Navigation – Plan du site

Récit fondateur et construction identitaire : Pausanias et la quête de l’« identité messénienne »

Renaud Lussier
p. 73-87

Entrées d’index

Index de mots-clés :

identité, mythologie, Pausanias
Haut de page

Texte intégral

  • 1  M. Jost, « Unité et diversité : la Grèce de Pausanias », REG, 119 (2006), p. 568-587. Voir aussi C (...)
  • 2  L’« identité grecque » semble en fait varier selon le contexte qu’il soit civique, régional, ethni (...)
  • 3  A. Roekens, « Les identités collectives, l’apport des sciences sociales », dans L. van Ypersele (e (...)
  • 4  Ce travail s’inscrit dans le cadre de notre thèse en histoire intitulée Mémoire des origines : les (...)

1La Description de la Grèce de Pausanias met en scène un certain nombre de problèmes entourant la notion d’« identité grecque » comme l’a récemment proposé M. Jost1. Alors qu’un pan de l’historiographie s’est intéressé à la formation et à l’expression d’une identité grecque, prenant notamment la figure du Barbare comme archétype de l’altérité, il apparaît important de montrer que cette identité s’est aussi construite entre Grecs, ces derniers ayant, tout au long de leur histoire, balisé des frontières à la fois sociales, politiques et culturelles au sein de l’hellénisme2. Le portrait des différentes régions de la Grèce de Pausanias révèle en effet la présence d’identités multiples, s’exprimant par l’entremise de traditions, de cultes locaux, ou encore d’appartenances civiques ou régionales distinctes. Cette approche s’inscrit de façon générale dans le réinvestissement de la notion d’« identité » par les sciences sociales qui ont mis en évidence ces dernières années, l’importance de distinguer les discours identitaires de l’étude des identités collectives, leur formation, leurs manifestations et leur transformation à travers l’histoire3. C’est dans cette optique que nous désirons inscrire notre recherche sur la quête des origines des peuples et des cités à travers la description du Péloponnèse de Pausanias4. L’imbrication du mythe et de l’histoire qui est à l’œuvre dans la représentation que les Grecs se sont faits de leurs origines, participe visiblement à un travail de construction identitaire. Nous prendrons ici l’exemple des Messéniens pour illustrer cette problématique, en portant notre attention sur le récit des origines et de la fondation de Messène qui est constitutif de ce que l’on pourrait appeler une « mémoire messénienne » au service de l’identité. Après avoir présenté les principaux éléments narratifs de la Description de la Grèce à ce sujet, nous soulèverons certaines questions liées à l’interprétation du texte de Pausanias.

I

  • 5  Pausanias, IV, 27, 4. Μάλιστα δὲ τὸν Ἐπαμινώνδαν ἐς τὸν οἰκισμὸν οἱ Βάκιδος ἐνῆγον χρησμοί. Βάκιδι (...)
  • 6  Concernant la révolte des hilotes à la suite du tremblement de terre de 464, cf. Thucydide, I, 101 (...)
  • 7  « (…) aux Messéniens assiégés sur l’Ithome, qui avaient été exilés à la faveur d’un accord, ils (l (...)

2« Les Oracles de Bacis poussaient tout particulièrement Épaminondas à la fondation : Bacis, possédé par les Nymphes, fit des prédictions pour les Grecs, et en particulier pour le retour des Messéniens : “ Et alors la fleur illustre de Sparte périra, et Messène à nouveau sera habitée, pour l’éternité ” »5. Rappelons d’abord quela fondation de Messène par Épaminondas fait suite à la défaite des Spartiates à la bataille de Leuctres, puis à l’invasion de la Laconie par les Thébains et leurs alliés (371-369). C’est à ce moment que le général Épaminondas fonde dans le Péloponnèse les cités de Messène et de Mégalopolis à des endroits stratégiques permettant de faire face à d’éventuelles attaques des belligérants spartiates. Cette victoire des Thébains assure la libération des Messéniens soumis à l’autorité de Sparte depuis les VIIIe et VIIe siècles, soit au moment des guerres messéniennes qui avaient profondément marqué l’organisation sociale et politique de la Messénie, d’une part, par l’imposition de l’hilotisme et, d’autre part, par la mise en place de communautés périèques sur le territoire. Ce contexte a de plus entraîné des mouvements de population, notamment à la suite de la révolte des hilotes de 464, puis dans le contexte de la guerre du Péloponnèse6 ; des portions de la population messénienne se sont alors exilées, notamment à Naupacte, mais aussi en Sicile et en Libye comme le rapporte Pausanias7. La victoire d’Épaminondas et de ses alliés favorise ainsi la « grande rentrée » des Messéniens, leur affranchissement à l’égard de la Laconie et la récupération de leur terre ancestrale.

