Navigation – Plan du site
Étonnante postérité de Vitruve

Un « architecte » vitruvien aux âges farouches. Rahan ou l’homme primitif selon le De architectura II, 1

Christine Kossaifi
p. 349-375

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Tout lecteur qui verrait ici une allusion au Tout petit monde créé par D. Lodge (Rivages, 1992 [19 (...)
  • 2  Sauf mention contraire, les citations en français sont empruntées à la traduction de Ch.-L. Maufra (...)
  • 3  Les aventures de Rahan de 1969 à 1999 sont publiées dans l’Intégrale Noire, Toulon, Éd. Soleil, en (...)

1Assis à son bureau encombré de dictionnaires et de publications, dans le nid douillet et le calme confortable de sa bibliothèque personnelle, Monsieur M. Z**, professeur émérite de littérature latine classique à la prestigieuse université de Rummidge1, semblait absorbé dans la lecture d’un élégant livre en simili cuir, dont la première de couverture indiquait, gravés en lettres dorées, le nom de l’auteur et l’œuvre : Vitruve, De architectura, livre II2. Il ne s’expliquait pas pourquoi ce texte qu’il connaissait si bien provoquait aujourd’hui en lui une émotion profonde, fruit d’une étrange redécouverte. Était-ce la fatigue qui, courbant toujours plus son dos, le rapprochait de la fin ultime ou sa lassitude désabusée depuis qu’A. L. P** avait mis brusquement fin à leur liaison ? Toujours est-il qu’en parcourant l’excursus paléoarchéologique qui occupe les chapitres 1 à 3, il voyait inexorablement se dessiner en filigrane les traits et les aventures du héros de bande dessinée de son enfance, Rahan, « fils des âges farouches ». Le personnage créé en 1969 par Roger Lecureux et dessiné par André Chéret3lui apparaissait comme une mise en image et une dramatisation du texte latin : Rahan possédait les qualités d’un architecte vitruvien, il était un membre actif et intelligent de la grande communauté de « ceux qui marchent debout », tout en faisant preuve d’une réelle capacité esthétique et philosophique à l’émerveillement devant les mira naturae. Le Professeur M. Z** eut envie d’approfondir son intuition ; il s’installa devant l’écran de son ordinateur et rédigea l’analyse que voici.

I. Rahan ou les qualités d’un architecte vitruvien : une intelligence pratique et déductive

Un observateur attentif

  • 4  Le Petit Rahan : « ce petit curieux veut toujours connaître le “ pourquoi ” et le “ comment ” des (...)
  • 5  Il est intéressant de noter avec F. Lemerle qu’aucun des commentateurs de Vitruve au XVIe siècle « (...)
  • 6  A. Ernout & A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, Klincksieck, 2001, p (...)

2Dès son plus jeune âge, Rahan manifeste une curiosité insatiable et universelle : il est « curieux de tout, des petites comme des grandes choses »4, au point que Shawa-l’Ancienne, qui l’élève au sein du clan du Mont Bleu, va jusqu’à voir dans ce désir permanent de comprendre « pourquoi » son seul, son « grand », son « très grand défaut ». Or Vitruve fait preuve, dans son De architectura, du même « défaut » puisqu’il fait de l’architecture « une science qui embrasse une grande variété d’études et de connaissances, pluribus disciplinis et uariis eruditionibus » (I, 1, 1) ; les adjectifs épithètes, pluribus et uariis, soulignent la nécessaire polyvalence de l’architecte qui doit savoir aussi bien concevoir que construire : l’élaboration d’un édifice commence avec le dessin qui le représente et se continue par le choix du terrain (évoqué au livre I) pour se terminer par le second œuvre (livre VII), qui fait partie intégrante de sa compétence, au même titre que l’hydraulique (livre VIII), la gnomonique (livre IX) et la mécanique (livre X), relevant pour nous plutôt de l’ingénierie5. Un bon architecte doit donc allier « pratique », fabrica, et « théorie », ratiocinatio (I, 1, 1), c’est-à-dire, expérience concrète et rationalité logique, déjà suggérées par le simple terme fabrica, qui désigne « le travail d’une matière (abstrait et concret) »6.

  • 7 Ibid., s. u. anima, -ae, f. ; animus, -i m., p. 34.
  • 8 Le Petit Rahan, tome 1.
  • 9  Cf. A. Ernout & A. Meillet, op. cit., s. u. specio et species, p. 639-640.
  • 10  Le Petit Rahan, tome 3.
  • 11  Le Secret du soleil.
  • 12  A. Ernout & A. Meillet, op. cit., s. u. seruo, p. 619-620, avec mention explicite du sens « respec (...)

3Or la pratique passe d’abord par l’observation active de la nature : c’est ce que font à la fois les hommes primitifs vitruviens et Rahan. Ils « remarquent » et « constatent », animaduertissent, la bienfaisante chaleur du feu (II, 1, 1), non pas en une observation passive mais en « tournant », uerto, vers ce phénomène physique leur « principe pensant », animum, c’est-à-dire à la fois leur « esprit » et leur « “ cœur ”, en tant que siège des passions, du courage, du désir, des penchants »7. C’est cette double capacité d’observation et d’humanité qu’illustre Rahan, quand, encore petit, il offre au clan sauvage venu le chercher « le feu qui combat le froid et les ténèbres »8. Mais, d’après Vitruve, les hommes préhistoriques ne se contentent pas de regarder autour d’eux ; ils lèvent aussi les yeux et « contemplent, aspicerent, la splendeur du ciel et des astres » (II, 1, 2) vers laquelle ils portent, ad, leurs regards, specio9. Or, le fil directeur qui structure les aventures de Rahan, c’est justement « sa course vers l’inaccessible tanière du soleil »10, sa quête inlassable de ce qui « seul a pu [lui] échapper » et qu’il veut « rejoindre »11. D’autre part, Vitruve précise que les premiers hommes ne se contentaient pas de regarder la nature, mais qu’ils « observaient, obseruantes, [aussi] les constructions d’autrui » (II, 1, 2), faisant ainsi progresser à la fois les connaissances et le respect mutuel, comme le suggère le verbe latin qui a « un sens physique et moral »12. C’est là une qualité que Rahan possède au plus haut point. Ainsi, dans La Bête qui parle, il tombe « dans un faux piège volontairement visible pour obliger le gibier à sauter dans le vrai piège » ; au lieu de s’irriter et, « bien qu’il en [soit] victime, [il] appréci[e]cette ruse » et « aimerait connaître les chasseurs qui ont eu cette idée » (p. 1). Par sa capacité à observer la nature et les réalisations des autres, Rahan est donc bien une illustration concrète de l’analyse vitruvienne.

De la pratique à la théorie

  • 13  II, 1, 7 (traduction légèrement modifiée).

4Mais Vitruve précise que l’observation seule ne suffit pas, il faut aussi imiter, imitantes (II, 1, 2), et réfléchir pour pouvoir faire progresser ses connaissances et les théoriser ; « après l’observation (posteaquam animaduerterunt) des ressources fournies par la nature (ab natura) », la maîtrise technique dans la construction des maisons passe par une forme d’audace, animo, et par de « multiples réflexions », maioribus cogitationibus, qui conduisent « du tâtonnement et de l’incertitude, e uagantibus iudiciis et incertiis, à la connaissance exacte des règles de la symétrie »13. Ce passage fonctionne comme un condensé de la personnalité de Rahan qui exerce sa curiosité dans tous les domaines et s’efforce toujours de tirer profit de ce qu’il constate. Ainsi, dans la Horde folle, monté sur un cocotier, il s’acharne sur les noix qu’il n’arrive pas à ouvrir et « déçu, furieux, il [fait] tomber quelques noix géantes sur le sol… Sa colère était telle que son coutelas [qu’il avait été jusqu’à récupérer au fond de la mer] lui échappa ». Quand il redescend, il le découvre « fiché dans le sable jusqu’au manche » et il s’étonne : « comment est-ce possible qu’un couteau se plante tout seul ? ». Après la phase d’observation, que Vitruve nommerait fabrica,il réfléchit : « il est tombé de là-haut, il a tourné plusieurs fois… et… et… il s’est planté ! ». La ponctuation choisie par Lecureux met en évidence les différentes étapes intellectuelles, prélude nécessaire à l’entraînement pratique : « il s’exerça sur un palmier… [et] comprit vite qu’il fallait projeter l’arme d’une certaine façon, lui donner selon la distance une certaine rotation afin que la pointe, en fin de course, arrive la première sur la cible » ; comme toujours, il mettra à profit sa nouvelle découverte pour sauver des enfants menacés par « un tigre énorme » et terrifiant. La plupart de ses aventures mettent en image une invention nouvelle concrètement utilisée pour venir en aide à autrui ou pour échapper à un danger.

