Navigation – Plan du site

La prédication augustinienne et les relations pagano-chrétiennes durant l’Antiquité tardive 1

Steeve Bélanger

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article est une version révisée et augmentée d’une communication prononcée lors du Colloque sur (...)
  • 2 H.-I. Marrou, Saint Augustin et l’augustinisme, Paris, Seuil, c2003, p. 13.

1 Les IVe et Ve siècles furent une période de grands changements sociaux, politiques, économiques et surtout religieux pour l’Empire romain. « Âge d’or » des Pères de l’Église, cette époque vit le christianisme, désormais protégé par l’autorité impériale, « s’épanouir démographiquement, socialement, spiri-tuellement et intellectuellement »2. Cet essor fut favorisé par nombre de grands penseurs dont l’influence se fit sentir dans différentes sphères de la société romaine. Parmi ceux-ci, Augustin occupe une place privilégiée en raison de l’impact considérable qu’il eut sur la civilisation occidentale.

  • 3 Dans ses Retractionnes, Augustin mentionne avoir rédigé 93 ouvrages, ce qui représente près de 250 (...)
  • 4 Pour illustrer le foisonnement de la recherche augustinienne, mentionnons, à titre d’exemple, que l (...)
  • 5 Ce programme de recherche, dirigé par Mme Anne Pasquier, professeur titulaire à la Faculté de théol (...)

2 Il est vrai que ce dernier nous a légué une œuvre considérable3. Devant l’immensité de celle-ci, son biographe, Possidius, prétendait qu’une vie entière ne pouvait suffire à l’aborder dans son ensemble. S’il est vrai que l’évêque d’Hippone eut une plume prolifique, l’étude de ses écrits suscita, par la suite, une littérature critique contemporaine tout aussi abondante4. Loin de s’avérer stagnante, la recherche augustinienne connaît depuis quelques années un renouveau considérable grâce à la découverte d’un certain nombre de manuscrits. Ces récentes découvertes, accroissant l’engouement des spécialistes, ont permis d’aborder de nouvelles perspectives d’investigation. Profitant de cette vague, un récent programme de recherche, abordant les relations pagano-chrétiennes aux IVe et Ve siècles dans une perspective intergroupale, a été élaboré à la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université Laval5. Ce programme, qui sera présenté un peu plus loin, désire s’inscrire dans le vent nouveau qui souffle actuellement sur la recherche augustinienne.

Le renouveau de la recherche augustinienne : deux découvertes majeures

  • 6 Les manuscrits comprenaient 31 lettres dont 30 ont été écrites par Augustin. 29 d’entre elles furen (...)
  • 7 J. Divjak découvrit deux manuscrits renfermant ces lettres inédites : le premier fut trouvé à Marse (...)
  • 8 Alors que 29 Lettres furent publiées, 27 d’entre elles s’avérèrent véritablement inédites. En effet (...)
  • 9 P.-H. Poirier, « Chronique », Laval Théologique et Philosophique, vol. 45, nº 2 (juin 1989), p. 318

3 C’est en 1975 que la recherche augustinienne prit un nouvel essor lorsque Johannes Divjak découvrit 30 lettres attribuées à Augustin6. Découvertes dans des manuscrits datant du XVe siècle, elles font référence à des événements dramatiques survenus entre 412 et 430 en Afrique du Nord et ailleurs et sur lesquels nous avions peu de renseignements7. Parmi celles-ci, 27 étaient inédites, ce qui suscita un vif enthousiasme de la part des spécialistes d’Augustin et de l’Afrique romaine8. Cette découverte alimenta la recherche augustinienne durant plusieurs années, car « la richesse de ces pages, pleines de fraîcheur et d’inattendu, justifie largement la curiosité scientifique dont elle continue de faire l’objet » 9.

  • 10 G. List - G. Powitz, Die Handschriften der Stadtbibliothek Mainz, Band I, Hs I 1 – Hs I 150, Wiesba (...)
  • 11 F. Dolbeau, « Le sermonnaire augustinien de Mayence (Mainz Stadtbibliothek I 9) : Analyse et Histoi (...)
  • 12 Pour plus de détails sur le sermonnaire, voir ibidem, p. 5-52.
  • 13 En plus des sermons de saint Augustin, le manuscrit comprend également un sermon de Césaire d’Arles (...)
  • 14 Cet ouvrage est d’un intérêt considérable, car dans ses Retractionnes, Augustin, qui désirait revoi (...)
  • 15 Les sermons découverts furent réunis dans Augustin d’Hippone, Vingt-six sermons au peuple d’Afrique(...)

