Navigation – Plan du site
II. Action politique et mémoire collective

Plutarque, les Préceptes politiques et le récit des Guerres médiques

Thomas Schmidt
p. 101-128

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Plutarque, politique
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour une évaluation récente avec la bibliographie antérieure, voir T. Duff, Plutarch’s Lives. Expl (...)
  • 2  On mentionnera à titre d’exemples les études de P. A. Stadter, Plutarch’s Historical Methods : an (...)
  • 3  La dimension politique de l’œuvre de Plutarque est toutefois bien étudiée, cf. notamment G. J. D A (...)

1Il est a priori surprenant de rencontrer un auteur comme Plutarque dans les actes d’un colloque visant à déterminer si l’expérience politique change la manière d’écrire l’histoire. Plutarque, en effet, n’est pas un historien, mais un biographe. C’est une distinction qu’il tient lui-même à faire dans la préface de sa Vie d’Alexandre (1, 2) et qui a fait couler beaucoup d’encre1. Sans entrer dans ce débat, on peut toutefois considérer comme suffisamment admis par la recherche moderne que Plutarque, d’une certaine manière, écrit aussi de l’histoire2. En revanche, il faut bien convenir que, dans la conscience collective des spécialistes de l’Antiquité, le nom de Plutarque n’est pas spontanément associé à l’action ou à la réflexion politiques3. Plutarque n’est pas un Thucydide ou un Xénophon, ni un Démosthène ou un Arrien, encore moins un Polybe, ni non plus un Salluste, un César ou un Cicéron, tous des auteurs avec une évidente expérience politique.

  • 4  Un excellent aperçu de la carrière politique de Plutarque est offert par Th.Renoirte, Les Conseils (...)
  • 5 Cf. K. Ziegler, op. cit., col. 657 (et 643) ; R. H. Barrow, op. cit., p. 36-37 ; C.P.Jones, op. cit (...)
  • 6  P. A. Stadter, « Plutarch : Diplomat for Delphi ? », in L. De Blois, J. Bons, T.Kessels& D. M. Sch (...)

2Et pourtant, Plutarque lui aussi a mené une carrière politique, comme la plupart des notables de son temps4. Celle-ci semble avoir commencé très tôt, puisque Plutarque nous raconte lui-même (Praecepta gerendae reipublicae 816c-d) que, tout jeune (probablement dans sa jeune vingtaine), il fut envoyé en ambassade auprès du proconsul de la province d’Achaïe, à Corinthe, vraisemblablement pour défendre les intérêts de sa cité, Chéronée, ou peut-être pour le compte de la Béotie5. Cette activité d’ambassadeur, courante pour les membres de l’élite locale, s’est poursuivie pour le jeune Plutarque et, si les hypothèses de Philip Stadter sont exactes6, il est possible que son voyage en Égypte, en 69-70, ait coïncidé avec une ambassade auprès du nouvel empereur, Vespasien, qui séjournait alors à Alexandrie.

  • 7  Les références de Plutarque à ces voyages se trouvent en Quaestiones Romanae 275b-c ; De curiosita (...)
  • 8 Cf. K. Ziegler, op. cit., col. 655 ; R. H. Barrow, op. cit., p. 43 ; C. P. Jones, op. cit., p. 23-2 (...)

3Par la suite, Plutarque fit plusieurs séjours à Rome, à des fins académiques comme il le précise dans sa Vie de Démosthène (2, 2), mais aussi comme ambassadeur pour défendre les intérêts de Delphes, de la Béotie, voire de la Grèce auprès de personnages influents ou même directement à la cour impériale7. Le nombre et les dates de ces séjours ne sont pas connus avec précision. Le premier eut vraisemblablement lieu dans les années 70, le dernier au début des années 90, quand Plutarque fit peut-être partie de l’ambassade envoyée par Delphes auprès de Domitien. En 93-94 (la date est incertaine), Plutarque se retira définitivement à Chéronée, peut-être en lien avec l’expulsion des philosophes grecs de Rome décrétée par Domitien à la suite de troubles politiques, dans lesquels furent impliqués plusieurs des protecteurs romains de Plutarque8.

  • 9  Sur les diverses magistratures exercées par Plutarque, voir K. Ziegler, op. cit., col. 657-659 (et (...)

4À Chéronée, Plutarque n’a pas dédaigné occuper des postes mineurs, comme celui de téléarque, magistrat chargé de la surveillance des travaux publics (cf. Praecepta gerendae reipublicae 811b), mais il a aussi revêtu des fonctions plus importantes, par exemple celle d’archonte éponyme (cfQuaestiones conviviales 642f et 693f), et, au niveau provincial, il a occupé pendant de très nombreuses années l’un des deux postes permanents de prêtre d’Apollon à Delphes (cf. An seni 792f ; Quaestiones conviviales 700e et 709a, et SIG3 829A), une fonction qui impliquait d’importantes et prestigieuses activités politiques : agonothète des jeux pythiques (cf. An seni 785c), membre du Conseil et épimélète de l’Amphictyonie (cf. An seni 785c, Praecepta gerendae reipublicae 813d), et peut-être aussi béotarque et helladarque (cf. An seni 784c et Praecepta gerendae reipublicae 813d), une carrière qu’il poursuivit jusqu’à la fin de sa vie (cf. An seni 783c) et qui lui valut les honneurs d’un monument commémoratif élevé conjointement par les cités de Chéronée et de Delphes dans le lieu même de réunion du Conseil de l’Amphictyonie (cf. SIG3 843A)9.

  • 10 Cf. K. Ziegler, op. cit., col. 657-658 ; R. H. Barrow, op. cit., p. 46 ; C.P.Jones, op. cit., p. 29 (...)
  • 11 Cf. K. Ziegler, op. cit., col. 658 ; R. H. Barrow, op. cit., p. 49-50 ; C.P.Jones, op. cit., p. 34  (...)

5Selon une notice de la Souda (Π 1793 Adler), Plutarque aurait aussi reçu de Trajan les insignes consulaires, une très haute marque d’honneur dont l’attribution au Chéronéen a souvent été mise en doute, mais qui n’est pas improbable au vu des relations importantes qu’il entretenait avec les plus hauts fonctionnaires romains10. Enfin, à la toute fin de sa vie, en 119-120, selon une information transmise par Eusèbe de Césarée (chez Georges le Syncelle, p. 659 Dindorf = p. 426, 22-23 Mosshammer), l’empereur Hadrien l’aurait nommé procurateur de la province d’Achaïe, ce qui en revanche semble fort improbable vu l’âge très avancé de Plutarque (près de 80 ans), mais qui est accepté notamment par K. Ziegler et C. P. Jones11.

  • 12  La liste de ses amis et relations a été établie par K. Ziegler (op. cit., col. 665-696) et par B. (...)
  • 13  T. Avidius Quietus I, proconsul d’Achaïe en 91-92, consul suffect en 93 ; T.Avidius Quietus II, fi (...)
  • 14  M. Beck, « Plutarch to Trajan : the Dedicatory Letter and the Apophthegmata Collection », inP. A. (...)
  • 15  Cf. R. Flacelière, « Trajan, Delphes et Plutarque », s. n., Recueil Plassart, Paris, Les Belles Le (...)

6Parallèlement à son activité politique, qui s’étendit sur plus d’un demi-siècle, Plutarque a entretenu des liens très étroits avec les plus hautes sphères du pouvoir à Rome et en Grèce12. Nous avons déjà vu que Plutarque fit peut-être partie d’ambassades envoyées à Vespasien et à Domitien. À ses débuts à Rome, il fut admis dans l’entourage de P. Mestrius Florus, consul sous Vespasien et proconsul d’Asie sous Domitien, avec lequel il resta lié toute sa vie et auquel il doit d’avoir reçu la citoyenneté romaine. Il devint aussi rapidement un intime des Avidii, illustre famille romaine dont les membres ont occupé les plus hautes fonctions politiques13. À un autre personnage très influent, Sosius Sénécion, consul à trois reprises (99, 102 et 107) et ami personnel de Trajan, sont dédiés les Propos de table, le De profectibus in virtute et, surtout, les Vies parallèles. D’autres dédicataires prestigieux incluent Cornelius Pulcher, procurateur d’Épire et premier helladarque du koinon achéen (pour le De capienda ex inimicis utilitate), L. Herennius Saturninus, proconsul d’Achaïe en 98-99, consul suffect en 100 (pour le Adversus Colotem) et Minicius Fundanus, consul suffect en 107, proconsul d’Asie en 122-123 (personnage principal du De cohibenda ira). Avec des amis aussi influents, il n’est pas improbable que Plutarque ait été mis en contact avec Trajan, ce que semble montrer aussi le fait que le traité Ad principem ineruditum est dédié à Trajan, tout comme l’Institutio Trajani, dont l’authenticité est rejetée par la plupart des savants, mais que M. Beck a récemment réhabilitée de façon très convaincante14, et peut-être aussi les Apophtegmes de rois et de généraux15.

  • 16  Cf. Th. Renoirte, op. cit., p. 31-36 ; K. Ziegler, op. cit., col. 817‑825 ; C.P.Jones, op. cit., p (...)

