Navigation – Plan du site
II. Action politique et mémoire collective
II. 2 Modèles et contre-exemples: l'écriture de l'histoire et le passé de la cité

Neque enim alio loco de Sullae dicturi sumus (Jugurtha 95, 2). Présence de Sylla dans les Historiae de Salluste1

Catherine Sensal
p. 249-262

Entrées d’index

Index de mots-clés :

historiographie, Salluste, Sylla
Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’étude de l’historiographie latine en général et de Salluste en particulier a suscité depuis deux (...)
  • 2  Polybe, XII, 28‑28a.
  • 3  Sur la vie de Salluste, voir désormais S. Schmal, Sallust, Hildesheim, Olms (Studienbücher Antike (...)
  • 4  Cf. O. Steen Due, « La position politique de Salluste », C&M, 34 (1983), p. 116.
  • 5  Certains passages des prologues de Salluste font manifestement écho aux écrits de l’historien grec (...)

1Lorsqu’on lit les qualifications que Polybe exige de l’historien2 et que l’on songe à la vie et à l’œuvre de Salluste, il apparaît clairement que l’historien d’Amiterne répond aux impératifs fixés par son prédécesseur. Romain, « de fraîche date » certes3, membre de la noblesse municipale, ayant grandi sous la dictature de Sylla, sénateur popularis, engagé dans la carrière des honneurs, commandant militaire, administrateur de province, ayant acquis de uisu (autopsis) la connaissance de pays étrangers4, Salluste historien s’est acquis une vraie légitimité suivant les critères polybiens et partage même avec lui une certaine conception de l’écriture de l’histoire5.

  • 6  Cf. en dernier lieu U. Gotter, N. Luraghi & U. Walter, « Einleitung », inU. Eigler et alii (eds.), (...)
  • 7  Q. Fabius Maximus Servilianus, L. Calpurnius Piso Frugi, C. Sempronius Tuditanus, C. Fannius. On n (...)
  • 8  Sur l’importance d’Hemina et de Gellius comme représentants d’une historiographie romaine non séna (...)
  • 9  P. Rutilius Rufus, Q. Lutatius Catulus, L. Cornelius Sisenna, C. Licinius Macer, Q. Aelius Tubero, (...)
  • 10  Cf., pour l’essentiel, les notices biographiques des trois volumes de l’Annalistique romaine édité (...)

2Mais Salluste s’inscrit aussi dans une tradition historiographique romaine ancienne. Dès l’origine, l’écriture de l’histoire est à Rome affaire d’hommes d’État6. C’est du moins ce que laissent entrevoir les carrières des premiers historiographes romains : Q. Fabius Pictor, ses successeurs L. Cincius Alimentus, A. Postumius Albinus, C. Acilius, sont en effet tous des représentants de l’élite sénatoriale. Mais à la génération suivante, l’homogénéité paraît déjà moins parfaite. Si la classe sénatoriale y est toujours prédominante7, en revanche, certains auteurs, bien qu’issus de familles sénatoriales, n’ont pas eux-mêmes accédé aux honneurs. Ainsi, L. Cassius Hemina, L. Coelius Antipater, Cn. Gellius, Sempronius Asellio n’auraient pas exercé de magistrature8. Enfin, au premier siècle avant J.‑C., au milieu des écrivains sénatoriaux9, l’on voit apparaître les premiers « historiens de cabinet » en la personne de Q. Claudius Quadrigarius et de Valerius Antias, sans oublier l’éditeur de Cicéron, T. Pomponius Atticus10.

  • 11  A. Mehl, op. cit., p. 60.
  • 12  A. La Penna, Aspetti del pensiero storico latino, Turin, Enaudi, 1978, p. 45‑46 ; A. Mehl, op. cit (...)
  • 13  A. La Penna, op. cit., p. 45.
  • 14  D. Timpe, « Errinerung als Lebensmacht und Geschichte als Literatur : Bilanz und Ausblick », inU. (...)
  • 15  A. Mehl, op. cit., p. 60 : « Die römische Historiograph hatte kein unparteinisch-wissenschaftliche (...)

3Le fait d’appartenir ou non à un clan sénatorial, d’avoir exercé une magistrature ou non, n’était pas sans conséquence sur la manière de concevoir et d’écrire l’histoire11 : l’« hégémonie » sénatoriale trouvait dans l’historiographie un domaine culturel où s’exercer plus facilement que dans tout autre12, même s’il ne faut sans doute pas exagérer les inspirations idéologiques et les pratiques de ces auteurs : A. La Penna a déjà fait remarquer qu’en dehors de Caton, la plupart de ces historiographes sont des hommes politiques, certes de haute fonction parfois, mais finalement de peu d’envergure le plus souvent13. Il n’en reste pas moins que le statut sénatorial des premiers historiographes romains, les choix opérés dans leurs sujets et leur Wirkungsabsicht créaient une unité14, sinon de faction, du moins de corps, évidente15.

