Navigation – Plan du site
I Des frontières réelles où la limite du sauvage est définie

À propos des barrières végétales des Nerviens et de la représentation des confins sauvages dans quelques récits de conquête

Sébastien Barbara
p. 91-123

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les traductions de César sont de L.-A. Constans, Paris, Les Belles Lettres, 19617. Je remercie Xav (...)

1Dans le livre II de La Guerre des Gaules1, après avoir accepté la soumission des Bellovaques puis des Ambiens, César se dirige vers ceux qui représentent alors le plus grand danger à ses yeux : les Nerviens. Ce peuple, qui était pour les Romains à ce moment précis de l’Histoire, un peuple du bout du monde, a été présenté un peu plus tôt dans l’ouvrage lors du rapport des ambassadeurs rèmes : Neruios, qui maxime feri inter ipsos habeantur longissimique absint, « les Nerviens passent pour les plus farouches des Belges et sont les plus éloignés » (II, 4, 8). Puis, après la soumission des Ambiens, César s’était informé plus précisément sur les Nerviens et avait obtenu les informations suivantes :

nullum aditum esse ad eos mercatoribus ; nihil pati uini reliquarumque rerum ad luxuriam pertinentium inferri, quod iis rebus relanguescere animos eorum et remitti uirtutem existimarent : esse homines feros magnaeque uirtutis, increpitare atque incusare reliquos Belgas, qui se populo dedidissent patriamque uirtutem proiecissent ; confirmare sese neque legatos missuros neque ullam condicionem pacis accepturos :

les marchands n’avaient aucun accès auprès d’eux ; ils ne souffraient pas qu’on introduisît chez eux du vin ou quelque autre produit de luxe, estimant que cela amollissait leurs âmes et détendait les ressorts de leur courage ; c’était des hommes rudes et d’une grande valeur guerrière ; ils accablaient les autres Belges de sanglants reproches pour s’être soumis à Rome et avoir fait litière de la vertu de leurs ancêtres ; ils assuraient que, quant à eux, ils n’enverraient pas de députés et n’acceptaient aucune proposition de paix (II, 15, 4‑6).

2Ces caractéristiques sont celles qui seront reprises à propos de l’ensemble des Belges dans le célèbre préambule ethnographique du livre I :

horum omnium fortissimi sunt Belgae, propterea quod a cultu atque humanitate prouinciae longissime absunt, minimeque ad eos mercatores saepe commeant atque ea quae ad effeminandos animos pertinent inportant, proximique sunt Germanis, qui trans Rhenum incolunt, quibuscum continenter bellum gerunt :

les plus braves de ces trois peuples sont les Belges, parce qu’ils sont les plus éloignés de la province romaine et des raffinements de sa civilisation, parce que les marchands y vont très rarement, et, par conséquent, n’y introduisent pas ce qui est propre à amollir les cœurs, enfin parce qu’ils sont les plus voisins des Germains, qui habitent sur l’autre rive du Rhin, et avec qui ils sont continuellement en guerre (I, 1, 3).

  • 2 Cf. Plutarque, César 20, 6 : ἐπὶ δὲ τοὺς ἀγριωτάτους καὶ μαχιμωτάτους τῶν τῇδε, Νερβίους, ἐστράτευ (...)

3La comparaison des deux passages montre bien que l’image des Belges a été refaite a posteriori à partir de celle des Nerviens car la conquête rapide du Belgium par César entame quelque peu cette réputation. On voit aussi par ces quelques extraits que les Nerviens ont représenté aux yeux des Romains, pendant un temps assez bref, une variété curieuse de Celtes — ni Gaulois, ni Germains — dont on peut isoler facilement les différentes caractéristiques : sauvagerie constitutive (maxime feri)2, isolement spatial, refus du commerce, rejet des produits caractéristiques de la « civilisation », primat du courage, virilité, indépendance farouche, refus de la discussion et de la soumission.

  • 3 Cf. Strabon, IV, 4, 2 : ἀεὶ δὲ οἱ προσβορώτεροι καὶ παρωκεανῖται μαχιμώτεροι, « ajoutons que plus (...)

4Très rapidement César saura qu’après les Nerviens se trouvent d’autres peuples plus septentrionaux, mais au début de la conquête de la Gaule belgique ce sont eux qui représentent les Barbares d’Extrême-Occident conformément au topos ethnographique selon lequel plus on s’éloigne en direction de la périphérie du monde connu, moins les peuples doivent être civilisés et plus ils sont redoutables3.

  • 4 Sur ce problème, voir M. Rambaud, dans son édition, C. Iulius Caesar, De bello Gallico II-III, Par (...)
  • 5 Le procédé est récurrent dans La Guerre des Gaules, e. g. V, 8, 6 ; VII, 18, 1.

5César quitte donc les rives de la Somme et effectue trois jours de marche à travers un territoire (Guerre des Gaules II, 16, 1 : cum per eorum fines triduum iter fecisset) que la vraisemblance nous incite à identifier avec celui des Ambiani4 malgré l’ambiguïté du texte. Puis, après avoir établi un premier camp non loin des ennemis (ab castris suis) et avoir interrogé des prisonniers, César apprend que la « deuxième coalition » belge constituée des Nerviens, des Atrébates et des Viromanduens est positionnée à dix milles de là. Il envoie alors des éclaireurs chargés de repérer l’emplacement d’un nouveau camp plus proche de l’ennemi (II, 17, 1). Nous ne saurons rien de plus sur les conditions de repérage du nouveau camp car César reprendra son récit au moment où l’armée arrive précisément sur le lieu du nouveau camp. Entre l’envoi des éclaireurs et l’arrivée à proximité de la rivière Sabis, César intercale un passage où il nous livre des informations dont il n’aurait eu connaissance que plus tard : après la bataille du Sabis il apprendra en effet par des prisonniers5 que des transfuges belges ou gaulois avaient profité de la nuit intermédiaire pour révéler aux Nerviens la composition de l’agmen et les avaient incités à attaquer la légion en tête de colonne (II, 17, 2‑3). Et César ajoute :

adiuuabat etiam eorum consilium qui rem deferebant, quod Neruii antiquitus, cum equitatu nihil possent (neque enim ad hoc tempus ei rei student sed, quicquid possunt, pedestribus ualent copiis), quo facilius finitimorum equitatum, si praedandi causa ad eos uenissent, impedirent, teneris arboribus incisis atque inflexis crebrisque in latitudinem ramis enatis et rubis sentibusque interiectis effecerant ut instar muri hae saepes munimenta praeberent, quo non modo non intrari, sed ne perspici quid posset. His rebus cum iter agminis nostri impediretur, non omittendum sibi consilium Neruii existimauerunt :

une considération appuyait encore le conseil de leurs informateurs : les Nerviens, n’ayant pas de cavalerie (jusqu’à présent, en effet, ils ne s’y intéressent pas, mais toute leur force, ils la doivent à l’infanterie), avaient depuis longtemps recours, afin de mieux faire obstacle à la cavalerie de leurs voisins, dans le cas où ils viendraient faire des razzias chez eux, au procédé suivant : ils taillaient et courbaient de jeunes arbres ; ceux-ci poussaient en largeur de nombreuses branches ; des ronces et des buissons épineux croissaient dans les intervalles : si bien que ces haies, semblables à des murs, leur offraient une protection que même le regard ne pouvait violer. Notre armée étant embarrassée dans sa marche par ces obstacles, les Nerviens pensèrent qu’ils ne devaient pas négliger le conseil qu’on leur donnait [scil. attaquer la légion de tête isolée des autres par le convoi] (II, 17, 4-5).

  • 6 L’expression est utilisée par M. Rambaud, op. cit. n. 4, p. 83, mais ces aménagements n’ont rien à (...)
  • 7 O. Rackham, The History of the Countryside, Londres, Weidenfeld and Nicholson, 1997, p. 184 ; J.‑R (...)

6Ce passage singulier sur ce que l’on pourrait improprement appeler à première vue le « bocage » nervien6 est régulièrement cité par les historiens du paysage qui pensent trouver là une mention rare d’un aménagement caractéristique de la Gaule pré-romaine7, mais, du point de vue culturel, il apporte également d’autres éléments intéressants sur ce peuple belge.

7Les informations fournies par César semblent plutôt fiables d’autant que les barrières végétales sont de nouveau évoquées, cette fois-ci au cœur de l’action, non loin du site de la bataille :

saepibusque densissimis, ut ante demonstrauimus, interiectis prospectus impediretur, neque certa subsidia conlocari neque quid in quaque parte opus esset prouideri neque ab uno omnia imperia administrari poterant :

comme […] des haies très épaisses, ainsi qu’on l’a dit plus haut, barraient la vue, on n’avait pas de données précises pour l’emploi des réserves, on ne pouvait pourvoir aux besoins de chaque partie du front et l’unité de commandement était impossible (II, 22, 1).

  • 8 D. & Y. Roman, Histoire de la Gaule (VIes. av. J.-C.-Iers. ap. J.-C.), Paris, Fayard, 1997, p. 426
  • 9 Sur le déroulement des batailles rangées, voir J.-L. Brunaux, Guerre et religion en Gaule. Essai d (...)
  • 10 Dix ans plus tard, en 47, lors de la bataille contre Pharnace, César tire profit d’une telle posit (...)

8Il vaut d’abord la peine de s’interroger sur la logique du premier extrait et sur son insertion dans le récit de César. Le but est, semble-t-il, d’expliquer ce qui avait pu pousser les Nerviens à adopter un plan offensif très audacieux8 et assez différent des coutumes de guerre gauloises9. Lors de la bataille du Sabis ceux-ci ont en effet surpris les Romains en courant à leur rencontre dans une position très défavorable puisqu’il leur fallait traverser un cours d’eau et gravir une colline jusqu’aux Romains10. Ils ont ainsi créé une panique et la situation des Romains a été critique.

  • 11 Sur le danger couru par César à cette occasion, voir Plutarque, César 20.
  • 12 L’expression est de M. Rambaud, César, Paris, Presses universitaires de France, 19743, p. 28.
  • 13 Suétone, César 58 : exercitum neque per insidiosa itinera duxit umquam nisi perspeculatus locorum (...)

