Navigation – Plan du site
Lectures de Vitruve de la Renaissance à nos jours

François Mazois, Vitruve et l’atrium des Romains

Renaud Robert
p. 303-322

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  F. Mazois, Le Palais de Scaurus ou description d’une maison romaine. Fragment d’un voyage de Mérov (...)

1Dans son « roman archéologique », Le Palais de Scaurus, l’architecte français François Mazois fait dire à son héros, le Suève Mérovir, qui s’apprête à décrire à son correspondant Ségimer l’atrium de la demeure romaine de Scaurus1 :

  • 2  F. Mazois, Le Palais de Scaurus, chap. 5, p. 57 dans l’édition publiée chez Firmin-Didot en 1859.

Il me sera sans doute difficile, mon cher Ségimer, de te faire comprendre par une simple description une disposition aussi éloignée de nos coutumes et des distributions de nos habitations, que l’est celle de l’atrium des Romains. Je vais pourtant l’essayer : et si je ne réussis pas entièrement, du moins la nouveauté de ce tableau ne sera-t-elle pas sans quelque intérêt pour vous, aimables habitants des Gaules, à qui les mœurs romaines sont encore si peu connues2.

  • 3  R. Robert, « Le Palais de Scaurus de F. Mazois, une œuvre de fiction au service de l’archéologie n (...)

2Cet avertissement s’adressait tout aussi bien aux lecteurs de l’ouvrage qu’au barbare Ségimer. La question de l’atrium des maisons romaines demeurait l’une des plus controversées chez les savants et les architectes qui s’intéressaient à l’Antiquité à l’époque de F. Mazois. Jusqu’à la divulgation des découvertes de Pompéi et d’Herculanum — divulgation à laquelle F. Mazois eut une part éminente — on ne connaissait des demeures antiques que ce qu’en disait Vitruve au livre VI du De architectura. Or l’interprétation de ce texte, et tout particulièrement celle du chapitre consacré à l’atrium, faisait encore l’objet de débats à la fin du XVIIIe siècle. Bien qu’il eût une connaissance directe des demeures romaines, l’architecte français se reporta d’abord à l’enseignement des textes, en bon héritier des Antiquaires du siècle précédent et tout particulièrement de J.-J. Barthélemy, auquel il emprunta la trame périégétique de son roman historique. On peut même penser que la publication quasi simultanée du roman et des chapitres des Ruines de Pompéi consacrés aux habitations a pour but de faire la preuve de sa profonde connaissance des textes avant d’exposer à ses lecteurs les résultats parfois très, sinon trop novateurs, de ses recherches pompéiennes3.

3Le texte de Vitruve comportait une ambiguïté fondamentale sur laquelle avaient buté ses principaux commentateurs. Rappelons qu’au chapitre 3, 1 du livre VI, l’auteur évoque la nécessité de respecter la ratio symmetriarum afin d’obtenir une disposition à la fois fonctionnelle et harmonieuse de la maison. Il enchaîne (3, 2) alors avec la description des différents types de cauaedium. Or dans sa description du cauaedium tuscanicum, il fait référence à la largeur de l’atrium et c’est également des proportions de l’atrium qu’il part lorsqu’il évoque les dimensions (3, 3) que l’on doit donner non seulement à l’atrium mais aussi au tablinum ou aux fauces. Dans la suite du texte (5, 1), lorsqu’il en vient à opposer aux parties privées (propria loca) les parties accessibles à tous (communia), il énumère parmi ces dernières les uestibula, les caua aedium et les peristylia, mais n’associe plus ensuite (5, 2) les uestibula et les peristylia qu’avec les atria (faciunda sunt uestibula regalia, alta atria et peristylia amplissima). La question était donc de savoir si les termes cauaedium et atrium étaient interchangeables ou désignaient deux types de pièces différents.

  • 4  L’ouvrage de N. Perotti est publié à Venise en 1489 ; N. Perotti, Cornu Copiae, 2, édité par J.-L. (...)
  • 5 P. Pinon, « L’ “ invention ” de la maison romaine par les architectes à l’âge classique », in R. Ch (...)
  • 6  C. Cesariano, Di Lucio Vitruvio Pollione De architectura Libri Dece traducti del Latino in Vulgare (...)
  • 7  A. Palladio, I quattro libri dell’architettura, Venise, Dominico de’Franceschi, 1570, p. 24.

4Les travaux de lexicographie des premiers humanistes n’avaient pas réellement levé la difficulté. Niccolo Perotti ou Francesco Mario Grapaldo avaient donné des définitions différentes pour chacun des deux mots sans rendre véritablement explicite la distinction entre ce qu’ils considéraient sans doute comme deux parties de la maison4. L’objectif des lexicographes était de donner la définition de mots rencontrés chez Vitruve ou chez d’autres auteurs latins, souvent en les paraphrasant, et non de proposer une réflexion globale sur la maison romaine. Chaque terme paraît donc renvoyer à une réalité distincte. Malgré son titre, De partibus aedium, le traité de F. M. Grapaldo n’est pas un traité d’architecture, mais une enquête sur le vocabulaire latin de l’architecture. Comme l’a montré P. Pinon, la majorité des lecteurs postérieurs du traité vitruvien a avalisé la distinction entre atrium et cauaedium5. Toutefois dans son commentaire de 1521, Cesare Cesariano avait compris que cauaedium et atrium désignaient les parties d’un même type d’espace, un cortile doté de portiques6. De la même manière, Andrea Palladio et Daniele Barbaro rapportent à l’atrium les caractéristiques que Vitruve applique au cauaedium7.

  • 8  F. Mazois, Ruines de Pompéi, 2, p. 21. Il cite également la traduction de Daniele Barbaro (p. 19).

5Lorsqu’il rédige ses développements sur la maison romaine, F. Mazois cite essentiellement trois sources qu’il a directement consultées : la traduction commentée du De architectura par Claude Perrault, l’édition de Berardo Galiani et un traité de l’Abbé Márquez consacré à la maison romaine selon Vitruve8.

