Navigation – Plan du site
Lectures de Vitruve de la Renaissance à nos jours

Polydore Virgile, De inuentoribus rerum III, 7-14 : une histoire de l’architecture sans traités ni architecte ?

Martine Furno
p. 237-253

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Polydore Virgile, postérité, Vitruve
Haut de page

Texte intégral

1Les « recueils d’inventeurs » sont un type particulier d’encyclopédie qui a connu une vogue certaine à la Renaissance, vogue portée par le mouvement général de retour aux sources antiques, et de recherche des origines au-delà d’un Moyen Âge jugé improductif. Cette démarche heurématique produit des ouvrages comme le De inuentoribus rerum de Polydore Virgile, qui se trouvent au croisement de l’encyclopédie, de l’anthropologie et de l’histoire. En effet, le souci des origines, l’identification des « premiers », n’a de sens dans les recueils d’inventions que dans son rapport au présent, c’est-à-dire dans la construction ou la recomposition d’une histoire au terme de laquelle l’auteur définit sa propre place et celle de ses contemporains. Le De inuentoribus rerum ne fait pas exception, et il révèle, sur la question de l’architecture et plus généralement des arts que nous appelons aujourd’hui « beaux », une perception intéressante parce qu’hétérogène, faite d’ancien et de moderne.

2Les chapitres sur l’architecture de cette encyclopédie, où le lecteur moderne ne trouve pas forcément ce à quoi il s’attendrait, c’est-à-dire du Vitruve à foison, m’ont paru intéressants tant au titre de ce qu’ils utilisent de l’auteur antique qu’au titre de ce qu’ils n’utilisent pas : on verra que la composition d’une histoire des arts selon un compilateur philologue et non architecte se fait le signe d’une période transitoire, où les codes traditionnels sont partiellement remis en question, mais où ceux d’une nouvelle évaluation des arts ne sont pas encore entièrement acquis.

I. L’auteur et son œuvre

3Polydore Virgile est né en 1470 environ à Urbino, et est mort au même endroit en 1555, mais cette immobilité n’est qu’apparente, puisque entre ces deux dates, il a beaucoup voyagé, et surtout beaucoup vécu en Angleterre.

  • 1  Sur le Cornu Copiae de Perotti, voir M. Furno, Le Cornu Copiae de Niccolò Perotti : culture et mét (...)

4D’une famille de philosophes et d’universitaires, il se forme à Padoue essentiellement, et à Bologne peut-être. Ordonné prêtre au plus tard en 1496, il est aussi secrétaire du duc d’Urbino Guidubaldo de Montefeltro, et camérier du pape Alexandre VI. Ses premières œuvres sont liées à ses origines urbinates, puisqu’il est d’abord le procurateur d’une édition du Cornu copiaede Perotti, en 1496, à Venise, réalisée sur le manuscrit de cette œuvre qui était conservé dans la bibliothèque d’Urbino, où Perotti l’avait dédicacé à Federico di Montefeltro1. Ce premier travail a eu une grande importance pour Polydore Virgile, car il lui a fourni au moins partiellement la matière, et peut-être l’idée, de plusieurs de ses ouvrages. En effet, Polydore Virgile a largement utilisé les ressources documentaires que lui offrait le dictionnaire de Perotti pour rédiger en 1498 le Prouerbiorum libellum, recueil d’adages à la façon de ce qui allait être l’ouvrage d’Érasme, ce qui d’ailleurs provoquera plus tard une querelle entre les deux hommes, Polydore Virgile accusant Érasme de l’avoir plagié. Un an après, en 1499, Polydore publie à Venise un autre ouvrage utilisant le Cornu copiae, le De inuentoribus rerum, qui aura une très grande fortune et une très grande diffusion, comme beaucoup des ouvrages encyclopédiques de ce temps.

5La vie de Polydore Virgile entre 1502 et 1535 est faite d’allers et retours entre l’Angleterre et le continent, au rythme d’allers et retours en grâce auprès de Jules II puis Léon X pour lesquels il exerce diverses charges diplomatiques. Il publie aussi en 1534 une Historia Anglica, qui lui aurait été commandée par Henri VII, et où il sert les ambitions dynastiques du roi en introduisant parfaitement la récente dynastie Tudor dans l’histoire du pays. Il vit de manière stable en Angleterre entre 1535 et 1553, honoré par Henri VIII dont il suit les réformes religieuses, puisqu’en 1536, il approuve, comme la majorité du clergé, les articles de la réforme imposée par le roi, puis en 1547 ceux portant sur la communion sous les deux espèces, qui sont les piliers dogmatiques de l’anglicanisme. Il prépare néanmoins son retour en Italie, et rentre à Urbino en 1553, pour y mourir deux ans plus tard.

  • 2  Les principales éditions voulues ou revues par l’auteur sont les suivantes : 1499, Venezia, Cristo (...)

6Le De inuentoribus rerum peut être, d’une certaine façon, considéré comme une œuvre de jeunesse de Polydore Virgile. La princeps vénitienne de 1499 comporte trois livres « techniques » ou « anthropologiques », dont le texte est ensuite constamment revu par l’auteur dans diverses éditions, et augmenté, en 1521, de cinq livres (on obtient donc une édition en huit livres au lieu de trois au départ), portant sur les origines du christianisme et de ses rites, De initiis institutorum rei Christianae. Le texte sera encore retouché par Polydore Virgile lui-même au cours de différentes éditions, essentiellement bâloises, parues de son vivant jusqu’en 15532.

