Navigation – Plan du site
II. Action politique et mémoire collective
II. 1 Les orateurs et le passé de la cité

Lycurgue d’Athènes et le passé de la cité : entre neutralisation et instrumentalisation

Vincent Azoulay
p. 149-180

Entrées d’index

Index de mots-clés :

manipulation, passé, rhétorique
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cf. Thucydide, V, 26, indique ainsi qu’il a pu « assister aux affaires dans les deux camps » ; Luc (...)

1Au IVe siècle av. J.-C., l’histoire est encore loin d’être un genre littéraire stabilisé et consacré. Elle ne désigne alors qu’une lignée d’auteurs inscrits dans une même tradition d’enquête et partageant le souci de comprendre les causes des conflits : Guerres médiques pour Hérodote ; guerre du Péloponnèse pour Thucydide ; lutte entre les hégémonies spartiate, athénienne et thébaine pour Xénophon. Les premiers « historiens » sont cependant unis par une communauté de destin : ils écrivent tous leur œuvre en exil, loin de leur cité d’origine — situation subjectivement inconfortable, mais épistémologiquement productive. L’écriture de l’histoire apparaît donc en décalage avec l’action politique directe, tant il est vrai, comme l’ont montré F. Hartog et P. Payen1, que l’émergence du récit historique semble liée au déracinement et à la capacité d’observer à distance les parties prenantes du conflit.

  • 2  Voir F. Jacoby, Atthis. The Local Chronicles of Athens, Oxford, Clarendon Press, 1949 et P. Hardin (...)
  • 3  Selon F. Jacoby, op. cit. n. 2, p. 86-87, Hellanicos de Lesbos aurait été le premier des atthidogr (...)

2Il existe toutefois dès le Ve siècle d’autres « savoirs du passé » qui se fondent sur un habitus différent — non pas sur l’éloignement de la patrie, mais au contraire sur l’attachement à la cité, l’examen et la célébration de ses traditions propres : ce sont les multiples chroniques locales, les horographiai, destinées à fortifier l’identité civique. Dans le cas d’Athènes, de nombreux fragments de ces Atthides ont survécu, étudiés en son temps par F. Jacoby et désormais commodément accessibles en traduction anglaise2. De façon significative, la plupart des Atthidographes furent aussi des hommes politiques fortement impliqués dans la vie de la cité, tels Androtion, l’adversaire de Démosthène, Phanodémos, dont on connaît l’action dans les années 330, ou bien encore Philochore, engagé contre les Macédoniens au début du IIIe siècle av. J.-C.3.

  • 4  Voir à ce propos M. Nouhaud, L’Utilisation de l’histoire par les orateurs attiques, Paris, Les Bel (...)

3Toutefois, ce n’est ni aux « historiens », ni aux Atthidographes que cette étude est consacrée, mais à un orateur athénien, entré tardivement en politique après la défaite de Chéronée en 338 av. J.-C. : Lycurgue d’Athènes. Ce choix a priori surprenant se justifie en réalité pour deux raisons. Tout d’abord, d’une façon générale, les orateurs attiques tentèrent également, à leur manière, d’écrire l’histoire afin d’emporter la conviction au Tribunal ou à l’assemblée. Dans leurs plaidoyers, ils n’hésitaient pas à donner leur propre lecture du passé — une lecture d’ailleurs socialement plus efficace que les écrits des historiens, confinés dans des cercles élitaires restreints4. Ensuite, de tous les orateurs attiques, Lycurgue fut probablement celui qui se livra à la réécriture la plus ambitieuse du passé, recourant même à des procédés proprement « historiens » — en particulier, la citation de documents et l’approche critique des sources. Pour autant, cette réécriture du passé obéissait à une logique spécifiquement judiciaire, puisque l’orateur cherchait bien à faire condamner un coupable (aitios), et non à comprendre les événements (aitiai).

  • 5  Pour une approche synthétique de la carrière et de l’œuvre de l’orateur, voir S. C. Humphreys, « L (...)
  • 6  Voir à ce propos P. Brun, « Lycurgue d’Athènes : la construction d’un paradigme historique », in G (...)

4Lycurgue laissa au demeurant le souvenir d’un accusateur inflexible, même si son action fut loin de se limiter à cette seule dimension. Faisant partie des dix orateurs attiques canonisés par la tradition, il fut à l’initiative de nombreux décrets et lois, parfois attestés épigraphiquement, dans le dernier tiers du IVe siècle5. Membre du prestigieux genos des Étéoboutades qui détenait la prêtrise de Poséidon Erechtheus, Lycurgue assura également pendant trois pentétéries la gestion financière de la cité après la défaite de Chéronée en 338. Si son rôle politique ne doit pas être exagéré6, l’orateur participa néanmoins aux évolutions multiformes qui marquèrent alors la cité athénienne : réforme de l’éphébie, redressement militaire, remaniement de la Pnyx, restauration des sanctuaires de l’Acropole, construction en dur du théâtre de Dionysos, fixation par écrit des pièces des trois grands tragiques...

  • 7  Contre Léocrate 42 : « Oui, l’histoire d’Athènes avait bien changé de face (Τοσατ […] μεταβολ(...)
  • 8  Voir notamment E. Ruschenbusch, « Patrios Politeia : Theseus, Drakon, Solon und KleisthenesinPubli (...)
  • 9  Cette évolution débute dès 355 av. J.-C., à la fin de la guerre des alliés, lorsque se disloque la (...)

5De fait, Athènes connut durant les années 330 une mutation profonde. Pour le dire avec les termes mêmes de l’orateur Lycurgue, après la défaite de Chéronée, « l’histoire d’Athènes changea de face (μεταβολ) »7. Ce bouleversement modifia en particulier les rapports que les Athéniens entretenaient avec leur propre histoire. Certes, les orateurs n’avaient pas attendu le désastre de Chéronée pour évoquer complaisamment le passé glorieux de la cité : l’appel mélancolique à la patrios politeia, à la constitution des ancêtres, résonnait déjà au début du IVe siècle8. Toutefois, la tonalité évolua après 338. Désormais, l’évocation du passé athénien poursuivait un objectif défensif et non offensif : au lieu d’inciter les auditeurs à perpétuer ou à rétablir l’empire, la référence à l’histoire visait à célébrer la défense héroïque du territoire civique9. L’affaiblissement durable de la puissance athénienne — et spartiate — pava la voie à une nouvelle représentation du passé, apparemment plus neutre et pacifié, comme en témoigne le seul plaidoyer de Lycurgue à avoir été intégralement conservé, le Contre Léocrate.

6Prononcé en 330 av. J.-C. dans le cadre d’un procès de haute trahison (eisangélie), ce discours accusait un certain Léocrate d’avoir quitté Athènes dans les jours suivant Chéronée, alors que la cité était contrainte de prendre des mesures désespérées — réquisitionnant les vieillards, promettant même la liberté aux esclaves — pour résister à l’éventuel assaut de Philippe II. De retour dans sa cité natale après avoir vécu plusieurs années comme métèque à Mégare, Léocrate subit donc les foudres de Lycurgue, qui ne lui pardonnait pas ce manquement à ses devoirs civiques.

  • 10  Voir à ce propos Th. Hubbard, « Getting the Last Word : Publication of Political Oratory as an Ins (...)

7Toutefois, faute d’arguments probants sur le plan strictement juridique, Lycurgue opta pour une stratégie détournée : il multiplia les références au passé afin d’emporter l’adhésion des jurés. Alors qu’au début du discours, l’histoire n’était convoquée qu’en relation directe avec l’affaire, l’évocation du passé prend en effet une place grandissante à partir du paragraphe 75 : cette seconde partie est littéralement truffée de citations, parfois très longues, de serments, de décrets, de lois, de poésie épique et tragique, ou d’épigrammes, tirées avant tout du patrimoine légal et culturel athénien. Dans ce qui est probablement une version réécrite et publiée a posteriori10, l’orateur produit ainsi une anthologie patriotique à l’usage des Athéniens.

8Comment l’auteur passe-t-il d’une accusation particulière, enracinée dans un cas précis, à l’évocation générale du passé athénien ? Quelle justification l’orateur donne-t-il à cette étrange entreprise qui le conduit à inviter l’histoire au tribunal ? Après avoir évalué ce qui rapproche — et différencie — la démarche de Lycurgue de celle des Atthidographes et des « historiens » patentés, nous essayerons de cerner le rôle que tient l’expérience politique de l’orateur dans cette savante mise en scène : sous couvert de neutralité, Lycurgue opère des choix historiographiques qui visent à mettre subrepticement en valeur son propre rôle politique au sein de la cité athénienne. En définitive, l’enquête se fondera sur un va-et-vient : de l’accusation de Lycurgue à l’histoire d’Athènes et, réciproquement, de l’histoire d’Athènes à la carrière de Lycurgue.

I. De l’orateur Lycurgue à l’histoire d’Athènes

  • 11  Contre Léocrate 11.
  • 12  Contre Léocrate 5 (trad. Durrbach, CUF, 1956, modifiée).
  • 13  Contre Léocrate 6.

9Comment passer, à l’intérieur du même plaidoyer, d’une accusation particulière à l’évocation générale du passé athénien ? La transition est d’autant plus délicate que Lycurgue s’est explicitement engagé, au début du procès, à ne jamais perdre de vue l’affaire : « Je ferai en sorte, moi aussi, que la justice inspire mon accusation, sans rien dire de faux ou d’étranger à la cause »11. Comment dès lors justifier l’écart entre cette promesse solennelle et la seconde partie du discours où l’orateur ne fait plus référence au procès que de façon épisodique ? Pour le comprendre, il faut étudier la façon dont l’orateur se met en scène en tant qu’accusateur et justifie l’engagement des poursuites contre Léocrate. Au début de sa plaidoirie, Lycurgue se présente en homme exempt de toute haine personnelle, poursuivant son adversaire au nom de la communauté tout entière. S’il lui a intenté un procès en haute trahison (τν εσαγγελαν), « ce n’est point par haine (οτε δι' χθραν οδεμαν) ni par goût pour la chicane (οτε δι φιλονικαν) »12. À l’en croire, il refuse d’utiliser « ses haines privées » (τς δας χθρας) pour nourrir des « procès publics » (τς κοινς κρσεις), mais veut « tenir pour ennemis personnels ceux qui contreviennent aux lois de la cité » et lèsent la communauté (τ κοιν)13.