  • 9  Cl. Perrault, Les Dix livres d’architecture de Vitruve corrigez et traduits nouvellement en França (...)
  • 10  Voir en particulier P. Gros, « La domusromana e la casa di città secondo Andrea Palladio », Pallad (...)

6Cl. Perrault défend, contre A. Palladio et D. Barbaro notamment, la distinction entre le cauaedium qu’il traduit par « cour des maisons » et l’atrium qu’il traduit par « vestibule ». Son commentaire montre que sa conception de l’atrium reposait entièrement sur la reconstitution qui prévalait depuis Fra Giocondo et qui faisait des alae deux nefs latérales en suivant un schéma ouvertement basilical9. Les architectes de la Renaissance avaient su tirer de cette interprétation du texte latin un parti pris architectural qui s’était imposé comme modèle, tant dans la lecture du texte vitruvien que dans les constructions contemporaines10. F. Mazois perçoit fort bien ce que le raisonnement de Cl. Perrault a de circulaire : le sens supposé du texte de Vitruve a influencé l’architecture des Modernes dont les belles réalisations, en retour, font écran entre le texte vitruvien et ses lecteurs.

  • 11  F. Mazois, Ruines de Pompéi, 2, p. 20-21.

Perrault, dans sa traduction de Vitruve, voulut donner une explication des atria selon ses propres idées ; mais comme il n’avait point vu l’Italie, où les ruines nombreuses des monuments de l’Antiquité, une foule d’ouvrages et de traditions conservées, auraient pu l’aider dans ses recherches, il crut que les habitations des Anciens devaient être telles que celles des Français. Il s’égara donc entièrement, tant dans ses dessins que dans l’interprétation des termes employés par Vitruve11.

7On notera que la nouveauté, dans la réflexion de F. Mazois, vient du fait que le texte vitruvien n’est plus examiné par et pour lui-même, mais dans une perspective « archéologique » qui justifie pleinement le recours décisif aux preuves extrinsèques, en l’occurrence les vestiges de l’Antiquité.

  • 12  D. P. Márquez, Delle case di città degli antichi romani secondo la dottrina di Vitruvio, Rome, Pre (...)
  • 13  P. Márquez, Ibid., p. 5-6 : « In secondo luogo : dei cavedii parla Vitruvio come della prima parte (...)
  • 14 Varron, La langue latine, V, 161 ; Festus, XII, 16 (Lindsay) ; P. Márquez, Ibid., p. 17.
  • 15  P. Márquez, Ibid., p. 55 : « Là, a suoi primi tempi usarano i Toscani il fare avanti la porta dell (...)
  • 16 Ibid., p. 63-64 : « Nella casa di prima non vi era della razza dei luoghi patenti, che un cavedio, (...)
  • 17 Ibid., p. 69.
  • 18 Ibid., p. 57 : « Troppo sarebbe da stimarsi, se, come si conservarono i vestigii dei tempii di allo (...)
  • 19 Ibid., p. 63, à propos du cauaedium : « Quel di S. Clemente esce molto di fuori, quel di S. Prassed (...)

8L’ouvrage le plus récent, lorsque l’architecte français commençait ses travaux pompéiens, était celui de Pedro José Márquez, publié à Rome en 1795. Le jésuite mexicain, dont les recherches sur l’architecture antique faisaient autorité, défendait encore les positions traditionnelles12. En bon philologue, il s’efforce de prouver que les mots utilisés par Vitruve (« uestiboli », « cauedii », « peristilii », « atrii ») correspondaient à autant de réalités distinctes13. Son raisonnement se heurte toutefois aux autres sources, Varron et Festus, pour qui les mots cauaedium et atrium semblent désigner un même dispositif architectural. Il conclut, en effet, que la description de l’atrium due à Festus correspond au cauaedium toscan de Varron, non seulement parce que Varron donne au cauaedium tuscanicum et à l’atrium (du nom des Atriates) une origine étrusque, mais également parce que Festus qualifie l’atrium de « genere di fabbrica fatta nel davanti delle case ». Il ajoute : « i cavedii secondo Varrone, essendo luoghi patenti a comun uso di ognuno, non potevano non essere situati fuor della casa e appartenenti ad essa, che sarebbe tra la via pubblica e la casa medesima, cioè nel davanti »14. Ce n’est qu’avec le temps, selon P. Márquez, que les Romains ont conçu deux espaces distincts, le cauaedium, dont Vitruve indiquerait cinq espèces différentes en usage de son temps, et l’atrium. Le premier se situait en façade, le second plus à l’intérieur de la maison. Dans cette perspective, le savant jésuite considère que le uestibulum est une avant-cour, précédant la maison elle-même, le cauaedium un renfoncement en façade (« una specie di nicchione »15), ouvert sur l’extérieur, entièrement couvert d’un toit (testudinatum) ou partiellement découvert (tuscanicum), comportant un portique sur les côtés (corinthium) ou saillant avec quatre colonnes en façade (tetrastylon). Les planches qui accompagnent l’ouvrage montrent que, dans son plan général de la maison romaine (fig. VI), P. Márquez a fini par assimiler le cauaedium à un simple portique de façade (« portichetti e padiglioni »). L’atrium, quant à lui, est considéré comme un espace ouvert qui se développe à l’intérieur des murs alors que le cauaedium occupe la façade de la maison16. Conformément à la restitution traditionnelle, il est interprété comme une entrée monumentale divisée en trois nefs17. P. Márquez ne s’était pas cantonné à l’étude des textes et il avait cherché, pour sa part, à confronter les textes aux monuments. Or, de manière assez significative, il ne recherche pas des éléments de comparaison dans les vestiges de l’Antiquité, qu’il estime trop ruinés18, mais dans les plus anciennes églises de Rome dans lesquelles il voit l’héritage de la tradition architecturale antique et qui lui paraissent perpétuer les usages des anciens Romains19 :

  • 20 Ibid., p. 61.

Che alla invenzione dei cavedii è accaduto quello che a tutte le invenzioni, cioè il mutarsi successivamente. Il primo cavedio cominciando dal testudinato, fu una fabbrica tutta coperta, quasi come una grotta ; il secondo fu in tutto come il primo, altro che li si dava di sopra il lume. A questi succedette il corintio con colonne attorno ; il tetrastilo con colonne in facciata, ed isolato ; ed altri chi sà di quante maniere, già isolati, già tra i muri. Poi vennero i portichetti, e padiglioni delle nostre Basiliche, come il vediamo ancora esistenti20.

