Navigation – Plan du site
II. Action politique et mémoire collective
II. 1 Les orateurs et le passé de la cité

Eschine et le passé athénien : narration, imagination et construction de la mémoire

Ruth Webb
p. 129-147

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Eschine, histoire, rhétorique
Haut de page

Texte intégral

1Eschine et son adversaire, Démosthène, comptent sans aucun doute parmi les hommes d’action grâce à leur rôle actif dans la vie politique de la ville d’Athènes. Dans leurs plaidoyers politiques, ils étaient également des narrateurs qui s’efforçaient de représenter et faire valoir une certaine interprétation des événements. C’était le cas, il est vrai, pour n’importe quel orateur qui se trouvait devant les tribunaux athéniens et qui devait présenter (dans la plupart des cas) sa narration des événements en question, qu’il s’agisse de meurtre ou d’adultère, ou bien d’un problème d’héritage ou de finance. Cependant, les grands plaidoyers politiques du IVe siècle se distinguent par la nature publique des événements dont il est question et également par le contexte civique et historique dans lequel ils sont placés.

  • 1  Sur le rapport entre narration et description dans la théorie rhétorique antique, voir R. Webb, Ek (...)

2Il sera question ici de l’utilisation faite du passé — que ce soit le passé récent dont les auditeurs étaient eux-mêmes témoins ou le passé lointain et glorieux d’Athènes à l’époque de Solon ou des Guerres médiques — par Eschine dans ses deux discours d’accusation. Je porterai une attention particulière aux divers procédés employés par l’orateur pour amener ses auditeurs à voir en imagination les événements dont il est question. L’œuvre d’Eschine est très riche en ce genre de mise en scène dramatique de l’histoire et l’orateur fait appel aux monuments connus de ses auditeurs pour étayer son argument et recourt à des narrations détaillées qui leur font voir en imagination les actions attribuées aux personnages1. Ainsi l’orateur met en place une interaction constante entre le passé et présent, où l’utilisation des monuments, qui avaient pour rôle de perpétuer le souvenir du passé dans une forme visible, joue souvent un rôle important.

3Dans son premier discours d’accusation Contre Timarque Eschine tente de placer la vie privée de l’ami de Démosthène dans un contexte public et de montrer que, selon des lois bien établies, l’accusé s’est exclu de la vie politique en se prostituant dans le passé. Ce contexte public comporte également une dimension historique qui est très importante dans le discours : Eschine s’efforce de montrer que le comportement général de Timarque, et non seulement le fait de s’être prostitué, était contraire aux vieilles valeurs athéniennes, représentées surtout à travers le personnage de Solon. Son troisième discours, Contre Ctésiphon, est comparable en ce qu’il a pour but de montrer, à la fois, que le comportement de Démosthène le rend indigne de l’honneur proposé par Ctésiphon et que la proposition de la couronne honorifique est en elle-même contraire aux traditions athéniennes. Les actions politiques et publiques sont ainsi présentées sous un angle historique. Dans ces discours donc, la narration des événements récents, que ce soit le comportement scandaleux attribué à Timarque ou les actions de Démosthène, est en dialogue constant avec le passé lointain et idéal d’Athènes, représenté par Solon le sage ou par le comportement des héros des Guerres médiques pour qui, selon Eschine, la victoire suffisait, et qui étaient contents de rester anonymes.

  • 2  On pourrait citer par exemple, les remarques de Thucydide (I, 10), qui évoque les impressions de f (...)
  • 3  Eschine, Contre Timarque 89 :Εἰ μὲν τοίνυν ἦν ὁ ἀγὼν οὑτοσὶ ἐν πόλει ἐκκλήτῳ, ὑμᾶς ἂν ἔγωγε ἠξίωσα (...)
  • 4  Sur Démosthène, voir L. Pernot, L’Ombre du tigre : recherches sur la réception de Démosthène, Napl (...)

4Les parties narratives de ces discours se caractérisent par une structure complexe qui relie passé et présent (ou passé lointain et passé récent). L’avenir y est aussi important, grâce à la situation communicative du tribunal où les auditeurs sont appelés à décider et donc à influencer les événements futurs. Il est vrai que des réflexions sur le temps futur ne sont pas absentes des autres genres narratifs comme l’histoire ou l’épopée, mais elles revêtent une importance particulière dans les discours judiciaires (et plus encore dans les discours délibératifs où le choix des auditeurs a un impact direct sur le déroulement de la vie politique)2. Il en résulte que le moment du procès où les événements du passé sont narrés par l’orateur est placé au milieu d’un continuum et constitue pour ainsi dire un moment de suspension entre le passé et l’avenir qui sera décidé par les juges. Le rôle des juges-auditeurs est aussi très particulier : en tant que juges, ils sont loin d’être de simples auditeurs, leurs réactions à ce qu’on leur raconte auront des conséquences réelles dans la cité. De plus, la nature publique des événements dont il est question dans ces grands plaidoyers politiques leur confère un rôle parallèle de témoins. Dans son réquisitoire contre Timarque, Eschine note que, puisque les faits avaient eu lieu à Athènes, les auditeurs étaient à la fois juges et témoins3. De la même manière, il fait souvent appel aux connaissances de l’auditoire, que ce soit la mémoire collective de l’histoire athénienne ou les connaissances directes des actes et des personnages dont il est question. De tels passages ne sont jamais de simples déclarations de ce que « tout le monde sait », au contraire, ils représentent des tentatives pour créer — ou plus précisément façonner — la mémoire des auditeurs selon les besoins de l’orateur afin d’assurer son emprise sur l’avenir. L’orateur-narrateur serait donc aussi « homme d’action » dans la mesure où sa parole exerce une influence sur les auditeurs. C’est une action qui a perduré pendant des siècles jusqu’à faire de Démosthène le champion de la liberté jusqu’à nos jours et d’Eschine un modèle de l’orateur contemporain pour Philostrate, au IIIe siècle, qui voit en lui le fondateur de la Seconde Sophistique4.

