Navigation – Plan du site
Entre tradition et innovation

Les Helléniques entre tradition et innovation. Aspects de la relation intertextuelle de Xénophon avec Hérodote et Thucydide

Mélina Tamiolaki
p. 15-52

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

« The goal of ancient composition was not to strike out boldly in a radical departure from one’s predecessors, but rather to be incrementally innovative within a tradition, by embracing the best in previous performers and adding something of one’s own marked with an individual stamp. »

J. Marincola, Authority and Tradition in Ancient Historiography, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 14.

  • 1 Je remercie Vincent Azoulay, Paul Demont et Kurt Raaflaub pour leurs remarques précieuses pendant l (...)
  • 2 C. H. Grayson, « Did Xenophon Intend to Write History ? », inB. Levick (ed.), The Ancient Historian (...)
  • 3  G. De Sanctis, Studi di storia della storiografia greca, Florence, La Nuova Italia, 1951, p. 155-1 (...)
  • 4  Voir surtout V. Gray, The Character of Xenophon’s Hellenica, Londres, Duckworth, 1989.
  • 5  J.-C. Riedinger, Étude sur les Helléniques. Xénophon et l’histoire, Paris, Les Belles Lettres, 199 (...)
  • 6  Pour la liaison des Helléniques avec les fils conducteurs de la pensée de Xénophon, voir J. Diller (...)

1Les Helléniques de Xénophon sont à juste titre considérés comme un texte déconcertant. Les questions les plus délicates concernent sa composition et son but. Pour la première question, le sujet de la Suite de Thucydide et de la coupure à II, 3, 10 a beaucoup troublé les commentateurs, mais la tendance récente la plus prudente semble être une approche qui combine les deux perspectives (analytique et unitaire) : ainsi l’admission de la coupure à II, 3, 10 va de pair avec la mise en relief des éléments et des motifs qui parcourent l’œuvre dans son ensemble1. Les questions du but des Helléniques et de l’intention de son auteur, liées au genre de cette œuvre, sont plus compliquées. Les interprètes de Xénophon ont hésité à caractériser les Helléniques comme « histoire », l’approche la plus radicale étant probablement celle de C. H. Grayson, qui a nié à Xénophon toute intention historique, en lui attribuant seulement une visée morale2. D’autres savants ont rapproché cette œuvre du genre des mémoires3, ont insisté sur son caractère littéraire4 ou ont exprimé des doutes sur la conscience historique de Xénophon5. Enfin, les commentateurs qui analysent la pensée historique et politique de Xénophon soulignent la complexité de ce texte et sa liaison avec les fils conducteurs de la pensée de Xénophon, telle qu’elle se présente dans le reste de ses écrits, mais ils hésitent eux aussi à le caractériser comme « histoire »6.

  • 7  En raison de la nature fragmentaire de leur œuvre, les Atthidographes sont exclus dans cette étude
  • 8  Par exemple, l’intervention divine comme moteur des événements historiques met en question la cons (...)

2Notre étude vise principalement à reconsidérer le point de vue selon lequel le caractère et/ou l’intention historique des Helléniques doit être admis avec des réserves, voire purement et simplement nié. Au demeurant, la comparaison de ce texte avec les histoires de ses principaux prédécesseurs7 peut prouver que cette conception relève en réalité du paradoxe : si les éléments qui ternissent la réputation d’historien de Xénophon sont aussi présents chez Hérodote ou Thucydide sans que cela entraîne leur disqualification8, Xénophon ne saurait donc être disqualifié à ce titre. Inversement, dans la mesure où des éléments hérodotéens ou thucydidéens qui témoignent d’une conscience historique sont attestés chez Xénophon, celui-ci mériterait donc logiquement d’être aussi considéré comme un historien.

  • 9  Sur le lien entre Xénophon et Hérodote, voir W. J. Keller, « Xenophon’s Acquaintance with the Hist (...)
  • 10  Pour la relation de Xénophon avec Thucydide, l’étude d’E. Soulis, Xenophon and Thucydides. A Study (...)
  • 11  Tel est le cas d’E. Soulis, op. cit. n. 10, qui note, p. 186 : « […] the main problem is : how doe (...)
  • 12  Par exemple, V. Gray, op. cit. n. 4, ne commente pas du tout la pensée historique de Xénophon.

3De rares études ont été consacrées à un examen systématique de la relation de Xénophon avec ses prédécesseurs. Elles traitent le plus souvent la relation de Xénophon avec un seul auteur, à savoir soit Hérodote9, soit Thucydide10. Les résultats de ces approches risquent d’être partiels : la comparaison avec Thucydide peut conduire à sous-estimer l’auteur des Helléniques11, tandis que l’insistance sur son association avec Hérodote tend souvent à promouvoir l’image d’un artiste littéraire qui n’a peu ou pas d’intérêt pour l’histoire12. En revanche, un examen parallèle des passages où Xénophon apparaît plus « hérodotéen » et de ceux où il adopte et adapte des motifs thucydidéens, pourrait contribuer à une meilleure compréhension des Helléniques et définir plus clairement la place de Xénophon au sein d’un genre historique en voie de constitution.

  • 13  Voir pour cette conception, J. Marincola, « Genre, Convention and Innovation in Greco-Roman Histor (...)

4L’analyse qui suit ne constitue pas un examen exhaustif de tous les parallèles entre Xénophon et ses prédécesseurs. Elle se concentre sur le contexte précis de certains passages, dans lesquels Xénophon apparaît plus hérodotéen, plus thucydidéen, ou les deux à la fois. De plus, elle repose sur une conception fluide du genre historique qui est loin d’être caractérisé par des normes rigides13. Le but de cette étude est de mettre en lumière certains aspects de la relation de Xénophon avec la tradition historique précédente et de montrer comment Xénophon, tout en étant influencé par ses prédécesseurs, contribue au développement du genre historique en rompant avec les principes de ses devanciers et en lui apportant des modifications substantielles. Dans cette perspective, la comparaison de Xénophon avec ses prédécesseurs révèle que l’auteur des Helléniques se trouve en réalité dans une position entre tradition et innovation.

5Nous allons explorer le dialogue de Xénophon avec Hérodote et Thucydide selon deux angles : sa méthode historique et l’intertextualité, à savoir les thèmes, structures ou motifs qu’il choisit d’élaborer ou de réutiliser. Nous tenterons enfin de cerner quel est celui des deux auteurs qui exerce l’influence la plus grande sur Xénophon.

I. La méthode de Xénophon : tradition et innovation

6Les liens entre la méthode historique de Xénophon et celle de ses prédécesseurs peuvent être examinés selon deux paramètres : les traits distinctivement thucydidéens ou hérodotéens que Xénophon emprunte et les traits communs aux deux historiens que Xénophon réutilise.

  • 14  Notons aussi la référence aux archontes et aux éphores comme éléments de chronologie. Voir, pour l (...)
  • 15  Un seul passage (Helléniques, V, 4, 7) présente deux versions différentes. Cf.J. Dillery, op. cit. (...)
  • 16  Xénophon, Helléniques, VI, 1, 19. Cf. aussi, Xénophon, Helléniques, VI, 5, 1 ; VII, 41 ; Xénophon, (...)
  • 17  Xénophon, Helléniques, V, 4.1. Cf. le proème d’Hérodote, avec l’insistance sur les Grecs et les ba (...)

7Pour le premier paramètre, le trait thucydidéen le plus important est le remploi de son système de chronologie : la fameuse διαίρεσις thucydidéenne, à savoir la division en saisons et années14. Quant à la forme de l’exposé historique, Xénophon, à l’instar de Thucydide, présente un récit qui ne donne pas d’explications sur ses sources ou sur des versions différentes des événements15. Toutefois, à la manière hérodotéenne, son récit comporte des digressions et Xénophon emploie une expression hérodotéenne pour signaler la fin de ses digressions : « J’en reviens maintenant (ἐπάνειμι) au point d’où je suis parti […] »16. Enfin, dans les Helléniques, une déclaration de méthode renvoie directement à l’Enquête d’Hérodote : « On pourrait, d’une manière générale, citer bien d’autres faits, chez les Grecs et chez les Barbares (Πολλὰ μὲν οὖν ἄν τις ἔχοι καὶ ἄλλα λέγειν καὶ Ἑλληνικὰ καὶ βαρβαρικὰ), pour prouver que les dieux n’oublient pas ceux qui violent les lois divines et humaines ; mais je vais raconter ce qui s’est passé (νῦν γε μὴν λέξω τὰ προκείμενα) »17.

  • 18  Xénophon, Helléniques, IV, 8, 1. E. Soulis, op. cit., p. 17, compare ce passage avec Thucydide, II (...)
  • 19  Τῶν ἡμεῖς ἴδμεν :Hérodote, I, 6, 2 ; 14, 2 ; 23 ; 94, 1 ; 142, 2 ; 178, 3 ; 193, 2 ; II, 68, 2 ; 1 (...)

8Quant au second paramètre — les motifs communs chez Hérodote et Thucydide, que l’on retrouve aussi chez Xénophon —, il comprend tout d’abord leur insistance commune sur les choses dignes d’être narrées. Xénophon écrit : « Telle était donc sur terre la marche de la guerre. Ce qui pendant ces événements, se passait sur mer et dans les villes maritimes va maintenant faire l’objet de mon récit (τὰ κατὰ θάλατταν αὖ καὶ τὰς πρὸς θαλάττῃ πόλεις γενόμενα διηγήσομαι) : parmi les événements, je raconterai ceux qui méritent une mention, mais je laisserai de côté ceux qui n’en sont pas dignes (καὶ τῶν πράξεων τὰς μὲν ἀξιομνημονεύτους γράψω, τὰς δὲ μὴ ἀξίας λόγου παρήσω) »18. De surcroît, Xénophon se sert de certaines expressions qui sont établies comme faisant partie de la tradition historique, au sens où elles ont été inaugurées par Hérodote et réemployées par Thucydide : l’expression ὧν ἐγὼ οἶδα, le verbe ερηται et les dérivés ou les composés du verbe διηγομαιsont les exemples les plus caractéristiques de cette tradition qui semblent relier sans interruption un historien à l’autre19. Xénophon apparaît alors conscient du fait que son récit appartient à la chaîne des récits historiques dont il peut réutiliser ou élaborer certains éléments.

  • 20  Voir pour cette idée, V. Gray, « Continuous History and Xenophon, Hellenica 1-2.3.10 », AJPh 112, (...)
  • 21  Thucydide, I, 97, 1 (nous soulignons).
  • 22  Hérodote, VI, 55, 1 (nous soulignons).

9Cela dit, les innovations qu’il apporte au genre historique ne sont pas sans importance. La première innovation consiste dans l’inauguration de ce qu’on appelle souvent l’« histoire continue ». Certains supposent que les germes de cette histoire existaient déjà chez Thucydide, qui, dans la Pentékontaétie, a continué le récit d’Hérodote20. Néanmoins, en réalité, il ne s’agit que d’une similitude superficielle. Tout d’abord, l’insertion de la Pentékontaétie dans le récit de Thucydide ne vise pas exactement à continuer Hérodote, mais à combler une lacune : « J’ai consacré une digression à en faire le récit, car mes devanciers avaient tous négligé cette matière, pour traiter soit de la Grèce avant les Guerres médiques, soit des Guerres médiques elles-mêmes »21. Ce critère est aussi présent chez Hérodote et ne constitue donc pas une nouveauté thucydidéenne : « Quant aux raisons et aux exploits qui ont amené des Égyptiens à régner sur les Doriens, d’autres en ont déjà parlé, nous laisserons donc ce sujet, et je signalerai seulement ce que d’autres n’ont pas mentionné »22.

  • 23  Pour les continuations chez les historiens, voir J. Marincola, Authority and Tradition in Ancient (...)

10Ensuite, la sélection du sujet principal ne s’effectue pas sur les mêmes critères selon les historiens. Thucydide souligne ainsi l’importance majeure de sa guerre par rapport à la guerre narrée par Hérodote. Xénophon ne manifeste pas une intention similaire. Il semble continuer l’histoire de Thucydide per se, en introduisant ainsi une conception selon laquelle chaque période a besoin de son chroniqueur23. C’est ce que semble indiquer la dernière phrase des Helléniques : « Pour moi, mon œuvre s’arrêtera ici ; la suite, un autre se chargera peut-être (ἴσως) de la traiter » (VII, 5, 27). Le mot ἴσως suggère que le genre de l’histoire continue n’est pas encore établi. Xénophon contribue ainsi à son autonomisation.

  • 24  FGrHist 1F1a.Voir à ce sujet J. Marincola, op. cit.n. 23, p. 225‑236, le chapitre « Polemic and Se (...)
  • 25  Hérodote, II, 28 ; 120 et 131.
  • 26  Tel est le cas de l’insistance sur les questions morales, souvent considérée comme l’un des traits (...)

11La seconde innovation de Xénophon consiste dans le refus de la compétition avec ses prédécesseurs. La compétition est pourtant un trait important de l’historiographie grecque. Déjà Hécatée écrivait :« Hécatée de Milet parle ainsi : j’écris ce qui suit, selon ce qui me semble vrai. Car les récits des Grecs me paraissent nombreux et ridicules »24. Hérodote à son tour ironise souvent sur les versions qui lui semblent contestables ou peu plausibles25, tandis que Thucydide, dans son fameux chapitre méthodologique, rejette toute la tradition qui a des prétentions historiques avant lui, qu’il s’agisse d’Homère, d’Hérodote, des logographes ou de la poésie. Xénophon, au contraire, remplace la polémique par l’apologie. Dans le cas où il rompt avec les principes de ses prédécesseurs, il ressent le besoin de le justifier, ce qu’il fait dans un contexte d’excuse plutôt que de compétition26.

