Navigation – Plan du site
Entre piété et autorité

Le cheval, le cavalier et l’hippocentaure. Technique équestre, éthique et métaphore politique chez Xénophon*

Alexandre Blaineau
p. 185-211

Entrées d’index

Index de mots-clés :

politique, Xénophon
Haut de page

Texte intégral

  • *  Je tiens à remercier Vincent Azoulay pour la relecture attentive de cet article.
  • 1  D. Sperber, « Pourquoi les animaux parfaits, les hybrides et les monstres sont-ils bons à penser s (...)
  • 2  D. M. Johnson, « Persians as Centaurs in Xenophon’s Cyropaedia », TAPhA 135, 1 (2005), p. 177-207, (...)

1À l’épreuve du politique, la figure du centaure agit comme un réactif. La dualité de son être, la réunion des contraires, la fusion de la nature et de la culture, l’intrication de la bestialité et de la sagesse, de l’instinct et du raisonnement, de la démesure et de la mesure, composent un être bon à penser symboliquement1, particulièrement pour les théoriciens du pouvoir. Ainsi dans Le Prince (XVIII), Machiavel prend-il comme exemple Chiron, qui enseigne à ses élèves la duplicité et l’usage de la double nature, homme et bête à la fois. La Cyropédie peut être lue en utilisant ce filtre centauresque. D. M. Johnson a récemment remarqué dans cette œuvre le fait que l’empire de Cyrus était une entité hybride, composée de continence et d’avidité, de caractères perses et mèdes. L’auteur constate par ailleurs l’instabilité intrinsèque des Perses, depuis qu’à l’instigation de Cyrus, ils sont devenus cavaliers. En effet, selon lui, le fondateur de l’Empire aurait importé en Perse, depuis la Médie où il les reçut de son grand-père Astyage, non seulement le savoir équestre, mais aussi la mollesse, contenue sous son règne, puis débordante après sa mort. Les Perses de la Cyropédie apparaissent donc comme des hybrides à la nature ondoyante, corrompus par leur τρυφή. C’est le but de la démonstration de D. M. Johnson : montrer que cette œuvre est une critique implicite des barbares et du pouvoir impérial2.

  • 3  Chrysantas aura auparavant comparé le cavalier à un homme ailé (ἄνθρωπος πτὴνος), s’appuyant là su (...)
  • 4  D. M. Johnson, loc. cit., p. 179.

2Cette interprétation s’appuie notamment sur un beau discours de Chrysantas, fidèle lieutenant de Cyrus, qui assimile le cavalier à l’hippocentaure (IV, 3, 15-21). Mais il s’agit d’un centaure à son avantage : point de remarques sur sa violence, sa rusticité, son goût des femmes et du vin. Il est vrai que Chrysantas veut persuader les Perses de constituer une cavalerie. Il présente le centaure comme un être composite, équitablement construit grâce à des qualités humaines (γνώμη et usage des mains) et chevalines (rapidité et force physique), en une sorte d’équilibre précaire visant à l’harmonie des parties. Il précise que ce couple homme-cheval possède un avantage certain sur l’hippocentaure : il a quatre yeux pour observer, quatre oreilles pour écouter, qu’il peut se désunir et profiter d’un côté des joies humaines et de l’autre des joies chevalines3. Aussi convient-il de s’interroger : cette assimilation au centaure est-elle un critère permettant de signifier la corruption des Perses et le mode de gouvernement de Cyrus ? L’alliance provisoire du cavalier et de sa monture — véritable thème du discours de Chrysantas —, révèle davantage le grand intérêt porté par Xénophon à l’équitation plutôt qu’une allusion masquée à la duplicité des barbares. Certes, Cyrus décrète-t-il que chaque Perse à qui il aura fourni un cheval devra être monté, afin qu’il soit pris pour un véritable hippocentaure (IV, 3, 22). Mais peut-être ne faut-il y voir ici qu’un simple effet de style, comme le pense d’ailleurs lui-même M. D. Johnson, qui rappelle que dans l’art, les barbares sont souvent représentés sous les traits de centaures4. Plutôt que de tenter de construire l’image du Perse à partir de cet être hybride, il semble nécessaire d’inverser le raisonnement et de comprendre ce que symbolise la figure du centaure. En effet, c’est l’analyse de la mécanique équestre qui peut permettre de saisir les implications éthiques de l’assimilation de cet ensemble homme-cheval à un monstrum, et de constater ou non si Xénophon s’est engagé dans la voie d’une critique masquée de l’Empire et du pouvoir de Cyrus.

I. La main et le mors

  • 5  En France, la dernière étude est celle d’É. Delebecque, Xénophon. De l’art équestre, Paris, Les Be (...)
  • 6  F. R. de la Guérinière, École de cavalerie, contenant la connaissance, l’instruction et la conserv (...)
  • 7  Xénophon, Art équestre, VII, 6-7. Nous suivons la traduction d’É. DElebecque (1978).

3Le petit traité xénophontique intitulé De l’Art équestre présente la particularité d’être très célèbre et pourtant peu étudié des hellénistes5. Il contient un certain nombre d’informations concernant l’achat du poulain, le pansage, la nourriture. La plus grande partie du texte s’intéresse toutefois à l’art de l’équitation, et particulièrement à la relation si essentielle entre la main et le mors. Mais si celle-ci est une des conditions premières de l’art équestre, il convient de rappeler que la position du cavalier conditionne la justesse des gestes. L’un des grands spécialistes de l’équitation française du XVIIIe siècle, F. R. de la Guérinière, indiquait que « pour avoir la main bonne, il faut qu’elle soit légère, douce et ferme. Cette perfection ne vient pas seulement de l’action de la main, mais encore de l’assiette du cavalier ; car lorsque le corps est ébranlé ou en désordre, la main sort de la situation où elle doit être, et le cavalier n’est plus occupé qu’à se tenir : il faut encore que les jambes s’accordent avec la main, autrement l’effet de la main ne sera jamais juste ; cela s’appelle en terme de l’art, accorder la main et les talons, ce qui est la perfection de toutes les aides »6. Aussi Xénophon conseille-t-il de « laisser la jambe libre, à partir du genou, en même temps que le pied ». Le cavalier doit par ailleurs « habituer à la plus grande souplesse le haut du corps au-dessus des hanches »7. La particularité de l’équitation antique réside en ce que les cavaliers montaient à cru, ce qui implique qu’en l’absence de selles véritables, il n’y avait pas d’étriers. L’assiette devait donc être parfaite et les gestes particulièrement précis dans le maniement des rênes.

  • 8  Sur ce point, cf. les remarques de P. Vigneron, Le cheval dans l’Antiquité gréco-romaine (des guer (...)
  • 9  L’histoire de cette reconstruction posturale du cheval a surtout été étudiée depuis la Renaissance (...)

4Le chapitre X du traité d’art équestre est consacré à la relation entre la main du cavalier et la bouche du cheval. Dans les paragraphes 1 à 4, Xénophon conseille de ne pas tirer sur la bouche avec le mors (τοῦ μὲν ἕλκειν τε τὸ στόμα τῷ χαλινῷ), mais de favoriser la posture adéquate d’un cheval bien dressé par ce qu’É. Delebecque traduit par « une main légère » (ἐν χαλαρῷ μὲν τῷ χαλινῷ). Les mors grecs, hérissés de pointes, étaient très coercitifs et blessaient souvent les montures au niveau des barres. Une tension trop vive des rênes faisait en effet replier les branches du mors, qui pressaient les mâchoires et pinçaient les ganaches8. À l’inverse, en tirant les rênes avec légèreté, et en faisant que le mors devienne lâche (ἐν χαλαρῷ μὲν τῷ χαλινῷ), le cheval se plaçait ainsi dans la position dite du « ramener » : il retrouvait alors les actions qu’il fait naturellement, avec l’encolure relevée (ἄνω δὲ τὸν αὐχένα διαίρειν) et la tête fléchie (ἀπὸ δε τῆς κεφαλῆς κυρτοῦσθαι)9.

  • 10  Xénophon, Art équestre, X, 12. Pour l’explication de l’expression « rendre la main », cf. n. 13.
  • 11  Xénophon, Art équestre, VII, 8. Mais c’est une question d’adaptation : « que l’on tienne les rênes (...)

5Lorsque le cheval se place dans cette position, Xénophon conseille de « donner aussitôt le mors » (δοτέον εὐθυς τὸν χαλινὸν). É. Delebecque propose de traduire cette expression par « rendre la main », image prise dans le langage équestre d’aujourd’hui et qui évoque bien « le mouvement que l’on fait en baissant la main de bride, soit pour adoucir, ou pour faire quitter le sentiment du mors sur les barres »10. En effet, pour parvenir à imposer cette position du ramener, Xénophon conseille ailleurs de ne pas relever la main et de tenir son bras le long du corps. De fait, la main aura une meilleure maîtrise (ἡ χεὶρ ἐγκρατεστάτη)11.

  • 12  Par exemple : ἀνακρούειν τῷ χαλινῷ : « tirer (en arrière) le mors » (X, 12 ; XI, 3) ; ἀντιλαμβάνεσ (...)
  • 13  F. R  de la Guérinière, op. cit., p. 70-74 : « changer de main est l’action que fait un cheval ave (...)

