Navigation – Plan du site
II. Action politique et mémoire collective
II. 2 Modèles et contre-exemples: l'écriture de l'histoire et le passé de la cité

Usages et mésusages de l’histoire dans les Verrines de Cicéron

Sylvie Pittia

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Cicéron, passé, rhétorique
Haut de page

Texte intégral

  • *  Je remercie Marie-Rose Guelfucci pour l’invitation à participer aux travaux du colloque et pour l’ (...)
  • 1  Nous suivons l’usage de l’Oxford Latin Dictionary (P. G. W. Clare (ed.), 1968-1982) et désignons d (...)
  • 2  Polybe, XII, 28, 3-5, cf. le texte cité dans la Préface de ce volume, p. 8.
  • 3  Il n’est pas encore un homo novus si l’on admet que cette qualification ne vaut que pour ceux qui (...)
  • 4  En 75, alors que Sex. Peducaeus (RE 5) était gouverneur de Sicile.
  • 5  Cicéron en sourit lui-même dans Ver. 5, 35 et surtout Pro Plancio 34.
  • 6  En dernier lieu, A. R. Dyck, « Rivals into Partners : Hortensius and Cicero », Historia, 57 (2008) (...)
  • 7  En se fondant sur Cicéron, Ver. 26-29.
  • 8  E. Badian, Foreign Clientelae 264-70 BC, Oxford, Clarendon Press, 1958, p. 279-284 ; J. Van Ootegh (...)
  • 9 Contra E. Badian (op. cit.n. 8) et alii,cf. E. Gruen, « Pompey, Metellus Pius and the Trials of 70- (...)
  • 10  Sur tout l’arrière-plan politique, R. Scuderi, « Lo sfondo politico del processo di Verre », in M. (...)

1Il peut sembler paradoxal*d’avoir choisi le corpus des Verrines1 pour aborder le thème soumis à notre réflexion, à savoir « L’expérience politique change-t-elle la manière d’écrire et de réinterpréter l’histoire ? ». C’est paradoxal à plusieurs titres, notamment si l’on part de la citation de Polybe qui a été mise en exergue du colloque2. Quand Cicéron compose les Verrines, il n’est pas encore un homme politique de premier plan ou en tout cas pas un homme d’influence. En 70, à la date du procès et au moment du prononcé partiel de la plaidoirie que nous lisons sous le titre de discours in Verrem, Cicéron n’est pas même encore un homo novus3, à peine aedilis designatus pour 69 : il a auparavant géré une questure provinciale4, dans l’indifférence générale pour ne pas dire l’anonymat5, qui plus est à Lilybée, petite bourgade provinciale à l’échelle de l’imperium Romanum. Il a 37 ans, ce qui est un âge mûr mais pas une marque de précocité politique pour qui atteint à peine l’édilité. Cicéron ne pèse donc rien ou presque en cette année 70 où C. Pompeius et M. Licinius Crassus gèrent le consulat, et où Q. Hortensius Hortalus, consul designatus, est le principal défenseur6 d’un Verrès que protège le clan des Metelli7. Les héros du moment sont les consuls récemment auréolés de la victoire contre Sertorius puis contre Spartacus. Les personnages phares de la vie politique viennent presque tous des grandes gentes, ces gentes dont l’histoire se confond avec celle de Rome. Cicéron est encore un magistrat obscur, sans protecteur bien identifié. Si le soutien des Metelli a bien bénéficié à Verrès8, il n’est pas certain que Cicéron quant à lui ait été l’instrument, conscient ou non, de Pompée en défendant les Siciliens, et notamment des clients siciliens de Pompée9. La condamnation même de Verrès illustre, sinon la victoire politique des partisans de Pompée, du moins l’affaiblissement temporaire de la factio aristocratique des Metelli au Sénat10, mais c’est évidemment là un constat a posteriori. En tout état de cause, Cicéron n’est pas en cette année 70 un homme politique d’expérience, ni encore un homme qui compte dans la vie politique et singulièrement dans le milieu sénatorial.

  • 11  Verrès comparaît en vertu d’une loi datant de 81, la lex Cornelia de repetundis. Sur cette loi, cf (...)
  • 12  Sur l’infamia liée à la condamnation en justice, M. Kaser, « Infamia und ignominia in den römische (...)
  • 13  Sur la complexe chronologie du procès et les différents scénarios de restitution, cf. Th. Zielinsk (...)
  • 14  Sur les phases de la procédure, cf. E. Ciccotti, IlprocessodiVerre,uncapitolodistoriaromana, Milan (...)
  • 15  Sur le caractère fictif de la deuxième phase du procès, voir infra p. 192, n. 42.
  • 16  C. Steel, Cicero, Rhetoric, and Empire, Oxford, Oxford University Press, 2001, p. 22-23.
  • 17  Pour une présentation structurelle de l’œuvre, A. Vasaly, « Cicero’s Early Speeches », in J. M. Ma (...)

2Qui plus est, le paradoxe est renforcé si l’on rappelle une autre évidence : les Verrines ne forment pas un ouvrage historique mais un ensemble de plaidoyers, réels pour les uns, fictifs peut-être pour les autres. L’œuvre s’inscrit entièrement dans le contexte de la vie judiciaire, avec des retombées politiques bien sûr, mais non dans la logique d’une composition historique. Cet ensemble de discours est associé au tribunal repetundarum11, et à un procès pénal, dans le cadre duquel Verrès encourt non seulement la condamnation au remboursement des sommes extorquées mais aussi une infamie12, autant dire une disparition de la scène politique. La procédure judiciaire comporte une phase préliminaire — appelée « divination » — qui a eu lieu le 20 janvier 7013, où il s’agit simplement pour Cicéron de conquérir le droit d’être l’accusateur principal14. Viennent ensuite une première action — prononcée le 5 août — et une deuxième action — vraisemblablement interrompue15. Elles sont séparées par un intervalle au cours duquel Verrès, convaincu d’être condamné, préféra devancer la peine et s’exila. Notons d’ailleurs que d’une certaine façon, cet exil volontaire de Verrès aurait pu priver partiellement Cicéron de son succès : il le privait de prononcer la deuxième action et donc de conquérir un rang nouveau dans le paysage de la vie politique et judiciaire16. Je conduirai l’enquête en partant de l’ensemble publié par Cicéron, incluant la Divinatio in Caecilium, l’Actio prima et les cinq discours de l’Actio secunda (De praetura urbana, De praetura Siciliensi, De frumento, De signis, De suppliciis)17.

I. Préambule méthodologique et historiographique

  • 18  Cicéron, Ver. 3, 120-121.
  • 19  S. Pittia, « Les données chiffrées dans le De Frumento de Cicéron », in J. R. W. Prag (ed.), Sicil (...)

3Il y a assurément plusieurs erreurs de perspective à éviter en abordant le sujet. En effet, les Verrines sont devenues pour les historiens modernes de l’Antiquité un ensemble documentaire. Ils y cherchent des renseignements sur le fonctionnement des tribunaux en Sicile, sur l’agriculture, les structures agraires dans l’île, sur la fiscalité dans les provinces romaines, le pouvoir des gouverneurs, l’autonomie des cités, etc. En clair, ils y puisent des informations, des faits, qui sont lus et interprétés comme des données historiques. La plupart de ces informations ne passaient pas, aux yeux de Cicéron ou de ses contemporains, pour un matériau historique. Ainsi, le nombre des agriculteurs dans chaque cité dans les années précédant le gouvernement de Verrès, puis pendant le gouvernement de Verrès et après sa préture18, n’était pas pour l’orateur autre chose que des preuves de la mauvaise administration des années 73-71 et de la désolation de l’île. Les historiens y cherchent aujourd’hui et avec un vif intérêt des éléments statistiques19 sur les structures agraires ou sur les exploitants agricoles. Cette première remarque méthodologique veut montrer que la sélection même des passages qui entrent dans le corpus de cette enquête pouvait faire difficulté. Devions-nous retenir ce que nous, Modernes, considérions comme une allusion, un exemple, une donnée historiques ou bien ce qui pouvait entrer dans la catégorie du matériau historique pour l’orateur ? J’ai pris le parti d’un recensement large pour établir le corpus mais me suis efforcée d’éviter une approche trop englobante. En fait, je crois qu’on évite l’aporie en se tenant à une définition simple de l’histoire, telle que les Anciens du moins la concevaient : le passé, même le plus récent, devenait histoire dès l’instant qu’on insérait des événements dans un enchaînement temporel et surtout dès l’instant que ces épisodes pouvaient revêtir un caractère exemplaire. Il n’y avait pas vraiment de dissociation entre l’histoire comme récit et l’histoire en tant qu’enchaînement temporel. L’histoire était inscrite dans une logique à la fois étiologique (Cicéron justifie la fiscalité romaine par l’histoire de la dîme de Sicile par exemple) et une dimension exemplaire (Verrès est un mauvais gouverneur comparé à d’autres magistrats romains).

  • 20  On rappellera pour mémoire la règle imposée à l’historien dans Cicéron, De oratore II, 62 : ne qui (...)
  • 21  Cicéron, De legibus I, 5-7 ; Ad familiares V, 12.
  • 22  Je laisse évidemment de côté la question, symétrique mais distincte, de l’utilisation par Cicéron (...)
  • 23  Vide contra la lecture d’E. Torregaray Pagola, « Quelques remarques sur le langage politique de la (...)

4En deuxième lieu, on doit absolument éviter de lire ces textes en aplanissant la chronologie des œuvres cicéroniennes et en s’inscrivant dans une perspective synchronique. En clair, s’il est vrai que Cicéron a bien donné, notamment dans le De oratore20, mais aussi dans le De legibus et dans la correspondance21, des réflexions générales sur sa conception de l’histoire et sa vision de l’écriture historique, il n’en demeure pas moins qu’en 70, rien de tout cela n’était formalisé, ni peut-être même théorisé. Il s’agit donc d’éviter d’expliquer a posteriori des choix cicéroniens opérés dans les Verrines par des éléments plus théoriques tirés de traités bien postérieurs22. En 70, Cicéron n’était pas un théoricien de l’histoire. Il n’était pas davantage un théoricien des idées politiques et il faut renoncer à chercher dans les Verrines la préfiguration de sa doctrine sur l’État, la crise qu’il traverse, les solutions à lui apporter23.

  • 24  L. Laurand, « L’Histoire dans les discours de Cicéron », dans Cicéron, diss. Paris, 1934, p. 312-3 (...)
  • 25  K. A. Sinkovich, « Cicero Historicus », RSC, 22 (1974), p. 164-175.
  • 26  J. Gaillard, « Cicéron, la conquête et les conquérants », Ktèma, 8 (1983), p. 129-140, particulièr (...)

5Tertio, la démarche qui consisterait à fondre tous les discours cicéroniens et à les traiter comme un ensemble, sans tenir compte de la singularité et du contexte de chacun d’eux me paraît totalement vaine. En clair, s’il peut être commode de regrouper des orationes dans une perspective éditoriale, il n’y a pas de logique véritable à les étudier comme un tout pour le thème qui nous occupe. Ce fut pourtant la démarche de L. Laurand24, qui ne craignait pas d’évoquer « l’histoire dans les discours de Cicéron » et de relever les faits historiques dispersés dans l’ensemble des orationes. Du coup, telle mention d’un personnage historique dans les Verrines était rapprochée d’une autre des Philippiques, etc. Si quelques parallèles ciblés peuvent éclairer une analyse singulière, je crains qu’une reconstitution comme celle tentée par L. Laurand ou encore celle de K. A. Sinkovich25 ne revêtent un caractère décidément trop artificiel. Je ferai miennes en revanche les observations de J. Gaillard26, qui souligne combien l’évocation historique prend une connotation différente selon qu’il s’agit de discours ou de traités et, bien sûr, selon les circonstances propres à chacun des discours. Il ajoute que ces exempla historica sont difficiles à évaluer quant à leur originalité : Cicéron développait-il ou non des jugements historiques propres ?

  • 27  Cicéron, Topica 72-78, étudie les preuves extrinsèques (inartificiales) alors que les chapitres 8- (...)
  • 28  J.-Ph. Lévy, « Cicéron et la preuve judiciaire », in  (ed.), Mélanges H. Lévy‑Bruhl, Paris, Sirey, (...)
  • 29 T. P. Wiseman,Clio’s Cosmetics,Leicester, Leicester University Press, 1979 (rééd. Bristol, 2003), p (...)
  • 30  Cicéron, Ver. 3, 209.

6En quatrième lieu, il faut avoir en tête ce que nous savons sur l’utilisation des situations ou des faits historiques dans la construction de la preuve. Les preuves intrinsèques (raisonnements et arguments) étaient vues, dans la vie judiciaire romaine, comme plus probantes que les preuves extrinsèques (tirées des témoignages notamment)27. Du coup, la présentation des faits historiques et leur distorsion éventuelle doivent être comprises selon les logiques qui prévalent pour la composition du plaidoyer. Le juriste J.-Ph. Lévy28 soulignait pertinemment que l’essentiel des développements dans les procès tient à des considérations extérieures aux points de droit, ce sont des développements sur la vie de l’accusé, sur la politique, ou sur des sujets généraux (dans lequel on fera entrer les digressions historiques). Il n’en demeure pas moins qu’il y a des limites à la déformation, celles de la crédibilité même du propos : on peut tirer dans un sens ou un autre le portrait ou les actions de tel ou tel personnage historique pour les besoins de la cause judiciaire, mais il reste impossible d’inventer ou de déformer exagérément les faits. Ou bien, alors, on renonce au caractère probatoire du raisonnement. Je renvoie là au débat à distance entre T. P. Wiseman et P. Brunt29 : le premier fait grand cas de l’invention pour combler les lacunes (invention cadrée par les exigences du plausible), tandis que le second insiste sur la différence entre histoire et rhétorique. T. P. Wiseman n’est pas convaincu par cette distinction et insiste plutôt sur la contamination entre les deux genres. À l’évidence, les considérations rhétoriques sont aussi en arrière-plan des choix opérés par Cicéron. Comme il le dit expressément, les exemples de l’ancien temps ont le mérite de conjuguer l’autorité de la preuve et le plaisir que leur évocation procure aux auditeurs30.

  • 31  W. Freund, Cicero historicus, Leipzig, Violet, 1881. L’auteur avait dressé une sorte de catalogue (...)
  • 32  J. Zingler, DeCiceronehistoricoquaestiones, Diss. Berlin, 1900. L’auteur recense les sources menti (...)
  • 33  R. Schütz, Ciceros historisches Kenntnisse, Diss. Giessen, 1913. Dans son répertoire de références (...)

7Malgré ces paradoxes et précautions méthodologiques, il me semble que cette enquête n’est pas vaine : je ne chercherai pas à réfléchir sur Cicéron historien ou à identifier une cohérence dans sa conception générale de l’histoire. Je me séparerai notamment des travaux qui ont cherché à reconstruire — à partir des notations historiques — une conception cicéronienne de l’histoire, au sens d’une historiographie ancienne. L’opuscule de W. Freund31 tout comme celui de J. Zingler32 sont périmés dans leurs résultats et leur méthode. D’autres savants ont emprunté une voie similaire, notamment R. Schütz33, qui recompose une histoire cicéronienne en remettant dans l’ordre chronologique une série disparate de références éparpillées dans toute l’œuvre. Il en ressort certes quelques personnages ou épisodes de prédilection. Si le classement de R. Schütz est assurément minutieux et si son relevé de sources confine à l’exhaustivité, il n’en demeure pas moins que la synthèse occupe une place très modeste dans le volume et l’auteur aboutit seulement à quelques truismes (Cicéron n’est pas un historien, on s’en doutait).

8Finalement, ce qui est gênant dans nombre de ces ouvrages, c’est qu’ils font abstraction totale des formes et méthodes de l’historiographie antique, singulièrement romaine. Peut-on faire semblant de reconstruire une histoire cicéronienne de Rome sans réfléchir à la logique des genres historiques — annales, historia, commentarii, etc. — et à ce qui les distingue de la logique des genres rhétoriques — notamment le discours judiciaire ?

  • 34  Cf. supra p. 186 et n. 24.
  • 35  M. Rambaud, Cicéron et l’histoire romaine, Paris, Les Belles Lettres, 1953.