  • 14  Psychanalyse de Rahan : le fantôme psychique d’un héros de BD, Paris, L’Harmattan, 2000. Son inter (...)
  • 15  C’est nous qui soulignons. Notons la modestie de Rahan : il « essaie » de comprendre mais reste co (...)
  • 16  Le Petit Rahan, tome 1.

5Rahan fait donc preuve des deux qualités qui, selon Vitruve, rendent « l’ouvrier parfait », l’intelligence, ingenium, et l’application au travail, disciplina, et il les utilise d’une façon toute vitruvienne ; en effet, « en toute science, on distingue deux choses, celle qui est représentée, quod significatur, et celle qui représente, quod significat. La chose représentée est celle dont on traite ; la chose qui représente, c’est la démonstration qu’on en donne, appuyée sur le raisonnement de la science, demonstratio rationibus doctrinarum explicata. La connaissance de l’une et de l’autre paraît donc nécessaire à celui qui fait profession d’être architecte » (II, 1, 7). De la même façon, une fois sa curiosité, ingenium, éveillée par un phénomène naturel — « une chose représentée » — Rahan vérifie qu’il ne s’agit pas d’un hasard, en le renouvelant volontairement ; après cette confirmation, vient la phase de réflexion intellectuelle : par un raisonnement abstrait, Rahan en déduit une « loi » mathématique universellement valable, puis, en validant la théorie par l’expérimentation pratique, il démontre le lien causal entre le signifié et le signifiant — « la chose qui représente ». Il ne lui reste plus alors qu’à appliquer l’énergie de sa disciplina à l’entraînement pour devenir de plus en plus performant. La méthode est logique et rigoureuse, même si la conclusion scientifique n’est pas toujours juste ; par exemple, la technique de jet du coutelas par rotation ne correspond pas à la réalité, comme l’a remarqué le psychiatre Pascal Hachet, fervent admirateur de ce personnage, dans son enfance, et auteur d’une Psychanalyse de Rahan14 : pour bien lancer son couteau, « il faut se trouver à une distance à partir de laquelle, en fonction de la régularité du geste que l’on acquiert peu à peu, la pointe arrivera forcément (du moins en théorie) contre la cible. C’est la distance qui crée le succès du lancer ou non. De plus, en fonction de multiples facteurs dynamiques, on s’aperçoit que le lancer n’est précis qu’à condition que le couteau tourne deux fois sur lui-même […], trois fois ou plus, c’est trop imprécis. Or, Rahan projette quelquefois son arme d’une distance de dix à vingt mètres ; qu’un coutelas se plante à cette distance relève purement et simplement de la loterie ». Mais peut-être est-ce justement par ce décalage entre la théorie (« la chose qui représente ») et la pratique (« la chose qui est représentée ») que Lecureux a voulu souligner l’adresse de son héros tout en rappelant à un lecteur trop pointilleux que Rahan est « fils des Âges Farouches » et non enfant de l’ère technologique… Comme il le fait dire à son personnage, à la fin de L’Allié de feu : « Rahan n’est pas un dieu. Il est un chasseur qui observe et essaie de comprendre »15. Or, ce sont là les qualités que Vitruve considère comme essentielles à l’architecte et il compare même celui qui « sait joindre la théorie à la pratique » à « un guerrier armé de toutes pièces » (I, 1, 2) : nous ne sommes pas très loin du bon « chasseur », tel que le définit Craô, lorsqu’il remarque que « la force et la ruse » ne serviraient à rien « au chasseur qui aurait la tête creuse et le cœur vide »16.

Le collier de griffes ou les qualités d’un architecte préhistorique

  • 17  Sur la formation de l’architecte, cf. supra les contributions de C. Saliou (p. 201-217) et de M. M (...)

6Vitruve se fait donc une haute idée de l’architecture et il exige de son architecte, outre la capacité à observer et à comprendre, toute une gamme de connaissances et de compétences : il se doit d’avoir « de la facilité pour la rédaction, de l’habileté pour le dessin, des connaissances en géométrie ; il doit avoir quelque teinture de l’optique, posséder à fond l’arithmétique, être versé dans l’histoire, s’être livré avec attention à l’étude de la philosophie, connaître la musique, n’être point étranger à la médecine, à la jurisprudence, être au courant de la science astronomique qui nous initie aux mouvements du ciel » (I, 1, 2) ; il connaît aussi bien les arts que les sciences ou la littérature dans leurs différentes formes et c’est parce que rien ne lui est étranger qu’il peut être un bon architecte17. Comme lui, Rahan possède plusieurs cordes à son arc, ou, plus exactement, plusieurs griffes à son collier. Depuis que Craô mourant le lui a légué, il n’a jamais quitté son cou et lorsque, précisément dans Le Collier de griffes, il le perd, il « se sen[t] soudain nu ». Voyons donc quelle en est l’histoire et la symbolique.

  • 18  Les deux dernières vertus ne sont pas précisées dans le texte mais le lecteur les déchiffre à la f (...)
  • 19  Cf. l’interview de Rahan par M. Rioux (les réponses étant celles de R. Lecureux) : « Craô est un p (...)

7Comme Craô l’apprend au Petit Rahan, il s’agissait à l’origine d’une offrande faite par le sorcier au père de son arrière-grand-père, parce qu’il avait fait preuve de courage en affrontant « seul un “ deux-dents ” ». Il a légué le collier à une griffe à son fils qui, par sa générosité dans l’exercice du pouvoir, a mérité une deuxième griffe, puis « le collier des vertus [est revenu] à [son] grand-père », qui y a ajouté la griffe de la loyauté, puis à son père qui s’est illustré par sa ténacité18 ; Craô y a mis « la sagesse, vertu que le clan affirme trouver en lui ». Ainsi lorsque Craô lui lègue ce collier, en lui demandant de « toujours rester fidèle à ces vertus » et « peut-être [de] mériter une sixième griffe », il inscrit Rahan dans une famille et une lignée, ce dont atteste l’engagement que prend l’enfant : « Rahan en fait le serment, père ! ». Le mot « père », qui « tonn[e] au cœur de Craô-le-sage » et qui est écrit en majuscules, concrétise à la fois le lien filial, l’appartenance généalogique et l’obligation de mémoire faite à Rahan19. Si l’on voulait transposer cet épisode dans la logique du traité de Vitruve, on pourrait dire que Craô est à Rahan ce que l’architecture est à l’architecte…

8De fait, si, comme il est dit dans Le Collier de griffes, « chacune des griffes qui bat son torse représent[e] une qualité de ceux qui marchent debout », c’est surtout le triomphe sur les peurs irrationnelles et sur la faiblesse psychique qu’il incarne : parce qu’il a su observer et analyser, « Rahan n’a plus peur de la nuit, ni du feu, ni du tonnerre du ciel, ni des fleuves sans fin ». La nouvelle fait d’ailleurs une large place à ses apprentissages comme pour signifier le lien symbolique entre le collier et l’audacieuse ingéniosité du héros. Il est intéressant de citer le passage, même s’il est un peu long, car il reprend en les synthétisant les qualités que Vitruve exige de l’architecte :

N’avait-il pas appris à ramper sur l’eau et à construire un radeau ? N’avait-il pas défié l’océan pour se lancer à la poursuite du soleil ?

9Ici s’unissent connaissances techniques et curiosité astronomique.

N’avait-il pas appris à se camoufler comme le caméléon, à lancer le boomerang ? À sauter à la perche ? N’avait-il pas découvert une curieuse manière de capturer les poissons ? Et inventé la luge, la sarbacane ? Ne savait-il pas, imitant la nature, jeter des ponts au-dessus des précipices pour échapper à ses ennemis ? N’avait-il pas, affrontant les hordes les plus barbares, traversé les plus étranges territoires ?

  • 20  Pour P. Hachet, il s’agit de la « curiosité » ; cf. son interview (référence, op. cit. n. 14). Cet (...)