4 Quinze ans plus tard, ce fut au tour de François Dolbeau de faire une découverte surprenante grâce à la publication d’un catalogue de la Stadtbibliothek de Mayence (Mainz, Stadtbibliothek I 9)10. Qualifié d’excep-tionnel, ce manuscrit de la seconde moitié du XVe siècle contient une série de textes peu connus, voire inédits d’Augustin. D’abord propriété de la communauté des chartreux de Saint-Michel de Mayence, où il fut réuni pour la première fois, ce sermonnaire fut ensuite cédé à l’université locale en 1781. Selon F. Dolbeau, le sermonnaire résulte de l’union de deux collections de sermons ayant circulé distinctement, soit Mayence-Lorch et Mayence-Grande-Chartreuse. La collection Mayence-Lorch regroupe une série de sermons prêchés par Augustin, principalement entre 403 et 404, hors d’Hippone, et dont les thématiques centrales sont la conversion des païens et le ralliement des donatistes11. Les sermons de la seconde série, Mayence-Grande-Chartreuse, s’apparentent par leurs thématiques à une série de prédications augustiniennes prononcées à Carthage vers 397 ainsi qu’à certains sermons plus tardifs exposant l’erreur du mouvement pélagien12. Cette découverte est d’autant plus intéressante que sur les 62 sermons augustiniens que renferme le manuscrit, 26 étaient partiellement ou complètement inédits13. Leur authenticité a pu être établie par F. Dolbeau grâce à leur comparaison avec différentes collections de sermons augustiniens déjà publiées et d’autres œuvres anciennes, telles que l’Indiculum de Possidius où le biographe dresse une liste des livres, lettres et sermons rédigés par Augustin14. Publiés de manière éparse dans différentes revues scientifiques entre 1991 et 1994, les sermons inédits furent regroupés en un volume en 1996 dont la parution ouvrit un immense chantier de traduction et d’édition critique15. Parallèlement, s’amorça une série d’analyses qui permit d’approfondir nos connaissances, en particulier sur la vie et la pensée de saint Augustin de même que sur les communautés chrétiennes d’Afrique du Nord et leurs interactions avec la société contemporaine.

  • 16 Augustin Prédicateur (395-411). Actes du Colloque International de Chantilly (5-7 septembre 1996), (...)

5 Dès le début des années 1990, le sermonnaire attisa l’intérêt général et engendra la publication de nombreux articles et comptes rendus dans diverses revues spécialisées. En 1996, un colloque multidisciplinaire réunit plusieurs spécialistes qui ont commenté les Sermons Dolbeau sous divers angles d’approche : archéologie, histoire économique et sociale, conception du monde et du pouvoir, exégèse et liturgie, pastorale à l’égard des païens, théologie, et autres16. La variété des perspectives abordées lors de ce colloque illustre l’étendue du renouvellement que connaît présentement la recherche augustinienne et la nécessité ressentie de revisiter l’œuvre de l’évêque d’Hippone.

  • 17 Pour une recension bibliographique de publications intégrant les Sermons Dolbeau dans leur analyse, (...)
  • 18 P. Brown, La vie de saint Augustin, Nouvelle édition augmentée, Paris, Seuil, c2001.
  • 19 S. Lancel, op. cit.
  • 20 La méthode de l’auteur, outre l’étude intratextuelle de repères spatio-temporels, repose sur une co (...)
  • 21 Aux IVe et Ve siècles, en plus des prérogatives dues à sa fonction, l’évêque acquiert un rôle tempo (...)

6 L’étude de la vie, de l’œuvre et de la période de saint Augustin suppose désormais l’intégration de ces dernières découvertes17. Par conséquent, les biographies, entre autres celle de Peter Brown18 et de Serge Lancel19, ont-elles été révisées, confirmant l’importance de l’éclairage nouveau qu’apportent les Sermons Dolbeau sur Augustin, sur le christianisme et sur la société tardo-antique. Répondant à l’appel lancé par Dolbeau lors du colloque de Chantilly, Pierre-Marie Hombert entreprit une révision chronologique des sermons augustiniens. Il réalisa par la suite que l’enquête pourrait aboutir à de solides conclusions si elle était élargie à l’ensemble des œuvres d’Augustin, travail qui n’avait pas été réalisé depuis le XVIIe siècle. Cette recherche lui permit de publier en 2000 un imposant volume devenu une référence incontournable en la matière20. Cette révision a entre autres permis de préciser les déplacements d’Augustin à l’intérieur de l’Afrique du Nord et de reconsidérer, parfois de façon importante, la datation de certains de ses écrits. Ces exemples montrent à quel point la découverte et la publication des Lettres Divjak et des Sermons Dolbeau furent un véritable stimulant pour la recherche et permirent de compléter nos connaissances sur la pensée théologique et doctrinale d’Augustin tout en offrant l’opportunité de jeter un regard nouveau sur son activité régulière, tout particulièrement sur sa prédication21.

La prédication augustinienne : une fenêtre ouverte sur les identités réciproques

  • 22 G. Madec, « Augustin évêque », dans Augustin Prédicateur, p. 16.
  • 23 K. J. Coyle, « The Self-identity of North African Christians in Augustine’s Time », dans Augustinus (...)

7 Le chantier ouvert par la découverte de F. Dolbeau est loin d’avoir épuisé le potentiel et la gamme d’informations que renferment ces sermons. Comme le souligne à juste titre Goulven Madec, la découverte de ces sermons est « une puissante incitation à […] se recentrer sur l’activité et l’enseignement ordinaire de l’évêque : la liturgie, la prédication, la concertation pastorale ; autrement dit pour se livrer à une étude fondamentale de cet “ extraordinaire monument de littérature orale ” » 22. Dans cette optique, le concept identitaire se révèle une perspective novatrice pour étudier la prédication augustinienne, d’autant plus que celle-ci constitue une véritable fenêtre ouverte sur la réalité vécue des communautés chrétiennes et sur l’interaction de ces dernières avec la société ambiante. Or, une récente étude a montré que l’identité religieuse dans l’Antiquité fut peu abordée par la recherche et souvent mal comprise, justifiant le besoin d’aborder la question des interactions du Soi et de l’Autre dans la construction des identités réciproques23. La prédication augustinienne, parfois laissée dans l’ombre des grandes œuvres théologiques d’Augustin alors qu’elle y est intimement liée, représente un terreau fertile pour pénétrer au cœur de ces identités.