II. Questions d’intertextualité

  • 27  Pour la citation dans l’Antiquité, voir récemment C. Darbo-Peschanski (ed.), La citation dans l’An (...)
  • 28  Voir à ce propos, T. Rood, loc cit. n. 1, p. 344-346. Cf. aussi S. Hornblower, loc. cit. n. 1, p.  (...)

12Le point de départ pour chaque recherche sur l’intertextualité est l’examen de la connaissance factuelle de l’auteur (ou des auteurs) dont l’influence doit être détectée, ce qui est prouvé au premier abord par les citations. Or, la citation est rarement utilisée dans l’historiographie classique et de plus, curieusement, on ne trouve pas souvent les citations qu’on attend : Thucydide cite Hellanikos, mais ne cite pas Hérodote et Xénophon à son tour ne cite ni Hérodote ni Thucydide27. Néanmoins, l’analyse des relations intertextuelles entre les historiens de l’époque classique doit être plus subtile en mettant en valeur les échos verbaux, les thèmes, les images et les structures (patterns) communes. Dans ce cas, la question est de définir si le parallèle ou l’allusion à tel ou tel devancier est délibéré ou non, et si oui, quelle est sa fonction spécifique dans le discours historique de l’auteur analysé28.

1. Xénophon hérodotéen

  • 29  Denys d’Halicarnasse, Lettre à Pompée, III, 1, 1-IV, 4, 5 ; De l’imitation, XXXI, 3, 2. Xénophon y (...)
  • 30  La similitude la plus frappante est l’intervention des dieux dans le résultat des batailles ou des (...)
  • 31  Nous empruntons l’expression « décor perse » de l’étude de C. J. Tuplin, « Persian Decor in the Cy (...)
  • 32  Notons les parallèles les plus importants : le récit sur Mania (Xénophon, Helléniques, III, 1, 10- (...)

13Déjà dans l’Antiquité, Denys d’Halicarnasse avait décrit un Xénophon plus hérodotéen que thucydidéen29. De fait, Xénophon partage avec Hérodote une vision du monde aux nombreux traits communs. Tout d’abord, l’intervention des dieux dans les affaires humaines et la conviction que les dieux sont les alliés des justes et punissent les injustes. Cette conception parcourt l’œuvre tant de Xénophon que d’Hérodote et se manifeste notamment par des formulations similaires30. Ensuite, l’intérêt pour les cultures étrangères et pour ce qu’on appelle souvent « le décor perse »31 constitue un autre trait commun entre les deux auteurs. Mis à part ces sujets généraux, les savants ont aussi observé des thèmes et des motifs hérodotéens précis dans les Helléniques et ont analysé leur fonction dans l’œuvre de Xénophon32.

14Nous allons compléter cette recherche en posant une question nouvelle : est-il possible de détecter des règles qui pourraient définir l’emploi et l’adaptation du registre historiographique hérodotéen par Xénophon ? Autrement dit, y a-t-il des sujets hérodotéens qui sont particulièrement chers à Xénophon ? Afin de répondre à ces questions, nous analyserons certains parallèles entre Xénophon et Hérodote qui n’ont pas été notés auparavant. Nous allons ainsi montrer que le récit athénien d’Hérodote et surtout les sujets touchant à l’impérialisme, aux malheurs de la guerre et à la bravoure constituent des thèmes que Xénophon choisit de continuer et d’élaborer.

15Tout d’abord, dans la partie de la Suite de Thucydide, Xénophon présente les contraintes exercées par Alcibiade sur les Bithyniens pour recevoir les biens déposés par leurs voisins, les Chalcédoniens : « Alcibiade […] pénètre sur le territoire des Bithyniens et leur réclame les biens des gens de Chalcédoine (ἐλθὼν εἰς τοὺς Βιθυνοὺς ἀπῄτει τὰ τῶν Καλχηδονίων χρήματα) ; s’ils refusent, il leur fera la guerre (εἰ δὲ μή, πολεμήσειν ἔφη αὐτοῖς) » (Helléniques, I, 3, 3). L’image du chef athénien qui exige de l’argent en ayant recours à des menaces évoque le début de l’impérialisme athénien, tel qu’il est présenté par Hérodote sous le commandement de Thémistocle : « Thémistocle, dont la rapacité ne connaissait pas de bornes, fit demander de l’argent dans les autres îles, avec menaces à l’appui (ἐσπέμπων ἐς τὰς ἄλλας νήσους ἀπειλητηρίους λόγους αἴτεε χρήματα) […] il annonçait aux Insulaires qu’il lancerait sur eux l’armée des Grecs s’ils repoussaient ses demandes et il les menaçait d’assiéger et de détruire leurs villes (λέγων ὡς εἰ μὴ δώσουσι τὸ αἰτεόμενον, ἐπάξει σφι τὴν στρατιὴν τῶν ῾Ελλήνων καὶ πολιορκέων ἐξαιρήσει) » (Hérodote, VIII, 112, 1-2). Les lecteurs de Xénophon avaient l’expérience de la chute de l’Empire athénien. En insistant sur les menaces d’Alcibiade, Xénophon semble poursuivre la réflexion sur l’impérialisme inaugurée par Hérodote et reprendre l’idée selon laquelle l’avarice est une sorte de démesure qui est finalement châtiée.

  • 33 P. Krentz, Hellenika I-II.3.10, edited with an introduction, translation and commentary,vol. 1, War (...)
  • 34  Pour les rapports entre individus et communautés chez Hérodote, voir notre étude « Modèles individ (...)

16Ensuite, Xénophon réélabore le motif de l’amour des Athéniens pour la liberté dont les traces se trouvent aussi chez Hérodote. Il écrit ainsi : « Cependant, sur la destruction des Longs-Murs, personne ne voulait proposer de motion : car Archestratos, pour avoir dit au Conseil qu’avec les Lacédémoniens le mieux était de faire la paix conformément à leurs conditions, avait été incarcéré » (Helléniques, II, 2, 15). La décision des Athéniens d’arrêter Archestratos qui a proposé un compromis avec l’ennemi évoque un épisode similaire narré par Hérodote : les Athéniens avaient tué Lycidès par lapidation parce qu’il avait aussi proposé un compromis avec les Perses (Hérodote, IX, 5). Il peut évidemment s’agir de deux épisodes similaires de l’histoire athénienne33, mais le choix de Xénophon d’insister sur cette action de la communauté contre un individu trop prompt à pactiser avec l’ennemi manifeste la volonté de reprendre une thématique élaborée aussi par Hérodote34.

17Toujours dans le même cadre, le discours de Cléocritos, prononcé pendant la restauration de la démocratie à Athènes, contient lui aussi des allusions hérodotéennes :

  • 35  Xénophon, Helléniques, II, 4, 21. Pour les qualités littéraires du discours de Cléocritos, voir V. (...)

« Au nom des dieux de nos pères et de nos mères, de nos relations de parenté, d’alliance et d’amitié — car tous ces liens unissent beaucoup d’entre nous —, par égard pour les dieux et les hommes (πρὸς θεῶν πατρῴων καὶ μητρῴων καὶ συγγενείας καὶ κηδεστίας καὶ ἑταιρίας, πάντων γὰρ τούτων πολλοὶ κοινωνοῦμεν ἀλλήλοις, αἰδούμενοι καὶ θεοὺς καὶ ἀνθρώπους), cessez de mal agir envers la patrie, n’obéissez plus aux Trente, les plus impies des hommes, qui, pour satisfaire leurs intérêts personnels, ont fait périr, peu s’en faut, plus d’Athéniens en huit mois que tous les Péloponnésiens dans une guerre de dix ans (ο δων κερδων νεκα λγου δεν πλεους πεκτνασιν Αθηναων ν κτ μησν πντες Πελοποννσιοι δκα τη πολεμοντες) »35.

18La référence aux dieux et aux liens de parenté évoque à l’évidence le fameux discours des Athéniens lors de leur refus de soumission aux Perses :

« Il existe de nombreuses raisons graves pour nous en empêcher, quand nous voudrions le faire, et la première et plus grave, ce sont les images et les demeures de nos dieux, incendiées, gisant à terre […] ; ensuite, il y a le monde grec, uni par la langue et par le sang, les sanctuaires et les sacrifices qui nous sont communs, nos mœurs qui sont les mêmes (αὖτις δὲ τὸ ῾Ελληνικόν, ἐὸν ὅμαιμόν τε καὶ ὁμόγλωσσον, καὶ θεῶν ἱδρύματά τε κοινὰ καὶ θυσίαι ἤθεά τε ὁμότροπα), et cela, des Athéniens ne sauraient le trahir » (Hérodote, VIII, 144).

19De plus, en comparant la nocivité du régime des Trente avec les destructions engendrées par la Guerre du Péloponnèse, Xénophon reprend un motif qui avait également été introduit par Hérodote. L’historien ionien commente ainsi le tremblement de terre à Délos :

« Peut-être était-ce un présage par lequel le dieu avertissait les hommes des malheurs à venir ; car sous Darius fils d’Hystaspe, son fils Xerxès, et le fils de Xerxès Artaxerxès, pendant ces trois générations exécutives, la Grèce connut plus de maux qu’au cours de vingt générations qui ont précédé Darius (ἐπὶ γὰρ Δαρείου τοῦ ῾Υστάσπεος καὶ Ξέρξεω τοῦ Δαρείου καὶ ᾽Αρτοξέρξεω τοῦ Ξέρξεω, τριῶν τουτέων ἐπεξῆς γενέων, ἐγένετο πλέω κακὰ τῇ ῾Ελλάδι ἢ ἐπὶ εἴκοσι ἄλλας γενεὰς τὰς πρὸ Δαρείου γενομένας) ; elle dut les uns aux Perses, les autres aux luttes pour le pouvoir entre ses propres meneurs » (Hérodote, VI, 98, 1).

20À l’instar d’Hérodote, Xénophon établit également un lien entre l’éloge de la bravoure et le bonheur de la mère. Il écrit à propos de la mère de Téleutias et d’Agésilas : « […] si bien que leur mère pouvait s’estimer heureuse (ὥστε μακαρίζεσθαι αὐτῶν τὴν μητέρα) de voir que, le même jour, l’un de ceux qu’elle avait enfantés avait, sur terre, pris les remparts de l’ennemi, l’autre, par mer, ses vaisseaux et ses arsenaux » (Xénophon, Helléniques, IV, 4, 19). Ce motif évoque le bonheur de la mère de Cléobis et Biton qui naît aussi de l’exploit courageux de ses fils : « Les Argiens, entourant les jeunes gens, les félicitaient de leur force ; les Argiennes considéraient leur mère heureuse, puisqu’elle avait de tels enfants (Ἀργεῖοι μὲν γὰρ περιστάντες ἐμακάριζον τῶν νεηνιέων τὴν ῥώμην, αἱ δὲ Ἀργεῖαι τὴν μητέρα αὐτῶν, οἵων τέκνων ἐκύρησε) » (Hérodote, I, 31, 3). La réutilisation de ce motif par Xénophon a pour but de renforcer l’admiration de ses lecteurs pour les rois spartiates.

21Outre ces sujets sur lesquels il brode, Xénophon exploite aussi une formule typiquement hérodotéenne, qu’il emploie à deux reprises dans des contextes différents. Il s’agit de la harangue du chef avant un exploit. Hérodote avait décrit en ces termes l’exhortation de Miltiade à Callimaque avant la bataille de Marathon :

« C’est à toi, Callimaque, qu’il appartient aujourd’hui ou d’asservir Athènes ou de la rendre libre et, ce faisant, de laisser aux hommes un nom à tout jamais glorieux, plus glorieux encore que ceux d’Harmodios et d’Aristogiton (Ἐν σοὶ νῦν, Καλλίμαχέ, ἐστι ἢ καταδουλῶσαι Ἀθήνας ἢ ἐλευθέρας ποιήσαντα μνημόσυνον λιπέσθαι ἐς τὸν ἅπαντα ἀνθρώπων βίον οἷον οὐδὲ Ἁρμόδιός τε καὶ Ἀριστογείτων [λείπουσι]) […]. Donc, tout repose sur toi maintenant, tout dépend de toi : si tu te ranges à mon avis, ta patrie est libre, ta cité est la première des cités grecques (Ταῦτα ὦν πάντα ἐς σὲ νῦν τείνει καὶ ἐκ σέο ἤρτηται· ἢν γὰρ σὺ γνώμῃ τῇ ἐμῇ προσθῇ, ἔστι τοι πατρίς τε ἐλευθέρη καὶ πόλις πρώτη τῶν ἐν τῇ ῾Ελλάδι) » (Hérodote, VI, 109, 4-6 et 26-28).