7Enfin, pour clore cette section sur l’aspect politique, il convient de rappeler que Plutarque s’est aussi intéressé à la politique d’un point de vue théorique et qu’il nous a laissé cinq traités de réflexions politiques16:

  1. Περ το τι μλιστα τος γεμσι δε τν φιλσοφον διαλγεσθαι = Maxime cum principibus philosopho esse disserendum = « Le philosophe doit surtout s’entretenir avec les grands » (776a-779c) : traité passablement mutilé dans lequel Plutarque, sans doute pour justifier son propre comportement, développe l’idée qu’il n’y a pas de honte pour un philosophe à cultiver l’amitié d’un grand et que son enseignement peut être utile ;

  2. Πρς γεμνα παδευτον = Ad principem ineruditum = « À un chef mal éduqué » (779d-782f) : texte fragmentaire qui se veut une leçon de politique pour les souverains, exhortés à la justice et à la bienveillance par le biais de la philosophie ;

  3. Ε πρεσβυτρ πολιτευτον = An seni sit gerenda res publica = « Si la politique est l’affaire des vieillards » (783a-797f) : adressé à Euphanès, archonte d’Athènes et ami de Plutarque, ce traité discute des raisons de ne pas abandonner la vie politique pour un vieillard, dont l’expérience, l’autorité, la prudence et l’absence de passions sont autant de qualités qu’il se doit de mettre au service de l’État ;

  4. Πολιτικ παραγγλματα = Praecepta gerendae reipublicae = « Préceptes politiques » (798a-825f) : écrit à la demande de Ménémachos, jeune homme de Sardes désirant faire son entrée en politique, ce traité, le plus long et le plus important des écrits politiques de Plutarque, donne divers conseils de politique appliquée ;

  5. Περ μοναρχας κα δημοκρατας κα λιγαρχας = De unius in republica dominatione, populari statu, et paucorum imperio = « Sur la monarchie, la démocratie et l’oligarchie » (826a-827c) : texte extrêmement fragmentaire dont l’authenticité a parfois été mise en doute, trop court pour qu’on puisse en juger adéquatement ; sous forme d’une conférence, Plutarque y fait l’éloge de la monarchie ; J. Sirinelli y voit « un vrai cours de science politique » (p. 394).

  • 17  Praecepta gerendae reipublicae 814a-c : Τ μν γρ μικρ παιδία τν πατέρων ρντες πιχειροντα τ(...)

8Ce long préambule aura permis de rappeler que Plutarque peut bel et bien être considéré comme un homme politique et qu’il n’était pas dépourvu d’expérience dans le domaine, aussi bien pratique que théorique. C’est un aspect qu’il faut garder à l’esprit au moment de passer à l’objet de cet article. Dans un célèbre passage de ses Préceptes politiques (814d), Plutarque conseille au jeune Ménémachos de s’abstenir d’évoquer en public des thèmes comme Marathon, l’Eurymédon et Platées, de peur qu’ils ne provoquent de dangereuses séditions contre le pouvoir romain. Voici le passage au complet17 :

Car, lorsque nous voyons les petits enfants essayer par jeu de chausser les souliers de leur père et de se coiffer de leurs couronnes, nous en rions ; mais les gouvernants qui, dans les cités, contre tout bon sens, poussent le peuple à imiter les œuvres, les sentiments et les actions des ancêtres, malgré leur disproportion avec les circonstances présentes et avec les conditions actuelles, excitent les masses, et si leurs actes prêtent à rire, leur sort n’a plus rien de risible, à moins qu’ils ne soient traités par le plus profond mépris.

  • 18  Tous les textes et les traductions cités dans cet article proviennent des éditions correspondantes (...)

Aussi bien, il y a beaucoup d’autres actions des Grecs d’autrefois dont le récit peut servir à former et à régler les mœurs de nos contemporains : par exemple, à Athènes, on ne rappellera pas les exploits guerriers, mais des faits tels que le décret d’amnistie publié après la chute des Trente ; l’amende dont Phrynichos fut frappé pour avoir représenté dans une tragédie la prise de Milet ; comment les Athéniens portèrent des couronnes quand Cassandre refonda Thèbes, et comment, en apprenant la « Bastonnade » d’Argos — où les Argiens tuèrent quinze cents des leurs — ils firent purifier leur assemblée par une cérémonie expiatoire ; comment, au moment de l’affaire d’Harpale, quand ils fouillaient les maisons, ils en épargnèrent une seule, celle d’un nouveau marié. C’est en rivalisant avec de tels gestes qu’encore aujourd’hui nous pouvons ressembler à nos ancêtres. Mais Marathon, l’Eurymédon, Platées, et tous les autres exemples qui font s’enfler et trépigner de vaine fierté le peuple, laissons-les aux écoles des sophistes !18.

  • 19  Voir notamment L. Pernot, La rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain, Paris, Institut d’é (...)
  • 20 Cf. R. Kohl, De scholasticarum declamationum argumentis ex historia petitis, Paderborn, Schoeningh, (...)
  • 21  A. Boulanger, Aelius Aristide et la sophistique dans la province d’Asie au IIe siècle de notre ère(...)

9Ce conseil de Plutarque est intéressant dans la mesure où nous savons que les Guerres médiques étaient un thème de prédilection des rhéteurs grecs de l’époque impériale19. Lucien en donne une illustration éclatante quand, dans son traité Le Maître de rhétorique (18), avec son ironie coutumière, il conseille à l’apprenti-sophiste, s’il veut avoir du succès, de traiter avant tout et en abondance le sujet des Guerres médiques. Ailleurs (Juppiter trageodus 32), il précise encore que c’était là le sujet principal des discours des rhéteurs et, de fait, on a pu calculer que les Guerres médiques représentaient environ 15% de tous les titres de déclamations historiques recensés20. Les Vies des Sophistes de Philostrate en contiennent d’ailleurs de très nombreux exemples : Scopélien de Clazomène en avait fait sa spécialité et déclamait ces thèmes avec une fureur bachique (VS 519-520), le grand Hérode Atticus vouait une admiration toute particulière aux généraux Miltiade et Cimon (VS 546-547), Alexandre de Séleucie avait traité de sujets tels que Comment Darius fut persuadé de jeter un pont par-dessus le Danube ou Artabaze dissuadant Xerxès de mener une deuxième expédition contre la Grèce (cf. VS 571-575), et d’autres sophistes avaient déclamé sur des thèmes similaires, par exemple Varus de Pergè (VS 576), Pollux de Naucratis (VS 593), Ptolémée de Naucratis (VS 595-596) et Polémon de Laodicée (VS 541). A. Boulanger a donc raison d’écrire que « c’était la matière préférée des sophistes, qu’enivrait la seule sonorité des noms de Marathon, d’Artémision, de Salamine »21 et, visiblement, ce thème n’était pas cantonné aux écoles de rhétorique, mais déclamé en public lors d’occasions diverses. Il suffit de penser au Panathénaïque d’un Aelius Aristide pour avoir une idée du tour que pouvait prendre ce genre de déclamations.

  • 22  Dans le De Herodoti malignitate 866b (cf. ci-après).

10Le conseil de Plutarque semble donc prendre le contre-pied d’une pratique courante de l’époque. Par ailleurs, ce passage est intéressant aussi et surtout parce que Plutarque lui-même a fait le récit de ces grandes batailles dans son œuvre. La victoire de Marathon est relativement peu traitée, à part une courte description dans la Vie d’Aristide (chap. 5), mais cela est dû au fait que Plutarque n’a pas écrit la biographie de Miltiade, le vainqueur de Marathon. Les autres batailles, en revanche, sont bien représentées : celle de l’Artémision figure dans la Vie de Thémistocle (chap. 7-8), celle de Salamine est racontée dans les Vies de Thémistocle (chap. 9-18) et d’Aristide (chap. 8-10), la victoire de Platées est décrite dans la Vie d’Aristide (chap.11-21) et celle de l’Eurymédon dans la Vie de Cimon (chap. 12, 5-13). On pourrait y ajouter la bataille des Thermopyles, dont Plutarque lui-même nous informe22 qu’elle était racontée dans la Vie de Léonidas, s’il n’était que cette dernière fait malheureusement partie des œuvres perdues de Plutarque. À cela s’ajoutent les discussions circonstanciées de ces batailles dans le De Herodoti malignitate (voir ci-après) ainsi que des mentions éparses dans le De gloria Atheniensium, dans les Apophtegmes laconiens et ailleurs dans ses œuvres morales.

11Dès lors, une question s’impose : ce conseil, que Plutarque donne dans ses Préceptes politiques — de laisser ces batailles aux écoles des sophistes —, a-t-il eu une influence sur sa propre façon de présenter ces glorieux événements dans son œuvre ? Pour répondre à cette question, il ne saurait être question ici de passer en revue le récit de chacune de ces batailles ; il suffira de mettre en évidence quelques aspects marquants de ces descriptions.

Le récit des exploits

12Dans un premier temps, force est de constater que Plutarque prend plaisir à raconter les hauts-faits qui ont marqué ces glorieux affrontements avec les Barbares et à rappeler la vaillance dont firent preuve les Grecs à ces occasions. Chacune des trois biographies mentionnées ci-dessus contient des scènes de ce genre : dans la Vie de Thémistocle, le combat contre Ariaménès (14, 3-4) et la vaillance des Grecs dans le détroit de Salamine (15, 4) ; dans la Vie de Cimon, l’exploit de Cimon devant la multitude des Barbares à l’Eurymédon (13, 1-3) ; dans la Vie d’Aristide, la lutte contre Masistios, « homme d’une bravoure merveilleuse, d’une taille et d’une beauté extraordinaires » (14, 5-6) ou encore la description de la bravoure des Lacédémoniens à Platées (18, 2-4), citée ici à titre d’exemple :

  • 23  Τατα το Παυσανίου θεοκλυτοντος μα τας εχας φάνη τ ερά κα νίκην μάντις φραζε. Κα δοθ (...)

