Navigation – Plan du site

Les « prix de la valeur » (aristeia) et l’évolution des honneurs civiques à la basse époque hellénistique et à l’époque romaine : persistance des valeurs et mode de reconnaissance sociale*

Gaétan Thériault
p. 51-71

Entrées d’index

Index de mots-clés :

compétition, épigraphie, identité
Haut de page

Texte intégral

  • *  Je préciserai d’emblée que le thème de cet article correspond à une recherche que je me prépare à (...)
  • 1  Cf. notamment S. Bernardete, « The aristeia of Diomedes and the Plot of the Iliad », Agon, 2 (1968 (...)
  • 2  Sur l’aristeion militaire, on consultera l’utile discussion de W. K. Pritchett, The Greek State at (...)

1L’aristeia, la vaillance, est un thème bien connu de la poésie homérique, principalement de l’Iliade1. Elle était associée à la supériorité, aux hauts faits et aux exploits militaires, et à cet égard, Diomède est assurément le plus grand représentant de l’aristeia homérique. Que les Grecs aient un jour songé à récompenser les exploits de leurs plus valeureux soldats d’un aristeion, ou d’aristeia, d’un prix ou de prix donc venant souligner le courage et la bravoure dans des actions guerrières, paraît dans l’ordre naturel des choses2.

  • 3  M. I. Finley, The World of Odysseus, Londres, The Viking Press Inc., 1956, p. 133; cf. W. K. Pritc (...)
  • 4  VIII, 11 : Πρῶτος δὲ Ἑλλήνων νέα τῶν πολεμίων εἷλε ἀνὴρ Ἀθηναῖος, Λυκομήδης Αἰσχραίου, καὶ τὸ ἀρισ (...)
  • 5  VIII, 124 : Ἀριστήια μέν νυν ἔδοσαν <ἀνδρηίης μὲν> Εὐρυβιάδῃ ἐλαίης στέφανον. Cf. B. Jordan, « The (...)
  • 6  Cf. W. K. Pritchett, op. cit., p. 283-286, et le tableau de la p. 285.

2Mais le terme aristeion, le « prix de la valeur », est absent chez Homère, quoique les captives, l’or, le cuivre ou les beaux objets remis aux vainqueurs épiques aient aussi constitué en quelque sorte des prix de la valeur3. Sa première attestation se trouve chez Hérodote, au livre VIII : l’Athénien Lycomédès, fils d’Aischraios, y lit-on, fut le premier Grec à s’emparer d’un vaisseau ennemi au cap Artémision et l’exploit lui valut l’ἀριστήιον4. Au lendemain de Salamine, l’andreia du Spartiate Eurybiade, chef de la flotte, fut récompensée à Sparte d’une couronne d’olivier, comme prix de la valeur5. En tout, une douzaine de passages des Histoires évoquent ces prix, qui excitaient bien souvent l’émulation et la rivalité, décernés tantôt à des particuliers, tantôt à des peuples, tantôt prestement sur le champ de bataille, tantôt dans les villes, loin de la mêlée, dans les réjouissances d’après-guerre. Soulignons que tous, sans exception, s’inscrivaient dans un contexte militaire et leur attribution relevait surtout des généraux6.

  • 7  Isocrate, Sur l’attelage, 29-30 : Καὶ πρῶτον μὲν, ὅτε Φορμίων ἐξήγαγεν ἐπὶ Θρᾴκης χιλίους θηναίων (...)
  • 8  A. Maiuri, Nuova silloge epigrafia di Rodi e Cos, Firenze, Felice Le Monnier, 1925, nº 22 :[Ὁ δεῖν (...)
  • 9  J.-Y. Empereur, BCH, 105 (1981), p. 566 : Ἐν Πειραιεῖ Ἀρχέλαος στρατοπεδάρχης | Ἀπολλωνίωι Ἀπολλων (...)

3Cette communion avec le monde guerrier et cette attribution par l’armée trouvent des parallèles ultérieurement. Je me limiterai à quelques exemples. Près d’un demi-siècle après les guerres Médiques, le stratège Phormion remit à Alcibiade comme aristeion une panoplie, accompagnée d’une couronne, pour son courage et sa bravoure au siège de Potidée, en 4327. Deux siècles et demi plus tard, dans les premières décennies du IIe siècle, un ἁγεμὼν anonyme rhodien, qui avait fait preuve d’aristeia dans des combats, fut honoré par l’armée d’une couronne et d’une panoplie de la valeur en plein camp militaire8. Enfin à Athènes, lors du siège du Pirée par les troupes de Sylla, c’est aussi un aristeion, cette fois sous forme de bracelet d’argent, que remit Archélaos, général de Mithridate, à l’un de ses officiers9.

4Il n’est pas nécessaire, on le voit, de multiplier les témoignages. Il est clair que la guerre, omniprésente dans le monde grec, représentait une occasion sans pareille de se distinguer : c’était sur les champs de bataille que se mesuraient l’héroïsme, la bravoure et les hauts faits. Les prix de la valeur furent donc avant toute chose, et à toutes les époques, une affaire de soldats et d’honneurs militaires.

  • 10  « Le décret des Ioniens en l’honneur d’Eumènes II », REG, 37 (1924), p. 310, note 1 (= Études, II, (...)
  • 11  « Documents d’Asie Mineure », BCH, 109 (1985), p. 472.
  • 12  Les cités grecques et leurs bienfaiteurs (IVe-Ier siècle avant J.-C.). Contribution à l’histoire d (...)

5Leur octroi ne fut cependant pas le privilège exclusif de l’armée et de ses généraux. Plusieurs cités usèrent du même honneur pour récompenser des mérites divers, même dans des contextes de guerre. Ce caractère civique remonte déjà à l’époque classique, dans des proportions moindres, mais on l’observe surtout à la période hellénistique et particulièrement à la basse époque hellénistique. De plus en plus de cités, en effet, manifestèrent à cette époque leur reconnaissance à l’égard des rois, de peuples ou de certains concitoyens par l’octroi d’aristeia, surtout des couronnes et, en moins grand nombre, des panoplies. J’évoquerai des exemples dans la suite de mon exposé. Or, à la lumière de certains témoignages, d’aucuns ont alors parlé d’un affaiblissement dans l’expression de l’aristeion, en d’autres mots d’une édulcoration de cet honneur. M. Holleaux écrivait à ce propos : « dans la pratique, on a fait de cet [honneur] une large distribution afin de récompenser des mérites très divers, en sorte que bien d’autres que des vainqueurs [entendre ici à la guerre] en ont été honorés »10. Et l’idée a fait son chemin : L. Robert parlait, il y a un peu plus de vingt ans, de la constatation « comme d’une vulgarisation de cet honneur au IIe et au Ier siècle a. C. »11 ; Ph. Gauthier, d’un honneur accordé avec le temps « plus libéralement »12.

  • 13  Loc. cit., p. 473.

6Mais le premier constat de L. Robert fut immédiatement suivi de ce que j’appellerais une mise en garde, ou en tout cas une nuance fort à propos : « Mais il faut penser que dans cette période [entendre ici toujours le IIe et le Ier s. a. C.], si dure pour les cités grecques, il y eut tant de graves occasions pour des citoyens de se distinguer dans αἱ τῶν πόλεων θλίψεις », « les oppressions des cités »13. Il en voulait pour preuves épigraphiques les cas très évocateurs d’un certain Stasias de Pergè, en Pamphylie, qui, dans un contexte d’activité militaire, que l’on situe à la basse époque hellénistique, avait « courageusement » maintenu le peuple dans la paix et la sécurité et s’était ainsi mérité, de la part du peuple, une statue de bronze, mais surtout une couronne de la valeur (I. Perge, 14) ; puis d’Iollas de Sardes, qui, entre 50 et 25, reçut de ses concitoyens, parmi d’autres honneurs prestigieux, non pas une mais deux couronnes de la valeur pour avoir « courageusement » exercé les magistratures les plus importantes, été cinq fois stratège, rempli avec succès de nombreuses ambassades à Rome et survécu à maints dangers, combats et aussi actions dans des procès (I. Sardis, VII1, 27).

