Navigation – Plan du site
Vitruve dans l'Antiquité

Tenuitas cum bona fama : éthique et architecture dans le De architectura de Vitruve

Mireille Courrént
p. 219-263

Entrées d’index

Index de mots-clés :

architecture, éthique, Vitruve
Haut de page

Texte intégral

  • 1  La littérature concernant les rapports entre architecture et éthique est abondante, notamment dans (...)
  • 2  La relation éthique-esthétique a été remarquablement synthétisée par Ch. Younès & M. Mangematin, « (...)

1La question du rôle de l’éthique dans la pratique de l’architecte fait, depuis quelques années, l’objet de nombreux débats, techniques, politiques et sociaux1, nés à la fois de la place dévolue à l’architecte dans le processus de mise en forme de l’espace urbain et de la complexification constante de ses relations avec les commanditaires. Ces débats reposent sur trois notions fondamentales, incessamment convoquées : la déontologie, la responsabilité et l’esthétique2. Par leur ancrage dans la configuration politique actuelle, ils semblent propres à nos sociétés occidentales modernes. Or tous les termes qu’ils interrogent et qu’ils confrontent se trouvent déjà posés et argumentés dans le plus ancien traité d’architecture qui soit parvenu jusqu’à nous, celui de Vitruve : la relation entre architecture et éthique n’a rien d’historique, mais est constitutive de l’essence même de cet art. L’analyse du De architectura permet de mieux cerner comment l’architecture se définit originellement comme une éthique.

  • 3  Vitruve, I, praef. 3 : « J’ai mis par écrit des règles précises afin qu’en y étant attentif tu pui (...)
  • 4  Voir P. Gros, « Le Traité vitruvien et la notion de service », in P. Gros (ed.),Le Projet de Vitru (...)
  • 5  Cf. Vitruve, VI, praef. 5 : « Il n’y a rien d’étonnant à ce que je sois ignoré du plus grand nombr (...)
  • 6  Cf. Des devoirs I, 138 ; 151 ; II, 14-15 ; 64 ; III, 35 ; 54 ; 65.
  • 7  Voir E. Romano, « Dal De officiis a Vitruvio, da Vitruvio a Orazio : il dibattito sul lusso ediliz (...)
  • 8  Les différences de conception entre les deux auteurs ont été analysées par F. Coarelli, « La casa (...)

2Au commencement de toute éthique professionnelle se trouve la déontologie. Code moral nécessaire, elle réglemente une pratique tournée vers autrui. Elle est aussi au fondement de l’écriture du De architectura : le traité s’adresse non à des architectes, mais, dès les premières lignes, à travers la personne emblématique de l’empereur à qui il est dédié, aux commanditaires d’édifices privés et publics, et il se donne pour propos d’exposer les « règles » de l’architecture pour leur permettre d’apprécier les « qualités » des bâtiments réalisés : conscripsi praescriptiones terminatas ut eas adtendens et ante facta et futura qualia sint opera per te posses nota habere ; namque his uoluminibus aperui omnes disciplinae rationes3. L’architecture y est donc d’abord envisagée comme une relation à l’autre — le commanditaire, l’usager, en d’autres termes le profane à qui le traité va expliquer aussi les « théories » de l’art —, comme un service à rendre à travers une œuvre à créer4. Certes, si l’on en croit Vitruve, le contexte historique était alors propice à une mise au point déontologique5, mais les fondements de cette relation entre le commanditaire et l’architecte préexistaient dans la fonction idéologique que les Romains attribuaient généralement à l’architecture et avaient déjà été posés, en 44, bien avant que Vitruve ne s’en préoccupe, dans le De officiis, où Cicéron évoquait à plusieurs reprises et sous divers angles (technique, financier, social…) l’influence de différents types de bâtiments, privés ou publics, dans la représentation que la société avait d’elle-même. Ce traité développe les principes d’une morale dans laquelle le bâti, notamment celui de l’architecture privée, est considéré comme une projection de l’image sociale de l’individu6. Il a, pour cette raison peut-être, fortement influencé la rédaction du De architectura7. Vitruve y a trouvé, parmi d’autres notions qu’il a su mettre à profit dans son propre discours, une éthique en lien avec l’architecture : Cicéron l’avait analysée du point de vue de l’usager, il la reprend du point de vue du bâtisseur8.

  • 9  Cicéron, Des devoirs I, 138 : « Il faut dire aussi quelle doit être la maison d’un homme estimé et (...)
  • 10  On pourrait donc traduire la phrase de Cicéron par : « Il nous faut aussi parler des qualités que (...)
  • 11  Vitruve,I, 3, 2 : haec autem ita fieri debent ut habeatur ratio firmitatis, utilitatis, uenustatis(...)
  • 12  Vitruve, I, 3, 2 : Firmitatis erit habita ratio cum fuerit fundamentorum ad solidum depressio, qua (...)

