Navigation – Plan du site

Constantin et Sol sur le multiple d’or de Ticinum (313) : bustes géminés et légitimation en temps de crise

Antony Hostein
p. 281-308

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ce multiple a ainsi fait l’objet de diverses notices dans les récents catalogues des expositions c (...)

1En raison de son inestimable valeur historique et esthétique, le multiple de sept solidi frappé pour Constantin à Ticinum-Pavie en 313, conservé à la BnF (figure 1) compte parmi les joyaux incontournables de la collection. Souvent reproduite, abondamment commentée par les historiens du règne de Constantin, cette pièce n’a pas pour autant épuisé le regard du commentateur1.

Figure 1: Multiple de 9 solidi de Constantin (39,78 g), Ticinum (313). Paris-BnF ; RIC 111.

  • 2  RIC 111 (p. 296) = P. Bastien, Le Buste monétaire des empereurs romains, Wetteren, Éditions Numism (...)

2En voici la description détaillée2. Au droit, la légende Invictvs Constantinvs Max(imvs) Avg(vstvs) est associée aux deux bustes accolés de Constantin et de Sol.

  • 3  Sur la cérémonie rituelle de l’aduentus à l’époque impériale : J. Lehnen, Aduentus principis. Unte (...)

3L’empereur, en habits militaires, tête laurée, tient une lance sur son épaule droite et, dans la main gauche, un bouclier au décor exceptionnel, figurant Apollon dans un quadrige encadré par divers symboles (astre, lune, terre et océan). Au second plan, les traits du visage imitant ceux du prince et le profil parfaitement aligné, apparaît un buste radié de Sol‑Apollon. Au revers, figure une scène classique d’aduentus : l’empereur, à cheval, se dirige vers la gauche en levant la main droite3. Il est précédé d’une Victoire et suivi par un soldat tenant une enseigne. La légende, par un effet de redondance, précise : Felix adventvs Avgg(vstorvm) NN(ostrorvm).

  • 4  Idée développée par C. Jullian, Histoire de la Gaule, Paris, Hachette, 1920‑1926, p. 355 et n.  37 (...)
  • 5  État de la question dans P. Bastien, op. cit., II, p. 462‑463 et 479. La forme arrondie du bouclie (...)

4Selon une tradition établie depuis le XIXe siècle, la monnaie illustrerait les nouvelles orientations religieuses du prince opérées en 310, à travers le lien intime établi avec Apollon ou Sol, qualifié de comes4. Certes, l’image monétaire s’inscrit parfaitement dans la politique religieuse et la communication politique mises en œuvre par Constantin entre la mort de Maximien (hiver 309‑310), qui consomme la rupture avec l’idéologie tétrarchique, et l’élimination de Maxence en octobre312, assurant au fils de Constance le gouvernement de l’ensemble des provinces de l’Occident. Pourtant, en dépit de l’impression que tout a été dit sur cette image, certains détails méritent quelques précisions, comme le motif du bouclier (clipeus caelestis)5. La scène du revers, extrêmement banale, constitue une véritable topique de l’art monétaire impérial. En revanche, il convient de souligner le caractère exceptionnel de l’association, sous cette forme, d’un buste impérial avec un buste divin. Pour conduire l’enquête, la somme de Pierre Bastien consacrée au buste monétaire des empereurs romains offre des repères utiles.

  • 6  Pierre Bastien consacre un chapitre de son ouvrage aux bustes multiples : P. Bastien, op. cit., II (...)
  • 7  Il s’agit de monnaies d’or de différents modules et dénominations (« octodrachmes », « tétradrachm (...)

5Comme le rappelle Pierre Bastien, si les bustes accolés de deux souverains sont répandus à défaut d’être très fréquents, ceux en revanche associant un empereur à une divinité demeurent extrêmement rares et apparaissent tard dans l’histoire du monnayage impérial6. Les bustes associés ou accolés des souverains vivants tirent leur origine d’une innovation intervenue dans le monnayage des premiers lagides, en particulier sur des spectaculaires monnaies d’or émises par Ptolémée II7. Ces bustes accolés de corégents vont servir de modèle aux gouvernants et aux graveurs romains, qui vont les acclimater très progressivement, entre le IIe siècle a. C. et le règne de l’empereur Commode, où apparaît pour la première fois un buste géminé du prince et d’une divinité. Un détour par les expériences de la fin de la République et de l’Empire s’impose, pour contextualiser et éclairer l’innovation commodienne.

  • 8  Dioscures : RRC 307 (denier ; 108-107 a. C.), 463.1a et b (denier ; 46 a. C.) et 515.1 (denier ; 4 (...)
  • 9  Sextus Pompée : RRC 511.1 (aureus ; 42‑40 a. C.).
  • 10  RRC 534 (denier ; 38 a. C.) et P. Bastien, op. cit., III, pl. 4-7. Des bustes géminés d’Antoine et (...)
  • 11  RPC I, 2569, 2570, 2571 (non illustrée), 2572, 2573 et P. Bastien, op. cit., III, pl. 265.1.

6À la fin de la République, le buste géminé se trouve réservé aux héros et divinités — par exemple les Dioscures, Virtus et Honos, etc.8 . Le premier, Sextus Pompée introduit une nouveauté en faisant représenter les portraits confrontés de son père, Pompée le Grand, et son aîné, défunts, au revers d’une émission d’aurei datée des années 42‑409. En 38 a. C., le triumvir César le Jeune va plus loin encore en associant au droit de deniers son portrait avec celui du divin Jules10. Déjà en 43 a. C., une émission de bronze de l’atelier civique d’Éphèse avait fait représenter les triumvirs Marc Antoine, Lépide et Octavien bustes accolés, à droite, têtes nues. L’iconographie adoptée dans cet atelier civique fut cependant sans lendemain11.

  • 12  Photographie du camée de Tibère conservé au Louvre dans P. Bastien, op. cit., III, pl. 20.1.
  • 13 RPC I, 1708, 1709, 1710 (circa 11 a. C.‑12 p. C.). Sur le type RPC I, 1710, vient s’ajouter au droi (...)
  • 14  Pour Éphèse, ces bustes associés d’Auguste et de Livie apparaissent dans RPC I, 2581-2584 ; 2587 ; (...)
  • 15  RIC 206-211 (Tetricus I et II) ; RIC 99 (Carin) ; RIC 1-2 (Carausius avec Dioclétien et Maximien ; (...)

7Sous l’Empire, les représentations de bustes ou portraits multiples sont attestées, bien que minoritaires comparées aux représentations de la figure impériale seule. Les bustes accolés demeurent très rares, excepté dans la glyptique qui autorise des représentations plus libres, comme par exemple le camée conservé au Louvre associant Tibère à un autre membre de la famille impériale — Germanicus ?, Drusus I ?, Caligula ?12. Ces bustes accolés, au début de l’Empire, ne sont pas frappés dans des ateliers officiels : c’est en Thrace, sur un monnayage local, que sont représentés au revers Auguste et Tibère, et au droit Rhoemetalcès et Pythodoris son épouse13, ou bien encore à Éphèse et dans d’autres ateliers de la province d’Asie qu’Auguste est associé à Livie sur des bronzes et des tétradrachmes14. Il faut attendre le IIIe siècle, plus précisément les années 260, pour voir apparaître de manière plus régulière et banale (mais toujours minoritaire) de tels bustes accolés15.

8Sous le Haut-Empire, dans le monnayage des ateliers officiels, ces associations de bustes aux droits ou aux revers concernent l’ensemble de la domus Augusta, à savoir :

    • 16  Marc Aurèle et Commode au droit : F. Gnecchi,I Medaglioni romani, Milan, Hoepli, 1912,II, n°6, p.  (...)

    le prince et ses corégents. La combinaison, élaborée aux origines du Principat, apparaît de manière sporadique dans les monnaies et médaillons officiels du Haut‑Empire, avant de devenir plus fréquente à partir des derniers Antonins et des Sévères16.

    • 17  P. Bastien, op. cit., III, pl. 30.8 et 11. Un cas unique et exceptionnel, bien qu’il ne concerne p (...)
    • 18  F. Gnecchi, op. cit., II, n°4, p. 97, pl. 109.1 (bustes accolés et affrontés).

    le prince associé à son épouse ou bien à un héritier désigné de la domus, voire à sa mère (Agrippine associée à Néron mais placée à l’arrière‑plan)17 ; l’ensemble de la domus Augusta sur un médaillon de l’empereur Philippe l’Arabe (244‑249)18.

