Navigation – Plan du site

En guise d’introduction : les enseignements du portrait monétaire de César

Arnaud Suspène
p. 7-18

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Les textes réunis ici procèdent d’un colloque organisé par l’Université d’Orléans et le Centre Ernest-Babelon, composante orléanaise de l’UMR 5060 du CNRS (Institut de Recherches sur les Archéomatériaux), le 15 octobre 2010. Ce colloque a été rendu possible grâce au soutien de l’Institut universitaire de France, dont Frédérique Duyrat était alors membre junior, et qu’il convient de remercier chaleureusement. Nous remercions aussi Mme I. Savalli‑Lestrade et M. M. Amandry qui ont dirigé les discussions.

  • 1  RRC 480 / 2-20 (RRC = M. H. Crawford, Roman Republican Coinage, Cambridge, Cambridge University Pr (...)
  • 2  L’autre hypothèse grammaticalement possible est que le verbe renvoie à l’inscription sur les monna (...)

1Le verbe encharattein, qui désigne en grec l’action de graver, est employé par Dion Cassius à propos d’un sénatus-consulte inclus dans un train de mesures prises au bénéfice de César en 44 a. C. (XLIV, 4, 4) ; si le texte de Dion n’est pas absolument clair à la lecture, les monnaies nous permettent de comprendre qu’il renvoie au portrait du dictateur, son charaktèr, qui prend place à ce moment sur les deniers romains1, inaugurant du même coup la longue série des effigies monétaires impériales2.

Figure 1: RRC 480 / 3 ; Ira & Larry Goldberg Coins & Collectibles, Auction 46, n° 74, 26 mai 2008 ; les monnaies ne sont pas à l’échelle 1 / 1.

Figure 1: RRC 480 / 3 ; Ira & Larry Goldberg Coins & Collectibles, Auction 46, n° 74, 26 mai 2008 ; les monnaies ne sont pas à l’échelle 1 / 1.
  • 3  À l’exception de statères de Flamininus frappés loin de Rome (RRC 548), qui seront évoqués infra p (...)
  • 4  Sur la chronologie et le sens des événements de 44 a. C., voir désormais J.-L. Ferrary, « À propos (...)

2Ce portrait, le premier reçu par un Romain de son vivant3, fait son apparition au moment où la situation politique à Rome connaît une évolution spectaculaire : le début du mois de février 44 est marqué par l’abandon par César de la dictature renouvelable chaque année sur une période de dix ans au profit d’une dictature rendue perpétuelle. Cette décision fut encadrée par deux gestes de refus ostensible de la royauté, lors de l’ouatio du 26 janvier 44 puis lors de la célèbre scène des Lupercales le 15 février suivant4. C’est donc un temps d’indécision et de modifications institutionnelles profondes, où les interrogations sur le régime politique romain sont particulièrement nombreuses. Mais bien évidemment, les événements du 15 mars 44 portèrent le trouble à son paroxysme : le portrait monétaire du dictateur ne précède que de quelques semaines la terrible conflagration politique que constitua son assassinat. Cet événement posait d’immenses problèmes : s’agissait-il d’un tyrannicide, comme le soutenaient les conjurés, ou bien de l’élimination sacrilège d’un magistrat régulièrement investi qui était en outre le principal prêtre public de Rome ? L’impossibilité de résoudre cette contradiction entraîna la reprise de la guerre civile, qui vit l’effondrement définitif de la République sénatoriale.

3L’apparition du portrait monétaire du dictateur, qui constitue un tournant dans l’histoire des représentations du pouvoir en Occident, relève donc d’une des périodes les plus troublées de l’histoire romaine, marquée par deux formes radicales du désordre public : le meurtre politique et la guerre civile. Il est tentant de chercher en quoi le portrait monétaire de César reflète les tensions qui vinrent à bout du pouvoir de César avant de bouleverser les fondements mêmes de la République romaine.

  • 5  Cf. J.-L. Ferrary, op. cit., et J.-L. Ferrary, « À propos de deux passages des Philippiques (I, 11 (...)