I. Eschine, Contre Timarque et la création de la mémoire

  • 5  Voir A. Ford, « Reading Homer from the Rostrum : Poems and Laws in Aeschines’ Against Timarchus »,(...)
  • 6  Sur l’enargeia, voir G. Zanker, « Enargeia in the Ancient Criticism of Poetry », RhM, 124 (1981), (...)

5Après ces remarques préliminaires, il est temps d’analyser quelques procédés dont Eschine se sert dans le Contre Timarque et le Contre Ctésiphon pour rendre présent le passé et créer ce sens de la mémoire. Dans le premier discours, il s’agit de la création d’un passé récent qui est contrasté avec les valeurs « traditionnelles » attribuées au personnage de Solon, dont la statue est évoquée et interprétée (25-26). Des extraits de la poésie d’Homère et d’Euripide sont également lus pour étayer son argument5. Le Contre Ctésiphon mélange constamment le passé récent et l’héritage glorieux d’Athènes, souvent en faisant appel aux monuments, comme la Stoa Poikile. En faisant appel aux images, ou plutôt à la culture visuelle de ses auditeurs, Eschine attire notre attention sur l’utilisation de l’enargeia, cette qualité du langage qui fait « voir » les auditeurs et qui « met sous les yeux » la scène que l’orateur veut créer. Sa présence dans les discours d’Eschine est significative vu l’absence presque totale de théorisation explicite concernant l’enargeia à cette époque. Malgré cette absence, il est possible de discerner dans la pratique oratoire les mêmes techniques qui seront préconisées par les rhétoriciens hellénistiques et romains dont Quintilien est le représentant le plus important : on y trouve l’énumération de détails physiques et l’évocation de bruits et d’actions qui ont pour effet de faire surgir une image mentale chez l’auditeur (ou le lecteur)6.

  • 7  Voir R. Webb, « Mémoire et imagination : les limites de l’enargeia dans la théorie rhétorique grec (...)

6Les théoriciens de l’époque impériale, comme Quintilien, insistent sur l’importance de la mémoire dans la mesure où les images évoquées par l’enargeia doivent ressembler à ce qui se passe normalement et doivent répondre aux attentes des auditeurs. Il est possible d’identifier deux raisons complémentaires : non seulement l’image vraisemblable sera plus crédible, mais elle est de plus créée dans l’esprit de l’auditeur à partir d’images qui sont déjà présentes dans sa mémoire7. Les exemples qui seront analysés ici suggèrent qu’il existait un autre type d’association entre mémoire et image mentale qui a lieu lorsque l’image tient lieu de mémoire véritable, acquise par la perception directe, et contribue ainsi à la formation — ou à la déformation — de la connaissance. C’est dire que la mémoire est non seulement un élément constitutif de l’enargeia, mais peut, de plus, être constituée et modelée par les images évoquées par la parole de l’orateur.

  • 8  Le Trapézitique d’Isocrate traite d’une affaire de banque qui était sans témoins. Dans la première (...)
  • 9  Sur la date du discours, voir N. Fisher, Aeschines’ Against Timarchos, Oxford, Oxford University P (...)
  • 10  Nicolaus, Progymnasmata p. 45, l. 16 Felten.
  • 11  Contre Timarque 55 :Κα τοιατα πράγματα κα τοιαύτας βρεις γ κήκοα γεγονέναι π το νθρώπου (...)
  • 12 E. M. Harris, Aeschines and Athenian Democracy, Oxford, Oxford University Press, 1995, p. 103 note (...)
  • 13  Le texte contient des références à quelques témoignages concernant des épisodes dont il est questi (...)

7Le sujet principal du discours Contre Timarque, l’accusation de prostitution qui a pour but d’exclure Timarque de la vie politique athénienne, pose des problèmes sérieux pour l’orateur qui doit évoquer des actes qui, par leur nature même, eurent lieu en privé loin des regards des autres citoyens. Le cas n’est pas unique dans le corpus des orateurs attiques qui contient des discours traitant de cas sans témoins8, mais en accusant Timarque, Eschine se trouvait face à un défi supplémentaire : la nature scandaleuse et donc indicible des actes dont il était question. Qui plus est, ces actes auraient été commis plusieurs années avant le procès, qui eut lieu en 3459. La tâche était d’autant plus délicate qu’il s’agissait de mettre de telles actions sous les yeux des auditeurs, car, selon les commentaires du rhéteur tardif, Nicolaus, l’orateur qui fournit une description trop exacte peut éveiller les soupçons d’avoir acquis ses connaissances directement, en participant lui-même au délit, et le résultat sera alors plus dangereux pour lui que pour son adversaire10. Ce problème est évoqué par Eschine lui-même qui laisse deviner la nature de certains des actes dont il accuse Timarque en disant qu’il mourrait plutôt que les raconter (ce qui lui permet en outre de mettre en contraste la chasteté de sa langue et les actions scandaleuses qu’il attribue à Timarque)11. Une telle accusation, concernant un crime qui, par sa nature même, ne peut être dit et dont personne ne témoignera, semblerait constituer une tâche impossible, mais Eschine réussit. Car, en réalité, loin d’être un inconvénient, l’absence relative de témoins et d’autres preuves non techniques — selon la définition d’Aristote (Rhétorique 1355b) —, lui permit de mettre en œuvre toute une série de procédés pour créer l’impression de la culpabilité en s’appuyant uniquement sur des indices12. De même, l’imagination joue un rôle très important en remplaçant les témoignages absents, ainsi que la mémoire, plus précisément une mémoire collective soigneusement façonnée par l’orateur13.