7Cette encyclopédie est très révélatrice des aspirations de son temps, et son succès le montre bien. Une centaine d’éditions paraissent jusqu’au XVIIIe siècle, souvent revues et corrigées par d’autres que Polydore Virgile, mort depuis longtemps, et traduites en langue vernaculaire : français, anglais, italien, espagnol, allemand, mais aussi, tardivement, russe et polonais. Comme souvent dans ces matières, les plus tardives de ces reprises, faites sous le titre de De inuentoribus rerum et le nom de Polydore Virgile, sont quelquefois bien loin de l’original : mais c’est là la preuve que ce titre et l’auteur sont en soi un argument de vente, et que l’ouvrage est en fait très vite devenu un manuel universel de connaissance du monde, du passé, de l’Antique, mais aussi indirectement du présent.

II. Organisation du De inuentoribus rerum et place des chapitres sur l’architecture

8Les chapitres autour du thème de l’architecture, de ses origines, et des auctores de ses diverses réalisations composent toute la seconde partie du livre III, et couvrent les chapitres 7 (de origine architecturae) à 14 (chapitre sur l’origine de nombreux outils nécessaires à la construction). Cette place, alors que deux plus courts chapitres sur la sculpture et la peinture se trouvent à la fin du livre II, mérite attention et quelques explications sur la construction d’ensemble de l’œuvre.

9Comme beaucoup d’encyclopédies ou dictionnaires de ce temps, le De inuentoribus rerum est bâti en fonction de deux principes, l’un que j’appellerai générateur fonctionnel, et l’autre générateur dysfonctionnel. Le premier fournit l’idée démonstrative d’ensemble qui sous-tend l’œuvre. En effet, le De inuentoribus rerum cherche à donner une image construite et universellement valide de l’activité humaine, et commence donc par évoquer les activités intellectuelles de l’homme telle qu’elles sont traditionnellement classées pour un groupe restreint, c’est-à-dire les intellectuels : tout le livre I est en fait l’examen des origines des principales activités de l’esprit à partir du classement des disciplines universitaires et des artes de la faculté : religion et langage, puis grammaire, art poétique, histoire, rhétorique, musique, philosophie, astrologie, géométrie et mathématique, médecine, magie et nécromancie. Le livre II se consacre ensuite à des sujets concernant un groupe plus large, cimenté par une société aristocratique ou aulique : le droit et les régimes politiques, le comput, les livres, l’art militaire et ses corollaires comme l’équitation et les honneurs militaires, les ornements du luxe (parfums, or, argent, bijoux, verre et cristal) et les ornements des arts, c’est-à-dire la sculpture et la peinture. Le troisième livre enfin parcourt les deux activités fondamentales de l’humanité, dont la nécessité ou l’utilité valent pour tous, c’est-à-dire l’agriculture dans les six premiers chapitres, puis l’architecture. Selon ce principe, c’est donc en toute logique que la sculpture et la peinture, arts d’agrément, sont éloignés de l’architecture, qui reste une technique de première nécessité, différence sur laquelle je reviendrai.

  • 3  III, 13, 14 : horum operum[scil. theatrorum]magnificentiae iam iungatur thermarum luxuria.

10Ce que j’appelle principe générateur dysfonctionnel vient en concurrence à cette première structure. Il s’agit du phénomène très simple et récurrent que l’on trouve dans toutes les encyclopédies ou dictionnaires de ce temps, innocente manie de leurs auteurs : le goût de la compilation ou de la collection induit un empilement des notices juxtaposées souvent les unes aux autres par association d’idées. Le principe est générateur en ce qu’il alimente la matière de l’ouvrage : ainsi, uniquement à l’intérieur des huit chapitres sur l’architecture, nous voyons le chapitre sur les obélisques s’enchaîner via l’idée « Égypte » à celui sur les pyramides (III, 10 ; III, 11), et le chapitre « théâtres » se terminer par un appendice sur les thermes uniquement à partir d’une connotation moralisante sur laquelle je reviendrai également. La phrase introductive de cet appendice, « Qu’à la magnificence des théâtres se joigne désormais la luxure des thermes »,présente clairement une démarche de juxtaposition plutôt qu’une construction logique, et pouvait lier n’importe quoi d’autre qui soit connotatif de magnificentia et luxuria3

  • 4  Voir III, 15, sur la navigation, enchaînant sur le commerce (III, 16), enchaînant sur la prostitut (...)

11Cet exemple montre en quoi le principe est aussi dysfonctionnel, puisqu’il crée de multiples ajouts, excursus, notules philologiques, qui vont distendre la structure première appuyée sur le principe fonctionnel. Le cas des théâtres et des thermes fait sans doute simplement apparaître dans le texte la fiche thermae classée juste à la suite de la fiche theatri dans la boîte à fiches de l’auteur. Mais d’autres cas provoquent des écarts plus notables, ou au fond plus drôles, comme les derniers textes du livre III : après l’agriculture et l’architecture, Polydore Virgile a placé quatre chapitres, le premier sur la navigation, le suivant, qui lui est explicitement lié comme de cause à effet, sur le commerce, le troisième en découlant probablement sur la prostitution et se finissant lui-même sur le port de la barbe chez les hommes (la connexion se fait via une notice sur les coiffures féminines). Le dernier chapitre de tout l’ouvrage est en quelque sorte le bouquet final de l’encyclopédiste collectionneur, car il est consacré aux inventions dont on ne connaît pas les inventeurs, lesquels sans Polydore resteraient privés de l’hommage qui leur est dû, comme, entre autres, l’inventeur des étriers et celui du béret4.

