Navigation – Plan du site
I. Le narrateur et les choix critiques du destinataire
I. 2 Le philologue et les arrangements avec l'histoire

Dissimulation et aveu chez César autour du combat de cavalerie préliminaire du siège d’Alésia (Bellum Gallicum VII, 66, 2)

Jean-Yves Guillaumin
p. 55-69

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Alésia, César, historiographie, manipulation
Haut de page

Texte intégral

  • 1  M. Rambaud, L’Art de la déformation historique dans les Commentaires de César, Paris, Les Belles L (...)

1On sait depuis longtemps, et surtout grâce à l’acribie de M. Rambaud, que l’œuvre d’historien de César ne prétend pas à une objectivité complète, c’est le moins que l’on puisse dire. L’auteur de la Déformation historique1, avec patience et sagacité, a traqué dans les Commentaires les moyens avec lesquels se développe dans le corpus césarien un art de la dissimulation qui, secondé par le martèlement incessant du nom de César à la troisième personne, est un fondement essentiel d’une entreprise de propagande dont le caractère systématique n’offre que peu d’autres exemples dans les textes historiques de l’Antiquité. Là-dessus, on ne peut certes prétendre apporter du nouveau. Mais, étant posées les conclusions de M. Rambaud, il est possible d’examiner, sur un passage qui n’a pas été travaillé par cet auteur, la manière dont se développe la subtilité de César dans des circonstances où il n’a pas intérêt à tout dire, ni à le dire trop clairement.

  • 2  Le point le plus septentrional est Genève. César ne peut songer à atteindre Vienne : les vallées d (...)

2La phrase BG VII, 66, 2 se recommande à l’attention par sa structuration soignée et par le fait qu’avec elle, on entre dans le récit des événements d’Alésia, point culminant du livre VII et peut-être de l’œuvre entière. Le contexte doit être rappelé. En ce début du mois d’août 52, la situation du conquérant des Gaules n’est pas vraiment florissante. Depuis l’apparition du soulèvement général orchestré par Vercingétorix (début de cette année 52), César a bien connu le succès à Avaricum (mais c’était à la suite de la mauvaise volonté des Gaulois à appliquer à cette ville la « terre brûlée » préconisée par Vercingétorix), et son lieutenant Labienus n’a pas été trop malheureux à Lutèce. Mais dans le même temps où Labienus faisait campagne contre les Parisii, César, avec la moitié d’armée qu’il avait personnellement conservée, se faisait rosser à Gergovie ; il se retrouvait ensuite dans une situation délicate, à peu près enfermé au cœur de la Gaule par des peuples hostiles (ne lui restaient guère que l’amitié des Rèmes et la neutralité des Trévires), et sans cavalerie (cette arme était constituée par la cavalerie des Éduens alliés, mais depuis Gergovie ceux-ci ont rejoint la coalition gauloise). Ayant passé le début de l’été le plus vraisemblablement dans la région de Langres, château fort où il avait pu attendre d’une part le retour de Labienus ramenant toutes les troupes romaines (impedimenta totius exercitus et cum omnibus copiis, BG VII, 62, 10) depuis la base d’Agedincum-Sens, d’autre part l’arrivée des indispensables renforts de cavalerie germanique qu’il avait exigés des Ubiens, il avait ensuite décidé de rejoindre la Province où les choses allaient mal. L’heure, on le voit, n’était plus à l’offensive. C’est ainsi qu’il décida d’un axe de marche que la phrase 7, 66, 2 identifie : territoire lingon, pays séquane, Province romaine2. Cette mise en place rapide du cadre nous permet de lire la phrase en question (avec, ensuite, le début du § 3, conuocatisque…), annonciatrice du combat de cavalerie préliminaire du siège d’Alésia :

Magno horum coacto numero, cum Caesar in Sequanos per extremos Lingonum fines iter faceret, quo facilius subsidium prouinciae ferri posset, circiter milia passuum X ab Romanis trinis castris Vercingetorix consedit conuocatisque ad concilium praefectis equitum uenisse tempus uictoriae demonstrat […]

Vercingétorix forme de ceux-ci [scil. les cavaliers qu’il a demandés à tous les peuples coalisés] un corps nombreux et, comme César faisait route vers le pays des Séquanes en traversant l’extrémité du territoire des Lingons, afin de pouvoir plus aisément secourir la Province, il s’établit, dans trois camps, à environ dix mille pas des Romains ; il réunit les chefs de ses cavaliers et leur déclare que l’heure de la victoire est venue […] (dans la belle traduction Constans, CUF, 1926).