7Ces témoignages, sur lesquels je reviendrai, offrent sans le moindre doute l’image de situations critiques, de cités aux prises avec de nombreuses difficultés, dans un contexte de luttes, de rivalités, de domination et d’exaction étrangères, mais surtout contexte dans lequel bravoure, exploits et évergésies cruciales jouaient aussi, comme les victoires militaires, un rôle déterminant pour le salut des communautés et se méritaient la plus haute gratitude. L’aristeion semble donc avoir évolué au gré des circonstances particulières de l’époque hellénistique.

8Mais est-ce là ce qui ressort de l’ensemble de la documentation de l’époque hellénistique et peut-on parler, avec M. Holleaux, d’un honneur « largement distribué » ? Ces questions méritent d’être posées et il m’a paru pertinent de regrouper, pour la première fois, tous les témoignages concernés par les aristeia à cette époque, voire à la période romaine, et de mettre à l’épreuve cette idée d’un honneur civique vulgarisé, « largement distribué ».

9J’ai rassemblé près d’une cinquantaine de témoignages, pour une bonne part épigraphique. Je n’en n’évoquerai naturellement que quelques-uns, que je répartirai en deux groupes : ceux qui attestent sans conteste des moments critiques, des exploits ou des évergésies cruciales pour la communauté ; puis ceux qui ne semblent évoquer, a priori en tout cas, ni exploits, ni hauts faits et qui pourraient corroborer cette idée d’honneur vulgarisé.

10Les premiers sont les plus nombreux et concernent monarques, peuples et bienfaiteurs, ici Grecs comme Romains.

Eumène II

  • 14  OGIS, 248, l. 28-32 : ὅτι δοκεῖ τεῖ βουλεῖ | ἐπαινέσαι τὸμ βασιλέα Εὐμένη βασιλέως Ἄττά[λου] | καὶ (...)

11L’honneur d’une couronne de la valeur fut ainsi décerné, vers 175 ou 174, à Eumène II de Pergame et, par ricochet, à la reine Apollônis, après que le roi eut favorisé financièrement et militairement l’accession au trône d’Antiochos IV, aux prises avec l’usurpateur Héliodoros14. Le service, on le voit, était de taille.

  • 15  OGIS, 763, l. 23-26 : ὅπως ἀεὶ φαίνησθε τὰς καταξίας τιμὰς τοῖς εὐεργέταις ἀπονέμοντες, στε|φανῶσα (...)

12Le même Eumène s’attira également la reconnaissance de la ligue ionienne, quelques années plus tard, vers 167/166, et reçut à nouveau la couronne de la valeur, alors qu’il « avait soutenu contre les barbares, les Galates, de nombreux et violents combats » et n’avait rien épargné afin que les habitants des cités helléniques puissent jouir d’une paix qui ne serait plus troublée15.

Attale III

  • 16  OGIS, 332, l. 5-7 : ἀγαθῆι τύ|χηι δεδόχθαι τῆι βουλῆι καὶ τῶι δήμωι·στεφανῶσαι τὸμ βασιλέα χρυσῶι (...)
  • 17  L. 21-23 : Ὁ δῆμος βασιλέα| Ἄτταλον φιλομήτορα καὶ εὐεργέτην θεοῦ βασιλέως Εὐμένου σωτῆρος ἀρετῆ[ς (...)

13Toujours à Pergame, couronne de la valeur aussi pour Attale III, au retour d’une campagne victorieuse entre 139 et 13316. L’un des textes gravés à cette occasion sur la base d’une statue de culte rappelait le courage du roi dans la guerre et sa domination sur l’ennemi17.

Peuples

  • 18  XXVI, 9 :ἀπεδέξαντο δὲ καὶ τοὺςῬοδίους μεγαλομερῶς καὶ τόν τε δῆμον ἐστεφάνωσαν ἀριστείῳ στεφάνῳ κ (...)

14Revenons un peu en arrière. En 200, alors qu’une escadre macédonienne avait capturé des navires athéniens au Pirée et au moment où se discutait fermement l’entrée en guerre contre la Macédoine, Athènes remit au peuple rhodien la couronne de la valeur et le droit de cité à tous les Rhodiens, parce qu’entre autres bienfaits, écrivait Polybe, ils avaient réussi à reprendre aux Macédoniens les navires capturés au Pirée et « les avaient restitués aux Athéniens, avec leurs équipages »18.

Évergètes

15Il en va de même de nombreux témoignages relatifs à des citoyens. J’ai en effet répertorié maints documents évoquant des prix de la valeur liés aux exploits divers de grands bienfaiteurs. Je rappelle les cas du Pamphylien Stasias de Pergè et du Sardien Iollas, qui, on l’a vu, firent croire à L. Robert que l’aristeion s’inscrivait encore régulièrement dans des situations critiques. Je n’ajouterai ici, pour appuyer le propos, que quelques témoignages.

  • 19  Sur ce personnage, voir, entre autres, C. P. Jones, « Diodoros Pasparos and the Nikephoria of Perg (...)
  • 20 IGRR, IV, 292, l. 20-23 : δεδόχθαι [τῆι βουλῆι καὶ]| τῶι δήμωι ἐπῃνῆσθαί τε Διόδωρον ἐπὶ τοῖς προγε (...)
  • 21  IGRR, IV, 292, l. 5-11. Cf. C. P. Jones, loc. cit., p. 194-196.

16À Pergame, au lendemain des guerres Mithridatiques, le grand bienfaiteur Diodôros Pasparos19, connu pour les honneurs cultuels inouïs dont il fit l’objet dans sa patrie, reçut aussi deux couronnes de la valeur20. Or, les services rendus à ses concitoyens étaient décisifs : intense activité diplomatique à Rome, lors d’ambassades « nombreuses, longues et dangereuses », au cours desquelles Diodôros obtint des restitutions de propriétés, des allégements de taxes, la cessation des arrestations sommaires et d’autres gains liés aux exactions romaines21.

  • 22  I. Stratonikeia, 509 : Ὁ δῆμος ἐτείμησεν ταῖς δευτέραις | τιμαῖς Μᾶρκον Κοκκήιον Νέρουαν | τὸν αὐτ (...)
  • 23  Cf. notamment D. Magie, Roman Rule in Asia Minor, Princeton, Princeton University Press, 1950, p.  (...)

17C’est aussi une couronne de la valeur que se mérita, en 36, à Stratonicée, en Carie, le consul Marcus Cocceius Nerva, bienfaiteur, patron et sauveur, à qui les Stratonicéens devaient l’insigne privilège du rétablissement de leur liberté ancestrale et de leur constitution22. On attribue généralement ces hauts faits à la résistance des Stratonicéens lors de l’offensive des troupes parthes de Labienus en Carie, au printemps 4023.

  • 24  J. & L. Robert, Fouilles d’Amyzon en Carie, Paris, de Boccard, 1983, p. 210-212, nº 25, l. 6-11. C (...)

18J’inclus prudemment parmi ces bienfaiteurs ceux mentionnés dans des décrets fort mutilés, dont l’état de délabrement empêche de connaître les détails des services rendus à la patrie par l’honorandus, mais qui, au détour d’un mot isolé, évoquent des dangers. Ainsi, à Amyzon, en Carie, au IIe siècle, un personnage s’est mérité une couronne de la valeur24 :

[- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -  -] ἵνα οὖν καὶ ὁ δῆ[μος φαίνηται -]

[- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -] τοῖς προκινδυνεύ[σασιν - - - - -]

8 [- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - κ]αὶ πᾶσαν κακοπαθία[ν - - - - - -]

[- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -δεδόχθα]ι τῶι δήμωι · ἐπῃνῆσ[θαι - - -]

[ἀρετῆς ἕνεκεν καὶ εὐνοίας ἧς ἔχ]ων διατελεῖ ἀπὸ τῆς π[ρώτης ἡλικίας -]

[- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -]χρυσῶι στεφά̣ν̣ω̣ι ἀρι[στείωι - - -]

  • 25  La mention de la couronne aristeion et d’une base de statue (βῆμα [l. 12 et 16]) n’est pas sans ra (...)

