Navigation – Plan du site

Le portrait de Ptolémée I ou comment construire la monnaie d’un nouveau royaume

Olivier Picard
p. 19-41

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Entre l’automne 323, date à laquelle il prend possession de la satrapie d’Égypte, et l’année 305, où il prend le titre de Basileus, Ptolémée I recrute une armée, construit un royaume. Pour ce faire, il crée notamment son monnayage — dans un long processus dont les étapes successives constituent sans doute la source la plus complète et la plus significative de l’histoire de la formation du nouvel État non seulement pour le numismate, mais pour tout historien. Ce n’est pas le premier monnayage émis par un des généraux d’Alexandre, mais c’est le premier monnayage dynastique d’un diadoque devenu roi. La durée même du processus de gestation montre combien cette création fut complexe et avec quelles précautions elle fut menée pour éviter des ruptures qui sont toujours préjudiciables dans les pratiques monétaires. Pour essayer d’en reconstituer le mécanisme, nous partirons de l’image emblématique de ce monnayage à son aboutissement, celle du tétradrachme royal, appelé statère dans les papyrus : au droit, le profil d’un homme aux traits marqués par l’âge, l’œil enfoncé dans une orbite creuse, portant le diadème et l’égide ; au revers un aigle, les ailes fermées, debout à gauche sur un foudre, entouré de la légende ΠΤΟΛΕΜΑΙΟΥ ΒΑΣΙΛΕΩΣ (cf. figure 1).

2Cette monnaie est composée sur le modèle de très nombreuses monnaies grecques qui, à l’instar des chouettes d’Athènes, font figurer au droit la divinité tutélaire de l’État et au revers l’animal favori ou un attribut du dieu représenté au droit.

3Ce schéma était d’une application très souple et chaque État l’adaptait en fonction de l’image qu’il voulait donner de lui-même, donc de ses traditions religieuses et des besoins de sa politique monétaire. Ici, pour la première fois dans un monnayage grec, l’effigie du dieu est celle d’un homme et la légende qui figure au revers à l’emplacement de l’ethnique revêt elle aussi une forme nouvelle.

Figure 1: Le statère de Ptolémée

Figure 1: Le statère de Ptolémée
  • 1  La chronologie du début du monnayage lagide s’est beaucoup précisée ces derniers temps, voir O. Mø (...)
  • 2  Le mot signifie à la fois « ouvrier-graveur », notamment graveur de monnaie et « poinçon-graveur » (...)

4Je n’analyserai pas les détails du déroulement chronologique de cette création1, et je m’attacherai surtout à étudier comment le pouvoir lagide est passé des premières images monétaires à la construction du statère (tétradrachme) : celui-ci constitue la pièce centrale du système monétaire et financier du roi, imaginée sans aucun doute par lui-même et ses conseillers, et il constitue, à plusieurs titres, le charaktèr2 du prince. Cette monnaie a eu un succès tout à fait remarquable, qui est attesté à la fois par l’abondance des émissions, et par une longévité exceptionnelle en numismatique : le type continue à avoir cours jusqu’à la réforme monétaire de Cléopâtre, donc pendant près de trois siècles, ce qui en fera la monnaie hellénistique la plus répandue. Comme Ptolémée ne nous a laissé aucune information sur cette création, je vais essayer de comprendre comment elle a été construite petit à petit, à partir d’éléments procurés par trois sources d’inspiration différentes : la succession d’Alexandre, la tradition macédonienne et les traits révélateurs des ambitions de Ptolémée lui-même.

  • 3  Voir P. Goukowski, Essai sur les origines du mythe d’Alexandre, vol1, Les Origines politiques,Na (...)
  • 4  La date des premiers alexandres frappés en Égypte avait d’abord été placée très haut, puis descend (...)

5Les premières étapes du monnayage mettent l’accent sur l’héritage d’Alexandre, dont Ptolémée fut un des plus proches compagnons3. Comme les autres Diadoques, c’est sous son patronage qu’il place les débuts de son pouvoir, notamment sa monnaie. Les recherches récentes sur le monnayage d’Alexandre incitent à penser que c’est lui qui décida l’ouverture de l’atelier monétaire d’Alexandrie, avec ces émissions aux types d’Alexandre qui avaient longtemps été attribuées au satrape Cléomène de Naucratis avant 3234.

  • 5  A. R. Bellinger, Essays on the Coinage of Alexander the Great, New York, American Numismatic Socie (...)

6Très tôt, dès 315, Ptolémée se démarque de la pratique du reste de l’empire et transforme l’image modelée par Alexandre en écartant la peau du lion de Némée, qui signalait à la fois Héraclès et Alexandre5, pour la remplacer par le scalp d’éléphant, qui renvoie à la victoire épique sur Poros. Cette dépouille deviendra plus tard l’insigne distinctif de la cité d’Alexandrie. Par ailleurs, Ptolémée ajoute deux attributs à la tête du Conquérant : des cornes de bélier, qui sont une claire allusion au dieu de Siwah, et l’égide de Zeus, qui est nouée autour du cou et qui est souvent décorée de motifs en écailles. Le nouveau type de droit des tétradrachmes renforce la référence à Alexandre (cf. figures 2-3).

  • 6  L’étude des monnaies des fouilles du Centre d’études alexandrines, effectuées sous la direction de (...)

7On la retrouve donc logiquement dans la première série du monnayage de bronze6, qui a sans doute été introduite au moment de l’apparition du nouveau type de droit sur l’argent : sur les deux modules utilisés alors, le chalque et l’hémiobole, dans un système de l’obole à huit chalques qui était le système macédonien, Alexandre est représenté cornu et diadémé, les cheveux courts. Il est associé à un aigle les ailes éployées au revers. Les cornes de bélier et la légende du revers, ΑΛΕ, assurent l’identification du Conquérant.

  • 7  C. Lorber, op. cit., p. 60, a montré qu’il fallait repousser vers 298-297 le début de cette série, (...)

8Mais à partir de la deuxième série, qui est mise en place dès le début, semble-t-il, du IIIe siècle7, la place du Conquérant recule singulièrement. Le bronze compte désormais quatre modules, sur lesquels l’aigle aux ailes éployées du revers est associé à quatre divinités différentes :

    • 8  L’identification de ces valeurs sera justifiée dans les Monnaies de fouilles du CEA.