9J’ai dit supra les réserves de méthode que m’inspire le travail de L. Laurand34 ; il est un autre livre en français qui a marqué la bibliographie, celui de M. Rambaud35. Le livre peut être pris en défaut quant à l’exhaustivité des références. Il est aussi très marqué par l’angle d’attaque qu’a privilégié M. Rambaud dans nombre de ses études : le thème de la déformation historique. M. Rambaud lit les allusions historiques de toutes les œuvres à la lumière de tout ce qu’on connaît de l’histoire romaine du Ier siècle, de la carrière propre de Cicéron et de l’ensemble de ses livres, lettres ou discours. Encore une fois, la diachronie est aplatie.

  • 36  E. Rawson, « Cicero the Historian and Cicero the Antiquarian », JRS, 62 (1972), p. 33-45 (repris d (...)
  • 37  K. E. Petzold, « Ciceron und Historie », Chiron, 2 (1972), p. 253‑276.
  • 38  M. Fleck, Cicero als Historiker, Stuttgart, Teubner, 1993.
  • 39  L. Marchal, « L’histoire pour Cicéron », LEC, 55 (1987), p. 41-64 et 56 (1988), p. 241-264.
  • 40  Pour une réflexion sur la relation utilitas / uoluptas dans l’histoire, voir Cicéron, De finibus V (...)

10Quatre publications valent cependant d’être signalées, au premier rang desquelles la réflexion qu’E. Rawson consacra à Cicéron antiquaire36. Dans un article subtil, cette grande spécialiste de l’histoire intellectuelle opposait soigneusement histoire et utilisation d’exempla à caractère historique ; elle insistait sur la constitution chez Cicéron du goût pour les antiquaires et leur savoir. Mais l’essentiel de son propos est tourné vers les traités philosophiques et assurément c’est plutôt dans ces œuvres que la pertinence des analyses d’E. Rawson se vérifie. Mentionnons également un article de K. Petzold37, qui se concentre sur l’historiographie cicéronienne, à proprement parler, et sur l’ouvrage De consulatu suo principalement. On peut aussi tirer profit du travail de M. Fleck38 : il analyse à la fois la réflexion cicéronienne sur la connaissance de l’histoire, ses sources et les recherches historiques que Cicéron mène lui-même. Mais le livre est de peu de secours pour une étude singulière sur les Verrines et pour la thématique de notre colloque. Enfin l’article de L. Marchal39 étudie Cicéron comme théoricien de l’historiographie romaine, tout en concédant que l’Arpinate n’a produit aucun exposé suivi d’une quelconque doctrine et qu’il faut puiser dans les traités rhétoriques ou philosophiques, à moindre titre dans la correspondance, des éléments de réponse à la question. C’est un article intéressant, notamment parce qu’il met en évidence le jugement de Cicéron sur les historiens de Rome, parce qu’il accorde de l’importance aussi à la valeur de l’exemplum historique en contexte argumentatif, enfin parce qu’il distingue clairement les deux types d’histoire pratiqués par les auteurs anciens : une histoire pure, celle que l’on pratique pour elle-même et une histoire pratique, celle qui est utilisée par les orateurs et les hommes politiques40. C’est de fait à ce second type d’histoire que nous nous intéressons ici.

  • 41  Je n’ai pu consulter H. Henze, Quomodo Cicero de historia eiusque auctoribus iudicaiuerit quaeritu (...)

11Si divers savants41 ont donc retracé la formation historique de l’orateur ou ont mené l’enquête sur ses propres sources, ou encore ont esquissé une théorie de l’historiographie cicéronienne, aucun n’a vraiment étudié sa mise en scène des faits historiques. C’est à cette dernière que je m’attache plus spécialement ici, pour apprécier comment, dans les Verrines, les finalités politiques et judiciaires impliquent des procédés de sélection des faits — dans l’histoire ancienne de Rome comme dans celle de ce qui constituait pour Cicéron le temps présent —, de mise en exergue de figures historiques, comment aussi ces finalités induisent une interprétation de l’histoire et mettent à l’épreuve le souci de vérité. D’où le titre, où chacun aura reconnu un clin d’œil finleyen : use and abuse of history in the Verrines.

II. Typologie des passages historiques

  • 42 On peut d’ailleurs s’interroger sur la présence de tous ces exemples dans la réalité du prononcé, a (...)

12Il n’est pas question de produire un relevé complet des occurrences historiques dans les Verrines42, mais simplement de dégager quelques constats. Nous n’évitons pas, pour la commodité de l’exposé, un retour provisoire à l’ordo temporum mais nous gardons à l’esprit la dimension artificielle de cette recomposition.

Les ensembles événementiels qui servent de référence

  • 43  Cicéron, Ver. 4, 72 (Énée et ses liens avec Segesta).
  • 44  Cicéron, Ver. 3, 125 (pour l’année 259).
  • 45  Hasdrubal, fils de Hannon, RE 4.
  • 46  L’allusion à la bataille de Cannes (Cicéron, Ver. 5, 28) est elliptique et synonyme de grand désor (...)
  • 47  RE 220 (cos. 208). Cicéron, Ver. 1, 11 ; 1, 55 ; 2, 4 ; 2, 50 ; 4, 115 (avec une comparaison expli (...)
  • 48  RE 116 (cos. V 209). Cf. Cicéron, Ver. 5, 25.
  • 49  RE 336. Cf. Cicéron, Ver. 2, 123 ; 5, 25. À signaler que plusieurs passages ne sont pas clairement (...)

13Assez logiquement, on ne repère qu’une référence aux temps de la fondation de Rome43. Dans une série de discours centrés sur la Sicile et le gouvernement des provinces, l’histoire romaine, en tant que référentiel, commence seulement avec les Guerres puniques et l’expansion outre-mer. Ces guerres sont évoquées de façon unitaire une seule fois44, la Première Guerre punique n’est presque pas commémorée, sauf une mention à un Hasdrubal, qui ne peut être que celui de la première guerre contre Carthage45. La Deuxième Guerre est allusivement rappelée46, à une exception majeure, l’épisode de la prise de Syracuse et du rôle de M. Claudius Marcellus47. Ce personnage symbolise l’installation définitive du contrôle territorial romain sur l’île. Certains héros de la Deuxième Guerre punique font toutefois l’objet d’allusions en propre. Ainsi en est-il pour Q. Fabius Maximus Cunctator48 et sa légendaire sapientia ; pour P. Cornelius Scipion l’Africain49, assez sommairement.

  • 50  RE 335. Cf. Cicéron, Ver. 1, 11 ; 2, 3 ; 2, 28-29 ; 2, 85-87 ; 3, 209 (Scipiones) ; 4, 22 (parenté (...)
  • 51  Voir infra p. 218.

14La Troisième Guerre punique est la plus présente dans les exemples, notamment à travers le rôle qu’y joua P. Cornelius Scipion Émilien (que Cicéron appelle Africanus et non Æmilianus dans les Verrines)50. Il y a donc une sorte de paradoxe dans la sous-représentation de la Première Guerre punique, qui se déroula sur le sol sicilien, et la sur-représentation de la Troisième Guerre punique, qui eut lieu sur le sol africain, mais ce paradoxe tient surtout à la thématique des œuvres d’art grec transférées à Carthage et à l’histoire de leur restitution aux cités de Sicile51.

  • 52  RE 45. Cicéron, Ver. 1, 55 et 4, 129.
  • 53  RE 337 (cos. 190). Cicéron, Ver. 1, 55 et peut-être 4, 67 selon Münzer, RE IV, col. 1471. Il ne fa (...)
  • 54  RE 94. Cicéron, Ver. 3, 211.
  • 55  RE 114. Cicéron, Ver. 1, 55 ; 4, 22 ; 5, 14 ; 5, 25 (au pluriel).
  • 56  RE 7a. Cicéron, Ver. 1, 55 ; 3, 9 ; 4, 4. Sur la confrontation Mummius / Verrès, cf. A. Lazzeretti(...)

15Qu’en est-il, parallèlement, des conditions dans lesquelles ont été réduites en provinces d’autres contrées ? La conquête des États grecs de Grèce propre et le rôle de T. Quinctius Flamininus sont effleurés52 ; la conquête du royaume de Syrie est associée à L. Cornelius Scipio Asiaticus53. Une rapide allusion est faite aux Guerres de Macédoine à travers la figure de Q. Caecilius Metellus Macedonicus54 ; plus développée est la référence à Paul-Émile55. La destruction de Corinthe est surtout associée à L. Mummius56. Finalement, la conquête des provinces est assez peu mentionnée dans les Verrines. On aurait pu s’attendre à une portion moins congrue dans la mise en valeur des succès de Rome ou dans les parallèles entre la situation sicilienne et celle des autres provinces.

  • 57  Mention de Tib. Sempronius Gracchus (RE 54) dans Cicéron, Ver. 1, 151 et 4, 108 ; de la lex Sempro (...)
  • 58  Cicéron, Ver. 5, 163. Sur la restauration du tribunat, voir infra p. 219 et n. 170.
  • 59 RE 202. Cicéron, Diuinatio in Caecilium 69. L’accusé est M’. Aquil(l)ius cos. 129 (RE 10). À distin (...)
  • 60  RE 96 (cos. 133). Cicéron, Ver. 3, 195 (à propos de la lex Calpurnia de repetundis) ; 4, 56 ; 4, 1 (...)
  • 61  RE 17 (cos. 133). Cicéron, Ver. 52 ; 4, 108. À distinguer de Q. Mucius Scaevola le pontife (RE 22  (...)

16Est-ce en faveur de la vie politique romaine et de l’histoire intérieure ? À la vérité, non. L’époque des Gracques et leurs lois sont brièvement mentionnées57. Comme J. Béranger le relève à juste titre, c’est seulement dans l’épisode concernant la crucifixion de Gavius de Compsa que Cicéron rappelle les lois semproniennes, dont celle sur la provocatio (le pluriel leges est argumentatif) et qu’il assortit ce rappel d’un couplet sur la restauration des pouvoirs des tribuns de la plèbe58. P. Cornelius Lentulus, princeps senatus et accusateur de M’. Aquilius, est cité une fois59 ; de même les consuls de 133, L. Calpurnius Piso Frugi60 et P. Mucius Scaevola61.

  • 62  RE 6. Cicéron, Ver. 2, 136 ; 3, 66 ; 3, 125.
  • 63  RE 5 (cos. 132). Cicéron, Ver. 2, 32 ; 2, 39-40 ; 2, 90 ; 3, 125 ; 4, 112.
  • 64  RE 11 (cos. 101). Cicéron, Ver. 3, 125 ; 5, 3 ; 5, 5 ; 5, 7 ; 5, 14. À distinguer du personnage ci (...)
  • 65  RE 26 (cos. 94). Cicéron, Ver. 5, 7 (épisode de l’esclave berger que Domitius fait exécuter parce (...)

17Les guerres serviles de Sicile, au IIe siècle, sont évoquées sans distinction chronologique entre les différentes révoltes, et surtout en privilégiant la figure d’Athénion62. Le soulèvement n’est évidemment pas considéré du point de vue des esclaves mais abordé du côté de ceux qui ont successivement endigué les rébellions, c’est-à-dire du côté des généraux romains, comme P. Rupilius63, M’. Aquil(l)ius64, ou son successeur L. Domitius Ahenobarbus65.

  • 66 RE 55 (cos. 95). Cicéron, Diuinatio in Caecilium 25 ; Ver. 2, 122 ; 2, 191-192 (Crassi) ; 3, 3 ; 4, (...)
  • 67  RE 28 (cos. 99). Cicéron, Ver. 1, 60 ; 2, 191-192 (Antonii) ; 5, 3 ; 5, 32. À distinguer de son fi (...)
  • 68  RE 140 (cos. 115). Cicéron, Ver. 52 ; 3, 209.
  • 69  RE 97 (cos. 107). Cicéron, Ver. 3, 209 ; 4, 147. On ne confondra pas ce personnage avec Q. Caecili (...)
  • 70  RE 7 (cos. 102). Cicéron, Ver. 3, 209.
  • 71  RE 22 (cos. 95). Cicéron, Diuinatio in Caecilium 57 ; Ver. 2, 27 ; 2, 34 ; 2, 122 ; 3, 209 ; 4, 13 (...)
  • 72  RE 302 (cos. 92). Cicéron, Ver. 2, 122 ; 4, 6 ; 4, 133. Il est cité comme patronus de Messana et p (...)
  • 73  Cicéron, Ver. 2, 110 ; 2, 113 ; 3, 209 ; 5, 14 (Marii) ; 5, 25 ; 5, 181.
  • 74  RE 29 (trib. II 100). Cicéron, Ver. 1, 151.
  • 75  RE 65 (praet. 100). Cicéron, Ver. 1, 26.

18À la génération suivante, les hommes politiques et grands orateurs que sont L. Licinius Crassus66 et M. Antonius67 sont mentionnés eux aussi. Mais il n’est pas vraiment de passage très construit sur l’histoire politique ou la vie politique romaines en tant que telles. Au fur et à mesure qu’on se rapproche du temps contemporain du procès, les allusions historiques se font plus nombreuses : émergent les membres éminents de la noblesse et pour beaucoup d’entre eux, des Optimates, à la fin du IIe siècle et au tout début du Ier, comme M. Æmilius Scaurus68 le père, Q. Caecilius Metellus Numidicus69, Q. Lutatius Catulus le père70, Q. Mucius Scaevola le pontife71, cités comme des modèles de magistrats intègres ; ou encore C. Claudius Pulcher72, mis en valeur pour les fastes de son édilité. Quelques populares sont aussi présents : C. Marius73 lui-même, et comme figures repoussoirs, L. Appuleius Saturninus74 et C. Servilius Glaucia75.

  • 76  Cicéron, Ver. 1, 36 ; 1, 38 ; 1, 130 ; 3, 81-82 (sur la fiscalité) ; 4, 37.
  • 77  Cicéron, Ver. 2, 112-113.
  • 78  É. Deniaux, op. cit. n. 72,p. 234-238.
  • 79  Il s’agit de Cn. Papirius Carbo, consul trois fois en 85, 83 et 82 (RE 38), qu’il ne faut pas conf (...)
  • 80  Cicéron, Ver. 5, 8. Cela correspond à la préture de C. Norbanus (RE 5 ; E. Badian, « Notes on Prov (...)
  • 81  Cicéron, Ver. 2, 159. Rhodes n’a pas touché à la statue de Mithridate, quoique les Rhodiens fussen (...)
  • 82  Cicéron, Ver. 5, 146 ; 5, 151 et 153.

19La figure de L. Cornelius Sylla Felix est assez présente dans les Verrines, pour sa période de dictature surtout76 et bien sûr, sa législation. L’orateur ne manque pas de rappeler que Sylla avait été désavoué par le Sénat romain pour avoir consenti une diminution des impôts. En revanche, Cicéron reste très discret sur la guerre civile, singulièrement sur l’attitude de Pompée en Sicile, au temps où il a mené la répression syllanienne contre les marianistes : l’orateur vante l’indulgence et la bienveillance de Pompée77 envers Sthenius de Thermae78, mais il ne parle évidemment pas du traitement infligé au consul Papirius Carbon ni de son exécution79. La guerre sociale est, elle aussi, évoquée, très rapidement80, pour rappeler que la Sicile fut épargnée. Les Guerres mithridatiques sont indirectement mentionnées quand il s’agit de montrer que, même en ces temps-là, les ennemis respectaient des lois que Verrès, lui, n’a pas respectées81. Les épisodes liés à la guerre de Sertorius sont là pour rappeler que Verrès a fait passer pour des vétérans en fuite des négociants dont il a confisqué les cargaisons82 ; la référence historique est purement au service de l’accusation judiciaire, sans qu’on puisse dire qu’elle soit ornementale.

  • 83  Cicéron, Ver. 5, 83.
  • 84  Cicéron, Ver. 5, 25 (bellifugitiuorumsuspicio) ; 5, 42. L’accusateur fait comme si le danger d’une (...)
  • 85  S. Pittia, « La cohorte du gouverneur Verrès » in J. Dubouloz & Eadem (eds.), La Sicile de Cicéron (...)
  • 86  Cicéron, Ver. 5, 161 et surtout 5, 164 (speculator fugitiuorum).
  • 87  Cicéron, Ver. 5, 5. Voir supra n. 66.

