Navigation – Plan du site

L’exposé des genera principalia orationis de Fortunatianus (III, 9)

Marcos Martinho
p. 203-221

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Fortunatianus, genre, rhétorique, poétique
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Quand il traite de l’élocution (III, 3-12), Fortunatianus expose les genres primaires du discours oratoire, c’est-à-dire les caractères de l’élocution (III, 9 : genera principalia orationis, id est characterum elocutionis), lesquels comprennent trois groupes de trois genres, à savoir :

  1. genera posótetos « genres d’intensité » : hadrón, iskhnón, méson « ample, mince, moyen » ;

  2. genera poiótetos « genres de qualité » : dramatikón, diegematikón, miktón « dramatique, narratif, mixte » ;

  3. genera pelikótetos « genres de longueur » : makrón, brakhý, méson « long, bref, moyen ».

2De tels genres se trouvent déjà exposés, comme on le sait, chez d’autres auteurs plus anciens. Par exemple, au livre III de la République de Platon, Socrate soutient que lorsque nous parlons, nous employons soit le récit simple, soit le récit fait au moyen de l’imitation, soit les deux (III, 392d), et il illustre le récit fait au moyen de l’imitation par les genres dramatiques, c’est-à-dire la tragédie et la comédie, le discours fait au moyen de l’énoncé du poète seul, par le dithyrambe, et le récit fait au moyen des deux, par la poésie épique (III, 394b-c). Or, au récit simple, que Socrate appelle haplê diégesis « récit simple », correspond le genre diegematikós « narratif » de Fortunatianus ; au récit fait au moyen de l’imitation, que Socrate illustre par la tragédie et la comédie, le genre dramatique ; au mélange des deux récits, le genre mixte. Dans le livre IV de la Rhétorique à Hérennius, à son tour, l’Auteur expose trois genres sur lesquels repose tout discours oratoire, à savoir : grauis, mediocris, extenuatus « grave, moyen, mince » (IV, 11-16). Or, au genre grave, que l’Auteur rapporte aux pensées graves propres à l’amplification, correspond le genre ample de Fortunatianus ; au mediocris et extenuatus de celui-là, le mediocris et tenuis de celui-ci.

3En outre, aussi bien les genres exposés par Fortunatianus que les types de langage exposés par Socrate et les genres de discours oratoire exposés par l’Auteur de la Rhétorique à Hérennius appartiennent à l’exposé de l’élocution. En effet, Socrate propose deux sortes d’« élocution » (Platon, République III, 397b : tà dúo eíde tês léxeos), dont l’une possède une petite partie d’imitation, alors que l’autre se fait entièrement au moyen de l’imitation, ou alors possède une petite partie de récit simple (III 396c-397b). La Rhétorique à Hérennius, à son tour, divise en deux les préceptes de l’« élocution » (IV, 10 : elocutionis praecepta), dont la première partie comprend justement les genres sur lesquels repose tout discours oratoire.

  • 1 A. Reuter, « Untersuchungen zu den römishen Technographen Fortunatian, Julius Victor, Capella und S (...)
  • 2 G. A. Kennedy, A New History of Classical Rhetoric, Princeton, Princeton University Press, 1994, p. (...)
  • 3 J. Martin, Antike Rhetorik, Technik und Methode, Munich, Beck, 1974, p. 329-346.
  • 4 Dans son édition de Fortunatianus, Ars rhetorica, Bologne, Pàtron, 1979, p. 446.
  • 5 K. C. Münscher, « Chirius Fortunatianus », RE VII, 1, p. 51
  • 6 I. L. Garbellini, Tradução e comentário da Arte retórica de Consultus Fortunatianus, diss. Universi (...)

4Cependant, ce qui ne se trouve pas chez d’autres auteurs, plus ou moins anciens, c’est l’exposé composite des trois groupes de trois genres. Par exemple, dans le passage cité du livre III de la République, rien n’est dit qui évoque les genres de quantité ou de longueur de Fortunatianus. De même, dans le passage cité de la Rhétorique à Hérennius, rien non plus qui évoque les genres de qualité ou de longueur. Par conséquent, Fortunatianus est le seul auteur chez qui se trouvent rassemblés les groupes de genres qui, chez d’autres, se trouvent isolés. La singularité de la leçon de Fortunatianus sur les genres primaires du discours oratoire est notée par plusieurs spécialistes. Ainsi, A. Reuter1 estime la leçon « singulière » et G. A. Kennedy2 la considère « inhabituelle ». Dès lors, on peut supposer que Fortunatianus ou bien s’écarte de ses prédécesseurs ou bien suit un auteur qui nous soit inconnu. Les spécialistes hésitent toutefois à émettre une hypothèse. J. Martin3 propose une source péripatéticienne, sans précision ni preuve à l’appui. D’autres, plus prudents, disent qu’il n’est pas possible de proposer une source avec certitude. Par exemple, L. Calboli Montefusco4 nous rappelle que la leçon de Fortunatianus est des plus complexes et que l’absence du moindre parallèle rend l’origine de la leçon forcément anonyme. C’est pourquoi les spécialistes ont l’habitude d’étudier les groupes de genres séparément, comme le font K. C. Münscher5 et I. L. Garbellini6.

