Navigation – Plan du site
I Des frontières réelles où la limite du sauvage est définie

Pur concept, élément naturel ou réalité édifiée de main d’homme ? À propos du vocabulaire de la frontière en grec ancien

Isabelle Boehm
p. 19-45

Entrées d’index

Index de mots-clés :

frontière naturelle, ronce, buisson, végétaux
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour ne citer que l’une ou l’autre des plus célèbres, C. Jacob, Géographie et ethnographie en Grèc (...)
  • 2 M. Casevitz, « Les Mots de la frontière en grec », in Y. Roman (ed.), La Frontière, Lyon, GDR Mais (...)

1En guise de préambule aux études sur les frontières ou les bornes de la sauvagerie qui ont été réunies ici, une réflexion sur la notion même de « borne », « limite » et « frontière » constitue une entrée en matière nécessaire. Elle l’est d’autant plus que les points de vue et les domaines envisagés sont extrêmement variés : ces frontières du sauvage sont abordées sous l’angle historique, littéraire, voire sociologique. Et si l’on choisit de mener l’enquête en Grèce ancienne, la réflexion ne peut être que stimulée, tant ce concept de « borne » ou de « limite » est important dans la construction de l’espace, au sens le plus large du terme. Toutes les études de géographie antique, et elles ne manquent pas1, ont largement développé le sujet. Elles ont été enrichies ou précisées, sous l’angle philologique, par M. Casevitz, qui examine la notion sur le plan lexical et sémantique dans deux articles, où il propose un panorama complet des termes grecs désignant la frontière2. Le lexique étudié dans ces deux articles est envisagé dans son ensemble. Je voudrais ici y revenir en me posant la question suivante : les mots qui désignent la notion de « limite » ou de « frontière » ont-ils un rapport exclusif — ou au moins privilégié — avec un élément de l’espace naturel, ou bien au contraire la notion renverrait-elle à un objet réel construit de main d’homme ? Si la « frontière » constitue, du moins dans le vocabulaire grec, une caractéristique de l’univers d’hommes organisés en société, où se trouve alors la sauvagerie ?

2J’envisagerai successivement les substantifs et les expressions qui désignent la frontière et fonctionnent comme termes généraux, avant d’examiner les emplois de mots grecs dont le sens premier n’est pas celui de « frontière » mais qui peuvent servir, secondairement, à la désigner.

3La notion de « frontière » a déjà largement intéressé les spécialistes de l’Antiquité, du point de vue historique et politique bien sûr, mais aussi sous l’angle littéraire et lexical. Je me propose d’y revenir en m’attachant à un corpus que je limiterai volontairement aux textes littéraires de l’époque archaïque et classique. Je tenais en effet à conserver la variété, en particulier de registre, épique / dramatique / « historique », sans risquer une trop grande diversité, pour que mes questions conservent leur sens et surtout parce que ce sont les textes de référence pour les écrivains de l’Antiquité eux-mêmes. De plus, les études diachroniques sur l’ensemble du vocabulaire grec de la « frontière » montrent que les sens n’ont guère évolué entre l’époque classique et l’époque tardive.

4Le terme ὅρος est tout à fait à part au sein de ce champ sémantique de la « frontière ». En effet, c’est le seul terme spécifique, les autres sont des formations dérivées, comme ἐσχατιά sur l’adjectif ἔσχατος. Ils sont liés, comme nous le savons, à la notion d’« extrémité », de confins, c’est-à-dire de ce qui est à longue distance d’un élément de référence. Je commencerai donc par réunir quelques remarques sur le terme ὅρος avant de m’intéresser à ceux qui, nous le verrons, en sont plus éloignés, tant sur le plan morphologique que sur le plan sémantique.

I - ρος : borne-frontière politique

  • 3 M. Casevitz, « Les Mots de la frontière en grec », in Y. Roman (ed.), La Frontière, Lyon, GDR Mais (...)

5Le terme qui vient donc en premier lieu à l’esprit en grec pour désigner la notion de frontière, et ce dès l’Antiquité, c’est celui de ὅρος, frontière au sens concret, matériel, puisque le terme peut désigner précisément la borne, la pierre que l’on pose comme signe de limite frontalière. Comme le rappelle M. Casevitz dans un article sur la question3, déjà dans la langue épique, le terme, sous sa forme ionienne οὖρος, désigne la pierre qui sert de bornage.

6Au chant XXI de l’Iliade, le poète donne une véritable description de la pierre de bornage que saisit Athéna, qui prend ce qui se trouve à portée de sa main. Frappée par Arès, elle riposte et l’atteint au cou :

δ᾽ ἀναχασσαμένη λίθον εἵλετο χειρὶ παχείῃ
κείμενον ἐν πεδίῳ μέλανα τρηχύν τε μέγαν τε,
τόν ῥ᾽ ἄνδρες πρότεροι θέσαν ἔμμεναι οὖρον ἀρούρης :

  • 4 Sauf indication contraire, toutes les traductions sont personnelles.

elle se recula et prit dans sa puissante main une pierre couchée sur le sol, noire, brute, de taille, que les gens de jadis ont placée comme borne de labour (Iliade XXI, 403-405)4.

7Ce sens de « pierre de bornage » reste très vivant dans la littérature grecque. J’en donnerai une seule illustration, tout à fait parlante, avec la prudence qui s’impose étant donné tout ce qui sépare le texte homérique de la mention d’un Zeus horios dans le texte des Lois, où Platon utilise l’expression γῆς ὅρια dans un contexte similaire. À propos des « lois agricoles » (λεγόμενοι τοὔνομα γεωργικοί), Platon invoque en premier lieu une loi de Zeus horios :

Διὸς ὁρίου μὲν πρῶτος νόμος ὅδε εἰρήσθω· μὴ κινείτω γῆς ὅρια μηδεὶς μήτε οἰκείου πολίτου γείτονος, μήτε ὁμοτέρμονος ἐπ᾽ ἐσχατιᾶς κεκτημένος ἄλλῳ ξένῳ γειτονῶν, νομίσας τὸ τἀκίνητα κινεῖν ἀληθῶς τοῦτο εἶναι· βουλέσθω δὲ πᾶς πέτρον ἐπιχειρῆσαι κινεῖν τὸν μέγιστον ἄλλον πλὴν ὅρον μᾶλλον ἢ σμικρὸν λίθον ὁρίζοντα φιλίαν τε καὶ ἔχθραν ἔνορκον παρὰ θεῶν. Τοῦ μὲν γὰρ ὁμόφυλος Ζεὺς μάρτυς, τοῦ δὲ ξένιος, οἳ μετὰ πολέμων τῶν ἐχθίστων ἐγείρονται :

voici ce que dit la première loi de Zeus horios : que personne ne déplace les bornes frontalières d’une terre, ni celles qui font bornage avec un voisin compatriote, ni celles d’une limite commune, à l’extrémité, avec un étranger de ses voisins, en considérant que c’est la même chose que de remuer ce que l’on ne doit pas remuer ; veuille entreprendre de remuer le roc le plus gros, pourvu que ce soit n’importe quelle pierre plutôt qu’une toute petite, celle qui fait le bornage, consacrée par un serment dont on a pris les dieux à témoin, entre une terre amie et une terre ennemie. Des serments qui ont consacré ces petites pierres, l’un a en effet son témoin dans le Zeus protecteur des hommes de la même famille, l’autre dans le Zeus protecteur des étrangers, qui éveillent avec eux des conflits excessivement belliqueux (Platon, Lois 843a).

8Autant le substantif ὅρος, qu’il soit au singulier ou au pluriel, que le dérivé ὅριον, en général lui au pluriel, ou bien encore le verbe ὁρίζομαι s’appliquent à une limite matérialisée qui est l’objet de litiges entre voisins ou ennemis.

9C’est déjà le cas dans le seul autre emploi du terme οὖρος de l’Iliade, qui est au pluriel au chant XII, 421. Les deux armées des Lyciens et Danaens, qui s’affrontent de part et d’autre d’un mur (τεῖχος) que les uns essaient d’enfoncer, les autres de protéger, sont comparées à deux hommes qui se disputent pour une question de bornes :

ἀλλ᾽ ὥς τ᾽ ἀμφ᾽ οὔροισι δύ᾽ ἀνέρε δηριάασθον
μέτρ᾽ ἐν χερσὶν ἔχοντες ἐπιξύνῳ ἐν ἀρούρῃ,
τ᾽ ὀλίγῳ ἐνὶ χώρῳ ἐρίζητον περὶ ἴσης :

on dirait deux hommes en dispute pour des bornes, avec des instruments de mesure en main, dans un champ mitoyen, et qui, sur un petit terrain, luttent chacun pour son droit (Iliade XII, 421-423).