  • 14  D. S. Allen, The World of Prometheus : The Politics of Punishing in Democratic Athens, Princeton,P (...)
  • 15  Voir à ce propos Ed. Harris, « Who enforced the Law in Classical Athens ? », Symposion 2005, Vienn (...)
  • 16  D. S. Allen, op. cit., p. 159 : « The Athenian norms of public agency required that prosecutors sp (...)
  • 17  Contre Léocrate 149. Cf. Contre Léocrate 11. On ne peut donc suivre P. Brun, op. cit., p. 495, lor (...)

10Pour étrange que cela puisse résonner à des oreilles contemporaines familières d’un tel topos, une telle posture contrevient en réalité aux pratiques accusatoires courantes de l’Athènes classique, comme l’a montré D. Allen14. De fait, il n’existait pas de ministère public à Athènes — même si ce constat mérite d’être en partie nuancé15. Pour engager un procès, les accusateurs devaient prétendre être personnellement lésés par l’accusé, au risque de passer pour de purs sycophantes, des accusateurs professionnels mus par l’appât du gain. C’est la raison pour laquelle Lycurgue tient tant à ne pas paraître agir par philonikia, par « amour des querelles » et des procès16. L’orateur prend donc une pose inédite, prétendant que son intérêt personnel se confond avec celui de la communauté dont il se fait en l’occurrence le héraut. S’il mène son accusation de façon inflexible, il le fait de façon détachée, sans haine ni colère personnelle à l’égard de l’accusé17.

  • 18  Contre Léocrate 150.
  • 19  D. S. Allen, « Changing the Authoritative Voice : Lycurgus’ Against Leocrates », ClAnt, 19, 1 (200 (...)

11Dès lors, ce n’est plus Lycurgue, mais la cité elle-même qui accuse Léocrate. D’après l’orateur, ce sont en effet le territoire et le passé de la cité — l’espace et le temps civiques — qui incriminent l’accusé et réclament vengeance. Comme le clame la péroraison, les remparts, les ports, les arsenaux, et même les arbres, appellent unanimement à la condamnation de Léocrate : « Imaginez donc, Athéniens, que le pays, que ses arbres mêmes vous implorent ; que les ports, les arsenaux, les remparts de la cité vous supplient ; que les temples et les autels vous conjurent de les défendre ; et vous rappelant tous les crimes dont Léocrate est accusé, faites de lui un exemple pour démontrer que, dans votre conscience, la pitié et les larmes ne prévalent pas sur la sauvegarde des lois et du peuple »18. Au-delà de la géographie, l’histoire d’Athènes devient donc la base de l’acte d’accusation19. L’orateur s’efface pour laisser parler en son nom le passé de la cité, une histoire civique dont le rappel vise à faire condamner l’accusé.

12Comment l’orateur convoque-t-il ce passé pour les besoins de sa cause ? Qu’est-ce qui rapproche son évocation de l’enquête historique — telle qu’elle est pratiquée par Hérodote, Thucydide ou Xénophon — et qu’est-ce qui l’en distingue ?

II. Le tribunal de l’histoire ?

Les deux modes de recours au passé

  • 20  Contre Léocrate 80 : « Il [le serment de Platées] mérite d’être entendu de vous. Ces événements so (...)
  • 21  Voir C. Calame, « La fabrication historiographique d’un passé héroïque en Grèce classique : archai (...)

13En premier lieu, une remarque lexicale s’impose. Pour marquer l’appel au passé, Lycurgue recourt le plus souvent au terme to palaion, pour désigner tant la guerre de Troie (§ 62), le règne de Codros (§ 84), le sacrifice des filles d’Érechthée (§ 98) — ce que nous placerions dans le registre du mythe — que les Guerres de Messénie (§ 62), les premiers législateurs de la cité (§ 75), les tyrans d’Athènes (§ 61), les Guerres médiques, et notamment la bataille de Platées (§ 80)20 — ce que nous aimerions appeler les « faits historiques ». Cet emploi extensif ne doit nullement surprendre : la distinction tranchée entre mythe et histoire est une création moderne qui n’existe pas plus chez Hérodote et Thucydide que chez Isocrate et Lycurgue. Ces divers épisodes sont placés dans un même continuum temporel, sans véritable solution de continuité21.

  • 22  E. g. Contre Léocrate 61 : « Pour dire la vérité (τν λθειαν), c’est la mort d’une ville que son (...)
  • 23  Contre Léocrate 64. Lycurgue fait également appel au passé pour réfuter par avance un éventuel arg (...)

14À l’intérieur de son plaidoyer, Lycurgue convoque toutefois le passé, proche ou lointain, selon deux modalités bien différentes. Durant la première partie de son discours, l’orateur fait un usage du passé étroitement lié à l’affaire elle-même. Au début du discours, il commence par rappeler les événements récents, la défaite de Chéronée et ses conséquences, pour tenter de qualifier juridiquement la désertion de Léocrate. Il cherche à prouver que celui-ci a fui alors que la mobilisation générale avait déjà été décrétée (§ 16 et sq.). Ensuite, il commence à puiser dans l’histoire des exemples destinés à montrer la gravité de la trahison de Léocrate (§ 61). Le passé lui sert alors de témoignage — de preuve juridique (tekmêrion) — destiné à prouver la justesse de son argumentaire22. Pour les besoins de sa démonstration, Lycurgue évoque le cas des Pisistratides et des Trente tyrans, d’une part, la prise de Troie et les Guerres de Messénie, d’autre part, avant de citer à la barre les législateurs du passé, les archaioi nomothetai — probablement Dracon et Solon. Ainsi l’orateur entend-il réfuter l’idée selon laquelle les peines devraient être proportionnées à la gravité du crime. Selon Lycurgue, l’intérêt commun ne se marchande pas et ne peut souffrir la moindre trahison, si minime fût-elle : l’invocation des anciens législateurs est là pour prouver « la vérité (λθειαν) » de ses assertions23.

15Ces premières références au passé ne sont encore associées à aucune citation — sinon la mention des décrets votés au moment de Chéronée — et sont encore en lien direct avec l’affaire en cause. Lycurgue commence donc sa plaidoirie par un usage traditionnel du passé, appelé comme témoin à la barre du tribunal.

16À partir des paragraphes 74-75, Lycurgue s’inscrit toutefois dans une tout autre logique. L’affaire elle-même n’est plus évoquée qu’épisodiquement et le passé prend une place de plus en plus envahissante, sans connexion directe avec l’accusation proprement dite. Se multiplient alors les références tirées du passé qui sont la plupart du temps appuyées par des citations de documents variés — serment, poèmes, épitaphes, décrets, etc. Ces exemples ont deux fonctions complémentaires : d’une part, exalter l’héroïsme des Athéniens — voire des Spartiates ; d’autre part, souligner leur inflexibilité à l’égard des traîtres.

  • 24  Tyrtée, fr. 10 West.
  • 25  Simonide, fr. 22 et 21 Page.

17La première séquence est centrée sur l’éloge des hommes du passé, toujours prêts à se sacrifier pour la patrie. Lycurgue affiche explicitement son projet en ces termes : « Écoutez encore, Athéniens. Je ne cesserai pas de me reporter au passé (τν παλαιν), car les nobles actions où nos pères mettaient leur point d’honneur méritent de retenir toute votre attention » (§ 98). Et l’orateur d’égrener alors une série d’épisodes valorisant le sens du sacrifice des hommes d’autrefois et privilégiant des exemples éloignés dans le temps : la citation du serment des éphèbes (§ 77) ; la référence au serment de Platées (avec la citation du serment, § 80-81) ; l’histoire du roi Codros et de son sacrifice pour la cité d’Athènes (§ 84-87) ; la mention du fils sauvant son père lors d’une éruption de l’Etna (§ 95-96) ; l’évocation du sacrifice des filles d’Érechthée (avec la citation d’un extrait de l’Érechthée d’Euripide, § 98-101) ; la référence à Hector haranguant les Troyens et faisant l’éloge de la bravoure et du sacrifice (avec une citation d’Homère, § 102) ; l’exaltation de la bravoure des Spartiates menés par Tyrtée, général athénien, lors des Guerres de Messénie (avec la citation d’un poème de Tyrtée, § 105)24 ; et, enfin, la narration des exploits des Athéniens à Marathon et des Spartiates aux Thermopyles (avec la citation de l’épitaphe des Thermopyles et de Marathon, § 108-109)25.

  • 26  Contre Léocrate 111. Cette séquence était déjà annoncée au paragraphe 93 : le châtiment de Callist (...)

18À partir du paragraphe 111 s’ouvre une seconde série d’exempla qui s’emploie symétriquement à souligner la rigueur des ancêtres à l’égard des traîtres : « Si je n’ai pas réussi à vous inspirer les sentiments que vous devez éprouver pour de tels misérables, considérez du moins comment vos ancêtres les châtiaient »26. Les exemples retenus sont systématiquement assortis d’un texte de loi, lu par le greffier, et renvoient la plupart du temps à un passé relativement récent : le cas de Phrynichos, après 411, dont les ossements sont rejetés hors du territoire athénien (décret, § 112-115) ; l’histoire d’Hipparque, fils de Charmos, dont la statue est transformée en stèle d’infamie au début du Ve siècle (décret et intitulé de la stèle, § 117-119) ; l’évocation des transfuges de Décélie, à la fin de la guerre du Péloponnèse, punis de mort en cas de retour dans la cité (décret, § 120-121) ; l’histoire du bouleute (Lycidas), lapidé pour avoir proposé de négocier avec les Perses avant la bataille de Salamine (décret, § 122) ; le décret contre la tyrannie, voté après les Trente, prévoyant la mort des conspirateurs contre le peuple (décret de Démophantos, § 124-126) ; enfin, l’histoire du roi spartiate Pausanias, emmuré dans le temple d’Athéna Chalkioikos, après les Guerres médiques (loi spartiate sur la traîtrise : § 128-130).