  • 21 S. Villari, « La traduzione di Vitruvio di Berardo Galiani nella cultura architettonica napoletana (...)
  • 22  L’édition de Vitruve procurée par B. Galiani paraît pour la première fois à Naples chez Simoniana (...)

9F. Mazois récuse catégoriquement les théories de P. Márquez. Il lui reproche notamment de n’avoir pas su tenir compte des découvertes de son prédécesseur, Berardo Galiani21. Ce dernier, en effet, était revenu à l’interprétation de D. Barbaro et d’A. Palladio en établissant que les mots atrium et cauaedium devaient être considérés comme synonymes chez Vitruve22. Aussi estime-t-il que les chapitres concernant les différentes formes de cauaedium et le chapitre sur les proportions de l’atrium ont été artificiellement séparés par les éditeurs. Son principal argument repose sur le parallélisme des séquences énumératives 5, 1 et 5, 2, dont il infère que les deux mots sont interchangeables :

Al capitolo ottavo di questo istesso libro, parlando di quelle parti d’una casa, nelle quali poteva entrare chicchessia anche no invitato, una volta dice essere uestibula, caua aedium, peristylia etc. ; e poco dopo parlando delle case de’nobili dice, che debbono avere uestibula regalia, alta atria, & peristylia, in tutti i quali luoghi chiaramente si comprende essere promiscuamente presi a significare lo stesso ora atrium ora cauum aedium.

  • 23  Sur B. Galiani et l’architecture antique, voir T. Carrafiello, « Berardo Galiani intendente d’arch (...)
  • 24  B. Galiani, op. cit. n. 22, p. 136, n. 1.
  • 25  B. Galiani, op. cit. n. 22, p. 139, n. 5.

10Toutefois, B. Galiani peine à se représenter la disposition générale de la demeure vitruvienne. Il convient que l’absence de vestiges rend difficile l’intelligence de ce chapitre. Pour autant, il n’a pas cherché à tirer parti des découvertes contemporaines d’Herculanum. Malgré la polémique qui l’opposa à Johann Joachim Winckelmann à propos des fouilles du site, il ne semble pas avoir mieux perçu que son collègue allemand les conséquences que les récents dégagements pouvaient avoir sur l’interprétation du texte vitruvien23. Il s’en tient à une position de prudent scepticisme et déclare que : « il non avere noi la sorte di poter vedere ancora in piedi de’cortili antichi, ci rende un poco malagevole l’intelligenza di questo capitolo »24. La traduction du texte par « cortile », tant pour cauaedium que pour atrium, montre que B. Galiani, à la suite de Cesare Cesariano, continue à imaginer que l’atrium se présentait comme une cour entourée de portiques. Son erreur vient, encore une fois, du sens accordé au terme alae, compris comme des portiques « che circondano i cortili ». Dans ces conditions, atrium et peristylium ne se distinguent plus que par les dimensions et par l’emplacement dans la maison. Comme P. Márquez, l’érudit napolitain se réfère à l’architecture religieuse et assimile logiquement le péristyle au cloître : « Appresso all’atrio, e al tablino avevano le case di città un’altro atrio maggiore, o vogliam dire chiostro, detto peristylium per essere attorniato da un colonnato »25.

11Il revenait à ses successeurs d’accomplir ce que B. Galiani n’avait pu entreprendre malgré l’avancée des connaissances archéologiques de son temps : confronter, comme il le souhaitait, le texte aux monuments.

  • 26  Voir le commentaire de F.-Ch. Gau à propos du Palais de Scaurus dans F. Mazois, Les Ruines de Pomp (...)

12F. Mazois avait longuement étudié les sources littéraires antiques avant de rédiger l’Essai sur les habitations des anciens Romains, par lequel commence le second volume des Ruines de Pompéi. Cette érudition, qui fut admirée par les contemporains26, est manifeste dans le Palais de Scaurus et dans les références infra-paginales des Ruines de Pompéi. Pourtant le caractère très maîtrisé de ces textes dissimule les hésitations de l’auteur et seules ses notes de travail, conservées à la Bibliothèque Nationale, laissent percevoir le cheminement de sa réflexion et montrent qu’il a continué à se poser de nombreuses questions sur la signification des mots latins.

  • 27  Manuscrit FR 14 840. Je n’ai pu, pour l’instant, identifier le correspondant de F. Mazois. Les éch (...)
  • 28  Les archives contiennent deux lettres reliées avec le reste des cahiers. La fin de la première let (...)
  • 29  FR 14 840 f°172 (recto / verso). Le texte latin est ainsi « réécrit » et développé : Cauum aedium (...)

13Nous conservons au milieu des brouillons de l’Essai sur les habitations des anciens Romains les témoignages d’une correspondance entre F. Mazois et l’un de ses amis d’enfance, un latiniste résidant à Périgueux, auquel il s’adresse pour mieux se faire expliquer le texte du De lingua latina de Varron (V, 161) portant sur cauum aedium et atrium27. Outre la lettre dans laquelle la traduction est commentée, les archives contiennent la copie du texte de l’Essai envoyé par F. Mazois annotée par son correspondant28. Il apparaît à la lumière de cet échange qu’au début de ses recherches, l’architecte en restait à l’interprétation de P. Márquez, pour qui l’atrium était une imitation par les Atriates du cauaedium tuscanicum inventé par les Étrusques. Comme nous l’avons dit, ce cauaedium, adopté et réinterprété par les Romains, se distingue sans ambiguïté, pour le jésuite mexicain, d’un autre type de pièce nommé atrium d’après le nom des Atriates. L’interlocuteur de F. Mazois lui propose un texte latin dont il explicite le sens en le développant entre parenthèses, une traduction juxtalinéaire29 et une interprétation qui établit la synonymie des deux mots.