19Le texte, on le voit, est très incomplet et ne laisse place qu’à des conjonctures ; cela dit, la présence, isolée, du verbe προκινδυνεύειν, à la ligne 2, laisse croire à quelque action grave et dangereuse25.

20Il en va de même dans un décret d’Anaphè, en Égée, lui aussi fort lacunaire, daté du Ier siècle a.C. et dans lequel un bienfaiteur est honoré d’une couronne aristeion pour sa piété envers le dieu et sa valeur et sa philoponia envers sa patrie ; une bonne part des considérants a disparu, mais on peut lire, à la ligne 9, les restes κινδυνο, qui laissent aussi sous-entendre une période de dangers (IG, XII, 3, 249, l. 8-20) :

8 - - -ΝΤΟΙΣ- - - Ο- - -

- - - κινδυνο- - -ΙΑ•(7)Λ[.]ΛΣ-ΟΥΕ•(7)- - -

- - -ΓΩΓΑΡΑΛ- -Σ•(7)- - -Ξ•(7)- - -

- - -ΙΑΝΕΧΟΜ-•(7)Ε- - -Α- - -Α- - -

12 [ ... π]εποιημένου - - - - - - - - - -  - - - - - - - - - - - - -

.... τὸν δᾶμον ε[ὐ]νοίας καὶ φιλαγαθίας καὶ μ[η]θὲ[ν(?) - - - - -

.... ἐ[μφ]α[ν]ίζο[ντ]α [χ]ρήσιμον ἦμεν καὶ ἐπί[σ]αμον, ὅπ[ως - -]

[ἀμείβητ]αι χάρισιν [τ]οὺς π[ερι]σσοτ[έ]ως ἑαυτὸ[ν ε]ὐερ[γετήσαντας, ἕ]-

16 [νεκ]ά τε φιλοδοξίας πολλοὶ γείνωντα[ι θ]εωροῦν[τ]ες οὐ[τ] ἀχ]ά<ρι>στο[ν(?)] ο[ὔτ’ ἀμνα]-

[μό]νευτο[ν] γεινομέναν ὑπὸ τᾶς πόλιος τὰν ποτὶ τὰ καλὰ τῶν ἔργων [σπου]-

[δ]άν(?), κυρωθείσας τᾶσδε τᾶς γνώμας σ[τ]εφανῶσαι [τ]ὸν προειρημέ[νον]

[Ἀρχ]ωνίδαν χρυσέῳ στεφάνῳ ἀρισ[τ]ε[ί]ῳ εὐσεβείας [τε] ἕν[εκα τᾶς π]ο[τὶ]

20 [τὸν θε]όν, ἀρετᾶς δὲ καὶ φιλοπονίας τᾶς ἐς τὰ[ν] πατρίδα, κτλ.

21De ce premier groupe de textes, il ressort qu’exploits militaires, ambassades auprès de l’occupant romain, octroi de la liberté, actions dangereuses, exemption d’impôts et autres évergésies viennent témoigner de moments critiques et de décisions lourdes de conséquences pour les communautés. Tous ces gestes ne purent être perçus que comme des bienfaits capitaux, qui valurent à leurs auteurs une reconnaissance digne de leurs mérites.

22Le second groupe, moins nombreux, fait naturellement difficulté. C’est sur lui que repose visiblement l’idée d’une vulgarisation de l’aristeion. J’évoquerai ici presque tous les documents.

23Les textes concernés, même complets, ou bien n’évoquent que des bienfaits sans grande envergure, donc, a priori, ni exploits ou évergésies cruciales pour la communauté, ou bien ne font que peu d’étalage des mérites des personnages honorés.

  • 26  IG, XI, 4, 1056. Cf. F. Durrbach, Choix d’inscriptions de Délos, Paris, E. Leroux, 1921-1922, p. 9 (...)

24Ainsi, un décret mutilé d’Athènes en l’honneur de Pharnace, cinquième roi du Pont, grand-père de Mithridate VI, honorant vers 172/1 le dynaste d’une couronne de la valeur, rappelle seulement le règlement progressif d’une dette, ou mieux, d’une contribution volontaire envers les Athéniens, et qui concernait sans doute des libéralités à l’endroit de cultes ou d’institutions26. Le texte parle bien de Pharnace comme d’un évergète et, dans un passage malheureusement lacunaire, d’actes antérieurs de bienveillance, mais il est difficile de préciser davantage.

  • 27  I. Stratonikeia, 1321 : ὁ δῆμος ἐτίμησεν | Πόπλιον Κορνήλιον | Ποπλίου υἱὸν Λέντολον | Μαρκελλῖνον (...)
  • 28  TAM II, 3, 769 : [ ̓Αρνεατῶν ὁ δῆμος ἐτείμη|σεν - - χρυ:σ]ῷ̣ στ̣εφά̣νῳ ἀρι̣στ̣εί̣[καὶ] | εἰκόνι (...)
  • 29  TAM, I, 5 : ὁ δῆμος ὁ Τελμησέων ἐτείμησε | Διογένην Διογένου τοῦ Διογένου | τοῦ Σωσικλέου Πεδιέα χ (...)
  • 30  TAM, II, 2, 19 : ὁ δῆμος ὁ Τελμησσέων ἐ|τείμησεν Διόδωρον [Σερ?]πούδιος χρυσῷ στεφάνῳ | ἀριστ<ε>ί<ῳ>

25Plus embarrassantes encore sont les inscriptions honorifiques qui se contentent d’évoquer, au Ier siècle avant notre ère, l’octroi d’un aristeion. Il en est ainsi à Stratonicée, où fut honoré d’une couronne de la valeur, sous Auguste, le patron, bienfaiteur et sauveur du peuple, Publius Cornelius Marcellinus (consul ordinarius en 18 a.C.), pour son dévouement envers le peuple27. Il en est de même pour un évergète anonyme d’Arneai en Lycie : le texte n’évoque, sans plus, que sa qualité ancestrale d’homme de bien, ses accomplissements envers le peuple et un don substantiel à la cité de 3 500 drachmes28. De Telmessos, toujours en Lycie, nous est parvenue une inscription en l’honneur d’un certain Diogénès, honoré d’une couronne de la valeur, d’une statue et de la sitésis pour s’être montré, comme ses ancêtres, un homme de bien29. Pis encore, ce texte contemporain de la même cité, dans lequel on lit laconiquement, sur quatre lignes : « Le peuple des Telmessiens a honoré Diodôros fils de Serpoudis, d’une couronne dorée de la valeur »30.

  • 31  Formule même de Tacite, Annales, VI, 18. Cette conception vient en fait des Romains, particulièrem (...)
  • 32  Voir sur ce terme l’éclairante étude de M. Dubuisson, « Graecus, Graeculus, Graecari : l’emploi pé (...)
  • 33  Pour l’écho auprès de certains modernes, cf., entre autres, R. Syme, The Roman Revolution, Oxford, (...)

26Ces derniers textes, je le répète, ne sont pas légion, mais peuvent néanmoins laisser perplexes quant à la question qui retient ici mon attention. Je ne suis pas pour autant persuadé qu’ils témoignent d’une vulgarisation de l’aristeion. Il serait aisé, certes, de parler de graeca adulatio31, expression utilisée jusqu’à tout récemment encore pour parler de la prodigalité ou de l’exagération des Graeculi32 dans le domaine des honneurs à la basse époque hellénistique et à l’époque romaine33. Mais cela ne me paraît pas prouvé. Rappelons d’abord que, par leur nature même, les textes honorifiques, gravés pour la plupart sur des bases de statue, n’ont pas la richesse et la précision des grands décrets honorifiques, dont les considérants sont une mine d’informations, évoquant, parfois très longuement, les mérites de l’honorandus et le contexte particulier dans lequel ils ont pris place. Les courts textes honorifiques, quant à eux, vont à l’essentiel et se contentent bien souvent de résumer la carrière d’un bienfaiteur en quelques formules toutes faites, mais qui n’excluent en rien, selon moi, des exploits ou des évergésies cruciales pour la communauté.

