Navigation – Plan du site

Réflexions sur le rôle de la rhétorique chez les rhéteurs latins tardifs : les définitions de la discipline

Pascale Fleury
p. 161-177

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1

  • 1 Cf. entre autres, G. Kennedy, Classical Rhetoric and its Christian and Secular Tradition from Ancie (...)

2On a très tôt rédigé l’oraison funèbre de la rhétorique latine après le premier siècle de notre ère : la perspective commune est que les manuels tardifs sont le miroir exact et simpliste des théories établies par Cicéron et Quintilien1. Il est vrai que la simple lecture du corpus présenté par C. Halm (Rhetores latini minores, 1863) semble conforter ce préjugé, mais l’analyse de certains points particuliers permet de le nuancer. Nous proposons dans cet article d’observer la définition de la rhétorique ; la prise de position que sous-entend la définition peut en effet nous aider à mieux cerner la réflexion sur la discipline dans l’Antiquité latine finissante : la façon dont les rhéteurs latins définissent la rhétorique permet de soupçonner que les débats contemporains, que la faveur du néoplatonisme dans les cercles érudits, que la réflexion chrétienne sur la parole contribuent à modifier les données transmises par la tradition quintiliano-cicéronienne.

  • 2 Pour une recension exhaustive des diverses définitions, cf. L. Spengel, « Die Definition und Einthe (...)
  • 3 Cf. De inuentione I, 6, mais surtout, De oratore I, 138 ; 187. Cf. L. Calboli Montefusco, « Può esi (...)
  • 4 La définition de Quintilien est discutée non seulement dans l’Antiquité, mais également dans les ép (...)

3Il serait ambitieux de vouloir traiter du phénomène de la définition de la discipline dans l’ensemble de la tradition ; ce problème marque d’ailleurs dès l’origine les débats sur la rhétorique. Il n’est qu’à se rappeler des difficultés soulignées par les sophistes, Platon, Isocrate et Aristote pour sentir toute la complexité, et tous les enjeux d’une telle démarche2. À cela s’ajoute, entre autres, les réflexions des Latins qui héritent d’une longue tradition et de ses problèmes. Ainsi, Cicéron voudra donner une définition généralisante d’une rhétorique idéale, centrée sur l’èthos de l’orateur3. Quant à Quintilien, fort conscient des problèmes qu’entraîne la définition, il en fait une discussion approfondie au livre II ; sa tentative de systématisation en vue de donner à la rhétorique une unité aboutit toutefois à une définition trop vague : « la science du bien dire », avec un sens à la fois esthétique et éthique, qui ne satisfait pas les rhéteurs postérieurs4.

  • 5 Cf. les justes remarques de D. L. Roochnik, « Is Rhetoric an Art ? », Rhetorica 12 (1994), p. 130.

4Bien que la solution proposée par Quintilien remporte peu de succès chez ses successeurs, son excursus a soulevé un point primordial : l’importance, mais aussi la difficulté, de donner à la rhétorique une définition. L’exercice de la définition est en effet important : énoncer ce qu’on entend par le concept indique dans quel axe, technique ou philosophique, la discipline sera abordée5. Bien souvent, l’énoncé de la définition dans les manuels, combinée à la disposition de la matière, selon les parties du discours ou selon les tâches de l’orateur, annonce clairement si le traité se veut plus pratique ou plus réflexif. La mouvance de cette notion fondamentale étonne : un aspect aussi important aurait dû se figer sous l’autorité d’un auteur depuis longtemps. Ces tâtonnements s’expliquent cependant : la difficulté d’arriver à une définition, comme le souligne Quintilien, découle en partie de l’utilisation du terme « rhétorique » pour désigner de multiples réalités ; le terme désigne à la fois la discipline, la technique qui peut être enseignée, et quelque chose de vague, qui inclut éloquence et philosophie. Celui qui veut définir la rhétorique se heurte donc et à la question de la nature, et à la question de la qualité.

  • 6 Sur la perception d’Isocrate de la rhétorique, cf. Sur l’échange 253-254 ; Panégyrique 47-48 ; Nico (...)
  • 7 Philostrate, Vie des Sophistes 552 et sq. Il semble que ce soit un trait de la culture sophistique (...)
  • 8 L’exemple le plus flagrant de cette nouvelle perspective se trouve chez Aelius Aristide, notamment (...)

5En retournant à une définition isocratéenne de la rhétorique, les orateurs et les sophistes des Ier-IIe siècles de notre ère effacent la difficulté : pour eux, la rhétorique est un mode de vie, une philosophie et, dès lors, le terme englobe tout acte de parole ou d’écriture6. Jusqu’à un certain point, la nature même de l’homme qui parle définit le type de discours pratiqué : l’homme cultivé est un ferment de rhétorique ; la rhétorique caractérise tous les propos de l’homme cultivé. Mais on peut penser, selon certaines anecdotes présentes chez Dion de Pruse et Philostrate, que même l’homme qui n’est pas cultivé est un orateur : la vieille femme rencontrée par Dion a plus d’éloquence que tous les orateurs ; Agathion, l’homme sauvage, a un langage et une éloquence purs sans avoir jamais appris à parler7. La distinction entre ce qui est de la rhétorique et ce qui ne l’est pas devient floue ; le critère de l’enseignement et de l’apprentissage n’en est plus un : la rhétorique peut être insufflée, mais elle peut aussi, à cause de son essence divine, prendre possession de l’homme8. Par conséquent, on considère qu’elle peut être régie par les mêmes principes que la poésie : Homère, Hésiode, Virgile avaient-ils appris à être poètes ?

