Navigation – Plan du site
Lectures de Vitruve de la Renaissance à nos jours

Une variation autour de Vitruve. L’« esthétique architecturante » des milieux curiaux français sous François 1er

Olivier Deloignon
p. 283-302

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Selon un document du 3 janvier 1492 aujourd’hui perdu.
  • 2  Budé a annoté un exemplaire du texte de Vitruve à partir des remarques de F. Giocondo. Voir L. Cia (...)
  • 3  Voir A. Tura, Fra Giocondo & les textes français de géométrie pratique, Genève, Droz, 2008, p. 16.
  • 4  Trois éditions incunables existent, chez Herolt vers 1486, à Rome ; une édition anonyme florentine (...)
  • 5  G. Germann, Vitruve et le vitruvianisme, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romand (...)

1La métaphore désignant l’architecture comme un langage fait partie des lieux communs du discours renaissant. En France, les origines de cette figure, souvent associée à l’imagerie symbolique des régnants, reposent sur la redécouverte du texte vitruvien à l’aube de la Renaissance. Le premier mouvement est impulsé peu après le retour de l’expédition napolitaine de Charles VIII en 1495, par l’un des « gens de mestier » italiens ramenés à la suite du roi, Fra Giovanni Giocondo. À Paris, Giocondo, « Architectus »1 et philologue antiquaire commente Vitruve dans le cercle constitué autour de Germain de Ganay, promoteur de l’humanisme, correspondant de Marsile Ficin, conseiller du roi. C’est l’occasion pour Guillaume Budé2, Lefèvre d’Étaples, Jacques Toussaint et Josse Bade, entre autres, de profiter des éclaircissements techniques et philologiques d’un grand érudit sur un texte à l’âpreté technique notoire3. De retour en Italie, Giocondo collabore activement avec Alde Manuce et Giovanni Tacuino chez lequel il publie, en 1511, la première version illustrée et quatrième édition imprimée du De architecturade Vitruveen date4. Mais, malgré les liens de Giocondo avec l’élite humaniste française, cette édition n’a pas eu un impact immédiat sur le vitruvianisme naissant5.

  • 6  L’ouvrage n’est de loin pas inconnu au Moyen Âge, cependant, ce sont les variations proposées par (...)
  • 7  Vitruve, I, praef. et livre VI (trad. Cl. Perrault, Paris, Coignard, 1673), sauf indication contra (...)

2La véritable réception du De architectura6 aboutissant à la genèse d’une esthétique architecturante dans les milieux curiaux français s’est opérée à partir d’un ouvrage paraissant le 28 avril 1529, le Champ fleury. De même que l’idée de Vitruve était de ratifier la légitimité du nouveau régime impérial par l’architecture édilitaire7 de même le Champ fleury est à l’usage des responsables politiques et intellectuels de la nouvelle dynastie française. Il reflète l’esprit des débuts du règne de François 1er, moment où l’architecture réelle mais aussi symbolique acquiert une importance primordiale en tant qu’enjeu et monstration du pouvoir. C’est un traité sur la proportion des lettres dont le texte s’inspire directement du De architectura, auquel il emprunte nombre de notions. C’est à ce titre que nous allons nous intéresser à ce traité d’application pratique destiné à un public lettré sans être érudit, l’ouvrage traduisant la position d’un humaniste proche des milieux curiaux ayant fait le voyage d’Italie.

I. L’architecture intellectuelle du Champ fleury

3Les textes d’application pratique sont relativement courants à la Renaissance. Comme tous les ouvrages de ce genre, le Champ fleuryporte plusieurs significations s’entrecroisant : une valeur intellectuelle liée à ses contenus propres, un sens culturel attaché plus spécifiquement à la manière dont l’auteur se met en jeu par rapport aux destinataires de son écrit, à la manière dont il met en œuvre la connaissance qu’il cherche à transmettre, enfin une dimension pratique plus ou moins fonctionnelle.

  • 8 S. Morison, Early Italian Writing-Books. Renaissance to Baroque, Londres, The British Library, 1990
  • 9  Vingt-deux ouvrages sur le sujet sont publiés jusqu’en 1540, quarante-huit autres y sont consacrés (...)
  • 10  Dans le même ouvrage que le manuscrit de la version italienne de Vitruve réalisée selon les vœux f (...)
  • 11  Vitruve fait de même dans son traité. P. Gros, « Vitruve. De architectura, introduction générale » (...)
  • 12  O. Deloignon, « Le livre renaissant où comment s’est construite et pensée la beauté du livre », in(...)
  • 13  M. Viallon, « Éditions de Marcus Pollio Vitruvius (90-20 av. J.-C.) au XVIe siècle », in M. Viallo (...)
  • 14  Chez O. Mallard, en 1535. Chez V. Gaultherot, en 1549.

4Bréviaire de la création consacré à la juste proportion des lettres antiques, le Champ fleury est muni d’un privilège royal exorbitant. L’ouvrage s’inscrit a priori dans la droite lignée des traités pratiques sur les lettres romaines publiés en Italie8 et en Allemagne. Le goût des lettres romaines trouve son origine dans l’étude des inscriptions antiques, partie intégrante de la culture intellectuelle architecturale antiquaire du début du XVIe siècle9. On doit par exemple à Giovanni Giocondo un traité sur la manière de tracer les capitales épigraphiques à l’antique analogue au Champ fleury dont un fragment est aujourd’hui conservé à Munich10. Contrairement à ses homologues, le Champ fleury propose et revendique11 une démarche esthétique singulière. Le livre traite de ... Lart & Science de la deue & vraye Proportion des Lettres Attiques, qu’on dit autrement Lettres Antiques, & vulgairement Lettres Romaines proportionnées selon le Corps & Visage humain. Ce canon de beauté s’inspire des idéaux théoriques que sont le De architectura de Vitruve et le De re aedificatoriad’Alberti12 dont l’édition parisienne de 1512 est préparée par l’auteur polymathe du Champ fleury, Geofroy Tory13. À l’instar de Vitruve, Tory propose un double postulat, sortir la connaissance architecturale, entendue comme fondement culturel de l’humanisme, du milieu étroit des spécialistes afin de s’adresser au public cultivé et doter le règne de François 1er d’un outil intellectuel à la hauteur de ses ambitions politiques et militaires. Il est réédité deux fois dans la première moitié du XVIe siècle14 puis tombe en désuétude.

  • 15  W. Kemp envisage que G. Tory ait pu jouer un rôle éditorial dans l’édition du Vitruve de 1523 à Ly (...)
  • 16  « En grammaire, les éléments premiers qui, comme nous disons, sont les lettres […] », Gregorius Re (...)
  • 17  Pour désigner la rhétorique, le latin emploie les termes eloquentiaou ars dicendi.
  • 18  Pour une analyse de cette idée chez Vitruve, cf. supra l’article de M. C. Calcante, p. 119-139.