III. Structure interne et finalité des chapitres sur l’architecture

  • 5  De inuentoribus rerum III, 11, 5-6 : la polémique court sur les deux paragraphes et porte sur l’ét (...)
  • 6  De inuentoribus rerum III, 12, 5. Dans ce chapitre, tenté par un humanisme chrétien rappelant celu (...)

12Les huit chapitres sur l’architecture ont donc une place logique dans l’ensemble des trois livres, mais n’échappent pas au dysfonctionnement : outre la succession des théâtres et des thermes par association d’idées, on y repère aussi une note textuelle et polémique avec Ermolao Barbaro sur l’établissement du texte de Pline à propos des obélisques5, une réflexion moralisatrice sur l’utilisation contemporaine des églises comme asiles6, et partant de la description des pyramides, une compilation là encore plus juxtaposée que construite sur les différents rites funéraires possibles, se terminant sur l’origine de l’oratio funebris (III, 10). Pour ce dernier exemple cependant, l’empilement ne distend que l’intérieur du chapitre, le plus long des huit qui portent sur l’architecture ; considéré dans l’ensemble de ces huit parties, ce chapitre est ancré dans une organisation plus réglée qu’il ne semble à première lecture.

  • 7  De inuentoribus rerum III, 7, 3 : Sed iam ad aedificiorum diuersi generis autores transeamus :« Ma (...)
  • 8  De inuentoribus rerum III, 8, 3 : Marcus uero Lepidus primus omnium limina ex Numidico marmore in (...)

13En effet, le premier de ces huit chapitres est générique et traite de origine architecturae; sa dernière phrase annonce le plan de la suite, c’est-à-dire l’examen des différentes sortes d’édifices7. Cette étude n’est pas concentrée sur la construction en elle-même, ni sur ses techniques ou ses règles qui n’intéressent guère le philologue : professant sans toutefois l’expliciter une conception globale de l’histoire de l’humanité où situer l’homme contemporain, Polydore est plus intéressé par ce que les bâtiments révèlent ou créent dans ce que nous appellerions le domaine anthropologique. Chaque type de bâtiments est donc le point de départ d’une notice sur l’activité qui lui est liée : en III, 8, la liste des matériaux de construction (boue, pierre, marbre) se termine sur des remarques reprises à Pline sur le luxe de Rome8 ; en III, 9 la construction des maisons débouche sur celle de la cité, sur la vie sociale et la religion ; en III, 10 les rites funéraires suivent l’évocation des tombeaux ; en III, 13 les différents genres dramatiques suivent l’évocation des théâtres, et diverses remarques sur l’hygiène des Romains celle des thermes… Cette organisation est bien un principe fonctionnel ici ; le principe dysfonctionnel qui va à sauts et gambades ne fait qu’allonger telle ou telle série de curiosités chez différents peuples, ou ajouter quelque notule philologique.

  • 9  III, 9, 8 : nam ut ab ouo (ueluti dicitur) incipiam : « pour commencer, comme on dit, depuis l’œuf (...)
  • 10 Verum ego huiusmodi rerum inuentionem uerius, ut opinor, Cain aut Seth[…] assignarim[…]teste Ioseph (...)

14La présentation cependant de toutes ces notices n’est pas neutre et participe elle aussi au projet d’ensemble. Polydore Virgile a comme but d’instaurer une chronologie depuis les plus lointains fondements des choses, ab ouo9, chronologie qui doit être exacte, dans une visée d’humanisme chrétien, et morale. Cela implique donc de rétablir notamment, toutes les fois où cela est possible ou nécessaire, l’antériorité de l’Antiquité biblique par rapport à l’Antiquité classique, et la présentation des sources est orientée à cette fin. En effet, Polydore Virgile commence en général par présenter les sources classiques du sujet qu’il traite, toujours latines et grecques quand elles existent dans les deux langues. Pline lui fournit une grande part de la matière, ainsi que Vitruve, Tite Live, Virgile et Servius, et pour les Grecs Strabon, Diodore ou Hérodote. Mais ces sources classiques sont dans un second temps corrigées par l’histoire vétérotestamentaire, citée non tant directement qu’à travers l’autorité de Flavius Josèphe ou Eusèbe le plus souvent. Ces rectificatifs sont introduits de manière récurrente par des formules que Polydore Virgile présente comme son opinion personnelle : « Mais pour moi, comme je le pense, j’assignerais plus vraisemblablement l’invention de choses de ce genre à Caïn ou Seth, selon le témoignage de Flavius Josèphe dans le premier livre des Antiquités» (III, 8, 2) ou « Tout cela, je pense, a été inventé par la suite, selon Flavius Josèphe dans le premier livre des Antiquités » (III, 9, 3)10.

  • 11  Non eo tamen inficias eos quos ex autoritate Plinii prodidimus uspiam deinceps haec primos docuiss (...)
  • 12  Notamment en III, 7, 3 : Atque eo rem paulatim ad artem, id est architecturam, deductam ferunt : « (...)