    Alexandre diadémé pour l’hémiobole8 ;

  1. Alexandre coiffé de la dépouille d’éléphant pour l’obole ;

  2. Zeus Olympien pour le diobole ;

  3. Ptolémée diadémé pour le triobole (qui est très rare).

9Certes l’image d’Alexandre coiffé de la dépouille d’éléphant définit l’obole des quatre premières séries, jusqu’à la réforme radicale du monnayage de bronze, qui sera introduite au tout début du IIe siècle (cf. figure 2). Or l’obole est l’un des modules les plus abondamment frappés, peut-être même le module le plus important pendant toute la première partie de l’histoire des bronzes lagides. D’une certaine manière, si la nouvelle typologie dévalorise la place d’Alexandre, en le reléguant maintenant aux deux valeurs les plus faibles, alors qu’il constituait le grand dieu du premier monnayage, le choix de son image pour l’obole rappelle cependant son importance dans la formation du royaume et dans celle de l’iconographie monétaire lagide.

Figure 2: L’obole lagide au IIIe siècle.

Figure 2: L’obole lagide au IIIe siècle.
  • 9  P. Bernard, « Le Monnayage d’Eudamos, satrape grec du Pandjabet maître des éléphants », in G. Gnol (...)

10L’évolution de la place d’Alexandre dans l’iconographie monétaire apparaît tout aussi clairement dans les types des nouvelles pièces d’or qui sont créées au début du IIIe siècle, au moment où apparaissent au droit le portrait de Ptolémée et le titre royal. Le Macédonien est désormais placé au revers. Il n’est plus en portrait, mais il conduit un quadrige d’éléphants, ce qui évoque bien évidemment l’épopée contre Poros. L’image, qui rappelle l’Alexandre luttant contre un archer perse utilisée par une série monétaire énigmatique qui a longtemps été placée à Babylone à la fin de la vie du Conquérant, mais qui pourrait être plus récente et avoir été frappée ailleurs9, sera reprise par Séleucos Ier pour son propre monnayage ; elle choisit, dans la geste du Conquérant, l’épisode considéré comme le plus manifeste de sa puissance divine, comme le souligne la présence de deux attributs divins, l’égide et le foudre. Pour autant, Alexandre n’est qu’en position secondaire, la monnaie ne porte plus son nom et le rapport avec Ptolémée s’est inversé.

  • 10  L. Lacroix, Les Reproductions de statues sur les monnaies grecques. La statuaire archaïque et clas (...)

11L’autre tradition iconographique à laquelle se rattachent les premières étapes du monnayage lagide a été empruntée sans aucun doute au royaume de Macédoine. En même temps qu’il adapte l’image de la tête d’Alexandre, le satrape introduit un nouveau type de revers en remplaçant le Zeus trônant des alexandres traditionnels par une image d’Athéna combattante qui s’avance vers la droite, en brandissant la lance, le bouclier en avant, Athéna Alkis ou Alkidèmos (cf. figure 3). C’est une image au caractère archaïsant très marqué, notamment par le plissé du vêtement, le chiton, et les deux retombées en queue d’aronde de l’himation, la draperie qui tombe depuis les épaules. Le type monétaire n’est sans doute pas une reproduction précise de la statue d’Athéna Alkidèmos10 et la déesse n’avait pas jusqu’alors figuré sur un monnayage macédonien, mais ce n’en est pas moins une divinité spécifiquement macédonienne : elle constituera le type de droit des bronzes d’Antigone Gonatas, dont le revers rappelle la victoire du roi sur les Galates, puis elle apparaîtra au revers de tétradrachmes de Philippe V et de Persée.

Figure 3: L’Alexandre de Ptolémée et Athéna Alkidèmos.

Figure 3: L’Alexandre de Ptolémée et Athéna Alkidèmos.
  • 11  C. Lorber, op. cit. n. 1.

12C’est dans cette série qu’apparaît, à une date qui vient d’être abaissée par C. Lorber à 306/511, une innovation financière tout à fait remarquable, qui constitue la grande originalité de la politique monétaire lagide, l’abandon de l’étalon attique. Le nouveau tétradrachme est ramené de 17 g à quelque 15 g, soit une diminution d’un peu moins de 12 %. L’hypothèse, trop longtemps soutenue, d’une réduction en deux temps, doit être désormais abandonnée.

  • 12  M. Rostovtseff, Histoire économique et sociale du monde hellénistique,Paris, Robert Laffont, 1989 (...)
  • 13  C’est l’explication proposée par G. Le Rider & F. de Callataÿ, op. cit. n. 1, p. 135. F. de Callat (...)
  • 14  La célèbre lettre au dioicète Apollonios, P. Cair. Zen. I 59021, ne peut pas être interprétée dans (...)
  • 15  Les comptes de Delphes à apousia apportent une information explicite de cette pratique, cf. O. Pic (...)

13La réduction du poids du tétradrachme a été considérée comme le point d’orgue de la politique monétaire du nouveau maître de l’Égypte par les commentateurs modernes, qui ont surtout été sensibles à l’effet qu’elle a eu sur la circulation des monnaies étrangères : désormais celles-ci n’entrent plus en Égypte (et dans les pays rattachés à elle comme la Koilè Syrie et Chypre), ce qui crée une zone monétaire fermée. Cette fermeture, qui était considérée comme le résultat d’une décision délibérée (ce qu’aucune source antique ne confirme), a été interprétée comme l’élément essentiel d’une politique économique et impérialiste d’une très grande ampleur. Dans un premier temps, on avait pensé que Ptolémée aurait voulu pallier l’absence de production de l’argent dans ses possessions en pratiquant une forme de mercantilisme et donc en retirant l’Égypte de la « zone » où prédominait l’étalon attique12. On a ensuite admis que Ptolémée avait ainsi imaginé un mécanisme efficace de prélèvement d’une taxe de change, en obligeant tous les importateurs de tétradrachmes de poids attique à changer ceux-ci au pair contre une pièce plus légère13. Ce prélèvement sur le change des espèces étrangères ne paraît pas contestable, mais il paraît très douteux qu’il soit à mettre en relation avec un projet macro-économique d’une très vaste ampleur14. Plusieurs États grecs avaient déjà pratiqué, à plus petite échelle, une politique analogue, en frappant des monnaies de poids allégé, comme les peuples de Grèce Centrale qui utilisaient un étalon éginétique allégé15.

  • 16  G. Le Rider, « Les deux monnaies macédoniennes des années 323-294/290 », BCH 117 (1993), p. 491-50 (...)
  • 17  B. E. Levy, « The Overstruck Coinage of Ptolemy I », ANSMN 6 (1954), p. 69-84 ; C. Lorber, op. cit(...)