4À première vue, le portrait monétaire de 44 paraît se ranger dans la série des empiètements et des provocations attribuables à César à partir de la bataille de Munda. Il est incontestable que le portrait, toujours accompagné du nom de César, consacre clairement la suprématie du dictateur et montre une évolution marquée par rapport aux privilèges iconographiques dont avaient joui jusque-là les autres imperatores et César lui-même. Le portrait est également contemporain d’honneurs proprement révolutionnaires5 qui, amoncelés sur César et s’ajoutant à l’extension viagère de la dictature, finirent par le rendre odieux à certains de ses partisans parmi les plus fidèles, malgré le soin que le dictateur semble avoir pris pour se disculper de l’accusation d’adfectatio regni. Le fait de signaler un changement politique par l’adoption d’une effigie monétaire appropriée, une sorte de type d’avènement, est un trait bien connu de l’époque impériale et qui trouve son origine dans des pratiques hellénistiques ; le portrait de César évoque fortement ce phénomène. Selon cette lecture, cohérente et légitime en soi, le portrait monétaire constituerait donc un élément essentiel dans la stratégie césarienne de marche vers la monarchie. Pourtant l’effigie de César présente sur les monnaies de 44 se prête plus encore, me semble-t-il, à une interprétation diamétralement opposée.

  • 6  J.-L. Ferrary, op. cit. n. 4, p. 11, considère que c’était le cas pour une grande partie des sénat (...)
  • 7  J.-L. Ferrary, op. cit. n. 4, p. 24, suggère d’expliquer ainsi le fait que Cicéron passe sous sile (...)

5En effet, cet honneur d’un type nouveau semble en premier lieu le fruit d’une recherche de compromis entre le Sénat, qui cherchait alors à canaliser les privilèges consentis à César et à retrouver un rôle central dans la vie politique, et le dictateur, dont les intentions étaient encore mystérieuses mais qui, ayant défait ses derniers ennemis en Espagne l’année précédente, disposait désormais de toute latitude pour donner de nouvelles bases à son pouvoir. Bien que l’idée ait pu en être soufflée au Sénat par César ou ses proches collaborateurs6, le portrait monétaire fut bien octroyé par les sénateurs. De plus, il fait probablement partie des honneurs considérés comme acceptables par les Républicains. En 44, il n’était nullement question de contester à César la première place dans la société romaine et il fallait donc de toute manière lui décerner des marques honorifiques à la mesure de ses pouvoirs et de sa gloire. Cicéron ne parle pas de l’effigie monétaire de César, alors même qu’il dénonça avec force et parfois avec mauvaise foi, dans le cadre de sa lutte contre Antoine, d’autres mesures favorables à César. C’est la preuve que ce portrait — inouï à Rome même — n’était pas considéré comme un élément réellement à charge contre le dictateur, et c’est sans doute le signe que Cicéron lui-même s’était prononcé en faveur du sénatus-consulte qui l’avait octroyé, voire qu’il avait contribué à sa rédaction7.

  • 8  RRC, p. 488, n. 1 (avec les références concernant cette couronne).
  • 9  Sur les statues de César en ronde-bosse, voir en dernier lieu E. Rosso, « Le Portrait républicain (...)

6Le portrait de 44 n’a de fait rien de commun avec un portrait royal. Les deniers sur lesquels il figure ne peuvent être confondus avec les statères ou les tétradrachmes royaux dont les Romains avaient l’habitude. Surtout, la couronne gemmée d’origine triomphale dont César est coiffé empêche toute confusion avec le portrait diadémé d’un souverain hellénistique ou d’un roi de Rome8. Seul attribut systématique du portrait monétaire de César jusqu’à la période augustéenne, la couronne prouve que les monnaies de 44 signalent d’abord le privilège de porter les insignes de la victoire de manière permanente dont César fut progressivement pourvu à partir de 45. Les traits variables du portrait, à l’intérieur d’un schéma homogène, doivent démarquer les nombreuses statues du dictateur qui figuraient à Rome9.