3La source non seulement de l’éthique de Vitruve, mais peut-être même de sa décision d’écrire un texte d’un genre nouveau, qui associe des explications techniques à une théorie de l’art, se trouve en effet résumée dans une phrase de Cicéron, qui définit un cahier des charges pour le commanditaire : Dicendum est etiam qualem hominis honorati et principis domum placeat esse, cuius finis est usus ad quem accommodanda est aedificandi descriptio et tamen adhibenda commoditatis dignitatisque diligentia.9 C’est là l’origine de l’appréciation des « qualités » des bâtiments que Vitruve, nous l’avons vu, présente comme le point de départ à partir duquel s’est organisée l’écriture du De architectura. Vitruve apporte en quelque sorte la réponse de l’architecte aux injonctions cicéroniennes : non seulement le terme vitruvien qualia (opera), que Ph. Fleury a judicieusement rendu par « qualités », reprend le qualem (domum) cicéronien10, mais les correspondances entre cette phrase du De officiis et les notions vitruviennes fondamentales sont remarquables. D’une part, les trois qualités cicéroniennes, l’utilité, la commodité et la dignité, annoncent les trois critères généraux sur lesquels repose toute la théorie vitruvienne de l’architecture, solidité, utilité, beauté11 ; d’autre part, les deux auteurs présentent ces qualités comme des impératifs à respecter : le cahier des charges de Cicéron est repris à son compte par Vitruve qui fait de ces trois notions les fondements de la déontologie de l’architecte. La différence entre les deux textes réside seulement dans le point de vue. Cicéron s’exprime en termes de résultats à atteindre et Vitruve en termes de moyens pour y parvenir. Il envisage alors chacun de ces trois principes autant dans son aspect technique que dans celui du service attendu par le commanditaire12. Ainsi, la solidité repose à la fois sur la profondeur des fondations (geste professionnel invisible pour le public) et sur le choix des matériaux « fait soigneusement et sans cupidité » (démarche dont les présupposés financiers intéressent au premier plan le commanditaire) ; la définition de l’utilité fait appel à la fois à la dispositio et à la distributio, principes architecturaux précédemment définis par Vitruve (I, 2, 2 et I, 2, 8), et à la commodité réclamée par le texte cicéronien ; enfin, la beauté associe l’aspect final du bâtiment, l’élégance, qui correspond à la dignité évoquée par Cicéron, au calcul des relations modulaires destiné à l’obtenir. C’est autour de ces trois critères, solidité, utilité, beauté, que se fait le lien entre la demande du commanditaire et la réponse apportée par l’architecte. Mais la définition qu’en donne Vitruve dépasse l’expression impérative d’une simple déontologie pour fonder une éthique dont on devine déjà quels seront les principes généraux : l’honnêteté, la convenance et l’esthétique.

  • 13  En VI, praef. 5, il explique comment les rapports entre architectes et commanditaires sont plus fo (...)
  • 14  Des devoirs I, 151 : « Quant aux métiers dont on attend un service important, comme la médecine, l (...)
  • 15  Vitruve,VI, praef. 5 : « Pour moi, loin d’avoir cherché à tirer de l’argent de mon art, j’ai jugé (...)

4Vitruve insiste à plusieurs reprises sur la question de l’honnêteté financière13. Les relations de l’architecte à la société sont en effet régies par l’argent. À Rome déjà, l’architecture est un métier que l’on exerce pour gagner sa vie, mais elle fait alors partie de ces activités qui ne sont pas, a priori, dignes d’être pratiquées par un homme libre. Cicéron, toujours dans le De officiis, indique cependant : quibus autem artibus non mediocris utilitas quaeritur, ut medicina, ut architectura, ut doctrina rerum honestarum, eae sunt iis quorum ordini conueniunt, honestae14. C’est, une fois encore, l’utilité — et plus précisément l’importance de cette utilité sur le plan social —, qui détermine l’honorabilité de l’activité. Mais cette honorabilité repose aussi sur une attitude personnelle : honestus désigne à la fois celui qui est digne d’estime et celui qui se comporte honnêtement. D’où la réaction de Vitruve : Ego autem non ad pecuniam parandam ex arte dedi studium, sed potius tenuitatem cum bona fama quam abundantiam cum infamia sequendam putaui15. Il associe la bona fama, la réputation de moralité, au désintérêt pour l’argent : c’est ainsi, nous l’avons vu, que l’absence d’auaritia, de cupidité, de l’architecte entre pour une grande part dans la garantie de solidité des ouvrages qui lui sont confiés.

  • 16  C’est la garantie la plus solide. Vitruve revendique une vie modeste et sans gloire qui l’oppose à (...)

5Vitruve suggère à ses lecteurs deux moyens d’apprécier cette honestas. Le premier consiste à choisir un architecte qui mène un train de vie modeste16 et le second à lire le De architectura, qui expose non seulement les règles à suivre lors de la construction, mais aussi les principes de la théorie de l’art. C’est qu’en réalité seule la connaissance de ces principes permet aux commanditaires d’être sûrs de l’honnêteté de celui qui travaille pour eux, comme l’illustre la célèbre mésaventure arrivée à Hiéron, le tyran de Syracuse. Il avait confié une certaine quantité d’or à un artisan pour fabriquer une couronne. L’objet qui lui fut apporté était conforme à ses attentes. Mais le bruit courut ensuite que l’artisan avait gardé pour lui une partie de l’or et fabriqué la couronne en y mêlant un métal moins précieux. Malgré tout son pouvoir, Hiéron (dont la fonction fait un double d’Auguste, et donc de la figure du commanditaire) se révéla incapable de convaincre l’artisan de fraude. Seules l’intervention d’Archimède (ingénieur et mécanicien, comme Vitruve), la découverte et l’application d’une loi physique apportèrent la réponse (IX, praef. 10-12).

  • 17  Vitruve, I, 1, 3 : « Celui qui se veut architecte […] doit être doué (ingeniosus) et disposé à acq (...)

6L’une des fonctions du De architectura est donc d’imposer une déontologie aux architectes en expliquant aux commanditaires les grandes lignes de la théorie de l’architecture, les principes physiques ou mathématiques qui président aux techniques de construction, pour les rendre capables d’analyser par eux-mêmes les qualités réelles des ouvrages effectués. Notons tout de même que Vitruve ne leur concède jamais la possibilité de s’impliquer dans la réalisation : aucune technique, aucune formule n’est développée intégralement et précisément dans le traité. L’activité créatrice reste l’apanage de l’architecte. Son pouvoir réside d’une part dans l’ignorance qu’a le public — et même le public le plus puissant — de ses secrets de fabrication et, d’autre part, dans l’ingenium, ce don particulier qui, appuyé sur une culture rigoureuse, lui permet de créer des formes justes17.