Une leçon de méthode historique ?

  • 27 Voir à ce propos CDarbo-Peschanski, « L’historien grec ou le passé jugé », in N. Loraux & C. Mira (...)

19Cette mise en scène du passé se rapproche à plusieurs titres de l’enquête historique — ce qui n’est guère étonnant pour qui connaît les racines judiciaires de l’historiê27. L’orateur prend la pose de l’historien non seulement par sa façon de citer des documents à l’appui de sa démonstration, mais aussi par la connaissance qu’il manifeste de l’œuvre des Atthidographes, de Thucydide et d’Hérodote.

Citer et contrôler des documents

  • 28  Ps.-Plutarque, Vie de Lycurgue 841f.

20À plusieurs reprises, Lycurgue entend prouver ses assertions en invoquant des documents officiels. Lorsqu’il évoque la fermeté des Spartiates contre les traîtres, l’orateur précise à cet égard : « pour vous convaincre que je ne vous apporte pas ici une affirmation gratuite, mais un exemple véridique (τι ο λγον ναπδεικτον ερηκα, λλ μετ' ληθεας), donne-leur lecture de la loi » (§ 129). Lycurgue se livre parfois même à un véritable exercice de critique documentaire, en rapprochant et en comparant des documents distincts. Ainsi met-il en regard le serment des éphèbes et celui de Platées pour conclure à l’influence du premier sur le second : selon lui, tous les Hellènes « se lièrent entre eux par un engagement solennel, dont ils n’imaginèrent pas eux-mêmes la formule, mais qu’ils empruntèrent à votre serment traditionnel » (§ 80). Ce souci du document — et de son authenticité — se retrouve au demeurant dans son activité législatrice elle-même : si l’on en croît la Vie de Lycurgue, il aurait en effet procédé à la transcription des tragédies d’Eschyle, de Sophocle et d’Euripide, « pour en conserver aux archives la copie, dont le secrétaire de la cité devait donner lecture aux acteurs, avec défense d’en modifier le texte à la représentation »28.

La proximité avec les Atthidographes

  • 29  Hellanicos de Lesbos, FGrHist 323 F 23.
  • 30  Voir S. C. Humphreys, op. cit., p. 102-104, sur Phanodèmos et ses liens avec Lycurgue.
  • 31  Non content d’avoir mené les épimélètes à Oropos, Phanodémos est aussi mentionné dans une liste de (...)
  • 32  Phanodémos, FGrHist 325, F 4.
  • 33  Ainsi l’Atthidographe allait-il peut-être jusqu’à faire d’Athènes le berceau de la race humaine, c (...)

21Au-delà de ce goût manifeste pour l’archive — et pour l’effet de vérité qu’elle produit —, Lycurgue manifeste une connaissance approfondie du passé athénien, probablement transmise par le canal des Atthidographes. Certains passages semblent en effet directement inspirés de l’œuvre de ces spécialistes de l’histoire civique : ainsi, on sait que l’histoire édifiante du roi Codros, sur laquelle s’arrête complaisamment l’orateur (§ 84-87), était déjà narrée par Hellanicos de Lesbos29. L’orateur entretenait surtout des liens étroits avec un autre atthidographe, Phanodémos. Parfois cité dans les décrets en compagnie de Lycurgue, Phanodémos était l’auteur d’une Atthis, une histoire d’Athènes depuis les origines30. Bien connu des épigraphistes, il joua un rôle important dans la conduite des affaires religieuses de la cité et, en particulier, participa activement à la réorganisation du sanctuaire d’Amphiaraos à Oropos, après son intégration dans le territoire athénien en 335/4 av. J.-C.31. Parvenue dans un état très fragmentaire, son œuvre mettait l’accent sur le passé archaïque de la cité et faisait état de plusieurs épisodes repris par Lycurgue dans le Contre Léocrate — tel le sacrifice des filles d’Érechthée32. Plus largement, tout comme Lycurgue, Phanodémos manifestait un vif patriotisme dans son usage du passé, sélectionnant les épisodes les mieux à même de faire retentir la gloire de la cité33.

La connaissance des historiens

  • 34  M. Nouhaud, op. cit., p. 121, rappelle que pas un seul orateur ne mentionne le nom d’un historien (...)
  • 35 Contre Léocrate 128 et suiv. Voir S. Hornblower, « The Fourth-Century and Hellenistic Reception of (...)
  • 36  Contre Léocrate 46-51.
  • 37  Contre Léocrate 47.Il rivalise en même temps avec Démosthène qui avait été désigné en 338 pour pro (...)
  • 38  Contre Léocrate 70-71. Le commandant spartiate à la tête des Grecs coalisés ne s’appelait pas Etéo (...)

22Sans être aussi approfondie, sa connaissance des historiens — Hérodote, Thucydide, et Xénophon — semble loin d’être inexistante. Bien qu’il ne les cite jamais nommément34, Lycurgue fait parfois allusion à leurs œuvres, soit pour s’en inspirer, soit pour s’en distancier. Son évocation du régent Pausanias démontre à cet égard sa fréquentation de Thucydide35. L’orateur fait également une allusion voilée à l’auteur de la guerre du Péloponnèse lorsqu’il célèbre les morts de Chéronée36. Composant une oraison funèbre en miniature, Lycurgue loue les défunts de ne pas avoir « mis à l’abri des remparts leurs espérances de salut, ni laissé le champ libre aux ennemis pour dévaster le pays […] [parce qu’] ils auraient rougi d’abandonner au ravage la terre qui les avaient nourris et élevés (θρψασαν) »37. C’était là pour l’orateur, en bon défenseur de l’autochtonie athénienne, une façon de critiquer implicitement la stratégie péricléenne de défense rapportée par Thucydide. Quant à Hérodote, Lycurgue le connaît également, puisqu’il reprend son récit quand il aborde les Guerres médiques, non sans commettre des erreurs flagrantes — en particulier sur le nom du commandant lacédémonien38.

  • 39  (1) Lorsqu’il évoque la Paix de Callias (§ 72), Lycurgue a tendance à confondre l’Eurymédon (v. 46 (...)
  • 40  Théopompe de Chios, FGrHist 115, F 154. Voir Chr. Habicht, « Falsche Urkunden zur Geschichte Athen (...)

23De fait, lorsqu’il cite des pièces à l’appui de sa démonstration, Lycurgue ne manifeste pas toujours, loin s’en faut, un respect scrupuleux de ses sources. Ainsi multiplie-t-il erreurs de datation, confusions chronologiques et citations approximatives39, voire inventées. Conformément à un usage dénoncé par Théopompe, l’orateur n’hésite pas à travestir la réalité pour les besoins de la cause, forgeant au besoin de faux documents40.

La logique de la citation : convaincre et non expliquer

  • 41  Contre Léocrate 16. Cf. aussi Contre Léocrate 93, 123 et 147, où Léocrate est jugé coupable (ατιο (...)

24À vrai dire, ces distorsions n’ont rien de surprenant ni de choquant dans un plaidoyer à charge, visant à obtenir la punition du coupable. « Ne m’en veuillez pas si je commence par le récit des malheurs qui ont fondu alors sur notre cité, réservez votre colère pour ceux qui sont cause (λλ τος ατοις ργζεσθαι) que je sois obligé aujourd’hui de rappeler ces souvenirs »41. Culpabilité judiciaire, et non causalité historique : lorsqu’il se réfère au passé, l’orateur cherche seulement à faire condamner Léocrate et non à restituer la trame complexe des événements.

  • 42  F. Durrbach, Lycurgue. Contre Léocrate. Fragments, Paris, Les Belles Lettres, 1932, p. LII s’élève (...)

25Au lieu d’obéir à une logique causale — un épisode en entraînant un autre —, le plaidoyer de Lycurgue fonctionne au demeurant sur le mode de l’accumulation. Ce procédé est repérable à différents niveaux. Sur le plan stylistique, tout d’abord, Lycurgue répète volontiers certains termes — tels les dérivés de prodosia (la trahison) et de prodidonai (trahir) qui reviennent soixante-douze fois dans le plaidoyer42 ! Sur le plan argumentatif, ensuite, l’orateur accumule les exemples, ne citant pas moins de quinze documents et convoquant dix-huit précédents à l’appui de sa cause.

26Loin d’être fortuite, la répétition fait l’objet d’un usage conscient, théorisé par l’orateur lui-même. Lycurgue ponctue en ces termes la longue énumération d’exemples destinés à exalter l’héroïsme des hommes du passé : « Ce sont là de glorieux souvenirs, Athéniens, ils sont l’honneur de ces héros et, pour la cité, une renommée impérissable. Quel contraste avec la conduite de Léocrate qui, de propos délibéré, a flétri une gloire accumulée au cours des siècles » (§ 110). Le renom d’Athènes se fonde donc sur une addition d’exploits qui, mis bout à bout, constitue un véritable trésor.

27D’après Lycurgue, la répétition possède un autre avantage : elle prouve la vérité de ses propres dires. Lorsqu’il célèbre la sévérité des Athéniens d’antan à l’égard des traîtres, c’est encore l’accumulation d’exemples qui est censée authentifier sa démonstration : « S’il n’y avait eu qu’un décret de ce genre, on pourrait l’attribuer à un emportement de la colère plutôt qu’à la vérité (δι' ργν μλλον δι' λθειαν) ; mais ils ont systématiquement usé de la même sévérité pour tous les traîtres » (§ 116). La répétition des châtiments témoignerait donc de la « vérité » (λθεια), comme s’il existait une essence punitive de la cité, toujours la même, quels que soient les moments et les circonstances.

28En définitive, Lycurgue dépeint une Athènes intemporelle, sans aspérité, célébrant inlassablement le sacrifice de ses héros et châtiant inexorablement les lâches. L’orateur disparaît ainsi derrière ce bloc compact, dissimulé derrière les nombreuses citations qui sont convoquées à la fois pour faire masse et dépersonnaliser l’affaire : Léocrate paraît jugé par le tribunal de l’histoire. Toutefois, cet effacement de l’orateur relève largement du leurre. S’il met en scène son propre retrait, c’est en réalité pour réapparaître en filigrane, précisément grâce aux citations derrière lesquelles il prétend se dissimuler. Sous les références au passé, l’orateur Lycurgue affleure bien souvent, lesté de sa longue expérience politique.