  • 34  Cf. G. Thériault, loc. cit., p. 85-95.

27À cet égard, le titre de « sauveur », attribué par les habitants de Stratonicée à leur patron et évergète Publius Cornelius Marcellinus, n’est pas sans suggérer un bienfait capital. Je rappelle que, quelques décennies auparavant, toujours à Stratonicée, le consul Marcus Cocceius Nerva, bienfaiteur, patron et « sauveur », s’était lui aussi mérité un tel honneur pour avoir rétabli la liberté ancestrale et la constitution des Stratonicéens. De toute évidence, dans la période trouble de la basse époque hellénistique et de la période augustéenne, l’évergétisme romain revêtit lui aussi une importance capitale et se mérita une gratitude non moins sincère que celle vouée aux Grecs34.

28Par ailleurs, le caractère exceptionnel de l’aristeion — environ une cinquantaine de récipiendaires parmi les centaines voire les milliers d’évergètes qui nous sont connus, rois, citoyens ou Romains — ne plaide-t-il pas naturellement en faveur d’une reconnaissance et sans doute de mérites tout aussi exceptionnels ? Dans le cas contraire, comment expliquer ce nombre restreint d’aristeia civiques ? En tout cas, il me paraîtrait risqué de parler ici d’un honneur « largement distribué ».

  • 35 Rhétorique, 1361a : πολλοὶ γὰρ διὰ μικρὰ δοκοῦντα τιμῆς τυγχάνουσιν, ἀλλ’ οἱ τόποι καὶ οἱ καιροὶ αἴ (...)
  • 36 Contre Leptine, 41 :  Ἐπικέρδης ὁ Κυρηναῖος, ὅς, εἴπερ τις ἄλλος τῶν εἰληφότων, δικαίως ἠξιώθη ταύτ (...)

29Enfin, quant au décret athénien, assez mutilé, en l’honneur de Pharnace et au règlement progressif d’une dette, voire d’une contribution volontaire envers les Athéniens qui aurait pu concerner des cultes ou des institutions, rien ne dit que ce bienfait n’avait pas une valeur particulière pour Athènes. Il convient ici d’évoquer une phrase de la Rhétorique d’Aristote, tirée de sa définition du concept de τιμή : « beaucoup d’hommes obtiennent des honneurs pour des causes qui semblent peu importantes, mais ce sont les lieux et les circonstances (καιροί) qui le veulent »35. À peu de choses près, tel était déjà le sentiment de Démosthène, quand il écrivait à propos de l’exemption de taxes octroyée à un bienfaiteur de Cyrène, Épikerdès : « si jamais bénéficiaire fut digne d’un tel honneur, ce ne peut être que lui, non pas tant par la grandeur et par la munificence de ses largesses, qu’en raison des circonstances (καιρός) »36.

30Dans un cas comme dans l’autre, le mot-clé est καιρός, le « moment opportun ». Pour revenir à Pharnace, rien ne nous dit donc que ses bienfaits, apparemment sans grande envergure, ne purent s’inscrire dans un contexte de crise, ou en tout cas dans un « moment opportun », un kairos, qui insuffla aux libéralités de notre homme une teneur particulière, digne d’un honneur nullement édulcoré. La prudence me paraît ici de mise.

31Examinons la question sous un autre angle, car bien que les prix de la valeur fussent avant toute chose, et à toutes les époques, une affaire de soldats et d’honneurs militaires, leur apparition parallèle parmi les honneurs civiques à l’époque hellénistique montre que le champ de bataille n’était plus le lieu privilégié, voire exclusif, de la bravoure, du courage et de la détermination. Cela me semble relever à la fois des conditions politiques et sociales et de l’évolution de l’évergétisme et des honneurs civiques à l’époque hellénistique.

  • 37  Cf. G. Thériault, « Évergétisme grec et administration romaine : la famille cnidienne de Gaios Iou (...)

32Je n’ai pas besoin d’insister sur les nombreuses situations critiques de cette période : guerres incessantes, rivalités funestes, pillages, réquisitions, intrigues de toutes sortes, exactions des publicains et même sinistres naturels. Tout concourait, en fait, à rendre la période hellénistique propice à une générosité accrue et à une prodigalité sans pareille dans les cités. Or, cette euergèsia salvatrice fut d’abord celle des rois et il est donc naturel que l’essentiel de la reconnaissance des cités se soit surtout manifestée à leur égard. Les victoires, la fondation ou la refondation de cités, la construction ou l’aménagement de coûteux monuments, la protection des villes et territoires, la restitution aux cités de leur liberté et de leurs moyens d’existence, leur valurent des couronnes, des statues, que l’on compte par centaines, mais aussi, plus parcimonieusement, des honneurs cultuels et des prix de la valeur37.

  • 38  Ph. Gauthier, Les cités grecques et leurs bienfaiteurs (IVe-Ier siècle avant J.-C.). Contribution (...)
  • 39  Cf. K. Bringmann, « The King as Benefactor : Some Remarks on Ideal Kingship in the Age of Hellenis (...)
  • 40 I. Priene, 108, l. 111-117 : ψηφισαμένου τε τοῦ δήμου κατὰ τοὺς [πρό]|τερον χρόνους κατασ[κε]υὴν̣ [ (...)
  • 41  I. Priene, 108, l. 3-5 : [ἐτίμησεν ἡ βο]υλὴ καὶ ὁ δῆμος | [Μοσχίωνα Κυδί]μου στεφάνωι | [χρυσέωι ἀ (...)

33Mais, comme l’a montré Ph. Gauthier, à la basse époque hellénistique s’opère en ce domaine une véritable transformation, qui repose avant tout sur le déclin des monarchies hellénistiques38. Durant les dernières décennies du IIIe siècle et la première moitié du siècle suivant, en effet, les rois, confrontés aux querelles dynastiques, aux révoltes intérieures et au rôle grandissant de Rome sur leur territoire, ont vu fondre leur pouvoir politique et militaire comme leurs moyens financiers. Le phénomène fut généralisé et eut d’importantes répercussions dans les cités, progressivement privées de leurs plus grands bienfaiteurs39. Celles-ci durent alors se tourner vers les plus riches citoyens, qui se substituèrent peu à peu aux rois défaillants. Un exemple suffit à le montrer. Ph. Gauthier évoquait avec justesse une clause du décret de Priène pour l’évergète Moschiôn, adopté vers 120 : « et, le peuple ayant voté autrefois la construction d’un gymnase dans la ville, et cette construction ne pouvant être achevée par suite du renversement des rois qui avaient promis (d’acquitter) les dépenses susdites, Moschiôn, constatant que ce serait pour la cité un haut fait pour toujours s’il prenait à sa charge les constructions » etc.40 Cet exemple est d’autant plus probant, que l’action de Moschiôn, qui avait doté la cité de constructions prestigieuses, pourvu à l’approvisionnement en grains, au paiement des intérêts dus par la cité et assumé de nombreuses ambassades avantageuses pour le peuple, s’était vu décerner une couronne d’or de la valeur41.

34Ces indications éclairent d’un jour assez particulier la situation de l’époque et il paraît évident que beaucoup de cités durent désormais compter, dans les moments de crise, sur le dévouement d’une minorité de citoyens riches et influents. D’où, et de là l’intérêt pour la question traitée, le report progressif du vocabulaire et des honneurs, jadis réservés aux rois, sur les grands évergètes citoyens. Et parmi ces honneurs figurait l’aristeion.