15Ces références vétérotestamentaires visent à fonder un temps judéo-chrétien primordial par rapport à l’Antiquité classique, mais qui n’est pas contradictoire avec elle. En effet, à la fin du paragraphe III, 8, 2, après avoir établi au temps de Caïn l’existence de matériaux de construction diversifiés, Polydore Virgile termine sa démonstration sur une remarque qu’il pourrait répéter en bien d’autres passages : « Je ne conteste pas cependant que les auteurs que j’ai produits d’après l’autorité de Pline aient été les premiers ensuite de quelque manière à enseigner ces matières »11. Il ne s’agit pas de placer les temps premiers et l’Antiquité classique en contradiction ou en rivalité, mais en continuité, dans une conception téléologique où l’humanité avance paulatim, autre adverbe qui apparaît plusieurs fois12, dans un dynamisme historique sous-tendu par la notion de progrès, même si elle n’est vraiment explicitée à aucun endroit de l’œuvre.

  • 13  Ad Iohannem Mattaheum Vergilium fratrem § 2 p. 20 (B. P. Copenhaver, ed.) : Quod equidem fecit ut (...)
  • 14  Lettre à Odassio § 7 p. 6 (B. P. Copenhaver, ed.) : ego solus de rerum inuentoribus scribere ausus (...)

16Cette manière de procéder n’est pas sans visée idéologique et moralisante. La plupart des passages cités ci-dessus sont présents dès 1499 : parfois retouchés ensuite sur des détails, ils annoncent la matière des cinq livres ajoutés en 1521, De initiis institutorum rei Christianae, dont la préface Ad Ioannem Matthaeum fratrem fixe les buts. Devant les origines diverses des rites chrétiens, origines tant juives qu’autres, Polydore Virgile a pensé faire œuvre utile « en montrant les origines de toutes les choses de cette sorte qui touchent à la religion, pour qu’apparaisse plus clairement lesquelles ont été introduites par le Sauveur, lesquelles par les apôtres, lesquelles ensuite par les évêques, ou lesquelles par d’autres »13. Cette chronologie des choses de la religion est bien l’aboutissement logique du projet de rétablir dans leurs droits, pour tous les domaines de l’activité humaine, les autorités antérieures au paganisme classique. Un auteur comme Pline, le seul avant lui à s’être intéressé aux origines comme Polydore le dit dans la préface à Odassio14, ne saurait être incriminé pour une méconnaissance des textes Sacrés qu’il ne pouvait de toutes les façons pas lire ; mais les progrès de l’humanité via le christianisme permettent de le compléter.

IV. Une histoire de l’architecture sans traités ni architecte ?

17Le texte de Polydore est donc une histoire téléologique de l’architecture, qui, curieusement pour un lecteur moderne ou pressé, est assez peu redevable aux deux traités d’architecture que Polydore Virgile pouvait connaître, c’est-à-dire le De architectura de Vitruve et le De re aedificatoria d’Alberti.

  • 15  En dehors du chapitre III, 7 sur les origines de l’architecture, voir De inuentoribus rerum III, 9 (...)

18Mais la mince place de Vitruve sur le volume global du texte n’est peut-être pas si étonnante : le De inuentoribus rerum et le De architectura ne poursuivent pas les mêmes centres d’intérêt, et les techniques de construction,on l’a vu, ne sont pas fondamentales pour le De inuentoribus rerum. En conséquence, Vitruve n’est cité que lorsqu’il fournit lui-même des données historiques ou des anecdotes, c’est-à-dire sur les origines de l’architecture, puis sur celle des temples, sur le Mausolée d’Halicarnasse, et sur l’invention de l’équerre15. De plus, dans le chapitre 7 qui traite de la naissance de l’architecture et inaugure l’ensemble, Polydore Virgile utilise Vitruve pour une lecture personnelle qui ne reflète pas exactement l’idée exprimée dans l’original antique.

  • 16  Cf. De inuentoribus rerum III, 7, 1 : postea reperto igne, ut Vitruuius De architectura placet, co (...)
  • 17  Cf. De inuentoribus rerum III, 7, 1 : ut homines quorum ad quiuis intenditur ingenium ualet nouis (...)
  • 18  Voir De inuentoribus rerum III, 9, 1 : Mortales ab initio conditis per rura casis, ut dictum est, (...)
  • 19  Cf. De inuentoribus rerum, III, 7, 3 : Vnde deinceps non modo casas sed domos ex lateritiis pariet (...)
  • 20  Pour le passage des thermes aux théâtres, voir De inuentoribus rerum, III, 13, 14, et supra n. 3 ; (...)

