Navigation – Plan du site

De Philétaire à Eumène II : image et pouvoir chez les Attalides

Marie-Christine Marcellesi
p. 149-165

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Toutes les dates sont a. C..

1Seuls deux membres de la dynastie attalide ont été représentés par un portrait sur des monnaies. Le premier est Philétaire lui-même, le fondateur de la dynastie, dont le portrait apparaît sur les philétaires, monnaies d’argent qui portent son nom, à partir du groupe II. Le second est Eumène II, le roi sous le règne duquel le royaume attalide s’est agrandi considérablement à la suite de la guerre antiochique et du traité d’Apamée de 1881. Le portrait d’Eumène II apparaît au droit d’un monnayage à son nom et à ses types, tout à fait exceptionnel dans l’histoire monétaire de la dynastie. Quelle est la signification de ces portraits ? Dans quel contexte apparaissent-ils ? Leur apparition s’accompagne-t-elle d’autres mutations dans l’iconographie monétaire attalide ? L’évolution de l’iconographie peut-elle être mise en relation avec l’histoire politique, diplomatique et militaire ? Nous tenterons de répondre à ces questions en évoquant d’abord les problèmes posés par le portrait de Philétaire, puis les mutations dans l’iconograhie monétaire attalide sous le règne d’Eumène II.

I. Le portrait de Philétaire

2Le portrait de Philétaire orne le droit de la plus grande partie des philétaires. Cependant, il n’apparaît sur ces monnaies que dans un second temps, après un premier groupe qui présente au droit le portrait de Séleucos Ier. La date à laquelle apparaît le portrait de Philétaire est une question débattue et la réponse que l’on y apporte a naturellement des conséquences sur la signification du portrait de Philétaire comme de celui de Séleucos Ier sur le premier groupe. Après avoir rappelé les principaux traits des philétaires, nous évoquerons ces problèmes de chronologie et la signification de chacun des deux portraits.

Les philétaires, caractères généraux

3Les philétaires sont les tétradrachmes d’étalon attique qui montrent au revers la déesse Athéna trônant et portent en légende le nom de Philétaire au génitif. Ces monnaies ont commencé à être émises sous Philétaire lui-même et ont continué à être frappées après sa mort (263), jusqu’au règne d’Eumène II (197-158).

4Elles présentent plusieurs traits caractéristiques des monnaies royales hellénistiques, en particulier le nom dynastique en légende et l’étalon attique, utilisé par tous les monnayages royaux sauf les monnaies lagides. Le titre royal n’apparaît pas car Philétaire lui-même ne l’a pas porté, pas plus que son successeur Eumène. C’est seulement avec Attale Ier (241-197) que les Attalides prennent le titre de roi, s’affranchissant définitivement de la tutelle séleucide, après les victoires sur Antiochos Hiérax et les Galates (Polybe, XVIII, 41, 7 ; Strabon, XIII 4, 2). Les philétaires sont donc d’abord des monnaies dynastiques avant de devenir des monnaies royales.

5L’autre caractère commun aux philétaires et à bien des monnayages royaux hellénistiques est la présence d’un portrait au droit.

Les problèmes de chronologie

  • 2  Voir principalement U. Westermark, Das Bildnis des Philetairos von Pergamon. Corpus der Münzprägun (...)

6Les numismates distinguent sept grands groupes dans le monnayage d’argent au nom de Philétaire ; certains de ces groupes ont eux-mêmes été divisés en sous-groupes2. Le groupe I est celui qui se caractérise par le portrait de Séleucos Ier au droit (figure 1).

Figure 1 : Philétaire du groupe I, portrait de Séleucos Ier.

Figure 1 : Philétaire du groupe I, portrait de Séleucos Ier.

7Dès le groupe II, le portrait diadémé de Philétaire remplace celui de Séleucos Ier (figure 2). À partir du groupe III, le portrait de Philétaire est couronné de laurier (figure 3).

Figure 2: Philétaire du groupe II, portrait diadémé de Philétaire.

Figure 2: Philétaire du groupe II, portrait diadémé de Philétaire.

Figure 3 : Philétaire du groupe III, portrait lauré de Philétaire.

Figure 3 : Philétaire du groupe III, portrait lauré de Philétaire.

8Dans les groupes suivants, le type de droit ne connaît plus de modification ; en revanche, le revers, qui était resté le même depuis le début de la série, subit une légère modification : à partir du groupe IV A, Athéna couronne le nom de Philétaire (figure 4).

Figure 4 : Philétaire du groupe IV A.

Figure 4 : Philétaire du groupe IV A.
  • 3  Sur cette bataille, cf. Strabon, XIII, 4, 2. Sur le lien entre l’apparition du portrait de Philéta (...)
  • 4  F. Imhoof-Blumer, op. cit., p. 26 ; U. Westermark, op. cit., p. 12-19.