Rapproche ce pénible mot à mot de ma phrase, tu verras que je rends fidèlement la pensée. Garde-toi d’y rien changer, si tu m’en crois. Je parle à coup sûr. Ne me traduis même pas tuscanicum par toscan : ce mot veut dire d’architecture toscane. Sur tout le reste, tu vois comme tu étais égaré, ou comme on t’avait égaré : ces Atriates ne furent point imitateurs, mais modèles ; les Atriates étaient toscans. En voilà bien long, mais la note en valait la peine. Je vois avec plaisir que cela confirme encore davantage l’opinion qu’on ne peut guère, au moins au temps de Varron, voir deux choses différentes dans le cauum aedium et dans l’atrium.

Cauum aedium : voilà le nom romain.

Tuscanicum : voilà le nom romain qui rappelle en général l’origine de la chose.

Atrium : voilà le nom romain qui précise l’origine de la chose.

  • 30  FR 14 840 f°173 recto.

Adieu sur ce point. Cette séance de grammaire m’a fatigué30.

14Dans la lettre qui accompagnait le manuscrit annoté par ses soins, l’ami de F. Mazois fait quelques remarques sur le style de l’auteur, les erreurs de latin du copiste, la nécessité de partir d’un texte latin bien établi. Il ajoute des considérations précises sur le sens de compluuium et revient sur la question du cauaedium :

  • 31  FR 14 840 f°175 verso - 176 recto.

Revois avec soin, mon ami, ton article du cauaedium. Je suis entré sur cela dans de longs détails que tu trouveras écrits sur les marges ou sur une bande ajoutée. Varron l’étymologiste explique d’une manière claire et évidente les trois noms donnés au cauaedium. Cauum aedium est le nom purement romain ; et je crois que les Romains avaient cette pièce dans leurs édifices avant d’en avoir pris l’idée chez les Toscans. Varron le croyait aussi, quand il nous dit qu’on appela le cauum aedium tuscanicum, c’est-à-dire d’architecture toscane, après qu’on eût commencé à imiter à Rome le cauum aedium des Toscans. Il nous explique ensuite pourquoi le cauum aedium reçut aussi le nom d’atrium, c’est que les premiers Toscans dont on imita l’architecture pour le cauum aedium ce furent les Atriates, peuple toscan, dont le nom était dérivé de leur capitale Atria que les Latins écrivent encore Hatria31.

  • 32  F. Mazois, Ruines de Pompéi, 2, p. 13-14 : « Mais, si les maisons perdirent le charme que la beaut (...)

15Même si elle est fondée sur la connaissance des commentaires antérieurs, la démarche de F. Mazois diffère nettement de celle de ses prédécesseurs, car il ne cherche plus à valider le sens du traité vitruvien en le confrontant aux monuments médiévaux ou modernes. Il postule, au contraire, une rupture dans la continuité des formes architecturales, rupture survenue selon lui à la fin de l’Antiquité. Ce n’est qu’une fois qu’il a établi la singularité des dispositions architecturales des Romains qu’il peut, à la suite de P. Márquez, observer des réminiscences de l’architecture romaine dans certains édifices médiévaux32. La divergence entre l’organisation de la maison romaine, telle que l’architecte croit pouvoir la déduire du texte vitruvien, et les pratiques architecturales des Modernes n’est plus considérée comme l’indice d’une mauvaise interprétation de Vitruve, la seule source autorisée, mais comme une hypothèse recevable que la confrontation avec les vestiges peut valider. Ce renversement du point de vue est à l’origine de la démarche archéologique dont l’œuvre de F. Mazois constitue assurément les prodromes.

  • 33  L’exemple le plus fameux de ce plan est constitué par « l’atrium » voûté du Palais Farnèse qui che (...)
  • 34  F. Mazois, Ruines de Pompéi, 2, p. 24.

16L’apport décisif de l’architecte français à la compréhension du texte de Vitruve se situe moins dans l’interprétation des termes cauaedium et atrium, dont la quasi-synonymie dans le De architectura avait déjà été entrevue par d’autres avant lui, que dans celle des alae. Les principaux commentateurs, nous l’avons dit, avaient imaginé que les alae étaient une partie de l’atrium. Elles étaient assimilées à deux nefs latérales séparées par une file de colonnes de la nef centrale, l’atrium à proprement parler. Cette division, qui avait inspiré les créations des plus grands architectes, se prêtait particulièrement bien à des réalisations monumentales qui semblaient en parfait accord avec la fonction de représentation assignée par Vitruve aux alta atria des nobiles33. Or F. Mazois constate à Pompéi que les alae constituaient les pendants du tablinum, deux petites pièces latérales qui s’ouvraient sur l’atrium : « Les ailes étaient des pièces semblables (au tablinum), mais plus petites, placées à droite et à gauche de l’atrium. Elles étaient aussi ornées de portraits ; on en voit presque dans toutes les maisons de Pompéi »34.

17Mais la caution des vestiges pompéiens n’est pas suffisante. L’architecte cherche également à trouver dans le texte lui-même la preuve de ce qu’il avance. Il énonce dans les notes quatre arguments à l’appui de son interprétation du mot alae. Vitruve, remarque-t-il, évoque les ailes des atria en général. Or les atria toscans n’étant pas pourvus de colonnes, le mot ne peut se rapporter dans ces conditions à l’intérieur du portique de l’atrium. L’architecte romain parle de la largeur des ailes à droite et à gauche, mais dans le cas des atria tétrastyle et corinthien, cette précision n’a pas de sens puisque le portique occupe le pourtour de l’impluuium. Les deux derniers arguments sont tirés de la mention des proportions de l’impluuium qui n’a nulle raison d’être si les mesures proposées pour les ailes se rapportent à l’intérieur de l’atrium.

18F. Mazois a bien compris que la valeur argumentative du recours aux preuves extrinsèques — les ruines de Pompéi — reposait sur le postulat que la maison vitruvienne correspondait assez exactement à la maison pompéienne, postulat qui, nous allons le voir, n’a pas été entièrement admis par les contemporains. Il lui a donc fallu démontrer d’abord par l’analyse interne du texte la pertinence de son interprétation pour pouvoir parallèlement opérer un rapprochement décisif avec les observations effectuées à Pompéi.