I. Une apparente clarté très césarienne

  • 3  Mais ce n’est pas avec tous les cavaliers dont il dispose que Vercingétorix entend organiser son a (...)

3La phrase juxtapose et réunit, pour la facilité de quiconque souhaite avoir une vue d’ensemble de la stratégie des deux adversaires, les actions de César et celles de Vercingétorix. Du côté gaulois, formation d’un important corps de cavalerie3 et établissement en trois camps sur un point qui est situé par rapport à l’armée de César ; puis, à la phrase suivante (§ 3), discours bravache. Du côté romain, cheminement vers la Province, inscrit dans une claire démarche stratégique, quo facilius subsidium prouinciae ferri posset. Comme de bien entendu, c’est le nom de César qui apparaît d’abord, et Vercingétorix à la fin seulement : l’un mène le jeu, l’autre le suit et tombe dans ses panneaux ; c’est parce que (cum et le subjonctif, si on sollicite un peu le sens de ce cum « historique ») César a choisi tel itinéraire que Vercingétorix est obligé de s’adapter (consedit). Le début du discours du Gaulois tel qu’il est rapporté, uenisse tempus uictoriae (§ 3), résonne alors avec une certaine ironie dans le texte césarien : de cette ouverture alésienne sera bien indigne son dénouement et, si le temps de la victoire est arrivé, c’est celui de la victoire romaine, pense, guidé par le mémorialiste, le lecteur informé de la suite des événements. La clarté de la phrase n’a en effet pas d’autre cause que la maîtrise dont fait preuve César dans la conduite des opérations. Rien ne lui échappe et tous les détails des déplacements sur le terrain sont de sa part les coups inspirés d’un excellent joueur d’échecs. Dans ce cum Caesar… iter faceret, il y a déjà le succès d’Alésia. Quelque part dans la zone périphérique du territoire lingon (per extremos Lingonum fines), plutôt au Sud-Est (in Sequanos), Vercingétorix s’est cru trop fort, a tout risqué et tout perdu. Voilà pour la lecture naïve, celle qui est espérée par César.

II. Des éléments étranges

4Il y a tout de même dans cette phrase des éléments qui suscitent des interrogations. On s’étonne de voir l’installation des trois camps gaulois (consedit) localisée par rapport « aux Romains » (circiter milia passum decem ab Romanis), alors même que la subordonnée situe consedit dans le contexte du mouvement lui-même des troupes romaines (cum Caesar… iter faceret). En général, cela n’a guère choqué. On se satisfait de concevoir, pour reprendre l’image précédente, les forces gauloises et romaines comme des pions sur un échiquier, déplacés instantanément sur une fulgurante intuition des deux protagonistes.

5Le problème est que, ici, et si l’on s’en tient aux troupes de César, le pion, ce sont des dizaines de milliers d’hommes (cent mille, peut-être) et d’animaux. Et ce n’est pas un point géométrique sur une carte, c’est une ligne de 30 km de long. Le proconsul est en train de mener, en cet été 52, onze légions. Il y a aussi la cavalerie des Germains fraîchement recrutés. Il y a tous les calones. Naturellement, on conduit aussi tous les approvisionnements et tout le matériel de l’armée (on pensera même aux machines, démontées et placées sur des chariots). Du côté des animaux, à côté des chevaux de la cavalerie, il faut compter une grande quantité de bêtes, des iumenta de tout poil, indispensables pour tirer les convois. Bref, on a affaire à une multitude. Les déplacements de cette multitude sont, il est vrai, organisés et codifiés par l’efficace routine militaire romaine. Mais ce qui nous intéresse est l’importance du convoi en termes de volume et de longueur, sur laquelle aucune administration ne peut rien. Faire naviguer une pareille masse implique un très haut niveau de précautions et de sécurité, une parfaite connaissance des risques de surprise pour pouvoir les parer à coup sûr. Car le nombre, dans cette situation de déplacement massif, n’est plus une supériorité mais un handicap.