  • 24 La prédication et la rédaction de grands traités théologiques et doctrinaux sont intimement liées c (...)
  • 25 F. van der Meer, Saint Augustin, pasteur d’âmes, Paris-Colmar, Éditions Alsatia, 1955.
  • 26 Certains spécialistes évaluent ce nombre à près de 800 sermons. A. Mandouze et D. Doucet, « Augusti (...)
  • 27 La qualité oratoire du prédicateur, telle que celle dont faisait montre Augustin, attirait souvent (...)
  • 28 H.-I. Marrou, L’Église de l’Antiquité tardive (303-604), Paris, Seuil, 1985, p. 94

8 En effet, bien qu’Augustin ait énormément écrit, il a d’abord et avant tout beaucoup prêché24. Entre 391 et 426, son rôle de prédicateur, de « pasteur d’âmes » pour reprendre le titre de l’ouvrage de Frederik van der Meer25, occupa une part importante de son activité épiscopale et les spécialistes s’entendent pour dire que les quelque 400 sermons préservés ne représentent qu’une fraction de ceux qui furent prononcés26. À une époque de culture orale, la prédication constituait toujours le moyen privilégié par l’épiscopat pour instruire les ouailles, dont bon nombre étaient illettrés, de même que pour rejoindre un large éventail de la population27. Par ailleurs, comme l’a souligné Henri-Irénée Marrou, « [en ce temps-là], […] la parole humaine [conservait] sa prédominance traditionnelle sur l’écrit »28, ce qui assura à la prédication chrétienne un rôle de premier plan dans le processus de christianisation de l’Empire romain.

  • 29 G. Madec, loc. cit., p. 16.

9 À travers les sermons d’Augustin, nous voyons un évêque à l’œuvre au sein de sa communauté et lors de véritables tournées de prédication où ses coreligionnaires le priaient instamment de venir s’adresser aux fidèles29. Par ailleurs, les informations contenues dans ces sermons dépassent le cadre strictement religieux pour nous donner accès à diverses dimensions de l’histoire de l’Afrique romaine, particulièrement celle d’Hippone et de Carthage à laquelle était liée la destinée d’Augustin, des communautés chrétiennes et de leurs divisions internes, des conciles, et plus encore. Or, cette richesse informative se trouve complétée par la récente découverte de F. Dolbeau, notamment en ce qui concerne les relations pagano-chrétiennes et la vision augustinienne du paganisme tardo-antique, thématiques qui rejoignent nos intérêts scientifiques et auxquelles s’intéresse particulièrement ce programme de recherche sur les identités groupales réciproques.

Individus, groupes et société : processus de construction identitaire et d’interactions groupales

  • 30 L’individu appartenait de prime abord à sa famille, ce qui correspondait à son premier niveau référ (...)
  • 31 Le judaïsme de la période du Second Temple constitue un bel exemple d’un groupe comportant des sous (...)

10 Tout au cours de son existence, un individu est appelé à appartenir à divers groupes, que ce soit de façon héréditaire, volontaire ou par contrainte. Cela est d’autant plus vrai durant l’Antiquité où l’individu semble n’exister qu’à travers une série de réalités groupales : la famille, la cité, le groupe socio-politique et économique, le corps de métier, l’association religieuse, etc. Toutefois, pour cet individu, l’affiliation à l’une ou l’autre de ces réalités ne signifiait pas nécessairement et obligatoirement le rejet de ses autres réalités groupales qui pouvaient ou non être complémentaires30. Dans une autre mesure, chaque groupe est susceptible de se subdiviser en sous-groupes qui partagent une définition identitaire globale commune, mais qui se distinguent par certaines conceptions particulières de cette identité31. Dans une telle civilisation qui pense et se définit en fonction de groupes, les relations intergroupales sont alors inévitables.

11 Ainsi, dès les premières expansions géographiques, les Romains entrèrent en relation avec d’autres peuples, d’autres mœurs, d’autres cultures et d’autres croyances. Confrontés au problème des relations intergroupales, ils durent rapidement s’interroger sur la place et le rôle qui leur incombaient à l’intérieur de ce réseau interactionnel, d’autant plus que l’impérialisme romain allait assujettir à leur autorité un vaste territoire et de nombreux peuples. De même, la ville de Rome devint un pôle de convergence et d’interaction de la mosaïque groupale qui caractérisait la diversité de cet Empire. Dans une autre mesure, dès les premiers pas du christianisme, les chrétiens furent à leur tour appelés à interagir avec l’Autre : d’abord avec les Juifs, frères des premières heures, puis avec les Grecs et les Romains. L’expansion rapide que connut le christianisme au sein d’un Empire dominé par des systèmes religieux polythéistes va poser avec plus d’acuité le problème de la vie en société et des rapports pagano-chrétiens. Il est alors intéressant de s’attarder sur les manifestations de ces interactions, ce que nous tenterons de cerner dans une perspective d’identité groupale. Ces relations reposent inévitablement sur la question identitaire puisqu’un groupe ne peut exister sans une certaine définition de lui-même.