  • 9 Il est à noter que la datation des rhéteurs latins tardifs est extrêmement obscure, puisque les man (...)
  • 10 Cf. par exemple, B. Schouler, « La classification des personnes et des faits chez Hermogène et ses (...)

6Nos renseignements sur la réflexion rhétorique viennent bien sûr de sources totalement différentes aux IIIe et IVe siècles : il est en effet évident que l’on ne réfléchit pas de la même façon sur la nature de la discipline dans des lettres et des discours, d’une part, et, d’autre part, dans des manuels de rhétorique. En prenant cela en compte, il est cependant clair que les rhéteurs latins9 adoptent une certaine attitude, qu’il est nécessaire de montrer et de tenter d’expliquer. Pour leur part, les auteurs grecs de manuels de rhétorique semblent ne plus ressentir le besoin de définir la rhétorique, ni d’insister sur leurs conceptions de la discipline, comme si, après le moment fort que fut la Seconde Sophistique, il n’était plus besoin de défendre la rhétorique ou de se questionner sur sa place dans les affaires humaines. La chose est entendue : la rhétorique est importante, qu’elle soit une technique ou une révélation. Chez les auteurs grecs de manuels, ce qui importe désormais est de pousser l’analyse de ces procédés, de systématiser les aspects que les devanciers, juge-t-on, n’étudièrent pas avec assez d’attention : les qualités du style, la classification des états de cause, la banque de modèles permettant l’enrichissement de la critique littéraire, les exercices préparatoires10.

  • 11 1 : ῥητορική ἐστιν ἐπιστήμη τοῦ καλῶς καὶ πειστικῶς πάντα τὸν προκείμενον διαθέσθαι λόγον.

7Il n’empêche que certains rhéteurs grecs, surtout ceux qui veulent écrire des manuels complets de rhétorique, s’astreignent à l’exercice de la définition. Ainsi, Rufus (deuxième moitié du IIe siècle p. C.), auteur d’un condensé sur les parties du discours, définit la rhétorique comme « la science qui permet de donner au discours qu’on aborde une composition en tous points bonne et génératrice de persuasion » (trad. Patillon)11, mais la définition est comparativement un exercice plus rare dans les manuels grecs.

8Nous en arrivons donc à notre problématique : pourquoi retrouvons-nous chez certains rhéteurs latins tardifs une volonté de définition de la discipline, volonté qui peut, en regard du portrait que nous avons tracé plus haut, paraître anachronique ? Le corpus que nous avons choisi correspond aux manuels de rhétorique rassemblés par C. Halm sous le titre de Rhetores latini minores (1863) ; ces traités peuvent être classés en quatre catégories : les manuels qui traitent d’un point précis de la discipline, e. g. les traités des figures de Rutilius Lupus, Aquila Romanus, Julius Rufinianus ou alors les Excerpta rhetorica, qui traitent surtout du genre épidictique ; les traités de rhétorique qui se voulaient complets, e. g. les traités de Julius Victor, de Fortunatianus, de Sulpitius Victor, ou du Pseudo-Augustin ; les parties d’ouvrages encyclopédiques, tels les exposés de Martianus Capella, d’Isidore ou de Cassiodore, ainsi que les commentaires aux œuvres cicéroniennes, comme l’exégèse de Marius Victorinus et de Grillius au De inuentione. Certains traités des figures et d’exercices exceptés, tous prennent le soin de donner une définition de la matière qu’ils entendent aborder. Cette constatation et la quasi-absence de définitions dans les traités contemporains grecs nous amènent à réfléchir sur le rôle de la définition de la rhétorique aux derniers siècles de l’Empire dans le contexte latin.

  • 12 Selon l’éditrice de Fortunatianus, il est probable qu’il ait été un chrétien africain, cf. Ars rhet (...)

9Que nous disent ces définitions (cf. tableau infra p. 167) ? Il y a visiblement l’influence de deux traditions bien distinctes : en premier lieu, la tradition qui, suivant Quintilien, établit la rhétorique comme une science du bien dire, qui concerne les affaires civiles (Fortunatianus12, puis plus tardivement Cassiodore, Isidore et Alcuin).

  • 13 Voir les justes remarques de J. Fontaine, Isidore de Séville et la culture classique dans l’Espagne (...)
  • 14 La discussion que présente le commentaire de Grillius au De inuentione de Cicéron est légèrement di (...)
  • 15 Finis oratorii officii est bene dicere ; finis bene dicendi persuadere, id est optinere, quatenus r (...)