  • 16  D. Timpe, op. cit., p. 298‑299.
  • 17  Je reprends ici la terminologie conventionnelle par commodité et pour éviter d’entrer dans les déb (...)
  • 18  G. Forsythe, « The Roman Historians of the Second Century BC », in C.Bruun (ed.), The Roman Middle (...)
  • 19  Cf. la théorie des quatre phases de l’historiographie romaine de D. Timpe, op. cit., p. 304‑306.
  • 20  U. Walter, op. cit., p. 151 ; H. Beck, op. cit. n. 7, p. 264.

4L’influence de la culture et des modèles grecs, la réception de l’œuvre de Polybe16 — en particulier — expliquent en partie cette diversification dans la qualification des historiographes. Il est à noter que cet élargissement social s’effectue principalement à la fin du deuxième siècle avant J.‑C. et au cours du premier siècle avant J.‑C., alors que l’écriture annalistique17 trouve ses limites et que le genre historiographique se diversifie avec l’introduction de la monographie, de l’autobiographie et l’évolution de l’écriture annalistique traditionnelle vers la littérature d’antiquaire18. Cette diversification à la fois sociale et générique s’accompagne d’un virage en faveur de l’histoire contemporaine19, qui va de pair avec la consolidation du passé romain, et semblerait marquer l’émergence d’une « professionnalisation » de l’écriture de l’histoire20.

  • 21 R. Nicolai, « The Place of History in Ancient World », inJ. Marincola (ed.), A Companion Guide to G (...)
  • 22 Cf. J. Marincola, op. cit., p. 3.
  • 23  R. Nicolai, op. cit., p. 14.

5L’écriture de l’histoire à Rome n’est donc pas uniforme, mais relève d’une construction délibérée, notamment littéraire21 — que la recherche actuelle tend à mettre en évidence22 — et dont le but, lié aux préoccupations contemporaines aux auteurs, est essentiellement pédeutique et politique23.

  • 24  Cf. Chr. Krebs, « The Imagery of “ the Way ” in the Proem to Sallust’s Bellum Catilinae (1-4) », A (...)
  • 25  Catilina 1‑4 ; Iugurtha 1‑5, 3.
  • 26  Caton, Origines I, 2 Chassignet = Cicéron, Pro Plancio 66 : Etenim M. Catonis illud quod in princi (...)
  • 27  Cf. Catilina 3, 1: Pulchrum est bene facere rei publicae, etiam bene dicere haud absurdum est; uel (...)
  • 28  Cf. A. La Penna, Sallustio e la « rivoluzione » romana, Milan, Feltrinelli Editore (I fatti e le i (...)
  • 29  S. Schmal, op. cit. n. 2, p. 21‑22.
  • 30  Catilina 4, 2 : […] statui res gestas populi Romani carptim […] perscribere ; eo magis quod mihi a (...)
  • 31  A. Mehl, op. cit. n. 6, p. 79. On se gardera ici de tout anachronisme sur le sens des mots « subje (...)

6L’œuvre de Salluste s’inscrit dans ce mouvement de la fin de la République. Déçu par la carrière des honneurs, que les troubles de l’époque avaient vite fait d’écourter, l’homme a trouvé dans l’écriture de l’histoire une autre façon de servir l’État24. Les prologues de ses monographies25 sont sur ce point éloquents : dans des propos qui évoquent Caton le Censeur26, d’origine sabine tout comme lui, tout comme lui membre de la noblesse municipale, Salluste établit un parallèle évident entre l’activité politique et l’écriture de l’histoire, posant leur presque parfaite utilité27. Dans le prooemium des Historiae, cependant, le topos de l’utilité de l’histoire semble s’effacer au profit d’une considération plus ferme qu’ailleurs du travail de l’historien et de commentaires sur les difficultés de l’historiographie28. Selon S. Schmal, la véritable spécificité de l’activité historique de Salluste n’est pas qu’il s’agisse pour notre auteur ni d’un phénomène concomittant à la pratique de la politique, ni de l’activité d’un elder stateman, mais « er muss seine historische Schriftellerei gegenüber der Politik aufwerten »29. A. Mehl souligne quant à lui que c’est chez Salluste30 que l’on trouve exprimées pour la première fois la négation de la subjectivité et l’affirmation réfléchie de l’objectivité de l’historien31.

  • 32 Cf. A. La Penna, op. cit. n. 28, p. 308‑311 ; S. Schmal, op. cit. n. 2, p. 78‑79 ; W. Kierdorf, op (...)

7Cette « impartialité » est réaffirmée de manière quelque peu différente dans les Historiae. Ce n’est pas tant leur état fragmentaire qui pose ici problème que le fait que Salluste soit passé à une autre forme d’écriture de l’histoire, c’est-à-dire de la monographie à la forme dite annalistique, mais une forme annalistique toujours en lien avec la Zeitgeschichte32.

  • 33  P.-M. Martin, op. cit., p. 84.
  • 34  Notamment dans les discours de Macer (1, 48 Maurenbrecher) et de Lépide (1, 55 Maurenbrecher).
  • 35  La recherche actuelle tend de plus en plus à attribuer à Salluste la paternité de ces deux textes. (...)
  • 36  U. Laffi, « Il Mito di Silla », Athenaeum, 45 (1967), p. 255‑259 (pour Salluste) ; Fr. Hinard,  «  (...)