19La démonstration de l’auteur des Ruines de Pompéi n’a pas pleinement suscité l’adhésion des savants contemporains, en raison précisément du rapprochement jugé hasardeux entre les vestiges exhumés dans les cités vésuviennes et le texte de Vitruve. On peut en voir la preuve dans le compte rendu qu’Antoine C. Quatremère de Quincy fit du Palais de Scaurus dans le Journal des Savans de 1820. Au-delà des éloges que le savant prodigue à l’auteur de l’ouvrage, on peut déceler un certain scepticisme. Il provient largement du fait que le tableau brossé par F. Mazois, en combinant des informations multiples, paraît s’écarter de la rigueur de la norme vitruvienne, notamment sur la question de la distinction opérée par Vitruve entre maison romaine et maison grecque :

  • 35  A.-C. Quatremère de Quincy, Journal des Savans (1820), p. 290 ; P. Pinon, op. cit. n. 5, p. 304.

L’auteur, dans le chapitre suivant, nous avoue qu’il nous transporte en Grèce ; et effectivement plus on avance dans la description de la maison romaine, que le titre de l’ouvrage avait promise, plus on est forcé de reconnaître que ce titre n’est qu’une fiction, qui, comme toutes les fictions de ce genre, permet des hypothèses et des anachronismes, pourvu qu’ils ne blessent pas trop directement la vraisemblance. Rome ayant effectivement emprunté presque tout des Grecs dans les arts, et surtout dans l’architecture, il ne peut être question que de savoir si, à l’époque indiquée par le nom de Scaurus, toutes les imitations des palais de la Grèce et leurs dispositions intérieures avaient déjà été adoptées et pratiquées à Rome35.

20Vitruve demeure la référence. Au fond ce que le critique déplore, c’est que la grille vitruvienne ne permette plus de juger de l’authenticité des hypothèses de l’auteur :

  • 36  A.-C. Quatremère de Quincy, op. cit., p. 289.

Mais, je l’ai déjà fait entendre, l’auteur, n’ayant point accompagné son ouvrage d’un plan qu’on puisse confronter avec les chapitres de Vitruve qui traitent de la maison des Romains et de celle des Grecs, s’est donné toutes les licences qu’il a voulues36.

21A.-C. Quatremère de Quincy n’est pas en désaccord avec F. Mazois sur l’interprétation des dispositions générales du palais de Scaurus. Il semble même approuver la définition de l’atrium donnée par l’auteur. En revanche, l’abondance des détails, loin de paraître un progrès scientifique, constitue une gêne. Elle fait perdre de vue l’épure architecturale et dissimule l’essentiel — confondu avec le modèle vitruvien — sous l’anecdotique :

  • 37  A.-C. Quatremère de Quincy, op. cit., p. 289-290.

Dans le fait, l’ouvrage dont nous rendons compte se prête d’autant moins à l’analyse exacte, que le nombre de détails détourne le critique d’un examen régulier. C’est plutôt une histoire du luxe des Romains dans leurs habitations, qu’un ouvrage de description architecturale. On se le persuade surtout en parcourant les appartements de Lollia, femme de Scaurus, dans lesquels l’attention est arrêtée par une multitude d’objets de luxe, de superfluités et de raffinements voluptueux, pour ne rien dire de plus, qui finissent par scandaliser un peu le prince gaulois, pressé d’échapper avec son conducteur à ce spectacle de mauvaises mœurs37.

22Si le jugement moral, pour ne pas dire moralisant, affleure de toute évidence dans cette critique, le positionnement scientifique qu’elle dénote n’est pas sans intérêt pour nous. Il était sans doute très difficile d’opérer un changement de regard : l’architecture de la maison romaine avait été reconstruite uniquement sur la base du traité de Vitruve et se limitait à un squelette. L’influence que le texte avait eue sur les architectes à partir de la Renaissance avait fini par inscrire les normes vitruviennes dans une réalité architecturale dont il fut difficile de se détacher, même lorsque les découvertes pompéiennes permirent de mesurer l’écart entre cette « reconstruction » et les vestiges authentiques. Le luxe de détails que livrait Pompéi sur le décor, le mobilier, l’ordonnance des maisons constituait un obstacle à une évaluation scientifique, laquelle ne pouvait prendre une autre forme qu’une confrontation systématique avec le traité de Vitruve. C’est précisément ce travail que F. Mazois a voulu effectuer dans son roman, puis dans son œuvre majeure, les Ruines de Pompéi. Mais les réticences d’A.-C. Quatremère de Quincy sont éloquentes. Si les Antiquaires avaient imaginé les monuments à la lumière des textes, il était difficile d’accepter que le texte fût passé au crible de vestiges trop éloignés de l’attente des savants pour être jugés fiables. On ne pouvait contester l’authenticité des ruines de Pompéi, mais on pouvait mettre en doute leur exemplarité. Il était difficile de renoncer à une certaine idée de grandeur et de monumentalité qui tirait sa légitimité de l’autorité des textes et sur laquelle était fondé tout un imaginaire politique de la Rome antique. À la perplexité du savant Quatremère de Quincy répond l’indignation du correspondant de F. Mazois. En marge du passage où ce dernier écrit que « des décorations peintes, des stucs éblouissants, des mosaïques de mille couleurs, des tableaux presque toujours délicieux embellissent à l’envi ces petites retraites et y répandent un charme inexprimable », le censeur périgourdin s’écrie : « tout ce passage est détestable » et ajoute un commentaire plus développé :

  • 38  FR 14 840 f°134.

Est-il bien sûr que ces mosaïques, quelque bien faites qu’on les suppose, soient l’ouvrage du vrai bon goût ? Le goût n’est-il pas dans une belle simplicité ? Le goût, surtout en architecture, n’est-il pas ennemi du joli ? La véritable beauté d’une maison, n’est-elle pas différente de celle d’une bonbonnière ? Ou regarde-t-on les maisons de Pompéi comme des bonbonnières ? Voilà bien des questions d’un ignorant. Mais j’aime mieux dire ma pensée que la taire par amour-propre38.