Tandis que Pausanias invoquait ainsi les dieux, au milieu même de sa prière, les victimes donnèrent des signes favorables, et le devin prédit la victoire. Aussitôt, l’ordre fut donné à toute l’armée de marcher à l’ennemi, et la phalange prit soudain l’aspect d’un animal fougueux qui s’apprête à se défendre et se hérisse. Les barbares comprirent alors qu’ils auraient affaire à des gens résolus à lutter jusqu’à la mort. Ils se firent donc un rempart de tous leurs boucliers d’osier et décochèrent leurs flèches sur les Lacédémoniens. Ceux-ci avançaient en gardant leurs propres boucliers serrés les uns contre les autres et, se jetant sur les Perses, ils écartaient leurs boucliers d’osier et les frappaient de leur pique au visage et à la poitrine. Ils en abattirent ainsi beaucoup, qui ne tombèrent pas pourtant sans s’être battus vaillamment. Ils saisissaient les piques avec leurs mains nues et les brisaient fréquemment, puis s’avançaient sans hésiter contre les Grecs qui tiraient l’épée ; ils les frappaient de leurs poignards et de leurs cimeterres, leur arrachaient leurs boucliers, et, dans ce combat corps à corps, ils tinrent bon pendant longtemps23.

13On peut ajouter à cette liste l’exploit de Léonidas raconté par Plutarque dans le De Herodoti malignitate (866a-b) :

  • 24 δ’ ρόδοτος ν τ διηγήσει τς μάχης κα το Λεωνίδου τν μεγίστην μαύρωκε πρξιν, ατο πεσεν (...)

En racontant cette bataille (scil. les Thermopyles), Hérodote a encore réussi à obscurcir l’éclat du plus bel exploit de Léonidas : selon lui, tous tombèrent dans le défilé même, tout près de la Butte. Or, il en fut tout autrement. Quand ils apprirent pendant la nuit que les ennemis opéraient leur mouvement tournant, ils se levèrent et marchèrent vers le camp et vers la tente du roi, pour le tuer lui-même et trouver la mort auprès de son corps. Ils s’avancèrent donc jusqu’à la tente, tuant tous ceux qu’ils rencontraient ou les mettant en fuite. Puis, comme ils ne trouvaient pas Xerxès, ils se mirent à errer à sa recherche à travers la foule innombrable de l’armée et furent à grand’peine massacrés par les Barbares qui les encerclaient de tous côtés. Je raconterai dans ma Vie de Léonidas tous les actes de bravoure et toutes les déclarations des Spartiates qu’il passe aussi sous silence, mais il n’est pas sans intérêt d’en parler un peu dès maintenant24.

Les discours patriotiques

  • 25 κομεν γρ ο τος συμμάχοις στασιάσοντες, λλ μαχούμενοι τος πολεμίοις, οδ’ παινεσόμενοι τος (...)

14À l’évocation de ces exploits s’ajoutent les discours que Plutarque met dans la bouche de ses protagonistes et qui jouent sur la fibre patriotique des Grecs. Chacune des trois biographies concernées en comporte au moins un : dans la Vie de Thémistocle (11, 5), il y a la réponse de Thémistocle à Adimante de Corinthe (qui n’est pas nommé par Plutarque) rappelant que les Athéniens avaient abandonné leur ville parce qu’ils ne voulaient pas sacrifier leur liberté et qu’Athènes, avec ses 200 trières, demeurait néanmoins la plus grande ville de la Grèce ; dans la Vie de Cimon (14, 4), la défense de Cimon contre ses détracteurs, soulignant sa fierté d’enrichir Athènes aux dépens de ses ennemis ; et dans la Vie d’Aristide, la déclaration d’Aristide aux Lacédémoniens, expliquant au nom des Athéniens que « nous ne sommes pas venus pour nous quereller avec nos alliés, mais pour combattre les ennemis, non pour louer nos pères, mais pour montrer notre vaillance en défendant la Grèce ; c’est ce combat qui fera voir ce que vaut pour les Grecs chaque ville, chaque chef et chaque soldat » (12, 3)25, ou encore les paroles d’encouragement des soldats à la veille de la bataille de Platées :

  • 26 Oθ’ πλα βελτίω λαβόντες οτε ψυχς μείνους ο πολέμιοι τν ν Μαραθνι προσίασιν, λλ τατ μν (...)

Les ennemis n’attaqueront pas avec de meilleures armes ni des âmes plus braves qu’à Marathon ; ce sont les mêmes arcs qu’alors, les mêmes vêtements brodés, le même or sur leurs corps sans vigueur et leurs âmes sans courage. Nous, nous avons les mêmes armes et les mêmes corps avec une confiance accrue par nos victoires, et nous ne luttons pas seulement, comme les autres, pour notre pays et notre cité, mais pour nos trophées de Marathon et de Salamine, pour qu’ils ne paraissent pas l’œuvre de Miltiade et de la Fortune, mais celles des Athéniens (Vie d’Aristide 16, 4-5)26.

Les bons mots et les anecdotes

  • 27 μες, επεν, Θεμιστόκλεις, ε σωφρονομεν, δη τν κενν κα μειρακιώδη στάσιν φέντες ρξώμεθα (...)
  • 28  (ριστείδης δ πρτον μν ς εδε, πολ προελθν βόα μαρτυρόμενος λληνίους θεούς) πχεσθαι μάχη (...)
  • 29 ν τούτ δ κα Καλλικράτης, ν δέ τε κάλλιστον λλήνων κα σώματι μέγιστον ν κείν τ στρατ γ (...)

15Cette teneur patriotique se retrouve dans les bons mots et dans les anecdotes que Plutarque insère dans le récit de ces batailles. Comme nous l’avons vu ci-dessus, il l’annonce pour la Vie de Léonidas et, dans la suite du passage cité, il en donne quelques exemples, dont certains se retrouvent également dans les Apophtegmes laconiens. La Vie d’Aristide en contient un bon nombre aussi, par exemple lorsque Plutarque rapporte les paroles adressées par Aristide à son rival Thémistocle : « Toi et moi, Thémistocle, si nous sommes sages, nous laisserons désormais de côté notre vaine et puérile dissension, et nous commencerons une rivalité salutaire et honorable, en luttant à l’envi pour sauver la Grèce, toi, comme général en chef, et moi, comme ton second et ton conseiller » (8, 3)27, ou ces mots criés par Aristide aux Grecs du parti mède qui les empêchaient de passer, à savoir « de s’abstenir de combattre, de ne pas faire obstacle aux Grecs et de ne pas les empêcher de secourir ceux qui risquaient leur vie pour le salut de l’Hellade » (18, 6)28, ou encore lorsqu’il relate l’anecdote de Callicratès, « qui était, dit-on, le plus beau des Grecs et l’homme le plus grand de l’armée, [et qui], atteint d’une flèche, dit en expirant qu’il ne se plaignait pas de mourir, car il était venu de chez lui offrir sa vie pour la Grèce, mais de mourir sans avoir frappé un seul coup » (17, 8)29. De même, dans la Vie de Thémistocle, cette fierté nationale transparaît dans ces deux anecdotes rapportées à propos de Thémistocle :

  • 30 παινεται δ’ ατο κα τ περ τν δίγλωσσον ργον ν τος πεμφθεσιν π βασιλέως π γς κα δα (...)

On loue aussi sa conduite à l’égard de l’interprète qui accompagnait les hommes envoyés par le roi pour demander la terre et l’eau. Il le fit arrêter comme tel et mettre à mort par décret, parce qu’il avait osé emprunter la langue grecque pour exprimer les ordres des Barbares. On n’approuve pas moins son attitude à l’égard d’Arthmios de Zéleia. Sur la proposition de Thémistocle, cet homme fut inscrit sur la liste des gens frappés d’indignité, lui, ses enfants et sa postérité, pour avoir apporté en Grèce l’or des Mèdes (6, 3-4)30.

Les évaluations des grandes batailles

  • 31 Δι κα δοκε τς σωτηρίας ατιώτατος γενέσθαι τ λλάδι κα μάλιστα τος θηναίους προαγαγεν ες (...)
  • 32  Κίμων δ’ σπερ θλητς δεινς μέρ μι δύο καθρηκς γωνίσματα, κα τ μν ν Σαλαμνι πεζομαχί(...)
  • 33  Στρατηγίαι δ’ α μν Κάτωνος οδν ς μεγάλοις πράγμασι μέγα προσέθηκαν, ν δ τας ριστείδου τ (...)

16À travers les exploits mentionnés, les discours rapportés, ainsi que les bons mots et les anecdotes retenus, Plutarque ne manque donc pas de faire vibrer la corde patriotique de ses lecteurs. On le sent encore tout particulièrement dans les évaluations qu’il fait de l’importance de ces grandes batailles et de l’action de ses protagonistes. Ainsi, à propos de Thémistocle, il écrit (Vie de Thémistocle 7, 4) : « C’est pour cette raison qu’il passe pour avoir été le principal artisan du salut de la Grèce et pour avoir contribué plus que personne à la gloire des Athéniens, qui se montrèrent supérieurs aux ennemis par leur vaillance et aux alliés par leur sagesse »31. De Cimon, il dit que « comme un excellent athlète, [il] avait gagné deux batailles en un seul jour, surpassant par un combat sur terre le trophée de Salamine et par un combat sur mer celui de Platées » (Vie de Cimon 13, 3)32. Quant à Aristide, il l’évalue comme suit en comparaison de Caton l’Ancien : « Quant aux commandements militaires, ceux de Caton n’ajoutèrent pas grand’chose à l’empire de Rome, déjà considérable, tandis que ceux d’Aristide sont liés aux victoires les plus belles, les plus brillantes et les plus importantes qu’aient remportées les Grecs, à savoir Marathon, Salamine et Platées » (Parallèle d’Aristide et de Caton l’Ancien 5, 1)33.