5La pensée renaissante postule tirer ses principes de la culture antique ; pour cela elle s’attache à respecter une « correction » qui, se fondant sur Vitruve, réinvente un langage antique grammaticalement conforme. Tory qui connaît bien les auteurs d’architecture — il édite Alberti et peut-être Vitruve15 — s’appuie sur ces sources. Comme Alberti, il emprunte les fondements théoriques de l’art oratoire pour construire son propos. De même que dans les manuels de grammaire, les lettres constituent le préambule à l’apprentissage et jouissent donc du privilège d’introduire toute étude sur les langues16, de même la théorie artistique dépend entièrement de la codification de la rhétorique17, dont les fondements sont étendus aux arts figuratifs. À la grammaire succède logiquement l’art oratoire, l’architecte étant volontiers assimilé à l’orateur18. Cette transposition repose sur le principe que « L’architecture est une science qui doit estre accompagnée d’une grande diversité d’estudes & de connoissances […] » (Vitruve, I, 1, 1), c’est pourquoi l’architecte doit posséder et être en mesure de juger de tous les autres arts. Partant de ce postulat, le Champ fleury qui souhaite régénérer le substrat antique va littéralement transposer le dispositif théorique du De architectura, afin de construire un champ culturel à l’humanisme français.

  • 19  À la suite de Guillaume Budé, les humanistes français se considèrent comme des héraclides, Françoi (...)
  • 20  Dans le De Asse, G. Budé insiste sur la nécessité de se former à l’éloquence afin de s’ouvrir la v (...)
  • 21  Y. Pauwels, « Architecture, rhétorique et création littéraire au XVIe siècle », in A. Thomine-Berr (...)
  • 22 Champ fleury, folio II v°.

6Tout d’abord Tory s’emploie à restaurer l’éloquence gallique19, descendante directe de l’art oratoire des Grecs20, évoquée par les auteurs antiques et reprise par Guillaume Budé dans les Annotations aux Pandectes(1508). Elle est symbolisée par l’Hercule gallicusqui entraîne avec lui une foule dont les oreilles sont reliées à sa langue par une chaîne d’or, mythe exhumé de l’auteur grec Lucien (Lucien de Samosate, Préface ou Hercule). Rappelons que Giulio Romano ou Guillaume Philandrier, à leur tour, placent l’architecte sous l’égide du dieu de l’éloquence21, Mercure ; Tory considère quant à lui que « Entre nous Francois nous natribuons point loraison a Mercure come vous faictes en Grece, Mais nous lapplicquons a Hercules, pource quil est beauco[u]p plus robuste »22.

  • 23  Selon G. Tory, l’épigraphie livre d’ailleurs des inscriptions en hébreux et en grec à Paris, ce qu (...)
  • 24  De re aedificatoria (L’Art d’édifier) VI, 1, trad. P. Caye & F. Choay, Paris, Seuil, 2004. L’ouvra (...)

7Le recours à la langue vernaculaire et à ce mythe national, à une époque où le latin reste la langue intellectuelle par excellence, est à comprendre comme un acte politique23. Tory se fait d’ailleurs le défenseur de Vitruve qui usait du latin et d’un peu de grec, à l’encontre d’Alberti24 :

  • 25 Champ fleury, folio I v°.

Ie ne lairray [laisserais] a escrire en Francois comme homme francois, les auertissant que Vitruue fut iadis repins & mocque, pource que luy nestant Grec de natiuite, escriuoit en vocable grecs, come lon peut encore veoir en la plusgrande partie des dictions & vocables des utils [outils] & autres choses darchitecture desquelz en son liure a faict mention25.

8L’admiration de Tory pour Vitruve ne s’arrête pas là.

II. L’architecture culturelle du Champ fleury

  • 26  Dans la classification des arts libéraux néoplatoniciens, l’architecture côtoie la poésie, la rhét (...)
  • 27 Champ fleury, folio XIX r° alinéa 3.
  • 28 Champ fleury, folio VII r°. Pour cette notion chez Vitruve, cf. supra l’article de M. Courrént, p. (...)

9Le réveil de l’éloquence gallique s’accompagne de celui de la poésie et de l’architecture26, trois genres majeurs pratiqués des Anciens. La lettre en est le véhicule principal, conduisant de l’objet inerte, de ce qui est dénué de valeur, à la matière à la fois organique et inorganique, qui vibre et rayonne dans l’art du discours, la littérature et l’architecture. Le modèle canonique architectural vitruvien implique que les lettres « Attiques veulent sentir l’architecture »27 afin de s’intégrer pleinement dans la construction universelle. Pour cela, il restitue à la langue une forme graphique en rapport avec ses origines et ses buts élevés sur le modèle de la grammaire des architectes. Elle débute par la bienséance, le decorum, c’est-à-dire la convenance des formes extérieures d’un édifice dont la construction donne l’idée de sa destination. Pour Tory, la bienséance s’exprime dans les lettres attiques et non antiques ou romaines car les Athéniens, glorieux ascendants des Gallo-grecs en ont usé les premiers28. Pour Tory comme pour Vitruve, « il faut avoir égard à l’Estat des choses, qui est appelé en grec Thematismos [en grec θεματισμός], à l’Accoutumance & à la Nature » (I, 2, 5).

  • 29  D. Rabouin, Mathesis Universalis. L’idée de « mathématique universelle » d’Aristote à Descartes, P (...)

10C’est ainsi qu’il peut montrer que tous les ouvrages de la nature, comme ceux dont il conçoit la réalisation sont gouvernés par une beauté harmonieuse à caractère universel, l’eurythmie. L’Eurythmie c’est « la beauté de l’assemblage de toutes les parties de l’œuvre qui en rend l’aspect agreable, lorsque la hauteur répond à la largeur, & la largeur à la longueur, le tout ayant la juste mesure [symétrie] » (Vitruve, I, 2, 3). Cette symmetria dans le sens aristotélicien29 est selon Vitruve, « le rapport que tout l’œuvre a avec ses parties, & celuy qu’elles ont séparément à l’idée du tout, suivant la mesure d’une certaine partie » (Vitruve, I, 2, 4). Ce rapport mathématique qui s’établit entre tous les membres d’une construction et entre eux-mêmes et la totalité à laquelle ils appartiennent, à partir de proportions simples (II, 1, 4) est nommé Lart & Science de la deue & vraye Proportion par Geofroy Tory. La symétrie dans cette acception manifeste son origine vitruvienne en ce qu’elle traduit une conformité stylistique. Comme chez Vitruve, elle est rapportée au corps, le modèle extérieur, idéal et premier : « Car de mesme que dans le corps humain, il y a un rapport entre le coude, le pied, la paume de la main, le doigt & les autres parties : Ainsi dans les ouvrages qui ont atteint leur perfection, un membre en particulier fait juger de la grandeur de tout l’œuvre » (Vitruve, I, 2, 4).