III. De l’histoire d’Athènes à l’orateur Lycurgue

Lycurgue l’éducateur : le poète en prose

  • 43  Voir déjà S. Gotteland, op. cit., p. 63 selon qui la citation des exemples historiques participe à (...)

29Les citations n’ont pas seulement pour vocation d’effacer l’orateur au profit d’un passé écrasant. Dans le même temps qu’elles le dissimulent, les citations lui donnent aussi une voix : c’est Lycurgue en personne qui fait retentir le passé héroïque d’Athènes et de la Grèce, en héraut des valeurs patriotiques et en éducateur des citoyens43.

  • 44  Voir C. Mossé, « Les citations de lois dans les orateurs attiques », in C. Darbo-Peschanski (ed.), (...)

30Alors qu’il laisse le greffier lire une partie des citations appuyant son accusation, il en prononce lui-même un certain nombre, selon une répartition qui ne doit rien au hasard. Parmi les pièces lues par le greffier, on compte les témoignages et conventions (§ 23-24) ; une sommation (§ 28) ; un décret d’Hypéride (§ 36) ; le serment des éphèbes et celui de Platées (§ 77 et § 81) ; les multiples décrets châtiant les traîtres (§ 114, 118, 120, 122 et 124) ; et la loi des Lacédémoniens sur les traîtres (§ 129). En somme, le greffier lit exclusivement les lois et les décrets. Il incarne une voix étrangère et impersonnelle, chargée de faire résonner le passé répressif et punitif de la cité44.

  • 45  E. Hall, « Lawcourt Dramas. Acting and Performance in Legal Oratory », in Idem, The Theatrical Cas (...)

31L’orateur se réserve pour sa part la lecture des poètes : les trimètres iambiques d’un poète inconnu (Contre Léocrate 92 = TGF adesp. 296 Nauck2) ; la très longue tirade de l’Érechthée d’Euripide (Contre Léocrate 100 = Euripide, <Erechthée>, fr. 14 Jouan-Van Looy) ; le discours d’Hector (Contre Léocrate 103 = Iliade XV, 494-499) ; le poème de Tyrtée (Contre Léocrate 107 = Tyrtée, fr. 10 West) ; les épitaphes des Thermopyles et de Marathon en vers (Contre Léocrate 109 = Simonide, fr. 22, 21 Page) ; et, enfin, les trimètres iambiques d’un autre poète inconnu (Contre Léocrate 132 = TGF adesp. 297 Nauck2). C’était là une façon pour Lycurgue de démontrer son talent oratoire devant le public athénien : « les citations directes de poésie semblent avoir constitué un défi pour les orateurs inexpérimentés, car elles n’apparaissent que dans les textes qui ont été prononcés par les logographes eux-mêmes »45. C’était surtout pour l’orateur une façon de se faire le porte-voix d’une nouvelle culture civique, fondée sur la transmission et l’éducation, et non sur la répression et l’interdiction.

32Un partage des tâches s’esquisse donc dans le plaidoyer. Tandis que la punition est abandonnée à la voix impersonnelle du greffier, l’enseignement positif transmis par la poésie est accaparé par l’orateur. Cette répartition des rôles est au demeurant théorisée par Lycurgue lui-même :

ο μν γρ νμοι δι τν συντομαν ο διδσκουσιν, λλ' πιτττουσιν δε ποιεν, ο δ ποιηταί μιμομενοι τν νθρπινον βον, τ κλλιστα τν ργων κλεξμενοι, μετ λγου κα ποδεξεως τος νθρπους συμπεθουσιν :

les lois, en effet, dans leur concision, n’enseignent pas, mais prescrivent la conduite à tenir, tandis que les poètes, en imitant la vie humaine, et en choisissant les plus belles actions, persuadent les esprits, car ils développent leurs raisons et les illustrent par des exemples (§ 102).

  • 46  Voir à ce propos J. Ober, « The Debate over Civic Education in Classical Athens » [2001], Athenian (...)

33L’originalité du propos doit être évaluée à sa juste mesure. Certes, l’orateur semble reprendre un lieu commun développé par les poètes eux-mêmes. Dans la parabase des Grenouilles, Aristophane s’adressait déjà en ces termes au peuple athénien : « Si pour les petits enfants celui qui donne les leçons, c’est le maître d’école, pour les grands, ce sont les poètes. Notre devoir strict est de dire ce qui est bien » (1054-1056). Qu’un poète fasse son propre éloge dans l’enceinte du théâtre n’est à l’évidence guère surprenant. Ce qui l’est davantage, en revanche, c’est d’entendre Lycurgue entonner le même refrain dans une cour judiciaire. De fait, à en croire les tenants de l’idéologie démocratique traditionnelle, ce sont les lois, et non les poètes ou les philosophes, qui ont pour vocation d’éduquer les jeunes gens. Mélétos l’assure dans l’Apologie de Platon(24d-25e) et, dans le Contre Ctésiphon, Eschine reprend encore le même topos : « […] ni les palestres ni les institutions d’éducation, ni la musique ne forment le jeune citoyen (οχ α παλαστραι οδ τ διδασκαλεα οδ' μουσικ μνον παιδεει τος νους) autant que le débat qui a lieu au sein des institutions civiques et surtout les décisions du dêmos assemblé (λλ πολ μλλον τ δημσια κηργματα) » (Contre Ctésiphon (III), 246)46.

  • 47  Cf. Ps.-Plutarque, Vie de Lycurgue, 841B. Voir R. Renehan, « The Platonism of Lycurgus », Greek, R (...)
  • 48  E. g. Lois IX, 858d. Voir notamment L. Brisson, « Les Préambules dans les Lois », Lectures de Plat (...)

34En plaçant la paideia des poètes au-dessus de l’éducation des lois, Lycurgue rompt donc avec le consensus démocratique et fait entendre une note discordante. Comment expliquer ce choix en rupture avec les topoi en vigueur ? Probablement parce que l’orateur entendait se substituer au poète, en prononçant lui-même les vers destinés à éduquer les Athéniens. Peut-être cette posture fait-elle également écho à l’influence du platonisme sur Lycurgue47 : dans les Lois, le philosophe ne proposait-il pas que certaines lois soient précédées d’un « prélude » poétique, un discours forgé par le bon législateur visant à persuader les citoyens de respecter les règles édictées48 ?

  • 49  S. Humphreys, op. cit., p. 106-107.
  • 50  Cf. Contre Léocrate 1, 10, 23, 93, 95, 106-107, 144.
  • 51  Plus généralement, une Athènes gérontocratique se met en place entre 338-323. Voir à ce propos P. (...)

35Toujours est-il qu’en se faisant le ventriloque des poètes, l’orateur s’accapare leur fonction éducative et prend la posture de l’enseignant suprême. Lui qui était alors âgé d’une soixantaine d’années entendait se transformer en père bienveillant, soucieux de l’éducation des Athéniens : comme l’a souligné S. Humphreys, Lycurgue ne s’adresse désormais plus à des citoyens actifs, participant à la défense de la cité à la guerre et aux assemblées en temps de paix, mais à des éphèbes qui demandent encore à être guidés et éduqués49. Évoquant sans cesse l’intérêt des jeunes gens (neoi)50, l’orateur en vient d’ailleurs à s’adresser aux jurés comme s’ils étaient eux-mêmes des jeunes gens, des neoteroi — alors que ceux-ci sont pourtant âgés de plus de trente ans, en tant que membres des tribunaux populaires : « On raconte qu’autrefois en Sicile — l’histoire est sans doute quelque peu fabuleuse (μυθωδστερον), mais il y aura profit pour vous tous, jeunes gens (πασι τος νεωτροις) à l’entendre […] » (§ 95). Cette forme d’infantilisation trouve au demeurant un écho dans l’anecdote elle-même, puisque l’histoire met en scène la piété d’un fils envers son père — Lycurgue s’assimilant implicitement au père que les jurés-éphèbes sont appelés à respecter et à soutenir51.

36Sous prétexte d’évoquer un passé véridique à coup de citations, Lycurgue se met donc lui-même en scène en éducateur du peuple, enseignant l’amour de la patrie à des citoyens placés en position d’éphèbes, voire d’enfants. Mais ce n’est pas la seule façon pour l’orateur de se mettre en avant, tout en faisant mine de s’effacer. Dans son plaidoyer, Lycurgue sélectionne les épisodes du passé de façon à mettre en valeur sa propre expérience politique : tout en donnant l’impression de laisser la parole aux événements, les citations retenues permettent à Lycurgue d’apparaître en ombre chinoise et de valoriser en filigrane sa propre action. Sur un mode implicite, les citations fonctionnent comme un rappel de sa carrière à la tête de la cité.

Lycurgue le manipulateur : les citations paravents

La gloire des Étéoboutades

  • 52  Lycurgue, Contre Lycophron fr. X-XI, 10 Conomis.

37La longue citation de l’Érechthée d’Euripide fournit à cet égard une belle entrée en matière. Le passage évoque le sacrifice des filles d’Érechthée — les Hyakinthides —, aux premiers temps de la cité. Celles-ci choisissent de se donner volontairement la mort pour sauver Athènes alors assiégée par Eumolpos, le fils de Poséidon. Mettant en scène le consentement de leur mère, Praxithéa, à leur sacrifice, la citation frappe par sa longueur inédite : ces cinquante-cinq vers constituent — et de loin — le plus long fragment de tragédie cité dans toute la littérature grecque. Lycurgue prisait d’ailleurs tant cette histoire qu’il la mentionna également dans un autre procès qu’il intenta — l’accusation de Lycophron pour adultère52.

  • 53  Ps.-Plutarque, Vie de Lycurgue 843e. Cf. Lycurgue, fr. VI, 11 Conomis. Boutès, frère jumeau d’Érec (...)
  • 54  Ps.-Plutarque, Vie de Lycurgue 843f.