20La toute dernière des guerres serviles contre Spartacus est présente simplement en filigrane (le nom même de Spartacus n’est pas mentionné, ni aucun des chefs des insurgés), là aussi pour atténuer le rôle de Verrès contre les esclaves fugitifs. En stigmatisant par ailleurs l’épisode du commandement de la flotte par Cléoménès de Syracuse, contre toute logique de commandement par un préfet de la flotte romain83, Cicéron occulte le rôle militaire sans doute assez positif de Verrès pour éviter que la guerre servile ne se propage en dehors de la péninsule84. Or, c’est bien cette guerre qui explique que Verrès soit resté trois ans dans l’île, ce qui n’avait rien de prémédité ni de prévu. Si tant d’exactions ont été commises, c’est aussi parce que Verrès a dû assumer le gouvernement de la province pendant une durée inhabituelle85. Ces explications historiques n’auraient pas servi la cause des Siciliens : il fallait montrer un gouverneur corrompu et construisant un plan de pillage en règle de l’île. Or s’il n’est pas question de contester que Verrès commit de graves abus, on ne peut véritablement lui imputer la préméditation d’une stratégie de dévastation criminelle en Sicile. Verrès a agi en fonction des circonstances historiques, qui l’ont amené à demeurer en place. De fait, il sut aussi utiliser la guerre servile et ses périls pour commettre ses forfaits. Pour faire châtier le citoyen romain Gavius de Compsa, qui n’aurait pas dû encourir l’exécution capitale sans pouvoir bénéficier du droit d’appel, Verrès le fait passer pour un espion des esclaves révoltés86. En contrepoint de Verrès, est évoquée la figure de M. Licinius Crassus87, qui fut aidé de Pompée et auréolé de la même gloire après la victoire contre Spartacus, mais c’est bien à Crassus que le mérite de la victoire dans le bellum seruile est accordé dans les Verrines.

  • 88  Les censeurs de 89 n’avaient de toute façon pas procédé au dénombrement civique.
  • 89 A. Vasaly, « Cicero, Domestic Politics, and the First Action of the Verrines », ClAnt, 28 (2009), p (...)

21En tout état de cause, on touche ici aux limites de l’allusion historique : au temps du procès contre Verrès, ces épisodes relevaient simplement de l’actualité ou de ce que nous appellerions aujourd’hui l’histoire immédiate. Et le procès de Verrès était en concurrence avec bien d’autres temps forts de la vie civique et politique : Pompée avait célébré le triomphe de Hispania — à l’extrême fin de l’année 71 — et son collègue Crassus avait reçu les honneurs de l’ovation de fugitiuis et Spartaco ; pour la première fois depuis la guerre sociale, on accomplissait de nouveau les opérations liées à la censure88. Depuis le début de l’année, bien des événements avaient donné lieu à des mises en scène89 de la grandeur historique de Rome, au regard desquels le procès de Verrès pouvait ne pas peser bien lourd.

22Au terme de ce relevé, il ressort que les Verrines offrent un dosage de temps anciens et d’événements contemporains, avec un nombre significatif de thèmes qu’on classerait, selon la terminologie moderne, dans l’actualité récente ou le temps présent, plus que dans l’histoire.

Romains et non-Romains

  • 90  Cicéron, Ver. 1, 48 ; 4, 71 (vol commis par Verrès dans le sanctuaire de Délos) ; 5, 185 ; cf. Hér (...)
  • 91  Cicéron, Ver. 4, 103. Cf. Valère Maxime I, 1. ext. 2.
  • 92  Cicéron, Ver. 3, 76. Cicéron pourrait rappeler ici un passage de Platon, Alcibiade 123b-c. Il y es (...)
  • 93  Cicéron, Ver. 5, 166.

23Il faut examiner si l’histoire des Verrines est seulement celle de Rome ou si l’accusateur faisait place à l’histoire des autres cités et États, y compris ceux qui sont connus comme ennemis de Rome ou comme barbares. De fait, quelques allusions sont bien empruntées aux États barbares, pour stigmatiser les outrances de Verrès. Ainsi l’histoire des Perses est convoquée pour suggérer qu’à l’inverse de Verrès pillant les temples grecs de Sicile, les Perses ont respecté les sanctuaires grecs, notamment celui de Délos90 : Datis, général de Darius, donna l’assurance aux Déliens qu’ils pouvaient réintégrer l’île en toute sécurité. Sur le même registre, Massinissa, le roi africain, est cité en exemple pour avoir restitué les défenses en ivoire qui paraient le sanctuaire de Junon à Malte91. Il s’agit d’un événement antérieur à 206, quand le roi est encore allié des Romains, et Cicéron tait évidemment la fin plus orageuse des relations entre Massinissa et Scipion l’Africain. Les Perses et les Syriens sont aussi mentionnés dans une allusion compliquée à la pratique de la dot92. La Perse et l’Inde sont vues comme exotiques, comme les territoires extrêmes, et les exemples qu’on y emprunte « déromanisent » Verrès93. Les non-Romains font montre d’une humanitas dont l’accusé est dépourvu. Tout territoire, même barbare, peut servir à la comparaison, dès qu’il s’agit de trouver un élément qui repousse Verrès au-delà de la romanité.

  • 94  Cicéron, Ver. 4, 29.
  • 95  Cicéron, Ver. 4, 27. L’expression peripetasmata Attalica désigne non point des tapis ayant apparte (...)
  • 96  Cicéron, Ver. 4, 60-68.

24L’histoire des rois étrangers est indirectement sollicitée pour évoquer les beaux objets et les grands amateurs d’art : ainsi en va-t-il pour les phalères de Hiéron II94 ou les tapis « d’Attale »95, mais ces collectionneurs là sont des esthètes, pas des voleurs, et il s’agit de souverains qui se sont illustrés par leur romanophilie. Hiéron II ou les Attalides étaient des monarques hellénistiques dont Rome avait, d’une certaine façon, assuré la succession politique. Les rois séleucides eux-mêmes sont présentés comme les amici et socii du peuple romain, avant que ne commence le fameux récit du candélabre du prince Antiochus96. Lorsqu’il est question des ancêtres très illustres d’Antiochus, on frise le paradoxe, car Cicéron fait comme si la Syrie avait été un État ami de Rome depuis de longs siècles… L’orateur ne craint pas de tordre l’histoire, pour servir la cause judiciaire.

  • 97  Cicéron, Ver. 4, 73 ; 5, 145. Sur le taureau de Phalaris, voir infra p. 204. Il existait en fait d (...)
  • 98  Cicéron, Ver. 5, 143 (institution des Latomies) ; 5, 145. Cf. J. R. Dunkle, « The Greek Tyrant and (...)
  • 99  Cicéron, Ver. 14.
  • 100  Cicéron, Ver. 2, 3 ; 2, 85-86 ; 4, 72-74. Sur cette restitution, voir supra n. 97 ; cf. C. Micheli (...)
  • 101  Cicéron, Ver. 2, 86. La cité détruite en 409 fut reconstruite à une douzaine de kilomètres de là, (...)
  • 102  L’idée sous-jacente est que mieux vaut obéir à Rome qu’être esclave d’un tyran sicilien (cf. Cicér (...)
  • 103  Cicéron, Ver. 2, 87.
  • 104  Cicéron, Ver. 2, 122.
  • 105  Cicéron, Ver. 2, 125.
  • 106  Cicéron, Ver. 2, 126-127 (à propos du prêtre de Jupiter).
  • 107  Cicéron, Ver. 2, 128 (à propos du sacerdos maximus).
  • 108  S. Pittia, op. cit. n. 42, p. 30-31.

25Les Verrines sont surtout émaillées d’allusions à l’histoire de la Sicile. Il y a finalement peu de références aux grands tyrans, comme Phalaris97 ou Denys l’Ancien98, mais elles servent à replacer Verrès dans une lignée historique, celle des tyrans de l’île. En dehors des grands hommes, Cicéron sait parler de la Sicile en tant que territoire et il en appréhende les communautés ; elle est même vue comme une sorte de lieu patrimonial99, qui réunit tous les ornements amassés par les rois et ceux que les généraux romains ont su rendre à l’île. Dans le De signis, il ne manque pas de rappeler le transfert d’œuvres d’art siciliennes à Carthage et la restitution opérée de ces œuvres à l’instigation de Scipion Émilien pendant la Troisième Guerre punique100. C’est à cette occasion notamment qu’aurait été ramené en Sicile le fameux taureau de Phalaris, instrument de torture et symbole de la toute-puissance du tyran d’Agrigentum. La prise d’Himerae par les Carthaginois en 409 n’est évoquée que pour justifier les conditions dans lesquelles les biens d’Himerae sont passés aux survivants installés entre-temps à Thermae101. Cette histoire permet de placer les Romains en défenseurs102 des Siciliens par rapport aux autres occupants de la Sicile, les Puniques : Rome restitue à des Grecs les œuvres d’art volées par des Barbares. Les statues représentant le poète Stésichore à Himerae103 sont même carrément devenues « les statues de Scipion ». Plus généralement, Cicéron ne manque pas d’expliquer l’histoire des cités de Sicile et la façon dont Verrès a perverti leurs institutions : ainsi est détaillée la modalité de cooptation des membres de la βουλ dans la cité d’Halaesa104. Il en est de même, pour la cité d’Heraclea (près d’Agrigentum), dont les lois sur la cooptation du Sénat et sur la citoyenneté sont reliées aux réformes de Rupilius105, ou encore pour les lois religieuses en vigueur à Syracuse106, ainsi qu’à Cephaloedium107. Cicéron ne pouvait manquer de connaître l’histoire institutionnelle locale des cités, soit qu’il l’ait apprise du temps de sa propre questure en Sicile, soit que les nombreux plaignants siciliens lui aient fourni tous les éléments que sa propre enquête de terrain, menée au printemps de 70, n’aurait pas rassemblés. Cette histoire locale n’intéressait pas particulièrement l’auditoire mais elle importait à la construction de la preuve contre Verrès, y compris parce que Cicéron avait fait témoigner ou s’apprêtait à faire témoigner les Siciliens (essentiellement des notables des cités siciliennes)108.

  • 109  Tite-Live, XXVI, 40, 14 (<oppida> sex ui capta) ; vingt cités furent livrées par trahison et une q (...)
  • 110  Cicéron, Ver. 5, 115 : clementiamansuetudoquenostriimperii. Cf. P. Boyancé, « Cicéron et l’empire (...)
  • 111  Cicéron, Ver. 3, 12.

26Toutefois, il faut souligner aussi les silences de Cicéron : la conquête même de la Sicile est occultée, à l’exception notable du siège et de la prise de Syracuse. Or les Romains ne se sont pas pacifiquement installés dans l’île, mais la guerre est réduite à l’expulsion de Carthage. La vision historique de la Deuxième Guerre punique est largement édulcorée. Les conflits qui ont opposé Rome à certaines cités de Sicile, certes peu nombreuses, sont passés sous silence. Certes Tite-Live indique que seulement six cités sur soixante-six environ avaient été prises par la force en 210 au temps de Laevinus109. Il reste toutefois frappant de constater que, pour Cicéron, l’empire romain, c’est la douceur de l’empire (selon les mots de P. Boyancé) et la condamnation de Verrès serait le retour à cette douceur110. On est bien dans la logique du plaidoyer où Cicéron défend des communautés siciliennes contre un gouverneur corrompu. Du coup, Cicéron retient seulement de la conquête « la restitution bienveillante » aux cités grecques des terres devenues ager publicus111.

Événements et grands hommes

  • 112  Cicéron, Diuinatio in Caecilium 57 ; Ver. 2, 27 ; 2, 34 (voir supra n. 71). Sur sa préture en Asie (...)
  • 113  Cicéron, Ver. 1, 70 et 5, 94. Cf. Tite-Live, Periochae 86 ; Valère Maxime IX, 10, 2. Sa mort ne fu (...)
  • 114  RE 72. Cicéron, Ver. 3, 212.
  • 115  Cicéron, Ver. 3, 212-216. Voir supra n. 67.

27Nous avons aussi tenté de mesurer la part des références à des événements et celle consacrée à des personnages. Les références historiques sont très liées aux figures des grands hommes, surtout quand il s’agit de trouver des modèles de grand gouverneur honnête, vertueux, au service de l’intérêt du peuple romain. Le modèle absolu en est Q. Mucius Scaevola112. En contrepoint du modèle Scaevola, Cicéron évoque un personnage qui suscita la haine de ses administrés, un préteur d’Afrique nommé C. Fabius Hadrianus, qui gouverna la province avec cruauté et fut carrément brûlé vivant dans son palais à Utique113. Et les exemples de mauvais magistrats romains en Sicile sont employés au service de la cause judiciaire : M. Æmilius Lepidus114, le prédécesseur de C. Marcellus en 81, est décrié, comme l’est M. Antonius futur Creticus115. Tout cela pour démontrer que Verrès est encore pire que les pires magistrats.

  • 116  RE 10 (cos. 61). Cicéron, Ver. 1, 37. Sur la necessitudo du questeur et de son consul, cf. L. A. T (...)
  • 117  RE 338 (cos. 83).

28Mais les exemples de bon ou de mauvais comportement ne sont pas seulement ceux des préteurs. Dès avant le gouvernement de Sicile, du temps de sa questure, Verrès avait été malhonnête : il aurait dû s’inspirer de l’exemple de M. Pupius Piso Frugi Calpurnianus116, qui mécontent d’avoir, selon les lois du sort, été désigné comme questeur du consul L. Cornelius Scipion Asiagenus117, refusa de toucher les fonds et de partir pour l’armée. L’exemple historique choisi par Cicéron laisse perplexe. On frise le paradoxe : pour déconsidérer Verrès, Cicéron exalte le cas d’un questeur qui ne rejoignit pas son poste auprès du consul au service duquel il avait été affecté.

  • 118  RE 93 (cos. 79). Cicéron, Ver. 1, 56-57 ; 2, 31 ; 3, 210 ; 4, 21 (à propos de la prise de Phaselis (...)
  • 119  Cicéron, Ver. 13 ; 5, 42-44 ; 5, 62-64 ; 5, 69-71 ; 5, 96-100 ; 5, 103‑111 ; 5, 114-121. Verrès aj (...)
  • 120  Cicéron, Ver. 3, 209.
  • 121  I. Trencsényi-Waldapfel, « Das Zeitalter der Scipionen in den Werken von Cicero », in K. Kumanieck (...)

29Les capacités militaires font bien sûr partie des vertus des grands hommes : si l’on en croit Cicéron, P. Servilius Vatia Isauricus118 fut ainsi, contrairement à Verrès en Sicile, capable, lui, de lutter contre les pirates en Cilicie. L’histoire convoquée par l’accusateur est aussi celle du temps présent, celle qui parle à l’auditoire et singulièrement aux juges, dont Servilius Vatia fait aussi partie. Les modèles des grands généraux sont mis en contrepoint des médiocres capacités militaires de Verrès, face aux pirates notamment, puisqu’il ne sut empêcher leur incursion jusque dans le port de Syracuse119. L’énumération des magistrats célèbres tend à magnifier leur comportement, y compris par l’emploi du pluriel là où l’on ne connaît qu’un seul personnage : si les Africani peuvent bien renvoyer aux deux Scipions, on reste en peine de dire qui serait l’autre Laelius ou l’autre Caton120. Scipion Émilien et Caton (qui avait été questeur en Sicile) constituent un parallèle classique, l’un incarnant une forme d’humanitas envers les alliés et l’autre un organisateur provincial pragmatique. En opposant Verrès simultanément aux deux modèles du IIe siècle, Cicéron ruine la défense de l’accusé, qui mettait en avant son souci de bonne gestion121.

  • 122  Cicéron, Ver. 4, 131. Le récit complet est repris dans Tusculanes V, 64-66.

30Au chapitre des grands hommes, les exemples fournissent aussi un savant : Archimède naturellement, dont Cicéron redécouvrit le tombeau, oublié par les Siciliens eux-mêmes122. En fait, il s’agit moins là de rendre hommage au grand savant, que de valoriser la conduite de Marcellus au moment du siège de Syracuse et au moment de l’annonce de la mort d’Archimède.

  • 123  Cicéron, Ver. 4, 4. Cf. A. Lazzeretti, op. cit. n. 47, p. 87-89.
  • 124  Cicéron, Ver. 3, 9.
  • 125  Cf. B. L. Hallward, « Cicero Historicus », CHJ 3 (1931), p. 221‑237, particulièrement p. 230 ; E. (...)
  • 126  P. Gros, « Les statues de Syracuse et les “ dieux ” de Tarente, la classe politique romaine devant (...)