  • 14  Eschine, Contre Timarque 44 : Κα ταθ’ τι ληθ λέγω, πάντες σοι κατ’ κείνους τος χρόνους γί (...)
  • 15  Aristote, Rhétorique 1408a. Voir J. Ober, Mass and Elite in Democratic Athens : Rhetoric, Ideology (...)

8À plusieurs reprises, Eschine qualifie sa tâche dans le procès contre Timarque comme étant celle de rappeler au souvenir des auditeurs les événements dont il est question. Après avoir raconté un incident concernant Misgolas, un citoyen athénien chez qui Timarque vivait pendant sa jeunesse et qui l’aurait surpris un jour en train de dîner avec des étrangers alors qu’il devait fêter les Dionysies avec lui, Eschine fait appel aux connaissances d’une partie des citoyens : « et que ce que je dis est vrai, tous ceux qui connaissaient Misgolas et Timarque à l’époque le savent14 ». Il évoque le fait que les habitudes de Misgolas sont « bien connues » avant de marquer la différence entre la tâche de l’accusateur qui, traitant d’actes ignorés, doit fournir des preuves (apodeixeis) et la sienne qui consiste simplement à rappeler (anamnèsai) à l’esprit des auditeurs des faits connus de tout le monde(homologoumena, 89). Dans cette situation, l’absence de preuves, loin d’être un inconvénient, apparaît comme un atout pour l’orateur. La narration des événements de la vie privée de Timarque et Misgolas joue un rôle capital : elle est construite par Eschine, mais présentée comme s’il s’agissait d’une simple représentation de ce que « tout le monde sait » dans le seul but de « rappeler à l’esprit » cette connaissance commune. Aristote explique l’efficacité de ce genre de remarque par le fait que les auditeurs ont honte de ne pas partager ce savoir qui passe pour être acquis par « tout le monde »15.

  • 16  Sur le statut de Pittalakos, voir N. Fisher, op. cit., p. 190-191.
  • 17  Eschine, Contre Timarque 65 : Κα τατα τι ληθ λέγω, πάντες στε.
  • 18  Eschine, Contre Timarque 75 : Οκον τν ατν τρόπον προσήκει μς κα περ Τιμάρχου ξετάζειν, κ (...)

9Une autre utilisation un peu plus complexe de ce procédé se trouve dans sa narration des rivalités entre deux amants de Timarque, Pittalakos, un esclave public (peut-être affranchi) qui avait amassé une fortune, et Hegesandros, un étranger venu de l’Hellespont16. Délaissé par Timarque, Pittalakos aurait importuné les amants qui se seraient vengés en saccageant sa maison et en le fouettant. Lorsque Pittalakos intenta des procès contre les deux amants, Hégésandros le revendiqua comme son esclave et Pittalakos finit par abandonner son procès. Le tout est narré avec une abondance de détails qui fait « vivre » les scènes : Eschine nous fournit des exemples précis des biens détruits par Timarque et Hégésandros — osselets, gobelets, coqs et cailles — tous choisis pour illustrer le mode de vie des trois hommes. La réaction immédiate de la victime fait l’objet d’une narration très circonstanciée selon laquelle Pittalakos se serait assis en suppliant à l’autel de la Mère des Dieux avant de se laisser persuader par Timarque, qui employait lui-même des gestes de supplication et promettait des restitutions en attribuant ses actions à l’effet du vin. Eschine termine l’épisode par un nouvel appel aux connaissances partagées, selon lui, par ses auditeurs : « Et que ce que je dis est vrai, vous le savez tous »17. Mais la justification est quelque peu surprenante : il ne tente même pas de prétendre que ses auditeurs avaient vu ou connu eux-mêmes les événements rapportés, mais il fait appel à des connaissances très différentes en évoquant les dépenses folles de Timarque et d’Hégésandros au marché aux poissons dont « tout le monde » est témoin. Ce savoir commun sert à confirmer la véracité d’un événement dont Eschine ne propose que sa seule narration comme preuve. Il rend explicite ce type de raisonnement lorsque, un plus loin dans le même discours, il explique aux auditeurs comment ils doivent entreprendre leurs enquêtes (exetazein) sur Timarque : « Il ne faut pas demander si quelqu’un l’a vu, mais si l’acte a été commis par lui »18. Dans ce qui suit, il devient évident que les auditeurs doivent s’appuyer sur les vraisemblances pour répondre à cette question : il suffit, selon Eschine, de connaître le mode de vie de Timarque, les dîners extravagants, les joueuses de flûtes, les courtisanes, pour qu’il soit clair (eudélon) qu’un tel homme a dû « fournir des plaisirs » à ceux qui payaient ses luxes. Dans un tel discours, la narration, et surtout la narration circonstanciée qui fait « voir » les auditeurs, joue un rôle essentiel dans la création de connaissances qui remplacent à la fois les témoignages et les arguments concernant la réalité des actes attribués à l’adversaire.

II. Contre Ctésiphon : la mise en scène du passé

  • 19  Eschine, Contre Timarque 25-26.
  • 20  Démosthène, Sur l’Ambassade infidèle 251.

