulter le texte grec publié par ces éditeurs »20.

  • 21  Voir J.-B. Gail, « Mémoire sur Thucydide », Histoire grecque de Thucydide, volume IX, p. 84, n. 1  (...)
  • 22  Deux imprimeurs sont mentionnés dans le dernier tome à la fin des deux volumes IX et X : J.‑M. Ebe (...)
  • 23  Sur les manuscrits, voir J.-B. Gail, « Notes et détails supplémentaires », Histoire grecque de Thu (...)
  • 24  J.-B. Gail n’est jamais prisonnier des interprétations de Lévesque. Quand il le juge nécessaire, i (...)
  • 25  Nous avons pu nous référer à cette traduction. Dans les six tomes dela Bibliothèque historique et (...)

16Cette édition papier vélin, avec « le luxe de grandes marges », résultat de quinze années de travail et de « sacrifices exorbitants »21 pour la collation des manuscrits, la gravure des specimen, les honoraires de ses lecteurs, n’a été tirée qu’à un petit nombre d’exemplaires22. Elle est aussi parue au format in-8°. Le texte grec est accompagné de la version latine, des variantes des 13 manuscrits23 de la Bibliothèque impériale, d’observations historiques, littéraires et critiques, de specimen de ces manuscrits, de cartes géographiques et d’estampes. Il faut distinguer cette édition, d’une part, de celle de 1807-1808 (grec-latin), accompagnée de la traduction française de Lévesque24 revue par J.-B. Gail (6 vol. in-4°) avec notes, plans et gravures, et, d’autre part, de l’édition de 1808 (4 vol. in-8°) — Histoire grecque de Thucydide traduite en français accompagnée de notes supplémentaires aux deux volumes de critiques, de cartes géographiques et d’estampes —, qui ne propose qu’une traduction française, sans le texte grec et sa belle calligraphie impériale, ou, d’autre part, de celle de 1829 qui se caractérise par quelques améliorations25.

17Voici ce que dit J.-B. Gail dans l’ « Avertissement » de l’édition de 1808 :

Thucydide était depuis longtemps l’objet de mes études : j’en avais publié des essais dans différents journaux, lorsque M. Lévesque m’annonça qu’il s’était occupé du même historien et qu’il l’avait traduit en entier. Convaincu de l’excellence de sa traduction, je crus devoir me borner à en être l’éditeur. Elle a obtenu un succès mérité. La deuxième édition étant épuisée, M. Lévesque m’a invité lui-même à revenir sur mon travail, en me permettant de profiter du sien. L’ouvrage que je publie est donc celui, non d’un rival annonçant de ridicules prétentions, mais d’un collègue remplaçant son collègue occupé de soins plus importants. Dire qu’avant M. Lévesque j’avais essayé de lutter contre les grandes difficultés du texte (ce que prouvent deux volumes de critique sur Thucydide, et les notes supplémentaires placées à la suite de cet avertissement) ; que j’avais traduit littéralement toutes les harangues, et de plus l’introduction à l’Histoire grecque, la description de la peste, les portraits de Périclès et de Nicias, les sièges de Platées, de Mélos et de Sphactérie, les tableaux des factions dans la Grèce, et la fameuse descente des Athéniens en Sicile, c’est annoncer qu’alors j’avais terminé le plus important et le plus difficile. Mais ce n’était là qu’une partie de la tâche que je m’étais imposée : dans celle qui me restait à remplir, ne croyant pas devoir refaire ce qui était bien fait, j’ai souvent profité du travail de M. Lévesque ; j’ai même adopté un très grand nombre de chapitres, à des changements près que je lui soumets.

18J.-B. Gail ajoute en note quelques précisions : certaines de ses études ont été publiées, avant l’existence du Magasin encyclopédique, par Millin dans le Journal encyclopédique ; l’impression de la traduction de Lévesque, publiée en quatre volumes avec des notes de Lévesque et de Coray, a été surveillée par le frère de J.-B. Gail qui était alors libraire. À propos de la traduction de Lévesque, J.-B. Gail dit que, dans les livres VI et VII, il a pris beaucoup à son savant collègue, et qu’il lui doit le livre VIII presque tout entier.

  • 26  Sur le marquis de Fortia, voir L. Canfora, « Studiare Senofonte sotto il Terrore : Jean-Baptiste G (...)
  • 27  J.-B. Gail, « Notes et détails supplémentaires », Histoire grecque de Thucydide, volume X, p. 304.

19À propos de ces cartes — deux en tout —, J.-B. Gail précise qu’il les a fait graver, « l’une particulière pour la Sicile, l’autre générale et nécessaire à l’intelligence de toute la guerre du Péloponnèse ». Cette dernière, conçue pour l’Histoire grecque de Xénophon, il la doit à de Fortia26, qui a permis quelques changements plus tard indiqués dans l’édition du texte de Xénophon. J.-B. Gail ajoute que, si son Thucydide obtient quelque succès, il ferait les frais « d’une nouvelle carte qui contiendra les seuls noms de villes et de lieux indiqués dans Thucydide, laquelle appartiendra de droit aux souscripteurs de [s]on édition, et que l’on pourra aisément placer en tête du premier volume, même relié »27.

  • 28  Il s’agit de l’édition du Thucydides (texte grec et latin, 2 vol. in-4°), Leipzig, 1790 et 1804. L (...)

20Quant aux manuscrits, ils sont indiqués de la manière suivante : A, le manuscrit coté 1868 ; B, le 1791-1792 ; C, le 1636 ; D, le 1737 ; E, le 1733 ; F, le 1735 ; G, le 1736 ; H, le 1734 ; I, le 1638 ; K, le 317. Quant aux L, M, N, ils ne contiennent que quelques fragments des livres précédents et la lettre X indique des variantes prises dans l’édition de Bauer28.