14Une telle mesure était-elle compatible avec les ambitions militaires d’un grand royaume, ce qui constituait sans nul doute la motivation principale de Ptolémée ? Comme l’a noté de manière intéressante G. Le Rider16, la décision lagide peut être rapprochée d’une décision analogue prise un peu auparavant par un autre royaume hellénistique : il semble bien qu’en Macédoine, Antipater ou Cassandre aient fait frapper à nouveau, après une interruption de quelques années, des statères aux types de Philippe II qui pesaient 14,45 g, c’est-à-dire à peu près le poids des statères lagides après la grande réduction pondérale. Le retour au poids ancien en Macédoine avait été interprété de différentes manières, les commentateurs insistant notamment sur la diffusion de ce monnayage en Thrace. On en déduisait donc un attachement particulier des tribus thraces au monnayage de Philippe II qu’elles recevaient déjà en paiement du vivant du roi, lorsqu’elles étaient enrôlées dans l’armée macédonienne, et qu’elles avaient thésaurisé en grande quantité ; ou bien ce serait un monnayage de propagande de Philippe Arrhidée (dont on peut douter à bon droit qu’il ait jamais eu le pouvoir de frapper monnaie en Macédoine, non plus qu’ailleurs). G. Le Rider a écarté ces hypothèses et il expliquait, pour sa part, que la frappe des philippes, qui auraient circulé pour la même valeur que les alexandres plus lourds, procurait ainsi au trésor royal une prime tirée de la surévaluation du tétradrachme léger. L’hypothèse de G. Le Rider suppose que les habitants du royaume auraient accepté d’échanger au pair, dans des opérations financières privées, des pièces de 17,20 g contre des pièces de 14,45 g, qui circulaient parallèlement : en l’absence de tout témoignage antique, on peut rester sceptique. En fait le seul pouvoir dont disposait Antipater, c’était celui d’imposer aux gens qu’il payait, en particulier aux mercenaires thraces qu’il enrôlait, le numéraire de son choix. Antipater, qui reste fidèle à la mémoire de son ancien roi, et Ptolémée Ier, qui crée son propre royaume, ont à cette date la même préoccupation : celle de se constituer une armée qu’ils doivent rémunérer, pour contrer les ambitions de leurs rivaux et étendre éventuellement leur domaine. La chronologie retenue par C. Lorber, qui place la première réduction de poids au lendemain de la lourde défaite subie face à Démétrios Poliorcète, à un moment où, selon toute vraisemblance, Ptolémée éprouve de grosses difficultés financières alors qu’il doit réorganiser son dispositif guerrier en toute urgence, incline à voir dans cette réduction une mesure dictée par les circonstances, sans qu’il y ait lieu d’imaginer des perspectives macro-économiques d’un autre âge. Le poids du tétradrachme réduit est calculé de manière que la refonte de huit anciennes pièces donne neuf exemplaires nouveaux17. Le trésor comptait sur une forte rentrée d’un seul coup et il n’est pas sûr que l’attente de bénéfices réguliers mais faibles sur une longue période ait joué un rôle dans la décision. Mais une fois la mesure prise, il aurait été très coûteux de revenir en arrière et cela s’imposait d’autant moins que les échanges commerciaux de l’Égypte ne semblent pas en avoir été perturbés.

  • 18  Justin XXIV, 2, 8. F. Papazoglou, Les Villes de Macédoine à l’époque romaine, Athènes, École franç (...)
  • 19  O. Picard, « Remarques sur la monnaie de bronze dans l’Égypte lagide », in J.-Y. Empereur (ed.), C (...)
  • 20  C. Gatzolis, « Royal and Civic Bronze Coinage : Monetary Circulation Between the Macedonian Kingdo (...)

15Le monnayage lagide reste dans la tradition macédonienne avec le choix de la tête de Zeus qui figure au droit de la majorité des bronzes. La place accordée au maître de l’Olympe n’étonnera pas chez un Macédonien. On sait que celui-ci est le dieu national de ce peuple, qui l’honorait tout particulièrement dans le sanctuaire de Dion, au pied de l’Olympe. La fête du dieu était célébrée à l’automne, dans une panégyrie qui réunissait l’ensemble du peuple, principalement l’armée macédonienne18. Dans le monnayage de Ptolémée, l’image prenait aussi un caractère personnel, puisqu’elle évoquait le mythe qui voulait que Ptolémée ne soit pas le fils de Lagos, mais bien celui de Zeus lui-même. Il est intéressant de noter que cette tête revêt deux formes : soit elle est laurée (cf. figure 4), ce qui est l’image familière aux Macédoniens de Zeus Olympien, reprenant le type du droit des tétradrachmes de Philippe II, soit — et là le type est original — elle est munie de cornes de bélier (cf. figure 5). Les modernes ont identifié le dieu à Zeus Ammon et ont voulu y trouver une influence égyptienne. Cette dernière hypothèse est à repousser catégoriquement19 : les Égyptiens ne pouvaient en aucun cas reconnaître une image familière dans cette effigie qui ne portait aucune des couronnes ni des parures ordinaires de leurs dieux. Le Zeus cornu des monnaies de Ptolémée est à la fois le Zeus Ammon de l’oasis de Siwah tel qu’il est vu par les Cyrénéens, et c’est aussi un dieu grec traditionnel, le père d’Apollon Carnéios qui est lui aussi muni de cornes de bélier. Il est connu sous cette forme dès avant la conquête d’Alexandre à Aphytis en Chalcidique, puisque, nous dit Plutarque, le dieu avait ordonné à Lysandre de lever le siège de la ville (Lysandre XX, 7)20. Toutefois cette image qui va triompher par la suite dans les bronzes lagides où elle dominera jusqu’à la fin du monnayage n’apparaît qu’à partir des années 260, et son choix est donc à attribuer à Ptolémée II.

16L’animal que l’on associe normalement à Zeus est l’aigle. Celui-ci figurait déjà sur le monnayage des rois de Macédoine depuis Amyntas et sur le premier monnayage d’Alexandre le Grand, apparié à Héraclès au droit. Philippe II avait, pour sa part, associé à Zeus deux images du cavalier macédonien : cette variété est révélatrice de la souplesse avec laquelle les autorités monétaires pouvaient composer un grand nombre de combinaisons iconographiques, mais cette liberté de manœuvre s’exerce dans un champ iconographique bien balisé, ce qui incite à analyser soigneusement les transformations opérées.

Figure 4 : bronze lagide : Zeus Olympien.

Figure 4 : bronze lagide : Zeus Olympien.

Figure 5 : bronze lagide : Zeus de Siwah.

Figure 5 : bronze lagide : Zeus de Siwah.

17Dans le cas du type de l’aigle, Ptolémée écarte l’image macédonienne traditionnelle, qui montrait le rapace les ailes fermées, la tête en arrière, pour choisir un aigle à gauche, posé sur un foudre : cette représentation apparaît régulièrement comme symbole sur les émissions aux types d’Alexandre / Athéna Alkis.