8Une constante demeure cependant : qualifiée tout récemment de « brûlot antisyllanien »33, l’œuvre entière de Salluste est traversée par la figure de Sylla. Manifeste dans les deux monographies conservées de Salluste, le Bellum Catilinae et le Bellum Iugurthinum, dans les lettres et les discours des Historiae34ainsi que dans les deux Epistulae qui lui sont attribuées35, celle-ci y a déjà été analysée36. Mais l’ombre du dictateur est à rechercher également dans les fragments épars des Historiae. Car les longs extraits des Historiae que constituent les discours et les lettres peuvent représenter tout autant la pensée des orateurs et des auteurs des lettres que celle de Salluste : même si leurs discours et lettres ont été recomposés, ces hommes sont des contemporains de l’historien, qui les a entendus, dont il a peut-être lu des pages. Pour cerner davantage la pensée de Salluste sur Sylla dans les Historiae, il convient de s’arrêter sur ces petits fragments plus difficiles à interpréter, mais peut-être plus représentatifs de la position personnelle de l’historien envers le dictateur dont l’œuvre, dans ses aspects positifs comme dans ses aspects négatifs, n’a cessé de hanter la pensée.

9Le Bellum Iugurthinum, paru vers l’année 40, précède de très peu la dernière œuvre de Salluste, les Historiae, demeurée inachevée. Dans les derniers chapitres de la monographie, Salluste affiche clairement son intention : Sed quoniam nos tanti uiri res admonuit, idoneum uisum est de natura cultuque eius paucis dicere : neque enim alio loco de Sullae rebus dicturi sumus […] (Iugurtha 95, 2). Or, de l’étude des fragments des Historiae il ressort de manière très évidente que Salluste est revenu sur sa décision initiale et a longuement développé les événements de la décennie syllanienne dans les premières pages de son dernier ouvrage.

  • 37  Historiae 1, 19‑23 M = 1, 16‑20 McG. Cf. textes en annexe.
  • 38  Fr. Hinard, Sylla, Paris, Fayard, 1985, p. 57. Cf. A. Keaveney, Sulla : The Last Republican, Londr (...)

10L’on constate ainsi que parmi les premiers fragments du livre I des Historiae, un certain nombre renvoie à la guerre sociale37 à laquelle Sylla a pris part en 90 et 89 en tant que légat de L. Iulius Caesar, puis de L. Porcius Cato. Certes, ces fragments ne font pas mention de Sylla ni ne renvoient même à un épisode où il se serait illustré. Mais c’est un fait connu que son engagement dans la guerre sociale permit à Sylla — que ses hommes coiffèrent alors de la couronne obsidionale — « de se mettre à nouveau en valeur et de parfaire cette image de chef complet […], d’homme providentiel ». Les succès qu’il y remporta contribuèrent en outre à son élection comme consul pour l’année 8838.

  • 39 Historiae 1, 32 M = 1, 27 McG. Cf. texte en annexe.
  • 40  De cette époque, nous avons retenu principalement les fragments suivants : Historiae, 1, 31 M = I, (...)
  • 41 Historiae I, 31 M = I, 35 McG . Cf. E. Figari, « Sul frammento di Sallustio Hist. I 31 M », Maia, 1 (...)
  • 42  Historiae I, 44 M = I, 36 McGsur le supplice subi par M. Marius Gratidianus après la bataille de l (...)
  • 43 Historiae I, 50 M = I, 41 McG.
  • 44 Historiae I, 51 M = I, 42 McG.
  • 45 Historiae I, 58 M = I, 50McG ; I, 61 M = I, 53 McG.

11Salluste s’étend aussi sur les événements qui marquèrent la décennie des années 80 av. J‑C, depuis le souvenir de la guerre contre Mithridate et de la signature de la paix de Dardanos en 8539 jusqu’aux purges de Sylla et à l’instauration de son pouvoir en 8240. Le nombre de fragments qui couvrent cette période fait penser que Salluste a traité longuement de la guerre civile qui opposa alors marianistes et syllaniens et qu’il a décrit de manière détaillée ce moment critique de l’histoire romaine. Le portrait de Sylla qui se dégage de ces morceaux de textes n’est guère plus élogieux que celui établi dans les monographies. L’homme apparaît avide de vengeance41, d’une cruauté inouïe lors des purges42, préoccupé d’asseoir son pouvoir notamment par la distribution de terre à ses vétérans43, assez hypocrite pour prétendre rendre sa liberté à l’État alors qu’il en fait son butin44, finalement affublé des mœurs les plus honteuses45.

  • 46 Historiae I, 57 M  = I, 49 McG.
  • 47  Historiae II, 21 M = II, 21 McG. Référence aux manœuvres de Sylla pour empêcher le triomphe de Pom (...)
  • 48  Historiae IV, 1 M = IV, 1 McG, qui concerne une proposition de loi en faveur des proscrits de l’ép (...)

12Par la suite, la figure du dictateur réapparaît de manière récurrente dans la narration des événements postérieurs à sa mort : elle permet d’expliquer une attitude, celle de César qui avait quitté l’Italie en 7846 par exemple, d’éclairer la carrière d’un homme comme Pompée47, de comprendre un projet de loi48.