9Le but de cette présentation des faits par César, par la même occasion, pourrait être de nous persuader que le déroulement des événements ne pouvait être différent : César ne pouvait éviter l’effet de surprise dont ont profité les Nerviens grâce à la trahison des transfuges et la configuration du terrain. En réalité, si l’on y regarde de plus près, le détail du paysage n’est pas explicitement utilisé dans ce but par César, mais se trouve intégré dans le raisonnement des transfuges. L’argument retenu par les Nerviens, outre la composition « mixte » de la colonne romaine (soldats et bagages), est que la progression de leurs ennemis est gênée par leurs barrières végétales. Cependant César n’a pas fait état de difficultés pour se déplacer et ces haies vont jouer ensuite un rôle très secondaire dans la stratégie des Nerviens, ce qui laisse penser que ces Belges utilisent un aménagement qui se trouve là, mais que l’essentiel de leur stratégie repose finalement sur autre chose. L’impression fournie par l’ensemble du passage est que César a utilisé des informations de terrain consignées dans ses notes pour trouver maladroitement des explications à ce qui avait failli être un échec sur les bords du Sabis11. Si le territoire ennemi offrait aux regards ces « haies vives »12 si caractéristiques, c’est probablement la première chose que César a dû apercevoir, lui qui était si attaché au repérage du territoire ennemi13. Il est dès lors assez douteux qu’il ait attendu la fin de la bataille pour s’informer à ce sujet. De même les informations sur le potentiel militaire des Nerviens et sur leurs habitudes de combat intéressent au plus haut point la tactique et ne peuvent être tenues pour des renseignements ethnographiques accessoires. Aussi est-il peu probable que César n’ait appris qu’après coup l’absence d’une cavalerie nervienne. Il est donc possible de détecter ici plusieurs indices de réécriture, de camouflage sinon de falsification. Ils ne permettent cependant pas de mettre en doute la validité des informations de base qui nous sont livrées par César tant sur l’existence des haies nerviennes que sur la spécialisation de cette armée dans le domaine de l’infanterie. En attribuant la stratégie offensive des Nerviens à la trahison des Gaulois, à des particularités topographiques plus qu’à des qualités tactiques des ennemis, il est possible que César ait cherché à masquer quelque erreur d’appréciation et le fait qu’en suivant le réseau de barrières végétales les Romains étaient peut-être simplement allés là où les Nerviens les attendaient, en sous-estimant l’audace des Belges après tant de succès faciles obtenus au cours de cette campagne éclair dans le nord de la Gaule.

I - La question des haies des Nerviens

10Le problème des haies n’a guère retenu l’attention des commentateurs de César, largement fascinés par le déroulement des événements militaires et obnubilés par l’épineuse question de la localisation du lieu de la bataille. Ce problème se révèle pourtant important du point de vue ethnographique et il n’est pas exclu que l’on puisse même déduire de cette mention des informations sur la localisation des événements.

  • 14 C. Jullian, Histoire de la Gaule, Paris, Hachette, 1909, II, p. 473 ; Histoire de la Gaule, Paris, (...)
  • 15 Y. Le Bohec, César chef de guerre. César stratège et tacticien, Monaco, Éditions du Rocher, 2001, (...)
  • 16 X. de Planhol cité par J.-R. Pitte, op. cit., p. 49.
  • 17 M. Rambaud, op. cit. n. 4, p. 83. Comme cette dernière hypothèse va explicitement à l’encontre du (...)

11Pour C. Jullian ces haies étaient défensives ; il les présente comme des « haies basses, compactes, à peine visibles » aussi efficaces qu’une muraille, puis il parle de « haies artificielles, faites de ronces et d’arbustes que l’ennemi avait multipliées sur la route, au ras du sol, à peine visibles et qui entravaient la marche à chaque instant »14. Plus récemment Y. Le Bohec parle de « pièges pour les chevaux, faits avec des arbustes entourés d’épineux »15. D’autres y voient encore des haies séparant des champs16. Bref, depuis César, chacun semble voir dans ces haies ce qu’il a envie de voir. Mais on confond souvent différentes formes de barrières : les ouvrages défensifs, les pièges et les clôtures de champ17.

  • 18 Joncher le sol avec des arbres peut suffire à gêner la cavalerie comme le montre un stratagème de (...)
  • 19 Les Belges auraient-ils pu préparer à temps ces défenses qui demandaient des travaux assez longs ? (...)
  • 20 Xénophon (Hipparque IV, 4) invitait déjà le cavalier à éviter en général les « combes boisés impra (...)
  • 21 Voir G. Faider-Feytmans, « Les Limites de la cité des Nerviens », AC 21 (1952), p. 340.

12Il semble peu probable que ces haies aient pu constituer un instrument de tactique spécifique de guérilla dont le seul et unique but aurait été de gêner les troupes de César18. La chronologie des événements rend suspecte cette vision des choses19 et les informateurs disent explicitement qu’il s’agit là d’ouvrages servant en temps normal à protéger les Nerviens des incursions de la cavalerie20 de leurs voisins (finitimorum). Il s’agit donc manifestement de haies durables — comme pourrait aussi le prouver l’utilisation du terme antiquitatus — et non de créations ponctuelles21 : il faut d’ailleurs laisser aux arbres le temps de pousser dans la position voulue, si l’on veut obtenir une haie efficace. On ne peut les franchir, ni voir à travers : par conséquent il est inutile d’imaginer, en les multipliant, qu’elles formaient une sorte de labyrinthe végétal. Il est par ailleurs douteux qu’elles aient été au ras du sol. Ce ne sont pas des pièges destinés à blesser les chevaux, mais bien des barrières, des obstacles pour empêcher leur passage. Ces ouvrages ont donc au moins la taille d’un homme.

  • 22 J.-F. Maréchal, « Signification des fossés et des haies dans la topographie historique », in R. Ch (...)
  • 23 C’est-à-dire probablement entre Cambrai et Fins. Voir les remarques de G. Faider-Feytmans, op. cit(...)

13En réalité, d’après les quelques données fournies par César, tout indique que ces haies artificielles sont défensives22 puisque leur fonction initiale était de réduire les razzias des voisins des Nerviens, mais elles matérialisent de fait la frontière entre les Nerviens et leurs voisins. Il est de nouveau question de ces haies lors du combat : « comme […] des haies très épaisses, ainsi qu’on l’a dit plus haut, barraient la vue, on n’avait pas de données précises pour l’emploi des réserves » (II, 22, 1). Encore une fois César semble utiliser les haies pour se justifier. L’argument implicite est qu’elles ont servi à masquer les mouvements des troupes ennemies entre des portions de forêt. Cela indique aussi accessoirement, selon nous, que la bataille du Sabis a lieu sur les fines des Nerviens. En effet, depuis les rives de la Somme, César ne pouvait atteindre le territoire des Nerviens sans passer sur celui des Atrébates ou celui des Viromanduens, si ce n’est précisément à l’endroit où ces trois peuples avaient une frontière commune23 ; il est par ailleurs tout à fait logique que ceux-ci se soient réunis aux marges de leurs territoires pour faire face à l’envahisseur.

  • 24 Voir Y. Le Bohec, « Stratégie et tactique dans les livres V et VI du De Bello Gallico », VL 160 (2 (...)
  • 25 Rappelons que trois hypothèses ont cours sur la localisation de cette bataille : la première ident (...)
  • 26 Comme le proposait C. Jullian, Histoire de la Gaule, Paris, Hachette, 1909, III, p. 260. L’Escaut (...)
  • 27 G. Faider-Feytmans, op. cit. n. 21, p. 358, localise plutôt la bataille du Sabis près de la Selle, (...)
  • 28 Les troupes de César ayant franchi la frontière officielle qu’était l’Escaut, elles se seraient al (...)

14D’après nos informations sur les déplacements de l’armée romaine24, il n’est pas impossible que les Romains après trois jours de marche soient arrivés à 15 km de la Sambre, mais c’est là l’estimation la plus haute ; pour y arriver les légions auraient dû se déplacer à marche forcée, ce qui est douteux pour une colonne aussi chargée (inpedimentorum magnum numerum, II, 17, 2). Une estimation plus raisonnable nous conduirait à localiser la célèbre bataille en un lieu qui constituait un point de ralliement logique pour les trois peuples concernés25, plutôt du côté de l’Escaut26 ou à la rigueur de la Selle27 — même s’il est curieux que César ne signale pas le franchissement d’une rivière28.

  • 29 Varron, De l’agriculture I, 14. Cf. Columelle, XI, 3, 4‑5 ; Palladius, I, 34, 4‑5.
  • 30 Columelle, XI, 3, insiste sur ce point en citant Bolos, Georgika fr. 3 Wellmann.
  • 31 Columelle, XI, 3 : uetustissimi auctores uiuam sepem structili praetulerunt, quia non solum minore (...)
  • 32 Varron, De l’agriculture I, 14 : praetereuntis lasciui non metuet facem ardentem.
  • 33 Les plantes vives brûlent moins bien qu’une palissade en bois, mais Frontin (Stratagèmes II, 4, 15 (...)

15Cependant, l’importance accordée par César à ce détail des barrières végétales pourra sembler décidément suspecte car cet aménagement ne pouvait surprendre les Romains qui connaissaient bien ce genre de clôture ; il s’agit en effet d’une forme élaborée de naturale saepimentum29 pour reprendre le mot de Varron, c’est-à-dire une haie naturelle, solide et bon marché30 utilisant des branches vives et des épines. Selon Columelle, les auteurs anciens vantaient ses mérites31. Pour les Romains il s’agirait à la rigueur d’une clôture de domaine ou de jardin et il en faudrait plus pour inquiéter les soldats du génie. Elles pourraient difficilement arrêter une grosse armée en marche disposant de poutres, de planches et de matières incendiaires. En effet, malgré ce que dit Varron32, il est probable que le feu puisse endommager une structure de ce genre33 et, en hiver, l’efficacité du procédé peut se trouver réduite ; certes, en sélectionnant les essences et en créant une véritable treille naturelle comme l’enseigne Columelle, on peut sûrement créer une haie efficace contre les incursions des hommes et du bétail (ab incursu hominum pecudumque, Columelle, XI, 3), mais elle ne peut rivaliser avec des structures militaires. La spécificité des haies nerviennes repose sur l’utilisation des arbres, qui confèrent à l’ensemble une structure très résistante. Cependant ces haies ne sont pas nécessairement très larges ; si César les dit « très épaisses » (saepibus densissimis), c’est qu’il veut souligner leur densité qui empêche de voir à travers. Ces haies n’ont donc aucun rapport avec la haie vive décrite par Columelle : on a recours pour celle-ci à un double fossé, une treille centrale et des cordages remplis de graines d’arbustes comme le roncier ou l’églantier tandis que les épineux des Nerviens poussent apparemment assez librement et viennent combler naturellement les espaces entre les branches des arbres. Voilà un ensemble de considérations qui pourrait confirmer que cet aménagement n’était pas une structure temporaire destinée à contrer spécifiquement les Romains, mais une ingénieuse frontière défensive déjà en place depuis longtemps.

  • 34 Strabon, IV, 3, 4. La suite de son propos prouve qu’il n’a pas développé l’utilisation défensive d (...)