7Vitruve revendique en effet pour l’architecte une responsabilité totale dans le processus de création. Mais, à la réception de l’ouvrage, le commanditaire doit être capable de porter un jugement sur ce qui lui est proposé. Et Vitruve met en scène, dans une anecdote piquante, cette analyse du produit par son destinataire, pour montrer qu’elle est loin d’être secondaire : un certain Apaturius, venu d’Alabanda, aurait peint pour le théâtre de Tralles une architecture de scène représentant une accumulation de toitures, frontons, coupoles, colonnes, statues, centaures, parvis etc… Alors que les habitants, séduits par le luxe de couleurs et l’abondance des formes, allaient approuver cet ouvrage, surgit un mathématicien qui les met en garde :

  • 18  Vitruve, VII, 5, 5 : « Il dit que les gens d’Alabanda passaient pour fort avisés pour toutes les c (...)

ait Alabandis satis acutos ad omnes res ciuiles haberi, sed propter non magnum uitium indecentiae insipientes eos esse iudicatos, quod in gymnasio eorum quae sunt statuae omnes sunt causas agentes, foro discos tenentes aut currentes seu pila ludentes. Ita indecens inter locorum proprietates status signorum publice ciuitati uitium existimationis adiecit18.

  • 19  Outre le peintre Apaturius, le livre VII met en scène deux « critiques littéraires », Aristophane (...)
  • 20  Nous entendons évidemment « politique » au sens original, aristotélicien, du terme.

8Cet homme — qui, par sa profession, recherche la vérité et analyse les choses sans se fier aux apparences, mais en faisant intervenir des arguments rationnels —, ne porte pas un jugement esthétique sur l’ouvrage, mais un jugement moral sur les habitants d’Alabanda, dont Apaturius n’est finalement qu’un représentant, et qui ont eu la sottise dans le passé d’approuver de telles invraisemblances. Pour Vitruve, l’artiste en général19, et tout particulièrement l’architecte, possède une responsabilité à la fois morale et politique20 dans la société pour laquelle il crée. Non seulement les artifices de son art peuvent tromper les sens et le jugement du public, mais une fois l’œuvre intégrée dans le cadre de la cité, c’est le peuple tout entier qui subit les conséquences de cette tromperie. Le De architectura envisage donc l’architecture non sous son aspect technique, mais dans sa fonction éthique : c’est la signification de l’installation du bâti dans l’espace social qui motive l’écriture du traité. En expliquant tous les principes de son art aux commanditaires, Vitruve fait autant obligation aux architectes de les suivre qu’au public de les connaître et de s’impliquer dans la valeur de l’architecture urbaine. Il réclame à la fois du public une capacité à juger l’œuvre d’art et de l’artiste la conscience de la responsabilité civique qu’implique son activité créatrice. Et le critère qui permet à l’un d’exercer sa responsabilité et aux autres leur capacité de jugement est précisément défini par le mathématicien de l’anecdote : le motif qui le conduit à condamner cette peinture est l’indecentia dont elle témoigne. Il manquait à la proposition faite par Apaturius aux habitants de Tralles un caractère fondamental de toute création, le decor, la « convenance ».

  • 21  Vitruve, I, 2, 1 : « L’architecture se compose de l’ordonnance, qui se dit en grec taxis, de la di (...)

9Le decor est en effet l’un des six principes régulateurs de l’architecte : Architectura constat ex ordinatione, quae graece τάξιςdicitur, et ex dispositione  hanc autem Graeci διάθεσιν uocitant — et eurythmia et symmetria et decore et distributione, quae graece οἰκονομία dicitur21. De ces principes, cinq sont présentés comme grecs et définis ensuite comme spécifiquement professionnels. Pour decor, Vitruve ne renvoie pas à la culture grecque : il nous invite donc à le rattacher à une pensée spécifiquement latine. En outre, ce terme n’est pas propre à l’architecture, mais appartient au vocabulaire de l’éthique et provient, lui aussi, de la réflexion menée par Cicéron dans le De officiis, dont il constitue le thème central.

  • 22  Des devoirs I, 93. On retrouve l’honestas cicéronienne parmi les qualités des anciens architectes  (...)
  • 23  Cicéron, Lettres à Atticus XVI, 11, 5 : « Pour répondre à votre question à propos du titre, je ne (...)

10Cicéron analyse l’idée de convenance au moyen de deux termes, decorum et officium. Il associe decorum au grec πρεπόν et le définit comme une honestas, une honorabilité, reposant sur le respect (uerecundia), la tempérance (temperantia) et la pondération (modestia)22. Quant à officium, il explique le sens qu’il lui attribue dans une de ses lettres à Atticus : Quod de inscriptione quaeris, non dubito quin καθῆκον « officium » sit, nisi quid tu aliud ; sed inscriptio plenior « de officiis »23. Le terme καθῆκον, « ce qu’il convient de faire », reprend le titre d’un ouvrage de Panétius, aujourd’hui perdu, dont Cicéron reconnaît dans cette même lettre s’être largement inspiré pour écrire son traité, en particulier les pages sur la dialectique de l’honnête et de l’utile. Le decor vitruvien participe donc de la convenance définie par Cicéron comme une attitude sociale honorable et le De architectura expose l’application à l’activité de l’architecte de trois notions issues de la philosophie de Panétius, l’honnête, l’utile et le convenable.