18Que l’aigle constitue bien une image identitaire se confirme par la suite sur la monnaie de bronze, où, autour de l’année 301, l’aigle aux ailes éployées du revers est associé, selon la valeur de la pièce, à trois divinités différentes. Soulignons l’extraordinaire réussite de cette image, qui apparaît dès le début du IIIe siècle : son dernier avatar, Zeus Ammon / deux aigles, les ailes fermées, constitue le dernier type monétaire des bronzes lagides, qui est en usage jusqu’au milieu du Ier siècle, avant la réforme de Cléopâtre.

19L’aigle est une des images qui nous font passer d’Alexandre et de la Macédoine à Ptolémée, le troisième thème d’inspiration du monnayage lagide, qui va devenir prépondérant. La légende ΠΤΟΛΕΜΑΙΟΥ ΒΑΣΙΛΕΩΣ figure sur la très grande majorité des monnaies lagides, jusqu’aux dernières émissions. Elle s’est ainsi maintenue pendant trois siècles, sous quatorze Ptolémées. C’est le premier des noms des Diadoques à apparaître sur une monnaie. Ptolémée fera école, mais, malgré l’apparente continuité qui fait passer des monnaies au nom d’ΑΛΕΞΑΝΔΡΟΥ, accompagné du titre royal à partir d’un certain moment, aux séries des rois hellénistiques, il faut souligner que cette création mérite commentaire.

  • 21  Voir les diverses contributions dans O. Casabonne (ed.), Mécanismes et innovations monétaires dans (...)
  • 22  J. N. Svoronos, L’Hellénisme primitif de la Macédoine prouvé par la numismatique et l’or du Pangée(...)

20On le sait, les Grands Rois n’ont jamais mis leur nom sur une monnaie et, dans l’Empire achéménide, la frappe de la monnaie apparaît bien plus comme une tâche confiée aux satrapes, voire à des cités, qu’une manifestation de l’autorité royale21. La première attestation d’un nom accompagné du titre de Basileus apparaît sur un monnayage thrace des séries dites « thraco-macédoniennes », celui de Géta, roi des Édoniens, qui est à dater entre 480 et 470. Les caractéristiques institutionnelles de ces monnayages pangéens sont complexes. Alors que les cités de la côte adoptent d’emblée la pratique caractéristique des cités grecques, qui consiste à choisir un type monétaire durable qui permet d’identifier l’État émetteur, l’ethnique ne faisant son apparition que plus tard, d’autres monnayages ne suivent pas cette pratique, ce qui a permis aux modernes de les reconnaître comme thraces : plusieurs portent un nom, dont certains sont connus comme ceux de peuples thraces, d’autres sont inconnus par ailleurs ; la majorité de ces monnaies est anonyme. Ce qui caractérise l’ensemble de ces monnayages différents de celui des cités, c’est que les mêmes types sont utilisés parallèlement par des peuples différents22. Il est clair que le type monétaire ne renvoie pas à l’État émetteur, comme dans le monde grec. Comme il ne jouait pas moins un rôle d’identifiant qui apparaissait indispensable dans le processus de production du métal et de fabrication de la monnaie, on peut faire l’hypothèse qu’il signalait l’origine du métal dont la production aurait été répartie entre plusieurs bénéficiaires, ce qui expliquerait l’emploi parallèle de noms différents.

  • 23  D. Raymond, Macedonian Regal Coinage to 413 BC, New York, American Numismatic Society, 1953 ; M. H (...)
  • 24 O. Picard, « Mines, monnaies et impérialisme : conflits autour du Pangée (478 - 413) », in A.‑M. Gu (...)
  • 25  Cf. C. Flament, op. cit. n. 16.

21Parmi ces monnayages, l’un d’eux a une relation particulière avec les Macédoniens : c’est celui qui est créé par Alexandre I le Philhellène après l’expulsion des Perses du royaume et l’acquisition des « nouveaux territoires »23. Les monnayages macédoniens du Ve siècle, avant Archélaos, se répartissent en deux catégories : un petit monnayage de fractions que les modernes ont appelées selon leur type et leur poids « tétrobole lourd », qui représente un cavalier sur son cheval, et « tétrobole léger », où ne figure qu’un cheval ; ce monnayage ne porte ni nom ni ethnique ; il a été réparti entre les règnes d’Alexandre et de Perdiccas par D. Raymond selon des critères de vraisemblance. À côté de ce petit monnayage relativement abondant, Alexandre a frappé un « grand monnayage » de tétradrachmes et d’octodrachmes, qui portent son nom ΑΛΕΞΑΝΔΡΟΥ, sans titre royal. Ces monnaies reprennent l’image et le style de types frappés au nom des Bisaltes avec une fidélité telle qu’on est tenté de les attribuer à un même graveur. Le rapprochement est expliqué par un passage d’Hérodote, qui, au moment où il introduit la personne d’Alexandre Ier dans les Histoires V, 17, nous informe que le roi se rendit maître de mines de Bisaltie, dont il tirait un talent par jour24. Nouveau propriétaire du gisement minier, il fait figurer son nom à la place de celui des Bisaltes. Par la suite, il faut attendre le règne d’Archélaos pour que les rois de Macédoine frappent à nouveau des tétradrachmes, en les signant de leur nom. À partir du monnayage de Philippe, sous lequel la possession des mines alimente à nouveau la production monétaire, le nom du roi est accompagné au revers de nombreuses marques de contrôle qui distinguent ateliers et émissions selon un système complexe25. Le nom du roi a une autre signification : il renvoie certes à celui qui possède le minerai, mais surtout, comme l’ethnique sur les monnaies des cités, c’est en fait l’exact équivalent de l’ethnique ΜΑΚΕΔΟΝΩΝ, qui n’apparaîtra qu’à la suppression de la dynastie.

22Ce détour un peu long était indispensable pour analyser la signification du nom des rois de Macédoine sur leur monnayage : à l’origine il renvoie probablement au maître des mines, avant de les signaler comme chefs du royaume. Il n’est pas sûr que les informations que Ptolémée possédait sur l’histoire du monnayage macédonien aient été les mêmes que les nôtres, mais il savait ce qu’était le monnayage macédonien et il savait tout aussi certainement quel était le rôle du nom royal qui correspondait à l’ethnique des monnaies des cités. Lui-même contrôlait comme maître de l’Égypte des mines de métaux précieux, dont les revenus entraient dans les caisses royales. Il a incontestablement beaucoup emprunté au modèle macédonien pour construire son monnayage.

  • 26  G. Le Rider, op. cit. n. 4, s’est employé notamment à faire justice de cette théorie d’un « monnay (...)

23Dans la légende du nouveau monnayage, ΠΤΟΛΕΜΑΙΟΥ ΒΑΣΙΛΕΩΣ, c’est le titre de Basileus qui est l’élément le moins banal. Il n’a jamais figuré sur le monnayage macédonien, pas plus que, en dehors de rares exceptions, sur les monnayages achéménides. Contrairement à ce qui paraissait normal quand on pensait que le monnayage aux types d’Alexandre était par excellence l’instrument monétaire d’un empire qui se voulait universel26, il a fallu constater petit à petit que l’introduction du titre de Basileus sur les monnaies d’Alexandre ne s’était faite que tardivement,au plus tôt dans les dernières années du règne, et sans doute même uniquement après la mort du Conquérant.