19L’architecture et ses développements font en effet l’objet chez Polydore d’un jugement moral qui, pour être parfois présent chez Pline, ne se trouve pas dans le texte de Vitruve remployé ici. Polydore Virgile utilise notamment la notion de commoditas, reprise du début du livre II du De architectura, pour expliquer les premiers rassemblements humains autour du feu16 : cette commoditas qui stimule l’intelligence par l’émulation17 et crée le premier lien social pas à pas18, est positive tant qu’elle fait avancer les hommes vers l’amélioration de leur habitat et même vers le plus grand ornement lorsqu’il est destiné à la religion. Mais là où chez Vitruve ce processus, que Polydore ne reprend que partiellement dans les mêmes termes, se conclut, sans évocation des temples et sans jugement négatif, par l’utilisation des dons de la nature à l’augmentation de la uoluptas et des élégances de la vie19, cette même uoluptas est stigmatisée dans le De inuentoribus rerum. L’utilisation du marbre, les théâtres, et surtout les thermes où le plaisir et la luxure l’emportent sur la seule hygiène, deviennent autant de signes que la uoluptas n’a pas lieu d’être dans la construction des bâtiments. Outre le lien connotatif déjà cité de la magnificence et de la luxure qui permet de passer des théâtres aux thermes, toute la description de ces derniers est ponctuée de remarques plus ou moins explicitement moralisatrices et réprobatrices : en III, 13, 15, après avoir rappelé que des empereurs ont quelquefois cherché leur popularité dans la promiscuité des thermes avec la plèbe, Polydore ajoute : « on y admettait aussi les femmes, instrument propre au plaisir ». Cette remarque rapide mais visiblement sourcilleuse est complétée à la fin du chapitre par une autre, habilement réécrite à partir de Pline qui l’appliquait aux Pyramides : « À tel point les princes de Rome semblent avoir recherché avec une folle démence les tentations de tous les plaisirs, avec une dépense si grande et qui allait servir à si peu de gens »20. L’architecture de Polydore Virgile est morale, non esthétique, et la uoluptas y relève du péché, non d’une recherche légitime de la beauté.

  • 21  L’édition princeps est posthume, mais dédiée à Lorenzo de Medici et préparée par A. Politien, De r (...)

20Ce dernier point explique aussi le silence complet de Polydore Virgile sur le De re aedificatoria d’Alberti, paru en 1485, rapidement diffusé, et qui n’a pas de raison d’être inconnu à Polydore21. Il est aussi un élément pour comprendre pourquoi son histoire de l’architecture, déjà peu fondée sur les traités canoniques, ignore aussi, plus paradoxalement encore, la figure de l’architecte.

  • 22  Voir Vitruve, I, 3, 2 ; II, 1, 1 et 7.
  • 23  L’Art d’édifier, prologue, p. 47 ; De re aedificatoria, f°2r° p. 7 : namque ea[scil. architectura](...)
  • 24  L’Art d’édifier, prologue, p. 47 et note 3. De re aedificatoria, f°2r° p. 7 : Sed antequam ultra p (...)

21La simple lecture du prologue du De re aedificatoria fait en effet apparaître les écarts entre l’encyclopédie de Polydore et le traité d’Alberti : une architecture conçue sans uoluptas esthétique est totalement étrangère à Alberti, qui, à partir des expressions vitruviennes de commoditas ou utilitas et uoluptas ou uenustas22, déclare que « l’architecture est d’une parfaite commodité pour les usages publics et privés, d’un très grand agrément pour le genre humain, et n’occupe pas le dernier rang de dignité parmi les principaux arts »23. Cette dernière remarque pourrait être le seul point commun entre Alberti et Polydore, mais les conséquences que l’un et l’autre en tirent restent divergentes. Alberti en effet, immédiatement après avoir posé cette évaluation de l’architecture, enchaîne, comme Vitruve le faisait en commençant le De architectura, sur le personnage central de son traité et de sa réflexion : « Mais avant d’aller plus loin, j’estime qu’il me faut expliquer qui donc je voudrais voir reconnaître comme architecte ». Cette déclaration, comprise aujourd’hui comme « l’acte de naissance de l’architecte libéral »24, est dans la droite ligne des efforts d’Alberti, en cela continuateur de Vitruve, pour élever les praticiens des artes dont il s’occupe, c’est-à-dire le peintre dans le De pictura et l’architecte ici, au rang de liberales ou litterati, au-delà de la définition de techniciens qui a été la leur dans les siècles précédents.

  • 25  De inuentoribus rerum, III, 7, 3 : ar[s], id est architectura,[…] quae aedificandi rationem docet, (...)
  • 26  Voir M. Furno, « De la nécessité des mythes fondateurs : les textes sur l’origine de la peinture à (...)

22L’attitude de Polydore est bien différente : s’il reconnaît, on l’a vu, une place primordiale à l’architecture dans l’histoire universelle de l’humanité en l’accolant à l’agriculture, après avoir défini cette architecture comme « la technique […] qui enseigne le raisonnement pour bâtir »25, il cherche les autores des différentes sortes d’édifices sans pour autant s’intéresser aux praticiens purs de l’architecture. Les concepteurs premiers des bâtiments ne sont pas en effet ce que nous appellerions des architectes, et leur nom reste attaché comme autorité à l’idée plus qu’à la réalisation du bâti : Polydore s’intéresse aux créateurs d’une idée de bâtiment, à ce que cette idée génère ensuite dans la marche de l’humanité, mais il ignore visiblement l’architectus en tant que penseur. Cette attitude ne lui est pas propre : elle est encore celle de beaucoup de lettrés de son temps, surtout dans les années de la fin du XVe siècle où ont été rédigés les trois premiers livres du De inuentoribus rerum, dont Polydore retouche ensuite des détails, mais dont il ne modifie pas l’organisation d’ensemble. Cela dit, à partir des années 1520, cette conception commence à vieillir, et elle semble même en retrait par rapport au texte du De inuentoribus rerum II, 24 sur la peinture que j’ai étudié ailleurs26. Polydore ajoute en effet en 1521 à ce chapitre un éloge appuyé de Raphaël, qui semble avoir totalement intégré l’image et la conception d’un peintre non plus faber mais liberalis, hautement placé dans l’estime sociale.