5Dans cette contribution, je voudrais montrer que Fortunatianus a suivi un texte où les trois groupes de trois genres étaient déjà exposés ensemble. Pour ce faire, il est nécessaire de comparer quatre textes avec l’exposé de Fortunatianus sur les genres primaires du discours oratoire, à savoir :

  • l’exposé des poèmes qu’on lit dans le livre III de l’Art grammatical de Diomède (IVe p. C.) (GL I 482, 13-492, 14) ;

  • un extrait grammatical anonyme (GL VI 273, 1-275, 9) ;

  • la Chrestomathie de Proclus (Ve p. C.) ;

    • 7 Diomède, Artis grammaticae libri III, Grammatici Latini, I, texte établi par H. Keil, Hildesheim, O (...)

    les commentaires au « Chapitre 1 » de l’Art de Denys le Thrace qu’on lit dans les scolies de Londres (GG I/III 447, 29-472, 34)7.

  • 8 Je ne m’attarde pas au problème des termes grecs utilisés pour chaque groupe de genres : posótes, p (...)

6Au moyen de cette comparaison, j’envisage de montrer non seulement que l’exposé composite des trois groupes de trois genres se lisait déjà dans un autre texte, et pas seulement chez Fortunatianus, mais que ce texte était un traité de poétique, et non de rhétorique8.

I Un autre texte

7Tout d’abord, dans chacun des quatre textes, deux groupes de genres sont exposés qui peuvent être rapprochés de deux des trois genres de Fortunatianus :

8 Diomède distingue trois poematos genera « genres de poèmes », à savoir : 1) actiuum uel imitatiuum = dramatikón uel mimetikón « imitatif ou dramatique », 2) enarratiuum uel enuntiatiuum = exegetikón uel apaggeltikón « narratif ou diégétique », 3) commune uel mixtum = koinón uel miktón « commun ou mixte » (GL I 482, 14-25), lesquels peuvent être rapprochés des genres de quantité de Fortunatianus. Ensuite, il distingue quatre kharaktêres « caractères » de poèmes, à savoir : makrós, brakhýs, mésos, antherós « long, bref, moyen, fleuri » (GL I 483, 7-26), dont les trois premiers peuvent être rapprochés des genres de longueur de Fortunatianus, mais le quatrième n’appartient ni à ceux-ci ni non plus aux autres genres de Fortunatianus ;

9 l’extrait grammatical distingue quatre poematum uersificationes « façons de mettre en vers », à savoir : grauis et plena « grave et abondante », aequalis et temperata « équilibrée et tempérée », subtilis et circumspecta « subtile et circonspecte », florida et uenusta « fleurie et aimable » (GL VI 274, 3-6), dont les trois premières peuvent être rapprochées des genres de quantité de Fortunatianus, mais la quatrième n’appartient ni à ceux-ci ni non plus aux autres genres de Fortunatianus. Ensuite, il distingue trois poeseos genera « genres de poésie », à savoir : actuale = drastikón, narratiuum, coniunctiuum « dramatique, narratif, lié » (GL VI 274, 6-8), lesquels peuvent être rapprochés des genres de qualité de Fortunatianus ;

10 Proclus divise le plásma « modèle » en trois, à savoir : en hadrón, iskhnón, méson « ample, mince, moyen », et rajoute un quatrième, l’antherón « fleuri », qu’il dit être appelé plásma « modèle » d’une manière impropre (4-9). Les trois premiers peuvent être rapprochés des genera posótetos de Fortunatianus, mais le fleuri n’appartient ni à ceux-ci ni non plus aux autres genres de Fortunatianus. Ensuite, Proclus divise la poétique en deux, à savoir, en diegematikón et mimetikón « partie narrative et partie imitative » (11-12), lesquels peuvent être rapprochés des genres de qualité de Fortunatianus, bien que ceux-ci incluent un troisième genre, c’est-à-dire le moyen ;

11 les scolies de Londres distinguent quatre poiématos plásmata « modèles de poèmes », à savoir : hadrón, iskhnón, antherón, méson « ample, mince, fleuri, moyen » (GG I / III 449, 26-450, 2), lesquels peuvent être rapprochés des genres de quantité de Fortunatianus, excepté le fleuri, qui est inconnu de Fortunatianus. Ensuite, ils distinguent trois poiéseos kharaktêres « caractères de poésie », à savoir : diegematikós, dramatikós, miktós « narratif, dramatique, mixte » (GG I / III 450, 3-7), lesquels peuvent être rapprochés des genres de qualité de Fortunatianus.

12En outre, tout comme Fortunatianus, quand il expose les genres de quantité, l’extrait grammatical, Proclus et les scolies de Londres distinguent également les tournures correctes et incorrectes de chaque genre :

13 selon Fortunatianus, le contraire (III, 9 : contrarium) du hadrós « ample » est le tumidus et inflatus « boursouflé et enflé » ; de l’iskhnós « mince », l’aridus et siccus « desséché et sec » ; du mésos « moyen », le tepidus ac dissolutus « refroidi et relâché » (III, 9) ;

14 selon l’extrait grammatical, il y a quatre façons de mettre en vers : grauis et plena « grave et abondante », aequalis et temperata « équilibrée et tempérée », subtilis et circumspecta « subtile et circonspecte », florida et uenusta « fleurie et aimable », dont les contraires (GL VI, 274, 5 : contrariae) sont : tumida et dissoluta « refroidie et relâchée », exilis et fucosa « décharnée et fardée » (GL VI 274, 5-6) ;

15 selon Proclus, il y a des genres détournés (9 : aposphaléntes) : du hadrós « ample », le skleròs kaì eperménos « dur et exalté » ; de l’iskhnós « mince », le tapeinós « bas » ; du mésos « moyen », l’argòs kaì eklelyménos « luisant et relâché » (9) ;

16 selon les scolies de Londres, au hadrós « ample » s’oppose (GG I / III 449, 32 : antíkeitai) le skleròs kaì brakhýs « dur et bref » ; à l’iskhnós « mince », le platùs kaì pakhýs « plat et lourd » ; à l’antherós « fleuri », l’agleukès kaì logoeidés « amer et prosaïque » (GG I / III 449, 32-450, 2).

