Navigation – Plan du site
II Des frontières symboliques ou théoriques à franchir ou à transgresser

Les animaux sauvages ont-ils un territoire ? À propos d’un passage des laudes Italiae (Virgile, Géorgiques II, 151-154)

Jean Trinquier
p. 205-229

Entrées d’index

Index de mots-clés :

animaux sauvages, Italie, fauves
Haut de page

Texte intégral

  • 1 R. Dyson-Hudson & E. A. Smith, « Human Territoriality : An Ecological Reassessment », American Ant (...)
  • 2 C’est précisément cette caractéristique — la naturalis libertas des animaux sauvages, qui vont où (...)
  • 3 Cette catégorie du « sauvage » n’est nullement universelle, cf. à ce sujet les réflexions fondamen (...)

1Les animaux sauvages fournissent un bon observatoire pour réfléchir sur la notion de monde sauvage et sur les frontières que l’on assigne à cet espace. Dans l’acception spatiale du terme, la frontière du monde sauvage serait une sorte de ligne de démarcation établissant le partage entre des lieux contrôlés, cultivés et habités par l’homme et d’autres lieux, définis de façon négative par l’absence des traits précités. Ces lieux semblent devoir constituer le territoire naturel des animaux sauvages, une assimilation qui est favorisée, du moins en français, par le spectre sémantique de l’adjectif « sauvage », lequel peut qualifier aussi bien un lieu qu’un être vivant. Le mot « territoire » ne reçoit pas ici le sens que lui donne l’éthologie moderne, qui y voit « l’aire occupée plus ou moins exclusivement par un individu ou un groupe au moyen du refoulement opéré par un comportement agressif ou par l’émission d’un signal quelconque »1. Il est pris en son sens politique de portion d’espace appartenant à une communauté. Il va de soi que le terme ne peut être ainsi appliqué au règne animal que de façon analogique et métaphorique. Toute la question est de savoir si les animaux sauvages sont considérés, dans une société donnée, comme les hôtes privilégiés des lieux sauvages et s’ils servent de marqueurs spatiaux pour définir ces mêmes lieux. D’un côté, l’association lieu sauvage / animal sauvage peut sembler parfaitement naturelle, tant les animaux sauvages ont souvent tendance à éviter la rencontre de l’homme et à se réfugier dans des zones faiblement anthropisées. D’un autre côté, les animaux sauvages apparaissent aussi comme des êtres sans domicile fixe, qui vagabondent au gré de leur instinct2, sans se laisser enfermer dans aucun espace ni respecter les limites inscrites par l’homme au sein du paysage. De nombreuses espèces ont même tendance à empiéter régulièrement sur le territoire que l’homme voudrait se réserver, qu’il s’agisse des prédateurs qui viennent prélever leur part au sein des troupeaux domestiques, des animaux qui se nourrissent dans les zones cultivées aux dépens de l’homme ou des espèces commensales, qui sont attirées par les espaces de stockage et par les habitations. Dans ces conditions, il convient de se demander si une société donnée, à partir du moment où elle distingue au sein du monde animal une catégorie d’animaux « sauvages »3, assigne ou non à ces derniers un ou plusieurs espaces propres. Le problème se pose différemment suivant qu’on l’envisage à l’échelle d’une propriété individuelle, à l’échelle du territoire d’une cité, à l’échelle d’une région ou à celle du monde dans son ensemble.

  • 4 Pour cette lecture des laudes Italiae, voir en particulier I. Borzsak, « Von Hippocrate bis Vergil (...)
  • 5 Voir S. Harrison, Generic Enrichment in Vergil and Horace, Oxford, Oxford University Press, 2007, (...)

2Le but de cet article est d’étudier la délimitation réciproque des faunes indigène et exotique à travers un exemple précis, celui des laudes Italiae de Virgile, au chant II des Géorgiques. L’éloge virgilien de l’Italie est un éloge non seulement de la terre italienne, de sa fécondité, de sa végétation et de son hydrographie, mais aussi des peuples de l’Italie antique, auxquels Virgile tente de donner une identité collective fondée sur le travail agricole et la valeur militaire. La notion de travail agricole, évidemment centrale dans un poème ressortissant au genre des géorgiques, permet ainsi de réconcilier deux traits tenus pour exclusifs par une bonne part de la tradition ethnographique et médicale antique, prompte à considérer qu’une terre trop clémente rend ses habitants inaptes à la guerre4. Dans ce tableau d’une Italie qui est une « grande nourricière de moissons », magna parens frugum, en même temps qu’une « grande nourricière de guerriers », magna [parens] uirum, la faune occupe une place très subordonnée. L’Italie célébrée par Virgile n’est pas une « grande nourricière de bêtes sauvages », magna parens ferarum, pourrait-on dire ; la faune qu’elle abrite se caractérise plutôt par son innocuité, contrairement aux faunes lointaines de l’Orient. Cette opposition entre une faune indigène plus ou moins inoffensive et une faune lointaine dangereuse mérite une étude approfondie. Stephen Harrison en a récemment proposé une très intéressante interprétation métalittéraire et métagénérique, qui rend subtilement compte de certaines de ses particularités5. Si, comme l’a montré S. Harrison, l’image des terres extérieures à l’Italie que construit le passage indique aussi les choix poétiques que Virgile écarte, il me semble qu’elle n’en possède pas moins une cohérence propre, laquelle n’est pas uniquement d’ordre métalittéraire. C’est cette cohérence que nous allons essayer de dégager, en nous attachant au règne animal.

3Dans l’éloge virgilien de l’Italie, le motif de l’innocuité animale apparaît juste après la mention du « printemps persistant », uer adsiduum, qui règne en Italie et de l’exceptionnelle fertilité de son terroir :

at rabidae tigres absunt et saeua leonum
semina ; nec miseros fallunt aconita legentis,
nec rapit immensos orbis per humum neque tanto
squameus in spiram tractu se colligit anguis :

  • 6 Toutes les traductions sont personnelles.

en revanche, en sont absents les tigres enragés et l’engeance féroce des lions ; l’aconit n’abuse pas les malheureux qui le cueillent, le serpent couvert d’écailles ne déroule pas sur le sol des anneaux démesurés ni ne ramasse en spirale un corps pareillement étendu (Virgile, Géorgiques II, 151‑154)6.