31Mais force est de constater l’ambivalence des exemples : les mêmes personnes peuvent être utilisées pour des démonstrations de sens assez différents. Tantôt L. Mummius est ainsi désigné comme le vainqueur de Corinthe, l’homme qui respecta les statues sacrées à Thespies123, etc. Tantôt il apparaît aussi comme la pire figure de spoliateur des cités grecques124. Pourquoi ce trait négatif ? Pour le comparer à Verrès et ainsi noircir l’accusé. En clair, ce qui compte, ce n’est pas en soi l’événement ou le personnage historique mais le parti qu’on en peut tirer à tel moment du plaidoyer pour la construction des preuves intrinsèques. On retrouve le même type d’ambivalence pour M. Claudius Marcellus125. D’un côté, Cicéron reprend une tradition favorable au personnage126 ; en même temps Cicéron ne peut ignorer que Marcellus a pillé Syracuse et qu’on voit à son époque les dépouilles du butin à la Porta Capena. Mais Cicéron, comme nombre de Romains, distingue deux sortes de pillages : celui de Marcellus n’est pas négatif, car il contribue à la magnificentia publica, tandis que celui de Verrès confine au vol, les objets sont destinés à la sphère privée du personnage. Le pillage de Marcellus était un moyen de rendre présent aux Romains de la capitale le passé prestigieux des Grecs de Sicile. Les monumenta rapportés par l’imperator contribuaient à fortifier une memoria partagée.

III. Des centres d’intérêt plutôt qu’une véritable historiographie

32L’histoire politique est privilégiée même si l’on peut repérer quelques autres formes de mise en situation historique, par exemple à travers l’histoire des procès, l’histoire des lois ou aussi l’histoire du territoire, des cités, de leurs monuments, l’histoire des fêtes religieuses.

  • 127 RE 101 (quaest. 73 probablement). Cf. N. Marinone, « I Questori e i legati di Verre », AttiAccad.To (...)
  • 128  Cicéron, Diuinatio in Caecilium 63. Cf.L. A. hompson, op. cit. n. 116, p. 351 ; E. Badian, « Three (...)
  • 129 RE 2 (praet.ante 104). Cf. E. Badian, op. cit. n. 128, p. 306-307 ; M. C. Alexander, Trials in the (...)
  • 130  RE 135 ; aed. cur. 90.
  • 131  Le texte latin n’est pas sûr, voir la discussion et la restitution du cognomen en Pit(h)io dans E. (...)
  • 132  E. Badian, op. cit. n. 128, p. 298-301 ; M. C. Alexander, op. cit. n. 129, n°97, p. 51-52.
  • 133  J.-M. David, « Maiorum exempla sequi : l’exemplum historique dans les discours judiciaires de Cicé (...)

33Cicéron se montre attentif à l’histoire des grands procès, aux exemples empruntés à la vie judiciaire. Il y a d’abord à cela une nécessité liée à la procédure elle-même et au rôle de Q. Caecilius Niger127, contre qui Cicéron a dû emporter le droit d’être l’accusateur principal. L’ancien questeur de Verrès eût été à coup sûr un homme de paille. Cicéron cherche donc les exemples historiques de procès qui auraient opposé questeurs provinciaux et préteurs-gouverneurs128, notamment en 105, quand Cn. Pompeius Strabo (le père du grand Pompée) tenta vainement d’accuser T. Albucius129, préteur en Sardaigne, et C. Iulius Caesar Strabo Vopiscus130 voulut faire condamner pour concussion ce même T. Albucius, qui s’exila à Athènes ; en 101 [?], avec L. Veturius [?] Philo [?]131, qui voulut attaquer le préteur C. Servilius Vatia ; à la fin des années quatre-vingt-dix, dans le procès qui opposa un M. Æmilius Scaurus à son préteur, un L. Valerius Flaccus (leurs identifications respectives sont débattues)132. Il s’agissait de faire condamner des concussionnaires et ces questeurs n’ont pas failli à la morale, mais jamais les procès n’eurent lieu ou n’allèrent jusqu’au bout car les juges refusèrent toujours au questeur le droit d’accuser son ancien préteur. Comme le souligne J .‑M. David133, on ne sait pourquoi les juges prirent cette décision, et Cicéron cherche surtout dans l’exemple historique une valeur paradigmatique.

  • 134  P. Boyancé, op. cit. n. 110, p. 334-335.
  • 135  Le même personnage (RE 98 ; praet. 74) est présenté comme modèle à propos de la préture urbaine : (...)
  • 136  RE 13 (praet. 89 ou 88). Cicéron, Diuinatio in Caecilium 64. Sur les démêlés en justice de Gabiniu (...)
  • 137  Cicéron, Diuinatio in Caecilium 66. Ser. Sulpicius Galba avait été préteur en 151 en Hispania Ulte (...)
  • 138  C’est en fait le tribun L. Scribonius Libo, certes soutenu par Caton, qui tenta d’accuser Galba po (...)
  • 139 RE 21 (cos. 96). Cicéron, Diuinatio in Caecilium 67 ; Ver. 2.118. Il est évoqué pour un épisode jud (...)

34Il y a une autre nécessité à faire l’histoire de la vie judiciaire, elle est liée au mépris envers les accusateurs dans les mentalités romaines. Autant il est noble de défendre, autant il est mal vu d’accuser. Du coup, l’orateur doit emprunter à l’histoire des précédents134, pour justifier sa propre conduite, qui consiste à attaquer un symbole du pouvoir romain, en la personne du préteur, pour défendre des provinciaux. Cela avait été le cas de L. Calpurnius Pison Frugi135 qui aurait accusé (on ignore à quel titre) P. Gabinius136, préteur en 89 en Achaïe et qui fut traduit devant le tribunal de repetundis. De la même façon, l’exemple de Caton l’Ancien est invoqué pour rappeler qu’il aurait pris la défense des Ibères contre Ser. Sulpicius Galba137, pour des faits où l’accusé se voyait reprocher une traîtrise envers les provinciaux en 150 et un massacre gratuit — ici le récit de Cicéron n’est pas exempt d’erreurs historiques138. Cicéron ajoute encore l’exemple d’une accusation de défense des provinciaux par un autre grand aristocrate romain, Cn. Domitius Ahenobarbus139.

  • 140  Cicéron, Ver. 3, 3. L’affaire à laquelle Cicéron fait ici allusion remonte à l’année 119 : Crassus (...)
  • 141  Cicéron, Diuinatio in Caecilium 69. Cf.ProMurena 58.
  • 142  Il fut vraisemblablement accusé pour concussion, mais c’est une hypothèse. On ignore tout du subsc (...)

35Le souvenir d’épisodes plus tragiques est aussi mentionné : Crassus l’orateur se repentait d’avoir accusé C. Papirius Carbon, qui a fini par se suicider140. Il ne faut donc pas voir dans ces mentions de simples ornements : l’affaire Carbon montre à quel point la charge émotionnelle autour d’un procès de repetundis était forte et Cicéron doit se justifier d’assumer l’accusation envers le préteur. Du coup, certains exemples empruntés à la vie judiciaire ne sont pas associés à des chefs d’accusation précis : il s’agit seulement de rappeler que de grands hommes ont aussi accepté d’assumer le rôle d’accusateur. Ainsi Scipion Émilien, deux fois consul et censeur, avait accusé à la fin de sa vie L. Aurelius Cotta141, en 144, qui fut d’ailleurs acquitté. Et P. Cornelius Lentulus, princeps senatus, accusa en 129 M’. Aquil(l)ius, qui revenait de la province d’Asie142.

  • 143  Cicéron, Ver. 51.
  • 144  Cicéron, Ver. 1, 26.
  • 145  Cicéron, Ver. 3, 223 ; 5, 177-178. Pour une allusion à L. Aurelius Cotta, homo nobilissimus, Ver. (...)

36L’histoire de la vie judiciaire est donc bien présente, mais aussi celle du droit et des lois. La lex Acilia sur la concussion est citée dans le début du procès143, mais la lex Cornelia repetundarum, en vertu de laquelle Verrès comparaît, n’est, quant à elle, jamais mentionnée. Cicéron évoque pourtant une disposition qui touche au procès lui-même, et qui est induite par la lex Glaucia sur la comperendinatio (ajournement de la procédure, qui impose un intervalle entre les deux actions)144. Le plaidoyer est aussi traversé par le débat contemporain sur la réforme des tribunaux, qui aboutit à la lex Aurelia145. Mais c’est là affaire de politique au moment du procès, pas encore d’histoire.

  • 146  S. Pittia, « La Dîme de Sicile, modèles et adaptations d’un impôt », in B. Legras (ed.), Transfert (...)
  • 147  Cicéron, Ver. 3, 11.
  • 148  J. Dubouloz & S. Pittia, « La Sicile romaine, de la disparition du royaume de Hiéron II à la réorg (...)

37Bien sûr, ce sont surtout les grandes lois d’organisation de la province qui sont au centre des discours : la lex Hieronica et la lex Rupilia. La loi de Hiéron est présentée dans le De frumento comme réglant les prélèvements dîmés dès avant la conquête romaine. Après la réduction du territoire de l’île en province au lendemain de la Première Guerre punique, cette organisation aurait été maintenue, transposée du royaume de Syracuse à l’autorité romaine. Tout en négligeant le fait que le royaume de Hiéron II a été intégré à la province romaine seulement dans le courant de la Deuxième Guerre punique, Cicéron nie la création par Rome d’impôts nouveaux en Sicile et ne cesse d’affirmer la continuité du système fiscal, de l’époque hellénistique à l’époque romaine146. Cicéron recompose l’histoire de la fiscalité en Sicile mais c’est une utilisation de l’histoire assez dévoyée, pour justifier les prélèvements fiscaux. Les vectigalia sont présentés comme a maioribus tradita147 au sens où ils feraient presque partie de l’héritage historique dans le droit provincial. L’histoire de la Sicile avant les Romains sert à justifier le maintien d’une fiscalité148 qui, si elle est globalement conservée dans ses modalités, a été totalement détournée au profit du conquérant, Rome, et en réalité, a été modifiée (notamment, depuis 75, avec le transfert à Rome des adjudications pour les dîmes du vin, de l’huile et des fruges minutae ; il ne faut pas oublier non plus l’institution puis la récente systématisation de la deuxième dîme, depuis 73).

  • 149  Cicéron, Ver. 2, 34 ; 2, 37 ; 2, 39-40 ; 2, 42 ; 2.90 ; 2, 125 ; 3, 92.
  • 150  Cicéron, Ver. 2, 38.
  • 151  J. Dubouloz & S. Pittia, op. cit. n. 148, p. 93, 97, 108.

38La lex Rupilia est présentée comme un véritable modèle149, notamment pour les actions judiciaires, la désignation des jurés, le tirage au sort… Rupilius n’a sans doute pas joué un grand rôle dans l’organisation de la dîme mais Cicéron valorise la lex Rupilia parce qu’elle est ab auctoritate senatus150 et il la cite maintes fois en matière de juridiction. Vraisemblablement la lex Rupilia ne traitait pas de tous les sujets possibles en matière d’organisation provinciale. Rien ne dit que la loi ait eu une ambition d’exhaustivité et, au contraire, il est vraisemblable qu’elle ait abordé seulement l’organisation juridique de la province. Ce n’était pas une véritable lex provinciae, elle n’avait pas non plus de dimensions agraires151. Mais l’orateur en fait une loi provinciale « historique », une loi qui pratiquement s’imposerait à tous les gouverneurs de l’île, oubliant qu’il revient à chaque préteur de dire dans son edictum comment il procèdera durant sa propre charge de gouverneur.

  • 152  Cicéron, Ver. 3, 163 ; 3, 173 ; 5, 52.
  • 153  Cicéron, Ver. 5, 45. Cf. Tite-Live, XXI, 63. Voir en dernier lieu, A. Tchernia, « Le plebiscitum C (...)

39Mentionnons enfin la lex Terentia Cassia152 de 73, qui avait réformé tout récemment l’organisation du blé fiscal. Elle systématisait la seconde dîme du blé en un moment de crise, où les besoins de Rome en céréales devenaient plus importants, où la logistique du ravitaillement avait été perturbée par la guerre servile (73-71) et par la piraterie méditerranéenne. C’est elle qui pourrait justifier l’intensification des prélèvements fiscaux en Sicile sous la préture de Verrès, mais ne peut évidemment pas justifier les abus et la collusion avec les publicains. Verrès contrevient aussi à la lex Claudia153 de 218, qui interdisait aux sénateurs et à leurs fils de posséder des bateaux de commerce d’un tonnage supérieur à 300 amphores. La mention des Verrines selon laquelle les interdictions commerciales frappant les sénateurs seraient antiquae et mortuae, a fait douter que la lex Claudia se soit encore appliquée en 70. Il n’en est rien et cette hypothèse doit être abandonnée.

  • 154  Cicéron, Ver. 1, 55. Voir un rapprochement comparable entre Marcellus et Flamininus en 4, 129-130. (...)
  • 155  Cicéron, Ver. 4, 4.
  • 156  Cicéron, Ver. 4, 98. Cf. A. Lazzeretti, op. cit. n. 47, p. 280-282. Ces panoplies provenaient du b (...)

40Si la vie politique et la justice sont les centres d’intérêt principaux, l’histoire de la culture et du patrimoine (pour le dire en termes modernes) n’est pas absente. Au prix de quelques contorsions avec l’histoire, Cicéron présente le butin de guerre comme une marque de la grandeur d’âme des hommes politiques romains. Les grands conquérants ont été capables de parer la ville de Rome et c’est à cette fin, selon Cicéron, qu’ils ont rapporté des œuvres d’art : ce fut le cas de Marcellus à Syracuse, de Scipion l’Asiatique après sa victoire sur Antiochos III, de T. Quinctius Flamininus face à Philippe V de Macédoine, de Paul-Émile contre Persée, de L. Mummius qui vint à bout de Corinthe154. Les œuvres d’art n’allèrent point orner leurs demeures privées mais les monuments publics et les temples des villes d’Italie. Mummius, dont le portrait ne manque pas d’ambiguïté, s’est montré respectueux des œuvres d’art sacrées et n’a emporté « que » les statues profanes155 de Thespies, y laissant le Cupidon de marbre dû à Praxitèle. La notion de monumenta religiosa est formulée156, à propos des offrandes de Scipion Émilien au sanctuaire d’Engyium. En fait, l’accusateur teinte de sacralité des objets à l’origine non sacrés (Scipion avait offert des casques et des cuirasses de bronze), pour faire paraître Verrès comme un sacrilège.

  • 157  Cicéron, Ver. 4, 72 ; 4, 74-78 ; 4, 82-83.

41Cicéron retrace longuement l’histoire de la Diane de Segesta157, depuis le premier conflit entre Segesta et Carthage, sans doute au VIe siècle, jusqu’à sa restitution grâce à Scipion Émilien ; elle est décrite comme le serait un monument historique, avec l’inscription commémorative gravée sur le piédestal. La sacralité des objets est ici beaucoup liée aux mythes : ce sont eux qui confèrent une profondeur, une valeur mémorielle aux objets et les font entrer dans la mémoire partagée. La Diane de Segesta, en tout cas, est une sorte de synthèse d’art grec et d’histoire romaine : sa valeur, son exemplarité, sa renommée tiennent autant à son histoire propre comme œuvre d’art grec, comme monument des Segestani, qu’à la marque même de Scipion, exemple de vertu romaine. La statue de Mercure à Tyndaris est aussi, et même si l’exemple est plus rapidement évoqué, présentée comme une sorte de monument gréco-romain, donné par Scipion Émilien aux habitants de Tyndaris après la prise de Carthage. La statue d’Esculape, œuvre de Myron, est, pareillement, présentée comme le souvenir de P. Scipion Émilien. Se mêlent histoire de la Sicile, histoire des œuvres d’art, histoire de Rome et de ses grandes figures politiques, pour mieux sceller les intérêts de Rome et des Siciliens, mis à mal par un même homme, l’accusé Verrès.

  • 158  Cicéron, Ver. 2, 154.
  • 159  Cicéron, Ver. 4, 86-90.
  • 160 RE 214 ; praet. 80. Cicéron, Diuinatio in Caecilium 13 ; Ver. 2, 8 ; 2, 51 ; 3, 42 ; 3, 212 ; 4, 37 (...)
  • 161  Cicéron, Ver. 14 (monumenta antiquissima).
  • 162  U. Walter, Memoria und respublica. Zur Geschichtskultur im republikanischen Rom, Francfort-sur-le- (...)