17Deux différences devraient toutefois attirer notre attention. En premier lieu, l’exposé de l’extrait grammatical, Proclus et les scolies de Londres peuvent être comparés à l’exposé des genres de quantité et de qualité de Fortunatianus, tandis que l’exposé de Diomède est à rapprocher des genres de qualité et de longueur. En deuxième lieu, le grec antherós « fleuri », dont la traduction latine est floridus, est inconnu de Fortunatianus, mais commun aux quatre textes de comparaison. Cependant, dans l’extrait grammatical, chez Proclus et dans les scolies de Londres, ce terme appartient à l’exposé des genres correspondant aux genres de quantité de Fortunatianus et chez Diomède, à l’exposé des genres correspondant aux genres de longueur de ce dernier. Ainsi, les deux différences pointent en fait en direction de Diomède, car : 1) alors que les autres traitent des genres correspondant aux genres de quantité, Diomède expose des genres correspondant aux genres de longueur ; 2) alors que les autres emploient le terme antherós / floridus dans l’exposé de ceux-là, Diomède l’emploie dans l’exposé de ceux-ci, à côté des termes makrós, brakhýs, mésos. Cette particularité apparaît davantage si l’on compare l’exposé des kharaktêres « caractères » de Diomède à ceux d’auteurs plus anciens.

  • 9 Prodicos, Die Fragmente der Vorsokratiker, II, texte établi par H. Diels, Berlin, Weidmann, 1906-19 (...)

18C’est à Prodicos de Céos et par la suite à la Rhétorique à Alexandre que semble remonter les genres que Fortunatianus appelle du nom de genera pelikótetos « genres de longueur » et Diomède, kharaktêres « caractères ». Prodicos de Céos se vantait d’avoir découvert le genre de discours dont l’art a besoin : des discours qui ne soient ni makroí ni non plus brakheîs, mais plutôt métrioi (frg. A 20)9. La Rhétorique à Alexandre, à son tour, définit les préceptes de l’asteîa légein « expression raffinée » et ceux des méke tôn lógon « longueurs des discours », dont elle distingue le mekýnein toùs lógous, le brakhylogeîn et le mésos légein « allonger les discours, parler de façon brève, parler de façon moyennement longue » (22, 1434b 1-30), en employant les termes makrós, brakhýs et mésos, que l’on retrouve chez Diomède. Deux termes employés par ce dernier, cependant, sont absents aussi bien des fragments de Prodicos de Céos que de la Rhétorique à Alexandre : le terme spécifique antherós « fleuri », au moyen duquel Diomède désigne un quatrième type de discours qu’il ajoute aux précédents, c’est-à-dire au discours long, bref et moyen, et le terme générique kharaktêres « caractères », que Diomède étend à la désignation des quatre types de discours.

19Les deux termes sont employés, pourtant, dans des textes où l’on expose ce qui est appelé genera posótetos « genres de quantité » par Fortunatianus, ou bien poematum uersificationes « façon de mettre en vers » par l’extrait grammatical, ou bien (poiématos) plásmata « modèles (de poèmes) » par Proclus et les scolies de Londres. Le texte le plus ancien est celui de la Rhétorique à Hérennius, où l’Auteur distingue trois genera « genres » ou figurae « figures » (IV, 11-16). Tout d’abord, le terme générique figura attire l’attention, parce qu’il peut être la traduction latine d’un terme d’origine grecque, plásma, qui fut par la suite employé par Proclus et les scolies de Londres. Pour ce qui est des termes spécifiques, grauis « grave » est employé dans l’extrait grammatical, alors que mediocris « moyen » et attenuatus « mince » se retrouvent chez Fortunatianus, qui appelle un des genres mediocris « moyen », et un autre tenuis « mince ». En outre, l’Auteur de la Rhétorique à Hérennius subdivise l’exposé des genera ou figurae en deux sections : d’abord les exemples (IV, 11-15), puis les vices voisins (IV, 15-16). Or, de même que l’Auteur appelle inflatus le discours qui est proche du grauis, de même Fortunatianus appelle inflatus « enflé » le contraire du hadrós « ample » ; de même que l’Auteur appelle dissolutus « relâché » le genre qui est proche du mediocris « moyen », de même Fortunatianus appelle dissolutus « relâché » le contraire du mésos « moyen », et l’extrait grammatical appelle dissoluta « relâchée » la versification contraire de l’aequalis et temperata « équilibrée et tempérée » ; de même que l’Auteur appelle aridus le genre qui est proche du genre attenuatus, de même Fortunatianus appelle aridus « desséché » le contraire de l’iskhnós « mince ».

20Mais, en dépit de toutes ces ressemblances, la Rhétorique à Hérennius n’emploie ni le terme générique kharaktêres ni le spécifique antherós / floridus. Tous deux se retrouvent, pourtant, dans l’exposé des genera dicendi « genres de discours » de Quintilien (XII, 10, 58-80) et dans celui des plásmata « modèles » du Pseudo-Plutarque (Sur Homère II, 72-73). Tant Quintilien (XII, 10, 58) que le Pseudo-Plutarque (Sur Homère II, 72-73) exposent d’abord trois genera ou plásmata et puis, à part, un quatrième, qu’ils appellent antherón ou floridum « fleuri », ce qui fait penser à l’exposé des plásmata de Proclus, qui distingue trois plásmata : hadrón, iskhnón, méson « ample, mince, moyen », et puis ajoute un quatrième, l’antherón « fleuri », qu’il dit ne pas être un plásma à proprement parler (Chrestomathie 4‑8). En outre, le Pseudo-Plutarque commence son exposé justement par le rapprochement entre kharaktêres et plásmata (Sur Homère II, 72), ce dernier étant le même terme qu’utilise Proclus.