4Ce passage a suscité la controverse dès l’Antiquité. À lire les commentaires embarrassés que Servius consacre à ces vers, on comprend en effet que Virgile fut sur ce point taxé d’exagération par ses détracteurs :

rabidae tigres absvnt malum Armeniae.
saeva leonvm semina malum Libyae. […]
nec miseros fallvnt aconita legentes mira arte usus est, ut excusaret rem, quam negare non potuit ; nam aconita nascuntur in Italia : sed non ea obesse dicit, quia sunt omnibus nota. Haec autem herba nata dicitur de spumis Cerberi, quo tempore eum Hercules ab inferis traxit. Quae quia in saxis et cotibus nascitur, aconitum dicitur ἀπὸ τῆς ἀκόνης, id est a cote : et dicimus τὸ ἀκόνιτον καὶ τὰ ἀκόνιτα.
neque tanto squamevs in spiram t. s. c. a. sunt quidem serpentes in Italia, sed non tales, quales in Aegypto aut in Africa […]

En sont absents les tigres enragés : c’est un fléau qui afflige l’Arménie.
L’engeance féroce des lions : c’est un fléau de la Libye […]
L’aconit n’abuse pas les malheureux qui le cueillent : le poète a fait preuve d’une ingéniosité admirable pour excuser ce qu’il n’était pas en mesure de nier ; car c’est un fait que l’aconit pousse en Italie. Ce qu’il dit, c’est que l’aconit ne provoque pas de dommages, car il est connu de tous. On dit que cette plante est née de l’écume de Cerbère, au moment où Hercule le tirait hors des enfers. C’est parce qu’elle pousse dans les rochers et les pierres qu’elle s’appelle « aconit », du grec akonê, qui veut dire « pierre » : on dit en grec to akoniton, ta akonita.
le serpent couvert d’écailles etc. : il y a certes des serpents en Italie, mais ils n’égalent pas ceux d’Égypte ou d’Afrique […] (Commentaire aux Géorgiques, ad loc.).

  • 7 Dioscoride, Matière médicale IV, 76‑77 (monts Vestins dans le Samnium, entre la Campanie et l’Apul (...)
  • 8 Pour un inventaire de l’herpétofaune de l’Italie actuelle, voir R. Sindaco & alii, Atlante degli a (...)

5À en juger par le soin que met Servius à les réfuter, les critiques portaient surtout sur l’aconit et les serpents. En effet, s’il est indéniable que l’Italie n’est pas parcourue par des tigres et des lions, il est non moins indiscutable que l’aconit pousse en Italie, comme le rapporte en particulier Dioscoride7, et que l’Italie abrite une herpétofaune qui est, pour partie d’entre elle, franchement venimeuse8. Servius répond différemment à ces deux objections. Pour l’aconit, il remarque que Virgile n’affirme pas explicitement que l’aconit ne pousse pas en Italie, mais seulement qu’il n’abuse pas les cueilleurs, une réponse trop ingénieuse pour être vraiment convaincante. Ce qu’il écrit des serpents emporte plus la conviction : « il y a certes des serpents en Italie, mais ils n’égalent pas ceux d’Égypte et d’Afrique ». Je reviendrai plus loin sur la question du bien-fondé de ces références géographiques.

6S’ils ont continué à discuter le passage en termes de vraisemblance, les modernes l’ont aussi justement rapproché des promesses de l’âge d’or dans la IVeBucolique, qui prophétise que les troupeaux ne craindront plus les lions puissants, que périront serpents et plantes vénéneuses :

ipsae lacte domum referent distenta capellae
ubera nec magnos metuent armenta leones ;
ipsa tibi blandos fundent cunabula flores.
Occidet et serpens et fallax herba ueneni
occidet ; Assyrium uolgo nascetur amomum :

d’elles-mêmes, au logis, les chèvres ramèneront leurs mamelles gonflées de lait, et les troupeaux ne redouteront pas les grands lions ; de lui-même, ton berceau te prodiguera de séduisantes fleurs. Périra le serpent, périra l’herbe perfidement empoisonnée ; l’amome assyrien deviendra commun (IV, 21‑25).

  • 9 Voir en particulier R. F. Thomas, Lands and Peoples in Roman Poetry : The Ethnographical Tradition(...)
  • 10 Voir e. g. G. Ramain, « À propos de Virgile, Géorgiques III, 416-439 », RPh 48 (1924), p. 117‑123, (...)
  • 11 Voir en ce sens F. Klingner, Virgils Georgica, Stuttgart, Artemis, 1963, p. 80‑81 ; R. Jenkyns, Vi (...)

7À partir de là, les interprétations proposées par les commentateurs ont emprunté deux voies radicalement opposées. Pour les tenants d’une lecture ironique de l’éloge de l’Italie, et plus largement des Géorgiques, la contre-vérité manifeste que représente l’innocuité de la faune et de la flore italiennes mine le sérieux du texte et constitue un indice très sûr de la distance critique qu’adopte Virgile vis-à-vis de l’idéologie « italienne » du nouveau pouvoir augustéen, dont il feindrait ici de se faire le porte-parole9. Les autres s’attachent à réduire, à la suite de Servius, l’invraisemblance apparente des affirmations de Virgile10 et font valoir que cette légère exagération, qui peut passer pour une sorte de licence poétique, vise à donner à l’Italie les couleurs de l’âge d’or11. Ces lectures ne rendent pas pleinement justice, me semble-t-il, à la subtilité du passage.

  • 12 Voir en ce sens R. Jenkyns, op. cit. ; et surtout R. Cramer, op. cit., p. 70‑114, et M. Erren, P.  (...)
  • 13 La date de l’Épode XVI d’Horace constitue une quaestio uexatissima de la philologie latine : pour (...)
  • 14 R. F. Thomas exclut un peu vite cette possibilité, en écrivant (Virgil. Georgics I : Books I-II, C (...)
  • 15 Voir L. Bodson, « Les Grecs et leurs serpents. Premiers résultats de l’étude taxonomique des sourc (...)
  • 16 Ces observations s’inscrivent dans une synkrisis plus large des productions de l’Europe et de l’As (...)
  • 17 Ctésias, Indica fr. 45kα Lenfant, cité par Aristote, Histoire des animaux VIII (VII Balme-Gotthelf (...)
  • 18 Nicandre II, Thériaques 210‑212 et 216. Des vipères gigantesques de quinze coudées étaient égaleme (...)
  • 19 Voir L. Bodson, op. cit. n. 14 ; Eadem, « Observations sur le vocabulaire de la zoologie antique : (...)