16Strabon, dans sa Géographie, signale aussi à deux reprises des aménagements qui rappellent ces haies « belges ». Une première fois de façon implicite lorsqu’il dit du pays des Ménapes qu’il est constitué de « marais et forêts d’arbrisseaux peu élevés, mais épineux et denses » (ἕλη καὶ δρυμοὺς οὐχ ὑψηλῆς, ἀλλὰ πυκνῆς ὕλης καὶ ἀκανθώδους)34. Le deuxième passage est en revanche beaucoup plus développé et explicite :

17le pays des Morins et celui des Atrébates et des Éburons ressemble à celui des Ménapiens. Il consiste, en effet, en une forêt d’arbres peu élevés, mais immenses, encore qu’elle n’atteigne pas les 4 000 stades que lui attribuent les historiens. On la désigne sous le nom d’Ardenne. En temps de guerre, lorsqu’ils étaient attaqués, ses habitants avaient coutume d’entrelacer les tiges des buissons, qui sont comme des ronces, et de barricader ainsi les accès de la forêt (κατὰ δὲ τὰς πολεμικὰς ἐφόδους συμπλέκοντες τὰς τῶν θάμνων λύγους, βατώδεις οὔσας, ἀνέφραττον τὰς παρόδους). En certains endroits aussi, ils plantaient à cet effet des pieux. Quant à eux ils s’enfonçaient avec toute leur famille au plus profond des forêts, où ils occupaient les îlots des marais. Dans les périodes de pluie, ceux-ci leur assuraient un asile certain, mais dans les périodes de sécheresse, ils s’y faisaient capturer sans difficulté (Strabon, IV, 3, 5, trad. Lasserre).

  • 35 César, Guerre des Gaules III, 28 (Morins et Ménapes) ; IV, 38 et VI, 5 (Ménapes). Sur cette « trad (...)
  • 36 Voir le commentaire de P. Laederich, dans son édition de Frontin, Les Stratagèmes, Paris, Ed. Econ (...)

18César confirme que les Morins et les Ménapes ont pour habitude de se réfugier dans les bois et les marais35, mais, selon lui, ils ne s’y terrent pas en attendant que l’on renonce à les y débusquer ; à partir de ce refuge naturel ils lancent des attaques ponctuelles contre les Romains (Guerre des Gaules III, 28). Pareillement, en 83 de notre ère, lors d’une campagne de Domitien en Germanie, les Chattes échappent à la cavalerie romaine en se réfugiant constamment dans les forêts. L’empereur ordonne alors à ses cavaliers de descendre de cheval dès qu’ils arrivent devant un obstacle et de combattre à pied (simulatque ad impedita uentum esset, Frontin, Stratagèmes II, 3, 23)36.

  • 37 César, Guerre des Gaules II, 16, 5 ; 28 ; Plutarque, César 20, 7. Les deux témoignages ne sont don (...)
  • 38 J.-F. Maréchal, op. cit. n. 22, p. 228.
  • 39 Selon F. Lasserre, dans son édition de Strabon, Géographie, tome II, Paris, Les Belles Lettres, 19 (...)
  • 40 Ibid., p. 61 ; 98‑101.

19La technique des Nerviens pourrait sembler n’être finalement guère différente de celle des Belges signalée par Strabon puisque César précise qu’eux aussi ont mis en sécurité femmes et enfants dans des marécages — Plutarque dit aussi qu’ils ont été cachés dans des forêts37 ; eux-mêmes guettent les Romains à l’orée de la forêt (Guerre des Gaules II, 18, 3 ; 19, 5). Mais le système de treilles évoqué par Strabon vise à créer un refuge forestier ponctuel et il ne correspond donc pas à ce que dit César à propos des barrières des Nerviens. Ces dernières ne servent pas à barricader une forêt — l’on ne pourrait d’ailleurs, dans ce cas, parler véritablement de « haies » —, mais l’on s’en sert pour fermer des espaces ouverts. Il faut donc distinguer la protection des forêts par des treilles et la fermeture des espaces de plaine entre deux zones boisées par une barrière spécifique utilisant des pieux38. Ce léger décalage pourrait être significatif car il n’est pas impossible que Strabon ait puisé ici chez Asinius Pollion39 dont on sait, grâce à Suétone (César 56, 4), qu’il critiquait les Commentaires de César pour leur approximation, voire la falsification de certains faits40 ; mais il n’est pas utile, pour le présent propos, d’aller plus loin dans cette direction.

  • 41 J.-L. Brunaux, op. cit. n. 9, p. 46 ; 77-79.
  • 42 J.-F. Maréchal, op. cit. n. 22, p. 228.
  • 43 Ibid.

20Le passage de Strabon reste tout de même intéressant parce qu’il attribue aux voisins des Nerviens une technique proche de celle que César prête justement aux Nerviens. Un détail peut d’ailleurs être rapproché de la coutume nervienne : ce sont les mots « en certains endroits aussi, ils plantaient à cet effet des pieux ». Par ailleurs, pour Strabon, il s’agit d’ouvrages défensifs de circonstance que ces peuples réalisaient jadis « en temps de guerre » ; ils relèveraient d’une sorte de guérilla primitive et un peu désespérée. En réalité l’allusion implicite faite ici à l’état de guerre permanent des tribus belges41 — autre trait typique de la barbarie — contredit la théorie d’une haie ponctuelle que soutient par ailleurs Strabon. Toujours selon le géographe, ces barrières servaient à bloquer les accès de la forêt. Ces « haies forestières »42 étaient donc placées à l’orée. Or on ne crée pas non plus de tels ouvrages en quelques jours. Ces aménagements pérennes étaient sûrement fabriqués avec soin pour être vraiment efficaces ; pour ce qui est des haies nerviennes, elles devaient être entretenues43 et surveillées comme toute frontière.

21Voilà qui irait plutôt dans le sens de l’interprétation de César. Certes il est vrai qu’entre la perception directe, mais orientée, de César et les connaissances livresques de Strabon, il est difficile de choisir, mais plutôt que de souligner la discordance entre les deux auteurs à propos des haies, il semble plus profitable de retenir leur point commun : en effet la technique de tressage utilisée pour fermer les forêts pouvait très bien être utilisée pour créer d’autres types de barrières. Il y a, par ailleurs, une autre forme de convergence puisque César et Strabon attribuent tous les deux cette technique à des peuples septentrionaux de la Gaule belgique, à ces peuples qui se proclamaient d’origine germanique, et non à ceux du Belgium situé plus au sud.

  • 44 O. Rackham, op. cit. n. 7, p. 184.
  • 45 Strabon, XI, 7, 1 signale les Ἄμαρδοι parmi les peuples habitant sur les bords de la Caspienne. Vo (...)

22O. Rackham, un historien du paysage, voit dans les haies nerviennes une merveille caractéristique des pays lointains (« a wonder of far-off lands ») qui n’apparaissait pas en Italie. On pourra douter de la seconde partie de l’assertion au vu des chapitres de Varron et de Columelle qui abordent cette technique, mais, à l’appui de la première partie de son analyse, O. Rackham renvoie surtout, sans le citer précisément, à un passage de Quinte-Curce relatif à la conquête de la Perse44. Le passage en question se trouve dans le livre VI des Histoires lors de l’invasion du pays des Mardes45. La comparaison entre les deux situations n’a pas réellement été exploitée ; elle mérite pourtant d’être explorée.

II - Alexandre le Grand et les barrières végétales des Mardes

  • 46 P. Briant, « “ Brigandage ”, dissidence et conquête en Asie achéménide et hellénistique », DHA 2 ( (...)

23Au printemps 33046, alors qu’Alexandre est en opération du côté de l’Hyrcanie, il est confronté à la résistance des Mardes qui habitent à proximité de la Caspienne. Ce sont eux qui, d’après le livre VI de Quinte-Curce, utilisent des haies vives :

interiora regionis eius haud sane adiri sine magna uexatione exercitus poterant ; iuga montium praealtae siluae rupesque inuiae saepiunt ; ea, quae plana sunt, nouo munimenti genere inpedierant Barbari. Arbores densae sunt de industria consitae, quarum teneros adhuc ramos manu flectunt, quos intortos rursus inserunt terrae ; inde uelut ex alia radice laetiores uirent trunci. Hos, qua natura fert, adolescere non sinunt, quippe alium alii quasi nexu conserunt ; qui, ubi multa fronde uestiti sunt, operiunt terram ; itaque occulti ramorum uelut laquei perpetua saepe iter cludunt. Vna ratio erat caedendo aperire saltum, sed hoc quoque magni operis. Crebri namque nodi durauerant stipites, et in se inplicati arborum rami suspensis circulis similes lento uimine frustrabantur ictus. Incolae autem ritu ferarum uirgulta subire soliti tum quoque intrauerant saltum occultisque telis hostem lacessebant :

l’accès de l’intérieur du pays n’était possible pour l’armée qu’au prix des plus grands sacrifices ; la crête des montagnes est obstruée par des forêts gigantesques et des rocs infranchissables ; quant aux parties de plaine, les Barbares les avaient rendues inaccessibles par des ouvrages d’un genre nouveau. À dessein, on plante en épaisseur des arbres, dont on recourbe à la main les rameaux encore tendres, pour les planter de nouveau en terre quand ils se trouvent infléchis ; on dirait alors que, d’une autre racine, naissent des tiges plus robustes. À celles-ci l’on ne permet pas de se fortifier selon leur direction naturelle : on les emmêle en une sorte de nœud continu ; et, quand elles sont revêtues de leur abondant feuillage, on ne voit plus la terre ; de la sorte, les rameaux, invisibles, barrent la route, tels des filets, d’une haie ininterrompue. Il ne restait plus qu’à ouvrir le taillis par le fer, mais cela aussi était une grosse affaire. Car l’abondance des nœuds avait durci les souches, et l’entrelacement des branches d’arbres, semblables à des cerceaux suspendus, empêchait les coups de porter, vu l’élasticité des tiges. Les indigènes, habitués, comme des fauves, à s’insinuer dans les fourrés, avaient pénétré, alors aussi, dans le taillis, et leurs coups invisibles harcelaient l’ennemi (VI, 5, 13‑17, trad. Bardon).

  • 47 Les Mardes étant voisins des Scythes, des Parthes et des Hyrcaniens (dans la Cyropédie, Xénophon s (...)
  • 48 Arrien, Anabase III, 24, ne signale que la difficulté du terrain. Sur les détails qui n’apparaisse (...)

24Les Mardes ont barricadé les zones accessibles de leur territoire de façon à créer un pays isolé. Les haies matérialisent donc aussi la frontière et ce sont en même temps des ouvrages de défense qui permettent de harceler l’ennemi47. Leurs haies présentent un système de treilles bien plus élaboré que les barrières sommaires des Nerviens, mais il s’agit, dans les deux cas, de haies végétales et défensives pour barricader une zone de plaines. Le développement long et précis de Quinte-Curce surprend d’autant que ces détails pittoresques ne figurent pas dans les textes grecs consacrés à l’expédition d’Alexandre48.