21Il semble donc que Diomède mélange des termes de nature différente, dans la mesure où il place antherós « fleuri », propre aux genres d’intensité, au même rang que makrós, brakhýs et mésos « long, bref, moyen », propres aux genres de longueur, et applique à tous les quatre le terme générique kharaktêres « caractères », propre à ceux-là, mais étranger à ceux-ci. Or, la comparaison entre Diomède et Fortunatianus permet non seulement d’expliquer la leçon de Diomède sur les caractères, mais aussi de suggérer une source possible de la leçon de Fortunatianus sur les genres primaires du discours oratoire. Car, comme on l’a dit, Fortunatianus est le seul auteur ancien chez qui se trouvent réunis les groupes de genres qui, ailleurs, se trouvent isolés, de sorte qu’on doit supposer ou bien qu’il s’écarte de ses prédécesseurs ou bien qu’il suit un auteur qui nous est inconnu. Or, rappelons que des trois groupes de trois genres, deux se trouvent chez Diomède : les genres de qualité et de longueur, et deux autres dans l’extrait grammatical, chez Proclus et dans les scolies de Londres : les genres d’intensité et de qualité. Cependant, le terme antherós, qui semble déplacé chez Diomède, ne peut provenir d’un exposé des genres de longueur, mais seulement d’un exposé des genres d’intensité. Par conséquent, on pourrait supposer que la leçon de Diomède sur les kharaktêres soit le résultat (direct ou indirect ?) de la contamination de deux autres leçons : l’une sur les genres de longueur, dont Diomède aurait gardé les trois termes spécifiques : makrós, brakhýs et mésos, et l’autre sur les genres d’intensité, dont il aurait conservé le terme spécifique antherós et le générique kharaktêres. On pourrait dès lors supposer qu’il a existé un texte où les trois groupes de trois genres se trouvaient déjà réunis : 1) les genres de qualité : dramatikós, exegetikós et miktós, 2) de longueur : makrós, brakhýs et mésos, 3) d’intensité : hadrós, iskhnós et mésos et aussi antherós, et qu’il y a eu ensuite la contamination des termes des deux derniers groupes, ce qui aurait entraîné, d’un côté, le rajout d’antherós, mis de pair avec makrós, brakhýs et mésos, et la désignation de tous ces genres par kharaktêres. On n’est pas en mesure de supposer toutefois que la contamination — si jamais elle a eu lieu — ait été causée par Diomède lui-même, puisqu’elle aurait pu lui parvenir déjà complétée. Quoi qu’il en soit, cette supposition permet de conclure que Fortunatianus n’a pas été le seul à réunir dans une même leçon les trois groupes de trois genres.

II Un texte de poétique

22En dépit des ressemblances nombreuses et importantes entre Fortunatianus et les quatre textes, une différence remarquable subsiste : le premier fait un exposé sur les genres primaires du discours oratoire, tandis que les autres parlent des genres de poèmes :

23 Diomède appelle les genres de qualité poematos genera « genres de poème », et les genres de longueur, poematos kharaktêres « caractères de poème » ;

24 l’extrait grammatical appelle les genres d’intensité poematum uersificationes « façons de mettre en vers », et les genres de qualité, poeseos genera « genres de poésie » ;

25 Proclus parle d’abord des qualités de la prose et du poème, mais ensuite il passe à l’exposé des parties de la poietiké « poétique », lesquelles peuvent être rapprochées des genres de qualité ;

26 les scolies de Londres appellent les genres d’intensité poiématos plásmata « modèles de poème », et les genres de qualité poiéseos kharaktêres « caractères de poésie ».

27De plus, l’exposé de Fortunatianus appartient à un contexte rhétorique, tandis que celui des quatre textes fait partie d’un exposé majeur sur la poétique :

28 Diomède, lorsqu’il expose les genres de poème, c’est-à-dire les genres de qualité, en distingue les formes : 1) du dramatikón ou mimetikón les formes sont, chez les Grecs, la tragica, comica, satyrica, mimica, et chez les Romains la praetexta, tabernaria, Atellana, planipes ; 2) de l’exegetikón ou apaggeltikón les formes sont l’aggeltiké, historiké, didaskaliké ; 3) du koinón les formes sont la heroica et lyrica (GL I, 482, 26-483, 26). Ensuite il passe à l’exposé des formes, ou plus exactement des carmina : epos (GL I, 483, 27-484, 17), elegia (GL I, 484, 17-485, 10), iambus (GL I, 485, 11-29), satira (GL I, 485, 30-486, 16), bucolica (GL I, 486, 17-487, 10), tragoedia (GL I, 487, 11-488, 2), comoedia (GL I, 488, 3-491, 2 ; 491, 20-492, 14), satyrica (GL I, 491, 3-12), mimus (GL I, 491, 13-9) ;

29 dans l’extrait grammatical, le passage de l’exposé des genres à celui des formes est fragmentaire ; dans ce qui en reste, pourtant, il y a la mention des noms de quelques formes : lyrica, tragoedia, satyrica, praetexta, comoedia, tabernaria, Atellana, Rhintonica, mimica (GL VI, 274, 6-9) ;