8Je commencerai par la question de la vraisemblance, qui est en partie un faux problème. Virgile, en effet, prend bien soin d’éviter toute erreur flagrante12, la comparaison avec l’Épode XVI d’Horace et le chant I des Géorgiques, deux textes auxquels ce passage fait sûrement écho, le montre bien13. L’Épode XVI exempte les Îles Fortunées de la présence menaçante des ours et des vipères (50‑51). Quant au chant I des Géorgiques, il mentionne le loup ravisseur et l’ensemble des serpents venimeux, qui reçoivent de Jupiter leur caractère nuisible, au moment où prend fin l’âge d’or (129‑130). Les deux passages choisissent leurs exemples de sales bêtes dans les catégories des quadrupèdes prédateurs et des rampants venimeux ; ils prennent tous deux soin de sélectionner des espèces bien présentes en Italie, qui constituent aux yeux d’un lecteur romain le type même de l’animal nuisible. Au loup ou à l’ours indigènes, Virgile substitue ici le tigre et le lion, aux vipéridés de la péninsule les serpents de grande taille qui infestent d’autres régions du monde. Les vers 153‑154 ne constituent pas, en effet, une description générique du serpent, comme le pensent à tort certains commentateurs14. Il n’y a pas en Italie de serpents aux « anneaux immenses », ni qui s’enroulent sur eux-mêmes tanto […] tractu. Cette dernière expression appelle quelques commentaires. Il convient de donner à tanto sa pleine valeur comparative, avec ellipse du second terme de la comparaison, qui serait introduit par un quanto : il n’y a pas en Italie de serpents aussi grands que dans certaines contrées étrangères. Il n’y a donc pas lieu d’en conclure que Virgile méconnaît la présence en Italie d’une herpétofaune nombreuse et variée. Virgile joue également de la polysémie du substantif tractus, déverbatif de trahere, qui peut désigner aussi bien le mouvement de torsion du serpent qui enroule ses anneaux que l’étendue occupée par son immense corps. Que les terres méridionales et orientales abritent des serpents à la fois plus grands et plus dangereux que ceux qui se rencontrent en Italie est du reste une vérité d’expérience que les Anciens avaient dûment constatée et qui vaut aussi bien pour la catégorie des « serpents aux larges yeux », pour traduire le grec δράκων et le latin draco15, que pour celle des serpents venimeux du type de la vipère16. Ctésias souligne ainsi que les « animaux à écailles » sont tous de grande taille en Inde, une information reprise par Aristote, ou Théophraste, qui signale aussi que les serpents libyens sont énormes17. Nicandre précise dans ses Thériaques que les vipères d’Asie sont plus grandes que les vipères d’Europe18. Quant aux différents pythonidés que les Anciens ont pu rencontrer dans les régions tropicales de l’Afrique ou de l’Inde, ils ont été immédiatement interprétés comme des sortes de couleuvres géantes19.

  • 20 Sur cette importante question, voir les analyses de S. Amigues, op. cit. n. 7.
  • 21 En particulier, les informations développées dans les vers 126‑135 dérivent de Théophraste, Histoi (...)
  • 22 Théophraste, Histoire des plantes IX, 16, 4. Sur l’aconit qui pousse à Héraclée, voir aussi Strabo (...)
  • 23 Voir D. Ogden, Greek and Roman Necromancy, Princeton, Princeton University Press, 2001, p. 29‑42. (...)
  • 24 Pour cette étiologie de l’aconit, voir Hérodoros, FGrHist 31 F 31 Jacoby, cité dans les Scholies à (...)
  • 25 Voir Théophraste, Histoire des plantes IX, 16, 4 ; Théopompe, Histoire philippique XXXVIII = FGrHi (...)
  • 26 Voir S. Amigues (ed.), Théophraste. Recherches sur les plantes. Livre IX, Paris, Les Belles Lettre (...)
  • 27 Voir le passage de Théopompe cité n. 25.
  • 28 Sur la figure de Cléarque, voir H. Berve, Die Tyrannis bei den Griechen, Munich, Beck, 1967, I, p. (...)
  • 29 C’est la conclusion à laquelle parvient R. Cramer, op. cit. n. 11, p. 80‑82.
  • 30 Ce point a été justement souligné par G. Maggiulli, Incipiant siluae cum primum surgere : mondo ve (...)
  • 31 R. Cramer (op. cit. n. 11, p. 81-82) fait justement remarquer que Dioscoride parle d’« un aconit d (...)