10De ces emplois se dégagent aisément les caractéristiques sémantiques de ὅρος / ὅριον : le sens fondamental de la famille lexicale de ὅρος est bien celui de « pierre de bornage » ; seconde caractéristique : elle est utilisée dans le domaine agraire comme marque de limite entre deux terres arables ; troisième caractéristique : ces terrains appartiennent à deux individus qui sont des êtres humains de rang social équivalent et qui, en tant que tels, peuvent donc se disputer à propos de ce bornage qu’ils ont eux-mêmes défini de manière juridique, et sans doute placé sous la protection de Zeus horios.

  • 5 Euripide, Troyennes 365-366 : πόλιν δὲ δείξω τήνδε μακαριωτέραν / ἣ τοὺς Ἄχαιους, « je vais montre (...)

11De même que les murailles défensives peuvent être détruites, les bornes frontalières peuvent être au moins déplacées. Les « frontières » ont une existence concrète, exactement comme les fortifications auxquelles elles sont associées par Cassandre, et un statut politique de limite entre des royaumes. En effet, la prophétesse évoque dans les Troyennes la guerre de Troie sous un angle, on le sait, un peu particulier5, en précisant bien les motivations des Achéens :

ἐπεὶ δ᾽ ἐπ᾽ ἀκτὰς ἤλυθον Σκαμανδρίους,
ἔθνῃσκον, οὐ γῆς ὅρι᾽ ἀποστερούμενοι
οὐδ᾽ ὑψιπύργου πατρίδος :

et lorsqu’ils arrivaient aux bords du Scamandre, ils mouraient, mais non pour avoir été spoliés des frontières de leur pays ni pour les hautes tours de leur patrie (Euripide, Troyennes 374-376).

12Les termes ὅροι et ὅρια en prose, et en particulier chez Thucydide, ont exactement les mêmes caractéristiques sémantiques, à une différence près : il s’agit toujours de limites entre deux entités politiques, qui font objet de litige. Mais leur « matérialité » n’est généralement pas précisée, du moins lorsqu’il s’agit de bornage construit de main d’homme. Ce qui compte, c’est le statut juridique de ce bornage.

13Comme le fait Cassandre, en quelque sorte, Thucydide donne pour cause d’un conflit ou d’un changement de camp « une question de frontières » : les Mégariens, par exemple, se détachent de Sparte pour former alliance avec Athènes, « cela parce que Corinthe leur faisait, pour une question de frontières, une guerre sans répit (περὶ γῆς ὅρων πολέμῳ κατεῖχον) » (Thucydide, I, 103, 4 trad. de Romilly).

14Les limites frontalières entrent aussi, en toute logique, dans la série des arguments de persuasion faits pour engager telle ou telle cité à prendre les armes.

  • 6 Thucydide, IV, 101, 1 : ἐπειδὴ οὐκ ἐν τῇ Βοιωτίᾳ ἔτι εἰσί (μάλιστα γὰρ ἐν μεθορίοις τῆς Ὠρωπίας οἱ (...)
  • 7 Thucydide, IV, 102, 1 : τὴν γὰρ Βοιωτίαν ἐκ τῆς ὁμόρου ἐλθόντες τεῖχος ἐνοικοδομησάμενοι μέλλουσι (...)

15Les Béotiens hésitent à engager le combat ; l’ennemi — les Athéniens — n’est plus sur leur territoire, mais déjà dans une région qui est frontalière, ἐν μεθορίοις τῆς Ὠρωπίας, l’Oropie6, c’est-à-dire au-delà de la frontière, hors du territoire. Alors un béotarque thébain prend la parole pour convaincre ses compatriotes de repousser l’ennemi, même si celui-ci est seulement dans un pays limitrophe (ὅμορος), surtout lorsque cet ennemi, de surcroît, construit là un mur7 :

πῶς οὐ χρὴ καὶ ἐπὶ τὸ ἔσχατον ἀγῶνος ἐλθεῖν […], καὶ γνῶναι ὅτι τοῖς μὲν ἄλλοις οἱ πλησιόχωροι περὶ γῆς ὅρων τὰς μάχας ποιοῦνται, ἡμῖν δὲ ἐς πᾶσαν, ἢν νικηθῶμεν, εἷς ὅρος οὐκ ἀντίλεκτος παγήσεται :

comment ne pas reconnaître que si, partout ailleurs, les peuples voisins se battent pour les limites territoriales, tout notre territoire à nous, en cas de défaite, sera défini par une limite unique, que l’on ne discutera plus ? (Thucydide, IV, 102, 4 trad. de Romilly).

16Un voisin, qui partage donc une frontière (ὅμορος), est dangereux dans la mesure où il peut aller au-delà, ἔξω ὅρων, comme le martèle le béotarque Pagondas dans son discours (Thucydide, IV, 102, 5). De même, Périclès fait renvoyer à la frontière du territoire athénien (Thucydide, II, 12, 2) une ambassade, en lui demandant de « repasser le jour même la frontière », ἐκέλευον ἐκτὸς ὅρων εἶναι αὐθημερόν, sans lui avoir donné l’autorisation d’accès à la ville (οἱ δὲ οὐ προσεδέξαντο αὐτὸν ἐς τὴν πόλιν).

17Le sens juridique et politique du terme ὅρος est fondamental aussi dans le dénominal ὁρίζειν. Chez Hérodote par exemple, οὐρίζειν χώρην est l’équivalent de οὔρους τιθέναι.

18Le territoire de Platées, menacé d’abord par les Thébains et défendu par les Athéniens, trouve un arbitre dans les Corinthiens, qui tracent les frontières (χώρην οὐρίζειν) du territoire contesté : παρατυχόντες δὲ καὶ καταλλάξαντες ἐπιτρεψάντων ἀμφοτέρων οὔρισαν τὴν χώρην ἐπὶ τοῖσδε, « les Corinthiens qui se trouvaient là s’interposèrent : les deux parties ayant accepté leur arbitrage, ils définirent les frontières à cet endroit » (Hérodote, VI, 108).

19Cependant, une fois les Corinthiens partis, les Béotiens attaquent les Athéniens qui l’emportent et, du coup, passent par-dessus les frontières (ὑπερβαίνειν τοὺς οὔρους) que les Corinthiens avaient définies — Hérodote utilise ici οὔρους τιθέναι : περβάντες δὲ οἱ Ἀθηναῖοι τοὺς οἱ Κορίνθιοι ἔθηκαν Πλαταιεῦσι εἶναι οὔρους, τούτους ὑπερβάντες τὸν Ἀσωπὸν αὐτὸν ἐποιήσαντο οὖρον Θηβαίοισι πρὸς Πλαταιέας εἶναι καὶ Ὑσιάς, « les Athéniens reculèrent alors la frontière que les Corinthiens avaient indiquée pour Platées, et ils firent du cours même de l’Asopos la frontière, à Thèbes, du côté de Platées et d’Hysies » (Hérodote, VI, 108).

II - ρος : borne-frontière « naturelle »

  • 8 Cf. Xénophon, Anabase IV, 3, 1 et IV, 8, 2.

20Exceptionnellement donc, comme le souligne Hérodote, c’est un élément naturel, un cours d’eau (ὁ Ἀσωπὸς αὐτός), qui sert de « frontière » entre deux États ou deux pays. Ainsi le Nil οὐρίζει τὴν Ἀσίην τῆς Λιβύης (Hérodote, II, 16). Ce statut du fleuve comme frontière entre deux pays est exprimé chez les historiens à l’aide du verbe ὁρίζειν8. Par exemple : ῥεῖ δὲ καὶ Θύαμις ποταμός, ὁρίζων τὴν Θεσπρωτίδα καὶ Κεστρίνην (Thucydide, I, 46, 4). L’étendue d’eau qui fait frontière peut aussi être un « lac », λίμνη, mais on doit remarquer la présence conjointe d’un cours d’eau :

εἷς μὲν δὴ τῶν ποταμῶν τοῖσι Σκύθῃσί ἐστι ὁ Ἴστρος. Μετὰ δὲ τοῦτον Τύρης, ὃς ἀπὸ βορέω μὲν ἀνέμου ὁρμᾶται, ἄρχεται δὲ ῥέων ἐκ λίμνης μεγάλης ἣ οὐρίζει τήν τε Σκυθικὴν καὶ τὴν Νευρίδα γῆν :

  • 9 Le Dniestr (Tyras) est un fleuve d’Ukraine qui prend sa source dans les Carpathes ; à son embouchu (...)

un des fleuves de la Scythie est l’Istros. Ensuite c’est le Tyras9, qui vient du nord et prend sa source dans un grand lac qui fait la frontière entre la Scythie et la Neuride (Hérodote, IV, 51).

  • 10 Voir aussi Eschyle, Suppliantes 258, cf. infra, p. 31.

