Navigation – Plan du site
Étonnante postérité de Vitruve

L’abri premier, de Vitruve à Nils-Udo

Nathalie Huvenne
p. 343-347

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cette étude se propose de mettre en écho les écrits de Vitruve, livre second, chapitre 1 du De architectura et les créations plastiques de l’artiste contemporain Nils-Udo.

2Ce vis-à-vis des réflexions de Vitruve avec celles de l’artiste nous permettra de tisser un lien entre ces deux hommes et de voir dans leurs travaux respectifs des points de similitude.

3Le texte extrait du De architectura II, 1, sous-titré par M. Nisard, De la manière de vivre des premiers hommes, et quels ont été les commencements et le progrès de leur société et de leurs bâtiments, et l’œuvre de Nils-Udo, peuvent en effet avoir des points de rencontre tant sur le plan esthétique que philosophique.

I. Vitruve

  • 1  Cf. supra l’article de P. Ronet pour la citation du texte et une analyse rhétorique de ce passage, (...)

4Vitruve décrit dans son second livre, la naissance de l’Architecture en la construction du premier abri humain1. Ce thème, autrement appelé mythe de la cabane, est source de questionnements et de pratiques artistiques. Cette question du premier abri, de sa construction est sujette à interprétations car nous sommes sans trace restante de ce qu’il pût être. Ce retour à cet état « premier » de l’abri, sa mise en forme prend en compte les éléments de la nature, les matériaux trouvés sur place.

  • 2  A. Leroi-Gourhan, Pincevent : campement magdalénien de chasseurs de rennes, Paris, Imprimerie nati (...)

5Le texte se situe aux premiers temps de l’hominisation, au moment du passage entre animal et homme ; Vitruve explique la naissance des abris : les huttes végétales, les grottes rupestres et les huttes de terre. Des huttes végétales, il ne nous reste rien aujourd’hui. Seules les traces de foyers peuvent encore être étudiées, comme ce fut le cas pour les campements de Pincevent2. Les secondes se rapprochent des abris de Lascault, et les troisièmes sont de factures identiques à celles encore usitées de nos jours au Mali.

6Les descriptions faites par Vitruve sont tellement claires et détaillées qu’en notre esprit se construit une cabane et ceci dès la lecture.

7Si l’on place, face à cela, une œuvre de Nils-Udo, on est dans le parfait équilibre visuel et dans le même corpus. Sauf que l’un écrit sur l’histoire même de la naissance de l’architecture et l’autre nous propose une expression artistique issue du lieu de création.

II. Nils-Udo

8L’œuvre principalement invoquée ici est celle réalisée à Neandertal. La forêt de Neandertal, là où furent trouvés les ossements de notre ancêtre, est un environnement où Nils-Udo a puisé les énergies qu’il a traduit au travers d’une forme d’abri cocon-chrysalide, une amande de bois tressé suspendue dans les hauteurs de la végétation, qui vient la recouvrir de ses feuilles luxuriantes, illustrant peut-être le moment de transition qui mènera à la demeure de l’homme civilisé.

9Ce cocon est un assemblage fait par gestes répétitifs, successifs de tressage, de tissage. Une reprise des gestes qui différencient les hommes des animaux. En effet pour la plupart des ethnologues, c’est le tissage, le nœud, le travail des végétaux qui marque l’hominisation. L’utilisation des végétaux, des fibres, leur imbrication permettent de créer des isolants comme plessis, clayonnage, tressage et tissage divers. Ces gestes réveillent en nous une primitivité latente, un état ancré au plus profond de notre être. C’est l’état dans lequel se retrouve toute personne lorsqu’elle est face à elle-même, isolée en son environnement, à nouveau sauvage, en situation de survie.

10Nils-Udo travaille avec la nature, en elle et par elle. La Nature est à la fois le lieu de l’œuvre, le lieu qui fait naître l’œuvre et le matériau de l’œuvre. Natur / Kunst / Natur : Nature / Art / Nature, tel est le cheminement de l’activité artistique de Nils-Udo.

III. De l’abri premier en art

11L’homme — son environnement, voici posés les deux éléments essentiels permettant l’édification de l’abri.