  • 29  Voir A. Croiset, « Avant-propos », Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse, Livres I-II, P (...)
  • 30  Voir B. Hemmerdinger, Essai sur l’histoire du texte de Thucydide, Paris, Les Belles Lettres, 1955, (...)
  • 31  Voir ibid., p. 55. Voir également du même, « La division en livres de l’œuvre de Thucydide », REG (...)
  • 32  Il aurait été écrit en 1252.
  • 33  Ce manuscrit de la bibliothèque des Médicis à Florence, le Laurentianus, daterait du XIIIe siècle, (...)
  • 34  Voir E. F. Poppo, 2e-3e éd. par J. M. Stahl, Leipzig, Teubner, 1875‑1889.
  • 35  Voir C. Hude, Leipzig, Teubner, 1898-1901.

21La codification de J.-B. Gail appartient, malgré ce que dit A. Croiset29, à « l’histoire du canon des codices meliores » de Thucydide. Classer les manuscrits — c’est-à-dire rechercher les meilleurs, les plus anciens, savoir quels sont ceux qui ont été copiés sur d’autres, établir leur généalogie — est essentiel pour l’étude critique du texte et sa constitution : les incertitudes de la tradition peuvent, parfois, être à l’origine de l’obscurité de certains passages de Thucydide. L’utilisation des majuscules de l’alphabet latin pour désigner les dix manuscrits de Paris que J.‑B. Gail a effectivement consultés est reprise par Bekker, en 1821. Adoptant ce système, Bekker reprend également les collations de J.-B. Gail. Il en conserve les sigles, mais transforme en minuscules les majuscules, affectant ces dernières aux seize autres manuscrits à sa disposition30. Dans ce domaine, les choix de J.-B. Gail se sont souvent avérés judicieux. Ainsi, le manuscrit H (le Parisinus Gr. 1734) — le sigle, selon B. Hemmerdinger31, remonte à J.-B. Gail —, est l’un des plus anciens32 et des plus importants avec le B et le C33. Le manuscrit H a été entièrement collationné par le savant français qui en a mesuré l’intérêt avant Poppo34, en 1825, et Marchant, en 1897. Pour l’édition du livre VI, à partir de VI, 92, 5, Marchant, comme J.-B. Gail, l’utilise, en concurrence avec les autres, en particulier avec le B, dont H serait peut-être la copie indirecte. Hude35, quant à lui, toujours pour le livre VI, ne tenant pas compte de la collation de Bekker qui sous-estime ce manuscrit, revient à celle de J.-B. Gail. Hemmerdinger, également, après Poppo et Hude, se rallie à l’usage de J.-B. Gail.

  • 36  Il s’agit du passage : ε ποτε ρα πολεμσονται. Voici la note de J.-B. Gail : « Si jamais on leur (...)
  • 37  Voir J.-B. Gail, « Observations littéraires et critiques sur Thucydide », Histoire grecque de Thuc (...)

22Dans l’application des règles de la critique philologique, J.‑B. Gail est d’une grande prudence. Il se méfie aussi d’une « révision imparfaite des originaux », ayant mesuré les « dangers d’une connaissance incomplète des scholies et des leçons innombrables ». Ainsi, à propos d’un détail36 de I, 68, le scholiaste n’avait observé une leçon comme présente que dans un seul manuscrit. J.-B. Gail37, plus heureux, peut en citer trois, le B, le D et le I, alors que huit autres, en revanche, l’omettent. Mettre en relation variantes et scholies avec les notes et les leçons de ses devanciers comme Valla, Estienne, Reiske, Brunck, Chabanon, Schneider, Abresch, Weiske, Wasse, Duker, Gottleber, Bauer, Beck, Lévesque est une constante chez J.-B. Gail. La recherche des variantes par la comparaison de la meilleure édition critique, mot par mot, avec chacune des sources manuscrites, est un travail immense qui demande une attention et une patience extrêmes. L’établissement du texte n’obéit pas, en effet, à un principe simple, sauf  lorsqu’il y a, par exemple, une présomption forte grâce à une concordance entre un manuscrit et diverses traditions.

  • 38  On pense à A. Croiset qui écrit dans sa préface à son édition de Thucydide (p. XIII-XIV) : « À moi (...)

23J.-B. Gail ne néglige donc rien pour tendre vers un texte et un sens « purs ». Si beaucoup d’éditeurs ont suivi le principe de s’en tenir aux leçons d’un petit nombre de manuscrits reconnus comme les meilleurs, pour J.-B. Gail, négliger des manuscrits dits inférieurs serait une erreur : pour certains passages, ils peuvent avoir conservé la véritable leçon. De fait, discutant les opinions, il s’écarte, quand il le juge nécessaire, d’une tradition considérée pourtant comme la meilleure. Ce sera un des principes de Stahl pour son édition de 1873. Là, encore une fois, J.-B. Gail est novateur38.

  • 39  J.-B. Gail, « Notes supplémentaires aux observations critiques sur Thucydide, 1er supplément », Hi (...)
  • 40  Dans la troisième partie du « Mémoire sur Thucydide », J.-B. Gail note, en page 65, que « λe morce (...)