  • 10  RRC 480 / 12-16 ; 19-20. Les portraits voilés et les portraits sans voile sont strictement contemp (...)
  • 11  Ainsi RRC, p. 494.
  • 12  Un autre portrait capite uelato de 44 est interprété avec une certaine vraisemblance, mais sans qu (...)
  • 13  Ce point est d’autant plus important que César reçut au même moment des honneurs qui l’apparentaie (...)

7Sur certaines émissions, César arbore en plus de la couronne le voile du sacrifiant10. Le voile est interprété d’ordinaire comme une allusion au grand pontificat11. Mais César est en fait simplement représenté au moment d’accomplir un acte de piété. Il n’est pas surprenant de retrouver la couronne, attribut du triomphateur, dans une scène à caractère religieux : Appien notamment évoque le droit qu’aurait reçu César de porter le vêtement triomphal pour sacrifier (Guerres civilesII, 106, 442). Par ailleurs, l’émission RRC 480 / 4, qui comprend précisément une allusion épigraphique au grand pontificat, porte une effigie sans voile, comme aussi l’émission posthume d’aurei RRC 490 / 2. Ceci me semble un bon argument pour comprendre le buste voilé de César non pas comme le buste d’un grand pontife mais comme celui d’un homme — qui pouvait être un particulier ou un magistrat — au sacrifice. Un autre argument est que les portraits monétaires des deux grands pontifes suivants, Lépide, représenté sur des monnaies dès 43, et Auguste à partir de 12, ne sont jamais voilés : Lépide avait même fait frapper en 42 des émissions à son effigie où il porte en toutes lettres le titre de grand pontife (RRC 495 / 1-2) et il y figure tête nue ; Auguste pour sa part est toujours lauré sur les monnaies impériales dont la titulature évoque son grand pontificat12. Les symboles secondaires qui accompagnent le portrait au droit des deniers sont presque systématiquement les ustensiles nécessaires aux cultes, et font écho au portrait voilé et au titre de Pontifex Maximus : ils doivent se comprendre comme une allusion à la régularité de l’investiture de César en tant que dictateur tout autant qu’à son respect de la religion publique et des grands sacerdoces13. Ces éléments religieux évoquent tous, en fait, les aspects les plus traditionnels, voire les plus conservateurs, de la politique de César et le caractère légal de sa position institutionnelle.

Figure 2: RRC 490 / 19 ; Gerhard Hisch Nachfolger, Auction 250, n° 33, 8 mai 2007.

Figure 2: RRC 490 / 19 ; Gerhard Hisch Nachfolger, Auction 250, n° 33, 8 mai 2007.
  • 14  RRC 480 / 2 (quatrième année de la dictature) ; 480 / 3-5 et 17-18 (titre d’imperator) ; 480 / 4 ( (...)

8L’épigraphie monétaire, de même, renvoie d’abord aux magistratures dont César avait été régulièrement revêtu (la quatrième année de sa dictature décennale puis la dictature perpétuelle) ; à ses capacités militaires, ce qui était également très habituel et pouvait paraître légitime dans le cadre de la préparation des campagnes militaires contre les Parthes (par la mention abrégée du titre imperator dont César avait reçu le privilège de faire usage en toutes circonstances de manière tout à fait officielle) ; au titre de Parens patriae,un honneur consensuel dans la mesure où il signalait l’action bienfaisante de César, nouveau fondateur de Rome, qui apparut peut-être seulement, comme le précédent, sur des monnaies postérieures à la mort du dictateur ; et enfin au grand pontificat, la principale prêtrise publique romaine que César détenait depuis dix-huit ans14.

  • 15  Vénus est évidemment l’ancêtre légendaire de César, mais elle est peut-être représentée sur des mo (...)
  • 16  L’émission RRC 480 / 20, la dernière à porter au droit le portrait de César, présente au revers un (...)
  • 17  Au revers de la plupart des monnaies, Vénus tient une uictoriola qui s’apprête à couronner un pers (...)