9Suivant la chronologie traditionnelle, Philétaire aurait conservé jusqu’à sa mort le portrait de Séleucos Ier. C’est son successeur Eumène qui aurait introduit le portrait de Philétaire dans le monnayage, peut-être après la victoire de Sardes sur Antiochos Ier en 2613. Le passage à la couronne de laurier se ferait un peu plus tard du vivant d’Eumène. La modification du revers et le couronnement du nom de Philétaire par la déesse seraient intervenus après les victoires d’Attale sur Antiochos Hiérax et les Galates4. Selon U. Westermark, les groupes IV A à VI B se situeraient donc sous Attale Ier, le groupe VII sous Eumène II.

  • 5  Pour une présentation détaillée de la bibliographie et des problèmes chronologiques posés par l’en (...)

10Nous n’entrerons pas ici dans le détail des problèmes chronologiques posés par les derniers philétaires, mais nous nous concentrerons sur la chronologie des premiers groupes, puisque c’est le passage du portrait de Séleucos Ier à celui de Philétaire qui nous occupe5.

  • 6 CH 8, 308. A. Davesne & G. Le Rider, Gülnar II. Le trésor de Meydancıkkale (Cilicie Trachée 1980),P (...)
  • 7  Le trésor compte au total 60 philétaires.

11La chronologie des premiers groupes n’a guère été discutée jusqu’à la publication du trésor de Meydancıkkale6. La date d’enfouissement de ce trésor qui contenait plus de 5000 monnaies d’argent peut être située, d’après les monnaies séleucides, vers 240-235. Or le groupe VI A des philétaires est représenté dans le trésor par 14 exemplaires7. Ce groupe a donc commencé non pas dans la seconde moitié du règne d’Attale Ier comme on le pensait jusque là, mais dès le début du règne. Cette nouvelle chronologie pour le groupe VI A oblige à réviser la chronologie des groupes précédents.

  • 8  A. Davesne & G. Le Rider, op. cit., p. 338 ; G. Le Rider, « Les Tétradrachmes attalides au portrai (...)

12Après un examen minutieux des données fournies par les trésors monétaires, G. Le Rider s’est demandé s’il ne fallait pas attribuer à Eumène les groupes III à V et si le groupe II ne devrait pas être attribué à Philétaire plutôt qu’à son successeur8. À l’argumentation tirée des trésors, G. Le Rider a ajouté un argument iconographique qui me paraît important : la couronne de laurier qui orne le portrait de Philétaire à partir du groupe III conviendrait bien à un personnage héroïsé après sa mort, contrairement au diadème, porté par les souverains vivants. La chronologie suggérée par G. Le Rider est donc très séduisante.

  • 9  U. Wartenberg & J. H. Kagan, « Some Comments on a New Hoard from the Balkan Area », in M. Amandry, (...)

13De fait, elle a été reprise par plusieurs numismates9. Il faut  néanmoins souligner qu’elle reste incertaine. On ne dispose guère pour l’instant de trésors datés de manière sûre des années 260 ou 250, qui seuls permettraient de la confirmer.

14En tout cas, une telle chronologie a des conséquences sur l’interprétation que l’on peut proposer pour les différents portraits.

Fidélité à Séleucos Ier ou première affirmation d’indépendance ?

  • 10  Cf. les récits de Strabon, XIII 4, 1 et Pausanias, I, 10, 4-5.

15Le portrait de Séleucos Ier, qui orne le droit du premier groupe des philétaires, peut aisément être identifié par comparaison avec les premières monnaies séleucides frappées dans d’autres ateliers. La présence de ce portrait sur des monnaies frappées par Philétaire à Pergame n’a rien pour surprendre. Philétaire avait été placé par Lysimaque à Pergame comme gardien de son trésor en 301, au lendemain de la victoire sur Antigone le Borgne à la bataille d’Ipsos. Dans les années 280, des intrigues à la cour du vieux roi conduisent à la mise à mort de son fils Agathoclès et un conflit oppose Philétaire à la seconde épouse du roi, Arsinoé. Dans ce contexte, Philétaire en vient à faire appel à Séleucos Ier contre Lysimaque10. Séleucos Ier attaque Lysimaque qui meurt à la bataille de Couropédion en 281. Peu de temps après, Séleucos Ier est lui-même assassiné par Ptolémée Kéraunos mais son fils Antiochos Ier parvient à maintenir sa suzeraineté sur le nord-ouest de l’Asie Mineure.

  • 11  A. Houghton & C. C. Lorber, op. cit., n° 308 et 1.

16C’est dans cette période troublée que se situe la frappe à Pergame de deux séries de tétradrachmes d’argent au nom de Séleucos, d’une part des monnaies aux types d’Alexandre (figure 5), d’autre part des monnaies présentant au droit une tête de cheval cornu, au revers un éléphant (figure 6)11. C’est dans le même contexte que Philétaire choisit, pour le droit des tétradrachmes à son nom, le portrait de Séleucos Ier.