23L’apport de F. Mazois au commentaire du texte de Vitruve fut sans doute plus décisif qu’on ne le pense. En effet, ce n’est pas comme philologue mais comme précurseur de l’archéologie que la postérité a retenu son nom. Pourtant il fut l’un de ceux qui contribuèrent à modifier le regard porté sur le De architectura. Les découvertes pompéiennes imposaient désormais au commentateur du livre VI de faire le détour par les monuments. Cependant cette mutation du regard n’allait pas sans soulever un problème qui explique peut-être la réserve d’un A.-C. Quatremère de Quincy. Le traité vitruvien avait longtemps été considéré comme une norme indépassable bien que malaisée à déchiffrer, mais, dès lors que les vestiges exhumés frappaient le lecteur par leur évidence, ne risquait-on pas d’oublier la logique propre du texte et de sous-estimer sa portée spéculative, de le réduire à un simple contrepoint des données archéologiques ?

Haut de page

Notes

1  F. Mazois, Le Palais de Scaurus ou description d’une maison romaine. Fragment d’un voyage de Mérovir à Rome vers la fin de la République, 1ère édition, Paris, 1819. L’œuvre est éditée sans nom d’auteur la première fois, rééditée en 1822, 1859 et 1869.

2  F. Mazois, Le Palais de Scaurus, chap. 5, p. 57 dans l’édition publiée chez Firmin-Didot en 1859.

3  R. Robert, « Le Palais de Scaurus de F. Mazois, une œuvre de fiction au service de l’archéologie naissante », in M. Lavaud (ed.), La Plume et la pierre. L’écrivain et le modèle archéologique au XIXe siècle, Nîmes, Champ social, 2007, p. 129-130. Les Ruines de Pompéi ont d’abord paru sous forme de fascicules à partir de 1812-1813. Le Palais de Scaurus est publié en 1819 (une seconde édition sera procurée en 1822). Entre 1822 et 1824, l’auteur publie les fascicules 8-17 des Ruines de Pompéi, puis en 1826, année de sa mort, il fait paraître les fascicules 18 à 20. L’année suivante voit la parution des fascicules 21 à 24. L’ensemble de ces fascicules, préparés par F. Mazois, constitue la matière des trois premiers volumes des Ruines de Pompéi. Le dernier volume sera publié par l’architecte F.-Ch. Gau, secondé par Ch. De Clarac et J.-A. Letronne, à partir des papiers laissés par F. Mazois. Sur la chronologie de l’œuvre, voir L. García y García, Nova biblioteca pompeiana, 250 anni di bibliografia archeologica, Rome, Bardi, 1998, p. 796-798 ; J. Bouquillard, « Les Ruines de Pompéi de Mazois, genèse d’une publication archéologique au début du XIXe siècle », Nouvelles de l’Estampe 181 (2002), p. 17-29.

4  L’ouvrage de N. Perotti est publié à Venise en 1489 ; N. Perotti, Cornu Copiae, 2, édité par J.-L. Charlet, Sassoferrato, Istituto Internazionale di Studi Piceni, 1991 : Mox atrium est, quod a quibus etiam aula dicitur, de quo supra diximus, cui proximum est tablinum, locus hibernae stationis a tabulis dictus(155); postea cauum aedium, quod est cauaedium a quibusdam uocatur, qui locus intra parietes relinquitur patulus, qui fit ad communem omnium usum (156) ; F. M. Grapaldo, De partibus aedium, Parme, Salado e Ugoleto, 1516 (editio princeps, 1494) : Atrium primus intra aedes adit(f° 6 rv); Cauaedium ut Plinius Cecilius in epistolis dictione mutilata ; siue cauum aedium ut M. Varro dictione integra : locus est sub diuo uacuus, cinctus undique porticibus ad communem omnium usum(f° 8 rv). Je remercie M. Furno d’avoir attiré mon attention sur le texte de N. Perotti dont il est probable que Grapaldo s’inspire.

5 P. Pinon, « L’ “ invention ” de la maison romaine par les architectes à l’âge classique », in R. Chevalier (ed.), Présence de l’architecture et de l’urbanisme romains, Hommage à P. Dufournet, Paris, Les Belles Lettres, 1983, p. 281-305.

6  C. Cesariano, Di Lucio Vitruvio Pollione De architectura Libri Dece traducti del Latino in Vulgare affigurati ; Commentati e con mirando ordine Insigniti, Côme, Gortanus de Ponto, 1521 ; P. N. Pagliara, « Vitruvio da testo a canone », inS. Settis (ed.), Memoria dell’antico nell’arte italiana, vol. 3 :Dalla tradizione all’archeologia, Turin, Enaudi, 1986, p. 38.

7  A. Palladio, I quattro libri dell’architettura, Venise, Dominico de’Franceschi, 1570, p. 24.

8  F. Mazois, Ruines de Pompéi, 2, p. 21. Il cite également la traduction de Daniele Barbaro (p. 19).

9  Cl. Perrault, Les Dix livres d’architecture de Vitruve corrigez et traduits nouvellement en Français, avec des Notes & des Figures, Paris, Coignard, 1684, p. 206-208 : « Barbaro sur cet endroit de Vitruve et Palladio après lui croient que Cauaedium et Atrium sont deux espèces de Vestibule en sorte qu’Atrium est un Vestibule couvert, et Cauaedium un Vestibule qui est quelquefois couvert et quelquefois découvert : ce qui ne peut être vrai dans le sens de Vitruve qui après avoir parlé des cinq espèces de Cauaedium fait un chapitre à part pour l’Atrium dont la description est tout à fait différente de celle des Cauaedium, parce qu’à toutes les espèces d’Atrium, il met deux rangs de colonnes qui forment deux ailes, c’est-à-dire trois allées, une large au milieu et deux étroites aux côtés, ce qui n’a aucun rapport avec les figures des cinq Cauaedium qui sont décrites dans ce chapitre ».

10  Voir en particulier P. Gros, « La domusromana e la casa di città secondo Andrea Palladio », Palladio e l’Antico, Venise / Marseille, Centro Internazionale di Studi di Architettura Andrea Palladio, 2006, p. 65-81.