42On pourrait de même citer les statues des Marcelli à Syracuse158 ou à Tyndaris159 — il s’agit là surtout de la statue de C. Claudius Marcellus160. La profanation de la statue de Marcellus, utilisée pour supplicier le premier magistrat (proagoros) de la ville, Sopater, est mise en parallèle avec la destruction, le plus vite possible après son départ, par les Tyndaritains, de la statue de Verrès lui-même. Cicéron fait grand cas du patrimoine sicilien et il se montre un fin connaisseur de son histoire. Dans l’Actio prima, la Sicile est d’ailleurs vue comme un patrimoine culturel, dotée de monuments dont l’antiquité même est mise en valeur161. Je crois toutefois que nos modernes analyses doivent se garder de l’anachronisme. Ainsi serai-je plus prudente qu’U. Walter162, qui n’hésite pas à convoquer les notions contemporaines de « lieux de mémoire », notamment à propos du forum de Syracuse. La piste en soi est intéressante pour le lecteur contemporain, mais peut-être hardie si l’on veut s’en tenir aux mentalités romaines et aux références qui faisaient sens pour l’auditoire et les juges.

  • 163  Cicéron, Ver. 4, 107.
  • 164  Cicéron, Ver. 2, 51 ; 2, 154 ; 4, 151.
  • 165  Cicéron, Ver. 2, 51. Voir supra n. 71 et 112.

43Cette histoire culturelle (et religieuse évidemment) ne méconnaît pas les fêtes, par exemple celles de Cérès à Henna163 et surtout les fêtes des Marcellia à Syracuse164. Ces fêtes honorent Marcellus, le conquérant de Syracuse, mais aussi plus récemment C. Marcellus. L’irrespect par Verrès des festivités traditionnelles de la Sicile est mis en contrepoint d’un exemple emprunté à l’Asie. Au temps des Guerres mithridatiques, l’Asie et le roi du Pont ont respecté le déroulement des fêtes des Mucia, données en l’honneur de Mucius Scaevola le pontife165. Le rappel historique sert ici à déconsidérer Verrès, qui a aboli la commémoration des Marcellia.

  • 166  R. Robert, « La culture de Verrès », REL, 86 (2008), p. 66-69.
  • 167  Cicéron, Ver. 4, 4 : Cicéron prétend découvrir le nom de Praxitèle pour les besoins du procès.

44Finalement, Verrès détruit le passé parce qu’il ne le comprend pas. Selon l’accusateur, il n’a pas la culture du passé166, il pille par goût du lucre et par folie des métaux précieux ou des objets d’art. Il est l’homme qui détruit le passé en s’appropriant les objets de l’histoire, en réduisant à rien leur charge mémorielle. Cicéron, lui, prend bien soin de ne pas passer pour un Graeculus, il feint l’ignorance167, se fait passer pour inculte, et renverse les rôles.

IV. Le rapport au passé

45Quelles grandes lignes se dégagent de l’étude du corpus ? L’histoire sert (banalement) à la constitution de modèles et de contre-modèles. Qu’ont fait les ancêtres en de pareilles circonstances ? Qu’a fait Verrès ? Le sens des parallèles est clair. Pourtant le lecteur moderne peut douter de l’intelligibilité de l’histoire telle que Cicéron la « manipule » dans les Verrines.

  • 168  Pour les juges, c’est notamment le cas de M. Caecilius Metellus (RE 78 ; praet. 69 ; voir supra n. (...)

46On peut en effet s’interroger sur la compréhension par l’auditoire (ou par les simples lecteurs du plaidoyer) d’un certain nombre d’allusions. Si les figures de M. Claudius Marcellus, de Scipion Émilien étaient évidemment parlantes, il pouvait être plus hardi de mentionner des hommes plus obscurs, pour des anecdotes trop elliptiques, susceptibles d’être mal interprétées ou d’être inconnues de l’auditoire. La pratique de l’allusion pouvait certes aussi renforcer le sentiment de la culture partagée entre les sénateurs, qu’ils soient parties ou juges du procès168. Faut-il aller jusqu’à identifier un indice de notoriété des épisodes dans ceux qui précisément sont évoqués de façon allusive pour des personnages que nous qualifierions pourtant de mineurs ? J’en doute. Ces hommes avaient tout simplement une culture commune, celles de l’aristocratie, et l’homme nouveau qu’est Cicéron gagnait à montrer qu’il la connaissait et pouvait la partager. L’orateur gagnait ses galons de sénateur en quelque sorte. Sa capacité à manier l’histoire ne venait pas de son expérience d’homme politique mais elle allait faire de lui un homme politique de premier plan, après la victoire judiciaire et grâce à elle.

  • 169  S. Pittia, op. cit. n. 108, p. 20-21 (à propos des choix tactiques de l’accusateur). En parallèle, (...)

47De même, est-ce que l’évocation d’œuvres d’art, du patrimoine sicilien, retentissait aux oreilles des juges et de l’auditoire, en dehors des cas où le nom d’un artiste célèbre comme Praxitèle ou comme Myron y était associé ? Il fallait probablement que Cicéron recontextualisât des œuvres comme la Diane de Segesta, l’associât au mythe de la déesse et à l’histoire de Scipion Émilien, pour que ce cas de pillage pût servir vraiment dans l’argumentation. L’histoire de Rome conférait un regain d’intérêt à l’histoire d’événements touchant la Sicile. Après tout, elle était une province, un territoire conquis, les Siciliens étaient en grande majorité des non-citoyens. Il fallait romaniser l’histoire sicilienne pour la rendre acceptable aux oreilles de l’auditoire et pour sensibiliser les juges à la cause des plaignants. Il n’était pas sans péril de prendre le parti des non-Romains contre l’ancien gouverneur, de faire défiler des dizaines de témoins contre lui, de raconter l’histoire ancienne ou présente de la Sicile. Le réflexe de solidarité des classes dirigeantes (singulièrement des juges) et la sympathie du public qui assistait au procès pouvaient plus naturellement se porter vers un réflexe de défense de l’impérialisme romain et des magistrats chargés de représenter la cité169. Quelle que fût la culpabilité réelle de Verrès, la cause n’était pas gagnée et l’usage de l’histoire devait infléchir le dénouement en défaveur du préteur.

  • 170  Cicéron, Ver. 5, 163 et 175. Voir supra p. 195 et n. 58. Cf. U. Laffi, op. cit. n. 145, p. 203-205

48Il y avait quelque autre danger à évoquer l’histoire contemporaine : la figure de Sylla tyran n’était plus menaçante en 70 et pour cause, mais il restait des partisans syllaniens ou des milieux syllaniens bien actifs. L’éloge de Pompée revitalisant sous son consulat le tribunat de la plèbe170 pouvait passer comme une négation des réformes syllaniennes. Certes, Cicéron prétend que la restauration des pouvoirs tribuniciens était attendue de tous. En tout cas, le sujet était polémique.

  • 171  Cf. supra n. 118.
  • 172  Cicéron, Ver. 2, 51 ; 2, 159.
  • 173  Cf. supra p. 198.

49Dans le même registre, la mention des triomphes obtenus contre les pirates par Servilius Isauricus171, l’évocation d’un Mithridate Eupator presque respectable172 par rapport à un homme comme Verrès, l’amitié avec la dynastie séleucide, tout cela était plutôt porteur de confusion, voire de polémique. On peut donc s’étonner finalement que Cicéron ait fait une telle place à l’histoire contemporaine dans les Verrines. Certes, celle-ci avait une meilleure intelligibilité, elle permettait aussi de jouer sur la connivence auprès des juges, de valoriser leur propre rôle de façon indirecte. Et tout n’était pas codé : parler des révoltes serviles quelques mois après la défaite de Spartacus était clair pour tous, d’ailleurs le nom n’est pas même prononcé. Mais il était moins périlleux d’évoquer des morts bien plus lointains. À moins que, comme nous l’évoquions en préambule173, il ait fallu simplement recourir à ce qui s’inscrivait dans la chaîne temporelle et y prenait une valeur paradigmatique. Dès lors, les événements même les plus récents entraient dans l’histoire utile à l’accusation in Verrem. Cette histoire utile au plaidoyer pouvait faire usage ou mésusage de l’histoire tout court : sa finalité n’était pas l’historiographie mais la victoire en justice.

  • 174  Cicéron, Ver. 3, 38.
  • 175  Cicéron, Ver. 3, 125 ; 3, 228 (desinit du discours).
  • 176  Cicéron, Diuinatio in Caecilium 5 ; cf. Ver. 1, 15 ; 3, 15 etc.
  • 177  Cicéron, Diuinatio in Caecilium 46.
  • 178  Cicéron, Ver. 2, 2.
  • 179  Cicéron, Ver. 3, 38.
  • 180  RE 74 (cos. 68) ; successeur de Verrès comme gouverneur de Sicile, il avait pour charge la remise (...)
  • 181  Cicéron, Ver. 2, 62-63 ; 5, 12.
  • 182  Cicéron, Ver. 2, 138-139.
  • 183  Cicéron, Ver. 3, 123.

50Tentons pour finir de caractériser le rapport au passé qui sous-tend les discours : Verrès, incarne le refus de la tradition historique, c’est l’homme de la rupture et des nouveautés. À l’inverse, Cicéron fait l’apologie de la restauration du passé, de la consuetudo, de la uetustas, de la restitutio in integrum. Le crime de Verrès n’est pas seulement d’avoir agi contre les lois mais aussi d’avoir agi contra consuetudinem174. Le but du procès, dans la péroraison finale du De frumento, est faire revenir les cultivateurs dans leurs champs : in agros reuertere175. Les Verrines puisent dans le passé des exemples mais surtout, l’orateur prend le passé comme point de référence. Ce qui compte, c’est le respect de la coutume des ancêtres : uetus consuetudo et institutum maiorum176. Or Verrès va contre la consuetudo superiorum, le mos maiorum177, la uetustas de la Sicile, prima prouincia178. Verrès est allé à rebours de ses prédécesseurs179. À l’inverse, son successeur au gouvernement de la Sicile, L. Caecilius Metellus180, serait l’homme du retour à l’ordre ancien, celui de la restitutio in integrum181, et de la praetura retexta (la préture qui sait retisser les fils du modèle initial, la préture « raccommodée » en quelque sorte). Metellus serait revenu, Cicéron le souligne à maintes reprises, à l’ordre en vigueur sous Sex. Peducaeus, pour la désignation des censeurs locaux notamment182. Il revient à la loi de Hiéron pour les impôts ; l’expression importante est condicionem reddere, revenir à l’état antérieur183.

  • 184  Cicéron, Ver. 3, 15-18 ; 3, 51
  • 185  Cicéron, Ver. 3, 228.
  • 186  Voir supra n. 152.
  • 187  Cicéron, Ver. 3, 227.

51À maintes reprises, Verrès est au contraire l’homme de la res noua, celui qui veut iura (com)mutare, il est l’homme des nouveautés et des bouleversements184. Les rappels historiques fonctionnent comme autant de repères, auxquels il faut comparer l’action de l’accusé et vers lesquels il faut revenir. Verrès est l’homme des noua edicta et imperia185. Pourtant, là encore, la mauvaise foi est patente : il y a bien eu des innovations récentes, dont la moindre n’est pas la systématisation de la deuxième dîme à partir de la lex Terentia Cassia186. Cette altera decuma, sans être une innovation, avait été régulée dans ses modalités tout récemment. Cicéron la justifie propter annonae rationem187, mais il emploie la même expression, nouis institutis, que celle utilisée pour Verrès. Le défenseur des Siciliens ne craint pas la confusion dans l’esprit des jurés, ou dans celui des lecteurs de l’œuvre.

  • 188  Cicéron, Ver. 2, 7 ; 3, 136 et 5, 46 ; 3, 217.

52Du coup, on peut se demander s’il n’y a pas dans la mise en parallèle historique de Verrès une sorte de programme politique en transparence. L’idéal de retour au passé est une forme de programme politique, une apologie du conservatisme. On sent Cicéron très proche d’un idéal qui est celui des Optimates. Le fait que la Sicile soit aussi le premier modèle de gouvernement provincial donnait sans doute plus d’enjeu à la question de savoir si l’on pouvait toucher aux modèles historiques de son organisation. Cicéron est réactionnaire d’une certaine façon, apôtre permanent de la uetus disciplina, uetus seueritas, uetus innocentia188. Il est un nostalgique des temps passés de la République. L’histoire dans les Verrines est l’expression d’une nostalgie du passé et la modeste expérience politique de Cicéron ne lui donne pas idée de modèles nouveaux, pire, elle lui fait craindre la nouveauté.

53C’est bien plus tard, quand il ne pèse plus rien dans le jeu politique, mais qu’il a acquis l’expérience du pouvoir, que Cicéron devient capable de produire des modèles nouveaux, qu’il s’agisse des propositions du De legibus ou de la théorie du princeps, élaborées dans les années cinquante. Et là, finalement, Cicéron se libère de l’histoire et des modèles qu’elle fournit. L’expérience politique est peut-être ce qui permet de s’affranchir du poids de l’histoire, de construire soi-même ses modèles. Le Cicéron relativement inexpérimenté des Verrines était encore trop peu aguerri par l’expérience des affaires politiques pour se libérer de la consuetudo. Les Verrines sont autant une accusation contre un gouverneur crapuleux qu’une défense du conformisme par rapport aux modèles historiques, positifs ou négatifs. Du coup, elles paraissent certes empreintes de culture historique mais surtout marquées du sceau de l’inexpérience politique, rétives aux idées nouvelles dans une république inexorablement en marche vers les crises. L’histoire, dans les Verrines, se confond avec la nostalgie et la volonté d’une forme de restauration du passé. Encore cette restauration vaut-elle d’être précisée.

54Cicéron sait en effet que le passé idéal n’existe pas, il n’est pas de période historique qui incarne en elle-même une forme de perfection, ni dans l’histoire de Rome, ni dans celle de la Grèce ou de la Sicile évidemment. Les épisodes du passé servent surtout de contrepoint au temps présent. Finalement, Cicéron ne donne pas une image cohérente du passé, il ne renvoie pas à un âge d’or bien précis ni même à une période précise de référence. Son passé est une reconstruction politique presque parfaite mais complètement artificielle, avec de « vrais morceaux d’histoire », mais des morceaux hétérogènes. Le passé lui sert à s’approcher de l’idéal, et c’est bien dans l’histoire qu’il faut chercher les modèles. L’histoire sert à construire un passé foncièrement recomposé et composite, où le primat va à la dimension paradigmatique des personnages et des épisodes. Usages et mésusages de l’histoire vont forcément de pair dans cette restauration d’un passé qui en réalité ne fut pas, mais que Cicéron voudrait voir remplacer ce qui est.

Haut de page

Notes

*  Je remercie Marie-Rose Guelfucci pour l’invitation à participer aux travaux du colloque et pour l’accueil reçu à Besançon. Renaud Robert m’a fait l’amitié de relire ces pages et ses suggestions m’ont été précieuses. Je suis évidemment seule comptable des hypothèses et des conclusions formulées.

1  Nous suivons l’usage de l’Oxford Latin Dictionary (P. G. W. Clare (ed.), 1968-1982) et désignons donc l’Actio prima par Ver. suivie d’un simple numéro de paragraphe (par ex. Ver. 12 pour désigner la première action, § 12) ; pour l’Actio secunda, nous indiquons en premier le numéro du discours suivi du numéro de paragraphe (par ex. Ver. 3, 56 pour désigner la deuxième action, troisième discours, § 56). Nous citons le texte latin en suivant W. Peterson (ed.), M. Tulli Ciceronis Orationes, t. 3, Oxford, 19172 (1907), qui reste l’édition de référence. Pour les toponymes (à l’exception de Syracuse), nous conservons la forme latine telle qu’on la trouve dans les Verrines. Sauf mention particulière, les dates s’entendent avant notre ère.

2  Polybe, XII, 28, 3-5, cf. le texte cité dans la Préface de ce volume, p. 8.

3  Il n’est pas encore un homo novus si l’on admet que cette qualification ne vaut que pour ceux qui atteignent le consulat, ou à tout le moins les magistratures curules. Cicéron demeure au nombre de ceux qui, sauf circonstances exceptionnelles, sont presque promis à ne pas dépasser l’édilité. Sur la novitas de Cicéron et l’âpreté de la compétition politique lors de son début de carrière, voir T. N. Mitchell, Cicero, The Ascending Years, New Haven, Yale University Press, 1979, p. 97-98 et 107-110.