  • 49 J. E. Atkinson, A Commentary on Q. Curtius Rufus’ Historiae Alexandri Magni Books 5 to 7, 2, Amste (...)
  • 50 Voir S. Dosson, op. cit., p. 160. Sur les sources de Quinte-Curce, voir aussi J. Therasse, « Le Mo (...)
  • 51 Sur Clitarque et Quinte-Curce, voir P. Goukowsky, Essai sur les origines du mythe d’Alexandre (336 (...)
  • 52 P. Pédech, Historiens compagnons d’Alexandre. Callisthène-Onésicrite-Néarque-Ptolémée-Aristobule, (...)

25Le parallèle offert par Quinte-Curce soulève plusieurs questions. Peut-il y avoir un lien entre les haies des Nerviens et celles des Mardes ? César pouvait-il avoir connaissance de cet épisode de l’épopée d’Alexandre ? Et tout d’abord d’où vient-il ? L’épisode pourrait éventuellement remonter à Trogue-Pompée49 ce qui expliquerait qu’il n’apparaisse que dans la tradition latine, mais cette œuvre est également postérieure à l’époque de César puisque le père de Trogue-Pompée était un lieutenant de l’imperator (Justin, XLIII, 5). Si Quinte-Curce l’a emprunté, il pouvait figurer dans une source grecque — éventuellement transmise par Trogue-Pompée ensuite —, une source qui ne nous est pourtant pas parvenue : on peut penser à ces historiens d’Alexandre50 connus uniquement par des fragments comme Clitarque51 et Onésicrite dont la postérité a justement retenu le goût des mirabilia et de l’affabulation52.

  • 53 P. Green, « Caesar and Alexander : aemulatio, imitatio, comparatio », AJAH 2 (1978), p. 1‑26 ; G. (...)
  • 54 Suétone, César 7, 1 ; Dion Cassius, XXXVII, 52. Voir aussi ce qui concerne le cheval de César chez (...)
  • 55 G. Pugliese-Carratelli, op. cit., p. 301 ; R. Étienne, César, Paris, Fayard, 1997, p. 54 ; 197 ; 2 (...)

26On voit par là que, même si nous n’avons pas de trace du détail de cet épisode avant Quinte-Curce, on ne peut en déduire que César l’ignorait et l’on serait donc tenté à première vue de penser au phénomène bien connu de l’imitatio Alexandri53. César ne voulait-il pas ainsi mettre en circulation un topos de la perception des peuples primitifs en se présentant comme un conquérant, un explorateur des terres lointaines à la manière d’Alexandre le Grand dont on sait, par plusieurs détails qui remontent à la période comprise entre 61 et 59 — et notamment l’anecdote célèbre de Gadès54 —, qu’il était son modèle55 ? Il est certain qu’il existe des parallèles troublants entre la saga d’Alexandre en Asie et la conquête de la Gaule par César, mais le motif des barrières végétales peut-il relever de l’imitatio Alexandri ? Avant de répondre à cette question il faut s’intéresser aux topoi du discours ethnographique et examiner brièvement les caractéristiques des peuples concernés.

  • 56 Cette analyse repose sans doute sur l’expression nouum munimentum qui peut pourtant s’expliquer pa (...)
  • 57 Voir Vitruve, II, 1, 1-3. Cf. le cas des Fennes et de leurs cabanes sommaires chez Tacite, Germani (...)
  • 58 Itinéraire d’Alexandre 71: sed enim Mardis, praeter arma uiresque, nulla sua res est.
  • 59 P. Briant, op. cit. n. 46, p. 173.
  • 60 Voir J. E. Atkinson, op. cit. n. 49, p. 195. On ajoutera aux références Néarque, fr. 34 Müller. Cf(...)
  • 61 Quinte-Curce, VI, 5, 11 ; 17. Cf. les Espagnols de Justin, XLIV, 2.

27On peut douter qu’un tel aménagement ait pu constituer une « merveille » comme le dit O. Rackham56. Les Romains connaissaient assurément ce type de clôture et étaient capables d’en fabriquer, mais pour eux le procédé de la treille renvoyait aux constructions sommaires des débuts de l’humanité lorsque les hommes, observant la nature, avaient mis au point des techniques imitatives pour construire des cabanes57. Cette forme de naturale saepimentum est donc un aménagement rustique et modeste, caractéristique d’une sorte de « préhistoire ». Chez les Nerviens comme chez les Mardes58, il y a d’ailleurs peu de richesses à prendre et ces peuples rudes défendent chèrement leur liberté en utilisant les maigres ressources de leur territoire. Chez les Mardes cette technique de défense va de pair avec leur nature sauvage et primitive59. Ces populations, qui cumulent plusieurs caractéristiques de la barbarie, vivent en effet de brigandage60, se terrent dans des grottes et se conduisent en bêtes sauvages61. Le caractère rude de ces populations montagnardes tranche avec les raffinements de la civilisation perse, avec sa mollesse et son luxe. On retrouve d’ailleurs un schéma similaire chez Quinte-Curce à propos des Bactriens :

sunt autem Bactriani inter illas gentes promptissimi, horridis ingeniis multumque a Persarum luxu abhorrentibus ; siti haud procul Scytharum bellicosissima gente et rapto uiuere adsueta semper in armis erant :

or, de tous ces peuples, les Bactriens sont les plus valeureux : âmes sauvages et répugnant à la mollesse des Perses ; habitant auprès de la nation des Scythes, si belliqueuse et accoutumée à vivre de rapines, ils étaient constamment sous les armes (IV, 6, 3).

  • 62 César, Guerre des Gaules II, 4, 8 ; 15, 5 ; Plutarque, César 20, 6.
  • 63 Cf. P. Briant, op. cit. n. 46, p. 225, n. 42, à propos des Parapamisades.

28Nous avons vu que cette polarité est également à l’œuvre dans l’ethnographie césarienne pour construire l’identité des Belges par rapport aux Gaulois de la Celtique ou pour introduire des distinctions au sein du groupe des Belges. Les Nerviens semblent refuser, eux aussi, les avantages de la civilisation : c’est un peuple du bout du monde (César, Guerre des Gaules II, 4, 8 : longissimeque absint) composé de rudes guerriers62 qui n’accordent aucun accès aux marchands63, refusent le luxe et le vin contrairement aux autres Celtes ; ils cultivent la patria uirtus (II, 15, 4‑5) et ne possèdent pas vraiment d’agglomérations. Après leur reddition ils implorent et obtiennent la clementia d’un César (II, 23) capable, comme Alexandre, d’osciller entre pardon magnanime et répression brutale. De même que les Nerviens sont en état de guerre permanent parce qu’ils vivent au contact des Germains, les Bactriens de Quinte-Curce sont continuellement en train de se battre à cause de leur proximité avec les Scythes.

  • 64 D. Lenfant, « Milieu naturel et différences ethniques dans la pensée grecque classique », Ktèma 16 (...)
  • 65 C. Jacob, Géographie et ethnographie en Grèce ancienne, Paris, A. Colin, 1991, p. 161‑162.

29Vu sous cet angle nous aurions simplement affaire à des schémas issus de la pensée ethnographique, schémas dont l’historicité est très relative. Celle-ci a tendance à faire des peuples primitifs vivant dans des zones rudes des peuples redoutables, proches des animaux64, faisant corps avec leur milieu conformément à un déterminisme géographique très répandu65. Les confins du monde abritent des peuples étonnants par leur sagesse ou bien par leur sauvagerie et ces extrémités semblent se répondre. On peut d’ailleurs se demander si ces schémas ne relevaient pas d’une ethnographie primitive, s’ils n’étaient pas déjà à l’œuvre chez les Gaulois eux-mêmes et chez les Perses, les conquérants n’ayant fait qu’emprunter ces données à leurs informateurs sur place.

  • 66 Pline, XXI, 54, pour neruosus au sens de « filandreux ».
  • 67 Ces Germanoi sont d’autant plus proches de leurs homonymes celtes qu’eux aussi coupent des têtes, (...)
  • 68 W. W. How & J. Wells, A Commentary on Herodotus, Oxford, Clarendon Press, 19282, I, p. 110.
  • 69 Ce texte figure notamment dans les diverses éditions Garnier depuis M. Nisard jusqu’à E. Chambry.
  • 70 O. Seel (ed.), M. Iuniani Iustini Epitoma Historiarum Philippicarum Pompei Trogi, Stuttgart, Teubn (...)
  • 71 Il est possible que des tribus belges soient intervenues en Europe centrale, cf. S. Fichtl, op. ci (...)
  • 72 Voir par exemple Tite-Live, I, 1 ; Salluste, La Guerre de Jugurtha 18 ; Denys le Périégète, 697-69 (...)

30On peut signaler, en outre, la connotation en latin des noms de certains peuples belges. « Bellovaques », « Viromanduens », « Nerviens » projetaient chez les lecteurs romains l’image de peuples de solides gaillards particulièrement belliqueux (bellum, uir, neruus). Neruus et ses dérivés sont en rapport avec les muscles et les nerfs et aussi, mais ce n’est sans doute qu’un hasard, avec les fibres végétales66, les liens. On pourrait également relever des parallèles mineurs entre les ethniques de l’Orient et ceux de l’Occident : il y a une proximité au moins phonétique entre les Vbii du pays rhénan et les Vxii de Susiane (Quinte-Curce, V, 3, 3‑16). De même, selon Hérodote (I, 125)67, une tribu perse s’appelle les Γερμάνιοι : ce sont les habitants de la Carmania68 qui n’est pas sans évoquer la Germania. Pareillement « Hercynien » n’est pas éloigné d’« Hyrcanien ». Dans la plupart des éditions anciennes de Justin69 on trouve un passage corrompu (XII, 9) qui indique qu’Alexandre se dirige vers l’Océan et qu’il attaque « les Ambres et les Sygambres » (hinc in Ambros et Sugambros nauigat). Or les Sygambres sont un peuple germain. Certes il s’agit manifestement d’une erreur de copiste corrigée à raison dans les éditions récentes (hinc in Mandros et Sudracas nauigat)70, mais, tout à fait par hasard, elle nous met sur la piste d’une conception ancienne selon laquelle il y avait des parallèles entre les peuples des extrémités du monde connu. Les Anciens étaient accoutumés à cette parenté des ethniques qu’ils interprétaient souvent comme le résultat de l’errance des peuples71 : les Vénètes de Vénétie provenant des Hénètes de Paphlagonie, les Numides issus de Perses Nomades et les Ibères du Caucase venus des Pyrénées72.

  • 73 C. Nicolet, L’Inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris, (...)
  • 74 C. Goudineau, César et la Gaule, Paris, Le Seuil, 20002, p. 80 sq.