10Cette branche ne présente pas grande surprise, car la définition de Quintilien permettait aux auteurs platoniciens et chrétiens de présenter une éloquence morale, qui s’intégrait bien dans un parcours de connaissance, qu’il soit philosophique ou religieux13. Cette vision permet par ailleurs de classer sous le terme de rhétorique l’ensemble des faits littéraires, qu’ils soient oratoires ou non, qu’ils visent des décisions réelles ou non. La deuxième tendance est plus surprenante : Marcomannus, Sulpitius Victor, Marius Victorinus, Grillius, le Pseudo-Augustin et l’auteur des Excerpta rhetorica discutent du fait que la rhétorique sert principalement la persuasion, que son but dépend de l’auditoire et que sa matière est les affaires civiles14. Cette définition s’accompagne généralement d’une réflexion sur ce qui entre dans une définition (nature, officium, finis). La définition présente dans les Excerpta rhetorica est révélatrice de l’ensemble de ce groupe : « Le but du devoir de l’orateur est le bien dire ; le but du bien dire est de persuader, c’est-à-dire de faire triompher une opinion, chaque fois que les circonstances et les personnes le permettent » (585, 7-8 H)15.

  • 16 Cf., entre autres, J. O. Ward, « The Medieval and Early Renaissance Study of Cicero’s De inuentione(...)

11La définition de la rhétorique comme l’art de la persuasion s’explique facilement : on se rappellera que cette définition était celle de Cicéron dans le De inuentione ; on sait par ailleurs que cet ouvrage de jeunesse était devenu manuel classique dès le IIe siècle, place qu’il conservera jusqu’à la fin du Moyen Âge, en compagnie de la Rhétorique à Herennius16.

  • 17 E. g. le rapprochement très étroit de la rhétorique et de la profession d’avocat chez Ammien Marcel (...)

12Deux faits sont toutefois étonnants dans ce deuxième groupe. Le premier est la présence constante de nuance quant à réalisation de l’idéal : la persuasion ne dépend pas uniquement de l’orateur, elle repose également sur le public, qui n’est pas forcément toujours persuadé. Cette définition semble vouloir prendre en compte un possible échec de l’orateur : les auteurs ressentent donc le besoin de fournir non seulement une définition idéale, mais également une définition opérationnelle et pratique, qui évoque la possibilité de l’échec de l’échange rhétorique. Or, on sait qu’à cette époque la rhétorique est surtout une matière d’enseignement, que sa pratique est généralement consignée aux écoles et aux cours de justice, où les juristes, aux détriments des orateurs, prennent de plus en plus de place17. La notion d’échange avec un public semble donc soit une discussion purement artificielle, soit une réaction à des débats intellectuels, qui ont cours aux IVe et Ve siècles et qui concernent la rhétorique.

13Le deuxième fait étonnant semble conforter la deuxième hypothèse. On trouve en effet, chez ces auteurs, des discussions théoriques sur l’essence d’une définition : quelle est la nature de la rhétorique, quelle est sa fonction, quel est son but ? Questions qui, semble-t-il, n’avaient pas été posées dans le contexte rhétorique depuis Quintilien. Par ailleurs, la présence même des définitions semble présupposer un motif, une raison, qui ne peut pas uniquement être expliqué par les lois du genre.

14L’exemple le plus développé de ce type de discussion se trouve dans l’exposé de Marius Victorinus, commentaire de la définition présente dans le De inuentione de Cicéron :

  • 18 Ergo officium oratoris est dicere, sed adposite ad persuasionem, ubi iam finis admixtio est, id est (...)

Le devoir de l’orateur est donc de parler, mais de façon appropriée pour persuader : Cicéron ajoute déjà le but, c’est-à-dire la persuasion. Car « parler » seul ne définit pas bien le devoir de l’orateur ; ce peut en effet être le propre de beaucoup d’hommes : le poète et le philosophe parlent. C’est pourquoi il délimite plus exactement le devoir de l’orateur en ajoutant le but. Ensuite, il dit que le but du devoir de l’orateur est de persuader, mais il n’aurait pas suffisamment montré le but de l’orateur, s’il avait seulement écrit « persuader », car les écrits, les témoignages sous la torture, les témoins et beaucoup d’autres choses entraînent la persuasion. Et donc, pour montrer le but propre à l’orateur, il ajoute le devoir au but. Il dit en effet : « le but du devoir de l’orateur est de persuader par le discours » : il utilise « discours » parce que c’est le devoir de l’orateur. Ainsi, dit-il, le devoir du médecin est de soigner, mais parce que beaucoup de personnes soignent grâce aux incantations et aux amulettes, il dit « soigner », mais il ajoute « de façon appropriée pour atteindre à la santé ». Et donc, pour montrer plus clairement le devoir du médecin, il ajoute aussi le but au devoir, c’est-à-dire la santé par les soins. Ensuite, dit-il, le but du devoir du médecin est de guérir ; parce que beaucoup d’hommes guérissent, il ajoute « guérir par des soins ». Ainsi donc le devoir et le but ne peuvent jamais être exprimés l’un sans l’autre. Il affirme pourtant qu’il existe une différence entre le devoir et le but : dans le devoir, il faut considérer ce qui doit être fait, dans le but, ce qui doit être complété. Marcomannus se trompe lorsqu’il dit que le but du devoir de l’orateur n’est pas de persuader et que le but du devoir du médecin n’est pas de soigner ; en effet, dit-il, souvent l’orateur ne persuade pas et le médecin ne soigne pas. Il ajoute à la définition « chaque fois que les circonstances et les personnes le permettent ». Mais il n’a pas compris ce que Cicéron a voulu dire en faisant reposer sur les choses elles-mêmes et non sur les résultats le but, c’est-à-dire en établissant le but dans le devoir et dans les choses elles-mêmes qui, tout en étant dans le devoir, tendent vers le but. C’est pourquoi Cicéron s’applique à rendre complet le but du devoir de l’orateur, en disant « de façon appropriée à persuader », et le but du devoir du médecin « pour atteindre à la santé ». Marcomannus place donc le but non dans les choses, mais dans les résultats (Marius Victorinus, p. 173, 9-34 H)18.