4  En 75, alors que Sex. Peducaeus (RE 5) était gouverneur de Sicile.

5  Cicéron en sourit lui-même dans Ver. 5, 35 et surtout Pro Plancio 34.

6  En dernier lieu, A. R. Dyck, « Rivals into Partners : Hortensius and Cicero », Historia, 57 (2008), p. 142-173, particulièrement p. 149-153 (sur l’affrontement au cours du procès de Verrès). Aux côtés d’Hortensius et pour défendre Verrès, on trouvait aussi L. Cornelius Sisenna (RE 374 ; praet. 78 ; Cicéron, Ver. 2, 110 ; 4, 33-34 ; 4, 43) et Q. Caecilius Metellus Pius Scipio [précédemment P. Cornelius Scipio Nasica] (RE 99 ; cos. 52 ; Cicéron, Ver. 4, 79-81). Pour la liste des juges (dont certains sont les parents plus ou moins lointains des personnages historiques cités dans l’accusation), voir M. C. Alexander, Trials in the Late Roman Republic, 149 BC to 50 BC, Toronto, University of Toronto Press, 1990, n°77, p. 88.

7  En se fondant sur Cicéron, Ver. 26-29.

8  E. Badian, Foreign Clientelae 264-70 BC, Oxford, Clarendon Press, 1958, p. 279-284 ; J. Van Ooteghem, « Verrès et les Metelli », in R. Chevalier (ed.), Mélanges Piganiol, Paris, SEVPEN, 1966, 2, p. 827-835, qui insiste sur le rôle de Sthenius de Thermae, client de Pompée et ami de Cicéron ; A. M. Ward, « Cicero and Pompey in 75 and 70 BC », Latomus, 29 (1970), p. 58-71, particulièrement p. 59-62 et 64-67, qui considère que les gouverneurs de Sicile des années soixante-dix sont tous des proches des Metelli : C. Claudius Marcellus en 79-78, cf. infra n. 160 et 168 ; L. Cornelius Sisenna en 77, cf. supra n. 6 ; C. Licinius Sacerdos en 74 et C. Verres lui-même, entre 73 et 71. A. M. Ward fait du procès de Verrès un pur affrontement entre Pompéiens et partisans des Metelli, en insistant sur la coopération entre Cicéron et Pompée.

9 Contra E. Badian (op. cit.n. 8) et alii,cf. E. Gruen, « Pompey, Metellus Pius and the Trials of 70-69 BC : The Peril of Schematism », AJPh, 92 (1971), p. 1-16, particulièrement p. 1-2 et 9-12. Pour E. Gruen, l’attaque de Cicéron contre Verrès sert certes les intérêts de Pompée contre les Metelli, mais il n’intervient pas directement dans le procès et les intérêts de ses clients siciliens pèsent peu au regard de la puissance des Metelli ; il faut éviter une vision par trop binaire, opposant Pompéiens et partisans des Metelli ; B. Twyman, « The Metelli, Pompeius and Prosopography », ANRW, 1, 1, p. 816-874, particulièrement p. 858-859, qui souligne que si Pompée n’intervient pas pour poursuivre Verrès, la factio de Pompée ne reste pas inactive ; P. A. Brunt, « Patronage and Politics in the Verrines », Chiron, 10 (1980), p. 273-289, particulièrement p. 278-279, 282 et 288, est nuancé quant aux soutiens aristocratiques dont Verrès bénéficierait, alors même qu’il a heurté les intérêts économiques de certains nobles en Sicile — dont C. Cassius — et qu’il est le fils d’un néo-sénateur entré à l’assemblée sous Sylla.

10  Sur tout l’arrière-plan politique, R. Scuderi, « Lo sfondo politico del processo di Verre », in M. Sordi (ed.), Processiepoliticanelmondoantico, Milan, CISA, 22, 1996, p. 169-187 ; A. Vasaly, « Cicero, Domestic Politics, and the First Action of the Verrines », ClAnt, 28 (2009), p. 101-137. R. Scuderi (p. 178) relève à juste titre qu’il faut adjoindre au clan des Metelli, parmi les soutiens de Verrès, d’autres aristocrates influents, comme P. Cornelius Scipio Nasica ou encore L. Cornelius Sisenna (cf. supra n. 6 et 8).

11  Verrès comparaît en vertu d’une loi datant de 81, la lex Cornelia de repetundis. Sur cette loi, cf. F. Serrao, « Repetundae », NNDI, 15 (1976), p. 454-461, particulièrement p. 459 ; C. Venturini, Studi sul crimen repetundarum nell’età repubblicana, Milan, Giuffrè, 1979, p. 6 et 461 ; A. Lintott, « The leges de repetundis and Associate Measures under the Republic », ZSS, 98 (1981), p. 161-212, particulièrement p. 198-202. Les principales dispositions, outre le retour à un jury composé de sénateurs, étaient le maintien de la comperendinatio (la division obligatoire du procès en deux phases) et peut-être la réduction de la peine encourue (la restitution de la somme détournée, sans pénalité du double).

12  Sur l’infamia liée à la condamnation en justice, M. Kaser, « Infamia und ignominia in den römischen Rechtsquellen », ZSS, 73 (1956), p. 220‑278, particulièrement p. 254-264.

13  Sur la complexe chronologie du procès et les différents scénarios de restitution, cf. Th. Zielinski, « Verrina. Chronologisches. Antiquarisches. Juristisches », Philologus, 52 (1893), p. 248-294, particulièrement p. 248-259 ; B. Kübler, « Zur Chronologie des Prozesses gegen Verres », Philologus, 54 (1895), p. 464-473 ; A. Holm, Geschichte Siciliens in Altertum, 3, Leipzig, W. Engelmann, 1898, p. 179-190 ; C. Bardt, « Zur Chronologie des Verrenprozesses », Hermes, 39 (1904), p. 643-648 ; N. Marinone, « Quaestiones Verrinae. Cronologia del processo di Verre », Pubblicazioni della Facoltà di lettere e Filosofia, Università di Torino 2, 3 (1950), p. 8 14 ; N. Marinone, Il processo di Verre, Florence, Mondadori, 1949, particulièrement p. 9-11, 45-52 et 119-122 ; A. Lintott, « The Citadel of the Allies », inJ. R. W. Prag (ed.), Sicilia nutrix plebis Romanae : Rhetoric, Law and Taxation in Cicero’s Verrines, Londres, Institute of Classical Studies Publications (Suppl. 97), 2007, p. 5-18, particulièrement p. 5-13 ; Idem, Cicero as Evidence. A Historian’s Companion, Oxford, Oxford University Press, 2008, p. 88 91.

14  Sur les phases de la procédure, cf. E. Ciccotti, IlprocessodiVerre,uncapitolodistoriaromana, Milan, 1895 (éd. anast. Rome, 1965) ; A. W. Lintott, « Legal Procedure in Cicero’s Time », in J. Powell & J. Paterson, Cicero the Advocate, Oxford, Oxford University Press, 2004, p. 61-78, particulièrement p. 72-73 ; A. Lintott, Cicero as Evidence. A Historian’s Companion, Oxford, Oxford University Press, 2008, p. 84-88.

15  Sur le caractère fictif de la deuxième phase du procès, voir infra p. 192, n. 42.

16  C. Steel, Cicero, Rhetoric, and Empire, Oxford, Oxford University Press, 2001, p. 22-23.

17  Pour une présentation structurelle de l’œuvre, A. Vasaly, « Cicero’s Early Speeches », in J. M. May (ed.), Brill’s Companion to Cicero, Oratory and Rhetoric, Leyde, Brill, 2002, p. 71-111, particulièrement p. 87-103.

18  Cicéron, Ver. 3, 120-121.

19  S. Pittia, « Les données chiffrées dans le De Frumento de Cicéron », in J. R. W. Prag (ed.), Sicilia nutrix plebis Romanae : Rhetoric, Law and Taxation in Cicero’s Verrines, Londres, Institute of Classical Studies Publications (Suppl. 97), 2007, p. 49-79.

20  On rappellera pour mémoire la règle imposée à l’historien dans Cicéron, De oratore II, 62 : ne quid falsi dicere audeat, ne quid veri non audeat (« ne rien oser dire de faux, oser dire tout ce qui est vrai »). Cette phrase a été érigée en maxime ; rappelons qu’elle sert d’exergue à la Revue historique par exemple. Le passage semble contredire une boutade du Brutus 41-43, notamment la phrase : Concessum est rhetoribus ementiri in historiis. Mais c’est une plaisanterie dans le Brutus, comme le montre bien P. Boyancé, « Sur Cicéron et l’histoire (Brutus 41-43) », REA, 42 (1940), p. 388-392 (repris dans Études sur l’humanisme cicéronien, Bruxelles, Latomus (Coll. Latomus 121), 1970, p. 135-139). Pourtant « Ciceron relapses » dans Laelius de amicitia 4, comme le pointe P. Brunt, « Cicero and Historiography », in M. J. Fontana, M. T. Piraino & F. P. Rizzo (eds.) Φιλαςχριν, MiscellaneadiStudiclassici in onorediEugenioManni, 1, Rome, G. Bretschneider, 1980, p. 309-340, particulièrement p. 331, n. 4.

21  Cicéron, De legibus I, 5-7 ; Ad familiares V, 12.

22  Je laisse évidemment de côté la question, symétrique mais distincte, de l’utilisation par Cicéron de l’histoire dans l’argumentation morale et philosophique. Voir A. Brinton, « Cicero’s Use of Historical Examples in Moral Argument », Ph&Rh, 21 (1988), p. 169-184.

23  Vide contra la lecture d’E. Torregaray Pagola, « Quelques remarques sur le langage politique de la décadence dans les Verrines », Athenaeum, 92 (2004), p. 499-507, particulièrement p. 500, où l’auteur défend l’idée d’un Verrès « précurseur » de Catilina, une incarnation de la décadence de la République, laquelle aurait donc, déjà, besoin d’un sauveur.

24  L. Laurand, « L’Histoire dans les discours de Cicéron », dans Cicéron, diss. Paris, 1934, p. 312-351 (paru initialement dans Mus. Belg., 15 (1911), p. 5-34). Voir notamment la section p. 322-339, qui mêle tous les faits historiques disséminés dans les discours et recrée, en quelque sorte, une histoire romaine vue par Cicéron. J’évoque infra p. 189-190 une démarche à mes yeux plus contestable encore, qui consiste à étudier en bloc toutes les allusions historiques dans toute l’œuvre de Cicéron, comme si l’on pouvait, en se fondant sur elles, écrire une Historia Romana cicéronienne.

25  K. A. Sinkovich, « Cicero Historicus », RSC, 22 (1974), p. 164-175.

26  J. Gaillard, « Cicéron, la conquête et les conquérants », Ktèma, 8 (1983), p. 129-140, particulièrement p. 129-130.

27  Cicéron, Topica 72-78, étudie les preuves extrinsèques (inartificiales) alors que les chapitres 8-71 sont consacrés aux preuves intrinsèques, les raisonnements et arguments (les chapitres 79-92 sont consacrés à l’art d’employer les unes et les autres).

28  J.-Ph. Lévy, « Cicéron et la preuve judiciaire », in  (ed.), Mélanges H. Lévy‑Bruhl, Paris, Sirey, 1959, p. 187-197 (repris dans Autour de la preuve dans les droits de l’Antiquité, Naples, Jovene (Antiqua 63), 1992, p. 23‑33), particulièrement p. 188-190 et les considérations sur l’argumentum, notion bien plus extensive que ce que nous, modernes, appelons argumentation.

29 T. P. Wiseman,Clio’s Cosmetics,Leicester, Leicester University Press, 1979 (rééd. Bristol, 2003), p. 27-40 ; T. P. Wiseman, « Practice and Theory in Roman Historiography », History, 66 (1981), p. 375-393, particulièrement p. 390. Vide contra P. Brunt, op. cit. n. 20, p. 329‑334.

30  Cicéron, Ver. 3, 209.

31  W. Freund, Cicero historicus, Leipzig, Violet, 1881. L’auteur avait dressé une sorte de catalogue prosopographique des figures historiques citées par Cicéron dans ses œuvres. L’ouvrage sépare monde grec et monde romain et classe les personnages selon leur dominante (hommes politiques, poètes, historiens, orateurs, philosophes, artistes etc.). Mais W. Freund est très incomplet, du moins pour les Verrines (voir par exemple la notice sur Scipion Émilien p. 113-115 ou celle sur Mummius p. 116).

32  J. Zingler, DeCiceronehistoricoquaestiones, Diss. Berlin, 1900. L’auteur recense les sources mentionnées par Cicéron lui-même ou implicitement utilisées par lui. Le plan de l’ouvrage est assez décousu, tantôt il s’agit de déterminer les sources d’une œuvre, tantôt de préciser où et de quelle manière tel auteur antique est expressément utilisé, tantôt de voir quelles sources Cicéron aurait convoquées dans le récit d’un épisode historique précis (la sécession de la plèbe en l’occurrence, p. 26-34), tantôt de déterminer quel système de datation il prend pour référence. L’essentiel des remarques est fondé sur le De republica.

33  R. Schütz, Ciceros historisches Kenntnisse, Diss. Giessen, 1913. Dans son répertoire de références, R. Schütz distingue histoire du Proche-Orient (p. 13-14), histoire du monde grec (p. 15-54) puis histoire du monde romain (p. 55-116).

34  Cf. supra p. 186 et n. 24.

35  M. Rambaud, Cicéron et l’histoire romaine, Paris, Les Belles Lettres, 1953.

36  E. Rawson, « Cicero the Historian and Cicero the Antiquarian », JRS, 62 (1972), p. 33-45 (repris dans Roman Culture and Society, Oxford, Clarendon Press, 1991, p. 58-79).

37  K. E. Petzold, « Ciceron und Historie », Chiron, 2 (1972), p. 253‑276.

38  M. Fleck, Cicero als Historiker, Stuttgart, Teubner, 1993.

39  L. Marchal, « L’histoire pour Cicéron », LEC, 55 (1987), p. 41-64 et 56 (1988), p. 241-264.

40  Pour une réflexion sur la relation utilitas / uoluptas dans l’histoire, voir Cicéron, De finibus V, 51-52, où l’auteur souligne que les personnes éloignées de l’espoir d’un rôle politique prennent particulièrement intérêt aux entretiens et aux lectures historiques.

41  Je n’ai pu consulter H. Henze, Quomodo Cicero de historia eiusque auctoribus iudicaiuerit quaeritur, Diss. Iena, 1899 ; H. Schönberger, Beispiele aus der Geschichte, ein rhetorisches Kunstmittel in Ciceros Reden, Erlangen, Druck von P. J. Pfeiffer, 1910 ; K. Fromm, Ciceros geschichtlicher Sinn, Diss. Fribourg, 1955 ; A. Kelley, Historiography in Cicero, Diss. University of Pennsylvania, 1968.

42 On peut d’ailleurs s’interroger sur la présence de tous ces exemples dans la réalité du prononcé, au moment du procès. Je laisse ici de côté la question de savoir si la totalité du discours a ou non été prononcée en 70, l’avis le plus répandu étant que la deuxième action ne l’a pas été mais que Cicéron mit en forme ses dossiers préparatoires courant septembre ou en octobre de l’année 70. Pour un rappel des sources antiques nourrissant la controverse, cf. S. Pittia, « Les Élites siciliennes au miroir du plaidoyer cicéronien contre Verrès », in M. Cébeillac, L. Lamoine & Fr. Trément (eds.), Autocélébration des élites locales dans le monde romain : contextes, images, textes (IIe s. av. J.-C. / IIIes. apr. J.-C.), Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2004, p. 15-31, particulièrement p. 15, n. 2. On trouvera les éléments du débat moderne notamment dans J. Humbert, Les Plaidoyers écrits et les plaidoiries réelles de Cicéron, diss. Paris, 1925, particulièrement p. 198-204 ; M. Fuhrmann, « Tecniche narrative nella seconda orazione contro Verre », Ciceroniana 4 (1980), p. 27-42 ; E. Narducci, Cicerone e l’eloquenza romana, Retorica e progetto culturale, Rome / Bari, Laterza, 1997, p. 170-171, selon lequel l’œuvre est à mi-chemin entre publication et fiction littéraire (en tout cas, pour tous ces savants, la deuxième action n’a pas été prononcée). Et à l’inverse, C. Höeg, « The Second Pleading of the Verres Trial », in Δραγμα, Mélanges offerts à M. P. Nilsson, Lund, Gleerup, 1939, p. 264-279 ; C. Venturini, « La Conclusione del processo di Verre (osservazioni e problemi) », Ciceroniana, 4 (1980), p. 155-171 ; Th. D. Frazel, « The Composition and Circulation of Cicero’s in Verrem », CQ, 54 (2004), p. 128-142 (pour ces savants, la deuxième action n’est pas fictive).