    • 19  P. Bastien, op. cit., III, pl. 14.2 (jumeaux). Voir aussi F. Gnecchi, op. cit.,II, n°1, p. 44, pl. (...)

    ou bien, troisième possibilité, les héritiers seuls (comme les jumeaux dans une corne d’abondance sous Tibère)19.

  • 20  RIC 59 (aureus ; Caracalla au droit) et 125 (denier ; Caracalla au droit) ; RIC 7 (aureus ; Géta a (...)
  • 21  RIC 1 et 3 (bustes géminés), RIC 2 (buste de face), dont les auteurs défendent une attribution rom (...)

9À partir de Septime Sévère, les membres de la domus Augusta, représentés en groupe, peuvent être assimilés très explicitement à des divinités, phénomène introduit progressivement dans l’iconographie monétaire à partir des Flaviens, mais de manière discrète et prudente. C’est ainsi que Septime Sévère et Julia Domna apparaissent en Sol / Luna ou Hélios / Séléné, aux revers de deniers et d’aurei célébrant l’éternité de la maison impériale20. Le thème n’est repris qu’à une seule occasion, un demi-siècle plus tard, sur de rares aurei de Gallien et Salonine, attribués à Rome ou Milan21.

  • 22  Le règne de Commode a fait l’objet d’une synthèse récente d’O. Hekster, Commodus : An Emperor at t (...)
  • 23  Sur ces médaillons de bronze frappés à Rome : F. Gnecchi, op. cit. n. 16, II, n°116, p. 64, pl. 85 (...)

10L’innovation introduite par Septime Sévère représenté en Hélios — sur des représentations monétaires puisque dans les arts figurés et dans d’autres contextes, celles-ci remontaient parfois à l’orée du Principat — s’appuie sur une expérience nouvelle, plus radicale, introduite par Commode. Ce dernier, dans l’ambiance particulière qui caractérise la fin de son règne, marquée par la répression contre les milieux sénatoriaux et des tendances prononcées vers un modèle « royal » du Principat22, s’est fait représenter sur des médaillons spectaculaires frappés en 192 (la datation est donnée par la légende des revers où figure la puissance tribunicienne) tête laurée ou radiée, buste drapé ou épaule nue, associé à une effigie féminine idéalisée, coiffée d’un casque attique, figurée en arrière-plan (figure 2). Dans un autre type de la même émission, la déesse, outre la présence de la pelta, porte un casque corinthien avec plumet (figure 3)23.

  • 24  Bibliographie détaillée sur le monnayage de Commode dans W. Szaivert, Die Münzprägung der Kaiser M (...)
  • 25  Voir les monnaies et la photographie de ce buste dans P. Bastien, op. cit. n. 2, III, pl. 69.1‑2 e (...)
  • 26  P. Bastien, op. cit. n. 2, II, p. 655.

11Déjà, à cette date, Commode avait adopté au droit de ses monnaies des représentations montrant une nudité héroïque qui, associée à la couronne radiée, le rapprochait implicitement de Sol et le rattachait aux Amazones par la pelta24. Comparé à ces prédécesseurs, Commode opère un glissement lourd de sens, en faisant représenter au droit des images associées traditionnellement aux revers. Jamais d’ailleurs, malgré sa légitimité de prince porphyrogénète élevé à l’Augustat en 177, il n’était apparu au droit de monnaies de Marc Aurèle, associé à ce dernier. Et jamais au temps de la corégence, ne furent frappées de pièces représentant au droit les bustes associés de Marc Aurèle et de Lucius Vérus : la concorde qui régnait alors était mise en scène à travers des représentations de iunctio dextrarum, placées aux revers. Les représentations singulières et audacieuses adoptées par Commode concordent avec le témoignage des sources historiques (l’Histoire romaine de Dion Cassius, LXXIII, 15, 3-4 ou encore l’Histoire Auguste, Commodus XI, 9, 1). En particulier, c’est à cette époque, en 191, que les thèmes herculéens s’imposent dans le monnayage et que l’on date le fameux buste en Hercule du Palais des Conservateurs, mis au jour sur l’Esquilin à la fin du XIXe siècle25. Selon Dion Cassius qui ne le portait pas dans son cœur, Commode s’affublait des épithètes amazonios, anikètos et herakleios. Avec prudence, Pierre Bastien interprète la déesse du premier type comme étant Dea Roma, la seconde Minerve en raison du Gorgonéion représenté sur son peplum26.

  • 27  Sur l’originalité de l’iconographie monétaire de Postume : P. Bastien, « Les Travaux d’Hercule dan (...)

12Ce n’est que sept décennies plus tard que réapparaît cette association d’un empereur et d’une divinité sous la forme d’un buste accolé. C’est dire si la représentation de telles images constituait un signe de rupture dans l’iconographie monétaire impériale, ligne que n’osa pas franchir Élagabal. Postume, puisque c’est de lui qu’il s’agit, entreprit dès les premières émissions frappées à son nom de se faire figurer associé à Hercule, de manière régulière et continue, et ce jusqu’à sa mort27. L’intégration d’Hercule suivit un cheminement particulier : c’est d’abord Hercvles Devsoniensis, du nom d’un Hercule célébré dans un sanctuaire des environs de Cologne, qui fut représenté. Puis, l’horizon local fut dépassé dans la série dite des « travaux d’Hercule » datée de 268, avec la légende Hercvli comiti Avg(vsti), sur des aurei et des monnaies de billon. Ces bustes peuvent être accolés à droite ou à gauche, et celui de Postume est représenté ou bien nu avec un pan de paludamentum, ou bien cuirassé. On notera la parenté des images présentes au droit de certaines monnaies de Postume avec celles des médaillons de Commode, en particulier la série des bustes accolés à droite, au type Hercvli comiti Avgvsti. Dans l’un et l’autre cas, le même procédé visant à associer l’empereur et un dieu au droit est adopté. Mais plus encore, il ressort que les scènes de pietas au revers sont très semblables entre les deux séries (figures 3 et 4) : l’empereur, capite uelato, sacrifie sur un autel devant Hercule ou une divinité, de face. La parenté est troublante, d’autant qu’il s’agit de séries très originales et peu abondantes pour Commode. Dans ce contexte, il paraît légitime de se demander si Postume ne s’est pas directement inspiré de l’émission romaine de 192. Si le fait ne peut être assurément établi, le rapprochement ainsi opéré permet néanmoins d’enrichir nos connaissances sur la circulation des images monétaires, des modèles anciens, ainsi que sur leur reprise et leur adaptation dans un contexte de crise de la fonction impériale.

  • 28  Voir RIC 260-264. La série associe, sous la forme de bustes accolés : Mars à la Victoire, Apollon (...)

13Enfin, une dernière émission spectaculaire, datée des années 265‑267, associe l’« empereur gaulois » à diverses divinités, au droit et au revers d’aurei : il s’agit de la série dite « des conseruatores » (figure 5)28.

14Postume, à travers une iconographie innovante, en rupture avec celle de ses prédécesseurs, développa des thèmes et des représentations extrêmement variées et audacieuses. Ce prince, par la diffusion à grande échelle de son portrait accolé à celui d’une divinité, le contexte de crise militaire aidant, a répandu et banalisé une pratique qui aurait été jugée contraire à la tradition un siècle plus tôt : même dans ses innovations, Commode avait conservé une certaine prudence qui n’apparaît plus dans le contexte des années 260. Postume s’associa à Hercule d’abord pour asseoir son pouvoir et consolider sa légitimité auprès des provinciaux d’Occident dont il assurait la protection sur le Rhin, d’autant que le héros était populaire dans ces contrées. Puis, progressivement, Hercule, qui était peut-être le dieu protecteur de Postume avant son élévation à la pourpre, devint son comes à titre officiel. Là encore, dans la situation complexe des années 260 opposant Postume à Gallien d’une part, et Gallien à Palmyre d’autre part, après l’échec des expériences collégiales des années 249‑260, Postume se fit accompagner de son seul vrai corégent, Hercule, au droit de son monnayage officiel, au moyen de bustes accolés soulignant par la physionomie la parenté du héros avec le prince. En l’absence d’héritier, le procédé demeurait efficace et pertinent, et son caractère novateur permettait de contrebalancer la légitimité traditionnelle que Gallien opposait à l’usurpateur gaulois. Surtout, par ce précédent, il a tracé la voie à plusieurs de ses successeurs.