6Dans l’Art équestre, Xénophon évoque rarement la main du cavalier, sinon dans la description de l’attitude idéale qui vient juste d’être évoquée, et dans un autre passage où il met en garde contre « les chevaux, qui, à cause de leur mollesse, exigent beaucoup d’impulsion, ou, à cause de leur excès de sang, beaucoup de caresses et d’attention ». Ceux-ci accaparent les mains du cavalier (ἀσχολίαν ταῖς κερσὶ τοῦ ἀναβάτου παρέχουσιν, Art équestre, III, 12), c’est-à-dire la main gauche qui tient les rênes et la main droite qui tient les armes. Dans les gestes destinés à diriger ou arrêter le cheval, le terme χείρ s’efface, pour laisser la place à toute une série d’expressions construites autour du χαλινός12. Le langage équestre occidental, élaboré depuis les maîtres de la Renaissance, utilise au contraire beaucoup d’expressions et d’images exprimant l’action de la main, ce que F. R. de la Guérinière a rappelé dans son traité13. Xénophon emploie une fois l’expression ὑποχείριον τὸν ἵππον ἔχειν, qui se traduit par « avoir son cheval en main » (Art équestre, VIII, 12), plus précisément « sous la dépendance » du cavalier. La position du ramener est sur ce point une garantie, ce qui évite au cheval de « prendre la main » (βιάζεσθαι, Art équestre, I, 9), comme le traduit É. Delebecque. En effet, lorsque le cheval prend la main, il saisit en fait le mors entre ses dents (συνδάκνειν τὸ στόμιον), ce qui lui donne la faculté « de ne plus obéir (μὴ πείθεσθαι) » (Art équestre, VI, 9). Le mors apparaît donc comme un objet contesté par le cavalier et par le cheval : celui qui en a la maîtrise préside aux destinées du couple.

  • 14  De même que la réfutation aristotélicienne de cette assertion (l’homme est le plus ingénieux parce (...)
  • 15  A. Zucker, « La main et l’esprit. Sur l’aphorisme d’Anaxagore (frg. A 102) », in J. M. Galy & M. R (...)
  • 16  Xénophon, Art équestre, IV, 1 : « […] car il est évident que dans les dangers le maître confie son (...)
  • 17  Pindare, Olympiques, XIII, 20. L. de GOUSTINE, « Curieux manège ou anthropologie du cheval », in P (...)

7Aussi le cavalier doit-il avoir une main ἐγκρατεστάτη, pour qu’elle contrôle la tension optimale des rênes. Pour Xénophon, la main est l’un des éléments qui définit l’homme, mais ce qui le distingue des animaux pourvus d’organes préhensiles, c’est que ceux-ci sont dépourvus d’esprit (ἄφρονα, Mémorables, I, 4, 14). Pour autant, il est difficile de rapprocher cette assertion de l’affirmation d’Anaxagore pour qui c’est parce que l’homme possède des mains qu’il est le plus ingénieux des animaux14. Dans la pensée d’Anaxagore, comme l’a montré A. Zucker, il existe « une complicité réelle entre l’esprit et la main qui ne serait pas seulement un outil polyvalent, mais une puissance coextensive de l’esprit, propre à assurer à l’homme une supériorité non seulement par rapport aux autres êtres vivants mais également sur eux. La φρόνησις de l’homme, évaluation et maîtrise pratique des expédients, se fonderait […] sur les expériences concrètes de la main »15. La maîtrise de la main qui agit, précise, sur le mors en tirant justement sur les rênes semble être la même que celle exigée chez le chasseur frappant de son épieu le sanglier, l’œil fixé sur la bête et l’esprit tendu vers l’accomplissement du geste parfait (Art de la chasse, X, 10 et 12). Dans l’expression ἡ χεὶρ ἐγκρατεστάτη, il y aurait donc comme une sorte d’intériorité du geste à venir, qui permet au cavalier de diriger avec mesure le cheval, ou plutôt de se diriger ensemble, tant la destinée des deux corps semble liée16. À la main maîtrisée répondrait alors l’économie des gestes, qui serait le reflet de l’ἐγκράτεια du cavalier. Contrairement à Pindare pour qui le mors est un objet de mesure (μέτρα), Xénophon semblerait donc penser que « c’est par la main […] que se forge l’unité de l’être » que compose l’homme et le cheval17.

II. L’éthique du cavalier et l’économie du geste

  • 18  Xénophon, Helléniques, VI, 1, 16. Sur la nourriture des Perses de la Cyropédie, et dans l’œuvre de (...)

8Dans la Cyropédie, Gobryas constate que « de même que les bons cavaliers ne s’affolent pas à cheval et, sur leur monture, peuvent regarder, écouter, parler normalement, de même les Perses croient que l’on doit en mangeant se montrer sages (φρόνιμοι) et tempérants (μέτριοι), et l’excitation causée par la nourriture et la boisson est à leurs yeux bonne pour un porc ou une bête sauvage ». Il précise dans la phrase précédente qu’« un Perse bien élevé ne manifestera aucune émotion devant un mets ou une boisson, quels qu’ils soient, par des regards ou un geste avide (ἁρπαγῇ) et gardera la même présence d’esprit que s’il n’était pas à table » (Cyropédie, V, 2, 17). Le cavalier maître de lui-même et conscient de tous ses gestes agit avec sagesse et mesure. Le Perse, tempérant (μέτριος) pendant les repas, évite la gloutonnerie. Plus précisément, les Perses de la Cyropédie semblent disposer, lors de leurs repas, d’une nourriture abondante, mais ils n’en sont pas esclaves. Alliant ponos et truphè, ils sont pareils à Jason de Phères, le chef thessalien, qui est l’homme le plus maître de lui (ἐγκρατέστατός) lorsqu’il s’agit des plaisirs du corps18.

  • 19  Xénophon, Constitution des Lacédémoniens, II, 14.
  • 20  Xénophon, Constitution des Lacédémoniens, III, 4.
  • 21  Xénophon, Art équestre, I, 8 (où l’on retrouve l’expression : πρὸ τῶν ποδῶν ὁρῴη) et X, 3-4.

9Dans le chapitre II de la Constitution des Lacédémoniens, Xénophon montre comment les enfants de Sparte sont considérés comme les plus obéissants (εὐπειθέστεροι), les plus réservés (αἰδημονέστεροι) et les plus maîtres d’eux-mêmes (ἐγκρατέστεροι)19, grâce à une éducation très stricte qui ressemble au dressage des animaux. Une fois adolescents, la loi lycurguéenne leur impose une grande modestie, notamment en fixant leurs yeux sur le sol devant leurs pas (πρὸ τῶν ποδῶν ὅραν)20, image exacte du cheval dans la position du ramener, qu’il prend naturellement ou sous la contrainte du mors21. Dans cette position, explique Xénophon, les chevaux ne « prennent pas la main » (βιάζεσθαι οἵ ἵπποι ἐπιχειροῦσιν), c’est-à-dire qu’ils ne s’appuient pas sur le mors. Ils obéissent à la main sûre de leurs cavaliers.

  • 22 R. Brague, « ΟΙΚΟΝΟΜΙΑetΕΓΚΡΑΤΕΙΑ. À propos du commentaire de Leo Strauss sur l’Économique de Xénop (...)
  • 23  R. Brague, op. cit., p. 286. Sur les liens entre ἐγκράτεια, utilité et vertu chez Xénophon, cf. le (...)
  • 24  R. Brague, op. cit., p. 288.

10Dans l’expression πρὸ τῶν ποδῶν ὅραν, il semble y avoir l’écho de la pré-vision, développée par Aristote dans l’Éthique à Nicomaque (H 7, 1150b 23), où l’ἐγκρατὴς est capable de prévoir (προορᾶν) soi-même et le raisonnement. Comme l’analyse finement R. Brague, « le προορᾶν est tout le contraire d’une anticipation, d’une avancée qui irait chercher la chose avant que celle-ci ne soit parvenue à son terme. Il repose plutôt sur une retenue, qui, se retirant devant la chose, lui fait place »22. Pour Xénophon, l’ἐγκράτεια « est la condition de la capacité »23. Il développe cette idée dans les Mémorables, où Socrate affirme que « c’est aux seuls [êtres] continents (τοῖς ἐγκρατέσι) qu’il est permis d’examiner les meilleures des choses (τὰ κράτιστα τῶν πραγμάτῶν), et de les distinguer par le discours et par l’action suivant leurs natures (καὶ λόγῳ καὶ ἔργῳ διαλέγοντας κατὰ γένη) pour choisir les bonnes choses et s’abstenir des mauvaises » (Mémorables, IV, 5, 11). À la lecture de cette phrase, R. Brague propose de ne pas réduire le concept d’ἐγκράτεια à une quelconque « maîtrise de soi », mais souhaite l’élargir à la notion d’« économie » : « elle est οἰκονομία sur soi, ou plutôt, en soi »24. Dans l’art de l’équitation, la main peut par exemple se faire « légère » lorsque le mors oppresse la bouche du cheval, dans un geste économe que Xénophon qualifie de πραΰς (IX, 5 ; 9). Cette main experte peut aussi placer le cheval dans la position du ramener, afin qu’il ait, lui aussi, une meilleure vision (une pré-vision ?), à tel point que l’on peut se demander si elle ne lui communiquerait pas une certaine forme d’ἐγκράτεια.

