Navigation – Plan du site
II. Action politique et mémoire collective
II. 2 Modèles et contre-exemples: l'écriture de l'histoire et le passé de la cité

Cicéron : l’orateur, l’histoire et l’identité romaine

Thomas Guard
p. 227-248

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Cicéron, historiographie
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sur les précautions que doivent prendre les modernes dans l’appréciation de ces considérations his (...)

1Cicéron, par sa participation aux affaires publiques de la République finissante, placé aux plus hautes charges, est un homme d’action. Il attire à de multiples reprises l’attention du lecteur sur la nécessité d’inventer une historiographie latine et affirme être en mesure d’assumer cette tâche : son cas rentre donc pleinement dans la problématique de ce colloque sur les relations entre l’expérience politique et l’histoire. La définition de ses conceptions historiographiques se trouve éparpillée dans ses différents ouvrages théoriques1 ; il y manifeste de façon récurrente son goût pour la discipline historique ; entre autres préceptes, il suggère que l’historien doit être doté des qualités de l’orateur. Cette affirmation permettait d’envisager qu’il deviendrait un jour lui-même historien. Pourtant, hormis le Brutus, qui propose un aperçu chronologique de la présence des orateurs à Rome, jamais il n’écrivit véritablement d’ouvrage d’histoire. Cette attitude paradoxale et l’ambiguïté de ses préceptes engendrèrent de nombreuses interprétations contradictoires et partant, une abondante bibliographie.

2Nous nous efforcerons de cerner la relation établie entre les activités de l’historien et de l’orateur, c’est-à-dire l’homme d’action de l’idéologie cicéronienne. Pourquoi Cicéron l’orateur, désireux d’écrire l’histoire, résiste-t-il malgré tout à cette tentation ? Nous constaterons tout d’abord que Cicéron voit en l’orateur l’historien idéal. Mais il est conscient des limites de cette doctrine. Pourquoi alors l’orateur doit-il, inversement, s’intéresser à l’histoire ?

I. L’orateur cicéronien, historien idéal : opus… unum hoc oratorium maxime2 ; le talent littéraire de l’orateur au service de l’histoire

  • 2  Cicéron, De legibus I, 5 ; toutes les traductions sont celles de la CUF.
  • 3  Cicéron, De legibus I, 6 : ut adcuratius scriberet.

3Le De legibus met en scène Atticus et les frères Cicéron, et commence par la définition des contraintes liées au genre historique. Atticus déplore la pauvreté littéraire des ouvrages d’histoire écrits par les annalistes, jusqu’à Sisenna, nommément cité, et invite l’orateur à se saisir de cette matière parce que, doté de talent littéraire, il est seul capable d’« écrire avec plus de soin »3. E. Cizek commente ainsi les talents oratoires nécessaires pour que l’histoire prenne vie, les qualités d’écriture, la recherche littéraire, les effets de dramatisation :

  • 4  E. Cizek, « La poétique cicéronienne de l’histoire », BAGB, 1 (1988), p. 16-25, ici p. 17-18.

4En outre, il fallait avoir un talent d’orateur, orner le texte de la parure que seul un auteur fort des moyens de la rhétorique est à même de mettre en œuvre. À la vérité, Cicéron estimait l’histoire comme une entreprise oratoire par excellence, opus oratorium maxime […] Aussi Cicéron réclame-t-il de l’historien seulement de se munir des meilleures armes de l’orateur […] l’historien ne doit pas être un simple narrateur, un narrator, mais un artiste ornant son récit, l’embellissant. Néanmoins, l’historia doit être ornata en profondeur […] Cicéron préconise une histoire profondément littéraire, émouvante, proche de la tragédie4.

  • 5  Cicéron, De oratore II, 62 : « ne voyez-vous pas quelle belle tâche c’est pour l’orateur que d’écr (...)
  • 6  Cicéron, De legibus I, 5 : « il y a longtemps que l’on demande, ou plutôt que l’on réclame de toi (...)
  • 7  Cicéron, De legibus I, 7 : « Aussi l’histoire est-elle le présent que l’on attend maintenant de ta (...)

5Cicéron, orateur par excellence, paraît le mieux placé pour le faire : uidetisne quantum munus sit oratoris historia ?5 Non sans vanité, il s’invite donc par la bouche de son ami à aborder le genre historique, tâche qu’il envisage comme une charge, munus : postulatur a te iam diu uel flagitatur potius historia6 ; quare tuum est munus hoc, a te exspectatur7.

II. La mémoire et le souci de la vérité

  • 8  Cicéron, De oratore II, 36 : « L’histoire enfin, témoin des temps, lumière de la vérité, vie de la (...)

6En outre, l’histoire est une affaire de mémoire. Rappelons-nous la définition de l’histoire donnée par Antoine dans le De oratore : historia uero testis temporum, lux ueritatis, uita memoriae, magistra uitae, nuntia uetustatis, qua uoce alia nisi oratoris immortalitati commendatur ?8.

  • 9  Cicéron, De oratore II, 359 : rerum memoria propria est oratoris : « La mémoire des choses est la (...)

7Or l’orateur est un spécialiste de la mémoire : il a appris à développer cette faculté naturelle grâce à une mnémotechnie, l’ars memoriae, longuement décrite dans le De oratore II, 350‑360. Homme de mémoire9, l’orateur, qui sait en user pour retrouver les exempla utiles à son argumentation et pour suivre le fil de sa composition, est capable d’en faire un outil de sélection et d’organisation des faits historiques, selon leur degré de vérité (lux ueritatis), vérifié avec le critère du dignum memoria, le fait « digne de mémoire ». La memoria apparaît comme un outil de discernement des faits importants et vrais qui constituent le matériau historique, et dont sont incapables les annalistes, qui colportent des légendes sans le moindre esprit de contradiction, s’interdisant de mettre à profit le recul offert par une mémoire sélective, outil du jugement critique.

8E. Cizek rappelle ainsi les lois de l’historiographie définies par Cicéron :

  • 10 E. Cizek, op. cit., p. 19.

La première (des lois de l’histoire, toujours spécifiques) était de ne rien dire de faux, la seconde d’oser dire tout ce qui est vrai. À son tour, la troisième loi serait d’éviter tout soupçon de partialité, de faveur ou de haine. Cicéron énonce clairement ces lois dans le De oratore (II, 62) […] Auparavant, Cicéron avait demandé à l’historien de ne pas mentir : satis est non esse mendacem (II, 51). Plus tard, dans l’Orator […] Cicéron ajoutera une quatrième loi historique, observer l’ordre des événements et en mentionner les dates (120)10.

