Navigation – Plan du site

Sur la nécessaire étude de la rhétorique latine tardive

Introduction
Pascale Fleury
p. 7-15

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Rhétorique, latin, Antiquité tardive
Haut de page

Texte intégral

  • 1 E. Auerbach, Literary Language and its Public in Late Latin Antiquity and in the Middle Ages, New Y (...)
  • 2 R. Kaster, The Guardians of Language : The Grammarian and Society in Late Antiquity, Berkeley, Univ (...)
  • 3 C. Steel, Roman Oratory, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

1L’idée de ce volume découle d’un constat général du peu de réflexions d’ensemble sur la rhétorique latine tardive. Les IIe, IIIe et IVe siècles de notre ère sont le théâtre de grandes transformations, tant au niveau institutionnel qu’au niveau culturel, économique, politique et religieux. En effet, la stabilisation du pouvoir sous les Antonins, puis les luttes de succession, la division de l’Empire et enfin la recherche d’un équilibre politique contribuent à transformer les lieux de pouvoir, la façon d’y prendre la parole et donc la conception de la rhétorique, en tant qu’outil politique, civique et culturel et en tant que matière d’enseignement. L’octroi de la citoyenneté à tous les habitants libres de l’Empire et la création d’écoles de droit romain dans le monde grec entraînent également une transformation profonde des manières d’atteindre les plus hautes charges administratives de l’État. Cette transformation a bien sûr un impact important sur le rôle attribué à l’éducation rhétorique, fondement traditionnel de la formation des élites ; elle a également une influence sur la diffusion du latin en tant que langue de l’administration. Ce nouveau tableau change la façon dont les élites de langue latine vont redéfinir leur rôle. À cela s’ajoute la montée en importance des élites chrétiennes, qui intègrent assez rapidement l’héritage rhétorique profane dans la partie orientale de l’Empire, mais qui, dans la partie occidentale, cherchent parfois à se définir en opposition avec la culture classique en prenant comme modèle la simplicité des Écritures1 : les attaques de Jérôme et d’Augustin contre les orateurs sont révélatrices d’une différence d’approches de la tradition classique2. Dans cette perspective, il est primordial d’observer la réflexion sur la parole publique profane, en mesurant les influences de ces changements sociaux et religieux. Cette brève esquisse du portrait politique et social des IIe, IIIe et IVe siècles montre que la pratique et l’enseignement de la rhétorique durant la période subissent des modifications importantes. En effet, le discours public est central dans la définition et la représentation des élites romaines dès l’apparition de la littérature latine3. Le passage de la République au système impérial avait transformé grandement la façon de concevoir la parole publique. Dans les deux premiers siècles de notre ère, ces modifications sont stabilisées, comme le révèlent les textes de Pline le Jeune et Quintilien. Les nouvelles mutations qui s’opèrent entre les IIe et IVe siècles, différentes dans les deux parties de l’Empire, méritent un examen plus attentif. Dans cette perspective, il est tout indiqué de chercher à tracer un portrait d’ensemble de la réflexion sur la parole dans le contexte profane latin en étudiant de façon étroite les textes.

  • 4 Cf., entre autres, M. Gleason, Making Men : Sophists and Self-presentation in Ancient Rome, Princet (...)
  • 5 Cf., entre autres, A. Cameron, Christianity and the Rhetoric of Empire : The Development of Christi (...)
  • 6 G. Anderson, « Rhetoric and the Second Sophistic », in W. Dominik & J. Hall (eds), A Companion to R (...)
  • 7 J. O. Ward, « The Medieval and Early Renaissance Study of Cicero’s De inuentione and the Rhetorica (...)
  • 8 E. g. G. Anderson, The Second Sophistic, New York, Routledge, 1993.
  • 9 E. g. J. J. Murphy, Rhetoric in the Middle Ages : A History of Rhetorical Theory from Saint Augusti (...)
  • 10 E. g. A. Leeman, Orationis ratio, Amsterdam, Hakkert, 1963 ; G. Kennedy, The Art of Rhetoric in the (...)
  • 11 P. Brown, Power and Persuasion in Late Antiquity, Madison, University of Wisconsin Press, 1992.
  • 12 E. g. l’ouvrage de C. Steel, op. cit.
  • 13 E. g. les articles réunis par W. Dominik (ed.), Roman Eloquence, New York, Routledge, 1997.
  • 14 Notamment les éditions de Julius Victor, Ars rhetorica, par R. Giomini & M. S. Celentano, Leipzig, (...)