31Du reste, dans l’esprit des Anciens, la zone située au nord-est de l’orbis était en relation avec la zone nord-ouest par le biais de la mer septentrionale puisque ceux-ci pensaient que la Caspienne était ouverte au nord73. Il ne serait donc pas étonnant que l’on ait projeté sur les peuples du nord de la Gaule des caractéristiques qui pouvaient se retrouver à l’est, du côté de l’Hyrcanie. D’ailleurs César, qui avait en tête ces schémas hérités de la géographie grecque74, et qui, en Occident, avait poussé jusqu’à l’Océan, en Espagne et en Gaule, devait lui aussi s’imaginer que la côte se poursuivait au nord et courait jusque chez les Scythes.

  • 75 Voir L. Braccesi, Alessandro e la Germania. Riflessioni sulla geografia romana di conquista, Rome, (...)

32Qui plus est les projets orientaux de César dont Plutarque a conservé le souvenir (César, 58, 6‑8) envisageaient explicitement une conquête de l’Orient passant notamment par l’Hyrcanie ; César, après avoir longé la mer Caspienne, voulait traverser la Scythie et prendre les Germains à revers75 :

παρασκευὴ δὲ καὶ γνώμη στρατεύειν μὲν ἐπὶ Πάρθους, καταστρεψαμένῳ δὲ τούτους, καὶ δι᾽ Ὑρκανίας παρὰ τὴν Κασπίαν θάλασσαν καὶ τόν Καύκασον ἐκπεριελθόντι τόν Πόντον, εἰς τὴν Σκυθικὴν ἐμβαλεῖν, καὶ τὰ περίχωρα Γερμανοῖς καὶ Γερμανίαν αὐτὴν ἐπιδραμόντι διὰ Κελτῶν ἐπανελθεῖν εἰς Ἰταλίαν, καὶ συνάψαι τόν κύκλον τοῦτον τῆς ἡγεμονίας τῷ πανταχόθεν Ὠκεανῷ περιορισθείσης :

il projetait et préparait une expédition contre les Parthes, et il envisageait, après les avoir soumis, de traverser l’Hyrcanie le long de la mer Caspienne et du Caucase pour contourner le Pont-Euxin et envahir la Scythie, puis de marcher contre les pays voisins de la Germanie et contre la Germanie elle-même, de revenir enfin en Italie par la Gaule et de boucler ainsi le cercle de l’empire, borné de tous côtés par l’Océan (trad. Flacelière-Chambry).

  • 76 L. Braccesi, op. cit., p. 13 sq. Voir aussi C. Clarke, op. cit. n. 67, p. 310‑311.

33L. Braccesi a bien montré comment ce périple rêvé de César répondait au projet ambitieux d’Alexandre de regagner la Grèce en soumettant tout l’Occident76. D’un point de vue idéologique les deux gestes se répondent ; il semblerait logique qu’elles aient véhiculé les mêmes stéréotypes.

  • 77 Voir Plutarque, Alexandre 46, 1‑5.
  • 78 E. I. McQueen, « Quintus Curtius Rufus », in T. A. Dorey (ed.), Latin Biography, Londres, Routledg (...)

34En réalité si l’on tient compte du fait que cette phase de l’histoire d’Alexandre est très romancée77 et que l’anecdote en question n’apparaît que dans ce seul passage de Quinte-Curce dont on connaît l’emphase oratoire78, on sera finalement amené à aborder avec précaution le problème des haies des Mardes de la Caspienne. Il y a en outre beaucoup de raisons pour lesquelles des peuples peuvent élever des barrières de ce genre : empêcher les troupeaux de passer, matérialiser des limites ou encore créer des réserves de gibier. Il faut aussi tenir compte, dans ce dossier, du regard militairement orienté du conquérant, toujours prompt à voir dans les aménagements du terrain des ouvrages défensifs quand les réalités qu’ils sont susceptibles de recouper sont multiples.

  • 79 Tout d’abord un peuple anonyme vivant dans des cabanes disséminées (Quinte-Curce, V, 6, 15‑16).
  • 80 Sur ce peuple voir l’article fondamental de P. Briant, op. cit. n. 46, p. 163‑258 ; Idem, op. cit. (...)
  • 81 P. Briant, op. cit. n. 46, p. 195.
  • 82 J.-P. Digard, « Montagnards et nomades d’Iran : des “ brigands ” des Grecs aux “ sauvages ” d’aujo (...)
  • 83 Voir P. Briant, « Hérodote et la société perse », in O. Reverdin (ed.), Hérodote et les peuples no (...)
  • 84 Ctésias, fr. 8d, 3 Lenfant. Cf. P. Briant, op. cit. n. 67, p. 29. Ce détail mérite d’être examiné (...)
  • 85 P. Briant, op. cit. n. 46, p. 189 sq. ; Idem, op. cit. n. 67, p. 871.
  • 86 A. T. Olmstead, History of the Persian Empire, Chicago / Londres, University of Chicago Press, 197 (...)

35Un autre problème vient par ailleurs se greffer sur le premier : la tradition connaît d’autres Mardes dans cette région. Après la prise de Persépolis, les Macédoniens s’enfoncent en Perside et, — situation qui contraste avec le faste démesuré de Persépolis et de Suse —, ils sont confrontés à des populations sauvages et retirées79, notamment les Mardes80, vers le mois d’avril 330 (Quinte-Curce, V, 6, 12)81, quelque temps avant l’expédition de la Caspienne. Alexandre obtient alors un succès facile (V, 6, 19) contre ces Mardes de Perside. Il s’agit d’une population peu civilisée, établie sur le versant ouest des monts Zagros82. Hérodote, qui parlait déjà de cette obscure tribu perse, en faisait des nomades de rang inférieur (I, 125)83. Ils sont vigoureux et audacieux et par conséquent efficaces dans les conflits comme le montre déjà l’exemple du Marde Hyroiadès qui permit aux Perses de s’emparer de Sardes (I, 84). Ils sont aussi méprisés car ce sont des gens pauvres, qui s’adonnent généralement à l’élevage et au brigandage. Il existe notamment une tradition qui prête à Cyrus des origines mardes. Ctésias dit en effet que son père, un brigand, et sa mère, une gardienne de chèvres, étaient mardes84. P. Briant a montré que ces peuples montagnards de la Perse n’étaient pas assujettis par le Grand Roi85, même s’ils lui fournissaient des contingents militaires86.

  • 87 Diodore de Sicile, XVII, 76, 3 (ἀλκῇ διαφέροντες) ; Quinte-Curce, V, 6, 15 ; Arrien, Anabase III, (...)
  • 88 Sur les Cosséens, voir Néarque, fr. 34 Müller ; Polyen, IV, 3, 31.
  • 89 Voir la carte de P. Briant, op. cit. n. 46, p. 172.
  • 90 Une origine commune est supposée par P. Briant, op. cit. n. 46, p. 167.
  • 91 P. Lecoq, Les Inscriptions de la Perse achéménide, Paris, Gallimard, 1997, p. 145.

36Les caractéristiques prêtées aux Mardes de Perside sont très proches87 de celles que l’on prête aux Mardes de la Caspienne et surtout, comme les Ouxiens et les Cosséens88, ils vivent dans un environnement similaire (montagnes élevées, boisées, chemins impraticables) qui leur permet de pratiquer une guerre de harcèlement. Il est par ailleurs curieux de noter que, quelques mois plus tard, Alexandre est de nouveau confronté à une population aux caractéristiques voisines, cette fois-ci du côté de la Caspienne, à près de huit cent kilomètres à vol d’oiseau des autres Mardes89. S’il est logique qu’Alexandre s’attaque à un peuple presque autonome en Perside, il est plus curieux qu’il intervienne à proximité de la Caspienne contre un peuple insoumis nommé également Mardes dont on voit mal les liens avec le précédent90. D’après P. Lecoq le peuple ancien qui habitait cette zone s’appelait les Orthocorybantes et ils ne furent remplacés par des Mardes qu’à l’époque parthe91, ce qui n’est pas un élément en faveur de l’authenticité du récit de Quinte-Curce.

  • 92 Nous revenons sur ces questions de répétition et de contamination dans « Auium aemuli. La prise du (...)
  • 93 Athénée, II, 82, 70a‑d ; FGrHist 1 F 291‑292 ; 296 Jacoby.
  • 94 S. Amigues dans son édition de Théophraste, Recherches sur les plantes, Paris, Les Belles Lettres, (...)

37La deuxième expédition, chez les Mardes de Caspienne, semble donc assez suspecte et l’on peut à bon droit subodorer des contaminations92 entre les deux épisodes. Il ne saurait pourtant être question de déposséder les Mardes de la Caspienne de leurs haies : une tradition ancienne, remontant à Hécatée93, associe l’Hyrcanie à des arbustes épineux appelés κινάρα (cardon)94. Mais surtout on peut se demander, en particulier, si le détail des haies signalé par Quinte-Curce à propos des Mardes de la Caspienne ne valait pas aussi pour les Mardes de Perside.

  • 95 Voir J. Therasse, Quintus Curtius Rufus. Index uerborum. Relevés lexicaux et grammaticaux, Hildesh (...)
  • 96 Voir W. Heckel, « Alexander at the Persian Gates », Athenaeum 58 (1980), p. 168‑174.

38Une enquête plus générale sur les haies chez Quinte-Curce95 donne accès à d’autres données intéressantes car il était aussi question de barrières végétales lors du passage d’Alexandre en Perse. Elles sont signalées après la bataille d’Arbèles, au moment où Alexandre et ses soldats ont dû reculer devant les troupes d’Ariobarzane qui protègent le défilé permettant d’accéder à la Perse96. Alexandre interroge un prisonnier qui va lui décrire la Perse comme une terre naturellement protégée notamment par des montagnes boisées, une zone où « les forêts s’unissent aux forêts, dans l’entrelacement des branches d’arbres » (inplexosque arborum ramos siluas committere, Quinte-Curce, V, 4, 4). Le prisonnier, un ancien berger, consent néanmoins à guider les Macédoniens dans ce paysage inquiétant. Les soldats sont bientôt désespérés à cause d’un chemin rendu difficile par l’obscurité et la présence de gouffres, mais aussi à cause de ces barrières végétales : ad hoc arborum rami alius alio inplicati et cohaerentes ut perpetuam obiecerant saepem, « en outre, des branches d’arbres, entrelacées avec un ensemble ininterrompu, constituaient un obstacle, formant une haie perpétuelle » (V, 4, 24, trad. Bardon). La barrière forestière constitue ici de toute évidence une frontière naturelle préservant une terre à part. Il semble que la Nature, en tissant cet ouvrage, ait œuvré seule pour isoler la Perse du reste de l’Asie, mais il n’est pas dit que la présentation de Quinte-Curce rende compte de l’origine véritable de cette curiosité. Il est étrange de voir qu’un peu plus loin Alexandre est justement confronté à un peuple qui fabrique, à dessein cette fois-ci, ce type de barrière et qui imiterait donc en quelque sorte la Nature.

  • 97 P. Briant, op. cit. n. 46, p. 220.