  • 30  « Si donc la nature a composé le corps de l’homme de manière que les membres répondent dans leurs (...)
  • 31 Champ fleury, fol. XXXIIII v°.
  • 32  Il évoque également la division en six parties chez Vitruve, qu’il rejette pour cause d’imperfecti (...)
  • 33 Champ fleury, folios XVI v° & XVII r° et Vitruve, III, 1, 2.

11Pour Tory comme pour Vitruve cette symmetria implique l’adoption d’un système proportionnel, chaque partie devant être à l’égard des autres comme une partie du corps de l’édifice à l’égard du tout30. C’est-à-dire qu’il est inscriptible dans un ordre naturel, un cercle et un carré, il est commensurable à l’aide du compas et de la règle, principe pris littéralement de l’homo bene figuratus (Vitruve, III, 1, 2). Règle et compas permettent de « cognoistre [connaître] la raison & verite de bonnes choses »31. Tory recourt alors à une figure anthropomorphe fondée sur son modèle, « Pour myeulx encores perseverer, Ie veulx cy dire & montrer que nosdictes lettres Attiques ont si bien este proportionnees des Anciens quelles ont en elles proportion de corps humain […] Nous ferons doncques selon Vitruve ung Quarre qui sera divise en la forme que cy devant, Cest a dire, en dix corps de largeur, & autant de haulteur32, Lesquelles largeur et haulteur de dix corps sont contenues chascune pour soi entre unze lignes, & dedans cedit Quarre sera designe ung homme aiant bras estandus, & pieds ioingts »33.

  • 34 Champ fleury, folio XVII v°.
  • 35  L. B. Alberti envisage le même développement concernant l’édifice, cf. L’Art d’édifier I, 9, 67.
  • 36 Champ fleury, A III r°.
  • 37  Reprise par Nicolas de Cues dans Idiota de mente 2, III, 490 : l’homme est la mesure de tout ce qu (...)

12Cette division canonique est subdivisée en membres, « cest a dire, de nombre, de points, & de lignes consistant en esgalle partition [paire] & inesgalle [impaire] »34 comme l’est le corps humain mais aussi le bâtiment35. Parce que « La Nature des Lettres, Lesquelles sont faictes au Modele du Corps humain, est destre en [Raison de Nature] requise & droitte veue / sus bout / & en son entier »36 selon la formule de Protagoras37. Cette double technique de composition permet à Tory d’imiter par l’intellect, par la cogitatio, le processus de génération naturel. Art mimétique au sens platonicien du terme, son esthétique, comme l’art, peut reproduire la nature par l’eurythmie.

  • 38  N. Catach, L’Orthographe française à l’époque de la Renaissance, Genève, Droz, 1968, p. 31-37 et 4 (...)
  • 39  Selon Beatus, le corps de la grammaire est à l’image du corps de l’homme.

13Tory s’applique alors à développer une explication mathématique fondée sur Euclide, Lucas Pacioli et Charles de Bovelles définissant un module de base à partir duquel les autres parties sont des multiples ou des sous-multiples. Cette stratégie vise, à l’instar du Théétète (147d-148b), à traiter l’incommensurabilité dans le cadre de la commensurabilité sous la forme d’une recherche portant sur les nombres parfaits (Vitruve, III, 1, 5). Cependant, bien que Dieu semble s’être exprimé par l’intermédiaire de Vitruve, c’est un auteur païen. Tory doit le moraliser. Pour cela il montre que derrière la semblance des choses se cache une senefiance, une signification spirituelle que Dieu y a placé mais que les Anciens ne pouvaient pas percevoir. Puis il pointe que la multiplicité mobile et diffuse du monde qui s’exprime dans la « dérive » des langues comme dans l’évolution des architectures s’oppose à l’immobilité et l’immuabilité à laquelle aspire l’âme de l’homme vertueux qui souhaite atteindre le Bien38. La vocation morale et didactique de son traité s’exprime par le recours à l’allégorie qui s’emploie à élever le lecteur, intellectuellement et spirituellement vers un plus haut sens. Les lettres réunies en mots et phrases dans un livre peuvent reproduire l’édifice, lequel imite son modèle : l’homme39.

III. La preuve par l’image

14Afin de démontrer son raisonnement théorique, Tory propose diverses illustrations, la première qui nous intéresse étant présentée ainsi :

  • 40 Champ fleury, fol. XVI v°, il renvoie à Vitruve, III, 1, 4 : « Si donc la nature a tellement compos (...)

I ay cy dessoubz figure ung corps humain selon mon petit entendement. Ie ne suis pas ignorant que Vitruvius prince des autheurs darchitecture & batimens, naye moult bien compasse & proportione ledit corps humain, comme on peut veoir au premier chapitre, du III Livre de son architecture, ou il parle. De sacrarum ædium compositione, & symmetrijs, & corporis humani mensura40.

  • 41  « Le centre du corps est naturellement au nombril : Car si à un homme couché & qui a les mains & l (...)
  • 42 Champ fleury, fol. XLVI v°.
  • 43  Chez Ioannis de Tridino alias Tacuino, à Venise.
  • 44  Chez Philippo di Giunta à Florence.
  • 45  Chez Joanne Antonio et Piero Fratelli da Sabio.

15La figure de son homme s’inscrit dans deux figures géométriques simples, le cercle et le carré. A priori, c’est la confirmation de la fonctionnalité de son raisonnement et de sa parfaite adéquation avec le texte vitruvien. Tory s’appuie évidemment sur le texte originel41 mais il affirme s’inspirer aussi du dessin de Léonard conservé aujourd’hui à l’Accademia de Venise dont il déclare avoir vu une copie par Jean Perréal42. Il faut bien convenir effectivement que les représentations paraissant à la fois dans le Vitruve de Giocondo en 151143, celui de Giunta en 1513 et 152244, la contrefaçon anonyme probablement lyonnaise de 1523 et l’édition vénitienne de 152445, présentent toutes deux figures séparées, mais elles sont très dissemblables de celles de Tory, l’une d’un homme inscrit dans un cercle, l’autre dans un carré, dans les deux cas, les jambes écartées.