2Contrairement à la recherche foisonnante faite dans les dernières années sur la rhétorique grecque de l’Antiquité tardive4 et à la recherche constante sur l’appropriation chrétienne de l’héritage classique5, l’étude de l’ensemble de la réflexion occidentale latine a été très peu considérée. La rhétorique latine tardive reste le parent pauvre de la recherche en rhétorique. En effet, il n’est qu’à regarder les récentes tentatives de synthèse faites dans le Blackwell Companion to Roman Rhetoric et le Brill’s Companion to the Rhetoric of Cicero in its Medieval and Early Renaissance Commentary Tradition pour voir la part ténue que tient la rhétorique des trois siècles concernés : un chapitre de quatorze pages dans le premier6, qui explore surtout les liens entre la littérature latine et la Seconde Sophistique, et un bon chapitre d’introduction dans le second, mais essentiellement tourné vers la tradition cicéronienne7. Cette pratique est révélatrice de l’ensemble de la perspective universitaire sur la rhétorique de cette période. D’une part, le champ est peu étudié pour lui-même et il sert soit d’objet de comparaison pour la littérature grecque8, soit de fondement pour l’explication des développements médiévaux9 et, d’autre part, lorsqu’il est considéré pour lui-même, c’est souvent dans la perspective de montrer la sclérose de la pensée rhétorique après Quintilien10. Même les travaux de P. Brown utilisent les sources grecques en laissant peu de place à l’apport latin, bien que le chercheur tente de donner une vision complète de la persuasion pendant l’Antiquité tardive11. Traditionnellement, l’intérêt des chercheurs en rhétorique latine s’est concentré sur le corpus cicéronien, parce que les sources sont plus nombreuses et les pratiques républicaines sont considérées comme plus proches de notre contexte démocratique ; même les travaux récents sur la rhétorique latine sont largement concentrés sur la période républicaine12 ou n’explorent pas les tendances après Quintilien13. Les traités rhétoriques tardifs (Rhetores latini minores) ont été peu analysés dans une perspective d’évolution de la réflexion sur la parole, même si les travaux, notamment italiens, ont largement contribué à produire des éditions fiables et à offrir des pistes de recherche sur les influences de la rhétorique classique à l’intérieur de ce corpus14.

  • 15 Cf., entre autres, A. Cameron, « Paganism and Literature in the Late Fourth Century Rome », in M. F (...)

3Comme le montre ce bref état de la question, les travaux sur la rhétorique ancienne sont de plus en plus nombreux, mais reprennent toujours les grands textes canoniques. La tendance actuelle pour l’Antiquité tardive est de concentrer les efforts sur la Deuxième ou la Troisième Sophistique et sur l’apologétique chrétienne. Ces travaux sont bien sûr nécessaires, mais il est également primordial de ne pas oublier les réflexions faites en Occident dans des buts profanes. Par ailleurs, la distinction religieuse est d’une certaine manière handicapante : ce n’est pas tant la religion de l’auteur qui est importante que les buts qu’il poursuit dans l’utilisation de la rhétorique. Comme l’ont montré nombre de recherches15, le conflit entre les élites païennes et chrétiennes, en Occident comme en Orient, ne doit pas être simplifié au point d’en faire une opposition manichéenne. Au risque d’énoncer un truisme, nous rappellerons que les élites païennes et chrétiennes sont formées aux mêmes écoles et utilisent les mêmes armes rhétoriques. Par ailleurs, pour bien comprendre l’évolution de la rhétorique, il est important de faire l’histoire à partir des textes mineurs ou peu étudiés dans cette perspective, surtout pour des siècles où la documentation est fragmentée. Pour l’instant, le portrait tracé par les historiens ne montre que la facette grecque ou la facette chrétienne. Un complément latin était senti comme nécessaire.

4L’objectif de l’entreprise était donc de faire le point sur la recherche déjà accomplie et sur les perspectives envisagées et envisageables. Nous avons souhaité regrouper des spécialistes qui s’intéressent à la rhétorique latine des IIe au Ve siècles de notre ère. Nous avions voulu que ce volume permette de réfléchir sur la conception de la parole, particulièrement de la parole publique, la place de la rhétorique dans la conception littéraire des auteurs, les liens unissant la formation du citoyen et l’éducation rhétorique. L’appel à communication a livré un portrait tout autre, mais qui est particulièrement révélateur : la plupart des contributions se sont concentrées sur une notion précise ou un aspect particulier d’une œuvre.