  • 25  Cf. S. Vilatte, « La femme, l’esclave, le cheval et le chien : les emblèmes du kalos kagathos Isch (...)
  • 26  Xénophon, Économique, XI, 15-25 (description de la journée d’Ischomaque, entre effort, tempérance (...)
  • 27  Cf. l’utilisation de l’adjectif μεγαλογνώμον dans l’Économique, XXI, 8. Le même adjectif est emplo (...)
  • 28  Xénophon, Économique, XIII, 6-12, où il prend notamment l’exemple du dressage des poulains, qui es (...)
  • 29  Ainsi, lorsqu’il raconte sa journée exemplaire, Ischomaque ne manque pas de dire à Socrate qu’il d (...)

11L’équitation, c’est-à-dire en grande partie la capacité du cavalier à user convenablement du mors, s’inscrit dans un ensemble de valeurs qui renvoie à l’idéal de la καλοκἀγαθία. En effet, l’archétype du καλὸς κἀγαθός dans l’œuvre de Xénophon semble être le personnage d’Ischomaque. Se revendiquant lui-même cavalier, il montre ostensiblement les signes de ce comportement éthique25 : s’exerçant à pied ou à cheval, puisant dans les valeurs du πόνος, il apparaît comme l’incarnation de la tempérance et du maître juste26. On suppose qu’il dirige sa monture comme il dirige ses esclaves : avec magnanimité27, justice28 et ἐγκράτεια29. De fait, lorsque Cyrus affirme, dans la Cyropédie, qu’il souhaite que chaque Perse καλὸς κἀγαθός ne soit jamais vu à pied (IV, 3, 23), il semble bien qu’il y ait un écho au genre de vie d’Ischomaque. Mais ces bons cavaliers sont-ils, aux yeux de Xénophon, de bons centaures ?

III. Le centaure : une figure ambivalente

  • 30  Platon, Banquet, 189d-192e ; cf. à ce propos, L. L’Allier, op. cit., p. 113-114.
  • 31  Cf. par exemple l’étude de N. Valenza-Mele, « Il ruolo dei Centauri e di Herakles : Polis, banchet (...)

12Dans son discours sur les joies de l’équitation, Chrysantas est confronté à une équation impossible : le cavalier semble être la moitié d’un centaure, parce qu’il forme un hybride provisoire avec son cheval ; mais le centaure n’est pas un hybride en deux parties, puisque, comme le constate Chrysantas, il n’a que deux yeux pour voir et deux oreilles pour entendre, il ne peut profiter des plaisirs des hommes et de la nature, bien qu’il possède sa propre γνώμη. Comme les êtres primitifs du Banquet de Platon qui ont une démarche circulaire, les hippocentaures souffrent de leur double nature30. Ils ne peuvent pas vivre comme les autres hommes ou comme les autres chevaux. Lorsque les sphères de l’humanité et de l’animalité s’entrechoquent, l’hybride, en son équilibre instable, apparaît menaçant ; il se caractérise en effet par une force et une brutalité qui risquent de rompre l’ordre cosmologique et anthropologique : de nombreux récits décrivent ainsi les centaures comme des bêtes avinées qui rompent l’harmonie d’un banquet ou qui menacent la paix des cités31.

  • 32  Même si l’on sent dans cet exemple l’influence de la pensée d’Empédocle. Pour le penseur d’Agrigen (...)

13De cette caractéristique de l’hybride — ce déséquilibre permanent entre humanité et animalité —, Xénophon est conscient et fait dire à Chrysantas qu’il est un hippocentaure en deux parties : la fusion de l’homme et du cheval ne peut être que temporaire, au risque de verser dans une bestialité destructrice. Xénophon trace d’ailleurs dans les Mémorables une frontière entre les hommes et les animaux, où il affirme, par la voix de Socrate, qu’« un animal qui aurait le corps (σῶμα) d’un bœuf et l’intelligence (γνώμη) propre à l’homme ne pourrait pas faire ce qu’il voudrait » (I, 4, 14). Il s’agit d’une proposition par l’absurde, afin de prouver la supériorité de l’ἄνθρωπος sur l’animal32. Aussi, dans le discours de Chrysantas, est posée clairement cette différence de nature : intelligence et habileté pour l’homme, force et vitesse pour le cheval (Cyropédie, IV, 3, 17).

  • 33  Pour reprendre le titre d’un article de C. Godin, « L’hybride entre la puissance et l’effroi », Ur (...)
  • 34  Xénophon, Cyropédie, IV, 3, 17. Chrysantas parle des hippocentaures au passé (IV, 3, 19).
  • 35  D. Sperber, op. cit., p. 31.

14En dehors de toute norme taxinomique, les êtres hybrides constituent des modèles — ou des contre-modèles, dont les caractéristiques oscillent entre la puissance et l’effroi33. Dans le discours de Chrysantas, les hippocentaures sont des créatures qui semblent avoir vécu dans un passé mythique, s’ils ont jamais existé (εἰ ἐγένοντο)34. Il s’agirait donc, dans le propos de Xénophon, d’une représentation symbolique, qui peut évoquer « un monde pire, celui de l’anomalie, et un monde meilleur, celui de l’exemplarité. Elle donne à penser ce que le monde est, en contraste avec ce qu’il n’est pas »35. Dire du cavalier qu’il est la « moitié » d’un centaure incite les lecteurs grecs de la Cyropédie à se référer aux récits cosmologiques qui racontent l’ordre du monde. Par ailleurs, derrière le rapprochement entre le couple cavalier-cheval et l’hippocentaure, une réflexion sous-jacente organise le propos de Chrysantas — et donc de Xénophon : celle d’une tentative de définition anthropologique d’une τέχνη, l’équitation, fondée principalement sur l’action de la main sur le mors.

  • 36  A. Schnapp, « Centaures », in Y. Bonnefoy (dir.), Dictionnaire des mythologies, Paris, Flammarion, (...)
  • 37  Il ne s’agit pas ici de tenter l’explication de l’origine (historique ou symbolique) des centaures (...)
  • 38 N. Valenza-Mele, op. cit.
  • 39  Pline, Histoire Naturelle, VII, 202. Cf. aussi Virgile, Géorgiques, III, 115.
  • 40  Lucain, VI, 396 sq. ; Valerius Flaccus, Argonautiques, VII, 603-606. Cf. M. Detienne & J.‑P. Verna (...)

15Pour A. Schnapp, les centaures sont « l’état naturel de la culture »36, car ils oscillent entre les hommes et les bêtes, et possèdent une série de savoirs, qui va de la chasse à la médecine. Vivant en Thessalie, où une culture équestre s’est très tôt développée37, ces petits-fils d’Ixion sont connus grâce à un certain nombre de mythes, qui nous renseignent sur leur rusticité et leur violence38. Leur proximité avec le monde équestre a été reconnue depuis l’Antiquité. Diodore de Sicile estimait qu’on avait donné le nom d’hippocentaures à ceux qui, les premiers, avaient essayé de monter à cheval (Bibliothèque Historique, IV, 70, 1). Palaiphatos pensait trouver l’explication de leur origine dans l’étymologie : ils auraient été des cavaliers « pique-taureaux » (Histoires incroyables, 1). Pline affirmait qu’à proximité du mont Pélion, des Thessaliens nommés centaures avaient inventé l’art de combattre à cheval, ajoutant que le mors (frenum) aurait été découvert par Pelethronios39. D’autres versions joignent aussi, au surgissement du premier cheval né de la terre et de la semence de Poséidon, l’invention du mors par ce Lapithe40. Or, il est possible de saisir l’ambivalence du centaure d’une autre manière, en analysant les liens entre l’instrument ambigu qu’est le mors et les connaissances pharmacologiques de Chiron.

IV. Le centaure, la main et la pharmacie du mors

  • 41  Nicandre, Thériaques, 500-509. L’auteur évoque aussi le val Pelethronion lorsqu’il décrit un serpe (...)
  • 42  J.‑M. Jacques, dans son édition des Thériaques revient, dans une longue note (p. 147‑150, n. 53), (...)
  • 43  Pindare, Olympique, XIII, 85.
  • 44  M. Detienne & J.‑P. Vernant, op. cit., p 186.
  • 45  M. Carastro, La cité des mages. Penser la magie en Grèce ancienne, Grenoble, Millon, p. 36 (voir a (...)

16Nicandre, dans la description des différents remèdes contre les serpents évoque la racine de Chiron, au feuillage rappelant la marjolaine et poussant dans le val Péléthronien41. Chiron est effectivement associé à cette partie du mont Pélion que l’on nomme Πελεθρόνιον. C’est dans cet endroit qu’il éduqua Achille et qu’il instruisit Asclépios à l’art de la médecine42. Un rapprochement s’effectue de fait entre le mors thessalien et ces remèdes chironiens. En effet, dans sa XIIIeOlympique, Pindare qualifie le mors offert par Athéna à Bellérophon de φάρμακον πραΰ43. M. Detienne a par ailleurs constaté qu’une multiplicité de termes permettait, dans cette ode pindarique, de préciser le mode d’action du χαλινός. Il s’agit de φίλτρον (68), de τέρας (73), de δαμασίφρον (78), et de μέτρα (20). Tous ces termes semblent placer le mors dans le champ de la magie, de la maîtrise, de l’apprivoisement et de la modération d’une force mystérieuse44. L’emploi du mot φάρμακον paraît s’inscrire dans ce registre. Pindare évoque en effet dans cette ode la figure mythique de Médée (54). Associés notamment à cette figure, « les φάρμακα sont des moyens d’action efficaces qui relèvent à la fois de la ruse, de la tromperie, mais aussi d’un savoir médical reconnu »45. Le φάρμακον est un terme ambigu qui évoque à la fois le remède ou le poison.