24Privilégiant un « sens logique », il met en avant ses conjectures, travaille la morphologie et la syntaxe pour mettre en valeur l’ordre secret des mots, leurs relations complexes de dépendance. Respectant le texte ou au contraire lui faisant violence, il suppose des constructions ou des ellipses audacieuses, fait l’hypothèse d’un mode ou d’un temps différents. Il conteste, ici, des ponctuations imposées par la tradition, rejette des contresens, invente, là, un nominatif absolu, un futur attique, un moyen pour un passif, ou, encore, un participe présent employé, comme ce sera le cas chez Démosthène, dans le sens du passé. J.-B. Gail dit aussi parfois son enthousiasme pour une « leçon exquise » réclamée par tous les manuscrits39, pour la beauté d’un style hérissé de difficultés40. Thucydide, en effet, emploie fréquemment des ionismes — l’ancien attique différant peu de l’ionique —, des énallages de cas, des hiatus, blâmés ou corrigés à tort, des hyperbates, des synèses, des antithèses qui sont plus dans les choses que dans les mots, des synchyses (tel Tacite, lui aussi, plus tard), des métonymies, des chiasmes, des ellipses indiquées par la seule logique, des appositions qui rendent certaines phrases très difficiles, des antanaclases, des formes ex abrupto, ou encore des formes poétiques.

  • 41  Cette méthode, note J.-B. Gail, n’a pas été suivie pour l’ouvrage tout entier, l’idée lui en étant (...)
  • 42  Voir J.-B. Gail, « Notes et détails supplémentaires », Histoire grecque de Thucydide, volume X, p. (...)

25Enfin, il lit les épreuves avec la plus grande attention, confrontant les premières sur l’édition Bauer, les secondes sur celle de Duker41. De ce fait, plusieurs fois averti de fautes, il choisit alors entre plusieurs leçons. Ayant repéré, par exemple, une faute typographique dans l’édition Bauer, il indique des corrections aux possesseurs de l’édition Duker. Ou bien alors, refusant leurs versions, il propose la sienne, surtout quand il s’agit, selon lui, d’une faute grave à propos, par exemple, d’un portrait de Périclès, Alcibiade ou encore Nicias. Ainsi en V, 16, 1, J.-B. Gail note qu’il est impossible de faire une faute plus grave et difficile de rendre Nicias plus méconnaissable. Les interprètes de ce passage, selon J.-B. Gail, ont « décoloré » le portrait du stratège athénien. Nicias n’est « point du tout un ambitieux […], mais un citoyen paisible ». J.-B. Gail s’insurgeant contre ces versions infidèles d’après lesquelles on a donné « l’histoire ancienne et à la France et à l’Europe entière »42, propose alors une traduction fondamentalement différente de celle qui a été imposée par la tradition.

  • 43  Voir J.-B. Gail, « Notes supplémentaires aux observations critiques sur Thucydide, 1er supplément  (...)

26Il évoque aussi comment, depuis la publication du texte grec et latin de Thucydide, il est revenu sur le livre VI qu’il a lu et relu, la carte de la Sicile sous les yeux, et dit quelles sont les additions qu’il a jugées nécessaires43.

  • 44  Voir J.-B. Gail, Harangue de Démosthène, Sur la Couronne. Texte grec avec notes et index, Paris, D (...)
  • 45  Voici le texte communément consulté du TLG (Thesaurus Linguae Graecae, Irvine, University of Calif (...)

27Cette approche du texte grec, significative d’une certaine méthode, fait penser à son interprétation du mot πορθμς (Démosthène, Sur la Couronne 32) « par la logique et la géographie »44. Il est question des manœuvres de Philippe voulant franchir les Thermopyles45. Πορθμς a mis dans l’embarras Wolf, pour qui il signifie une mer étroite, et Taylor, qui pense qu’il s’agit du détroit qui sépare l’Eubée du continent. Auger, quant à lui, adopte la version de Tourreil, en témoignant son embarras : « nescio quid hic significet πορθμς ».

28Voici ce que propose J.-B. Gail :

  • 46  J.-B. Gail, Harangue de Démosthène, Sur la Couronne, p. XVI-XVII.

29Pour connaître la signification de πορθμς, rien de plus simple. Suivons notre texte sur la carte. Nous y voyons les Athéniens sortir du Pirée (ξλθοιτε), de là, tournant les côtes de l’Attique (περιπλεσαντες), entrer dans la mer qui sépare l’Attique de l’Eubée, puis traverser le détroit de l’Euripe, de là arriver aux Thermopyles, où ils peuvent fermer le passage, πορθμν46.

30De ce fait, J.-B. Gail rejette l’explication de Taylor qui n’avait pas réfléchi que Philippe de Macédoine ne pouvait conduire son armée en Phocide que par terre, que les Athéniens ne pouvaient l’arrêter que par terre, que cette terre étroite ne pouvait être autre que le défilé des Thermopyles. Auger a bien rendu le texte dans sa traduction française, mais « par bonheur seulement », comme le prouve sa note où il dit : « nescio quid hic significet πορθμς. Il suit de là que πορθμς signifie passage étroit même sur terre »

  • 47  Procès-verbaux des séances de l’Académie, Tables pour la période 1795-1835, Institut de France, Ac (...)

31Un procès-verbal des séances de l’Académie47, puisqu’il a été question de Schneider et du pardalis, est utile à citer. Il apporte quelques éléments pour mieux apprécier encore un aspect de ce que nous pouvons appeler, maintenant, une « méthode Gail ». Ce que l’helléniste dit de Schneider dans ses « Observations sur les Cynégétiques de Xénophon », est important. Le mérite de Schneider est d’abord d’avoir remarqué que les ouvrages des Anciens sur les sciences physiques sont précisément ceux dont les philologues ont le plus négligé l’interprétation, puis d’avoir réparé cette négligence. Cette association de la philologie grecque et des sciences de la nature, affirmée comme principe, montre l’aspect novateur des approches philologiques de J.-B. Gail :

  • 48  Le procès-verbal est signé de Cuvier, Richard et Lacepède.