24Il est curieux que les discussions aient porté sur la date d’apparition de ce titre et non sur sa signification. Il est clair qu’aucun élément ne permet de le rattacher à la royauté macédonienne. Basileus a ici le sens qu’il a dans tous les textes grecs classiques, quand il est employé seul, celui de « Grand Roi ». Mais si Alexandre a constamment fait valoir, dès sa victoire d’Issos et plus encore après celle de Gaugamèles, qu’il était le seul Basileus légitime, il n’a manifestement pas considéré que faire graver ce titre sur ses monnaies renforçait cette affirmation, ni même qu’elle était utile à l’édification de la nouvelle forme de « basileia » qu’il construisait. La monnaie ne semble pas avoir joué un rôle particulier dans les représentations idéologiques de cette royauté nouvelle. La diversité des monnayages qu’Alexandre fit frapper, même après l’introduction de ce que nous appelons les « types d’Alexandre », montre bien que pour lui, la monnaie est un instrument de paiement indispensable (pour la flotte, la solde, etc.), qui répond à certaines règles (l’étalon, l’iconographie) et qui doit être adaptée à ses besoins, mais rien de plus.

  • 27  C’est le cas en Macédoine, où le titre disparaît de quelques émissions après 317, c’est-à-dire apr (...)

25J’ai rappelé les incertitudes qui entourent l’adoption du titre royal sur les monnaies. Notons qu’il ne s’impose pas partout au même moment et qu’il peut même être supprimé un certain temps27. Néanmoins, à partir du moment où il commence à être gravé, il se répand très vite et, à la fin du siècle, il deviendra de règle. Soulignons, pour compliquer l’énigme, qu’il ne change rigoureusement rien à l’utilisation de la monnaie : la valeur de celle-ci n’en est ni accrue, ni diminuée, les trésors montrent que pièces avec titre et pièces sans titre circulent exactement de la même manière, mélangées de façon apparemment indistincte. À la différence des numismates modernes, la plupart des utilisateurs anciens n’y prêtaient sans doute aucune attention. Parmi les éléments gravés sur la pièce, le titre royal est à peine plus important que les marques de monétaires et les signes d’ateliers.

  • 28  A. B. Bosworth,« Philipp III Arrhidaeus andthe Chronology of the Successors », Chiron 22 (1992), p (...)

26Pourquoi donc cet ajout ? Une théorie28 a ingénieusement suggéré que le titre serait à mettre en relation avec la « double-monarchie » (le mot est à mettre entre guillemets, car Alexandre IV et Philippe Arrhidée n’ont jamais régné ni ensemble, ni séparément). Basileus Alexandros désignerait d’abord Alexandre, qui aurait été proclamé roi à l’automne 422 (322 ?), puis, quand celui-ci fut mis à l’écart et finalement assassiné par Cassandre, le nom recommencerait à désigner son père. L’explication, si ingénieuse qu’on y reconnaît la marque de commentateurs modernes, pourra laisser sceptique et elle se heurte à d’innombrables objections, notamment sur la réalité de l’existence d’un roi mineur, qui relève d’une conception de la royauté anachronique pour cette époque.

27Il n’en est pas moins vrai que le titre se répand après la mort d’Alexandre, à un moment où il n’y a plus d’autorité centrale capable d’imposer ses décisions aux différents ateliers qui sont sous le contrôle de généraux antagonistes, alors que ceux-ci ont les moyens de frapper monnaie pour soutenir les guerres qui surgissent immédiatement : Perdiccas n’a jamais pu imposer ses décisions à Antipater, qui contrôle Amphipolis, un des ateliers les plus actifs, ni à Ptolémée, qui ouvre l’atelier d’Alexandrie. Cependant ces deux ateliers font usage l’un et l’autre de la nouvelle légende, à partir de dates différentes. Celle-ci se répand en même temps que la frappe des alexandres connaît un développement considérable, que sa diffusion se multiplie dans l’ensemble du monde grec et même au-delà. On en conclura que ces différents phénomènes ne sont en réalité que les effets monétaires de la crise de succession qui s’est ouverte par la mort inattendue du Conquérant et des énormes besoins monétaires que les guerres entre les Diadoques suscitent. Dans la situation d’anarchie où se trouve l’ensemble disparate des conquêtes d’Alexandre, différentes autorités antagonistes émettent des alexandres sans aucun doute à destination de troupes tout aussi disparates dont elles cherchaient à s’assurer l’enrôlement et la fidélité. C’est dans ce contexte que Ptolémée ouvre l’atelier d’Alexandrie.

  • 29  D. Knoepfler, « Tétradrachmes attiques et argent alexandrin chez Diogène Laërce », MH 44 (1987), p (...)

28Une brève émission au début de la série à l’Athéna apporte une indication intéressante pour comprendre la signification du titre de Basileus, bien qu’il n’y figure pas : le nom ΠΤΟΛΕΜΑΙΟΥ au génitif y est gravé pour la première fois, associé à l’adjectif alexandreion, dans une combinaison de termes jusqu’alors inconnue dans le monnayage grec. Son interprétation a été beaucoup discutée, en particulier le sens de l’adjectif ἀλεχανδρείον, où certains ont voulu voir un locatif « d’Alexandrie », au moment où l’atelier monétaire aurait été installé à Alexandrie, ce qui est impossible, comme l’a montré D. Knoepfler29 : la seule traduction possible est (monnaie ou tétradrachme) d’Alexandre [émise par l’État] de Ptolémée. La traduction de ΠΤΟΛΕΜΑΙΟΥ par [l’État] de Ptolémée ne doit pas surprendre : la mention de l’État émetteur est loin d’être indispensable sur une monnaie grecque, mais dès lors qu’un nom apparaît sous une forme qui empêche d’y reconnaître un monétaire, qu’il s’agisse d’un ethnique (même abrégé) comme ΑΘΗ(ναίων) ou du nom d’une personne comme ΦΙΛΙΠΠΟΥ, le caractère légal de la monnaie oblige à comprendre « cité d’Athènes », « Royaume de Philippe » ou « État de Ptolémée », l’origine de l’autorité légale qui fait la monnaie. Notons cependant que cette légende fut très vite abandonnée, ce qui montre qu’elle n’a pas joué de rôle décisif dans le processus de création du nouveau monnayage : il s’agit donc d’une tentative sans suite pour signaler le nouvel État.