10L’emploi récurrent du verbe « apprendre » insiste sur le processus intellectuel, tandis que l’imitation de la nature permet sa maîtrise, donnant ainsi accès au savoir véritable. Pour pouvoir construire un radeau ou un pont au-dessus d’un gouffre, il faut savoir ordonner les matériaux, les disposer en convenance avec ce à quoi l’objet est destiné, les distribuer judicieusement en fonction de leur emplacement, les assembler harmonieusement et de façon proportionnée, autrement dit il faut respecter les six règles de l’architecture selon Vitruve : « l’ordonnance, la disposition, l’eurythmie, la symétrie, la convenance et la distribution » (I, 2, 1). Ainsi les qualités que symbolise le collier de griffes ne sont pas seulement morales, elles sont aussi « architecturales » et sont également au nombre de six, même si l’on peut s’interroger sur la qualité incarnée par Rahan, porteur de la sixième griffe20.

11Mais revenons à l’excursus paléoarchéologique qui ouvre le livre II et qui inscrit l’homme dans la société.

II. Rahan, membre de la communauté de « ceux-qui-marchent-debout » : entre réalisme et idéalisme.

L’étincelle créatrice

  • 21  C’est donc l’aspect « technique » qui intéresse Vitruve, au contraire de Lucrèce qui, s’il évoque (...)

12Selon Vitruve, l’humanité à ses débuts se caractérise par une vie animale, ut ferae, « dans les forêts, dans les cavernes et dans les bois », et par une nourriture végétale, ciboque agresti(II, 1, 1), jusqu’à la découverte puis la maîtrise du feu. Si Vitruve n’indique pas comment les hommes l’ont reproduit, il décrit toutefois assez précisément le phénomène physique de frottement, terentes, qui lui a donné naissance. Il évoque en effet une violente tempête sur une forêt si dense en arbres que leurs rameaux se touchent ; la force des vents qui les agite exacerbe le contact jusqu’à l’étincelle créatrice, ab tempestatibus et uentis densae crebritatibus arbores agitatae et inter se terentes ramos ignem excitauerunt (II, 1, 1). Or, quand Rahan veut faire du feu, il le fait naître « avec des baguettes de bois dur » (Le Petit Rahan) ou jaillir « des pierres-qui-lancent-des étoiles » (Le Collier de griffes), technique que Vitruve ne mentionne pas, préférant mettre l’accent sur le rôle déclenchant du frottement21. Une fois leur peur, perterriti, dominée avec l’apaisement de l’intensité de l’incendie, flamma uehementi […] requieta, les hommes se mettent, comme Rahan, à observer, animaduertissent, puis à déduire : puisque leurs corps apprécient la douce chaleur du feu, ignis teporem, ils ont tout intérêt à l’entretenir, ligna adiicientes, et à le maintenir, conseruantes (II, 1, 1) ; de la même façon, dans Le Collier de griffes, Rahan montre aux deux enfants qu’il a pris sous sa protection comment faire du feu pour cuire le gibier qu’il leur a ramené, réalisant en même temps que « la viande serait bien meilleure si elle ne touchait pas le feu… comme ceci ! », c’est-à-dire si elle grillait progressivement à la broche.

  • 22  Vitruve se différencie ici de Cicéron qui lie la naissance des communautés humaines à l’invention (...)
  • 23  II, 1, 6, traduction légèrement modifiée. Vitruve esquisse à grands traits une rapide histoire de (...)
  • 24  A. Leroi-Gourhan (ed.), Dictionnaire de la Préhistoire, Paris, Quadrige / PUF, 2005 (1988), s. u. (...)

13La maîtrise du feu apporte ainsi aux hommes de nombreux avantages, commoditatem […] magnam, utilitates (II, 1, 1), qui ne sont pas seulement matériels : elle favorise la vie en société22, propter ignis inuentionem conuentus initio apud homines […] esset natus (II, 1, 2), permet la construction de murs d’habitations en « boue séchée » (II, 1, 3), prélude à la découverte « d’autres arts et sciences » et conduit « par degrés l’humanité à quitter sa vie sauvage et agreste pour des mœurs plus douces »23. L’analyse est ici très fine et l’archéologie moderne la confirme ; ainsi C. Perlès rappelle qu’« en tout état de cause, l’étape importante est bien l’usage du feu, quelle que soit son origine, car c’est lui qui dénote un changement de comportement […] : la peur du feu est maîtrisée, il est “ domestiqué ” et intégré à l’univers quotidien. […] Cette maîtrise des propriétés du feu ouvre la voie aux véritables “ arts du feu ”, la céramique, la verrerie et la métallurgie »24. Vitruve dit-il autre chose quand il suggère que le feu est à l’origine de l’architecture ? C’est en tout cas une idée que R. Lecureux a exploitée dans L’Allié de feu, en faisant de Rahan l’inventeur du panneau solaire. Le héros se fait en effet architecte-ingénieur pour chauffer un « appartement » glacial situé près d’un volcan, sur une montagne enneigée qui ne laisse « jamais pénétrer la chaleur » du soleil. Comme toujours, tout part d’un phénomène physique que Rahan observe et « cherche à s’expliquer » : alors qu’il erre dans la région, il découvre « des pierres-qui-brillent en argent », formées par « le métal en fusion, [qui], jadis jailli du volcan, s’était refroidi sur certaines roches formant de curieuses plaques » ; il en décolle une, découvre sur « la surface d’argent poli […] un miroir déformant » et se met à réfléchir pour comprendre ; c’est alors qu’il sent sur sa cuisse une légère brûlure causée « par la coquille d’argent réfléchissant le soleil ». Capter l’énergie solaire et la détourner vers la caverne, voilà l’idée qu’il va expérimenter concrètement, car, en vrai architecte vitruvien, Rahan s’occupe de tout. La première tentative est un échec car le panneau doit être concave : « la chose-qui-chauffe doit être ronde et creuse ! ». Mobilisant l’énergie du clan et tout le bois de chauffage de réserve, Rahan « fait fondre des pierres-qui-brillent dans la ravine » ; « le métal en fusion est canalisé sur une roche ronde et lisse » puis, une fois refroidi, il est porté et dressé « face à l’entrée de la caverne ». La chaleur se réfléchissant sur le bouclier d’argent se répand alors « bienfaisante, jusqu’au plus profond de la caverne », faisant du soleil « un allié de feu » qui rend « le bonheur » à toute la tribu. Dans le texte de Vitruve, ce sont les hommes qui approchent leurs corps de la douce tiédeur du feu ; avec Rahan c’est le feu qui s’approche des hommes, mais, dans les deux cas, c’est de la nature, ab natura, que viennent « à profusion les matériaux nécessaires » (II, 1, 7).

14Mais la maîtrise du feu n’a pas seulement rendu la vie meilleure, elle a aussi permis la naissance du langage en favorisant la vie en groupes.

Le langage ou la naissance de l’homme

  • 25  Vitruve, II, 1, 1 et Lucrèce, V, 1028-1090 : « le genre humain […] nota les choses de sons variant (...)
  • 26  Devons-nous rappeler que, dans la Bible, le pouvoir de nommer les choses est celui de Dieu, pouvoi (...)
  • 27  On pense au quodam in loco qui, dans le texte de Vitruve, prélude à la naissance du feu.
  • 28  Y. Coppens, Le Genou de Lucy, Paris, Odile Jacob, 2000, p. 68.
  • 29  Tous ces exemples sont empruntés à La Horde folle.
  • 30  Il s’agit du début de La Longue griffe.

15Pour Vitruve, comme pour Lucrèce25, c’est la sensation de bien-être auprès du feu qui incite d’abord les hommes à le « montrer par gestes », nutu monstrantes, ostendebant, en l’accompagnant de cris dont l’émission se module progressivement en fonction des différences d’inspiration et d’expiration, profundebantur aliter spirito uoces. Après quoi vient la phase d’appropriation par un usage quotidien, quotidiana consuetudine : les mots, uocabula, naissent de l’association entre un son et un geste, significando res, dont l’usage répété, saepius in usu,instaure la base lexicale nécessaire à la conversation, sermones. La parole articulée est donc née, comme le feu, de la conjonction d’un hasard, ex fortuito, et d’une démarche intellectuelle qui, en permettant de nommer les choses, a favorisé les échanges sociaux tout en signant la liberté de l’homme, puisqu’elle lui permet de faire entrer son environnement dans un code linguistique compris par une collectivité26. Comme le dit Yves Coppens à propos du premier tailleur de pierres, notre liberté est le fruit de « la connaissance », rendue possible, parce que, un jour27, quelqu’un, « le premier, a osé couper le cordon de la nature, agir sur son environnement et changer le monde »28. De même, dans la bande dessinée de R. Lecureux, les objets et les êtres sont nommés par mimétisme naturel : la mer est « le grand désert d’eau », le raisin fermenté « le sang des fruits », la noix de coco le « fruit à peau de bois »29 ; les chimpanzés, ces « quatre mains » agiles, font « partie de la horde de “ ceux-qui-courent-dans-les-arbres ” », tandis que Rahan est « l’homme-aux-cheveux-de-feu » ou « à-la-longue-griffe »30. Par le nom, le monde se trouve domestiqué et des objets inconnus deviennent ordinaires, comme le boomerang que Rahan découvre dans Le Secret du soleil et dont il fait un « papillon-qui-revient ».