10Dans son autre discours d’accusation, Contre Ctésiphon, il s’agit de connaissances partagées d’un autre genre dont Eschine se sert pour tenter de prouver que l’attribution de la couronne à Démosthène, proposée par Ctésiphon, est contraire aux traditions de la cité et que Démosthène ne mérite pas un tel honneur. Plutôt qu’aux connaissances des scandales quotidiens de la ville d’Athènes Eschine fait appel aux traditions concernant le passé lointain : les Guerres médiques et le personnage de Solon. Ce dernier, il est vrai, est évoqué également au début du discours contre Timarque, où Eschine invite ses auditeurs à se souvenir de la statue de Solon qui se trouvait à Salamine. Il attire leur attention sur un détail précis de cette représentation, la main de l’orateur qui était cachée sous le manteau, ce qui lui permet de marquer le contraste entre cette posture sage et les actions déréglées de Timarque lorsqu’il s’est livré à un concours de lutte (selon l’orateur) dans l’assemblée19. Cette exploitation du monument fut critiquée par Démosthène dans son discours Sur l’Ambassade infidèle, où il note que la statue en question, qui n’avait été érigée que cinquante ans plus tôt, ne pouvait fournir des renseignements fiables sur le comportement de Solon20. La correction est venue trop tard pour aider Timarque, et l’on pourrait se demander si elle aurait diminué l’effet de ces images contrastées du sage immobile, couvert par son manteau, et de Timarque, se débattant à moitié nu.

  • 21  Sur cette question, voir F. Hobden, « Imagining Past and Present : A Rhetorical Strategy in Aeschi (...)

11L’utilisation du passé dans le discours contre Ctésiphon est comparable à cette évocation de la statue de Solon en ce qu’il s’agit de faire contraster un passé idéalisé, caractérisé par l’ordre, le respect des lois et la prouesse militaire, avec la décadence du présent21. Parmi les divers moyens mis en œuvre pour évoquer le passé lointain dans le Contre Ctésiphon, figure l’utilisation des monuments, alliée à un sens aigu de la théâtralité et de l’impact des images sur les auditeurs, qu’il est tentant d’attribuer au métier de comédien exercé par Eschine. Les héros des Guerres médiques sont évoqués à travers des citations d’inscriptions dans la Stoa des Hermès célébrant la victoire de Cimon sur les Perses et la peinture célèbre de la bataille de Marathon dans la Stoa Poikilé. Dans une péroraison étonnante, Eschine va jusqu’à inviter ses auditeurs à « voir » (horan) les héros du passé — Solon, Aristide et Thémistocle — présents sur l’estrade, dans le tribunal même.

  • 22  Eschine, Contre Ctésiphon 184 :τι δ’ ληθ λέγω, ξ ατν τν ποιημάτων εσεσθε.
  • 23  Eschine, Contre Ctésiphon 184 : dans les inscriptions citées le nom des Athéniens figure deux fois

12L’évocation des monuments d’Athènes est introduite par des considérations sur l’état actuel de la cité où, selon l’orateur, les honneurs sont décernés avec trop de facilité, ce qui présente des dangers pour l’avenir. Eschine décrit une situation paradoxale où la fréquence croissante des prix dans la cité fut accompagnée par une diminution de la qualité des citoyens (179). L’un, en effet, est le résultat de l’autre, la multiplication des honneurs ayant entraîné la diminution de la vertu. Eschine fait appel à l’idéologie de l’agôn, en comparant cette situation aux jeux Olympiques, où les prix restent rares, et invite ses auditeurs à imaginer qu’ils sont les juges d’un concours de vertu civique (agônothetas politikés aretés, 180). C’est pour fournir des preuves de ces déclarations qu’Eschine évoque les combattants de la campagne de Cimon, qui ont reçu pour seule récompense les inscriptions encore visibles sur les trois hermès dans le portique des Hermès, inscriptions où, à l’instar des discours funèbres du Ve siècle, aucun individu n’est identifié. La citation des textes des trois inscriptions est proposée comme confirmation irréfutable : « et que je dis la vérité, vous l’apprendrez des vers eux-mêmes »22. Ayant récité les textes des trois inscriptions, Eschine interpelle ses auditeurs en demandant : « Le nom des vainqueurs figure-t-il quelque part (esti pou) ? », avant de répondre à leur place : « Nulle part : mais celui du peuple (démos) »23.

  • 24  Eschine, Contre Ctésiphon 185-186 : στι που τ τν στρατηγν νομα; οδαμο, λλ τ το δήμου. Π (...)
  • 25   Voir les remarques de F. HOBDEN, op. cit., p. 496 : « It seems plausible that Aeschines’ analysis (...)

13Avec cette interrogation directe Eschine opère un glissement entre les inscriptions en tant que texte, susceptible d’être cité dans un discours, et en tant que monuments visibles placés dans l’espace civique (esti pou), ce qui introduit la thématique du voyage autour de la ville. Car, dans la phrase qui suit, il invite ses auditeurs à « continuer la promenade en imagination pour rentrer dans la Stoa Poikilé aussi »24. Cette promenade imaginaire a un but précis : il s’agit de démontrer que le nom de Miltiade n’y est pas inscrit (même s’il figure au premier plan du tableau). F. Hobden a remarqué qu’il s’agit ici — comme dans le cas de la statue de Solon dans le Contre Timarque — d’une lecture et d’une interprétation très particulières de ces monuments et que le portique qui abritait les inscriptions était associé au nom de Cimon, même si celui-ci ne figurait pas dans les textes lus par Eschine — du moins pour Plutarque (Vie de Cimon 8, 1). De même, Pausanias (I, 15, 3) n’avait pas de mal à identifier la représentation de Miltiade (et de deux autres généraux athéniens, Callimachos et Echetlos) dans la peinture de la Stoa Poikilé. Si ces témoignages tardifs représentent les connaissances des Athéniens du IVe siècle, Eschine fait preuve d’une grande habileté dans sa présentation des monuments. Il évite d’attirer l’attention des auditeurs sur le contexte physique des inscriptions, le portique associé à Cimon, pour lire les textes que, d’ailleurs, les juges n’avaient pas la possibilité de vérifier avant de prendre leur décision. C’est dans le même esprit qu’il impose sa propre vision de la Stoa Poikilé et arrive ainsi à faire appel aux preuves connues de tout le monde tout en supprimant les éléments ambigus de ces preuves25. Eschine se sert donc de la présence concrète du passé dans la ville d’Athènes pour renforcer l’utilisation qu’il fait de l’histoire dans son discours.