22Xénophon emploie cette formule hérodotéenne deux fois. Tout d’abord, dans un contexte parallèle à celui d’Hérodote, pour décrire l’exhortation des cavaliers à Charès, chef des Phliasiens :

« Charès, il est en ton pouvoir aujourd’hui d’accomplir une bien belle action (Ὦ Χάρης, ἔξεστί σοι τήμερον κάλλιστον ἔργον διαπράξασθαι) […] Il faut, Charès, que tu saches bien ceci : c’est qu’elle te donnera, toute construite, une forteresse qui menace l’ennemi, elle te vaudra le salut d’une cité amie, une grande gloire dans ta patrie, une grande réputation aussi bien chez les alliés que chez les ennemis (τοῦτο δὲ χρή, ὦ Χάρης, εὖ εἰδέναι, ὅτι ἒὰν ταῦτα πράξῃς, τοῖς μὲν πολεμίοις ἐπιτετειχικὼς ἔσει, φιλίαν δὲ πόλιν διασεσωκὼς, εὐκλεέστατος δὲ ἐν τῇ πατρίδι ἔσει, ὀνομαστότατος δὲ καὶ ἐν τοῖς συμμάχοις καὶ πολεμίοις) » (Helléniques, VII, 2, 20).

23Ensuite, et c’est une innovation de Xénophon, pour décrire l’exhortation de Léontiadès à Phoibidas avant le coup de force contre la Cadmée :

  • 36 Xénophon, Helléniques, V, 2, 26. V. Gray, op. cit.n. 4, Appendix IV, p. 187-188, note les deux form (...)

« Il est en ton pouvoir, Phoibidas, aujourd’hui même, d’être l’artisan des plus grands avantages pour ta patrie (Ἔξεστί σοι, ὦ Φοιβίδα, τῇδε τῇ ἡμέρα μέγιστα ἀγαθὰ τῇ σεαυτοῦ πατρίδι ὑπουργῆσαι) »36.

  • 37  Xénophon, Helléniques, II, 4, 13, avec Hérodote, III, 62, 1 ; 140, 3 ; cf. aussi, Hérodote, III, 8 (...)
  • 38  Xénophon, Helléniques, VI, 2, 1 : « Quant aux Athéniens, qui voyaient les Thébains grandir grâce à (...)

24Notons finalement deux échos verbaux qui renvoient eux aussi à des images hérodotéennes. Dans le discours de Thrasybule, Xénophon emploie l’expression κατὰ μέσον στάς— une expression typique des activités en public chez Hérodote qui n’est pas attestée chez Thucydide. Ce n’est pas par hasard donc si cette formulation est utilisée dans le contexte de la restauration de la démocratie37. De la même façon, la description de l’accroissement de la puissance thébaine évoque la description hérodotéenne de la puissance grandissante du démos athénien : dans les deux cas, cette augmentation est considérée comme dangereuse et hubristique et dicte des initiatives politiques précises38.

  • 39  D’autres passages suggèrent cette connaissance : cf. Xénophon, Helléniques, III, 1, 6 ; IV, 2, 8 ; (...)
  • 40  Des traits d’oralité sont aussi présents chez Xénophon, voir D. Kelly, « Oral Xenophon », in I. Wo (...)

25La fonction de tous ces parallèles est claire. Xénophon fait allusion à des motifs hérodotéens, parce qu’il présuppose que son lecteur a une connaissance d’Hérodote39. En exploitant donc la familiarité de son public avec le « père de l’histoire », il amène ses lecteurs (ou auditeurs40) à créer des connexions précises entre les événements décrits par Hérodote et les événements qu’il décrit. En outre, étant donné qu’Hérodote était déjà considéré comme un maillon crucial dans la genèse de la tradition historique, l’emploi des motifs et des thèmes hérodotéens conférait une autorité supplémentaire au récit de Xénophon.

2. Xénophon thucydidéen

2. 1 Imitation dans la tradition : les discours de Xénophon

  • 41  Les mots ἐπεισπλεῖ ἀπωλοφύραντο ἀνήκεστον renvoient au texte de Thucydide (VI, 2, 6 ; II, 46, 2 ; (...)
  • 42  Cf. par exemple les expressions suivantes : διπλῆν δουλείαν(Xénophon, Helléniques, III, 5, 13), qu (...)
  • 43  Cela dit, l’influence de Thucydide sur le récit de Xénophon est également importante : voir, par e (...)

26La relation de Xénophon avec Thucydide semble plus complexe que celle qu’il entretient avec Hérodote. Tout en étant son continuateur immédiat, Xénophon témoigne d’une attitude ambivalente à l’égard de Thucydide qui oscille entre imitation aveugle (voire plagiat) de certains mots41 ou expressions42, élaboration des motifs thucydidéens (surtout dans les discours) et même correction du récit de son prédécesseur. Ces traits ne concernent pas seulement la première partie des Helléniques (I-II, 3, 9), mais parcourent l’œuvre dans son ensemble. Dans cette partie de notre étude nous allons procéder en trois étapes : tout d’abord, nous allons mettre en relief certains motifs thucydidéens attestés aussi chez Xénophon — et surtout dans les discours des Helléniques43 ; ensuite, nous analyserons le cas précis du débat entre Critias et Théramène comme un exemple de remodelage d’un débat thucydidéen, celui entre Cléon et Diodote ; finalement nous insisterons sur certains passages qui montrent une sorte d’infidélité de Xénophon à l’égard du récit de Thucydide.

  • 44 Cf.H. R. Breitenbach, loc. cit. n. 9, col. 1574. Cf. aussi, J. Hatzfeld, Xénophon. Helléniques, Liv (...)
  • 45  D’une manière parallèle, les honneurs attribués à Téleutias évoquent les honneurs à Brasidas : Xén (...)
  • 46  Xénophon, Helléniques, VI, 1, 2 : « Ce personnage, qui avait une réputation très favorable dans to (...)
  • 47  Xénophon, Helléniques, VI, 3, 15 : « D’ailleurs, de tout temps, des guerres ont éclaté et toutes o (...)
  • 48  Xénophon, Helléniques, VI, 5, 40 ; cf. Thucydide, I, 144, 3 (premier discours de Périclès) ; II, 6 (...)
  • 49  Xénophon, Helléniques, VI, 5, 45 ; cf. Thucydide, II, 37, 1 (épitaphios) et, dans le même discours (...)
  • 50  Xénophon, Helléniques, VI, 3, 16 ; cf. Thucydide, II, 63, 1-2 (troisième discours de Périclès).

27Comme dans le cas d’Hérodote, la même question se pose : y a-t-il des passages thucydidéens qui sont plus chers à Xénophon que d’autres ? Il nous semble que les passages qui concernent Périclès forment un point de référence important pour Xénophon. Dans un épisode narrant la campagne de Dercylidas en Asie, où le récit des Helléniques se confond avec celui de l’Anabase, Xénophon décrit ainsi la réponse du chef des soldats, appelé Κυρείων προεστηκώς, aux accusations des éphores sur leur comportement : « Mais nous, citoyens de Lacédémone, nous sommes aujourd’hui ce que nous étions hier (ἡμεῖς μέν ἐσμεν οἱ αὐτοὶ νῦν τε καὶ πέρυσιν)… » (III, 2, 7). L’auteur des Helléniques suggère en l’occurrence une comparaison implicite avec Périclès, s’adressant en ces termes aux Athéniens : « Mais quant à moi, je suis du même avis et je ne me dédis point(ἐγὼ μὲν ὁ αὐτός εἰμι καὶ οὐκ ἐξίσταμαι) » (Thucydide, II, 61, 2). Or, comme le Κυρείων προεστηκώς n’est autre que Xénophon lui-même44, ce parallèle constitue donc un éloge implicite de Xénophon, en nouveau Périclès45. Il en va de même avec la caractérisation de Polydamas de Pharsale, dont les vertus évoquent celles de Périclès46. Enfin, les arguments des discours de Périclès occupent une place importante dans les discours de Xénophon : l’idée du déclin inévitable47, le motif de l’utilité et pour les cités et pour les individus48, le motif de la jalousie envers la cité d’Athènes49, le motif de la lutte pour tout gagner ou tout perdre50.

  • 51  Xénophon, Helléniques, I, 6, 5 (discours de Callicratidas devant les Lacédémoniens) : « Pour mon c (...)
  • 52  Xénophon, Helléniques, I, 7, 18 (discours d’Euryptolémos) : « Voici que maintenant ils partagent l (...)
  • 53  Xénophon, Helléniques I, 7, 16 (discours d’Euryptolémos en faveur des stratèges des Arginuses) : « (...)
  • 54  Xénophon, Helléniques, II, 3, 33 : « Eh bien ! Celui qu’on voit sans cesse occupé à tirer profit d (...)
  • 55  Xénophon, Helléniques, IV, 1, 13 : « Hérripidas dit : “ Sur le reste de notre conversation, Agésil (...)
  • 56  Xénophon, Helléniques, II, 2, 43 (discours de Théramène) : « Ce ne sont pas, Critias, ceux qui emp (...)

28Xénophon se sert aussi de structures et de moyens rhétoriques qui sous-tendent les discours thucydidéens. Certes, ces moyens s’inscrivent dans la tradition rhétorique de l’époque classique ; toutefois, dans la mesure où Xénophon se veut le continuateur conscient de La Guerre du Péloponnèse, cela impose une comparaison spécifique avec Thucydide. Sur la forme des discours, les traits communs entre ceux de Xénophon et de Thucydide sont les suivants : le contraste entre le je et le vous51, l’opposition entre le νῦνet le τότε52, la déclaration initiale des intentions du discours53, les questions rhétoriques54, le motif du refus de l’orateur de parler longuement55, l’emploi de la technique narrative de la « présentation par négation » (presentation through negation) comme moyen de renforcer le point de vue présenté56, la caractérisation des arguments comme παραπλήσια (Helléniques, VI, 5, 33 ; Thucydide, I, 140, 1 ; 143, 3 ; IV, 114, 3 ; VII, 69, 2 ; 78, 1).

  • 57  Xénophon, Helléniques, III, 5, 15 ; VI, 5, 39 avec Thucydide, I, 33, 2-4 ; 35, 4-5. Cf. aussi, Xén (...)
  • 58  Xénophon, Helléniques, III, 5, 4, avec Thucydide, I, 144, 2.
  • 59  Impérialisme et action sans cesse : Xénophon, Helléniques, VI, 2, 15, avec Thucydide, I, 70, 4-5 e (...)
  • 60  Xénophon, Helléniques, III, 5, 18, avec Thucydide, IV, 86, 1.

29Enfin, en ce qui concerne le contenu des discours, Xénophon emploie souvent des arguments similaires à ceux qui sont utilisés dans les discours de Thucydide : l’argument selon lequel l’alliance sera plus profitable pour ceux qui l’accepteront que pour ceux qui la sollicitent57, ainsi que l’argument selon lequel les activités guerrières ne témoignent pas de l’intention de déclencher la guerre, mais visent seulement à se défendre58. De surcroît, Xénophon reprend la typologie inaugurée par Thucydide qui attribuait à chaque cité des traits de caractère spécifiques : le motif de l’action incessante, synonyme d’impérialisme, renvoie ainsi à la caractérisation thucydidéenne des Athéniens par les Corinthiens, tandis que la lenteur à commencer la guerre renvoie à la caractérisation des Spartiates59. De même, le lien établi entre sécession et autonomia chez Xénophon évoque les promesses de Brasidas dans l’œuvre de Thucydide60.

2. 2 Innovation dans la tradition 

30Les parallèles que nous avons notés jusqu’à maintenant montrent une grande familiarité de Xénophon avec l’œuvre de Thucydide. Ils témoignent en même temps d’un respect absolu de l’auteur des Helléniques à l’égard de son prédécesseur. Cette fidélité est souvent prise comme la marque d’un manque d’originalité intellectuelle de la part de Xénophon. Or, le débat entre Critias et Théramène fournit des arguments qui vont à l’encontre d’une telle vision : une analyse attentive du débat prouve que Xénophon peut se fonder sur le récit de Thucydide pour proposer finalement des conceptions nouvelles.

  • 61  Nous citons l’ensemble de ces parallèles car ils ne sont pas tous notés par les commentateurs. Au- (...)

31Notons tout d’abord les échos thucydidéens61 :

a) Xénophon (discours de Critias) : « Nous sommes trente et non un seul : si tu vois là une raison qui doit nous retenir d’user de cette magistrature comme d’une tyrannie (ὥσπερ τυραννίδος ταύτης τῆς ἀρχῆς χρῆναι ἐπιμελεῖσθαι), tu es bien naїf » (Helléniques, II, 3, 16).

Thucydide (discours de Cléon) : « Vous oubliez que l’empire constitue entre vos mains une tyrannie (οὐ σκοποῦντες ὅτι τυραννίδα ἔχετε τὴν ἀρχὴν) qui s’exerce sur des peuples, qui, eux, intriguent et subissent cet empire de mauvais gré » (III, 37, 2).

b) Xénophon (discours de Théramène) : « Ensuite, dit-il, je vois que nous faisons deux choses (δύο ἡμᾶς τὰ ἐναντιώτατα πράττοντας) tout à fait contradictoires : un gouvernement de violence que nous rendons en même temps plus faible que les gouvernés » (Helléniques, II, 3, 19).

Thucydide (discours de Diodote) : « mais, à mon sens, il y a deux obstacles les plus contraires à la prudence (δύο τὰ ἐναντιώτατα εὐβουλίᾳ), la hâte et la colère » (III, 42, 1).

c) Xénophon (discours de Critias) : « Pour nous, qui savions que, pour les gens comme vous et nous, la démocratie est un régime dur (γνόντες [...] χαλεπὴν πολιτείαν εἶναι δημοκρατίαν) […] » (Helléniques, II, 3, 25).