  • 49  Historiae I fr. 1 M = 1, 1 McG : Res populi Romani M. Lepido Q. Catulo consulibus ac deinde militi (...)
  • 50 Historiae I, 2 M = I, 4 McG : recens scrip<tum>. Discussion dans P. McGushin, op. cit. n. 28, I, p. (...)
  • 51  C. Sallusti Crispi Historiarum fragmenta, texte édité et commenté par R. Funari, I, Amsterdam, Hak (...)
  • 52  Cf. G. Zecchini, op. cit. n. 36, passim ; P.‑M. Martin, op. cit. n. 2, p. 84‑91.

13Ainsi, dans les Historiae, alors que l’œuvre est censée traiter l’époque immédiatement postérieure à la mort du dictateur49, la figure syllanienne, peut-être plus discrète que dans les autres ouvrages de Salluste, n’est pas moins, paradoxalement, omniprésente. Le fait est d’autant plus surprenant que la plupart des événements relatés par Salluste au sujet de Sylla avaient déjà été très longuement rapportés dans les Historiae de Sisenna, dans la suite duquel Salluste semble s’inscrire50. Dans le Bellum Iugurthinum,ce dernier avait vanté les mérites de l’ouvrage de son prédécesseur, mais en avait souligné aussi les limites : Sisenna, optume et diligentissume omnium qui eas res dixere persecutus, parum mihi libero ore locutus uidetur (95, 2). Pour quelles raisons Salluste a-t-il voulu revenir sur la période syllanienne ? S’agit-il de retours en arrière ponctuels et explicatifs, ou d’une véritable rétrospective syllanienne51 ? Il me semble que Salluste a voulu, d’une part, rectifier le récit — trop complaisant à ses yeux — de Sisenna, d’autre part, faire dans les Historiae, en dépit de leur genre et de leur ampleur différents, ce qu’il avait fait dans le Bellum Iugurthinum, dans lequel Sylla était acteur, et surtout dans leBellum Catilinae, dans lequel le dictateur porte la responsabilité de la situation à Rome dans les années qui ont suivi sa mort et est tenu pour ultime responsable de la conjuration : c’est-à-dire rechercher les causes de la déliquescence de la République et en imputer la responsabilité à un homme honni, certes, mais combien puissant pour régner encore sur les esprits des années après sa mort52. Dans les petits fragments des Historiae et pour autant que l’on puisse faire parler ces textes, le personnage de Sylla apparaît plus qu’ailleurs dans l’éclat de ses vices. Comme si Salluste tenait à marteler son message, à mettre en garde. C’est bien le rôle de l’ancien homme politique de garder présents à l’esprit de ses contemporains l’histoire des facta aliorum.

Haut de page

Annexe

Historiae

I, 2 M = I, 4 McG : recens scrip<tum> ;

I, 19 M = I, 16 McG : Tantum antiquitatis curaeque maioribus pro Italica gente fuit ;

I, 20 M = I, 17 McG : Citra Padum omnibus lex Licinia <in>grata fuit ;

I, 21 M = I, 18 McG: Atque omnis Italia animis discessit ;

I, 22 M = I, 19 McG : Postquam defectionem sociorum et Latii ;

I, 23 M = I, 20 McG : Quippe uasta Italia rapinis, fuga, caedibus ;

I, 31 M = I, 35 McG : utSullae dominatio quam ultum ierat desideraretur ;

I, 32 M = I, 27 McG : Quibus rebus Sulla suspectis maximeque ferocia regis Mithridatis in tempore bellaturi ;

I, 34 M = I, 29 McG : Inde ortus sermo percuntantibus utrimque, satin salue, quam grati ducibus suis, quantis familiaribus copiis agerent ;

I, 35 M = I, 30 McG : (apud Sacriportum) Sulla de Asia regressus pugnauit cum Mario adulescente, aui uictus Praeneste fugit. Hic est Marius, qui inuita matre Iulia adeptus est consulatum, de quo Sallustius meminit ;

I, 36 M = I, 31 McG : Et Marius uictus duplicauerat bellum ;

I, 38 M = I, 33 McG : Carbo turpi formidine Italiam atque exercitum deseruit ;

I, 42 M = I, 34 McG : Ut Sullani fugam in nocte componerent ;

I, 44 M = I, 36 McG : Ut in M. Mario, cui fracta prius crura bracchiaque et oculi effosi, scilicet ut per singulos artus expiraret ;

I, 46 M = I, 46 McG : Magnis operibus perfectis obsidium cepit per L. Catilinam legatum ;

I, 50 M = I, 41 McG : Nihil ob tantam mercedem sibi abnuituros ;

I, 51 M = I, 42 McG : Quo patefactum est rem publicam praedae, non libertati repetitam ;

I, 57 M = I, 49 McG : Nam Sullae dominationem queri non audebat ;

I, 58 M = I, 50 McG : Mox tanta flagitia in tali uiro pudet dicere ;

I, 61 M = I, 53 McG : ̔Ο δ οτε νος ν περ τς πιθυμας μετραζε δι τν πεναν οτε γηρσας δι τν λικαν, λλ τος περ γμων κα σωφροσνης εσηγετο νμους τος πολταις ατς ρν κα μοιχεων, ς φησι Σαλοστιος.