  • 46  Cf. dans les Thériaques, 508 ; 565, et Pline, Histoire Naturelle, XXV, 66.
  • 47  Cf. le dossier de J.-M. Jacques, Nicandre. Thériaques, Paris, Les Belles Lettres, 2002, p. 147-150 (...)
  • 48  Géoponiques, XVI, 12, 2. Pour les références à Théophraste et Pline, cf. note précédente.
  • 49  Corpus Hippiatricorum Graecorum, I, 119, 10-11 ; 424, 19.
  • 50  Théophraste, Histoire des plantes, IX, 11, 3. Cf. les commentaires de S. Georgoudi, Des chevaux et (...)
  • 51 Corpus Hippiatricorum Graecorum, II, 131, 8.
  • 52  Dioscoride, III, 8.
  • 53  Aristote, Histoire des animaux, VIII, 24, 604 b 11-13 et Elien, Nature des animaux, I, 36.
  • 54 M. Carastro, op. cit., p. 79-87.

17Il convient de préciser notre propos, à la lumière de cette maîtrise des simples par Chiron. Bien que l’ensemble des textes cités précédemment soient d’une époque postérieure à Xénophon, la relation entre le χαλινός et cette pharmacie de Chiron invite en effet à s’interroger sur ces manipulations médicinales en rapport avec la technique équestre. Il semble difficile d’identifier précisément ce que Nicandre nomme « la racine de Chiron », cette panacée souvent identifiée à la centaurée46. Les sources sont en effet divergentes à ce propos, tant il existe de variétés47. On trouve dans les Géoponiques, un remède destiné à guérir les chevaux de la maladie inconnue (περὶ ἀδήλου νόσου), qui est composé notamment de racine de patience et de suc de panax (ὀποπάναξ)48. La patience permet, entre autres, de soigner le cheval qui tousse, et possède des vertus aphrodisiaques pour l’animal49. Chez Théophraste, la racine du panax d’Héraclès soigne l’épilepsie des humains, ce mal appelé ἱερὰ νόσος que peuvent aussi contracter les chevaux50. Pour prévenir cette folie, le Corpus Hippiatricorum Graecorum recommande d’administrer au cheval qui convulse, un remède composé notamment de suc de panax51. De même que le panax, la grande centaurée peut avoir des vertus calmantes : Dioscoride la nomme νάρκη52, qui désigne aussi un état de torpeur, proche de l’état dans lequel sont les chevaux atteints de nympholepsie, lorsqu’ils fixent le sol, ou bien lorsqu’ils marchent sur les traces de loups53. Cette νάρκη est donc un remède calmant, comme l’est le safran ou encore le narcisse, que M. Carastro appelle « la fleur de la torpeur »54.

  • 55  Pline, Histoire Naturelle, XXV, 66. Cf. la version différente d’Apollodore, Bibliothèque, II, 5, 4 (...)
  • 56  Pline, Histoire Naturelle, XXV, 69 ; Dioscoride, III, 7.
  • 57  Comme l’indique l’hippiatre arabe du Nâceri. Cf. Abu Bakr Ibn Badr, Le Nâceri. Traité complet des (...)
  • 58  Sophocle, Trachiniennes, 531 sq., avec l’analyse de D. Auger, « Variations sur l’hybride : le myth (...)

18La version rapportée par Pline permet de s’engager sur une piste de recherche assez proche. L’auteur latin pense que la grande centaurée correspond au chironion, car cette plante aurait soigné Chiron, blessé après avoir manié les armes d’Hercule/Héraklès, ointes du sang de l’Hydre55. D’ailleurs, la centauris semble donner, selon Pline, un suc couleur de sang. Une autre variété de centaurée possède, selon Dioscoride, des fleurs couleur pourpre56 : il s’agit de la petite centaurée, réputée pour cicatriser les plaies en application locale57. Ce remède qui rappelle le sang est donc appliqué sur la blessure du centaure, comme un antidote qui opposerait les vertus pharmacologiques d’une plante du Pélion au sang maléfique de l’Hydre de Lerne. Le sang des hybrides grecs apparaît en effet souvent dangereux. Dans les Trachiniennes de Sophocle, le centaure Nessos, mourant, avait conseillé à Déjanire de recueillir son sang, à l’endroit même où il avait été blessé par la flèche empoisonnée par le sang de l’Hydre, pour enduire une tunique destinée à Héraclès, comme un philtre d’amour destiné à le reconquérir. Il s’agit d’un stratagème : le vêtement de mort constitue une seconde peau, sous laquelle circule le venin. Héraclès porte désormais en lui, sous cette peau collée à lui, la bête qui le ronge et « se repaît » de lui (1088)58. Le sang de l’Hydre, mélangé au sang de Nessos, s’avère redoutable ; la plante de Chiron, au suc bienfaiteur, aurait peut-être pu soigner le héros. En somme, ce chironion aux teintes pourpres pourrait évoquer le sang du bon centaure, en une sorte de métonymie implicite : par une relation de contiguïté en effet, le sang de l’hybride du Pélion semble concurrencer le sang de l’Hydre de Lerne. Chiron, maître des simples, serait donc l’incarnation du remède qui apaise, en même temps φαρμακεύς et φάρμακον.

  • 59  Machaon et Podalire sont deux héros cités dans la liste des élèves de Chiron dans l’Art de la chas (...)
  • 60  G. Cambiano, « Le médecin, la main et l’artisan », in R. Joly (ed.), Corpus Hippocraticum, Mons, É (...)

19Un passage de l’Iliade mérite maintenant d’être analysé à la lumière de ce qui précède. Lorsque Ménélas est blessé par la flèche de Pandare, celle-ci pénètre légèrement dans son corps, mais le sang teint ses cuisses, « comme on voit une femme, de Méonie ou de Carie, teindre de pourpre un ivoire, qui doit devenir bossette de mors pour une cavale » (IV, 141-142). On appelle un médecin pour le soigner ; il s’agit de Machaon, le fils d’Asclépios. Comme son frère Podalire, il exerce l’art de la médecine. Machaon « dès qu’il voit la plaie […] suce le sang ; puis, savamment, il verse dessus des poudres calmantes (ἤπαι φάρμακα) que Chiron, en sa bonté, a jadis donné à son père » (IV, 217-219)59. L’évocation de Chiron rappelle, grâce à son étymologie, l’importance de la main dans l’art médical des Anciens60. Ces φάρμακα du centaure poussent sur les pentes du mont Pélion, précisément dans le val Πελεθρόνιον, épithète quasi-homonyme du Lapithe inventeur du mors. En contrepoint de cette chirurgie, l’image de la bossette du mors de couleur pourpre agit donc comme un puissant signifiant pour rappeler d’une part, les meurtrissures causées par le χαλινός grec, et d’autre part, l’action de la main du cavalier, experte et sûre d’elle (comme l’est celle du médecin), qui soulage le cheval du poids de ce mors sur ses mâchoires ensanglantées (de même qu’il soulage Ménélas de sa blessure).

20Ainsi semble se dégager la figure de Chiron, « main » et « remède » à la fois, expert en manipulations des φάρμακα et φάρμακον lui-même ; cavalier et cheval réunis en un tout, main et mors, comme deux pôles qui constituent l’essence même de son être. Pour évoquer la valeur du couple homme-cheval, Xénophon utilise donc, dans la Cyropédie, l’image de l’hippocentaure, comme une tentative de construction anthropologique symbolisant ce savoir particulier qu’est l’équitation, cette technique fondée sur l’équilibre subtil entre le comportement du cavalier et l’assentiment du cheval. Mais cette pharmacie du mors, incarnée par la figure du centaure, est réversible : la main légère du cavalier peut se muer en une main dure, qui accentue la douleur du cheval. Cette réversibilité a des conséquences éthiques : la figure même de l’hippocentaure incite en effet à se demander si, dans la réflexion politique de Xénophon, cet hybride homme-cheval renvoie une image positive (à l’image de Chiron) ou négative (à l’image de Nessos).

V. L’ambivalence politique : la main légère et le mors du tyran

  • 61  Les Perses, dans ce dernier chapitre, apparaissent assurément comme de mauvais cavaliers : « ils o (...)

21Dans le dernier chapitre de la Cyropédie, où la critique de l’Empire perse est le principal sujet, Xénophon constate que les enfants apprennent les propriétés des φάρμακα uniquement pour en faire mauvais usage, comme un rappel de la réversibilité du φάρμακον, que seule une main experte, chironienne, peut utiliser pour soigner (VIII, 8, 14). En filigrane, il se pourrait que les enfants barbares, éduqués à empoisonner, apprennent l’art de diriger un cheval par le seul moyen de la contrainte et de la violence : c’est en ce sens que l’on pourrait affirmer alors, avec D. M. Johnson, que les Perses contemporains de Xénophon sont de mauvais centaures61, des hybrides en négatif, en somme des cavaliers incapables de diriger leurs montures d’une main légère.