  • 8  Il est difficile de préciser ici les sources du témoignage de Pausanias, mais nous savons que son (...)

3Ces événements suscitent également une réflexion sur l’origine de ces Messéniens, ce qui revient à cerner les contours de leur identité en tant que communauté. Le livre IV de la Description de la Grèce de Pausanias, véhicule d’une « mémoire messénienne » des origines, rapporte, par le biais d’un logos, l’histoire légendaire de cette partie du Péloponnèse8. L’introduction des ΜΕΣΣΗΝΙΑΚΑ mentionne, dès ses premières lignes, qu’un couple royal formé d’un roi laconien, Polycaon, et d’une reine originaire d’Argos, Messèné, s’installèrent dans la région déserte qui deviendra la future Messénie (IV, 1, 1). Le couple royal fonda un État politique, une capitale du nom d’Andania et instaura un culte à Mystères que Pausanias nomme les Mystères des Grandes Déesses dont la filiation remontait à Éleusis (IV, 1, 2 ; 1, 5), instituant par le fait même ce moment fondateur sous le patronage de Déméter, divinité bien connue à travers les récits de fondation pour son rôle de civilisatrice. L’origine des Messéniens remonterait donc, selon cette tradition, à la plus haute antiquité et leur implantation en Messénie se serait concrétisée à travers une fondation à la fois politique, civique et religieuse, marquant ainsi le territoire et conférant à ses habitants une identité propre au sein du Péloponnèse.

  • 9  Il s’agit de Caucon qui apporta à Messèné les « objets sacrés des Grandes Divinités » (τῶν Μεγάλων (...)
  • 10  L’origine de la colère des Dioscures, nous dit Pausanias, remonterait peu avant la bataille de Sté (...)
  • 11  Les prescriptions rituelles de ce culte à Mystères avaient été mises à l’abri sur le mont Ithome p (...)

4Après un long récit de la conquête et de la résistance des Messéniens, Pausanias en vient à la défaite de Sparte à Leuctres et à la fondation de Messène par Épaminondas (IV, 27, 1-8). La nouvelle cité ne se présente pas comme une fondation ex nihilo, mais bien comme la refondation de l’ancien État messénien, soit celui de Polycaon et de Messèné. Cette renaissance aurait été précédée par quelques présages favorables aux descendants du premier couple royal. Un an avant la défaite des Spartiates, la divinité (ὁ δαίμων) envoya aux Messéniens des signes prémonitoires (προεσήμαινεν) annonçant leur retour (κάθοδον) dans le Péloponnèse (IV, 26, 3), alors que chez les Messéniens exilés à Evhespéride de Libye, il semblait à un certain Comon qu’une union avec sa mère décédée permettrait à celle-ci de revenir à la vie ; le songe lui révélait en fait que c’est Messèné que l’on allait réanimer (ἀνασώσεσθαι, IV, 26, 3). C’est également par l’entremise d’un rêve que le fondateur Épaminondas reçut la visite d’un vieillard « tout à fait semblable à un hiérophante »9 lui annonçant que la colère des Dioscures à l’égard des Messéniens avait pris fin et que le temps était venu de leur remettre leur terre ancestrale (γῆν τε πατρίδα, IV, 26, 6)10. Ce vieillard se rendit aussi auprès d’Épitélès, commandant argien chargé de repeupler la Messénie aux côtés d’Épaminondas. D’après les prescriptions du rêve, Épitélès devait se rendre sur l’Ithome, creuser entre un chêne et un myrte et « (…) ranimer (ἀνασῶσαι) la vieille femme car, enfermée dans sa chambre de bronze, elle était épuisée et près de perdre connaissance » (IV, 26, 7). Arrivé à l’endroit qui lui avait été révélé par le songe, Épitélès découvrit une hydrie de bronze qu’il présenta à Épaminondas et, en l’ouvrant, ils y trouvèrent une lamelle d’étain enroulée comme les feuilles d’un livre et où « étaient inscrits les Mystères des Grandes Déesses et c’était le dépôt d’Aristomène » (IV, 26, 8)11. Une fois les Mystères retrouvés, Messène pouvait enfin renaître.