Thucydide (discours de Cléon) :« Souvent déjà, j’ai eu l’occasion d’apercevoir que la démocratie est un régime incapable d’exercer l’empire (ἔγνων δημοκρατίαν ὅτι ἀδύνατόν ἐστιν ἑτέρων ἄρχειν) » (III, 37, 1).

d) Xénophon (discours de Critias) : « nous savions aussi que les Lacédémoniens, nos sauveurs, ne donneront jamais leur sympathie à la démocratie, mais que par contre les gens de bien ne pourront jamais cesser d’avoir leur confiance (ὁ μὲν δῆμος οὔποτ’ ἂν φίλος γένοιτο, οἱ δὲ βέλτιστοι ἀεὶ ἂν πιστοὶ διατελοῖεν) » (Helléniques, II, 3, 25).

Thucydide (discours de Diodote) : « Actuellement, le peuple de toutes les cités vous est favorable (νῦν μὲν γὰρ ὑμῖν ὁ δῆμος ἐν πάσαις ταῖς πόλεσιν εὔνους ἐστί) » (III, 47, 2).

e) Xénophon (discours de Critias) : « Et même, la trahison est plus dangereuse que l’hostilité, dans la mesure où il est plus difficile de se garder de l’invisible que du visible (χαλεπώτερον φυλάξασθαι τὸ ἀφανὲς τοῦ φανεροῦ) […] » (Helléniques, II, 3, 29)

  • 62 Cf. Thucydide, V, 113, 1 ; VI, 3, 9. Si les parallèles d) et e) expriment des idées connues dans la (...)

Thucydide (discours de Diodote) : « […] le désir et l’espérance, l’un ouvrant la route et l’autre suivant, l’un imaginant l’affaire tandis que l’autre promet tout bas la faveur du sort, causent les plus grands dommages et, dans leur action invisible, sont plus forts que les dangers visibles (καὶ ὄντα ἀφανῆ κρείσσω ἐστὶ τῶν ὁρωμένων δεινῶν) » (III, 45, 5)62.

f) Xénophon (discours de Critias) : « Vous donc, si vous êtes raisonnables (καὶ ὑμεῖς οὖν, ἐὰν σωφρονῆτε), ce n’est pas à son sort, mais au vôtre que vous songerez (οὐ τούτου ἀλλ’ ὑμῶν αὐτῶν φείσεσθε) […] » (Helléniques, II, 3, 34).

Thucydide (discours de Diodote) : « Nous ne discutons pas de leur injustice (οὐ γὰρ περὶ τῆς ἐκείνων ἀδικίας ἡμῖν ὁ ἀγών), si nous sommes raisonnables (εἰ σωφρονοῦμεν), mais de la décision qui sera profitable pour nous (ἀλλα περὶ τῆς ἡμετέρας εὐβουλίας) » (III, 44, 1).

  • 63  Chez Xénophon (Xénophon, Helléniques, II, 3, 50), le Conseil est favorable à Théramène après son d (...)

32L’abondance des parallèles entre les deux débats suggère que Xénophon entend établir des connexions précises entre les deux événements. Dans les deux cas, il s’agit d’un procès : d’une part, contre les Mytiléniens, d’autre part contre Théramène. Dans les deux cas, l’enjeu est la fidélité : au sein de l’empire démocratique, d’une part, au sein de l’oligarchie, d’autre part. Dans les deux cas, c’est le peuple athénien qui décide et dans les deux cas, il penche pour le point de vue le moins radical63. Dans les deux cas, les orateurs se soucient du maintien de leur régime et des privilèges qui en résultent : lors du débat entre Cléon et Diodote, des privilèges du démos athénien, lors du débat entre Critias et Théramène, des privilèges de l’oligarchie.

  • 64  Cf. aussi, une autre sorte de remodelage, Xénophon, Helléniques, II, 3, 49 : « Maintenant, si tu p (...)
  • 65  Voir à ce sujet, S. Lewis, « Καὶ σαφῶς τύραννος ἦν : Xenophon’s Account of Euphron of Sicyon », JH (...)

33Les implications d’une telle comparaison ne sont pas sans importance pour la pensée politique de Xénophon. Par le biais des motifs thucydidéens, Xénophon modèle la description de l’oligarchie tyrannique sur le récit thucydidéen de la démocratie tyrannique64 : dans un premier temps, il veut souligner que tous les régimes risquent d’atteindre des extrêmes et basculer dans la tyrannie65. À un niveau plus profond, cette idée contribue à établir une sorte de nivellement entre les régimes politiques : aucun régime n’est a priori meilleur ou pire, car tous sont sujets aux mêmes erreurs. Ce nivellement atténue finalement la liaison de la tyrannie des Trente avec le régime de l’oligarchie.

2. 3 Xénophon contre Thucydide

  • 66  Hilotes de Coryphasion (Xénophon, Helléniques, I, 2, 18), colonie d’Héraclée de Trachinie (Xénopho (...)

34Les commentateurs ont déjà observé que Xénophon évite de donner des détails sur certains récits auxquels il fait des allusions passagères, car il présuppose chez son lecteur la connaissance de Thucydide : la défection des hilotes de Coryphasion, la colonie d’Héraclée de Trachinie, l’exigence des marins de recevoir leur salaire, les injustices des Athéniens à l’égard des Méliens et des Scioniens, le médisme des Thébains, l’autonomie des Thraces, renvoient à des thèmes thucydidéens que Xénophon choisit de continuer et d’élaborer66.

  • 67  Thucydide emploie le mot ὕβρις dans son récit seulement deux fois : en II, 65, 9 (pour décrire l’a (...)

35Toutefois, Xénophon ne se contente pas seulement de présupposer la connaissance de Thucydide, mais semble parfois corriger son récit. C’est le cas, tout d’abord, dans le passage concernant les injustices des Athéniens : « Les Athéniens, assiégés par terre et par mer, ne savaient que faire, car ils n’avaient plus ni vaisseaux ni alliés, — ni blé ; ils pensaient qu’ils ne pouvaient échapper au traitement qu’ils avaient infligé, non en manière de punition, mais par une injustice fondée sur la démesure, aux gens de petites cités, et cela pour la seule raison que ceux-ci étaient les alliés des autres(ἐνόμιζον δὲ οὐδεμίαν εἶναι σωτηρίαν † εἰ μὴ παθεῖν ἃ οὐ τιμωρούμενοι ἐποίησαν, αλλὰ διὰ τὴν ὕβριν ἠδίκουν ἀνθρώπους μικροπολίτας οὐδ’ ἐπὶ μιᾷ αἰτίᾳ ἑτέρᾳ ἢ ὅτι ἐκείνοις συνεμάχουν) » (Helléniques, II, 2, 10). Dans ce passage, Xénophon impose son point de vue sur les événements. Thucydide au contraire n’avait pas condamné explicitement l’impérialisme athénien, ni ne l’avait présenté comme un exemple d’ὕβρις67.

  • 68  Thucydide, II, 8, 1 ; IV, 5 : « Quant au reste de la Grèce, il était suspendu à cette rencontre de (...)

36Ensuite, dans le discours des Thébains, la description de l’hostilité entre les Athéniens et les Spartiates pendant la Guerre du Péloponnèse n’est pas entièrement compatible avec le récit de Thucydide : « Et le fait que beaucoup de cités obéissent à leur autorité ne doit pas vous effrayer, mais au contraire vous donner plus de confiance, si vous réfléchissez que, vous aussi, c’est quand vous aviez le plus de sujets que vous aviez le plus d’ennemis ; seulement, tant qu’ils ne savaient vers qui aller s’ils vous abandonnaient, ils dissimulaient la haine qu’ils avaient pour vous ; mais une fois que les Lacédémoniens se mirent à leur tête, alors ils manifestèrent leur sentiment à votre égard » (Helléniques, III, 5, 10). Chez Thucydide, au contraire, la procédure est différente : la haine n’est pas cachée et les cités s’allient dès le début de la guerre avec l’une ou l’autre puissance ; les déclarations des Lacédémoniens sur la libération de la Grèce renforcent la sympathie des autres cités envers eux68.

  • 69  Tel est le point de vue d’E. Soulis, op. cit. n. 10, p. 185-190.

37Or, ces passages n’expriment pas nécessairement le point de vue de Xénophon : le premier décrit les sentiments des Athéniens et le second provient du discours des Thébains devant les Athéniens : ils sont donc délibérément exagérés. En outre, on pourrait objecter qu’en l’occurrence, Xénophon ne fonde peut-être pas ses descriptions sur Thucydide, mais sur d’autres sources. Toutefois, étant donné que, concernant le sujet de l’impérialisme, c’est avec Thucydide qu’il entre en premier lieu en dialogue, il est intéressant d’observer comment et dans quel contexte il choisit de renverser le récit de son prédécesseur. Si l’on écarte l’hypothèse selon laquelle ces allusions sont accidentelles ou la preuve de la superficialité de Xénophon69, une autre interprétation devient envisageable : d’une part, dans le cas des injustices des Athéniens, l’auteur des Helléniques n’ose pas entrer en compétition directe avec l’autorité de son prédécesseur, et c’est pourquoi il le fait indirectement, par l’intermédiaire de la description des sentiments des Athéniens ; d’autre part, dans le cas du discours des Thébains, en appelant à une comparaison avec le texte thucydidéen, il jette un doute sur les paroles des orateurs ou, du moins, souligne leur exagération rhétorique.

3. Xénophon hérodotéen et thucydidéen

38Deux scènes des Helléniques méritent une attention particulière, car elles témoignent d’une influence parallèle autant d’Hérodote que de Thucydide. La première provient du troisième livre des Helléniques et concerne la préparation militaire de la cité d’Éphèse par Agésilas :

« Et il a rendu toute la cité où il résidait digne de spectacle (ἀξίαν δὲ καὶ ὅλην τὴν πόλιν ἐν ᾗ ἦν [τὴν Ἔφεσον] θέας ἐποίησεν·) : l’agora était pleine de toute espèce de chevaux et d’armes à vendre ; forgerons, menuisiers, bronziers, corroyeurs, peintres, étaient tous occupés à fabriquer des armes de combat, si bien qu’on pensait que la cité était vraiment un atelier de guerre (πολέμου ἐργαστήριον). Comme, à ses yeux, le mépris des ennemis était aussi une source d’énergie pour la bataille (ἡγούμενος δὲ καὶ τὸ καταφρονεῖν τῶν πολεμίων ῥώμην τινὰ ἐμβάλλειν πρὸς τὸ μάχεσθαι), il donna l’ordre aux crieurs de vendre nus les barbares faits prisonniers par les corsaires ; les soldats, qui leur voyaient la peau blanche parce qu’ils ne se déshabillaient jamais, le corps mou et flasque parce qu’ils allaient toujours en char, pensèrent que dans cette guerre ce serait tout comme s’il fallait se battre contre les femmes » (Helléniques, III, 4, 16-19).

  • 70  Hérodote, I, 25 ; IX, 25 ; 70 (θέης ἄξιον) ; cf. aussi l’emploi de l’adjectifἀξιοθέητον : Hérodote (...)
  • 71  Voir Hérodote, I, 55, 4 ; II, 102, 1-5 ; VII, 210, 2 ; VIII, 88, 3, avec notre thèse, La réflexion (...)

39Dans cette scène Xénophon réélabore des motifs à la fois hérodotéens et thucydidéens : tout d’abord, l’expression « digne de spectacle » semble être une allusion à Hérodote70. Ensuite, le passage renvoie à l’epitaphios de Périclès au-delà même d’un simple écho verbal :« Et notre cité est digne d’être admirée (ἀξίαν εἶναι θαυμάζεσθαι) […] » (Thucydide, II, 39, 4). L’admiration avec laquelle Xénophon décrit les qualités militaires et la préparation de la cité pour la guerre évoque en effet l’admiration avec laquelle Thucydide (par la bouche de Périclès) décrit la cité d’Athènes. Il serait même tentant de voir dans l’expression « atelier de la guerre » un équivalent spartiate de la caractérisation thucydidéenne d’Athènes, « éducation de la Grèce (Ἑλλάδος παίδευσιν) » (II, 41, 1). En fin de compte, la dernière phrase présente aussi une double influence. Le motif du mépris des ennemis renvoie à un conseil que Périclès adressait aux Athéniens :« allez affronter l’ennemi non seulement avec un esprit de hauteur, mais avec celui du mépris (ἰέναι δὲ τοῖς ἐχθροῖς ὁμόσε μὴ φρονήματι μόνον, ἀλλὰ καὶ καταφρονήματι) » (II, 62, 3-4). Quant au lien tissé entre manque de bravoure et effémination, il constitue un motif qui parcourt l’œuvre hérodotéenne71.