  • 32 À l’intérieur d’un ensemble groupal comprenant un certain nombre de sous-groupes, ces positions son (...)

12 Nous avons mentionné que chaque individu se situe en fonction de différents niveaux identitaires, ce qui se révèle également vrai pour le groupe. Cette identité groupale se construit aux niveaux local, régional, social, politique, religieux et autres, lesquels doivent tour à tour être abordés tout comme leurs manifestations propres si elles sont significatives pour le groupe. Par un processus de construction identitaire, le groupe établit d’abord ses limites qui correspondent aux attitudes extrêmes, claires et sans compromis de ses membres et qui déterminent ce qui est accepté ou non en son sein. Ces attitudes touchent tous les domaines de la vie du groupe. Les positions minoritaires ou celles qui sont jugées déviantes, qu’elles soient adoptées par les membres du groupe ou des autres groupes, peuvent alors faire l’objet d’un rejet plus ou moins systématique selon la stabilité identitaire que vit le groupe32. En situation de crise ou de restructuration identitaire, le groupe a souvent recours à ces délimitations internes pour exclure les individus considérés comme marginaux et ainsi assurer la sauvegarde de sa propre identité.

  • 33 Par conséquent, l’identité des chrétiens du Ier siècle est très différente de celle des chrétiens d (...)
  • 34 Selon J. Zumstein, le protestantisme aurait traversé trois principales phases de réflexion sur son (...)

13 De même, cette construction identitaire correspond à la manière dont les membres d’un groupe se définissent en tant que Nous et qui leur permet de se distinguer d’Eux, soit des membres des autres groupes, selon un processus continuel et progressif. En effet, la définition groupale n’est pas fixe, mais évolutive en fonction des besoins et des exigences du groupe et du contexte dans lequel ce dernier s’inscrit33. La quête identitaire d’un groupe n’est jamais terminée et son identité peut, à plusieurs occasions, être remise en cause et par le fait même redéfinie. Selon Jean Zumstein, l’identité protestante est un parfait exemple de cette quête identitaire en constante redéfinition, car celle-ci ne cessa depuis son émergence d’être l’objet d’une réflexion et d’une redéfinition34.

  • 35 Un groupe existe toujours à deux niveaux : le niveau intra-groupal et le niveau extragroupal.

14 Dans une autre mesure, l’autodéfinition identitaire que fait un groupe lui permet d’interagir avec les autres groupes, car sans définition, toute interaction s’avère impossible. On ne peut interagir avec ce qui n’existe pas. Or, pour exister, le groupe a besoin d’avoir une identité qui lui est propre. Une fois qu’un groupe s’est doté d’une identité, il lui est dès lors possible d’entrer en interaction avec l’Autre. Le groupe est alors appelé à définir sa relation avec les autres groupes, tout comme il eut à réfléchir sur celle qui doit exister entre ses propres membres35. Ce contact intergroupal a également pour effet de susciter chez l’Autre une définition, mais également une réflexion sur sa propre identité.

15 En effet, ces interactions reposent sur la perception de Soi, c’est-à-dire sur l’autodéfinition d’un groupe en tant qu’entité distincte des autres groupes, lesquels sont alors considérés comme l’Autre. Cet Autre correspond à la définition donnée par ce premier groupe aux individus situés à l’extérieur de ses limites. Ce processus est évidemment réciproque, car chaque groupe effectue le même processus de construction identitaire : l’un, le Soi, se définit par rapport à l’Autre et, par la même occasion, définit cet Autre par rapport à Soi puis, parallèlement, l’Autre effectue le processus réciproque. Suivant cette logique, on comprend que les relations entre les païens et les chrétiens reposèrent essentiellement sur l’établissement des caractéristiques propres à Soi et à l’Autre. En d’autres termes, que les membres païens et chrétiens de la société romaine eurent à faire une réflexion pour cerner leurs similitudes et leurs différences afin de leur permettre d’interagir par rapport à celles-ci, facilitant par le fait même une cohabitation au sein de l’Empire romain.

Approche pluridisciplinaire d’un phénomène identitaire durant l’Antiquité tardive

  • 36 P. Brown, Pouvoir et persuasion dans l’Antiquité tardive : vers un empire chrétien, Paris, Seuil, 1 (...)

16 Ce processus de construction identitaire du Soi par rapport à l’Autre servira d’axe principal de notre démarche. L’attitude adoptée par l’évêque d’Hippone envers des éléments toujours païens dans un Empire en voie de christianisation repose, dans une perspective groupale, sur ce concept identitaire du Soi par rapport à l’Autre. En effet, le regard que pose Augustin sur sa société permet de comprendre la christianisation de la civilisation gréco-romaine et les relations existantes entre les chrétiens et les derniers païens, notamment en Afrique du Nord. Les études de Peter Brown ont montré qu’une relecture des sources chrétiennes, telles que les sermons et les lettres, donne accès à l’histoire sociale et à l’histoire des mentalités36. Ainsi, les sermons de saint Augustin offrent une vision de l’Afrique romaine en plein processus de christianisation où l’évêque dépeint la réalité à laquelle il se trouve confronté quotidiennement : un paganisme persistant, moins dans sa manifestation publique que privée, des fidèles encore attachés à leurs coutumes ancestrales, une confusion religieuse et intellectuelle, etc. Notre projet a donc l’ambition de faire la recension et l’analyse des différentes thématiques abordées par Augustin à travers le Sermon Dolbeau 26 [M 62] pour décrire la société et les éléments païens présents au sein de sa communauté. Une telle recension sera l’occasion de cerner la perception des chrétiens face à leurs vis-à-vis païens. Réciproquement, une analyse rhétorique nous permettra de mieux saisir la situation de communication où seront nécessairement perceptibles en filigrane les positions païennes.