9La typologie de revers quant à elle évoque presque exclusivement la victoire, procurée par la protection de Vénus, un thème martial très classique bien qu’enrichi de fortes connotations familiales15. Le revers de l’émission RRC 480 / 6 réunit la hache du pontife, le globe qui désigne la domination du monde, les mains nouées en signe de concorde, le caducée, symbole de Felicitas,et les faisceaux sans hache, symbole de la Libertas : c’est un condensé des autres éléments de la typologie qui exprime de toute évidence une recherche d’apaisement et de conciliation par la réaffirmation des normes romaines16. Le portrait s’insère donc dans un réseau serré de références on ne peut plus traditionnelles. D’une certaine façon, la première fonction de l’effigie monétaire de César était de montrer qu’il n’était pas destiné à devenir roi de Rome17, mais demeurait un magistrat régulièrement investi.

10Du reste, le portrait ne constitue pas non plus une rupture absolue dans les pratiques romaines : les deniers à l’effigie de César viennent à la suite de plusieurs émissions sur lesquelles le magistrat monétaire avait représenté le portrait d’un de ses ancêtres, l’écart temporel entre l’aïeul et le descendant se réduisant rapidement à la fin des années 50, si bien que l’apparition du portrait monétaire de César de son vivant pouvait dans une certaine mesure s’autoriser d’une tradition romaine. 

11Il s’agit encore moins, avec ce portrait, de présenter César comme le maître de la monnaie de Rome : le dictateur s’est au contraire attaché à maintenir la régularité républicaine de la monnaie, et le triumvirat monétaire, dont il n’avait jamais suspendu les activités, paraît même retrouver en 44 toutes ses attributions. C’est ce que signifie la présence systématique, au revers ou au droit des monnaies ornées du portrait de César, du nom du monétaire responsable, représenté avec une force sur le type épigraphique figurant au revers des deniers RRC 480 / 19 : ce type se compose exclusivement du nom du monétaire et des initiales de la magistrature, disposés en étoile. Le portrait monétaire de César accompagne donc la restauration de la monnaie romaine après une période de troubles liés à l’affrontement avec Pompée et ses fils.

12Le portrait de César, par conséquent, n’est pas univoque et il constitue le produit de deux tendances opposées : l’exaltation progressive du dictateur et la confirmation du primat indépassable de la tradition républicaine. Comme on sait, ce compromis ne dura que quelques semaines. Le portrait monétaire de César, qui se situe en lui-même en deçà du point de rupture parce qu’il permet encore de glorifier César à l’intérieur d’un cadre républicain réaffirmé, est donc indissociable de la « crise sans alternative » qui se manifeste de manière insoutenable en 44 a .C.

13Il est rare que nous soyons aussi bien informés sur le contexte d’élaboration d’un portrait monétaire antique et nous devons nous féliciter de la richesse et de la qualité des sources concernant les événements de l’année 44. Tous les enjeux de la représentation monétaire du pouvoir sont présents dans le processus qui conduit à l’apparition du portrait de César : le soin apporté à la composition iconographique et aux légendes, qui annonce le contrôle très précis des images monétaires tel que le pratique le pouvoir impérial romain ; la prégnance du portrait royal hellénistique, qu’il soit un référent désiré ou, au contraire, un repoussoir ; les rapports des effigies monétaires avec les institutions politiques en général et avec la monnaie elle-même en tant qu’une de ces institutions.

14Inspirés par cette heureuse rencontre des sources littéraires et numismatiques pour l’année 44, nous avons souhaité étendre l’enquête à d’autres espaces politiques et à d’autres moments de l’histoire ancienne, en reprenant les principales données de l’exemplum césarien : un temps de crise ou de changement politique, un usage minutieux de l’image et du texte figurant sur les émissions monétaires, et des représentations aux implications institutionnelles fortes. L’objectif n’était pas de dégager des constantes, ce qui exigerait un travail beaucoup plus important et des collaborations bien plus nombreuses, mais de proposer une série d’études de cas, choisis à des moments clés et permettant de mettre en évidence des faits saillants et révélateurs.