  • 42  Ph. Gauthier, op. cit., p. 72 ; voir sa discussion générale aux pages 66-74.

35Or, ce phénomène des « notables évergètes », capables de relayer les rois dans des situations critiques, ne paraît guère s’appliquer qu’à partir de la basse époque hellénistique et est devenu, pour reprendre les termes de Ph. Gauthier, « l’équivalent d’un système de gouvernement »42.

  • 43  Sur les épreuves endurées par les cités d’Asie Mineure, on se reportera encore aux excellentes pag (...)

36Mais il y a plus. Nombre de ces évergètes grecs avaient des rapports étroits avec les autorités romaines et leurs actions se sont bien souvent inscrites dans le contexte dramatique de la guerre d’Aristonikos, des guerres Mithridatiques et des guerres civiles romaines43. Sans vouloir brosser un tableau trop noir de la situation, je rappellerai néanmoins que durant ces événements, les Romains ont multiplié les mesures oppressives, les réquisitions diverses, les sanctions financières, pillant le territoire et menaçant plus que jamais l’autonomie et la liberté des cités. Le philhellénisme romain, s’il n'était pas entièrement absent chez certains dirigeants, n’influençait guère désormais la conduite générale des maîtres de l’Orient. Le mal était endémique dans toutes les provinces et dans la grande majorité des cités.

37Dans ce contexte, on comprend la gratitude de cités ou de provinces à l’endroit de ceux qui, par leurs interventions auprès des autorités romaines, leur avaient permis d’éviter le pire et d’obtenir des privilèges substantiels et impérieux.

  • 44  J.-L. Ferrary, « De l’évergétisme hellénistique à l’évergétisme romain », dans M. Christol & O. Ma (...)
  • 45  Ibid., p. 200.

38« Avec ces bienfaiteurs », affirme J.-L. Ferrary, « commence l’ascension des élites grecques au sein de la société romaine, et l’on est désormais passé de l’évergétisme hellénistique à l’évergétisme romain »44. Et c’est dans la même situation que s’inscrivent les honneurs décernés aux Romains, et qui dépeignent eux aussi, à leur manière, le triste état de plusieurs cités grecques. En fait, si les grands évergètes grecs étaient à leur manière les successeurs des rois bienfaiteurs défaillants, il n’en fut pas autrement avec les grands bienfaiteurs romains des IIe et Ier siècles, qui comblèrent progressivement le vide laissé par les monarchies héritières d’Alexandre. Se posant en libérateurs et en protecteurs des cités, les Romains « plus encore que les rois, ... étaient désormais après les dieux ceux qui pouvaient dispenser aux cités les biens et les maux »45. Leur action fut telle dans certains cas, que certains d’entre eux se virent octroyer, comme aux évergètes grecs, l’honneur d’un aristeion.


***

39Que ressort-t-il de toute cette discussion ? J’userai naturellement ici de prudence, mais il me paraît déjà assez évident que l’essentiel de nos témoignages n’invite nullement, du moins sans conteste, à conclure à une certaine banalisation de l’aristeion à la basse époque hellénistique et au début de la période romaine. Si la guerre a de tout temps exigé courage, bravoure et hauts faits et ainsi conduit à des honneurs reconnaissant la valeur des soldats ou des généraux les plus méritoires, elle n’a pas été la seule. À côté des grands conflits du monde grec, nombreux comme on le sait, les communautés ont vécu bien d’autres tourments, dont le dénouement exigeait lui aussi énergie, vaillance, ardeur, courage et témérité. Je songe naturellement aux crises internes, aux disputes entre cités, territoriales ou autres, aux tracas économiques, aux catastrophes naturelles et surtout aux conséquences funestes liées à la guerre : réquisitions, sanctions, pillages, destructions, garnisons étrangères et ainsi de suite.

  • 46  Sur les particularités de la basse époque hellénistique, cf. P. Fröhlich & Chr. Müller (eds), Cito (...)

40Certes, il va de soi que ces épreuves ne sont pas le propre de l’époque hellénistique, mais cela me paraît encore plus vrai pour cette période, malmenée par de nombreuses staseis et par des guerres incessantes, exacerbées par l’appétit et l’ambition des rois et par la présence de l’envahisseur romain. Ainsi, et en outre, toute la question de la liberté, de l’autonomie des cités, de l’inviolabilité des sanctuaires, de la santé financière, des perturbations de toutes sortes et de l’évergétisme, baume providentiel qui est devenu un élément indispensable dans la vie des communautés, y prend donc une coloration particulière, surtout à la basse époque hellénistique46.

  • 47  Op. cit., p. 46.

41Et cet évergétisme salutaire, ce fut d’abord celui des rois, auxquels étaient rattachées nombre de vertus, et qui étaient appelés, on l’a vu, à intervenir, au profit des cités, dans les situations les plus cruciales. Et plus la conjoncture était difficile, plus les euergésiai royales paraissaient décisives et plus grande était alors l’expression de gratitude des cités. Le culte constituait alors le summum de cette reconnaissance. Or, « Pas d’honneurs cultuels, qui ne viennent sanctionner un bienfait capital pour la communauté », écrivait Ph. Gauthier47. Et cela est vrai tant pour les rois que pour les citoyens ou magistrats romains honorés, parcimonieusement il faut le dire, dans le culte et qui, à la basse époque hellénistique, ont pris, on le sait, la relève des rois.

42Je crois qu’il en va de même de l’aristeion civique. L’honneur ne courait pas les rues et n’était pas « largement distribué ». Un grand pourcentage de la documentation, essentiellement concentrée à la basse époque hellénistique, va résolument dans le sens de situations critiques, dangereuses, de moments capitaux pour les communautés et d’interventions salutaires. Et si les exploits guerriers méritaient toujours un « prix de la valeur », il n’en allait plus autrement des exploits des rois ou des grands évergètes, principalement à la basse époque hellénistique, dans des moments souvent tragiques, où la valeur des plus grands bienfaits prenait une importance capitale et appelait des honneurs « distinctifs ».

43L’octroi de l’aristeion, malgré quelques témoignages apparemment peu révélateurs, me paraît donc lié à la conjonction du danger, de situations cruciales, et du caractère décisif de certains bienfaits. Je dirais alors que les Grecs ont su adapter leurs marques honorifiques, les faisant évoluer au gré des circonstances.

Haut de page

Notes

*  Je préciserai d’emblée que le thème de cet article correspond à une recherche que je me prépare à mener dans le détail, mais que je viens en fait à peine de commencer. Mes conclusions ne seront donc pas définitives et devront encore résister à une étude plus développée.

1  Cf. notamment S. Bernardete, « The aristeia of Diomedes and the Plot of the Iliad », Agon, 2 (1968), p. 10-38 ; R. J. Rabel, « Agamemnon’s aristeia : Iliad 11. 101-21 », SyllClass, 2 (1990), p. 1-7 ; A. Camerotto, « Aristeia : azioni e tratti tematici dell’eroe in battaglia », Aevum, n.s. 1 (2001), p. 263-308 ; id., « Il giorno di Hektor », Lexis, 22 (2004), p. 201-247 ; R. di Donato, « Aristeuein : lo statuto antropologico del guerriero omerico », IncidAntico, 1 (2003), p. 49-66. Voir également la note suivante.

2  Sur l’aristeion militaire, on consultera l’utile discussion de W. K. Pritchett, The Greek State at War, II, Berkeley‑Los Angeles‑Londres, University of California Press, 1974, p. 276-290.

3  M. I. Finley, The World of Odysseus, Londres, The Viking Press Inc., 1956, p. 133; cf. W. K. Pritchett, op. cit., p. 276-277.

4  VIII, 11 : Πρῶτος δὲ Ἑλλήνων νέα τῶν πολεμίων εἷλε ἀνὴρ Ἀθηναῖος, Λυκομήδης Αἰσχραίου, καὶ τὸ ἀριστήιον ἔλαβε οὗτος.

5  VIII, 124 : Ἀριστήια μέν νυν ἔδοσαν <ἀνδρηίης μὲν> Εὐρυβιάδῃ ἐλαίης στέφανον. Cf. B. Jordan, « The Honors for Themistocles after Salamis », AJPh, 109 (1988), p. 547-571.