40La seconde scène est le fameux débat entre Agésilas et Pharnabaze, au cours duquel le roi spartiate propose au satrape perse de devenir l’allié des Spartiates, ce qui lui assurera la liberté et le bonheur. La scène mérite d’être citée en entier :

« Quand même, je pense que tu sais bien, Pharnabaze, qu’il y a aussi dans les cités grecques des hommes qui contractent entre eux des liens d’amitié. Or, ces gens-là, quand leurs villes deviennent ennemies, se battent avec leur patrie contre ceux-là même qui sont leurs hôtes, et le hasard a pu faire quelquefois qu’ils se sont entre-tués. Eh bien, nous qui, pour l’instant, faisons la guerre à votre roi, nous nous trouvons obligés de considérer comme ennemi tout ce qui lui appartient : cependant, ton amitié, à toi, nous la mettrions au-dessus de tout. Et s’il s’agissait d’échanger l’autorité du Roi contre la nôtre (καὶεἰ μὲν αλλάξασθαί σε ἔδει ἀντὶ δεσπότου βασιλέως ἡμᾶς δεσπότας), ce n’est pas moi qui te le conseillerais ; mais, en fait, tu peux, en passant de notre côté, sans plus adorer personne ni même avoir de maître, vivre en jouissant de ce qui est à toi (νῦν δὲ ἔξεστί σοι μεθ’ ἡμῶν γενομένῳ μηδένα προσκυνοῦντα μηδὲ δεσπότην ἔχοντα ζῆν καρπούμενον τὰ σαυτοῦ). D’ailleurs, la liberté me paraît, à moi, valoir tous les biens (καίτοι ἐλεύθερον εἶναι ἐγὼ μὲν οἶμαι ἀντάξιον εἶναι τῶν πάντων χρημάτων). Et cependant, ce que nous te demandons, ce n’est pas d’acheter par la pauvreté la liberté (οὐδὲ μέντοι τοῦτό σε κελεύομεν, πένητα μὲν, ἐλεύθερον δ’ εἶναι) ; c’est, en utilisant notre alliance, de renforcer non plus la puissance du Roi, mais bien la tienne, en soumettant tes compagnons d’esclavage d’aujourd’hui pour en faire tes vassaux (ἀλλ’ ἡμῖν συμμάχοις χρώμενον αὔξειν μὴ τὴν βασιλέως ἀλλὰ τὴν σαυτοῦ ἀρχήν, τοὺς νῦν ὁμοδούλους σοι καταστρεφόμενον, ὥστε σοὺς ὑπηκόους εἶναι). Et alors, si tu étais libre tout en devenant riche, qu’est-ce qui te manquerait pour être tout à fait heureux (καίτοι εἰ ἅμα ἐλεύθερός τ’ εἴης καὶ πλούσιος γένοιο, τίνος ἂν δέοις μὴ οὐχὶ πάμπαν εὐδαίμων εἶναι;) ? » (Helléniques, IV, 1, 34-39).

  • 72  V. Gray, op. cit. n. 4, p. 52-58, note que l’histoire évoque la manière hérodotéenne de narrer («  (...)
  • 73  Thucydide, VI, 76, 4 ; 77, 1.
  • 74  Hérodote, VII, 136, 1.
  • 75  Hérodote, VII, 102, 1 ; 104, 1. Cf. Xénophon, Anabase, I, 7, 3 ; III, 2, 13. K. A. Raaflaub, « Zum (...)
  • 76  Thucydide, I, 17, 1 : τν διον οκον αξειν.
  • 77  Thucydide, II, 43, 4-5 : « καὶ τὸ εὔδαιμον τὸ ἐλεύθερον, τὸ δ’ ἐλεύθερον τὸ εὔψυχον κρίναντες […]  (...)

41Des interprétations diverses ont été avancées pour analyser cette scène72, mais aucune ne semble se concentrer sur le dialogue de Xénophon avec ses prédécesseurs. En premier lieu, l’idée du changement du maître est un motif thucydidéen73. Ensuite, le lien établi par Agésilas entre la liberté et le refus de se prosterner évoque, dans le récit d’Hérodote, le refus de Sperthias et Boulis de faire la proskynèse devant le roi Xerxès et leur défense de la liberté74. La discussion sur la pauvreté et la liberté renvoie également à Hérodote. Agésilas semble renverser l’idée hérodotéenne — prônée aussi par un Spartiate, Démarate —, selon laquelle chez les Grecs la pauvreté est compatible avec la liberté75. Quant au motif de l’accroissement (αὔξησις) de son propre pouvoir, il renvoie manifestement à Thucydide76. En définitive, les fondements de la discussion sur le bonheur peuvent être trouvés tant chez Hérodote que chez Thucydide. Chez Hérodote, d’une part, le débat entre Crésus et Solon pose la question de savoir si l’argent constitue un élément du bonheur. Chez Thucydide, d’autre part, l’identification de la liberté avec le bonheur constitue un motif de l’epitaphios77.

  • 78  K. A. Raaflaub, The Discovery of Freedom in Ancient Greece, Chicago, Chicago University Press, 200 (...)

42L’examen de ces deux scènes dans une perspective d’intertextualité montre que Xénophon entretient une relation complexe avec ses prédécesseurs. Il semble avoir assimilé leurs motifs, thèmes et images, mais il n’hésite pas à réélaborer ces motifs avec liberté afin de proposer finalement des conceptions nouvelles : dans le cas d’Éphèse, la cité comme atelier de la guerre constitue une image originale propre à Xénophon. Dans le cas du débat entre Pharnabaze et Agésilas, Xénophon rompt en réalité avec toute la tradition précédente en avançant l’idée selon laquelle le bonheur absolu dépend aussi de l’argent78. Ce n’est pas par hasard si le protagoniste des deux scènes est Agésilas. C’est probablement ce qui explique, entre autres, le fait que les deux scènes sont bien élaborées d’un point de vue structural et linguistique. L’abondance des allusions hérodotéennes et thucydidéennes apparaît donc comme un moyen dont se sert Xénophon pour attirer l’attention de ses lecteurs vers le personnage du roi spartiate, qu’il admirait tant.


***

43L’interaction entre Xénophon et ses prédécesseurs observée dans les Helléniques suggère que le dialogue que Xénophon entreprend avec eux est complexe et ne se limite pas à un simple collage. Certes, l’ombre de Thucydide semble parfois peser lourdement sur Xénophon, au point de provoquer en certaines occasions des formes d’imitation délibérée. Toutefois, il ne devrait pas être considéré pour autant comme un auteur manquant d’originalité.

  • 79  Notons quelques mots caractéristiques : εὐκαταλυτωτέρα (III, 5, 15), ἀξιεπαινοτάτης (IV, 4, 7), ἀν (...)
  • 80  Cf. le commentaire de Thucydide sur la rhétorique du passé utilisée par Nicias comme forme d’encou (...)

44Terminons par deux remarques qui montrent combien il serait erroné de cantonner Xénophon au statut de plagiaire maladroit. Tout d’abord, sur la langue de Xénophon. Si l’auteur imite souvent le vocabulaire et les expressions de Thucydide, dans le même temps, les Helléniques se caractérisent par une forte originalité linguistique, dont témoigne l’emploi de plusieurs hapax79. Ensuite, sur le contenu : le fait que Xénophon choisisse d’exploiter aussi des thèmes et la rhétorique hérodotéenne, lui permet de prendre une distance qui lui est propre par rapport à son modèle thucydidéen. Car, si cette imitation était complète, Xénophon, en suivant son modèle, aurait dû mépriser les sujets hérodotéens80.

  • 81 Cf.R. Nicolai, loc. cit. n. 1, p. 698-703.

45Nous pouvons maintenant revenir à la question du genre des Helléniques que nous avons posée au début de cette recherche. Que Xénophon entretienne un dialogue si complexe avec ses prédécesseurs suffit à écarter les doutes quant à l’appartenance des Helléniques au genre historique. Ce dialogue constant peut aussi venir nuancer une autre interprétation : à en croire certains, la question du genre ne serait pas importante, puisqu’il n’existait pas de règles historiographiques au IVe siècle et que les autres œuvres de Xénophon (comme l’Anabase ou la Cyropédie) partagent les mêmes traits que les Helléniques81. Néanmoins, il y a une différence de taille : dans l’Anabase ou la Cyropédie, Xénophon n’entend pas continuer une tradition préexistante, mais exploite le registre historiographique afin de créer des genres nouveaux. Les Helléniques, au contraire, se placent plus manifestement dans un dialogue avec la tradition précédente.

  • 82  Pour la réception de Xénophon dans l’antiquité, voir K. Münscher, « Xenophon in der griechisch‑röm (...)
  • 83 S. Hornblower, loc. cit. n. 1, p. 64-68.

46Les Helléniques n’ont pas eu de grande influence sur les générations postérieures, à l’inverse de l’Anabase ou de la Cyropédie82. Cela peut être dû aux mêmes raisons que celles avancées par S. Hornblower à propos de la réception de l’œuvre de Thucydide83 : pendant le IVe siècle et après, le sujet du désordre des cités grecques n’était plus aussi attirant que la question du panhellénisme ou du roi idéal. Une raison supplémentaire pourrait être invoquée : les genres nouveaux introduits par Xénophon ont peut-être davantage attiré l’attention de la postérité que le genre plus connu de l’histoire. Toutefois, la particularité des Helléniques s’éclaircit lorsqu’on la compare aux autres œuvres de Xénophon : elle réside dans le fait que les Helléniques décrivent non seulement une période transitoire, mais aussi un Xénophon en transition, c’est-à-dire comme un auteur en quête de son identité, un auteur qui expérimente, en étant tantôt thucydidéen, tantôt hérodotéen, tantôt lui-même, et qui, par ces expérimentations, enrichit et renouvelle le genre historique.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Vincent Azoulay, Paul Demont et Kurt Raaflaub pour leurs remarques précieuses pendant l’élaboration de ce travail. Il ne s’ensuit pas pour autant qu’ils partagent tous les points de vue qui y sont exprimés. En général, j’utilise la traduction de la Collection des Universités de Franceparfois modifiée. En ce qui concerne Hérodote, j’utilise également l’édition d’Andrée Barguet, Hérodote, L’Enquête, Livres V à IX, Paris, Gallimard, 1990.

 Pour des présentations récentes du débat, voir T. Rood, « Xenophon and Diodorus : Continuing Thucydides », in C. J. Tuplin (ed.), Xenophon and His World, Stuttgart, Steiner, 2004, p. 341-395, et R. Nicolai, « Thucydides Continued », inA. Rengakos&A. Tsakmakis (eds.), Brill’s Companion to Thucydides, Leiden, Boston, Brill, 2006, p. 691-719. Cf. aussi S. Hornblower, « The Fourth-Century and Hellenistic Reception of Thucydides », JHS 115 (1995), p. 47-68. En effet, le problème de la composition des Helléniques ne diffère pas de celui de la composition des Histoires de Thucydide : l’unité de pensée est évidente, mais les théories des étapes de composition, malgré leur caractère spéculatif, sont aussi nécessaires pour expliquer l’œuvre. Pour l’unité de pensée des Helléniques, voir aussi M. Sordi, « I caratteri dell’opera storiografica di Senofonte nelle Elleniche », Athenaeum 28 (1950), p. 3-53 et Athenaeum 29 (1951), p. 273-348.

2 C. H. Grayson, « Did Xenophon Intend to Write History ? », inB. Levick (ed.), The Ancient Historian and His Materials. Essays in Honor of C. E. Stevens on his Seventieth Birthday, Westmead, Gregg International, 1975, p. 31-43.

3  G. De Sanctis, Studi di storia della storiografia greca, Florence, La Nuova Italia, 1951, p. 155-157.

4  Voir surtout V. Gray, The Character of Xenophon’s Hellenica, Londres, Duckworth, 1989.

5  J.-C. Riedinger, Étude sur les Helléniques. Xénophon et l’histoire, Paris, Les Belles Lettres, 1991, p.61-96, qui conclut, p. 96 : « il n’avait pas sur le genre historique des idées très fixes ». Cf. aussi C. J. Tuplin, The Failings of Empire. A Reading of Xenophon Hellenica 2.3.11-7.5.27, Stuttgart, Steiner, 1993, p. 167-168, qui considère l’œuvre comme quasi-historiographique.

6  Pour la liaison des Helléniques avec les fils conducteurs de la pensée de Xénophon, voir J. Dillery, Xenophon and the History of His Times, Londres & New York, Routledge, 1995, p. 17-38. Voir aussi, p. 11, le commentaire de l’auteur sur l’absence de préface dans les Helléniques : « […] showing it to be a text unlike anything that had been done before, including Thucydides’ history ».

7  En raison de la nature fragmentaire de leur œuvre, les Atthidographes sont exclus dans cette étude.

8  Par exemple, l’intervention divine comme moteur des événements historiques met en question la conscience historique de Xénophon. Cf.J. Dillery, op. cit. n. 6, p. 181, qui note qu’une accusation pareille avait été faite par Jacoby contre Hérodote, mais que cette approche a été ensuite contestée. Il en va de même avec la sélectivité et les omissions, qui constituent un autre trait des Helléniques, mais qui est néanmoins partagé par Thucydide. Cela dit, les omissions de Xénophon ou les défauts de sa méthode sont probablement plus flagrants, mais ils ne constituent pas pour autant la preuve que les Helléniques ne soient pas de l’histoire.