21La mer elle-même peut faire frontière10, en Sicile par exemple :

ψηφίζεσθαι τοὺς μὲν Σικελιώτας οἷσπερ νῦν ὅροις χρωμένους πρὸς ἡμᾶς, οὐ μεμπτοῖς, τῷ τε Ἰονίῳ κόλπῳ παρὰ γῆν ἤν τις πλέῃ, καὶ τῷ Σικελικῷ διὰ πελάγους, τὰ αὑτῶν νεμομένους καθ᾽ αὑτοὺς καὶ ξυμφέρεσθαι :

qu’ils votent, relativement aux Siciliens, que, s’ils s’en tiennent à leurs frontières actuelles, parfaitement acceptables — golfe d’Ionie, pour qui suit les côtes, golfe de Sicile, pour qui traverse directement — maîtres chez eux, ils règleront entre eux leurs différends (Thucydide, VI, 13, 1 trad. de Romilly).

22L’eau n’a ici d’intérêt que parce qu’elle sert de limite entre des États, son étendue n’a aucune importance.

23Peut-être le cas du royaume de Cyrus est-il quelque peu différent :

ὅτι μὲν δὴ καλλίστη καὶ μεγίστη τῶν ἐν τῇ Ἀσίᾳ ἡ Κύρου βασιλεία ἐγένετο αὐτὴ ἑαυτῇ μαρτυρεῖ. Ὡρίσθη γὰρ πρὸς ἕω μὲν τῇ Ἐρυθρᾷ θαλάττῃ, πρὸς ἄρκτον δὲ τῷ Εὐξείνῳ πόντῳ, πρὸς ἑσπέραν δὲ Κύπρῳ καὶ Αἰγύπτῳ, πρὸς μεσημβρίαν δὲ Αἰθιοπίᾳ. Τοσαύτη δὲ γενομένη μιᾷ γνώμῃ τῇ Κύρου ἐκυβερνᾶτο, καὶ ἐκεῖνός τε τοὺς ὑφ᾽ ἑαυτῷ ὥσπερ ἑαυτοῦ παῖδας ἐτίμα τε καὶ ἐθεράπευεν, οἵ τε ἀρχόμενοι Κῦρον ὡς πατέρα ἐσέβοντο :

que le royaume de Cyrus ait été le plus beau et le plus grand en Asie, c’est lui-même qui en est sa propre preuve. Il a pour frontières à l’est la mer Rouge, au nord le Pont Euxin, à l’ouest Chypre et l’Égypte, et l’Éthiopie au sud. Avec ces dimensions, il était gouverné par l’unique volonté de Cyrus, lequel honorait et soignait ses subordonnés comme ses propres enfants, tandis que ses sujets le vénéraient comme un père (Xénophon, Cyropédie VIII, 8, 1).

24En effet, ce royaume a des frontières de nature variée, dont des frontières maritimes, qui sont donc moins menacées que les frontières terrestres, les seules à pouvoir être déplacées. Cependant, les unes comme les autres peuvent être franchies par l’ennemi.

25Dans le même contexte d’éloge du souverain d’un royaume, le poète affirme que c’est le souverain lui-même qui « place les bornes frontalières », ὅρους τίθεται :

τοιγὰρ πολυμηλοτάταν
ἑστίαν οἰκεῖ παρὰ καλλίναον
Βοιβίαν λίμναν. Ἀρότοις δὲ γυᾶν
καὶ πεδίων δαπέδοις ὅρον ἀμφὶ μὲν
ἀελίου κνεφαίαν
ἱππόστασιναἰθέρα τὰνΜολοσ-
σῶν <······> τίθεται,
πόντιον δ᾽ Αἰγαῖον ἐπ᾽ ἀκτὰν
ἀλίμενον Πηλίου κρατύνει :

  • 11 En Thessalie.

il [scil. Admète] habite un foyer bien riche en troupeaux, auprès du lac Boibé11 aux belles eaux. Aux labours de ses champs, aux étendues de ses plaines, il établit pour limite, du côté des nocturnes relais des chevaux du Soleil, < le ciel / la zone > de Molossie, et jusqu’à l’extrémité sans mouillage de la mer Égée, sur le Pélion il exerce son empire (Euripide, Alceste 588-595).

26Le terme au singulier désigne la ligne de frontière, et conserve une part de son sens archaïque, puisqu’il est utilisé en contexte agraire. En même temps, contrairement à ce que nous avons pu observer dans les emplois chez les historiens de l’époque classique, si cette limite frontalière est soit bornée, soit frontière naturelle maritime, il n’est pas ici explicitement question de frontière entre deux États mais de celles d’un seul. Il reste évident que la présence du terme ὅρος implique un conflit possible avec un voisin frontalier qui aurait des revendications. On remarquera aussi la présence dans le passage du terme ἀκτή, qui n’a rien à voir avec la notion de « frontière » et signifie l’extrémité de la côte accessible, en restant sur la terre ferme.

27L’expression équivalente, ὁριζέσθαι χθόνα, se trouve dans la bouche même du roi des Argiens qui se présente devant les Danaïdes en leur donnant fièrement son identité :

καὶ πᾶσαν αἶαν, ἧς δί᾽ ἁγνὸς ἔρχεται
Στρυμών, τὸ πρὸς δύνοντος ἡλίου, κρατῶ.
ὁρίζομαι δὲ τήν τε Περραιβῶν χθόνα,
Πίνδου τε τἀπέκεινα, Παιόνων πέλας,
ὄρη τε Δωδωναῖα· συντέμνει δ᾽ ὅρος
ὑγρᾶς θαλάσσης· τῶνδε τἀπὶ τάδε κρατῶ :

je suis maître de tout le pays que traverse le Strymon sacré, à partir de sa rive occidentale. Je mets mes frontières à la terre des Perrhèbes, et à celles qui, au-delà du Pinde, touchent à la Péonie, ainsi qu’aux montagnes de Dodone ; la frontière faite par les eaux maritimes vient marquer la limite. En deçà, voilà ce qui m’appartient (Eschyle, Suppliantes 254-259).

28Les « frontières » d’un État sont donc souvent aussi simplement envisagées par rapport à un seul point de vue, celui de l’intérieur, pourrait-on dire, mais leur existence même suppose une menace de l’étranger. C’est justement le terme que l’on trouve dans l’oracle de Delphes rendu aux Athéniens menacés par le Barbare par excellence pour eux, le Perse. L’oracle a d’abord prédit :

μέλεοι, τί κάθησθε ; Λιπὼν φύγ᾽ ἐς ἔσχατα γαίης
δώματα καὶ πόλιος τροχοειδέος ἄκρα κάρηνα.
Οὔτε γὰρ κεφαλὴ μένει ἔμπεδον οὔτε τὸ σῶμα,
οὔτε πόδες νέατοι οὔτ᾽ ὦν χέρες, οὔτε τι μέσσης
λείπεται, ἀλλ᾽ ἄζηλα πέλει :

infortunés, que faites-vous ici ? Fuis au bout du monde, fuis ta maison, la circulaire enceinte de ta ville et ses hautes crêtes ! Plus rien ne subsiste, ni la tête, ni le corps, rien de ses extrémités, pieds ou mains, rien du milieu non plus, tout est désolé (Hérodote, VII, 140).

29Effrayés par cet oracle, ils font une seconde tentative. Cette fois-ci la Pythie répond :

τῶν ἄλλων γὰρ ἁλισκομένων ὅσα Κέκροπος οὖρος
ἐντὸς ἔχει κευθμών τε Κιθαιρῶνος ζαθέοιο,
τεῖχος Τριτογενεῖ ξύλινον διδοῖ εὐρύοπα Ζεὺς
μοῦνον ἀπόρθητον τελέθειν, τὸ σὲ τέκνα τ᾽ ὀνήσει :

quand l’ennemi tiendra tout ce que contiennent les frontières de Cécrops et les antres du Cithéron divin, alors à Tritogénie, Zeus à la voix immense, accorde une muraille de bois pour te protéger, toi et tes enfants, défense unique, inexpugnable (Hérodote, VII, 141).

30Ici, la « frontière » est celle possédée par un individu unique et menacée par un ennemi.

  • 12 Euripide, Iphigénie en Tauride 85. Voir aussi Euripide, Héraclides 188-190 (Iolaos rappelle qu’il (...)

31On trouve la même notion de frontière envisagée depuis le centre du pouvoir, qu’il s’agisse d’Iphigénie12, ou bien d’Électre, qui prend la fuite en « laissant derrière elle les frontières de la terre paternelle », γῆς πατρίας ὅρον ἐκλείπειν (Euripide, Électre 1315), ou d’Iolaos qui, dans le prologue des Héraclides, rappelle qu’il a fui avec les enfants d’Héraclès jusqu’à Marathon, où se trouvent les fils de Thésée : ὧν ἕκατι τέρμονας / κλεινῶν᾽ Ἀθηνῶν τόνδ᾽ ἐφικόμεθ’ ὅρον, « voilà pourquoi nous avons gagné la frontière qui borne l’illustre Athènes » (Euripide, Héraclides 37-38). Le terme ὅρος est ici bien distinct de τέρμονες, dont on pourrait penser qu’il est redondant. En réalité, le mot signale le « terme » du parcours des exilés, qui ont fui de frontière à frontière (ἄλλην ἀπ᾽ ἄλλης ἐξορίζοντες πόλιν, Héraclides 16).