  • 29  RIC 12‑13 (Victorin) et P. Bastien, op. cit. n. 2, III, pl. 110.9.
  • 30  RIC 204‑205 (Tétricus et Tétricus II, de face) ; RIC 206‑211 (les mêmes, bustes géminés) et P. Bas (...)
  • 31  RIC 319 (Aurélien) Cyzique selon les auteurs du RIC. Sylviane Estiot situe la frappe de cette monn (...)
  • 32  Le concept de « Dominat » a été formalisé par O. Schulz dans un ouvrage fondateur intitulé : Vom P (...)
  • 33  Sur la politique d’Aurélien, qui a consisté à asseoir sa légitimité politique en ayant recours à l (...)
  • 34  Concernant l’associant avec Jupiter Stator : S. Estiot, op. cit., n° 994 (Serdica), 1112 (Cyzique) (...)
  • 35  Remarques sur l’iconographie monétaire d’Aurélien, la typologie des droits et des revers dans S. E (...)

15Sol apparaît ainsi accolé au buste d’un autre « empereur gaulois », Victorin, sur des émissions rares d’aurei dont les revers célèbrent les légions fidèles à l’usurpateur29. Tétricus, rompant avec ses deux prédécesseurs, préféra s’associer aux droits d’aurei le buste de son fils et corégent, Tétricus II, adoptant ainsi une iconographie plus traditionnelle, fondée sur la célébration de sa dynastie30. Dans un autre registre, celui du monnayage officiel de l’empereur établi à Rome, la même divinité — Sol — remplace, dans une émission de doubles aurelianiani de l’atelier de Serdica, la figure d’Aurélien avec la légende sol dominvs imperi romani, Aurélien étant représenté au revers en habit militaire, procédant à des libations sur un trépied, avec la légende inhabituelle Avrelianvs Avg(vstvs) Cons(vl)31. Le dieu se substitue à l’empereur, mais l’on peut se demander au fond si ce dernier, en cédant sa place à la divinité, ne tente pas ici de se confondre avec elle. La ressemblance marquée, dans la forme des yeux en particulier, des traits du visage du dieu solaire non radié et du prince en tenue militaire, semble le suggérer. Signalons que c’est lors de l’émission 8 de cet atelier (novembre 274-septembre 275), connu pour ses innovations en matière de légende et d’iconographie monétaires, qu’apparut la fameuse titulature deo et domino nato Avreliano Avgvsto qui a tant fait gloser les historiens depuis le XIXe siècle, dans le débat sur le passage du « Principat » au « Dominat »32. On relèvera cependant le conservatisme d’Aurélien qui, malgré l’instauration d’un culte officiel à Rome en l’honneur de Sol, essentiel pour sa légitimation33, confine la divinité dans son monnayage sur les seuls revers. Sans compter également que Jupiter (et dans une moindre mesure Hercule), associé à des légendes explicites telle que Iovi conservatori ou statori, apparaît très fréquemment comme la divinité qui donne son pouvoir et sa légitimité au prince34. En matière d’iconographie monétaire, Aurélien demeura extrêmement prudent et respectueux des traditions35.

Figure 6: Médaillon de bronze de Probus (33,31 g), Rome (vers 281 ?). Paris-BnF ; F. Gnecchi, op. cit., II, n° 32, p. 119, pl. 121.1 et 2.

16Durant le règne de Probus (été 276‑automne 282), marqué par d’incessantes campagnes militaires aux frontières de l’Empire, le dieu solaireréapparaît associé au prince de manière relativement fréquente et sur de nombreuses dénominations : médaillons de bronze exceptionnels (figures 6 et 7), aurelianiani, aurei. Soucieux d’asseoir sa légitimité et en l’absence de corégent, ce dernier assuma des choix iconographiques innovants dans son monnayage.

Figure 7: Médaillon de bronze de Probus (38,53 g), Rome (vers 281 ?). Copenhague ; F. Gnecchi, op. cit., II, n° 33, p. 199, pl. 121.3.

  • 36  RIC 829 et 835 (Serdica, datée de 279 p. C.) et P. Bastien, op. cit. n. 2, III, pl. 123.1 (aurelia (...)
  • 37  Pour autant, invictvs n’apparaît pas dans les titulatures juridiques ou normatives, comme le souli (...)

17D’abord, Sol fut déclaré comes avec régularité. À Serdica, sur des aurelianiani, le lien à la divinité est explicité : Sol comis Probi Avg(vsti), mais aussi sur des aurei de Serdica et Siscia (figures 8 et 9), figurant un buste accolé du prince et de Sol associé à la même légende, thème redoublé avec la représentation au revers du dieu solaire et de la légende : Soli Invicto Comiti36. Ces proclamations apparaissent associées à l’intégration de l’épithète invictvs dans les titulatures monétaires et honorifiques37.

Figure 8: Aureus de Probus (6,29 g), Serdica (276-282). NAC. Auction 49, n° 400 ; RIC 829 var.

Figure 9:Aureus de Probus (6,34 g), Siscia(277). Leu Numismatik AG. Auction 87, n° 89 ; RIC 596 var.

18Jupiter ensuite apparaît même sur des droits associé au buste impérial, dans une émission tardive de quinaires frappés à Ticinum (figure 10).

Figure 10: Quinaire de Probus (1,54 g), Ticinum (281 ou 282). NAC. Auction 54, n° 587 ; RIC 282 = C. E. V. King, cit. infra n. 42, n° 14a.

  • 38  P. Bastien, op. cit. n. 2, III, pl. 121.1 (conservé à Vienne) pour le buste avec Jupiter, F. Gnecc (...)
  • 39  Cette émission de Ticinum / Pavie a fait l’objet d’une communication orale de S. Estiot (Châlon-en (...)
  • 40  P. Bastien, op. cit. n. 2, II, p. 657, n.  3 pour les références et III, pl. 121.1.
  • 41  P. Bastien, Le Monnayage de l’atelier de Lyon. Dioclétien et ses corégents avant la réforme monéta (...)
  • 42  Un quinaire associant au droit un buste accolé de Dioclétien et de Jupiter, et au revers une scène (...)
  • 43  Par exemple sur des aurelianiani de Camulodunum : RIC 304 (P. Bastien, op. cit. n. 2, III, pl. 144 (...)

19L’émission de Pavie célébrant la campagne germanique de fin 277 et le deuxième consulat du prince, réévaluée par S. Estiot dans un article à paraître, permet de mesurer l’ampleur du phénomène. Cette émission, si elle n’est pas la plus abondante du règne, constitue l’une des plus riches par l’iconographie des bustes en particulier, nombreux à ne pas être recensés dans le Roman Imperial Coinage. Parmi les médaillons de bronze distribués lors du donativum de janvier 278, on relève des bustes doubles associant Probus à Jupiter (droit : buste impérial avec le puglio et la main levée, Iovi Conservatori Avgvsti ; revers : Virtvs Avgvsti / Trivmfvm Gothicvm), et Probus à Sol (droit : l’empereur et Sol, Imperator probvs Invictvs Avgvstvs ; revers : l’empereur en habit consulaire, conduisant un quadrige Imperator Probvs consvl II)38. Dans cette même émission, les vingt-neuf types d’aurei frappés représentent tous sans exception Sol au revers, associé à des attributs variés, ce qui souligne l’importance de la divinité dans la communication du prince à cette date39. L’introduction de ces nouveautés exceptionnelles tirait son origine du contexte militaire fort tendu qui nécessitait de mobiliser autour du prince et de sa uirtus les deux grandes divinités garantes de l’équilibre du cosmos. Déjà Aurélien avait procédé ainsi, mais d’un point de vue formel, ses choix demeuraient moins audacieux et innovants que ceux de Probus. Sur un médaillon de bronze, un unicum, Probus, buste lauré à gauche, levant la main droite et tenant un sceptre dans la main gauche, figure devant le buste de Jupiter lauré, accompagné de la légende : Iovi Conservatori Probi Avg(vsti)40. L’association à Jupiter sur un droit est absolument nouvelle et n’apparaît ensuite sous cette forme qu’à une seule reprise, sur des deniers de Dioclétien de l’atelier de Lyon (légende du revers Iovi Avgg(vstorvm)), frappés en parallèle du type associant Maximien à Hercule41. Dans une émission rare de quinaires datée d’avant la réforme monétaire (circa 285), Dioclétien emprunte le modèle de Sol à celui des émissions de Probus. La divinité, un fouet dans la main, est associée au buste de l’empereur nu. Au revers, apparaissent les quatre saisons avec la légende Felicia Tempora. Un nouvel exemplaire, associant Jupiter et Dioclétien, mis en vente récemment, vient compléter cette série célébrant un aduentus impérial (figure 11)42. Un peu plus tard, Carausius se fit représenter tête radiée à gauche, cuirassé, main droite levée, avec le buste radié de Sol tenant un fouet, dans plusieurs émissions d’aurelianiani aux légendes de revers variés43.