11  F. Mazois, Ruines de Pompéi, 2, p. 20-21.

12  D. P. Márquez, Delle case di città degli antichi romani secondo la dottrina di Vitruvio, Rome, Presso il Salomoni, 1795. Cet érudit est désormais surtout connu pour avoir, parmi les premiers, décrit et défendu l’architecture pré-colombienne, voir A. Romani, « Pedro José Márquez (1741-1820) e l’immagine del Messico antico nella sua opera sull’architettura precolombiana », Archivum historicum Societatis Iesu, 67 (1998), p. 131-159.

13  P. Márquez, Ibid., p. 5-6 : « In secondo luogo : dei cavedii parla Vitruvio come della prima parte del fabbricato delle case ; distingue i generi, e stabilisce che erano cinque ; poi nello spiegare la struttura di ognuno, insegna come si ordinavano le parti loro più essenziali ; dice i diffetti, e le utilità, ed altre circonstanze particolari ; e dal principio suppone che si regolavano secondo gli atrii. Dunque se si regolavano secondo gli atrii, erano diversi da questi : se avevano la sua particolare struttura erano diversi dai vestiboli, come si e detto : e che non fossero lo stesso, che i peristilii, si comprende facilmente dal già detto, e si confirmerà con quel che diremmo dei medesimi peristilii […]. Gli atrii dunque erano diversi, e dai cavedii pel detto sopra, e perchè questi erano di cinque generi, e gli atrii di tre ; e ancora perchè gli atrii, avevano ale, ed i cavedii nò. Dai vestiboli erano diversi, essendo questi di niuna composizioni, quando la costruzione degli atrii richiedeva tanto studio per eseguirla, come si vedrà. E finalmente erano diversi dai peristilii, come si ricava dalla diversa situazione, che queste due parti avevano nelle case di campagne, e di città, e da quel che siegue ».

14 Varron, La langue latine, V, 161 ; Festus, XII, 16 (Lindsay) ; P. Márquez, Ibid., p. 17.

15  P. Márquez, Ibid., p. 55 : « Là, a suoi primi tempi usarano i Toscani il fare avanti la porta delle loro case, una specie di nicchione, o fabbrica tutta coperta al di sopra, ed ai due lati, (perchè a destra, e a sinistra vi erano stanze) entro la quale poteva intrare chiunque, e stare, forse sedere in banchi fatti accosto ed intorno ai muri, o per spettare che la porta si aprisse, od anche per conversare, e godervi dell’aria : a questo genere di fabbrica diedero il nome di cavità della casa cauum aedium». Voir aussi p. 21 : « Osservo : la proprietà del nome cavedio cauum aedium primariamente inventato a significare il testudinato, che senza dubbio fu il primo cavedio che si usò, perchè al verderlo si presenterà ad ognuno non altra figura che quella di un cavo avanti la casa ».

16 Ibid., p. 63-64 : « Nella casa di prima non vi era della razza dei luoghi patenti, che un cavedio, e forse un cortile, e vestibolo, pezzi che appartenevano al ricinto della casa, non alla fabbrica interna ; ma nelle case di poi, voleva già l’uso, che vi fossero del genere dei luoghi patenti, oltre al vestibolo esterno, il peristilio interno ; ed oltre al cavedio alla porta, ma di fuori, un altro luogo patente, ed alla porta ancora, ma in dentro : a questo luogo patente dalla porta in dentro diedero il nome di atrio, che anteriormente si dava ad uno dei cavedii ». 

17 Ibid., p. 69.

18 Ibid., p. 57 : « Troppo sarebbe da stimarsi, se, come si conservarono i vestigii dei tempii di allora, così fossero arrivati a nostri dì alcuni avanzi delle case Romane, bastanti a farci capire le parti, che le componevano ».

19 Ibid., p. 63, à propos du cauaedium : « Quel di S. Clemente esce molto di fuori, quel di S. Prassede non tanto, quel di S. Pudenziana è già come uno dei nostri moderni padiglioni. Il citato del Palazzo Lateranense era di quattro colonne di facciata, o tetrastilo ; altri, come quel di S. Pudenziana, direste essere un displuviato, massimamente se fosse coperto di legnami ; e se volete vedere un vero displuviato, andate a S. Agnese fuor delle mura, ed ivi alla porta de una specie di capella, che vi è al di dietro, e dà ingresso ai corridori interni della chiesa, il troverete ».

20 Ibid., p. 61.

21 S. Villari, « La traduzione di Vitruvio di Berardo Galiani nella cultura architettonica napoletana del XVIII secolo », inG. Ciotta (ed.), Vitruvio nella cultura architettonica antica, medievale e moderna, Gênes, De Ferrari Editore, 2003, p. 696-705.

22  L’édition de Vitruve procurée par B. Galiani paraît pour la première fois à Naples chez Simoniana en 1758. J’ai consulté la réédition de la traduction annotée : B. Galiani, L’architettura di Marco Vitruvio Pollione tradotta e comentata dal Marchese Berardo Galiani, accademico ercolanense e architetto di merito dell’Accademia di S. Luca, Siena, Luigi e Benedetto Bindi, 1790, p. 138, n. 1.

23  Sur B. Galiani et l’architecture antique, voir T. Carrafiello, « Berardo Galiani intendente d’architettura (1724-1774) », Archivio Storico per le province napoletane 113 (1995), p. 245-336 ; Idem, « Rappresentanze e pareri di B. Galiani », Archivio Storico per le province napoletane 113 (1995), p. 337-379. En réponse aux critiques formulées par J. J. Winckelmann sur les travaux d’Herculanum dans sa lettre au comte de Brühl (J. J. Winckelmann, Sendschreiben von den Herculanischen Entdeckungen, Dresden, Walther, 1762) parut un libelle anonyme, qui était en fait l’œuvre de B. Galiani, intitulé Considerazioni sull’opera dell’abate Winckelmann intorno alle scoperte d’Ercolano, contenuto in una lettera ad un amico, Naples, 1765. Sur J. J. Winckelmann et la maison romaine, voir R. Robert, op. cit. n. 3, p. 136-137.