43  Cicéron, Ver. 4, 72 (Énée et ses liens avec Segesta).

44  Cicéron, Ver. 3, 125 (pour l’année 259).

45  Hasdrubal, fils de Hannon, RE 4.

46  L’allusion à la bataille de Cannes (Cicéron, Ver. 5, 28) est elliptique et synonyme de grand désordre.

47  RE 220 (cos. 208). Cicéron, Ver. 1, 11 ; 1, 55 ; 2, 4 ; 2, 50 ; 4, 115 (avec une comparaison explicite conferte cum...) ; 4, 120-123 (avec une idéalisation complète du rôle de Marcellus) ; 4, 130 ; 4, 151 ; 5, 84. Sur le patronage des Marcelli en Sicile, cf. P. A. Brunt, op. cit. n. 9, p. 274 ; E. Gabba, « Posidonio, Marcello e la Sicilia », in M. L. Gaulandi, L. Massei & S. Settis (eds.), Απαρκαι, NuovericercheestudisullaMagnaGreciaelaSiciliaAntica in onorediPaoloEnricoArias, 2, Pise, Giardini, 1982, p. 611-614 ; J. B. Rives, « Marcellus and the Syracusans », CPh, 88 (1993), p. 32-35. Sur la confrontation entre Marcellus et Verrès, cf. A. Lazzeretti, M.TulliCiceronis in C.Verremactionissecundaeliberquartus(Designis),Commentostoricoearcheologico, Pise, ETS, 2006, p. 45-46. Voir infra p. 218-219.

48  RE 116 (cos. V 209). Cf. Cicéron, Ver. 5, 25.

49  RE 336. Cf. Cicéron, Ver. 2, 123 ; 5, 25. À signaler que plusieurs passages ne sont pas clairement assignables à Scipion l’Africain Maior et on peut hésiter entre lui et l’Africain Minor, Scipion Émilien, du fait de l’emploi du pluriel : Cicéron, Ver. 3, 209 ; 5, 14.

50  RE 335. Cf. Cicéron, Ver. 1, 11 ; 2, 3 ; 2, 28-29 ; 2, 85-87 ; 3, 209 (Scipiones) ; 4, 22 (parenté) ; 4, 73-75 ; [4, 77] ; 4, 78-84 ; 4, 93 ; 4, 97‑98 ; 5, 25 ; 5, 124 ; 5, 185-186. Sur la confrontation entre Scipion Émilien et Verrès, voir A. Lazzeretti, op. cit. n. 47, p. 47-48 et, sur la recherche des objets d’art avant la destruction de Carthage, p. 219-221.

51  Voir infra p. 218.

52  RE 45. Cicéron, Ver. 1, 55 et 4, 129.

53  RE 337 (cos. 190). Cicéron, Ver. 1, 55 et peut-être 4, 67 selon Münzer, RE IV, col. 1471. Il ne faut pas confondre ce Scipion Asiaticus avec le personnage mentionné note 117.

54  RE 94. Cicéron, Ver. 3, 211.

55  RE 114. Cicéron, Ver. 1, 55 ; 4, 22 ; 5, 14 ; 5, 25 (au pluriel).

56  RE 7a. Cicéron, Ver. 1, 55 ; 3, 9 ; 4, 4. Sur la confrontation Mummius / Verrès, cf. A. Lazzeretti, op. cit. n. 47, p. 46-47. Voir infra p. 215.

57  Mention de Tib. Sempronius Gracchus (RE 54) dans Cicéron, Ver. 1, 151 et 4, 108 ; de la lex Sempronia (de prouincia Asia) en 3, 12 et des leges Semproniae (de capite ciuis) en 5, 163. Les Verrines sont d’un faible apport pour étudier le regard que Cicéron porte sur l’action politique des Gracques. Cf. R. J. Murray, « Cicero and the Gracchi », TAPhA, 97 (1966), p. 291-298, qui néglige carrément l’œuvre ; J. Béranger, « Les jugements de Cicéron sur les Gracques », ANRW, 1, 1, p. 732-763, particulièrement p. 734-735. On a souligné à raison que les allusions aux Gracques ne prennent une véritable consistance qu’à partir du moment où Cicéron se heurte de façon frontale à P. Clodius Pulcher et où il souligne les dérives du tribunat de la plèbe. Cf.K. A. Sinkovich, op. cit. n. 25, p. 174.

58  Cicéron, Ver. 5, 163. Sur la restauration du tribunat, voir infra p. 219 et n. 170.

59 RE 202. Cicéron, Diuinatio in Caecilium 69. L’accusé est M’. Aquil(l)ius cos. 129 (RE 10). À distinguer du personnage cité infra n. 64.

60  RE 96 (cos. 133). Cicéron, Ver. 3, 195 (à propos de la lex Calpurnia de repetundis) ; 4, 56 ; 4, 108. Il ne faut pas confondre ce personnage avec le L. Calpurnius Piso Frugi (RE 97 ; praet. 129), cité dans Ver. 4, 56-57 (dans son lien de parenté avec le précédent) ; ni avec le L. Calpurnius Piso Frugi (RE 98 ; praet. 74), mentionné peut-être dans Diuinatio in Caecilium 64 et assurément dans Ver. 1, 119.

61  RE 17 (cos. 133). Cicéron, Ver. 52 ; 4, 108. À distinguer de Q. Mucius Scaevola le pontife (RE 22 ; cos. 95), évoqué infra n. 71.

62  RE 6. Cicéron, Ver. 2, 136 ; 3, 66 ; 3, 125.

63  RE 5 (cos. 132). Cicéron, Ver. 2, 32 ; 2, 39-40 ; 2, 90 ; 3, 125 ; 4, 112.

64  RE 11 (cos. 101). Cicéron, Ver. 3, 125 ; 5, 3 ; 5, 5 ; 5, 7 ; 5, 14. À distinguer du personnage cité supra n. 59.

65  RE 26 (cos. 94). Cicéron, Ver. 5, 7 (épisode de l’esclave berger que Domitius fait exécuter parce qu’il détenait une arme de chasse). Ce personnage ne doit pas être confondu avec Cn. Domitius Ahenobarbus (RE 20 ; cos. 122), cité dans Ver. 1, 143 ; ni avec Cn. Domitius Ahenobarbus (RE 21 ; cos. 96), mentionné infra n. 139 ; ni enfin avec L. Domitius Ahenobarbus (RE 27 ; cos. 54), évoqué dans Ver. 1, 139‑140.

66 RE 55 (cos. 95). Cicéron, Diuinatio in Caecilium 25 ; Ver. 2, 122 ; 2, 191-192 (Crassi) ; 3, 3 ; 4, 133. On ne confondra pas ce personnage avec M. Licinius Crassus (RE 68, cos. 70), cité en Ver. 3, 123 et 5, 5 (voir p. 204, n. 87).

67  RE 28 (cos. 99). Cicéron, Ver. 1, 60 ; 2, 191-192 (Antonii) ; 5, 3 ; 5, 32. À distinguer de son fils, M. Antonius [Creticus] (RE 20 ; praet. 74), cité dans Diuinatio in Caecilium 55 ; Ver. 2, 8 ; 3, 213 ; 3, 215-216.

68  RE 140 (cos. 115). Cicéron, Ver. 52 ; 3, 209.

69  RE 97 (cos. 107). Cicéron, Ver. 3, 209 ; 4, 147. On ne confondra pas ce personnage avec Q. Caecilius Metellus Macedonicus (RE 94 ; cos. 143), mentionné en Ver. 3, 211 ; ni avec L. Caecilius Metellus Diadematus (RE 93 ; cos. 117), cité dans Ver. 1, 143 ; ni avec Q. Caecilius Metellus Pius (RE 96 ; cos. 80), cité dans Ver. 1, 130 et 2, 20 ; ni évidemment avec Q. Caecilius Niger (RE 101 ; quaest. 73), adversaire de Cicéron pour la diuinatio du procès (cité infra n. 127) ; ni avec M. Caecilius Metellus (RE 78 ; praet. 69 ; cité infra n. 168), juge au procès et à cause duquel Verrès aimerait que la procédure soit différée jusqu’à ce qu’il soit préteur en charge ; ni enfin avec le successeur de Verrès à la tête de la Sicile (RE 74), voir infra n. 180.

70  RE 7 (cos. 102). Cicéron, Ver. 3, 209.

71  RE 22 (cos. 95). Cicéron, Diuinatio in Caecilium 57 ; Ver. 2, 27 ; 2, 34 ; 2, 122 ; 3, 209 ; 4, 133. Q. Mucius Scaevola l’augure (RE 21 ; cos. 117) n’est pas directement cité dans les Verrines sauf indirectement à propos d’une fête des Mucia (Ver. 2, 51 ; voir infra p. 217 et n. 165). On peut hésiter sur l’identification du personnage en 3, 209 : l’hésitation demeure entre l’augure (RE 21) et le pontife (RE 22), ce dernier étant retenu par D. R. Shackleton Bailey, Onomasticon to Cicero’s Speeches, Stuttgart, Teubner, 1992, p. 70. Le second personnage a aussi gouverné l’Asie mais la nature de sa charge est disputée, préteur ou consul. J.-L. Ferrary (« Les Gouverneurs des provinces romaines d’Asie Mineure [Asie et Cilicie], depuis l’organisation de la province d’Asie jusqu’à la première guerre de Mithridate [126-88 av. J.-C.] », Chiron, 30 (2000), p. 161-193, particulièrement p. 162-166) tranche nettement pour un gouvernement prétorien. Sur le modèle de gouverneur que constitue Scaevola, voir infra p. 205 et n. 112 et 165.

72  RE 302 (cos. 92). Cicéron, Ver. 2, 122 ; 4, 6 ; 4, 133. Il est cité comme patronus de Messana et parce qu’il produisit des tableaux peints pendant les jeux de son édilité curule, tableaux dont la vraisemblance marqua les contemporains (Pline, Histoire naturelle XXXV, 23). Cf. É. Deniaux, « Liens d’hospitalité, liens de clientèle et protection des notables de Sicile », in J. Dubouloz & S. Pittia (eds.), La Sicile de Cicéron, Lectures des Verrines, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007, p. 229-244, particulièrement p. 232 ; A. Lazzeretti, op. cit. n. 47, p. 100-102.

73  Cicéron, Ver. 2, 110 ; 2, 113 ; 3, 209 ; 5, 14 (Marii) ; 5, 25 ; 5, 181.

74  RE 29 (trib. II 100). Cicéron, Ver. 1, 151.

75  RE 65 (praet. 100). Cicéron, Ver. 1, 26.

76  Cicéron, Ver. 1, 36 ; 1, 38 ; 1, 130 ; 3, 81-82 (sur la fiscalité) ; 4, 37.

77  Cicéron, Ver. 2, 112-113.

78  É. Deniaux, op. cit. n. 72,p. 234-238.

79  Il s’agit de Cn. Papirius Carbo, consul trois fois en 85, 83 et 82 (RE 38), qu’il ne faut pas confondre avec le personnage homonyme cité infra n. 140. Lors de son consulat de 84, Papirius Carbo était à la tête d’une armée marianiste en Cisalpine et Verrès servait sous ses ordres, en tant que questeur. Partisan déclaré de Sylla, Verrès s’était enfui à Rimini en emportant la caisse, laissant le consul sans moyens (Ver. 11 ; 1, 11 ; 1, 34-42 ; 1, 77 ; 1, 92 ; 3, 6 ; 3, 177-178 ; 5, 152). Papirius Carbo périt lors des guerres civiles, Pompée le mit à mort de façon ignominieuse en Sicile, lors des règlements de comptes anti-marianistes (Plutarque, Vie de Pompée 10, 4-6 ; Appien, Bellum ciuile I, 96).

80  Cicéron, Ver. 5, 8. Cela correspond à la préture de C. Norbanus (RE 5 ; E. Badian, « Notes on Provincial Governors from the Social War down to Sulla’s Victory », Proceedings of the African Classical Association, 1 (1958), p. 3-18, particulièrement p. 9).

81  Cicéron, Ver. 2, 159. Rhodes n’a pas touché à la statue de Mithridate, quoique les Rhodiens fussent alliés des Romains.

82  Cicéron, Ver. 5, 146 ; 5, 151 et 153.

83  Cicéron, Ver. 5, 83.

84  Cicéron, Ver. 5, 25 (bellifugitiuorumsuspicio) ; 5, 42. L’accusateur fait comme si le danger d’une traversée des insurgés en Sicile pouvait être contesté. Salluste affirme au contraire que l’action de Verrès pour protéger les côtes siciliennes fut efficace : Salluste, Historiae IV, 32 Maurenbrecher.

85  S. Pittia, « La cohorte du gouverneur Verrès » in J. Dubouloz & Eadem (eds.), La Sicile de Cicéron, Lectures des Verrines, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007, p. 57-87, particulièrement p. 60-61.

86  Cicéron, Ver. 5, 161 et surtout 5, 164 (speculator fugitiuorum).

87  Cicéron, Ver. 5, 5. Voir supra n. 66.

88  Les censeurs de 89 n’avaient de toute façon pas procédé au dénombrement civique.

89 A. Vasaly, « Cicero, Domestic Politics, and the First Action of the Verrines », ClAnt, 28 (2009), p. 108-114.

90  Cicéron, Ver. 1, 48 ; 4, 71 (vol commis par Verrès dans le sanctuaire de Délos) ; 5, 185 ; cf. Hérodote, VI, 97.

91  Cicéron, Ver. 4, 103. Cf. Valère Maxime I, 1. ext. 2.

92  Cicéron, Ver. 3, 76. Cicéron pourrait rappeler ici un passage de Platon, Alcibiade 123b-c. Il y est question des Perses et d’un territoire appelé « la ceinture de la reine » (ζνη τς βασιλως γυναικός), d’un autre appelé son voile (καλπτρα), et d’autres régions tirant leur nom des accessoires de sa parure (κσμος). Platon ne cite pas précisément sa source. Une allusion comparable à la ζνηde la reine Parysatis, mère d’Artaxerxès II Mnèmon, se trouve dans Xénophon, Anabase I, 4, 9. Sur Ver. 3, 76, voir C. Steel, Cicero, Rhetoric, and Empire, Oxford, Oxford University Press, 2001, p. 30-31.

93  Cicéron, Ver. 5, 166.

94  Cicéron, Ver. 4, 29.

95  Cicéron, Ver. 4, 27. L’expression peripetasmata Attalica désigne non point des tapis ayant appartenu à un souverain précis mais un type d’objet brodé d’or dont on attribuait aux Attalides, et sans doute à Attale III, la mise en vogue (Pline, Histoire naturelle XXXIII, 63). Cf. A. Lazzeretti, op. cit. n. 47, p. 139. Sur Verrès « collectionneur » et marchand d’art, cf. R. Robert, « Ambiguïté du collectionnisme de Verrès », in J. Dubouloz & S. Pittia (eds.), La Sicile de Cicéron, Lecture des Verrines, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007, p. 15-34, particulièrement p. 24, qui suggère qu’une partie des activités de Verrès pourraient être mercantiles, notamment dans l’industrie du tissage ; R. Robert, « La culture de Verrès », REL, 86 (2008), p. 49-79, particulièrement p. 58-59 et n. 61.

96  Cicéron, Ver. 4, 60-68.

97  Cicéron, Ver. 4, 73 ; 5, 145. Sur le taureau de Phalaris, voir infra p. 204. Il existait en fait deux traditions antiques sur le taureau de bronze, dû au sculpteur Perilaos (Perillos), qui en avait été lui-même la victime (Diodore de Sicile, IX, 18-19). L’une, qu’on trouve chez Timée (FGrH, 566 F 28b-c) veut que le taureau ait été jeté à la mer après la mort de Phalaris, donc celui qu’on aurait restitué à Agrigentum ne serait pas l’original. En revanche, une autre version (Polybe, XII, 25, 1-5 et Diodore de Sicile, XIII, 90, 4-5), et c’est bien cette seconde tradition que suit Cicéron, veut que l’objet restitué par Scipion ait été l’original (on ne voit pas pourquoi Scipion aurait rendu une copie).

98  Cicéron, Ver. 5, 143 (institution des Latomies) ; 5, 145. Cf. J. R. Dunkle, « The Greek Tyrant and Roman Political Invective of the Late Republic », TAPhA, 98 (1967), p. 151-171, particulièrement p. 161.