  • 11  L. Marchal, « L’Histoire pour Cicéron (II) », LEC 56 (1988), p. 241‑264, ici p. 244-245.
  • 12  Ibid. p. 244, n. 79.

9L’historien, selon L. Marchal11, doit bâtir une leçon morale, selon le critère du dignum memoria : ce dernier est double, car il envisage la véracité du fait rapporté mais aussi sa portée morale et intellectuelle, contre la légèreté des annalistes ; morale parce qu’il doit présenter une valeur pédagogique ; intellectuelle parce qu’il doit contribuer à une meilleure compréhension des causes. Ce principe, théorisé par Cicéron, sera repris par de nombreux historiens latins12.

10Personne ne paraît mieux placé que l’orateur idéal cicéronien, doué d’une culture historique, pour maîtriser cet outil et écrire l’histoire.

III. L’orateur est un homme d’action : il offre donc un point de vue

11Cicéron attend de l’historien qu’il explique les événements historiques, qu’il établisse leurs relations, qu’il définisse leurs causes et leurs conséquences, bref qu’il révèle la cohérence, l’organisation d’une période historique, sa continuité ou sa discontinuité. Il détermine ainsi une tendance, une logique dans l’apparent chaos des événements. L’historien doit donc relever uniquement les éléments historiques qui font sens pour répondre à une problématique préalablement établie et indiquer ainsi le sens de l’histoire. Il s’agit encore une fois de dépasser la démarche des annalistes, stigmatisée par Cicéron, à savoir un relevé des événements exhaustif — mais sans discernement ni explication, qui perd le lecteur dans leur masse et leur incohérence —, au profit d’une véritable démonstration. L’orateur paraît répondre également à cette exigence parce que, homme d’État, il connaît les mécanismes politiques et sociaux qui animent la vie de la cité et sait identifier et relier les faits importants qui jalonnent et bâtissent son histoire. L’orateur en outre par sa formation rhétorique paraît capable d’offrir un ou des points de vue sur la marche de l’histoire. Enfin, par sa formation philosophique (selon l’idéal cicéronien), c’est un connaisseur pénétrant de l’âme humaine et de ses motivations.

12C’est ainsi que Cicéron analyse ce que nous appellerons le paradoxe des Thébains, dans le De inuentione II, 69. Tentant de définir la cause judiciaire, Cicéron considère que la recherche de l’équité amène à examiner si la cause est juste ou injuste. Il illustre cette idée par l’exemple des Thébains érigeant un monument en bronze commémorant leur victoire sur les Lacédémoniens. Les Thébains considèrent qu’il est glorieux et juste de perpétuer le souvenir de cette guerre, contrairement à la tradition qui interdit de rappeler ainsi une guerre civile, la victoire de Grecs sur des Grecs, fait indigne d’être retenu et célébré auprès des générations suivantes :

  • 13  Cicéron, De inuentione II, 69 : « En voici un exemple : les Thébains l’avaient emporté au combat s (...)

ea est huiuscemodi : cum Thebani Lacedaemonios bello superauissent et fere mos esset Graiis, cum inter se bellum gessissent, ut ii qui uicissent tropaeum aliquod in finibus statuerent uictoriae modo in praesentiam declarandae causa, non ut in perpetuum belli memoria maneret, aeneum statuerunt tropaeum13.

13La mise en accusation des Thébains devant les Amphictyons est l’occasion pour Cicéron de développer deux arguments (ratio et infirmatio), centrés sur l’intégration de cette victoire dans la memoria commune, grâce à l’érection d’un monumentum :

  • 14  Cicéron, De inuentione II, 70 : « La justification de la défense est celle-ci : “ Nous avons acqui (...)

Ratio est : « Eam enim ex bello gloriam uirtute peperimus ut eius aeterna insignia posteris nostris relinquere uellemus ». Infirmatio est : « At tamen aeternum inimicitiarum monumentum Graios de Graiis statuere non oportet »14.

14Les uns offrent un point de vue laudatif sur une victoire (gloriam, uirtute), digne d’appartenir à une histoire positive par le legs d’un souvenir aux générations futures (aeterna insignia, posteris), pérennisé par le monument. Les autres, un jugement sévère sur une défaite infamante pour la nation hellène, livrée à des guerres intestines — la proximité Graios de Graiis en accentue l’indignité —, qu’il s’agit d’effacer de la mémoire des hommes, en empêchant sa perpétuation par le tropaeum aeneum thébain.

  • 15  Cicéron, De inuentione II, 70 : « Le point à juger consiste à savoir si, en érigeant, pour célébre (...)
  • 16  Le dignum memoria implique en fait deux critères : sont dignes de mémoire les faits authentiques e (...)

15Cicéron conclut par une question qui résume le paradoxe sans pour autant le résoudre et qui traduit les interrogations auxquelles doit se confronter le véritable historien : iudicatio est, cum summae uirtutis concelebrandae causa Graii de Graiis aeternum inimicitiarum monumentum statuerunt, rectene an contra fecerint15. L’historien retient les faits selon son point de vue. C’est lui qui juge du dignum memoria. Tâche complexe, comme le révèle l’exemple thébain : la mémoire historique se construit à l’aide d’un jugement qui choisit l’objet digne de mémoire selon des critères moraux. Dans le cas présent, le monumentum des Thébains fut retenu par l’histoire, précisément pour sa valeur exemplaire16 — qu’il fût honestum ou turpe !

IV. Mise en pratique : le Brutus

  • 17  Cicéron, Brutus 53.

16Cicéron revendique ainsi la subjectivité de l’historien qui trie les événements et les organise selon un choix problématique au service d’une démonstration ; c’est le cas dans le Brutus, son seul ouvrage historique, dont il reconnaît lui-même la subjectivité dans le choix assumé d’évoquer certains orateurs au détriment d’autres, qu’il écarte : il établit une liste des orateurs dignes de mémoire17 qu’il souhaite rappeler au souvenir des lecteurs, et plus largement des Romains, avec ce point de vue critique, sélectif, que l’historien doit appliquer à sa matière. Ainsi, distribuant bons et mauvais points, il ravive le souvenir de certains, injustement oubliés, en néglige volontairement d’autres. C’est la mission confiée à l’orateur-historien, selon Cicéron, mission qu’il s’attache lui-même à remplir dans son histoire des orateurs.