  • 26  Théon, Progymnasmata 62, 32-63, 13 Patillon. Les scholies à Eschine font aussi le lien avec le cha (...)

14Le passé récent est également important dans le discours. En effet, c’est sur l’interprétation de ce passé-là que repose l’argument qui consiste à montrer que Démosthène ne mérite aucun signe de reconnaissance. Un passage précis de cette partie du discours contre Ctésiphon fut cité par au moins un théoricien tardif en tant que modèle de l’ekphrasis et donc de l’enargeia. Il s’agit de l’ekphrasis de la destruction de Thèbes, au paragraphe 157, qui appartient à toute une tradition d’évocations de villes détruites, qui remonte jusqu’à Homère. Dans la théorie rhétorique tardive, cette évocation fut mise en rapport non seulement avec une description très similaire de la destruction de la Phocide dans le discours de Démosthène, Sur l’Ambassade infidèle, mais aussi avec un passage du discours de Phénix dans le neuvième chant de l’Iliade (593-594)26. Ici, Eschine s’efforce de démontrer la mauvaise foi de Démosthène qu’il tient pour responsable de la défaite et de la destruction de Thèbes. Comme dans l’introduction de la visite imaginaire de la ville d’Athènes, Eschine fait appel à l’imagination des auditeurs, leur dianoia, avant de passer à l’énumération des éléments quasi obligatoires de la destruction :

  • 27  Eschine, Contre Ctésiphon 157 : λλ’ πειδ τος σώμασιν ο παρεγένεσθε, λλ τας γε διανοίαις π (...)

Puisque vous n’y avez pas assisté en personne, considérez au moins par la pensée (tais dianoiais apoblepsate) leurs infortunes ; imaginez que vous voyez leur cité conquise, les murs abattus, les maisons en flammes, les femmes et les enfants emmenés en esclavage, les vieillards et les femmes âgées désapprenant tardivement la liberté, sanglotant, vous suppliant, pleins de colère27.  

15Le passage d’Eschine semble en effet répondre en quelque sorte à l’évocation faite par Démosthène, treize ans auparavant lors du procès sur l’ambassade, du sort des habitants de Phocide, dans le but parallèle de démontrer les effets du comportement perfide d’Eschine :

  • 28  Démosthène, Sur l’Ambassade infidèle 64-65 : ν μν τοίνυν τρόπον ο ταλαίπωροι Φωκες πολώλασιν, (...)

Comment les malheureux Phocidiens ont été détruits, on peut le voir non seulement d’après ces décisions, mais d’après les actes exécutés ; spectacle effrayant, Athéniens, et lamentable. Quand, tout récemment, nous allions à Delphes, nous étions forcés de voir tout cela, maisons détruites, murailles abattues, terre vide d’hommes, quelques femmes, quelques enfants, de vieilles gens, une pitié. Toute parole serait insuffisante pour les malheurs qui existent maintenant là-bas28.

16Si les deux passages sont très similaires au point de vue du contenu et du but oratoire, il existe néanmoins des différences frappantes dans la présentation. Démosthène s’introduit en tant que témoin oculaire et présente ce qui suit comme un rapport simple des choses vues. Il occulte par là son rôle créateur, tout en focalisant la description et créant une distinction nette entre son statut de témoin, détenteur d’un savoir particulier, et celui des auditeurs. Eschine, en revanche, attire l’attention des auditeurs sur leur propre activité et leur contribution à l’effet du discours. Plus important encore, il rend explicite le fonctionnement d’une telle description, car dans l’économie du discours, les traces visuelles de la destruction de la ville n’ont qu’une importance secondaire : elles sont autant d’indices des actions néfastes de l’adversaire et de ses alliés politiques. Dans le cas de la Phocide, ce qui est important est de soulever le sentiment d’indignation (deinôsis) contre Philippe et surtout contre Eschine qui, selon Démosthène, était l’ultime responsable du désastre dont il raconte les résultats.

  • 29  Eschine, Contre Ctésiphon 157. Cf. supra n. 27 pour le texte grec. 

17Chez Démosthène, ce raisonnement reste implicite, l’auditeur doit faire lui-même le rapport entre la Phocide, Philippe et Eschine. Le cas est très différent chez Eschine qui, après avoir évoqué la colère des habitants de Thèbes, explique que cette colère est dirigée « non point contre les exécuteurs, mais contre les vrais responsables de ces calamités », c’est-à-dire contre Démosthène. Qui plus est, il invite les auditeurs à s’imaginer que ce sont les Thébains eux-mêmes qui les conjurent de refuser la couronne à Démosthène : ils doivent se représenter les victimes « vous conjurant de ne couronner à aucun prix le fléau de la Grèce, mais de vous préserver du mauvais génie et de la fatalité attachée aux pas de cet homme »29.

18La confrontation de ces deux évocations fait ressortir un aspect constant de la rhétorique d’Eschine : la manière dont il attire notre attention sur son art, sur sa propre intervention dans la disposition et la mise en valeur de ses sujets. Ici, il attire l’attention sur l’effort d’imagination requis, sur l’action de visualiser (tais dianoiais apoblepsate) et rend explicite ce qui est implicite chez Démosthène, le fait que le sentiment d’indignation (deinôsis) provoqué par ce genre de description doit être dirigé contre l’Athénien dont les actions étaient à l’origine du désastre, encore plus que contre l’étranger qui perpétra la violence. Les auditeurs ne sont pas les seuls dont la contribution active est soulignée : les Thébains eux-mêmes jouent un rôle actif par les prières qui leur sont attribuées, à la différence des habitants de la Phocide qui ne sont que des figurants pitoyables et silencieux dans le discours de Démosthène. Même s’il est impossible d’établir de manière sûre un rapport direct entre les deux passages ou d’attribuer à Eschine la volonté d’effacer le souvenir de la Phocide pour le remplacer par celui de Thèbes, la confrontation des deux passages fait ressortir des caractéristiques de l’art d’Eschine.