6Lorsque, donc, on voit Vercingétorix s’établir, d’après le texte, cum Caesar… iter faceret, à dix milles « des Romains », ce ne peut être à quinze kilomètres d’un point en mouvement, qui n’existe pas ; c’est nécessairement à cette distance d’un camp d’étape, établi un soir pendant la marche romaine correspondant à cum Caesar… Et Vercingétorix non plus ne tombe pas tout à coup (consedit) dans ses trina castra comme un deus ex machina ; cette installation s’inscrit nécessairement chez lui dans un plan d’envergure dont certaines composantes ont déjà été exécutées, mais dont César ne dit pas un mot, parce que sans doute il les ignorait, ce qui n’est pas bien, et qu’aussi il souhaite que son lecteur les ignore, ce qui n’est pas mieux.

III. Un schéma césarien connu de phrase d’excuse

  • 4  M. Rambaud, op. cit., p. 152 sq.
  • 5  BG I, 52, 6 ; II, 12, 2 ; IV, 26, 1 ; 29, 3 ; 34, 2 ; V, 49, 1 ; VI, 44, 1 ; VII, 68, 1 (Vercingét (...)

7Les travaux de M. Rambaud4 permettent de procéder à une analyse de la phrase 66, 2 qui met au jour les véritables ressorts de sa composition. La phrase présente un procédé de style habituel chez César pour expliquer un insuccès. Ce procédé, étudié par M. Rambaud sur de nombreux exemples5, et tellement fréquent « qu’on doit se demander s’il ne domine pas toute l’œuvre » (p. 152), « consiste à introduire dans le récit avant la révélation des échecs et des fautes les indications qui peuvent soit les compenser, soit les expliquer » (p. 153). « Cette narration », dit encore sèchement l’auteur, « introduit les défaites. » Diable !

8Pour présenter, donc, « un incident malheureux », comme dit encore M. Rambaud au même endroit, César procède « toujours de la même façon. L’incident est énoncé dans la proposition principale, mais cette principale est précédée de circonstancielles qui font compensation ou qui donnent une explication du fait » (p. 153).

9Or, en 66, 2, trois circonstancielles justificatives précèdent la principale, dont le sujet est… Vercingétorix, véritable maître du jeu. Il y a d’abord un ablatif absolu : magno horum coacto numero (première justification d’une affaire qui faillit mal tourner ; fort contingent gaulois). Puis la temporelle-causale cum Caesar… iter faceret (deuxième justification : Vercingétorix a obtenu un renseignement sur l’itinéraire de César, ce qui a entraîné son action). Ensuite une finale : quo facilius… posset (troisième justification, la plus importante en direction du Sénat et du public romain : César avait adopté cet itinéraire pour se porter au secours de la Province). Enfin la principale : circiter milia passuum X ab Romanis… Vercingetorix consedit (l’aveu : le Gaulois s’est installé en position d’interception, et César ne l’a pas su…). Le schéma mis au jour par M. Rambaud apparaît clairement.

10Il y a donc de la dissimulation dans la phrase 66, 2 et dans son contexte. César ne tient pas à ce que certains détails soient trop apparents. Les éléments gommés apparaissent pour peu que l’on se penche aussi bien sur la phrase elle-même que sur l’ensemble du récit qui la précède et la suit immédiatement.

IV. Les négligences dans le renseignement sur les activités de l’adversaire : qua re nuntiata

  • 6  Comparer ce qua re nuntiata à BG V, 7, 1 : qua re cognita,et V, 7, 6 : qua re nuntiata (César appr (...)
  • 7  Ch. Jordan, César et Attila en Gaule. 3 énigmes historiques, Paris, Éditions des Trois magots, 194 (...)

11Lorsque se déclenchera l’attaque de la cavalerie gauloise contre les convois de César (ou plus précisément, bien sûr, contre une partie de ces convois, la tête de colonne sans doute, pour désorganiser l’ensemble), il faudra que l’on vienne en avertir César : qua re nuntiata, dit le texte. Il n’est donc pas en tête de son dispositif de marche et, surtout, l’événement le surprend6. Il a pourtant des services de renseignement, mais il ne les a pas fait fonctionner, ou insuffisamment ; il n’a pas connu par ses exploratores l’installation trinis castris de Vercingétorix et la menace imminente qui pesait sur son déplacement. Comme l’écrit Ch. Jordan, « la surprise est complète. […] Il est informé par un agent de liaison (qua re nunciata [sic]) ; aucun élément n’avait été consacré à la sécurité rapprochée puisqu’on a ignoré la proximité de l’ennemi »7. On ne peut pas dire que ce soit un bon point pour l’imperator.