32Les « frontières », ὅρος, ὅροι ou ὅρια, sont toujours dans le domaine de l’humain, et de l’ordre du juridique. La seule frontière de ce type qui puisse être un élément naturel est l’eau, rivière ou bord de mer, car c’est le seul à former une limite nette, que l’on ne peut franchir à pied, par opposition à la montagne, où l’on peut toujours se frayer ici ou là un passage, et qui est donc totalement absente, de même que la végétation.

33Cette présence de l’eau qui forme frontière est particulièrement importante pour Io : les deux récits de ses errances, le sien et celui de Prométhée, dans la pièce d’Eschyle, la mentionnent. Prométhée commence le sien en indiquant à Io qu’elle franchira « le courant qui sert de limite aux continents », ὅταν περάσῃς ῥεῖθρον ἠπείρων ὅρον (Prométhée enchaîné 790) ; Io a commencé le sien avec son errance, qui a pour point de départ l’oracle qui lui demande en termes clairs (ἐναργὴς βάξις, 63) de quitter sa demeure et son pays, pour aller jusqu’aux frontières extrêmes (ἐπ᾽ ἐσχάτοις ὅροις, 666) de son pays. Elle est poursuivie alors par le taon, comme on le sait, jusqu’à l’eau douce du Kerkhnè et la source de Lerne. Prométhée lui annonce où s’achèvera son périple :

ἔστιν πόλις Κάνωβος ἐσχάτη χθονός,
Νείλου πρὸς αὐτῷ στόματι καὶ προσχώματι·
ἐνταῦθα δή σε Ζεὺς τίθησιν ἔμφρονα
ἐπαφῶν ἀταρβεῖ χειρὶ καὶ θιγὼν μόνον :

il y a une ville, Canope, à l’extrémité du pays, à la bouche même et sur un atterrissement du Nil. C’est là que Zeus te rendra la raison en t’imposant sa main calmante (Eschyle, Prométhée enchaîné 846-849).

34Ces remarques peuvent peut-être permettre de donner un sens particulier à un emploi métaphorique de ὅρος, qui a priori n’a rien de remarquable : le chœur de l’Agamemnon d’Eschyle, effrayé de l’entendre évoquer sa mort prochaine, lui demande : πόθεν ὅρους ἔχεις θεσπεσίας ὁδοῦ / κακορρήμονας ; (« d’où tiens-tu ces bornes de ta route prophétique faites de paroles sinistres ? », 1154-1155). Bien évidemment le jeu entre le sens propre de « borne frontalière » et le sens figuré de « limite », voire de « définition », est là. Cependant la réponse de Cassandre, si on la met en rapport avec ce que nous venons de remarquer, a un sens plus profond encore :

ἰὼ Σκαμάνδρου πάτριον ποτόν.
Τότε μὲν ἀμφὶ σὰς ἀιόνας τάλαιν᾽
ἠνυτόμαν τροφαῖς·
νῦν δ᾽ ἀμφὶ Κωκυτόν τε κἀχερουσίους
ὄχθους ἔοικα θεσπιῳδήσειν τάχα :

hélas, Scamandre où s’abreuvait ma patrie ! Naguère je grandissais, malheureuse, sur tes rives, nourrie par tes soins ; mais à présent ce sera sur celles du Cocyte, sur les bords de l’Achéron, je crois, que je vais prophétiser (Eschyle, Agamemnon 1156-1161).

  • 13 Phéniciennes 669 : ἐς βαθυσπόρους γύας.

35Même si les fleuves ici ne sont pas, le premier en tout cas, des « frontières », je serais tentée de faire le lien entre la présence de l’eau dans la réponse de Cassandre et la présence de ὅροι dans la question du chœur. En effet, à partir de cet examen d’ensemble, on pourrait analyser ici un dernier exemple d’emploi un peu particulier de ὅρος, qui se trouve dans les Phéniciennes. Il s’agit des guerriers sortis tout armés du sol où Cadmos a semé les dents du dragon : ἔνθεν ἐξανῆκε γᾶ / πάνοπλον ὄψιν ὑπὲρ ἄκρων / ὅρων χθονός, « de là la terre fit surgir une vision tout en armes au-dessus des sommets des bornes de la terre » (670-672). Si on comprend la présence de ἄκρα, « sommet », par rapport aux profondeurs du sol où ont été semées les dents, quel est ici le sens de ὅροι ? Le terme est utilisé dans un contexte qui est celui de ses premiers emplois, agraires (il s’agit en effet de terre dans laquelle passe le soc de la charrue13). On pourrait comprendre que les guerriers apparaissent au-dessus du bornage de cette aire de labour. Il pourrait s’agir aussi de la « frontière » que constitue la surface du sol éclairée par le soleil, sur laquelle insiste le chœur (ὄψιν ἐξανῆκε) et aux vers 674-675 : ἅ νιν εὐαλίοισι / δεῖξεν αἰθέρος πνοαῖς, « terre qui les avait fait voir aux souffles de l’éther ». Cette frontière est celle à laquelle touchent les guerriers, dont le « domaine » est l’ombre.

  • 14 Hérodote, IV, 52, pour deux fleuves, συνάγουσι δὲ τὰ τέρματα ὅ τε Τύρης καὶ ὁ Ὕπανις κατὰ Ἀλαζῶνας

36Le nom ὅρος, avec sa variante lexicale au neutre pluriel ὅρια, « frontières », correspond à des réalités matérielles variées ; il désigne la frontière en tant que barrière, limite, obstacle. Il est distinct d’un autre substantif, neutre lui aussi, qui est proche sémantiquement de ὅρος / ὅρια, dans la mesure où il a une réalité matérielle — c’est une pierre — qui désigne une limite, mais qui n’a aucun autre point sémantique commun avec la « frontière ». Le substantif τὸ τέρμα ainsi que ὁ τέρμων renvoient à la borne qui se trouve en bout de piste, et que contournent les chars. Employé concrètement et métaphoriquement pour désigner le terme d’une course (ou de la vie), il est très peu utilisé en géographie, où il conserve toujours l’idée d’aboutissement de mouvement14, sauf peut-être dans deux cas : Hérodote utilise le terme pour désigner les limites de la chaîne des monts d’Arabie, dont toute la description est faite en mouvement, comme par un marcheur qui la suit :

ταύτῃ μὲν λῆγον ἀνακάμπτει ἐς τὰ εἴρηται τὸ ὄρος· τῇ δὲ αὐτὸ ἑωυτοῦ ἐστι μακρότατον, ὡς ἐγὼ ἐπυνθανόμην, δύο μηνῶν· αὐτὸ εἶναι τῆς ὁδοῦ ἀπὸ ἠοῦς πρὸς ἑσπέρην, τὰ δὲ πρὸς τὴν ἠῶ λιβανωτοφόρα αὐτοῦ τὰ τέρματα εἶναι :

la montagne s’abaisse en cet endroit, puis fait un coude dans la direction que j’ai dite. Dans sa plus grande étendue il faut, d’après mes renseignements, deux mois de marche pour la parcourir, de l’orient au couchant, et elle se termine aux pays du levant qui produisent l’encens (Hérodote, II, 8).

37Le choix de τέρματα convient donc parfaitement : c’est la limite que l’on atteint.

38En revanche, le terme est employé dans un contexte différent, où il n’a pas tout à fait le même sens, dans un autre passage de l’œuvre d’Hérodote. Au moment de franchir l’Hellespont, Xerxès fait des libations et prie le soleil :

σπένδων ἐκ χρυσέης φιάλης Ξέρξης ἐς τὴν θάλασσαν εὔχετο πρὸς τὸν ἥλιον μηδεμίαν οἱ συντυχίην τοιαύτην γενέσθαι ἥ μιν παύσει καταστρέψασθαι τὴν Εὐρώπην πρότερον ἢ ἐπὶ τέρμασι τοῖσι ἐκείνης γένηται :

Xerxès versa avec une phiale d’or des libations dans la mer en invoquant le soleil : que rien ne lui advienne qui puisse l’arrêter dans sa conquête avant qu’il ne se trouve aux limites de l’Europe (Hérodote, VII, 5).

  • 15 M. Casevitz, op. cit. n. 3, p. 21.
  • 16 Eschyle, frag. 191 Radt, cité par M. Casevitz, op. cit. n. 3, p. 22.