  • 18 A. Gowing, « Memory and Silence in Cicero’s Brutus », Eranos, 98 (2000), p. 39-64, citation p. 50.

17A. Gowing souligne que ce travail de mémoire critique est donc dévolu à l’orateur, spécialiste de cette faculté18 :

[…] Cicero begins with the example of Lucius Brutus, noting that it was Brutus’ ancestor who drove out the Tarquins in 509, freeing Rome from « eternal slavery » (perpetuo dominatu), and founded the Roman Republic. In the process he obliterated « from the state all memory of the title king » (e ciuitate regalis nominis memoriam, 53). In Cicero’s view, this could only have been accomplished by a man skilled in oratory. By inference, then, the orator has the ability to destroy memory and to create or foster it, as Cicero does in the text itself and as he will enjoin Brutus to do at the end (331).

18Atticus l’accuse de citer des orateurs peu fréquentables, ce dont Cicéron se justifie par la chronologie, qui l’oblige à nommer des contemporains, et plus largement tous ceux qui ont pris la parole en public, pour montrer par contraste que peu d’entre eux furent dignes de mémoire :

  • 19  Cicéron, Brutus 244 : « L’ordre chronologique, que je suis, me fait nécessairement rencontrer des (...)

sed ordinem sequens in memoriam notam et aequalem necessario incurro. Volo autem hoc perspici, omnibus conquisitis qui in multitudine dicere ausi sint, memoria quidem dignos perpaucos, uerum qui omnino nomen habuerint, non ita multos fuisse19.

  • 20  Cicéron, Brutus 269 : « Tous ceux en effet qui un jour ou l’autre ont osé se lever et ouvrir la bo (...)
  • 21  Cicéron, Brutus 270 : « mais cette énumération répond aussi à un dessein que je poursuis : je veux (...)

19Un peu plus loin, c’est toujours Atticus qui s’insurge contre les choix de Cicéron. Il juge que certains orateurs ne sont pas dignes d’être retenus : omnes enim commemoras qui ausi aliquando sunt stantes loqui, ut mihi imprudens M. Seruilium praeterisse uideare20. À quoi Cicéron réplique que c’est une nécessité liée à son projet : un petit nombre seulement de Romains a osé prendre la parole en public, et de ce groupe, une infime partie s’est révélée compétente et donc digne de prendre place dans une histoire des orateurs : sed his commemorandis etiam illud assequor, ut intellegatis primum ex omni numero quam non multi ausi sint dicere, deinde ex iis ipsis quam pauci fuerint laude digni21.

  • 22 E. Rawson, « Cicero the Historian and Cicero the Antiquarian », JRS, 62 (1972), p. 33-45, citation (...)

20Ainsi, pour Cicéron, l’historien doit adopter une attitude critique et l’orateur est le mieux placé pour faire œuvre d’historien, comme Cicéron composant le Brutus : E. Rawson qualifie le Brutus de « Cicero’s most sustained, sensitive and successful historical achievement»22.

21Dès lors, puisque l’orateur, par son éloquence, sa capacité à discerner la vérité et à mettre en lumière le sens de l’histoire, apparaît comme l’historien idéal, pourquoi Cicéron est-il singulièrement absent de l’historiographie romaine ?

V. Les limites de l’orateur

  • 23  L. Marchal, op. cit., p. 259 : « […] (Cicéron) était-il libre d’être historien ? Nous avons vu que (...)

22L’orateur, trop impliqué dans la vie publique, ne peut pas faire preuve du détachement nécessaire à la réflexion de l’historien et à un récit distancié, impartial, d’événements pour ainsi dire contemporains, loin de toute influence partisane et de tout danger. Car la frontière est ténue entre la subjectivité de l’historien et sa partialité. Cicéron, dans son Brutus, ne veut pas parler des orateurs en vie. C’est pour cette raison qu’il renonce finalement à accomplir ce travail historiographique23.

  • 24  Cicéron, De inuentione I, 27.

23Ce risque du parti pris est pressenti par Cicéron lui-même, qui hésite dans le choix de la période à traiter : le passé antique des origines de Rome ou les événements contemporains : historia est gesta res, ab aetatis nostrae memoria remota24 : l’histoire « raconte un événement qui a eu lieu, à une époque éloignée de la nôtre », d’après le premier ouvrage théorique de Cicéron.

  • 25  Cicéron, De legibus I, 9-10 : si mihi ullum tribueretur uacuum tempus et liberum.

24Lucide, ce dernier réclame donc l’inaction, le désengagement : cet otium seul lui permettrait d’une part de mener à bien sa tâche d’historien25 avec une certaine neutralité, car il a conscience des dangers courus, et d’autre part d’aborder la période contemporaine, qui a sa préférence (De legibus I, 8).

  • 26  Pour un rappel général des différentes positions adoptées dans ce débat, cf. T. Guard, Memoria ren (...)

25La tentation de la partialité suscite de nombreux reproches parmi les commentateurs modernes, qui récusent la sincérité de Cicéron ; pleuvent les accusations de mensonge ou du moins de déformation historique, et donc de contradiction hypocrite, puisque l’orateur semble à la fois prôner le respect de la vérité historique et la tronquer dans son propre cas. En effet, ces critiques s’appuient essentiellement sur l’ambiguïté de deux textes dans lesquels Cicéron semble reconnaître son désir de réécrire l’histoire de son consulat en fonction de ses intérêts, le Brutus et la lettre à Lucceius26.

  • 27  Cicéron, Adfamiliares V, 12 : ut […] leges historiae neglegas.