9  Sur le lien entre Xénophon et Hérodote, voir W. J. Keller, « Xenophon’s Acquaintance with the History of Herodotus », CJ 6, 6 (1911), p. 252-259 ; T. S. Brown, « Echoes from Herodotus in Xenophon’s Hellenica », AncW 21 (1990), p. 97-101. Cf. aussi, H. R.Breitenbach, « Xenophon von Athen », RE, IX A2 (1967), col. 1569-2052, particulièrement les index s.v. Herodotos, col. 2038, Thukydides, col. 2050. K.‑A. Riemann, Das herodoteische Geschichtswerk in der antike, Diss. Münich 1967, p. 20‑27. Enfin, l’étude de V. Gray, op. cit. n. 4, constitue un examen détaillé des thèmes et des structures hérodotéennes dans les Helléniques. Pour la relation des autres œuvres de Xénophon avec Hérodote, voir (pour la Cyropédie), E. Lefèvre, « Die Frage nach dem bios eudaimon : Die Begegnung zwischen Kyros und Kroisos bei Xenophon », Hermes 99 (1971), p. 283-296, D. L. Gera, Xenophon’s Cyropaedia. Style, Genre and Literary Technique, Oxford, Oxford University Press 1993, p. 265-269, 271‑273 ; 276-277. Pour le lien entre l’Anabase et Hérodote, voir C. J. Tuplin, « Herodotus and Xenophon’s Anabasis », in V. Karagiorgis & I. Taifacos (eds.), The World of Herodotus, Nicosie, Fondation A. Leventis, 2004, p. 351-364, qui met néanmoins en relief plutôt les divergences entre Hérodote et l’Anabase.

10  Pour la relation de Xénophon avec Thucydide, l’étude d’E. Soulis, Xenophon and Thucydides. A Study on the Historical Methods of Xenophon in the Hellenica with Special Reference to the Influence of Thucydides, Athènes, s. n., 1972, est la plus fouillée, mais ses résultats sont souvent contestés. T. Rood, loc. cit. n. 4, a offert une analyse brillante de l’influence de Thucydide dans certains épisodes du début des Helléniques. Pour la relation de l’Anabase avec Thucydide, voir C. T. H. R. Ehrhardt, « Retreat in Xenophon and Thucydides », AHB 8 (1994), p. 1-4. Récemment, S. Stanke, dans sa thèse de doctorat, Tyrants, Kings and Generals — The Relationship of Leaders and their States in Xenophon’s Hellenica, Diss. Oxford, 2006, a aussi examiné certains aspects de la relation intertextuelle de Xénophon avec Hérodote et Thucydide.

11  Tel est le cas d’E. Soulis, op. cit. n. 10, qui note, p. 186 : « […] the main problem is : how does Xenophon use Thucydides ? There are certain stimuli [...]. However, the main stimulus is his intellectual poverty and his inability to analyse a given situation » ; et plus bas, p. 188 : « In his speeches Xenophon has deceived scholars […] by usurping Thucydides’ ideas and inventing speeches of his own without even an elementary political knowledge of events and circumstances… ». L’étude d’E. Soulis abonde en déclarations dépréciatives sur Xénophon.

12  Par exemple, V. Gray, op. cit. n. 4, ne commente pas du tout la pensée historique de Xénophon.

13  Voir pour cette conception, J. Marincola, « Genre, Convention and Innovation in Greco-Roman Historiography », inC. S. Kraus (ed.), The Limits of Historiography : Genre and Narrative in Ancient Historical Texts, Leiden, Boston, Brill, 1999, p. 281-324.

14  Notons aussi la référence aux archontes et aux éphores comme éléments de chronologie. Voir, pour les archontes, Xénophon, Helléniques, I, 2, 1 ; 3, 1 ; 6, 1 ; II, 1, 10 ; pour les éphores, Xénophon, Helléniques, I, 2, 1 ; 3, 1 ; 6, 1 ; II, 1, 10 ; 3, 1. Néanmoins, ces passages sont souvent considérés comme des interpolations. Force est de constater que le système chronologique de Xénophon n’est pas aussi élaboré que celui de Thucydide. De plus, son système de chronologie devient plus lâche après le II, 3, 9. Voir à ces sujets, J.‑C. Riedinger, op. cit. n. 5, p. 97-121. Cf.S. Hornblower, loc. cit. n. 1, p. 50.

15  Un seul passage (Helléniques, V, 4, 7) présente deux versions différentes. Cf.J. Dillery, op. cit. n. 6, p. 229.

16  Xénophon, Helléniques, VI, 1, 19. Cf. aussi, Xénophon, Helléniques, VI, 5, 1 ; VII, 41 ; Xénophon, Cyropédie,. I, 2, 15. Hérodote écrit à son tour : « Et j’en reviens maintenant (ἐπάνειμι) à mon sujet précédent » (VII, 138, 1).

17  Xénophon, Helléniques, V, 4.1. Cf. le proème d’Hérodote, avec l’insistance sur les Grecs et les barbares. Ce parallèle est noté par les commentateurs. Voir R. Nicolai, loc. cit. n. 1, p. 700-701. Cf. aussi, pour la syntaxe (verbe λέγω + participe) la fameuse phrase hérodotéenne (VII, 152, 3): « Pour moi, j’ai le devoir de rapporter ce que l’on dit (λέγειν τὰ λεγόμενα) ».

18  Xénophon, Helléniques, IV, 8, 1. E. Soulis, op. cit., p. 17, compare ce passage avec Thucydide, III, 90, 1. T. Rood, loc. cit. n. 1, note aussi le parallèle avec Thucydide, III, 90, 1, mais aussi avec Hérodote,. I, 16, 2 ; 177. Voir R. Nicolai, loc. cit. n. 1, p. 700, qui note d’autres parallèles entre Xénophon et ses prédécesseurs (Hérodote, proème ; Thucydide, I, 1 et 23).

19  Τῶν ἡμεῖς ἴδμεν :Hérodote, I, 6, 2 ; 14, 2 ; 23 ; 94, 1 ; 142, 2 ; 178, 3 ; 193, 2 ; II, 68, 2 ; 157 ; III, 60, 4 ; 94, 2 ; 98, 2 ; 122, 2 ; IV, 42, 2 ; 46, 2 ; 48, 1 ; 58 ; 152, 3 ; 184, 1 ; 187, 3 ; V, 119, 2 ; VI, 21, 1‑2 ; 112, 3 ; VII, 20, 2 ; 27, 2 ; VIII, 105, 1 ; 124, 3 ; IX, 37, 2 ; 64, 1 ; 78.2 ; Ὧν ἴσμεν:Thucydide,I, 4, 1 ; 13, 4 ; 18, 1 ; V, 105, 4 ; VII, 87, 5 ; Ὧν ἐγὼ οἶδα : Xénophon, Helléniques 6, 1, 16 ; Περὶ... εἴρηται: Hérodote, VII, 153, 1 (cf. aussi I, 214, 5 ; II, 24, 2) ; Thucydide, I, 22, 2 ; VI, 2, 1. Les dérivés ou les composés de διηγοῦμαι, ἀφηγοῦμαι abondent chez Hérodote : ἀπηγήσομαι (I, 185, 1), τῶν ἀπηγημάτων (II, 3, 2), προδιηγησάμενος (IV, 145, 1), εὐαπήγητον (VII, 63, 1),ἀξιόχρεα ἀπηγήσιος (V, 65, 5), οὐκ ἀξίως ἀπηγήσιος (III, 125, 3), ἀξιαπηγήτων (V, 57, 2), ἀξιαπηγητότατα (I, 17, 1), ἀξιωτάτη ἀπηγήσιος (II, 70, 1). Cf. aussi, Thucydide, VI, 54, 1 : διηγησάμενος ; Xénophon, Helléniques, IV, 3, 16 ; 8, 1 ; V, 1, 4.

20  Voir pour cette idée, V. Gray, « Continuous History and Xenophon, Hellenica 1-2.3.10 », AJPh 112, 2 (1991), p. 201-228, particulièrement p. 202-211, qui considère la Suite de Thucydide comme un « sommaire-pont (bridging summary) » analogue au sommaire de la Pentékontaétie dans l’œuvre de Thucydide. Cette approche ne nous semble pas convaincante. En outre, la Pentékontaétie partage certains traits avec d’autres digressions de Thucydide, comme l’Archéologie et le récit sur les tyrannicides, qui ne peuvent pas être considérés comme des sommaires-ponts. En revanche, J. Dillery, op. cit. n. 6, p. 10, suppose que Xénophon n’a pas ajouté une préface au début de son œuvre, car il était inspiré par le cycle épique et plus particulièrement le poème Aethiopis, qui n’avait pas d’introduction et qui commençait avec une phrase de l’Iliade. Néanmoins, il paraît peu probable que Xénophon ait eu besoin d’un modèle aussi lointain pour commencer son histoire.

21  Thucydide, I, 97, 1 (nous soulignons).

22  Hérodote, VI, 55, 1 (nous soulignons).

23  Pour les continuations chez les historiens, voir J. Marincola, Authority and Tradition in Ancient Historiography, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 237-241 et les tableaux, p. 289‑292. Bien que l’auteur note, p. 237, que Xénophon est le premier historien qui continue l’œuvre d’un prédécesseur, dans les tableaux, il inclut aussi Thucydide. Toutefois, on devrait envisager l’hypothèse selon laquelle si l’œuvre de Thucydide n’était pas incomplète, le genre de l’histoire continue n’aurait probablement pas été inventé. Cf. aussi, J. Marincola, loc. cit. n. 13, p. 310-311, dans une perspective un peu différente de la nôtre : il estime aussi que Xénophon introduit une nouvelle conception de l’histoire, mais qui repose sur le fait que les événements sont indécis et peu concluants.

24  FGrHist 1F1a.Voir à ce sujet J. Marincola, op. cit.n. 23, p. 225‑236, le chapitre « Polemic and Self-Definition ». Xénophon justement n’est pas inclus dans ce chapitre.

25  Hérodote, II, 28 ; 120 et 131.

26  Tel est le cas de l’insistance sur les questions morales, souvent considérée comme l’un des traits les plus originaux de la pensée de Xénophon. Cf. Xénophon, Helléniques, II, 3, 56 (apologie pour la référence au caractère de Théramène), V, 1, 4 (apologie pour l’éloge de Teleutias comme chef), VII, 2, 1-2 (apologie pour l’éloge d’une petite cité, Phleious). Pour l’analyse des passages de méthode, voir J.‑C. Riedinger, op. cit. n. 5, p. 64-65, C. J. Tuplin, op. cit. n. 5, p. 36-41.Cf. aussi J. Dillery, op. cit. n. 6, p. 124-127, qui ajoute une nuance : Xénophon s’intéresse aussi aux petites cités quand elles effectuent un acte considérable, ce qui le met plutôt dans la lignée de Thucydide (VII, 30, 3). Nous considérons ce trait de Xénophon comme un déguisement du savoir moral en savoir historique. Pour ce sujet et la bibliographie relative, voir notre étude, « L’historien et son public dans l’Athènes classique. Le savoir du public et les limites du savoir historique », in A. Macé (ed.), Le savoir public, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2009 (à paraître).

27  Pour la citation dans l’Antiquité, voir récemment C. Darbo-Peschanski (ed.), La citation dans l’Antiquité, Grenoble, Million, 2004. Cf. aussi G. Schepens & J. Bolansée (eds.), The Shadow of Polybius : Intertextuality as a Research Tool in Greek Historiography, Louvain-Paris-Dudley (Mass.), Peeters, 2005.

28  Voir à ce propos, T. Rood, loc cit. n. 1, p. 344-346. Cf. aussi S. Hornblower, loc. cit. n. 1, p. 49‑50, pour la mise en relief de la rigidité du principe de la Quellenforschung suivie par F. Jacoby, selon lequel seule la citation constitue une preuve de connaissance d’un auteur. Si toute recherche sur l’intertextualité ne se fondant pas exclusivement sur les citations risque d’être considérée comme spéculative, nous estimons que l’effet cumulatif des allusions aux auteurs précédents mérite d’être pris plus sérieusement en considération.

29  Denys d’Halicarnasse, Lettre à Pompée, III, 1, 1-IV, 4, 5 ; De l’imitation, XXXI, 3, 2. Xénophon y est caractérisé comme Ἡροδότου ζηλωτής. La vérification de cette caractérisation a constitué l’objet de l’étude de V. Gray, op. cit. n. 4, p. 1-9.

30  La similitude la plus frappante est l’intervention des dieux dans le résultat des batailles ou des guerres : Xénophon, Helléniques, IV, 4, 12 ; V, 4, 1 ; VII, 1, 6 ; 5, 26 ; Hérodote, II, 120, 5. Voir R. Dietzfelbinger, « Religiöse Kategorien in Xenophons Geschichts-verständnis », WJA 18 (1992), p. 133-145 ; C. J. Tuplin, op. cit.n. 5, Appendix VII, p. 215 ; F. Scoczylas Pownall, « Condemnation of the Impious in Xenophon’s Hellenica », HThR 91 (1998), p. 251-277. J. Dillery, op. cit. n. 6, p. 224, note qu’en effet Thucydide était exceptionnel dans son traitement du divin, tandis que la tradition d’Hérodote s’est transmise au IVe siècle et à l’historiographie hellénistique.

31  Nous empruntons l’expression « décor perse » de l’étude de C. J. Tuplin, « Persian Decor in the Cyropaedia : Some Observations », inH. Sancisi-Weerdenburg & J. W. Drijvers (eds.), Achaemenid History Workshops V. The Roots of European Tradition, La Haye, Nederlands Instituut voor het Nabije Oosten, 1990, p. 17-29. Pour le thème de « l’autre » dans l’historiographie des Ve et IVe siècles, voir J. Dillery, op. cit. n. 6, p. 45-46.