  • 62  Plutarque usera d’une image similaire dans sa Vie de Lycurgue (VII, 1) : les successeurs du législ (...)
  • 63  Y. Grange, « Cheval et pouvoir : “ Acquérir par l’usage la plus grande justesse ” », in P. Franche (...)

22Lorsqu’un cavalier dirige sa monture avec violence, en tirant sur le mors, l’harmonie est en effet rompue : le cheval est aveuglé, il s’affole, il « marche dans la mauvaise voie au lieu de la bonne » (Art équestre, X, 1-2). Or, user uniquement de la contrainte, n’est-ce pas exercer une autorité tyrannique ? Il existe un passage du Hiéron qui permet de préciser ce point. Simonide constate « qu’il en est chez certains hommes comme des chevaux : ils sont d’autant plus violents qu’ils ont en abondance ce qu’il faut. De tels individus, c’est donc la crainte qu’inspirent les gardes du corps qui pourrait plutôt les modérer » (X, 2-3, trad. Casevitz). Dans cette image, le cheval est assimilé au corps des citoyens que dirige le tyran. Aristote rapporte dans la Rhétorique une fable de Stésichore dont le sujet apparaît similaire. Les citoyens d’Himère avaient accordé à Phalaris les pleins pouvoirs et songeaient à lui accorder une garde rapprochée. Stésichore raconta alors l’histoire suivante : un cheval demanda l’aide d’un homme pour chasser un cerf de son pré. L’homme accepta à la condition que le cheval acceptât un mors et qu’il le laisse monter sur son dos avec des javelots. Le cheval devint alors l’esclave de l’homme. Avec cette fable, Stésichore interpelle les citoyens d’Himère, en leur disant qu’ils possèdent déjà un frein en la personne de Phalaris et qu’il serait dangereux de lui accorder une garde : ils pourraient en effet devenir les esclaves du stratège aux pleins pouvoirs (Aristote, Rhétorique, II, 20 1393b). Mise en parallèle avec le passage du Hiéron, cette fable permet de mettre en valeur cette notion d’autorité tyrannique appliquée soit sur le corps des citoyens, soit sur le cheval. Hiéron semblait déjà se plaindre auprès de Simonide de la difficulté d’exercer un tel pouvoir. Bien qu’utile, le tyran redoute le corps des citoyens : comme un bon cheval en effet, « on aurait de la peine à le tuer à cause de ses qualités, et de la peine à le laisser vivre et à l’utiliser, en craignant qu’il ne commette quelque geste irrémédiable dans les dangers » (VI, 15, trad. Casevitz). Le mors apparaît ici comme un objet de coercition, mais qui peut s’avérer dangereux dès lors que l’homme de pouvoir le manipule62. En somme, l’exercice de l’équitation ressemble à un exercice du pouvoir, comme le théoriseront à partir de la Renaissance les penseurs du politique. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le fait de placer le cheval dans la position du ramener symbolisait en effet l’autorité du souverain63. Cette métaphore de la domination existait déjà dans l’Antiquité : Plutarque rapporte cette célèbre histoire où Bucéphale est conquis par le jeune Alexandre, qui seul réussit à le soumettre, comme il soumettra lors de ses conquêtes un certain nombre de peuples (Alexandre, VI, 1). Qu’en est-il du Cyrus de Xénophon ?

VI. Cyrus en Médie ou la naissance d’un souverain cavalier

  • 64  C’est en effet à l’âge de douze ans qu’il quitte la Perse (I, 3, 1). Il y retourne pour y accompli (...)
  • 65  F. Gherchanoc, « Les atours féminins des hommes : quelques représentations du masculin-féminin dan (...)

23C’est en Médie qu’il faut achever cette analyse, auprès d’Astyage, lorsque Cyrus, encore enfant, vient y parfaire son éducation. Dès son arrivée, son grand-père lui fournit une robe, des colliers et des bracelets, et l’emmène sur un cheval à frein d’or (I, 3, 3). C’est donc « travesti » que Cyrus monte pour la première fois sur un cheval. Cette période mède se déroule entre son douzième et seizième anniversaire64 : cette féminisation peut être alors lue comme un processus d’inversion qui caractérise la jeunesse grecque, dans le cadre des rituels d’initiation. De nombreux héros connaissent une période de travestissement pendant leur enfance. Il semble que se parer ainsi d’atours féminins leur permet en retour de mettre en valeur leur virilité naissante, grâce à des actions qui prouvent leur force masculine65. Le jeune roi, vêtu d’une robe selon les coutumes mèdes, va d’ailleurs très vite montrer des qualités viriles, par l’expérience de la chasse, du lancer de javelot et de l’équitation. Il déborde de joie (ὑπερέχαιρεν, I, 3, 3) de monter à cheval, et récompense même les Mèdes qui lui apprennent l’équitation et le tir (I, 3, 7).

  • 66  Art équestre, VIII, 10. Voir plus loin dans la Cyropédie, VIII, I, 34‑35.
  • 67  Cf. P. Briant, Histoire de l’Empire perse, Paris, Fayard, 1996, p. 244-250 et 309-311. Xénophon le (...)

24Astyage lui propose de rester en Médie afin d’approfondir son savoir équestre, en apprenant à chasser du haut de sa monture (I, 3, 14). Xénophon indique à ce propos dans l’Art équestre que la chasse montée est une bonne école, car elle permet d’appréhender des terrains variés et donc de parfaire son assiette66. Cyrus pourra donc s’exercer dans le paradis de son grand-père. Ces parcs royaux caractéristiques du Proche-Orient ancien étaient des centres d’expérimentation horticole et des réserves de chasse67 : cet espace clos permet au futur roi de s’exercer à l’équitation, sous contrôle et sans grand risque, afin qu’il puisse abattre des bêtes sauvages comme les grandes personnes. Tel est d’ailleurs le désir du prince, qui souhaite devenir l’égal des Mèdes dans la maîtrise de l’art équestre (I, 3, 15).

  • 68  Pour une analyse des changements physiques et comportementaux de Cyrus adolescent, voir B. Due, Th (...)
  • 69  Plus tard dans le récit, Cyrus critiquera auprès de ses camarades ces bêtes maigres et galeuses, b (...)
  • 70  A. Schnapp, « Représentation du territoire de guerre et du territoire de chasse dans l’œuvre de Xé (...)

25Ses progrès en équitation semblent rapides et paraissent accompagner les changements physiques et comportementaux de l’adolescent. Ainsi, dans le quatrième chapitre du premier livre, Xénophon insiste dans un premier temps sur le bavardage incessant de Cyrus (πολυλογώτερος, I, 4, 3), qui s’atténue lorsque apparaissent les premiers signes de la puberté (πρόσηβον, I, 4, 4), jusqu’au point de devenir timide (αἰδοῦς, I, 4, 4)68. Cyrus n’est pas contraint de se taire, mais cette timidité induit chez lui un comportement moins agressif envers ses camarades : il ne cherche plus à gagner dans les exercices où il est le plus fort, mais il défie ses compagnons dans des jeux où il est inférieur (I, 4, 4). Le voici dans le paradis de son grand-père, s’exerçant à des chasses et rivalisant avec ses camarades. Ses capacités physiques et son ardeur à les surpasser l’entraînent à tuer toutes les bêtes du parc, après les avoir poursuivies et frappées (I, 4, 5)69, au point qu’Astyage ne peut plus lui en fournir. Il est temps alors pour le jeune roi de demander à son grand-père l’autorisation de chasser en dehors du parc. Il en a le vif désir (ἐπιθυμῶν, I, 4, 6 ; ἐπιθυμοῦντα, I, 4, 7). Astyage accepte, mais Cyrus sera accompagné par des adultes à cheval et par son oncle Cyaxare, qui lui expliquera les dangers de la chasse à l’extérieur (ἔξω θήρας, I, 4, 7). Comme l’indique A. Schnapp, « La différence entre zones de chasse introduite par les paradeisoi est donc fondée sur une opposition spatiale (intérieur/extérieur), elle-même déterminée par une opposition de classe d’âge (jeunes gens/adultes) »70. Les chasses montées sont encore plus dangereuses, car, en poursuivant des bêtes, des nombreux cavaliers sont déjà tombés dans des précipices (I, 4, 7).

26La chasse réelle, hors du parc, va révéler le jeune Cyrus, car il va montrer son héroïsme par deux fois (I, 4, 8) : en poursuivant un cerf, il manque de passer par-dessus sa monture, lorsque celle-ci s’est mal réceptionnée après un saut. Ces chasses sont dangereuses, on y risque sa vie, mais on s’y révèle aussi, en s’affranchissant des aléas — comme le fait d’ailleurs Cyrus en se maintenant sur le dos de son cheval. Il parvient d’ailleurs à abattre la bête d’un coup de javelot, dans la plaine. Le second événement de cette scène va de nouveau mettre en valeur les qualités de Cyrus, chasseur et cavalier : descendu de son cheval, il se fait réprimander par les adultes qui l’escortaient. Mais lorsque survient le cri d’un sanglier, il monte rapidement sur sa monture. L’exercice n’est pas si anodin et, d’ailleurs, Xénophon prend le temps de décrire chaque mouvement du saut à cheval dans l’Art équestre (VII, 1‑4). Cette action rapide fait oublier le manque de maîtrise du cheval lorsqu’il poursuivait le cerf. Le sort du sanglier est scellé lors d’un affrontement spectaculaire où la bête est abattue par Cyrus.