15Il fallait pour cela commencer avec le monnayage des Diadoques, qui transformèrent la typologie héritée d’Alexandre selon des voies qui furent particulières à chaque dynastie et inventèrent ce faisant le portrait monétaire royal. Olivier Picard a exploré la stratégie lagide, en replaçant l’apparition du portrait monétaire dans le processus plus large de construction d’un monnayage propre, instrument décisif dans l’autonomisation du royaume ptolémaïque. Panagiotis Iossif a analysé extensivement les pratiques séleucides, grâce à l’identification des attributs spécifiques et des motifs signifiants sélectionnés par le pouvoir dans la construction de son image, variable selon les princes, les espaces, les publics et les moments. Marie-Christine Marcellesi a montré comment un royaume de seconde génération, le royaume de Pergame, avait exploité la référence séleucide avant de s’en écarter lentement, pour se rapprocher le moment venu de normes romaines : l’oscillation du portrait attalide entre ces deux pôles reflète les caractéristiques structurelles d’un royaume en évolution permanente.

16De ces premières expériences se dégage une tendance globale à la généralisation du portrait royal, sans qu’un processus immuable et parfaitement clair puisse être identifié et sans que l’image royale soit jamais parfaitement stable : les circonstances sont toujours premières, les stratégies toujours différentes et l’on ne peut considérer que l’adoption du portrait monétaire soit une étape automatique, un élément fixe et rituel de la prise de pouvoir à l’époque hellénistique. Rien n’est jamais écrit à l’avance et l’histoire des images monétaires doit se penser dans la complexité.

17C’est ce que confirment les études de Frédérique Duyrat et Jacques Alexandropoulos. Frédérique Duyrat insiste sur les singularités de l’image monétaire de Tigrane dont elle publie ici toutes les monnaies disponibles au Cabinet des Médailles de la BnF. Elle souligne l’absence complète de ces monnaies dans les trésors et les fouilles de Syrie : l’image monétaire de ce roi n’a pas survécu à son règne dans cette région. Jacques Alexandropoulos explore l’histoire militaire de l’Afrique et rappelle que des événements très célèbres, comme la révolte de Jugurtha, n’eurent, semble-t-il, aucune traduction monétaire dans le royaume numide, dont les rois, s’ils savaient adapter leur image aux nécessités du moment en puisant librement dans les traditions numides, grecques ou romaines, se montraient le plus souvent aussi discrets que Tigrane. Interrogeant l’expérience celte, Sylvia Nieto-Pelletier parvient de son côté à mettre en relation les transformations de l’iconographie monétaire et les bouleversements politiques qui affectèrent la Gaule entre le deuxième siècle et la Conquête. Si le matériel ne permet pas encore, en dehors de quelques cas rarissimes, d’interpréter de manière précise et univoque le sens de telle émission, comme elle le souligne à partir d’exemples significatifs, les monnaies au nom et au « portrait » de Vercingétorix, les liens entre troubles et modifications politiques d’une part et représentation monétaire d’autre part se révèlent manifestes aussi dans l’espace celtique. Dans l’univers romain enfin, le portrait monétaire paraît avoir pris une importance nouvelle. Emmannuelle Rosso n’a malheureusement pas été à même de décrire ici le comportement très particulier des premières effigies flaviennes, dans un temps où le pouvoir impérial ne dispose pas encore de tous ses moyens, mais on se reportera avec profit aux communications qu’elle a données dans d’autres publications. Antony Hostein a exposé le cas particulier des portraits accolés, et j’ai essayé de faire le lien entre le portrait royal et le portrait impérial, ces deux figures du charaktèr du Prince à l’époque antique, en suivant les transformations de l’image royale jusqu’au cœur même du monnayage romain : d’abord présente sous la forme de portrait au droit d’une émission monétaire républicaine, où elle est une métaphore de la puissance politique, l’image royale est rapidement dévaluée pour ne plus être qu’un attribut secondaire du pouvoir de l’empereur, non seulement sur le monnayage de la cité de Rome mais aussi sur des monnayages royaux désormais inclus dans un système romain à l’échelle de la Méditerranée.