5Les signes sacrés (τὰ ἱερὰ αἴσια) étant favorables au choix du site se trouvant au pied du mont Ithome, Épaminondas fit des préparatifs en vue de la fondation de la cité en transportant des pierres, en faisant venir des gens pour tracer des rues, construire des maisons, des sanctuaires et ériger des remparts (IV, 27, 5). Mais avant toute chose, Thébains, Argiens et Messéniens offrirent des sacrifices en l’honneur des dieux, puis participèrent à une cérémonie au moment de laquelle « ils appelèrent aussi collectivement les héros à venir habiter avec eux (ἐπεκαλοῦντο δὲ ἐν κοινῷ καὶ ἥρωάς σφισιν ἐπανήκειν συνοίκους) » (IV, 27, 6). Ils auraient convié à cette occasion les premiers souverains de la région, soit Messèné, Eurytos, Aphareus et ses enfants, les rois héraclides Cresphontès et Aipytos, mais aussi et surtout, Aristomène, héros bien connu pour avoir résisté contre Sparte au moment des guerres messéniennes et pour avoir préservé la mémoire des Mystères des Grandes Déesses. Les jours suivants les sacrifices, ils procédèrent à l’érection des remparts, des maisons et des sanctuaires, au son des flûtes béotiennes et argiennes ; une cité venait d’être fondée et « ils donnèrent à la cité elle-même le nom de Messène » (IV, 27, 7). Le peuplement de la Messénie était, en dernier lieu, assuré par l’Argien Épitélès qui rappelle sans conteste la provenance de la reine éponyme et les origines du premier État messénien.

II

  • 12  Nous ne pourrons aborder ici tous les aspects liés à l’« identité messénienne » qui fait l’objet d (...)
  • 13  C. Le Roy, « Pausanias et la Laconie ou la recherche d’un équilibre », dans D. Knoepfler & M. Piér (...)
  • 14  N. Deshours, « La légende et le culte de Messènè ou Comment forger l’identité d'une cité », REG, 1 (...)
  • 15  Pausanias, Description de la Grèce, livre IV, La Messénie, texte établi par M. Casevitz, traduit e (...)
  • 16  Ce temple semble avoir joué un rôle important au sein de la cité, puisqu’il s’agissait vraisemblab (...)

6Le logos des origines et de la fondation de Messène entretient un rapport étroit avec la formation de l’« identité messénienne »12. La naissance de la Messénie, rappelons-le, remonterait, d’après le témoignage de Pausanias, au couple mythique formé du roi laconien Polycaon et de la reine argienne Messèné, deux personnages que l’on situe en amont de l’ethnogenèse messénienne. En plus d’inscrire les origines des Messéniens dans un passé mythique précédant la guerre de Troie, de même que le partage du Péloponnèse par les Héraclides, le mythe révèle une double filiation laconienne et argienne. Alors que la présence de Polycaon en Messénie permettait à Sparte de justifier la conquête de ce territoire au moment des guerres messéniennes13, les Messéniens voyaient plutôt à travers ce premier couple royal, la naissance d’un royaume autonome qu’ils tâchèrent de récupérer au moment de l’affaiblissement de Sparte, puis de l’hégémonie thébaine14. Il n’est pas étonnant dans ce contexte de constater que les Messéniens se soient avant tout identifiés à l’Argienne Messèné qui donna son nom à l’ethnos messénien (Μεσσάνιοι), à son territoire (Μεσσηνία) et à la cité fondée par Épaminondas (Μεσσήνη), comme si, pour reprendre les mots de J. Auberger, « (…) les Messéniens avaient décidé de concentrer sur elle a posteriori tout le poids de leur identité et de leur culture religieuse »15. L’importance que les Messéniens accordèrent à la reine éponyme se manifeste non seulement par l’entremise de ce récit d’origine, mais également à travers l’espace civique de Messène, puisque nous apprenons par Pausanias, la présence d’un temple (ναὸς) en l’honneur de Messèné, de même qu’une statue en or et en marbre à son effigie (IV, 31, 11). Messèné recevait à cet endroit un culte en tant qu’héroïne éponyme, en tant que fondatrice de l’ancien État messénien et fondatrice du culte à Mystères16.

  • 17  Il est intéressant de noter que Diodore, contrairement à Pausanias, commence son récit des origine (...)
  • 18  « (…) le propre de la pensée mythique, comme du bricolage sur le plan pratique, est d’élaborer des (...)