Figure 5 : Tétradrachme aux types d’Alexandre et au nom de Séleucos Ier.

Figure 5 : Tétradrachme aux types d’Alexandre et au nom de Séleucos Ier.
  • 12  R. Miller & K. Walters, « Seleucid Coinage and the Legend of the Horned Bucephalas », SNR 83 (2004 (...)
  • 13  E. T. Newell, op. cit. n. 2, p. 31-33. Sur la guerre de Syrie, É. Will, Histoire politique du mond (...)

17Il est possible que certaines des monnaies au nom de Séleucos Ier aient été frappées seulement après sa mort ; le type de la tête de cheval cornu apparaît ailleurs sur des séries attribuées à Antiochos Ier et pourrait être caractéristique des monnaies frappées immédiatement après la mort de Séleucos Ier12. Il paraît encore plus probable que le groupe I des philétaires n’ait été inauguré qu’après la mort de Séleucos Ier, d’abord parce que la période qui sépare le ralliement de Philétaire à Séleucos Ier et la mort de ce dernier est très brève, ensuite parce que la frappe par Philétaire de monnaies d’argent à son nom est une marque d’aspiration à l’indépendance qui paraît plus vraisemblable sous Antiochos Ier que sous Séleucos Ier. E. T. Newell allait plus loin en proposant de placer le début du groupe I vers 275, au moment où Antiochos Ier était occupé par la guerre de Syrie13. Cette datation est possible mais incertaine et il me paraît plus prudent de retenir une datation plus large.

Figure 6 : Tétradrachme aux types séleucides (tête de cheval cornu / éléphant).

Figure 6 : Tétradrachme aux types séleucides (tête de cheval cornu / éléphant).

18Le portrait de Séleucos montre-t-il la fidélité de Philétaire à son deuxième suzerain ou, au contraire, est-ce la légende qui est l’élément le plus important et les nouvelles monnaies traduisent-elles avant tout une aspiration à l’indépendance ? Si l’on conserve la chronologie traditionnelle des philétaires, le portrait de Philétaire n’apparaîtrait qu’après la mort de ce dernier et celui de Séleucos Ier marquerait la fidélité du dynaste au roi jusqu’à sa mort. Au contraire, si l’on accepte la chronologie suggérée par G. Le Rider, le portrait de Séleucos Ier au droit des premiers philétaires ne constitue plus qu’une phase transitoire du vivant de Philétaire et une étape dans l’affirmation progressive de son indépendance.

  • 14  Sur les monnaies de Lysimaque, la référence essentielle reste l’article de M. Thompson, « The Mint (...)

19Le type de revers choisi par Philétaire pour les monnaies à son nom suscite aussi des interrogations : Philétaire reprend presque tel quel le type de revers des monnaies de Lysimaque (figure 7)14.

Figure 7 : Tétradrachme de Lysimaque, frappé à Pergame.

Figure 7 : Tétradrachme de Lysimaque, frappé à Pergame.
  • 15  Dans plusieurs inscriptions, le nom de Philétaire est accompagné de l’ethnique Περγαμεύς. Cf. P. G (...)

20Ce choix résulte-t-il d’un souci d’ordre pratique, celui d’inscrire le nouveau monnayage dans la continuité des monnaies frappées et utilisées antérieurement à Pergame et dans le reste de l’Asie Mineure pour le faire mieux accepter et assurer sa diffusion ? Ou marque-t-il le souhait du dynaste de montrer sa fidélité à celui qui l’a placé à Pergame, après une rupture due à l’entourage du vieux roi plus qu’au roi lui-même ? Enfin, Philétaire, qui aime à se présenter comme Pergaménien15, a-t-il jugé que ce type pouvait l’aider à asseoir son pouvoir à Pergame même et dans les cités proches parce qu’Athéna était alors la principale déesse de la cité ? Ces différentes hypothèses ne s’excluent pas.

  • 16 É. Will, op. cit., p. 137-139.
  • 17  Cf. T. Reinach, « Essai sur la numismatique des rois de Bithynie », RN (1887), p. 220-248, 337-368 (...)
  • 18  G. Kleiner, « Pontische Reichsmünzen », MDAI(I) 6 (1955), p. 18-19 et pl. II 10 (statère d’or). Vo (...)

21À la même époque, dès les premières décennies du IIIe siècle, le royaume du Pont et celui de Bithynie s’émancipent de la domination séleucide16. Les rois de Bithynie inaugurent dès le règne de Nicomède Ier (circa 280-circa 255) un monnayage royal régulier à leur nom avec leur propre portrait17 ; la chronologie est moins claire pour les monnaies royales du Pont mais, selon certains numismates, un statère d’or pourrait être attribué à Mithridate Ier (281-266), tandis que l’argent pourrait avoir commencé sous Mithridate II à partir de circa 24018. On peut supposer que Philétaire aurait aimé faire comme ses voisins et rivaux de Bithynie mais qu’il a rencontré des obstacles : la situation géographique de Pergame et l’importance stratégique de l’Acropole dans une région proche de l’Hellespont et en contact avec le nord de la mer Égée ont sans doute rendu la domination sur cette région plus importante aux yeux des Séleucides et empêché Philétaire d’agir à sa guise. Il aurait donc choisi une voie de compromis et affirmé seulement de manière progressive son autonomie.