9Il reste l’aconit, qui, comme nous l’avons vu, est indiscutablement présent en Italie, notamment sur la dorsale apennine. Je ne crois pas, cependant, que Virgile puisse être convaincu de mensonge ou de falsification, ni qu’il faille recourir à la solution de Servius. L’aconit de Virgile, en effet, est avant tout une plante littéraire. Il faut donc s’intéresser au passé littéraire de l’aconit plus qu’à son identification botanique20 —aconit, jusquiame ou doronic — ou à sa distribution italienne. On a pu montrer que Virgile, dans le développement sur les essences exotiques qui lancent l’éloge de l’Italie, avait utilisé des informations botaniques dérivant de l’Histoire des plantes de Théophraste21. Or Théophraste consacre aussi un long développement à l’aconit dans le livre IX de cet ouvrage. Il localise l’aconit en Crète, à Zacynthe et surtout à Héraclée du Pont, dans une liste qui n’a rien d’exhaustif, mais qui pouvait aussi être lue comme limitative ; Théophraste ajoute que « c’est à Héraclée du Pont qu’il est le plus abondant et le meilleur »22. De fait, pour une partie de la tradition antique, notamment poétique, l’aconit est d’abord la plante d’Héraclée du Pont, une colonie mégaro-béotienne de la côte méridionale de la mer Noire. La force de cette association tient à la fois à la légende étiologique de l’aconit et à la renommée du tyran Cléarque qui régna sur Héraclée dans le deuxième quart du IVe siècle avant notre ère. La cité d’Héraclée se dressait en effet dans le voisinage immédiat d’une zone qui abritait un important oracle des morts et qui passait pour constituer l’une des portes d’entrée des enfers, autour du cap Achéron, du fleuve du même nom et d’un lac appelé Acherousias23. Une légende locale, attestée au moins depuis l’époque classique, voulait que ce fût précisément le chemin suivi par Héraclès pour sortir des enfers et ramener le terrible Cerbère à la lumière du jour ; de la bave dégouttant de la triple gueule du monstre serait né l’aconit, plante infernale, car mortelle24. L’une des nombreuses étymologies du substantif « aconit » échafaudées par les Anciens faisait d’ailleurs dériver ce phytonyme des monts Acones, qui se dressaient dans le même secteur25. À lire le développement que Théophraste consacre à l’aconit, on se rend compte qu’il est centré, à partir du paragraphe 4, non seulement sur Héraclée du Pont, mais aussi sur la figure de Cléarque ; il en va de même pour le développement qui suit sur le colchique26. C’est que Théophraste tire ses informations sur l’aconit principalement de sources soit héracléotes, soit relatives à Héraclée, comme le livre XXXVIII de l’Histoire philippique de Théopompe, qui relatait les agissements de Cléarque27. Auditeur dans sa jeunesse d’Isocrate et de Platon, grand admirateur de Denys de Syracuse, ce dernier personnage exerça avec cruauté la tyrannie à Héraclée du Pont ; sorte de préfiguration de Mithridate VI Eupatôr, il passait lui aussi pour être un grand spécialiste en matière de poisons et d’empoisonnements et il aurait fait un usage immodéré de la ressource locale, que ce soit le colchique ou l’aconit28. Il est donc probable que pour Virgile aussi, l’aconit était d’abord et avant tout une plante pontique29. Il convient de remarquer à ce propos que Virgile est le premier, du moins à notre connaissance, à avoir transposé en latin le nom grec de l’aconit30. Ce calque passe inaperçu, dans la mesure où le nom grec de la plante a été par la suite adopté par certaines langues européennes. Il n’en est pas moins notable : déjà par son nom, l’aconit est une plante exotique, étrangère à l’Italie, et peu importe finalement que la même plante, qui portait sans doute des noms vernaculaires bien différents31, poussât aussi en Italie à l’époque de Virgile.

  • 32 S. Harrison, op. cit. n. 5, p. 236‑237.
  • 33 Voir Varron, Sur la langue latine V, 100 ; cf. Virgile, Bucoliques V, 29 ; Énéide IV, 366‑367.
  • 34 Le colchique, plus souvent appelé en latin ephemerum, est cependant mentionné sous le nom de colch (...)
  • 35 Plutarque, Pompée 36, 1. Sur les serpents de la Caspienne, voir aussi Polyclète de Larissa, FGrHis (...)
  • 36 Voir Apollonios de Rhodes, Argonautiques IV, en particulier 127‑129 ; 143‑145 ; 149‑155 ; 159‑161. (...)
  • 37 E. g. Horace, Odes I, 23, 9-10 ; cf. Stace, Thébaïde IX, 15‑16.
  • 38 Sur la distribution du lion en Asie, voir X. de Planhol, Le Paysage animal. L’homme et la grande f (...)
  • 39 Chasse au lion en Syrie (ou en Assyrie ?) : Fouilles de Delphes III, 4‑2, n° 137, p. 213‑214 et pl (...)
  • 40 Catulle, 63, en particulier 76‑90 ; Lucrèce, II, 601 ; Varron, Antiquités divines XVI, fr. 267 Car (...)
  • 41 À propos du lion, S. Harrison fait également remarquer (op. cit. n. 5, p. 236) que c’est l’animal (...)

10L’origine pontique de l’aconit nous amène à une seconde série de remarques. Comme l’a bien vu S. Harrison32, il convient de ne pas isoler les quatre vers consacrés au motif de l’innocuité animale de la comparaison entre l’Italie et l’Orient qui structure le début de l’éloge et qui constitue le contexte immédiat du passage. Certes, Virgile évite soigneusement toute indication géographique dans son énumération des animaux et des plantes nuisibles dont l’Italie reste exempte, mais il n’en reste pas moins vrai que les réalités qu’il énumère se laissent toutes, ou presque toutes, localiser dans une vaste aire orientale qui va du Pont au Caucase, à l’Arménie et encore au-delà à l’Hyrcanie, au sud de la mer Caspienne. À l’époque où Virgile écrit les Géorgiques, le tigre est associé de façon privilégiée à l’Arménie et à l’Hyrcanie33. L’aconit, nous l’avons vu, est la plante d’Héraclée du Pont. Plus largement, elle se laisse aisément ranger parmi tout un ensemble de plantes magiques et toxiques qui étaient là encore localisées dans une aire que l’on pourrait qualifier de ponto-caucasienne. L’Orient où pousse l’aconit, c’est aussi la Colchide d’Hécate et de Médée et le Caucase de Prométhée34. Les serpents, enfin, peuvent certes renvoyer de façon très générale à tous les grands reptiles de la Libye, de l’Asie et de l’Inde, mais ils peuvent également être mis en relation de façon plus précise avec l’herpétofaune réputée dangereuse de l’Asie ponto-caspienne. Je ne relèverai qu’un fait : selon Plutarque, qui tire sans doute cette information de Théophane de Mytilène, l’historiographe de Pompée, lors de la campagne qu’il mena en Transcaucasie pendant l’été 65 avant notre ère, Pompée aurait été arrêté par un pullulement de serpents extrêmement venimeux à trois jours de marche de la Caspienne et de l’Hyrcanie35. Derrière le serpent de Virgile se cachait sans doute aussi le redoutable et gigantesque serpent de Colchide, qui veillait sans relâche sur la Toison d’or, avant que Médée ne parvienne à l’endormir à force d’incantations36. Le lion ne semble pas pouvoir s’inscrire dans ce cadre, car il est ordinairement qualifié de « punique », de « numide », de « gétule » ou de « libyen » chez les poètes contemporains, notamment lorsqu’il est comme ici associé au tigre37. Peut-être sa mention est-elle surtout appelée par celle du tigre, avec lequel il forme souvent un couple presque obligé de grands félins terrifiants. Il convient cependant de noter que le lion, dans l’Antiquité, était un animal tout autant asiatique qu’africain38, même si les lions produits dans les uenationes de la Rome républicaine devaient provenir dans leur quasi-totalité d’Afrique du Nord. Le lion est ainsi mentionné plusieurs fois dans le récit des conquêtes orientales d’Alexandre le Grand39. Le lion d’Asie Mineure avait même connu une exceptionnelle fortune littéraire dans le courant du Ier siècle avant notre ère grâce à Cybèle, la Grande Mère des Dieux, dont il était l’animal attitré. Qu’il suffise ici de rappeler les Antiquités divines de Varron, le Carmen 63 de Catulle et le chant II du poème Sur la nature de Lucrèce40. C’est bien à Cybèle que le lion devait d’être aussi souvent associé à la Troade, à l’Ida et à la Phrygie du Pont41.