32  Notons les parallèles les plus importants : le récit sur Mania (Xénophon, Helléniques, III, 1, 10-15) présente des similitudes importantes avec le récit hérodotéen sur Artémisie, voir V. Gray, op. cit. n. 4, p. 29-32 ; le meurtre des conspirateurs contre Thèbes (Xénophon, Helléniques,V, 4, 2-12) évoque le meurtre des Perses par les Macédoniens narré par Hérodote (V, 18-27) ; cf. V. Gray, op. cit. n. 4, p. 65-70 ; J. Dillery, op. cit.n. 6, p. 229 ; la querelle sur la royauté à Sparte évoque également la querelle décrite par Hérodote (Xénophon, Helléniques, III, 3, 1, avec Hérodote, VI, 61-73), avec W. J. Keller, loc. cit. n. 9, p. 254-255 ; V. Gray, op. cit.n. 4, p. 36-39, S. Stanke, op. cit.n. 9, p. 84‑86 ; l’image du roi Agésilas qui contemple ses troupes (Xénophon, Helléniques, IV, 5, 6) renvoie à une image pareille d’Hérodote pour Xerxès (Hérodote, VII, 212, 1 ; VIII, 87, 1 ; 88, 2 ; 90, 4), V. Gray, op. cit.n. 4, p. 157-163 ; la réversibilité de la fortune humaine est une idée partagée tant par Xénophon que par Hérodote (Xénophon, Helléniques, VI, 4, 23, avec Hérodote, I, 5).

33 P. Krentz, Hellenika I-II.3.10, edited with an introduction, translation and commentary,vol. 1, Warminster, Aris and Philipps 1989, p. 115, compare ce passage d’Hérodote avec Xénophon, Helléniques, I, 2, 13, où un autre incident de mort par lapidation est attesté. Néanmoins, la mort par lapidation attestée dans les Helléniques ne provient pas d’un acte de la communauté, pace V. J. Rosivach, « Stoning by Death in Athens », ClAnt 6, 2 (1987), p. 232-248.

34  Pour les rapports entre individus et communautés chez Hérodote, voir notre étude « Modèles individuels et collectifs chez Hérodote : un exemple de la formation de l’identité grecque », BAGB 65 (2006), p. 17-39 (avec la bibliographie précédente).

35  Xénophon, Helléniques, II, 4, 21. Pour les qualités littéraires du discours de Cléocritos, voir V. Gray, op. cit. n. 4, p. 101-103.

36 Xénophon, Helléniques, V, 2, 26. V. Gray, op. cit.n. 4, Appendix IV, p. 187-188, note les deux formules similaires de Xénophon sans observer le parallèle avec Hérodote. Selon elle, la similitude des expressions utilisées montre que Xénophon se sert ici d’une structure (pattern) littéraire.

37  Xénophon, Helléniques, II, 4, 13, avec Hérodote, III, 62, 1 ; 140, 3 ; cf. aussi, Hérodote, III, 80, 2 ; 83, 1 ; 142, 3 ; IV, 97, 5 ; 161, 3 ; VI, 130, 1 ; VII, 8, δ 2 ; 164, 1.

38  Xénophon, Helléniques, VI, 2, 1 : « Quant aux Athéniens, qui voyaient les Thébains grandir grâce à eux (αὐξανομένους μὲν ὁρῶντες διὰ σφᾶς τοὺς Θηβαίους), […] ils éprouvèrent le désir de terminer la guerre ». Cf. la complainte similaire des Lacédémoniens à l’égard du démos athénien (Hérodote, V, 91, 2) : « […] nous avons remis la ville aux mains du peuple, un peuple ingrat qui, libre grâce à nous, a redressé la tête pour nous outrager aussitôt et nous chasser, notre roi et nous, un peuple qui grandit en quête de la gloire (ὃς ἐπείτε δι’ ἡμέας ἐλευθερωθεὶς ἀνέκυψε, ἡμέας μὲν καὶ τὸν βασιλέα ἡμέων περιυβρίσας ἐξέβαλε, δόξαν δὲ φύσας αὐξάνεται) ». Εn outre, l’idée de l’αὔξησις parcourt l’historiographie du Ve siècle. Voir à ce propos la thèse de M. Węcowski, L’auxêsis d’Athènes : Hérodote, Thucydide et un aspect de l’idéologie athénienne, Diss. EHESS, Paris 2000, et Idem, « “ The auxesis of Athens ”. A Forgotten Aspect of the Athenian Ideology of the Fifth Century BC (en polonais, avec un résumé en anglais) », inL. Morawiecki & P. Berdowski (eds.), Ideologia i propaganda w starożytności, Rzeszów, s. n., 2004, p. 101-124.

39  D’autres passages suggèrent cette connaissance : cf. Xénophon, Helléniques, III, 1, 6 ; IV, 2, 8 ; VI, 5, 43.

40  Des traits d’oralité sont aussi présents chez Xénophon, voir D. Kelly, « Oral Xenophon », in I. Worthington (ed.), Voice into Text : Orality and Literacy in Ancient Greece, Leiden, New York, Cologne, Brill, 1996, p. 149-163.

41  Les mots ἐπεισπλεῖ ἀπωλοφύραντο ἀνήκεστον renvoient au texte de Thucydide (VI, 2, 6 ; II, 46, 2 ; VI, 2, 15). Cf.T. Rood, loc. cit. n. 1, p. 361. De plus, la caractérisation des personnages avec δοκῶν(Xénophon, Helléniques, I, 1, 31) fait écho à des caractérisations identiques chez Thucydide (I, 79, 2 ; III, 1, 18). Cf.S. Hornblower, loc. cit. n. 1, p. 50.

42  Cf. par exemple les expressions suivantes : διπλῆν δουλείαν(Xénophon, Helléniques, III, 5, 13), qui évoque l’expression διπλῆν ἀπόστασιν(III,13,1), ἄσμενοι ἔλαβον πρόφασιν(Xénophon, Helléniques, IV, 5, 1 ; Thucydide, VI, 34, 6), εἰς σὲ ἀποβλέπει(Xénophon, Helléniques, VI, 1, 8 ; Thucydide, III, 58, 4), ἐκπλῆσαι τὰς γνώμας αὐτῶν(Xénophon, Helléniques, VI, 1, 12 ; Thucydide, II, 65, 9). Voir aussi une imitation de l’asyndeton thucydidéen : Xénophon, Helléniques, IV, 3, 19, avec Thucydide, VII, 71, 4.

43  Cela dit, l’influence de Thucydide sur le récit de Xénophon est également importante : voir, par exemple, la description de l’alliance de 370 (Xénophon, Helléniques, VII, 4, 10 :πολμου μεταλλαγ), qui évoque le commentaire de Thucydide sur la paix de Nicias (V, 26, 3 :ππτ νοκωχ).

44 Cf.H. R. Breitenbach, loc. cit. n. 9, col. 1574. Cf. aussi, J. Hatzfeld, Xénophon. Helléniques, Livres I-III, tome 1, Paris, Les Belles Lettres, 2003, p. 164 : « il n’y a aucune raison de douter que ce personnage, que Xénophon ne nomme pas, soit Xénophon lui-même ».

45  D’une manière parallèle, les honneurs attribués à Téleutias évoquent les honneurs à Brasidas : Xénophon, Helléniques, V, 1, 3, avec Thucydide, IV, 121, 1. Ce parallèle est noté par E. Soulis, op. cit. n. 10, p. 20.

46  Xénophon, Helléniques, VI, 1, 2 : « Ce personnage, qui avait une réputation très favorable dans toute la Thessalie, passait en particulier dans sa propre cité pour un homme si honorable, qu’après une période de conflits, les Pharsaliens lui remirent l’Acropole, et lui confièrent la gestion des revenus, afin qu’il perçut tous les impôts fixés par la loi ». La description de l’attitude des Pharsaliens à l’égard de Polydamas et leur confiance en lui évoque l’attitude du peuple athénien à l’égard de Périclès : cf. Thucydide, II, 65, 4.

47  Xénophon, Helléniques, VI, 3, 15 : « D’ailleurs, de tout temps, des guerres ont éclaté et toutes ont pris fin, c’est une chose que nous savons tous ». Cf. Thucydide, II, 64, 3 : « car tout comporte aussi un déclin ».

48  Xénophon, Helléniques, VI, 5, 40 ; cf. Thucydide, I, 144, 3 (premier discours de Périclès) ; II, 64, 2 et 6 (troisième discours de Périclès).

49  Xénophon, Helléniques, VI, 5, 45 ; cf. Thucydide, II, 37, 1 (épitaphios) et, dans le même discours, pour l’image d’Athènes comme bienfaitrice, II, 40, 4-5 ; 41, 3.

50  Xénophon, Helléniques, VI, 3, 16 ; cf. Thucydide, II, 63, 1-2 (troisième discours de Périclès).

51  Xénophon, Helléniques, I, 6, 5 (discours de Callicratidas devant les Lacédémoniens) : « Pour mon compte, je ne demande qu’à rester chez nous (Ἐμοὶ μὲν ἀρκεῖ οἴκοι μένειν) […]. Pour vous (ὐμεῖς δὲ) […] proposez ce qui vous paraît le mieux ». Cf. aussi, Xénophon, Helléniques 1, 6, 8 (discours de Callicratidas devant les Milésiens) : « Pour moi, Milésiens, c’est une obligation d’obéir aux magistrats de ma patrie (Ἐμοὶ μὲν, ὦ Μιλήσιοι, ἀνάγκη τοῖς οἴκοι ἄρχουσι πείθεσθαι) ; pour vous, je vous demande de mettre toute votre ardeur à la guerre (ὑμᾶς δὲ ἐγὼ ἀξιῶ προθυμοτάτους εἶναι εἰς τὸν πόλεμον) […] ». Cf. Thucydide, II, 61, 2 : « Pour moi, donc, je suis le même, et je ne me dédis point (καὶ ἐγὼ μὲν) ; mais vous (ὑμεῖς δὲ), vous changez ». Cf. aussi, Thucydide, III, 38, 1, 4.

52  Xénophon, Helléniques, I, 7, 18 (discours d’Euryptolémos) : « Voici que maintenant ils partagent la responsabilité avec ceux qui ont été seuls à commettre une faute, et, pour prix de la générosité qu’ils ont montrée alors, aujourd’hui, victimes des critiques de ces gens-là et de quelques autres, ils sont en danger de mort (καὶ ἀντὶ τῆς τότε φιλανθρωπίας νῦν ὑπ’ ἑκείνων τε καί τινων ἄλλων ἐπιβουλευόμενοι κινδυνεύουσιν ἀπολέσθαι) ». Cf. Thucydide, I, 86, 1 (discours de Sthénélaidas) : « Cependant, s’ils se sont bien conduits alors vis-à-vis des Mèdes, et mal aujourd’hui vis-à-vis de nous (καίτοι εἰ πρὸς τοὺς Μήδους ἐγένοντο ἀγαθοὶ τότε πρὸς δ’ ἡμᾶς κακοὶ νῦν), ils méritent deux fois plus d’être punis, pour être ainsi passés du bien au mal ».

53  Xénophon, Helléniques I, 7, 16 (discours d’Euryptolémos en faveur des stratèges des Arginuses) : « C’est en partie pour accuser, Athéniens, que je suis monté ici […]. C’est aussi pour défendre les stratèges, et c’est pour vous conseiller les mesures que je crois les meilleures pour la cité tout entière (Τὰ μὲν κατηγορήσων, ὦ ἄνδρες Ἀθηναῖ͂οι, ἀνέβην ἑνθάδε[…]τὰ δ’ ὑπεραπολογησόμενος, τὰ δὲ συμβουλεύσων ἅ μοι δοκεῖ ἄριστα εἶναι ἁπάσῃ τῇ πόλει) ». Cf. Thucydide, III, 44, 1 (discours de Diodote en faveur des Mytiléniens) : « Pour ma part, je ne viens ni porter la contradiction au sujet des Mytiléniens, ni les accuser (Ἐγὼ δὲ παρῆλθον οὔτε ἀντερῶν περὶ Μυτιληναίων οὔτε κατηγορήσων) ». Cf. aussi, Thucydide, II, 60, 1.

54  Xénophon, Helléniques, II, 3, 33 : « Eh bien ! Celui qu’on voit sans cesse occupé à tirer profit des choses, mais qui n’a aucun souci pour la morale ni de ses amis, comment pourrait-on donc l’épargner ? ». Cf. Thucydide, III, 39, 2 : « […] un peuple en outre autonome et comblé par nous des plus grands égards, s’il a commis un acte pareil, n’est-ce pas intrigue et insurrection, plutôt que défection […] tentative en outre de se mettre avec nos pires ennemis pour nous anéantir ? ». Voir aussi, Xénophon, Helléniques, II, 4, 40-41 : « Pour vous, gens de la ville, je vous engage à bien vous connaître : et le meilleur moyen de vous connaître, c’est d’examiner sur quoi vous fondez votre prétention de vouloir nous commander. Êtes-vous plus équitables que nous (πότερον δικαιότεροί ἐστε;) ? Cependant, le peuple […] Direz-vous donc que c’est l’intelligence qui fait votre supériorité […] ? Néanmoins, […] ». La même formule, d’une question rhétorique, suivie par une réponse négative, est aussi attestée dans le discours d’Archidamos au début de la Guerre du Péloponnèse (Thucydide, I, 80, 4 ; 81, 1) : « comment, vis-à-vis d’un tel peuple, soulever une guerre à la légère, et sur quoi compter pour céder à la précipitation sans être préparés ? Sur la flotte ? Cependant, le nôtre est la moins forte (πότερον ταῖς ναυσίν ἀλλ’ ἥσσους ἐσμέν) […] Alors, sur l’argent ? Mais notre infériorité ici est encore plus grande (ἀλλὰ τοῖς χρήμασιν; ἀλλὰ πολλῷ πλέον ἔτι τούτου ἐλλείπομεν) […] ».