C’est lorsqu’on lit ce que les Anciens nous ont laissé sur l’histoire naturelle, que l’on s’aperçoit bien de la nécessité des méthodes rigoureuses de nomenclature, et que l’on regrette qu’elles n’aient point été connues d’eux, et que quelques Modernes s’obstinent encore aujourd’hui à ne point les employer. […] En vain aurait-on recours à la tradition : les noms ont changé, la trace est effacée, il faudrait refaire presque toutes les observations pour pouvoir les expliquer [les espèces dont parle Aristote, Théophraste, Pline, Dioscoride, Athénée…]. Cependant une critique sage, une recherche assidue des passages qui parlent des mêmes objets, leur comparaison entre eux et surtout avec la nature, peuvent encore jeter quelques lumières sur ces précieux restes de l’Antiquité. […] Depuis ce temps [celui de Gesner, Aldrovande, Scaliger, Saumaise] l’érudition et la physique se sont trop séparées ; il s’est trouvé peu d’hommes également au fait de l’une et de l’autre : les naturalistes n’ont souvent lu les Anciens que dans les traductions, ou ils ne les ont connus qu’imparfaitement et sur des passages isolés, que leur fournissaient des collaborateurs érudits. C’était surtout le cas de Buffon, dont la perspicacité a, malgré ces obstacles, éclairci très heureusement plusieurs passages obscurs. Les érudits de leur côté, connaissant peu la nature, ne pouvaient commenter leurs auteurs que par des passages extraits des naturalistes modernes, et ils les ont souvent rendus plus obscurs par les notes qu’ils y ont ajoutées, qu’ils ne l’étaient par eux-mêmes. […] La marche qu’il [Gail] observe dans ses recherches est celle qui convient à la nature de la chose. Il commence par recueillir tous les passages des auteurs où il est question de ces animaux ; il explique grammaticalement chacun de ces passages, après l’avoir rétabli lorsque le texte était incorrect […]. Les passages une fois recueillis et expliqués, il les rassemble, les compare et en fait ressortir, autant qu’il est possible, l’image que les Anciens se faisaient de l’animal. Parcourant ensuite les naturalistes modernes, il y recueille les descriptions d’animaux qui paraissent approcher le plus de celles qu’il a extraites des Anciens, et il détermine son choix pour celles qui leur sont le plus conformes. Alors le nom ancien et le nom moderne de l’animal étant connus, le problème est résolu. […] Le Citoyen Gail, après avoir rapporté et combiné tous ces passages [sur le pardalis], pense qu’on ne peut les expliquer sans supposer que ce nom a été appliqué à deux animaux, différents par la taille, mais semblables par les mœurs, et il croit que ce sont l’un la hyène tachetée (canis crocuta), l’autre l’adive ou petit chacal (canis mesomelas). Il nous paraît, en effet, que ce sont là les espèces auxquelles les passages rapportés conviennent le mieux, et que la conjecture du Citoyen Gail est aussi plausible qu’il soit permis de l’espérer, dans des matières où les moyens d’atteindre à la certitude nous manquent entièrement. Nous pensons que la Classe doit accueillir le travail du Citoyen Gail, et l’engager à poursuivre ses laborieuses recherches et à continuer de nous faire part de ses résultats48.

  • 49  Voir Cicéron, L’Orateur 30 et 32 : « Les harangues elles-mêmes présentent tant de phrases obscures (...)
  • 50  Voir J.-B. Gail, « Mémoire sur Thucydide », Histoire grecque de Thucydide, volume IX, p. 2.

32Le but de J.-B. Gail est bien de faire découvrir un Thucydide qui n’est connu que par un petit nombre de savants. Pour l’entreprendre il fallait, dit-il, plus qu’un religieux enthousiasme pour l’un des plus admirables monuments de l’éloquence attique, il fallait encore du courage. Il fallait oublier et les inexorables censures de Denys d’Halicarnasse, et le mot désespérant de Cicéron49 ; il fallait s’entourer de commentateurs, lire les scholiastes, consulter les manuscrits, méditer son auteur, lutter contre des difficultés sans nombre, et sortir de cette lutte avec l’espérance de rendre clair, ce qui paraissait obscur, abstrait et presque inintelligible. Ce courage nécessaire, il l’a eu ; cette espérance l’a soutenu ; ces combats, il les a livrés ; ces difficultés, il s’est efforcé de les vaincre. Grâce à lui, Thucydide sera offert, accompagné d’une traduction latine bien souvent corrigée, de variantes et de scholies précieuses, extraites de tous les manuscrits de la Bibliothèque impériale, enfin d’observations littéraires et critiques50.

Haut de page

Notes

1  Père René Rapin, Jésuite (1621-1687). Voir La Réflexion sur la Poétique d’Aristote, Les Ouvrages des poètes anciens et modernes, et, en particulier sa Comparaison entre Thucydide et Tite-Live. Voir Les Œuvres du P. Rapin, Qui contiennent les comparaisons des grands hommes de l’Antiquité, qui ont excellé dans les belles lettres, chez Pierre Mortier Libraire, Amsterdam, 1709.

2  Jean-François Delharpe ou Delaharpe, dit La Harpe (1739-1803) critique français, auteur en particulier du Lycée ou Cours de littérature ancienne et moderne.