  • 24  La composition du traité est la suivante : livre I : choix de l’emplacement de la ville et organis (...)

11Il y a bien, à la source de la théorie vitruvienne de l’architecture, un questionnement éthique et le De architectura peut se lire comme une suite au De officiis : le traité cicéronien analyse quelles doivent être, chez les homines honorati et principes, les attitudes éthiques conformes à la pensée de Panétius, et Vitruve poursuit son propos en développant le thème en ce qui concerne la catégorie sociale des hommes contraints, pour vivre, de pratiquer un métier honorable. Les mêmes notions sont communes à tous les individus à partir du moment où leur activité vise à une approbation sociale, ce qui suppose que les hommes concernés par la réflexion vitruvienne sont impliqués autant que ceux auxquels s’intéresse Cicéron dans la vie sociale, voire dans le destin de la cité. Et effectivement, le contenu du traité montre nettement que Vitruve accorde à l’architecte une fonction politique fondamentale et revendique pour lui la responsabilité correspondante : il doit être capable de penser et de prévoir toute l’organisation de la cité, depuis le choix de son emplacement au moment de sa fondation jusqu’au décor intérieur des habitations privées24.

  • 25  Vitruve, I, 2, 5 : « La convenance est l’apparence sans défaut d’un ouvrage composé d’éléments jus (...)

12On ne s’étonnera donc pas que la définition qu’il donne de la convenance intègre la représentation des attentes de l’usager dans la démarche de l’architecte : Decor autem est emendatus operis aspectus probatis rebus compositi cum auctoritate25. L’aspectusoperis est l’effet visuel produit par un édifice, la perception que l’œil humain a de sa masse et des rapports qu’entretiennent entre elles toutes ses composantes. Cet aspect doit exprimer l’image que veut donner de lui le propriétaire du bâtiment. On se souvient de la phrase de Cicéron, citée plus haut, sur les qualités que doit posséder la maison d’un homme haut placé. Il ajoutait ceci : « Cn. Octavius, qui, le premier, devint consul dans cette famille, retira du prestige du fait qu’il avait construit sur le Palatin une brillante demeure, pleine de dignité : contemplée par la foule, elle avait soutenu, pensait-on, la candidature de son maître » (Des devoirs I, 138, trad. M. Testard, C. U. F., 1965).

13La perception visuelle est en effet la première relation que l’on entretient avec l’architecture et, par le truchement de la vue, le bâtiment frappe l’imagination de ceux qui le regardent. Il constitue, particulièrement à Rome, un discours politique : Cicéron recommande à ses lecteurs d’approprier la descriptio aedificandi à l’usage qu’ils attendent de leur maison. Le terme descriptio désigne à la fois, en architecture, le dessin préliminaire présenté au commanditaire et, en rhétorique, une peinture de mœurs. Faire construire une maison consiste donc d’abord, au sens premier, à planifier le portrait moral qu’on veut donner de soi.

  • 26  Il n’emploie d’ailleurs pas tout à fait le même terme que Cicéron : decor, au lieu de decorum. On (...)

14L’architecture est ainsi à la fois source de représentation et d’interprétation. Elle délivre un message politique et elle est porteuse de valeurs sociales. Or entre le commanditaire et le bâtiment auquel il confère la fonction de le représenter, se trouve l’architecte, sommé par Vitruve de garantir la moralité du discours qu’il contribue à élaborer, d’apporter une caution éthique à la représentation politique. Cette caution repose sur le refus de solliciter du public un jugement par les sens, source d’erreurs comme l’a montré l’histoire d’Apaturius à Tralles, et sur le recours à la raison, au savoir. Vitruve impose à l’architecte l’obligation de faire glisser le sens de decor26 de la convention sociale à la représentation de la vérité.

  • 27  Ce dernier terme, très fréquent chez Vitruve, est relativement difficile à traduire : il possède u (...)

15La définition du decor vitruvien réclame donc à la fois que l’édifice repose sur la vérité et qu’il donne à voir cette vérité. Il repose sur la vérité s’il est constitué de res probatae27. Les éléments constitutifs du bâtiment, qui peuvent être aussi bien des matériaux de construction que des choix stylistiques par exemple (le mot res est volontairement très vague), sont probati s’ils sont le fruit de l’application à l’architecture des lois géométriques, musicales, physiques ou mécaniques exposées dans le traité.

  • 28  Cf. e. g. Vitruve, III, 3, 1 : « Si dans le temple araeostyle le diamètre correspond au neuvième o (...)

16Mais il faut tenir compte ensuite de la perception propre à l’œil humain, c’est-à-dire encore une fois du public. La convenance ne s’obtient en effet que lorsque l’aspect visuel a été emendatus, c’est-à-dire « corrigé ». Ce terme, emprunté lui aussi à Cicéron, qui l’emploie avec un sens moral, renvoie chez Vitruve aux corrections dites « optiques », qui permettent de conserverl’apparence de la symmetria — c’est-à-dire de la commensurabilité des parties au tout à partir d’un module numérique —, dans certains bâtiments dont la taille pose problème car le regard humain ne peut les embrasser sans les déformer. L’architecte est alors conduit à faire un geste technique28 qui est aussi un choix éthique : donner l’apparence du vrai, c’est alors donner à voir la vérité que porte en lui le bâtiment. La beauté d’un édifice est l’expression de sa vérité : il ne peut y avoir d’esthétique sans éthique.

  • 29  P. Gros, « L’auctoritas chez Vitruve. Contribution à l’étude de la sémantique des ordres dans le D (...)
  • 30  Cf. e. g. Vitruve, V, praef. 1 : Qui amplioribus uoluminibus ingenii cogitationes praeceptaque exp (...)