17Dans le même esprit, Plutarque évalue la victoire de l’Artémision dans la Vie de Thémistocle (8, 1) :

  • 34  Α δ γενόμεναι τότε πρς τς τν βαρβάρων νας περ τ στεν μάχαι κρίσιν μν ες τ λα μεγάλην (...)

Les combats qui se livrèrent alors dans les détroits contre la flotte des barbares ne furent pas, il est vrai, très décisifs pour l’ensemble de la guerre, mais ils furent très utiles aux Grecs par l’expérience qu’ils leur procurèrent. Ils y apprirent par les faits eux-mêmes, au milieu des dangers, que ni la multitude des vaisseaux, ni les brillants emblèmes dont ils étaient décorés, ni les clameurs fanfaronnes, ni les hymnes barbares n’avaient rien d’effrayant pour des hommes qui savaient en venir aux mains et qui osaient engager la lutte, et qu’il fallait mépriser de telles apparences, se lancer sur la personne même de l’ennemi, engager le corps à corps et combattre jusqu’au bout. C’est ce que Pindare a bien vu, semble-t-il, quand, à propos du combat de l’Artémision, il a dit : « C’est là que les enfants d’Athènes ont posé / De la liberté la brillante assise »34.

18Et c’est encore la même fierté qui transparaît dans l’évaluation de Salamine (Vie de Thémistocle 15, 4) :

  • 35  PMG 536 = F 252 Poltera.
  • 36  Ο δ’ λλοι τος βαρβάροις ξισούμενοι τ πλθος ν στεν κατ μέρος προσφερομένους κα περιπίπτον (...)

Les autres, combattant dans le détroit à égalité de nombre avec les barbares, qui se relayaient pour les attaquer et se heurtaient les uns contre les autres, finirent par les mettre en déroute, en dépit de leur résistance qui dura jusqu’au soir, et gagnèrent, comme dit Simonide35, cette magnifique et fameuse victoire, la plus brillante que jamais Grecs ou barbares aient remportée sur mer, grâce sans doute au courage et à l’ardeur générale des combattants, mais aussi au jugement et à l’habileté de Thémistocle36.

  • 37  πειτα κρατρα κεράσας ονου κα χεάμενος πιλέγει· « προπίνω τος νδράσι τος πρ τς λευθερία (...)

19C’est cette même ferveur patriotique qui amène Plutarque à raconter en détail, dans la Vie d’Aristide (21, 2-6) les rites pratiqués à son époque encore en souvenir de la victoire de Platées, des rites au terme desquels l’archonte de Platées répandait du vin en disant : « Je bois aux hommes qui sont morts pour la liberté des Grecs » (Vie d’Aristide 21, 6)37, et qui lui fait dire, dans son traité Sur la gloire des Athéniens, dans lequel il vante la supériorité des exploits guerriers des Athéniens sur leurs œuvres littéraires (350a-b) :

  • 38  Τατα τν πόλιν γειρεν ες δόξαν, τατ’ ες μέγεθος· π τούτοις Πίνδαρος « ρεισμα τς λλάδος » (...)

Voilà ce qui a élevé la cité à la gloire, ce qui l’a menée à la grandeur ; c’est devant cela que Pindare a appelé Athènes « le pilier de la Grèce », non pas parce que les tragédies de Phrynichos et de Thespis lui auraient permis de bien diriger les Grecs, mais parce que d’abord à la victoire de l’Artémision, selon les propres termes du poète, « Les fils d’Athènes jetèrent, éclatante / La base de la liberté », puis, quand, par les journées de Salamine, Mycale et Platées, ils eurent comme trempé dans l’acier la liberté de la Grèce, ils en firent don au reste de l’humanité38.

L’indignation contre Hérodote

  • 39  παγγείλας δ τν ν Μαραθνι μάχην ρόδοτος, ς μν ο πλεστοι λέγουσι, κα τν νεκρν τ ριθ (...)

20Tous ces passages ont donc une saveur patriotique très marquée et c’est dans le même sens qu’il faut comprendre l’indignation que Plutarque montre dans le De Herodoti malignitate à l’encontre de l’historien d’Halicarnasse, qu’il accuse de ne pas avoir relaté comme il se devait les exploits des Grecs lors des Guerres médiques. Plutarque est blessé dans son orgueil patriotique par les omissions ou distorsions qu’il croit avoir remarquées dans les Histoires. Nous avons déjà vu qu’il s’indignait de ce qu’Hérodote avait obscurci l’éclat du plus bel exploit de Léonidas lors de la bataille des Thermopyles (866a ; voir aussi 862b et 864b). Ailleurs, il estime que « dans son récit de la bataille de Marathon, Hérodote, selon la plupart des auteurs, même en donnant le nombre des morts, a diminué l’éclat de cette victoire » (862b)39 et, de même, il s’insurge longuement contre le traitement qu’il fait des batailles de l’Artémision (867b-868a), de Salamine (869c-871d) et de Platées (871d-873d). Partout, c’est le même ton patriotique, partout il est question de courage et de sens de l’honneur, d’exploits magnifiques et de glorieuses victoires, de conduites valeureuses pour le salut de la Grèce ; Hérodote les aurait dénigrés par ses mensonges et ses calomnies, que Plutarque n’hésite pas à contrer en citant ici un vers de Pindare (867c), là un poème de Simonide (869c, 871b, 872d-e), ailleurs une épitaphe (870e-f) ou encore une inscription votive (873b-c). Tous célèbrent la noblesse de ces hommes morts pour le salut de la Grèce.

  • 40  Cf. T. Schmidt, Plutarque et les barbares. La rhétorique d’une image, Louvain / Namur, Peeters, 19 (...)

21Car, si Plutarque s’indigne à ce point contre le traitement d’Hérodote, c’est que ces grandes batailles représentent pour lui bien plus que la victoire d’Athènes ou d’une autre cité : c’est la victoire d’une Grèce unie devant le danger et qui fait fi de ses dissensions internes pour affronter l’envahisseur perse. Il y a là un sentiment de patriotisme panhellénique qu’on retrouve ailleurs dans son œuvre40 et qu’il exprime avec un brin d’amertume dans la Vie de Flamininus (11, 6) :

  • 41  λλ’ ε τ Μαραθώνιόν τις ργον φέλοι κα τν ν Σαλαμνι ναυμαχίαν κα Πλαταις κα Θερμοπύλας κ (...)

Car sauf les combats de Marathon, de Salamine, de Platées, des Thermopyles et les victoires de Cimon près de l’Eurymédon et de Chypre, toutes les autres batailles ont été livrées par la Grèce contre elle-même pour son propre esclavage, et tous les trophées qu’elle a dressés n’ont été pour elle que malheur et que honte par suite de la perversité et de la jalousie des chefs qui l’ont conduite à sa perte41.

  • 42  Ces accents ont été curieusement ignorés par M.-H. Quet, « Rhétorique, culture et politique. Le fo (...)

22Il ressort de notre analyse qu’il y a indéniablement chez Plutarque, dans l’évocation des grandes batailles des Guerres médiques, des accents patriotiques forts, qui contrastent singulièrement avec l’appel à la prudence qu’il lance dans les Préceptes politiques42. Comment faut-il expliquer ce paradoxe ?

  • 43  Cf. Th. Renoirte, Les Conseils politiques de Plutarque : une lettre ouverte aux Grecs de l’époque (...)
  • 44  A. G. Nikolaïdis, « Plutarch’s Contradictions », Classica et Mediaevalia, 42 (1991), p. 153-186 (u (...)
  • 45  Voir aussi les remarques de Th. Renoirte à propos de la contradiction sus-mentionnée (op. cit., p. (...)

23On pourrait bien sûr se contenter de dire qu’il s’agit là d’une contradiction interne de Plutarque. Ce ne serait pas la première. Il y en a d’ailleurs une autre un peu plus tôt dans les Préceptes politiques (811b-c), lorsque Plutarque recommande à l’homme politique d’assumer toutes les magistratures et de ne pas dédaigner les fonctions inférieures, alors qu’en An seni 793f-794a, il conseille de laisser aux jeunes gens les charges sans importance et trop fatigantes43. Et, de fait, les contradictions internes abondent dans l’œuvre du Chéronéen, suffisamment en tout cas pour avoir suscité une étude approfondie d’A. G. Nikolaïdis44. Elles peuvent être strictement factuelles, par exemple à propos de la construction des Longs-Murs, attribuée tantôt à Thémistocle (Vie de Thémistocle 19), tantôt à Cimon (Vie de Cimon 13, 6), ou fournir une interprétation divergente de la même citation, ou encore dénoter des points de vue radicalement différents sur un même sujet. Souvent, elles remontent tout simplement à ses sources, parfois elles sont dues à des inadvertances de Plutarque, qu’on sera néanmoins enclin à pardonner quand on se rappelle l’étendue de son œuvre et la diversité des sujets qu’il aborde. La plupart du temps, toutefois, comme A. G. Nikolaïdis l’a démontré, ces contradictions internes s’expliquent et il est donc toujours préférable d’essayer de trouver une raison avant de conclure à une impasse45.

  • 46  F. Carpanelli, « L’Esemplificazione storica nei Praecepta gerendae reipublicae e nelle Vite parall (...)
  • 47  Les meilleurs traitements récents de la question sont sans doute ceux de T.Duff, Plutarch’s Lives. (...)