  • 19 Mêmes réflexions chez P. Monceaux, Histoire littéraire de l’Afrique chrétienne, Paris, Culture et c (...)
  • 20 Omne perfectum bonum, id est, quo natura humanas res nullo adiuncto incommodo munerata est, duobus (...)
  • 21 La perspective de Marius Victorinus sur la rhétorique et la lecture néoplatonisante qu’elle impliqu (...)

15L’approche de Marius Victorinus semble découler de sa démarche philosophique. En effet, l’auteur avait écrit un traité De definitionibus et avait traduit l’Isagoge de Porphyre, ce qui montre assez que Marius Victorinus avait un intérêt et une sensibilité pour la définition19. Son attitude philosophique explique sans doute également son rejet de la lecture pragmatique de Marcomannus. En effet, Victorinus semble analyser la rhétorique comme l’expression extérieure de la sagesse, selon une corrélation substance / manifestation qu’il énonce clairement dans son commentaire rhétorique : « Tout bien parfait, à savoir le bien donné par la Nature auquel on ne peut rien ajouter sans nuire, a besoin pour être complet de deux choses : la chose en elle-même et la forme et l’image d’elle-même » (165, 32-35 H)20. L’éloquence serait donc la forme de manifestation de la sagesse : comme la manifestation est dépendante de la substance, l’éloquence entretient dès lors des liens existentiels avec la philosophie21. Sa définition de la rhétorique reprend ces thèmes : la discipline y est perçue comme un outil au service de la transformation des hommes. Cela explique le rejet par Marius Victorinus de l’ajout qu’il attribue à Marcomannus.

  • 22 Cf. B. Schouler, op. cit. n. 2, p. 161.
  • 23 Cf. A. Braet, « Variationen zur Statuslehre von Hermagoras bei Cicero », Rhetorica 7 (1989), p. 239 (...)

16La portion de définition qui apporte des nuances sur la finalité de la rhétorique, « persuader chaque fois que les circonstances et les personnes le permettent », semble un ajout d’Hermagoras (IIe s. a. C.), rhéteur qui a grandement influencé l’évolution de la discipline du côté latin de l’Empire, par l’intermédiaire de Cicéron22. Mais l’orateur latin n’avait pas retenu cette portion de définition, s’intéressant surtout à la classification en états de cause du théoricien grec23. C’est le Pseudo-Augustin qui nous renseigne sur cet apport d’Hermagoras (138, 28-30 H) et Victorinus l’attribue à Marcomannus, rhéteur du IIIe siècle de notre ère. Il est, selon nous, vain de vouloir découvrir la paternité exacte de cet ajout, mais il est intéressant de s’interroger sur la raison qui le motiva, raison qui pourrait sans doute expliquer l’importance qui lui est donnée chez les rhéteurs tardifs.

  • 24 Cf. B. Schouler, op. cit. n. 2, p. 144 ; le débat est déjà présent chez Aristote, cf. Topiques I, 3 (...)
  • 25 Pour une vision nuancée de cette querelle, cf. C. T. Kasulke, Fronto, Marc Aurel und kein Konflickt (...)

17Il est probable que la précision d’Hermagoras s’inscrive dans une réflexion plus large sur la malléabilité toute relative du public : la persuasion ne dépend pas uniquement de l’orateur, l’action oratoire a besoin de deux partis pour se réaliser. Cependant, cette prise en compte d’un possible échec de la persuasion mettait la rhétorique à l’abri des critiques voulant qu’elle ne soit pas un art, parce que son but ne s’accomplit pas obligatoirement24. Or, au IIe siècle de notre ère, la querelle entre philosophie et rhétorique connaît un nouvel essor25, qui réactive le débat sur la classification des arts, techniques et sciences. Sextus Empiricus, par exemple, attaque la rhétorique en disant, entre autres, qu’elle n’est pas un art parce qu’elle ne possède pas de but propre et stable :

  • 26 Οὔτε δὲ ἑστηκὸς ἔχει παντελῶς τὸ τέλος (οὐδὲ ἀεὶ περιγίνεται περὶ τῆς τῶν ἀντιδίκων νίκης, ἀλλἔσθ(...)