Figure 11: Quinaire de Dioclétien (1,48 g), Ticinum (285). NAC. Auction 54, n° 601 ; inédit.

  • 44  Exemples de bustes accolés de Carus et Carin dans P. Bastien, op. cit. n. 2, II, pl. 127.5 et 127. (...)
  • 45  Sur l’idéologie jovienne, dont ces représentations offrent une belle illustration, cf. M. Christol(...)

20Dans tous les cas, il ressort que Probus tira bénéfice des tâtonnements de ses prédécesseurs, Postume compris, pour créer des types monétaires, en particulier des bustes au droit, particulièrement originaux. Dans le domaine de la monnaie, comme le soulignent les travaux récents de Sylviane Estiot fondés sur une collecte exhaustive de la documentation, Probus synthétise et dépasse en somme les expériences passées. Quant à Carus et ses fils, ils intègrent et synthétisent, dans l’iconographie de leurs monnaies, la double tradition qui consistait à associer, aux droits, les corégents entre eux ou bien l’un des membres du collège impérial avec une divinité. Dans ce nouveau discours, se trouvaient intégrés dans la domus Augusta aussi bien les princes que leurs divinités protectrices, leurs comites44. Le nouveau pas franchi à ce moment permettait de subordonner le principe dynastique à une idéologie sacralisante, fondée sur la proximité avec les dieux et formalisée par Dioclétien à travers l’idée d’empereurs joviens et herculiens45.

  • 46  RIC 32 (Ticinum) et P. Bastien, op. cit. n. 2,III, 171.11.
  • 47  Sur ces représentations de la bonne entente au sein du collège impérial placées au revers de monna (...)

21Dans les deux premières décennies du IVe siècle, seul Constantin s’associa à Sol sur une représentation géminée, dans l’émission de donativum frappée à Ticinum-Pavie en 313, sur le multiple décrit supra. Dans le même atelier, trois années plus tard en 316 — ou à l’automne 315 selon Patrick Bruun — un buste accolé de Constantin et de Sol apparaît sur un solidus, associé cette fois à la légende Comis Constantini Avg(vsti)46. À compter de cette date, aucun buste accolé d’une divinité et d’un empereur n’est attesté dans le monnayage impérial, ce qui est attendu compte tenu des événements politiques intervenus dans les années 320, qui marquent le triomphe de Constantin, et de ses orientations religieuses désormais bien affirmées. Quant aux bustes multiples, dont les représentations se sont banalisées et accrues durant la crise du IIIe siècle, ils cessent d’être exploités après Constantin au profit d’une mise en scène de la bonne entente entre corégents, associée à des images de la concordia sur des scènes placées au revers des monnaies47.

22Pour terminer, dans le cadre d’une publication collective consacrée aux transformations du charaktèr du prince en temps de troubles, plusieurs observations sur les causes et les conséquences de l’apparition de ces bustes accolés associant le prince à une divinité particulière méritent d’être formulées. Ces observations en effet permettent d’engager une réflexion sur l’expression monétaire de la légitimité impériale entre les Antonins et Constantin. D’autant que ces émissions, rares et souvent frappées dans des métaux précieux, s’adressaient au premier chef aux principaux soutiens des empereurs concernés, à savoir les soldats, les sénateurs et les élites provinciales.

23Cette association d’un empereur et d’une divinité, qui apparaît sous Commode en 192, constitue une rupture majeure dans l’iconographie monétaire impériale, fait insuffisamment souligné par les commentateurs. Le monnayage officiel consacre certaines tendances et positions du prince sur les conceptions de son pouvoir. Or, dans la galerie des empereurs honnis, des tyrans, aucun de ses prédécesseurs n’avait osé, dans le monnayage central — car de telles prétentions pouvaient être affirmées dans des contextes particuliers au palais, dans la statuaire, etc. — représenter aussi directement son assimilation et sa proximité avec des divinités comme Hercule, Roma ou Minerve.

  • 48  Consulter O. Hekster, op. cit. n. 25, p. 40 sq., sur la chronologie du règne ; p. 87 sq., sur les (...)
  • 49  Sur la sacralisation du prince et de tout ce qui l’entoure à cette époque : A. Hostein, « Les Orei (...)

24Ce type d’association renvoie à la question de la collégialité du pouvoir, élément essentiel de la construction de la légitimité du prince régnant. Commode a pu s’engager dans cette voie pour plusieurs raisons. Il était d’abord un Antonin, qui plus est le premier prince porphyrogénète de l’histoire de Rome. Ensuite, il se trouvait à la fin de son règne, malgré sa légitimité incontestée lors de son avènement, dans une situation complexe et inédite pour un membre de cette dynastie : il n’avait aucun héritier direct, et n’avait pas préparé sa succession en s’associant un corégent, alors que des complots impliquant des membres de la domus Augusta avaient failli le renverser. Enfin, Commode avait des conceptions « monarchiques » de sa fonction plus affirmées et tranchées que celles de ses aïeux48. La recherche d’une légitimité forte et renouvelée dans un contexte marqué par l’absence d’héritier ouvrit la voie à une grande innovation : en lieu et place du corégent, non plus au revers (là où Marc Aurèle s’était mis en scène avec Lucius Vérus en somme) mais au droit des monnaies, Commode fit représenter les divinités avec lesquelles lui, le nouvel Hercule, comptait désormais régner : Dea Roma et Minerve, deux divinités protectrices de Rome qu’il était censé incarner. Une nouvelle étape était franchie, de manière officielle, dans le processus de sacralisation de la personne impériale49.

  • 50  Sur les problèmes de légitimité des princes, à l’origine des diverses solutions collégiales adopté (...)

25Pour autant, en raison du caractère sulfureux des transformations intervenues sous Commode et attachées à son souvenir, ses héritiers immédiats ne les reprirent pas sous leur forme originale même si, en ce qui concerne la représentation de bustes accolés, Septime Sévère put se sentir autorisé à apparaître, avec son épouse Julia Domna, sous les traits du couple formé par Hélios et Séléné. Malgré la fréquence accrue des avènements au IIIe siècle et la légitimité de plus en plus fragile des prétendants à la pourpre, aucun prince ne fit officiellement représenter son buste accolé à celui d’une divinité, par respect des traditions, mais surtout parce que dans la première moitié de ce siècle, les portraits multiples au droit offraient avant tout un moyen idéal, en plus des émissions parallèles et concomitantes associant une thématique de revers au portrait de l’Auguste ou du César, de mettre en scène l’Augustus senior et ses corégents ou son épouse50.

26C’est encore la quête d’une légitimité nouvelle qui explique l’apparition régulière du portrait accolé d’un prince et d’une divinité sur les droits. Cette réintroduction intervient dans un contexte nouveau, très sombre : celui du cœur de la grande crise du IIIsiècle, borné par les années 260 et 284-285, c’est-à-dire par la capture de Valérien et le pronunciamento qui permet à Dioclétien d’arracher la pourpre impériale à Carin. Le phénomène concerne d’abord les « empereurs gaulois », Postume au premier chef, puis Probus, après un hiatus entre Claude II et Tacite. On retiendra néanmoins que dans la période qui couvre les années 285 à 313, de tels bustes accolés d’un prince et d’une divinité relevaient de l’épiphénomène en regard de la situation qui prévalait dans les monnayages de Postume et de Probus, où ce mode de représentation, certes confiné à certaines émissions, s’était multiplié et relativement banalisé.