24Dans le cas qui nous occupe, on pourrait essayer d’en sortir en argumentant que les Vies et les Préceptes politiques poursuivent des finalités bien différentes. C’est la voie qui a été suivie notamment par Fr. Carpanelli46. Les Préceptes politiques, en effet, sont un traité de pensée politique et même, pourrait-on dire, de politique appliquée : il s’agit pour Plutarque de donner des conseils concrets pour la bonne gestion d’une cité. Les Vies, au contraire, sont des biographies : elles répondent à des exigences de genre bien différentes, elles incluent forcément des références à l’histoire et, surtout, dans le cas de Plutarque, elles visent l’édification morale du lecteur — c’est son « programme » avoué, qu’on a bien sûr reconnu depuis longtemps47. Pour le Plutarque « homme politique », il importe de reléguer le thème des Guerres médiques dans les écoles de sophistes parce qu’il est potentiellement dangereux pour la cité, alors que pour le Plutarque « biographe » et « moraliste », ces exploits illustrent le courage, l’intelligence et la grandeur d’âme de ses protagonistes et offrent donc des modèles de comportement éthique pour ses lecteurs et pour la postérité.

  • 48  De capienda ex inimicis utilitate 86c-d. Cf. Th. Renoirte, op. cit., p. 81-82 et 136 ; K. Ziegler, (...)

25En poursuivant cet argument, on pourrait aussi faire remarquer que le public visé n’est pas le même. Les Préceptes politiques sont en effet adressés à un jeune homme de Sardes voulant faire son entrée en politique et, d’une façon plus générale, étant donné que les références directes à Sardes y sont plutôt rares et que le contenu peut en somme s’appliquer à n’importe quelle cité grecque, le traité peut être interprété comme une « lettre ouverte aux Grecs de l’époque de Trajan », pour reprendre la formule de Th. Renoirte. C’est donc à l’élite politique du monde grec que Plutarque adresse ses conseils. Les Vies, en revanche, visent un public plus large, l’élite culturelle de son époque, grecque aussi bien que romaine, et même, peut-on supposer, le lecteur idéal et universel de la postérité. Mais cette vision serait assurément trop simpliste. D’une part, il est évident que l’élite politique et l’élite culturelle regroupent les mêmes personnes, ces notables des cités grecques comme Plutarque lui-même, et, par conséquent, que les lecteurs des Préceptes politiques étaient les mêmes que ceux des Vies. D’autre part, il ne faut pas oublier que les Préceptes politiques avaient aussi leurs lecteurs romains — nous le tenons de Plutarque lui-même, qui rapporte que Cn. Cornelius Pulcher, très haut fonctionnaire romain, en était un lecteur assidu48 — et, surtout, que les Vies étaient dédiées à Sosius Sénécion, personnage des plus influents et ami personnel de Trajan. Ce lectorat romain haut placé nous amène à une autre explication.

  • 49  Cf. op. cit. n. 20.
  • 50  Voir aussi F. Gascó, « Maraton, Eurimedonte y Platea (Praecepta gerendae reipublicae 814a-c) », in(...)

26Il convient en effet de rappeler qu’à l’époque de Plutarque, cette glorification du passé grec se faisait apparemment avec l’aval, voire même avec les encouragements de Rome. A. Spawforth, dans l’article mentionné ci-dessus49, a montré comment, sous le Haut-Empire, le thème des Guerres médiques avait été récupéré par l’idéologie impériale pour symboliser sa lutte contre les Parthes, que ce soit dans des inscriptions, sur des monuments commémoratifs, lors de festivals agonistiques ou de manifestations publiques comme la grande naumachie organisée par Néron en 57 ou 58, ou encore au moment de la création du Panhellénion par Hadrien, qui comporte également des réminiscences des Guerres médiques. Le but poursuivi était de faire une assimilation entre les Parthes, adversaires de Rome, et les Perses, ennemis traditionnels de la Grèce, et donc de représenter les Romains comme les champions de la cause grecque en Orient. A. Spawforth suggère ainsi que la recrudescence du thème des Guerres médiques chez les auteurs grecs contemporains serait directement liée à la récupération idéologique opérée par Rome. Dans le cas de Plutarque, cette explication tiendrait assez bien, surtout si l’on se rappelle que les Vies parallèles sont dédiées à un très haut dignitaire romain et représentant du pouvoir impérial, Sosius Sénécion, et que leur dessein général est précisément de créer un parallèle entre les Grecs et les Romains. Mais le paradoxe demeure : pourquoi alors Plutarque recommande-t-il de ne pas traiter ces thèmes en public ? A.Spawforth (p.245-246), à propos de notre passage, se demande si l’appropriation officielle de ces grandes victoires grecques ne serait pas aussi une tentative, de la part de Rome, de neutraliser les tendances nationalistes et subversives qui pouvaient se manifester dans les cités grecques à l’évocation de ce passé glorieux50. Mais alors pourquoi Plutarque en rajouterait-t-il par sa présentation très passionnée de ces événements dans les Vies ?

  • 51  Les deux termes sont d’ailleurs utilisés dans l’extrait en question : (ξαίρουσι) τ πλήθη (814a) (...)
  • 52  S. Saïd, « Plutarch and the People in the Parallel Lives », inL. De Blois, J.Bons, T. Kessels & D. (...)
  • 53  Voir par exemple en 813a-b.
  • 54  Cf. J.-Cl. Carrière, « À propos de la politique de Plutarque », DHA, 3 (1977), p. 237-251 (en part (...)
  • 55  Voir par exemple en Praecepta gerendae reipublicae 813e-f ; 815c‑d ; 824b-c ; 824e-f. La même prud (...)

27La solution vient sans doute d’une différence de « public ». Il ne s’agit pas de renier ce qui a été dit un peu plus haut : bien sûr, les lecteurs des Vies et des Préceptes politiques sont les mêmes. Mais dans l’extrait des Préceptes politiques, lorsque Plutarque recommande de laisser ces thèmes aux écoles des sophistes, c’est parce qu’il redoute leurs effets dans le domaine public. Et le domaine public, ce ne sont plus seulement les notables grecs, c’est-à-dire cette élite politique, sociale et culturelle à laquelle il s’adresse dans ses œuvres, mais c’est aussi le peuple, la foule, le πλθος, comme il le désigne la plupart du temps, ou ο πολλο51, bref cette multitude bruyante, instable, irrationnelle que Plutarque dépeint souvent dans ses écrits et qui, visiblement, lui fait peur. Cette attitude négative de Plutarque face au peuple a été bien étudiée, notamment par S. Saïd et L. Prandi52. Elle transparaît aussi très clairement à d’autres endroits dans les Préceptes politiques : Plutarque estime en effet que les cités ont suffisamment de liberté et qu’il ne serait pas judicieux de leur en donner plus, et il n’hésite pas à conseiller à l’homme politique grec de tout faire pour contenir ce peuple instable, quitte à le manipuler53. Certains n’ont d’ailleurs pas hésité à qualifier son ouvrage de machiavélique54. Il y a dans cette attitude un héritage historique et, pour ainsi dire, littéraire : le traditionnel dédain des classes dirigeantes grecques pour la masse, mais dans le cas de Plutarque — et cela nous ramène au long préambule sur sa carrière politique — il y a assurément aussi une expérience directe et personnelle de la gestion d’une cité et des rapports avec le peuple. Peut-être même que Plutarque, auteur de certaines déclamations dont notamment le De gloria Atheniensium, où il célèbre précisément les grandes victoires des Guerres médiques, a-t-il eu l’occasion de mesurer lui-même l’impact que ce genre de discours pouvait avoir en public. C’est aussi son expérience concrète qui lui a permis de sentir la mainmise de Rome sur les affaires politiques de la Grèce et la menace constante d’une intervention musclée en cas de problèmes55.

  • 56  Voir aussi D. Massaro, « I Praecepta gerendae reipublicae e il realismo politico di Plutarco », in(...)
  • 57  Comme le note très justement L. Prandi, « Gli esempli del passato greco nei Precetti politici di P (...)
  • 58  Notamment M. Duran Lopez, « Plutarco, ciudadano griego y subdito romano », in L. De Blois, J. Bons (...)
  • 59  C’est pourquoi, dans l’extrait des Préceptes politiques qui est à la base de cet article, Plutarqu (...)

28C’est donc le réalisme politique de Plutarque qui a triomphé dans les Préceptes politiques56. Son expérience personnelle l’a rendu non seulement réaliste, mais aussi prudent, d’où son conseil à un jeune politicien inexpérimenté comme Ménémachos de ne pas aborder les Guerres médiques en public. Mais en même temps, elle n’a pas eu raison de sa fierté de Grec et ne l’a pas empêché, dans les Vies et ailleurs, de décrire ces grandes batailles avec d’évidents accents patriotiques57. Cette fierté, aux yeux de Plutarque, il était dangereux de l’évoquer devant le peuple, dont les réactions demeuraient imprévisibles, mais il était tout à fait possible pour lui de la célébrer dans ses Vies, d’une part parce qu’il savait qu’elle était tolérée, sinon partagée, voire même encouragée par ses amis romains, et d’autre part parce qu’il destinait ses écrits à cette même élite sociale, politique et culturelle dont il savait ou dont il espérait qu’elle était consciente de la réalité politique de son temps et qu’elle savait interpréter ces élans patriotiques à leur juste valeur, sans chercher à les exploiter indûment devant le peuple. Il n’y a donc pas de contradiction entre le conseil de prudence donné par Plutarque dans les Préceptes politiques et la fière évocation des exploits du passé grec qu’il fait dans les Vies dès lors qu’on a compris qu’ils participent tous deux du même appel à la conciliation lancé à l’élite politique grecque. On a parfois vu dans cette attitude de Plutarque une forme de résignation devant la puissance de Rome58 ou bien on lui a reproché d’être collaborateur de l’envahisseur romain, mais c’est méconnaître le caractère fondamental de Plutarque et de son œuvre : il n’est ni résigné, ni collaborateur, mais il fait preuve d’un véritable esprit de conciliation et il cherche à promouvoir dans ses écrits la πρᾳότης, la φιλανθρωπα et l’μνοια59, entre Grecs tout d’abord, mais entre Grecs et Romains également, étant entendu néanmoins qu’il s’adresse toujours à l’élite socio-culturelle de son temps.