Or la rhétorique n’a pas toujours une fin fixe (de fait, on ne remporte pas toujours la victoire sur ses adversaires, mais il est des cas où l’orateur se propose une fin et où le résultat en est une autre), ni une fin valide dans la plupart des cas, puisqu’un orateur, quel qu’il soit, s’il fait son propre bilan, aura connu bien plus de défaites que de victoires, étant donné qu’il y a constamment quelqu’un d’autre pour ruiner ses attaques. Donc la rhétorique n’est pas un art (II, 14-15)26.

  • 27 Pour l’analyse du discours de Sextus Empiricus, cf. D. L. Roochnik, op. cit., p. 133-134.

18Il en conclut non seulement que la rhétorique n’est pas un art, mais qu’elle n’existe pas (II, 86-87)27. Comme nous l’avons dit, la plupart des sophistes répondait à cette accusation en mettant la rhétorique en dehors de toutes les catégories. Il est cependant possible que Marcomannus, issu d’une autre tradition, ait repris la définition d’Hermagoras pour affirmer le droit de cité de la rhétorique parmi le chœur des arts.

  • 28 Cf., entre autres, P. Hoffmann, « L’expression de l’indicible dans le néoplatonisme grec de Plotin (...)
  • 29 Cf., notamment, R. Kaster, Guardians of Language : The Grammarian and Society in Late Antiquity, Be (...)

19On sait par ailleurs que les IIIe et IVe siècles sont l’âge d’or du néoplatonisme, courant philosophique qui reprenait la vieille volonté des platoniciens de subordonner la rhétorique à la philosophie, la confinant au statut de pratique propédeutique à la vraie connaissance (e. g. Plotin, VI, 9, 4), lui refusant la qualité d’art autonome28. La même attitude prévaut chez les théoriciens chrétiens, comme le montrera Augustin, qui, nourri de platonisme et combattant avec les armes du scepticisme, veulent faire de la rhétorique un outil au service de l’exégèse et du prosélytisme29.

20Ne pourrait-on pas, dans ce contexte, émettre l’hypothèse que l’effervescence de définitions rencontrée chez les rhéteurs tardifs est une réaction à cet amoindrissement théorique de la rhétorique et découle d’une volonté de donner un statut de science autonome à la discipline, qui tend de plus en plus à être abordée dans un axe philosophique, voire dans un axe exégétique ?

  • 30  La discussion sur la différence entre l’officium et le finis est déjà présente dans le texte du De (...)
  • 31 Il est évident que Grillius connaît l’œuvre exégétique de Marius Victorinus, puisqu’il l’utilise en (...)
  • 32 La critique a longtemps contesté l’attribution de ce traité à Augustin, mais les dernières recherch (...)
  • 33 La datation du commentaire de Marius Victorinus peut être cernée de façon plus étroite si l’on cons (...)
  • 34 Cf. P. Hadot, op. cit., p. 100.

21La réapparition de discussions sur la fonction et le but des arts semble corroborer cette hypothèse. En effet, la réflexion sur l’officium (to ergon) et le finis (to telos) est un héritage péripatéticien, sans doute transmis par Cicéron30. Or, cette démonstration, construction de la philosophie pour classer les sciences, les arts et les techniques, bien souvent utilisée pour montrer l’approximation de la rhétorique en regard des sciences de mesure, se révèle une arme nécessaire pour redonner à la discipline son statut de matière enseignable et exacte. Un autre point qui viendrait confirmer notre hypothèse est la réfutation construite par Marius Victorinus, néoplatonicien notoire, de l’ajout de Marcomannus, qui, selon ses dires, n’a rien compris à la définition cicéronienne : « Marcomannus, dit-il, place le but non dans les choses, mais dans les circonstances » (cf. texte cité supra p. 170-171). Pour Victorinus, la définition de la rhétorique reste idéale, mais elle reste aussi vulnérable aux attaques. On peut penser que pour Victorinus cela n’avait aucune importance, puisque la rhétorique était un outil, puissant certes, mais au service d’une connaissance supérieure. Même si les datations des autres manuels de cette catégorie et les lieux de production sont difficiles à établir, on peut penser que les traités de Sulpitius Victor, de Grillius31, du Pseudo-Augustin32 et les Excerpta rhetorica sont postérieurs à la diffusion du Commentaire de Marius Victorinus, qu’ils sont peut-être en dialogue avec ce dernier33. En effet, ces traités reprennent à leur compte la nuance de Marcomannus et discutent généralement des notions d’officium et de finis. Ces traités des IVe-Ve siècles, qu’ils soient en dialogue ou non les uns avec les autres, seraient le reflet de débats périodiquement résurgents sur la nature de la rhétorique. Cette réflexion semble épargner la partie orientale et grecque de l’Empire. Il est dès lors fort à parier que cette situation s’explique par le Commentaire de Victorinus au De inuentione et à la persistance, dans la partie occidentale de l’Empire, d’écoles de rhétorique, rejetant la solution sophistique proposée au problème de la définition, désirant conserver la rhétorique dans le concert des arts et sciences, méfiantes envers la philosophie ou, au contraire, désireuses de trouver une voie différente de celles tracées par les néoplatoniciens et les chrétiens pour la discipline ; cette perspective pourrait être d’inspiration stoïcienne, transmise par le biais des œuvres cicéroniennes (De finibus III, 24-25), puisque l’idée que le but est extérieur à l’art faisait partie de l’appareil démonstratif de cette école34. Même si l’on ne peut établir pour sûr à quel débat les rhéteurs répondaient, il semble toutefois certain que la réflexion générée par l’exercice de la définition était loin d’être close. Il serait nécessaire, pour mieux comprendre la façon dont l’Occident latin concilie les relations turbulentes entre la rhétorique et la philosophie et les modifications que subit l’enseignement de la rhétorique, d’analyser dans le détail et par comparaison l’ensemble des manuels. Quoi qu’il en soit, il apparaît évident que les réflexions de fond sur la rhétorique continuent après Quintilien et que les rhéteurs latins ne sont pas des plagiaires, béats et admiratifs de la vision classique de la discipline.