29Elle présente cependant l’intérêt de faire apparaître le parallélisme, qui a été évidemment voulu par Ptolémée, entre la formule ΑΛΕΞΑΝΔΡΟΥ ΒΑΣΙΛΕΩΣ et la formule qui la remplace un temps, ΑΛΕΞΑΝΔΡΕΙΟΝ ΠΤΟΛΕΜΑΙΟΥ : à chaque fois, le premier mot désigne la valeur de la monnaie (sens que nous avons repris en parlant d’un « alexandre », c’est-à-dire un tétradrachme de poids attique), et le second l’État émetteur, c’est-à-dire celui qui lui donne cours légal. La crise de succession a été au moins autant une crise d’ordre institutionnel (quel type d’État bâtir sur les conquêtes d’Alexandre ?) qu’une crise de personne (la recherche d’un héritier). Il semble bien que l’introduction du titre de Basileus soit due à un des généraux (Antipater à Amphipolis ?) qui a eu l’idée de souligner qu’il frappait monnaie dans le cadre (légal, idéologique, etc.) du royaume d’Alexandre, et que cette précision, bien qu’elle ne fût pas indispensable à la circulation de la monnaie, ait été rapidement adoptée par l’ensemble des ateliers.

  • 30  Il est possible que l’archer à la tiare crénelée des sicles frappés à Sardes et des dariques soit (...)
  • 31  J’ai fait valoir, « Numismatique et iconographie : le cavalier macédonien », in L. Kahil, C. Augé (...)
  • 32  O. Hoover, « The Identity of the Helmeted Head on the “ Victory ” Coinage of Susa », RSN 81 (2002) (...)

30L’étape décisive dans la création du monnayage lagide est évidemment l’introduction du portrait royal sur les statères d’argent et sur les statères d’or (dont nous avons analysé ci-dessus le revers), au début du IIIe siècle. Dans les deux cas, la nouvelle monnaie fait l’objet d’une nouvelle réduction de poids, mais ici l’innovation principale réside dans l’iconographie. Ptolémée joue un rôle créateur dans ce domaine. Le portrait royal n’appartenait pas à l’iconographie monétaire ni des Achéménides30, ni des rois de Macédoine31. Il apparaît peut-être très brièvement sur des émissions de satrapes. Les portraits des dynastes lyciens sur certains monnayages de la région ont une tout autre signification, dont l’explication doit être cherchée dans un cadre local. Mais ces premières images n’ont pas pu servir de modèle à Ptolémée. Quand Antigonos le Borgne prend le titre royal pour tenter de s’imposer face à ses rivaux, il ne crée pas pour autant un monnayage nouveau et continue à frapper sans changement des alexandres. Parmi les autres Diadoques, seul Démétrios Poliorcète fera graver son portrait, mais seulement dans sa seconde série monétaire qui date du début du IIIe siècle ; la question est discutée pour Séleucos Ier32.

31Au droit, la tête, plus exactement le buste de Ptolémée Ier porte le diadème et l’égide sur l’épaule. On a souligné à juste titre que cette image n’était en rien idéalisée, à la différence de celle de Démétrios : ce portrait d’un roi qui venait tout juste de dépasser la cinquantaine nous montre un homme d’une forte personnalité, marqué par la vie, aux yeux profondément enfoncés dans des « poches » creusées par l’âge, cependant que les joues trop pleines et un début de calvitie sur le front sont d’autres marques de l’usure des années. L’humanité de cette image frappe, même si ce n’est pas simplement une image d’homme : le souverain est coiffé de l’insigne du pouvoir royal, le diadème, et il porte un attribut divin, l’égide de Zeus et d’Alexandre. La divinité du maître de l’Égypte est cependant très discrète dans ce portrait. Il est vrai que la présence même de l’effigie royale au droit de la monnaie, dont on ne saurait souligner assez le caractère extraordinaire, suffit sans doute à lui accorder un caractère divin, et que celui-ci est réaffirmé par la présence de l’aigle au revers, qui renvoie au Zeus des bronzes. Quant à la légende, uniforme sur les trois métaux, elle affirme à ceux qui la liraient la légitimité du pouvoir de Ptolémée sur une partie des conquêtes d’Alexandre.

32Une autre intention politique a dû se profiler très tôt, même si les effets ne se manifesteront que par la suite : celle d’inaugurer par cette légende une politique dynastique, qui n’apparaît pas dans les autres royaumes hellénistiques. Que cette possibilité ait été envisagée en 305 et même bien avant, se déduit du nom qui est donné aux héritiers potentiels du fondateur de la lignée : tous portent eux aussi le nom de Ptolemaios, en rupture avec la tradition grecque qui donne plus volontiers au nouveau-né le nom d’un de ses grands-pères. La volonté du fondateur sera reprise par tous ses successeurs. La préférence dynastique prendra une force nouvelle quand, en 281 au plus tard, à la mort de Ptolémée Sôter, son successeur Ptolémée Philadelphe n’introduit pas son portrait sur les statères, mais garde l’image du fondateur, qui sera, nous l’avons dit, respectée jusqu’à la réforme de Cléopâtre.

33La construction du charaktèr du prince est donc le résultat d’un processus de longue durée, qui a commencé très tôt, dès l’installation de Ptolémée Ier en Égypte. Pour autant, le résultat n’était pas prévisible dès l’origine. Une double construction se lit dans l’iconographie et dans la valeur de la monnaie. Sur le plan financier, l’acte décisif se situe vers 305, avec le décrochement du poids du tétradrachme qui est allégé par rapport à l’étalon attique. Nous avons vu que cette mesure, qui répond plus à un besoin financier immédiat qu’à un projet économique de vaste ampleur, n’avait pas été accompagnée d’innovation typologique importante. Le deuxième temps de la construction financière est, lui, lié au stade final du monnayage, avec la création de la nouvelle monnaie d’or et celle du tétradrachme de Ptolémée qui combinent une décision d’ordre financier et des innovations iconographiques à signification politique. Les nouveaux statères d’or ne pèsent plus qu’environ 7,10 g, au lieu des 8,60 g des statères de poids attique qui avaient été inaugurés par Philippe II et qui étaient appelés de son nom, philippeia. C’est une diminution de 17 % par rapport à l’étalon attique.

34L’iconographie est surtout révélatrice des ambitions politiques du souverain. Dans un premier temps il se rattache à la tradition d’Alexandre, dans laquelle il décide très tôt de se singulariser, en choisissant « son » Alexandre. Mais cette volonté d’originalité est d’abord une affirmation de lui-même. Celle-ci se renforce peu à peu par des emprunts à la tradition macédonienne, cependant que l’image du Conquérant est reléguée au second plan. Le grand conflit politique du temps sur le sort à faire à la basileia d’Alexandre est repris par Ptolémée dans le cadre de son programme personnel. Finalement, la basileia de Ptolémée appelait l’image du prince sur ses monnaies.