  • 31  II, 1, 2, traduction personnelle.
  • 32  Sur cet aspect, cf. Y. Coppens, op. cit., chapitres I : « Les préhumains. L’histoire de l’homme av (...)
  • 33  En effet « la morphologie de la base du crâne [de Lucy] ne montre pas la flexure qui accompagne la (...)

16C’est donc le langage qui différencie l’homme des autres animaux, comme Rahan le rappelle aux quatre adolescents qui l’ont fait prisonnier et qui s’étonnent de voir « un quatre-mains sans poils ! un quatre-mains à peau blanche ! » : « les “ quatre-mains ” ne parlent pas et Rahan parle ! comme vous ! » (La Bête qui parle) et il aurait pu ajouter : il se tient debout, comme vous. Car c’est là, Vitruve le rappelle, un trait distinctif des êtres humains, praeter reliqua animalia (II, 1, 2), qui ont reçu de la nature, ab natura, « l’avantage de marcher non pas penchés vers le sol, mais debout », ut non proni se erecti ambularent31, tout comme Rahan, membre de la grande communauté de « ceux-qui-marchent-debout », illustration concrète et populaire de la modernité de l’analyse vitruvienne. En effet, en soulignant le rôle essentiel joué par la station verticale qui libère « les mains et les bras », manibus et articulis (II, 1, 2), Vitruve rejoint l’analyse des spécialistes contemporains, tandis que son expression erecti ambularent évoque la dénomination d’homo erectus qui désigne les premiers hominidés32. Finalement, Vitruve procède comme Rahan : il observe puis il déduit, que ce soit pour le feu, pour le langage ou pour les habitations primitives (II, 1, 3), qu’il imagine sans doute à partir de ses propres observations lors des campagnes militaires auxquelles il a participé en pays étrangers ; et, comme Rahan, il se trompe parfois dans son interprétation : concernant le langage, il n’a pas vu que c’est la station debout qui, en libérant le larynx, permet l’articulation des sons et, partant, la différence entre les hommes et les singes, ces « quatre-mains » qui « courent-dans-les-arbres », qui « ressemblent [tant] à ceux-qui-marchent-debout » (La Longue griffe) et que fréquente souvent Rahan, aussi agile qu’eux au point d’être « un véritable quatre-mains » (Le Petit Rahan), mais sans perdre sa capacité à marcher debout, à parler et à réfléchir : Rahan n’est pas Lucy…33 Il est un homme primitif idéal, un héros de bande dessinée en qui s’incarnent les qualités physiques et morales de l’homme, dont la moindre n’est pas celle du partage, si importante dans le texte de Vitruve.

Rahan, la fraternité du partage ou le rêve de Vitruve incarné

  • 34  II, 1, 2 : hominum congressu, conuentus […] et concilium et conuictus, in unum locum plures conuen (...)

17Vitruve met en effet l’accent sur la vie en communautés34 des hommes primitifs soucieux de partager leurs expériences avec leurs congénères. Ainsi la découverte du feu fait naître en eux la volonté d’aller au devant des autres, alios adducebant (II, 1, 1), pour leur apprendre ce qu’ils savent en le leur montrant, monstrantes, ostendebant. De la même façon, Rahan est avide de découvrir de nouvelles choses pour pouvoir les enseigner aux autres tribus, en une fraternité qui est le résultat d’une prise de conscience ; dans Le Secret du soleil, il s’interroge : « formerions-nous tous ensemble la grande horde de ceux-qui-marchent-debout ? », avant de tirer les conséquences de son appartenance à l’humanité : « Rahan sera le fils de tous les clans, de toutes les hordes ! Rahan ira partout, verra tout, apprendra tout ! Il révèlera aux uns ce que lui auront enseigné les autres ». L’anaphore de « tous » et de « tout », la quasi-redondance des compléments de noms dans la première phrase, l’énumération symétrique de la deuxième et les points d’exclamation mettent l’accent sur l’enthousiasme du héros, désireux de dépasser les frontières entre « les clans » et « les hordes ». Véritable citoyen du monde avant l’heure, il est le maillon qui assure la circulation du savoir des « uns » aux « autres », à la façon des premiers architectes vitruviens, qui « se montraient les uns aux autresles améliorations qu’ils avaient faites à leurs constructions », alius alii ostendebant aedificiorum effectus (II, 1, 3). De fait, chaque aventure de Rahan vise à rétablir cette entente fraternelle et cette égalité entre les hommes dont Vitruve fait la caractéristique des premières communautés humaines. Dans Les Hommes sans tête, par exemple, il détruit la différence que le savoir avait mis entre deux clans en instruisant le plus primitif et en apprenant au plus instruit et il leur « livre toutes ses connaissances », donnant ainsi son véritable sens au qualificatif « frères » qu’il avait utilisé à leur égard.

  • 35  Cf. aussi Le Secret du soleil qui fait un retour sur le passé de Rahan : « ceux qui marchent debou (...)
  • 36  Les exemples abondent, cf. par exemple Le Piège à poissons (« Rahan pense que “ ceux-qui-marchent- (...)
  • 37  Les parents de Rahan, Honou-la-Belle et Arn-le-Brave ont eux-mêmes été victimes du chef de leur cl (...)

18Mais l’homme est plus souvent enclin à confisquer le pouvoir à son profit ou à éliminer le plus faible qu’à partager et Rahan lui-même a souvent fait, dans sa jeunesse, l’expérience de la cruauté humaine : « Rahan méprisait et détestait les hommes ! Car dans son incessant combat pour la vie, il s’était trop souvent heurté à l’égoïsme des clans » et la vignette suivante du Petit Rahan ajoute un commentaire révélateur de la haine du héros pour ces animaux que sont ses semblables : « Craô se trompait ! Ceux-qui-marchent-debout ne sont que des singes à peau lisse ! Et encore ! » ; les points d’exclamation qui scandent les phrases mettent en lumière le profond dégoût de Rahan35. C’est d’ailleurs le même sentiment qui, dans La Bête qui parle, a poussé Aya-la-mère à élever ceux qu’elle considère comme ses enfants dans l’ignorance totale de l’existence des hommes ; en effet, elle les a gardés lorsque son clan tout entier, « les femmes comme les hommes », est parti « combattre ceux des montagnes rouges », mais « aucun ne revint ! Tous avaient péri dans l’inutile et cruel combat ! Ce jour-là, [elle] a juré que les enfants grandiraient dans l’ignorance des hommes et de leurs querelles ». En risquant sa vie pour sauver les adolescents en danger de mort, Rahan parviendra à la persuader que « ceux-qui-marchent-debout ne peuvent vivre isolés les uns des autres ! Ils doivent s’entraider, échanger leur savoir ! » et l’épisode se termine sur Aya et ses enfants qui vont « allégrement à la découverte de ces êtres dont, la veille encore, ils ignoraient tout… Des êtres qui portaient le nom d’HOMME »36. La bande dessinée fait donc une place importante à la réalité de la vie en groupes qui est loin d’être aussi idyllique que le dit Vitruve : plus que le partage équitable, c’est la volonté de puissance qui domine et qui s’incarne dans le sorcier, le chef lâche, cruel et ambitieux dont Rahan combat inlassablement l’injustice ou la duplicité. Les exemples abondent ; nous prendrons celui de Gahar-le-sorcier dans L’Enfant chef, parce qu’il porte en lui les principaux défauts d’un mauvais pouvoir ; en effet, il exploite la crédulité du peuple37 en leur faisant croire que Raukaa, le chef du clan, « mort deux saisons plus tôt […] vivait toujours dans le corps de son fils, le petit Atara ! Avec ce mensonge, Gahar impose ses volontés au clan ». Mais lorsque le volcan qui se trouve à proximité entre en éruption, il n’hésite pas à abandonner lâchement Atara « pour fuir plus vite ». Et lorsque Rahan, qui a sauvé l’enfant de la mort, le dénonce au clan rassemblé, il bondit sur lui, « fou de rage, les pointes d’os de son redoutable casse-têtes reflét[ant] le feu du ciel ». Gahar cumule ainsi l’égoïsme, la veulerie, la violence et l’hypocrisie pour exercer un pouvoir absolu sur le corps et l’esprit des chasseurs de son clan. Un tel type d’homme est totalement absent du texte de Vitruve, dans lequel le désir de gloire est orienté uniquement vers le bien de l’humanité.