Haut de page

Notes

1 Cf. entre autres, G. Kennedy, Classical Rhetoric and its Christian and Secular Tradition from Ancient to Modern Times, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1999, p. 123-124 ; l’auteur souligne cependant que l’on peut entrevoir des changements mineurs chez les Rhetores latini minores, notamment la perspective sur l’argumentation qui serait en premier lieu perçue comme un exercice écrit plutôt que visant une action oratoire. Il souligne par ailleurs les influences néoplatoniciennes sensibles dans le traité de Marius Victorinus.

2 Pour une recension exhaustive des diverses définitions, cf. L. Spengel, « Die Definition und Eintheilung der Rhetorik bein den Alter », RhM 18 (1863), p. 481-526. Pour un état de la question dans la littérature grecque classique et byzantine, cf. B. Schouler, « La définition de la rhétorique dans l’enseignement byzantin », Byzantion 65 (1995), p. 136-175 ; pour une étude similaire sur la notion de rhétorique dans la Grèce classique, cf. E. Schiappa, « Rhêtorikê : What’s in a Name ? Toward a Revised History of Early Greek Rhetorical Theory », QJS 78 (1992), p. 1-15.

3 Cf. De inuentione I, 6, mais surtout, De oratore I, 138 ; 187. Cf. L. Calboli Montefusco, « Può esistere un’ars dicendi ? Il compromesso ciceroniano nella soluzione di una uerbi controuersia », in P. Defosse (ed.), Hommages à Carl Deroux, II : Prose et linguistique, médecine, Bruxelles, Latomus, 2002, p. 91-106.

4 La définition de Quintilien est discutée non seulement dans l’Antiquité, mais également dans les époques postérieures. Pour un excellent état de la question, cf. J. Monfasani, « Episodes of Anti-Quintilianism in the Italian Renaissance : Quarrels on the Orator as uir bonus and Rhetoric as scientia bene dicendi », Rhetorica 10 (1992), p. 119-138.

5 Cf. les justes remarques de D. L. Roochnik, « Is Rhetoric an Art ? », Rhetorica 12 (1994), p. 130.

6 Sur la perception d’Isocrate de la rhétorique, cf. Sur l’échange 253-254 ; Panégyrique 47-48 ; Nicoclès 3 ; 5 ; 6. La perspective des Sophistes de la Seconde Sophistique a été maintes fois soulignée, e. g. B. Reardon, Courants littéraires grecs des iie et iiie siècles après J.-C., Paris, Les Belles Lettres, 1971 ; G. Anderson, « The Second Sophistic : Some Problems of Perspective », in D. A. Russell (ed.), Antonine Literature, Oxford, Clarendon Press, 1990, p. 91-110 ; A. Michel, « Rhétorique et philosophie au second siècle après J.-C. », ANRW II, 34, 1, p. 3-78.

7 Philostrate, Vie des Sophistes 552 et sq. Il semble que ce soit un trait de la culture sophistique de cette époque de valoriser l’éducation tout en présentant la parole cultivée comme issue de la nature. La même pensée se retrouve chez Fronton ; sur ce trait paradoxal, voir les différentes perspectives de S. Swain, Hellenism and Empire, Language, Classicism, and Power in the Greek World ad 50-250, Oxford, Clarendon Press, 1996, p. 80 ; T. Whitmarsh, Greek Literature and the Roman Empire, The Politics of Imitation, Oxford, Oxford University Press, 2001, p. 107, et The Second Sophistic, Oxford, Oxford University Press, 2005, p. 35, et D. Côté, « L’Héraclès d’Hérode : héroïsme et philosophie dans la sophistique de Philostrate », in T. Schmidt & P. Fleury (eds), Actes du colloque Regards sur la Seconde Sophistique, Toronto, Toronto University Press, 2011, p. 36-61.

8 L’exemple le plus flagrant de cette nouvelle perspective se trouve chez Aelius Aristide, notamment dans le Panathénaïque (207 ; 210 ; 398-399). Cf. A. Boulanger, Aelius Aristide et la sophistique dans la province d’Asie au deuxième siècle de notre ère, Paris, De Boccard, 1968, p. 233-237.