16Le dessin de Léonard superpose quant à lui les deux figures, jambes serrées et écartées, le carré et le cercle en un seul dessin, ce qui l’oblige à déplacer le centre géométrique de l’une à l’autre lorsqu’il déplace ce pivot du pubis au nombril. Il obtient ainsi une figure très singulière dont le carré est décalé vers le bas par rapport au cercle, l’un ne s’inscrivant pas dans l’autre. Mais ce n’est pas tant chez Vinci qu’il faut chercher l’inspiration graphique de Tory que dans l’édition italienne de Cesarino parue chez Gotardus da Ponte, à Côme en 1521. Elle présente des illustrations, aux folios XLVIIIIr° et Lr°, très similaires aux figures de Tory notamment une représentation les jambes serrées dans un carré et les jambes écartées dans un cercle, lui-même contenant un carré rétréci.

  • 46 Champ fleury, fol. XVII v°.
  • 47 Champ fleury, fol. XVII v° & XVIII v°.
  • 48  Champ fleury, fol. XVII r° à XIX r°.

17Le cercle et le carré dans lesquels Tory inscrit son personnage sont des représentations symboliques renvoyant à l’image du monde. C’est ainsi que l’homme pieds joints et bras étendus est associé aux neuf muses et à Apollon, figures de l’inspiration divine, tous tenant dans un carré. Le centre de son dispositif se trouve « au milieu du penyl droit sus le membre genital »46. L’homme étendu bras et jambes écartés quant à lui, se trouve dans un « Quarre racourcy » afin de faire correspondre le carré et le cercle. Cette fois, ce sont les sept arts libéraux et Apollon qui sont associés à la figure, images de la connaissance humaine, le centre en est marqué par l’omphalos, le « nombryl de lhome »47. Pour Tory, il symbolise la trace originelle réitérée de la signature de Dieu, image du Bien et milieu du monde. Il conclut que la participation à la beauté consiste en une information de la matière par la forme48. La figure vitruvienne de l’homme inscrit dans un cercle et un carré symbolise la sympathie mathématique entre le micro et le macrocosme.

  • 49  Theorica et pratica…, Venise, 1514.
  • 50  De diuina proportione, Venise, 1509.
  • 51 La operina da imparare…, Rome, 1524.
  • 52  La traduction latine de l’ouvrage de Dürer ne paraît qu’en 1532. G. Tory n’a donc pas lu l’Underwe (...)
  • 53  Rappelons que Dürer séjourne comme G. Tory à Bologne où il semble être en contact avec Lucas Pacio (...)
  • 54 Champ fleury, folio XIII v°.

18La définition du module régissant ses proportions lui permet de consacrer un passage à la critique des autorités antérieures : Sigismondo Fanti49, Lucas Pacioli50 et Ludovico Vicentino51. Il s’attarde sur l’Underweysung der messung52 d’Albrecht Dürer qu’il admire et dont il commente consciencieusement certains passages53 et tire des enseignements des galeries de Bramante au Vatican54. Ces ouvrages, à l’exception du dernier, présentent des lettres construites à partir de cercles et de carrés. Tory, comme son modèle vitruvien et leur archétype pythagoricien, fonde la proportion sur un module décimal, nombre dont Aristote nous apprend qu’il : « semble être une chose accomplie et embrasser l’ensemble de la nature des nombres » (Métaphysique, 986a 8, trad. M.-P. Duminil et A. Jaulin, Garnier Flammarion, 2008), ce qui est confirmé par Vitruve : « La division mesme des mesures de tous les ouvrages a esté prise sur les parties du corps humain ; comme sont le doigt, le palme, le pié, la coudée : & ces divisions ont esté reduites à un nombre parfait que les Grecs appellent Telion [τέλειον]. Or ce nombre parfait étably par les anciens est Dix […] » (Vitruve III, 1, 5).

  • 55  « Ie ne veulx icy encores laisser a dire ung beau segret de Virgile qui est en la segonde Eglogue (...)
  • 56  Appelé corps et constitué d’un carré d’un dixième de la largeur de la lettre.
  • 57  Numerus. Qui correspond chez G. Tory au nombre de lettres de l’alphabet, à leur largeur, ainsi qu’ (...)
  • 58  Finitio. C’est-à-dire la correspondance entre les lignes qui dénombrent les dimensions — longueur, (...)
  • 59  Collocatio. Qui dépend d’une faculté innée à l’âme des hommes. Toutes les parties de l’ouvrage doi (...)

19Poursuivant sa démonstration, Tory s’applique à prouver, à l’imitation de Vitruve et Alberti, que son dispositif correspond à la« deue & vraye proportion »qui règle l’accord et l’union des parties d’un tout dans un édifice, l’harmonie55. Elle existe en ce qu’une unité est censée se répartir également partout, grâce à la proportion et à la symétrie, c’est-à-dire grâce à un calcul effectué à partir de l’un des éléments de l’ensemble, qui sert de module56 et dont la totalité est régulée par la concinnitas. Trois critères sont déterminants : le nombre57, la délimitation58, enfin la position59, la concinnitasétant la qualité résultant de leur union. Tory insère alors les arts libéraux et les Muses, symboles de la commensurabilité dans son schéma, et peut en déduire que toutes les lettres constituées sur ce modèle seront convenablement proportionnées puisqu’elles procèdent du même module, la commensurabilité des parties entre elles et avec le tout est assurée :

  • 60 Champ fleury, folio XIX r°.

Nosdictes lettres Attiques […] desirent sentir en elles avec naturelle raison, toute convenable proportion, & lart darchitecture, qui requiert que le corps dune maison ou dung Palais soit plus eleve depuis son fondement jusques a sa couverture, que nest la dicte couverture, qui represente le chef de toute la maison60.

  • 61 Champ fleury, fol. XIIII v°. Il en donne une illustration figurée pour conclure le second livre, fo (...)

20Cette ordonnance « est ce qui donne à toutes les parties d’un Bastiment leur juste grandeur par rapport à leur usage ; soit qu’on les considere separément, soit qu’on ait égard à la proportion ou symmetrie de tout ouvrage. Cette ordonnance dépend de la Quantité appellée en Grec Poçotes [ποσότης], qui dépend du Module qui a esté pris pour regler l’œuvre entier & chacune de ses parties separément » (Vitruve, I, 2, 2). Tory démontre visuellement son propos en proposant à sa suite une double illustration montrant « comant lordonnance est observee par nombre & mesure, tant en ligne traversant quen ligne perpendiculaire : pour montrer que lusage de toutes Science est & vient principalement par lettres […] »61. L’ordonnance des sciences, les sept arts libéraux, les neuf Muses et Apollon sont réparties harmonieusement dans les deux lettres originelles : I et O.