I, 91 M = I, 81 McG : Cuius aduersa uoluntate colloquio militibus permisso corruptio facta paucorum et exercitus Sullae data est (cp. I, 34 M = I, 29 McG) ;

II, 21 M = II, 21 McG : Nam Sullam consulem de reditu eius legem ferentem ex composito tribunus plebis C. Herennius prohibuerat ;

IV, 1 M = IV, 1 McG : At Cn. Lentulus patriciae gentis, collega eius, cui cognomentum Clodiano fuit, perincertum stolidior an uanior, legem de pecunia, quam Sulla emptoribus bonorum remiserat, exigenda promulgauit.

Haut de page

Notes

1  L’étude de l’historiographie latine en général et de Salluste en particulier a suscité depuis deux siècles pléthore d’excellents travaux. Afin de ne pas encombrer artificiellement l’appareil de notes, nous nous limiterons aux études les plus marquantes ou les plus récentes, dans lesquelles le lecteur intéressé pourra trouver la bibliographie complémentaire. Je remercie le professeur Christopher Krebs (Harvard University) qui a accepté de relire cet exposé et de le faire bénéficier de ses commentaires. Toute approximation, erreur ou incongruité demeure mon seul fait.

2  Polybe, XII, 28‑28a.

3  Sur la vie de Salluste, voir désormais S. Schmal, Sallust, Hildesheim, Olms (Studienbücher Antike 8), 2001, p. 9‑23 ; P.‑M. Martin, « Salluste », in S. Ratti (ed.), Écrire l’histoire à Rome, Paris, Les Belles Lettres, 2009, p. 69-123 (citation p. 74).

4  Cf. O. Steen Due, « La position politique de Salluste », C&M, 34 (1983), p. 116.

5  Certains passages des prologues de Salluste font manifestement écho aux écrits de l’historien grec. Cf. W. Avenarius, « Die griechischen Vorbilder des Sallust », SO, 33 (1957), p. 65 ; K. Büchner, Sallust, Heidelberg, Karl Winter, 1960, p. 345‑348 ; E. Tiffou, Essai sur la pensée morale de Salluste à la lumière de ses prologues, Paris, Klincksieck (Études et commentaires 83), 1974, p. 273‑275 ;C. Sallustius Crispus, De coniuratione Catilinae, commentaire par K. Vrestka, I, Heidelberg, Carl Winter (Wissenschaftliche Kommentare zu griechischen und lateinischen Schriftstellern), 1976, p. 58 ; p. 65‑66 ; A. Novara, « Sur le pouvoir. Un chapitre polybien de Salluste (À propos de Cat. 2, 1‑6) », s. n., L’Italie préromaine et la Rome républicaine. Mélanges offerts à Jacques Heurgon, Paris, de Boccard (Coll. École française de Rome 27), 1976, vol. II, p. 717‑729 ; O. Steen Due, op. cit., p. 113‑117 ; C. V. Dix, Virtutes und uitia. Interpretationen der Charakterzeichnungen in Sallusts Bellum Iugurthinum, Trier, Wissenschaftlicher Verlag Trier (Bochumer Altertumswissenschaftliches Colloquium 70), 2006, p. 35‑36. Cependant, il ne faudrait pas surestimer l’influence de Polybe sur Salluste : les concepts utilisés par Salluste dans les prooemia de ses monographies sont des concepts connus et largement répandus parmi les historiographes antérieurs, et relèvent presque du topos. Cf. K. Büchner, op. cit., p. 116 ; p. 327 ; C. Sallustius Cripsus, Bellum Catilinae, commentaire par P. McGushin, Leyde, Brill (Mnemosyne 45), 1977, p. 295.

6  Cf. en dernier lieu U. Gotter, N. Luraghi & U. Walter, « Einleitung », inU. Eigler et alii (eds.), Formen römischer Geschichtesschreibung von den Anfängen bis Livius. Gattungen-Autoren-Kontexte, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2003, p. 13‑14;  A. Mehl, Römische Geschichtsschreibung. Grundlagen und Entwicklungen. Eine Einleitung, Stuttgart, Kohlhammer, 2001, p. 18 ; M. Ledentu, Studium scribendi. Recherches sur le statut de l’écrivain et de l’écriture à Rome à la fin de la République, Louvain / Paris, Peeters (Bibliothèque d’études classiques 39), 2004, p. 33‑35.

7  Q. Fabius Maximus Servilianus, L. Calpurnius Piso Frugi, C. Sempronius Tuditanus, C. Fannius. On ne sait rien de Vennonius.

8  Sur l’importance d’Hemina et de Gellius comme représentants d’une historiographie romaine non sénatoriale, cf. H. Beck, « The Early Roman Tradition », in J. Marincola (ed.), A Companion Guide to Greek and Roman Historiography, I, Oxford, Blackwell, 2007, p.  263.

