Navigation – Plan du site

Introduction

Vincent Azoulay

Texte intégral

1Né en 428 av. J.‑C., dans le dème d’Erchia en Attique, Xénophon eut un itinéraire marqué par de multiples transgressions. Transgression des frontières entre l’Orient et le monde grec, tout d’abord : membre de l’élite athénienne, ce disciple de Socrate commence sa carrière en Asie, dans la troupe d’un prince barbare, prétendant au trône perse. Il traverse donc les frontières de l’engagement entre Grecs et barbares. Transgression des barrières entre Athènes et Sparte, ensuite : Xénophon entretient des relations ambiguës avec sa cité d’origine et vit longtemps en exil, à Scillonte, sous la protection des pires ennemis militaires et politiques d’Athènes, les Lacédémoniens. Il regagne néanmoins sa patrie au soir de sa vie, laissant filtrer dans ses écrits des remarques douces-amères sur Sparte, dont l’évolution le laisse dubitatif.

2Son œuvre fonctionne en miroir de cette vie mouvementée. Sa diversité est proprement étourdissante et, à vrai dire, désarmante — au point que les savants l’abordent rarement comme un ensemble cohérent. Rapportées dans l’Anabase, ses aventures en Orient intéressent au premier chef les chercheurs travaillant sur le monde achéménide — tout en étant parallèlement le terrain d’entraînement privilégié des hellénistes débutants. Les historiens du monde grec se concentrent, pour leur part, sur les Helléniques qui prennent la suite de la Guerre du Péloponnèse de Thucydide et constituent une source essentielle pour connaître l’évolution de la Grèce au début du IVe siècle. Les spécialistes de Sparte scrutent attentivement la Politeia des Lacédémoniens, où Xénophon jette un regard admiratif, puis désenchanté sur une cité qu’il a connue de l’intérieur, en tant qu’ami fidèle du roi Agésilas, dont il écrivit par ailleurs un éloge. Les historiens de l’économie portent un intérêt tout particulier à sa dernière œuvre, les Poroi (ou les Revenus), en 355 av. J.-C., où il prône un projet de réforme financière d’Athènes. Quant aux philosophes, ils focalisent en général leur attention sur le disciple de Socrate : outre un Banquet et une Apologie, comme Platon, Xénophon composa deux œuvres mettant en scène le philosophe : les Mémorables, qui consignaient les faits et gestes de son maître à penser, et l’Économique — le premier traité à porter ce nom —, qui définissait les qualités d’un bon chef de maisonnée à travers un dialogue entre Socrate et un certain Ischomaque.

3Et l’inventaire ne s’arrête pas là. Les amateurs de chasse et de cheval privilégient l’étude de l’Art équestre, du Commandant de cavalerie et de L’art de la chasse qui, cependant, ne se limitent pas à recueillir des considérations purement techniques — comme le montrent ici même Louis L’Allier ou Alexandre Blaineau. D’autres œuvres sont plus difficilement classables. À travers un dialogue imaginaire entre le tyran Hiéron de Syracuse et le poète Simonide, le Hiéron propose ainsi une réflexion sur les moyens de transformer une tyrannie arbitraire en royauté consentie. Cette interrogation sur l’autorité caractérise également la Cyropédie, qui narre la vie de Cyrus l’Ancien, fondateur de l’Empire perse et modèle d’une souveraineté idéale.

Insaisissable Xénophon ?

4L’œuvre de Xénophon pose donc de redoutables problèmes d’homogénéité pour qui souhaite l’interpréter globalement ; éclatement des genres, on l’a vu, entre histoire, philosophie, éloge, apologie, dialogue, « roman » avant la lettre, ou encore traités techniques ; éclatement temporel et spatial, également : quoi de commun entre l’Occident du tyran Hiéron et l’Orient du roi Cyrus ? Quel lien établir entre le passé mythique de la Sparte de Lycurgue, dans la République des Lacédémoniens, et le présent embrouillé des Helléniques ? Plus déroutant encore, Xénophon ménage également de brusques changements de points de vue sur un même sujet et ce, parfois dans la même œuvre : comment concilier les grandes envolées panhelléniques de l’Anabase et l’admiration proclamée pour certaines pratiques royales perses qui s’y fait aussi jour ?