38Pourquoi donner une telle ampleur à cette citation ? Ce choix se comprend mieux dès lors qu’on garde à l’esprit l’identité de celui qui prononce cette longue tirade : Lycurgue, membre du genos des Étéoboutades — les détenteurs du culte de Poséidon Erechtheus. Dans la tradition, ce sacerdoce prestigieux remontait précisément au sacrifice des Hyakinthides et à l’issue de la guerre qui s’ensuivit. Mieux encore, Lycurgue pensait descendre en droite ligne d’Érechthée en personne, comme le précise la notice qui lui est consacrée dans la Vie des dix orateurs : « on faisait remonter son ascendance à Boutès et à Érechthée, le fils de Gè et d’Héphaïstos »53. Quelques années plus tard, le fils de Lycurgue, Habron, fit d’ailleurs explicitement référence aux illustres origines de sa lignée sur un panneau en bois, exposé dans l’Érechthéion54. La citation d’Euripide était donc pour l’orateur une manière implicite de lier la petite et la grande histoire, d’associer le passé d’Athènes à la mémoire de sa propre lignée. De fait, si tous les Athéniens se disaient alors descendants d’Érechthée / Érichthonios — le fils de la terre attique —, Lycurgue l’était en ligne directe et, d’une certaine façon, l’orateur était encore plus autochtone que les autres citoyens.

L’autochtonie des Athéniens

39À cet égard, le choix de la tirade d’Euripide est loin d’être innocent. Lycurgue choisit en effet à dessein un extrait qui soulignait l’autochtonie collective des Athéniens :

  • 55  Lycurgue, Contre Léocrate 100 = Euripide, <Érechthée, fr. 14 Jouan-Van Looy(v. 423 av. J.-C. ou ve (...)

40[Discours de Praxithéa, la femme d’Érechthée (fille de Céphise)] : « Quant à moi, je vais offrir ma fille à la mort. J’ai pour cela bien des raisons. En premier lieu, on ne saurait trouver ailleurs une cité supérieure à celle-ci. D’abord, sa population n’est pas venue de l’extérieur : nous sommes autochtones. Les autres cités, à la manière de jetons disposés sur un échiquier, sont formées d’éléments importés de toute origine. Quiconque vient d’une ville étrangère s’installer dans une autre ville, est comme une méchante cheville fichée dans une poutre : de nom, il est citoyen, de fait il ne l’est pas »55.

  • 56  Contre Léocrate 41. Dans la continuité du mythe d’autochtonie, Lycurgue met en scène une cité dont (...)

41Par le truchement de la citation, Lycurgue met délibérément en avant ce mythe d’anoblissement collectif des Athéniens qu’il évoque par ailleurs plusieurs fois dans le discours — et, en particulier, pour dénoncer les conséquences néfastes de la défaite de Chéronée : « c’est que le peuple, par décret, donnait la liberté aux esclaves, aux étrangers le titre d’Athéniens, aux citoyens frappés d’atimie leurs anciens droits : ce peuple qui se glorifiait naguère d’être autochtone et libre ! »56. Grâce à cette citation célébrant la noble origine des Athéniens, l’orateur mettait donc implicitement en valeur son statut de « sur-autochtone ».

42En outre, ce n’est pas seulement en jouant sur le fond, mais aussi sur la forme de la citation que l’orateur se rappelait au bon souvenir des auditeurs.

La transformation du théâtre

  • 57  Héraclide du Pont, fr. 179 Wehrli : Sur les trois tragédiens.Écrite entre les années 360 et 320, l (...)
  • 58  Ps.-Plutarque, Vie de Lycurgue 841f. Cf. aussi Pausanias, I, 21, 1-3.
  • 59  F. Dupont, Aristote ou le vampire du théâtre occidental, Paris, Aubier, 2007. Sur le rôle joué par (...)

43Citer des vers de théâtre évoquait nécessairement pour les auditeurs l’activité édilitaire et « culturelle » de Lycurgue. C’est l’orateur qui, non seulement, procéda aux travaux d’embellissement du théâtre, mais établit la première version officielle des textes des trois tragiques — Eschyle, Sophocle et Euripide57 —, dont il fit par ailleurs placer les statues dans l’enceinte du théâtre58. Lycurgue était par conséquent directement associé au prestige de cette institution civique, le théâtre, qu’il réorganisa en profondeur et, d’une certaine façon, transforma en production figée. Certes, le processus d’embaumement avait commencé dès le début du IVe siècle : depuis 386, une tragédie ancienne était rejouée aux Dionysies, probablement chaque année. Toutefois, c’est Lycurgue qui figea l’institution et créa un théâtre littéraire — et c’est peut-être lui, bien plus qu’Aristote, qui mérite le titre de « vampire du théâtre occidental », selon la formule provocante de F. Dupont59 !

La loi sur l’éphébie

  • 60  L. Robert, Études philologiques et épigraphiques, Paris, Champion, 1938, p. 296-307.
  • 61  D. Knoepfler, Décrets érétriens de proxénie et de citoyenneté, Lausanne, InFolio, 2001, p. 381-382 (...)
  • 62  Comme le souligne P. Brun, « Lycurgue d’Athènes : un législateur ? », in P. Sineux (ed.), Le Légis (...)
  • 63  Harpokration, s.v. ̓Επικρτης.
  • 64  Lycurgue, fr. V, 3 Conomis.
  • 65  Voir à ce propos G. Wirth, Hypereides, Lykurg und die Autonomia der Athens, Vienne, Osterreichisch (...)

44L’évocation du serment des éphèbes joue sur les mêmes ressorts, entre effacement proclamé et présence souterraine de l’orateur. Citant in extenso un serment dont on a par ailleurs retrouvé un exemplaire épigraphique dans le dème d’Acharnes60, Lycurgue souligne en filigrane le rôle qu’il joua dans la réforme de l’éphébie après Chéronée — confirmée par un ensemble d’inscriptions datant de l’année 335/461. Certes, rien n’atteste que Lycurgue ait été l’initiateur de la réforme62, qui, au demeurant, est associée dans des sources tardives à l’action d’un autre Athénien, Épicratès63. Toutefois, c’est Lycurgue lui-même qui, dans son discours Περ τς διοικήσεως, signale qu’Épicratès eut droit à une statue en bronze en récompense de sa loi sur l’éphébie — ce qui suggère sinon une proximité, du moins une convergence d’intérêts entre les deux personnages64. Quoi qu’il en soit, la citation in extenso du serment prend un relief particulier dans le cadre d’un discours où l’orateur se présente comme une sorte de kosmète, instructeur des citoyens-éphèbes auxquels il entend inculquer une paideia réorganisée65.

Le renouveau des monuments athéniens

  • 66  Évoqués dans le Contre Léocrate 17 et 136, les cultes d’Athéna Soteira et Zeus Soter sont ainsi l’ (...)
  • 67 Cf. IG II² 1627, l. 266-269 ; IG II² 1629, l. 783-812. Sur l’importance symbolique des remparts de (...)

45L’orateur évoque également subrepticement son action politique au moment même où il semble s’effacer derrière les monuments d’Athènes, outragés par la trahison de Léocrate. La référence au territoire de la cité revient en effet comme un leitmotiv dans le discours, et ce, dès son incipit, où Lycurgue déclare : « […] l’homme que je traduis devant vous a livré leurs temples, leurs autels, leurs sanctuaires, les cultes et les sacrifices inscrits dans les lois et transmis par vos ancêtres » (§ 1). Dans la péroraison finale, l’orateur reprend encore la même antienne : « Si vous acquittez Léocrate, votre vote sera pour d’autres un encouragement à trahir la cité, ses sanctuaires (τ ερ) et ses navires ; […] Imaginez donc, que le territoire (τν χραν), que ses arbres mêmes vous implorent ; que les ports, les arsenaux, les murs de la cité vous supplient ; que les temples et les sanctuaires vous conjurent de les défendre » (§ 150). C’était là une manière détournée de faire l’éloge de sa propre action, tant il est vrai que Lycurgue fut célébré comme restaurateur des temples66, mais aussi des ports et des arsenaux67. Dans le décret de Stratoclès conférant à Lycurgue les honneurs posthumes en 307/6 av. J.-C., les considérants s’appesantissent d’ailleurs sur l’activité de l’orateur en la matière :

  • 68  Cf. Ps.-Plutarque, Vie de Lycurgue 852c et IG II² 457 + 513.

[…] Attendu qu’ayant été nommé à l’administration de la guerre, il rassembla à l’Acropole de nombreux boucliers et cinquante mille armes de jet et mit en état de marche, soit en les achevant, soit en les ayant entièrement construites ; qu’en outre, ayant trouvé à demi construites les loges pour les vaisseaux ainsi que l’arsenal et le théâtre de Dionysos, il en mena l’achèvement jusqu’à son terme ; qu’il aménagea le stade panathénaïque et le gymnase du Lycée et qu’il embellit la cité de beaucoup d’autres constructions […]68.

L’éloge discret du laconisme

  • 69  Cf. Platon, Lois I, 629b, qui suggère que la jeunesse de Sparte était nourrie de Tyrtée ad nauseam(...)

46La personnalité et l’action de l’orateur pointent enfin derrière la référence à Tyrtée et, plus largement, derrière la mention des exploits spartiates du passé. Il faut en l’occurrence prendre la mesure de la transgression opérée par Lycurgue. Une telle louange rompt en effet avec les conventions en vigueur dans les plaidoyers publics : seuls les auteurs opposés à la démocratie — ou des orateurs faisant mine de s’adresser aux Athéniens, sans réellement prononcer leurs discours, tel Isocrate — avaient jusqu’alors osé recourir à l’éloge de l’ancien ennemi juré69. C’est dans le Contre Léocrate que, pour la première fois, les Lacédémoniens furent loués en public, à plusieurs reprises, devant un parterre de citoyens athéniens.

  • 70  Contre Léocrate 62. Peut-être faut-il aussi détecter une allusion à Sparte — dont la ville ne fut (...)
  • 71  Contre Léocrate 108-109.
  • 72  Contre Léocrate 128 (traduction Durrbach modifiée). Voir déjà N. Fisher, « Sparta Re(De)valued : S (...)