  • 62  Virgile évoque une flûte à sept tuyaux d’inégale longueur dans la seconde Bucolique. G. Tory défor (...)

21Puis Tory, suivant toujours le développement vitruvien, s’intéresse à la disposition qui découle des nécessités naturelles, c’est-à-dire à la situation des différentes parties, à leur grandeur appropriée aux usages auxquels elles sont destinées (Vitruve, I, 2, 1 et sq). La disposition est figurée sous les traits du flageole de Virgile62, lui-même constitué par un I et un O. Pour Tory, le savoir et la culture forment un tout symbolisé par un cercle, le O attique, qui n’a ni commencement ni fin. Toutes les disciplines humaines s’y retrouvent, se complétant ou se répondant, comme les sections d’un tout, la forme circulaire étant, par elle-même générative de proportions. Selon Vitruve, la disposition est représentée par l’ichnographie, l’orthographie, la scénographie (I, 2, 2). Tory lui emboîtant le pas figure un édifice en vue orthographique uniquement composé de caractères où il montre que la lettre K illustre la rampe en usage dans l’architecture antique tandis que l’assemblage du I, du O et du S figurent l’escalier à vis de l’architecture moderne. Le A représente le pignon de l’édifice et le H permet de visualiser la coupe d’un bâtiment avec ses chambres basses et hautes. Il en déduit que la beauté découle du respect de la nécessité (Vitruve, VI, praef. 6).

  • 63  Représentation d’un édifice par projection horizontale et géométrale sur un plan.
  • 64  Cf. Alberti, L’Art d’édifier I, IV.
  • 65  L’empreinte d’une patte d’Io révèle à Inachus l’identité de sa fille transformée en bovin par Jupi (...)
  • 66  Deux figures intitulées lhomme letre et lhomme scientifique, fol. XXII v° et XXIII v°, illustrent (...)
  • 67  G. Tory connaît le De prospectiua pigendi de Piero della Francesca et le Diuina proportionede Luca (...)
  • 68  « La figure quarree equi angulaire en quadrature est la plus stable et solide, mesmement quant ell (...)

22Poursuivant, il considère les caractères sous forme ichnographique63 ; le I est une galerie ; le L représente des salles et des chambres qui doivent être situées côté Nord afin d’être éclairées d’une lumière uniforme tout le jour et à l’abri du vent de Sud (folio XXv°)64. Le D représente le plan du théâtre antique d’Orange, le O l’amphithéâtre du Colisée à Rome. Ce recours à l’ichnographie renvoie au mythe d’Io qu’il a exposé dans le premier livre65, les Grecs ayant nommé ce mode de représentation en référence à l’empreinte que laisse le pied à terre. Quelques feuillets plus loin, il revient à la notion de decorum, la bienséance, à l’aide d’une figure présentant la concordance des vingt-trois lettres de l’alphabet avec les conduits vitaux et les plus nobles membres du corps humain66. Enfin, la scénographie67 est figurée par un cube68 comportant trois lettres, A, I et F (folio XXv°). Au folio XXIIIIv°, il montre la même gravure « scénographique » agrémentée de trois visages symbolisant les différences physionomiques. Cette démonstration lui permet de prouver que ses lettres respectent les nécessités naturelles à la façon de Vitruve qui imagine l’origine des triglyphes (Vitruve, IV, 2, 2) et d’Alberti qui déduit que la différence des colonnes traduit les particularités locales(L’Art d’édifier VI, 13). La maiestas qui découle du respect de ces nécessités naturelles magnifie l’ouvrage qui les applique et par extension son commanditaire. L’exigence morale reprend le dessus, les règles mises en place par le Champ fleury étant légitimées parce qu’elles répondent à une nécessité supérieure. L’étude et la transposition des lois du monde vivant sont à l’origine des règles de l’art et les justifient. C’est ainsi que les lettres attiques peuvent se détacher de leur modèle et se développer de façon autonome, alors même que les nécessités originelles ont cessé d’exister, tout en conservant leur capacité à assurer la renommée de ce qu’elles transcrivent, tout comme l’entablement dorique en bois s’est exalté dans le marbre des temples (Vitruve, IV, 2, 1-2).

IV. L’esthétique architecturante

  • 69  C. Skenazi, Le Poète architecte en France. Constructions d’un imaginaire monarchique, Paris, Champ (...)
  • 70  Cette dimension orthographique appartient à un plan architectural autant que littéraire. L’éditeur (...)

23Nombreuses sont encore les analogies entre le De architectura et le Champ fleury : nous ne pourrons les traiter toutes dans ce développement. Notons toutefois qu’il revient à Geofroy Tory d’introduire unparallèle entre les principes de l’édification architecturale vitruvienne et la valorisation du royaume et de son souverain69 par la fusion qu’il opère entre l’architecture culturelle et l’architecture intellectuelle de son Champ fleury. Grâce à Tory les lettres attiques deviennent architecturantes d’un texte devenu édifice dans un virtuose jeu d’analogies poétiques70. L’anthropomorphisme des lettres renvoie au livre intérieur, verbe pur et inaltéré, véhicule intellectuel, miroir de l’âme artificieuse qui s’incarne de manière spéculaire dans le livre extérieur, construction donnant corps à l’œuvre et à l’édifice architectural. Le bâtiment, qu’il soit de pierre ou de papier, exalte désormais le pouvoir du souverain en l’inscrivant dans l’éternité.

  • 71  À la fin du règne de François 1er, l’architecture est le paradigme de la culture française. A. Cha (...)
  • 72  Un vocabulaire technique nouveau apparaît à partir de 1540. M. Cagnon & S. Smith, « Le Vocabulaire (...)
  • 73  D. Payot, Le Philosophe et l’architecte. Sur quelques déterminations philosophiques de l’idée d’ar (...)
  • 74 Champ fleury, folio XIX r°.
  • 75  Composition architecturale, typographique ou ornement gravé formant un triangle la pointe en bas ( (...)

24À la suite de la publication du Champ fleury71, le vocabulaire architectural devient usuel dans les milieux intellectuels72. Un lieu commun consiste alors en une mise en parallèle du bâtiment, de l’œuvre d’invention littéraire et de sa mise en scène typographique, tous trois opérant une forme de cristallisation des enjeux qui les régissent. L’analogie formelle entre l’architecture et le livre atteint son paroxysme, la pratique métaphorique de l’édification étant devenue indissoluble d’une réflexion sur la nature de la gloire et sur les formes de sa monstration au prisme du traité vitruvien. Le texte comme la gloire du souverain sont devenus pérennes grâce à la pétrification, fonction première de l’architecture qui transpose dans la noblesse du marbre ce qui était réputé périssable. La page de titre devient alors une façade à l’époque où l’édifice est considéré comme « un médiateur [qui] élève l’âme »73. Les lettres romaines qui « veulent sentir lart d’architecture »74 s’intègrent dans une présentation typographique allégée usant d’une ornementation commune avec les bâtiments à l’antique. La décoration recourt aux pilastres, entablements, candélabres, trophées et frises d’arabesques. Les figures en cul-de-lampe droit ou inversé75 se multiplient dans les pages, rappelant les motifs de pendentifs ou de couronnement. Image et texte s’inscrivent dans une poïétique commune avec l’architecture.