7Messèné joue également un rôle clé dans le récit de la fondation historique de la cité par Épaminondas d’après le témoignage de Pausanias17. À deux reprises, la fondation de Messène est symbolisée par la renaissance (ἀνασῴζω) d’une femme, celle de la reine éponyme Messèné. Le caractère religieux qui entoure la fondation historique de la cité, concourt visiblement à inscrire la naissance de Messène dans ce que nous pouvons aujourd’hui appeler un « mythe de fondation », contrairement à sa voisine Mégalopolis, fondée également par le général thébain qui, dans le texte de Pausanias, fait plutôt l’objet d’une description technique d’un synoecisme (VIII, 27, 1-8). Le récit de la fondation de Messène suggère une continuité temporelle entre l’ancienne et la nouvelle Messène comme en témoigne de façon éloquente le « retour des héros » qui ont marqué l’histoire ancienne de la Messénie et qui vinrent résider avec les habitants de la nouvelle cité (ἐπανήκειν συνοίκους). Notons également que les principaux rois de l’ancienne Messénie étaient représentés dans une pinacothèque que Pausanias situe à l’arrière du temple de Messèné (IV, 31, 11-12). Dans cette même logique discursive, Épaminondas, le fondateur historique de la cité, est désigné en tant que digne successeur des héros messéniens, comme l’attestent les monuments qui lui étaient réservés à Messène. Pausanias mentionne la présence dans le sanctuaire d’Asclépios d’une statue cultuelle du général thébain et d’une personnification de la ville de Thèbes (IV, 31, 10) ; Épaminondas était par ailleurs placé aux côtés des grands dieux de l’Olympe, à un endroit que Pausanias nomme le Hiérothysion, lieu sacrificiel probablement situé au sud du sanctuaire d’Asclépios (IV, 32, 1), dont l’ensemble cultuel nous incite à suivre pas à pas les traces des origines et de la fondation de cette cité. Les monuments de Messène donnent l’occasion à Pausanias, dans sa description, de mettre au jour les traces matérielles des traditions qu’il rapporte tout au long de ses ΜΕΣΣΗΝΙΑΚΑ, conférant par le fait même un caractère de vraisemblance au logos des origines et de la fondation de Messène. Ce récit fondateur témoigne d’une récupération, d’un « bricolage », pour reprendre le terme de C. Lévi-Strauss18, d’éléments disparates de la mémoire collective de la Messénie. Ce logos participant, à sa manière, à la construction de l’« identité messénienne » aurait ainsi permis aux Messéniens de prendre la voix de leur propre histoire.  

III

8La quête de l’« identité messénienne », telle que nous pouvons l’observer à travers la Description de la Grèce de Pausanias par l’entremise de la représentation des origines et de la fondation de Messène, soulève un certain nombre de problèmes d’interprétation sur lesquels il convient de nous pencher. Prenons comme point de départ cet extrait du livre IV :

9Les Messéniens, eux, errèrent hors du Péloponnèse environ trois cents ans, au cours desquels il est bien évident qu’ils ne se sont nullement départis des coutumes (ἐθῶν) de leur pays, qu’ils n’ont pas désappris leur langue dorienne (τὴν διάλεκτον τὴν Δωρίδα), et jusqu’à notre époque, ils en ont gardé tout particulièrement la pureté, par rapport aux gens du Péloponnèse (IV, 27, 11).

  • 19  Comme le souligne S. E. Alcock, « The Pseudo-History of Messenia Unplugged », TAPhA,129 (1999), p. (...)
  • 20  T. J. Figueira, « The Evolution of the Messenian Identity », dans S. Hodkinson& A. Powell (eds.), (...)

10Alors que la soumission des Messéniens à Sparte depuis l’époque archaïque et la diaspora de certaines de leurs communautés laisseraient croire à la dissolution d’une identité proprement messénienne, le témoignage de Pausanias laisse croire à la pérennité de l’appartenance à l’ethnos messénien qui reposerait sur une langue et des coutumes communes, des traditions et des croyances véhiculées notamment par un récit d’origine et de fondation. Les représentations modernes de l’identité ont cependant mis en perspective l’essentialisme qui se dégage de la lecture de Pausanias et du discours identitaire dont il serait le dépositaire, en portant une attention sur la dimension temporelle et contextuelle liée à la formation et à l’expression de l’« identité messénienne »19. Alors que le Périégète se range du côté des « continuistes » pour qui l’appartenance au groupe « Messéniens » se serait perpétuée à travers les trois siècles de domination spartiate, pour s’affirmer pleinement au moment de la libération et de la « grande rentrée » des Messéniens dans le Péloponnèse, les tenants de l’approche « discontinuiste » portent davantage leur attention sur le caractère dynamique et construit des identités collectives20. Dans le cas qui nous préoccupe ici, le souvenir des guerres contre Sparte, les transformations sociales et politiques de la Messénie, de même que le contexte de la diaspora, ont visiblement contribué à définir les contours de l’« identité messénienne » et à susciter un besoin de reconnaissance, principalement à partir du Ve siècle. La victoire des Thébains à la bataille de Leuctres et la fondation de Messène au IVe siècle ont, d’après l’approche « discontinuiste », permis de réactualiser le ressentiment contre Sparte et de « bricoler » un récit d’origine et de fondation dotant les habitants de la nouvelle cité d’un passé glorieux que nous rapporte Pausanias.