6  Cf. W. K. Pritchett, op. cit., p. 283-286, et le tableau de la p. 285.

7  Isocrate, Sur l’attelage, 29-30 : Καὶ πρῶτον μὲν, ὅτε Φορμίων ἐξήγαγεν ἐπὶ Θρᾴκης χιλίους θηναίων ἐπιλεξάμενος τοὺς ἀρίστους, μετὰ τούτων στρατευσάμενος τοιοῦτος ἦν ἐν τοῖς κινδύνοις ὥστε στεφανωθῆναι καὶ πανοπλίαν λαβεῖν παρὰ τοῦ στρατηγοῦ. Καίτοι τί χρὴ τὸν τῶν μεγίστων ἐπαίνων ἄξιον ; Οὐ μετὰ μὲν τῶν βελτίστων ἐκ τῆς πόλεως στρατευόμενον ἀριστείων ἀξιοῦσθαι. Plutarque (Alcibiade, 7, 5), qui évoque aussi ces aristeia, n’est pas sans rappeler le courage de Socrate à Potidée et son rôle dans l’attribution à son jeune ami de la couronne et de la panoplie : Ἐγίνετο μὲν οὖν τῷ δικαιοτάτῳ λόγῳ Σωκράτους τὸ ἀριστεῖον· ἐπεὶ δ’ οἱ στρατηγοὶ διὰ τὸ ἀξίωμα τῷ λκιβιάδῃ σπουδάζοντες ἐφαίνοντο περιθεῖναι τὴν δόξαν, ὁ Σωκράτης βουλόμενος αὔξεσθαι τὸ φιλότιμον ἐν τοῖς καλοῖς αὐτοῦ, πρῶτος ἐμαρτύρει καὶ παρεκάλει στεφανοῦν ἐκεῖνον καὶ διδόναι τὴν πανοπλίαν. Voir déjà, sur ce point, Platon, Banquet, 220e.

8  A. Maiuri, Nuova silloge epigrafia di Rodi e Cos, Firenze, Felice Le Monnier, 1925, nº 22 :[Ὁ δεῖνα τοῦ δεῖνος] αἱρεθεὶς ἁγεμὼν | [ἐπὶ τῶν φρουρίων (ou ἐπὶ Δαιδάλων) ὑπ]ὸ τὸν ἁγεμόνα τὸν | [ἐπὶ Λυκίας Ἁγήσα]νδρον Εὐδάμου | [ἀριστεύσας ἐν ταῖς] μάχαις πάσαις καὶ | [τιμαθεὶς ὑπὸ τοῦ στρατο]ῦ ἐν τῶι στρατοπέδωι | [στεφάνωι καὶ] πανοπλίαι, | [θεοῖ]ς. Le texte reproduit est la restitution proposée par Chr. Blinkenberg, I. Lindos, nº 160 (p. 415), « en partie sur les suggestions de Maiuri (l. c.) et de Hiller v. Gaertringen (Gnomon 1926 p. 197) ».

9  J.-Y. Empereur, BCH, 105 (1981), p. 566 : Ἐν Πειραιεῖ Ἀρχέλαος στρατοπεδάρχης | Ἀπολλωνίωι Ἀπολλωνίου Σύρωι ἀριστεῖον.

10  « Le décret des Ioniens en l’honneur d’Eumènes II », REG, 37 (1924), p. 310, note 1 (= Études, II, p. 158).

11  « Documents d’Asie Mineure », BCH, 109 (1985), p. 472.

12  Les cités grecques et leurs bienfaiteurs (IVe-Ier siècle avant J.-C.). Contribution à l’histoire des institutions, Athènes‑Paris, École française d’Athènes-de Boccard, 1985, p. 45.

13  Loc. cit., p. 473.

14  OGIS, 248, l. 28-32 : ὅτι δοκεῖ τεῖ βουλεῖ | ἐπαινέσαι τὸμ βασιλέα Εὐμένη βασιλέως Ἄττά[λου] | καὶ βασιλίσσης Ἀπολλωνίδος καὶ στεφανῶσαι χρυσ[ῶι] | στεφάνωι ἀριστέωι κατὰ τὸν νόμον ἀρετῆς ἕνεκεν | καὶ εὐνοίας καὶ καλοκἀγαθίας ; l. 41-44 : ἐπαινέσαι δὲ καὶ τοὺς γονεῖς | αὐτῶν, τόν τε βασιλέα Ἄτταλον καὶ τὴμ βασίλισσαν | Ἄπολλωνίδα, καὶ στεφανῶσαι χρυσῶι στεφάνωι | ἀριστείωι ἀρετῆς ἕνεκεν καὶ καλοκἀγαθίας.

15  OGIS, 763, l. 23-26 : ὅπως ἀεὶ φαίνησθε τὰς καταξίας τιμὰς τοῖς εὐεργέταις ἀπονέμοντες, στε|φανῶσαι μὲν ἡμᾶς χρυσῷ στεφάνωι ἀριστείωι. Cf. M. Holleaux, loc. cit., p. 305-330 ; 478-479 (= Études, II, p. 153-178).

16  OGIS, 332, l. 5-7 : ἀγαθῆι τύ|χηι δεδόχθαι τῆι βουλῆι καὶ τῶι δήμωι·στεφανῶσαι τὸμ βασιλέα χρυσῶι στεφάνωι ἀριστείωι ; l. 44-47 : ὁ δ̣[ῆμ]ο[ς ἐτίμησε βα]σ[ιλ]έ̣[α] Ἄτ[τ]αλον φιλομήτορα καὶ εὐ|εργέτην θ̣εοῦ βασιλέ[ως Εὐμέν]ου σ[ωτ]ῆρ[ος] χρυσῶ[ι σ]τεφάν[ω]ι ἀ[ριστ]είωι καὶ | ἀγάλμα̣[τι πενταπήχει καὶ εἰκόνι <χρυσῆι> ?] ἀρετ̣ῆ[ς ἕνε]κεν [κ]αὶ μ[ε]γαλομ[ερ]είας τῆς | εἰς ἑαυτόν̣. Cf. L. Robert, loc. cit., p. 468-481.

17  L. 21-23 : Ὁ δῆμος βασιλέα| Ἄτταλον φιλομήτορα καὶ εὐεργέτην θεοῦ βασιλέως Εὐμένου σωτῆρος ἀρετῆ[ς]| ἕνεκεν καὶ ἀνδραγαθίας τῆς κατὰ πόλεμον, κρατήσαντα τῶν ὑπεναντίων.

18  XXVI, 9 :ἀπεδέξαντο δὲ καὶ τοὺςῬοδίους μεγαλομερῶς καὶ τόν τε δῆμον ἐστεφάνωσαν ἀριστείῳ στεφάνῳ καὶ πᾶσι Ῥοδίοις ἰσοπολιτείαν ἐψηφίσαντο διὰ τὸ κἀκείνους αὐτοῖς χωρὶς τῶν ἄλλων τάς τε ναῦς ἀποκαταστῆσαι τὰς αἰχμαλώτους γενομένας καὶ τοὺς ἄνδρας. Cf. F. W. Walbank, A Historical Commentary on Polybius, II, Oxford, Clarendon Press, 1967, p. 535-536.