  • 76  L’abeille ou mouche à miel est considérée depuis l’Antiquité comme un attribut de l’éloquence.
  • 77 Champ fleury, fol. LXVII r°.
  • 78  Architecture, ou Art de bien bastir…, traduction de J. Martin, Paris,J. Gazeau, 1547.
  • 79 Champ fleury, folio XX r°.

25Le lettré est désormais appelé, à l’imitation de l’abeille76, à butiner les diverses fleurs de connaissance contenues dans le « champ fleur[i]y »77 afin d’en assembler et disposer ce qui a été recueilli dans les alvéoles d’un rayon selon l’exemple classique des Epistulae morales de Sénèque (LXXXIV, 3-9). La tradition vitruvienne jusque-là disparate et dispersée réunie en vernaculaire dans le Champ fleury a permis de forger une méthode directement transposable graphiquement, elle perdurera jusqu’à la publication de la traduction française du De architectura, en 154778. Tory a fait de l’usager de ses enseignements, à l’instar de l’architecte, l’artiste et le savant par excellence, celui qui met son savoir au service des puissants. Cette particulière acception de Vitruve s’exprime alors dans l’art de poésie puisque les littérateurs développent dorénavant l’ambition de remplir le rôle d’édificateur de l’imagerie et de la symbolique du roi comme l’architecte. Clément Marot, Gilles Corrozet, Pierre de Ronsard et Joachim Du Bellay font de François 1er puis d’Henri II des rois bâtisseurs construisant eux-mêmes leur légitimité et leur renommée. L’éloquence au service de la légitimation de l’autorité politique s’est faite architecture par de curieux détours dans l’œuvre vitruvienne : « Qui en vouldra scavoir amplement, si lise en Vitruve autheur en ce tresexpert, & en Leon Baptiste, Albert Philosophe entre les modernes tressavant »79.

Haut de page

Notes

1  Selon un document du 3 janvier 1492 aujourd’hui perdu.

2  Budé a annoté un exemplaire du texte de Vitruve à partir des remarques de F. Giocondo. Voir L. Ciapponi, « Agli inizi dell’umanesimo francese : Fra Giocondo e Guillaume Budé » inO. Besomi (ed.), Forme e vicende, per Giovani Pozzi, Padoue, Antenore, 1988, p. 101-118.

3  Voir A. Tura, Fra Giocondo & les textes français de géométrie pratique, Genève, Droz, 2008, p. 16.

4  Trois éditions incunables existent, chez Herolt vers 1486, à Rome ; une édition anonyme florentine en 1496 ; chez Simone Bevilacqua, à Venise en 1497.

5  G. Germann, Vitruve et le vitruvianisme, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 1991, p. 38 et sq.

6  L’ouvrage n’est de loin pas inconnu au Moyen Âge, cependant, ce sont les variations proposées par L. B. Alberti et les interprétations de G. Giocondo qui assurent une réception et une compréhension convenable du texte au début de la Renaissance.

7  Vitruve, I, praef. et livre VI (trad. Cl. Perrault, Paris, Coignard, 1673), sauf indication contraire, ce sera la traduction employée dans ce texte. Le découpage renvoie à celui employé dans l’édition de la Collection des universités de France, Paris, Les Belles lettres.

8 S. Morison, Early Italian Writing-Books. Renaissance to Baroque, Londres, The British Library, 1990.

9  Vingt-deux ouvrages sur le sujet sont publiés jusqu’en 1540, quarante-huit autres y sont consacrés jusqu’en 1599. Nombre d’ouvrages du XVIe siècle comprennent par ailleurs quelques planches d’alphabets.

10  Dans le même ouvrage que le manuscrit de la version italienne de Vitruve réalisée selon les vœux formulés par Raphaël et Baldassar Castiglione dans la lettre à Léon X. Ms ital. 37, fol. 90r° à 97v°. A. Tura, op. cit., p. 42 et R. et B. Castiglione, La Lettre à Léon X (Fr. Paolo di Teodoro, ed.), Paris, Les Éditions de l’Imprimeur, 2005.

11  Vitruve fait de même dans son traité. P. Gros, « Vitruve. De architectura, introduction générale », Vitruve et la tradition des traités d’architecture. Fabrica et ratiocinatio, Rome, École française de Rome, 2006, p. 415.

12  O. Deloignon, « Le livre renaissant où comment s’est construite et pensée la beauté du livre », in A. Milon & M. Perelman (eds.) L’Esthétique du livre, approches croisées, Paris, Presses universitaires de Paris X, 2010, p. 17 et sq.

13  M. Viallon, « Éditions de Marcus Pollio Vitruvius (90-20 av. J.-C.) au XVIe siècle », in M. Viallon (ed.), Construire l’espace au XVIe siècle, Actes du XIVe colloque du Puy-en-Velay, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2008, p. 223 et sq.

14  Chez O. Mallard, en 1535. Chez V. Gaultherot, en 1549.

15  W. Kemp envisage que G. Tory ait pu jouer un rôle éditorial dans l’édition du Vitruve de 1523 à Lyon (W. Kemp & S. Richards, « Les contrefaçons lyonnaises de livres d’Aldo Manuzio et le premier traité illustré sur l’architecture imprimé en France : le Vitruve de 1523 », communication inédite dans le cadre des Onzièmes entretiens du Centre Jacques Cartier, qui ont eu lieu à Lyon, les 7-10 décembre 1998).

16  « En grammaire, les éléments premiers qui, comme nous disons, sont les lettres […] », Gregorius Reisch, Margarita Philosophica, Strasbourg, 1515. Cinq matières ont pour dénominateur commun l’usage de sources antiques : grammaire, rhétorique, poésie, histoire et philosophie morale. La grammaire « […] embrasse la connaissance des langues, de la poésie et de l’histoire de l’Antiquité, elle est le fondement de toutes les sciences, sans en excepter les sciences sacrées dont elle est l’introduction », Érasme cité par L. E. Halkin, Érasme parmi nous, Paris, Fayard, 1987, p. 43. Mélanchton donne la primauté à la rhétorique pour les mêmes raisons.