  • 21  Cette interprétation s’inspire de la notion de « frontière ethnique » mise de l’avant par F. Barth(...)
  • 22  Nous apprenons chez Thucydide que les Messéniens de Naupacte profitèrent du fait qu’ils parlaient (...)
  • 23  M. Weber, Économie et société, II, Paris, Pocket, 1995, p. 130. N. Luraghi (2002), op. cit., p. 65 (...)

11Le texte du Périégète offre quelques pistes de réflexion pour comprendre ce processus de distinction que l’on peut observer au sein du groupe « Messéniens » dont l’identité se serait essentiellement formée en opposition au monde spartiate21.La présence centrale de Messèné comme personnification d’un territoire, d’un peuple et d’une cité, s’expliquerait par la volonté d’instituer une origine et une identité distinctes des habitants de la Laconie. La mise en place de cette frontière entre Messéniens et Spartiates, fondée notamment sur un mythe d’origine, permettrait de différencier deux groupes voisins qui présentent en fait certains traits de ressemblance notamment sur le plan linguistique et sur le plan de la culture matérielle22. Il n’est pas surprenant dans ce contexte de voir que l’appartenance au groupe « Messéniens » s’appuie sur un certain nombre de fondements symboliques. Cette idée rejoint la définition que donne M. Weber au groupe ethnique qui serait caractérisé par la croyance subjective à une communauté d’origine, sentiment pouvant reposer sur des souvenirs de la colonisation ou de la migration23. Cette approche moderne ou constructiviste de l’identité met également en évidence la difficulté d’identifier des critères objectifs permettant de définir le groupe ethnique, considérant que ces critères ne sont ni exclusifs ni fixes dans le temps, d’où l’importance d’analyser les mécanismes de formation, de maintien et de transformation de l’identité en fonction du contexte historique dans lequel émergent les constructions identitaires.

  • 24  N. Deshours (2006), op. cit., p. 202.
  • 25  B. Anderson, Imagined Communities, Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres-Ne (...)

12Il est à ce titre pertinent de porter notre attention sur la composition du groupe « Messéniens » au moment de la fondation de Messène. Contrairement à ce que laisse présager le texte de Pausanias, les Messéniens du IVe siècle peuvent difficilement être définis comme un groupe homogène, constat qui met en perspective la notion même d’« identité messénienne » qui permettrait de réunir, à travers la croyance à une communauté d’origine, l’ensemble des Messéniens de la diaspora, les hilotes libérés du contrôle de Sparte et les membres des communautés périèques24. Le témoignage de Diodore confirme en partie cette hypothèse en nous apprenant qu’Épaminondas, au moment de la fondation, « (…) rechercha les Messéniens qui subsistaient (τοὺς ἀπολελειμμένους), inscrivit comme citoyens toutes les autres personnes qui le voulaient (τῶν ἄλλων τοὺς βουλομένους) et fonda Messène qu’il peupla ainsi de nombreux colons » (XV, 66, 1). L’orateur Lycurgue, contemporain de la fondation de Messène, témoigne également en ce sens, avec un peu plus de fougue, lorsqu’il dit que Messène « (…) n’a été repeuplée que par un ramassis de gens sans aveu ! (ἐκ τῶν τυχόντων ἄνθρώπων συνοικισθεῖσαν) » (Contre Léocrate, 62). On peut alors se demander si le groupe « Messéniens » renvoie à ce que B. Anderson appelle une « communauté imaginée »25, ce qui permettrait une fois de plus d’interroger cette « identité messénienne » et, par le fait même, notre interprétation du texte de Pausanias. Le récit des origines et de la fondation de Messène soulève donc un certain nombre de problèmes relatifs à la nature de l’« identité messénienne », son rapport à l’histoire qui aurait été à la source d’un besoin de reconnaissance, principalement vis‑à-vis du monde spartiate et finalement, son rôle quant à l’intégration des communautés messéniennes, rappelant que la fondation d’une cité dans le monde grec signifie aussi la fondation d’une communauté politique.


***

  • 26  Voir à ce sujet les travaux de H.-J. Gehrke, « Myth, History and Collective Identity : Uses of the (...)
  • 27  Nous avons traité ce sujet plus en profondeur dans une communication présentée à la 4th Biennal Gr (...)
  • 28  J. Auberger, « Pausanias et les Messéniens : une histoire d’amour ! », REA, 94 (1992), p. 197.