  • 30  Eschine, Contre Ctésiphon 153 : Γένεσθε δή μοι μικρν χρόνον τ διανοί μ ν τ δικαστηρί, λλ’ (...)

19Une telle attention à la technique, aux méthodes mises en œuvre par l’orateur est typique du corpus d’Eschine. En particulier, l’acte de représenter est constamment mis en valeur dans ce discours, et il est important de noter que l’évocation du sort des Thébains suit directement un autre appel à imaginer, cette fois-ci les conséquences d’un vote en faveur de Ctésiphon et Démosthène : « Imaginez-vous un instant, je vous prie, non pas dans le tribunal mais au théâtre et pensez que vous voyez que le héraut s’avance et que la proclamation [de la couronne] selon le décret va être prononcée »30. Cette scène, selon Eschine, provoquera plus de larmes pour les morts dont Démosthène est responsable que les tragédies qui doivent suivre.   

  • 31  Eschine, Contre Ctésiphon 257-259.

20C’est dans la péroraison que le futur et le passé lointain se mêlent au présent d’une manière tout à fait surprenante. Cette péroraison rappelle la fin du douzième discours de Lysias où l’orateur demande aux juges d’imaginer que les victimes des Trente les entendent et sauront le résultat du vote (XII, 100). Mais Eschine va beaucoup plus loin lorsqu’il évoque le souvenir de Solon, Aristide, Thémistocle et les morts de Marathon et de Platées, car il demande aux auditeurs de les imaginer non pas au moment même où il prononce leur nom, mais plus tard, à la fin du discours de son adversaire, et de les imaginer sur l’estrade, à côté de Démosthène. Eschine demande ainsi à ses auditeurs de peupler l’estrade de fantômes qui viendront troubler le discours de Démosthène et, par l’usage de participes présents, il attribue des actions à ces personnages du passé et tente de les faire participer au procès. Les juges doivent imaginer que Solon les prie (deomenon) de ne pas voter pour Démosthène, qu’Aristide le Juste s’indigne (schetliazonta) de l’injustice de la cause de Démosthène et Ctésiphon et, rien qu’en les introduisant dans son propre discours, Eschine réussit à les revendiquer pour lui-même31.


***

21Dans les deux discours étudiés, Eschine utilise des techniques très variées pour rendre présent le passé et pour l’incorporer dans le tissu de son discours : il emploie la narration circonstanciée pour brosser le portrait de Timarque, fait appel aux monuments ou personnages connus qui portent une signification très particulière, ou bien crée un tableau, comme celui de Thèbes et de ses habitants dans lequel est concentrée toute une série d’actions qui ont conduit la cité à cet état et qui symbolise, par une sorte de synecdoque narrative, l’histoire entière. Dans tous ces cas les auditeurs sont appelés à être des participants actifs, qui doivent imaginer, juger, se souvenir. La visite imaginaire des monuments d’Athènes est un excellent exemple, à la fois de la contribution des auditeurs et de celle de l’orateur : les premiers sont censés se déplacer en pensée dans l’espace civique, une activité pour laquelle leurs connaissances personnelles sont essentielles, tandis qu’Eschine se propose comme guide objectif, alors que c’est une interprétation très précise des monuments qui est proposée. Dans le cas du tableau de la destruction de Thèbes, les auditeurs sont eux-mêmes impliqués dans la misère des Thébains, grâce aux prières qui sont prêtées à ces derniers. Les appels à la connaissance de « tout le monde » dans le discours contre Timarque convertissent les auditeurs en témoins de l’affaire dont ils doivent décider. Toutes ces techniques témoignent de la sensibilité d’Eschine à la place du spectacle dans la ville et à la dimension civique du théâtre, sensibilité que l’on pourrait bien relier à sa carrière de comédien sans oublier qu’elle fait partie également de la dimension réflexive des discours. Il serait même possible de qualifier Eschine de premier théoricien de l’enargeia et de ses effets grâce à la manière dont ceux-ci sont identifiés et rendus explicites dans les discours eux-mêmes, surtout à travers les références multiples à l’effort actif que doivent faire les auditeurs pour imaginer les différentes scènes qu’il place sous leurs yeux.

  • 32  Voir J. F. Kindstrand, op. cit. n. 4 ; D. Côté, op. cit. n. 4, qui note l’importance de la « drama (...)
  • 33   Voir les remarques de J. Buckley, « Demosthenes and Aeschines », in I. Worthington(ed.), Demosthe (...)

22Cette réflexivité constitue peut-être une autre raison, à ajouter à celles proposées par J. F. Kindstrand et D. Côté32, pour laquelle Philostrate vit en Eschine le premier représentant de la Seconde Sophistique. Elle devait certainement faire de ses discours des modèles très utiles pour l’enseignement, mais cette observation soulève la question difficile du rapport entre les discours transmis et les discours réellement prononcés lors des différents procès. Les textes que nous lisons sont très probablement le résultat de rédactions ultérieures. Cela peut rendre difficile leur utilisation en tant que sources exactes pour l’histoire d’Athènes33, mais, pour les questions qui nous intéressent ici, le problème est moindre, vu que de telles réécritures auraient probablement pour résultat de créer une version idéale de ce que l’orateur aurait dit dans les circonstances les plus favorables. Ces textes nous montrent l’importance de la mise en scène du passé dans l’art oratoire d’Eschine ainsi que la mesure dans laquelle l’auditeur idéal est le partenaire de l’orateur et participe activement à sa propre persuasion.