  • 51  La trame des événements se trouve résumée dans M. Christol, op. cit. n. 2, p. 226-228.
  • 52  Sur les enjeux politiques de l’entrevue de Milan, lire au premier chef les observations de J.‑P. C (...)

27Cela dit, il paraît utile de revenir sur l’interprétation du multiple de Ticinum‑Pavie, à la fois pour en réviser la lecture et tenter d’éclairer un contexte historique mal documenté, celui des années 313‑316. Frappé début 313, unique témoin d’une série de multiples disparus, mais dont il faut supposer que les messages pouvaient le compléter et l’enrichir, il visait à commémorer l’aduentus et la rencontre de Constantin et de Licinius à Mediolanum‑Milan, au lendemain de l’élimination de Maxence à la bataille du Pont Milvius en octobre 31251. L’« entrevue de Milan », puisque c’est ainsi que l’événement est désigné dans les livres d’histoire, précédée de longues tractations diplomatiques, scella l’alliance des deux empereurs, qu’un mariage entre Constantia, demi-sœur de Constantin, et Licinius permit de consolider. Les événements intervinrent entre la mi-janvier et février 313. C’est à cette occasion que fut promulgué un texte normatif destiné à protéger les chrétiens vivant dans les domaines des deux princes, le fameux « édit de Milan », connu par Lactance (De la mort des persécuteurs XLVIII)52. Quelques semaines après, le 30 avril 313, Licinius sortait victorieux de l’affrontement qui l’opposait à Maximin Daïa ; ce dernier, en fuite, fut éliminé durant l’été à Tarse en Cilicie. Le multiple apparaît intéressant car placé au cœur du message adressé par Constantin à ses contemporains, plus précisément aux élites militaires et sociales qui le soutenaient alors en Occident et en Italie. D’une certaine façon, Constantin révèle à travers cette image ses conceptions de sa légitimité dans des circonstances particulières.

  • 53  Nuptiis celebratis Gallias repetit Constantinus, Licinio ad Illyricum reuerso.
  • 54  CIL, viii, 7006 (ILS, 688 ; ILAlg, ii‑1, 582) et CIL, viii, 7007 (ILAlg, ii‑1, 583)) : Triumphator (...)
  • 55  M. Christol, op. cit. n. 2, p. 227.

28Le multiple, de belle gravure, a été, rappelons-le, émis dans son domaine. Il a nécessairement été frappé lors des cérémonies d’aduentus ou peu de temps après, puisque l’on sait par l’Origo Constantini (XIII) que Constantin partit en Gaule sitôt le mariage célébré53. Il était destiné, comme les médaillons et aurei frappés sous Commode, Postume, Probus, aux élites locales et aux officiers qui formaient le groupe de ses soutiens et partisans traditionnels, mais également les élites d’Italie à peine réintégrées à son domaine depuis la victoire du pont Milvius. L’iconographie convient bien aux circonstances, l’image de Sol Inuictus conjuguant trois thèmes essentiels de l’idéologie impériale, à savoir l’irruption de la lumière bienfaisante, la victoire sur les forces ennemies et l’équilibre harmonieux du cosmos. Le sens de cette image polysémique rappelle à la fois l’aduentus à Milan et l’avènement d’une nouvelle ère en Italie et en Afrique après l’élimination de Maxence à la fin de l’année précédente. Ce thème de la lumière, particulièrement employé sous la Tétrarchie dans les années 296‑302, est repris sous cette forme dans une inscription honorifique de Cirta pour Constantin54. Pour autant, le multiple ne célèbre pas le nouveau collège impérial formé des deux Augustes Constantin et Licinius. Le fils de Constance, au lieu d’associer son corégent et beau-frère dans une image de concorde si fréquente sur les revers monétaires depuis les Antonins, a placé à l’arrière-plan, sous ses propres traits, son comes divin Sol-Apollon, qui l’accompagnait depuis début 310 à la suite de la mort de Maximien et de la rupture avec l’idéologie tétrarchique. De surcroît, Constantin innove dans le choix de la titulature du droit, invictvs Constantinvs max(imvs) Avg(vstvs), l’épithète solaire invictvs tenant ici la place d’un praenomen, là où aurait été attendu la séquence Imperator Caesar55.

  • 56  J.‑P. Callu, op. cit. n. 52,p. 115.
  • 57  Opinion formulée dans P. Bruun, Roman Imperial Coinage, vol. VII, Constantine and Licinius A. D. 3 (...)

29Quelles conséquences tirer des remarques et de l’analyse qui précèdent ? En adoptant une iconographie monétaire rare, peu utilisée depuis Probus, Constantin a eu recours à des procédés anciens, absolument pas révolutionnaires. Mais encore une fois, cette iconographie fut privilégiée dans un moment de troubles, pour affermir une position et une légitimité tandis que la collégialité du pouvoir demeurait incertaine. Une nouvelle fois, le buste accolé d’un prince et d’une divinité apparut alors que survenaient des problèmes de collégialité du pouvoir. En lieu et place de Licinius, figure au côté de Constantin, assimilé à lui par ses traits, Sol. Cette absence de Licinius offre peut-être un indice des tensions sourdes entre les deux empereurs dès les premiers mois de leur association ou, à défaut, montre que l’entrevue servit à nouer une alliance circonstancielle, fondée sur une adfinitas familiale, sans pour autant régler l’essentiel, à savoir la répartition des pouvoirs et des territoires entre les deux princes. Dans une contribution récente, à la suite des travaux de Timothy D. Barnes en particulier, Jean-Pierre Callu pense que ces négociations sur le partage de l’Empire n’intervinrent véritablement qu’à l’automne 313, ce que l’image de ce multiple, en raison de l’absence de Licinius, semble indirectement confirmer56. Enfin, il est intéressant de noter que la dernière apparition de ces bustes doubles intervint en 316, à Ticinum, sur des solidi. L’empereur lauré, cuirassé et drapé, à gauche, tient un globe dans sa main, associé à la légende : Comis Constantini Avgvsti. Dans les deux cas, tant en 313 qu’en 316, l’invocation de Sol associé sur des droits au portrait du prince surgit dans le cadre de rapports de forces indécis. Sans entrer dans le détail des discussions complexes sur la chronologie des événements politiques des années 313-316, en particulier concernant la date de la confrontation de Cibalae entre Licinius et Constantin (8 octobre de l’année 314 selon Timothy D. Barnes et Jean‑Pierre Callu, de 316 selon Patrick Bruun57), il ressort que ces dates jalonnent une période de vives tensions : 314 fut marquée par la naissance de Licinius II en juillet et par l’affaire Bassianus, ce grand aristocrate italien marié à Anastasia, sœur de Constantin, qui tenta de s’opposer en vain à l’empereur de Trèves à l’instigation de son frère Sénécion, un proche de Licinius. Quant à 316, ce fut l’année de la « seconde guerre », conséquence directe de la naissance en février de Constantin II, élevé au Césarat dès le 1er mars. Le dernier conflit s’acheva sur une victoire en demi-teinte de Constantin (bataille du campus Ardiensis en décembre 316 ou janvier 317), assortie d’un nouveau partage territorial qui lui fut favorable et d’un collège élargi à trois Césars, Crispus, Licinius II, Constantin II, élevés le 1er mars 317. À cette date, l’idée dynastique, apparue dans la propagande constantinienne autour de 310, mais contenue du fait des événements, s’était définitivement imposée.

  • 58  Cette formulation conclusive doit beaucoup à des discussions informelles que j’ai pu avoir avec Fr (...)

30Le médaillon de Ticinum mérite d’être replacé dans ce contexte. En aucune manière, il ne peut servir à illustrer la « vision païenne » de Constantin intervenue en 310 selon le témoignage du panégyriste, et qui aurait préparé la « vision chrétienne » du Pont Milvius. Ce lien étroit avec Sol, pétri de tradition païenne, s’insère dans le dossier complexe de la légitimation par les images monétaires du pouvoir du prince, dans un contexte de troubles et de recherche de soutiens parmi les élites traditionnelles. Le phénomène traversa l’ensemble des années 312‑316, marquées par la compétition des différents prétendants à la pourpre impériale. En cela, dans le domaine de l’iconographie monétaire, il faut reconnaître la rupture orchestrée avec les idéaux tétrarchiques, indéniable. En revanche, sur le temps long, Constantin n’a pas fait preuve d’une capacité d’innovation si grande. Il a usé de ressorts de légitimation bien éprouvés, mis en œuvre par deux princes originaux de la seconde moitié du IIIe siècle : l’empereur gaulois Postume et l’énergique Probus. Pour révolutionnaire que soit sa conversion au christianisme dans les années 310, Constantin demeure jusqu’au Pont Milvius un homme de son temps, héritier des empereurs romains de la seconde moitié du IIIe siècle58.

