Navigation – Plan du site

Compte rendu de Robert Bedon et Ella Hermon, Caesarodunum XXXIX / Concepts, pratiques et enjeux environnementaux dans l'empire romain

Alain Cadotte
Référence(s) :

Limoges, PULIM, 2005, 400 p.

Entrées d’index

Index de mots-clés :

environnement, frontière, crise, territoire
Haut de page

Texte intégral

1 L’histoire et les autres disciplines qui visent à reconstituer le passé se nourrissent souvent des préoccupations sociales et des enjeux contemporains des savants qui les pratiquent. Parmi ces enjeux, l’environnement, les catastrophes et les gestions de crises sont des thèmes qui sont particulièrement d’actualité. Ce deuxième colloque de la Chaire de recherche du Canada en interactions société-environnement naturel dans l’Empire romain va dans ce sens en s’inscrivant dans l’esprit des précédents numéros de Caesarodunum et en soulevant les questions de l’occupation du sol et de l’environnement dans l’occident romain.

2 Mais le colloque traite ces questions dans le cadre d’un thème plus précis, cher à Ella Hermon, la co-éditrice du recueil : celui des frontières dans le monde romain. Au sommaire, « Les interactions société-environnement : l’évolution diachronique des concepts » (E. Hermon) ; « Il problema giuridico delle frontiere » (F. Salerno) ; « Protection de l’environnement naturel et gestion de l’eau d’hier et d’aujourd’hui » (W. Wolodkiewicz) ; « Frontières et écosystèmes » (J. Peyras) ; « Ecosistemi, interazioni uomo-ambiente e frontiere nell’Etruria settentrionale costiera » (M. Pasquinucci) ; « Ubique fines. Boundaries within the Roman Empire » (R. Talbert) ; « Frontières internes dans l’Empire romain et écologie d’un delta méditerranéen. Le cas du Rhône » (P. Leveau) ; « Hyginus Gromaticus and Frontinus on the Installation of Limites : Ritual, Law and Legitimacy » (D. Gargola) ; « Limites et territoires d’après le corpus gromatique » (F. Favory) ; « Frontières du principat et arpentage : sources du droit, qualités des terres, écosystèmes » (J. Peyras) ; « Disettes : crises frumentaires, crises sociales ? » (M. Corbier) ; « Peter the Iberian et Yavneh-Yam : Calamities in Context » (M. Fischer) ; « Sustainable Roman Intensive Mixed Farming Methods : Water, Conservation and Erosion Control » (G. Kron) ; « “ Il n’y a plus de saisons ” : lieu commun, climat et décadence dans l’Antiquité tardive » (P. Jaillette) ; « Les catastrophes naturelles et leur gestion dans l’Ab Urbe condita de Tite-Live » (M. Chassignet) ; « Séismes et éruptions volcaniques : réactions du pouvoir et de la société pendant la période impériale » (R. Bedon) ; « Comprendre les environnements pour prévenir les catastrophes : la place de l’historien et de l’archéologue dans l’évaluation du risque » (P. Leveau).

3 Le colloque commence donc par une analyse conceptuelle des interactions société-environnement et, entre autres, la confrontation des concepts modernes avec les notions antiques, notamment en ce qui a trait aux frontières, aux écosystèmes et aux espaces intégrés. Ces analyses mènent, en guise d’introduction, à deux principaux thèmes, « frontière et écosystème » ainsi que « catastrophes naturelles et gestion des crises », qui sont traités à partir des sources archéologiques, juridiques, littéraires et épigraphiques. Parmi ces sources, notons que les auteurs accordent une place importante au Corpus Agrimensorum Romanorum, ce traité d’arpentage romain dont l’étude détaillée permet ici de voir à quel point la notion de frontière est floue et malléable lorsque l’écosystème est concerné. On comprend aussi, avec J. Peyras, l’importance d’invoquer le rapport entre l’espace et le pouvoir ainsi que les types d’espaces en cause (fines, limites, etc). Des études de cas, avec des sites d’Étrurie et de la vallée du Rhône, ainsi que des analyse du corpus gromatique, tentent justement d’éclairer le vocabulaire souvent polysémique de ce type de document par la mise en exergue de certaines réalités humaines perceptibles dans les autres sources, telles que les institutions sociales ou les stratégies d’exploitation et d’organisation territoriale dans leur interaction avec le milieu naturel.

4 Enfin, la dernière partie du colloque délaisse le terreau fertile qu’est la frontière pour se consacrer à un thème récurrent dans les sources, celui des catastrophes naturelles et des crises qu’elles génèrent. Le traitement du sujet ne se fait pas sans difficulté : les détails sur les conséquences immédiates des désastres naturels font souvent défaut chez les auteurs anciens, qui se concentrent sur le profil des grands personnages qui viennent au secours des populations. Par ailleurs, le fatalisme des auteurs et leur tendance à voir ces événements comme des conséquences de la colère divine viennent souvent orienter leurs propos. Mais il ressort de ceux-ci que les autorités impériales, provinciales et municipales s’organisaient à travers des éléments de contrôle et d’ajustements au niveau local pour empêcher que les crises environnementales ne dégénèrent en crises sociétales.

5 L’ouvrage pourrait déconcerter le lecteur attiré essentiellement par son titre, puisqu’au sein des études qui le composent les concepts, les pratiques et les enjeux environnementaux dans l’empire romain cèdent souvent le pas au thème de la frontière et à ses définitions juridiques. Pourtant, les régions périphériques et le « front pionnier », par leurs contextes historique, géographique, politique et juridique, constituent de toute évidence un terrain d’étude privilégié pour analyser l’interaction entre les facteurs naturels et humains et c’est là que réside la principale réussite de ce colloque, qui définit le contexte et les enjeux de ces régions et les resituent dans le cadre de l’organisation du monde romain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Cadotte, « Compte rendu de Robert Bedon et Ella Hermon, Caesarodunum XXXIX / Concepts, pratiques et enjeux environnementaux dans l'empire romain », Cahiers des études anciennes [En ligne], XLIII | 2006, mis en ligne le 09 septembre 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/626

Haut de page

Auteur

Alain Cadotte

Concordia University, Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org