La légitimation par la référence au fondateur de la dynastie

22En tout état de cause, le portrait du Séleucide est bientôt remplacé par le portrait de Philétaire lui-même, d’abord représenté en simple mortel, ensuite héroïsé et assimilé aux dieux par la couronne de laurier.

23Si l’on ne peut déterminer de manière sûre la date de ces changements, il est certain en revanche que les successeurs de Philétaire ont conservé le portrait du fondateur de la dynastie pour leurs tétradrachmes d’argent jusque dans les premières décennies du IIe siècle. Comme chez les Lagides, la référence au fondateur était sans doute une manière pour ses successeurs de légitimer leur pouvoir. Ce souci des Attalides s’explique peut-être par le fait que, pendant longtemps, leur domaine a été menacé par les Séleucides et les Galates ; à des phases d’expansion, succédaient des phases de repli et Attale Ier n’a pris le titre royal qu’après ses victoires contre ces ennemis redoutables. C’est seulement avec Eumène II que les choses changent.

II. Eumène II et l’iconographie monétaire

  • 19  Voir principalement M. Segre, « L’Institution des Niképhoria de Pergame », in L. Robert, Hellenica(...)
  • 20  E. V. Hansen, The Attalids of Pergamon, Ithaca / Londres, Cornell University Press,1971, chapitre  (...)

24Eumène II (197-158) a été un roi ambitieux et fin politique. Allié à Rome contre Antiochos III, il a été le plus grand bénéficiaire du traité d’Apamée en 188 puisqu’il a récupéré toutes les possessions séleucides en deçà du Taurus, à l’exception de la Carie et de la Lycie, placées sous la tutelle de Rhodes. Alors qu’à son avènement, le royaume était quasiment réduit au seul territoire de Pergame, Eumène II a vu son royaume s’étendre alors à une grande partie de l’Asie Mineure, et cela de manière durable. Par la suite, il a remporté des victoires contre son voisin bithynien et contre les Galates. Soucieux de son image et de sa renommée, il a développé des panégyries et inauguré des concours pentétériques pour célébrer ces victoires : les Niképhoria, réorganisées en 181, commémoraient les victoires contre Prusias Ier de Bithynie en 183, les Sotéria et Héracleia, celle contre les Galates en 16619. La ville de Pergame s’est aussi considérablement développée sous son règne, au cours duquel il faut situer le début de l’édification du grand autel et la conception de son ambitieux programme iconographique20.

Les tétradrachmes au portrait d’Eumène II : un monnayage personnel

  • 21  U. Westermark, « The Portrait Coin of Eumenes II of Pergamon », inT. Fischer & P. Ilish, (eds), La (...)
  • 22  H. Nicolet-Pierre & M. Amandry, « Les Monnaies d’argent de Syros », in H. Nilsson (ed.), op. cit. (...)

25Eumène II est également à l’origine de plusieurs innovations dans le domaine monétaire. Il a inauguré un monnayage personnel. Ces tétradrachmes d’étalon attique montrent au droit son portrait, au revers les Cabires nus, debout, une chlamyde sur l’épaule, tenant chacun une lance, le tout dans une couronne de laurier (figure 8). La légende est Βασιλέως Εὐμένου. La présence du titre royal assure l’attribution à Eumène II plutôt qu’au successeur de Philétaire21. L’identification des Cabires au revers est assurée par le parallèle fourni par les tétradrachmes de Syros, présentant un type de revers identique, accompagné de la légende Θεῶν Καβείρων, en plus de l’ethnique Συρίων22.

26La date d’inauguration de ces monnaies n’est pas facile à établir. En effet, elles sont connues par deux exemplaires seulement, pour lesquels deux paires de coins ont été utilisées, si bien qu’on ne peut savoir s’il s’agit d’une frappe d’une durée limitée, hypothèse généralement retenue, ou au contraire d’une frappe étalée dans le règne. Cette dernière hypothèse ne doit pas être exclue. Un exemplaire semble provenir du trésor de Ma’Aret En-Nu’man (CH 9, 511), mais la date d’enfouissement de celui-ci, vers 162, est très proche de la mort du roi en 158.

  • 23  H. Nicolet-Pierre, op. cit. n. 2, p. 211.
  • 24  Pour une discussion plus détaillée sur la date de ce monnayage, cf. M.-CMarcellesi, op. cit. n. (...)