99  Cicéron, Ver. 14.

100  Cicéron, Ver. 2, 3 ; 2, 85-86 ; 4, 72-74. Sur cette restitution, voir supra n. 97 ; cf. C. Michelini, « Il patrimonio artistico di alcune poleis siceliote nel Designis ciceroniano », in TerzeGiornateinternazionalidistudisull’areaelima(23-26 ott. 1997), Pise / Gibellina, Scuola normale superiore di Pisa, 2000, p. 777-793, particulièrement p. 787-788 et n. 45. Deux inscriptions en grec, datant des IIe-IIIe siècles de notre ère, refaites à partir de l’original contemporain des faits vraisemblablement, commémorent la restitution : IG 14.315 ; ILS 8769 ; Syll.3 677.

101  Cicéron, Ver. 2, 86. La cité détruite en 409 fut reconstruite à une douzaine de kilomètres de là, en 407, et prit le nom de Thermae Himerae.

102  L’idée sous-jacente est que mieux vaut obéir à Rome qu’être esclave d’un tyran sicilien (cf. Cicéron, Ver. 4, 73) : J.-L. Ferrary, Philhellénisme et impérialisme, Aspects idéologiques de la conquête du monde hellénistique, de la seconde guerre de Macédoine à la guerre contre Mithridate, Rome, École Française de Rome (BEFAR, 271), 1988, p. 578-588 ; C.Steel, op. cit. n. 92, p. 34.

103  Cicéron, Ver. 2, 87.

104  Cicéron, Ver. 2, 122.

105  Cicéron, Ver. 2, 125.

106  Cicéron, Ver. 2, 126-127 (à propos du prêtre de Jupiter).

107  Cicéron, Ver. 2, 128 (à propos du sacerdos maximus).

108  S. Pittia, op. cit. n. 42, p. 30-31.

109  Tite-Live, XXVI, 40, 14 (<oppida> sex ui capta) ; vingt cités furent livrées par trahison et une quarantaine effectuèrent leur deditio.

110  Cicéron, Ver. 5, 115 : clementiamansuetudoquenostriimperii. Cf. P. Boyancé, « Cicéron et l’empire romain en Sicile », Kokalos 10-11 (1964-1965), p. 333-358, particulièrement p. 342-343.

111  Cicéron, Ver. 3, 12.

112  Cicéron, Diuinatio in Caecilium 57 ; Ver. 2, 27 ; 2, 34 (voir supra n. 71). Sur sa préture en Asie, voir J.-L. Ferrary, op. cit. n. 71, p. 163‑165. On ne trouve pas chez Cicéron la moindre allusion à la figure de L. Sempronius Asellio (RE 18), dont Diodore fait pourtant un magistrat modèle (37, 8 Walton ; il faut identifier l’Asyllius du texte diodoréen avec le préteur romain, même si la date exacte de sa préture est discutée, entre 96 et 92).

113  Cicéron, Ver. 1, 70 et 5, 94. Cf. Tite-Live, Periochae 86 ; Valère Maxime IX, 10, 2. Sa mort ne fut pas vengée, car elle était bienvenue pour les Syllaniens.

114  RE 72. Cicéron, Ver. 3, 212.

115  Cicéron, Ver. 3, 212-216. Voir supra n. 67.

116  RE 10 (cos. 61). Cicéron, Ver. 1, 37. Sur la necessitudo du questeur et de son consul, cf. L. A. Thompson, « The Relationship between Provincial Quaestors and their Commandant in Chief », Historia, 11 (1962), p. 339-355.

117  RE 338 (cos. 83).

118  RE 93 (cos. 79). Cicéron, Ver. 1, 56-57 ; 2, 31 ; 3, 210 ; 4, 21 (à propos de la prise de Phaselis) ; 4, 82 ; 5, 66 ; 5, 79. Sur les événements de 78-74, voir Ph. De Souza, Piracy in the Graeco-Roman World, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, p. 128-131 et 135-137. Le C. Servilius Vatia (RE 91) cité en 3, 211 serait le père de ce personnage. Voir aussi infra n. 168.

119  Cicéron, Ver. 13 ; 5, 42-44 ; 5, 62-64 ; 5, 69-71 ; 5, 96-100 ; 5, 103‑111 ; 5, 114-121. Verrès ajoute à toutes les autres humiliations la cruauté de l’exécution de citoyens romains à la place des pirates puis, après la défaite navale à Syracuse même, la répression contre les capitaines de navire. Cf. Ph. De Souza, op. cit. n. 118, p. 154-157.

120  Cicéron, Ver. 3, 209.

121  I. Trencsényi-Waldapfel, « Das Zeitalter der Scipionen in den Werken von Cicero », in K. Kumaniecki (ed.), Acta sessionis Ciceronianae diebus 3-5 mensis Decembris a. 1957 Varsaviae habitae, Varsovie, Państwowe wydaunictwo naukowe, 1960, p. 77-107, particulièrement p. 84-85 ; E. Torregaray Pagola, « Quelques remarques sur le langage politique de la décadence dans les Verrines », Athenaeum, 92 (2004), p. 503-504.

122  Cicéron, Ver. 4, 131. Le récit complet est repris dans Tusculanes V, 64-66.

123  Cicéron, Ver. 4, 4. Cf. A. Lazzeretti, op. cit. n. 47, p. 87-89.

124  Cicéron, Ver. 3, 9.

125  Cf. B. L. Hallward, « Cicero Historicus », CHJ 3 (1931), p. 221‑237, particulièrement p. 230 ; E. Torregaray Pagola, op. cit. n. 121,p. 501-502 et 506-507, pour qui Marcellus fait contrepoint à la décadence des temps présents, qu’incarne Verrès.

126  P. Gros, « Les statues de Syracuse et les “ dieux ” de Tarente, la classe politique romaine devant l’art grec à la fin du IIIe siècle avant J.‑C. », REL, 57 (1979), p. 85-114, particulièrement p. 89-90.

127 RE 101 (quaest. 73 probablement). Cf. N. Marinone, « I Questori e i legati di Verre », AttiAccad.Torino, Classe di Scienze Morali, Storiche e Filologiche, 100 (1965-1966), p. 219-251 ; S. Pittia, « La Cohorte du gouverneur Verrès » in J. Dubouloz & Eadem (eds.), La Sicile de Cicéron, Lectures des Verrines, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007, p. 60.

128  Cicéron, Diuinatio in Caecilium 63. Cf.L. A. hompson, op. cit. n. 116, p. 351 ; E. Badian, « Three Non-Trials in Cicero », Klio, 66 (1984), p. 291-309.

129 RE 2 (praet.ante 104). Cf. E. Badian, op. cit. n. 128, p. 306-307 ; M. C. Alexander, Trials in the Late Roman Republic, 149 BC to 50 BC, Toronto, Toronto University Press, 1990, n°67, p. 34-35.

130  RE 135 ; aed. cur. 90.

131  Le texte latin n’est pas sûr, voir la discussion et la restitution du cognomen en Pit(h)io dans E. Badian, op. cit. n. 128, p. 301-306 ; M. C. Alexander, op. cit. n. 129, n°70, p. 36-37 ; J.-M. David, Le Patronat judiciaire au dernier siècle de la République romaine, Rome, École française de Rome (BEFAR 277), 1992, p. 735. Le nomen Veturius est lui aussi hypothétique.

132  E. Badian, op. cit. n. 128, p. 298-301 ; M. C. Alexander, op. cit. n. 129, n°97, p. 51-52.

133  J.-M. David, « Maiorum exempla sequi : l’exemplum historique dans les discours judiciaires de Cicéron », MEFRM 92 (1980/1), p. 67-86, particulièrement p. 71-72.

134  P. Boyancé, op. cit. n. 110, p. 334-335.

135  Le même personnage (RE 98 ; praet. 74) est présenté comme modèle à propos de la préture urbaine : Cicéron, Ver. 1, 119.

136  RE 13 (praet. 89 ou 88). Cicéron, Diuinatio in Caecilium 64. Sur les démêlés en justice de Gabinius, E. Badian, op. cit. n. 80, p. 3-7. La date même de son procès est discutée.

137  Cicéron, Diuinatio in Caecilium 66. Ser. Sulpicius Galba avait été préteur en 151 en Hispania Ulterior (RE 58) et avait formé un guet-apens contre des Lusitaniens désarmés. Cf. J.-M. David, op. cit. n. 131, p. 680.

138  C’est en fait le tribun L. Scribonius Libo, certes soutenu par Caton, qui tenta d’accuser Galba pour le massacre commis en Lusitanie, mais l’accusé échappa au procès par une miseratio. Cf. J.-M. David, op. cit. n. 131, p. 670, 672 n. 18, et p. 680 (avec les sources).

139 RE 21 (cos. 96). Cicéron, Diuinatio in Caecilium 67 ; Ver. 2.118. Il est évoqué pour un épisode judiciaire contre M. Iunius Silanus, en 104. Cf. J.‑M. David, op. cit. n. 131, p. 197, n. 100.

140  Cicéron, Ver. 3, 3. L’affaire à laquelle Cicéron fait ici allusion remonte à l’année 119 : Crassus (voir supra n. 66) accusa le consul de 120, C. Papirius Carbo (RE 33), peut-être de repetundis ou de maiestate. Ce dernier choisit le suicide. Il semble que dans son discours, Crassus ait mis en doute la sincérité de son ralliement à la tendance des Optimates : Carbon avait en 121 assumé la défense d’Opimius, le meurtrier de Caius Gracchus. Cicéron tient Carbon pour un grand orateur, peut-être le plus grand patron judiciaire de son époque (J.‑M. David, op. cit. n. 131, p. 692-693). Il ne faut pas confondre ce personnage avec celui cité supra n. 79.

141  Cicéron, Diuinatio in Caecilium 69. Cf.ProMurena 58.

142  Il fut vraisemblablement accusé pour concussion, mais c’est une hypothèse. On ignore tout du subscriptor C. Rutilius Rufus.

143  Cicéron, Ver. 51.

144  Cicéron, Ver. 1, 26.

145  Cicéron, Ver. 3, 223 ; 5, 177-178. Pour une allusion à L. Aurelius Cotta, homo nobilissimus, Ver. 2, 174. Il va de soi que le caractère fictif de la deuxième action complique l’interprétation, si l’on admet que la loi aurait été passée à peu près au moment où la deuxième partie du procès aurait dû être plaidée. Cf. U. Laffi, « Il Mito di Silla », Athenaeum 45 (1967), p. 177-213 et 255-277, particulièrement p. 193‑197 ; H. Bruhns, « Ein politischer Kompromiß im Jahr 70 v. Chr. : die lex Aurelia iudiciaria », Chiron, 10 (1980), p. 263-272, particulièrement p. 264-266.

146  S. Pittia, « La Dîme de Sicile, modèles et adaptations d’un impôt », in B. Legras (ed.), Transferts culturels et droits dans le monde grec et hellénistique (Actes du colloque de Reims 14-17 mai 2008), Paris, Publications de la Sorbonne, sous presse.

147  Cicéron, Ver. 3, 11.

148  J. Dubouloz & S. Pittia, « La Sicile romaine, de la disparition du royaume de Hiéron II à la réorganisation augustéenne des provinces », Pallas, 80 (2009), p. 85-125, particulièrement p. 101-107.

149  Cicéron, Ver. 2, 34 ; 2, 37 ; 2, 39-40 ; 2, 42 ; 2.90 ; 2, 125 ; 3, 92.

150  Cicéron, Ver. 2, 38.

151  J. Dubouloz & S. Pittia, op. cit. n. 148, p. 93, 97, 108.

152  Cicéron, Ver. 3, 163 ; 3, 173 ; 5, 52.

153  Cicéron, Ver. 5, 45. Cf. Tite-Live, XXI, 63. Voir en dernier lieu, A. Tchernia, « Le plebiscitum Claudianum », in J. Andreau & V. Chankowski (eds.), Vocabulaire et expression de l’économie dans le monde antique, Bordeaux, Ausonius (Études 19), 2007, p. 253-278, particulièrement p. 260-261.

154  Cicéron, Ver. 1, 55. Voir un rapprochement comparable entre Marcellus et Flamininus en 4, 129-130. Pour l’éloge de la conduite de Marcellus à Syracuse, voir aussi 2, 4.

155  Cicéron, Ver. 4, 4.

156  Cicéron, Ver. 4, 98. Cf. A. Lazzeretti, op. cit. n. 47, p. 280-282. Ces panoplies provenaient du butin de Carthage, vraisemblablement.

157  Cicéron, Ver. 4, 72 ; 4, 74-78 ; 4, 82-83.

158  Cicéron, Ver. 2, 154.

159  Cicéron, Ver. 4, 86-90.

160 RE 214 ; praet. 80. Cicéron, Diuinatio in Caecilium 13 ; Ver. 2, 8 ; 2, 51 ; 3, 42 ; 3, 212 ; 4, 37 ; 4, 86-87 ; 4, 89-90. Voir supra n. 9 et infra n. 168.

161  Cicéron, Ver. 14 (monumenta antiquissima).

162  U. Walter, Memoria und respublica. Zur Geschichtskultur im republikanischen Rom, Francfort-sur-le-Main, Verlag Antike, 2004, p. 159-160 (à propos de Cicéron, Ver. 2, 154).

163  Cicéron, Ver. 4, 107.

164  Cicéron, Ver. 2, 51 ; 2, 154 ; 4, 151.

165  Cicéron, Ver. 2, 51. Voir supra n. 71 et 112.

166  R. Robert, « La culture de Verrès », REL, 86 (2008), p. 66-69.

167  Cicéron, Ver. 4, 4 : Cicéron prétend découvrir le nom de Praxitèle pour les besoins du procès.

168  Pour les juges, c’est notamment le cas de M. Caecilius Metellus (RE 78 ; praet. 69 ; voir supra n. 69) ; de C. Claudius Marcellus (RE 214 ; praet. 80 ; voir supra n. 9et 160) ; de P. Servilius Vatia Isauricus (voir supra n. 118) ou de Q. Lutatius Catulus le jeune (RE 8), cf. Cicéron, Ver. 3, 210. Cf. aussi supra n. 6 à propos des défenseurs de Verrès.

169  S. Pittia, op. cit. n. 108, p. 20-21 (à propos des choix tactiques de l’accusateur). En parallèle, Cicéron a grécisé l’entourage de Verrès, qui finit par passer pour moins romain que ses victimes (S. Pittia, op. cit. n. 127, p. 81).

170  Cicéron, Ver. 5, 163 et 175. Voir supra p. 195 et n. 58. Cf. U. Laffi, op. cit. n. 145, p. 203-205.

171  Cf. supra n. 118.

172  Cicéron, Ver. 2, 51 ; 2, 159.

173  Cf. supra p. 198.

174  Cicéron, Ver. 3, 38.

175  Cicéron, Ver. 3, 125 ; 3, 228 (desinit du discours).

176  Cicéron, Diuinatio in Caecilium 5 ; cf. Ver. 1, 15 ; 3, 15 etc.

177  Cicéron, Diuinatio in Caecilium 46.

178  Cicéron, Ver. 2, 2.

179  Cicéron, Ver. 3, 38.

180  RE 74 (cos. 68) ; successeur de Verrès comme gouverneur de Sicile, il avait pour charge la remise en ordre de la province. Cf. Ver. 27 ; 2, 10 ; 2, 62-65 ; 2, 138-140 ; 2, 160 ; 2, 162-164 ; 2, 187 ; 3, 43-46 ; 3, 121-128 ; 3, 144 ; 3, 152-153 ; 3, 156-159 ; 4, 126 ; 5, 55 ; 5, 129.

181  Cicéron, Ver. 2, 62-63 ; 5, 12.

182  Cicéron, Ver. 2, 138-139.

183  Cicéron, Ver. 3, 123.

184  Cicéron, Ver. 3, 15-18 ; 3, 51

185  Cicéron, Ver. 3, 228.

186  Voir supra n. 152.

187  Cicéron, Ver. 3, 227.

188  Cicéron, Ver. 2, 7 ; 3, 136 et 5, 46 ; 3, 217.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Pittia, « Usages et mésusages de l’histoire dans les Verrines de Cicéron », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVI | 2009, mis en ligne le 07 avril 2010, consulté le 28 avril 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/178

Haut de page

Auteur

Sylvie Pittia

Université de Reims CNRS UMR 8585 Centre G. Glotz

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org