Haut de page

Notes

1  Ce multiple a ainsi fait l’objet de diverses notices dans les récents catalogues des expositions consacrées à Constantin : A. Donati & G. Gentili (eds), Costantino il Grande. La civiltà antica al bivio tra Occidente e Oriente,Milan, Silvana, 2005, p. 237, n° 54 (notice de M. Amandry) ; A. Demandt & J. Engemann (eds), Imperator Caesar Flavius Constantinus — Constantin der Grosse. Austellungskatalog, Mayence, von Zabern, 2007, p. 205, fig. 14 de la contribution de J. Engemann, n° I.13.103 du catalogue sur CD-Rom. Les monnaies présentées dans cet article ont vocation à illustrer certains points précis de la réflexion, sans souci d’exhaustivité. Ne sont données que les références des principaux corpus. Je remercie Dominique Hollard (Paris, BnF) et Volker Heuchert (Oxford, Ashmolean Museum) pour m’avoir autorisé à photographier ces monnaies, ainsi que Jérôme Mairat (Oxford, Faculty of Classics) qui m’a gracieusement transmis plusieurs de ses clichés personnels destinés au nouveau volume du RIC sur l’Empire gaulois.

2  RIC 111 (p. 296) = P. Bastien, Le Buste monétaire des empereurs romains, Wetteren, Éditions Numismatique romaine, 1992, III, pl. 172, n° 5. Commentaire récent de l’iconographie et des légendes de cette monnaie dans M. Christol, L’Empire romaindu IIIe siècle : histoire politique : de 192, mort de Commode, à 325, concile de Nicée, Paris, Errance, 2006, p. 227 ; S. Berrens, Sonnenkult und Kaisertum von den Severern bis zu Constantin I. (193‑337 n. Chr.), Stuttgart, Steiner, 2004, p. 150‑162, en particulier p. 153 et 156. Sur l’épithète Maximus, apparue en 313 : T. Grünewald, Constantinus Maximus Augustus : Herrschafts-propaganda in der zeitgenössischen Überlieferung, Stuttgart, Steiner, 1990, p. 86 sq..

3  Sur la cérémonie rituelle de l’aduentus à l’époque impériale : J. Lehnen, Aduentus principis. Untersuchungen zu Sinngehalt und Zeremoniell der Kaiserankunft in den Städten des Imperium Romanum, Francfort, Lang, 1997 ; P. Dufraigne, Aduentus Augusti, Aduentus Christi. Recherche sur l’exploitation idéologique et littéraire d’un cérémonial dans l’Antiquité tardive, Paris, Institut d’études augustiniennes, 1994.

4  Idée développée par C. Jullian, Histoire de la Gaule, Paris, Hachette, 1920‑1926, p. 355 et n.  37, p. 747, sans cesse reprise depuis. Elle repose sur la lecture très orientée d’un passage du Panégyrique latin VII(6), 21, 4, présenté comme la vision païenne de Constantin, première étape d’une vision chrétienne postérieure intervenue en octobre 312 lors de la bataille du Pont Milvius. Sur cette question qui a fait couler beaucoup d’encre, mise au point récente par A. Demandt, « Wenn Kaiser träumen — Die Visionen Konstantins des Grossen », in A. Demandt & J. Engemann (eds), Konstantin der Grosse. Geschichte – Archäologie – Rezeption, Trèves, Rheinisches Landesmuseum, 2006, p. 49‑59, et les actes du colloque Constantin et la Gaule,qui s’est tenu en novembre 2010 (L. Guichard, A. Gutsfeld & F. Richard (eds), Constantin et la Gaule, Nancy, de Boccard, 2012, à paraître).

5  État de la question dans P. Bastien, op. cit., II, p. 462‑463 et 479. La forme arrondie du bouclier se prête à une symbolique cosmique, soulignée par la présence des quatre éléments qui en garantissent l’harmonieux équilibre : Sol, Luna, Terra, Oceanus.

6  Pierre Bastien consacre un chapitre de son ouvrage aux bustes multiples : P. Bastien, op. cit., II, p. 649 sq.. Sur les bustes accolés d’un empereur et d’une divinité, cf. p. 653-659. Sur les bustes affrontés d’empereurs ou de membres de la domus Augusta, rarissimes au droit des monnaies avant les Sévères, cf. p. 661-668.

7  Il s’agit de monnaies d’or de différents modules et dénominations (« octodrachmes », « tétradrachmes », « didrachmes », « drachmes »), représentant au droit Ptolémée II et Arsinoé et au revers Ptolémée I et Bérénice : J. N. Svoronos, Ta Nomismata tou kratous ton Ptolemaion, Athènes, Sakellarios, 1904, n° 604 (pl. XIVb, 18-21), pour des exemples pris parmi les monnaies les mieux représentées de cette émission.

8  Dioscures : RRC 307 (denier ; 108-107 a. C.), 463.1a et b (denier ; 46 a. C.) et 515.1 (denier ; 41 a. C.). Dei Penates : RRC 312.1 (denier ; 106 a. C.) et 455.2 a et b (denier ; 47 a. C.). Honos et Virtus : RRC 403 (denier ; 70 a. C.). Numa Pompilius et Ancus Marcius : RRC 346.3 (as ; 88 a. C.). Plusieurs de ces monnaies sont illustrées dans P. Bastien, op. cit., III, pl. 265, 2-5.

9  Sextus Pompée : RRC 511.1 (aureus ; 42‑40 a. C.).

10  RRC 534 (denier ; 38 a. C.) et P. Bastien, op. cit., III, pl. 4-7. Des bustes géminés d’Antoine et d’Octavie apparaissent sur des monnaies frappées par les « amiraux » de la flotte de Marc Antoine, Atratinus et Capito : RPC I, 1453-1470, ainsi que Bibulus : RPC I, 4088-4093.

11  RPC I, 2569, 2570, 2571 (non illustrée), 2572, 2573 et P. Bastien, op. cit., III, pl. 265.1.

12  Photographie du camée de Tibère conservé au Louvre dans P. Bastien, op. cit., III, pl. 20.1.

13 RPC I, 1708, 1709, 1710 (circa 11 a. C.‑12 p. C.). Sur le type RPC I, 1710, vient s’ajouter au droit de la monnaie, dans le champ, un troisième buste attribué à Kotys IV par les auteurs du corpus.

14  Pour Éphèse, ces bustes associés d’Auguste et de Livie apparaissent dans RPC I, 2581-2584 ; 2587 ; 2589 ; 2591. Le modèle est repris dans la même cité par Claude, représenté avec Agrippine (RPC I, 2620-2624). À titre indicatif, sans prétendre à l’exhaustivité, Auguste et Livie (RPC I, 2466) puis Claude et Agrippine (RPC I, 2475) sont figurés ainsi à Smyrne ; Tibère et Livie à Tripolis (RPC I, 3054) ; Néron et sa mère à Orthosie (RPC I, 2825).

15  RIC 206-211 (Tetricus I et II) ; RIC 99 (Carin) ; RIC 1-2 (Carausius avec Dioclétien et Maximien ; commentaire et photographie dans P. Bastien, op. cit., III, pl. 144.3).

16  Marc Aurèle et Commode au droit : F. Gnecchi,I Medaglioni romani, Milan, Hoepli, 1912,II, n°6, p. 44 (pl. 71.10) ; P. Bastien, op. cit., II, p. 662-663 et III, pl. 63.9.

