Navigation – Plan du site

Préface

Mireille Courrént

Texte intégral

1Vitruve, architecte romain, a rédigé, sous Auguste, un traité en dix livres dans lequel il expose les règles de son art et qu’il destine aux commanditaires de réalisations architecturales publiques ou privées.

2Cette œuvre, qui propose une théorie de l’architecture en relation avec un savoir de type encyclopédique, a eu une influence considérable chez les lettrés du Moyen Âge et les architectes de la Renaissance et de l’époque classique. Mais sa lecture semble actuellement réservée aux spécialistes de l’histoire de l’architecture et des techniques. Depuis le début du XXe siècle, le De architectura est devenu un texte un peu secret, rejeté en marge de la littérature latine, peu ou pas fréquenté par les lecteurs des maîtres à penser de Vitruve, comme Cicéron ou Lucrèce, ou de ses contemporains Tite-Live, Virgile ou Horace.

3Pourtant, Vitruve n’a jamais cessé d’être étudié et commenté, et de grands noms sont attachés à son traité, tels F. Pellati ou, actuellement, Louis Callebat et Pierre Gros, dont le travail gigantesque a été rassemblé dans Vitruve et la tradition des traités d’architecture. Fabrica et ratiocinatio (École Française de Rome, 2006). Régulièrement aussi, le De architectura fait l’objet de colloques, ainsi le tout récent « Dire l’architecture dans l’Antiquité » qui s’est tenu à l’Université d’Aix-en-Provence (octobre 2010).

4Le peu d’intérêt de la communauté universitaire pour Vitruve pouvait s’expliquer, il y a peu de temps encore, par la difficulté d’accès, autant matérielle qu’intellectuelle, à son texte. Or celui-ci est maintenant à la portée de tous : aux anciennes éditions Teubner et Loeb est venue récemment s’ajouter une magnifique publication italienne (Vitruvio, De architectura, a cura di Pierre Gros, traduzione e commento di Antonio Corso e Elisa Romano, Turin, Einaudi, 1997) dont les introductions de P. Gros et d’E. Romano et les notes nombreuses et précises permettent de cerner la richesse de la pensée vitruvienne et de la comprendre dans toute sa complexité ; en outre, la publication du traité dans la prestigieuse Collection des Universités de France, publiée par les Belles Lettres, qui avait commencé en 1969 par le livre IX, édité par Jean Soubiran, est désormais achevée, depuis quelques mois, avec la parution du livre V, établi, traduit et commenté par Catherine Saliou. Le De architectura est maintenant accessible et lisible.

5Il nous a donc semblé qu’il était temps désormais de proposer une introduction à sa lecture, de faire le point sur les études vitruviennes, toujours vivaces, et de donner aussi la parole à de jeunes chercheurs qui en renouvellent l’approche. Le but du volume ainsi obtenu est triple.

6Il s’agit d’abord de faire mieux connaître l’auteur et son texte. La contribution de Ph. Fleury, qui ouvre le recueil, permet de situer Vitruve, son activité professionnelle et son œuvre dans un contexte historique, social et intellectuel. Les articles de S. Madeleine, C. Rubio Bardon, S. Rougier-Blanc et C. M. Calcante analysent les trois aspects fondamentaux de l’architecture vitruvienne, qui ont fait la fortune du traité depuis le Moyen Âge : la mécanique, les matériaux de constructions et les ordres. Mais le De architectura révèle aussi l’implication de Vitruve dans les débats intellectuels et culturels de son temps. P. Ronet étudie son travail de mise en forme littéraire et rhétorique ; M. Moro Ipola montre les relations qu’il tisse entre l’architecture et les matières qui forment l’éducation d’un jeune Romain ; E. Romano rappelle l’importance du traité vitruvien dans la culture encyclopédique antique et s’intéresse plus précisément à sa démarche d’antiquaire et à son usage des récits étiologiques ; C. Saliou et M. Courrént mettent l’accent sur l’implication sociale de l’architecte, en termes de droit et de morale.

7Il s’agit ensuite de souligner l’influence postérieure de cette œuvre sur l’esthétique, mais aussi dans d’autres domaines de la connaissance. Trois contributions illustrent l’intérêt des hommes de la Renaissance pour la théorie vitruvienne : M. Furno étudie la place du De architectura dans l’encyclopédisme et l’histoire de l’art, I. K. McEwen examine la relecture politique de la notion vitruvienne de uirtus en Italie et O. Deloignon explique comment Geofroy Tory, auteur du Champ fleury, a voulu renouveler la démarche vitruvienne et faire du savoir de l’architecte un outil culturel et intellectuel de l’humanisme. R. Robert analyse ensuite ce que, au début du XIXe siècle, l’architecte F. Mazois a apporté de décisif dans la compréhension du texte de Vitruve et de révolutionnaire dans la démarche archéologique.

8Il s’agit enfin de rappeler que la théorie vitruvienne a été une source d’inspiration pour de nombreux créateurs. A. Bouchareb propose une lecture diachronique de la question de la lumière dans les édifices sacrés et N. Huvenne et C. Kossaifi présentent deux échos modernes et insolites du texte vitruvien, qui constituent assurément la plus originale des invitations à lire le De architectura auquel, nous l’espérons, ce volume aura été un préambule aussi agréable qu’utile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mireille Courrént, « Préface », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVIII | 2011, mis en ligne le 11 mai 2011, consulté le 30 juillet 2014. URL : http://etudesanciennes.revues.org/306

Haut de page

Auteur

Mireille Courrént

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers des études anciennes

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org