55  Xénophon, Helléniques, IV, 1, 13 : « Hérripidas dit : “ Sur le reste de notre conversation, Agésilas, à quoi bon s’étendre ? ” (Τὰ μὲν ἄλλα, ὦ Ἀγησίλαε, τὰ ῥηθέντα τί ἄν τις μακρολογοίη;) ». Cf. Thucydide, I, 68, 3 ; II, 36, 4 ; IV, 59, 2.

56  Xénophon, Helléniques, II, 2, 43 (discours de Théramène) : « Ce ne sont pas, Critias, ceux qui empêchent le nombre des ennemis de s’accroître ni ceux qui vous montrent le moyen d’avoir le plus d’amis, ce ne sont pas eux qui donnent de la force au parti hostile ; mais, bien plutôt, ceux qui s’emparent injustement du bien d’autrui et qui font mettre à mort les innocents, ce sont eux qui augmentent le nombre de vos adversaires et qui trahissent non seulement leurs amis, mais eux-mêmes avec leur ignoble avidité ». Cf. Thucydide, I, 69, 1 (discours des Corinthiens devant les Lacédémoniens) : « Et c’est votre faute, à vous : vous les avez laissés, après les Guerres médiques, renforcer d’abord leur ville […] Car le vrai responsable, ce n’est pasl’auteur de l’asservissement : c’est celui qui peut y mettre un terme et n’en a pas souci […] ». Sur cette technique narrative, voir S. Hornblower, « Narratology and Narrative Technique in Thucydides », in Idem (ed.), Greek Historiography, Oxford, Oxford University Press, 1994, p. 131-166, particulièrement p. 152.

57  Xénophon, Helléniques, III, 5, 15 ; VI, 5, 39 avec Thucydide, I, 33, 2-4 ; 35, 4-5. Cf. aussi, Xénophon, Helléniques, VI, 2, 9, un passage sur la demande de Corcyre de s’allier avec Athènes, qui renvoie directement à Thucydide, I, 32-36. Voir déjà H. R. Breintebach, loc. cit. n. 9, col. 1688.

58  Xénophon, Helléniques, III, 5, 4, avec Thucydide, I, 144, 2.

59  Impérialisme et action sans cesse : Xénophon, Helléniques, VI, 2, 15, avec Thucydide, I, 70, 4-5 et 7. Incitation à commencer la guerre plus tard : Xénophon, Helléniques, VI, 3, 6, avec Thucydide, I, 84, 1.

60  Xénophon, Helléniques, III, 5, 18, avec Thucydide, IV, 86, 1.

61  Nous citons l’ensemble de ces parallèles car ils ne sont pas tous notés par les commentateurs. Au-delà des parallèles avec le débat entre Cléon et Diodote, il existe aussi un autre parallèle thucydidéen, l’idée selon laquelle le démos athénien était opposé à l’oligarchie, car il était habitué à la liberté (Xénophon, Helléniques, II, 3, 24 ; Thucydide, VIII, 68, 4).

62 Cf. Thucydide, V, 113, 1 ; VI, 3, 9. Si les parallèles d) et e) expriment des idées connues dans la littérature de l’époque classique, il est néanmoins significatif qu’elles soient aussi présentes dans le débat entre Cléon et Diodote, qui semble avoir exercé une grande influence sur Xénophon.

63  Chez Xénophon (Xénophon, Helléniques, II, 3, 50), le Conseil est favorable à Théramène après son discours, mais Critias intervient arbitrairement pour empêcher son vote et procéder ainsi à la condamnation de son adversaire.

64  Cf. aussi, une autre sorte de remodelage, Xénophon, Helléniques, II, 3, 49 : « Maintenant, si tu peux, Critias, citer un cas, où, avec un gouvernement démocratique ou tyrannique (σὺν τοῖς δημοτικοῖς ἢ τυραννικοῖς), j’ai essayé de priver de leurs droits de citoyens les gens distingués et honnêtes, parle », avec Thucydide, 6, 60, 1 : « le peuple athénien […] rapportait tout à une conjuration oligarchique et tyrannique (ἐπὶξυνωμοσίᾳ ὀλιγαρχικῇ καὶ τυραννικῇ) ». Pour les oligarques, la démocratie peut être liée à la tyrannie, tandis que pour les démocrates, seule l’oligarchie s’y rattache.

65  Voir à ce sujet, S. Lewis, « Καὶ σαφῶς τύραννος ἦν : Xenophon’s Account of Euphron of Sicyon », JHS 124 (2004), p. 65-74.

66  Hilotes de Coryphasion (Xénophon, Helléniques, I, 2, 18), colonie d’Héraclée de Trachinie (Xénophon, Helléniques, I, 2, 18), le salaire des marins(Xénophon, Helléniques, I, 5, 4), injustices des Athéniens (Xénophon, Helléniques, II, 2, 3), médisme des Thébains (Xénophon, Helléniques, III, 5, 8 ; V, 4, 46), autonomie des Thraces (Xénophon, Helléniques, V, 2, 17).

67  Thucydide emploie le mot ὕβρις dans son récit seulement deux fois : en II, 65, 9 (pour décrire l’attitude du peuple athénien) et en VI, 28, 2 (pour décrire le sacrilège des Hermai). Il y a aussi un troisième passage, provenant du récit sur la stasis à Corcyre (Thucydide, III, 84, 1), mais il est considéré comme une interpolation. Toutefois, pour la même idée, de subir un mal qu’on a infligé, cf. Thucydide, VII, 71, 7 :ἦν τε ἐν τῷ παραυτίκα οὐδεμιᾶς δὴ τῶν ξυμπασῶν ἐλάσσων ἔκπληξις. Παραπλήσιά τε ἐπεπόνθεσαν καὶ ἔδρασαν αὐτοὶ ἐν Πύλῳ. Notons de plus que le mot μικροπολτας n’est pas attesté chez Thucydide, mais chez Aristophane (Cavaliers, 817).

68  Thucydide, II, 8, 1 ; IV, 5 : « Quant au reste de la Grèce, il était suspendu à cette rencontre des principales cités […]. Les sympathies des gens penchaient nettement en faveur des Lacédémoniens, surtout parce qu’ils avaient fait une déclaration auparavant (ἄλλως τε καὶ προειπόντων) les posant en libérateurs de la Grèce. Aussi, individu ou État, tous étaient-ils pleins d’énergie pour les aider de leurs moyens, soit en paroles soit en actes […]. Telle était la colère que la plupart nourrissaient contre Athènes, les uns parce qu’ils voulaient échapper à sa domination, les autres parce qu’ils craignaient de s’y voir soumis ».

69  Tel est le point de vue d’E. Soulis, op. cit. n. 10, p. 185-190.

70  Hérodote, I, 25 ; IX, 25 ; 70 (θέης ἄξιον) ; cf. aussi l’emploi de l’adjectifἀξιοθέητον : Hérodote, I, 184 ; II, 111 ; 163 ; 176 ; 182 ; III, 123 ; IV, 85 ; 162.

71  Voir Hérodote, I, 55, 4 ; II, 102, 1-5 ; VII, 210, 2 ; VIII, 88, 3, avec notre thèse, La réflexion sur la liberté et l’esclavage chez Hérodote, Thucydide et Xénophon, Diss. Paris IV, 2007, p. 25-28.

72  V. Gray, op. cit. n. 4, p. 52-58, note que l’histoire évoque la manière hérodotéenne de narrer (« storytelling manner of Herodotus ») et établit une comparaison avec le discours de Polydamas de Pharsale : « designed to highlight the virtue of Pharnabazus and Polydamas […] as men tempted, but unwilling to prove disloyal without good cause ». P. Krentz, Hellenika II.3.10-IV.2.8, vol. 2, Warminster, Aris and Phillips, 1995, p. 207, commente : « the hint remains that the Lakedaimonians ought to be more concerned with their own honor ». C. J. Tuplin, op. cit. n. 5, p. 56-60, estime que Xénophon ne veut pas présenter favorablement Agésilas. Cf.J. Dillery, op. cit.n. 6, p. 118-119 : « Agesilaus’ comment to Pharnabazus reflects his ambivalent attitude towards the problem of the competition between loyalty to state and loyalty to friends ». Dans cette perspective, voir aussi, V. Azoulay, Xénophon et les grâces du pouvoir. De la charis au charisme, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 150, n. 4. P. Demont, « Xénophon et les homotimes », Ktèma 31(2006), p. 277-290, particulièrement p. 278-280, analyse dans cette scène la liaison de l’esclavage avec l’honneur, une liaison présente dans la société perse.

73  Thucydide, VI, 76, 4 ; 77, 1.

74  Hérodote, VII, 136, 1.

75  Hérodote, VII, 102, 1 ; 104, 1. Cf. Xénophon, Anabase, I, 7, 3 ; III, 2, 13. K. A. Raaflaub, « Zum Freiheitsbegriff der Griechen : Materialen und Untersuchungen zur Bedeutungsentwicklung von eleutheros/ eleutheria in der archaischen und klassischen Zeit », in E. C. Welskopf (ed.), Soziale Typenbegriffe im alten Griechenland und ihr Fortleben in den Sprachen der Welt, 7 vols., Berlin, Akademie Verlag, 1981-1985, vol. 4, p. 180-405, particulièrement p. 315, établit un autre lien avec l’histoire d’Hérodote : « Wie sehr sich Agesilaos an die persischen Denkformen anpasst, zeigt der Vergleich mit der Argumentationsweise des Mardonios im Bündnisangebot an Athen im Werke Herodots ». W. D. Desmond, The Greek Praise of Poverty : Origins of Ancient Cynicism, Notre Dame, University of Notre Dame Press, 2006, p. 116-119, commente le débat entre Démarate et Xerxès, mais laisse de côté celui entre Agésilas et Pharnabaze.

76  Thucydide, I, 17, 1 : τν διον οκον αξειν.

77  Thucydide, II, 43, 4-5 : « καὶ τὸ εὔδαιμον τὸ ἐλεύθερον, τὸ δ’ ἐλεύθερον τὸ εὔψυχον κρίναντες […] ».

78  K. A. Raaflaub, The Discovery of Freedom in Ancient Greece, Chicago, Chicago University Press, 2004, p. 188, établit un lien entre le bonheur représenté par Agésilas et l’idée du Ve siècle, selon laquelle la liberté s’identifie avec la puissance (« freedom with power »), mais cette interprétation ne souligne pas suffisament la particularité de la proposition d’Agésilas et par conséquent la nouveauté conceptuelle de Xénophon.

79  Notons quelques mots caractéristiques : εὐκαταλυτωτέρα (III, 5, 15), ἀξιεπαινοτάτης (IV, 4, 7), ἀντιρρόπως (V, 1, 32), αὐτοπολῖται (V, 2, 14), ὑπεροπτικῶς (VII, 1, 18), περιβλεπτότατοι (VII, 1, 30), κλαυσίγελως (VII, 2, 9), αὐτογνωμονήσαντες (VII, 3, 6), ὠξυλάβησαν(VII, 4, 27),

80  Cf. le commentaire de Thucydide sur la rhétorique du passé utilisée par Nicias comme forme d’encouragement : « évoquant leur patrie, libre entre toutes, et cette indépendance franche de mots d’ordre qu’y trouvait pour tous la vie de chaque jour ; ajoutant enfin, tout ce qu’à une minute si décisive on est prêt à dire, sans craindre de paraître ressasser des propos rebattus, et que l’on présente à peu près de même en toute occasion, sur les femmes, les enfants et les dieux tutélaires […] » (VII, 69, 2).

81 Cf.R. Nicolai, loc. cit. n. 1, p. 698-703.

82  Pour la réception de Xénophon dans l’antiquité, voir K. Münscher, « Xenophon in der griechisch‑römischen Literatur », Philologus Suppl. 13, 2 (1920). Cf. C. J. Tuplin, op. cit. n. 5, p. 20‑29, qui donne des statistiques détaillées sur la réception des œuvres de Xénophon.

83 S. Hornblower, loc. cit. n. 1, p. 64-68.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélina Tamiolaki, « Les Helléniques entre tradition et innovation. Aspects de la relation intertextuelle de Xénophon avec Hérodote et Thucydide », Cahiers des études anciennes, XLV | 2008, 15-52.

Référence électronique

Mélina Tamiolaki, « Les Helléniques entre tradition et innovation. Aspects de la relation intertextuelle de Xénophon avec Hérodote et Thucydide », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLV | 2008, mis en ligne le 13 mars 2010, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://etudesanciennes.revues.org/238

Haut de page

Auteur

Mélina Tamiolaki

Université de Patras

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers des études anciennes

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org