17Cette recherche de la vérité confère à la réalisation architecturale une auctoritas. Cette notion, inscrite dans le contexte idéologique augustéen et particulièrement dynamique dans la théorie vitruvienne29, désigne ici à la fois le « prestige » social du commanditaire que « l’autorité » conférée à l’architecte par l’ampleur et l’efficacité de son savoir30.

  • 31  Elle est donc impossible à rendre exactement en français.

18À travers la définition de decor, qui repose sur trois termesà double sens, à la fois moral et technique31, et traduit le double espace sémantique de l’architecture, pratique et politique, Vitruve rappelle quelle doit être la place de l’architecte dans la société. En faisant de la vérité le critère rationnel de la convenance et de la convenance le critère éthique de sa technique, il moralise l’image que la société cherche à pérenniser d’elle-même en la monumentalisant, mais participe aussi au développement harmonieux de la cité et à la stabilité sociale, économique et politique. L’architecte partage ainsi une ambition commune avec ses commanditaires. Le dialogue est donc naturel entre eux et, dès les premières pages de son traité, Vitruve rappelle les bases culturelles communes sur lesquelles il s’établit, en dressant la liste des savoirs nécessaires à sa formation professionnelle.

  • 32  Il s’agit des scientiae utiles pour l’activité professionnelle de l’orateur (littérature, psycholo (...)
  • 33  Ainsi Vitruve, I, 1, 4 : graphidis scientiam habere pro facilius exemplaribus pictis quam uelit op (...)

19Cette liste, élaborée sans doute sur le modèle de celles que Cicéron propose dans le De oratore32, comporte littérature, dessin, géométrie, optique, arithmétique, histoire, philosophie (dont la physique), musique, médecine, droit et astronomie. Chacune de ces « sciences » est nommée, souvent par un terme grec qui souligne la filiation intellectuelle entre les deux cultures, puis son usage en architecture est défini en quelques lignes33. Elles servent de fondement à l’activité théorique ou pratique de l’architecte, sauf la littérature, le dessin et l’histoire dont la fonction est de faciliter la communication avec les usagers. L’éthique, qui règle ses relations professionnelles, apparaît sous la dénomination générique de « philosophie » :

  • 34  Vitruve, I, 1, 7 : « La philosophie dote l’architecte d’une âme noble et fait en sorte qu’il ne so (...)

Philosophia perficit architectum animo magno et uti non sit adrogans, sed potius facilis, aequus et fidelis, sine auaritia, quod est maximum ; nullum enim opus sine fide et castitate fieri potest ; ne sit cupidus neque in numeribus accipiendis habeat animum occupatum, sed cum grauitate suam tueatur dignitatem bonam famam habendo34.

20Le fait qu’elle soit la seule de toute la série à ne pas être nommée précisément est extrêmement important : Vitruve n’a vraisemblablement pas emprunté sa définition aux sources (manuels ou compilations) qui constituaient sa documentation professionnelle habituelle, mais l’a composée lui-même à partir de sa lecture de Cicéron. La notion d’architecture éthique est donc son apport personnel à la théorie de cet art, et c’est peut-être là que réside l’originalité majeure du De architectura, qui a donné à ce traité l’importance que l’on connaît dans l’histoire de l’architecture.

  • 35  Il s’agit d’animo magno, aequus et fidelis, sine auaritia, cupidus, grauitate, dignitatem. Voir Vi (...)
  • 36  Si l’on ne trouve pas le terme adrogans dans les Devoirs, il figure en revanche dans le De l’orate (...)
  • 37  Des devoirs III, 82. Ses composantes, comitas, iustitia et liberalitas, trouvent un écho dans tout (...)
  • 38  Cicéron n’emploie ce nom qu’à propos des femmes, même s’il applique l’adjectif castus à la vertu m (...)

21Ph. Fleury a montré que le vocabulaire utilisé ici était tiré en grande partie de celui du De officiis35 mais cette influence est sensible aussi sur les notions auxquelles Vitruve a recours : il a équilibré sa définition de façon à associer à chaque valeur professionnelle une valeur partagée par tous les hommes « bien nés ». Ainsi, des deux défauts à éviter, la cupidité, on l’a vu, est liée à la pratique d’une activité rétribuée, mais l’arrogance concerne tout individu et s’oppose aux trois composantes du decorum cicéronien, uerecundia, temperantia, modestia36. Il en va de même pour les deux qualités à cultiver : la magnitudo animi est, dans le De officiis, le premier facteur dont découle la beauté morale37. En revanche, la castitas est un terme vitruvien qui désigne l’intégrité professionnelle38. De cette adéquation particulière entre valeurs professionnelles et valeurs universelles découle la bona fama, la réputation honorable qui indique que l’architecte est un professionnel accompli, sa rigueur éthique s’exprimant autant dans ses rapports sociaux que dans ses choix esthétiques.

22En écrivant un traité à destination des usagers, Vitruve a donc choisi de présenter l’architecture non comme une succession de décisions et de gestes techniques, mais comme une réponse aux deux attentes du public, l’honnêteté de l’architecte et l’adéquation des bâtiments à leur fonction. En associant sa culture professionnelle aux valeurs morales de la société, il pose alors comme fondement de l’architecture la recherche et l’expression de la vérité. Vitruve fait ainsi de l’architecture une éthique et de l’architecte un individu impliqué dans les enjeux de la collectivité, un (honnête) homme dans la ville.