11Malgré l’absence de précisions géographiques, les exemples pris par Virgile ramènent toujours vers cet Orient qui est évoqué à partir du vers 115. Les vers 151-154 font ainsi écho aux vers 140-143, qui lançaient véritablement l’éloge de l’Italie :

haec loca non tauri spirantes naribus ignem
inuertere satis immanis dentibus hydri,
nec galeis densisque uirum seges horruit hastis :

des taureaux soufflant du feu par leurs naseaux n’ont pas labouré cette terre en y semant les dents d’une hydre monstrueuse, une dense moisson de guerriers ne l’a pas hérissée de casques et de lances.

  • 42 Sur l’épopée de Varron d’Atax, voir D. Braund, « Writing a Roman Argonautica : The Historical Dyna (...)
  • 43 La synkrisis virgilienne entre l’Italie et l’Orient a été mise depuis longtemps en relation avec l (...)
  • 44 Sur l’importance de la « frontière » caucasienne et sur sa place dans l’imaginaire romain de la co (...)

12Ces vers proposent une version sinistre des merveilles de l’Orient précédemment évoquées et constituent une allusion transparente à l’aventure des Argonautes, racontée entre autres par Apollonios de Rhodes et, après lui, par Varron d’Atax42. Virgile condense en trois vers, de façon allusive, les deux épreuves imposées par Aiétès à Jason, à savoir labourer la jachère d’Arès avec un couple de taureaux indomptables, aux pieds d’airain et crachant le feu par leurs naseaux, puis y semer les dents de l’antique hydre, lesquelles dents donnèrent naissance à une moisson de guerriers belliqueux, les « Spartes ». Ces deux groupes de vers se répondent, de part et d’autre des vers 142‑150, qui constituent leur contrepartie positive, et présentent un certain nombre de similitudes. Ils ressortissent tous deux à la même technique de la description négative, ils font tous deux référence à un règne animal marqué au sceau de l’excès, du gigantisme et de la férocité. Le rapport entre les deux groupes est en outre souligné par un écho formel : l’image de la semence, dans la périphrase d’inspiration lucrétienne des saeua leonum semina (Lucrèce, III, 741‑742), répond en effet aux dents semées du serpent, dans le premier groupe de vers. Le parallélisme entre ces deux ensembles de vers permet de poursuivre, au sujet de la faune aussi, la vaste synkrisis entre l’Italie et l’Orient qui organise cette partie des Géorgiques. Les exemples végétaux et animaux sélectionnés dans les vers 151‑154 participent ainsi à la dévalorisation d’un Orient dont on a pu montrer sans peine qu’il coïncide précisément avec les régions dont Antoine voulait faire avant Actium le théâtre de ses exploits, entre Pont, Caucase et Caspienne43. Cette vaste zone, quelque périphérique qu’elle fût par rapport à Rome, occupait une place éminente dans l’imaginaire romain de la conquête depuis les guerres contre Mithridate et l’expédition victorieuse de Pompée le Grand ; c’était également le lieu où se heurtaient et s’affrontaient à l’époque les intérêts parthes et romains44. Dans le chant II des Géorgiques, le dénigrement de cet Orient potentiellement prestigieux emprunte ainsi deux voies, celle du mythe et celle de l’histoire naturelle.

  • 45 Voir par exemple Théocrite, Idylles XXIV, 86‑87. Sur ce thème, on se reportera aux études de B. Ga (...)

13Si Virgile évite donc toute erreur manifeste à propos de la faune et de la flore de la péninsule italienne, le texte n’en entretient pas moins une certaine ambiguïté, en suggérant plus qu’il ne dit. Ce que le texte dit, c’est qu’il n’y a pas en Italie de grands félins, d’aconit et de serpents géants. Ce qu’il suggère, c’est que l’Italie est exempte de toute faune malfaisante. L’arrière-plan culturel et littéraire de cette assertion, qui ne se réduit pas au seul thème de l’âge d’or, est susceptible d’en éclairer la signification. Le motif de l’innocuité animale est certes une composante de cet âge mythique, mais il convient de ne pas en surestimer l’importance. Ce qui est caractéristique de certaines versions du mythe, c’est moins en effet l’absence de certains animaux indésirables que le fait que ces derniers ne font pas preuve de la moindre férocité. Le loup n’est pas absent des campagnes heureuses de l’âge d’or, mais il ne s’y repaît pas de chair crue et il vit en parfaite harmonie avec le chevreau ou l’agneau, sans jamais lui faire de mal45. Ce n’est qu’après, comme le dit Virgile lui-même au chant I des Géorgiques (129‑130), que le loup est devenu ravisseur et le serpent venimeux. Ce n’est que dans la IVeBucolique (24‑25) que l’absence de certains animaux nuisibles est présentée comme un trait propre à l’âge d’or. Encore cette innovation s’explique-t-elle par la dimension prophétique du poème, qui n’est pas consacré à la description de l’âge d’or, mais à l’annonce de sa restauration. Pour que cet âge béni revienne, il faut bien soit que les animaux nuisibles changent de nature, soit qu’ils disparaissent, solution pour laquelle opte finalement Virgile dans la IVeBucolique, même si le doute est permis au sujet des lions (22 : nec magnos metuent armenta leones).