23Force est donc de constater, pour conclure la description de ce texte, que l’architecte n’est pas perçu par Polydore Virgile sur le même pied d’égalité que le peintre. Sans doute l’extrême renommée de Raphaël chez ses contemporains, et l’inévitable sentiment communal de Polydore qui ne manque pas de souligner que Raphaël est urbinate, y sont-ils pour quelque chose. Mais au-delà de ces données, la peinture, peut-être parce qu’elle est perçue comme agrément et ornement de cour, semble avoir gagné une sorte d’aristocratie des arts en même temps qu’elle sert l’aristocratie sociale, et qu’elle a sa place au livre II du De inuentoribus rerum. L’architecture, peut-être parce qu’elle reste ancrée, quel que soit l’agrément possible et aristocratique qu’on lui demande, dans une sorte d’utilitas universelle, est pour Polydore encore une affaire collective de mechanici. Quelle que soit l’émergence rebattue de l’individu à la Renaissance, elle ne se fait visiblement pas au même rythme dans tous les domaines, et il faudra attendre le XVIIe siècle pour que tous nos « beaux arts » soient véritablement devenus « libéraux » aux yeux de tous les philologues.

Haut de page

Notes

1  Sur le Cornu Copiae de Perotti, voir M. Furno, Le Cornu Copiae de Niccolò Perotti : culture et méthode d’un humaniste qui aimait les mots, Genève, Droz, 1995.

2  Les principales éditions voulues ou revues par l’auteur sont les suivantes : 1499, Venezia, Cristoforo de Pensis ; 1521, Basel, J. Froben ; 1524, Basel, J. Froben ; 1525, Basel, J. Froben ; 1532, Basel, J. Bebel ; 1536, Basel, J. Bebel ; 1540, Basel, M. Isengrin ; 1545, Basel, M. Isengrin ; 1550, Basel, M. Isengrin ; 1553, Basel, J. Parcus pour M. Isengrin. La première édition française en 8 livres est due à R. Estienne, en 1528, et est fondée sur l’édition bâloise de 1521. La seule édition moderne est la suivante : Polydore Vergil, On Discovery, texte établi et traduit par B. P. Copenhaver, Cambridge / Londres, Harvard University Press, 2002. Les références au texte de Polydore Virgile données ci-dessous sont celles de cette édition. La traduction française de tous les textes latins, anciens et modernes, me revient, à l’exception de celle du De re aedificatoria de L. B. Alberti, dont les références sont mentionnées infra n. 21.

3  III, 13, 14 : horum operum[scil. theatrorum]magnificentiae iam iungatur thermarum luxuria.

4  Voir III, 15, sur la navigation, enchaînant sur le commerce (III, 16), enchaînant sur la prostitution, les Bacchanales, les coiffeurs et les barbiers (III, 17). Seul III, 18 sur les inventeurs inconnus est sans connexion construite avec les chapitres précédents. Dans ce dernier, les étriers sont traités en III, 18, 5 et le béret en III, 18, 6.

5  De inuentoribus rerum III, 11, 5-6 : la polémique court sur les deux paragraphes et porte sur l’établissement et la compréhension du texte de Pline, XXXVI, 74 : Tertius est[scil. obeliscus] Romae in Vaticano Gai et Neronis principum circo — ex omnibus unus omnino fractus est in molitione —, quem fecerat Sesosidis filius Nencoreus. Après avoir donné son avis extra omnem controuersiam sur le nombre d’obélisques évoqués par Pline, Polydore s’attaque à Barbaro : Quod demiror Hermoleum Barbarum, uirum utique sagacissimi ingenii, non animaduertisse, prasertim cum paulo superius admonuisset undecimo capite eiusdem trigesimisexti Plinii uoluminis ubi Nuncoreus inscriptus est, legendum esse Sesotridis, non Sesotidis : « Cela, je m’étonne que Ermolao Barbaro, homme extrêmement sagace en tout point, ne l’ait pas remarqué, surtout qu’un peu plus haut, au chapitre 11 du même livre XXXVI de Pline, où est signalé Nuncoreus, il avait averti qu’il faut lire Sesotridis et non Sesotidis ».

6  De inuentoribus rerum III, 12, 5. Dans ce chapitre, tenté par un humanisme chrétien rappelant celui d’Érasme, Polydore n’est pas sans regard critique sur certaines pratiques de l’Église qui l’a formé. Le texte décrit et juge l’usage contemporain du droit d’asile dans les églises : fondé non sur le modèle de l’asylum de Moïse, qui abrite les homicides involontaires ou ceux qui sont injustement poursuivis, mais sur celui de Romulus, qui couvre toute délinquance, l’asile contemporain est jugé trop laxiste et favorise le mal. Polydore Virgile reproche clairement à l’Église de s’appuyer en quelque sorte sur l’autorité païenne en contradiction avec l’autorité biblique, citée ici directement dans un verset de l’Exode (21, 14). Cette remarque, qui met en avant l’autorité vétérotestamentaire, rappelle l’attitude conciliante que Polydore Virgile a eue envers la Réforme anglicane, que cette sympathie ait été due à des convictions personnelles fortes ou à une saine prudence politique, ou aux deux.