  • 37 Le Sermon Dolbeau 26, qui appartient à la série Mayence-Lorch, était connu sous une forme fragmenta (...)

17 Le Sermon Dolbeau 26, intitulé Contre les païens, sur le diable, faux médiateur, et sur le Christ vrai médiateur, a été retenu pour cette analyse en raison de l’aspect novateur qu’il apporte à la problématique des relations pagano-chrétiennes tardo-antiques37. Prononcé lors de la fête des Kalendes de janvier 404, ce sermon de 63 chapitres est considéré comme le joyau du sermonnaire de Mayence. Dans un premier temps, il aborde les pratiques païennes ainsi que certaines conceptions philosophico-religieuses du paganisme, puis, dans un deuxième temps, le thème de la présence obligée d’un médiateur entre Dieu et les hommes. Ce sermon revêt une importance particulière puisqu’il fut rédigé après l’interdiction du paganisme (392), législation qui influa incontestablement sur les relations pagano-chrétiennes. Par ailleurs, il constitue un moment charnière de la pensée augustinienne sur le paganisme, car sa rédaction est à situer entre son entrée à l’épiscopat (395) et la composition de la Cité de Dieu (410) qui en reprend même certains passages. Le Sermon Dolbeau 26 représente donc un précieux document pour notre connaissance des relations pagano-chrétiennes et sa récente découverte justifie d’autant plus l’intérêt que nous y portons.

18 De même, la compréhension des étapes de cette construction identitaire du Soi et de l’Autre offre un regard novateur pour l’étude du christianisme ancien et permet de réunir divers domaines de recherche sous une thématique unificatrice. Une approche identitaire, groupale, sociale, religieuse et littéraire servira à mieux comprendre la façon dont un groupe s’auto-définit, se perçoit et, réciproquement, définit et perçoit l’Autre. Seule une démarche pluridisciplinaire permettra de parvenir aux objectifs fixés par le présent programme de recherche.

19 Ce programme se doit d’adopter une démarche pluridisciplinaire puisque les relations pagano-chrétiennes durant l’Antiquité tardive dépassent le cadre strictement religieux. En effet, ces identités réciproques s’expriment tant dans les mentalités, les comportements que la religion, le politique et le langage. Il est vrai qu’à cette époque le politique, le social et le religieux sont indissociables, d’où la complexité de ce genre d’étude identitaire. L’apport littéraire et linguistique, historique, historico-théologique et rhétorique servira à mieux rendre compte des rapports entre les chrétiens et les païens. À notre connaissance, une telle approche n’a pas encore été réalisée et manque à notre compréhension du monde diversifié de cette époque.

20 Il s’agira finalement de comprendre jusqu’à quel point ces groupes désiraient entrer en contact et quelles furent la tolérance et les limites qui permirent ou empêchèrent ces interactions. Nous estimons que les relations pagano-chrétiennes ne furent pas aussi conflictuelles que la littérature le laisse parfois penser. Le groupe chrétien ne rejeta pas en bloc le groupe païen, mais tenta plutôt d’entrer en relation avec lui pour l’amener à se convertir à ses croyances. Réciproquement, le groupe païen fit de même, comme en témoigne l’exemple de l’empereur Sévère Alexandre (222-235) qui, bien que conservateur en matière religieuse, s’avéra ouvert et tolérant face au christianisme. Le dialogue intergroupal fut facilité par le fait que la définition identitaire de chacun de ces groupes reposait sur une culture commune. Par contre, cette culture fut influencée par l’identité de chaque groupe, car l’un comme l’autre prétendait posséder la culture « véritable ». Il est évident que la culture gréco-romaine subit des transformations lors de l’avènement et l’expansion du christianisme, mais elle ne fit toutefois pas l’objet d’un rejet systématique de la part des chrétiens. L’objectif principal de ce programme de recherche est donc de parvenir à une meilleure compréhension de ces interactions entre le Soi et l’Autre à l’intérieur d’une civilisation commune par une approche interdisciplinaire ouvrant sur des perspectives plus globales d’un domaine de recherche.

21 Plus concrètement, certaines balises particulières ont été circonscrites afin de mener à bien ce programme de recherche. (1) Tout d’abord, nous tenterons de contribuer au progrès des connaissances sur la perception de Soi par rapport à l’Autre, dans une perspective identitaire, à l’intérieur des relations pagano-chrétiennes des IVe et Ve siècles et ce, par une étude historique, historico-théologique et linguistique du Sermon Dolbeau 26 [M 62]. L’approche historico-critique permettra de produire une analyse du document à l’étude pour vérifier son contexte de production, son contenu de même que sa situation chronologique dans l’œuvre d’Augustin. (2) Cette étude sera complétée par une analyse de la structure et des stratégies rhétoriques et littéraires employées pour décrire les rapports pagano-chrétiens dans le Sermon Dolbeau 26, ce qui n’a pas encore été réalisé à ce jour. (3) Nous chercherons également à comparer la perception du Soi par rapport à l’Autre présente dans le Sermon Dolbeau 26 à celle qui se retrouve dans les autres sermons augustiniens (395-405). Ces derniers feront l’objet d’un dépouillement et de comptes rendus systématiques.