9 Il est à noter que la datation des rhéteurs latins tardifs est extrêmement obscure, puisque les manuels ne portent généralement pas d’indices internes ou externes permettant une datation ferme. Cependant, en ce qui concerne les quatre manuels complets dans le corpus des Rhetores latini minores, la datation est plus précise et l’on peut sans trop être imprudent les incorporer à la littérature des IIIe-Ve siècles.

10 Cf. par exemple, B. Schouler, « La classification des personnes et des faits chez Hermogène et ses commentateurs », Rhetorica 8 (1990), p. 229-254, qui souligne cependant en conclusion (p. 250) que la partie occidentale de l’Empire du IIe au VIIe siècle ne faisait que répéter les acquis de la rhétorique hellénistique. Nous entendons démontrer que le paysage rhétorique dans cette période est plus complexe.

11 1 : ῥητορική ἐστιν ἐπιστήμη τοῦ καλῶς καὶ πειστικῶς πάντα τὸν προκείμενον διαθέσθαι λόγον.

12 Selon l’éditrice de Fortunatianus, il est probable qu’il ait été un chrétien africain, cf. Ars rhetorica, texte établi et traduit par L. Calboli Montefusco, Bologne, Pàtron, 1979, p. 7. Cela explique sans doute l’absence de discussion chez cet auteur, qui choisit la solution qui sera privilégiée par Cassiodore et Isidore.

13 Voir les justes remarques de J. Fontaine, Isidore de Séville et la culture classique dans l’Espagne wisigothique, I, Paris, Études augustiniennes, 1959, p. 233-234.

14 La discussion que présente le commentaire de Grillius au De inuentione de Cicéron est légèrement différente : en effet, bien que l’auteur discute de la nature de la discipline, en plaçant la réflexion dans la lignée des réponses à Platon et à Aristote, il n’aborde pas le sujet par l’optique de la définition selon le but et la fin, mais bien selon les rapports qu’entretient la rhétorique avec l’art et la nature.

15 Finis oratorii officii est bene dicere ; finis bene dicendi persuadere, id est optinere, quatenus rerum et personarum condicio patitatur.

16 Cf., entre autres, J. O. Ward, « The Medieval and Early Renaissance Study of Cicero’s De inuentione and the Rhetorica ad Herennium : Commentaries and Contexts », in V. Cox & J. O. Ward (eds), The Rhetoric of Cicero in Its Medieval and Early Renaissance Commentary Tradition, Leiden / Boston, Brill, 2006, p. 3-69.

17 E. g. le rapprochement très étroit de la rhétorique et de la profession d’avocat chez Ammien Marcellin, XXX, 4 et Libanios, Orationes II, 42-43. Sur les raisons qui expliquent la montée en puissance des professions de juriste et d’avocat, cf., entre autres, T. Honoré, « Roman Law AD 200-400 : From Cosmopolis to Rechtstaat ? », in S. Swain & M. Edwards (eds), Approaching Late Antiquity, Oxford, Oxford University Press, 2004, p. 109-132.

18 Ergo officium oratoris est dicere, sed adposite ad persuasionem, ubi iam finis admixtio est, id est persuasionis. Nam solum dicere non bene officium definit oratoris ; potest enim esse multorum : nam et poetae et philosophi dicunt. Itaque oratoris officium plenissime finis admixtione declarauit. Deinde finem oratoris officii ait esse persuadere : sed non satis plene finem oratoris ostenderat, si solum « persuadere » posuisset ; nam persuadetur tabulis, tormentis, testibus multisque aliis rebus. Ergo ut finem proprium oratoris declararet, fini adiunxit officium ; ait enim « finis est oratoris officii persuadere dictione » : « dictione » inquit, quod est oratoris officium. Ita, inquit, et medici officium est curare, sed quia multi et incantatione et ligaturis curant, « curare » inquit, sed « adposite ad sanandum ». Ergo ut euidentius officium medici demonstraret, finem quoque iunxit officio, id est curationi sanitatem. Deinde finis est medicinalis officii, inquit, sanare, sed quia multi item sanant, addidit sanare curatione. Ita ergo semper officium et finis sine altero exprimi non possunt. Hanc tamen distantiam dicit esse inter officium et finem, ut in officio, quid agendum sit, in fine, quid conplendum sit, considerare debeamus. Hic Marcomannus errauit, qui dixit finem oratoris officii non esse persuadere, nec finem medicinalis officii sanare ; etenim saepe oratorem non persuadere et medicum non sanare, ideoque addidit : quatenus rerum condicio personarumque patiatur. Sed non intellexit Ciceronem, qui finem in rebus ipsis posuit, non in euentu, id est, qui finem in officio constituit et in his ipsis rebus, quae, dum in officio sunt, ad finem tendunt. Quare et oratoris officii finem esse conpletum, si adposite ad persuasionem dicat, et medicinalis officii finem esse conpletum, si quidquid ad sanitatem spectare uidetur, adhibuerit. Marcomannus itaque finem non in rebus, sed in euentu collocauit.

Victorinus commente ici la définition de la rhétorique dans le De inuentione I, 6.

19 Mêmes réflexions chez P. Monceaux, Histoire littéraire de l’Afrique chrétienne, Paris, Culture et civilisation, 1963 (1905), p. 382.