47L’éloge se fait d’abord implicite, lorsque l’orateur critique la refondation de Messène, en 369, qui avait sérieusement amputé le territoire spartiate : « Voyez Messène qui, cinq cents ans plus tard, n’a été repeuplée que par un ramassis de gens sans aveu »70. La célébration devient ensuite explicite quand Lycurgue loue la bravoure sacrificielle des combattants des Thermopyles71, et, surtout, lorsqu’il vante leur système législatif : « Ne vous offusquez pas (Μ μοι χθεσθτε), juges, si je reviens aussi souvent à ce peuple : il est bien de demander des exemples de justice à une cité si bien réglée (ενομουμνης) »72.

  • 73  N. Fisher, « Lykourgos of Athens : Lakonian by Name, Lakoniser by Policy ? », in N. Birgalias et a (...)
  • 74  Tyrtée, fr. 2, l. 12-15 West = Strabon, VIII, 4, 10.

48Comment expliquer cette rupture par rapport aux usages en vigueur ? Ce changement fut d’abord rendu possible par un aléa historique : dans les années 340-330, la force militaire de Sparte n’était plus qu’un souvenir et non une menace. Il devenait dès lors possible de valoriser l’éducation et les mœurs lacédémoniennes, sans que cela soit nécessairement interprété comme un appel à ressusciter l’hégémonie spartiate, désormais révolue. Encore fallait-il un autre ingrédient pour rendre cet éloge acceptable : pour les besoins de sa cause, l’orateur transforme le poète Tyrtée en Athénien venu secourir les Spartiates au moment des Guerres de Messénie ! Comme l’a souligné N. Fisher73, ce Tyrtée « new look » est probablement une invention, sinon de Lycurgue, du moins des auteurs de la seconde moitié du IVe siècle athénien. D’après Strabon, qui se réfère aux paroles mêmes du poète, Tyrtée revendiquait en effet une ascendance lacédémonienne de pure souche et n’avait donc rien à voir avec Athènes74.

49Pour quelle raison l’orateur se livre-t-il à une manipulation si grossière ? Probablement pour respecter certains réquisits de l’idéologie civique athénienne. À faire de Tyrtée un Athénien, le laconisme changeait de nature : au lieu de signifier l’adhésion aux valeurs d’une communauté étrangère, voire ennemie, le laconisme devenait un retour d’Athènes sur elle-même, vers ses propres origines. En imitant les Lacédémoniens, les Athéniens ne se mettaient donc pas à l’école de Sparte, puisque les Spartiates avaient toujours été, sans même le savoir, à l’école d’Athènes…

  • 75  Voir P. Brun, op. cit. n. 62, p. 198 et surtout N. Fisher, op. cit. n. 73, p. 327-341. À Athènes, (...)
  • 76  République des Lacédémoniens II, 3-4. Le méchant petit lit (klinidion) de Lycurgue évoque la paill (...)

50Reste à comprendre pourquoi l’orateur souhaite intégrer à toute force la cité de Sparte dans son évocation sélective du passé. Ses motivations sont, une fois encore, profondément personnelles. S’il tient tant à faire l’éloge de Lacédémone, c’est probablement parce que Lycurgue se présentait lui-même en laconisant, non seulement par le nom — celui du législateur semi-mythique de Sparte75— mais aussi par les mœurs : « Bien qu’il fût riche, il portait le même manteau l’hiver et l’été et il ne se chaussait que les jours où c’était une nécessité. Il travaillait nuit et jour, étant médiocrement doué pour l’improvisation, couché sur un méchant petit lit (κλινιδου) qui n’était garni que d’une seule couverture et d’un oreiller, afin de s’éveiller facilement pour se remettre à l’étude » (Ps.-Plutarque, Vie de Lycurgue 842c). Ces traits évoquent à l’évidence les particularités ascétiques de l’éducation spartiate, rappelées par Xénophon dans la République des Lacédémoniens : « Au lieu d’amollir les pieds avec des chaussures, il établit de les fortifier par l’absence de chaussures […]. Et, au lieu de les efféminer par divers vêtements, il jugeait bon qu’ils soient accoutumés à un seul vêtement durant toute l’année »76.

  • 77  Voir à ce propos D. Knoepfler, « Les Kryptoi du stratège Épicharès à Rhamnonte », BCH, vol. 1 (199 (...)

51Certes, à l’époque du Contre Léocrate, le laconisme des élites athéniennes n’était en rien un phénomène nouveau. En revanche, c’était la première fois qu’un orateur osait louer l’ennemi héréditaire devant un jury populaire. Peu de temps après, l’influence laconienne s’exprima dans les institutions mêmes de la cité. Au IIIe siècle av. J.-C., des contingents de kryptoi athéniens — reprenant le nom des cryptes lacédémoniens — sont ainsi attestés dans l’épigraphie, notamment à Rhamnonte, témoignant de l’attraction du modèle spartiate et de l’éducation qui y était associée77.


***

52En définitive, Lycurgue met en scène un passé englobant et neutralisé, où les exempla athéniens et spartiates se combinent pour fusionner en un ensemble irénique. Cette représentation n’en est pas moins profondément orientée : loin d’être neutre, l’orateur sélectionne les épisodes du passé de façon à mettre subrepticement en valeur son propre rôle politique au sein de la cité athénienne. Sur-autochtone, laconisant, protecteur du théâtre, restaurateur des cultes, impliqué dans la réforme de l’éphébie : c’est au regard de ces différentes facettes de l’orateur que doit se comprendre les différentes citations émaillant le discours.

53Ce mouvement de va-et-vient — de l’orateur à l’histoire d’Athènes et de l’histoire d’Athènes à l’orateur — montre à quel point l’expérience politique de Lycurgue pèse sur les représentations du passé dans une cité athénienne en transition. Dès lors, on comprend mieux ce qui put conduire Lycurgue à publier et à diffuser ce discours, probablement sous une forme largement retouchée et amplifiée. Dans une cité restreignant drastiquement l’octroi des plus grands honneurs — les megistai timai —, l’orateur trouvait là, sous couvert de rappeler le passé, un moyen de valoriser indirectement sa propre action politique à la tête de la cité.

Haut de page

Notes

1  Cf. Thucydide, V, 26, indique ainsi qu’il a pu « assister aux affaires dans les deux camps » ; Lucien, Comment il faut écrire l’histoire 41, souligne pour sa part que l’historien se doit d’être « étranger dans ses livres et sans cité (apolis), indépendant, sans roi ». Voir à ce propos Fr. Hartog, Évidence de l’histoire. Ce que voient les historiens, Paris, Éditions de l’EHSS, 2005, p. 43 et 56 et P. Payen, « L’exil, cité de l’historien », Diaspora 1 (2002), p. 1-12.

2  Voir F. Jacoby, Atthis. The Local Chronicles of Athens, Oxford, Clarendon Press, 1949 et P. Harding, The Story of Athens, The Fragments of the Local Chronicles of Attika, Londres & New York, Routledge, 2008.

3  Selon F. Jacoby, op. cit. n. 2, p. 86-87, Hellanicos de Lesbos aurait été le premier des atthidographes. C. Joyce, « Was Hellanikos the First Chronicler of Athens ? », Histos (1999) [consultable sur internet], récuse toutefois cette idée, en arguant notamment qu’il s’agissait d’un genre proprement athénien et qu’un étranger ne pouvait donc en être le fondateur.

4  Voir à ce propos M. Nouhaud, L’Utilisation de l’histoire par les orateurs attiques, Paris, Les Belles Lettres, 1982, p. 110-111.

5  Pour une approche synthétique de la carrière et de l’œuvre de l’orateur, voir S. C. Humphreys, « Lycurgus of Boutadai : an Athenian Aristocrat », inIdem, The Strangeness of Gods. Historical perspectives on the interpretation of Athenian religion, Oxford, Oxford University Press, 2004, p. 77-129 (Afterword, p. 110-129).

6  Voir à ce propos P. Brun, « Lycurgue d’Athènes : la construction d’un paradigme historique », in G. Lachenaud & D. Longrée (eds.), Grecs et Romains aux prises avec l’histoire. Représentations, récits, idéologie, vol. 2, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 493‑507 et Idem, « Lycurgue d’Athènes : un législateur ? », in P. Sineux (ed.), Le législateur et la loi dans l’Antiquité. Hommages à Françoise Ruzé, Caen, Presses universitaires de Caen, 2005, p. 187-199.

7  Contre Léocrate 42 : « Oui, l’histoire d’Athènes avait bien changé de face (Τοσατ […] μεταβολ) : jadis (πρτερον μν), elle combattait pour la liberté des autres Grecs […] ; [désormais, elle en est réduite] à quémander quelques secours à Andros, Kéos, à Trézène et à Épidaure ».

8  Voir notamment E. Ruschenbusch, « Patrios Politeia : Theseus, Drakon, Solon und KleisthenesinPublistik und Geschichtschreibung des 5. und 4. Jahrhunderts v. Chr. », Historia,7 (1958), p. 398‑424 ; M. I. Finley, « The Ancestral Constitution », The Use and Abuse of History, Londres, Chatto & Windus, 1975, p. 34‑59 et C. Mossé, « Comment s’élabore un mythe politique : Solon, “ père fondateur ” de la démocratie athénienne », Annales ESC, 34, 3(1979), p. 425-437.

9  Cette évolution débute dès 355 av. J.-C., à la fin de la guerre des alliés, lorsque se disloque la Seconde confédération maritime athénienne : le discours Sur la paix d’Isocrate s’en fait au demeurant l’écho dès la fin du conflit.

10  Voir à ce propos Th. Hubbard, « Getting the Last Word : Publication of Political Oratory as an Instrument of Historical Revisionism », in E. A. Mackay (ed.), Orality, Literacy, Memory in the Ancient Greek and Roman World, Leyde / Boston, Brill, 2008, p. 185-202. Portant sur certains plaidoyers de Démosthène, cette étude analyse les remaniements dont furent l’objet ces discours en vue de leur publication et montre que l’orateur s’adressait, dans cette nouvelle version, à un public différent, davantage frotté de rhétorique.