22 Par la diversité de ces approches, nous parviendrons probablement à montrer que la richesse de la prédication augustinienne n’a pas été épuisée par la recherche moderne et que beaucoup d’aspects, notamment la perspective identitaire, furent délaissés. La découverte des Sermons Dolbeau offre l’opportunité idéale de remettre à l’honneur ces sources qui nous présentent une société en pleine restructuration de son identité.

Haut de page

Notes

1 Cet article est une version révisée et augmentée d’une communication prononcée lors du Colloque sur les auteurs latins africains organisé par la Société d’Études Anciennes du Québec et tenu à l’Université du Québec à Trois-Rivières en 2003. Nous avons profité de l’invitation qui nous a été lancée par M. Pierre Senay, alors président de la SÉAQ, pour présenter le présent programme de recherche.

2 H.-I. Marrou, Saint Augustin et l’augustinisme, Paris, Seuil, c2003, p. 13.

3 Dans ses Retractionnes, Augustin mentionne avoir rédigé 93 ouvrages, ce qui représente près de 250 livres, de même que de plusieurs lettres et sermons. On peut donc dire qu’il fut l’un des auteurs chrétiens les plus prolifiques de l’Antiquité. Pour une recension exhaustive des œuvres rédigées par Augustin, voir A. D. Fitzgerald (dir.), Saint Augustin. La Méditerranée et l’Europe IVe-XXIe siècle, Paris, Cerf, c2005, p. xxxii-xliv.

4 Pour illustrer le foisonnement de la recherche augustinienne, mentionnons, à titre d’exemple, que la Revue des études augustiniennes recense annuellement près de 400 publications consacrées à Augustin, son œuvre et son milieu, ce qui ne représente qu’un infime pourcentage du nombre de celles publiées. S. Lancel a fort raison lorsqu’il mentionne que la bibliographie augustinienne est démesurée. S. Lancel, Saint Augustin, Paris, Fayard, 1999, p. 745.

5 Ce programme de recherche, dirigé par Mme Anne Pasquier, professeur titulaire à la Faculté de théologie et sciences religieuses et membre de l’Institut d’études anciennes de l’Université Laval, est subventionné par le Conseil de la Recherche en Sciences Humaines du Canada.

6 Les manuscrits comprenaient 31 lettres dont 30 ont été écrites par Augustin. 29 d’entre elles furent de prime abord considérées comme inédites. L’édition princeps de ces lettres fut publiée au tome 88 du Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum en 1981. Elles avaient rapidement suscité la tenue du colloque Les Lettres de saint Augustin découvertes par Johannes Divjak (20 et 21 septembre 1982), dont les communications furent publiées par l’Institut d’Études Augustiniennes en 1983. Leur traduction française fut publiée dans Augustin, Lettres I* – 29*, texte critique par J. Divjak, Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 1987.

7 J. Divjak découvrit deux manuscrits renfermant ces lettres inédites : le premier fut trouvé à Marseille, le second, plus ancien et de meilleure qualité, fut trouvé à Paris. Ce fut surtout sur la vie quotidienne de l’évêque que ces lettres apportèrent un éclairage nouveau.

8 Alors que 29 Lettres furent publiées, 27 d’entre elles s’avérèrent véritablement inédites. En effet, la Lettre 1* A avait déjà été publiée par C. Lambot (Ep. 231 A) et la Lettre 250 A n’était qu’un fragment de la Lettre 1*. En ajoutant les Lettres Divjak au corpus épistolaire déjà connu, ce dernier comprend désormais 249 lettres rédigées par Augustin, 49 lettres qui lui ont été adressées et 9 lettres qui le concernaient, mais qu’il n’a pas rédigées et qui ne lui furent pas adressées. Certaines de ces lettres exposent divers scandales financiers, sexuels, politiques et cléricaux contre lesquels fustige Augustin. Pour plus de renseignements sur la correspondance augustinienne, voir R. B. Eno, « Lettres », dans Saint Augustin. La Méditerranée et l’Europe IVe-XXIe siècle, p. 852-867.

9 P.-H. Poirier, « Chronique », Laval Théologique et Philosophique, vol. 45, nº 2 (juin 1989), p. 318.

10 G. List - G. Powitz, Die Handschriften der Stadtbibliothek Mainz, Band I, Hs I 1 – Hs I 150, Wiesbaden, 1990, p. 31-37.

11 F. Dolbeau, « Le sermonnaire augustinien de Mayence (Mainz Stadtbibliothek I 9) : Analyse et Histoire », Revue Bénédictine, 106 (1996), p. 12.

12 Pour plus de détails sur le sermonnaire, voir ibidem, p. 5-52.

13 En plus des sermons de saint Augustin, le manuscrit comprend également un sermon de Césaire d’Arles, probablement introduit par erreur par les copistes dans le corpus de la prédication augustinienne.

14 Cet ouvrage est d’un intérêt considérable, car dans ses Retractionnes, Augustin, qui désirait revoir l’ensemble de son œuvre, avait dû se limiter à ses livres, laissant dans l’ombre ses lettres et ses sermons. L’Indiculum de Possidius s’avère ainsi un complément indispensable à cette œuvre.