13Il convient d’apporter au terme de cette présentation quelques éléments de conclusion et de souligner les limites de notre analyse. Le premier objectif de cette réflexion visait à montrer, à travers l’exemple des Messéniens, comment s’est opéré un processus de distinction au sein d’une communauté relevant du monde hellénique. Les questions identitaires présentent plusieurs angles d’approches, il faut le rappeler, et notre étude tenait plus particulièrement à relever les fondements symboliques de l’« identité messénienne », par l’entremise d’une ethnogenèse qui conférait aux habitants de cette région du Péloponnèse une origine héroïque et distincte de celle des communautés spartiates. Le deuxième objectif de cette réflexion consistait à mettre en évidence l’approche des constructions identitaires, par le biais des représentations modernes de l’identité qui insistent sur la dimension temporelle et contextuelle liée à la formation et à l’affirmation des identités collectives au détriment de l’approche essentialiste. Ce travail ne propose pas de départager le mythe de l’histoire, mais plutôt d’exposer les différents modes de représentation des origines que ce soit à travers des logoi ou des monuments qui inscrivent les traditions au cœur même de la cité. Cette imbrication du mythe et de l’histoire, comme on peut l’observer à travers l’exemple des Messéniens, répond à un besoin d’identification26, bien qu’il nous faudrait, pour mieux comprendre ce phénomène, développer les enjeux ou les motifs de cette quête identitaire par l’étude du contexte social et politique de la Messénie des Ve et IVe siècles. Il serait aussi important de souligner davantage la présence de cette « mémoire messénienne »27 dans la Description de la Grèce qui demeure la source principale pour étudier l’histoire et les mythes de cette région du Péloponnèse. Pausanias était conscient des difficultés inhérentes à l’écriture d’une « archéologie » de la Messénie comme en témoigne un passage du livre III consacré à la Laconie. Le Périégète nous apprend en effet que la soumission des Messéniens de même que la longue période d’exil auraient obscurci l’histoire ancienne de la Messénie (πολλὰ τῶν ἀρχαίων καὶ κατελθοῦσιν ἐποίησεν ἄγνωστα, III, 13, 2). Alors que certains auteurs grecs ou romains semblent avoir été redevables d’un « mirage spartiate », le livre IV de Pausanias serait peut-être l’écho à la présence d’un « mirage messénien »28. Cette question permet de rappeler que le texte du Périégète se situe à une époque où l’« identité grecque » est en quête de certains repères et on peut se demander ce que représentait l’exemple des Messéniens dans un monde non plus marqué par l’hégémonie spartiate ou thébaine, mais bien par celle de Rome.

Haut de page

Notes

1  M. Jost, « Unité et diversité : la Grèce de Pausanias », REG, 119 (2006), p. 568-587. Voir aussi C. P. JONES, « Multiple Identities in the Age of the Second Sophistic », dans B. E. Borg (ed.), Paideia : The World of the Second Sophistic, Berlin-New York, De Gruyter, 2004, p. 13-21.

2  L’« identité grecque » semble en fait varier selon le contexte qu’il soit civique, régional, ethnique, colonial, associatif ou panhellénique, sans parler de tous les exemples de métissages culturels que l’on peut observer. C’est cette approche de l’identité que propose notamment I. Malkin dans son introduction au recueil Ancient Perceptions of Greek Ethnicity, Idem (ed.), Cambridge, Harvard University Press, 2001, p. 1-28.

3  A. Roekens, « Les identités collectives, l’apport des sciences sociales », dans L. van Ypersele (ed.), Questions d’histoire contemporaine : conflits, mémoires et identités, Paris, P.U.F., 2006, p. 77-88.

4  Ce travail s’inscrit dans le cadre de notre thèse en histoire intitulée Mémoire des origines : les récits de fondation des cités du Péloponnèse chez Pausanias (IIe s. ap. J.-C.).

5  Pausanias, IV, 27, 4. Μάλιστα δὲ τὸν Ἐπαμινώνδαν ἐς τὸν οἰκισμὸν οἱ Βάκιδος ἐνῆγον χρησμοί. Βάκιδι γὰρ μανέντι ἐκ Νυμφῶν ἐς ἄλλους τέ ἐστιν Ἑλήνων καὶ ἐς τὴν Μεσσηνίων κάθοδον προειρημένα. Καὶ τότε δὴ Σπάρτης μὲν ἀπ’ ἀγλαὸν ἄνθος ὀλεῖται, Μεσσήνη δ’ αὖτις οἰκήσεται ἤματα πάντα. Nous utilisons ici les traductions de la Collection des Universités de France.

6  Concernant la révolte des hilotes à la suite du tremblement de terre de 464, cf. Thucydide, I, 101. Au sujet des Messéniens à l’époque de la guerre du Péloponnèse, voir notamment Thucydide, V, 35 et V, 56 ; Pausanias, IV, 26, 1.