39Le contexte permet aisément de comprendre le choix de τέρματα ici : c’est un but à atteindre, et il n’a pas, pour Xerxès, de frontières politiques. M. Casevitz explique : « le mot s’emploie pour des limites que l’on reconnaît à un continent »15. On ajoutera volontiers que le sème de « mouvement » est présent dans tous les emplois, et que partout on utilise le terme parce qu’il ne s’agit pas de limite « politique » et juridique. C’est le « point de la course », qu’il s’agisse du Phase, qui limite Europe et Asie16, ou de la limite du ciel fixée pour les marins par Poséidon (Euripide, Hippolyte 746). Il n’est pas question, dans tous ces emplois, d’opposition spatiale entre civilisé et sauvage, entre grec et barbare, entre connu et inconnu, mais simplement de terme d’un chemin parcouru.

III - Les extrêmes, les confins, les marges

  • 17 M. Casevitz, « Sur eschatia, histoire du mot », in A. Rousselle (ed.), Frontières terrestres, fron (...)
  • 18 Ibid., p. 20.

40Autant pour ὅρος que pour τέρμα, la « limite » en grec est envisagée par rapport à un point de référence, le point de départ pour le marcheur, le marin ou le conquérant, le centre d’un royaume ou d’un État pour le souverain ou le chef d’armée. Il en est de même pour un terme au moins parmi ceux qui désignent les « confins », ἐσχατιά. M. Casevitz, dans l’article qu’il a consacré à ἐσχατιά17, a mis en évidence les caractéristiques suivantes : le substantif, formé sur l’adjectif qui signifie « le plus extérieur », suppose un point de référence. C’est donc le « fin fond d’un pays, le lieu le plus éloigné du centre »18, par exemple là où vit l’hôte de Pélée : ναῖον δ᾽ ἐσχατιὴν Φθίης Δολόπεσσιν ἀνάσσων, « j’habitais le bout de la Phthie, commandant aux Dolopes » (Iliade IX, 84, trad. Casevitz).

41C’est ce trait sémantique que l’on trouve dans deux autres emplois du terme qui ne sont pas précisément géographiques, mais simplement en contexte spatial : l’extrémité du champ de bataille (Iliade XI, 524 ; XX, 328), ou celle du bûcher, au centre duquel se trouvent les os de Patrocle : ἐν μέσσῃ γὰρ ἔκειτο πυρῇ, τοὶ δ᾽ ἄλλοι ἄνευθεν / ἐσχατιῇ καίοντ᾽ ἐπιμὶξ ἵπποι τε καὶ ἄνδρες, « ils sont au milieu du bûcher, tandis que les autres ont brûlé à part, à l’extrême bord, hommes et chevaux mélangés » (Iliade XXIII, 242-243).

  • 19 Un exemple clair est présent dans un texte hors-corpus, dans la fable rapportée par Archiloque (fr (...)

42M. Casevitz dans son article relève une seconde caractéristique, qui est double : ces « extrémités » sont peu peuplées, voire désertes19. De même Philoctète vit « dans un endroit écarté » : νῦν μέν, ἴσως γὰρ τόπον ἐσχατιαῖς / προσιδεῖν ἐθέλεις ὅντινα κεῖται, / δέρκου θάρσων, « peut-être veux-tu voir en ce moment le lieu au lointain où il gît ? Regarde, n’aie pas peur ! » (Sophocle, Philoctète 143-145).

43Dans un cas chez Hérodote, le terme est clairement associé à la solitude :

αἰτωλὸς δὲ ἦλθε Τιτόρμου τοῦ ὑπερφύντος τε Ἕλληνας ἰσχύϊ καὶ φυγόντος ἀνθρώπους ἐς τὰς ἐσχατιὰς τῆς Αἰτωλίδος χώρης, τούτου τοῦ Τιτόρμου ἀδελφεὸς Μάλης :

parmi les prétendants à la main de la fille du tyran Clisthène, qui arrivent de toute la Grèce, se trouve un Étolien, du nom de Malès, qui est « le frère de ce Titormos qui fut l’homme le plus fort de la Grèce et qui alla fuir les hommes aux confins de l’Étolie » (Hérodote, VI, 127).

  • 20 Voir les exemples cités par M. Casevitz, op. cit. n. 17, p. 24-25.

44Ces extrémités peuvent aussi être présentées comme extrêmement riches, soit en richesses naturelles, soit en végétation luxuriante20 dans la tradition poétique, ou encore en ressources minières, ce que l’on trouve dans tous les emplois de l’adjectif chez Hérodote, associé à οἰκουμένη. Ces pays des extrémités de la « terre habitée » que sont l’Arabie, du côté du midi, l’Éthiopie, du côté du couchant, l’Inde, du côté de l’aurore, sont ceux, comme on le sait, du merveilleux : αἱ δ᾽ ἐσχατιαί κως τῆς οἰκεομένης τὰ κάλλιστα ἔλαχον, κατά περ ἡ Ἑλλὰς τὰς ὥρας πολλόν τι κάλλιστα κεκρημένας ἔλαχε, « le sort a réservé, dirait-on, ses dons les plus beaux aux confins du monde habité, même si toutefois il a donné à la Grèce le climat qui est de beaucoup le plus tempéré » (Hérodote, III, 106).

  • 21 Voir aussi, pour des remarques analogues, l’article de C. Muckensturm-Poulle, infra, p. 71-89.

45On trouve au livre III tous ces emplois réunis. On soulignera ici, de tous ces passages que nous connaissons, le caractère mêlé de la luxuriance, puisque ce sont autant les animaux, exceptionnellement grands, et la végétation que les hommes, plus grands et / ou plus beaux, qui sont hors du commun21. C’est d’ailleurs sans doute ainsi qu’il faut comprendre l’association de Titormos (τοῦ ὑπερφύντος τε Ἕλληνας ἰσχύι, Hérodote, VI, 127) à un lieu des extrémités plus encore que parce que la région où il vit est solitaire. J’ajouterai que ce n’est que pour l’Éthiopie qu’il est question de sauvage, et encore ne s’agit-il que de végétation (δένδρεα παντοῖα ἄγρια, « de nombreuses espèces sauvages », Hérodote, III, 114). Partout ce merveilleux est source de richesses pour l’homme.

  • 22 Etymologicum magnum, s. u. : τὸ ἔσχατον τοῦ ἀγροῦ, τὰ γὰρ πρὸς τοῖς τέρμασι τῶν χωρίων ἐσχατιὰς ἔλ (...)

46Ces « marges » sont dans les glossaires définies comme extrémités de terres cultivées, limitées par la mer ou la montagne22.

  • 23 Odyssée XXIV, 150 : ἀγροῦ ἐπ᾽ ἐσχατιήν, ὅθι δώματα ναῖε συβώτης, « aux marges de la terre cultivée (...)
  • 24 Philoctète 1 : le rivage de Lemnos est une terre entourée d’eau (περιρρύτου χθονός), sans hommes ( (...)

47Dans les textes, ces « marges » sont associées à la notion de mélange : hommes et animaux sont mêlés aux bords du bûcher de Patrocle, et c’est ce qui permet d’isoler le corps qui est au centre, dont les restes sont seuls. La place des uns et des autres correspond à leur rang social. C’est bien aussi le cas de l’hôte de Pélée, ou encore de personnages des marges, qui sont socialement à distance par rapport au reste d’une population, comme Eumée23 ou comme le Cyclope, dans des zones peu habitées, ou pas du tout24 :

ἔνθα δ᾽ ἐπ᾽ ἐσχατιῇ σπέος εἴδομεν ἄγχι θαλάσσης,
ὑψηλόν, δάφνῃσι κατηρεφές· ἔνθα δὲ πολλὰ
μῆλ᾽, ὄϊές τε καὶ αἶγες, ἰαύεσκον :

c’est là, à l’extrémité, que nous vîmes une grotte, près de la mer, en hauteur, ombragée de lauriers ; c’est là que de nombreux troupeaux de brebis et de chèvres avaient leur étable (Odyssée IX, 182-183).

  • 25 Cf. supra, p. 35-36.

48Ce n’est pas un hasard si cette présentation correspond à celle de la grotte de Philoctète, que nous avons évoquée25 : une grotte à l’écart, aux confins.

  • 26 Odyssée IX, 183-192 : περὶ δ᾽ αὐλὴ / ὑψηλὴ δέδμητο κατωρυχέεσσι λίθοισι / μακρῇσίν τε πίτυσσιν ἰδὲ (...)

49Les confins où vivent ces personnages des marges sont caractérisés par une végétation sauvage : le Cyclope, dont la grotte elle-même est entourée d’une sorte de rempart à la sauvage, fait de gros blocs, de chênes et de pins, est monstrueux par la taille, ne ressemble pas lui-même à un « mangeur de pain », mais plutôt au sommet boisé d’une haute montagne apparue à l’écart26.