11  Contre Léocrate 11.

12  Contre Léocrate 5 (trad. Durrbach, CUF, 1956, modifiée).

13  Contre Léocrate 6.

14  D. S. Allen, The World of Prometheus : The Politics of Punishing in Democratic Athens, Princeton,Princeton University Press, 2000, p. 157‑160.

15  Voir à ce propos Ed. Harris, « Who enforced the Law in Classical Athens ? », Symposion 2005, Vienne, 2007, p. 159-176et V. Azoulay, «Les métamorphoses du koinon athénien : autour du Contre Léocrate de Lycurgue», in V.Azoulay & P.Ismard (eds.)Clisthène et Lycurgue d’Athènes. Autour du politique dans la cité classique, Paris, à paraître en 2010.

16  D. S. Allen, op. cit., p. 159 : « The Athenian norms of public agency required that prosecutors speak personally and in tones of anger ». Voir aussi P. Liddel, Civic Obligation and Individual Liberty in Ancient Athens, Oxford, Oxford University Press, 2007, p. 105.

17  Contre Léocrate 149. Cf. Contre Léocrate 11. On ne peut donc suivre P. Brun, op. cit., p. 495, lorsqu’il soutient, à propos du Contre Léocrate, que les attaques ad hominem et les injures sont d’une banalité extrême — « rien qui fasse apparaître une forte originalité ». Précisément, Lycurgue n’utilise pas l’attaque ad personam et rompt avec les codes accusatoires en vigueur à Athènes.

18  Contre Léocrate 150.

19  D. S. Allen, « Changing the Authoritative Voice : Lycurgus’ Against Leocrates », ClAnt, 19, 1 (2000), p. 5-33, ici p. 18.

20  Contre Léocrate 80 : « Il [le serment de Platées] mérite d’être entendu de vous. Ces événements sont anciens (παλαιν), mais on retrouve, dans les termes du serment, l’empreinte qu’y a laissée l’excellence (ρετς) des braves ».

21  Voir C. Calame, « La fabrication historiographique d’un passé héroïque en Grèce classique : archaia et palaia chez Hérodote », Ktéma,31 (2006), p. 39-50. Contra M. Nouhaud, op. cit., p. 9, qui souligne la difficulté de séparer les deux ordres (mythe et histoire) avant de pourtant le faire. Voir aussi la discussion approfondie proposée par S. Gotteland, Mythe et rhétorique : les exemples mythiques dans le discours politique de l’Athènes classique, Paris, Les Belles Lettres, 2001, p. 84-102, qui toutefois ne s’arrête que fort peu sur le Contre Léocrate.

22  E. g. Contre Léocrate 61 : « Pour dire la vérité (τν λθειαν), c’est la mort d’une ville que son abandon. En voici une preuve (τεκμριον) saisissante ».

23  Contre Léocrate 64. Lycurgue fait également appel au passé pour réfuter par avance un éventuel argument de la défense : il récuse tout parallèle entre la désertion de Léocrate et l’abandon du territoire athénien au moment de la bataille de Salamine (§ 68-73).

24  Tyrtée, fr. 10 West.

25  Simonide, fr. 22 et 21 Page.

26  Contre Léocrate 111. Cette séquence était déjà annoncée au paragraphe 93 : le châtiment de Callistratos d’Aphidna (vers 350 av. J.‑C.), dont l’éloquence aurait influencé Démosthène, était déjà évoqué pour mettre en valeur le châtiment des dieux.

27 Voir à ce propos CDarbo-Peschanski, « L’historien grec ou le passé jugé », in N. Loraux & C. Miralles (eds.), Figures de l’intellectuel en Grèce ancienne, Paris, Belin, 1998, p. 143-189.

28  Ps.-Plutarque, Vie de Lycurgue 841f.

29  Hellanicos de Lesbos, FGrHist 323 F 23.

30  Voir S. C. Humphreys, op. cit., p. 102-104, sur Phanodèmos et ses liens avec Lycurgue.

31  Non content d’avoir mené les épimélètes à Oropos, Phanodémos est aussi mentionné dans une liste de citoyens athéniens ayant consacré une offrande dans l’Amphiaraion : voir C. Schwenk, Athens in the Age of Alexander : The Dated Laws & Decrees of « the Lykourgan Era » 338‑322 BC, Chicago, Ares, 1985 [désormais Schwenk], n° 56. Phanodémos fit également voter un décret qui prévoyait le couronnement du dieu (Schwenk, n° 40) et fut honoré par la cité pour s’être acquitté avec zèle et soin de sa charge de nomothète pour le sanctuaire : autant de textes qui ne permettent pas de douter du rôle joué par Phanodémos dans la réorganisation des cultes à Athènes.

32  Phanodémos, FGrHist 325, F 4.

33  Ainsi l’Atthidographe allait-il peut-être jusqu’à faire d’Athènes le berceau de la race humaine, comme Philochore (selon la remarque de F. Jacoby, 1954, ad FGrHist 328 F 95).

34  M. Nouhaud, op. cit., p. 121, rappelle que pas un seul orateur ne mentionne le nom d’un historien et encore moins le titre d’une œuvre.

35 Contre Léocrate 128 et suiv. Voir S. Hornblower, « The Fourth-Century and Hellenistic Reception of Thucydides », JHS, 115 (1995), p. 47-68, ici p. 52.

36  Contre Léocrate 46-51.

37  Contre Léocrate 47.Il rivalise en même temps avec Démosthène qui avait été désigné en 338 pour prononcer l’éloge funèbre.

38  Contre Léocrate 70-71. Le commandant spartiate à la tête des Grecs coalisés ne s’appelait pas Etéonicos, mais Eurybiade (cf. Hérodote, VIII, 2).

39  (1) Lorsqu’il évoque la Paix de Callias (§ 72), Lycurgue a tendance à confondre l’Eurymédon (v. 469 av. J.-C.) et la bataille de Chypre (v. 451 av. J.-C.) ; (2) les citations de l’Iliade XV, 494-499 et de l’épitaphe de Simonide (§ 109) manifestent d’importantes variations avec les versions de ces textes connues par ailleurs ; (3) le décret de Critias sur les meurtriers de Phrynichos (§ 113-115) est différent du récit rapporté par Thucydide (VIII, 92, 2) et par Lysias (XIII, 70-72) ; (4) au paragraphe 122, Lycurgue ne mentionne pas Lycidas par son nom et confond manifestement l’événement avec l’ambassade d’Alexandre à Athènes en faveur des Perses (cf. § 71) : cela revient à mélanger la fin du livre VIII et le début du livre IX d’Hérodote ; (5) le décret de Démophantos (§ 124-127) n’est pas bien daté, puisqu’il fut voté après la chute des Quatre-Cents (en 410 av. J.-C.) et non après les Trente.

40  Théopompe de Chios, FGrHist 115, F 154. Voir Chr. Habicht, « Falsche Urkunden zur Geschichte Athens im Zeitalter der Perserkriege », Hermes, 89 (1961), p. 1-35, pour l’analyse de ces faux épigraphiques, probablement créés dans les années 350 av. J.‑C. Voir J. K. Davies, « Documents and “ documents ”inthe Fourth-Century BC », in P. Carlier (ed.), Le ive siècle. Approches historiographiques, Nancy, ADRA, 1996, p. 29-39, ici p. 31-32, pour une analyse du Contre Léocrate du point de vue des documents cités et, en dernier lieu, C. Pébarthe, Cité, démocratie et écriture. Histoire de l’alphabétisation d’Athènes à l’époque classique, Paris, de Boccard, 2006, p. 285.

41  Contre Léocrate 16. Cf. aussi Contre Léocrate 93, 123 et 147, où Léocrate est jugé coupable (ατιος) d’avoir laissé ravager les temenê et les temples.

42  F. Durrbach, Lycurgue. Contre Léocrate. Fragments, Paris, Les Belles Lettres, 1932, p. LII s’élève contre un tel procédé qui conduit l’orateur à ne jamais « varier, par aucun artifice, la monotonie du développement et le retour des mêmes idées » : ces répétitions alourdiraient même la démonstration « presque accablante par sa longueur ». On objectera que, loin de relever de la maladresse stylistique, cette technique est employée à dessein par Lycurgue dans le but de mieux persuader ses auditeurs.

43  Voir déjà S. Gotteland, op. cit., p. 63 selon qui la citation des exemples historiques participe à la construction de l’orateur comme éducateur du peuple. Ces citations lettrées sont toutefois profondément ambivalentes : si leur usage peut se révéler efficace lors de harangues politiques, il n’en va pas de même dans les procès privés, où ce type de référence apparaît comme une marque de supériorité culturelle inappropriée. Voir à ce propos J. Ober, Mass and Elite in Democratic Athens, Princeton, Princeton University Press, 1989, p. 187-191.

44  Voir C. Mossé, « Les citations de lois dans les orateurs attiques », in C. Darbo-Peschanski (ed.), La citation dans l’Antiquité, Grenoble, J. Millon, 2005, p. 93-101, qui ne traite cependant pas du Contre Léocrate, car son enquête porte seulement sur la citation des lois, et non des extraits poétiques.

45  E. Hall, « Lawcourt Dramas. Acting and Performance in Legal Oratory », in Idem, The Theatrical Cast of Athens. Interactions between Ancient Greek Drama and Society, Oxford, Oxford University Press, p. 353‑392, 2006 (citation p. 367). Voir aussi J. Trevett, « The Use of Direct Speech by the Attic Orators », in Fr. De Martino & A. H. Sommerstein (eds.), Lo Spettacolo delle voci, vol. 2, Bari, Levante, 1995, p. 123-145, ici p. 143-144, qui fait une remarque similaire à propos de l’usage du discours direct dans les plaidoyers.

46  Voir à ce propos J. Ober, « The Debate over Civic Education in Classical Athens » [2001], Athenian Legacies, Princeton, Princeton University Press, 2005, p. 128-156, ici p. 133-134.