  • 71  Dans l’Anabase, Xénophon raconte une partie de chasse de Cyrus le Jeune : un ours se jette sur lui (...)

27Il y a donc une progression logique dans le récit. En effet, Cyrus, dans la première séquence, semble poursuivre sans discernement un cerf, qu’il abat d’un javelot. La seconde séquence décrit un jeune roi qui affronte un sanglier en terrain découvert et qu’il tue d’un coup sur son front. Ainsi se forge son héroïsme. Ainsi parvient-il à montrer aux gardes qu’il est maître de sa monture dans les pires dangers. Naissance d’un souverain71 ? Devenu en effet expert en chasse et en équitation, le voici qui souhaite raconter à Astyage ses exploits. Son oncle refuse, mais Cyrus s’obstine. Cyaxare lui répond alors qu’il lui semble qu’il est déjà le roi (I, 4, 9). C’est donc bien lors d’un épisode équestre et cynégétique que se révèlent les capacités du futur maître de l’Empire. En décrivant la maîtrise progressive de l’équitation par Cyrus, Xénophon semble indiquer qu’un bon prince est d’abord un bon cavalier.

De l’art équestre à l’art politique

  • 72 E. Villari, Il morso e il cavaliere. Una metafora della temperanza e del dominio di sé, Genève, Il (...)
  • 73  De fait, sous le régime des Trente, certains cavaliers n’hésitent pas à « égorger » comme des loup (...)
  • 74  Xénophon, Art équestre, VIII, 13-14. À propos de l’empire de Cyrus et de ce type de gouvernement « (...)

28Mener son cheval en tyran, c’est obtenir le consentement de sa monture par la force et la crainte ; le conduire en roi, c’est faire montre de bienveillance et de maîtrise de soi. C’est bien l’usage de la main sur le mors, instrument lui-même ambigu72, qui gouverne l’éthique du cavalier73. Pour Xénophon, l’équitation est une école de vertu, pour qui acquiert la technique nécessaire à la maîtrise du cheval. Il n’y a donc nulle ironie dans l’exposé que fait Xénophon des apprentissages de Cyrus et de l’établissement de son empire. Le Roi exerce son autorité d’une main légère, faite de gratifications et de punitions, comme le bon cavalier récompense ou blâme sa monture74.

29En dernier lieu, on remarquera que, dans le discours de Chrysantas qui assimile le cavalier à l’hippocentaure, le mors n’est pas évoqué. Omission volontaire de la part de Xénophon ? Taire l’action du mors, c’est en effet signifier l’économie des gestes, la main se faisant oublier parce que le cheval accepte les ordres (ou inversement), à l’instar des écuyers de haute-école qui, à Saumur, à Vienne ou à Lisbonne, manient leurs montures avec des gestes imperceptibles. L’art équestre de Xénophon relèverait donc du grand art, et les Perses de la Cyropédie devenus centaures seraient des cavaliers hors pair, dès lors qu’ils obéissent à la main de Cyrus.

Haut de page

Notes

*  Je tiens à remercier Vincent Azoulay pour la relecture attentive de cet article.

1  D. Sperber, « Pourquoi les animaux parfaits, les hybrides et les monstres sont-ils bons à penser symboliquement ? », L’Homme XV, 2 (1975), p. 5-34. Sauf exceptions que nous indiquons, les traductions sont celles proposées par la Collection des Universités de France.

2  D. M. Johnson, « Persians as Centaurs in Xenophon’s Cyropaedia », TAPhA 135, 1 (2005), p. 177-207, qui veut suivre, même s’il s’en détache parfois, la démarche entreprise par Leo Strauss dont le but était de cerner un discours sous-jacent dans l’œuvre de Xénophon (cf. par exemple L. STRAUSS, « L’esprit de Sparte et le goût de Xénophon », in Idem, Le discours socratique de Xénophon, Paris, Éditions de l’Éclat, 1992 (1ère éd. 1939), p. 213-242, qui souhaite montrer que la Constitution des Lacédémoniens est une critique masquée du régime spartiate). Les risques et les apories de cette lecture ont été récemment mis en évidence par V. Azoulay, Xénophon et les grâces du pouvoir. De la charis au charisme, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 17-19.

3  Chrysantas aura auparavant comparé le cavalier à un homme ailé (ἄνθρωπος πτὴνος), s’appuyant là sur une image traditionnelle rapprochant le cheval de l’oiseau et qui semble exprimer la vitesse : cf. Xénophon, Hipparque, VIII, 3 et L. L’Allier, Le bonheur des moutons. Étude sur l’homme et l’animal dans la hiérarchie de Xénophon, Québec, Éditions du Sphinx, 2004, p. 121-122.

4  D. M. Johnson, loc. cit., p. 179.

5  En France, la dernière étude est celle d’É. Delebecque, Xénophon. De l’art équestre, Paris, Les Belles Lettres, 1978. Cf. aussi les remarques (et les traductions) de J. K. Anderson, Ancient Greek Horsemanship, Berkeley-Los Angeles, University of California Press, 1961, et de S. Salomone, Senofonte. Trattato d’ippica, Milan, Cisalpino, 1980. Xénophon n’est pas le premier auteur grec à avoir rédigé un traité équestre. Un certain Simon, ayant vécu au Ve siècle, avait écrit un livre sur le sujet, dont il ne nous reste que quelques fragments. Cf. É. Delebecque, Xénophon. De l’art équestre, suivi de Simon. Sur l’extérieur des chevaux, Paris, Les Belles Lettres, 1950. É. Delebecque, Essai sur la vie de Xénophon, Paris, Klincksieck, 1957, 242-245, situe la rédaction de la plus grande partie du traité xénophontique aux alentours de 380, alors que l’auteur était en exil (le dernier chapitre ayant été selon lui rédigé plus tardivement). L’Art équestre est un traité qui jouit d’un grand prestige dans les milieux de l’équitation. La première traduction latine date de Camerarius en 1537 et cette version a été lue, semble-t-il, par les écuyers de la Renaissance, parmi lesquels Federico Grisone, auteur de Gli ordini di cavalcare (1550), mais aussi par l’humaniste Leon Battista Alberti, auteur d’un De equo animante (1441). Cf. à ce sujet J. K. Anderson, « The Influence of Xenophon’s Art of Horsemanship », in Mélanges E. Delebecque, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1983, p. 11-18, et S. Salomone, « Fonti greche nel De equo animante di Leon Battista Alberti », Rinascimento XXVI (1986), p. 241-250. Les traductions françaises de Dupaty de Clam (1772) et surtout de P.‑L. Courier (1813) ont beaucoup fait pour la notoriété de cette œuvre dans les cercles équestres, tant et si bien que D. Bogros, Des hommes, des chevaux, des équitations. Petite histoire des équitations pour aider à comprendre l’Equitation, Paris, Caracole, 1989, chap. III, passim, a critiqué cet engouement qu’il juge exagéré.

6  F. R. de la Guérinière, École de cavalerie, contenant la connaissance, l’instruction et la conservation du cheval, Paris, 1733, p. 86. Une équitation sans mors est possible, le cheval ne ressentant les ordres que par le mouvement du bassin ou la pression des jambes du cavalier. Plutarque rapporte ainsi que César avait l’habitude de monter en mettant les mains derrière la tête ou en les croisant derrière son dos (César, XVII, 6). Cela exige toutefois une grande maîtrise technique.

7  Xénophon, Art équestre, VII, 6-7. Nous suivons la traduction d’É. DElebecque (1978).

8  Sur ce point, cf. les remarques de P. Vigneron, Le cheval dans l’Antiquité gréco-romaine (des guerres médiques aux grandes invasions), Nancy, Faculté des Lettres et des Sciences humaines, 1960, p. 62-66.

9  L’histoire de cette reconstruction posturale du cheval a surtout été étudiée depuis la Renaissance par P. Franchet D’Espérey, La main du maître. Réflexions sur l’héritage équestre, Paris, Odile Jacob, 2007, p. 118-137.

10  Xénophon, Art équestre, X, 12. Pour l’explication de l’expression « rendre la main », cf. n. 13.

11  Xénophon, Art équestre, VII, 8. Mais c’est une question d’adaptation : « que l’on tienne les rênes la main un peu haute (ἡνιοχείτω ἀνωτέρω ταῖς χερσίν) si le cheval laisse tomber l’encolure (ἣν μὲν κυφαγωγότερος ᾖ ὁ ἵππος), un peu basse (κατωτέρω) s’il la relève trop (ἣν δὲ μᾶλλον ἀνακεκυφώς) ; c’est ainsi qu’il aura la plus belle attitude » (VII, 10).

12  Par exemple : ἀνακρούειν τῷ χαλινῷ : « tirer (en arrière) le mors » (X, 12 ; XI, 3) ; ἀντιλαμβάνεσθαι τῷ χαλινῷ : « retenir (le cheval) avec le mors » (VIII, 8 ; X, 15) ; βαρύνεσθαι τῷ χαλινῷ : « alourdir (le cheval) avec le mors » (VIII, 8) ; δινόναι τὸν χαλινόν : « rendre le mors » (X, 12 ; 16 ; XI, 3) ; πιέζεσθαι τῷ χαλινῷ : « être pressé par le mors » (X, 15). Nous utilisons, en modifiant quelque peu les traductions, le lexique proposé par É. DElebecque (1978), p. 126.