  • 38  Cf. par exemple Salluste, Conjuration de Catilina 6-9 ; Tite-Live, I, praef. 4 ; Tibulle, III, 35- (...)
  • 39  Cf. A. Ernout & A. Meillet, op. cit., p. 309. De la même façon, dans Le Piège à poissons, R. Lecur (...)
  • 40  Inter se (II, 1, 1) ; alii […] alii […] nonnulli (II, 1, 2) ; alius alii et alii (II, 1, 3).

19Est-ce à dire que notre auteur est un naïf ? Sûrement pas ; outre le fait que l’idéalisme moral relève du topos, « historique » et littéraire, de l’âge d’or38, le vocabulaire ambigu que Vitruve utilise pour caractériser la nature humaine, imitabili docilique natura (II, 1, 3), montre qu’il s’agit d’un choix volontaire. En effet, imitabilis signifie à la fois « digne d’être suivi » et « enclin à imiter, conditionné par autrui »39, tandis que docilis qualifie tout autant celui qui est « disposé à s’instruire » que celui « qui se laisse manœuvrer » et facilement dominer. Vitruve est donc parfaitement conscient que l’homme est capable du pire, mais il ne veut voir que le meilleur : l’esprit éristique de l’homme s’exerce en une sorte de concours altruiste pour le bien de la communauté et la gloire obtenue, gloriantes (II, 1, 3), est celle du partage et de l’humanité, comme l’indique la récurrence des expressions de réciprocité40. La bande dessinée de R. Lecureux n’est pas exempte de tels personnages. Ainsi, dans Le Sacrifice de Maoni, celle-ci, « fille d’Haïka le chef », sacrifie sa beauté en cachant son visage, autrefois rongé par les fourmis mais merveilleusement reconstitué depuis, derrière une cagoule qu’elle porte en permanence. Car « le clan [lui] a obéi dès le jour où [elle] a été défigurée par les bêtes-qui-rongent. [Elle] obtient de lui qu’il vive en paix avec ceux de la forêt », mais si la vérité se savait, « leur respect disparaîtrait [et] Wrâmm conduirait les chasseurs sur les mauvais chemins de la guerre ». Et Rahan admire cette jeune fille qui fait passer « le bonheur des siens » avant son propre intérêt, comme le font les premiers hommes vitruviens, comme le fait Rahan. Celui-ci incarne donc bien l’idéal humain que Vitruve place à l’origine de l’architecture, et ce non seulement par sa personnalité mais aussi par la façon dont il est dessiné…

III. Rahan, l’esthète philosophe

Le corps de Rahan ou le miracle de la symmetria

20Les qualités « architecturales » de Rahan s’incarnent dans la symmetria toute vitruvienne de son corps. Est-il ici besoin de rappeler que Vitruve définit la symmetria comme « la proportion qui règne entre toutes les parties de l’édifice et le rapport de ces parties séparées avec l’ensemble, à cause de l’uniformité des mesures » (I, 2, 4) et qu’il prend comme modèle de proportion précisément le corps de l’homme, reflet de l’harmonie cosmique ? Ce sont ces rapports proportionnels, établis à partir d’un module, commodulatio (III, 1, 1), qui définissent l’homo ad quadratum et l’homo ad circulum, immortalisés par Léonard de Vinci dans son célèbre « homme de Vitruve », synthèse visuelle de l’analyse vitruvienne :

  • 41  III, 1, 3. La traduction de P. Gros (C. U. F., 1990) est plus précise dans les termes mathématique (...)

le centre du corps humain est […] par nature le nombril ; de fait, si l’on couche un homme sur le dos, mains et jambes écartées, et qu’on pointe un compas sur son nombril, on touchera tangentiellement, en décrivant un cercle, l’extrémité de ses deux mains et de ses orteils. Mais ce n’est pas tout : de même que la figure de la circonférence se réalise dans le corps, de même on y découvrira le schéma du carré. Si en effet mesure est prise d’un homme depuis la plante des pieds jusqu’au sommet de la tête et qu’on reporte cette mesure sur la ligne définie par ses mains tendues, la largeur se trouvera être égale à la hauteur, comme sur les aires carrées à l’équerre41.

  • 42  Sur cet aspect, son lien avec le type polyclétien et son exploitation à la Renaissance, cf. M. Bus (...)

21Le corps humain apparaît ainsi comme un modèle de perfection mathématique, géométrique et musicale42.

  • 43  Il dégage même un charme sensuel auquel, d’après P. Hachet (dans son interview, op. cit. n. 14), « (...)
  • 44  Nous avons fait ces relevés mathématiques à partir de la vignette n° 17 de La Bête qui parle, au m (...)
  • 45  II, 1, 2, étudié supra p. 362.
  • 46  Les Hommes sans têtes, vignette n° 6.
  • 47  Nous avons développé cet aspect supra p. 366-367. Concernant la symmetria, il va de soi que dans u (...)

22Or, si l’on regarde le corps de Rahan, tel que l’a dessiné A. Cheret, on remarque d’abord une harmonie d’ensemble qui produit cette impression de beauté naturelle si chère à Polyclète43. En étant plus attentif, on constate qu’il est construit sur une commodulatio de base qui donne les proportions d’ensemble, selon les préceptes vitruviens. Prenons par exemple comme module 0,5 cm44 : la distance du talon au genou, du genou au bassin et du bassin au torse est à chaque fois de 1,5 cm, soit trois fois le module ; le bras et la main reprennent la même proportion de trois, tandis que la tête fait deux fois le module. L’harmonie des membres est donc parfaite : elle dégage les jambes (module x 2), qu’elle rattache au torse par un module-jointure et reproduit la même mesure pour les bras qu’elle prolonge par un module-mains. Ainsi se trouvent mises en évidence les deux caractéristiques vitruviennes de l’homme primitif : sa capacité à marcher debout et à saisir les objets des mains45. La façon dont a été physiquement conçu le personnage de Rahan répond à la symmetria dans ses dimensions mathématique et musicale. Ainsi, la vignette qui montre Rahan jouant de la flûte pour la première fois46 reprend trois fois ce même module de part et d’autre de la main gauche qui tient le bambou ; de même, sept vignettes plus loin, lorsque Rahan saisit une liane pour se défendre contre ses assaillants, son arme mesure trois modules de 0,5 cm, puis vient la main qui la tient, puis la liane forme une boucle dessinée selon une courbe conçue également autour de trois modules de 0,5 cm. Ainsi se trouvent réunies dans la même proportion mathématique les qualités artistiques et guerrières de Rahan, en un rappel pictural de la fondamentale dualité de l’homme, capable du meilleur comme du pire47… Mais le parallèle esthétique entre Rahan et Vitruve ne s’arrête pas là : ils manifestent tous deux une grande admiration devant les merveilles de la nature.

La nature, perpétuel miraculum

  • 48  Cf. supra p. 363.