V. Une formation de marche vulnérable, le longissimum agmen

  • 8  C. Jullian, op. cit., p. 249.
  • 9  Idem, Histoire de la Gaule, t. 3 : La Conquête romaine et les premières invasions germaniques, Par (...)
  • 10  [Napoléon III], Histoire de Jules César, 2 : Guerre des Gaules, Paris, H. Plon, 1865 (in-folio ave (...)
  • 11  Ch. Jordan, op. cit., p. 38.
  • 12  Le combat du Sabis (Sambre ?) en BG II, 17-27.

12Quand une armée romaine se déplace en présence de l’ennemi, la formation adoptée est l’agmenquadratum, légions disposées en carré, les impedimenta au centre, pour pouvoir faire face efficacement à une attaque. Or, telle n’est pas la disposition de l’armée de César au moment de l’attaque des cavaliers gaulois. Le chef romain a adopté le longissimum agmen, formation qui a cours soit quand on s’estime hors de portée d’un danger, soit quand le terrain l’impose : en secteur montagneux, par exemple. Mais le longissimum agmen, si l’ennemi est dans les parages, est une formation très dangereuse et pour ainsi dire faite pour être attaquée, comme l’écrira Tacite : longum impedimentorum agmen, opportunum ad insidias […](Annales II, 5) ; César lui-même avait fait reproche aux malheureux Titurius et Cotta d’avoir imprudemment abandonné leur camp en pareil équipage (longissimo agmine maximisque impedimentis, BG V, 31, 6). C’est bien en longissimum agmen que chemine l’armée romaine en ce jour d’août 52, puisque, lorsque sont exécutés les ordres de César en face du déferlement des trois corps de cavaliers gaulois, le texte précise en effet (67, 3) que « la colonne fait halte ; on rassemble les bagages au milieu des légions ». Tel était bien le plan de Vercingétorix : attaquer les Romains agmine impeditos, « en ordre de marche et embarrassés par leurs bagages » (trad. Constans, CUF, 1926, pour 66, 4). D’ailleurs la cavalerie gauloise, au dernier moment, aurait hésité à charger une tête de colonne romaine qui, contre toutes les prévisions (cf. 66, 4), se serait présentée en agmen quadratum, la promesse de « traverser à cheval par deux fois les rangs ennemis » (66, 7) s’avérant dès l’abord impossible à honorer. C. Jullian a bien vu « un interminable convoi d’hommes et de bagages ; les troupes cheminaient en longue colonne, chaque légion séparée des autres par des trains d’équipage »8 ; « le matin, César se mit en marche, comme à l’ordinaire, légions et bagages intercalés »9. Napoléon III aussi avait restitué un longissimum agmen : « Il partit le lendemain en colonne de route, les légions à une grande distance l’une de l’autre, séparées par leurs bagages »10. Doit-on voir dans le longissimumagmen une preuve de la sérénité (hors de propos) de César, comme le faisait Ch. Jordan : « D’après les Commentaires chaque Légion est suivie de ses bagages, ce qui prouve bien que César se croit en toute sécurité puisque cet ordre de marche est celui qu’il prescrit généralement loin de l’ennemi »11 ? Ou bien César n’a-t-il pas pu faire autrement, s’il se trouvait dans une zone topographiquement accidentée ? Il fallait alors qu’il eût été entraîné par son adversaire dans une situation peu enviable, pour avoir accepté de prendre le risque de s’y déplacer en pareille formation. Dans les deux cas, l’image de César n’est pas rehaussée aux yeux du lecteur pourvu d’esprit critique. Pour reprendre une phrase que M. Rambaud (p. 165) applique à un autre épisode12, « sa faute était de n’avoir pas respecté les règles de la sûreté ».