26Le débat tourne autour de la nature même de l’activité de Cicéron. L’orateur fait-il œuvre d’historien lorsqu’il évoque des exempla dans ses discours ? Cicéron met en scène, non sans dérision, la contestation de cette idée, par la bouche d’Atticus, qui reproche aux orateurs de manipuler les loci et les exempla, et de déformer la réalité historique des faits, de les outrer dans un but pathétique, par exemple en associant de façon abusive les morts de Coriolan et de Thémistocle, selon le principe analogique des vies parallèles : at ille (scil. Atticus) ridens : « Tuo uero, inquit, arbitratu, quoniam equidem concessum est rhetoribus ementiri in historiis, ut aliquid dicere possint argutius » (Brutus 42). Cicéron démontre ainsi, si besoin était, son recul et le regard amusé qu’il peut porter sur ses propres présomptions et celles de ses semblables : la pointe vient les remettre à leur place, lui-même comme ses confrères, en soulignant les libertés prises parfois avec la vérité pour de simples raisons oratoires, et les rappeler ainsi à l’humilité. Certes il maltraite la vérité historique mais pour les besoins de la cause qu’il défend. Il ne prétend pas alors faire œuvre d’historien. Plus grave, semble-t-il, est la demande adressée à Lucceius de raconter son consulat de 63 sans craindre de l’embellir, en « négligeant les lois de l’histoire »27.

27Or ce qui peut apparaître comme un renoncement vis-à-vis de ses exigences d’historien ressemble plutôt à une revendication : Cicéron demande à Lucceius, non pas de trahir le genre historique, mais plutôt d’écrire un ouvrage engagé, de communication politique. Cicéron semble ainsi distinguer deux catégories historiographiques : un genre historique majeur, qui vise à l’exactitude des faits et à leur compréhension, et un genre mineur, au service d’une cause, une forme d’histoire orientée, engagée.

28Ainsi se fait jour une véritable théorie cicéronienne de l’histoire : l’orateur / historien, le scriptor, a un droit d’inventaire sur sa matière ; son jugement critique trie les faits, les classe et les évalue selon un double critère, d’authenticité et de valeur morale. Passés au crible d’une mémoire sélective, les faits historiques obtiennent le cachet du dignum memoria. Tout ce qui subsiste dans la mémoire historique doit nécessairement être à la fois vrai et jugé à l’aune du dignum memoria, c’est-à-dire de son exemplarité.

  • 28 E. Cizek, op. cit., p. 22.

29L’histoire apparaît dès lors comme un art littéraire, assorti d’un jugement intellectuel et moral selon deux critères : la ueritas et la dignitas. Susceptible de permettre les écarts de « l’art de la déformation historique » défini par M. Rambaud au sujet de César, cette attitude est expliquée par E. Cizek, qui démontre en effet que l’historien cicéronien, contre les conceptions modernes, doit envisager une historiographie orientée, dépassant la stricte vérité historique pour diffuser une vérité subjective, éducative et morale, constituée par une mémoire sélective28.

  • 29  J. Dangel, « Les Muses de l’histoire : l’énigme cicéronienne », in G. Lachenaud & D. Longrée (eds. (...)

30De la même façon, J. Dangel montre que le choix de la poésie épique pour raconter lui-même son consulat procède de la même volonté d’embellir la réalité par l’exemplarité héroïque propre à l’épopée29. Cicéron lui-même évoque la différence de nature entre l’histoire et la poésie, qui ne satisfait pas au même souci de vérité : « on doit, en histoire observer certaines lois et en poésie des lois différentes. Naturellement, puisque dans l’une chaque détail se rapporte à la vérité et dans l’autre la plupart des traits tendent à l’agrément » (De legibus I, 5).

31On le voit, une ambiguïté, volontaire, subsiste donc. Si l’historien doit avoir l’expérience de la vie publique propre à l’orateur, il doit alors se prémunir contre le risque de trahir les règles de l’écriture historique définies par Cicéron, en se désengageant. Mais la relation très forte tissée entre les deux activités par ce dernier nous invite à observer que l’orateur idéal, quant à lui, doit, réciproquement, être un historien.

VI. L’orateur doit être un historien

Les exempla

  • 30  Cicéron, De legibus III, 18 ; De oratore I, 18 ; I, 159 ; I, 201.
  • 31  C. Moatti, « Tradition et raison chez Cicéron : l’émergence de la rationalité politique à la fin d (...)
  • 32  M. Rambaud, Cicéron et l’histoire romaine, Paris, Les Belles Lettres, 1952, p. 50-51.
  • 33 E. Cizek, op. cit., p. 25. Sur l’importance de la démarche analogique qui permet à l’homme d’État d (...)

32L’orateur doit faire preuve de vastes connaissances historiques, Cicéron l’affirme à de multiples reprises30. En effet, les exempla qu’il en retire remplissent une fonction à la fois ornementale, morale, par leur valeur de modèle, et explicative, qui profite à l’efficacité du discours, par un processus analogique. Nous nous contenterons d’évoquer rapidement ce rôle des exempla, fréquemment étudié. C. Moatti rappelle ainsi que « dans la cité romaine où la généalogie jouait un si grand rôle, le citoyen se devait de connaître quantité d’exempla, maîtres de vérités et modèles de vertu, répertoire écouté, appris par cœur et transmis oralement. À l’image des discours antiques, organisés selon une structure latente où abondent références à des discours ou des procès passés, à des techniques oratoires différentes, à des exempla, la société romaine s’articulait tout entière sur une faculté de commémoration et de remémoration »31. M. Rambaud32 évoque la valeur éducative pour la postérité de l’historia, magistra uitae, et des exempla moraux, tout comme E. Cizek dans sa conclusion : « Partout Cicéron plaide vigoureusement pour une historiographie loyale, mais surtout moralisatrice et éducative »33.

Le salut de l’orateur

33L’homme d’État vertueux a vocation à devenir lui-même un exemplum : c’est l’une des ambitions de Cicéron, qui convoite le statut de personnage historique, dont le souvenir sera immortalisé par la postérité. Entrer dans l’histoire, c’est exister dans la mémoire des générations à venir, laisser une trace impérissable, une fois tous les témoignages directs éteints. Cette aspiration explique partiellement l’auto-célébration constante dont l’orateur entoure son consulat de 63 ; rappelons avec M. Rambaud ses différentes tentatives littéraires, outre les allusions plus ou moins développées dans les discours et les dialogues philosophiques :

  • 34 M. Rambaud, op. cit., p. 17.