23Elle manifeste aux yeux de l’homme émerveillé et intrigué à la fois l’ordre parfait du cosmos et la minutieuse organisation du vivant ; c’est elle en effet qui a façonné le cerveau humain, donnant à ceux qui-marchent-debout « la faculté de sentir, sensibus ornauisset gentes, [comme] les autres animaux », mais aussi celle d’analyser et de penser logiquement, comme le fait si bien Rahan : en leur mettant « dans l’esprit l’arme de la prudence et de la raison, cogitationibus et consiliis armauisset mentes », elle a assuré leur domination sur les autres espèces « assujettis à sa puissance, sub potestate » (II, 1, 6), tout en leur rappelant par la violence de ses déchaînements qu’ils ne sont pas tout puissants, expérience que Rahan fait quotidiennement : « la nature était à la fois son alliée et son ennemie… Tantôt elle se déchaînait contre lui… Tantôt au contraire, elle lui révélait des secrets que savait mettre à profit son cerveau en éveil » (Le Piège à poissons). Tout se trouve ainsi rationnellement ordonné, « car il n’est point de matière, point de corps, il n’est rien qui se forme sans le concours des divers principes » (II, 1, 9) ; c’est cet enchaînement logique de causes qui éclaire le passage de l’homme-bête primitif, ut ferae (II, 1, 1), à l’homme civilisé : par sa démarche hypothético-déductive, Vitruve peut mettre en lumière les trois étapes essentielles de l’évolution humaine, de la maîtrise du feu à l’habitat en société en passant par le langage, sans faire intervenir le hasard ni le divin. La seule concession faite concerne la parole qui est née « fortuitement », fari fortuito coeperunt (II, 1, 1) ; l’adverbe, qui semble détoner dans cette reconstitution si rigoureuse, s’explique de deux façons : il sert d’abord à pallier un chaînon manquant, celui du rôle joué par le larynx dans la naissance du langage48, et Vitruve en corrige la portée en soulignant l’importance de la pratique quotidienne, ex usu, et de l’enchaînement rationnel, ex euentu, ita. D’autre part, le progrès scientifique se fait parfois par hasard, comme le montre l’invention du vaccin par Pasteur suite à l’oubli d’une bactérie dans un tube à essai ; de la même façon, une négligence peut enrichir la nourriture, ce dont atteste le fromage moisi qu’est le roquefort, ou améliorer la qualité de la vie, comme ce fut vraisemblablement le cas avec le feu. L’adverbe fortuito met ainsi l’accent sur les surprises rationnelles et scientifiques que la nature réserve à l’homme et dont Le Piège à poissons donne un exemple. Rahan a faim mais il n’arrive pas à attraper « ces merveilleux poissons mouchetés » qui nagent plus vite que lui. Affamé et désespéré, il contemple les poissons qui bondissent dans l’eau comme pour le narguer lorsque se produit un miracle : « un saumon frétillait au bout d’une branchette, suspendu par la bouche à une épine d’arbuste… Tout près de l’épine, Rahan remarqua la grappe de minuscules fruits rouges » et, comme toujours, il réfléchit et il admire en mesurant tout ce qui lui reste à apprendre : « jamais Rahan n’aurait imaginé piège aussi étrange » et il met à profit cette découverte en exploitant « ce merveilleux secret ».

  • 49  Cf. Le Piège à poisssons, un peu plus loin : « Rahan sait observer les choses et parfois imiter la (...)
  • 50  C’est le principe du « module » dont nous avons parlé à propos de la symmetria ; cf. Platon, Phèdr (...)
  • 51  Cela n’exclut pas bien sûr des mésaventures, comme dans Le Piège à poissons où, après avoir vu son (...)
  • 52  C’est pour cette raison que Vitruve condamne le monstrueux dans la peinture de son époque (VII, 5) (...)

24L’incroyable est en effet dans la nature qu’il faut imiter49, comme le préconisait déjà Aristote (Poétique 1460b 9-11) et comme le font les premiers hommes vitruviens qui sont aussi les premiers artistes et les premiers poètes. En reproduisant, imitantes, les objets et les êtres qui les entourent, ils sont assurés de l’efficacité de leurs inventions, puisqu’ils trouvent dans la variété des organismes vivants créés par la nature un modèle d’harmonie proportionnelle des éléments entre eux et avec les autres éléments50. De fait, si les découvertes de Rahan, esprit pratique et ingénieux, sont presque toujours heureuses51, c’est qu’il prend la nature comme modèle et comme guide, rejetant le monstrueux et le fantastique qui, n’existant pas dans la nature, ne peuvent qu’être le fruit d’une tromperie52. Ainsi, lorsque dans Le Sorcier de la lune ronde, il « aperçoit une étrange silhouette qui se profil[e] sur la lune, comme celle d’un “ wampas ” [un renvoi précise qu’il s’agit d’un vampire] à l’affût sur la crête », il n’éprouve aucune crainte ni aucune difficulté à expliquer ce phénomène : « ce n’est pas un “ wampas ” ! C’est un sorcier ! Et ceux-là vont leur porter leurs offrandes !! ». Le sorcier exploite donc la crédulité de l’homme, paramètre que Vitruve prend en compte lorsqu’il insiste sur la nécessité de choisir « les endroits où l’air est le plus sain, les fontaines les plus salutaires pour y placer les temples, principalement ceux que l’on élève à Esculape, à la déesse Santé et aux autres divinités, auxquelles on attribue la vertu d’opérer le plus de guérisons, aegri curari uidentur. Les malades qui passeront d’un endroit malsain dans un lieu dont l’air est pur et qui feront usage d’excellentes eaux, se rétabliront plus promptement. D’où il résultera que la nature du lieu fera naître en faveur de la divinité une dévotion plus grande, grâce à l’importance qu’elle lui aura fait acquérir » (I, 2, 7). Tout est affaire de croyance, d’interprétation, comme le dit Toya dans Le Petit Rahan : parce qu’il a fait un rêve qui s’est réalisé, il a été « sur le champ désigné sorcier du clan », tout comme le malade guéri par la nature en attribue la cause aux dieux.

25C’est donc la même admiration devant les mira naturae qui réunit Vitruve et son avatar moderne : l’étrange et le merveilleux résident dans la nature qui est elle-même un miraculum, comme le montre l’histoire du chapiteau corinthien dont Vitruve rapporte l’anecdote au livre IV :

une jeune fille de Corinthe, arrivée à l’âge nubile, fut atteinte d’une maladie qui l’emporta ; après sa mort de petits vases qu’elle avait aimés pendant sa vie, furent recueillis par sa nourrice, arrangés dans une corbeille, et déposés sur sa tombe, et pour qu’ils se conservassent plus longtemps au grand air, elle les recouvrit d’une tuile. Cette corbeille avait été par hasard, fortuito, placée sur une racine d’acanthe. Pressée par le poids qui pesait en plein sur elle, cette racine d’acanthe poussa vers le printemps des tiges et des feuilles. Ces tiges grandirent tout autour de la corbeille, puis rencontrant aux angles de la tuile une résistance qui les comprimait, elles furent forcées à leur extrémité de se recourber en forme de rouleau (1, 9).

26Même si le ton est neutre, l’émotion de l’auteur se devine, tout comme son admiration devant la nature capable de métamorphoser un être en chapiteau et de lui offrir ainsi une forme d’immortalité : le fantastique existe aussi dans la nature. En cela Vitruve apparaît comme un thaumatographe naturaliste et il manifeste la même capacité philosophique à s’étonner et à admirer que Rahan.

La tanière du soleil : la quête métaphysique de Rahan

  • 53  Pour Rahan, comme pour Vitruve, « l’homme est la mesure de toutes choses », pour reprendre la form (...)

27Dès que l’homme a levé les yeux pour contempler « la splendeur du ciel et des astres » (II, 1, 2), il a enclenché le processus qui mène de l’étonnement à la connaissance : sa volonté de comprendre les lois qui régissent le monde lui permet aussi de mieux se connaître en tant qu’homme et de mieux appréhender sa relation au cosmos53. Rahan découvre ainsi que la voûte céleste n’est pas le reflet de la mer et que « le “ désert d’eau ”, contrairement au ciel, [a] une fin… un fond sur lequel poussait une végétation étrange » (La Horde folle), tout comme il apprend un jour que toute vérité n’est pas bonne à dire. Faut-il révéler au clan que Maoni a retrouvé son visage d’antan (Le Sacrifice de Maoni) ? Faut-il dire à la horde sauvage que « le sorcier de la lune ronde » qu’il vénère par des offrandes de viande n’est qu’une jeune femme, Sonaya, qui utilise leur crédulité pour obtenir de la nourriture qu’elle distribue aux infirmes que le clan voulait mettre à mort ? Rahan comprend peu à peu que les organismes vivants, quelle que soit leur nature, sont constitués d’éléments forts et d’autres plus faibles et que ceux-ci ont tendance à être éliminés par les plus puissants. La quête de la vérité conduit parfois au mensonge, comme si le concept même était susceptible de diverses interprétations, comme s’il n’existait pas en tant que concept universellement valable…

  • 54  Le Secret du soleil ; c’est nous qui soulignons.