Haut de page

Notes

1  La littérature concernant les rapports entre architecture et éthique est abondante, notamment dans l’aire culturelle anglo-saxonne. Cf. e. g., K. Harries, The Ethical Function of Architecture, Cambridge, MIT Press, 1997 ; l’excellent manuel de B. Wasserman, P. Sulivan & G. Palermo, Ethics and the Practice of Architecture, New York, John Wiley & Son, 2000, ou, en France, la réflexion menée par le réseau Philosophie, Architecture, Urbain (en particulier Ch. Younès & Th. Paquot (eds.), Éthique, architecture, urbain, Paris, La Découverte, 2000).

2  La relation éthique-esthétique a été remarquablement synthétisée par Ch. Younès & M. Mangematin, « Habitable ou inhabitable », inCh. Younès & Th. Paquot (eds.), Ibid., p. 24-33.

3  Vitruve, I, praef. 3 : « J’ai mis par écrit des règles précises afin qu’en y étant attentif tu puisses apprécier par toi-même les qualités des ouvrages déjà exécutés et de ceux qui sont à faire ; car, dans les volumes que voici, j’ai dévoilé toutes les théories de notre discipline » (trad. Ph. Fleury, C. U. F., 1990).

4  Voir P. Gros, « Le Traité vitruvien et la notion de service », in P. Gros (ed.),Le Projet de Vitruve : objet, destinataires et réception du De architectura, actes du colloque international organisé par l’École française de Rome, l’Institut de recherche sur l’architecture antique du CNRS et la Scuola normale superiore de Pise (Rome, 26-27 mars 1993), Paris, de Boccard, 1994,  p. 75-90.

5  Cf. Vitruve, VI, praef. 5 : « Il n’y a rien d’étonnant à ce que je sois ignoré du plus grand nombre. Tous les autres architectes sollicitent et intriguent pour faire leur métier » et VI, praef. 7 : « Alors que personne ne s’avise de pratiquer chez soi aucun autre métier […] ou toute autre activité, en réalité plus facile, on le fait pour l’architecture, la raison étant que ceux qui en font profession usurpent le titre d’architecte, sans en avoir les compétences véritables. Voilà pourquoi j’ai estimé nécessaire de composer avec le plus grand soin un traité complet d’architecture, pensant rendre ainsi un service universellement appréciable » (trad. L. Callebat, C. U. F., 2004).

6  Cf. Des devoirs I, 138 ; 151 ; II, 14-15 ; 64 ; III, 35 ; 54 ; 65.

7  Voir E. Romano, « Dal De officiis a Vitruvio, da Vitruvio a Orazio : il dibattito sul lusso edilizio », inP. Gros(ed.), op. cit., p. 63-73.

8  Les différences de conception entre les deux auteurs ont été analysées par F. Coarelli, « La casa dell’aristocrazia romana secondo Vitruvio », in H. Geertman & J. J. De Jong (eds.), Munus non ingratum, Vitruvius’ De architectura and the Hellenistic and Republican Architecture, Leyde, Stichting Bulletin Antieke Beschaving, 1989, p. 178-187.

9  Cicéron, Des devoirs I, 138 : « Il faut dire aussi quelle doit être la maison d’un homme estimé et haut placé : la destination de cette maison est son utilité, à laquelle il faut approprier le plan de construction ; il faut aussi cependant y apporter le souci de la commodité et de la dignité » (trad. M. Testard, C. U. F., 1965).

10  On pourrait donc traduire la phrase de Cicéron par : « Il nous faut aussi parler des qualités que doit posséder la maison d’un homme estimé et haut placé ».

11  Vitruve,I, 3, 2 : haec autem ita fieri debent ut habeatur ratio firmitatis, utilitatis, uenustatis : « on doit faire les travaux en tenant compte de la solidité, de l’utilité et de la beauté ».

12  Vitruve, I, 3, 2 : Firmitatis erit habita ratio cum fuerit fundamentorum ad solidum depressio, quaque e materia, copiarum sine auaritia diligens electio ; utilitatis autem <cum fuerit> emendata et sine inpeditione usus locorum dispositio et ad regiones sui cuiusque generis apta et commoda distributio ; uenustatis uero cum fuerit operis species grata et elegans membrorumque commensus iustas habeat symmetriarum ratiocinationes : « on tiendra compte de la solidité lorsqu’on creusera les fondations jusqu’au sol compact et lorsque, pour chacun des matériaux, on choisira les fournitures soigneusement et sans avarice ; de l’utilité, lorsqu’on organisera correctement et sans gêne l’usage des lieux et qu’on les distribuera de façon pratique et adaptée à l’orientation de chaque type ; de la beauté lorsqu’on donnera à l’ouvrage un aspect agréable et élégant en calculant de façon juste les rapports modulaires entre les mesures des différentes parties » (trad. Ph. Fleury, C. U. F., 1990).

13  En VI, praef. 5, il explique comment les rapports entre architectes et commanditaires sont plus fondés sur le désir d’enrichissement que sur les compétences professionnelles. Il revient sur ce thème au début de la préface du livre X où il rappelle à ses lecteurs l’existence d’une ancienne loi d’Éphèse qui obligeait l’architecte, en cas de dépassement du montant du devis, à prendre lui-même en charge les frais supplémentaires occasionnés à la cité. Sur le plan technique, on relèvera par exemple le refus du gaspillage et la préférence donnée aux matériaux locaux (I, 2, 8) ou le choix des matières premières de qualité dans la fabrication des couleurs, au livre VII.

14  Des devoirs I, 151 : « Quant aux métiers dont on attend un service important, comme la médecine, l’architecture, l’enseignement de nobles connaissances, pour ceux au rang de qui ils conviennent, ils sont de beaux métiers » (trad. M. Testard, C. U. F., 1965).