30 Proclus, lorsqu’il expose les parties de la poétique, c’est-à-dire les genres de qualité, en distingue les formes : du diegematikón, l’épos et íambos et aussi l’elegeía et mélos ; du mimetikón, la tragoidía, sátyroi, komoidía. Ensuite il passe à l’exposé des formes. Alors il explique l’épos (13-23), l’elegeía (24-27), l’íambos (28-31), la meliké, et cette dernière, à son tour, est divisée en de nombreuses parties différentes (32-33) : a) en l’honneur des dieux (34) : hýmnos (38-9), prosódion (40), paián (41), dithýrambos (42-43), nómos (44-52), adonídia (53), ióbakkhos (54), hypórkhema (55-6) ; b) en l’honneur des hommes (35) : epínikos (57), skólion (58-60), erotiká (61), epithalámia (62), hyménaios (63-65), síllos (66), thrênos (67), epikédeion (67) ; c) en l’honneur des dieux et des hommes (36) : parthénia (68), daphnephoriká (69-78), tripodephoriká (79-86), oskhoporiká (87-92), euktiká (93) ; d) pour des occasions fortuites, ce qui n’est pas à proprement parler une forme de la meliké (37) : pragmatiká (94), emporiká (95), apostoliká (96), gnomologiká (97), georgiká (98), epistaltiká (99) ;

31 les scolies de Londres, lorsqu’elles exposent les caractères de poésie, c’est-à-dire les genres de qualité, en distinguent les eíde : 1) du dramatikós et miktós, l’epikón, elegeiakón, iambikón, melikón ; 2) du dramatikós, le tragikón, komikón, satyrikón (GG I / III, 450, 8-9). Ensuite le scoliaste passe à l’exposé des eíde ; alors il explique 1) les eíde du mélos : apostolikòn mélos, gnomologikón, Ióbakkhon mélos, Daphnephorikón, tripodehorikón, oskhophorikón, hyménaios, epikédeion, embatérion, egkómion, erotikón, proseuktikón, paroínion, sýntagma, hýmnos, egkómion, epiníkios, paián, skolión, prosodión, dithýrambos, síllos, thrênos, hypókhrema, rhythmós, prólogos, rhêsis, amoibé, ággelos, skeniké, koúrisma, sálpigx, skopós, khorós ; 2) la tragoidía (GG I / III, 450, 10-452, 14).

32Enfin, dans trois des quatre textes, l’exposé des genres de poèmes est précédé de la distinction entre poème, poésie, poétique, poète, d’après laquelle le poème est la partie et la poésie est le tout :

  • Diomède définit poetica, poesis, poema : poema est une partie d’un ouvrage, alors que poesis désigne l’ensemble et le corps de l’ouvrage entier (GL I, 473, 16-20) ;

  • l’extrait grammatical définit poema, poesis, poetice, en considérant poesis comme une suite de poemata (GL VI, 274, 2-4) ;

  • les scolies de Londres définissent poietiké, poietés, poíesis, poíema, en précisant que poíema est une partie de la poíesis (GG I / III, 449, 21-6).

33On pourrait signaler encore d’autres ressemblances particulières entre certains des quatre textes, par exemple, entre Diomède et l’extrait grammatical. Ce dernier comprend, en effet, un exposé de la positura « ponctuation » (GL VI, 273, 1-6), chria « chrie » (GL VI, 273, 7-25), poema « poème » (GL VI, 274, 1-9), uersus « vers » (GL VI, 274, 10-20) et accentus « accent » (GL VI, 274, 21 - 275, 9). Or, l’exposé de la chrie est à signaler parce qu’il ne se lit dans aucun autre texte grammatical latin, sauf justement dans l’Art grammatical de Diomède (GL I, 310, 1-29). Les personnages des chries citées par celui-ci sont d’ailleurs Caton (deux fois), Virgile, Démosthène, le philosophe cynique Diogène ; ceux de l’extrait grammatical sont le philosophe cynique Diogène (deux fois), Titus Génétius, Caton, le philosophe cynique Antisthène et le philosophe cyrénaïque Aristippe, Achille. De plus, tous deux, après avoir exposé les genres et espèces de poèmes, traitent des mètres poétiques. Diomède définit metrum et uersus « mètre et vers » (GL I, 494, 3-11 ; cf. 474, 1-28) et ensuite distingue neuf formes de mètres primaires : d’abord, la dactylica et iambica, ensuite, la trochaica, anapaestica, antispastica, choriambica, duae ionicae, paeonica (GL I, 501, 16-20 ; cf. 494, 12-500, 18 ; 502, 29-506, 13) ; l’extrait grammatical, à son tour, définit uersus et ensuite passe en revue neuf genera uersuum : epos, iambicon, trochaion, anapaesticon, antispasticon, choriambicon, ionicon apò méizonos, ionicon ap’elássonos, paeonicon (GL VI, 274, 10-20). Cependant, les ressemblances génériques signalées plus haut entre les quatre textes semblent suffire pour conclure que ceux-ci obéissent à la même division :

  • 1ère partie : distinction entre poésie, poème, poétique, poète, d’après laquelle le poème est la partie, et la poésie est l’ensemble ;

  • 2e partie : exposé des genres de poèmes : a) genres d’intensité, b) genres de qualité, c) genres de longueur ;

  • 3e partie : exposé des formes de poèmes, où l’on raconte l’origine des formes.