5Cette impression d’éclatement, voire d’incohérence, est au demeurant l’un des principaux reproches adressés à Xénophon, qui aurait « trop embrassé et donc mal étreint », papillonnant de droite à gauche, sans jamais prendre le temps de rien faire sérieusement. À s’en tenir à une lecture superficielle de l’œuvre, Xénophon présenterait un intérêt limité, en tant que pâle imitateur de Thucydide pour les historiens, et comme une copie médiocre de Platon pour les philosophes.

6Remontant au XIXe siècle, ce discrédit s’explique avant tout par le fonctionnement des catégorisations disciplinaires qui opposent les philosophes aux historiens : ce partage taylorien du travail intellectuel se fait à l’évidence au détriment de Xénophon, qui déjoue ces lignes de frontières académiques. À cela s’ajoute qu’en philosophie, il reste difficile de toucher au Socrate platonicien et qu’en histoire, les historiens positivistes ont souvent été obnubilés par la clarté thucydidéenne.

7Dès les années 1950, Leo Strauss tenta de réhabiliter l’œuvre de l’Athénien, en proposant même d’en faire le fondement de toute science sociale à venir. À en croire l’exégète, Xénophon aurait été un écrivain particulièrement subtil, qui aurait composé des ouvrages à double sens, cryptant son véritable message « entre les lignes ». Influente dans le monde anglo-saxon, cette ligne interprétative soulève toutefois bien plus de problèmes qu’elle n’en résout. Comment en effet détecter à coup sûr l’ironie dans les écrits de Xénophon ? Pour quelle raison l’auteur aurait-il échafaudé une stratégie si détournée, alors qu’il ne risquait pas d’être persécuté pour ses idées par les démocrates athéniens ?

  • 1  Je me permets de renvoyer à ce propos à l’introduction de mon livre, Xénophon et les grâces du pou (...)

8Au lieu d’en faire un ironiste masqué, il convient plutôt d’insister sur la complexité du positionnement intellectuel de Xénophon. Tour à tour membre d’une troupe de mercenaires et riche propriétaire terrien, passionné de chasse et d’équitation, à la fois Athénien d’origine et Lacédémonien de cœur, exilé puis réintégré par sa cité à la fin de sa vie, fasciné par l’Orient du noble Cyrus et dans le même temps, fervent adepte du panhellénisme, Xénophon se laisse difficilement réduire à un positionnement politique ou à une pensée stéréotypés. Foyer d’identités multiples, il est à l’évidence un « homme pluriel »1.

9C’est précisément dans le but de cerner ces différentes facettes que ce numéro des Cahiers des études anciennes réunit historiens, philosophes, spécialistes de lettres classiques et philologues. Proposant un panorama de la recherche francophone sur l’auteur, ce volume entend en effet prendre en compte la diversité de l’œuvre, non pour la réduire, mais pour en faire résonner toute la richesse. Sans prétendre nullement épuiser le sujet, les études rassemblées proposent un parcours orienté selon deux directions essentielles. La première entend évaluer l’originalité de l’auteur : faut-il considérer Xénophon en plagiaire maladroit ou, au contraire, en auteur innovant ? La seconde s’emploie à discerner un ou plusieurs fils conducteurs susceptibles de donner une cohérence à la pensée de l’auteur, au-delà de sa diversité apparente — en l’espèce, la piété et l’autorité.

Entre tradition et innovation

10Plusieurs contributions du numéro mettent en valeur l’originalité « littéraire » de Xénophon, à rebours des clichés le dépeignant en polygraphe sans imagination. Certes, son œuvre est pétrie de multiples influences. En menant une étude intertextuelle rigoureuse, Melina Tamiolaki montre ainsi à quel point Hérodote et Thucydide ont constitué pour lui des modèles surplombants, voire écrasants. Toutefois, ces références ne l’ont pas empêché de manifester une certaine originalité, là même où il semble faire œuvre de continuateur : loin de singer la Guerre du Péloponnèse, les Helléniques développent des vues originales qui ne se résument pas à une forme d’imitation servile. De même, Pierre Pontier démontre combien l’épopée d’Homère a influencé l’Anabase, dont la structure tout entière évoque l’Odyssée et dont les songes font manifestement référence à l’Iliade. Pour autant loin d’être un simple décalque, ces emprunts sont mis au service de l’intrigue de façon à souligner le caractère exceptionnel de l’aventure des Dix-Mille.