[…] il faut rattacher (scil. la lettre à Lucceius) au travail de propagande qui suivit le fameux consulat. Dès 63, Cicéron envoie à Pompée une lettre qui est un récit assez volumineux et très fier de son action ; elle est connue dans Rome. Le Pro Archia montre qu’il espérait faire chanter sa gloire par un poète grec qui se louait facilement aux grands et, cet espoir ayant été déçu, il use de méthodes directes. L’année 60 est la plus féconde : il a composé en grec un mémoire en prose qu’il aurait voulu faire transformer en ouvrage historique par Posidonius […] il l’envoie ensuite à Atticus. Celui-ci, avec plus d’amitié que de talent, en tira un poème en grec. Pendant ce temps, Cicéron a entrepris un récit en latin, et il fait publier le recueil de ses discours politiques de l’année 63 […] Cette activité fut suspendue par l’exil. La lettre à Lucceius en marque la reprise, au moment où Cicéron veut rétablir sa situation politique et sa gloire, chacune soutenant l’autre. Il semble même que Cicéron ait achevé son mémoire en latin pour donner à Lucceius la matière de son œuvre. C’est ensuite qu’il composa ses poèmes épiques De temporibus suis et De consulatu suo. On aurait tort d’expliquer cette production par les tourments d’une vanité maladive. C’est une propagande, semblable à celle des autres politiciens. Le mensonge, l’exagération et les embellissements y sont à leur place, et il n’y a pas lieu de les critiquer, comme s’ils faisaient partie de la conception cicéronienne de l’histoire34.

34Selon M. Rambaud, l’appel à « négliger les lois de l’histoire » adressé à Lucceius révèle donc qu’il ne s’agit alors pas d’histoire, mais bien de communication.

  • 35  T. Guard, « Morale théorique et morale pratique : nature et signification des exempla dans le De o (...)

35De plus, Cicéron se cite complaisamment comme exemplum, comme nous l’avons relevé à l’occasion d’une étude des exempla dans le De officiis35; à côté des multiples références à l’histoire grecque et à l’histoire romaine dominent deux figures contemporaines : César, archétype du tyran, cité neuf fois, et Cicéron, figure du sauveur républicain, nommé seize fois. Cette manifestation de la vanité cicéronienne a évidemment suscité de nombreuses critiques parmi les Modernes. Toutefois elle trouve sa justification dans la nécessité à laquelle est réduit Cicéron d’obtenir le soutien politique de ses concitoyens, de rassembler autour de lui le parti des uiri boni. Pour ce faire, le souvenir de sa victoire sur Catilina semble particulièrement mobilisateur et rend compte de ses qualités d’homme d’État. Il en va de même de toute tentative de sa part visant à rendre son action historique, donc visible. C’est le cas du triomphe qu’il compte obtenir après son retour du gouvernement de Cilicie, qui le placerait sur un pied d’égalité avec Pompée et César.

  • 36  Cicéron, De domo sua 101 : les prés de Vaccus ; De domo sua 102-103 : M. Fulvius Flaccus.

36Si l’homme d’État célèbre ainsi son action, c’est donc par peur de disparaître de la mémoire des Romains. L’exil de 58 est la preuve manifeste que ce risque n’est pas anodin et explique les différentes formes de commémoration qui suivent son retour en 57. Les discours prononcés alors expriment la crainte de Cicéron d’être effacé de l’histoire de Rome. En effet, la destruction de sa maison, causée par Clodius, est associée avec effroi par Cicéron au châtiment subi  par des Romains condamnés pour trahison et exécutés, dont la maison fut rasée pour faire disparaître le souvenir même de l’individu, en même temps que toute trace matérielle de son existence, tout monumentum36. Cicéron réclame donc son terrain sur le Palatin pour reconstruire sa maison et éviter ainsi une damnatio memoriae de fait.

VII. Une prise de conscience : l’identité romaine

37Devenir un exemplum assure à l’homme d’État une forme de sécurité et d’immortalité ; elle lui permet de devenir un élément constitutif de l’histoire romaine. À ce titre, Cicéron réclame de lui plus qu’une simple connaissance de l’histoire : une véritable conscience d’historien, conscience que l’éternité de Rome n’est rendue possible que par la constitution d’une matière historique et par sa transmission. Sans historiographie, donc sans remémoration, la postérité ignorera le passé de Rome et ne saura donc pas dans quelle continuité politique et idéologique s’inscrire. En se mêlant aux exempla, l’orateur doit ainsi assurer la continuité de l’histoire romaine ; tant que les Romains se souviendront de leur passé, ils assureront la pérennité de la cité.

38En enrichissant les exempla avec son propre cas, Cicéron aide ainsi à la constitution d’une historiographie, révélatrice d’une identité romaine et nécessaire à la transmission de cette dernière. Pour ce faire, l’homme d’État doit avoir conscience de faire partie de l’histoire de Rome et ainsi participer à son élaboration.

  • 37  Prononcé devant le Sénat entre le 6 et 14 mai 56.
  • 38  48 : « Mais, quand il vit que vous repreniez haleine en échappant à la crainte du massacre, que vo (...)

39Parmi d’autres exemples, nous citerons le discours Sur la réponse des haruspices37. Cicéron revenu d’exil espère la restitution de ses biens malgré les manœuvres de Clodius. Il note en particulier que son souvenir a redonné courage au Sénat, au point de faire plier Clodius : idem, posteaquam respirare uos a metu caedis, emergere auctoritatem uestram e fluctibus illis seruitutis, reuiuiscere memoriam ac desiderium mei uidit, uobis se coepit subito fallacissime uenditare38.

40Cicéron est devenu un exemplum, destiné à être remémoré, de l’esprit de résistance et de combativité républicain face aux menées des aventuriers de tout acabit. Il s’intègre à l’histoire de Rome et contribue ainsi à sa continuité. Il devient un principe vital — reuiuiscere — de la cohésion sociale et politique romaine, et s’insère dans la longue liste des héros fondateurs de Rome. Vital, car il rend Rome à elle-même, contribue à sa pérennité, en la contraignant à une prise de conscience ; c’est son souvenir qui sert de repère aux sénateurs et les oblige à se rappeler leur rang, leur dignité et leur rôle : assumer la responsabilité de la cité, avec les risques inhérents, et tenir tête à leurs adversaires ; c’est lui qui, plus largement, permet aux sénateurs de prendre conscience du sens de Rome, et à Rome de retrouver son identité, fondée sur la mémoire. Oublier l’action d’un Cicéron en faveur de Rome, c’est nier celle-ci, et couper net le déroulement de son existence. Au contraire, se rappeler Cicéron, c’est remettre Rome à sa place, et lui assurer une continuité qui tend à l’éternité. Ainsi, se souvenir du consulat de 63 et de ses péripéties, ce n’est pas seulement honorer Cicéron, mais c’est surtout rendre à Rome une perspective d’avenir, fondée sur des racines évidentes.