34Par conséquent, serait-il possible que le texte, où l’on a supposé plus haut que les trois groupes de trois genres se trouvaient déjà réunis, ait été un traité de poétique ? Si c’est le cas, il faut revenir à Fortunatianus pour en souligner une autre particularité, voire une innovation. Car, si Fortunatianus n’a pas été le seul ni le premier à avoir exposé ensemble les trois groupes de trois genres, il pourrait bien être le premier à les avoir regroupés dans un texte de rhétorique et non de poétique. De la sorte, la question de l’originalité de Fortunatianus demeure entière, mais se présente maintenant sous un nouvel angle.

III Un autre problème : entre rhétorique et poétique

35Plutôt que de déterminer s’il s’agit vraiment d’une innovation, il faut noter que l’exposé composite des trois groupes de trois genres s’accorde parfaitement avec un contexte poétique, mais pas tellement avec un contexte rhétorique. Fortunatianus, comme on le sait, n’associe pas de manière particulière les genres primaires du discours oratoire à des poèmes ou au discours oratoire. Pour d’autres auteurs, cependant, les genres de quantité et de longueur s’emploient de façon systématique dans l’exposé des poèmes aussi bien que dans celui du discours oratoire, les genres de qualité s’y employant toutefois de façon complète dans l’un, mais incomplète dans l’autre.

  • 10 Lorsqu’il compare poètes et prosateurs, Denys d’Halicarnasse emploie côte à côte des termes divers  (...)
  • 11 Du point de vue des parties de l’élocution (Composition 1, 9-10), Denys d’Halicarnasse dit que, bie (...)

36Quant aux genres de quantité, Denys d’Halicarnasse et le Pseudo-Longin, par exemple, s’en servent aussi bien quand ils parlent de poètes que de prosateurs, qu’il s’agisse d’orateurs, d’historiens ou de philosophes. Denys d’Halicarnasse, dans le De l’agencement des mots, compare l’élocution en mètre à l’élocution sans mètre10 sous divers aspects11, afin de montrer comment le discours en prose est capable de ressembler au poétique et comment ce dernier est capable de se rapprocher du premier (1, 13 ; 20, 25 ; 25, 1), ce qu’il fait aux chapitres 25 et 26. Tout au long de sa démonstration, Denys distingue toutefois trois kharaktêres « caractères », ou plutôt, trois harmoníai « harmonies », lesquelles peuvent être comparées aux genres de quantité de Fortunatianus. Il illustre chacune de ces harmonies aussi bien par des poètes que par des prosateurs, c’est-à-dire orateurs, historiens et philosophes :

37 l’harmonie austère, par Antimaque de Colophon et Empédocle d’Agrigente pour la poésie épique, par Pindare pour la poésie lyrique, par Eschyle pour la tragédie, et aussi par Thucydide pour l’histoire, Antiphon pour les discours civils (22, 7 ; cf. 22, 10) ;

38 l’harmonie ciselée, par Hésiode parmi les poètes épiques, par Sappho, Anacréon et Simonide parmi les poètes lyriques, par Euripide parmi les tragédiens, par Éphore et Théopompe parmi les historiens, par Isocrate parmi les orateurs (23, 9 ; cf. 23, 10) ;

39 l’harmonie moyenne, tout d’abord, par Homère ; puis, par Stésichore et Alcée parmi les poètes lyriques, par Sophocle parmi les tragédiens, par Hérodote parmi les historiens, par Démosthène parmi les orateurs, par Démocrite parmi les philosophes de même que par Platon et Aristote (24, 5).

  • 12 Du sublime, texte établi et traduit par H. Lebègue, Paris, Les Belles Lettres, 1939.
  • 13 Lorsqu’il compare poètes et prosateurs, le Pseudo-Longin emploie tantôt les termes poietés et syggr (...)
  • 14 Quant à l’emploi des images (15), le Pseudo-Longin nous rappelle qu’en poésie leur but est l’étonne (...)

40Le Pseudo-Longin12, à son tour, examine seulement le sublime (cf. 1, 2 : hýpsos), lequel peut être comparé au premier des genres de quantité chez Fortunatianus, c’est-à-dire au hadrón « ample ». Il suppose que c’est grâce à lui seul que poètes et prosateurs se distinguent (1, 3). Dans le but de montrer comment les uns et les autres y parviennent, il expose les cinq sources d’où dérive le sublime (8, 1). Il compare donc poètes et prosateurs13 sous divers aspects14, pour donner des exemples du sublime. Ainsi, il conseille à celui qui s’applique à parvenir au sublime et à la grandeur de se figurer par son esprit ce que, à sa place, auraient dit Homère, Platon, Démosthène ou Thucydide (14, 1), c’est-à-dire les plus sublimes et les plus grands dans la poésie, la philosophie, l’art oratoire et l’histoire. De même, lorsqu’il montre que la grandeur, qui commet des fautes ici et là, est préférable à la retenue, qui est correcte en tout, le Pseudo-Longin cite l’exemple d’Homère, qui, tout en commettant parfois des fautes, vaut mieux qu’Apollonios, qui ne trébuche jamais (33, 4), et l’exemple de Démosthène, qui vaut mieux qu’Hypéride (34) et celui de Platon, qui vaut mieux que Lysias (35, 1). Bref, il donne des exemples de la question au moyen d’un poète, d’un orateur et d’un philosophe (36, 2).

  • 15 Scholia in Theocritum, texte établi par K. Wendel, Leipzig, Teubner, 1914.
  • 16 Probus, Qui, dicitur in Vergilii Bucolica et Georgica commentarius. Seruii grammatici qui feruntur (...)
  • 17 Servius, In Vergilii Bucolicon librum commentarius. Seruii grammatici qui feruntur in Vergilii carm (...)