3  Voir J.-B. Gail, « Mémoire sur Thucydide », Histoire grecque de Thucydide, volume IX, p. 1-2. Gail précise en note 4, p. 21-22 : « Thucydide n’est connu que par extraits ; en effet, je ne rangerai parmi les éditions de nos lycées, ni celles qui existent in-folio, ni celle in-4°, de Gottleber, Bauer et Beck, dont les 3 volumes s’élèveront au prix de 72 fr. ; ni même le Thucydide de Deux-Ponts, 6 volumes in-8° ; ni même celle imprimée en 1779, à Leipzig, chez Chr. Th. Rabenhorst, laquelle est absolument sans notes. On en fait sur les textes, même des auteurs faciles mis dans les mains de nos élèves ; comment donc seraient-elles bannies du texte du plus difficile des écrivains grecs ? » Cette dernière remarque, à propos de cette édition sans notes, est intéressante. Ce critère est à confronter avec les habitudes éditoriales des humanistes et avec celles des hellénistes allemands du XIXe siècle. Par ailleurs, à la note 5, p. 22, on trouve la remarque suivante : « […] on pourrait dire de Thucydide ce qu’un des critiques du XVIe siècle disait de Tacite : Tous les chiens ne sentent pas le gibier : tous les lecteurs ne sentent pas Thucydide ».

4  Ainsi J.-B. Gail dans ses « Réflexions de Thucydide sur la nature des factions dans la Grèce, liv. III, 81, 2-85 » s’étonne d’une appréciation de La Harpe. Gail a remarqué de nouveau que « Salluste a pris notre auteur pour modèle. Dans son discours de Caton, et dans sa digression sur les divisions du Sénat et du peuple, nous le verrons si riche des traits et des couleurs qu’il emprunte à Thucydide, que nous nous étonnerons ensuite de cette phrase de La Harpe : “ Ce Salluste paraît s’être proposé pour modèle la précision et la gravité de Thucydide, et l’on dit même qu’il avait beaucoup emprunté à cet auteur […]. Il faut apparemment que ce soit dans les autres ouvrages qu’il avait composés, et que nous avons perdus ; car on ne voit aucune trace de ces traductions dans ce qui nous est resté ”. » Voici ce que Gail ajoute en note : « Ainsi que nous l’avons remarqué dans notre mémoire sur Thucydide, III. part. La Harpe avait inexactement apprécié, et peu lu Thucydide. Il ne pouvait donc pas s’apercevoir des nombreux emprunts que Salluste avait faits à Thucydide. Voy. La Harpe, t. III, 1e partie, p. 502 ».

5  Cité par J.-B. Gail, « Mémoire sur Thucydide », Histoire grecque de Thucydide, volume IX, p. 32. La Harpe tombe parfois, comme le Père Rapin, dans quelques contradictions. Ainsi il peut parler de la force et de la profondeur de Thucydide après l’avoir accusé de sécheresse.

6  Plus tard, pour E. Garsonnet, Académie des Sciences Morales, 8 déc. 1877, Thucydide est le « Créateur de la philosophie de l’histoire et de la critique historique ».

7  Voir J.-B. Gail, « Mémoire sur Thucydide », Histoire grecque de Thucydide, volume IX, p. 4-7.

8  Sur la vie de Jean-Baptiste Gail voir la « Notice historique sur la vie et les ouvrages de J.-B. Gail », Mémoire de l’Académie des Inscriptions, IX ; les articles dans la Biographie universelle, A. Pillon, et l’encyclopédie de Ersch et Gruber (C. F. Bahr). On trouvera une liste des ouvrages de Gail, avec un index du contenu du Philologue, dans J. M. Quérard, La France littéraire, ou Dictionnaire bibliographique des savants, historiens et gens de lettres de la France ainsi que des littérateurs étrangers qui ont écrit en français plus particulièrement pendant les XVIIIe et XIXe siècles,Paris, Firmin-Didot, 1827-1864, réed. Paris, Maisonneuve et Larose, 1965.

9  J.-B. Gail, Vie de Xénophon, 1795, p. 391.

10  J.-B. Gail, Vie de Xénophon, p. 15.

11  Ibid., p. 4.

12  On remarquera, en particulier, la quatrième partie consacrée à une « République de Sparte » de Xénophon. On y note un commentaire de Gail, en page 6 : « Malgré le silence de Xénophon, quelquefois enthousiaste de Lycurgue, on sait quel était à Sparte le sort des enfants qui naissaient avec des organes mal conformés. On condamnait à mort ceux qu’on jugeait trop faibles pour ôter la vie à beaucoup d’hommes ».

13  Une grammaire qui a, en particulier, le mérite de préparer celles qui furent composées par la suite. Voir aussi les Idiotismes de la langue grecque publiée en 1808 et la deuxième édition du même ouvrage, Supplément à la grammaire grecque ou idiotismes de la langue grecque suivis d’observations adressées à M. Hermann. L’ouvrage que nous avons également pu consulter, une édition tirée comme la première à un petit nombre d’exemplaires, et que la Bibliothèque de l’Université de Corse, avec l’aide de Roland Rinaldi, a acquis comme beaucoup d’autres œuvres de Gail, ne nous a pas permis de préciser l’année de publication, le dernier chiffre de cette dernière étant effacé (181- ?).