  • 39  L. Jerphagnon, « Damnatio memoriae. Essai sur le traitement des nuisances de l’Histoire »,s. n., D (...)

41Cette reconnaissance permanente des mérites des citoyens est une garantie d’éternité pour ceux-ci, mais aussi pour la cité elle-même : en les intégrant à sa mémoire collective, elle enrichit sa propre histoire et alimente sa propre existence ; Rome vivra donc tant qu’elle se souviendra de ses héros, depuis un lointain passé, jusqu’à un avenir dont Cicéron veut ainsi prévenir l’instabilité, la précarité, suscitées par les ambitions des chefs de guerre et de leurs épigones. En effet, une longue lignée de héros est la garantie pour Cicéron de la continuité historique de Rome, qu’il espère éternelle, conjurant ainsi le péril d’une fin de l’Histoire, donc de Rome, qu’il associe à la fin de la République, qu’il pressent et combat. Tous les monumenta contribuent à cette pérennité. L. Jerphagnon juge que la mémoire de la pierre rappelle des exempla dont la répétition est une promesse de durée pour Rome : le ius imaginum, « c’était la lignée tout entière qui défilait, conduisant le rejeton à sa dernière demeure, en attendant que le suivant prenne la relève […]. Les statues ont la même finalité […]. Masques, effigies, inscriptions — qui prennent d’autant plus d’importance dans une civilisation que le livre y est rare, réservé à une toute petite minorité —, tout cela a été façonné, sculpté, gravé aeternae memoriae, ad memoriam gloriae sempiternae ou encore ad fausti euentus memoriam, autrement dit afin de pérenniser contre la mort une présence exemplaire parce que conforme à la tradition. C’est là le mémorial d’une exacte loyauté envers les valeurs de Rome : aussi longtemps que durera la pierre, cette fidélité-là fera des émules, engendrera dans d’autres présents d’autres fidélités, afin que dure semper eadem la Rome éternelle, Roma aeterna […] En eux (scil. les morts célébrés) Rome reconnaît un aspect de ce qu’elle se doit d’être génération après génération »39.

42Cicéron manifeste avec érudition son goût pour l’histoire, qu’il partage avec Varron et d’autres, soucieux de préserver le passé de Rome, comme le rappelle P. Gros :

  • 40  P. Gros, « Temps et mémoire dans la Rome antique », Revue historique, 606 (1998), p. 441-450, cita (...)

[…] l’immense effort d’érudition que les « antiquaires » et les savants développent dans les décennies situées de part et d’autre du milieu du 1er s. av. J.-C. ne constitue pas un « retour à l’antique », ou du moins, en dépit des apparences, il ne s’agit pas d’un simple effort de sauvegarde ou de recension, mais d’une volonté de comprendre en ordonnant […]. La culture est le « nouveau devoir civique », et ce n’est assurément pas un hasard si des esprits aussi différents que Cicéron et Vitruve parlent tous deux, en évoquant leurs propres ouvrages, d’un véritable munus offert à la République ou à leurs contemporains40.

43Cicéron se charge d’écrire l’histoire, malgré l’absence d’ouvrage historique véritable, pour la diffuser auprès des Romains, dans l’emploi d’exempla qui révèlent l’évolution et le destin de Rome. Cette intention est particulièrement visible dans le choix des interlocuteurs de ses dialogues, dont les générations s’enchaînent chronologiquement de façon à couvrir la fin de la période républicaine en continu, et confirment subrepticement au lecteur la continuité de l’histoire romaine et la fermeté de son identité.

  • 41  M. Ruch, Le Préambule dans les œuvres philosophiques de Cicéron : essai sur la genèse et l'art du (...)

44La mise en abyme des dialogues établit une chaîne de souvenirs fondée sur la mémoire affective des interlocuteurs. Cicéron s’insère en personne dans cette chaîne, par la continuité chronologique et historique établie de dialogue en dialogue, de génération en génération, depuis l’interlocuteur le plus ancien, Caton le censeur, jusqu’à Cicéron lui-même, qui voit là une preuve de constance de l’esprit romain. Les analyses de M. Rambaud, M. Ruchet A. Michel démontrent l’importance de la succession chronologique de ces personnages dans la réflexion cicéronienne41. M. Rambaud en particulier étudie avec une précision exhaustive l’enchaînement des dialogues cicéroniens, dont les protagonistes appartiennent à des générations successives, et construisent de dialogue en dialogue une illustration de l’histoire de Rome depuis la Deuxième Guerre punique jusqu’à la guerre civile. En les mettant ainsi en scène, Cicéron constitue une chaîne d’acteurs et de garants de la continuité du pouvoir romain dont il est le dernier maillon et dont le souvenir se manifeste dans sa personne même ; il est le relais d’un enseignement moral, intellectuel et politique transmis de génération en génération :

  • 42 M. Rambaud, op. cit., p. 102-104.

Pour lui (scil. Cicéron), du père au fils, du maître au disciple, de l’aîné à de plus jeunes émules, tous les Romains sont liés entre eux au cours de l’histoire. La situation des dialogues revient à un acte de tradition : les plus âgés transmettent aux plus jeunes les leçons acquises par leur expérience. Dans le Cato maior, Caton instruit Scipion Émilien et C. Laelius ; dans le De republica, Scipion transmet une tradition romaine et familiale à des jeunes, Q. Aelius Tuberon, P. Rutilius Rufus, et les gendres de Laelius, Fannius et Q. Mucius Scaevola ; dans le De amicitia, Laelius, à son tour, entretient ses gendres et, dans le De oratore, Crassus, devant son beau-père, Q. Mucius Scaevola, et Antoine instruisent de jeunes orateurs42.

45L’enchaînement chronologique des dialogues est d’autant plus perceptible que le même personnage est mis en scène à différents âges, ce qui permet au lecteur de le voir mûrir et relayer la parole de son maître, auquel il se substitue :

  • 43  Ibid., p. 106.

46Cicéron a placé le dialogue du Cato maior en 150, celui du De republica en 129 avant la mort de Scipion, le De amicitia la même année, après la mort du grand homme, et le De oratore en 91. Ainsi jeune auditeur dans un dialogue, le même personnage reparaît dans un autre avec un rôle d’aîné. Ces personnages portent la tradition […]. D’un dialogue à l’autre, sous la forme de souvenirs ou celle de traditions orales, les allusions permettent de remonter verticalement le cours de l’histoire romaine43.