28Mais la quête essentielle de Rahan, celle qui constitue le fil unitaire de ses aventures, c’est de trouver « la tanière du soleil ». Le défi qu’il lance à cette « bête » étrange, à ce dieu mystérieux qui « seul a pu [lui] échapper » (Le Secret du soleil) lui est dicté certes par son orgueil, mais surtout par son désir de voir l’endroit où il se cache pour l’obliger à sortir et à « briller sans cesse », repoussant ainsi dans le néant la crainte qui saisit chaque homme à l’approche de l’obscurité : « plus de nuit, plus de ténèbres ! ». Le soleil incarne ainsi le défi lancé par la nature à l’esprit humain ; en le relevant, Rahan mûrit et gagne sa liberté : après la peur du noir dissipée chaque matin par le retour de la lumière, il s’affranchit de la superstition en osant se moquer du soleil : « La vengeance qu’il appréhendait ne se produisit pas. Et Rahan sut que l’on pouvait impunément défier les dieux. Il ne craignit plus celui des ténèbres »54. C’est donc une démarche expérimentale, de nature vitruvienne, qui permet de vaincre l’angoisse que fait naître l’inexplicable et de faire reculer la superstition. De même, c’est en voyant, du haut d’une crête où il s’est embusqué, les hommes noirs chez qui il est parvenu s’amuser à une course-poursuite autour de l’île qu’il comprend pourquoi le soleil réapparaît derrière lui le matin alors que, le soir, il s’était endormi face à lui : « le grand territoire des hommes et des bêtes serait donc semblable à cette terre ! il serait rond comme un fruit et le soleil tournerait autour sans jamais s’y poser » (Le Secret du soleil) ; la comparaison, écrite en gras dans la bande dessinée, met en avant la méthode hypothético-déductive de Rahan qui part toujours de l’exemple concret offert par la nature (« un fruit ») pour arriver à la théorie, dont la justesse est fonction des connaissances de son époque : son évolution intellectuelle et psychologique reflète celle que décrit Vitruve chez les premiers hommes, tout comme sa quête du soleil fait écho au souci de clarté de Vitruve, désireux d’éviter dans son traité toute obscurité, nec obscura sed perspicua (II, 1, 9).

Conclusion

29Minuit sonna doucement à la pendule du bureau, ramenant le Professeur M. Z** à la réalité de son corps courbaturé et de ses yeux fatigués. Il s’étira en grimaçant de plaisir : lire Vitruve à la lumière de Rahan, le héros de son enfance, méritait bien une petite dette de sommeil, d’autant plus que l’étude avait été fructueuse ! « Cheveux-de-feu » incarnait l’architecte vitruvien par ses qualités et ses connaissances ; il donnait un visage à l’homme primitif et un corps à la symmetria ; son émerveillement devant la nature, à la fois mystérieuse et merveilleuse, sa volonté de comprendre les lois du cosmos et de la vie, son sens du partage et de la fraternité témoignaient d’un idéal qui méritait d’être redécouvert. Et M. Z** se félicitait d’avoir tenté l’analyse. Car, même si aucun universitaire sérieux ne lirait jamais ces lignes, il percevait maintenant concrètement l’étonnante modernité de Vitruve.

Haut de page

Notes

1  Tout lecteur qui verrait ici une allusion au Tout petit monde créé par D. Lodge (Rivages, 1992 [1984]) ferait assurément preuve d’une judicieuse intuition.

2  Sauf mention contraire, les citations en français sont empruntées à la traduction de Ch.-L. Maufras, L’Architecture de Vitruve, 1847, disponible sur le serveur de la BNF, dans le catalogue des documents numériséshttp ://gallica.bnf.fr, de même que celle de Cl. Perrault, 1673 (rééditée en 1965 par A. Balland, Les Libraires Associés), sur le site des Itinera Electronica :

http ://agoraclass.fltr.ucl.ac.be/concordances/vitruve_de_architect02/lecture/2.htm ou sur http ://remacle.org/bloodwolf/erudits/Vitruve.

3  Les aventures de Rahan de 1969 à 1999 sont publiées dans l’Intégrale Noire, Toulon, Éd. Soleil, en 23 tomes (parution originale Pif Gadget) ; les nouvelles aventures, de 2000 à aujourd’hui, le sont aux Editions Lecureux ; le lecteur pouvant trouver l’intégrale des aventures de Rahan sur le site http ://www.rahan.org, nos références ne donneront que le titre de l’épisode.

4  Le Petit Rahan : « ce petit curieux veut toujours connaître le “ pourquoi ” et le “ comment ” des choses ! Quand ce n’est pas le “ pourquoi ” du “ pourquoi ” » (paroles de Shawa-l’Ancienne à Craô).

5  Il est intéressant de noter avec F. Lemerle qu’aucun des commentateurs de Vitruve au XVIe siècle « ne remet en cause le contenu du livre VII. Pour tous, les expolitiones relèvent de la compétence de l’architecte », « Vitruve et ses commentateurs face au second œuvre », Le Second Œuvre dans l’architecture de la Renaissance, colloque de Tours, CESR, 9-12 juin 1998, p. 3, texte disponible sur « halshs » :

archives-ouvertes.fr/docs/00/36/05/02/PDF/HAL_TEXTE INTEGRAL_Lemerle_Colloqx_Tours_1998.pdf.

6  A. Ernout & A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, Klincksieck, 2001, p. 208.

7 Ibid., s. u. anima, -ae, f. ; animus, -i m., p. 34.

8 Le Petit Rahan, tome 1.

9  Cf. A. Ernout & A. Meillet, op. cit., s. u. specio et species, p. 639-640.

10  Le Petit Rahan, tome 3.

11  Le Secret du soleil.

12  A. Ernout & A. Meillet, op. cit., s. u. seruo, p. 619-620, avec mention explicite du sens « respecter ».

13  II, 1, 7 (traduction légèrement modifiée).

14  Psychanalyse de Rahan : le fantôme psychique d’un héros de BD, Paris, L’Harmattan, 2000. Son interview par M. Rioux est disponible sur le site de Rahan, www.rahan.org/interview/interviewPHachet.html.

15  C’est nous qui soulignons. Notons la modestie de Rahan : il « essaie » de comprendre mais reste conscient de tout ce qui lui échappe et qu’il ne parvient pas à expliquer.

16  Le Petit Rahan, tome 1.

17  Sur la formation de l’architecte, cf. supra les contributions de C. Saliou (p. 201-217) et de M. Moro Ipola (p. 159-176).

18  Les deux dernières vertus ne sont pas précisées dans le texte mais le lecteur les déchiffre à la fin du tome 2, lors de la mort de Craô qui énumère les cinq vertus que symbolisent les griffes. La cohérence n’est pas toujours strictement respectée d’une aventure à l’autre puisque, dans Le Collier de griffes, qui ne cite que trois vertus, la bonté (citée en troisième position après le courage et la loyauté) remplace la générosité.

19  Cf. l’interview de Rahan par M. Rioux (les réponses étant celles de R. Lecureux) : « Craô est un père formidable, plein de vie et de courage, de sagesse et de loyauté ; c’est grâce à ce collier que j’honore sa mémoire » (disponible sur le site de Rahan.org, cf. op. cit. n. 3). Nous ne partageons pas l’analyse négative que P. Hachet fait de Craô (op. cit. n. 14).

20  Pour P. Hachet, il s’agit de la « curiosité » ; cf. son interview (référence, op. cit. n. 14). Cette semi-présence de la sixième griffe fait pendant au lien qu’entretient l’eurythmie avec la symmetria qui l’engendre.

21  C’est donc l’aspect « technique » qui intéresse Vitruve, au contraire de Lucrèce qui, s’il évoque le même topos que Vitruve, indique aussi l’autre « moyen » par lequel « le feu a pu venir aux hommes » : « la foudre », De la nature des choses V, 1091-1101 (trad. J. Kany-Turpin, Paris, Aubier, 1993). Sur le récit de l’apparition de la civilisation, cf. l’article de P. Ronet, supra p. 141-157.

22  Vitruve se différencie ici de Cicéron qui lie la naissance des communautés humaines à l’invention du langage et non du feu ; cf. De l’orateur I, 8 : « quelle autre puissance que celle de la parole a réuni les hommes dispersés, leur a fait quitter leur vie sauvage et féroce pour l’état de civilisation où nous sommes ? ».

23  II, 1, 6, traduction légèrement modifiée. Vitruve esquisse à grands traits une rapide histoire de l’humanité et reste plus général que Lucrèce, son objectif étant scientifique et non poétique. Et il est vrai qu’avec Vitruve, nous sommes loin des extravagances de l’anthropologie plinienne.