Haut de page

Notes

1  Pour une évaluation récente avec la bibliographie antérieure, voir T. Duff, Plutarch’s Lives. Exploring Virtue and Vice, Oxford, Clarendon Press, 1999, p. 14-22.

2  On mentionnera à titre d’exemples les études de P. A. Stadter, Plutarch’s Historical Methods : an Analysis of the Mulierum Virtutes, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1965, de P. A. Stadter (ed.), Plutarch and the Historical Tradition, Londres / New York, Routledge, 1992, de Fr.Frazier, Histoire et Morale dans les Vies parallèles de Plutarque, Paris, Les Belles Lettres, 1996, et le recueil d’articles de C. B. R. Pelling, Plutarch and History : Eighteen Studies, Swansea, Classical Press of Wales and Duckworth, 2002, mais la bibliographie sur le sujet est immense.

3  La dimension politique de l’œuvre de Plutarque est toutefois bien étudiée, cf. notamment G. J. D Aalders, Plutarch’s Political Thought, Amsterdam /Oxford /New York, North Holland Publishing co., 1982, et les volumes collectifs de I. Gallo & B. Scardigli (eds.), Teoria e prassi politica nelle opere di Plutarco, Naples, M.D’Auria, 1995, et de L. De Blois, J. Bons, T. Kessels & D. M.Schenkeveld (eds.), The Statesman in Plutarch’s Works, vol. I : Plutarch’s Statesman and his Aftermath, Leyde / Boston, Mnemosyne, 2004, vol. II : The Statesman in Plutarch’s Greek and Roman Lives, Leyde / Boston, Mnemosyne, 2005.

4  Un excellent aperçu de la carrière politique de Plutarque est offert par Th.Renoirte, Les Conseils politiques de Plutarque : une lettre ouverte aux Grecs de l’époque de Trajan, Louvain, Presses de l’Université de Louvain, 1951, p. 21-36. Nous en rappellerons les principales étapes, en ajoutant les références aux études de K. Ziegler, Plutarchos von Chaironeia, Stuttgart, Druckenmüller, 1949 (= « Plutarchos », RE, 21, 1, coll. 636-962), de R. H. Barrow, Plutarch and his Times, Londres, Chatto and Windus, 1967, de C. P.Jones, Plutarch and Rome, Oxford, Clarendon Press, 1971, de R. Flacelière & J. Irigoin, Plutarque Œuvres morales, tome I, 1e partie, Paris, Les Belles Lettres, 1987, et de J.Sirinelli, Plutarque de Chéronée. Un Philosophe dans le siècle, Paris, Fayard, 2000.

5 Cf. K. Ziegler, op. cit., col. 657 (et 643) ; R. H. Barrow, op. cit., p. 36-37 ; C.P.Jones, op. cit., p. 15-16 ; R. Flacelière& J. Irigoin, op. cit., p. XXIX-XXX ; J.Sirinelli, op. cit., p. 55.

6  P. A. Stadter, « Plutarch : Diplomat for Delphi ? », in L. De Blois, J. Bons, T.Kessels& D. M. Schenkeveld (eds.), The Statesman in Plutarch’s Works, vol. I : Plutarch’s Statesman and his Aftermath, Leyde / Boston, Mnemosyne, 2004, p. 19-31 (en particulier p. 22).

7  Les références de Plutarque à ces voyages se trouvent en Quaestiones Romanae 275b-c ; De curiositate 522d-e ; De exilio 602c ; Praecepta gerendae reipublicae 805a ; Adversus Colotem 1126e. Cf. K. Ziegler, op. cit., col. 653-657 ; R. H. Barrow, op. cit., p. 37-39 ; C. P. Jones, op. cit., p. 20-24 ; R. Flacelière& J. Irigoin, op. cit., p. XXX‑XXXII ; J. Sirinelli, op. cit., p. 55-56 et 70.

8 Cf. K. Ziegler, op. cit., col. 655 ; R. H. Barrow, op. cit., p. 43 ; C. P. Jones, op. cit., p. 23-25 ; R. Flacelière& J. Irigoin, op. cit., p. XXXVI ; J. Sirinelli, op. cit., p. 199 et 212.

9  Sur les diverses magistratures exercées par Plutarque, voir K. Ziegler, op. cit., col. 657-659 (et 659-662 pour sa fonction de prêtre d’Apollon) ; C. P. Jones, op. cit., p. 25-28 ; R. Flacelière & J. Irigoin, op. cit., p. XXXVIII-XXXIX (et XLVI-L pour la prêtrise d’Apollon) ; J. Sirinelli, op. cit., p. 199-202 (prêtrise).

10 Cf. K. Ziegler, op. cit., col. 657-658 ; R. H. Barrow, op. cit., p. 46 ; C.P.Jones, op. cit., p. 29 ; R. Flacelière& J. Irigoin, op. cit., p. L‑LI ; J.Sirinelli, op. cit., p. 444.

11 Cf. K. Ziegler, op. cit., col. 658 ; R. H. Barrow, op. cit., p. 49-50 ; C.P.Jones, op. cit., p. 34 ; R. Flacelière& J. Irigoin, op. cit., p. L‑LI ; JSirinelli, op. cit., p. 444.

12  La liste de ses amis et relations a été établie par K. Ziegler (op. cit., col. 665-696) et par B. Puech (« Prosopographie des amis de Plutarque », ANRW, II, 33, 6, p. 4831-4893) et discutée abondamment par C. P. Jones (op. cit., p. 39-64), R. Flacelière (op. cit., p. XIX‑XXV et XXXII-XXXV) et J. Sirinelli (op. cit., p. 167-188).

13  T. Avidius Quietus I, proconsul d’Achaïe en 91-92, consul suffect en 93 ; T.Avidius Quietus II, fils du précédent, consul suffect en 111, proconsul d’Asie en 125-126 ; C. Avidius Nigrinus I, frère du premier, proconsul d’une province non précisée ; C. Avidius Nigrinus II, fils du précédent, consul suffect en 110, légat pro-préteur en Achaïe.

14  M. Beck, « Plutarch to Trajan : the Dedicatory Letter and the Apophthegmata Collection », inP. A. Stadter & L. van der Stockt (eds.), Sage and Emperor : Plutarch, Greek Intellectuals, and Roman Power in the Time of Trajan (98-117 AD), Louvain, Leuven University Press, 2002, p. 163-173.

15  Cf. R. Flacelière, « Trajan, Delphes et Plutarque », s. n., Recueil Plassart, Paris, Les Belles Lettres, 1976, p. 97-103.

16  Cf. Th. Renoirte, op. cit., p. 31-36 ; K. Ziegler, op. cit., col. 817‑825 ; C.P.Jones, op. cit., p. 110-121 (sur les Praecepta gerendae reipublicae) ; R.Flacelière & J.Irigoin, Plutarque. Œuvres morales, tome I, 1e partie, Paris, Les Belles Lettres, 1987, p. XLI-XLV ; J. Sirinelli, op. cit., p. 393-404.

17  Praecepta gerendae reipublicae 814a-c : Τ μν γρ μικρ παιδία τν πατέρων ρντες πιχειροντα τς κρηπδας ποδεσθαι κα τος στεφάνους περιτίθεσθαι μετ παιδις γελμεν· ο δ’ ρχοντες ν τας πόλεσιν νοήτως τ τν προγόνων ργα κα φρονήματα κα πράξεις, συμμέτρους τος παροσι καιρος κα πράγμασιν οσας, μιμεσθαι κελεύοντες ξαίρουσι τ πλήθη, γελοά τε ποιοντες οκέτι γέλωτος ξια πάσχουσιν, ν μ πάνυ καταφρονηθσι. Πολλ γρ στιν λλα τν πρότερον λλήνων διεξιόντα τος νν θοποιεν κα σωφρονίζειν, ς θήνησιν πομιμνήσκοντα μ τν πολεμικν, λλ’ οόν στι τ ψήφισμα τ τς μνηστίας π τος τριάκοντα· κα τ ζημισαι Φρύνιχον τραγδίαν διδάξαντα τν Μιλήτου λωσιν· κα τι, Θήβας Κασάνδρου κτίζοντος, στεφανηφόρησαν, τν δ’ ν ργει πυθόμενοι σκυταλισμόν, ν πεντακοσίους κα χιλίους νρήκεσαν ξ ατν ο ργεοι, περιενεγκεν καθάρσιον περ τν κκλησίαν κέλευσαν· ν δ τος ρπαλείοις τς οκίας ρευνντες, μόνην τν το γεγαμηκότος νεωστ παρλθον. Τατα γρ κα νν ξεστι ζηλοντας ξομοιοσθαι τος προγόνοις, τν δ Μαραθνα κα τν Ερυμέδοντα κα τς Πλαταιάς, κα σα τν παραδειγμάτων οδεν ποιε κα φρυάττεσθαι διακενς τος πολλούς, πολιπόντας ν τας σχολας τν σοφιστν.