***

  • 44 A. Gowing, op. cit. n. 18, p. 41.

47Ainsi, si l’historien doit adopter les qualités de l’orateur, le talent littéraire, une mémoire active et critique et la capacité de problématiser les questions historiques en adoptant un point de vue, Cicéron distingue à la fois par son exemple et par ses avertissements une historiographie impartiale et une historiographie de communication, engagée dans l’actualité politique. Si l’orateur offre à l’historien des outils esthétiques et intellectuels, l’historien offre à l’orateur une matière historique qui, outre l’efficacité rhétorique, lui permet de se sauver lui-même et de sauver Rome, parce qu’elle manifeste une identité romaine : devenir soi-même un exemplum, s’insérer dans la lignée des héros de la République et permettre à ses concitoyens et à la postérité d’observer l’histoire en train de se constituer, autant d’éléments qui donnent la garantie d’une continuité romaine, seul rempart idéologique contre la tentation nihiliste des démagogues qui veulent l’abattre. Finalement, l’orateur est l’histoire, comme le suggère A. Gowing à propos de l’orateur cicéronien du Brutus, puisque ses discours sont des monumenta : « […] the central arguments of the Brutus are these : 1) memory is vital to the health of Republic, 2) the primary transmitters of memory are orators, whose published speeches constitute monumenta that convey the thoughts and memoria of their creators, and 3) orators are therefore indispensable to the bene constituta ciuitas, the “ well-founded state ” »44.

48Le souvenir de Cicéron se trouve ainsi immortalisé par ses discours, publiés à titre de monumenta.

49Salluste et Tite-Live semblent avoir retenu les leçons de Cicéron. Si Tite-Live aborde la plus haute antiquité, Salluste se préoccupe d’histoire contemporaine, période qui a la préférence de Cicéron (De legibus I, 8). Tous deux manifestent une préoccupation stylistique et littéraire évidente, et savent donner une véritable éloquence aux discours des personnages historiques qu’ils reconstruisent. Tous deux sont amenés à s’interroger sur leur pratique de l’histoire, à la suite de la réflexion cicéronienne. Tous deux exercent leur jugement critique : on connaît les soupçons nourris par Tite-Live quant aux légendes qu’il rapporte et conteste ; mais surtout, comme B. Mineo le rappela durant ce colloque, il offre un point de vue sur l’histoire de Rome en relation avec l’établissement du régime augustéen. Salluste, parce qu’il fut un homme d’action, césarien actif, semble après son enrichissement bénéficier de l’otium auquel aspire Cicéron pour écrire l’histoire. Surtout il exerce le jugement de l’historien cicéronien sur les faits racontés, qu’il explique en suivant une logique démonstrative, fondée sur une problématique, celle de la décadence morale, longuement exposée dans les premiers chapitres de La Conjuration de Catilina.

Haut de page

Notes

1  Sur les précautions que doivent prendre les modernes dans l’appréciation de ces considérations historiographiques et de leur utilisation rhétorique, cf. dans ce même volume, S. Pittia, « Usages et mésusages de l’histoire dans les Verrines de Cicéron », p. 179-223, et plus particulièrement le Préambule méthodologique et historiographique, p. 184 et sq..

2  Cicéron, De legibus I, 5 ; toutes les traductions sont celles de la CUF.

3  Cicéron, De legibus I, 6 : ut adcuratius scriberet.

4  E. Cizek, « La poétique cicéronienne de l’histoire », BAGB, 1 (1988), p. 16-25, ici p. 17-18.

5  Cicéron, De oratore II, 62 : « ne voyez-vous pas quelle belle tâche c’est pour l’orateur que d’écrire l’histoire ? ».

6  Cicéron, De legibus I, 5 : « il y a longtemps que l’on demande, ou plutôt que l’on réclame de toi une œuvre d’histoire ».

7  Cicéron, De legibus I, 7 : « Aussi l’histoire est-elle le présent que l’on attend maintenant de ta part ».

8  Cicéron, De oratore II, 36 : « L’histoire enfin, témoin des temps, lumière de la vérité, vie de la mémoire, maîtresse de vie, messagère du passé, quelle voix, sinon celle de l’orateur, peut la rendre immortelle ? »

9  Cicéron, De oratore II, 359 : rerum memoria propria est oratoris : « La mémoire des choses est la mémoire propre de l’orateur ».

10 E. Cizek, op. cit., p. 19.

11  L. Marchal, « L’Histoire pour Cicéron (II) », LEC 56 (1988), p. 241‑264, ici p. 244-245.

12  Ibid. p. 244, n. 79.

13  Cicéron, De inuentione II, 69 : « En voici un exemple : les Thébains l’avaient emporté au combat sur les Lacédémoniens ; or en Grèce la coutume voulait en général qu’après une bataille opposant des Grecs les vainqueurs élèvent un trophée sur les frontières, mais seulement pour proclamer leur victoire sur le moment et non pour perpétuer le souvenir de ce conflit : pourtant les Thébains décidèrent d’élever un trophée en bronze ».

14  Cicéron, De inuentione II, 70 : « La justification de la défense est celle-ci : “ Nous avons acquis grâce à cette guerre une si grande gloire que nous voulions en laisser un témoignage éternel pour nos descendants ”. La réfutation étant : “ Certes, mais il ne faut pas que des Grecs décident d’ériger un monument témoignant éternellement de leurs querelles avec des Grecs ” ».

15  Cicéron, De inuentione II, 70 : « Le point à juger consiste à savoir si, en érigeant, pour célébrer leur très grande valeur, un monument témoignant éternellement de leurs querelles avec des Grecs, des Grecs ont bien ou mal agi ».

16  Le dignum memoria implique en fait deux critères : sont dignes de mémoire les faits authentiques et les faits jugés moralement importants. Cicéron applique avant tout le deuxième critère dans sa théorie historiographique. Tite-Live (Praefatio 9-11) en fera une règle historiographique, jugeant nécessaire d’élaborer une histoire morale de Rome, notamment à travers ses exempla, pour donner des modèles à ses contemporains (Praefatio 10) : « Ce que l’Histoire offre surtout de salutaire et de fécond, ce sont les exemples instructifs de toute espèce qu’on découvre à la lumière de l’ouvrage : on y trouve, pour son bien et celui de son pays, des modèles à suivre ; on y trouve des actions honteuses, tant par leurs causes que par leurs conséquences et qu’il faut éviter ».