27On a généralement privilégié pour ce monnayage personnel d’Eumène II une datation dans la fin du règne et on l’a mis en relation avec la victoire sur les Galates, à la suite de laquelle le roi reçoit le surnom de Sôter23. Cependant, ce surnom n’apparaît pas sur les monnaies, si bien qu’une date d’inauguration plus tôt dans le règne n’est pas exclue. Il paraît préférable de retenir une datation large, pendant tout le règne, pour ces monnaies. Il me semble en effet hasardeux de chercher à mettre en relation l’inauguration de ce monnayage avec tel ou tel événement connu24.

  • 25  O. Mørkholm, « The Accession of Antiochos IV of Syria, A Numismatic Comment », ANSMN 11 (1964), p. (...)

28En tout état de cause, l’apparition de ce monnayage personnel marque la volonté d’Eumène II d’avoir un monnayage qui lui soit propre. C’est à peu près à la même époque que, chez les Antigonides, Philippe V (221-179) rompt avec l’habitude de faire figurer au droit des monnaies royales des têtes de dieu et fait apparaître son propre portrait. Son successeur Persée (179-168) fait de même. Chez les Séleucides, Antiochos IV (175-164) a utilisé la monnaie pour véhiculer l’idéologie royale, en faisant ajouter à la légende, après son titre et son nom, plusieurs épithètes l’assimilant à Zeus Épiphane, divinité qu’il a fait représenter sur les monnaies en remplacement du type traditionnel d’Apollon sur l’omphalos25. C’est l’indice que, dans la première moitié du IIe siècle, les rois sont de plus en plus conscients du rôle que peut jouer la monnaie dans leur propagande.

Les autres monnaies d’argent d’Eumène II

29Cependant, Eumène II a aussi instauré des monnayages d’argent qui ne font pas directement référence à la dynastie attalide.

  • 26  G. Le Rider, « Un Tétradrachme d’Athéna Niképhoros », RN 6 (1973), p. 66-79 ; p. 77 (repris dans É (...)
  • 27  M.-CMarcellesi, op. cit. n. 2, chapitre 5 § 6.7.
  • 28  M.-CMarcellesi, « Une Cité devenue capitale royale : l’histoire monétaire de Pergame dans son co (...)

30Les tétradrachmes d’étalon attique au nom d’Athéna Niképhoros présentent au droit la tête de Méduse sur un bouclier, au revers la statue d’Athéna Niképhoros et, en légende, le nom de la déesse au génitif (figure 9). L’iconographie comme la légende font donc exclusivement référence à la déesse. Cependant, le contexte est celui du renouveau de la panégyrie et de l’instauration des concours pentétériques qui célèbrent la victoire d’Eumène II contre Prusias Ier de Bithynie. Il est possible que, derrière la frappe de ce monnayage, il faille supposer l’existence d’une confédération de cités comme dans le cas des monnaies au nom d’Athéna Ilias en Troade26. Cependant, pour les contemporains, en particulier pour les sujets d’Eumène II, ces monnaies devaient renvoyer de manière claire au roi lui-même27. Il en allait sans doute de même pour les monnaies de bronze au nom de différentes divinités frappées à Pergame, sur lesquelles nous ne nous attarderons pas ici28.

  • 29  M.-CMarcellesi, op. cit. n. 2, chapitre 5 § 5. Sur les cistophores de l’époque attalide, l’ouvra (...)

31L’autre monnayage d’argent instauré par Eumène II est constitué par les cistophores. Les tétradrachmes cistophores, frappés dans un étalon réduit par rapport à l’étalon attique, montrent au droit une ciste entrouverte d’où sort un serpent, dans une couronne de feuillage, au revers un arc dans son étui entouré de deux serpents (figure 10). Des subdivisions, didrachmes et drachmes, présentent au droit une massue recouverte d’une peau de lion, dans une couronne de feuillage, au revers une grappe de raisin sur une feuille de vigne. Ces monnaies ne portent pas de légende ; en revanche, elles portent souvent le monogramme ou le début du nom d’une cité. En effet, ce monnayage a été frappé dans différentes cités du royaume attalide. La date d’instauration suscite d’âpres discussions dans le détail desquelles je n’entrerai pas ici. Je défends ailleurs une datation haute, peu avant 19029, mais le débat se poursuivra sans doute pendant longtemps. En tout cas, il est certain que ce monnayage débute sous Eumène II. Or l’iconographie ne fait pas directement référence au roi : les monnaies ne montrent ni le nom ni le portrait du roi. Si le début du nom de plusieurs cités du royaume attalide apparaît au revers, les types eux-mêmes renvoient principalement à la cité de Pergame, à travers la référence au culte de Dionysos et d’Héraclès. Cependant, ces divinités sont revendiquées par la dynastie attalide qui se présente comme pergaménienne : les Attalides, en tant que Pergaméniens, se considéraient comme descendants d’Héraclès, père de Télèphe et fondateur de Pergame, et honoraient d’un culte particulier Dionysos. En réalité, les types monétaires font subtilement référence au roi, de manière indirecte. On retrouve dans ces subtilités de l’iconographie le caractère savant qui est la marque du programme iconographique de la frise de la Gigantomachie sur le grand autel.