11L’Art de la chasse propose également un savant dosage de tradition et d’innovation. Dans son étude, Louis L’Allier souligne le paradoxe qui caractérise cet étrange traité : après un prologue de facture sophistique, l’œuvre s’achève par un chapitre qui dénonce l’influence délétère des sophistes ! Pour comprendre cette apparente contradiction, il convient de replacer Xénophon à l’intérieur de la scène intellectuelle athénienne, marquée par de multiples clivages : opposition entre philosophes et sophistes, mais aussi entre plusieurs types de sophistique et entre les Socratiques eux-mêmes. Dans ce contexte agonistique, Xénophon propose en définitive une voie médiane à ses lecteurs : accepter la tradition sophistique, sans pour autant s’adonner à des réflexions futiles ; s’inscrire dans la lignée socratique, sans pour autant recourir à l’elenchos et à la dialectique platonicienne.

12La personnalité de l’auteur ressort tout autant lorsqu’on analyse en miroir les œuvres socratiques de Platon et de Xénophon, comme le fait Louis-André Dorion. Loin d’être une pâle copie de l’Apologie platonicienne, l’Apologie xénophontique développe en effet un raisonnement original, corrigeant celle de Platon sur un point important : Socrate aurait été averti par son daimonion que la mort était désormais préférable à la vie avant même que son procès ne commence, et non au terme de la procédure. C’était là une façon de défendre la mémoire du philosophe contre tous ceux qui prétendaient que la divinité l’avait abandonné en ne le prévenant pas à l’avance de son sort funeste. Une fois encore, Xénophon ne se contentait donc pas d’imiter maladroitement Platon, mais présentait un argumentaire de son cru.

13En définitive, dans l’œuvre de l’Athénien, l’innovation semble bien souvent l’emporter sur la tradition. Inventivité linguistique, tout d’abord : dans son analyse du vocabulaire du thumos et de l’athumia, Michel Casevitz montre ainsi que, dans ses écrits, les mots composés prolifèrent au détriment des simples. Inventivité en termes littéraires, ensuite : Xénophon participa à la création de nouveaux genres — premier « roman historique » (avec la Cyropédie), premier traité d’économie connu, premiers dialogues socratiques (avec ceux de Platon), premier éloge funèbre en prose (avec l’Évagoras d’Isocrate).

  • 2  P. Demont, « L’enquête de Xénophon sur le pouvoir de Cyrus (Cyropédie, VII, 5, 57-VIII) : apories (...)

14Cette inventivité extraordinaire doit probablement beaucoup à la marginalité relative de son auteur : exilé d’Athènes, il n’avait pas à se plier à des cadres rhétoriques préétablis, ni à reprendre à son compte les grands genres hérités de la tradition civique. Toutefois, ces innovations ne sauraient s’expliquer par la seule position marginale de Xénophon. Si l’écrivain élabore des solutions narratives nouvelles, c’est aussi parce qu’il cherche à répondre à des questions inédites qui n’étaient pas alors prises en charge par les genres traditionnels2 : ce sont précisément ces interrogations qui donnent à l’œuvre sinon son unité, du moins une certaine cohérence.

Entre piété et autorité

15Au-delà de son éclatement apparent, l’œuvre de Xénophon s’organise en fonction de deux interrogations structurantes : d’une part, comment organiser au mieux les relations entre les hommes et, d’autre part, comment nouer des rapports harmonieux entre les hommes et les dieux ? Autrement dit, quelle forme doit revêtir l’autorité — entre les hommes — et la piété — entre les hommes et les dieux ? Loin d’être sans interaction, ces deux questionnements constituent des lignes de fuite qui donnent à l’œuvre un horizon commun.

16Le rôle des dieux forme incontestablement un leitmotiv qui scande les écrits de Xénophon. S’ils n’interviennent pas directement dans le monde, les dieux orientent en effet l’action humaine, à la fois individuellement — que l’on pense au daimonion de Socrate (Louis-André Dorion) ou encore aux songes envoyés par les dieux dans l’Anabase (Pierre Pontier) — et collectivement : dans les Helléniques, la piété (eusebeia) constitue un opérateur historiographique dont Xénophon se sert pour penser l’évolution des cités grecques au IVe siècle. Ainsi associe-t-il étroitement, sur le plan narratif, l’effondrement progressif de l’hégémonie spartiate aux manquements répétés des Lacédémoniens à leurs serments, pourtant solennellement jurés et garantis par les dieux (Louise Bruit).