24  A. Leroi-Gourhan (ed.), Dictionnaire de la Préhistoire, Paris, Quadrige / PUF, 2005 (1988), s. u. « feu », p. 403. Cf. aussi, à propos du cinabre, évoqué par Vitruve (VII, 8, 1-2), R. Halleux, Le Problème des métaux dans la science antique,Paris, Les Belles Lettres, 1974, p. 185-186 (« origines et propriétés du mercure », ce qui permet de rappeler l’influence de Vitruve sur les alchimistes).

25  Vitruve, II, 1, 1 et Lucrèce, V, 1028-1090 : « le genre humain […] nota les choses de sons variant avec la sensation » (v. 1057-1058), laquelle d’après Épicure est sans logos, c’est-à-dire inexprimée (cf. Diogène Laërce, X, 31) ; cf.J. Salem, La Mort n’est rien pour nous. Lucrèce et l’éthique, Paris, Vrin, 1990, p. 209-215.

26  Devons-nous rappeler que, dans la Bible, le pouvoir de nommer les choses est celui de Dieu, pouvoir qu’il délègue à Adam pour nommer les animaux (Genèse 2, 19) ?

27  On pense au quodam in loco qui, dans le texte de Vitruve, prélude à la naissance du feu.

28  Y. Coppens, Le Genou de Lucy, Paris, Odile Jacob, 2000, p. 68.

29  Tous ces exemples sont empruntés à La Horde folle.

30  Il s’agit du début de La Longue griffe.

31  II, 1, 2, traduction personnelle.

32  Sur cet aspect, cf. Y. Coppens, op. cit., chapitres I : « Les préhumains. L’histoire de l’homme avant l’homme. L’origine des hominidés », et II : « Les humains. L’histoire de l’homme avec l’homme. L’origine de l’Homme », p. 17-77.

33  En effet « la morphologie de la base du crâne [de Lucy] ne montre pas la flexure qui accompagne la descente du larynx et annonce le langage articulé », Y. Coppens, op. cit. n. 28, p. 161 ; cf. aussi p. 165.

34  II, 1, 2 : hominum congressu, conuentus […] et concilium et conuictus, in unum locum plures conuenirent, in eo coetu.

35  Cf. aussi Le Secret du soleil qui fait un retour sur le passé de Rahan : « ceux qui marchent debout sont des fauves. Rahan sera un fauve ».

36  Les exemples abondent, cf. par exemple Le Piège à poissons (« Rahan pense que “ ceux-qui-marchent-debout doivent s’entraider, comme s’ils faisaient tous partie du même clan, de la même horde ! ” ») ou Les Pierres-soleil, qui se termine sur « le même salut reconnaissant et fraternel » de deux chefs ennemis.

37  Les parents de Rahan, Honou-la-Belle et Arn-le-Brave ont eux-mêmes été victimes du chef de leur clan, Tork, « un être jaloux, aussi violent que cruel, [qui] n’aime que le pouvoir et déteste qu’on lui résiste » (Le Petit Rahan).

38  Cf. par exemple Salluste, Conjuration de Catilina 6-9 ; Tite-Live, I, praef. 4 ; Tibulle, III, 35-56 ; Properce, III, 13, 25-50, Virgile, Bucoliques IV (le nouvel âge d’or) ; Ovide, Métamorphoses I, 89-113, etc. Sur le mythe des premiers hommes et sa survivance au XVIIIe siècle, cf. Buffon, Les Époques de la nature, texte critique de J. Roger, Paris, Mémoires du Muséum National d’Histoire Naturelle, 1962.

39  Cf. A. Ernout & A. Meillet, op. cit., p. 309. De la même façon, dans Le Piège à poissons, R. Lecureux dénonce « un sentiment que [Rahan a] maintes fois rencontré chez ceux-qui-marchent-debout : l’attachement aux habitudes, aux coutumes », même mauvaises (ici, celle de mettre à mort un homme s’il ne protège pas le wampa qui pêche pour le clan, coutume que le chef, pourtant juste, préfère respecter plutôt que de connaître le secret de Rahan, l’hameçon qui lui permettrait de prendre plus de poissons que le wampa : homines dociles).

40  Inter se (II, 1, 1) ; alii […] alii […] nonnulli (II, 1, 2) ; alius alii et alii (II, 1, 3).

41  III, 1, 3. La traduction de P. Gros (C. U. F., 1990) est plus précise dans les termes mathématiques que celle de Ch.-L. Maufras ; sur l’homme de Vitruve, cf. aussi http ://cgi.stanford.edu/~dept-fren-ital/rbp/files/homme_de_vitruve-student.pdf et, sur Vitruve à la lumière du différend entre Blondel et Perrault, M. Gardes, « Vitruve : en quoi consiste l’architecture », disponible sur le site de l’académie de Poitiers.

42  Sur cet aspect, son lien avec le type polyclétien et son exploitation à la Renaissance, cf. M. Bussagli, Le Corps. Anatomie et symboles, Paris, Hazan, 2006, p. 38-39 ; 43-46.

43  Il dégage même un charme sensuel auquel, d’après P. Hachet (dans son interview, op. cit. n. 14), « de nombreuses adolescentes » ne sont pas insensibles puisqu’elles ont « confié [au psychanalyste] que ce personnage leur plaisait physiquement ».

44  Nous avons fait ces relevés mathématiques à partir de la vignette n° 17 de La Bête qui parle, au moment où les quatre adolescents « observ[ent] les muscles de Rahan et les compar[ent] aux leurs ». Bien sûr, le module qui permet de construire l’homme vitruvien peut varier d’une vignette à l’autre, en fonction de la taille, mais la technique reste la même.

45  II, 1, 2, étudié supra p. 362.

46  Les Hommes sans têtes, vignette n° 6.

47  Nous avons développé cet aspect supra p. 366-367. Concernant la symmetria, il va de soi que dans une bande dessinée, surtout destinée à la jeunesse, les mesures mathématiques qui construisent la proportion des corps et des objets ne peuvent être parfaitement exactes ni totalement rigoureuses, mais la notion de base y est.

48  Cf. supra p. 363.

49  Cf. Le Piège à poisssons, un peu plus loin : « Rahan sait observer les choses et parfois imiter la nature ».

50  C’est le principe du « module » dont nous avons parlé à propos de la symmetria ; cf. Platon, Phèdre 264c et 268d (à propos du discours), Aristote, Poétique 1450b 34 ; 1451a 6 ; 1459a 17-21 ; Horace, Art poétique et, à ce propos, l’analyse de M. Citroni, « Horace’s Ars Poetica and the Marvellous », in Ph. Hardie (ed.), Paradox and the Marvellousin Augustan Literature and Culture, Oxford, Oxford University Press, 2009, p. 19-40, surtout, p. 38-40 (parallèle avec Vitruve). La vision vitruvienne peut en outre se comparer à celle de Leibniz dans sa monadologie.

51  Cela n’exclut pas bien sûr des mésaventures, comme dans Le Piège à poissons où, après avoir vu son coutelas arraché de sa ceinture et « coincé par une branche », il a l’idée de le fixer de la même façon, ce qui lui permet de ne pas le perdre mais lui interdit de le sortir quand il en a besoin pour défendre sa vie !

52  C’est pour cette raison que Vitruve condamne le monstrueux dans la peinture de son époque (VII, 5) ; sur ce sujet, cf., entre autres, V. Platt, « Where the Wild Things Are : Locating the Marvellous in Augustan Wall Painting », in Ph. Hardie (ed.), op. cit., p. 41-74 ; p. 53-57 ; 61-62 et 74.

53  Pour Rahan, comme pour Vitruve, « l’homme est la mesure de toutes choses », pour reprendre la formulation de Protagoras, 80b1 (D-K).

54  Le Secret du soleil ; c’est nous qui soulignons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Kossaifi, « Un « architecte » vitruvien aux âges farouches. Rahan ou l’homme primitif selon le De architectura II, 1 », Cahiers des études anciennes, XLVIII | 2011, 349-375.

Référence électronique

Christine Kossaifi, « Un « architecte » vitruvien aux âges farouches. Rahan ou l’homme primitif selon le De architectura II, 1 », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLVIII | 2011, mis en ligne le 29 mai 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/345

Haut de page

Auteur

Christine Kossaifi

CELIS / Université de Clermont-Ferrand

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org