17  Pour désigner la rhétorique, le latin emploie les termes eloquentiaou ars dicendi.

18  Pour une analyse de cette idée chez Vitruve, cf. supra l’article de M. C. Calcante, p. 119-139.

19  À la suite de Guillaume Budé, les humanistes français se considèrent comme des héraclides, François 1er étant assimilé à Hercule. Voir L’Étude des lettres, texte établi et traduit par M.-M. de la Garanderie, Paris, Les Belles Lettres, 1988, p. 48.

20  Dans le De Asse, G. Budé insiste sur la nécessité de se former à l’éloquence afin de s’ouvrir la voie de la transcendance. Lorenzo Valla, dans ses Dialecticae disputationnes, fait de la rhétorique, contre la philosophie aristotélicienne, la discipline indispensable. Politien dans sa Leçon inaugurale sur Quintilien et Stace insiste sur une rhétorique civilisatrice et socialisante.

21  Y. Pauwels, « Architecture, rhétorique et création littéraire au XVIe siècle », in A. Thomine-Berrada & B. Bergdoll (eds.), Actes du colloque « Repenser les limites : l’architecture à travers l’espace, le temps et les disciplines », Paris, INHA, 2005. URL : http ://inha.revues.org/1851.

22 Champ fleury, folio II v°.

23  Selon G. Tory, l’épigraphie livre d’ailleurs des inscriptions en hébreux et en grec à Paris, ce qui tendrait à prouver que les caractères en usage chez les druides gaulois étaient grecs ou hébraïques avant d’être romains. Champ fleury, fol. LXVII r° & v°.

24  De re aedificatoria (L’Art d’édifier) VI, 1, trad. P. Caye & F. Choay, Paris, Seuil, 2004. L’ouvrage dans cette traduction sera désormais identifié L’Art d’édifier.

25 Champ fleury, folio I v°.

26  Dans la classification des arts libéraux néoplatoniciens, l’architecture côtoie la poésie, la rhétorique, la grammaire, la peinture, la musique et l’antique chant de la lyre. La proposition se trouve dans une lettre de Marsile Ficin à Paul de Middelbourg datée du 13 septembre 1492.

Le classement des disciplines chez G. Tory est le suivant : grammaire, dialectique, rhétorique, géométrie, arithmétique, astronomie, musique (cf. Champ fleury, fol. LXV r°).

27 Champ fleury, folio XIX r° alinéa 3.

28 Champ fleury, folio VII r°. Pour cette notion chez Vitruve, cf. supra l’article de M. Courrént, p. 219-236.

29  D. Rabouin, Mathesis Universalis. L’idée de « mathématique universelle » d’Aristote à Descartes, Paris, Presses universitaires de France, 2009, p. 105.

30  « Si donc la nature a composé le corps de l’homme de manière que les membres répondent dans leurs proportions à sa configuration entière, ce n’est pas sans raison que les anciens ont voulu que leurs ouvrages, pour être accomplis, eussent cette régularité dans le rapport des parties avec le tout », Vitruve, III, 1, 4.

31 Champ fleury, fol. XXXIIII v°.

32  Il évoque également la division en six parties chez Vitruve, qu’il rejette pour cause d’imperfection et celle en sept parties chez Martianus Capella qu’il accepte. La proportion dont parle G. Tory est le rapport entre la graisse d’une lettre (son épaisseur) et son corps (sa taille). Pacioli parle parfois de « tête » pour l’épaisseur, s’inscrivant parfaitement dans le canon de Pomponius Gauricus (De sculptura, 1504) et de Varron qui reprend une tradition byzantine du mont Athos qui divise le visage en 3 puis encore en 3. Tory s’insère dans un débat houleux où les partisans du 1/9 (Pacioli) s’opposent au 1/10 (G. Tory), voire aux 1/12.

33 Champ fleury, folios XVI v° & XVII r° et Vitruve, III, 1, 2.

34 Champ fleury, folio XVII v°.

35  L. B. Alberti envisage le même développement concernant l’édifice, cf. L’Art d’édifier I, 9, 67.

36 Champ fleury, A III r°.

37  Reprise par Nicolas de Cues dans Idiota de mente 2, III, 490 : l’homme est la mesure de tout ce qu’il produit, la vérité des productions étant d’être adéquates à leur modèle en l’homme.

38  N. Catach, L’Orthographe française à l’époque de la Renaissance, Genève, Droz, 1968, p. 31-37 et 43-70 ; M.-L. Demonet, Les Voix du signe. Nature et origine du langage à la Renaissance (1480–1580),Paris, Librairie H. Champion, 1992, p. 47 et sq. ; À plaisir. Sémiotique et scepticisme chez Montaigne, Orléans, Paradigme, 2002, p. 17-34.

39  Selon Beatus, le corps de la grammaire est à l’image du corps de l’homme.

40 Champ fleury, fol. XVI v°, il renvoie à Vitruve, III, 1, 4 : « Si donc la nature a tellement composé le corps de l’homme que chaque membre a une proportion avec le tout ; ce n’est pas sans raison que les anciens ont voulu que dans leurs ouvrages ce mesme rapport [harmonique] des parties avec le tout, se rencontrast exactement observé ».

41  « Le centre du corps est naturellement au nombril : Car si à un homme couché & qui a les mains & les pieds étendus, on met le centre d’un compas au nombril, & que l’on décrive un cercle, il touchera l’extremité des doigts, des mains & des pieds : Et comme le corps ainsi étendu, a rapport avec un cercle, on trouvera qu’il est de mesme à un quarré : Car si on prend la distance qu’il y a de l’extremité des pieds à celle de la teste, & qu’on la rapporte à celle des mains étendues, on trouvera que la largeur & la longueur sont pareilles, comme elles sont en un quarré fait à l’Équerre » (Vitruve, III, 1, 3).

42 Champ fleury, fol. XLVI v°.

43  Chez Ioannis de Tridino alias Tacuino, à Venise.

44  Chez Philippo di Giunta à Florence.

45  Chez Joanne Antonio et Piero Fratelli da Sabio.

46 Champ fleury, fol. XVII v°.

47 Champ fleury, fol. XVII v° & XVIII v°.

48  Champ fleury, fol. XVII r° à XIX r°.

49  Theorica et pratica…, Venise, 1514.

50  De diuina proportione, Venise, 1509.

51 La operina da imparare…, Rome, 1524.

52  La traduction latine de l’ouvrage de Dürer ne paraît qu’en 1532. G. Tory n’a donc pas lu l’Underweysung der Messung mais il semble bien l’avoir consulté. Serait-ce par l’intermédiaire de Josse Bade, lui-même en contact avec Froben, l’éditeur d’Érasme, et le milieu de l’édition bâlois ? Quoi qu’il en soit, il commente longuement les gravures des lettres de Dürer dans les folios XIII r° et v° en citant les folios correspondants dans l’édition nurembergeoise de 1528 de l’Underweysung...