7  De inuentoribus rerum III, 7, 3 : Sed iam ad aedificiorum diuersi generis autores transeamus :« Mais passons désormais aux auteurs des édifices de différents genres ».

8  De inuentoribus rerum III, 8, 3 : Marcus uero Lepidus primus omnium limina ex Numidico marmore in domo posuit — magna reprehensione : « Mais Marcus Lepidus le premier de tous a fait poser dans sa maison des seuils en marbre de Numidie — à la réprobation générale » ; cf. Pline, XXXVI, 49 : M. Lepidus Q. Catuli in consulatu conlega primus omnium limina ex Numidico marmore in domo posuit magna reprensione.

9  III, 9, 8 : nam ut ab ouo (ueluti dicitur) incipiam : « pour commencer, comme on dit, depuis l’œuf ».

10 Verum ego huiusmodi rerum inuentionem uerius, ut opinor, Cain aut Seth[…] assignarim[…]teste Iosepho in primo Antiquitatum[…] ; Quae quidem omnia postea inuenta puto[…] autore Iosepho in primo Antiquitatum.

11  Non eo tamen inficias eos quos ex autoritate Plinii prodidimus uspiam deinceps haec primos docuisse.

12  Notamment en III, 7, 3 : Atque eo rem paulatim ad artem, id est architecturam, deductam ferunt : « et de cette façon, on raconte que la chose en vint peu à peu à la technique, c’est-à-dire l’architecture » ; et en III, 9, 1 : Mortales[…] paulatim inter se coeundo : « les mortels, en se rassemblant peu à peu entre eux […] ».

13  Ad Iohannem Mattaheum Vergilium fratrem § 2 p. 20 (B. P. Copenhaver, ed.) : Quod equidem fecit ut putarim me operae pretrium facturum si origines eiusmodi rerum omnium quae ad religionem pertinerent proderem quo luculentius constaret quas Seruator, quas apostoli, quas deinde episcopi quasue alii introduxerint.

14  Lettre à Odassio § 7 p. 6 (B. P. Copenhaver, ed.) : ego solus de rerum inuentoribus scribere ausus sum, quod nemo ante me praeter Plinium particulatim tentat:« moi seul ai osé écrire sur les inventeurs, ce que personne avant moi n’avait tenté dans le détail, hormis Pline ».

15  En dehors du chapitre III, 7 sur les origines de l’architecture, voir De inuentoribus rerum III, 9, 5 : At Vitruvius Pythium architectum primum omnium Priene aedem Mineruae fecisse tradit : « Mais Vitruve rapporte que l’architecte Pythius le premier de tous fit à Priène un temple à Minerve », renvoyant à Vitruve, I, 1, 12 ; De inuentoribusIII, 10, 10 : De quo[Mausoleo]etiam meminit Cicero, Lucanus, Gellius et Vitruuius : « Cicéron, Lucain, Aulu-Gelle et Vitruve le mentionnent aussi », renvoyant à Vitruve, II, 8, 10-11 ; et De inuentoribusIII, 14, 3 : Inuentum Pythagorae esse Vitruuius libro 9 dicit : « Vitruve dit au livre IX que [l’équerre] a été inventée par Pythagore », renvoyant à Vitruve, IX, praef. 6.

16  Cf. De inuentoribus rerum III, 7, 1 : postea reperto igne, ut Vitruuius De architectura placet, cognitaque eius commoditate ad teporem propter uim frigoris arcendam, propius accedentes, in unum plures conuenire coeperunt : « après la découverte du feu, comme il plait à Vitruve dans le De architectura, et après avoir reconnu sa commodité pour réchauffer et éloigner la force du froid, ils s’approchèrent et commencèrent à se rassembler à plusieurs en un seul groupe », et Vitruve, II, 1, 1 : postea re quieta propius accedentes cum animaduertissent commoditatem esse magnam corporibus ignis teporem[…] : « après que la flamme eut été apaisée, ils s’approchèrent, comme ils avaient remarqué que la chaleur du feu était d’une grande commodité pour leurs corps ».

17  Cf. De inuentoribus rerum III, 7, 1 : ut homines quorum ad quiuis intenditur ingenium ualet nouis inuentionibus gloriantes et aliis aliis deinde ostendentes aedificia informare[…] coeperint : « de sorte que les hommes, dont l’intelligence vaut quel que soit l’objet auquel elle tend, se glorifiant de leurs nouvelles inventions et les montrant ensuite les uns aux autres, commencèrent à former des édifices », et Vitruve, II, 1, 3 :cum essent autem homines imitabili docilique natura, cotidie inuentionibus gloriantes alius alii ostendebant aedificiorum effectus, et ita exercentes ingenia certationibus in dies melioribus iudiciis efficiebantur : « comme les hommes étaient d’une nature portée à l’imitation et à l’instruction, se glorifiant tous les jours de leurs inventions, ils se montraient les uns aux autres les réalisations des édifices, et exerçant ainsi leurs intelligences par l’émulation, ils amélioraient de jour en jour leurs jugements ».