24  B. Galiani, op. cit. n. 22, p. 136, n. 1.

25  B. Galiani, op. cit. n. 22, p. 139, n. 5.

26  Voir le commentaire de F.-Ch. Gau à propos du Palais de Scaurus dans F. Mazois, Les Ruines de Pompéi, dessinées et mesurées par F. Mazois (ouvrage continué par M. Gau), 3, Paris, 1824-1838, p. 24 : « Sa description du palais de Scaurus est digne de l’immortel ouvrage de Barthélemy, dont on croirait lire la suite. L’érudition profonde s’y cache sous l’agrément d’un style remarquable par son élégante correction, et les préceptes de l’architecture, ordinairement si arides, y sont rendus sous une forme propre à répandre dans toutes les classes de la société l’amour de cet art, si étroitement lié au bien-être de notre existence privée ».

27  Manuscrit FR 14 840. Je n’ai pu, pour l’instant, identifier le correspondant de F. Mazois. Les échanges entre les deux hommes montrent qu’ils se connaissent depuis l’enfance ou l’adolescence. Cet ami latiniste est professeur dans un établissement scolaire, collectionneur de « médailles » et de « pierres ». Il fait part, dans une des lettres, de ses déboires professionnels à F. Mazois. Sur les dessins inédits de F. Mazois, cf. S. Villari, « Disegni e manoscritti di F. Mazois nella Bibliothèque Nationale di Parigi », inG. Alisio (ed.), I disegni d’archivio negli studi di Storia dell’architettura, Naples, Electa Mondadori, 1994, p. 150-153.

28  Les archives contiennent deux lettres reliées avec le reste des cahiers. La fin de la première lettre (FR 14 840 f°172-173 recto) manque ; la seconde (f°173 verso-177), qui accompagne le manuscrit annoté de F. Mazois, est datée du 14 février 1818.

29  FR 14 840 f°172 (recto / verso). Le texte latin est ainsi « réécrit » et développé : Cauum aedium dictum < est de eo loco > qui locus tectus relinquebatur intra parietes patulus, qui esset ad usum omnium. < Cauum aedium > dictum est a Tuscis, posteaquam < Romani ou maiores nostri > coeperunt simulare cauum aedium tuscanicum illorum < Tuscorum >. < Cauum aedium > appellatum est atrium ab Atriatibus Tuscis. Enim exemplum sumptum illinc. Le mot à mot proposé est le suivant : « Cauum aedium a été dit de ce lieu lequel lieu couvert était laissé en dedans les murs étendu lequel fut pour l’usage commun de tous. Cauum aedium a été dit d’après les Toscans, après que les Romains ou les ancêtres nôtres commencèrent à imiter le cauum aedium d’architecture toscane de ceux-là (Toscans). Le cauum aedium a été appelé atrium d’après les Atriates Toscans ; car l’exemple a été pris de là ». Sur le manuscrit annoté, on trouve une traduction écrite sur une bande de papier collée (f°143) : « On nomma cauum aedium cet endroit couvert d’un toit et situé dans l’intérieur de la maison, auquel on laissait de l’étendue comme étant destiné à l’usage commun de tout le monde […] on lui donna le nom tuscanicum d’après le nom même des Toscans, lorsqu’on a commencé à imiter le cauum aedium de ces peuples. On l’appela aussi atrium du nom des Atriates peuple toscan ; car c’est chez eux qu’on a pris d’abord le modèle ».

30  FR 14 840 f°173 recto.

31  FR 14 840 f°175 verso - 176 recto.

32  F. Mazois, Ruines de Pompéi, 2, p. 13-14 : « Mais, si les maisons perdirent le charme que la beauté des détails ajoute aux ouvrages de l’architecture, elles conservèrent toujours les divisions primitives des plans ; on ne dut commencer à les abandonner que lors de l’invasion des Barbares vers le Ve et le VIe siècles […]. Une observation assez simple peut servir à prouver que c’est en effet à cette époque remarquable par le changement presque subit des coutumes antiques de l’Empire, que les habitations perdirent leurs anciennes distributions. Isidore de Séville m’en fournit le sujet. Cet évêque qui écrivait au commencement du VIIe siècle, en donnant l’étymologie du mot atrium, confond évidemment la forme des maisons romaines et celle des maisons grecques ; ce qui prouve qu’il ne connaissait bien ni les unes ni les autres, et par conséquent que les distributions anciennes n’étaient plus en usage de son temps ». Par la suite, F. Mazois cite la description du palais des ducs de Spolète tirée de Mabillon comme exemple de disposition proche de l’Antiquité. Le palais, comportant un proaulium et un salutatorium conservait « quelques traces des anciennes distributions ».

33  L’exemple le plus fameux de ce plan est constitué par « l’atrium » voûté du Palais Farnèse qui cherche à reproduire le cauaedium testudinatum de Vitruve flanqué par les alae formant nefs latérales ; Ch. L. Frommel, Il Palazzo Farnese a Roma : l’architetto e il suo committente, Vicence, Centro Studi Andrea Palladio, 1994, p. 9. P. Gros, op. cit. n. 10, p. 70 a montré, qu’en retour, un dessin de maison romaine, dû à Giovanni Battista da Sangallo, figurant dans les marges de l’editio princeps de Vitruve, s’inspirait du plan du Palais Farnèse, conçu par son frère, Antonio, qui avait lui-même cherché à imiter le schéma vitruvien.

34  F. Mazois, Ruines de Pompéi, 2, p. 24.

35  A.-C. Quatremère de Quincy, Journal des Savans (1820), p. 290 ; P. Pinon, op. cit. n. 5, p. 304.

36  A.-C. Quatremère de Quincy, op. cit., p. 289.

37  A.-C. Quatremère de Quincy, op. cit., p. 289-290.

38  FR 14 840 f°134.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renaud Robert, « François Mazois, Vitruve et l’atrium des Romains », Cahiers des études anciennes, XLVIII | 2011, 303-322.

Référence électronique

Renaud Robert, « François Mazois, Vitruve et l’atrium des Romains », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVIII | 2011, mis en ligne le 29 mai 2011, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/338

Haut de page

Auteur

Renaud Robert

Université d’Aix-Marseille I, Institut de Recherche sur l’Architecture Antique / USR 3155

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org