  • 27 Ou effrayants comme les « hordes de Scythie qui occupent les confins du monde autour du marais Méo (...)
  • 28 Thucydide, IV, 30, 2 : τῶν δὲ στρατιωτῶν ἀναγκασθέντων διὰ τὴν στενοχωρίαν τῆς νήσου τοῖς ἐσχάτοις (...)

50Ces confins sont des lieux de danger, non seulement à cause de la présence d’habitants monstrueux comme le Cyclope27, mais aussi à cause de cette végétation sauvage. Pylos, par exemple, rappelle Thucydide (IV, 29, 3-30, 2), est hostile parce qu’inhabitée, et inhabitée parce qu’extrêmement boisée et sans chemins, ce qui constitue un avantage pour l’ennemi, qui peut surgir à l’improviste. Heureusement, « ayant dû, faute de place, toucher aux extrémités de l’île pour y déjeuner » (Thucydide, IV, 30, 2), l’un des soldats met par mégarde le feu à une petite portion de la forêt, et le vent achève le massacre, ce qui permettra aux Athéniens d’y voir l’ennemi28.

  • 29 Par exemple III, 115 : la flotte athénienne pénètre par la zone frontalière ; un dème aux confins (...)

51Si c’est l’ensemble de l’île qui est boisé, les zones qui se trouvent aux extrémités sont, par leur position, dangereuses non seulement pour l’assaillant mais aussi pour l’assiégé. Ces confins sont ceux par lesquels pénètre l’ennemi ou bien, du point de vue inverse, les zones où l’ennemi est accessible. C’est fréquemment le cas chez Thucydide29.

52L’extrémité d’une autre île par ailleurs verdoyante est caractérisée par son état d’abandon : c’est à l’extrémité de l’île, là où Calypso conduit Ulysse, que les arbres sont les plus variés, les plus grands, et tous morts :

ἦρχε δ᾽ ὁδοῖο
νήσου ἐπ᾽ ἐσχατιήν, ὅθι δένδρεα μακρὰ πεφύκει,
κλήθρη τ᾽ αἴγειρός τ᾽, ἐλάτη τ᾽ ἦν οὐρανομήκης,
αὖα πάλαι, περίκηλα, τά οἱ πλώοιεν ἐλαφρῶς :

elle montra le chemin vers la pointe de l’île, où des arbres très hauts avaient poussé jadis, aunes et peupliers, sapins touchant le ciel, tous morts depuis longtemps, tous secs et, pour flotter, tous légers à souhait (Odyssée V, 237-240, trad. Bérard).

53D’autres confins, en bord de mer eux aussi, sont dangereux, mais pour des raisons différentes. Ceux du camp où se trouve la tente d’Ajax, qu’Athéna détaille dans le prologue de la pièce de Sophocle, ont toutes les caractéristiques des ἐσχατιαί : les tentes sont en bord de mer, et y est logé un héros des marges : καὶ νῦν ἐπὶ σκηναῖς σε ναυτικαῖς ὁρῶ / Αἴαντος, ἔνθα τάξιν ἐσχάτην ἔχει, « je te vois à présent près des tentes d’Ajax qui sont à proximité des nefs, là où il a le rang le plus éloigné » (Sophocle, Ajax 3-4), dit Athéna à Ulysse, avant de le comparer à une chienne de Laconie qui renifle les traces de sa proie, et de décrire Ajax qui revient tout couvert de sang. Ulysse lui répond :

καὶ νῦν ἐπέγνως εὖ μ᾽ ἐπ᾽ ἀνδρὶ δυσμενεῖ
βάσιν κυκλοῦντ᾽, Αἴαντι τῷ σακεσφόρῳ·
κεῖνον γάρ, οὐδέν᾽ ἄλλον, ἰχνεύω πάλαι :

maintenant tu l’as dit avec raison : c’est bien un ennemi que j’épie, Ajax au fameux bouclier ; c’est lui, et non un autre, dont je suis la trace (Sophocle, Ajax 18-20).

54Dans ces zones extrêmes, les deux héros, Ulysse et Ajax, en arrivent à avoir, dans leur attitude, quelque chose de l’animal : Ulysse guette sa proie, et Ajax tient, lui, de l’animal sauvage qui s’est gorgé de sang, ou au moins du monstrueux. Les extrémités du mouillage, ἐπ᾽ ἐσχατιῇ λιμένος, où Athéna (Odyssée II, 391), mais aussi Ulysse (Odyssée X, 96), amarre, sont au contraire protégées parce qu’elles sont à l’écart, c’est-à-dire à distance assez éloignée du fond et un peu plus hors d’atteinte.

  • 30 Hymne à Apollon 98. Chez Homère l’adjectif et le substantif s’appliquent aussi à la ville haute, a (...)
  • 31 Odyssée III, 278 ; Iliade XIV, 292.

55Les autres radicaux du grec qui sont quelquefois traduits par « limites », « extrémités », « confins » ne sont pas, à l’origine du moins, liés à ces notions. Le terme ἄκρον dans la poésie archaïque s’applique toujours à du relief, sommet de l’Olympe30 ou de l’Ida31. Les emplois dans la poésie dramatique de cette famille lexicale sont tous dans la lignée des emplois archaïques : c’est l’idée de hauteur qui l’emporte, même pour un « promontoire », toujours difficile d’accès depuis la mer, qu’il s’agisse de celui où vit le Cyclope ou Philoctète. Les ἄκραι cependant, malgré le relief, sont accessibles pour Ulysse ou pour Oreste, qui réussit justement à aborder : Ιφ. ποῦ δ᾽ εἴδετ᾽ αὐτοὺς κἀντυχόντες εἵλετε ; / Βο. ἄκραις ἐπὶ ῥηγμῖσιν ἀξένου πόρου, « Iphigénie : Où les avez-vous vus, les avez-vous trouvés et les avez-vous pris ? Bouvier : Aux bords escarpés de la mer hostile aux étrangers, où se brisent les vagues » (Euripide, Iphigénie en Tauride 252-253).

56Ces promontoires sont des lieux où un assiégé peut garder contact avec l’extérieur, en particulier se faire ravitailler, comme Plemmyrion, défini ainsi par Thucydide :

τῷ δὲ Νικίᾳ ἐδόκει τὸ Πλημμύριον καλούμενον τειχίσαι· ἔστι δὲ ἄκρα ἀντιπέρας τῆς πόλεως, ἥπερ προύχουσα τοῦ μεγάλου λιμένος τὸ στόμα στενὸν ποιεῖ, καὶ εἰ τειχισθείη, ῥᾴων αὐτῷ ἐφαίνετο ἡ ἐσκομιδὴ τῶν ἐπιτηδείων ἔσεσθαι :

Nicias décida de fortifier le Plemmyrion — on donne ce nom à une hauteur qui forme promontoire sur la côte, en face de la ville, et rétrécit l’entrée du grand port — ; il lui semblait que, ce point étant fortifié, l’arrivage des vivres se trouverait facilité (Thucydide, VII, 4, 4, trad. de Romilly).

57Ces points avancés peuvent aussi servir à la défense d’une zone côtière : les Péloponnésiens installent l’infanterie sur les « pointes », qui bordent le rivage, et les navires dans l’intervalle :

καὶ αὐτοῖς τοῦ χωρίου μηνοειδοῦς ὄντος ἐφ᾽ ᾧ ὥρμουν, ὁ μὲν πεζὸς ἑκατέρωθεν προσβεβοηθηκὼς τῶν τε Κορινθίων καὶ τῶν αὐτόθεν ξυμμάχων ἐπὶ ταῖς προανεχούσαις ἄκραις παρετέτακτο, αἱ δὲ νῆες τὸ μεταξὺ εἶχον ἐμφάρξασαι :

la côte près de laquelle ils mouillaient dessine un croissant. L’infanterie s’étant avancée à leur aide des deux côtés, avec des Corinthiens aussi bien que des alliés de la région, avait pris position sur les pointes qui prolongent en mer le rivage ; les vaisseaux occupaient l’intervalle et le barraient (Thucydide, VII, 34, 2, trad. de Romilly).

IV - L’extrémité ultime

58Τὰ πείρατα γαίης et περάτη (γῆ) sont tout à fait distincts de toutes les autres expressions que nous avons vus : ils désignent l’extrémité de la surface de la terre, au-delà de laquelle se trouve soit le ciel (Athéna allonge la nuit au bout du monde, Odyssée XXIII, 243), soit l’Océan, ou bien les Champs Élysées (Odyssée IV, 563, là où vit Rhadamante). C’est là que se rend Héra : ἔρχομαι ὀψομένη πολυφόρβου πείρατα γαίης, / Ὠκεανόν τε θεῶν γένεσιν καὶ μητέρα Τηθύν, « je m’en vais visiter, aux confins de la terre féconde, Océan père des dieux et Téthys, leur mère » (Iliade XIV, 301-302). Ces extrémités ne sont pas accessibles aux hommes, mais seulement aux dieux.