12C’est alors que les gestes de tressages et nouages viennent assembler les éléments trouvés sur place. Et l’abri protecteur prend forme, à l’instar de celui des oiseaux, castors et nombre d’autres espèces animales.

13Il est question, chez Vitruve et Nils-Udo, au travers de leurs travaux, dans leur domaine d’expression de mémoire, de la mémoire de la civilisation.

14Une mémoire à transmettre, à écrire pour inscrire dans le temps.

  • 3  M. Nisard, dans son introduction, Les dix livres d’architecture, Paris, Errance, 2005 (1857), p. 5

15En effet, « ses écrits [scil. de Vitruve] constituent l’unique témoignage théorique qui nous soit parvenu de l’Antiquité sur l’Art de composer et de bâtir les édifices »3. Et les œuvres de Nils-Udo sont la mémoire mise en forme de la Nature. Mémoire, souvenir, transmission, résurgence sont des notions qui permettent de traverser les époques et de rester d’actualité, c’est ainsi que de mythe ou version personnelle, l’abri premier devient archétype artistique.

16L’abri est, par-delà l’homme, le lieu de passage, de résidence de l’être humain. Civilisation et évolution sont ici vecteurs parallèles.

  • 4  O. Marc, Psychanalyse de la maison, Paris, Seuil, 1972.

17D’ailleurs pour Olivier Marc4, dans sa psychanalyse de la maison, la forme première d’abri serait la réminiscence de l’enveloppe intra-utérine. L’image même de l’abri serait ancrée en nous, une image matricielle, et nous chercherions sans cesse à reproduire ce lieu, sans jamais pouvoir y arriver. Notre quête serait celle qui nous mènerait de la première à la dernière maison, du ventre de la mère à celui de la terre.

18Se créer un lieu qui puisse abriter sans être enseveli, écrivît Vitruve, qui protège sans étouffer. Nature mère et terre matricielle sont les notions qui jalonnent la vie humaine et l’évolution de l’humanité.

19En conclusion, c’est ici que pourrait se faire la distinction entre abri et architecture, car si l’architecture est l’art d’abriter les activités humaines, l’abri est l’art de protéger l’homme.

20L’écrit de Vitruve est un véritable mode d’emploi, un travail d’inscription qui fait acte de mémoire à jamais sauvegardée (ou du moins préservée jusqu’à nos jours).

21Les travaux respectifs de Nils-Udo et de Vitruve sont issus d’une recherche de ce geste déclencheur de l’abri, cette étape primordiale qui offrit à l’homme un éventail toujours plus grand de formes et de techniques. L’abri grandit en même temps que le territoire de l’homme, nomade puis, fixe, il témoigne de l’évolution de ses sociétés.

22Pour moi, Nils-Udo et Vitruve sont deux des axes principaux permettant de situer l’évolution d’un thème, d’une réflexion. Ce « duo » est l’exemple qui permet d’ouvrir les recherches, de nourrir les voies possibles d’études. L’interdisciplinarité doit tendre à cela, mêler les domaines des sciences humaines afin de pouvoir observer les équivalences éventuelles. Ainsi Vitruve trouve en Nils-Udo une autre traduction de la perception de l’abri premier.

Haut de page

Notes

1  Cf. supra l’article de P. Ronet pour la citation du texte et une analyse rhétorique de ce passage, p. 141-157.

2  A. Leroi-Gourhan, Pincevent : campement magdalénien de chasseurs de rennes, Paris, Imprimerie nationale, 1984.

3  M. Nisard, dans son introduction, Les dix livres d’architecture, Paris, Errance, 2005 (1857), p. 5.

4  O. Marc, Psychanalyse de la maison, Paris, Seuil, 1972.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/343/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Huvenne, « L’abri premier, de Vitruve à Nils-Udo », Cahiers des études anciennes, XLVIII | 2011, 343-347.

Référence électronique

Nathalie Huvenne, « L’abri premier, de Vitruve à Nils-Udo », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVIII | 2011, mis en ligne le 29 mai 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/343

Haut de page

Auteur

Nathalie Huvenne

EDESTA, Paris VIII

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org