18  Tous les textes et les traductions cités dans cet article proviennent des éditions correspondantes de la Collection des Universités de France.

19  Voir notamment L. Pernot, La rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain, Paris, Institut d’études augustiniennes, 1993, p. 741-743 ; T.Schmitz, Bildung und Macht. Zur sozialen und politischen Funktion der zweiten Sophistik in der griechischen Welt der Kaiserzeit, Munich, Beck, 1999, p. 71-92 ; M.Jung, Marathon und Plataiai, Zwei Perserschlachten als « lieux de mémoire » im antiken Griechenland, Göttingen, Vandenhoek & Ruprecht 2006, p. 205-224 et 360-377.

20 Cf. R. Kohl, De scholasticarum declamationum argumentis ex historia petitis, Paderborn, Schoeningh, 1915, p. 16-26 ; D. A. Russell, Greek Declamation, Cambridge, Cambridge University Press, 1983, p. 107 ; A. Spawforth, « Symbol of Unity ? The Persian-Wars Tradition in the Roman Empire », inS. Hornblower (ed.), Greek Historiography, Oxford, Clarendon Press, 1994, p. 233-247 (en particulier p. 244) ; S. Swain, Hellenism and Empire, Language, Classicism, and Power in the Greek World, ad 50-250, Oxford, Clarendon Press, 1996, p. 93. Voir aussi E. L. Bowie, « The Geography of the Second Sophistic : Cultural Variations », inB. E. Borg (ed.), Paideia : The World of the Second Sophistic, Berlin / New York, Gruyter, 2004, p. 65-83 (en particulier p. 70-72 et 82-83).

21  A. Boulanger, Aelius Aristide et la sophistique dans la province d’Asie au IIe siècle de notre ère, Paris, de Boccard, 1923, p. 366.

22  Dans le De Herodoti malignitate 866b (cf. ci-après).

23  Τατα το Παυσανίου θεοκλυτοντος μα τας εχας φάνη τ ερά κα νίκην μάντις φραζε. Κα δοθέντος ες παντας το παραγγέλματος καθίστασθαι πρς τος πολεμίους, τε φάλαγξ ψιν σχεν αφνιδίως νς ζου θυμοειδος πρς λκν τρεπομένου κα φρίξαντος, τος τε βαρβάροις τότε παρέστη λογισμός, ς πρς νδρας ατος γν σοιτο μαχουμένους χρι θανάτου. Δι κα προθέμενοι πολλ τν γέρρων τόξευον ες τος Λακεδαιμονίους. Ο δ τηροντες μα τν συνασπισμν πέβαινον κα προσπεσόντες ξεώθουν τ γέρρα τος δόρασι τύπτοντες πρόσωπα κα στέρνα τν Περσν πολλος κατέβαλλον, οκ πράκτως οδ’ θύμως πίπτοντας. Κα γρ ντιλαμβανόμενοι τν δοράτων τας χερσ γυμνας συνέθραυον τ πλεστα κα πρς τς ξιφουλκίας χώρουν οκ ργς, λλ τας κοπίσι κα τος κινάκαις χρώμενοι κα τς σπίδας παρασπντες, κα συμπλεκόμενοι χρόνον πολν ντεχον.

24 δ’ ρόδοτος ν τ διηγήσει τς μάχης κα το Λεωνίδου τν μεγίστην μαύρωκε πρξιν, ατο πεσεν πάντας επν ν τος στενος περ τν Κολωνόν· πράχθη δ’ λλως. πε γρ πύθοντο νύκτωρ τν περίοδον τν πολεμίων, ναστάντες βάδιζον π τ στρατόπεδον κα τν σκηνν [λίγου δεν] βασιλέως, ς κενον ατν ποκτενοντες κα περ κείν τεθνηξόμενοι· μέχρι μν ον τς σκηνς ε τν μποδν φονεύοντες, τος δ’ λλους τρεπόμενοι προλθον· πε δ’ οχ ερίσκετο Ξέρξης, ζητοντες ν μεγάλ κα χανε στρατεύματι κα πλανώμενοι μόλις π τν βαρβάρων πανταχόθεν περιχυθέντων διεφθάρησαν. σα δ’ λλα πρς τούτ τολμήματα κα ήματα τν Σπαρτιατν καταλέλοιπεν, ν τ Λεωνίδου βί γραφήσεται· μικρ δ’ ο χερόν στι κα νν διελθεν.

25 κομεν γρ ο τος συμμάχοις στασιάσοντες, λλ μαχούμενοι τος πολεμίοις, οδ’ παινεσόμενοι τος πατέρας, λλ’ ατος νδρας γαθος τ λλάδι παρέξοντες· ς οτος γν δείξει κα πόλιν κα ρχοντα κα διώτην πόσου τος λλησιν ξιός στι.

26 Oθ’ πλα βελτίω λαβόντες οτε ψυχς μείνους ο πολέμιοι τν ν Μαραθνι προσίασιν, λλ τατ μν κείνοις τόξα, τατ δ’ σθτος ποικίλματα κα χρυσς π σώμασι μαλακος κα ψυχας νάνδροις· μν δ’ μοια μν πλα κα σώματα, μεζον δ τας νίκαις τ θάρσος, δ’ γν οχ πρ χώρας κα πόλεως μόνον ς κείνοις, λλ’ πρ τν ν Μαραθνι κα Σαλαμνι τροπαίων, ς μηδ’ κενα Μιλτιάδου δοκ κα τύχης, λλ’ θηναίων.

27 μες, επεν, Θεμιστόκλεις, ε σωφρονομεν, δη τν κενν κα μειρακιώδη στάσιν φέντες ρξώμεθα σωτηρίου κα καλς φιλονεικίας πρς λλήλους μιλλώμενοι σσαι τν λλάδα, σ μν ρχων κα στρατηγν, γ δ’ πουργν κα συμβουλεύων.

28  (ριστείδης δ πρτον μν ς εδε, πολ προελθν βόα μαρτυρόμενος λληνίους θεούς) πχεσθαι μάχης κα μ σφίσιν μποδν εναι μηδ κωλύειν παμύνοντας τος προκινδυνεύουσιν πρ τς λλάδος.

29 ν τούτ δ κα Καλλικράτης, ν δέ τε κάλλιστον λλήνων κα σώματι μέγιστον ν κείν τ στρατ γενέσθαι λέγουσι, τοξευθες κα θνσκων οκ φη τν θάνατον δύρεσθαι, κα γρ λθεν οκοθεν πρ τς λλάδος ποθανούμενος, λλ’ τι θνσκει τ χειρ μ χρησάμενος.

30 παινεται δ’ ατο κα τ περ τν δίγλωσσον ργον ν τος πεμφθεσιν π βασιλέως π γς κα δατος ατησιν. ρμηνέα γρ ντα συλλαβν δι ψηφίσματος πέκτεινεν, τι φωνν λληνίδα βαρβάροις προστάγμασιν τόλμησε χρσαι. τι δ κα τ περ ρθμιον τν Ζελείτην·Θεμιστοκλέους γρ επόντος κα τοτον ες τος τίμους κα παδας ατο κα γένος νέγραψαν, τι τν κ Μήδων χρυσν ες τος λληνας κόμισε.

31 Δι κα δοκε τς σωτηρίας ατιώτατος γενέσθαι τ λλάδι κα μάλιστα τος θηναίους προαγαγεν ες δόξαν, ς νδρεί μν τν πολεμίων, εγνωμοσύν δ τν συμμάχων περιγενομένους. Même s’il s’agit d’un lieu commun (comme le signale la note à ce passage, p. 220 de l’édition de la CUF), c’est un jugement à forte saveur patriotique.

32  Κίμων δ’ σπερ θλητς δεινς μέρ μι δύο καθρηκς γωνίσματα, κα τ μν ν Σαλαμνι πεζομαχί, τ δ’ ν Πλαταιας ναυμαχί παρεληλυθς τρόπαιον, πηγωνίσατο τας νίκαις.Même idée dans le Parallèle de Cimon et Lucullus 2, 1.

33  Στρατηγίαι δ’ α μν Κάτωνος οδν ς μεγάλοις πράγμασι μέγα προσέθηκαν, ν δ τας ριστείδου τ κάλλιστα κα λαμπρότατα κα πρτα τν λληνικν ργων στίν, Μαραθών, Σαλαμίς, α Πλαταιαί.

34  Α δ γενόμεναι τότε πρς τς τν βαρβάρων νας περ τ στεν μάχαι κρίσιν μν ες τ λα μεγάλην οκ ποίησαν, τ δ πείρ μέγιστα τος λληνας νησαν, π τν ργων παρ τος κινδύνους διδαχθέντας ς οτε πλήθη νεν οτε κόσμοι κα λαμπρότητες πισήμων οτε κραυγα κομπώδεις βάρβαροι παινες χουσί τι δεινν νδράσιν πισταμένοις ες χερας έναι κα μάχεσθαι τολμσιν, λλ δε τν τοιούτων καταφρονοντας π’ ατ τ σώματα φέρεσθαι κα πρς κενα διαγωνίζεσθαι συμπλακέντας. δ κα Πίνδαρος ο κακς οικε συνιδν π τς ν ρτεμισί μάχης επεν· « θι παδες θαναίων βάλοντο φαεννν / κρηπδ’ λευθερίας ». Plutarque aime cette citation de Pindare (fr. 77 Snell), qu’il reprend en De gloria Atheniensum 350a (voir ci-après), De sera numinis vindicta 552c et De Herodoti malignitate 867c, toujours à propos de l’Artémision

35  PMG 536 = F 252 Poltera.

36  Ο δ’ λλοι τος βαρβάροις ξισούμενοι τ πλθος ν στεν κατ μέρος προσφερομένους κα περιπίπτοντας λλήλοις τρέψαντο μέχρι δείλης ντισχόντας, σπερ ερηκε Σιμωνίδης, τν καλν κείνην κα περιβόητον ράμενοι νίκην, ς οθ’ λλησιν οτε βαρβάροις νάλιον ργον εργασται λαμπρότερον, νδρεί μν κα προθυμί κοιν τν ναυμαχησάντων, γνώμ δ κα δεινότητι τ Θεμιστοκλέους.