39Or, si l’on en croit P. Briant, à ce moment du passage en Perse, Alexandre est davantage confronté à Médatès aux Portes ouxiennes qu’à Ariobarzane aux Portes persiques97. Par conséquent nous aurions tendance à subodorer que ces premières haies étaient en fait produites par les Ouxiens qui, en rendant impraticables les chemins de montagne, faisaient du défilé qu’ils tenaient un passage obligé donnant lieu au versement d’une somme d’argent. Les Ouxiens étant des voisins des Mardes de Perside, vivant dans le même environnement, avec la même économie, on ne voit pas pourquoi les Mardes n’auraient pas eux aussi produit des haies du même type.

  • 98 Voir les réserves de Strabon, XI, 7, 4, à propos de l’intervention d’Alexandre dans cette zone.
  • 99 Voir Plutarque, Alexandre 46, 1‑5.
  • 100 N’y aurait-il pas une part d’imitatio Alexandri dans la petite comédie de Caligula en Germanie lor (...)
  • 101 Diodore de Sicile, XVII, 76, 7. Un peu auparavant (XVII, 76, 5), Diodore indique qu’Alexandre rava (...)

40Par ailleurs l’intervention d’Alexandre du côté de la Caspienne appartient selon Strabon au domaine de la légende98. Nous sommes à un moment où l’expédition du Macédonien bascule volontiers dans le merveilleux99, ce qui rend assez suspect cet épisode. La légende d’Alexandre aurait pu, éventuellement, transférer vers les Mardes de la Caspienne cette caractéristique de leurs homonymes de Perside, d’autant qu’il existe aussi dans cette zone des Portes caspiennes qui rappellent les Portes persiques. Le dossier du rapt de Bucéphale fournit aussi la preuve qu’il y eut des contaminations entre les deux expéditions. À en croire Quinte-Curce (VI, 5, 18‑21), Bucéphale est capturé par les Mardes de la Caspienne car le brigandage est caractéristique des populations barbares. La restitution de l’animal ne calme pas la colère d’Alexandre qui « ordonne de couper les forêts, et, prenant de la terre aux montagnes, il fait remblayer la plaine où les branches empêchaient la marche » (VI, 5, 20). Ces manœuvres monumentales conduisent les Mardes à la reddition. Chez Diodore de Sicile en revanche l’abattage des arbres100 est une mesure répressive destinée à accélérer la restitution de Bucéphale101. La version de Quinte-Curce, plus élaborée, est confirmée par le point de contact avec Diodore. Dans les deux cas l’histoire de la capture de Bucéphale est liée à la spécificité topographique du territoire des Mardes et à leur caractère audacieux. Néanmoins il existe d’autres versions de cet épisode. Arrien place en effet cette péripétie chez les Ouxiens (Anabase V, 19, 6) et Plutarque la localise en Hyrcanie (Alexandre 44, 3‑5).

  • 102 Ce dysfonctionnement pourrait passer pour un signe de l’authenticité des informations transmises s (...)

41Mais comment aborder maintenant le parallèle avec les haies des Nerviens ? L’imitatio Alexandri n’est certes pas exclue, mais il faut bien reconnaître que César n’a pas réellement cherché à exploiter ce schéma puisque c’est plutôt incidemment que l’on apprend cette spécificité des Nerviens. Il eût été particulièrement retors de la part de César de ne pas insister sur ce thème de façon à laisser les lecteurs faire le parallèle. De toute façon les haies des Mardes donnent lieu à un traitement presque épique par Quinte-Curce alors que celles des Nerviens sont à peine évoquées par César comme obstacles et comme écran de circonstance. Qui plus est, les Mardes vivent dans un milieu très différent de celui des Nerviens qui, selon les critères de cette ethnographie influencée par la médecine, devraient être mous, énervés, peu combatifs car ils vivent dans une zone humide et froide. Les Nerviens sont en quelque sorte, parmi les Belges, l’exception qui confirme la règle ; ce sont, si l’on veut, les Mardes de César, mais aucune donnée climatique ou géographique n’explique ce côté belliqueux102. De même on notera le fait que les haies des Mardes, qui sont le résultat d’un entrelacement complexe, sont sans épineux et qu’elles donnent lieu à une utilisation différente, ce qui montre qu’il est risqué de trop chercher à étayer le parallèle pour en tirer des conclusions.

42S’il ne s’agit pas d’imitatio Alexandri, il existe une autre solution plus audacieuse à première vue : des auteurs latins n’auraient-ils pas ultérieurement brodé sur la campagne d’Alexandre à partir de données présentes chez César ? Si cela pouvait être prouvé nous aurions affaire à une forme très particulière d’imitatio Alexandri puisque les récits des deux conquêtes s’influenceraient mutuellement et que nous serions face, en quelque sorte, dans la geste d’Alexandre, à une sorte d’imitatio Caesaris ! Le seul élément allant dans ce sens est le fait que les haies des Nerviens sont attestées par les textes avant celles des Mardes, alors que, d’un point de vue historique, ce devrait être le contraire. Par ailleurs, le témoignage direct de César, qui n’a pas le caractère romancé de l’épisode chez Quinte-Curce, est implicitement confirmé par Strabon et milite en faveur de l’authenticité des haies nerviennes.

43On s’étonnera aussi que ce détail de haies défensives ne réapparaisse pas à propos d’autres peuples alors que les Romains furent souvent confrontés à des populations montagnardes qui adoptaient des techniques de guérilla, ne serait-ce qu’en Italie. On ne trouve pas non plus, dans les ouvrages consacrés aux stratagèmes de guerre, d’anecdotes parallèles aux récits de César et de Quinte-Curce. Le seul exemple approchant est une technique attribuée par Frontin à Cléomène qui, pour contrer, dans une zone de plaine, la cavalerie thessalienne recrutée par les Athéniens, aurait utilisé des arbres abattus en guise d’obstacles (Stratagèmes II, 2, 9 ; cf. Hérodote, V, 64). En réalité cette technique doit être liée aux travaux des Athéniens qui avaient précédemment rendue praticable la plaine du Phalère en coupant tous les arbres.

44Il existe cependant un autre parallèle qui pourrait s’avérer utile. Dans le récit que fait Plutarque de l’expédition d’Antoine contre les Parthes (Antoine 41, 1‑2), il est question d’un Marde qui semble particulièrement sensible au danger couru par l’infanterie romaine dans une plaine face à la cavalerie parthe :

μέλλοντος δὲ αὐτοῦ τὴν αὐτὴν ὁδὸν ἄγειν ὀπίσω πεδινὴν καὶ ἄδενδρον οὖσαν, ἀνὴρ τῷ γένει Μάρδος, πολλὰ τοῖς Πάρθων ἤθεσιν ἐνωμιληκώς, ἤδη δὲ Ῥωμαίοις πιστὸς ἐν τῇ μάχῃ τῇ περὶ τὰς μηχανὰς γεγονώς, Ἀντωνίῳ προσελθὼν ἐκέλευε φεύγειν ἐν δεξιᾷ τῶν ὀρῶν ἐπιλαβόμενον, καὶ μὴ στρατὸν ὁπλίτην καὶ βαρὺν ἐν δρόμοις γυμνοῖς καὶ ἀναπεπταμένοις ὑποβαλεῖν ἵππῳ τοσαύτῃ καὶ τοξεύμασιν :

comme il s’apprêtait à ramener ses troupes en arrière par la même route, qui était en plaine et sans arbre, un homme d’origine marde, familiarisé de longue date avec les coutumes des Parthes, et qui déjà s’était montré dévoué aux Romains lors du combat autour des chariots, vint trouver Antoine et lui conseilla d’opérer sa retraite en prenant à sa droite à travers les montagnes, au lieu d’engager son infanterie lourde dans des chemins nus et découverts, où elle serait exposée aux attaques d’une cavalerie si nombreuse et à ses flèches… (trad. Flacelière-Chambry).

  • 103 Voir le commentaire de C. B. R. Pelling dans son édition de Plutarque, Life of Antony, Cambridge, (...)

45L’existence même de ce personnage est discutée103 et l’on a parfois cherché à corriger « Marde » en « Marse », ce qui ne serait pas moins surprenant. Pourtant le thème de la protection contre la cavalerie, qui apparaît, chez Quinte-Curce, en relation avec des Mardes, serait de nature à valider l’intervention d’un Marde dans le récit de Plutarque. Ces montagnards semblent en effet exceller dans les rôles d’éclaireurs et d’espions comme pourrait aussi le montrer l’exemple d’Hyroiadès, le soldat marde que nous avons déjà signalé (Hérodote, I, 84).

  • 104 Cf. César, Guerre des Gaules VI, 10 : chez les Germains la forêt Bacenis sépare les Suèves des Ché (...)

46On peut donc, pour conclure, trouver plusieurs éléments qui contribuent à authentifier l’anecdote des haies nerviennes sans faire porter pour autant le soupçon sur l’existence des haies mardes. En effet, dans ce dossier, il n’est pas certain qu’il faille trancher et conclure à l’inauthenticité des unes et à la réalité des autres à cause de cette polarité géographique que nous aurions tendance à juger artificielle et qui nous engagerait à penser que les unes auraient été reproduites par symétrie en copiant les autres. Ce qui semble certain, c’est que César, contrairement à Quinte-Curce, n’a pas vraiment utilisé le détail des haies pour stigmatiser la sauvagerie primitive du peuple rencontré et que, chez lui, la résistance héroïque des Nerviens n’est pas le résultat d’un déterminisme géographique. Voilà qui serait de nature à faire penser que le détail des haies mardes, qui n’est pas nécessairement inventé pour autant, a été enjolivé par des sources promptes à embellir la geste du cosmocrator Alexandre en accentuant son combat herculéen contre la sauvagerie. On peut aussi retenir du dossier que, dans l’imaginaire des Anciens, et notamment aux yeux des conquérants, la barrière végétale apparaît comme la matérialisation d’une frontière mise en place par des peuples à la limite de la sauvagerie. Ce type d’aménagement frontalier vient donc s’ajouter aux autres types célèbres de frontières celtes : le no man’s land des Germains et la frontière naturelle, qu’il s’agisse d’un fleuve, de marécages ou d’une forêt104.

Haut de page

Notes

1 Les traductions de César sont de L.-A. Constans, Paris, Les Belles Lettres, 19617. Je remercie Xavier Deru (Université de Lille / Halma-Ipel / UMR 8164) qui m’a aimablement fourni une carte tirée du projet ABG (http://abg.recherche.univ-lille3.fr/index.php). Les hypothèses et les conclusions de cet article n’engagent évidemment que moi.

2 Cf. Plutarque, César 20, 6 : ἐπὶ δὲ τοὺς ἀγριωτάτους καὶ μαχιμωτάτους τῶν τῇδε, Νερβίους, ἐστράτευσεν, « il marcha contre les Nerviens, les plus sauvages et les plus belliqueux habitants de ce pays » (trad. Flacelière-Chambry).