VI. Dévoiement de la règle des trois unités

13Ce que suggère le texte de César à son lecteur, c’est, si l’on peut dire, une lecture selon la règle des trois unités. L’unité de lieu : le lecteur, par la manière dont la phrase est organisée, est conduit à imaginer un seul théâtre géographique pour les trois camps de Vercingétorix, son conseil de guerre, l’attaque de cavalerie, et l’emplacement d’Alésia ; il ne lui faut, pour cela, que négliger les contraintes de déplacement de forces militaires de plusieurs milliers d’hommes, mais les stratèges en chambre le font sans trop rechigner, puissamment aidés et stimulés par l’écriture alerte et haletante dont use ici le mémorialiste. Le théâtre suggéré est alors spontanément situé per extremos Lingonum fines. L’unité de temps : entre la fin d’une journée de marche de l’armée romaine, c’est-à-dire le moment où la tête de la colonne, au moins, installe ses castra pour la nuit, et « le lendemain » (altero die), soit sur un ensemble d’environ vingt‑quatre heures, on bloque tout : une installation précipitée et hâtive de Vercingétorix (avec plusieurs milliers de cavaliers et de l’infanterie !), la réunion de son conseil de guerre avec les serments solennels, et immédiatement après, le combat lui-même (préparé d’étrange façon par le Gaulois, dans une pareille précipitation, s’il est vrai qu’il le prévoyait décisif). L’unité d’action : elle ressort de ce que je viens de dire ; c’est « le combat de cavalerie », purement et simplement.

14Cela est bien commode pour l’auteur de la Guerre des Gaules. Car ainsi est complètement gommée la stratégie préalable de Vercingétorix. De quoi, en effet, le consedit a-t-il été nécessairement précédé dans les jours passés et même dans les semaines passées ? Si Vercingétorix s’établit à quinze kilomètres d’un endroit où les Romains vont faire étape, c’est qu’il est désormais fixé sur l’itinéraire de retraite adopté par César. Il y a eu, avant le choix définitif, d’autres possibilités de mouvement pour le Romain. Il a fallu, côté gaulois, les faire surveiller ; en même temps, puisque Vercingétorix prévoyait de tenter d’en finir, avant le passage de César dans la Province, par une bataille importante, il lui fallait bien prévoir le cas où cette bataille ne répondrait pas à ses souhaits ; il a donc fait organiser à proximité immédiate, pour l’éventualité d’un siège, un oppidum de repli, celui d’Alésia, où le petit peuple des Mandubiens, nécessairement sur son ordre, a fait entrer une quantité d’approvisionnements suffisante pour nourrir pendant un certain laps de temps une armée énorme (80 000 hommes et, pendant les premiers jours du siège, 15 000 cavaliers — avec les chevaux). En tout cela, le rôle du service de renseignements de Vercingétorix a été de première importance, alors que dans le même temps les exploratores romains n’ont pu saisir l’ampleur et la localisation de ces préparatifs, ni les déplacements des troupes gauloises et surtout de celles qui ont été conduites sur le lieu du guet-apens. Telle n’est pas l’image de Vercingétorix stratège qui ressort d’une lecture trop rapide et naïve de la phrase 66, 2.

  • 13  C. Jullian, op. cit. n. 2, p. 249.

15Le Gaulois, si on lit comme sans doute le souhaite César, a perdu ses nerfs et s’est rué dans ce que C. Jullian appelle une « folle bataille »13. Ainsi est gommée, du même coup, la manière dont César est venu donner tête baissée dans le panneau, avec sa formation en longissimum agmen ; bien au contraire, c’est le Romain qui a su faire preuve de sang-froid et acculer son adversaire à l’erreur fatale. Voilà à quelle perception erronée des événements conduit le véritable dévoiement de la règle des trois unités auquel se livre ici le mémorialiste.

VII. Les Séquanes

  • 14  Cf. supra n. 2.