Figure 8 : Tétradrachme d’Eumène II.

Figure 8 : Tétradrachme d’Eumène II.

Figure 9 : Tétradrachme d’Athéna Niképhoros.

Figure 9 : Tétradrachme d’Athéna Niképhoros.

Figure 10 : Tétradrachme cistophore, frappé à Pergame.

Figure 10 : Tétradrachme cistophore, frappé à Pergame.

Eumène II, Rome et la monnaie

32Parmi les monnayages d’argent inaugurés par Eumène II, se distinguent d’une part un monnayage à types personnels, affirmation éclatante de la puissance royale, d’autre part des monnayages qui ne renvoient que de manière indirecte à la dynastie. Je serais tentée de voir dans ces derniers une manière pour le roi de glorifier la dynastie attalide sans heurter de front l’allié romain dont l’hostilité à l’égard des rois hellénistiques s’accroît constamment au cours de cette période. Dans ces conditions, j’inclinerais à situer le monnayage au nom d’Eumène II plutôt au début du règne, avant la guerre antiochique et la troisième guerre de Macédoine, qui marque une étape cruciale dans l’attitude de Rome à l’égard des rois hellénistiques et dans la perception qu’en eurent les Grecs. Cependant, une datation plus tardive dans le règne d’Eumène II n’est pas exclue ; il faudrait alors voir dans ce monnayage une forme de protestation du souverain attalide face à l’attitude romaine. Cette dernière hypothèse me semble moins crédible ; il paraît plus vraisemblable que le roi ait voulu s’affirmer au début de son règne par un monnayage personnel, puis qu’il ait adopté une attitude plus prudente avec des monnayages exaltant de manière plus discrète la dynastie.

33L’évolution iconographique du monnayage d’argent attalide montre donc de manière éclatante l’affirmation progressive de l’indépendance de la dynastie et le règne d’Eumène II se marque par des innovations dans le domaine monétaire qui illustrent son habileté à utiliser l’image monétaire comme vecteur de la propagande royale. Cependant, il est difficile de dater précisément les différentes étapes. Les tentatives pour mettre directement en relation telle innovation dans l’iconographie monétaire avec tel événement politique ou militaire se révèlent hasardeuses : tout est possible, mais rien n’est sûr. C’est pourquoi je crois qu’il faut privilégier, dans le domaine de la numismatique grecque, une approche différente des monnaies, en les replaçant dans un contexte plus large.

Haut de page

Notes

1  Toutes les dates sont a. C..

2  Voir principalement U. Westermark, Das Bildnis des Philetairos von Pergamon. Corpus der Münzprägung, Stockholm, Almqvist & Wiksell, 1960, qui a fait le corpus des groupes II à VII ; sur le groupe I : E. T. Newell, Pergamene Mint under Philetairus,New York, American Numismatic Society, 1936, p. 23-34 ; une étude de coins du groupe I a été faite par H. Ingvaldsen, « Philetaerus in Norway. A Recent Acquisition in a Norvegian Private Collection », inH. Nilsson (ed.), Florilegium Numismaticum. Studia in honorem U. Westermark edita, Stockholm, Svenska Numismatiska Föreningen, 1992, p. 175-181. Sur le groupe VII, voir l’étude de H. Nicolet-Pierre, « Monnaies de Pergame », in G. Le Rider & al. (ed.), Kraay-Mørkholm Essays. Numismatic Studies in Memory of C. M. Kraay and O. Mørkholm, Louvain-la-Neuve, Institut supérieur d’archéologie et d’histoire, 1989, p. 203-216, pl. 47-49. Synthèse dans M.‑CMarcellesi, Pergame de la fin du Ve au début du Ier siècle avant J.-C. Pratiques monétaires et histoire, Pise, Studi ellenistici, à paraître, surtout chapitre 4 et annexe 1, n° 13, 26-31, 42.

3  Sur cette bataille, cf. Strabon, XIII, 4, 2. Sur le lien entre l’apparition du portrait de Philétaire sur les monnaies et cette bataille, FImhoof-Blumer, Die Münzen der Dynastie von Pergamon,Berlin, Verlag der königlichen Akademie der Wissenschaften, 1884, p. 26 ; H. von Fritze, Die Münzen von Pergamon,Berlin, G. Reimer, 1910, p. 7 ; U. Westermark, op. cit.,p. 6.

4  F. Imhoof-Blumer, op. cit., p. 26 ; U. Westermark, op. cit., p. 12-19.

5  Pour une présentation détaillée de la bibliographie et des problèmes chronologiques posés par l’ensemble des philétaires, cf. M.‑C. Marcellesi, op. cit., chapitres 3 à 5, spécialement chapitre 4 § 2.2.