Haut de page

Notes

1  La chronologie du début du monnayage lagide s’est beaucoup précisée ces derniers temps, voir O. Mørkholm, Early Hellenistic Coinage,Cambridge, Cambridge University Press, 1991, p. 62-67 ; G. Le Rider & F. de Callataÿ, Les Séleucides et les Ptolémées : l’héritage monétaire et financier d’Alexandre le Grand,Monaco / Paris, Éd. du Rocher / Champollion, 2006 ; S. von Reden, Money in Ptolemaic Egypt,Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 31-57 ; C. Lorber, « A Revised Chronology for the Coinage of Ptolemy I », NC 165 (2005), p. 45-64.

2  Le mot signifie à la fois « ouvrier-graveur », notamment graveur de monnaie et « poinçon-graveur », donc coin monétaire, avant de désigner le « caractère » au sens actuel, cf. O. Masson dans P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, s.v. Il est employé dans le célèbre décret de Sestos en l’honneur de Ménas, OGI 339, l.43-49, voir L. Robert, « Les Monétaires et un décret hellénistique de Sestos », RN (1973), p. 43-53 ; P. Fröhlich, Les Cités grecques et le contrôle des magistrats (IVe‑Ier siècle av. J.C.), Genève, Droz, 2004, p. 216-217. Dénonçant la corruption des Étoliens, Polybe, XVIII, 34, 7, emploie le mot pour dire que « ce trait de caractère a particulièrement cours chez eux », τοῦ χαρακτῆρος τούτου νομιστευομένου παρὰ τοῖς Αἰτωλοῖς, jouant sur les termes ayant un sens monétaire et un sens psychologique.

3  Voir P. Goukowski, Essai sur les origines du mythe d’Alexandre, vol1, Les Origines politiques,Nancy, Université de Nancy II, 1978, p. 131-145 et 193-194.

4  La date des premiers alexandres frappés en Égypte avait d’abord été placée très haut, puis descendue vers 325, par O. Zervos, « The Early Tetradrachms of Ptolemy I », ANSMN 13 (1967), p. 1-16 et par M. Price, The Coinage in the Name of Alexander the Great and Philip Arrhidaeus,Londres / Zurich, British Museum Press / The Swiss Numismatic Society, 1991, p. 496-499, qui place même l’atelier à Memphis. Contra G. Le Rider, Alexandre le Grand. Monnaie, finances et politique, Paris, Presses universitaires de France, 2003, p. 262-265, et C. Lorber, op. cit., font valoir que la frappe des alexandres en Égypte ne commence qu’avec Ptolémée.

5  A. R. Bellinger, Essays on the Coinage of Alexander the Great, New York, American Numismatic Society, 1963, p. 13-21, souligne cette ambivalence de l’image, qui est formellement celle d’Héraclès, ancêtre de la dynastie, mais qui est identifiée par tout un courant populaire à celle d’Alexandre. Cf. aussi, sous une forme parfois romanesque, O. Bopearachchi & P. Flandrin, Le Portrait d’Alexandre le Grand : histoire d’une découverte pour l’humanité,Monaco / Paris, Éd. du Rocher, 2005.

6  L’étude des monnaies des fouilles du Centre d’études alexandrines, effectuées sous la direction de J.‑Y. Empereur, m’a montré que les bronzes lagides se répartissaient en dix séries successives, qui sont discernables par les changements de types successifs : cf. O. Picard, « L’Apport des fouilles d’Alexandrie », in F. Duyrat & O. Picard (eds), L’Exception égyptienne ? Production et échanges monétaires en Égypte hellénistique et romaine. Actes du colloque d’Alexandrie, 13‑15 avril 2002, Le Caire, Institut Français d’Archéologie Orientale, 2005, p. 81-90, et « Les Systèmes monétaires lagides », in Monnaies de fouilles du CEA, à paraître.

7  C. Lorber, op. cit., p. 60, a montré qu’il fallait repousser vers 298-297 le début de cette série, placé jusque-là vers 304 et en 301.

8  L’identification de ces valeurs sera justifiée dans les Monnaies de fouilles du CEA.

9  P. Bernard, « Le Monnayage d’Eudamos, satrape grec du Pandjabet maître des éléphants », in G. Gnoli & L. Lanciotti (eds), Orientalia Iosephi Tucci memoriae dicata, Rome, Istituto italiano per il Medio ed Estremo Oriente, 1985, p. 65-94 ; G. Le Rider, op. cit. n. 4, p. 328-334.

10  L. Lacroix, Les Reproductions de statues sur les monnaies grecques. La statuaire archaïque et classique, Liège, Faculté de Philosophie et Lettres, 1949, p. 116-121, me paraît toutefois trop sceptique quand il n’y voit qu’une banale « image de la Fortune ».

11  C. Lorber, op. cit. n. 1.

12  M. Rostovtseff, Histoire économique et sociale du monde hellénistique,Paris, Robert Laffont, 1989 (1954), p. 278-283. É. Will, Histoire politique du monde hellénistique I, Nancy, Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université de Nancy, 1966, p. 136-138 et 148-178, donne une riche bibliographie.

13  C’est l’explication proposée par G. Le Rider & F. de Callataÿ, op. cit. n. 1, p. 135. F. de Callataÿ, « L’Instauration par Ptolémée Ier d’une économie monétaire fermée », in F. Duyrat & O. Picard, op. cit. n. 6, p. 117-134.

14  La célèbre lettre au dioicète Apollonios, P. Cair. Zen. I 59021, ne peut pas être interprétée dans ce sens, comme l’a montré F. Burkhalter dans sa thèse inédite, Comptes et monnaies en Égypte ptolémaïque d’après les papyrus, Université de Paris-Sorbonne, 2007.

15  Les comptes de Delphes à apousia apportent une information explicite de cette pratique, cf. O. Picard, « Les Monnaies des comptes de Delphes à apousia », in D. Knoepfler (ed.), Comptes et inventaires dans la cité grecque, Actes du colloque international d’épigraphie tenu à Neuchâtel du 23 au 26 septembre 1986 en l’honneur de J. Tréheux,Genève, Droz, 1988, p. 91-101. Rhodes figure également parmi les cités qui ont joué sur le poids de leur monnaie.

16  G. Le Rider, « Les deux monnaies macédoniennes des années 323-294/290 », BCH 117 (1993), p. 491-500 (=Études d’histoire monétaire et financière du monde grec III, Athènes, Société hellénique de numismatique, 1999, p. 1173-1182). Je suis la chronologie de G. Le Rider, même si C. Flament, Contribution à l’étude des ateliers monétaires grecs : étude comparée des conditions de fabrication de la monnaie à Athènes, dans le Péloponnèse et dans le royaume de Macédoine à l’époque classique,Louvain-la-Neuve, Association numismatique professeur Marcel Hoc, 2010, p. 85-120, a souligné récemment les incertitudes pesant sur l’interprétation des marques de contrôle du monnayage de Philippe II et a mis en doute la reprise de la frappe des philippes posthumes. La question n’est donc pas réglée.