9  P. Rutilius Rufus, Q. Lutatius Catulus, L. Cornelius Sisenna, C. Licinius Macer, Q. Aelius Tubero, L. Scribonius Libo. L’identité de Procilius est incertaine.

10  Cf., pour l’essentiel, les notices biographiques des trois volumes de l’Annalistique romaine édités par M. Chassignet, Paris, Les Belles Lettres (CUF), 1996‑2004, ainsi que celles des deux ouvrages de H. Beck & U. Walter, Die frühen römischen Historiker, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft (Texte zur Forschung 76‑77), 2001‑2004 et W. Kierdorf, Römische Geschichtsschreibung der republikanischen Zeit, Heidelberg, Universitätsverlag Winter, 2003, passim. Voir aussi les tableaux extrêmement utiles dans M. Ledentu, op. cit., p. 403‑414.

11  A. Mehl, op. cit., p. 60.

12  A. La Penna, Aspetti del pensiero storico latino, Turin, Enaudi, 1978, p. 45‑46 ; A. Mehl, op. cit., p. 33.

13  A. La Penna, op. cit., p. 45.

14  D. Timpe, « Errinerung als Lebensmacht und Geschichte als Literatur : Bilanz und Ausblick », inU. Eigler et alii (eds.), Formen römischer Geschichtesschreibung von den Anfängen bis Livius. Gattungen-Autoren-Kontexte, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2003, p. 297.

15  A. Mehl, op. cit., p. 60 : « Die römische Historiograph hatte kein unparteinisch-wissenschaftliches Wahrheitsverständnis, sondern wer gemäß seiner unmittelbaren oder über ein Klientelverhältnis mittelbaren Zugehörigkeit zur Senatorenschicht und zu einer der senatorischen Sippen deren Sichtweise verhaftet und bezog wesentlich von dorther seine Sicht der Dinge ».

16  D. Timpe, op. cit., p. 298‑299.

17  Je reprends ici la terminologie conventionnelle par commodité et pour éviter d’entrer dans les débats nouveaux concernant sa légitimité, alors que le terme même d’« annaliste » est remis en cause et qu’on lui préfère celui d’« historiographe ». Cf. D. Timpe, op. cit., p. 293, qui qualifie le terme de Fremdbezeichnung. U. Eigler, N. Luraghi & U. Walter, op. cit., p. 31‑38, résument ainsi la situation : « In der Forschung sind “ Annalistik ” und “ Annalist ” oft unscharf benutzt worden, als Bezeichnungen einer nicht klar definiert Gruppe republikanischer Historiker und ihrer Geschichtswerke, oft sogar für die römische Historiographie von Fabius Pictor bis auf Caesar und Sallust beziehungsweise für deren Vertreter. In den Quellen sieht es auf den ersten Blick nicht besser aus : das Wort annales scheint einfach jedes römische Geschichtswerk bezeichnen zu können. Unter diesen Umständen stellt sich die Frage, ob es überhaupt sinnvoll ist, von römischer “ Annalistik ” zu sprechen » (p. 31). Les auteurs concluent : « So kann der Begriff der “ Annalistik ” aus mehreren Blickwinkeln als Fokus für die Erforschung der republikanischen Geschichtsschreibung dienen. Zum einen ist er eine Chiffre für den spezifisch römischen Zusammenhang von traditionellen Formen der memoria, sozialem Status des historiographischen Autors und importierten literarischen Techniken. Zum anderen schärft er den Blick für die Debatten, die in Rom selbst über die Gattungen der Vergangenheitserzählungen geführt wurden » (p. 37‑38). Cf. aussi J. Marincola, « Introduction », inIdem(ed.), A Companion Guide to Greek and Roman Historiography, I, Oxford, Blackwell, 2007, p. 8 : « Much of the discussion then centers around who should be considered a “ historian ” and who an “ annalist ”. Nonetheless, it remains questionable whether this approach […] has any validity. First, such a distinction cannot be found in the ancient authors, where scriptor annalium or the like serve as a designation for all writers of history. Second, the latin word annales means both history (in the aggregate and objective sens) and a particular history (the literary representation of events). Third, citations of Roman historians refer indiscriminately to annals and historia, which suggests not only that the writers themselves did not assign any such title as Annales to their works, but also that there cannot have been a recognized subgenre of annales ». Quant à H. Beck, op. cit. n. 8, p. 261-265, il qualifie le mot « annalistique » de misleading : « Today the term is hardly more than a conventional designation for the early historians (“ annalists ”) and their work (“ annals”), implying that several (but not all) Roman historians chose to arrange their works according to a year-by-year style » (p. 263). Voir enfin D. S. Levene,« Roman Historiography in the Late Republic », inJ. Marincola (ed.), A Companion Guide to Greek and Roman Historiography, Oxford, Blackwell, 2007, I, p. 277-280, sans oublier l’article de G. P. Verbrugghe, « On the Meaning of Annales, on the Meaning of Annalist », Philologus, 133 (1989), p. 192-230, qui avait déjà posé les données du problème.