17  P. Bastien, op. cit., III, pl. 30.8 et 11. Un cas unique et exceptionnel, bien qu’il ne concerne pas des bustes mais des représentations en pied des membres de la domus Augusta : les représentations des trois sœurs du prince au revers d’un sesterce de Caligula : RIC, I2, 33. Dans le monnayage provincial, à Apamée (Colonia Iulia Concordia Apamea ; Pont et Bithynie), le pas est franchi avec des représentations des bustes de face cette fois de Julie, Drusilla et Agrippine : RPC, I, 2012 ; P. Bastien, op. cit., III, pl. 22.3. Autre cas de « mère envahissante » : Julia Mamaea avec Sévère Alexandre, dont les bustes accolés apparaissent sur certains médaillons : F. Gnecchi, op. cit., II, n° 11, p. 85 (pl. 101.9) ; P. Bastien, op. cit., II, p. 667 et III, pl. 89.2. Autres références dans F. Gnecchi, op. cit., II, n° 1-10 et 12, p. 84-85 (pl. 101.1-8 et 10).

18  F. Gnecchi, op. cit., II, n°4, p. 97, pl. 109.1 (bustes accolés et affrontés).

19  P. Bastien, op. cit., III, pl. 14.2 (jumeaux). Voir aussi F. Gnecchi, op. cit.,II, n°1, p. 44, pl. 72.1 et P. Bastien, op. cit., III, pl. 68.8 et 9 (Commode et Annius Verus).

20  RIC 59 (aureus ; Caracalla au droit) et 125 (denier ; Caracalla au droit) ; RIC 7 (aureus ; Géta au droit). Aux revers, figurent les bustes de Sévère et Julia Domna, accompagnés de la légende : concordiae aeternae. Voir également P. Bastien, op. cit., III, pl. 85.1 et 5.

21  RIC 1 et 3 (bustes géminés), RIC 2 (buste de face), dont les auteurs défendent une attribution romaine. Contre cette position, P. Bastien, op. cit., II, p. 35, soutient l’idée d’une frappe à l’atelier de Milan.

22  Le règne de Commode a fait l’objet d’une synthèse récente d’O. Hekster, Commodus : An Emperor at the Crossroads, Amsterdam, Gleben, 2002, recensée par C. Witschel, « Kaiser, Gladiator, Gott : zur Selbstdarstellung des Commodus », SCI 23 (2004), p. 255-272.

23  Sur ces médaillons de bronze frappés à Rome : F. Gnecchi, op. cit. n. 16, II, n°116, p. 64, pl. 85.9 pour le type au casque attique ; n°113 et 115, p. 64, pl. 85.7‑8 pour le type au casque corinthien. On trouvera des discussions détaillées sur l’identification de ces divinités (Roma ? Minerve ?) dans P. Bastien, op. cit. n. 2, II, p. 653-654 et III, pl. 71.6 (casque attique) et 72.1 (casque corinthien) et 4 (casque attique). Ces revers ont pour point commun de célébrer la pietas de l’empereur, présenté capite uelato et sacrifiant, associé à une allégorie ou à son comes Hercule.

24  Bibliographie détaillée sur le monnayage de Commode dans W. Szaivert, Die Münzprägung der Kaiser Marcus Aurelius, Lucius Verus und Commodus (161‑192), Vienne, Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1989, p. 239-241.

25  Voir les monnaies et la photographie de ce buste dans P. Bastien, op. cit. n. 2, III, pl. 69.1‑2 et 70.8 et 71.5 et 72.2. Sur l’assimilation de Commode à Hercule : O. Hekster, « Commodus-Hercules : The People’s Princeps », SCI 20 (2001), p. 51-83.

26  P. Bastien, op. cit. n. 2, II, p. 655.

27  Sur l’originalité de l’iconographie monétaire de Postume : P. Bastien, « Les Travaux d’Hercule dans le monnayage de Postume », RN 18 (1958), p. 59-78, et Le Monnayage de bronze de Postume, Wetteren, Cultura, 1967 ; D. Hollard, « L’Antoninien de Postume au type conservatores avg », BSFN 54 (1999), p. 35‑39 ; M. Christol, op. cit. n. 2, p. 160-162. À partir de l’année 268, la récupération de l’image d’Hercule et des vertus associées à sa personnalité fait l’objet d’une véritable guerre de propagande entre Postume et Gallien : M. Christol, « Les Dernières années du règne de Gallien (267‑268) », CCG 20 (2009), p. 111-137, en particulier p. 121-127.

28  Voir RIC 260-264. La série associe, sous la forme de bustes accolés : Mars à la Victoire, Apollon et Diane, Sol et Luna, Postume et Jupiter ou Hercule. Sur la datation de ces émissions, D. Hollard, op. cit., p. 35.

29  RIC 12‑13 (Victorin) et P. Bastien, op. cit. n. 2, III, pl. 110.9.

30  RIC 204‑205 (Tétricus et Tétricus II, de face) ; RIC 206‑211 (les mêmes, bustes géminés) et P. Bastien, op. cit. n. 2, III, pl. 111.5.

31  RIC 319 (Aurélien) Cyzique selon les auteurs du RIC. Sylviane Estiot situe la frappe de cette monnaie de Serdica dans l’émission 7 dite de la « Réforme », datée d’avril-novembre 274 : S. Estiot, Monnaies de l’Empire romain, vol. XII.1, D’Aurélien à Florien (270‑276 ap. J.‑C.), Paris, BnF / Strasbourg, Poinsignon numismatique, 2004, n°1022-1023.

32  Le concept de « Dominat » a été formalisé par O. Schulz dans un ouvrage fondateur intitulé : Vom Prinzipat zum Dominat. Das Wesen des römischen Kaisertums des dritten Jahrhunderts, Paderborn, Schöningh, 1919. Pour une présentation de l’interprétation couramment admise de cette titulature, on consultera à titre indicatif la synthèse de J.‑P. Martin, Pouvoir et religions : de l’avènement de Septime Sévère au concile de Nicée : 193‑325 ap. J.‑C., Paris, Sedes, 1998, p. 73. Sur le titre de Dominus dans les légendes monétaires, réflexions essentielles dans J.‑P. Callu, « DN : la genèse d’une titulature monétaire », BSFN 40 (1985), p. 616-619.

33  Sur la politique d’Aurélien, qui a consisté à asseoir sa légitimité politique en ayant recours à l’idéologie solaire : M. Christol, op. cit. n. 2, p. 176-177 ; S. Berrens, op. cit. n. 2,p. 89‑126 ; S. Estiot, op. cit.,en particulier les pages d’introduction du premier volume, p. 3‑29.

34  Concernant l’associant avec Jupiter Stator : S. Estiot, op. cit., n° 994 (Serdica), 1112 (Cyzique) et 1264 (Antioche).

35  Remarques sur l’iconographie monétaire d’Aurélien, la typologie des droits et des revers dans S. Estiot, op. cit., p. 55-66.

36  RIC 829 et 835 (Serdica, datée de 279 p. C.) et P. Bastien, op. cit. n. 2, III, pl. 123.1 (aurelianianus illustré, figure 8).

37  Pour autant, invictvs n’apparaît pas dans les titulatures juridiques ou normatives, comme le souligne M. Christol, « L’Épigraphie impériale des Sévères au début du ive siècle ap. J.‑C. », inS. Evangelisti & L. Galli (eds), xi Congresso Internazionale di Epigrafia Greca e Latina, Roma 18‑24 settembre 1997, Atti, Rome, Quasar, 1999, p. 333-357.

38  P. Bastien, op. cit. n. 2, III, pl. 121.1 (conservé à Vienne) pour le buste avec Jupiter, F. Gnecchi, op. cit. n. 16,III, n° 47, p. 67 (pl. 156.20 ; conservé à Rome) pour celui avec Sol.

39  Cette émission de Ticinum / Pavie a fait l’objet d’une communication orale de S. Estiot (Châlon-en-Champagne, colloque Antiquité Tardive dans l’Est de la Gaule (ATEG) II, vendredi 17 septembre 2010, à paraître).

40  P. Bastien, op. cit. n. 2, II, p. 657, n.  3 pour les références et III, pl. 121.1.

41  P. Bastien, Le Monnayage de l’atelier de Lyon. Dioclétien et ses corégents avant la réforme monétaire (285‑294), Wetteren, Éditions Numismatique romaine, 1972, n° 490‑491, p. 204, pl. 36 (Jupiter et Dioclétien) et n°492a et b, p. 204, pl. 36 (Hercule et Maximien). Dioclétien a privilégié les combinaisons moins audacieuses, associant l’empereur au droit et son comes au revers, ou bien présentant des bustes accolés des corégents. Sur la question, lire désormais G. Gautier, « Une Justification opportune du système tétrarchique par l’image monétaire de diffusion courante : la série des nummi à bustes accolés émise à Trèves en 298 ap. J.‑C. », RN 166 (2010), p. 419-434.