20 Omne perfectum bonum, id est, quo natura humanas res nullo adiuncto incommodo munerata est, duobus ad plenum constat, re ipsa et specie atque imagine sui.

21 La perspective de Marius Victorinus sur la rhétorique et la lecture néoplatonisante qu’elle implique ont été analysées très finement par P. Hadot, Marius Victorinus : Recherches sur sa vie et ses œuvres, Paris, Études augustiniennes, 1971, p. 79 sq.

22 Cf. B. Schouler, op. cit. n. 2, p. 161.

23 Cf. A. Braet, « Variationen zur Statuslehre von Hermagoras bei Cicero », Rhetorica 7 (1989), p. 239-259.

24 Cf. B. Schouler, op. cit. n. 2, p. 144 ; le débat est déjà présent chez Aristote, cf. Topiques I, 3, 101b 5-10.

25 Pour une vision nuancée de cette querelle, cf. C. T. Kasulke, Fronto, Marc Aurel und kein Konflickt zwischen Rhetorik und Philosophie im 2. Jh. n. Chr., Munich, Saur, 2005, p. 143 sq.

26 Οὔτε δὲ ἑστηκὸς ἔχει παντελῶς τὸ τέλος (οὐδὲ ἀεὶ περιγίνεται περὶ τῆς τῶν ἀντιδίκων νίκης, ἀλλἔσθὅτε ἕτερον μὲν προτίθεται ῥήτωρ ἕτερον δὲ ἐξακολουθοῦν ἔχει τέλος) οὔτε τοῦ ὡς τὸ πολὺ ἐφιέμενον, ἐπεὶ πᾶς ῥήτωρ ἑαυτῷ συγκρινόμενος πολλάκις ἐλέφθη μᾶλλον ἐνίκησεν, ἅτε διὰ παντὸς ἑτέρου τᾶς ἐπιχειρήσεις αὐτοῦ διαλύοντος οὐκ ἄρα τέχνη ἐστὶν ῥητορική (trad. Pellegrin).

27 Pour l’analyse du discours de Sextus Empiricus, cf. D. L. Roochnik, op. cit., p. 133-134.

28 Cf., entre autres, P. Hoffmann, « L’expression de l’indicible dans le néoplatonisme grec de Plotin à Damascius », in C. Lévy & L. Pernot (eds), Dire l’évidence, Paris / Montréal, L’Harmattan, 1997, p. 335-390 ; M. Heath, « Porphyry’s Rhetoric », CQ 53 (2003), p. 141-166.

29 Cf., notamment, R. Kaster, Guardians of Language : The Grammarian and Society in Late Antiquity, Berkeley, California University Press, 1997, p. 84-87 ; I. Hadot, Arts libéraux et philosophie dans la pensée antique, Paris, Vrin, 2005, p. 115-117.

30  La discussion sur la différence entre l’officium et le finis est déjà présente dans le texte du De inuentione. Pour un historique du débat dans le monde latin, cf. T. Dorandi, « La représentation de la rhétorique comme art dans la philosophie hellénistique et romaine », in C. Lévy, B. Besnier & A. Gigandet (eds), Ars et Ratio : sciences, art et métiers dans la philosophie hellénistique et romaine, Bruxelles, Latomus, 2003, p. 102-112.

31 Il est évident que Grillius connaît l’œuvre exégétique de Marius Victorinus, puisqu’il l’utilise en plusieurs endroits de son commentaire, cf. R. Jakobi, Grillius : Überlieferung und Kommentar, Berlin / New York, de Gruyter, 2005, p. 5.

32 La critique a longtemps contesté l’attribution de ce traité à Augustin, mais les dernières recherches tendent à s’accorder sur le fait qu’il n’existe pas de preuve déterminante contre l’authenticité, cf. B. Riposati, « Agostino o pseudo-Agostino ? », in E. Paratore (ed.), Studi in onore di Giono Funaioli, Rome, Signorelli, 1955, p. 378-393. Augustin, s’il est bien l’auteur de cet abrégé, connaissait l’œuvre profane et l’œuvre chrétienne de Marius Victorinus, cf. P. Monceaux, op. cit., III, p. 421-422.

33 La datation du commentaire de Marius Victorinus peut être cernée de façon plus étroite si l’on considère qu’il l’écrivit avant sa conversion, soit avant 361. Quant au traité augustinien, B. D. Jackson, De dialectica, Boston, D. Reidel Publishing Company, 1975, p. 3, le date de 387.

34 Cf. P. Hadot, op. cit., p. 100.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/577/img-1.png
Fichier image/png, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Fleury, « Réflexions sur le rôle de la rhétorique chez les rhéteurs latins tardifs : les définitions de la discipline », Cahiers des études anciennes, L | 2013, 161-177.

Référence électronique

Pascale Fleury, « Réflexions sur le rôle de la rhétorique chez les rhéteurs latins tardifs : les définitions de la discipline », Cahiers des études anciennes [En ligne], L | 2013, mis en ligne le 20 août 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/577

Haut de page

Auteur

Pascale Fleury

Université Laval

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org