5Rémy Poignault (Université Blaise-Pascal, « Exercices rhétoriques dans la correspondance de Fronton ») regroupe l’ensemble des témoignages sur les devoirs proposés aux élèves dans la correspondance frontonienne. Ce tour d’horizon exhaustif permet d’observer le professeur dans l’intimité et dans l’action. Ces exercices tendent à montrer que Fronton considère tous les outils formateurs pour le discours : choix des termes, ordre des mots, synonymie, traduction, lecture, construction d’image, de parties de discours, rédaction de déclamations et d’éloges paradoxaux, actio. Ce portrait montre non seulement la centralité de la rhétorique dans les relations qu’entretiennent Fronton et ses élèves et les multiples moyens utilisés pour enseigner la rhétorique, mais également le peu de théorie qu’utilise Fronton pour son enseignement, principe qui tend à confirmer le point fait par F. Goyet en conclusion de ce volume sur la nécessaire prise en compte de la pratique de la rhétorique dans nos analyses.

6Sur le même corpus, Ryan Wei (York University, « Fronto and the Rhetoric of Friendship ») choisit d’aborder les possibilités persuasives de la lettre et particulièrement d’un topos de l’épistolaire, les « protestations d’amitié ». Il montre comment ce topos est utilisé dans des circonstances difficiles, notamment pour défendre un ami mort en disgrâce, et comment Fronton est habile à manier les ressorts d’un tel argument dans des lettres de recommandation pour des personnages qui ne lui sont pas proches. Cette exploration montre les possibilités d’analyse rhétorique de l’épistolaire, car, comme le montre R. Wei, les nuances ne sont sensibles que grâce à la comparaison, qui révèle les modulations du thème.

7Par une analyse des passages traitant directement ou indirectement des empereurs orateurs dans l’Histoire Auguste, Valérie Pageau (Université Laval, « De l’actio à l’inuentio : portrait de la performance oratoire dans l’Histoire Auguste ») montre l’attachement de l’auteur à une conception a‑technique de la rhétorique. Dans la droite lignée de la tradition historiographique conservatrice, l’auteur de l’Histoire Auguste choisit de ne pas trop mettre l’emphase sur les capacités oratoires des bons empereurs, ni de surutiliser cet argument dans l’invective des tyrans. Révélatrice de cette position est sa lecture nuancée de l’exercice de la déclamation. Ce constat est d’autant plus étonnant, comme le souligne V. Pageau, que moins l’auteur parle de rhétorique, plus il est inventif, notamment dans son utilisation du topos de la capacité rhétorique des empereurs.

8Ida Gilda Mastrorosa (Université de Florence, « Beyond Rhetoric : Echoes of Cato’s moralism in Ammianus’ Res gestae ») démontre comment Ammien Marcellin récupère certains topoi rhétoriques associés à la figure de Caton le Censeur pour faire le portrait moral de la Rome de son époque. Par une étude minutieuse et documentée de cette réutilisation de la fermeté topique de Caton, I. G. Mastrorosa montre le travail rhétorique d’Ammien, qui révèle le conservatisme moral de l’auteur, mais également les moyens qu’il utilise pour créer, grâce à un jeu d’évocations, une adhésion émotive à sa vision. Par l’analyse des procédés rhétoriques d’Ammien, cette contribution conforte le portrait de ce milieu païen, déjà esquissé dans la contribution de V. Pageau.

9Peter O’Brien (Université Dalhousie, « Ammianus Marcellinus, the Caesar Julian, and Rhetorical Failure »), en prenant un discours de Julien qui a attiré peu de commentaires, montre la construction fine et nuancée de la persona de l’orateur impérial par Ammien Marcellin. L’analyse est d’autant plus intéressante qu’elle permet de réfléchir sur l’utilisation des discours dans l’historiographie, particulièrement dans l’Antiquité tardive, où, comme le souligne P. O’Brien, la prise de parole devant les troupes est nécessaire pour fonder la légitimité politique. Loin de peindre un héros monolithique, Ammien présente l’évolution de Julien à travers ses discours à différents moments de son parcours vers la pourpre.