16La mention des Séquanes occupe une place déterminante dans 66, 2 pour la définition de l’itinéraire qui a été décidé par César. Cet itinéraire, en effet, est caractérisé par trois noms : les confins du territoire lingon, les Séquanes et la Province (comprenons, avec presque tous les commentateurs, qu’il s’agit du point le plus septentrional de la Province, à savoir Genève14). En fait, il suffit de se représenter en esprit la carte géographique de la Gaule pour voir que c’est un itinéraire de retraite. Et cela, avant que soit achevée (on est au début du mois d’août) la saison de l’année qui permet des opérations militaires. Autant dire que, sous la revendication de « porter secours à la Province », César en réalité jette l’éponge. Autant dire que l’itinéraire prévu est un aveu de faiblesse. On n’a pas affaire ici, contrairement à ce qu’il veut laisser entendre, au mouvement délibéré d’un général qui maîtrise la situation et, éventuellement, reprendrait la lutte contre son adversaire, mais à une marche en retraite qui sent la déconfiture. De fait, Gergovie a changé la donne dans la campagne de 52 : du côté romain, on peut imaginer l’état du moral dans la troupe (point besoin d’imaginer, d’ailleurs, puisque Plutarque le dit : πολλν θυμαν, Vie de César 26, 5). Avouons qu’il y a bien de quoi : au lieu des euphémismes de César à la fin du récit de Gergovie (sept cents hommes desiderati, ce qui est faire bon marché des éclopés et des blessés graves), Suétone (César 25, 4) dit carrément legione fusa, ce qui, en proportion, fait beaucoup sur les six légions qu’avait gardées César pour les opérations de Gergovie, en confiant pendant ce temps le reste de l’armée à Labienus pour lutter contre les Parisii. Après Gergovie, César s’est rendu dans la région de Langres où il a attendu l’indispensable renfort des cavaliers demandés aux Germains et où Labienus l’a rejoint en ramenant depuis la base de Sens l’ensemble de l’armée. C’est de là que, per extremos Lingonum fines, son itinéraire du mois d’août doit le conduire dans la Province par la traversée du pays séquane.

17Sans doute compte-t-il sur la vieille amitié des Séquanes, délivrés par lui (mais c’était en une tout autre époque et un tout autre contexte) de la menace d’Arioviste à l’issue de la première année de la « guerre des Gaules ». De fait, ce sera seulement quand ils penseront César définitivement enlisé aux pieds d’Alésia que les Séquanes rejoindront la coalition gauloise (VII, 75, 3). Plutarque confirme le maintien de cette amitié en appliquant aux Séquanes, dans son récit des événements d’août 52, l’expression φλων ντων. La traversée de leur territoire apparaît ainsi à César comme envisageable. Le point de sortie prévu ne pourra pas être au Nord-Est par le col de Jougne parce qu’alors on tomberait in Heluetios, ce qui serait la véritable destination inscrite sur le papier,et non dans la Province ; ni au Sud-Est où le voyage se terminerait par les dangereux passages étroits de Nantua, dans une zone où la coalition gauloise doit être active ; c’est plutôt le troisième passage possible du Jura, le passage médian, qui est envisagé, comme l’avait déjà reconnu C. Jullian.

18Il y a donc dans la mention des Séquanes en 66, 2 à la fois un aveu et une dissimulation : ce qui était entrepris était une marche en retraite pour sortir de Gaule, seule chose à faire désormais, en écourtant la durée de la campagne de 52 que l’on aurait voulue définitivement victorieuse. L’échec sera bien pire encore si c’est en territoire séquane, comme le disent explicitement deux auteurs grecs, que César se heurte successivement et solidairement à la cavalerie de Vercingétorix puis, un peu plus loin, à une Alésia imprenable. On comprendra alors que César, dans cette phrase alambiquée et concentrée, ait tout mis en œuvre pour pouvoir, sous l’apparence de la précision, dissimuler que c’est à deux doigts de la Province qu’il fut à deux doigts de sa perte. Les localisations franc-comtoises d’Alésia sont pires pour le prestige de César que la localisation à Alise-Sainte-Reine au cœur de la Bourgogne.

19De fait, Plutarque (Vie de César 26, 6-7) et Dion Cassius (XL, 39) placent expressément le combat de cavalerie de BG VII, 66-67, et donc le site du siège qui ne peut en aucune manière en être éloigné de plus d’une quinzaine de kilomètres, chez les Séquanes. Voici ce qui est écrit par Plutarque : « C’est pourquoi [scil. à cause du découragement de l’armée romaine, auquel a fait allusion la phrase précédente] celui-ci leva le camp de l’endroit où il se trouvait (κεθεν), et se porta au-delà (περβαλε) du territoire des Lingons, dans l’intention de gagner celui des Séquanes, peuple ami qui se situait devant l’Italie, face au reste de la Gaule. Là (νταθα), attaqué et cerné par plusieurs dizaines de milliers d’ennemis, il entreprit de livrer une bataille décisive ; il défit les Barbares en lançant toutes ses forces et resta vainqueur […] » (trad. Flacelière modifiée). Chez Dion Cassius, on lit que « [Vercingétorix] intercepta [César] chez les Séquanes », πλαβεν ν Σηκουανος γενμενον.