  • 46 Sur ce livre perdu de Théophraste, voir O. Regenbogen, « Theophrastos 3 », RE Suppl. VII, col. 142 (...)
  • 47 Voir à ce sujet P. M. Fraser, Ptolemaic Alexandria, Oxford, Clarendon Press, 1972, I, p. 770‑774.
  • 48 Pour la Crète, voir infra, p. 225-226. Pour les Baléares, voir Vitruve, VIII, 3, 24, et Strabon, I (...)
  • 49 X. de Planhol, op. cit. n. 38, p. 651‑656.
  • 50 Nicandre I, Ophiaca fr. 31 Gow-Scholfield, cité par Élien, Nature des animaux X, 49 ; Vitruve, VII (...)

14En fait, l’origine du motif de l’innocuité animale doit être recherchée moins du côté des évocations canoniques de l’âge d’or que de celui de la littérature paradoxographique d’ascendance péripatéticienne. L’école péripatéticienne, en effet, s’est intéressée aux variations locales de la faune, ainsi qu’aux frontières régionales ou microrégionales qui déterminent la distribution de certaines espèces. Ces recherches ont conflué dans les chapitres 28 et 29 du livre VIII (VII Balme-Gotthelf) de l’Histoire des animaux, un livre dont l’authenticité est discutée, et surtout dans le premier livre perdu du Περὶ ζῴων de Théophraste, qui s’intitulait justement Περὶ τῶν κατὰ τόπους διαφορῶν, Des différences relatives aux lieux46. L’école péripatéticienne, conformément à la démarche qui organisait par exemple les différents recueils de Problemata, recensait ces cas problématiques avant de s’enquérir de leurs causes. La littérature paradoxographique de l’époque hellénistique a repris à son compte les faits collectés par l’école péripatéticienne, mais sans plus se soucier de leurs causes. C’est comme curiosités, comme faits étonnants ou merveilleux que les faits consignés par Aristote et son école ont poursuivi leur carrière à l’époque hellénistique47, avant d’être recueillis dans l’encyclopédie plinienne. Parmi ces différences locales, il en est qui tiennent à l’absence problématique de certains animaux en certains lieux. On trouve ainsi plusieurs mentions de lieux exempts d’animaux nuisibles ou virulents. La plupart se rapportent à des îles, comme la Crète ou les Baléares48. Il s’agit d’observations zoologiques parfaitement pertinentes. Rappelons que les faunes des îles de la Méditerranée présentent de fortes spécificités. Malgré des liaisons terrestres plus ou moins fréquentes avec les grandes terres au cours de la préhistoire, le peuplement initial de ces îles s’était profondément individualisé avant même l’intervention de l’homme et présentait des carences nombreuses et des évolutions spécifiques particulières, marquées par l’endémisme. Fragilisées comme toutes les formes insulaires, ces faunes originelles ont très mal résisté à l’implantation humaine et se sont parfois complètement éteintes. Dans ces « déserts animaux », la place des endémiques disparus a été précocement occupée par les espèces introduites par l’homme, soit volontairement, soit involontairement49. Il est ainsi parfaitement exact que la Crète ne comptait ni loups ni renards ni ours. Ces observations portant sur les îles ont été étendues, à tort ou à raison, à certains secteurs du continent, comme le vallon de Claros, chez Nicandre I, ou le territoire de la cité d’Ismuc, chez Vitruve50.

  • 51 Sur les explications avancées par l’école péripatéticienne pour rendre compte de ces phénomènes, v (...)
  • 52 Sur les Îles fortunées, voir V. Manfredi, Le Isole fortunate. Topografia di un mito, Rome, L’Erma (...)
  • 53 Énéide VIII, 323. Voir D. Briquel, Les Pélasges en Italie, Rome, École française de Rome, 1984, p. (...)

15Les causes que Théophraste assignait à ces différences locales ne nous ont pas toujours été transmises51. Nous sommes en revanche mieux renseignés sur l’interprétation mythique et religieuse qui en était parfois proposée. Pour schématiser, l’absence d’animaux nuisibles en un lieu fut portée au crédit soit d’un héros exterminateur de bêtes sauvages, soit d’une divinité protectrice. Les deux traditions se retrouvent au sujet de la Crète. Pour le recueil pseudo-aristotélicien du Περὶ θαυμασίων ἀκουσμάτων comme pour Élien de Préneste, qui fait référence à des récits crétois en vers et en prose, l’absence d’animaux nuisibles en Crète est un privilège que Zeus aurait accordé à l’île pour la remercier de l’avoir caché dans sa petite enfance (Pseudo-Aristote, Sur les faits étonnants LXXXIII ; Élien, Nature des animaux V, 2). L’Amalthéion aménagé par Atticus à Buthrote, puis celui de Cicéron à Arpinum témoignent du succès rencontré dans la société romaine du Ier siècle avant notre ère par ce mythe d’une Crète préservée et bénie des dieux pour avoir abrité la petite enfance de Jupiter. Dans le livre IV de la Bibliothèque historique de Diodore de Sicile (17, 3), c’est Héraclès qui est l’artisan de la disparition des animaux nuisibles ; cette seconde tradition est cependant combinée à la première, dans la mesure où Héraclès agit ainsi pour honorer l’île qui a accueilli son père à un moment critique de son existence. L’exemple de la Crète est particulièrement intéressant pour notre propos, car les similitudes qu’il offre avec l’Italie virgilienne ne sont sans doute pas fortuites. Dire que l’Italie n’abrite pas de faune malfaisante et ne fait pas pousser de plantes vénéneuses n’est pas seulement un moyen de l’opposer à un Orient lointain, c’est aussi une façon de faire de l’Italie un espace quasi insulaire, comme la Crète, à l’abri, comme un certain nombre d’îles volontiers qualifiées par la tradition antique de bienheureuses ou de fortunées52, des maux qui accablent les terres continentales. Le parallèle avec la Crète peut même être poussé plus loin : si la Crète est la terre qui a caché Zeus enfant, l’Italie est celle où Saturne est venu se réfugier après avoir été détrôné ; Virgile lui-même ne faisait-il pas dériver le nom du Latium du verbe latere, « se cacher », en souvenir justement du temps où Saturne était venu se réfugier dans le Latium53 ? Si donc le motif de l’innocuité animale entretient des rapports avec la thématique de l’âge d’or, c’est de façon plus subtile et plus complexe qu’on ne le dit d’habitude.