47  Cf. Ps.-Plutarque, Vie de Lycurgue, 841B. Voir R. Renehan, « The Platonism of Lycurgus », Greek, Roman and Byzantine Studies,11 (1970), p. 219-231. Sa prédilection pour la philosophie platonicienne était déjà bien connue de ses contemporains : d’après Philiskos, un disciple d’Isocrate, « Lycurgue était grand et redressa (κατρθωσεν) bien des choses, ce que quelqu’un qui n’aurait pas entendu les mots de Platon n’aurait pas pu faire » (Olympiodore, Commentaire sur le Gorgias de Platon 515c).

48  E. g. Lois IX, 858d. Voir notamment L. Brisson, « Les Préambules dans les Lois », Lectures de Platon, Paris, Vrin, 2000, p. 253-262 et L. Mouze, Le législateur et le poète. Une interprétation des Lois de Platon, Lille, Septentrion, 2005, p. 102-106. C’était peut-être également pour Lycurgue une façon d’imiter certains grands législateurs, tel Charondas qui demandait à ses concitoyens de réciter lors des fêtes des préambules, avec accompagnement musical, afin que les dispositions s’enracinent mieux dans l’âme de chacun (Athénée, Deipnosophistes XIV, 619b). Sur les lois chantées dans le monde grec antique, voir L. Piccirilli, « Nomoi cantati e nomoi scritti », CCC,2 (1981), p. 7-14 et F. Ruzé, « La Loi et le chant », in J.-P. Brun & Ph. Jockey (eds.), Techniques et sociétés en Méditerrannée. Hommage à M.‑Cl. Amouretti, Paris, Maisonneuve et Larose, 2001, p. 708-719.

49  S. Humphreys, op. cit., p. 106-107.

50  Cf. Contre Léocrate 1, 10, 23, 93, 95, 106-107, 144.

51  Plus généralement, une Athènes gérontocratique se met en place entre 338-323. Voir à ce propos P. Brun, « Lycurgue vieillard idéal et la vieillesse au pouvoir à Athènes 338-323 », in B. Bakhouche (ed.), L’ancienneté chez les Anciens. La vieillesse dans les sociétés antiques : la Grèce et Rome, t. 1, Montpellier, Université Montpellier III, 2003, p. 99‑112, ici p. 106-111. La plupart des hommes politiques athéniens — y compris les orateurs de second rang — sont ainsi âgés de plus de 50 ans en 338 et restent sur le devant de la scène jusqu’en 322. Si de jeunes orateurs tentent parfois de percer, ils se font vite rabrouer par les Athéniens en raison de leur jeune âge : tel est le cas de Pythéas, né peu avant 356 (Plutarque, Apophtegmes des rois et des généraux 187eet Ps.‑Plutarque, Vie des dix orateurs 804b) ou de Déméas, fils de Démade, récusé pour la même raison par Hypéride (Athénée, XIII, 591f).

52  Lycurgue, Contre Lycophron fr. X-XI, 10 Conomis.

53  Ps.-Plutarque, Vie de Lycurgue 843e. Cf. Lycurgue, fr. VI, 11 Conomis. Boutès, frère jumeau d’Érechthée, reçoit la prêtrise d’Athéna et de Poséidon, et épouse une de ses sœurs : Apollodore, Bibliothèque III, 14, 8. Sur la découverte et l’identification du péribole funéraire de la famille de Lycurgue au Demosion Sema, non loin de l’Académie, voir A. P. Matthaiou, « Ηρον Λυκοργου Λυκφρονος βουτδου», Horos, 5 (1987), p. 31-44 et M. Faraguna, Atene nell’età di Alessandro, Rome, Accademia nazionale dei Lincei, 1992, p. 195-196. Sur les liens entre la prêtrise de Poséidon-Érechthée et le Contre Léocrate, voir M. Christopoulos, « Poseidon Erechtheus and Erechtheis Thalassa », in R. Hägg (ed.), Ancient Greek Cult Practice from the Epigraphical Evidence, Stockholm, Astrom, 1994, p. 123-130.

54  Ps.-Plutarque, Vie de Lycurgue 843f.

55  Lycurgue, Contre Léocrate 100 = Euripide, <Érechthée>, fr. 14 Jouan-Van Looy(v. 423 av. J.-C. ou vers 416 av. J.-C.).

56  Contre Léocrate 41. Dans la continuité du mythe d’autochtonie, Lycurgue met en scène une cité dont le territoire lui-même résiste à l’envahisseur : « la terre elle-même donnait ses arbres, les morts leurs tombeaux, les temples leurs trophées d’armes » (§ 43).

57  Héraclide du Pont, fr. 179 Wehrli : Sur les trois tragédiens.Écrite entre les années 360 et 320, l’œuvre atteste pour la première fois l’existence du canon tragique.

58  Ps.-Plutarque, Vie de Lycurgue 841f. Cf. aussi Pausanias, I, 21, 1-3.

59  F. Dupont, Aristote ou le vampire du théâtre occidental, Paris, Aubier, 2007. Sur le rôle joué par Lycurgue dans l’invention de la paideia athénienne, voir V. Azoulay, op. cit. n. 15, à paraître.

60  L. Robert, Études philologiques et épigraphiques, Paris, Champion, 1938, p. 296-307.

61  D. Knoepfler, Décrets érétriens de proxénie et de citoyenneté, Lausanne, InFolio, 2001, p. 381-382, met cette réforme en perspective avec la récupération de l’Oropide en 335 av. J.-C.

62  Comme le souligne P. Brun, « Lycurgue d’Athènes : un législateur ? », in P. Sineux (ed.), Le Législateur et la loi dans l’Antiquité. Hommages à Françoise Ruzé, Caen, Presses universitaires de Caen, 2005, p. 193-194, le décret de Stratoclès ne mentionne pas cette mesure parmi les hauts faits du législateur, ce qui est en soi significatif.

63  Harpokration, s.v. ̓Επικρτης.

64  Lycurgue, fr. V, 3 Conomis.

65  Voir à ce propos G. Wirth, Hypereides, Lykurg und die Autonomia der Athens, Vienne, Osterreichischen Akademie der Wissenschaften, 1999, p. 32.

66  Évoqués dans le Contre Léocrate 17 et 136, les cultes d’Athéna Soteira et Zeus Soter sont ainsi l’objet d’un souci particulier à l’époque lycurguéenne : ils sont mentionnés notamment dans un inventaire de vente de peaux et d’autres produits issus du sacrifice dans les années 334/3-331/0 (IG II² 1496, l. 68-151) et, à la même période, des travaux sont effectués sur les stoai de Zeus et d’Athéna Soter sur l’agora (IG II² 1669). Voir à ce propos B. Hintzen-Bohlen, Die Kulturpolitik des Eubulos und des Lykurg, Berlin, Akademie-Verlag, 1997, p. 18 et P. Liddel, op. cit., p. 99.

67 Cf. IG II² 1627, l. 266-269 ; IG II² 1629, l. 783-812. Sur l’importance symbolique des remparts de la cité à Athènes, voir P. Liddel, op. cit., p. 157, qui insiste à juste titre sur le souvenir traumatisant qu’avait constitué la destruction des Longs-Murs en 404/3.

68  Cf. Ps.-Plutarque, Vie de Lycurgue 852c et IG II² 457 + 513.

69  Cf. Platon, Lois I, 629b, qui suggère que la jeunesse de Sparte était nourrie de Tyrtée ad nauseam.

70  Contre Léocrate 62. Peut-être faut-il aussi détecter une allusion à Sparte — dont la ville ne fut ceinte de remparts qu’à l’époque hellénistique — lorsque Lycurgue procède à l’éloge funèbre des morts de Chéronée, les louant d’avoir cru « que leur valeur était un rempart plus sûr que des enceintes de pierre » (§ 47).

71  Contre Léocrate 108-109.

72  Contre Léocrate 128 (traduction Durrbach modifiée). Voir déjà N. Fisher, « Sparta Re(De)valued : Some Athenian Public Attitudes to Sparta between Leuctra and the Lamian War », in S. Hodkinson & A. Powell (eds.), The Shadow of Sparta, Londres, Routledge, 1994, p. 347-400, ici p. 375-379.

73  N. Fisher, « Lykourgos of Athens : Lakonian by Name, Lakoniser by Policy ? », in N. Birgalias et alii (eds.), The Contribution of Ancient Sparta to Political Thought and Practice, Athènes, Ekdoseis Alexandreia, 2007, p. 332-333.

74  Tyrtée, fr. 2, l. 12-15 West = Strabon, VIII, 4, 10.

75  Voir P. Brun, op. cit. n. 62, p. 198 et surtout N. Fisher, op. cit. n. 73, p. 327-341. À Athènes, le patronyme remontait déjà au début du VIe siècle : Hérodote (I, 59) mentionne ainsi le rôle joué par un certain Lycurgue, chef de la plaine, au moment du conflit avec Pisistrate. S’y ajoute un autre homonyme, le propre grand-père de l’orateur, exécuté par les Trente et honoré par des funérailles publiques (Ps.-Plutarque, Vie de Lycurgue 841a-b).

76  République des Lacédémoniens II, 3-4. Le méchant petit lit (klinidion) de Lycurgue évoque la paillasse de roseaux (stibas) qui caractérise les Spartiates et fonctionne comme un signe extérieur de laconisme : cf. Xénophon, Helléniques VII, 1, 16 et VII, 2, 22 et Plutarque, Agésilas 14 et 32.

77  Voir à ce propos D. Knoepfler, « Les Kryptoi du stratège Épicharès à Rhamnonte », BCH, vol. 1 (1993), p. 320-341.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Azoulay, « Lycurgue d’Athènes et le passé de la cité : entre neutralisation et instrumentalisation », Cahiers des études anciennes, XLVI | 2009, 149-180.

Référence électronique

Vincent Azoulay, « Lycurgue d’Athènes et le passé de la cité : entre neutralisation et instrumentalisation », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVI | 2009, mis en ligne le 13 mars 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/175

Haut de page

Auteur

Vincent Azoulay

Université Paris-Est Marne-la-Vallée

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org