10À travers l’analyse des différentes définitions de la rhétorique données dans le corpus des Rhetores latini minores, Pascale Fleury (Université Laval, « Réflexions sur le rôle de la rhétorique chez les rhéteurs latins tardifs : les définitions de la discipline ») montre que, pour comprendre les influences subies par ces rhéteurs, il est nécessaire d’analyser les détails, qui sont plus révélateurs que ne le laisse deviner une première lecture, mais également de procéder par comparaison. La conclusion s’ouvre sur le constat qu’une analyse d’envergure de ces manuels serait fondamentale pour notre connaissance de la rhétorique dans cette époque charnière de la transmission de la discipline.

11De même, Izabella Lombardi Garbellini (Université de São Paulo, « Buts et originalités de l’Art rhétorique de Fortunatianus ») trace un portrait des particularités de l’Ars rhetorica de Fortunatianus, soulignant parfois son originalité, parfois sa volonté de synthèse de savoirs antérieurs, parfois son archaïsme, mais toujours la nécessité de mieux analyser ces traités de rhétorique tardifs, qui sont les témoins à la fois d’une tradition et d’une nouvelle réflexion.

12Reprenant l’une des originalités soulignées par I. Lombardi Garbellini, Marcos Martinho (Université de São Paulo, « L’exposé des genera principalia orationis de Fortunatianus ») montre que, dans l’exposé des genres primaires du discours oratoire, Fortunatianus rassemble trois groupes de trois genres de discours : genres d’intensité, de qualité et de longueur. Or, d’autres textes exposent un groupe de genres ou un autre, mais aucun ne suit l’exacte nomenclature de Fortunatianus. Quelle est la véritable originalité de l’exposé de Fortunatianus sur l’elocutio ? S’est-il écarté de ses prédécesseurs ou a-t-il suivi un auteur qui nous est inconnu ? En comparant l’exposé de Fortunatianus avec quatre textes, dont chacun expose deux des trois groupes de trois genres, M. Martinho démontre de façon convaincante que ce type de divisions est perceptible en filigrane et que ces échos suggèrent un texte d’origine comportant déjà ce classement. Il semble cependant que ce texte d’origine n’était pas un manuel de rhétorique, mais bien une poétique, ce qui pose de façon aiguë la question centrale des liens entre théorie rhétorique et réflexion poétique dans l’Antiquité tardive.

13Luigi Pirovano (Universidad Complutense de Madrid, « Quibus uerbis uti posset : alcune considerazioni su Prisciano e la tradizione progimnasmatica latina tardoantica »), par l’analyse précise d’une formulation de Priscien utilisée pour qualifier l’éthopée, montre les difficultés et les contorsions nécessaires pour arriver à mieux saisir les apports romains et grecs dans l’enseignement rhétorique tardif. Bien qu’une conclusion à ce propos soit loin d’être certaine, la comparaison avec d’autres textes permet de soupçonner une tradition latine dont Priscien est le seul témoin important.

14Enfin, Francis Goyet (Université Stendhal, « Sur la nécessaire collaboration des latinistes pour la recherche en rhétorique ») nous exhorte à ne pas uniquement nous attarder à la théorie rhétorique, qui n’est qu’une partie de l’héritage de la discipline. Pour bien comprendre la rhétorique, il faut sans doute nous fier à des professeurs plus près de la pratique de celle-ci, comme le furent les rhéteurs des XVIe–XVIIIe siècles, qui ont lu, analysé et enseigné les grands discours latins à travers cette grille. Cette vigoureuse exhortation nous convainc que la rhétorique de langue latine ouvre de multiples perspectives et demeure un champ, pas tout à fait en friche, mais pas tout à fait cultivé, qu’il est nécessaire d’explorer et de ré-explorer de diverses manières.

15Comme on le voit, les différentes contributions de ce volume ne sont pas des synthèses, mais des pistes de recherche, qui montrent qu’une synthèse n’est pas encore possible, mais qu’elle est souhaitable. Or, cette synthèse ne sera un jour possible que par la formation d’équipes, qui les unes analysent la théorie, les autres insistent sur la pratique et encore d’autres s’attardent à mettre à disposition en langues vernaculaires les textes rhétoriques pour leur donner un plus grand rayonnement. Il est à souhaiter que ce volume contribue un tant soit peu à mettre en dialogue ces perspectives et ces travaux.

Haut de page

Notes

1 E. Auerbach, Literary Language and its Public in Late Latin Antiquity and in the Middle Ages, New York, Pantheon Books, 1965 (1958).

2 R. Kaster, The Guardians of Language : The Grammarian and Society in Late Antiquity, Berkeley, University of California Press, 1988.