17  B. E. Levy, « The Overstruck Coinage of Ptolemy I », ANSMN 6 (1954), p. 69-84 ; C. Lorber, op. cit. n. 1, p. 46.

18  Justin XXIV, 2, 8. F. Papazoglou, Les Villes de Macédoine à l’époque romaine, Athènes, École française d’Athènes, 1988, p. 108-111 ; M. Mari, Al Di là dell’Olimpo. Macedoni e grandi santuari della Grecia dall’età arcaica al primo ellenismo, Athènes, Centro di ricerca sull’Antichità greca e romana, 2002 ; M. Hatzopoulos, Macedonian Institutions under the Kings : A Historical and Epigraphic Study, Athènes,Research Centre for Greek and Roman Antiquity, 1996, p. 270 et 278.

19  O. Picard, « Remarques sur la monnaie de bronze dans l’Égypte lagide », in J.-Y. Empereur (ed.), Commerce et artisanat dans l’Alexandrie hellénistique, Athènes, École française d’Athènes, 1999, p. 409-417.

20  C. Gatzolis, « Royal and Civic Bronze Coinage : Monetary Circulation Between the Macedonian Kingdom and the Chalcidic Peninsula », in T. Faucher, M.‑C. Marcellesi & O. Picard (eds), Nomisma, La Circulation monétaire dans le monde grec antique, Actes du colloque international organisé par l’École française d’Athènes, Athènes, 14-17 avril 2010,Athènes, École française d’Athènes, 2011, p. 185-198, montre que les monnaies de bronze d’Aphytis, en Chalcidique, représentant Zeus Ammon et un aigle au revers, datent du IVe siècle et non du IIe, comme on l’admettait auparavant (p. 194).

21  Voir les diverses contributions dans O. Casabonne (ed.), Mécanismes et innovations monétaires dans l’Anatolie achéménide. Numismatique et Histoire. Actes de la Table Ronde d’Istanbul, 22-23 mai 1997, Istanbul / Paris, Institut français d’études anatoliennes, 2000.

22  J. N. Svoronos, L’Hellénisme primitif de la Macédoine prouvé par la numismatique et l’or du Pangée,Paris, Leroux, 1919 ; O. Picard, « Monnayages en Thrace à l’époque achéménide », in O. Casabonne (ed.), op. cit., p. 239-253 ; A. Tzamalis, « Monnaies “ thraco-macédoniennes ” : quelques observations sur les monnaies au centaure et à la nymphe », in T. Faucher, M.‑C.Marcellesi & O. Picard (eds),op. cit., p. 67-77 ; l’auteur prépare le corpus de ces monnayages.

23  D. Raymond, Macedonian Regal Coinage to 413 BC, New York, American Numismatic Society, 1953 ; M. Hatzopoulos, op. cit.,p. 171-179.

24 O. Picard, « Mines, monnaies et impérialisme : conflits autour du Pangée (478 - 413) », in A.‑M. Guimier-Sorbets, M. Hatzopoulos & Y. Morizot (eds), Rois, cités, nécropoles. Institutions, rites et monuments en Macédoine, Athènes, Centre de recherche sur l’Antiquité Grecque et Romaine,2006, p. 269-283, pl. 37-38.

25  Cf. C. Flament, op. cit. n. 16.

26  G. Le Rider, op. cit. n. 4, s’est employé notamment à faire justice de cette théorie d’un « monnayage impérial ». Cependant, des conclusions sur ce monnayage ne s’en sont pas encore véritablement dégagées.

27  C’est le cas en Macédoine, où le titre disparaît de quelques émissions après 317, c’est-à-dire après l’exécution d’Arrhidée. Le rapprochement entre les deux événements pourrait ne pas être fortuit, ce qui incite à chercher une explication politique.

28  A. B. Bosworth,« Philipp III Arrhidaeus andthe Chronology of the Successors », Chiron 22 (1992), p. 55-81 ; The Legacy of Alexander : Politics, Warfare and Propaganda under the Successors, Oxford, Oxford University Press, 2002, p. 99.

29  D. Knoepfler, « Tétradrachmes attiques et argent alexandrin chez Diogène Laërce », MH 44 (1987), p. 233-253 ; 45 (1989), p. 193-230 ; Id., « alexandreion nomisma. L’Apparition et la disparition de l’argent d’Alexandre dans les inscriptions grecques. Quelques réflexions complémentaires », Topoi 7 (1997), p. 33-50.

30  Il est possible que l’archer à la tiare crénelée des sicles frappés à Sardes et des dariques soit une évocation du Grand Roi, mais on ne saurait évidemment parler de portrait.

31  J’ai fait valoir, « Numismatique et iconographie : le cavalier macédonien », in L. Kahil, C. Augé & P. Linant de Bellefonds (eds), Iconographie classique et identités régionales, Athènes, École Française d’Athènes, 1986, p. 67-75, pourquoi il paraissait peu probable que le cavalier saluant qui alterne au revers des tétradrachmes de Philippe II avec un jockey nu, soit une image du roi. Cf. G. Le Rider, Monnayage et finances de Philippe II : un état de la question, Athènes,Centre de recherches de l’antiquité grecque et romaine,1996, p. 45.

32  O. Hoover, « The Identity of the Helmeted Head on the “ Victory ” Coinage of Susa », RSN 81 (2002), p. 51-60 ; G. Le Rider &F. de Callataÿ, op. cit. n. 1, p. 44.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1: Le statère de Ptolémée
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/445/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Figure 2: L’obole lagide au IIIe siècle.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/445/img-2.png
Fichier image/png, 40k
Titre Figure 3: L’Alexandre de Ptolémée et Athéna Alkidèmos.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/445/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Figure 4 : bronze lagide : Zeus Olympien.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/445/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 5 : bronze lagide : Zeus de Siwah.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/445/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Picard, « Le portrait de Ptolémée I ou comment construire la monnaie d’un nouveau royaume », Cahiers des études anciennes, XLIX | 2012, 19-41.

Référence électronique

Olivier Picard, « Le portrait de Ptolémée I ou comment construire la monnaie d’un nouveau royaume », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLIX | 2012, mis en ligne le 22 mai 2012, consulté le 31 août 2014. URL : http://etudesanciennes.revues.org/445

Haut de page

Auteur

Olivier Picard

Professeur émérite (Paris-Sorbonne IV), Membre de l’Institut

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers des études anciennes

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org