16Dans l’éloge virgilien de l’Italie, la faune marque bien l’une des frontières du sauvage, mais cette frontière n’est pas intérieure à l’Italie, malgré la présence au sein de la péninsule de prédateurs comme le loup, l’ours ou le renard, ou de venimeux comme la vipère. Elle sépare l’Italie des terres de l’exotisme animal, auxquelles l’actualité du moment donne dans les Géorgiques la figure de l’Orient, un Orient qui couvre plus précisément les aires pontique, caucasienne et caspienne, avec des extensions situées encore plus à l’est. Si l’on voulait étudier plus largement les terres qui sont celles de l’exotisme animal aux yeux des Romains, il faudrait évidemment prendre aussi en considération l’Afrique, l’Égypte, l’Arabie et l’Inde, sans oublier les terres septentrionales de la Germanie et de la Sarmatie.

  • 54 Voir F. Borca, « Alius orbis : percorsi letterari nell’“ altrove ” », A&R 43 (1998), p. 23‑24.

17On retrouvera le même partage schématique de l’espace dans l’Histoire naturelle de Pline. Pline est sans doute tributaire de Virgile lorsqu’il vante les saltus innoxii de l’Italie, ces espaces sauvages où la faune n’est pas directement menaçante, ou encore l’innocentia ferorum animalium, « le caractère inoffensif des animaux sauvages » (III, 41 et XXXVII, 201). Ce monde préservé forme ce que Pline appelle ailleurs, au livre XXVIII consacré à la matière médicale d’origine animale, l’orbis noster, une expression qui est étroitement apparentée à la désignation de la mer Méditerranée comme mare nostrum (XXVIII, 123). L’expression suggère un espace quasi insulaire, clos et homogène, qui possède une unité forte, à la fois géographique et politico-culturelle et qui rejette dans l’altérité les espaces périphériques54. Ces espaces périphériques sont ceux des animaux qualifiés de peregrinus ou d’exterus, dont les propriétés pharmacologiques sont examinées par Pline dans une section du livre XXVIII (87‑122).

  • 55 Voir à ce sujet A. Rouveret, « Pictos ediscere mundos. Perception et imaginaire du paysage dans la (...)

18Les animaux sauvages forment donc bien, dans ces textes, l’une des frontières du sauvage, une frontière qui permet d’opposer l’Italie au reste du monde. À l’extérieur de l’Italie, dans un ailleurs exotique, les animaux sauvages mis en avant sont les prédateurs et les venimeux. À l’intérieur de l’Italie, les animaux dont il est fait état sont plutôt les espèces susceptibles de fournir du gibier. À ce titre, et à ce titre seulement, les animaux sauvages peuvent être intégrés dans la présentation d’un territoire idéal, dont ils constituent alors l’une des ressources. Virgile peut ainsi mentionner, à la fin du même chant II des Géorgiques (471‑472), les lustra ferarum et les ranger sans contradiction parmi les agréments de la vie à la campagne ; il s’agit des « retraites des animaux sauvages » que la jeunesse italienne peut aller débusquer tant pour son plaisir que pour son entraînement. Denys d’Halicarnasse, pour sa part, n’a garde d’omettre les animaux sauvages dans son énumération enthousiaste des ressources de l’Italie (Antiquités romaines I, 37, 5 : θηρίων ἄγρας ἀφθόνους). Pline le Jeune, de la même façon, mentionne le gibier abondant qui vit dans les forêts dominant son domaine de Tifernum Tiberinum, qu’il s’attache justement à décrire comme une sorte de territoire idéal (Lettres V, 6, 7)55.

  • 56 Voir supra, n. 2.

19Dans un espace idéalement organisé, les animaux sauvages sont ainsi tenus de respecter une double frontière, intérieure et extérieure. La frontière extérieure tient à distance les venimeux et les fauves, que l’on aimerait voir cantonnés dans les régions périphériques de l’orbis Romanus. La frontière intérieure sépare les animaux sauvages des zones cultivées pour les parquer dans des sortes de réserves de chasse, localisées sur les hauteurs boisées et incultes. Il s’agit dans les deux cas d’une construction, d’un modèle théorique, qui fait largement fi des réalités aussi bien zoogéographiques qu’éthologiques. L’animal sauvage n’est-il pas aussi celui qui vagabonde à son gré, en vertu d’une libertas naturalis que les juristes romains étaient les premiers à lui reconnaître56 ?

Haut de page

Notes

1 R. Dyson-Hudson & E. A. Smith, « Human Territoriality : An Ecological Reassessment », American Anthropologist 80 (1978), p. 21‑41.

2 C’est précisément cette caractéristique — la naturalis libertas des animaux sauvages, qui vont où bon leur semble — que la jurisprudence romaine classique a retenue pour fonder le statut de res nullius, de « chose sans propriétaire », qu’ils assignent aux animaux sauvages, les ferae, e. g. Gaius, II, 66‑67, et Digeste XLI, 2, 3, 14 (Paul, livre LIV ad edictum).

3 Cette catégorie du « sauvage » n’est nullement universelle, cf. à ce sujet les réflexions fondamentales de P. Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005, en particulier p. 19‑57.

4 Pour cette lecture des laudes Italiae, voir en particulier I. Borzsak, « Von Hippocrate bis Vergil », in H. Bardon & R. Verdière (eds), Vergiliana. Recherches sur Virgile, Leyde, Brill, 1971, p. 41‑55, et AGiardina, L’Italia romana. Storie di un’identità incompiuta, Rome / Bari, Laterza, 2000, p. 40‑41.