3 Cf. Strabon, IV, 4, 2 : ἀεὶ δὲ οἱ προσβορώτεροι καὶ παρωκεανῖται μαχιμώτεροι, « ajoutons que plus ils habitent au nord et s’approchent de l’Océan, plus ils sont combatifs » (trad. Lasserre).

4 Sur ce problème, voir M. Rambaud, dans son édition, C. Iulius Caesar, De bello Gallico II-III, Paris, Presses universitaires de France, 1965, p. 79. Il est peu probable qu’eorum puisse ici renvoyer aux Nerviens ; il doit donc s’agir des Ambiens comme le propose très justement R. Delmaire, « L’Époque de la conquête romaine », in R. Delmaire (ed.), Carte archéologique de la Gaule. Le Nord (59), Paris, MSH, 1996. Contra F. Kraner, W. Dittenberger & H. Meusel, C. Iulii Caesaris Commentarii de bello Gallico, Zurich / Berlin, Weidmann, 1964, p. 212 ; E. M. Wightman, Gallia Belgica, Londres, Batsford, 1985, p. 35.

5 Le procédé est récurrent dans La Guerre des Gaules, e. g. V, 8, 6 ; VII, 18, 1.

6 L’expression est utilisée par M. Rambaud, op. cit. n. 4, p. 83, mais ces aménagements n’ont rien à voir avec la tradition de l’actuel bocage du Bavaisis.

7 O. Rackham, The History of the Countryside, Londres, Weidenfeld and Nicholson, 1997, p. 184 ; J.‑R. Pitte, Histoire du paysage français de la préhistoire à nos jours (nouvelle édition revue et augmentée), Paris, Tallendier, 2003, p. 49 ; J. Baudry & A. Jouin, De la haie aux bocages. Organisation, dynamique et gestion, Paris, Quae, 2003, p. 36.

8 D. & Y. Roman, Histoire de la Gaule (VIes. av. J.-C.-Iers. ap. J.-C.), Paris, Fayard, 1997, p. 426.

9 Sur le déroulement des batailles rangées, voir J.-L. Brunaux, Guerre et religion en Gaule. Essai d’anthropologie celtique, Paris, Errance, 2004, p. 68‑70.

10 Dix ans plus tard, en 47, lors de la bataille contre Pharnace, César tire profit d’une telle position dominante, cf. Frontin, Stratagèmes II, 2, 3. En revanche, en 49 à Ilerda, il lance une attaque audacieuse en ordonnant, selon Lucain, Pharsale IV, 32, collem subito conscendere cursu.

11 Sur le danger couru par César à cette occasion, voir Plutarque, César 20.

12 L’expression est de M. Rambaud, César, Paris, Presses universitaires de France, 19743, p. 28.

13 Suétone, César 58 : exercitum neque per insidiosa itinera duxit umquam nisi perspeculatus locorum situs ; cette prudence apparaît dans la Guerre des Gaules I, 21 ; V, 9 ; 49.

14 C. Jullian, Histoire de la Gaule, Paris, Hachette, 1909, II, p. 473 ; Histoire de la Gaule, Paris, Hachette, 1909, III, p. 262.

15 Y. Le Bohec, César chef de guerre. César stratège et tacticien, Monaco, Éditions du Rocher, 2001, p. 184.

16 X. de Planhol cité par J.-R. Pitte, op. cit., p. 49.

17 M. Rambaud, op. cit. n. 4, p. 83. Comme cette dernière hypothèse va explicitement à l’encontre du témoignage de César, on peut tout de suite l’écarter.

18 Joncher le sol avec des arbres peut suffire à gêner la cavalerie comme le montre un stratagème de Cléomène rapporté par Frontin, Stratagèmes II, 2, 9.

19 Les Belges auraient-ils pu préparer à temps ces défenses qui demandaient des travaux assez longs ? D’ailleurs, si elles devaient être mises en place longtemps à l’avance, pourquoi les frontières internes auraient-elles été protégées ? Cela serait bien curieux.

20 Xénophon (Hipparque IV, 4) invitait déjà le cavalier à éviter en général les « combes boisés impraticables » (ἀπόροις νάπαις).

21 Voir G. Faider-Feytmans, « Les Limites de la cité des Nerviens », AC 21 (1952), p. 340.

22 J.-F. Maréchal, « Signification des fossés et des haies dans la topographie historique », in R. Chevallier (ed.), Frontières en Gaule, Tours, Presses universitaires de Tours, 1981, p. 226. En Grande-Bretagne, les fouilles archéologiques sur des sites allant de l’époque préhistorique à l’époque romaine ont livré des traces d’épineux et l’on suppose qu’ils étaient utilisés comme barrières, cf. O. Rackham, op. cit. n. 7, p. 184 ; J. Baudry & A. Jouin, op. cit. n. 7, p. 35‑36.

23 C’est-à-dire probablement entre Cambrai et Fins. Voir les remarques de G. Faider-Feytmans, op. cit., p. 348‑350, à propos de Fins, de Moilains et des rendez-vous des trois peuples.

24 Voir Y. Le Bohec, « Stratégie et tactique dans les livres V et VI du De Bello Gallico », VL 160 (2000), p. 16.

25 Rappelons que trois hypothèses ont cours sur la localisation de cette bataille : la première identifie le Sabis avec la Sambre, la seconde avec l’Escaut, et la troisième avec la Selle, un affluent de l’Escaut. Pour les références, voir M. Rambaud, L’Art de la déformation historique dans les commentaires de César, Paris, Les Belles Lettres, 19662, p. 420 ; Y. Le Bohec, op. cit., p. 184‑186.

26 Comme le proposait C. Jullian, Histoire de la Gaule, Paris, Hachette, 1909, III, p. 260. L’Escaut devait séparer les Nerviens des Atrébates, cf. G. Faider-Feytmans, op. cit. n. 21, p. 356 ; S. Fichtl, Les Gaulois du nord de la Gaule (150-20 av. J.-C.), Paris, Errance, 1994, p. 128-129 ; R. Delmaire, op. cit. n. 4, p. 67.

27 G. Faider-Feytmans, op. cit. n. 21, p. 358, localise plutôt la bataille du Sabis près de la Selle, dans une sorte de zone tampon constituée de bois, de marécages et de haies. Voir aussi R. Delmaire, op. cit. n. 4, p. 66 ; X. Deru, « Cadres géographiques du territoire des Nerviens », Revue du Nord 383 (2009), p. 181 ; 189.

28 Les troupes de César ayant franchi la frontière officielle qu’était l’Escaut, elles se seraient alors retrouvées dans une zone transitoire aménagée avec ces haies ; cette reconstruction, on le voit, a pour conséquence de nous obliger à mettre sur pied un schéma frontalier beaucoup plus complexe.

29 Varron, De l’agriculture I, 14. Cf. Columelle, XI, 3, 4‑5 ; Palladius, I, 34, 4‑5.

30 Columelle, XI, 3, insiste sur ce point en citant Bolos, Georgika fr. 3 Wellmann.

31 Columelle, XI, 3 : uetustissimi auctores uiuam sepem structili praetulerunt, quia non solum minorem impensam desideraret, uerum etiam diuturnior immensis temporibus permaneret.

32 Varron, De l’agriculture I, 14 : praetereuntis lasciui non metuet facem ardentem.

33 Les plantes vives brûlent moins bien qu’une palissade en bois, mais Frontin (Stratagèmes II, 4, 15) rapporte que Camille chassa des Volsques d’un camp entouré de broussailles et de bois en y mettant le feu.

34 Strabon, IV, 3, 4. La suite de son propos prouve qu’il n’a pas développé l’utilisation défensive de ces arbustes.

35 César, Guerre des Gaules III, 28 (Morins et Ménapes) ; IV, 38 et VI, 5 (Ménapes). Sur cette « tradition », voir M. Clavel-Lévêque, « La Forêt gauloise vue des textes », Puzzle gaulois. Les Gaules en mémoire. Images-Textes-Histoire, Paris / Besançon, Les Belles Lettres / Annales de l’université de Besançon, 1989, p. 159‑160 et 165.

36 Voir le commentaire de P. Laederich, dans son édition de Frontin, Les Stratagèmes, Paris, Ed. Economica, 1999, p. 124, n. 58.

37 César, Guerre des Gaules II, 16, 5 ; 28 ; Plutarque, César 20, 7. Les deux témoignages ne sont donc pas, sur ce point, incompatibles.

38 J.-F. Maréchal, op. cit. n. 22, p. 228.

39 Selon F. Lasserre, dans son édition de Strabon, Géographie, tome II, Paris, Les Belles Lettres, 1966, p. 110. Cf. J. André, La Vie et l’œuvre d’Asinius Pollion, Paris, Klincksieck, 1949, p. 57, à propos de la géographie des bouches du Rhin.

40 Ibid., p. 61 ; 98‑101.

41 J.-L. Brunaux, op. cit. n. 9, p. 46 ; 77-79.

42 J.-F. Maréchal, op. cit. n. 22, p. 228.

43 Ibid.

44 O. Rackham, op. cit. n. 7, p. 184.

45 Strabon, XI, 7, 1 signale les Ἄμαρδοι parmi les peuples habitant sur les bords de la Caspienne. Voir J. C. Yardley & W. Heckel (eds), Justin, Epitome of the Philippic History of Pompeius Trogus, Volume I, Books 11-12 : Alexander the Great, Oxford, Oxford University Press, 1997, p. 199-200.

46 P. Briant, « “ Brigandage ”, dissidence et conquête en Asie achéménide et hellénistique », DHA 2 (1976), p. 195.

47 Les Mardes étant voisins des Scythes, des Parthes et des Hyrcaniens (dans la Cyropédie, Xénophon signale régulièrement la cavalerie de ce peuple), on peut se demander s’ils ne cherchaient pas eux aussi — ce que Quinte-Curce ne dit pas — à se protéger des attaques de cavaliers.

48 Arrien, Anabase III, 24, ne signale que la difficulté du terrain. Sur les détails qui n’apparaissent que chez Quinte-Curce, voir S. Dosson, Étude sur Quinte-Curce, sa vie et son œuvre, Paris, Hachette, 1886, p. 156 sq.

49 J. E. Atkinson, A Commentary on Q. Curtius Rufus’ Historiae Alexandri Magni Books 5 to 7, 2, Amsterdam, Hakkert, 1994, p. 195, le suggère à propos du brigandage des Mardes.

50 Voir S. Dosson, op. cit., p. 160. Sur les sources de Quinte-Curce, voir aussi J. Therasse, « Le Moralisme de Justin (Trogue-Pompée) contre Alexandre le Grand, son influence sur l’œuvre de Quinte-Curce », AC 37 (1968), p. 551‑588. Sur les inventions de certains de ces historiens, voir Plutarque, Alexandre 46, 1‑5.