17Chez Xénophon, les réflexions sur la piété sont étroitement reliées à l’interrogation sur les fondements de l’autorité. Comment diriger les hommes avec leur consentement (to ethelontôn archein, Économique, XXI, 12) ? Tel est l’autre fil conducteur qui oriente le cheminement intellectuel de l’auteur. S’il y a un point commun entre ses diverses œuvres, c’est en effet la quête de modèles d’autorité, qu’il s’agisse de Socrate, d’Agésilas, des deux Cyrus ou encore de lui-même : déçu par les institutions civiques de son temps, insatisfait de l’anarchie régnant dans le monde grec, Xénophon n’a de cesse, au fil de ses ouvrages, de rechercher des hommes exceptionnels dont le pouvoir pourrait résister aux assauts du temps.

18À cet égard, politique et religieux sont inextricablement liés. Les songes participent ainsi directement à la construction de l’autorité de Xénophon-l’acteur, en tant que chef des Dix-Mille, lui donnant une légitimité sanctionnée par les dieux (Pierre Pontier). Plus largement, le monde divin apparaît, aux yeux de l’auteur, comme l’horizon ultime des rapports de pouvoir : le chef doit s’efforcer de transposer, à son échelle, l’asymétrie qui caractérise les liens entre les hommes et les dieux (Vincent Azoulay). Loin d’être un écrivain moralisateur confit en dévotion, Xénophon propose donc, en matière politico-religieuse, une construction innovante qui annonce l’époque hellénistique.

19C’est en définitive dans la Cyropédie que cette réflexion sur l’autorité trouve son point d’orgue. Alexandre Blaineau analyse à cet égard un moment crucial de l’ouvrage. Au cours de la conquête de l’Empire assyrien, Cyrus décide de modifier profondément la politeia perse en instituant un corps de cavalerie — qui n’existait pas auparavant — de façon à renforcer son armée. Pour rendre compte de ce bouleversement, Xénophon mobilise alors une image originale qui assimile les nouveaux cavaliers à des hippocentaures — des hommes-chevaux. Serait-ce là, pour l’auteur, une manière d’adresser une critique implicite à Cyrus et à ses hommes ? À la fois homme et cheval, le centaure est en effet une figure ambivalente, parfois associée à la monstruosité et au dérèglement : l’auteur ne suggèrerait-il pas, en filigrane, que cette transformation, loin de se faire pour le meilleur, pave la voie à l’instauration d’un Empire hybride, voire monstrueux ? Inspirée par Leo Strauss, cette interprétation repose toutefois sur des a priori fragiles. Comme le montre A. Blaineau, loin d’être ironique, l’image de l’hippocentaure renvoie plutôt à la figure du bon centaure Chiron, ce qui n’étonnera pas chez un auteur suffisamment passionné d’équitation pour y consacrer deux traités. Exerçant son autorité d’une main légère mais ferme, la figure du cavalier est un modèle pour penser l’autorité chez Xénophon.

  • 3  Je remercie l’éditrice des Cahiers des études anciennes, Pascale Fleury, pour sa diligence et ses (...)

20Innovateur bien plus qu’imitateur, menant une réflexion au long cours sur les rapports entre hommes, bêtes et dieux, Xénophon apparaît, au terme de l’enquête, comme un auteur profondément original, dont le parcours complexe jette un pont entre l’époque classique et l’époque hellénistique3.

Haut de page

Notes

1  Je me permets de renvoyer à ce propos à l’introduction de mon livre, Xénophon et les grâces du pouvoir. De la charis au charisme, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004.

2  P. Demont, « L’enquête de Xénophon sur le pouvoir de Cyrus (Cyropédie, VII, 5, 57-VIII) : apories idéologiques et solutions narratives », inG. Lachenaud & D. Longrée (eds.), Grecs et Romains aux prises avec l’histoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 189-201.

3  Je remercie l’éditrice des Cahiers des études anciennes, Pascale Fleury, pour sa diligence et ses relectures aussi rigoureuses que bienveillantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Azoulay, « Introduction », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLV | 2008, mis en ligne le 13 mars 2010, consulté le 23 avril 2014. URL : http://etudesanciennes.revues.org/248

Haut de page

Auteur

Vincent Azoulay

Université Paris-Est Marne-la-Vallée, EA Analyse comparée des pouvoirs, EA Phéacie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers des études anciennes

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org