14  Voir J.-B. Gail, « Observations sur les Cynégétiques de Xénophon », Collection des traductions d’auteurs grecs : Bion & Moschus, Xénophon, Callimaque, Lucien, Théocrite & Anacréon, 1755-1829, p. xiii-xiv : « J’ai dit le panther et non la panthère : les Latins seuls, et non les Grecs, ont employé ce mot au féminin pour exprimer le pardalis des Grecs ». Voir également, infra p. 52-53, le passage tiré des Procès-verbaux des séances de l’Académie, Tables pour la période 1795-1835, Institut de France, Académie des sciences, p. 619-620. Cf. Buffon, « La panthère, l’once et le léopard » in Œuvres complètes suivies de ses continuateurs, Mammifères, II, Bruxelles, Th. Lejeune, 1828, p. 426‑427 : « La première espèce […] est la grande panthère, que nous appellerons simplement panthère, qui était connue des Grecs sous le nom de pardalis, des anciens Latins sous celui de panthera, ensuite sous le nom de pardus ; et des Latins modernes sous celui de leopardus. […] La seconde espèce est la petite panthère d’Oppien, à laquelle les Anciens n’ont pas donné de nom particulier, mais que les voyageurs modernes ont appelé once, du nom corrompu lynx ou lunx. […] La troisième espèce, dont les Anciens ne font aucune mention, est un animal du Sénégal, de la Guinée et des autres pays méridionaux que les Anciens n’avaient pas découverts : nous l’appellerons léopard qui est le nom qu’on a mal à propos appliqué à la grande panthère, et que nous emploierons, comme l’ont fait plusieurs voyageurs, pour désigner l’animal du Sénégal, dont il est ici question. […] Oppien connaissait nos deux premières espèces, c’est-à-dire la panthère et l’once ; il a dit le premier qu’il y avait deux espèces de panthères, les unes plus grandes et plus grosses, les autres plus petites, et cependant semblables par la forme du corps, par la variété et la disposition des taches […]. On ne peut donc pas douter […] que la petite panthère d’Oppien, le phet ou le fhed des Arabes, le faadh de la Barbarie, l’onze ou l’once des Européens ne soient le même animal. Il y a grande apparence aussi que c’est le pard ou pardus des Anciens, et la panthera de Pline […]. Enfin, nous observerons qu’il ne faut pas confondre, en lisant les Anciens, le panther avec la panthère. La panthère est l’animal dont il est question ici ; le panther du Scoliaste d’Homère et des autres auteurs, est une espèce de loup timide que nous croyons être le chacal […] au reste, le mot pardalis est l’ancien nom grec de la panthère ; il se donnait indistinctement au mâle et à la femelle. Le mot pardus est moins ancien : Lucain et Pline sont les premiers qui l’aient employé ; celui de leopardus est encore plus nouveau, puisqu’il paraît que c’est Jules Capitolin qui s’en est servi le premier, ou l’un des premiers : et à l’égard du nom même de panthera, c’est un mot que les anciens Latins ont dérivé du grec, mais que les Grecs n’ont jamais employé ».

15  Cf.J.-B. Gail, Vie de Xénophon, p. 375-380.

16  Il s’agit de l’« Oraison funèbre prononcée par Périclès en mémoire des Athéniens morts dans les combats, la première année de la guerre du Péloponnèse, chap. 35-47 » ; les « Factions dans la Grèce, chap. 81, 2‑85 » ; le « Siège de Platées par les Lacédémoniens, II, 75-78 ».

17  J.-B. Gail, Histoire grecque de Thucydide, volume I, p. 2.

18  Voir Idem, « Notes et détails supplémentaires », Histoire grecque de Thucydide, volume X, p. 296.

19  Il est difficile de savoir de quel livre parle J.-B. Gail. Il renvoie, à propos de ce paragraphe 74 à ses Observations. Pour le paragraphe 73 dont il est question ici, il renvoie à ses Observations sur le livre VII, 67, 1. Dans une note de la p. 295, il indique qu’à la suite de ces observations, il va entrer « dans des détails qui manquent au mémoire sur Thucydide (p. 66-96) […] ».

20  Voir le tableau de concordances avec l’édition H. S. Jones, J. E. Powell établi par Florent Bertholle pour notre réédition complète du J.-B. Gail 1807, en 4 volumes, à paraître chez Phénix, « Grands textes de la Grèce antique ».

21  Voir J.-B. Gail, « Mémoire sur Thucydide », Histoire grecque de Thucydide, volume IX, p. 84, n. 1 : « Il m’en a coûté plus de dix mille francs pour la gravure des specimen des manuscrits de Xénophon et de Thucydide, pour les honoraires de mes lecteurs, etc. Je ne parle ici que des frais relatifs aux manuscrits : je n’ose dire à quelles sommes montent les frais d’impression ; mais qu’il me soit permis d’ajouter, que si mon zèle n’est secondé par les instituteurs, soit français, soit étrangers, j’aurai travaillé pour un petit nombre de lecteurs, et sacrifié, en pure perte, la plus grande partie de ma fortune ». Ces éléments pourraient être des indications pour tenter d’évaluer la fortune de J.‑B. Gail. Ils conduisent également à se poser la question du financement des éditions savantes et celle des droits d’auteur.

22  Deux imprimeurs sont mentionnés dans le dernier tome à la fin des deux volumes IX et X : J.‑M. Eberhart, rue des Mathurins Saint-Jacques et J. J. Marcel, directeur de l’Imprimerie impériale.

23  Sur les manuscrits, voir J.-B. Gail, « Notes et détails supplémentaires », Histoire grecque de Thucydide, volume X, p. 302‑303, et en particulier la note 1 p. 303.

24  J.-B. Gail n’est jamais prisonnier des interprétations de Lévesque. Quand il le juge nécessaire, il s’en éloigne, comme le prouve le passage V, 90, 1 que nous analysons plus bas.

25  Nous avons pu nous référer à cette traduction. Dans les six tomes dela Bibliothèque historique et militaire dédiée à l’armée et à la garde nationale de France, Paris, Anselin, 1835-1846, Liskenne et Sauvan ont réuni les meilleurs ouvrages traitant de l’art militaire, des tacticiens grecs et romains aux écrivains qui ont écrit sur le Premier Empire. Dans le premier tome (1835), avec un « Essai sur la tactique des Grecs », on trouve les ouvrages de Thucydide (trad. J.-B. Gail), la Retraite des Dix‑Mille (trad. La Luzerne) et la Cyropédie de Xénophon (trad. J.‑B. Gail) et, enfin, les Expéditions d’Alexandre d’Arrien. La traduction que J.-B. Gail choisit est, semble-t-il, celle de 1829. Firmin-Didot précise, en effet, que dans l’édition de 1829 « le nom d’Hellènes est partout substitué, avec raison, à celui de Grecs ». C’est le cas dans la version que nous avons consultée. L’helléniste ajoute qu’il « eût été à désirer pour la mémoire de M. Gail qu’on en eût supprimé la préface ». La préface de François Gail (s’agit-il de Jean-François ?), reprise dans l’édition de 1835, est, en effet, particulièrement vide de sens.