18  Voir De inuentoribus rerum III, 9, 1 : Mortales ab initio conditis per rura casis, ut dictum est, paulatim inter se coeundo e fera agrestique uita ad mansuetiores mores peruenerunt, tunc primum uinculo quodam societatis simul uiuentes oppidum, hoc est locum muris munitum, aedificarunt : « les mortels, après avoir construit depuis le début des baraques à travers la campagne, comme on l’a dit, s’assemblèrent peu à peu entre eux, et, d’une vie sauvage et agreste, parvinrent à des mœurs plus douces ; alors, vivant ensemble par une sorte de premier lien social, ils édifièrent un oppidum, c’est-à-dire un lieu protégé de murs ».

19  Cf. De inuentoribus rerum, III, 7, 3 : Vnde deinceps non modo casas sed domos ex lateritiis parietibus et lapide structas tum deorum templa quam ornatissima facere coeperunt : « à partir de là, ensuite, ils commencèrent à faire non seulement des baraques, mais des maisons aux murs de brique et construites en pierre, puis des temples les plus ornés possible », et Vitruve, II, 1, 7 : non casas sed etiam domos fundatas et latericiis parietibus aut e lapide structas materiaque et tegula tectas perficere coeperunt[…] Posteaquam animaduerterunt profusos esse partus naturae et abundantem materiae copiam ad aedificationes ab ea comparatam, tractando nutrierunt et auctam per artes ornauerunt uoluptatibus elegantiam uitae : « ils commencèrent à réaliser non des baraques, mais des maisons avec des fondations, construites avec des murs de brique ou de pierre et couvertes d’un matériau et de tuiles […] Après qu’ils eurent remarqué la profusion des dons de la nature, l’abondance des matériaux préparés par celle-ci pour l’édification, ils les entretinrent et en prirent soin, puis, grâce aux techniques, augmentèrent et ornèrent l’élégance de leur vie ». Voir le commentaire de P. Gros à ce passage dans Vitruve, De architectura II, C. U. F., 1999, p. 76 : « Il est remarquable que l’idée du progrès, et de l’accroissement général du bien-être qui en découle, ne débouche pas chez Vitruve sur le thème de la luxuria. […] Le raffinement des arts enrichit la vie, il ne la corrompt pas ».

20  Pour le passage des thermes aux théâtres, voir De inuentoribus rerum, III, 13, 14, et supra n. 3 ; en III, 13, 15, la remarque sur les femmes, admittebantur et mulieres, idoneum uoluptatis instrumentum, est propre à Polydore bien qu’inspirée de Perotti, dont viennent littéralement les remarques sur les empereurs (N. Perotti, Cornu copiae, texte établi par J. L. Charlet, Sassoferrato, Istituto di Studi Piceni, 1990, p. 2, 348 et 353) ; pour la dernière phrase, adeo uesana dementia omnium uoluptatum quaesisse tentamenta uidentur Romani principes cum tanto impendio tam paucis profuturo, cf. Pline, XXXVI, 93 : fabulae Etruscae tradunt[…] uesana dementia, quaesisse gloriam inpendio nulli profuturo : « les fables des Étrusques racontent […] qu’avec une folle démence ils ont recherché la gloire, avec une dépense qui ne servirait à personne ».

21  L’édition princeps est posthume, mais dédiée à Lorenzo de Medici et préparée par A. Politien, De re aedificatoria libri decem, Florence, N. Alemano, 1485. Les citations du texte latin et de ses références renvoient à l’édition bilingue latin-italien de G. Orlandi & P. Portoghesi, Milan, Il Poliphilo, 1966 ; la traduction et ses références sont reprises de L. B. Alberti, L’Art d’édifier, traduction et annotation de P. Caye & F. Choay, Paris, Le Seuil, 2004.

22  Voir Vitruve, I, 3, 2 ; II, 1, 1 et 7.

23  L’Art d’édifier, prologue, p. 47 ; De re aedificatoria, f°2r° p. 7 : namque ea[scil. architectura]quidem[…] et publice et priuatim commodissima et uehementer gratissima generi hominum est et dignitateque inter primas non postrema.

24  L’Art d’édifier, prologue, p. 47 et note 3. De re aedificatoria, f°2r° p. 7 : Sed antequam ultra progrediar, explicandum mihi censeo quemnam haberi uelim architectum.

25  De inuentoribus rerum, III, 7, 3 : ar[s], id est architectura,[…] quae aedificandi rationem docet, ratio étant la capacité intellectuelle à réfléchir sur l’édification.

26  Voir M. Furno, « De la nécessité des mythes fondateurs : les textes sur l’origine de la peinture à la fin du XVe siècle », in V. Leroux (ed.), La mythologie classique dans la littérature néo-classique. Hommages à Geneviève et Guy Demerson, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2011, p. 359-380.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Furno, « Polydore Virgile, De inuentoribus rerum III, 7-14 : une histoire de l’architecture sans traités ni architecte ? », Cahiers des études anciennes, XLVIII | 2011, 237-253.

Référence électronique

Martine Furno, « Polydore Virgile, De inuentoribus rerum III, 7-14 : une histoire de l’architecture sans traités ni architecte ? », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVIII | 2011, mis en ligne le 28 mai 2011, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/332

Haut de page

Auteur

Martine Furno

Université Stendhal Grenoble 3, CERPHI, ENS LSH, Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org