Haut de page

Notes

1  Sur le rapport entre narration et description dans la théorie rhétorique antique, voir R. Webb, Ekphrasis, Imagination and Persuasion in Ancient Rhetorical Theory and Practice, Farnham, Ashgate, 2009, p. 62-76 ; S. Rabau, « Narration et description : l’exigence de détails », Lalies, 15 (1995), p. 273-290.

2  On pourrait citer par exemple, les remarques de Thucydide (I, 10), qui évoque les impressions de futurs visiteurs si les villes d’Athènes et de Sparte venaient à être détruites, et le souci des personnages de l’Iliade pour leur kleos à l’avenir (voir par exemple les paroles d’Hélène, Iliade VI, 357-358). Selon le schéma proposé par Aristote (Rhétorique 1358b), c’est surtout le genre délibératif qui traite de l’avenir.

3  Eschine, Contre Timarque 89 :Εἰ μὲν τοίνυν ἦν ὁ ἀγὼν οὑτοσὶ ἐν πόλει ἐκκλήτῳ, ὑμᾶς ἂν ἔγωγε ἠξίωσα μάρτυράς μοι γενέσθαι, τοὺς ἄριστα εἰδότας ὅτι ἀληθῆ λέγω• εἰ δ’ ὁ μὲν ἀγών ἐστιν Ἀθήνησιν, οἱ δ’ αὐτοί μοι δικασταὶ καὶ μάρτυρές ἐστε τῶν λόγων, ἐμοὶ μὲν ἀναμιμνῄσκειν προσήκει, ὑμᾶς δέ μοι μὴ ἀπιστεῖν. Καὶ γὰρ ἔμοιγε δοκεῖ Τίμαρχος, ὦ Ἀθηναῖοι, οὐχ ὑπὲρ αὑτοῦ μόνον ἐσπουδακέναι, ἀλλὰ καὶ περὶ τῶν ἄλλων τῶν ταὐτὰ διαπεπραγμένων αὐτῷ.

4  Sur Démosthène, voir L. Pernot, L’Ombre du tigre : recherches sur la réception de Démosthène, Naples, M. D’Auria, 2006, et P. Carlier, Démosthène, Paris, Fayard, 1991, p. 277-304 ; sur Eschine, J. F. Kindstrand, The Stylistic Evaluation of Aeschines in Antiquity, Uppsala, Almqvist and Wiksell, 1882 ; D. Côté, « La Figure d’Eschine dans les Vies des Sophistes de Philostrate », CEA,42 (2005), p. 389‑420.

5  Voir A. Ford, « Reading Homer from the Rostrum : Poems and Laws in Aeschines’ Against Timarchus », in S. Goldhill & R. Osborne (eds.), Performance Culture and Athenian Democracy, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, p. 231-256. Pour un procédé analogue chez Lycurgue, voir la contribution de V. Azoulay dans le même volume de ces Actes, p. 147-178.

6  Sur l’enargeia, voir G. Zanker, « Enargeia in the Ancient Criticism of Poetry », RhM, 124 (1981), p. 297-311 ; A. Manieri, L’Immagine poetica nella teoria degli antichi : phantasia ed enargeia, Pise, Istituti editoriali e poligrafici internazionali, 1998 ; J. Dross, « De la philosophie à la rhétorique : la relation entre phantasia et enargeia dans le traité Du sublime et l’Institution oratoire », Philosophie Antique, 4 (2004-2005), p. 273-90, et les articles recueillis dans C. Lévy & L. Pernot (eds.), Dire l’évidence : philosophie et rhétorique antiques, Paris, L’Harmattan, 1997, et M. Armisen Marchetti (ed.), Demonstrare : Voir et faire voir : formes de la démonstration à Rome, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2005.

7  Voir R. Webb, « Mémoire et imagination : les limites de l’enargeia dans la théorie rhétorique grecque », in C. Lévy & L. Pernot (eds.), Dire l’évidence : philosophie et rhétorique antiques, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 229-248.

8  Le Trapézitique d’Isocrate traite d’une affaire de banque qui était sans témoins. Dans la première Tétralogie d’Antiphon, il est question d’une affaire de meurtre dans laquelle le seul témoin est décédé.

9  Sur la date du discours, voir N. Fisher, Aeschines’ Against Timarchos, Oxford, Oxford University Press, 2001, p. 6-8.

10  Nicolaus, Progymnasmata p. 45, l. 16 Felten.

11  Contre Timarque 55 :Κα τοιατα πράγματα κα τοιαύτας βρεις γ κήκοα γεγονέναι π το νθρώπου τούτου ες τ σμα το Τιμάρχου οας γ μ τν Δία τν λύμπιον οκ ν τολμήσαιμι πρς μς επεν· γρ οτος ργ πράττων οκ σχύνετο, τατ’ γ λόγ μόνον σαφς ν μν επν οκ ν δεξάμην ζν : « J’ai même appris que cet homme [Pittalacos] s’est livré sur la personne de Timarque à des actes tels, à des excès si extravagants que, par Zeus Olympien ! je n’oserais pas vous les rappeler ici : ce que cet homme ne rougissait pas d’accomplir, je mourrais plutôt qu’en dire le nom devant vous » (trad. Martin et Budé, CUF, 1927). Sur le vocabulaire d’Eschine dans ce discours, voir N. Fisher, op. cit., p. 166-168.

12 E. M. Harris, Aeschines and Athenian Democracy, Oxford, Oxford University Press, 1995, p. 103 note que « the narrative portion of Aeschines’ speech is a masterpiece of sophistic pleading. Without a shred of relevant evidence, Aeschines ruthlessly attacks Timarchus as a consummate debauchee ».