53  Rappelons que Dürer séjourne comme G. Tory à Bologne où il semble être en contact avec Lucas Pacioli ou Donato Bramante pour l’apprentissage de la perspective ; voir E. Panofsky, La Vie et l’art d’Albrecht Dürer, Paris, Hazan, 1987. G. Tory connaît bien l’œuvre de Dürer puisqu’il précise au folio AII : « Albert Durer Noble Paitre (sic) Alemant [a mis] en lumiere son art de painture en deseignant [dessinant] Les Corps de Géométrie [Underweysung… 1525], Les rampards de Guerre [Traité sur la fortification des villes… 1527], & les proportions du Corps humain [Vier Bücher von menschlicher Proportion, Nuremberg, 1528] ».

54 Champ fleury, folio XIII v°.

55  « Ie ne veulx icy encores laisser a dire ung beau segret de Virgile qui est en la segonde Eglogue intitulee Alexis, pour monstrer quen lettres & Sciences est insinuee Armonye, laquelle est denotee es sept Ars Libéraulx qui participent & accordent ensemble comme font les voix de Musicque lune avec lautre consonnantes » (Geofroy Tory, Champ fleury, Fol. XVr°). « Mais il est une chose plus importante encore, qui résulte de leur conjonction et de leur liaison, et qui fait briller la face de la beauté d’un merveilleux éclat : nous lui donnerons le nom d’“ harmonie ” […] or l’harmonie a pour fonction et pour fin d’organiser, selon une règle parfaite, et de façon à présenter une correspondance mutuelle, des parties qui sans cela demeureraient par nature distinctes » (L. B. Alberti, L’Art d’édifier IX, V, 814). « Et il faut aussi que les parties qui composent un temple ayent chacune une correspondance convenable [des proportions harmonieuses] avec le tout » (Vitruve, III, 1, 3).

56  Appelé corps et constitué d’un carré d’un dixième de la largeur de la lettre.

57  Numerus. Qui correspond chez G. Tory au nombre de lettres de l’alphabet, à leur largeur, ainsi qu’à l’unité de mesure qu’il nomme le corps et qui correspond à la grosseur de la tête. Champ fleury, folios XII v° et XVII r°.

58  Finitio. C’est-à-dire la correspondance entre les lignes qui dénombrent les dimensions — longueur, largeur et hauteur que Tory appelle mesure et qui est représentée par les différentes superficies des lettres et par le rapport largeur / hauteur qui existe entre elles. Champ fleury, folios XII v°.

59  Collocatio. Qui dépend d’une faculté innée à l’âme des hommes. Toutes les parties de l’ouvrage doivent être placées en leur lieu propre et correspondre à l’ensemble — en nombre et mesure.

60 Champ fleury, folio XIX r°.

61 Champ fleury, fol. XIIII v°. Il en donne une illustration figurée pour conclure le second livre, fol. XVIII v°.

62  Virgile évoque une flûte à sept tuyaux d’inégale longueur dans la seconde Bucolique. G. Tory déforme le mythe puisqu’il imagine un flageole à sept trous. L’image traditionnelle de l’harmonie est la lyre, cf. L’Art d’édifier, I, IX, 69.

63  Représentation d’un édifice par projection horizontale et géométrale sur un plan.

64  Cf. Alberti, L’Art d’édifier I, IV.

65  L’empreinte d’une patte d’Io révèle à Inachus l’identité de sa fille transformée en bovin par Jupiter (Ovide, Métamorphoses I, 566 et sq.). Tory modifie le mythe.

66  Deux figures intitulées lhomme letre et lhomme scientifique, fol. XXII v° et XXIII v°, illustrent son propos.

67  G. Tory connaît le De prospectiua pigendi de Piero della Francesca et le Diuina proportionede Luca Pacioli et les théories sur la perspective en vigueur dans les milieux milanais.

68  « La figure quarree equi angulaire en quadrature est la plus stable et solide, mesmement quant ellest Cube, cest a dire, Justement quarree en six faces comme est ung det », Champ fleury, folio XVIII v°.

69  C. Skenazi, Le Poète architecte en France. Constructions d’un imaginaire monarchique, Paris, Champion, 2003, p. 85 et sq.

70  Cette dimension orthographique appartient à un plan architectural autant que littéraire. L’éditeur de Ladolescence clémentinede Clément Marot (édition de Lyon, 1544) remarque : « Tout ainsi, amy Lecteur, que toute architecture sans sa disposition rend moins belle son Orthographe, tant bien cymmetriée soit elle, pareillement tout œuvre, tant docte ou plaisant soit il, estant de sa deduction frustré, se monstre, et est de faict, plus desplaisant à tout Lecteur que agreable ».

71  À la fin du règne de François 1er, l’architecture est le paradigme de la culture française. A. Chastel, « Le Palais d’Apolidon », Culture et demeures en France au XVIe siècle, Paris, Julliard, 1989, p. 79-116.

72  Un vocabulaire technique nouveau apparaît à partir de 1540. M. Cagnon & S. Smith, « Le Vocabulaire de l’architecture en France de 1500 à 1550 », Cahiers de lexicologie 18 (1971), p. 89-108 et 19 (1971), p. 94-108.

73  D. Payot, Le Philosophe et l’architecte. Sur quelques déterminations philosophiques de l’idée d’architecture, Paris, Aubier Montaigne, 1982, p. 101.

74 Champ fleury, folio XIX r°.

75  Composition architecturale, typographique ou ornement gravé formant un triangle la pointe en bas (droit) ou en haut.

76  L’abeille ou mouche à miel est considérée depuis l’Antiquité comme un attribut de l’éloquence.

77 Champ fleury, fol. LXVII r°.

78  Architecture, ou Art de bien bastir…, traduction de J. Martin, Paris,J. Gazeau, 1547.

79 Champ fleury, folio XX r°.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Deloignon, « Une variation autour de Vitruve. L’« esthétique architecturante » des milieux curiaux français sous François 1er », Cahiers des études anciennes, XLVIII | 2011, 283-302.

Référence électronique

Olivier Deloignon, « Une variation autour de Vitruve. L’« esthétique architecturante » des milieux curiaux français sous François 1er », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVIII | 2011, mis en ligne le 28 mai 2011, consulté le 23 août 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/336

Haut de page

Auteur

Olivier Deloignon

École supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg, EA 3400, ARCHE, Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org