26  Sur le marquis de Fortia, voir L. Canfora, « Studiare Senofonte sotto il Terrore : Jean-Baptiste Gail e il Marchese di Fortia », Séminaire Luigi Enrico Rossi à l’Université de Rome, « La Sapienza », (Accademia Fiorentina di Papirologia e di Studi sul Mondo Antico), 2001.

27  J.-B. Gail, « Notes et détails supplémentaires », Histoire grecque de Thucydide, volume X, p. 304.

28  Il s’agit de l’édition du Thucydides (texte grec et latin, 2 vol. in-4°), Leipzig, 1790 et 1804. Le texte et les notes sont de Duker, avec d’autres notes de Gottleber. Après la mort de ce dernier, Bauer a continué cette édition. Elle a été achevée par Beck après la disparition de Bauer. Il faut noter que Bauer publia, en 1753, à Leipzig, un De lectione Thucydidis, optima interpretandi disciplina et, en 1773, à Halle, sa dissertation Philologia Thucydideo-Paullina.

29  Voir A. Croiset, « Avant-propos », Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse, Livres I-II, Paris, Hachette, 1886, p. II-III : « Bekker et Poppo sont, pour Thucydide, les initiateurs de la philologie contemporaine. Ce qui avait manqué aux précédents éditeurs de Thucydide, c’était un peu le nombre, mais surtout la qualité des manuscrits. Pour ce qui est du nombre, il est vrai, J.-B. Gail, dès 1807, l’avait déjà sensiblement accru par sa collation des manuscrits de Paris, mais sans grand profit pour la science, vu la qualité généralement inférieure de ces manuscrits, la légèreté suspecte de sa collation, et le peu de sûreté de sa méthode ».

30  Voir B. Hemmerdinger, Essai sur l’histoire du texte de Thucydide, Paris, Les Belles Lettres, 1955,p. 9.

31  Voir ibid., p. 55. Voir également du même, « La division en livres de l’œuvre de Thucydide », REG LXI (1948), p. 104-117.

32  Il aurait été écrit en 1252.

33  Ce manuscrit de la bibliothèque des Médicis à Florence, le Laurentianus, daterait du XIIIe siècle, ou même, selon Arnold, du Xe siècle. Il ne s’agit pas, ici, des sigles de J.‑B. Gail pour ses manuscrits parisiens, mais de la codification couramment utilisée aujourd’hui pour l’ensemble des sources : le B pour le Vaticanus Gr. 126 et le C pour le Laurentianus LXIX-2. Voir la liste des sigles représentant les manuscrits in B. Hemmerdinger, op. cit. n. 31, p. 7, et l’Index siglorum de l’édition de la CUF. Les éditeurs s’accordent à penser que les manuscrits de Thucydide appartiennent à une seule famille, mais qu’ils sont répartis en deux groupes représentés par le Vaticanus et le Laurentianus. Voir A. Firmin‑Didot, « Sur la vie et l’histoire de Thucydide », préface à son édition de Thucydide, 1868-1872, p. CXVIII-CXXV. Voir M. V. Bartoletti, Per la storia del testo di Tucidide, Florence, Sansoni, 1937. Sur la transmission des manuscrits et sur l’histoire des textes en général, voir, entre autres, B. A. van Groningen, Traité d’histoire et de critique des textes grecs, Amsterdam, Noord-Hollandsche Uitgevers mij.,1963 ;L. D. Reynolds & N. G. Wilson, Scribes and Scholars : A Guide to the Transmission of Greek and Latin Literature, Oxford, Oxford University Press, 1968 ; A. Dain, Les Manuscrits, Paris, Les Belles Lettres, 1975 ; R. W. Hunt et alii, The Survival of Ancient Literature, Catalogue of an Exhibition of Greek and Latin Classical Manuscripts, Oxford, Bodeleian Library, 1975.

34  Voir E. F. Poppo, 2e-3e éd. par J. M. Stahl, Leipzig, Teubner, 1875‑1889.

35  Voir C. Hude, Leipzig, Teubner, 1898-1901.

36  Il s’agit du passage : ε ποτε ρα πολεμσονται. Voici la note de J.-B. Gail : « Si jamais on leur déclare la guerre, comme ils s’y attendent. Dans ces sortes de phrase, ρα exprime l’idée de la persuasion ; il est plus fort que εκτως, et plus faible que δ, qui exclut tout doute, excepté lorsqu’on emploie δ ironiquement, comme VI, 81, 3 […] ».

37  Voir J.-B. Gail, « Observations littéraires et critiques sur Thucydide », Histoire grecque de Thucydide, volume X, p. 58-59.

38  On pense à A. Croiset qui écrit dans sa préface à son édition de Thucydide (p. XIII-XIV) : « À moins qu’un manuscrit n’ait été manifestement copié sur un autre depuis la première ligne jusqu’à la dernière, et uniquement copié sur celui-là, rien ne prouve qu’il n’ait pas recueilli, fût-ce par des canaux plus lointains et plus détournés, quelques débris de la vraie tradition qui manquent au premier ». Cf. A. Croiset, Journal des savants (1916), p. 35 : « […] un certain nombre de leçons généralement écartées a priori comme provenant de manuscrits secondaires, ne sont aucunement imputables aux copistes du Moyen Âge, mais remontent à une haute Antiquité. Il faudra donc se défier de plus en plus des éliminations systématiques, résultant de principes trop absolus en matière de classement ».