  • 15  C. Rossignol, « Alise. Étude sur une campagne de Jules-César [sic] », Mémoires de la Commission de (...)

20Or, on n’a pas de raisons sérieuses pour rejeter l’affirmation de Plutarque, dont la documentation est vaste et variée, comme l’explique l’introduction de l’édition CUF procurée par R. Flacelière et É. Chambry (tome 9, p. 134) : il a lu et utilisé César, Cicéron, Asinius Pollion, C. Oppius, Tite-Live, Strabon, Tanusius ; cela fait de l’écrivain grec « pour les historiens une source extrêmement importante », dit R. Flacelière (CUF, tome 1, 1957, p. XXIX). Quant à Dion Cassius, si son ν Σηκουανος γενμενον mettait en grande colère l’impétueux Rossignol, archiviste de la Côte-d’Or au XIXe siècle, lequel le voyait « comme un homme ivre qui balbutie »15, il a fait l’objet, il y a trente ans, d’un travail très approfondi de G. Zecchini, Cassio Dione e la guerra gallica di Cesare (Milan, 1978), qui débouche sur la réhabilitation de l’écrivain bithynien. Les conclusions de notre collègue italien, en effet, sont claires. Lorsque Dion paraît s’écarter de César ou lorsqu’il ne dit pas les choses de la même façon, c’est Dion que l’on doit suivre pour corriger César. Car Dion remonte à des sources contemporaines de César, mais indépendantes de lui et hostiles à l’imperator ; en dernière analyse, G. Zecchini pense que la matière de Dion vient d’un annaliste pré-livien, sans doute Quintus Aelius Tubero. Or, l’analyse détaillée des récits donnés par les deux écrivains grecs sur l’ensemble des événements d’Alésia, et particulièrement sur tout ce qui concerne la retraite de l’armée romaine, montre qu'ils sont en grande cohérence avec celui de César et l’on ne relève, entre ces différents auteurs, aucune contradiction.

VIII. Un salut inespéré ; les κάλλιστα de César

21Le piège tendu par Vercingétorix ne fonctionnera pas, en définitive. D’abord parce que, dans sa parfaite connaissance de la situation de César et de l’itinéraire de retraite qu’il adoptait finalement, une chose manquait : Vercingétorix ignorait que César avait reçu un renfort de cavaliers germains. Il était normal qu’il l’ignorât, parce que ces cavaliers, venus de chez les Ubiens, avaient été réceptionnés par César quelque part du côté de Langres, c’est-à-dire trop loin des zones sur lesquelles le Gaulois pouvait actionner son service de renseignement, et en pays ami pour César (il n’en restait pas tant). Ce sont précisément ces Germains qui emporteront la décision à l’issue d’une lutte très longue : tandem Germani… Il leur aura fallu le temps de remonter la colonne romaine depuis l’endroit où ils se trouvaient, sans doute près de César lui-même dont ils pouvaient constituer la garde. Ensuite, lors du siège lui-même, à cause de la compétence romaine dans les travaux d’investissement. C’est-à-dire que c’est le tacticien César qui, in fine, vaincra le stratège Vercingétorix. On comprend pourquoi les chapitres du livre VII qui sont consacrés au siège s’étendront avec tant de complaisance sur la réalisation des travaux de blocus accomplis sur l’ordre de César.

22Mais, du point de vue de la stratégie, celui-ci s’était montré bien loin de compte. Contraint à la retraite d’urgence vers la Province et essayant de déguiser le mieux possible cet échec en opération délibérée entraînant Vercingétorix dans un piège, noyant l’itinéraire et les opérations dans une phrase susceptible de ne pas trop faire apparaître de quelle manière ce fut lui qui fut réellement piégé par son adversaire, César met tout son soin à gommer la faute stratégique qui l’a conduit à se jeter dans la gueule du loup. Dissimuler d’abord qu’il faisait retraite, ensuite que pendant cette retraite il subit une attaque qu’il n’avait pas prévue, voilà ce que cherche César dans la construction de la phrase VII, 66, 2 et dans son contexte.