13  F. R  de la Guérinière, op. cit., p. 70-74 : « changer de main est l’action que fait un cheval avec les jambes, lorsqu’il change de pied. […] Rendre la main, c’est le mouvement que l’on fait en baissant la main de la bride. […] S’attacher à la main, c’est lorsque le cavalier a la main rude. […] Tirer à la main, c’est lorsque la bouche [du cheval] se raidit contre la main du cavalier. […] Peser à la main, c’est lorsque la tête du cheval s’appuie sur le mors. […] Battre à la main, c’est le défaut des chevaux […] qui secouent la bride, et donnent des coups de tête. Être dans la main et dans les talons, c’est la qualité que l’on donne à un cheval parfaitement dressé. […] Travailler de la main à la main, c’est lorsqu’on tourne un cheval d’une piste, avec la main seule, et peu d’aide des jambes ».

14  De même que la réfutation aristotélicienne de cette assertion (l’homme est le plus ingénieux parce qu’il possède des mains). Cf. à ce propos L.‑A. Dorion, Xénophon. Mémorables, introduction générale, livre I, Paris, Les Belles Lettres, 2003, p. 145 note 258. Anaxagore, A 102 (Diels-Kranz) ; Aristote, Parties des animaux, IV, 10, 687a 7.

15  A. Zucker, « La main et l’esprit. Sur l’aphorisme d’Anaxagore (frg. A 102) », in J. M. Galy & M. R. Guelfucci (eds.), L’homme grec face à la nature et face à lui-même. Hommages à Antoine Thivel, Nice, Association des publications de la Faculté des lettres,2000, p. 305.

16  Xénophon, Art équestre, IV, 1 : « […] car il est évident que dans les dangers le maître confie son propre corps à son cheval ».

17  Pindare, Olympiques, XIII, 20. L. de GOUSTINE, « Curieux manège ou anthropologie du cheval », in P. Franchet D’Espèrey (ed.), François Robichon de la Guérinière. Écuyer du roi et d’aujourd’hui, Paris, Belin, 2001, p. 183. Le mors comme objet de maîtrise est un symbole très souvent utilisé dans l’art chrétien : il est un des attributs de la Tempérance, l’une des quatre vertus cardinales.

18  Xénophon, Helléniques, VI, 1, 16. Sur la nourriture des Perses de la Cyropédie, et dans l’œuvre de Xénophon en général, cf. V. Azoulay, op. cit., p. 117-133.

19  Xénophon, Constitution des Lacédémoniens, II, 14.

20  Xénophon, Constitution des Lacédémoniens, III, 4.

21  Xénophon, Art équestre, I, 8 (où l’on retrouve l’expression : πρὸ τῶν ποδῶν ὁρῴη) et X, 3-4.

22 R. Brague, « ΟΙΚΟΝΟΜΙΑetΕΓΚΡΑΤΕΙΑ. À propos du commentaire de Leo Strauss sur l’Économique de Xénophon », ArchPhilos 37 (1974), p. 284-285.

23  R. Brague, op. cit., p. 286. Sur les liens entre ἐγκράτεια, utilité et vertu chez Xénophon, cf. les commentaires de L.‑A. Dorion, op. cit., p. CCXV-CCXXIV.

24  R. Brague, op. cit., p. 288.

25  Cf. S. Vilatte, « La femme, l’esclave, le cheval et le chien : les emblèmes du kalos kagathos Ischomaque », DHA 12 (1986), p. 271-294, et maintenant F. Roscalla, « Kalokagathia e kaloi kagathoi in Senofonte », in C. J. Tuplin (ed.), Xenophon and His World, Stuttgart, Steiner, 2004, p. 115-124.

26  Xénophon, Économique, XI, 15-25 (description de la journée d’Ischomaque, entre effort, tempérance et pratique de la justice).

27  Cf. l’utilisation de l’adjectif μεγαλογνώμον dans l’Économique, XXI, 8. Le même adjectif est employé dans Agésilas, IX, 6, où le roi de Sparte prouve la grandeur de ses sentiments en recherchant non pas les prix lors des courses de chevaux, mais la reconnaissance de ses amis.

28  Xénophon, Économique, XIII, 6-12, où il prend notamment l’exemple du dressage des poulains, qui est basé sur des récompenses et des punitions. Cf. Xénophon, Art équestre, VIII, 13.

29  Ainsi, lorsqu’il raconte sa journée exemplaire, Ischomaque ne manque pas de dire à Socrate qu’il déjeune « juste assez pour passer la journée sans avoir l’estomac ni vide, ni trop plein » (XI, 18).

30  Platon, Banquet, 189d-192e ; cf. à ce propos, L. L’Allier, op. cit., p. 113-114.

31  Cf. par exemple l’étude de N. Valenza-Mele, « Il ruolo dei Centauri e di Herakles : Polis, banchetto e simposio », in P. Lévêque & M.‑M. Mactoux, Les grandes figures religieuses. Fonctionnement pratique et symbolique de l’Antiquité, Paris, Les Belles Lettes, 1986, p. 333-370.

32  Même si l’on sent dans cet exemple l’influence de la pensée d’Empédocle. Pour le penseur d’Agrigente, en effet, la première génération d’êtres animés était constituée de membres épars, à tête ou à corps de bœuf. Cf. Fragment 59a 102 (Diels-Kranz) et les commentaires de L. L’Allier, op. cit., p. 113 n. 229.

33  Pour reprendre le titre d’un article de C. Godin, « L’hybride entre la puissance et l’effroi », Uranie 6 (1996), p. 37-47.

34  Xénophon, Cyropédie, IV, 3, 17. Chrysantas parle des hippocentaures au passé (IV, 3, 19).

35  D. Sperber, op. cit., p. 31.

36  A. Schnapp, « Centaures », in Y. Bonnefoy (dir.), Dictionnaire des mythologies, Paris, Flammarion, 1981, p. 147.

37  Il ne s’agit pas ici de tenter l’explication de l’origine (historique ou symbolique) des centaures. L’ouvrage pionnier est celui de G. Dumézil, Le problème des centaures, Paris, Geuthner, 1929. Il semble que les centaures « grecs » soient apparus dès l’âge de bronze : cf. I. M. Shear, « Mycenaean Centaurs at Ugarit », JHS 122 (2002), p. 147-153. J. M. Padgett, « Horse Men : Centaurs and Satyrs in Early Greek Art », in Idem (ed.), The Centaur’s Smile. The Human Animal in Early Greek Art, New Haven et Londres, Yale University Press, 2004, p. 3-46, rappelle que si les civilisations du Proche-Orient ont imaginé des êtres hybrides (comme les griffons), il ne semble pas possible de trouver des indices sûrs qui attestent de leurs similitudes avec la figure du centaure grec. Pour lui, le centaure de Lefkandi témoigne de l’origine grecque de l’hybride. Découverte en Eubée, cette figurine est donc à proximité du mont Pélion, montagne thessalienne où vivent les κένταυροι. Pour la description géographique et mythique du mont Pélion, cf. E. Janssens, « Le Pélion, le centaure Chiron et la sagesse archaïque », in J. Bingen, G. Cambier & G. Nachtergael (eds.), Hommages à Claire Préaux, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1975, p. 325-337. Concernant la Thessalie, terre propice à l’élevage des chevaux et à l’essor d’une culture équestre, cf. par exemple Platon, Ménon, 70a-b et les commentaires de I. G. Spence, The Cavalry of Classical Greece : A Social and Military History with Particular Reference to Athens, Oxford, Clarendon Press, 1993, p. 23-25.

38 N. Valenza-Mele, op. cit.

39  Pline, Histoire Naturelle, VII, 202. Cf. aussi Virgile, Géorgiques, III, 115.

40  Lucain, VI, 396 sq. ; Valerius Flaccus, Argonautiques, VII, 603-606. Cf. M. Detienne & J.‑P. Vernant, Les ruses de l’intelligence. La métis des Grecs, Paris, Flammarion, 1999 (1ère éd. 1974), p. 187

41  Nicandre, Thériaques, 500-509. L’auteur évoque aussi le val Pelethronion lorsqu’il décrit un serpent, élevé là par le Guérisseur (Παιήων), qui, lorsqu’il mord, ne provoque aucune douleur (Thériaques, 438-447).

42  J.‑M. Jacques, dans son édition des Thériaques revient, dans une longue note (p. 147‑150, n. 53), sur les rapports entre Chiron et le Pelethronion. Ce dernier terme, pourrait être un toponyme, désignant un val fertile du mont Pélion. Il s’agirait peut-être aussi d’une épithète, qui rappellerait l’histoire du Lapithe Pelethronius, « sans doute à l’imitation de la poésie hellénistique » (p. 150). Sur Chiron expert en onguents et maître des simples, cf. Homère, Iliade, IV, 218-219 ; XI, 829-832 ; Pindare, Néméennes, III, 52-55 ; Pythiques, III, 1-7 ; 45-46 ; 63-66 et les commentaires de H. Jeanmaire, « Chiron », AIPhO 9 (1949), p. 255-265, et d’E. Janssens, « Le Pélion, le centaure Chiron et la sagesse archaïque » in J. Bingen, G. Cambier & G. Nachtergael (eds.) Hommages à C. Préaux, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles, 1975, p. 333.