39  J.-B. Gail, « Notes supplémentaires aux observations critiques sur Thucydide, 1er supplément », Histoire grecque de Thucydide, volume X, p. 32.

40  Dans la troisième partie du « Mémoire sur Thucydide », J.-B. Gail note, en page 65, que « λe morceau sur la nature et les résultats des factions dans la Grèce, est un des plus fortement pensés ; il est, en même temps, un des plus difficiles de notre auteur. Je l’avais abandonné, il y a 12 à 13 ans, lorsque je préparais une traduction de Thucydide ; j’y suis revenu depuis que je travaille à ce mémoire ».

41  Cette méthode, note J.-B. Gail, n’a pas été suivie pour l’ouvrage tout entier, l’idée lui en étant venue seulement au quatrième livre. Voir J.‑B. Gail, « Notes et détails supplémentaires », Histoire grecque de Thucydide, volume X, p. 296.

42  Voir J.-B. Gail, « Notes et détails supplémentaires », Histoire grecque de Thucydide, volume X, p. 298-299.

43  Voir J.-B. Gail, « Notes supplémentaires aux observations critiques sur Thucydide, 1er supplément », Histoire grecque de Thucydide, volume X, p. 22. À ce propos il faut souligner l’importance de ces « Notes supplémentaires » qui apportent au lecteur des renseignements précieux pour la compréhension de l’expédition de Sicile. On distinguera les « Observations relatives à la description géographique de la Sicile » ; « Thucydide, Denys d’Halicarnasse et Virgile, d’accord dans leurs observations géographiques » ; « Distinction à établir entre les Sicaniens, les Sicules et les Siciliens » ; « Position de Syracuse » ; « Route de l’expédition des Athéniens en Sicile » ; « Erreur du scholiaste grec » ; « Explication du chap. 26 qui contient à lui seul le récit de plusieurs expéditions en Sicile ».

44  Voir J.-B. Gail, Harangue de Démosthène, Sur la Couronne. Texte grec avec notes et index, Paris, Delalain, 1813, p. 157. J.-B. Gail évoque ailleurs (« Observations littéraires et critiques sur Thucydide », Histoire grecque de Thucydide, volume X, p. 289), pour appuyer une interprétation, les lois de la symétrie et de la logique : « Pour la défense de [ce que je propose], n’ai-je pas les lois de la logique, et celles de la symétrie surtout ! ».

45  Voici le texte communément consulté du TLG (Thesaurus Linguae Graecae, Irvine, University of California) qui se fonde sur celui de la Loeb dans laquelle, comme dans les éditions d’H. Weil (Hachette, 1877) et de Georges Mathieu (CUF, 1947), τπον a été choisi à la place de πορθμν: […] να μ, δερ’ παγγειλντων μν τι μλλει κα παρασκευζεται πορεεσθαι, ξλθοιθ’ μες κα περιπλεσαντες τας τριρεσιν ες Πλας σπερ πρτερον κλεσαιτε τν τπον […]. G. Mathieu traduit ainsi : « […] cela pour éviter que, si nous annoncions ici qu’il va avancer et s’y prépare, vous ne partiez en expédition et, venant avec une flotte aux Thermopyles comme auparavant, vous ne barriez la région […] ». C. Bouchet (Démosthène, Philippiques, Sur la Couronne, Eschine, Contre Ctésiphon, GF Flammarion, 2000) traduit également selon cette leçon : « […] il [Philippe] voulait éviter que, si nous annoncions ici qu’il se destinait et se préparait à faire mouvement, vous ne partiez en expédition et qu’en croisant avec vos trières vers les Thermopyles, comme autrefois, vous ne fermiez cet endroit […] ». Dans la Teubner, Leipzig, 1861 (Demosthenis orationes ex recensione Guilielmi Dondorfii), en revanche, le mot πορθμν a été conservé : […] να μ, δερ’ παγγειλντων μν τι μλλει κα παρασκευζεται πορεεσθαι, ξλθοιτε μες κα περιπλεσαντες τας τριρεσιν ες Πλας σπερ πρτερον κλεσοιτε τν πορθμόν […]. L’interprétation de J.-B. Gail prend alors tout son sens.

46  J.-B. Gail, Harangue de Démosthène, Sur la Couronne, p. XVI-XVII.

47  Procès-verbaux des séances de l’Académie, Tables pour la période 1795-1835, Institut de France, Académie des sciences, Séance du 21 fructidor an 7, p. 619-620.

48  Le procès-verbal est signé de Cuvier, Richard et Lacepède.

49  Voir Cicéron, L’Orateur 30 et 32 : « Les harangues elles-mêmes présentent tant de phrases obscures et enveloppées que c’est à peine si on les comprend, ce qui est bien, dans un discours politique, le plus grave défaut » ; « personne [les imitateurs de Thucydide] cependant n’imite de lui la force du vocabulaire et de la pensée, mais quand ils ont articulé quelques paroles tronquées et incohérentes, ce qu’ils auraient pu faire même sans maître, ils se croient d’authentiques Thucydides. » (trad. Yon, CUF, 1964).

50  Voir J.-B. Gail, « Mémoire sur Thucydide », Histoire grecque de Thucydide, volume IX, p. 2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Battistini, « Jean-Baptiste Gail, une lecture de Thucydide au XIXe siècle », Cahiers des études anciennes, XLVI | 2009, 31-54.

Référence électronique

Olivier Battistini, « Jean-Baptiste Gail, une lecture de Thucydide au XIXe siècle », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVI | 2009, mis en ligne le 25 février 2010, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://etudesanciennes.revues.org/164

Haut de page

Auteur

Olivier Battistini

Université de Corse

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers des études anciennes

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org