15 Les sermons découverts furent réunis dans Augustin d’Hippone, Vingt-six sermons au peuple d’Afrique, F. Dolbeau (éd.), Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 1996. Plusieurs traductions des nouveaux sermons ont été publiées depuis la parution de l’édition princeps et nombre d’autres sont toujours en cours. L’édition la plus complète est celle d’E. Hill, The Works of St Augustine. A Translation for the 21st Century, Part III, Sermons, Vol. 11, Newly Discovered Sermons. Translation and notes by E. Hill, J. E. Rotelle (éd.), New York, New City Press, 1997. En français, les Sermons Dolbeau furent l’objet de traductions isolées : D. Biojout, Saint Augustin prédicateur du verbe. Sermon Dolbeau 3 et autres sermons. Traduction et commentaire, diss. Université de Paris-Sorbonne, 1997 ; P.-M. Bogaert, « Sermon de saint Augustin sur l’amour de Dieu et du prochain, prêché à Carthage pendant l'été 397 », Lettre de Maredsous, 3 (1993), p. 97-107 ; É. Gilson, Saint Augustin. Philosophie et incarnation. Suivi de Lettre XVIII ; Sermon contre les païens (Dolbeau 26), Genève, Ad Solem, 1999. (trad. du Sermon Dolbeau 26 par É. Rebillard, p. 45-142). Une traduction complète est présentement en préparation sous signatures multiples pour la Bibliothèque Augustinienne.

16 Augustin Prédicateur (395-411). Actes du Colloque International de Chantilly (5-7 septembre 1996), G. Madec (éd.), Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 1998.

17 Pour une recension bibliographique de publications intégrant les Sermons Dolbeau dans leur analyse, voir Augustin d’Hippone. Vingt-six sermons au peuple d’Afrique. Retrouvés à Mayence, édités et commentés par François Dolbeau. Mise à jour bibliographique 1996-2000, F. Dolbeau (éd.), Paris, Institut d’Études Augusti-niennes, 2001. Compléter avec F. Dolbeau, « Les Sermons augustiniens de Mayence : bilan des travaux et mise à jour bibliographique (1996-2005) », dans F. Dolbeau, Augustin et la prédication en Afrique. Recherches sur divers sermons authentiques, apocryphes ou anonymes, Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 2005, p. 587-606. Plusieurs études ont été publiées depuis la parution de ces recensions.

18 P. Brown, La vie de saint Augustin, Nouvelle édition augmentée, Paris, Seuil, c2001.

19 S. Lancel, op. cit.

20 La méthode de l’auteur, outre l’étude intratextuelle de repères spatio-temporels, repose sur une comparaison textuelle pour en repérer les similitudes scripturaires et thématiques, car selon lui, l’utilisation de certaines citations ou thématiques bibliques par Augustin est toujours liée à un contexte précis. L’analyse de l’usage augustinien des passages scripturaires offrirait alors un moyen digne de confiance pour établir la datation des écrits de l’évêque d’Hippone. P.-M. Hombert, Nouvelles recherches de chronologie augustinienne, Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 2000.

21 Aux IVe et Ve siècles, en plus des prérogatives dues à sa fonction, l’évêque acquiert un rôle temporel important dans sa communauté. Avec la Paix de l’Église qui octroie aux évêques divers privilèges, le détenteur de la fonction épiscopale va assumer des fonctions juridiques, par le biais du tribunal épiscopal principalement apte à juger des causes mineures, de même que des fonctions politiques et économiques, notamment grâce aux nombreux legs reçus par l’Église, legs qui favorisèrent la constitution d’un vaste patrimoine ecclésiastique. Du point de vue religieux, il demeure le seul à pouvoir consacrer les vierges et les nouveaux sanctuaires, réconcilier les pénitents, confectionner le chrême. Il conserve également le monopole de la prédication qui occupe une part importante de son activité épiscopale. Il était autorisé à se décharger d’une partie de ses fonctions liturgiques, notamment pour la célébration des messes et du baptême, et même en ce qui concerne la prédication, ce qui était toutefois peu fréquent à l’époque. Ce large éventail d’activités, tant religieuses que civiques et économiques, constitue ce qu’il convient d’appeler l’activité régulière d’un évêque durant l’Antiquité tardive.

22 G. Madec, « Augustin évêque », dans Augustin Prédicateur, p. 16.

23 K. J. Coyle, « The Self-identity of North African Christians in Augustine’s Time », dans Augustinus Afer. Saint Augustin : africanité et universalité. Actes du colloque international Alger-Annaba, 1-7 avril 2001, P.-Y. Fux, J.-M. Roessli et O. Wermelinger (éds.), Fribourg, Éditions universitaires, 2003, p. 61-73.

24 La prédication et la rédaction de grands traités théologiques et doctrinaux sont intimement liées chez Augustin, la première servant de lieu d’élaboration de la seconde.

25 F. van der Meer, Saint Augustin, pasteur d’âmes, Paris-Colmar, Éditions Alsatia, 1955.

26 Certains spécialistes évaluent ce nombre à près de 800 sermons. A. Mandouze et D. Doucet, « Augustin d’Hippone », Dictionnaire de l’Antiquité, J. Leclant (éd.), Paris, PUF, 2005, p. 286. La compilation d’Éric Rebillard fait plutôt état de 400 sermons préservés. Pour consulter cette compilation, voir É. Rebillard, « Sermons », dans Saint Augustin. La Méditerranée et l’Europe IVe-XXIe siècle, p. 1328-1348.