37  πειτα κρατρα κεράσας ονου κα χεάμενος πιλέγει· « προπίνω τος νδράσι τος πρ τς λευθερίας τν λλήνων ποθανοσι ».

38  Τατα τν πόλιν γειρεν ες δόξαν, τατ’ ες μέγεθος· π τούτοις Πίνδαρος « ρεισμα τς λλάδος » προσεπε τς θήνας, οχ τι τας Φρυνίχου τραγδίαις κα Θέσπιδος ρθουν τος λληνας, λλ’ τι πρτον, ς φησιν ατός, π’ ρτεμισί « παδες θαναίων βάλοντο φαεννν / κρηπδ’ λευθερίας »· πί τε Σαλαμνι κα Μυκάλ κα Πλαταιας σπερ δαμαντίνην στηρίξαντες τν λευθερίαν τς λλάδος παρέδοσαν τος λλοις νθρώποις. Pour d’autres évaluations grandiloquentes de ces batailles, voir De gloria Atheniensum 349d, 349e et De Herodoti malignitate 873a-b.

39  παγγείλας δ τν ν Μαραθνι μάχην ρόδοτος, ς μν ο πλεστοι λέγουσι, κα τν νεκρν τ ριθμ καθελε τ ργον.

40  Cf. T. Schmidt, Plutarque et les barbares. La rhétorique d’une image, Louvain / Namur, Peeters, 1999, p. 236-237.

41  λλ’ ε τ Μαραθώνιόν τις ργον φέλοι κα τν ν Σαλαμνι ναυμαχίαν κα Πλαταις κα Θερμοπύλας κα τ πρς Ερυμέδοντι κα τ περ Κύπρον Κίμωνος ργα, πάσας τς μάχας λλς π δουλεί μεμάχηται πρς ατήν κα πν τρόπαιον ατς συμφορ κα νειδος [π’ ατν] στηκε, τ πλεστα κακί κα φιλονικί τν γουμένων περιτραπείσης.

42  Ces accents ont été curieusement ignorés par M.-H. Quet, « Rhétorique, culture et politique. Le fonctionnement du discours idéologique chez Dion de Pruse et dans les Moralia de Plutarque », DHA, 4 (1978), p. 51-117. Dans cet article au demeurant très riche, elle cite l’extrait des Préceptes politiques (p. 59), mais se contente de conclure que « Plutarque et Dion refusent de citer Marathon et Salamine » (p. 62). J.-Cl. Carrière (Plutarque, Œuvres morales, tome XI, 2e partie, Paris, Les Belles Lettres, 1984, p. 57-58) et Fr. Frazier (Plutarque, Œuvres morales, tome V, 1e partie, Paris, Les Belles Lettres, 1990, p. 173-177), en revanche, ont bien mis en évidence cette apparente contradiction de Plutarque.

43  Cf. Th. Renoirte, Les Conseils politiques de Plutarque : une lettre ouverte aux Grecs de l’époque de Trajan, Louvain, Presses de l’Université de Louvain, 1951, p. 94.

44  A. G. Nikolaïdis, « Plutarch’s Contradictions », Classica et Mediaevalia, 42 (1991), p. 153-186 (une version abrégée est également parue dans Ancient World 25 (1994), p. 213-222).

45  Voir aussi les remarques de Th. Renoirte à propos de la contradiction sus-mentionnée (op. cit., p. 94), et celles de C. Pelling, « De Malignitate Plutarchi : Plutarch, Herodotus, and the Persian Wars », in E. Bridges, E. Hall & P. J. Rhodes (eds.), Cultural Responses to the Persian Wars, Oxford, Oxford University Press, 2007, p. 145-164 (en particulier p. 161-162).

46  F. Carpanelli, « L’Esemplificazione storica nei Praecepta gerendae reipublicae e nelle Vite parallele », Sileno 17 (1991), p. 215-220.

47  Les meilleurs traitements récents de la question sont sans doute ceux de T.Duff, Plutarch’s Lives. Exploring Virtue and Vice, Oxford, Clarendon Press, 1999, et de Fr. Frazier, Histoire et morale dans les Vies parallèles de Plutarque, Paris, Les Belles Lettres, 1996.

48  De capienda ex inimicis utilitate 86c-d. Cf. Th. Renoirte, op. cit., p. 81-82 et 136 ; K. Ziegler, « Plutarchos », RE, 21, 1, col. 692 ; B. Puech, op. cit. n. 12, p. 4843.

49  Cf. op. cit. n. 20.

50  Voir aussi F. Gascó, « Maraton, Eurimedonte y Platea (Praecepta gerendae reipublicae 814a-c) », in A. Perez-Jimenez & G. del Cerro Calderon (eds.), Estudios sobre Plutarco : obra y tradicion, Malaga, Universidad de Malaga, 1990, p.211-215 ; S. Swain, op. cit. n. 20, p. 167 ; J. Sirinelli, op. cit. n. 4, p. 402; M.Jung, op. cit. n. 19, p. 366‑367.

51  Les deux termes sont d’ailleurs utilisés dans l’extrait en question : (ξαίρουσι) τ πλήθη (814a) et (φρυάττεσθαι) τος πολλούς (814c).

52  S. Saïd, « Plutarch and the People in the Parallel Lives », inL. De Blois, J.Bons, T. Kessels & D. M. Schenkeveld (eds.), The Statesman in Plutarch’s Works, vol. II : The Statesman in Plutarch’s Greek and Roman Lives, Leyde / Boston, Mnemosyne, 2005, p. 7-25 ; L. Prandi, « Singolare e plurale nelle Vite greche di Plutarco », inibid., p. 141-156.

53  Voir par exemple en 813a-b.

54  Cf. J.-Cl. Carrière, « À propos de la politique de Plutarque », DHA, 3 (1977), p. 237-251 (en particulier p. 239-240).

55  Voir par exemple en Praecepta gerendae reipublicae 813e-f ; 815c‑d ; 824b-c ; 824e-f. La même prudence est perceptible chez Dion Chrysostome, contemporain de Plutarque : cf. notamment Discours XXXI, 161-162 ; XXXVIII, 36-38 ; XL, 14. À ce sujet, voir aussi P. Desideri, « La vita politica cittadina nell’impero : lettura dei Praecepta gerendae rei publicae edell’ An Seni res publica gerenda sit », Athenaeum,64 (1986), p. 371-381, et L. de Blois, « Classical and Contemporary Statesmen in Plutarch’s Praecepta », in L. De Blois, J. Bons, T.Kessels & D. M. Schenkeveld (eds.), The Statesman in Plutarch’s Works, vol. I : Plutarch’s Statesman and his Aftermath, Leyde / Boston, Mnemosyne, 2004, p. 57-63, et bien sûr S. Swain, op. cit. n. 19, p. 161-186 (Plutarque) et p. 206-241 (Dion).

56  Voir aussi D. Massaro, « I Praecepta gerendae reipublicae e il realismo politico di Plutarco », inI. Gallo & B. Scardigli (eds.), Teoria e prassi politica nelle opere di Plutarco, Naples, D’Auria, 1995, p. 235-244, qui montre comment Plutarque s'est éloigné du modèle platonicien du philosophe-homme politique pour proposer une approche plus réaliste et concrète de l'action politique.

57  Comme le note très justement L. Prandi, « Gli esempli del passato greco nei Precetti politici di Plutarco », Rivista Storica dell’Antichità, 30 (2000), p. 91-107, il y a entre les Vies et les Préceptes politiques une différence de forma mentis (p. 104).

58  Notamment M. Duran Lopez, « Plutarco, ciudadano griego y subdito romano », in L. De Blois, J. Bons, T. Kessels & D. M. Schenkeveld (eds.), The Statesman in Plutarch’s Works, vol. I : Plutarch’s Statesman and his Aftermath, Leyde / Boston, Mnemosyne, 2004, p. 33-41 (en particulier p. 37 à propos de notre passage : « hay en ellas [reflexiones] mucho de dolorosa renuncia, de resignación »).

59  C’est pourquoi, dans l’extrait des Préceptes politiques qui est à la base de cet article, Plutarque ne retient que des épisodes illustrant la concorde, cf. B. L. Cook, « Plutarch’s “ many other ” Imitable Events : Moralia 814b and the Statesman’s Duty », in L. De Blois, J. Bons, T. Kessels & D. M. Schenkeveld (eds.), The Statesman in Plutarch’s Works, vol. I : Plutarch’s Statesman and his Aftermath, Leyde / Boston, Mnemosyne, 2004, p. 201-210.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Schmidt, « Plutarque, les Préceptes politiques et le récit des Guerres médiques », Cahiers des études anciennes, XLVI | 2009, 101-128.

Référence électronique

Thomas Schmidt, « Plutarque, les Préceptes politiques et le récit des Guerres médiques », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVI | 2009, mis en ligne le 13 mars 2010, consulté le 24 juin 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/170

Haut de page

Auteur

Thomas Schmidt

Université de Fribourg, Suisse

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org