7  « (…) aux Messéniens assiégés sur l’Ithome, qui avaient été exilés à la faveur d’un accord, ils (les Athéniens) accordèrent Naupacte (…) ». (…) Μεσσηνίων τοῖς ἐν Ἰθώμῃ πολιορκουμένοις ἐκπεσοῦσιν ὑποσπόνδοις ἔδοσαν Ναύπακτον (...) (IV, 24, 7) ; « Quand eut lieu l’échec des Athéniens à Aigos Potamoi (Rivières de la Chèvre), de la même façon les Lacédémoniens, qui avaient la suprématie sur mer, chassent les Messéniens de Naupacte et les envoient en Sicile auprès de leurs compatriotes et à Rhégion ; la plupart d’entre eux allèrent jusqu’en Libye et à Evhespéride de Libye ». Ἐπεὶ δὲ τὸ πταῖσμα ἐγένετο Ἀθηναίοις ἐν Αἰγὸς ποταμοῖς, οὕτω καὶ ἐκ Ναυπάκτου τοὺς Μεσσηνίους ἐκβάλλουσιν οἱ Λακεδαιμόν́ιοι ναυσὶν ἐπικρατοῦντες, οἳ ἐς Σικελίαν τε παρὰ τοὺς συγγενεῖς καὶ ἐς  ̔Ρήγιον ἐστάλησαν, τὸ πλεῖστον δὲ αὐτῶν ἔς τε Λιβύην ἀφίκετο καὶ Λιβύης ἐς Εὐεσπερίτας (IV, 26, 2).

8  Il est difficile de préciser ici les sources du témoignage de Pausanias, mais nous savons que son récit des guerres Messéniennes repose notamment sur des textes de l’époque hellénistique (Rhianos de Bène et Myron de Priène) qui ont visiblement voulu doter les habitants de Messène d’un passé héroïque marqué par la résistance contre Sparte.

9  Il s’agit de Caucon qui apporta à Messèné les « objets sacrés des Grandes Divinités » (τῶν Μεγάλων θεῶν Καύκων) en provenance d’Éleusis (IV, 1, 5).

10  L’origine de la colère des Dioscures, nous dit Pausanias, remonterait peu avant la bataille de Stényclèros, alors que deux jeunes Messéniens d’Andanie profanèrent le sacrifice des Dioscures qui était pratiqué dans le camp lacédémonien (IV, 27, 1-3).

11  Les prescriptions rituelles de ce culte à Mystères avaient été mises à l’abri sur le mont Ithome par le héros Aristomène au moment des guerres contre Sparte (IV, 20, 4 ; 26, 6-8). Pausanias est lui-même très mystérieux sur cette tradition : « ce qui concerne les Grandes Déesses (…) je ne dois rien en dire. Car je leur attribue le deuxième rang en solennité, juste après les fêtes d’Éleusis » : Τὰ δὲ ἐς τὰς θεὰς τὰς Μεγάλας (…) ἀπόρρητα ἔστω μοι· δεύτερα γάρ σφισι νέμω σεμνότητος μετά γε Ἐλευσίνια (IV, 33, 5). Pour plus de renseignements sur ces Mystères, cf. N. Deshours, Les Mystères d’Andania : étude d’épigraphie et d’histoire religieuse, Paris-Pessac, de Boccard-Ausonius,2006.

12  Nous ne pourrons aborder ici tous les aspects liés à l’« identité messénienne » qui fait l’objet de discussions détaillées depuis tout récemment grâce à l’ouvrage de N. Luraghi, The Ancient Messenians, Constructions of Ethnicity and Memory, Cambridge, Cambridge University Press, 2008. Voir aussi J. Siapkas, Heterological Ethnicity, Conceptualizing Identities in Ancient Greece, Uppsala, Acta Universitatis Upsaliensis, 2003.

13  C. Le Roy, « Pausanias et la Laconie ou la recherche d’un équilibre », dans D. Knoepfler & M. Piérart (eds.), Éditer, traduire, commenter Pausanias en l’an 2000, Neuchâtel-Genève, Droz-Université de Neuchâtel, 2001, p. 231-232.

14  N. Deshours, « La légende et le culte de Messènè ou Comment forger l’identité d'une cité », REG, 106 (1993), p. 46.

15  Pausanias, Description de la Grèce, livre IV, La Messénie, texte établi par M. Casevitz, traduit et commenté par J. Auberger, Paris, Les Belles Lettres, « Collection des Universités de France », 2005, p. 109.

16  Ce temple semble avoir joué un rôle important au sein de la cité, puisqu’il s’agissait vraisemblablement d’un lieu d’exposition des documents officiels, cf. P. Sineux, « À propos de l’Asclépieion de Messène : Asclépios poliade et guérisseur », REG, 110 (1997), p. 6.