19  Sur ce personnage, voir, entre autres, C. P. Jones, « Diodoros Pasparos and the Nikephoria of Pergamon », Chiron, 4 (1974), p. 183-205 ; B. Virgilio, Gli Attalidi di Pergamo. Fama, Eredità, Memoria, Pise, Giardini Editori, 1993, p. 77-94 ; id., « La città ellenistica e i suoi “ benefattori ” », Athenaeum, 82 (1994), p. 299-314 ; A. S. Chankowski, « La procédure législative à Pergame au Ier siècle av. J.-C. : à propos de la chronologie relative des décrets en l’honneur de Diodoros Pasparos », BCH, 122 (1998), p. 159-199 ; D. Damaskos, Untersuchungen zu hellenistischen Kultbildern, Stuttgart, F. Steiner, 1999, p. 289-297 ; J. H. M. Strubbe, « Cultic Honours for Benefactors in Asia Minor », dans L. de Ligt, E. A. Hemelrijk & H. W. Singor (eds.), Roman Rule and Civic Life : Local and Regional Perspectives. Proceedings of the Fourth Workshop of the International Network Impact of Empire (Roman Empire, c. 200 B.C. - A.D. 476), Leiden, June 25-28, 2003, Leiden, J. C. Gieben, 2004, p. 321-323.

20 IGRR, IV, 292, l. 20-23 : δεδόχθαι [τῆι βουλῆι καὶ]| τῶι δήμωι ἐπῃνῆσθαί τε Διόδωρον ἐπὶ τοῖς προγεγραμμένοις κ[αὶ ἐπὶ τῶι ἀπὸ]| προγόνων εὐεργέτην ὄντα καὶ πολιτευόμενον καλῶς τῶν μεγίσ[των εὐεργεσιῶν]| παραίτιον γεγονέναι τῆι πατρίδι καὶ στεφανῶσαι αὐτὸν χρυσῶι στεφάν[ωι ἀριστείωι] ...; M. Fränkel, I. Pergamon, 256, l. 4-6 (avec les restitutions de S. Chankowski, loc. cit., p. 171) : [ἀγαθῆι τύχηι, δεδόχθαι τῆι βου]λ̣ῆι καὶ τῶ[ι] δήμωι·ἐπῃνῆσθαί τε αὐτὸν ἐπ[| τοῖς προγρεγραμμένοις καὶ ἐπὶ τῶι διὰvel ἀπὸ προγόνων εὐεργέτην ὑπάρχονταvelγεγονότα καὶ σπεύδοντα (?)] ἀεί τι λέγειν καὶ πράσσειν ἐφ’ ὁμο[ν]οί[αι |ca 52-55 καὶ στεφανῶσαι αὐτ]ὸν σ[τ]εφάνωι [ἀ]ριστείωι ἀϊδίωι ... ; l. 19-20 (avec les restitutions de S. Chankowski, loc. cit., p. 172) : [στεφανοῦσθαι δὲ καὶ αὐτὸν ἐν το]ῖς Ἑ[ρμ]αίοις τῶι ἀριστείωι καὶ ἀιδίωι σ[τεφά|νωι ...

21  IGRR, IV, 292, l. 5-11. Cf. C. P. Jones, loc. cit., p. 194-196.

22  I. Stratonikeia, 509 : Ὁ δῆμος ἐτείμησεν ταῖς δευτέραις | τιμαῖς Μᾶρκον Κοκκήιον Νέρουαν | τὸν αὐτοκράτορα ὕπατόν τε ἀποδεδει|γμένον, εὐεργέτην καὶ πάτρωνα καὶ σω|τῆρα γεγονότα τῆς πόλεως, ἀποκαθεστα:κότα δὲ ἡμῖν καὶ τὴν πάτριον ἐλευθερί|αν τε καὶ πολειτείαν, ἐπαίνωι, χρυσῶι | στεφάνωι ἀριστείωι, εἰκόνι χαλκῆι ἐφίπ|πωι, προεδρίαι ἐν τοῖς ἀγῶσιν, ἀρετῆς | ἕνεκα καὶ εὐνοίας καὶ εὐεργεσίας τῆς | εἰς ἑαυτόν. Le même personnage a aussi été honoré à Téos, comme « bienfaiteur et sauveur de la province et patron de la cité » ; cf. J. & L. Robert, La Carie, II, Paris, Adrien-Maisonneuve, 1954, p. 103, n. 7. Sur la fausse attribution de ces inscriptions à l’Empereur Nerva, cf. J. & L. Robert, ibid. et Bull. épigr., 1959, 66 ; 1966, 249.

23  Cf. notamment D. Magie, Roman Rule in Asia Minor, Princeton, Princeton University Press, 1950, p. 432 et 1282, n. 15 ; R. K. Sherk, Roman Documents from the Greek East. Senatus consulta and Epistulae to the Age of Augustus, Baltimore, The Johns Hopkins Press, 1969, p. 158-162, nº 27, particulièrement p. 161.

24  J. & L. Robert, Fouilles d’Amyzon en Carie, Paris, de Boccard, 1983, p. 210-212, nº 25, l. 6-11. Cf. F. Piejko, « J. et L. Robert, Fouilles d’Amyzon en Carie, 1 », Gnomon, 57 (1985), p. 618-620 (recomposition conjecturale) ; A. Bielman, Le retour à la liberté. Libération et sauvetage des prisonniers en Grèce ancienne, Athènes, École française d’Athènes, 1994, p. 218-220, nº 63.

25  La mention de la couronne aristeion et d’une base de statue (βῆμα [l. 12 et 16]) n’est pas sans rappeller, en outre, les honneurs décernés à Ménippos fils de Mélaineus (J. & L. Robert, op. cit., p. 209-210, nº 24). On ne saurait alors exclure, avec les éditeurs, qu’il pût s’agir, ici aussi, de lui ou de son frère, Pankratès (ibid., p. 212).

26  IG, XI, 4, 1056. Cf. F. Durrbach, Choix d’inscriptions de Délos, Paris, E. Leroux, 1921-1922, p. 97-105, nº 73.

27  I. Stratonikeia, 1321 : ὁ δῆμος ἐτίμησεν | Πόπλιον Κορνήλιον | Ποπλίου υἱὸν Λέντολον | Μαρκελλῖνον τὸν πάτρωνα | καὶ εὐεργέτην καὶ σωτῆρα | χρυσῶι στεφάνωι ἀριστείωι | καὶ εἰκόνι χρυσῆι | ἀρετῆς ἕνεκεν καὶ εὐνοίας | τῆς εἰς ἑαυτόν. Cf. C. Eilers, Roman Patrons of Greek Cities, Oxford, Clarendon Press, 2002, p. 250, nºC123.

28  TAM II, 3, 769 : [ ̓Αρνεατῶν ὁ δῆμος ἐτείμη|σεν - - χρυ:σ]ῷ̣ στ̣εφά̣νῳ ἀρι̣στ̣εί̣[καὶ] | εἰκόνι χαλκῇ, ἄνδρα καλὸν̣[καὶ] | ἀγαθὸν διὰ προγόνων γε|γονότα, ἐπί τε τοῖς λοι|ποῖς οἷς πέπραχχεν εἰς | τὸν δῆμον καὶ δεδωκό|τα τῇ πόλει (δραχμὰς) γφ.

29  TAM, I, 5 : ὁ δῆμος ὁ Τελμησέων ἐτείμησε | Διογένην Διογένου τοῦ Διογένου | τοῦ Σωσικλέου Πεδιέα χρυσῷ στ[ε]φ[ά]|νῳ ἀρισ̣τείῳ καὶ εἰ̣[κ]όνι γραπτῇ [σ]ειτήσει | ἐν πρυτανείῳ καὶ ὧν οἱ π̣[ρο]τ̣ετειμημ<έ>νο[ι] | πάντες μετέ[χου]σ̣ιν καὶ προεδρία | καὶ ἀναγ|ορεύσει | τοῖς τιθ|εμένοις | ὑπὸ τοῦ δ|ήμου ἀγῶ|σιν ἄνδρ̣|α καλὸν κ[α]|ὶ ἀγαθὸ̣[ν] | γεγονό[τα] | διὰ προ̣|[γό]νω[ν].