13  Le texte contient des références à quelques témoignages concernant des épisodes dont il est question dans le discours, mais Eschine ne manque pas d’évoquer les difficultés soulevées par le contenu et la véracité de ces témoignages. Voir Contre Timarque 45-50 et 67.

14  Eschine, Contre Timarque 44 : Κα ταθ’ τι ληθ λέγω, πάντες σοι κατ’ κείνους τος χρόνους γίγνωσκον Μισγόλαν κα Τίμαρχον σασιν.

15  Aristote, Rhétorique 1408a. Voir J. Ober, Mass and Elite in Democratic Athens : Rhetoric, Ideology, and the Power of the People, Princeton, Princeton University Press, 1989,p. 149-150, qui note l’importance de l’idée de la connaissance commune dans l’idéologie démocratique, etJ. Hesk, « The Rhetoric of Anti-Rhetoric in Oratory », in S. Goldhill & R. Osborne (eds.), Performance Culture and Athenian Democracy, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, p. 226.

16  Sur le statut de Pittalakos, voir N. Fisher, op. cit., p. 190-191.

17  Eschine, Contre Timarque 65 : Κα τατα τι ληθ λέγω, πάντες στε.

18  Eschine, Contre Timarque 75 : Οκον τν ατν τρόπον προσήκει μς κα περ Τιμάρχου ξετάζειν, κα μ σκοπεν ε τις εδεν, λλ’ ε πέπρακται τούτ πρξις.

19  Eschine, Contre Timarque 25-26.

20  Démosthène, Sur l’Ambassade infidèle 251.

21  Sur cette question, voir F. Hobden, « Imagining Past and Present : A Rhetorical Strategy in Aeschines 3, Against Ctesiphon », CQ 57 (2007), p. 490-501.

22  Eschine, Contre Ctésiphon 184 :τι δ’ ληθ λέγω, ξ ατν τν ποιημάτων εσεσθε.

23  Eschine, Contre Ctésiphon 184 : dans les inscriptions citées le nom des Athéniens figure deux fois.

24  Eschine, Contre Ctésiphon 185-186 : στι που τ τν στρατηγν νομα; οδαμο, λλ τ το δήμου. Προέλθετε δ τ διανοί κα ες τν στον τν ποικίλην.

25   Voir les remarques de F. HOBDEN, op. cit., p. 496 : « It seems plausible that Aeschines’ analysis was just one amongst a number of competing analyses potentially familiar to the jurors ».

26  Théon, Progymnasmata 62, 32-63, 13 Patillon. Les scholies à Eschine font aussi le lien avec le chant IX de l’Iliade et qualifient le passage d’hypotypose.

27  Eschine, Contre Ctésiphon 157 : λλ’ πειδ τος σώμασιν ο παρεγένεσθε, λλ τας γε διανοίαις ποβλέψατ’ ατν ες τς συμφοράς, κα νομίσαθ’ ρν λισκομένην πόλιν, τειχν κατασκαφάς, μπρήσεις οκιν, γομένας γυνακας κα παδας ες δουλείαν, πρεσβύτας νθρώπους, πρεσβύτιδας γυνακας ψ μεταμανθάνοντας τν λευθερίαν, κλαίοντας, κετεύοντας μς, ργιζομένους ο τος τιμωρουμένοις, λλ τος τούτων ατίοις, πισκήπτοντας μηδεν τρόπ τν τς λλάδος λειτήριον στεφανον, λλ κα τν δαίμονα κα τν τύχην τν συμπαρακολουθοσαν τ νθρώπ φυλάξασθαι (trad. Martin et Budé, CUF, 1952, légèrement modifiée).

28  Démosthène, Sur l’Ambassade infidèle 64-65 : ν μν τοίνυν τρόπον ο ταλαίπωροι Φωκες πολώλασιν, ο μόνον κ τν δογμάτων τούτων στιν δεν, λλ κα κ τν ργων πέπρακται, θέαμα δεινόν, νδρες θηναοι, κα λεινόν τε γρ νν πορευόμεθ’ ες Δελφούς, ξ νάγκης ν ρν μν πάντα τατα, οκίας κατεσκαμμένας, τείχη περιρημένα, χώραν ρημον τν ν λικί, γύναια δ κα παιδάρι’ λίγα κα πρεσβύτας νθρώπους οκτρούς· οδ’ ν ες δύναιτ’ φικέσθαι τ λόγ τν κε κακν νν ντων (trad. Mathieu, CUF, 1945).

29  Eschine, Contre Ctésiphon 157. Cf. supra n. 27 pour le texte grec. 

30  Eschine, Contre Ctésiphon 153 : Γένεσθε δή μοι μικρν χρόνον τ διανοί μ ν τ δικαστηρί, λλ’ ν τ θεάτρ, κα νομίσαθ’ ρν προϊόντα τν κήρυκα κα τν κ το ψηφίσματος νάρρησιν μέλλουσαν γίγνεσθαι […].

31  Eschine, Contre Ctésiphon 257-259.

32  Voir J. F. Kindstrand, op. cit. n. 4 ; D. Côté, op. cit. n. 4, qui note l’importance de la « dramatisation » chez Eschine, p. 415-418.

33   Voir les remarques de J. Buckley, « Demosthenes and Aeschines », in I. Worthington(ed.), Demosthenes : Statesman and Orator, Londres, Routledge, 2000, p.148-154.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ruth Webb, « Eschine et le passé athénien : narration, imagination et construction de la mémoire », Cahiers des études anciennes, XLVI | 2009, 129-147.

Référence électronique

Ruth Webb, « Eschine et le passé athénien : narration, imagination et construction de la mémoire », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVI | 2009, mis en ligne le 13 mars 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/173

Haut de page

Auteur

Ruth Webb

Department of History, Classics and Archaeology, Birkbeck College, Londres, UMR 7041 Paris-Ouest-Nanterre La Défense

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org