18De ces différents cas de figure, aux contrastes parfois spectaculaires, se déduisent la pertinence du portrait monétaire en tant que révélateur politique, et l’intérêt d’étudier non pas le portrait d’après les monnaies, mais le portrait monétaire en tant que tel, c’est-à-dire sans l’abstraire du support sur lequel il est installé, qui ne peut être neutre, et en tenant le plus grand compte des éléments annexes, textes, lettres, chiffres, symboles et différents qui l’accompagnent. Les importantes variations d’un espace à l’autre et d’un moment à l’autre montrent enfin que l’iconographie monétaire recèle toujours un riche potentiel pour l’interprétation historique, et que ses enseignements, qui ne seront pas les mêmes selon les contextes, valent d’être exploités encore aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1  RRC 480 / 2-20 (RRC = M. H. Crawford, Roman Republican Coinage, Cambridge, Cambridge University Press, 1974). La date de 44 est sûre en raison de la mention de la quatrième année de la dictature de César sur la première émission (RRC 480 / 2), puis de la mention de sa dictature perpétuelle sur une partie des suivantes (RRC 480 / 6-16). Comme l’émission RRC 480 / 1 porte d’autres types, elle est considérée comme antérieure à l’octroi du portrait monétaire. Il reste très difficile, malgré diverses tentatives, de répartir les émissions (en dehors de celles qui mentionnent la quatrième année de la dictature) avant ou après les Ides de Mars. Stylistiquement, certaines émissions sont de facture plus fruste que d’autres.

2  L’autre hypothèse grammaticalement possible est que le verbe renvoie à l’inscription sur les monnaies du titre de Parens patriae, mais elle est beaucoup moins vraisemblable : ce titre n’apparaît que sur quelques monnaies, et une fois qu’il avait été régulièrement décerné, il n’était pas besoin d’une mesure en autorisant spécifiquement l’usage sur les monnaies. Il en va autrement d’un portrait monétaire.

3  À l’exception de statères de Flamininus frappés loin de Rome (RRC 548), qui seront évoqués infra p. 262. Pompée semble avoir fait une tentative semi-clandestine pour se faire représenter de son vivant sur une rare série d’aurei à la fin des années 70 (RRC 402) : voir sur ce point J. Alexandropoulos, Les Monnaies de l’Afrique antique, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2000, p. 182 et n. 24. Je remercie M. Charles Parisot qui a attiré mon attention sur ces aurei.

4  Sur la chronologie et le sens des événements de 44 a. C., voir désormais J.-L. Ferrary, « À propos des pouvoirs et des honneurs décernés à César entre 48 et 44 », in G. Urso (ed.), Cesare : Precursore o visionario ?, Pise, I convegni della Fondazione Niccoló Canussio 9, 2010, p. 9-30.

5  Cf. J.-L. Ferrary, op. cit., et J.-L. Ferrary, « À propos de deux passages des Philippiques (I, 11-13 et II, 110). Remarques sur les honneurs religieux rendus à César en 45-44 et sur la politique d’Antoine après les Ides de Mars », ARG 1 (1999), p. 215-232.

6  J.-L. Ferrary, op. cit. n. 4, p. 11, considère que c’était le cas pour une grande partie des sénatus-consultes entre 48 et 44.

7  J.-L. Ferrary, op. cit. n. 4, p. 24, suggère d’expliquer ainsi le fait que Cicéron passe sous silence plusieurs sénatus-consultes importants dans les Philippiques.

8  RRC, p. 488, n. 1 (avec les références concernant cette couronne).

9  Sur les statues de César en ronde-bosse, voir en dernier lieu E. Rosso, « Le Portrait républicain en Gaule méridionale : essai de bilan critique », RA (2010), p. 259-307, avec une description minutieuse de l’effigie monétaire de César, p. 283-284.

10  RRC 480 / 12-16 ; 19-20. Les portraits voilés et les portraits sans voile sont strictement contemporains (cf. RRC, p. 492).