6 CH 8, 308. A. Davesne & G. Le Rider, Gülnar II. Le trésor de Meydancıkkale (Cilicie Trachée 1980),Paris, Institut d’Études Anatoliennes, 1989, surtout p. 334-340.

7  Le trésor compte au total 60 philétaires.

8  A. Davesne & G. Le Rider, op. cit., p. 338 ; G. Le Rider, « Les Tétradrachmes attalides au portrait de Philétaire », in H. Nilsson (ed.) op. cit. n. 2, p. 236-238 (repris dans G. Le Rider, Études d’histoire monétaire et financière du monde grec. Écrits 1958-1998, vol. II,Athènes, Société hellénique de numismatique, 1999, p. 630-632).

9  U. Wartenberg & J. H. Kagan, « Some Comments on a New Hoard from the Balkan Area », in M. Amandry, S. Hurter & D. Bérend, (eds), Travaux de numismatique grecque offerts à Georges Le Rider, Londres, Spink, 1999, p. 395-407, pl. 40-45, à propos du trésor CH 9, 196. A. Houghton & C. C. Lorber, Seleucid Coins. A Comprehensive Catalogue, vol.I, 2, Seleucus I through Antiochus III,New York, The American Numismatic Society, 2002, p. 83-84, à propos du trésor d’Asie Mineure 1972 (CH 1, 73).

10  Cf. les récits de Strabon, XIII 4, 1 et Pausanias, I, 10, 4-5.

11  A. Houghton & C. C. Lorber, op. cit., n° 308 et 1.

12  R. Miller & K. Walters, « Seleucid Coinage and the Legend of the Horned Bucephalas », SNR 83 (2004), p. 49. Sur le type de l’éléphant, voir P. Iossif & C. C. Lorber, « The Elephantarches Bronze of Seleucus I Nicator », Syria 87 (2010), p. 147-164 (p. 148, 157 et fig. 7 sur les tétradrachmes de Pergame). Voir aussi l’article de P. Iossif, supra p. 43-147.

13  E. T. Newell, op. cit. n. 2, p. 31-33. Sur la guerre de Syrie, É. Will, Histoire politique du monde hellénistique, vol. I, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1979, p. 144-150.

14  Sur les monnaies de Lysimaque, la référence essentielle reste l’article de M. Thompson, « The Mints of Lysimachus », in C. M. Kraay & G. K. Jenkins, (eds), Essays in Greek Coinage Presented to Stanley Robinson, Oxford, Clarendon Press, 1968, p. 163-182, pl. 16-22 ; sur les lysimaques attribués à Pergame, cf. C. Arnold-Biucchi, « The Pergamene Mint under Lysimachos », in R. Ashton & al (ed.), Studies in Greek Numismatics in Memory of Martin Jessop Price,Londres, Spink, 1998, p. 5-15, pl. 3-5.

15  Dans plusieurs inscriptions, le nom de Philétaire est accompagné de l’ethnique Περγαμεύς. Cf. P. Gauthier, « De nouveaux honneurs cultuels pour Philétairos de Pergame », in B. Virgilio (ed.), Studi ellenistici 15, Pise, Giardini, 2003, p. 21-23 ; M.-CMarcellesi, op. cit. n. 2, chapitre 4 § 5.2, où l’on trouvera les références aux inscriptions.

16 É. Will, op. cit., p. 137-139.

17  Cf. T. Reinach, « Essai sur la numismatique des rois de Bithynie », RN (1887), p. 220-248, 337-368, pl. 5-9. Voir aussi H.-L. Fernoux, Notables et élites des cités de Bithynie aux époques hellénistique et romaine,Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2004, p. 43-59.

18  G. Kleiner, « Pontische Reichsmünzen », MDAI(I) 6 (1955), p. 18-19 et pl. II 10 (statère d’or). Voir cependant FdeCallataÿ, « The First Royal Coinages of Pontus (from Mithradates III to Mithradates V) », in J. Munk Højte (ed.), Mithridates VI and the Pontic Kingdom, Aarhus / Oakville, Aarhus University Press, 2009, p. 66 et 79-80, qui préfère pour ces monnaies une datation plus tardive, sous Mithridate III (circa 220-200).

19  Voir principalement M. Segre, « L’Institution des Niképhoria de Pergame », in L. Robert, Hellenica V, Paris, Libraire d’Amérique et d’Orient, 1948, p. 102-128 ; M. Wörrle, « Pergamon um 133 v. Chr. », Chiron 30 (2000), p. 561-563. En dernier lieu, cf. M. Wörrle, « Zur Rang und Bedeutung von Gymnasion und Gymnasiarchie im hellenistischen Pergamon », Chiron 37 (2007), p. 501-516, p. 508.

20  E. V. Hansen, The Attalids of Pergamon, Ithaca / Londres, Cornell University Press,1971, chapitre 7 ; J. J. Pollitt, Art in the Hellenistic Age,Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 82, 97, 309 n. 22 ; parmi les études récentes, voir notamment M. Wörrle, « Zur Rang und Bedeutung von Gymnasion und Gymnasiarchie im hellenistischen Pergamon », Chiron 37 (2007), p. 505-508.