18  G. Forsythe, « The Roman Historians of the Second Century BC », in C.Bruun (ed.), The Roman Middle Republic. Politics, Religion, and Historiography c. 400‑133 BC, Rome, Institutum Romanum Finlandiae, 2000, p. 11; A. Mehl, op. cit., p. 22‑29 ; p. 49‑50 ; W. Kierdorf, op. cit ., p. 34 ; M. Ledentu, op. cit., p. 248. Cf. enfin sur le retour à l’annalistique, U. Walter, « Opfer ihrer Ungleichzeitig. Die Gesamtgeschichten im ersten Jahrhundert v. Chr. und die fortdauernde Atttraktivität des “ annalistischen Schemas ” », inU. Eigler et alii (eds.), Formen römischer Geschichtesschreibung von den Anfängen bis Livius. Gattungen-Autoren-Kontexte, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2003, p. 135‑155, avec les réserves exprimées par Chr. Krebs dans BMCR, 2003‑06‑36.

19  Cf. la théorie des quatre phases de l’historiographie romaine de D. Timpe, op. cit., p. 304‑306.

20  U. Walter, op. cit., p. 151 ; H. Beck, op. cit. n. 7, p. 264.

21 R. Nicolai, « The Place of History in Ancient World », inJ. Marincola (ed.), A Companion Guide to Greek and Roman Historiography, I, Oxford, Blackwell, 2007, p. 17‑19.

22 Cf. J. Marincola, op. cit., p. 3.

23  R. Nicolai, op. cit., p. 14.

24  Cf. Chr. Krebs, « The Imagery of “ the Way ” in the Proem to Sallust’s Bellum Catilinae (1-4) », AJPh, 129 (2008), p. 581-594, sur la métaphore de la « voie » utilisée par Salluste pour expliquer son changement de carrière. Cf. aussi, dans le contexte plus large d’une étude sur la pensée politique de Salluste, G. Garbugino, « La posizione politica di Sallustio », in R. Uglione (ed.), Scrivere la storia nel mondo antico, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2006, p. 111-140.

25  Catilina 1‑4 ; Iugurtha 1‑5, 3.

26  Caton, Origines I, 2 Chassignet = Cicéron, Pro Plancio 66 : Etenim M. Catonis illud quod in principio scripsit Originum suarum semper magnificum et praeclarum putaui, clarorum hominum atque magnorum non minus otii quam negotii rationem exstare oportere.

27  Cf. Catilina 3, 1: Pulchrum est bene facere rei publicae, etiam bene dicere haud absurdum est; uel pace uel bello clarum fieri licet ; et qui facere, et qui facta aliorum scripsere, multi laudantur ; Iugurtha 4, 1 : Ceterum ex aliis negotiis quae ingenio exercentur, in primis magno usui est memoria rerum gestarum ; 4, 4 : […] maiusque commodum ex otio meo quam ex aliorum negotiis rei publicae uenturum.

28  Cf. A. La Penna, Sallustio e la « rivoluzione » romana, Milan, Feltrinelli Editore (I fatti e le idee. Saggi e Biografie 181), 19733, p. 63‑67 ; Sallust, The Histories, traduction, introduction et commentaire de P. McGushin, Oxford, Clarendon Press (Clarendon Ancient History Series), 1992, I, p. 64‑74; T. F. Scanlon, « Reflexivity and Irony in the Proem of Sallust’s Historiae », in C. Deroux (ed.), Studies in Latin Literature and Roman History IX, Bruxelles, Latomus, 1998, p. 186‑224.

29  S. Schmal, op. cit. n. 2, p. 21‑22.

30  Catilina 4, 2 : […] statui res gestas populi Romani carptim […] perscribere ; eo magis quod mihi a spe, metu, partibus rei publicae animus liber erat.

31  A. Mehl, op. cit. n. 6, p. 79. On se gardera ici de tout anachronisme sur le sens des mots « subjectivité » et « objectivité ».

32 Cf. A. La Penna, op. cit. n. 28, p. 308‑311 ; S. Schmal, op. cit. n. 2, p. 78‑79 ; W. Kierdorf, op cit. n. 10, p. 79‑81 ; D. S. Levene, op. cit., p. 281‑282.

33  P.-M. Martin, op. cit., p. 84.

34  Notamment dans les discours de Macer (1, 48 Maurenbrecher) et de Lépide (1, 55 Maurenbrecher).

35  La recherche actuelle tend de plus en plus à attribuer à Salluste la paternité de ces deux textes. Cf. M. Ledentu, op cit., p. 326, n. 93. Ajouter à la bibliographie ad loc. Fr. Hinard, Sullana uaria. Aux sources de la première guerre civile romaine, Paris, de Boccard (De l’archéologie à l’histoire), 2008, p. 137‑138, et P.‑M. Martin, op. cit., p. 76 ; p. 91-97. Cependant, S. Schmal, op. citn. 2. p. 25‑30, ayant repris le dossier et la bibliographie antérieure, conclut que rien ne permet une attribution définitive et préfère ne pas les intégrer au corpus sallustéen.

36  U. Laffi, « Il Mito di Silla », Athenaeum, 45 (1967), p. 255‑259 (pour Salluste) ; Fr. Hinard,  « La Naissance du mythe de Sylla », REL, 62 (1984), p. 87‑90 (pour Salluste) ; G. Zecchini, « Sylla selon Salluste », CCG, 13 (2002), p. 45‑55.