51 Sur Clitarque et Quinte-Curce, voir P. Goukowsky, Essai sur les origines du mythe d’Alexandre (336-270 av. J.-C.), I. Les origines politiques, Nancy, Presses universitaires de Nancy II, 1978, p. 155-157 ; L. Prandi, Fortuna e realtà dell’opera di Clitarco, Stuttgart, Steiner, 1996, p. 125 sq.

52 P. Pédech, Historiens compagnons d’Alexandre. Callisthène-Onésicrite-Néarque-Ptolémée-Aristobule, Paris, Les Belles Lettres, 1984, p. 80 ; J. Auberger (ed.), Historiens d’Alexandre, Paris, Les Belles Lettres, 2001, p. 237‑275 ; 291‑315.

53 P. Green, « Caesar and Alexander : aemulatio, imitatio, comparatio », AJAH 2 (1978), p. 1‑26 ; G. Pugliese-Carratelli, « La Imitatio Alexandri nel mondo romano », in G. Pugliese-Carratelli & alii (eds), Roma e l’Egitto nell’antichità classica, Rome, Ist. Poligrafico dello Stato, 1992, p. 301‑302 ; E. Ndiaye, « Stratégie d’appropriation des conquêtes d’Alexandre : l’exemple des “ barbares ” chez Quinte-Curce et Arrien », FEC 9 (2005) (article en ligne, site de la BCS : http://bcs.fltr.ucl.ac.be/fe/09/Alexandre.html).

54 Suétone, César 7, 1 ; Dion Cassius, XXXVII, 52. Voir aussi ce qui concerne le cheval de César chez Suétone, César 61 ; Pline, VIII, 155 ; Solin, 45, 9 ; Dion Cassius, XXXVII, 54.

55 G. Pugliese-Carratelli, op. cit., p. 301 ; R. Étienne, César, Paris, Fayard, 1997, p. 54 ; 197 ; 212.

56 Cette analyse repose sans doute sur l’expression nouum munimentum qui peut pourtant s’expliquer par rapport à la perception des Macédoniens : c’est la première fois qu’ils voient un peuple agir ainsi.

57 Voir Vitruve, II, 1, 1-3. Cf. le cas des Fennes et de leurs cabanes sommaires chez Tacite, Germanie 46, 4, ou les abris buissonniers des hommes préhistoriques chez Lucrèce, V, 956‑957.

58 Itinéraire d’Alexandre 71: sed enim Mardis, praeter arma uiresque, nulla sua res est.

59 P. Briant, op. cit. n. 46, p. 173.

60 Voir J. E. Atkinson, op. cit. n. 49, p. 195. On ajoutera aux références Néarque, fr. 34 Müller. Cf. Strabon, XI, 7, 1‑2. Tous les peuples qui s’opposent à Alexandre sont des latrones, cf. P. Briant, op. cit. n. 46, p. 184.

61 Quinte-Curce, VI, 5, 11 ; 17. Cf. les Espagnols de Justin, XLIV, 2.

62 César, Guerre des Gaules II, 4, 8 ; 15, 5 ; Plutarque, César 20, 6.

63 Cf. P. Briant, op. cit. n. 46, p. 225, n. 42, à propos des Parapamisades.

64 D. Lenfant, « Milieu naturel et différences ethniques dans la pensée grecque classique », Ktèma 16 (1991), p. 111‑122. Voir la liste des critères de la barbarie chez P. Thollard, Barbarie et civilisation chez Strabon, Paris, Les Belles Lettres, 1987, p. 6 sq.

65 C. Jacob, Géographie et ethnographie en Grèce ancienne, Paris, A. Colin, 1991, p. 161‑162.

66 Pline, XXI, 54, pour neruosus au sens de « filandreux ».

67 Ces Germanoi sont d’autant plus proches de leurs homonymes celtes qu’eux aussi coupent des têtes, cf. P. Briant, Histoire de l’Empire perse de Cyrus à Alexandre, Paris, Fayard, 1996, p. 525. Cf. J.‑L. Brunaux, op. cit. n. 9, p. 110‑112, pour la pratique chez les Celtes. Posidonius, qui parlait à la fois des Carmani et des Celtes (fr. 274 et 283 Edelstein-Kidd), avait-il déjà relevé quelques connections de ce genre ? Cf. C. Clarke, Between Geography and History. Hellenistic Construction of the Roman World, Oxford, Oxford University Press, 1999, p. 182.

68 W. W. How & J. Wells, A Commentary on Herodotus, Oxford, Clarendon Press, 19282, I, p. 110.

69 Ce texte figure notamment dans les diverses éditions Garnier depuis M. Nisard jusqu’à E. Chambry.

70 O. Seel (ed.), M. Iuniani Iustini Epitoma Historiarum Philippicarum Pompei Trogi, Stuttgart, Teubner, 1985.

71 Il est possible que des tribus belges soient intervenues en Europe centrale, cf. S. Fichtl, op. cit. n. 26, p. 140‑142.

72 Voir par exemple Tite-Live, I, 1 ; Salluste, La Guerre de Jugurtha 18 ; Denys le Périégète, 697-698.

73 C. Nicolet, L’Inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris, Fayard, 1988, p. 89.

74 C. Goudineau, César et la Gaule, Paris, Le Seuil, 20002, p. 80 sq.

75 Voir L. Braccesi, Alessandro e la Germania. Riflessioni sulla geografia romana di conquista, Rome, L’Erma di Bretschneider, 1991, p. 14 sq.

76 L. Braccesi, op. cit., p. 13 sq. Voir aussi C. Clarke, op. cit. n. 67, p. 310‑311.

77 Voir Plutarque, Alexandre 46, 1‑5.

78 E. I. McQueen, « Quintus Curtius Rufus », in T. A. Dorey (ed.), Latin Biography, Londres, Routledge / Kegan Paul, 1967, p. 29 sq.

79 Tout d’abord un peuple anonyme vivant dans des cabanes disséminées (Quinte-Curce, V, 6, 15‑16).

80 Sur ce peuple voir l’article fondamental de P. Briant, op. cit. n. 46, p. 163‑258 ; Idem, op. cit. n. 67, p. 747‑753.

81 P. Briant, op. cit. n. 46, p. 195.

82 J.-P. Digard, « Montagnards et nomades d’Iran : des “ brigands ” des Grecs aux “ sauvages ” d’aujourd’hui », DHA 2 (1976), p. 266 ; J. E. Atkinson, op. cit. n. 49, p 120.

83 Voir P. Briant, « Hérodote et la société perse », in O. Reverdin (ed.), Hérodote et les peuples non grecs, Vandoeuvres / Genève, Fondation Hardt, 1988, p. 78-81.

84 Ctésias, fr. 8d, 3 Lenfant. Cf. P. Briant, op. cit. n. 67, p. 29. Ce détail mérite d’être examiné avec l’histoire des Perses demandant à Cyrus de changer de terre, cf. D. Lenfant, op. cit. n. 64, p. 111‑112.

85 P. Briant, op. cit. n. 46, p. 189 sq. ; Idem, op. cit. n. 67, p. 871.

86 A. T. Olmstead, History of the Persian Empire, Chicago / Londres, University of Chicago Press, 19788, p. 515.

87 Diodore de Sicile, XVII, 76, 3 (ἀλκῇ διαφέροντες) ; Quinte-Curce, V, 6, 15 ; Arrien, Anabase III, 25, 3 (« pauvres mais belliqueux »). Voir les réserves de P. Briant, op. cit. n. 46, p. 171, sur le portrait de ce peuple : il montre que les grottes sont des refuges temporaires en cas d’agression et non des habitats réguliers.

88 Sur les Cosséens, voir Néarque, fr. 34 Müller ; Polyen, IV, 3, 31.

89 Voir la carte de P. Briant, op. cit. n. 46, p. 172.

90 Une origine commune est supposée par P. Briant, op. cit. n. 46, p. 167.

91 P. Lecoq, Les Inscriptions de la Perse achéménide, Paris, Gallimard, 1997, p. 145.

92 Nous revenons sur ces questions de répétition et de contamination dans « Auium aemuli. La prise du rocher Aornos et l’écriture de la conquête » (à paraître dans la RBPh).

93 Athénée, II, 82, 70a‑d ; FGrHist 1 F 291‑292 ; 296 Jacoby.

94 S. Amigues dans son édition de Théophraste, Recherches sur les plantes, Paris, Les Belles Lettres, 1993, III, p. 176, n. 26.

95 Voir J. Therasse, Quintus Curtius Rufus. Index uerborum. Relevés lexicaux et grammaticaux, Hildesheim / New York, Olms, 1976, p. 410 (saepes, saepio) et 496 (uirgultum).

96 Voir W. Heckel, « Alexander at the Persian Gates », Athenaeum 58 (1980), p. 168‑174.

97 P. Briant, op. cit. n. 46, p. 220.

98 Voir les réserves de Strabon, XI, 7, 4, à propos de l’intervention d’Alexandre dans cette zone.

99 Voir Plutarque, Alexandre 46, 1‑5.

100 N’y aurait-il pas une part d’imitatio Alexandri dans la petite comédie de Caligula en Germanie lorsqu’il fait abattre des arbres et leur donne une forme de trophée (Suétone, Caligula 45, 2) ?

101 Diodore de Sicile, XVII, 76, 7. Un peu auparavant (XVII, 76, 5), Diodore indique qu’Alexandre ravage le pays par le feu, ce qui peut déjà être un moyen de lutter contre les défenses naturelles des Mardes. La réponse de César aux attaques des Ménapes et des Morins est identique : il fait couper les arbres (Guerre des Gaules III, 28).

102 Ce dysfonctionnement pourrait passer pour un signe de l’authenticité des informations transmises sur les Nerviens.

103 Voir le commentaire de C. B. R. Pelling dans son édition de Plutarque, Life of Antony, Cambridge, Cambridge University Press, 1988, p. 229.

104 Cf. César, Guerre des Gaules VI, 10 : chez les Germains la forêt Bacenis sépare les Suèves des Chérusques et constitue un mur naturel (pro natiuo muro) qui empêche les incursions des uns chez les autres ; là aussi les Suèves attendent les Romains à l’orée de cette forêt. Sur les différentes frontières, cf. S. Fichtl, op. cit. n. 26, p. 125‑127.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://etudesanciennes.revues.org/docannexe/image/829/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Barbara, « À propos des barrières végétales des Nerviens et de la représentation des confins sauvages dans quelques récits de conquête », Cahiers des études anciennes, LII | 2015, 91-123.

Référence électronique

Sébastien Barbara, « À propos des barrières végétales des Nerviens et de la représentation des confins sauvages dans quelques récits de conquête », Cahiers des études anciennes [En ligne], LII | 2015, mis en ligne le 03 juin 2015, consulté le 30 août 2016. URL : http://etudesanciennes.revues.org/829

Haut de page

Auteur

Sébastien Barbara

Université de Lille / Halma-Ipel / UMR 8164

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org