30  TAM, II, 2, 19 : ὁ δῆμος ὁ Τελμησσέων ἐ|τείμησεν Διόδωρον [Σερ?]πούδιος χρυσῷ στεφάνῳ | ἀριστ<ε>ί<ῳ>.

31  Formule même de Tacite, Annales, VI, 18. Cette conception vient en fait des Romains, particulièrement de Cicéron et de Tacite. Ainsi la fameuse mise en garde de Cicéron à son frère Quintus, alors proconsul d’Asie, contre la flatterie excessive (nimia adsentatio) des provinciaux : Ad Quintum Fratrem, I, 1, 16 ; cf. aussi I, 1, 31 et Pro Flacco, 87 (adsentatio perniciosa). Cf. G. Thériault, « Remarques sur le culte des magistrats romains en Orient », CEA, 38 (2001), p. 90-92 (Mélanges P. Brind’Amour, II).

32  Voir sur ce terme l’éclairante étude de M. Dubuisson, « Graecus, Graeculus, Graecari : l’emploi péjoratif du nom des Grecs en latin », dans S. Saïd (ed.), ΕΛΛΗΝΙΣΜΟΣ. Quelques jalons pour une histoire de l’identité grecque : actes du Colloque de Strasbourg, 25-27 octobre 1989, Leiden-New York, E. J. Brill, 1991, p. 315-335. L’auteur tente de démontrer, de façon convaincante, que le mot « Graecus lui-même était déjà péjoratif en soi » (p. 329).

33  Pour l’écho auprès de certains modernes, cf., entre autres, R. Syme, The Roman Revolution, Oxford, Oxford University Press, 1939, p. 473 ; M. I. Rostovtseff, Histoire économique et sociale du monde hellénistique, Paris, Robert Laffont, 1989, p. 704 (édition originale : 1941) ; W. W. Tarn & G. T. Griffith, Hellenistic Civilisation, Londres, Edward Arnold, 1952, p. 55 ; J. Delorme, Gymnasion, Paris-Athènes, BEFAR, 1960, p. 344-345 ; R. Syme, « The Greeks under Roman Rule », Proceedings of the Massachusetts Historical Society, 72 (1959-1960 [1963]), p. 7 (= Roman Papers, II, p. 570) ; G. W. Bowersock, Augustus and the Greek World, Oxford, The Clarendon Press, 1965, p. 12 ; M. H. Crawford, « Greek Intellectuals and the Roman Aristocracy in the First Century B.C. », dans P. Garnsey & C. R. Whittaker (eds.), Imperialism in the Ancient World, Cambridge, Cambridge University Press, 1978, p. 206 ; D. Fishwick, The Imperial Cult in the Latin West, I, Leiden-New York, E. J. Brill, 1987, p. 11 ; plus récemment A. H. Mamoojee, « Le proconsulat de Q. Cicéron en Asie », EMC, 38 (1994), p. 31.

34  Cf. G. Thériault, loc. cit., p. 85-95.

35 Rhétorique, 1361a : πολλοὶ γὰρ διὰ μικρὰ δοκοῦντα τιμῆς τυγχάνουσιν, ἀλλ’ οἱ τόποι καὶ οἱ καιροὶ αἴτιοι.

36 Contre Leptine, 41 :  Ἐπικέρδης ὁ Κυρηναῖος, ὅς, εἴπερ τις ἄλλος τῶν εἰληφότων, δικαίως ἠξιώθη ταύτης τῆς τιμῆς, οὐ τῷ μεγάλ’ ἢ θαυμάσι’ ἡλίκα δοῦναι, ἀλλὰ τῷ παρὰ τοιοῦτον καιρὸν ἐν ᾧ. Cf. IG, II2, 174.

37  Cf. G. Thériault, « Évergétisme grec et administration romaine : la famille cnidienne de Gaios Ioulios Théopompos », Phoenix, 57 (2003), p. 247-253.

38  Ph. Gauthier, Les cités grecques et leurs bienfaiteurs (IVe-Ier siècle avant J.-C.). Contribution à l’histoire des institutions, Athènes Paris, De Boccard, 1985, p. 53-75. Les grandes lignes de ce développement avaient déjà été esquissées ailleurs : id., « Les cités hellénistiques : épigraphie et histoire des institutions et des régimes politiques », dans ΠΡΑΚΤΙΚΑ ΤΟΥ ῌ ΔΙΕΘΝΟΥΣ ΣΥΝΕΔΡΙΟΥ ΕΛΛΗΝΙΚΗΣ ΚΑΙ ΛΑΤΙΝΙΚΗΣ ΕΠΙΓΡΑΦΙΚΗΣ, ΑΘΗΝΑ, 3-9 ΟΚΤΟΒΡΙΟΥ1982, Athènes, n. e., 1984, p. 87-92.

39  Cf. K. Bringmann, « The King as Benefactor : Some Remarks on Ideal Kingship in the Age of Hellenism », dans A. Bullochet alii (eds.), Images and Ideologies. Self-definition in the Hellenistic World, Berkeley-Londres, University of California Press, 1993, p. 11-12.

40 I. Priene, 108, l. 111-117 : ψηφισαμένου τε τοῦ δήμου κατὰ τοὺς [πρό]|τερον χρόνους κατασ[κε]υὴν̣ [γ]υμνασίου κατὰ πό[λιν] | καὶ ταύτης μὴ δυναμένης λαβ[εῖν σ]υντέλειαν [διὰ τὰ]ς | μεταπτώσεις τῶν εἰς τὸ ροδεδηλωμένον ἀν[άλω]|μα ποησαμένων ἐπαγγελίαν βασιλέων, θεωρῶν [μέγα] | τι καὶ ἔνδοξον τῆι πόλει περιεσόμενον εἰς [ἀεί, εἰ] | ἀναλάβοι τα[ῦτα] ... Cf. Ph. Gauthier, op. cit., p. 55-56, d’où est tirée la traduction du passage cité.

41  I. Priene, 108, l. 3-5 : [ἐτίμησεν ἡ βο]υλὴ καὶ ὁ δῆμος | [Μοσχίωνα Κυδί]μου στεφάνωι | [χρυσέωι ἀριστε]ίωι ... ; l. 314‑316 : ἐπῃνῆσθαί τε | Μοσχίωνα Κυδίμου ἐπὶ τοῖς προγεγραμμένοις πᾶσιν καὶ στεφανῶ|σαι αὐτὸν στεφάνωι χρυσέωι ἀριστείωι.

42  Ph. Gauthier, op. cit., p. 72 ; voir sa discussion générale aux pages 66-74.

43  Sur les épreuves endurées par les cités d’Asie Mineure, on se reportera encore aux excellentes pages de M. I. Rostovtseff, op. cit., p. 659-727.

44  J.-L. Ferrary, « De l’évergétisme hellénistique à l’évergétisme romain », dans M. Christol & O. Masson (eds.), Actes du Xe congrès international d’épigraphie grecque et latine, Nîmes, 4-9 octobre 1992, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, p. 204.

45  Ibid., p. 200.

46  Sur les particularités de la basse époque hellénistique, cf. P. Fröhlich & Chr. Müller (eds), Citoyenneté et participation à la basse époque hellénistique. Actes de la table ronde des 22 et 23 mai 2004, Paris, BNF, organisée par le groupe de recherche dirigé par Philippe Gauthier de l’UMR 8585 (Centre Gustave Glotz), Genève, Librairie Droz S. A., 2005.

47  Op. cit., p. 46.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaétan Thériault, « Les « prix de la valeur » (aristeia) et l’évolution des honneurs civiques à la basse époque hellénistique et à l’époque romaine : persistance des valeurs et mode de reconnaissance sociale », Cahiers des études anciennes, XLIV | 2007, 51-71.

Référence électronique

Gaétan Thériault, « Les « prix de la valeur » (aristeia) et l’évolution des honneurs civiques à la basse époque hellénistique et à l’époque romaine : persistance des valeurs et mode de reconnaissance sociale », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLIV | 2007, mis en ligne le 28 mars 2010, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/287

Haut de page

Auteur

Gaétan Thériault

Université du Québec à Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org