15  Vitruve,VI, praef. 5 : « Pour moi, loin d’avoir cherché à tirer de l’argent de mon art, j’ai jugé qu’il valait mieux choisir une vie modeste, mais digne d’estime, plutôt qu’une vie opulente, mais déshonorante » (trad. L. Callebat, C. U. F., 2004).

16  C’est la garantie la plus solide. Vitruve revendique une vie modeste et sans gloire qui l’oppose à tous les autres architectes romains, qu’il accuse d’intrigues suspectes : « Demandons-nous en vérité quels peuvent être les soupçons d’un homme que l’on invite à prendre sur ses biens de famille le montant de dépenses complaisamment laissées à la discrétion d’un solliciteur : n’aura-t-il pas le sentiment que ce qu’on l’invite à faire vise à le dépouiller pour enrichir le solliciteur ? » (VI, praef. 5, trad. L. Callebat, C. U. F., 2004).

17  Vitruve, I, 1, 3 : « Celui qui se veut architecte […] doit être doué (ingeniosus) et disposé à acquérir un savoir ; en effet des dons sans savoir ou un savoir sans don ne peuvent produire un professionnel accompli ». Le « savoir » mentionné ici est constitué des connaissances que Vitruve considère comme nécessaires à la culture professionnelle de l’architecte : littérature, dessin, géométrie, optique, arithmétique, histoire, philosophie, musique, médecine, droit et astronomie.

18  Vitruve, VII, 5, 5 : « Il dit que les gens d’Alabanda passaient pour fort avisés pour toutes les choses politiques, mais qu’une faute somme toute légère contre la convenance les avaient fait taxer de sottise. Car toutes les statues qui sont dans leur gymnase représentent des orateurs en train de plaider, alors qu’au forum ce sont des sportifs qui lancent le disque, font la course ou jouent à la balle. D’avoir placé des statues inappropriées à la fonction des lieux valut à la cité, universellement, une fâcheuse réputation » (trad. B. Liou & M. Zuinghedau, C. U. F., 1995).

19  Outre le peintre Apaturius, le livre VII met en scène deux « critiques littéraires », Aristophane et Zoïle, aux prises avec un Ptolémée, pour illustrer cette responsabilité sociale et politique de l’art (VII, praef. 4-9). Les hommes de lettres et le peintre sont des symboles de l’artiste face à la société.

20  Nous entendons évidemment « politique » au sens original, aristotélicien, du terme.

21  Vitruve, I, 2, 1 : « L’architecture se compose de l’ordonnance, qui se dit en grec taxis, de la disposition (les Grecs l’appellent diathesis), de l’eurythmie, de la symétrie, de la convenance et de la distribution, qui se dit en grec oikonomia » (trad. Ph. Fleury, C. U. F., 1990). De nombreuses pages ont été écrites sur le sens des termes de cette définition. Voir par exemple l’article de P. Lefas, « On the Fundamental Terms of Vitruvius’s Architectural Theory », BICS 44 (2000), p. 179-195, qui propose une synthèse rapide des textes consacrés à cette question.

22  Des devoirs I, 93. On retrouve l’honestas cicéronienne parmi les qualités des anciens architectes : maiores quaerebant si [scil. architecti] honeste essent educati, ingenuo pudori, non audaciae proteruitatis permittendum iudicantes : « nos ancêtres s’enquéraient de la qualité de leur éducation, estimant qu’ils devaient s’en remettre à la réserve d’une âme bien née, non à l’audace d’un caractère impudent » (Vitruve, VI, praef. 6, trad. L. Callebat, C. U. F., 2004). F. E. Brown fait expressément du decor vitruvien la transcription à l’architecture de la notion cicéronienne de decorum (« Vitruvius and the Liberal Art of Architecture », Buknell Review 11 (1963), p. 99-107). Pour les liens de ce thème avec la rhétorique, cf. l’article de C. M. Calcante, supra, p. 119-139 ; pour une relecture de ce thème au XVIe siècle, cf. l’article d’O. Deloignon, infra, p. 283-302.

23  Cicéron, Lettres à Atticus XVI, 11, 5 : « Pour répondre à votre question à propos du titre, je ne doute pas que καθῆκον puisse se rendre par “ devoir ”, à moins que vous n’ayez quelque chose de mieux à me proposer. Mais “ Les devoirs ” fera un titre plus riche ».

24  La composition du traité est la suivante : livre I : choix de l’emplacement de la ville et organisation générale de l’espace intra muros ; livre II : les matériaux de construction ; livres III et IV : l’architecture sacrée ; livre V : les bâtiments et espaces publics ; livre VI : les bâtiments privés ; livre VII : l’aménagement intérieur ; livre VIII : les adductions d’eau ; livre IX : la gnomonique ; et livre X : la mécanique, civile et militaire. La responsabilité de l’architecte est donc environnementale (au moment de la fondation de la ville par exemple, lorsqu’il s’agit d’analyser la qualité du sol, d’assécher des marais ou d’orienter les rues en fonction des vents dominants), politique et esthétique. Elle consiste à réaliser l’adéquation entre l’objet demandé et sa destination.

25  Vitruve, I, 2, 5 : « La convenance est l’apparence sans défaut d’un ouvrage composé d’éléments justifiés, et qui s’accompagne d’autorité ».

26  Il n’emploie d’ailleurs pas tout à fait le même terme que Cicéron : decor, au lieu de decorum. On en retrouve les présupposés esthétiques et philosophiques dans une tradition qui va de Cicéron à Horace (Voir A. Michel, « À propos de la théorie du decorum : l’Art poétique d’Horace et la philosophie de son temps », in J. Brian & L. Vidman (eds.), Antiquitas graeco-romana ac tempora nostra : Acta congressus internationalis habiti Brunae, Prague, Academia, 1968, p. 345-352).