  • 16  J. Carcopino, Alésia et les ruses de César, Paris, Flammarion, 1970 (1958).

23L’effet recherché par le narrateur peut fonctionner encore chez ceux de ses lecteurs qui, à l’imitation de J. Carcopino, persistent à voir dans l’ensemble des événements d’Alésia le triomphe des « ruses de César »16. Les autres — sont-ils ou non les plus nombreux, je ne sais — se bornent à admirer la maîtrise de l’homme de guerre et de l’homme politique, c’est-à-dire du πραγματικς, qui raconta lui-même les événements dans lesquels il fut impliqué, à défaut de les diriger toujours : la manière dont il les raconta ne dément pas le superlatif κλλιστα utilisé par Polybe à propos de l’historien qu’il souhaite, et il sut le faire de manière utile et même nécessaire (ναγκαα) pour lui-même, si ce n’est pour les autres.

Haut de page

Notes

1  M. Rambaud, L’Art de la déformation historique dans les Commentaires de César, Paris, Les Belles Lettres, 1966 (1952).

2  Le point le plus septentrional est Genève. César ne peut songer à atteindre Vienne : les vallées de la Saône et du Rhône sont tenues par les Éduens ; et c’est contre les Allobroges que Vercingétorix, comme l’a bien souligné C. Jullian, Vercingétorix, Paris, Hachette, 1914 (1901), p. 241-242, fait porter l’essentiel de ses efforts, militaires comme diplomatiques.

3  Mais ce n’est pas avec tous les cavaliers dont il dispose que Vercingétorix entend organiser son attaque contre César, comme l’indique le génitif partitif horum.

4  M. Rambaud, op. cit., p. 152 sq.

5  BG I, 52, 6 ; II, 12, 2 ; IV, 26, 1 ; 29, 3 ; 34, 2 ; V, 49, 1 ; VI, 44, 1 ; VII, 68, 1 (Vercingétorix a pu s’échapper) ; BC I, 40, 3 ; 68, 1 ; III, 40, 3 ; 46, 6. Plus complexes : BG III, 7, 1 ; IV, 30, 1-2 ; V, 7, 5 ; 22, 4 ; 24, 1 ; VI, 30, 2 ; BC II, 27, 2 ; III, 101, 2.

6  Comparer ce qua re nuntiata à BG V, 7, 1 : qua re cognita,et V, 7, 6 : qua re nuntiata (César apprend que Dumnorix a quitté le camp à son insu avec la cavalerie éduenne).

7  Ch. Jordan, César et Attila en Gaule. 3 énigmes historiques, Paris, Éditions des Trois magots, 1947, p. 46.

8  C. Jullian, op. cit., p. 249.

9  Idem, Histoire de la Gaule, t. 3 : La Conquête romaine et les premières invasions germaniques, Paris, Hachette, 1931(1908), p. 499.

10  [Napoléon III], Histoire de Jules César, 2 : Guerre des Gaules, Paris, H. Plon, 1865 (in-folio avec cartes en couleur) ; 1866 (in-quarto avec atlas in-folio en noir), p. 334 de l’édition de 1866.

11  Ch. Jordan, op. cit., p. 38.

12  Le combat du Sabis (Sambre ?) en BG II, 17-27.

13  C. Jullian, op. cit. n. 2, p. 249.

14  Cf. supra n. 2.

15  C. Rossignol, « Alise. Étude sur une campagne de Jules-César [sic] », Mémoires de la Commission des Antiquités du département de la Côte-d’Or 4 (1853-1856), p. 171-292 ; ici p. 22 du tiré-à-part, Dijon-Paris, 1856.

16  J. Carcopino, Alésia et les ruses de César, Paris, Flammarion, 1970 (1958).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Yves Guillaumin, « Dissimulation et aveu chez César autour du combat de cavalerie préliminaire du siège d’Alésia (Bellum Gallicum VII, 66, 2) », Cahiers des études anciennes, XLVI | 2009, 55-69.

Référence électronique

Jean-Yves Guillaumin, « Dissimulation et aveu chez César autour du combat de cavalerie préliminaire du siège d’Alésia (Bellum Gallicum VII, 66, 2) », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVI | 2009, mis en ligne le 13 mars 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/167

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Guillaumin

Université de Franche-Comté

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org