21  U. Westermark, « The Portrait Coin of Eumenes II of Pergamon », inT. Fischer & P. Ilish, (eds), Lagom. Festschrift für Peter Berghaus, Münster, H. Dombrowski, 1981, p. 19-23 ; R. Bauslaugh, « The Unique Portrait Tetradrachm of Eumenes II », ANSMN 27 (1982), p. 39-51 ; H. Nicolet-Pierre, op. cit. n. 2, p. 203-204.

22  H. Nicolet-Pierre & M. Amandry, « Les Monnaies d’argent de Syros », in H. Nilsson (ed.), op. cit. n. 2, p. 298-303.

23  H. Nicolet-Pierre, op. cit. n. 2, p. 211.

24  Pour une discussion plus détaillée sur la date de ce monnayage, cf. M.-CMarcellesi, op. cit. n. 2, chapitre 5 § 3.2.

25  O. Mørkholm, « The Accession of Antiochos IV of Syria, A Numismatic Comment », ANSMN 11 (1964), p. 63-76, pl. 14-16.

26  G. Le Rider, « Un Tétradrachme d’Athéna Niképhoros », RN 6 (1973), p. 66-79 ; p. 77 (repris dans Études d’histoire monétaire et financière du monde grec. Écrits 1958-1998, vol. II,Athènes, Société hellénique de numismatique, 1999, p. 641-654) ; S. Psôma, « Panegyris Coinages », AJN 20 (2008), p. 233-234.

27  M.-CMarcellesi, op. cit. n. 2, chapitre 5 § 6.7.

28  M.-CMarcellesi, « Une Cité devenue capitale royale : l’histoire monétaire de Pergame dans son contexte micrasiatique », in M. Kohl (ed.), Pergame. Histoire et archéologie d’un centre urbain depuis ses origines jusqu’à la fin de l’Antiquité. Actes du colloque du 8‑9 décembre 2000,Villeneuve d’Ascq, Presses de l’Université Charles de Gaulle Lille 3, 2008, p. 245-255, p. 250 ; « Le Monnayage royal et ses interactions avec les monnayages civiques : l’exemple du royaume attalide », in I. Savalli-Lestrade & I. Cogitore (eds), Des rois au Prince. Pratiques du pouvoir monarchique dans l’Orient hellénistique et romain (IVe siècle avant J.‑C.-IIe siècle après J.-C.), Grenoble, ELLUG, 2010, p. 193-206, p. 195 ; op. cit. n. 2,chapitre 5 § 4.1, 4.2, 6.7.

29  M.-CMarcellesi, op. cit. n. 2, chapitre 5 § 5. Sur les cistophores de l’époque attalide, l’ouvrage de référence est celui de F. Kleiner & S. P. Noe, The Early Cistophoric Coinage,New York, American Numismatic Society, 1977.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Philétaire du groupe I, portrait de Séleucos Ier.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/450/img-1.png
Fichier image/png, 44k
Titre Figure 2: Philétaire du groupe II, portrait diadémé de Philétaire.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/450/img-2.png
Fichier image/png, 35k
Titre Figure 3 : Philétaire du groupe III, portrait lauré de Philétaire.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/450/img-3.png
Fichier image/png, 44k
Titre Figure 4 : Philétaire du groupe IV A.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/450/img-4.png
Fichier image/png, 44k
Titre Figure 5 : Tétradrachme aux types d’Alexandre et au nom de Séleucos Ier.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/450/img-5.png
Fichier image/png, 37k
Titre Figure 6 : Tétradrachme aux types séleucides (tête de cheval cornu / éléphant).
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/450/img-6.png
Fichier image/png, 39k
Titre Figure 7 : Tétradrachme de Lysimaque, frappé à Pergame.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/450/img-7.png
Fichier image/png, 45k
Titre Figure 8 : Tétradrachme d’Eumène II.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/450/img-8.png
Fichier image/png, 48k
Titre Figure 9 : Tétradrachme d’Athéna Niképhoros.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/450/img-9.png
Fichier image/png, 44k
Titre Figure 10 : Tétradrachme cistophore, frappé à Pergame.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/450/img-10.png
Fichier image/png, 39k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Marcellesi, « De Philétaire à Eumène II : image et pouvoir chez les Attalides », Cahiers des études anciennes, XLIX | 2012, 149-165.

Référence électronique

Marie-Christine Marcellesi, « De Philétaire à Eumène II : image et pouvoir chez les Attalides », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLIX | 2012, mis en ligne le 22 mai 2012, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://etudesanciennes.revues.org/450

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Marcellesi

Université Paris-Sorbonne, Laboratoire Orient et Méditerranée, UMR 8167 (CNRS)

Haut de page

Droits d’auteur

© Cahiers des études anciennes

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org