37  Historiae 1, 19‑23 M = 1, 16‑20 McG. Cf. textes en annexe.

38  Fr. Hinard, Sylla, Paris, Fayard, 1985, p. 57. Cf. A. Keaveney, Sulla : The Last Republican, Londres, Croom Helm, 19862, p. 46-55 ; K. Christ, Sulla. Eine römische Karriere, Munich, C. H. Beck, 2002, p. 74-77.

39 Historiae 1, 32 M = 1, 27 McG. Cf. texte en annexe.

40  De cette époque, nous avons retenu principalement les fragments suivants : Historiae, 1, 31 M = I, 35 McG ; I, 32 M = I, 27 McG ; I, 34 M = I, 29 McG ; I, 35 M = I, 30 McG;I, 36 M = I, 31 McG; I, 38 M = I, 33 McG ; I, 42 M = I, 34 McG ; I, 44 M = I, 36 McG ; I, 46 M = I, 46 McG ; I, 50 M = I, 41 McG ; I, 51 M = I, 42 McG ; I, 57 M  = I, 49 McG ; I, 58 M = I, 50McG ; I, 61 M = I, 53 McG  ; I, 91 M = I, 81 McG. On trouvera les textes en annexe. Le choix des fragments qui constitue le corpus s’est fait suivant deux critères : soit le nom de Sylla y était cité, soit la référence syllanienne y était assurée. Ce corpus ne prétend pas être complet : l’activité particulière que constitue l’étude des textes fragmentaires enseigne la prudence et la retenue dans le choix des textes. Sur les problèmes propres à ce type d’étude et sur la bibliographie à ce sujet, cf., entre autres : P. A. Brunt, « On Historical Fragments and Epitomes », CQ 30 (1980), p. 477-494 ; G. W. Most (ed.), Collecting Fragments. Fragmente Sammeln, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht (Aporemata. Kritische Studien zur Philologiegeschichte 1), 1997 ; les contributions du colloque Fragmenta tenu à Nancy, publiées dans Ktema 29 (2004) ; ainsi que l’introduction très complète de D. Lenfant, Ctésias de Cnide. La Perse. L’Inde. Autres fragments, textes établis, traduits et commentés par D. Lenfant, Paris, Les Belles Lettres (CUF), 2004 ; cf. en dernier lieu, C. Sensal, « L’Étude des fragments des Historiae de L. Cornelius Sisenna », Ktema, 30 (2005), p. 365‑370.

41 Historiae I, 31 M = I, 35 McG . Cf. E. Figari, « Sul frammento di Sallustio Hist. I 31 M », Maia, 18 (1966), p. 167-169 ; P. McGushin, op. cit. n. 28, p. 104-105, sur la glose Sullae. La dominatio en question serait celle de Cinna et de Marius.

42  Historiae I, 44 M = I, 36 McGsur le supplice subi par M. Marius Gratidianus après la bataille de la Porte Colline.

43 Historiae I, 50 M = I, 41 McG.

44 Historiae I, 51 M = I, 42 McG.

45 Historiae I, 58 M = I, 50McG ; I, 61 M = I, 53 McG.

46 Historiae I, 57 M  = I, 49 McG.

47  Historiae II, 21 M = II, 21 McG. Référence aux manœuvres de Sylla pour empêcher le triomphe de Pompée à son retour d’Afrique en 80.

48  Historiae IV, 1 M = IV, 1 McG, qui concerne une proposition de loi en faveur des proscrits de l’époque syllanienne.

49  Historiae I fr. 1 M = 1, 1 McG : Res populi Romani M. Lepido Q. Catulo consulibus ac deinde militiae et domi gestas composui.

50 Historiae I, 2 M = I, 4 McG : recens scrip<tum>. Discussion dans P. McGushin, op. cit. n. 28, I, p. 66 ; p. 70-71. Sur les liens stylistiques qui unissent Salluste et Sisenna, cf. C. Sensal, « La transmission des Historiae de L. Cornelius Sisenna chez Nonius Marcellus », in F. Bertini (ed.), Prolegomena noniana II, Gênes, Università di Genova, 2003, p. 123-129.

51  C. Sallusti Crispi Historiarum fragmenta, texte édité et commenté par R. Funari, I, Amsterdam, Hakkert, 1996, p. 116.

52  Cf. G. Zecchini, op. cit. n. 36, passim ; P.‑M. Martin, op. cit. n. 2, p. 84‑91.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Sensal, « Neque enim alio loco de Sullae dicturi sumus (Jugurtha 95, 2). Présence de Sylla dans les Historiae de Salluste », Cahiers des études anciennes, XLVI | 2009, 249-262.

Référence électronique

Catherine Sensal, « Neque enim alio loco de Sullae dicturi sumus (Jugurtha 95, 2). Présence de Sylla dans les Historiae de Salluste », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVI | 2009, mis en ligne le 13 mars 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/182

Haut de page

Auteur

Catherine Sensal

Université de Franche-Comté ISTA EA 4011

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org