41Les genres de qualité, à leur tour, font d’habitude partie de l’exposé sur les genres poétiques, mais pas de celui sur le discours oratoire. Parfois, ils se répartissent entre les genres poétiques ; par exemple, dans le livre III de la République de Platon, où Socrate illustre le récit fait au moyen de l’imitation par les genres dramatiques, la tragédie et la comédie ; le discours fait au moyen de l’énoncé du poète seul, par le dithyrambe, et le récit fait au moyen des deux, par la poésie épique (394b-c). Parfois, cependant, les trois genres de qualité sont regroupés dans un seul genre poétique, notamment dans le genre bucolique. En effet, les scolies de Théocrite15 enseignent que la poésie toute entière contient trois kharaktêres « caractères » et que le genre bucolique est à lui seul le mélange de tous les genres de poésie, étant plus charmant en raison de la diversité de la fusion des genres, composé tantôt du narratif, tantôt du dramatique, tantôt du mixte (« Proleg. » D). De même, lorsqu’ils analysent les Bucoliques de Virgile, aussi bien Probus que Servius remarquent que les trois kharaktêres s’y trouvent réunis. Plus précisément, Probus16 dit que la poésie toute entière contient trois kharaktêres et que Virgile a employé tous les genres dans les Bucoliques, à savoir : le dramatique dans la première, le narratif dans la quatrième, le mixte dans la sixième (III, 329, 10-16). La leçon de Servius17 revient pour ainsi dire au même, si ce n’est par l’exemple qu’il donne du caractère mixte : non pas la sixième, mais la dixième bucolique (III, 29, 18-30, 5).

  • 18 Doxopatrès, Rhetorikaì homilíai eis tà toû Aphthoníou progymnásmata, II, texte établi par C. Walz, (...)

42Aucun auteur, ni grec ni latin, n’emploie cependant les genres de qualité dans le cadre d’un exposé sur le discours oratoire, à l’exception d’un seul : Doxopatrès18, qui interprète le passage où Aphthonios divise le récit en trois, à savoir : en dramatikón, historikón, politikón « dramatique, historique, civil » (RhG II 199, 3-208, 20). Il soutient que dans le récit historique les choses ne sont pas toujours dites par l’auteur lui-même, mais en partie par lui, en partie par les personnages. Il illustre la question par le livre I de Thucydide, où tantôt l’auteur raconte lui-même ce qui s’est passé dans l’affaire d’Épidamnos (I, 24-30) et tantôt rapporte la déclaration des habitants de Corcyre aux Athéniens (I, 32-36). Ensuite, Doxopatrès nous rappelle que Thucydide n’introduit pas des personnages qui prennent directement la parole, comme chez Euripide et Sophocle, mais que c’est Thucydide lui-même qui rapporte leurs propos. Enfin, il rapproche le récit historique du récit civil (RG II 203, 23-204, 11). En d’autres mots, dans le récit historique ou civil, on emploie tantôt le genre narratif, où l’auteur raconte lui-même ce qui s’est passé, tantôt le genre mixte, où l’auteur rapporte ce que les personnages ont dit ; alors que dans la tragédie, on emploie le genre dramatique, où les personnages sont introduits en prennant directement la parole. En effet, dans le récit civil, c’est-à-dire le discours oratoire, le genre narratif est employé d’un bout à l’autre, dans le récit du Pour le poète Archias de Cicéron, où l’orateur raconte lui-même comment Archias est venu à Rome et ensuite y a obtenu le droit de cité (3, 4-4, 7). Le genre mixte, à son tour, est employé dans le récit du Sur le meurtre d’Ératosthène de Lysias (6-26), où Euphilètos introduit le discours des personnages : ce qui lui a été dit par sa femme (12), ce qui lui a été dit par une vieille femme (15-16), ce qu’il a demandé lui-même à une domestique (18), ce qui lui a été répondu par celle-ci (21), ce qu’il a dit lui-même à Ératosthène (26). Toutefois, le genre dramatique n’est pas usuel dans le discours oratoire.

43En résumé, tandis que les genres de quantité et de longueur sont utilisés aussi bien dans l’exposé des poèmes que dans celui du discours oratoire, les genres de qualité, au contraire, sont d’habitude utilisés dans l’exposé des poèmes et exceptionnellement dans l’exposé de Doxopatrès sur le récit civil. Car les différentes formes de poèmes peuvent parfaitement être rapprochées des genres de qualité, mais le discours oratoire ne le peut être qu’imparfaitement, puisqu’il n’admet que deux des trois genres de qualité. De telles différences servent à renforcer l’hypothèse selon laquelle l’exposé composite des trois groupes de trois genres chez Fortunatianus provient d’un traité de poétique, qui ne s’adapte que partiellement au but du Rhéteur, c’est-à-dire, à l’exposé sur les genres primaires du discours oratoire.

Haut de page

Notes

1 A. Reuter, « Untersuchungen zu den römishen Technographen Fortunatian, Julius Victor, Capella und Sulpitius Victor », Hermes 28 (1893), p. 118.

2 G. A. Kennedy, A New History of Classical Rhetoric, Princeton, Princeton University Press, 1994, p. 276.

3 J. Martin, Antike Rhetorik, Technik und Methode, Munich, Beck, 1974, p. 329-346.

4 Dans son édition de Fortunatianus, Ars rhetorica, Bologne, Pàtron, 1979, p. 446.

5 K. C. Münscher, « Chirius Fortunatianus », RE VII, 1, p. 51

6 I. L. Garbellini, Tradução e comentário da Arte retórica de Consultus Fortunatianus, diss. Université de São Paulo, 2010, p. 53-65.