3 C. Steel, Roman Oratory, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

4 Cf., entre autres, M. Gleason, Making Men : Sophists and Self-presentation in Ancient Rome, Princeton, Princeton University Press, 1995 ; S. Goldhill (ed.), Being Greek under Rome, Cambridge, Cambridge University Press, 2001 ; B. Borg (ed.), Paideia : The World of the Second Sophistic, Berlin, de Gruyter, 2004 ; T. Whitmarsh, The Second Sophistic, Oxford, Oxford University Press, 2005 ; O. Cordovana & M. Galli (eds), Arte e memoria culturale nell’età della Seconda Sofistica, Catania, Edizioni del Prisma, 2007.

5 Cf., entre autres, A. Cameron, Christianity and the Rhetoric of Empire : The Development of Christian Discourse, Berkeley, University of California Press, 1991 ; J. M. Edward & alii (eds), Apologetics in the Roman Empire : Pagans, Jews, and Christians, Oxford, Oxford University Press, 1999 ; L. Pernot, « Christianisme et sophistique », in L. Calboli Montefusco (ed.), Papers on Rhetoric, 4, Bologne, Clueb, 2002, p. 245-262 ; A. Wlosok & alii (eds), L’Apologétique chrétienne gréco‑latine à l’époque prénicénienne, Genève, Fondation Hardt, 2005.

6 G. Anderson, « Rhetoric and the Second Sophistic », in W. Dominik & J. Hall (eds), A Companion to Roman Rhetoric, Oxford, Blackwell, 2007, p. 339-353.

7 J. O. Ward, « The Medieval and Early Renaissance Study of Cicero’s De inuentione and the Rhetorica ad Herennium : Commentaries and Contexts », in V. Cox & J. O. Ward (eds), The Rhetoric of Cicero in its Medieval and Early Renaissance Commentary Tradition, Leiden, Brill, 2006, p. 3-69.

8 E. g. G. Anderson, The Second Sophistic, New York, Routledge, 1993.

9 E. g. J. J. Murphy, Rhetoric in the Middle Ages : A History of Rhetorical Theory from Saint Augustine to the Renaissance, Berkeley, University of California Press, 1974 ; J. O. Ward, « From Antiquity to the Renaissance : Glosses and Commentaries on Cicero’s Rhetorica », in J. J. Murphy (ed.), Medieval Eloquence : Studies in the Theory and Practice of Medieval Rhetoric, Berkeley, University of California Press, 1978, p. 25-67.

10 E. g. A. Leeman, Orationis ratio, Amsterdam, Hakkert, 1963 ; G. Kennedy, The Art of Rhetoric in the Roman World, 300 B. C.-A. D. 300, Princeton, Princeton University Press, 1972 ; M. L. Clarke, Rhetoric at Rome, New York, Routledge, 1996.

11 P. Brown, Power and Persuasion in Late Antiquity, Madison, University of Wisconsin Press, 1992.

12 E. g. l’ouvrage de C. Steel, op. cit.

13 E. g. les articles réunis par W. Dominik (ed.), Roman Eloquence, New York, Routledge, 1997.

14 Notamment les éditions de Julius Victor, Ars rhetorica, par R. Giomini & M. S. Celentano, Leipzig, Teubner, 1980, de Fortunatianus par L. Calboli Montefusco, Bologne, Pàtron, 1979, de Severianus, Praecepta artis rhetoricae, texte établi et traduit par A. L. Castelli Montanari, Bologne, Pàtron, 1995. Mentionnons également les travaux de P. Hadot sur Marius Victorinus : Porphyre et Victorinus, Paris, Études augustiniennes, 1968 ; Marius Victorinus : recherches sur sa vie et ses œuvres, Paris, Études augustiniennes, 1971.

15 Cf., entre autres, A. Cameron, « Paganism and Literature in the Late Fourth Century Rome », in M. Fuhrmann (ed.), Christianisme et formes littéraires de l’Antiquité tardive en Occident, Genève, Fondation Hardt, 1977, p. 1-30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Fleury, « Sur la nécessaire étude de la rhétorique latine tardive », Cahiers des études anciennes, L | 2013, 7-15.

Référence électronique

Pascale Fleury, « Sur la nécessaire étude de la rhétorique latine tardive », Cahiers des études anciennes [En ligne], L | 2013, mis en ligne le 19 août 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/547

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org