42  Un quinaire associant au droit un buste accolé de Dioclétien et de Jupiter, et au revers une scène d’aduentus comme le précise sans ambiguïté la légende, vient d’être signalé dans le catalogue d’une vente récente : Numismatica Ars Classica, 54, 24 mars 2010, lot n° 601. Sur cette série des petits modules frappés à Ticinum : M. Christol, op. cit. n. 2, p. 192 ; p. 203 (n.  3) ; C. E. V. King, Roman quinarii. From the Republic to Diocletian and the Tetrarchy, Oxford, Ashmolean Museum, 2007, n° 1 et 2 (pl. 34) du catalogue des quinaires de Ticinum, avec les commentaires p. 223-226. Cet exemplaire inédit conforte l’hypothèse de Michel Christol, sans l’étayer de manière définitive, selon laquelle Dioclétien, après sa victoire sur Carin en 285, aurait pu se rendre à Rome très brièvement pour s’y faire reconnaître par le Sénat.

43  Par exemple sur des aurelianiani de Camulodunum : RIC 304 (P. Bastien, op. cit. n. 2, III, pl. 144.4 : pax avg ; RIC 233‑234 : fortvna ; RIC 341 : pax avgvsti.

44  Exemples de bustes accolés de Carus et Carin dans P. Bastien, op. cit. n. 2, II, pl. 127.5 et 127.9-10, de Carin et de Numérien, pl. 128.8. Pierre Bastien n’a pas relevé dans son ouvrage les monnaies où figurent des bustes confrontés de Carus et de Sol. Il s’agit d’un double aurelianianus de Siscia, à la légende rare deo et domino caro avg(vstvo) ou bien invict(o) avg(vsto), frappé en 282 (RIC 99). Un nouvel exemplaire est signalé dans Heritage World Coins Auctions. ANA signature Sale, 3010, n° 20130.

45  Sur l’idéologie jovienne, dont ces représentations offrent une belle illustration, cf. M. Christol, op. cit. n. 2, p. 195 et 207-208, et R. Rees, Layers of Loyalty in Latin Panegyric : AD 289‑307, Oxford, Oxford University Press, 2002, p. 32-33 et 86-94.

46  RIC 32 (Ticinum) et P. Bastien, op. cit. n. 2,III, 171.11.

47  Sur ces représentations de la bonne entente au sein du collège impérial placées au revers de monnaies du IVe s. p. C., cf., entre autres, P. Bastien, op. cit. n. 2, III, pl. 207.6 et 7 pour Valens ; pl. 210.4 pour Valentinien II ; pl. 213.1 pour Théodose Ier.

48  Consulter O. Hekster, op. cit. n. 25, p. 40 sq., sur la chronologie du règne ; p. 87 sq., sur les tentatives de Commode de sacraliser à outrance la fonction impériale. L’auteur insiste en particulier sur la représentation, apparue à la fin du règne, du fils de Marc Aurèle en Hercule romain.

49  Sur la sacralisation du prince et de tout ce qui l’entoure à cette époque : A. Hostein, « Les Oreilles sacrées de l’empereur, de Domitien à l’Antiquité tardive » in M. de Souza & F.‑X. Romanacce (eds), Le Sacré dans tous ses états : catégories du vocabulaire religieux et sociétés, de l’Antiquité à nos jours, Saint-Étienne, Presses universitaires de St-Étienne (sous presse).

50  Sur les problèmes de légitimité des princes, à l’origine des diverses solutions collégiales adoptées durant le IIIe siècle, lire les remarques synthétiques de M. Christol, op. cit. n. 2, p. 113‑116.

51  La trame des événements se trouve résumée dans M. Christol, op. cit. n. 2, p. 226-228.

52  Sur les enjeux politiques de l’entrevue de Milan, lire au premier chef les observations de J.‑P. Callu, « Naissance de la dynastie constantinienne : le tournant de 314-316 », in J.‑MCarrie & R. LTesta (eds), Humana sapit. Mélanges en l’honneur de L. Cracco Ruggini, Turnhout, Brepols, 2002, p. 111‑120, en particulier p. 113.

53  Nuptiis celebratis Gallias repetit Constantinus, Licinio ad Illyricum reuerso.

54  CIL, viii, 7006 (ILS, 688 ; ILAlg, ii‑1, 582) et CIL, viii, 7007 (ILAlg, ii‑1, 583)) : Triumphatori omnium gentium ac domitori uniuersarum factionum --- libertatem tenebris seruitutis oppressam sua felici uictoria noua luce inluminauit, Domino Nostro Flauio Valerio Constantino…. Sur le thème de la lumière, très fréquent sous la Tétrarchie puis repris par Constantin dans les années 310 : I. Tantillo, « L’Impero della luce : riflessioni su Costantino e il sole », MÉFRA 115 (2003), p. 985-1048.

55  M. Christol, op. cit. n. 2, p. 227.

56  J.‑P. Callu, op. cit. n. 52,p. 115.

57  Opinion formulée dans P. Bruun, Roman Imperial Coinage, vol. VII, Constantine and Licinius A. D. 313‑337,Londres, Spink, 1966, p. 26.

58  Cette formulation conclusive doit beaucoup à des discussions informelles que j’ai pu avoir avec François Chausson, Professeur à l’Université Paris I. Qu’il en soit vivement remercié.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1: Multiple de 9 solidi de Constantin (39,78 g), Ticinum (313). Paris-BnF ; RIC 111.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/473/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Figure 2: Médaillon de bronze de Commode (75,69 g), Rome (192). Paris-BnF ; F. Gnecchi, I Medaglioni romani, Milan, Hoepli, 1912, II, n° 116, p. 64, pl. 85.9.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/473/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/473/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Figure 3: Médaillon de bronze de Commode (64,33 g), Rome (192). Paris-BnF ; F. Gnecchi, op. cit., II, n° 113 et 115, p. 64, pl. 85.7-8.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/473/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/473/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Figure 4: Multiple de bronze de Postume (52,29 g), Cologne (267). Oxford ; P. Bastien, Le Monnayage de bronze de Postume, Wetteren, Cultura, 1967, n° 134.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/473/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/473/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende Figure 5: Aureus de Postume (6,69 g), Cologne (266). Paris-BnF ; B. Schulte, Die Goldprägung der gallischen Kaiser von Postumus bis Tetricus. Wichtiges Werk zu den Aurei-, Denar- und Quinarprägungen der Kaiser des gallischen Sonderreiches, Aarau, Sauerländer, 1983, n° 108b.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/473/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/473/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
Légende Figure 6: Médaillon de bronze de Probus (33,31 g), Rome (vers 281 ?). Paris-BnF ; F. Gnecchi, op. cit., II, n° 32, p. 119, pl. 121.1 et 2.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/473/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende Figure 7: Médaillon de bronze de Probus (38,53 g), Rome (vers 281 ?). Copenhague ; F. Gnecchi, op. cit., II, n° 33, p. 199, pl. 121.3.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/473/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Figure 8: Aureus de Probus (6,29 g), Serdica (276-282). NAC. Auction 49, n° 400 ; RIC 829 var.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/473/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
Légende Figure 9:Aureus de Probus (6,34 g), Siscia(277). Leu Numismatik AG. Auction 87, n° 89 ; RIC 596 var.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/473/img-13.png
Fichier image/png, 91k
Légende Figure 10: Quinaire de Probus (1,54 g), Ticinum (281 ou 282). NAC. Auction 54, n° 587 ; RIC 282 = C. E. V. King, cit. infra n. 42, n° 14a.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/473/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
Légende Figure 11: Quinaire de Dioclétien (1,48 g), Ticinum (285). NAC. Auction 54, n° 601 ; inédit.
URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/473/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antony Hostein, « Constantin et Sol sur le multiple d’or de Ticinum (313) : bustes géminés et légitimation en temps de crise », Cahiers des études anciennes, XLIX | 2012, 281-308.

Référence électronique

Antony Hostein, « Constantin et Sol sur le multiple d’or de Ticinum (313) : bustes géminés et légitimation en temps de crise », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLIX | 2012, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/473

Haut de page

Auteur

Antony Hostein

Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Équipe AnHiMA UMR8210 (CNRS)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org