27 La qualité oratoire du prédicateur, telle que celle dont faisait montre Augustin, attirait souvent une foule bigarrée venue prêter l’oreille à l’éloquence. Il n’était pas inusité de retrouver côte à côte dans l’assistance : adultes et enfants, hommes et femmes, riches et pauvres, maîtres et esclaves, lettrés et illettrés, chrétiens et païens, schismatiques et hérétiques. A. Verwilghen, « Rhétorique et prédication chez Augustin », Nouvelle Revue Théologique, 120 (1998), p. 241.

28 H.-I. Marrou, L’Église de l’Antiquité tardive (303-604), Paris, Seuil, 1985, p. 94

29 G. Madec, loc. cit., p. 16.

30 L’individu appartenait de prime abord à sa famille, ce qui correspondait à son premier niveau référentiel, puis à sa cité dans laquelle il était membre d’un groupe socio-politique et économique et ainsi de suite. Il faut comprendre qu’appartenir à un groupe « corps de métier » impliquait l’appartenance à un groupe plus ou moins élevé de la hiérarchie sociale et politique, mais n’impliquait pas nécessairement un rejet de son appartenance à sa cité d’origine, les deux n’étant pas nécessairement en opposition. Toutefois, il arrivait qu’en s’affiliant à un certain groupe, l’individu se voie exclu des autres groupes auxquels il appartenait antérieurement. Par exemple, lorsqu’un citoyen romain décidait de devenir acteur, il perdait automatiquement son droit de cité et se voyait rejeté par les membres de sa propre famille en raison de l’infamie rejaillissant sur ce métier et qui comparait les acteurs aux prostitués. Dans une autre perspective, devenir membre d’une association de cultes à mystère n’impliquait pas le rejet de l’appartenance au corps civique de même que la pratique de la religion publique, voire du culte impérial. À l’inverse, ceux qui décidaient de se convertir au judaïsme ou au christianisme se voyaient confinés aux marges de la vie religieuse et politique de la cité. Il est donc évident que durant l’Antiquité, l’appartenance à tel ou tel groupe avait des incidences sur les autres réalités groupales d’un individu.

31 Le judaïsme de la période du Second Temple constitue un bel exemple d’un groupe comportant des sous-réalités groupales. Bien qu’il était constitué d’un vaste ensemble de sous-groupes (Sadducéens, Pharisiens, Esséniens, mouvements baptistes, etc.), et malgré les relations parfois tendues entre eux, les membres de ces sous-groupes avaient conscience d’appartenir à une entité plus globale, un groupe appelé les Juifs, qui partageait quatre piliers identitaires communs : le monothéisme, la foi en l’élection, la Torah et le Temple de Jérusalem. Cela n’empêchait toutefois pas ces sous-groupes d’avoir une compréhension particulière de ces fondements identitaires.

32 À l’intérieur d’un ensemble groupal comprenant un certain nombre de sous-groupes, ces positions sont souvent celles de membres marginaux ou de sous-groupes minoritaires.

33 Par conséquent, l’identité des chrétiens du Ier siècle est très différente de celle des chrétiens des IVe et Ve siècles, car à chacune de ces périodes correspond des enjeux identitaires particuliers étroitement liés au contexte dans lequel ils s’inscrivent. On ne peut donc pas faire abstraction du contexte pour étudier ces identités sans se voir confronter à des non-sens.

34 Selon J. Zumstein, le protestantisme aurait traversé trois principales phases de réflexion sur son identité, réflexion centrée sur une quête de l’origine et de la vérité. La première phase serait celle de son émergence au XVIe siècle. La seconde se serait produite lors de sa remise en question par les Lumières et la modernité. Sa dernière réflexion aurait voulu répondre aux transformations que subissait le protestantisme au XXe siècle. J. Zumstein, Le protestantisme et les premiers chrétiens. Entre Jésus et Paul, Genève, Labor et Fides, 2002.

35 Un groupe existe toujours à deux niveaux : le niveau intra-groupal et le niveau extragroupal.

36 P. Brown, Pouvoir et persuasion dans l’Antiquité tardive : vers un empire chrétien, Paris, Seuil, 1998 et L’autorité et le sacré : aspect de la christianisation dans le monde romain, Paris, Éditions Noêsis, 1998.

37 Le Sermon Dolbeau 26, qui appartient à la série Mayence-Lorch, était connu sous une forme fragmentaire et abrégée. Il correspondrait à une version augmentée des sermons 197, 198 et 198A. Il fut classé par Possidius dans la section Contra paganos sous le titre de De kalendis januariis contra quos supra. Les copistes lui attribuèrent plutôt le titre Tractatus kal. Ian. contra paganos de falso mediatore diabolo et uero mediatore Christo, probablement pour insister sur le dualisme entre le vrai et le faux médiateur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Steeve Bélanger, « La prédication augustinienne et les relations pagano-chrétiennes durant l’Antiquité tardive  », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLIII | 2006, mis en ligne le 09 septembre 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/609

Haut de page

Auteur

Steeve Bélanger

Université Laval, Québec

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org