17  Cicéron, Brutus 53.

18 A. Gowing, « Memory and Silence in Cicero’s Brutus », Eranos, 98 (2000), p. 39-64, citation p. 50.

19  Cicéron, Brutus 244 : « L’ordre chronologique, que je suis, me fait nécessairement rencontrer des noms connus et des souvenirs contemporains. D’autre part je veux, en allant chercher partout les noms de ceux qui ont osé prendre la parole devant la foule, faire voir bien clairement que les orateurs vraiment dignes de mémoire sont en très petit nombre, et que ceux qui, à un titre quelconque, ont pu être qualifiés d’orateurs ne sont pas si nombreux ».

20  Cicéron, Brutus 269 : « Tous ceux en effet qui un jour ou l’autre ont osé se lever et ouvrir la bouche sont cités par toi et c’est par oubli sans doute que tu n’as rien dit de Marcus Servilius ».

21  Cicéron, Brutus 270 : « mais cette énumération répond aussi à un dessein que je poursuis : je veux que vous compreniez bien, d’abord que dans la grande foule des hommes, le nombre n’est pas grand de ceux qui ont osé prendre la parole ; ensuite que sur ce nombre même bien peu ont mérité d’être loués ».

22 E. Rawson, « Cicero the Historian and Cicero the Antiquarian », JRS, 62 (1972), p. 33-45, citation p. 41-42.

23  L. Marchal, op. cit., p. 259 : « […] (Cicéron) était-il libre d’être historien ? Nous avons vu que ses goûts le portaient à un sujet contemporain. Or, Cicéron orateur, Cicéron politique était trop étroitement lié à l’histoire de son temps pour pouvoir être objectif. Il le reconnaît dans une de ses lettres à Atticus, lorsqu’il s’avoue incapable de juger en toute équité certaines personnes qui ont cherché à se le concilier (Att. XIV, 14, 5). Le premier devoir de l’historien étant de se montrer “ sans soupçon de haine ou de faveur ”, c’est-à-dire impartial, Cicéron s’est peut-être vu forcé de renoncer à l’histoire. Et s’il avait su malgré tout être objectif, il manquait de la sécurité nécessaire à un historien : son passé politique lui interdisait tout jugement impartial et le condamnait, pour le présent et l’avenir, à se ménager ses contemporains ».

24  Cicéron, De inuentione I, 27.

25  Cicéron, De legibus I, 9-10 : si mihi ullum tribueretur uacuum tempus et liberum.

26  Pour un rappel général des différentes positions adoptées dans ce débat, cf. T. Guard, Memoria renouata, les valeurs de mémoire chez Cicéron, thèse encore inédite préparée sous la direction de G. Sabbah, soutenue en 2005 à l’université Lumière-Lyon 2, p. 490-491.

27  Cicéron, Adfamiliares V, 12 : ut […] leges historiae neglegas.

28 E. Cizek, op. cit., p. 22.

29  J. Dangel, « Les Muses de l’histoire : l’énigme cicéronienne », in G. Lachenaud & D. Longrée (eds.), Grecs et Romains aux prises avec l’histoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 85-95, notamment p. 90.

30  Cicéron, De legibus III, 18 ; De oratore I, 18 ; I, 159 ; I, 201.

31  C. Moatti, « Tradition et raison chez Cicéron : l’émergence de la rationalité politique à la fin de la République romaine », MEFRA, 100 (1988), p. 385-430, citation p. 387.

32  M. Rambaud, Cicéron et l’histoire romaine, Paris, Les Belles Lettres, 1952, p. 50-51.

33 E. Cizek, op. cit., p. 25. Sur l’importance de la démarche analogique qui permet à l’homme d’État d’éclairer l’histoire contemporaine à la lueur du passé, cf. J.-M. David, « Maiorum exempla sequi : l’exemplum historique dans les discours judiciaires de Cicéron », MEFRM, 92 (1980), p. 67-86.

34 M. Rambaud, op. cit., p. 17.

35  T. Guard, « Morale théorique et morale pratique : nature et signification des exempla dans le De officiis de Cicéron », VL, 176 (2007), p. 50-62.

36  Cicéron, De domo sua 101 : les prés de Vaccus ; De domo sua 102-103 : M. Fulvius Flaccus.

37  Prononcé devant le Sénat entre le 6 et 14 mai 56.

38  48 : « Mais, quand il vit que vous repreniez haleine en échappant à la crainte du massacre, que votre autorité émergeait des flots de la servitude, que revivaient la mémoire et le regret de ma personne, il se mit tout à coup à se faire valoir auprès de vous de la manière la plus trompeuse ».

39  L. Jerphagnon, « Damnatio memoriae. Essai sur le traitement des nuisances de l’Histoire »,s. n., Du banal au merveilleux : mélanges offerts à Lucien Jerphagnon, Fontenay-aux-Roses, Cahiers de Fontenay, 1989, p. 37-49, citation p. 43.

40  P. Gros, « Temps et mémoire dans la Rome antique », Revue historique, 606 (1998), p. 441-450, citation p. 443-444.

41  M. Ruch, Le Préambule dans les œuvres philosophiques de Cicéron : essai sur la genèse et l'art du dialogue, Paris, Les Belles Lettres, 1958, p. 257 ; M. Rambaud, op. cit.n. 32, p. 100-108 ; A. Michel, « Rhétorique et philosophie dans les traités de Cicéron », ANRW, I, 3, p. 139-208, notamment p. 167-168. Pour une présentation globale de ces analyses de l’enchaînement des interlocuteurs, cf. T. Guard, op. cit. n. 26, p. 492.

42 M. Rambaud, op. cit., p. 102-104.

43  Ibid., p. 106.

44 A. Gowing, op. cit. n. 18, p. 41.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Guard, « Cicéron : l’orateur, l’histoire et l’identité romaine », Cahiers des études anciennes, XLVI | 2009, 227-248.

Référence électronique

Thomas Guard, « Cicéron : l’orateur, l’histoire et l’identité romaine », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVI | 2009, mis en ligne le 13 mars 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/180

Haut de page

Auteur

Thomas Guard

Université de Franche-Comté ISTA EA 4011

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org