  • 32 Pas d’attestation chez Hérodote, une seule chez Thucydide et deux chez Xénophon avec le sens géogr (...)
  • 33 Xénophon, Cyropédie VIII, 6 : καὶ ἐκ τούτου τὴν ἀρχὴν ὥριζεν αὐτῷ πρὸς ἕω μὲν ἡ Ἐρυθρὰ θάλαττα, πρ (...)

59C’est peut-être pourquoi on ne trouve que rarement le substantif chez les historiens de l’époque classique32. Xénophon emploie ce mot pour désigner des régions difficiles à habiter à cause du climat (trop froid, trop chaud, trop sec), aux extrémités de la terre habitée33. Et Thucydide met l’expression πείρατα γῆς dans le discours des Corinthiens :

τόν τε γὰρ Μῆδον αὐτοὶ ἴσμεν ἐκ περάτων γῆς πρότερον ἐπὶ τὴν Πελοπόννησον ἐλθόντα ἢ τὰ παρ᾽ ὑμῶν ἀξίως προαπαντῆσαι, καὶ νῦν τοὺς Ἀθηναίους οὐχ ἑκάς, ὥσπερ ἐκεῖνον, ἀλλ᾽ ἐγγὺς ὄντας περιορᾶτε :

déjà le Mède, nous le savons sans qu’on nous le dise, a eu le temps de venir des confins de la terre attaquer le Péloponnèse, avant que vous ne fissiez, pour aller à sa rencontre, un effort valable. Maintenant, les Athéniens ne sont pas loin, comme lui, ils sont tout près, et vous les laissez faire ! (Thucydide, I, 69, 5).

60Le substantif est utilisé sciemment, par exagération. Ce seul emploi, chez Thucydide, est significatif : πέρας n’est pas du domaine de l’humain.

  • 34 En réalité un hapax, οὐρούς, Iliade II, 153.
  • 35 Odyssée VIII, 124 ; οὔρα : Iliade X, 351 et XXIII, 431.

61Les buissons et les fourrés ne sont pas à la frontière, ὅρος, parce qu’elle est bornage fait de main d’homme ou défini par l’homme à l’aide du cours d’eau ou du bord de mer, qui sont en contrebas. À ce propos, une remarque sur l’étymologie, peu claire, de ὅρος s’impose. Dans deux cas au moins, οὔρος34, οὔρον35 dans l’Iliade désigne le sillon tracé par l’araire. L’évolution sémantique est aisée ; si le sens premier du mot est bien celui-là, l’ensemble de tous ses emplois y répond parfaitement, et on comprend qu’il ne soit pas question d’autre chose que de limite tracée par l’homme entre deux unités de statut équivalent. Par conséquent nous restons en pleine civilisation, le terme n’a rien à voir avec la question de la sauvagerie proprement dite ; on reste dans une opposition d’homme à homme, ou plutôt de pouvoir à pouvoir, d’État à État.

62C’est par ces zones des marges que s’établit le contact entre la civilisation d’où vient celui qui y touche et celle qu’il a quittée. Ainsi Oreste peut-il atteindre Iphigénie, ainsi Ulysse peut-il quitter l’île de Calypso, ainsi peut-il aussi atteindre Ithaque, ainsi Io peut-elle, aux marges, retrouver la raison.

  • 36 C. de Lamberterie, « Λάχεια, λαχαίνω, λόχος », RPh 49 (1975), p. 232-240 ; p. 240 : « le sens prét (...)
  • 37 Ibid., p. 240.

63Ces « buissons », ces « fourrés » qui servent d’embuscade à une petite troupe armée ou qui servent de repère à une bête sauvage sont en grec rendus par des mots qui appartiennent à une autre famille lexicale, celle de λόχος, « embuscade », mais aussi « fourré, taillis » (λόχμη), qui n’a rien à voir avec une racine homonyme λόχος, λέχεται, λέχος, « couche, lit, accouchement », comme l’a bien montré C. de Lamberterie36. On pourrait être tenté de mettre en rapport ce terme avec ὅρος / οὖρος, « frontière / sillon », dans la mesure où le verbe λαχαίνω, qui signifie « creuser », appartient à cette famille. En réalité le sens de « creuser » est secondaire et bâti sur celui d’« élaguer »37.

  • 38 Les remarques que font V. Tapkova-Zaimova et G. Valtchinova sur les frontières végétales construit (...)

64Ces buissons ou ces fourrés ou simplement ces embuscades sont souvent aux portes de la cité assiégée, ou bien sur la route qu’emprunte l’ennemi, peut-être en contrebas. On en donne exceptionnellement une description : les assiégeants d’une des deux cités représentées sur le bouclier forgé par Héphaïstos choisissent comme embuscade les bords du fleuve, là où il offre un abreuvoir aux troupeaux (Iliade XVIII, 520), d’où ils vont bondir dès qu’ils voient s’approcher les bergers. Ces buissons sont aussi le gîte privilégié de certains oiseaux, en particulier le rossignol et, dans un cas (Odyssée XIX, 439), du sanglier qui bondit hors du fourré protecteur (où il est à l’abri de la pluie, du vent, du soleil) en entendant Ulysse approcher. Si Ulysse le tue, l’animal a cependant réussi à le mordre (« il arrache un bout de la chair sans entamer l’os »). Ce sont ces éléments naturels qui permettent la rencontre entre deux ennemis ou la confrontation entre homme et animal, parce qu’ils permettent de cacher l’une des deux parties, ce que ne fait pas assez la zone des « confins », dangereuse au contraire parce que trop découverte et accessible à l’autre. Tout se passe donc comme si la notion de « frontière », ou du moins les termes qui la désignent spécifiquement en grec, n’avaient, tout compte fait, pas de rapport intrinsèque avec la sauvagerie en elle-même. Les buissons, les fourrés, les ronces, sont simplement des éléments de la végétation et deviennent des frontières naturelles à partir du moment où ils constituent des obstacles pour l’être humain qui envisage de les franchir ou de s’en servir pour se protéger. C’est donc une affaire d’hommes que la « frontière » : c’est d’abord d’une construction de main d’homme faite pour matérialiser des limites entre des hommes38. La sauvagerie, elle, n’aurait pas en soi de limites, de bornes, de frontières, mais plutôt, à côté d’espaces propres, des zones de rencontre ou de mélange avec autre chose, que ce soit de l’ordre du végétal, de l’animal ou… de l’humain.

Haut de page

Notes

1 Pour ne citer que l’une ou l’autre des plus célèbres, C. Jacob, Géographie et ethnographie en Grèce ancienne, Paris, A. Colin, 1991, ou A. Ballabriga, Le Soleil et le Tartare : l’image mythique du monde en Grèce archaïque, Paris, EPHE, 1986, ou encore par le même auteur, Les Fictions d’Homère : l’invention mythologique et cosmographique dans l’Odyssée, Paris, Presses universitaires de France, 1998, ou encore, dans un autre registre, F. Hartog, Mémoires d’Uysse. Récits sur la frontière en Grèce ancienne, Paris, Gallimard, 1996.

2 M. Casevitz, « Les Mots de la frontière en grec », in Y. Roman (ed.), La Frontière, Lyon, GDR Maison de l’Orient, 1993, p. 17-23, et « Sur eschatia, histoire du mot », in A. Rousselle (ed.), Frontières terrestres, frontières célestes dans l’Antiquité, Paris, de Boccard, 1995, p. 19-30.

3 M. Casevitz, « Les Mots de la frontière en grec », in Y. Roman (ed.), La Frontière, Lyon, GDR Maison de l’Orient, 1993, p. 17.

4 Sauf indication contraire, toutes les traductions sont personnelles.

5 Euripide, Troyennes 365-366 : πόλιν δὲ δείξω τήνδε μακαριωτέραν / ἣ τοὺς Ἄχαιους, « je vais montrer que notre cité est plus heureuse que celle des Achéens ».

6 Thucydide, IV, 101, 1 : ἐπειδὴ οὐκ ἐν τῇ Βοιωτίᾳ ἔτι εἰσί (μάλιστα γὰρ ἐν μεθορίοις τῆς Ὠρωπίας οἱ Ἀθηναῖοι ἦσαν, ὅτε ἔθεντο τὰ ὅπλα).

7 Thucydide, IV, 102, 1 : τὴν γὰρ Βοιωτίαν ἐκ τῆς ὁμόρου ἐλθόντες τεῖχος ἐνοικοδομησάμενοι μέλλουσι φθείρειν : « car c’est en Béotie qu’ils sont venus d’un pays limitrophe et, par l’établissement d’un fortin, s’apprêtent à semer la ruine » (trad. de Romilly).

