Navigation – Plan du site

Préface

Renaud Lussier et Sébastien Goupil
p. 7-10

Texte intégral

  • 1  Nous voudrions ici remercier pour leur contribution le ministère des Relations internationales du (...)

1L’étude des valeurs et des normes dans la perspective des constructions identitaires a suscité beaucoup d’intérêt ces dernières années, toutes époques et disciplines confondues. S’inscrivant dans la foulée des réflexions actuelles, ce numéro des Cahiers des études anciennes réunit les actes d’un colloque-atelier organisé dans le cadre du 76e Congrès de l’Acfas1 et dont l’objectif premier était de rassembler des chercheurs — hellénistes et romanistes — intéressés par le thème de l’identité et les notions de valeurs et de normes dans leurs dimensions individuelles et collectives.

2Cette problématique permet notamment d’interroger, dans le cadre des études anciennes, le thème de l'organisation sociale et politique, de mettre en perspective les fondements de l'inclusion et de l'exclusion, ou encore de nous pencher sur les notions d'altérité et de stéréotype, les modes de reconnaissance sociale et la formation des identités civiques, religieuses et ethniques. En abordant les dimensions sociales, politiques, économiques et culturelles des constructions identitaires, cette rencontre visait à dégager certaines pistes de recherche qu’il conviendrait d’approfondir afin de mieux délimiter les travaux futurs portant sur l’identité et les processus d’identification dans le monde gréco-romain.

3Les actes de ce colloque-atelier ont été regroupés selon deux principaux axes de recherche, soit, dans un premier temps, celui de l’identité civique, de l’identité religieuse et des modes de reconnaissance sociale et, dans un deuxième temps, celui des constructions identitaires, de la marginalité, de l’altérité et des relations intergroupales.

4Les thèmes de l’identité civique et religieuse ont fait l’objet de discussions à travers les articles d’Yves Lafond et de Gabriela Cursaru. C’est par l’entremise des normes religieuses dans le contexte des cités de Grèce égéenne (IIe s. av. J.-C.-IIIe s. ap. J.-C.) qu’Yves Lafond traite de l’identité civique à partir d’une documentation épigraphique : dans un contexte religieux, la référence à des nomoi se présente comme garante de l’intégrité et de la pérennité de la cité, ce qui rend compte par le fait même de certaines composantes de l’identité civique. La question des enjeux identitaires, en particulier leurs aspects idéologiques, politiques et religieux, est posée par Gabriela Cursaru dans sa contribution portant sur les théoxénies delphiques. Elle fait ressortir les différentes procédures à partir desquelles les Delphiens ont assimilé ces fêtes dans leur vaste réseau de festins communautaires afin de renouer avec un passé auroral — fournisseur d’identité politique et religieuse —, tout en consacrant le prestige croissant et la vocation panhellénique de la cité-sanctuaire. L’article de Gaétan Thériault s’intéresse pour sa part aux modes de reconnaissance sociale à travers une étude de la notion d’aristeia ou « prix de la valeur » à partir d’un corpus de sources épigraphiques de la basse époque hellénistique à l’époque romaine. Il montre que l’aristeia se définit comme un mode de reconnaissance sociale adapté au développement de l’évergétisme à cette époque attestant ainsi de la persistance des grandes valeurs de la société grecque.

5Le deuxième axe de recherche portant sur les constructions identitaires, la marginalité et les relations intergroupales, regroupe les articles de Renaud Lussier, Sébastien Goupil, Mathilde Cambron-Goulet et Steeve Bélanger. Le texte de Renaud Lussier aborde la notion d’identité ethnique à travers le récit des origines et de fondation de Messène que l’on trouve chez Pausanias. L’analyse de ce récit participant à la construction de l’« identité messénienne » dans le contexte de la fondation d’Épaminondas, permet de poser un certain nombre de problèmes liés à l’interprétation du texte du Périégète concernant la formation de l’appartenance au groupe des « Messéniens ». Sébastien Goupil interroge ensuite le rôle des pratiques alimentaires dans la construction de l’identité campagnarde, à travers les comédies d’Aristophane en tâchant de distinguer les realia et les constructions narratives du comique. Mathilde Cambron-Goulet nous invite pour sa part à réfléchir sur l’identité grecque et son rapport à la norme, à travers le miroir de la marginalité cynique, plus précisément par le biais des relations que cette marginalité entretient avec le modèle animal, le modèle divin et celui de l’Âge d’or. L’article de Steeve Bélanger aborde en dernier lieu la quête identitaire des premiers chrétiens qui se situe au carrefour des mondes juif et païen, interrogeant par le fait même les relations intergroupales à l’époque impériale dans le contexte de la diffusion du christianisme.

6Il ressort de cette rencontre plusieurs pistes de recherche qui visent à questionner les liens qui unissent les valeurs, les normes et la formation, l’affirmation et l’évolution des identités individuelles et collectives dans le monde gréco-romain. Plusieurs interventions ont soulevé le problème de la définition de l’« identité grecque » qui semble essentiellement s’être construite sur des oppositions ou des rivalités, sur des fondements normatifs et des ensembles de valeurs. Le monde romain a également fait l’objet de discussions principalement autour de la notion de métissage à l’époque impériale et sur les contours de l’« identité grecque » dans le contexte romain.

7Les thèmes de l’identité et de l’identification sont multiformes et offrent différents angles d’approche comme en témoigne ce numéro des Cahiers des études anciennes. De l’étude des processus d’identification à travers les modes de reconnaissance sociale, à l’analyse des discours identitaires, en passant par les fondements des identités individuelles et collectives, nous proposons ainsi d’examiner les représentations de l’identité de même que ses diverses manifestations au sein des sociétés grecques et romaines.

Haut de page

Notes

1  Nous voudrions ici remercier pour leur contribution le ministère des Relations internationales du Québec et le Département d’histoire de l’Université du Québec à Montréal. Des remerciements particuliers vont à Janick Auberger, de l’Université du Québec à Montréal, pour son aide et sa participation au moment de la journée du colloque-atelier, à Yves Lafond, de l’Université de Poitiers, pour avoir accepté notre invitation et à Pascale Fleury, de l’Université Laval, pour la réalisation de ce numéro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renaud Lussier et Sébastien Goupil, « Préface », Cahiers des études anciennes, XLIV | 2007, 7-10.

Référence électronique

Renaud Lussier et Sébastien Goupil, « Préface », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLIV | 2007, mis en ligne le 15 mars 2009, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://etudesanciennes.revues.org/274

Haut de page

Auteurs

Renaud Lussier

Articles du même auteur

Sébastien Goupil

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers des études anciennes

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org