17  Il est intéressant de noter que Diodore, contrairement à Pausanias, commence son récit des origines de la Messénie avec la guerre de Troie (XV, 66, 2) et la dimension religieuse que Pausanias attribue à la fondation de Messène est absente chez Diodore (XV, 66, 1).

18  « (…) le propre de la pensée mythique, comme du bricolage sur le plan pratique, est d’élaborer des ensembles structurés, non pas directement avec d’autres ensembles structurés, mais en utilisant des résidus et des débris d’événements : “ odds and ends ”, dirait l’anglais, ou, en français, des bribes et des morceaux, témoins fossiles de l’histoire d’un individu ou d’une société », C. Lévi-Strauss, La pensée sauvage, Paris, Plon, 1962, p. 32.

19  Comme le souligne S. E. Alcock, « The Pseudo-History of Messenia Unplugged », TAPhA,129 (1999), p. 336 : « (…) sometimes it is more a matter of identifying the contexts for remembrance, rather than the content of memories themselves ».

20  T. J. Figueira, « The Evolution of the Messenian Identity », dans S. Hodkinson& A. Powell (eds.), Sparta : New Perspectives, Londres, Duckworth-The Classical Press of Wales, 1999, p. 211-244. Voir aussi, J. Hall, Ethnic Identity in Greek Antiquity, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

21  Cette interprétation s’inspire de la notion de « frontière ethnique » mise de l’avant par F. Barth, « Introduction », dans F. Barth (ed.), Ethnic Groups and Boundaries, The Social Organization of Culture Difference, Prospect Heights, Waveland Press, 1998 (1969), p. 9-38. Cette notion est notamment reprise par N. Luraghi, « Becoming Messenian », JHS, 122 (2002), p. 65 : « the starting-point has to be the understanding of ethnicity as a process of differentiation, in which a group is constructed by the very production of boundaries towards other groups ».  

22  Nous apprenons chez Thucydide que les Messéniens de Naupacte profitèrent du fait qu’ils parlaient le même dialecte que les habitants de la Laconie pour procéder à des incursions dans cette région (IV, 41). Concernant les ressemblances sur le plan de la culture matérielle, cf. N. Luraghi (2002), op. cit., p. 48.

23  M. Weber, Économie et société, II, Paris, Pocket, 1995, p. 130. N. Luraghi (2002), op. cit., p. 65-66, insiste, tout comme M. Weber, sur l’importance de la descendance commune comme critère d’appartenance au groupe ethnique : « although ethnic difference is normally expressed by customs, patterns of behaviour, including language, or artifacts, the only requisite an ethnic group invariably needs to exist at all is a notional ethnic kinship, that is, a myth of common descent ».

24  N. Deshours (2006), op. cit., p. 202.

25  B. Anderson, Imagined Communities, Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres-New York, Verso, 1991 (1983), p. 6 : « Communities are to be distinguished, not by their falsity/genuineness, but by the style in which they are imagined ».

26  Voir à ce sujet les travaux de H.-J. Gehrke, « Myth, History and Collective Identity : Uses of the Past in Ancient Greece and Beyond », dansN. Luraghi (ed.), The Historian’s Craft in the Age of Herodotus, Oxford, Oxford University Press, 2001, p. 298 : « I have proposed the term “ intentional history ” for this aspect of myth as history, or the amalgamation of myth and history (…) “ Intentional ” in this sense denotes the elements of subjective and conscious self-categorization as belonging to a particular group, ethnic or of other sort. This self-categorization, relevant to group identity, was regularly projected back into the past. Thus, even if it was very young, indeed invented, it seemed to be given by tradition and was a fixed part of the mémoire collective ».

27  Nous avons traité ce sujet plus en profondeur dans une communication présentée à la 4th Biennal Graduate Student Conference, The Canadian Institute in Greece, University of Calgary (octobre 2007) : « Les “ lieux de mémoire ” dans la Périégèse de Pausanias : l’exemple de la fondation de Messène (livre IV) ».

28  J. Auberger, « Pausanias et les Messéniens : une histoire d’amour ! », REA, 94 (1992), p. 197.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renaud Lussier, « Récit fondateur et construction identitaire : Pausanias et la quête de l’« identité messénienne » », Cahiers des études anciennes, XLIV | 2007, 73-87.

Référence électronique

Renaud Lussier, « Récit fondateur et construction identitaire : Pausanias et la quête de l’« identité messénienne » », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLIV | 2007, mis en ligne le 28 mars 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/290

Haut de page

Auteur

Renaud Lussier

Université du Québec à Montréal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org