43  Pindare, Olympique, XIII, 85.

44  M. Detienne & J.‑P. Vernant, op. cit., p 186.

45  M. Carastro, La cité des mages. Penser la magie en Grèce ancienne, Grenoble, Millon, p. 36 (voir aussi p. 153-157). Cf. M. Detienne & J.‑P. Vernant, op. cit., p. 180-181.

46  Cf. dans les Thériaques, 508 ; 565, et Pline, Histoire Naturelle, XXV, 66.

47  Cf. le dossier de J.-M. Jacques, Nicandre. Thériaques, Paris, Les Belles Lettres, 2002, p. 147-150, où il s’appuie notamment sur Nicandre, Thériaques, 505 et suivantes, Pline, XXV, 32, Dioscoride, III, 50, et Théophraste, Histoire des plantes, IX, 11, 1. Théophraste et Pline comparent la fleur de cette plante à celle de la patience. Or, dans les Géoponiques, XVI, 12, 2, elle entre dans la composition d’un remède destiné à guérir le cheval d’une maladie inconnue.

48  Géoponiques, XVI, 12, 2. Pour les références à Théophraste et Pline, cf. note précédente.

49  Corpus Hippiatricorum Graecorum, I, 119, 10-11 ; 424, 19.

50  Théophraste, Histoire des plantes, IX, 11, 3. Cf. les commentaires de S. Georgoudi, Des chevaux et des bœufs dans le monde grec. Réalités et représentations animalières à partir des livres XVI et XVII des Géoponiques, Paris-Athènes, Daedalus, 1990, p. 180-181 (n. 122).

51 Corpus Hippiatricorum Graecorum, II, 131, 8.

52  Dioscoride, III, 8.

53  Aristote, Histoire des animaux, VIII, 24, 604 b 11-13 et Elien, Nature des animaux, I, 36.

54 M. Carastro, op. cit., p. 79-87.

55  Pline, Histoire Naturelle, XXV, 66. Cf. la version différente d’Apollodore, Bibliothèque, II, 5, 4, où Héraclès, décochant une flèche, blesse le genou de Chiron, qui se retire dans son antre, souffrant d’un mal incurable, « souhaitant mourir et ne le pouvant pas, puisqu’il était immortel ».

56  Pline, Histoire Naturelle, XXV, 69 ; Dioscoride, III, 7.

57  Comme l’indique l’hippiatre arabe du Nâceri. Cf. Abu Bakr Ibn Badr, Le Nâceri. Traité complet des deux arts en médecine vétérinaire, trad. M. M. Hakimi, Paris, Errance, 2006, par exemple au 46e chapitre de la 6e exposition (p. 107) : la centaurée, parmi d’autres onguents, peut être appliquée dans l’angle de l’œil, pour traiter d’une fistule et la cicatriser.

58  Sophocle, Trachiniennes, 531 sq., avec l’analyse de D. Auger, « Variations sur l’hybride : le mythe des centaures, Pindare et Sophocle », Uranie 6 (1996), p. 78.

59  Machaon et Podalire sont deux héros cités dans la liste des élèves de Chiron dans l’Art de la chasse de Xénophon (I, 14).

60  G. Cambiano, « Le médecin, la main et l’artisan », in R. Joly (ed.), Corpus Hippocraticum, Mons, Éditions universitaires de Mons, 1977, p. 226-232. Les φάρμακα sont d’ailleurs appelées par Galien, XII, 966 Kühn, « les mains des dieux » (θεῶν χεῖρας εἶναι τὰ φάρμακα). Médecin, Chiron est aussi un vétérinaire, car la Souda dit qu’il a écrit un ἱππιατρικόν (art. Χείρων), ce terme désignant le spécialiste des maladies des animaux (et pas uniquement du cheval).

61  Les Perses, dans ce dernier chapitre, apparaissent assurément comme de mauvais cavaliers : « ils ont plus de couvertures sur leurs chevaux que sur leurs lits ; car ils se préoccupent moins d’être solides à cheval que d’être mollement assis » (Cyropédie, VIII, 8, 19).

62  Plutarque usera d’une image similaire dans sa Vie de Lycurgue (VII, 1) : les successeurs du législateur, constatant que l’oligarchie restait très puissante à Sparte, « leur imposèrent comme un frein (ψάλιον) la puissance des éphores » (trad. Ozanam). Le ψάλιον est une sorte de caveçon que les Anciens appliquaient sur une partie de la tête de l’animal, et qui, à cause de sa forme en « U » et de ses multiples aspérités, agissait comme « une courbe morsure » (Anthologie Palatine, VI, 233). Cf. les explications données par P. Vigneron, op. cit., p. 60-62. Le texte de Plutarque serait-il l’écho de ce que dit Xénophon du pouvoir des éphores qu’il assimile à celui des tyrans (Constitution des Lacédémoniens, VIII, 4) ?

63  Y. Grange, « Cheval et pouvoir : “ Acquérir par l’usage la plus grande justesse ” », in P. Franchet d’Espèrey (ed.), François Robichon de la Guérinière. Écuyer du roi et d’aujourd’hui, Paris, Belin, 2001, p. 155-166.

64  C’est en effet à l’âge de douze ans qu’il quitte la Perse (I, 3, 1). Il y retourne pour y accomplir encore un an dans la classe des enfants (I, 5, 1). Or, les Perses restent dans cette classe jusqu’à l’âge de seize ou dix-sept ans (I, 2, 8). Juste avant l’expédition contre les Assyriens, Cyrus a quinze ou seize ans (I, 4, 16).

65  F. Gherchanoc, « Les atours féminins des hommes : quelques représentations du masculin-féminin dans le monde grec antique. Entre initiation, ruse, séduction et grotesque, surpuissance et déchéance », RH 628 (2003) : le féminin est une altérité « valorisante comme signe de beauté et opérateur de virilité chez les adolescents » (p. 789).

66  Art équestre, VIII, 10. Voir plus loin dans la Cyropédie, VIII, I, 34‑35.

67  Cf. P. Briant, Histoire de l’Empire perse, Paris, Fayard, 1996, p. 244-250 et 309-311. Xénophon les décrit dans plusieurs de ses livres : Anabase, I, 2, 7 ou encore Économique, IV, 20-25.

68  Pour une analyse des changements physiques et comportementaux de Cyrus adolescent, voir B. Due, The Cyropaedia: Xenophon’s Aims and Methods, Aarhus, Aarhus University Press, 1989, p. 152-156. On peut aussi trouver un parallèle dans l’Anabase (IX, 1, 5), où Xénophon, dressant un portrait apologétique de Cyrus le Jeune, dit de lui qu’il se montrait le plus réservé parmi les enfants (αἰδημονέστατος), mais qu’il apprenait l’équitation avec une ardeur certaine (φιλιππότατος).

69  Plus tard dans le récit, Cyrus critiquera auprès de ses camarades ces bêtes maigres et galeuses, boiteuses et mutilées, qui vivent dans un espace exigu (I, 4, 11).

70  A. Schnapp, « Représentation du territoire de guerre et du territoire de chasse dans l’œuvre de Xénophon », in M. I. Finley (ed.), Problèmes de la terre en Grèce ancienne, Paris, Mouton, 1973, p. 312.

71  Dans l’Anabase, Xénophon raconte une partie de chasse de Cyrus le Jeune : un ours se jette sur lui et le désarçonne ; il parvient à le tuer mais en garde des blessures. Par cet acte héroïque, il s’affirme comme un chef charismatique, à tel point qu’un des serviteurs venu à son secours subit la jalousie des autres (I, 9, 6). Cf.V. Azoulay, op. cit., p. 239‑240.

72 E. Villari, Il morso e il cavaliere. Una metafora della temperanza e del dominio di sé, Genève, Il Nuovo Melangolo, 2001, p. 67 : « La natura essenzialmente ambigua del chalinos consente di relevare la comprensenza di interpretazioni diametralmente opposte. In quanta pharmakon, il chalinos non solo va considerato come strumento di violenza e di costrizione ma anche come legame, freno, giusto limite alla hybris e alla violenza dell’animale non domato e selvaggio, achalinos ».

73  De fait, sous le régime des Trente, certains cavaliers n’hésitent pas à « égorger » comme des loups leurs ennemis, suscitant la réprobation parmi d’autres hippeis. Cf. Xénophon, Helléniques, II, 4, 26. Le verbe ἀποσφάζω est le même que celui utilisé dans l’Hipparque, IV, 18-20, où l’image des loups égorgeant leur proie est prise en modèle pour illustrer des actions de cavalerie.

74  Xénophon, Art équestre, VIII, 13-14. À propos de l’empire de Cyrus et de ce type de gouvernement « bienfaisant non limité par la loi, mais auquel on obéit volontairement », cf. les remarques de D. Morrison, « Tyrannie et royauté selon le Socrate de Xénophon », Les études philosophiques 69, 2 (2004), p. 177-192, notamment p. 190-192.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Blaineau, « Le cheval, le cavalier et l’hippocentaure. Technique équestre, éthique et métaphore politique chez Xénophon », Cahiers des études anciennes, XLV | 2008, 185-211.

Référence électronique

Alexandre Blaineau, « Le cheval, le cavalier et l’hippocentaure. Technique équestre, éthique et métaphore politique chez Xénophon », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLV | 2008, mis en ligne le 07 avril 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/268

Haut de page

Auteur

Alexandre Blaineau

Université Rennes II

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org