8 Cf. Xénophon, Anabase IV, 3, 1 et IV, 8, 2.

9 Le Dniestr (Tyras) est un fleuve d’Ukraine qui prend sa source dans les Carpathes ; à son embouchure, se trouve la ville du même nom, qui est une colonie de Milet.

10 Voir aussi Eschyle, Suppliantes 258, cf. infra, p. 31.

11 En Thessalie.

12 Euripide, Iphigénie en Tauride 85. Voir aussi Euripide, Héraclides 188-190 (Iolaos rappelle qu’il est un ξένος, exilé d’Argos, et demande s’il doit aussi être exilé de la frontière, ὅρος, de la Grèce).

13 Phéniciennes 669 : ἐς βαθυσπόρους γύας.

14 Hérodote, IV, 52, pour deux fleuves, συνάγουσι δὲ τὰ τέρματα ὅ τε Τύρης καὶ ὁ Ὕπανις κατὰ Ἀλαζῶνας.

15 M. Casevitz, op. cit. n. 3, p. 21.

16 Eschyle, frag. 191 Radt, cité par M. Casevitz, op. cit. n. 3, p. 22.

17 M. Casevitz, « Sur eschatia, histoire du mot », in A. Rousselle (ed.), Frontières terrestres, frontières célestes dans l’Antiquité, Paris, de Boccard, 1995, p. 19-30.

18 Ibid., p. 20.

19 Un exemple clair est présent dans un texte hors-corpus, dans la fable rapportée par Archiloque (fr. 224, 3-4 Lasserre-Bonnard) du singe et du renard : le singe, qui s’est exclu de la société des animaux, s’en allait solitaire, à la recherche d’un lieu extrême, ἐσχατίαισι. Le lexique d’Hésychius glose ἐσχατιή par ἐρημία, ἄκρον, τελευταία.

20 Voir les exemples cités par M. Casevitz, op. cit. n. 17, p. 24-25.

21 Voir aussi, pour des remarques analogues, l’article de C. Muckensturm-Poulle, infra, p. 71-89.

22 Etymologicum magnum, s. u. : τὸ ἔσχατον τοῦ ἀγροῦ, τὰ γὰρ πρὸς τοῖς τέρμασι τῶν χωρίων ἐσχατιὰς ἔλεγον, οἷς γειτυιᾷ εἴτε ὄρος εἴτε θάλασσα.

23 Odyssée XXIV, 150 : ἀγροῦ ἐπ᾽ ἐσχατιήν, ὅθι δώματα ναῖε συβώτης, « aux marges de la terre cultivée, là où le porcher a sa maison ».

24 Philoctète 1 : le rivage de Lemnos est une terre entourée d’eau (περιρρύτου χθονός), sans hommes (βροτοῖς ἄστιπτος οὐδ᾽ οἰκουμένη).

25 Cf. supra, p. 35-36.

26 Odyssée IX, 183-192 : περὶ δ᾽ αὐλὴ / ὑψηλὴ δέδμητο κατωρυχέεσσι λίθοισι / μακρῇσίν τε πίτυσσιν ἰδὲ δρυσὶν ὑψικόμοισιν. / ἔνθα δ᾽ ἀνὴρ ἐνίαυε πελώριος, ὅς ῥα τὰ μῆλα / οἶος ποιμαίνεσκεν ἀπόπροθεν· οὐδὲ μετ᾽ ἄλλους / πωλεῖτ᾽, ἀλλ᾽ ἀπάνευθεν ἐὼν ἀθεμίστια ᾔδη. / καὶ γὰρ θαῦμ᾽ ἐτέτυκτο πελώριον, οὐδὲ ἐῴκει / ἀνδρί γε σιτοφάγῳ, ἀλλὰ ῥίῳ ὑλήεντι / ὑψηλῶν ὀρέων, ὅ τε φαίνεται οἶον ἀπ᾽ ἄλλων, « en hauteur, un espace avait été délimité par des pierres enfoncées dans le sol, de grands pins et des chênes à la cime touffue. C’est là que vivait cet homme, ce géant, qui emmenait paître ses troupeaux loin de tout ; il ne fréquentait pas les autres, toujours à distance, à penser à d’infâmes desseins. C’était un géant effrayant à voir, qui ne ressemblait pas à un homme mangeur de farine, mais plutôt à un pic boisé, visible entre tous ».

27 Ou effrayants comme les « hordes de Scythie qui occupent les confins du monde autour du marais Méotis » (Σκύθης ὅμιλος, οἳ γᾶς / ἔσχατον τόπον ἀμφὶ Μαι- / ῶτιν ἔχουσι λίμναν, Eschyle, Prométhée enchaîné 416-418).

28 Thucydide, IV, 30, 2 : τῶν δὲ στρατιωτῶν ἀναγκασθέντων διὰ τὴν στενοχωρίαν τῆς νήσου τοῖς ἐσχάτοις προσίσχοντας ἀριστοποιεῖσθαι διὰ προφυλακῆς καὶ ἐμπρήσαντός τινος κατὰ μικρὸν τῆς ὕλης ἄκοντος καὶ ἀπὸ τούτου πνεύματος ἐπιγενομένου.

29 Par exemple III, 115 : la flotte athénienne pénètre par la zone frontalière ; un dème aux confins de l’Attique est pris par les Béotiens tandis que les Chalcidiens ravagent les campagnes (Hérodote, V, 74). C’était le cas aussi à l’extrémité du champ de bataille chez Homère (e. g. Iliade X, 434).

30 Hymne à Apollon 98. Chez Homère l’adjectif et le substantif s’appliquent aussi à la ville haute, au sommet des vagues (e. g. Iliade XX, 229), à l’extrémité du bateau, à celle du casque.

31 Odyssée III, 278 ; Iliade XIV, 292.

32 Pas d’attestation chez Hérodote, une seule chez Thucydide et deux chez Xénophon avec le sens géographique (Cyropédie VIII, 6 ; Agésilas IX, 5).

33 Xénophon, Cyropédie VIII, 6 : καὶ ἐκ τούτου τὴν ἀρχὴν ὥριζεν αὐτῷ πρὸς ἕω μὲν ἡ Ἐρυθρὰ θάλαττα, πρὸς ἄρκτον δὲ ὁ Εὔξεινος πόντος, πρὸς ἑσπέραν δὲ Κύπρος καὶ Αἴγυπτος, πρὸς μεσημβρίαν δὲ Αἰθιοπία. Τούτων δὲ τὰ πέρατα τὰ μὲν διὰ θάλπος, τὰ δὲ διὰ ψῦχος, τὰ δὲ διὰ ὕδωρ, τὰ δὲ δι᾽ ἀνυδρίαν δυσοίκητα, « c’est à partir de là que la mer Erythrée constitua la frontière de son empire au levant, le Pont Euxin au nord, au couchant Chypre et l’Égypte, au midi l’Éthiopie. Ces régions des extrémités sont difficilement habitables pour les unes à cause de la chaleur, pour les autres à cause du froid, d’autres encore à cause de la présence d’eau, d’autres à cause de l’absence d’eau ».

34 En réalité un hapax, οὐρούς, Iliade II, 153.

35 Odyssée VIII, 124 ; οὔρα : Iliade X, 351 et XXIII, 431.

36 C. de Lamberterie, « Λάχεια, λαχαίνω, λόχος », RPh 49 (1975), p. 232-240 ; p. 240 : « le sens prétendument originel de “ couche ” qu’on veut donner à ces mots résulte d’un préjugé étymologique dont l’inanité est sans peine révélée par une analyse des emplois ».

37 Ibid., p. 240.

38 Les remarques que font V. Tapkova-Zaimova et G. Valtchinova sur les frontières végétales construites de main d’homme dans le Roman d’Alexandre (« Marges et frontières symboliques du Nord dans la longue durée : autour des traductions slavonnes du Roman d’Alexandre », Scripta & e-Scripta 7 (2009), p. 85-98) vont exactement dans le même sens : « on apprend un procédé curieux pour délimiter la frontière : planter des mûres, des buissons grimpants et des épineux » ; et elles ajoutent : « ce dernier procédé est, selon toute vraisemblance, une information légendaire », p. 93. Cf. également infra p. 91-123, sur les frontières végétales des Nerviens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Boehm, « Pur concept, élément naturel ou réalité édifiée de main d’homme ? À propos du vocabulaire de la frontière en grec ancien », Cahiers des études anciennes, LII | 2015, 19-45.

Référence électronique

Isabelle Boehm, « Pur concept, élément naturel ou réalité édifiée de main d’homme ? À propos du vocabulaire de la frontière en grec ancien », Cahiers des études anciennes [En ligne], LII | 2015, mis en ligne le 03 juin 2015, consulté le 30 juillet 2016. URL : http://etudesanciennes.revues.org/822

Haut de page

Auteur

Isabelle Boehm

Université Lumière-Lyon 2 / UMR 5189 / HiSoMa

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org