27  Ce dernier terme, très fréquent chez Vitruve, est relativement difficile à traduire : il possède un sens moral — « estimé » —, mais aussi un sens technique — « éprouvé, vérifié » : sa signification générale est donc « validé » ou « justifié ». Probatus, souvent appliqué à une question d’esthétique, qualifie un jugement moral validé par des notions techniques.

28  Cf. e. g. Vitruve, III, 3, 1 : « Si dans le temple araeostyle le diamètre correspond au neuvième ou au dixième de la hauteur, la colonne apparaîtra grêle et maigre du fait qu’en raison même de largeur des entrecolonnements l’air ronge et diminue par un effet d’optique l’épaisseur des fûts. […] À cela s’ajoute la nécessité d’épaissir les colonnes d’angle d’un cinquantième du diamètre général, car, entamées par l’air sur leur pourtour, elles paraissent trop grêles aux regards de l’observateur. En somme, les erreurs de la vue doivent être compensées par la réflexion théorique » (trad. P. Gros, C. U. F., 1990).

29  P. Gros, « L’auctoritas chez Vitruve. Contribution à l’étude de la sémantique des ordres dans le De architectura », in H. Geertman & J. J. De Jong (eds.), Munus non ingratum, Proceedings of the International Symposium on Vitruvius’ De architectura and the Hellenistic and Republican Architecture, Leiden 20-23 January 1987, Leyde, Stichting Bulletin Antieke Beschaving, 1989, p. 126-133.

30  Cf. e. g. Vitruve, V, praef. 1 : Qui amplioribus uoluminibus ingenii cogitationes praeceptaque explicauerunt, maximas et egregias adiecerunt suis scriptis auctoritates. Quod etiam uel in nostris quoque studiis res pateretur, ut amplificationibus auctoritas et in his praeceptis augeretur : « Ceux qui ont développé les principes de leur réflexion dans des ouvrages de quelque ampleur ont acquis, par leurs écrits, une immense et remarquable autorité. Le fait est qu’il devrait être possible aussi, dans nos études, d’augmenter notre autorité par des amplifications, même dans les principes que nous vous présentons » (trad. M. Courrént).

31  Elle est donc impossible à rendre exactement en français.

32  Il s’agit des scientiae utiles pour l’activité professionnelle de l’orateur (littérature, psychologie, histoire, droit, De l’orateur I, 18 et II, 85) et des liberales doctrinae, dignes d’un homme libre et bien né, qui correspondent donc plutôt à un statut social (géométrie, musique, littérature, physique, éthique, politique, De l’orateur I, 72 et III, 127). Sur l’influence de ce texte sur la pensée de Vitruve, voir notre article : « Vitruve lecteur de Cicéron : le De oratore et la définition vitruvienne de l’ars », Euphrosyne 26 (1998), p. 25-34. Vitruve a peut-être aussi été influencé par la liste des neuf disciplinae varroniennes, mais, comme l’on ne connaît avec certitude que le contenu de deux des disciplinarum libri, ceux sur l’architecture et la médecine, il est difficile de se prononcer sur ce point.

33  Ainsi Vitruve, I, 1, 4 : graphidis scientiam habere pro facilius exemplaribus pictis quam uelit operis speciem deformare ualeat : « il faut qu’il possède la science du dessin afin de pouvoir représenter plus facilement à l’aide de modèles peints l’aspect qu’il veut donner à son ouvrage » (trad. Ph. Fleury, C. U. F., 1990). Sur la formation de l’architecte, cf. l’article de M. Moro Ipola, supra, p. 159-176.

34  Vitruve, I, 1, 7 : « La philosophie dote l’architecte d’une âme noble et fait en sorte qu’il ne soit pas arrogant, mais plutôt accommodant, juste, loyal et sans avidité, ce qui est une très grande chose ; en effet, aucun ouvrage ne peut être réalisé sans loyauté et sans probité ; que l’architecte ne soit pas cupide, que les profits ne soient pas sa seule préoccupation, mais qu’il protège sa dignité avec fermeté pour garder une bonne réputation » (trad. Ph. Fleury, C. U. F., 1990). La philosophia de Vitruve se compose de l’éthique et de la physique, définie immédiatement après : « En outre, la philosophie traite de la science de la nature, que l’on appelle en grec physiologia ».

35  Il s’agit d’animo magno, aequus et fidelis, sine auaritia, cupidus, grauitate, dignitatem. Voir Vitruve, I, 1, 7 et note ad loc., C. U. F., 1990, p. 83-84.

36  Si l’on ne trouve pas le terme adrogans dans les Devoirs, il figure en revanche dans le De l’orateur. L’arrogance est illustrée dans Vitruve, II, praef. par la figure de l’architecte Dinocrate, qui y est aussi qualifié de cupidus.

37  Des devoirs III, 82. Ses composantes, comitas, iustitia et liberalitas, trouvent un écho dans toute la série des qualités énoncées ici par Vitruve.

38  Cicéron n’emploie ce nom qu’à propos des femmes, même s’il applique l’adjectif castus à la vertu masculine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Courrént, « Tenuitas cum bona fama : éthique et architecture dans le De architectura de Vitruve », Cahiers des études anciennes, XLVIII | 2011, 219-263.

Référence électronique

Mireille Courrént, « Tenuitas cum bona fama : éthique et architecture dans le De architectura de Vitruve », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVIII | 2011, mis en ligne le 28 mai 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/330

Haut de page

Auteur

Mireille Courrént

Université de Perpignan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org