11  Ainsi RRC, p. 494.

12  Un autre portrait capite uelato de 44 est interprété avec une certaine vraisemblance, mais sans qu’on puisse avoir de certitude sur ce point, comme un portrait d’Antoine (RRC 480 / 22). Antoine étant augure, ce ne peut être un portrait de pontife, mais il ne s’agit sans doute pas même d’un portrait de prêtre : en 44, Antoine est consul et c’est sans doute en tant que consul au sacrifice, ou bien dans l’accomplissement d’un acte privé — en l’honneur de César, dont la barbe que porte le personnage voilé signale peut-être le deuil ? — qu’il est représenté, à un moment où il lui est utile de faire valoir sa pietas. Il n’y eut plus de portraits monétaires capite uelato au Haut-Empire (en dehors des portraits de dieux) après cette date. Peut-être l’option iconographique qu’ils représentaient était-elle trop associée aux événements politiques de l’année 44 pour être reprise par la suite.

13  Ce point est d’autant plus important que César reçut au même moment des honneurs qui l’apparentaient à un dieu (cf. J.-L. Ferrary, op. cit. n. 4, p. 19-21). À l’exception peut-être de l’étoile (sur l’émission RRC 480 / 5) et du croissant de lune (RRC 480 / 4), les différents des monnaies renvoient à une vision beaucoup plus traditionnelle du rapport de César avec la religion publique. L’étoile pourrait être l’étoile de Vénus, ou bien évoquer avec le croissant de lune l’avènement d’une nouvelle ère, à moins qu’il ne faille y voir une façon de rivaliser avec le roi parthe Orodès qui utilisait ces symboles sur son monnayage (voir G. Sauron, « Jupiter Ammon dans le décor officiel des provinces occidentales », in M. Navarro Caballero & J.-M. Roddaz (eds), La Transmission de l’idéologie impériale dans l’Occident romain, Bordeaux / Paris, Ausonius, 2006, p. 205-211).

14  RRC 480 / 2 (quatrième année de la dictature) ; 480 / 3-5 et 17-18 (titre d’imperator) ; 480 / 4 (grand pontificat) ; 480 / 6-16 (dictature perpétuelle) ; 480 / 19-20 (titre de Parens patriae).

15  Vénus est évidemment l’ancêtre légendaire de César, mais elle est peut-être représentée sur des monnaies de 44 antérieures à l’octroi du portrait monétaire au dictateur comme la protectrice de Sylla (RRC 480 / 1).

16  L’émission RRC 480 / 20, la dernière à porter au droit le portrait de César, présente au revers une typologie différente, un desultor, sans référence directe à César, à moins qu’il ne s’agisse d’une allusion à des spectacles où le souvenir de César était célébré, les Ludi Victoriae Caesaris par exemple.

17  Au revers de la plupart des monnaies, Vénus tient une uictoriola qui s’apprête à couronner un personnage invisible. Elle semble avoir à la main non une couronne de feuillage, mais un diadème : c’est peut-être une allusion au diadème plusieurs fois offert à César, et à son rejet par le dictateur.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1: RRC 480 / 3 ; Ira & Larry Goldberg Coins & Collectibles, Auction 46, n° 74, 26 mai 2008 ; les monnaies ne sont pas à l’échelle 1 / 1.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/438/img-1.png
Fichier image/png, 79k
Titre Figure 2: RRC 490 / 19 ; Gerhard Hisch Nachfolger, Auction 250, n° 33, 8 mai 2007.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/438/img-2.png
Fichier image/png, 61k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Suspène, « En guise d’introduction : les enseignements du portrait monétaire de César », Cahiers des études anciennes, XLIX | 2012, 7-18.

Référence électronique

Arnaud Suspène, « En guise d’introduction : les enseignements du portrait monétaire de César », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLIX | 2012, mis en ligne le 22 mai 2012, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://etudesanciennes.revues.org/438

Haut de page

Auteur

Arnaud Suspène

Université d’Orléans, IRAMAT, UMR 5060 CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers des études anciennes

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org