7 Diomède, Artis grammaticae libri III, Grammatici Latini, I, texte établi par H. Keil, Hildesheim, Olms, 2002, p. 297-529 ; Excerpta, Grammatici Latini, VI, texte établi par H. Keil, Hildesheim, Olms, 2002, p. 273, l.1-p. 275, l.9 ; Proclus, Crestomazia, texte établi et traduit par D. Ferrante, Naples, Armanni, 1957 ; Scholia Londinensia, Grammatici Graeci, I, 3, texte établi par A. Hilgard, Leipzig, Teubner, 1901, p. 442, l. 22-p. 565, l. 10.

8 Je ne m’attarde pas au problème des termes grecs utilisés pour chaque groupe de genres : posótes, poiótes, pelikótes « quantité, qualité, longueur », que j’ai examiné ailleurs (M. Martinho, As Epístolas de Horácio e a confecção de uma ars dictaminis : o opus, diss. Université de São Paulo, 1997, p. 142). Cf. J. M. FAdamietz, Quintiliani Institutionis oratoriae liber III, Munich, Wilhelm Fink Verlag, 1966, p. 124, qui établit un parallèle avec Quintilien (VII, 4, 16), et L. Calboli Montefusco, op. cit., p. 446, qui en suggère un autre avec Syrianos (I, 98, 21) et Phoebamon (XIV, 376, 15).

9 Prodicos, Die Fragmente der Vorsokratiker, II, texte établi par H. Diels, Berlin, Weidmann, 1906-1910, p. 308-319.

10 Lorsqu’il compare poètes et prosateurs, Denys d’Halicarnasse emploie côte à côte des termes divers ; par exemple, les termes poietés, syggrapheús, philósophos, rhétor « poète, historien, philosophe, orateur » (3, 2 ; 4, 13 ; 5, 12), ou encore, d’un côté les termes poietikós, poíema, métron, émmetros, mélos, mousiké « poétique, poème, mètre, métrifié, en mètre, melodie, musique », et de l’autre, les termes apoíetos, ámetros, pezè léxis, pezòs lógos, lógos, logiké, diálektos « non poétique, sans mètre, élocution pédestre, discours pédestre, prose, prosaïque, langage prosaïque » (1, 13 ; 3, 1.5 ; 4, 1.7.14 ; 10, 2 ; 11, 3.24 ; 18, 2 ; 19, 2-9 ; 20, 25 ; 21, 2 ; 25, 1).

11 Du point de vue des parties de l’élocution (Composition 1, 9-10), Denys d’Halicarnasse dit que, bien que les mots employés dans l’élocution avec mètre et dans l’élocution sans mètre soient les mêmes, ce qui distingue les poètes, historiens, philosophes et orateurs, ce n’est pas l’eklogé « choix de mots », mais la sýnthesis « agencement de mots » (Composition 3, 1-2.5 ; 4, 1.7 ; 5, 12 ; 21, 2). De même, du point de vue du but du discours (Composition 10, 1), il dit que les poètes et aussi les prosateurs envisagent le plaisant et le beau (Composition 10, 2 ; 11, 3) et montre ensuite comment les uns et les autres essaient d’y parvenir au moyen du rythme (Composition 11, 22-24 ; cf. 18, 2) ou de la variation (Composition 19, 2.9).

12 Du sublime, texte établi et traduit par H. Lebègue, Paris, Les Belles Lettres, 1939.

13 Lorsqu’il compare poètes et prosateurs, le Pseudo-Longin emploie tantôt les termes poietés et syggrapheús « poète et prosateur » (1, 3 ; 40, 2), tantôt les termes poíema et lógos « poème et prose » (7, 1 ; 33, 1) et tantôt, d’autres termes (15, 2).

14 Quant à l’emploi des images (15), le Pseudo-Longin nous rappelle qu’en poésie leur but est l’étonnement et dans le discours oratoire, l’évidence (15, 2). Quant aux fautes dans la composition (33-35), il montre qu’aussi bien dans les poèmes que dans le discours oratoire, la grandeur qui commet des fautes ici et là vaut mieux que la retenue qui est correcte en tout (33, 1). Quant à l’agencement des mots, il en souligne l’importance en disant que c’est grâce à elle si plusieurs prosateurs et poètes ont atteint l’ampleur et la distinction (40, 2).

15 Scholia in Theocritum, texte établi par K. Wendel, Leipzig, Teubner, 1914.

16 Probus, Qui, dicitur in Vergilii Bucolica et Georgica commentarius. Seruii grammatici qui feruntur in Vergilii carmina commentarii, III, 2, texte établi par G. Thilo & H. Hagen, Hildesheim, Olms, 1986, p. 323-387.

17 Servius, In Vergilii Bucolicon librum commentarius. Seruii grammatici qui feruntur in Vergilii carmina commentarii, III, 1, texte établi par G. Thilo & H. Hagen, Hildesheim, Olms, 1986, p. 1-127.

18 Doxopatrès, Rhetorikaì homilíai eis tà toû Aphthoníou progymnásmata, II, texte établi par C. Walz, Osnabrück, Otto Zeller, 1968, p. 81-564.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcos Martinho, « L’exposé des genera principalia orationis de Fortunatianus (III, 9) », Cahiers des études anciennes, L | 2013, 203-221.

Référence électronique

Marcos Martinho, « L’exposé des genera principalia orationis de Fortunatianus (III, 9) », Cahiers des études anciennes [En ligne], L | 2013, mis en ligne le 20 août 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/586

Haut de page

Auteur

Marcos Martinho

Université de São Paulo

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org