5 Voir S. Harrison, Generic Enrichment in Vergil and Horace, Oxford, Oxford University Press, 2007, p. 138‑149 ; Idem, « Laudes Italiae (Georgics II, 136-175) : Virgil as a Caesarian Hesiod », in G. Urso (ed.), Patria diuersis gentibus una ? Unità politica e identità etniche nell’Italia antica, Pise, ETS, 2008, p. 231‑242.

6 Toutes les traductions sont personnelles.

7 Dioscoride, Matière médicale IV, 76‑77 (monts Vestins dans le Samnium, entre la Campanie et l’Apulie). L’aconit tue-loup (anciennement A. lycoctonum L., devenu dans la nomenclature actuelle A. vulparia Reichenb.) habite en Italie non seulement la région alpine, mais aussi les Apennins jusqu’à la Calabre : voir S. Amigues, « Une famille d’assassins : les ΑΚΟΝΙΤΟΝ », in C. Kircher-Durand (ed.), Nomina rerum, hommage à Jacqueline Manessy-Guitton, Nice, Université de Nice-Sophia Antipolis, 1994, p. 11-33, repris dans Études de botanique antique, Paris, de Boccard, 2002, p. 161‑176.

8 Pour un inventaire de l’herpétofaune de l’Italie actuelle, voir R. Sindaco & alii, Atlante degli anfibi e dei rettili d’Italia, Florence, David Brown Book Company, 2006, p. 526‑611.

9 Voir en particulier R. F. Thomas, Lands and Peoples in Roman Poetry : The Ethnographical Tradition, Cambridge, Cambridge Philological Society, 1982, p. 35-69 ; Idem, Virgil. Georgics, I : Books I-II, Cambridge, Cambridge University Press, 1988, p. 184‑185 ; J.‑P. Brisson, Rome et l’âge d’or : de Catulle à Ovide, vie et mort d’un mythe, Paris, La Découverte, 1992, p. 131‑142 ; P. Desy, « Le Cédratier, l’aconit, le larius : quelques traits d’ironie virgilienne (Géorgiques II, 126-130 ; 152 et 159). Avec une note bibliographique sur M. Antonius Antyllus », RBPh 74 (1996), p. 61‑72.

10 Voir e. g. G. Ramain, « À propos de Virgile, Géorgiques III, 416-439 », RPh 48 (1924), p. 117‑123, en particulier p. 117‑119, et surtout R. Billiard, L’Agriculture dans l’Antiquité d’après les Géorgiques de Virgile, Paris, de Boccard, 1928, p. 427‑434, en particulier p. 429 ; 431‑432 et 461‑462, où l’auteur écrit : « … peut-être le poète voulait-il simplement exprimer l’idée que cette plante assez peu répandue, en effet, dans sa patrie, est tellement reconnaissable qu’elle ne saurait entraîner aucune confusion fâcheuse de la part de ceux qui recueillent des herbes bienfaisantes ».

11 Voir en ce sens F. Klingner, Virgils Georgica, Stuttgart, Artemis, 1963, p. 80‑81 ; R. Jenkyns, Virgil’s Experience. Nature and History : Times, Names and Places, Oxford, Clarendon Press, 1998, p. 356‑360 ; R. Cramer, Vergils Weltsicht. Optimismus und Pessimismus in Vergils Georgica, Berlin, de Gruyter, 1998, p. 70‑114 ; C. Nappa, Reading after Actium. Vergil’s Georgics, Octavian, and Rome, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 2005, p. 78‑85 ; A. Deremetz, « The Question of the Marvellous in the Georgics of Virgil » in P. Hardie (ed.), Paradox and the Marvellous in Augustan Literature and Culture, Oxford, Oxford University Press, 2009, p. 113‑125. Plutôt que de licence poétique, A. Deremetz préfère parler de « vraisemblance diégétique », en accord avec les codes de l’éloge ; dans cette perspective, le rapprochement proposé par R. Cramer (op. cit., p. 80) avec un passage de l’éloge de l’Attique dans le Ménéxène de Platon (237d) est particulièrement intéressant, même si la mention de l’absence initiale de tout animal sauvage en Attique s’inscrit dans un contexte bien particulier, celui de l’éloge de l’autochtonie athénienne, l’anthropogonie dont l’Attique aurait été le théâtre étant censée expliquer l’absence parallèle de toute zoogonie, ou plutôt, si l’on peut risquer ce néologisme, de toute « thériogonie ». Dans le même temps, ces différents critiques ont bien montré comment Virgile, ce faisant, modifiait profondément l’image traditionnelle de l’âge d’or et en proposait une véritable redéfinition.

12 Voir en ce sens R. Jenkyns, op. cit. ; et surtout R. Cramer, op. cit., p. 70‑114, et M. Erren, P. Vergilius Maro. Georgica. Band 2. Kommentar, Heidelberg, Winter, 2003, p. 366.

13 La date de l’Épode XVI d’Horace constitue une quaestio uexatissima de la philologie latine : pour un rappel des thèses en présence, voir A. Setaioli, « Gli Epodi di Orazio nella critica dal 1937 al 1972 (con un’appendice fino al 1978) », ANRW II, 31, 3 (1981), p. 1753‑1761 ; on a beaucoup discuté en particulier pour savoir si elle précède ou suit dans le temps la Bucolique IV de Virgile. L’Épode XVI est en tout état de cause antérieure au chant II des Géorgiques.

14 R. F. Thomas exclut un peu vite cette possibilité, en écrivant (Virgil. Georgics I : Books I-II, Cambridge, Cambridge University Press, 1988, ad loc., p. 185) : « a snake is a snake, size has nothing to do with venom or danger ». C’est oublier les différents récits qui circulaient dans l’Antiquité sur les serpents géants des régions exotiques, qui pouvaient dévorer des bœufs, voire attaquer fauves et éléphants. Sur ces serpents géants, voir L. Bodson, « A Python (Python sebae Gmelin) for the King. The Third Century BC Herpetological Expedition to Aithiopia (Diodorus of Sicily, III, 36-37) », MH 60 (2003), p. 22‑38, et P. Schneider, L’Éthiopie et l’Inde. Interférences et confusions aux extrémités du monde antique (VIIIe siècle av. J.-C.-VIe siècle ap. J.-C.), Rome, École française de Rome, 2004, p. 167‑169. Je me permets également de renvoyer à J. Trinquier, « La Fabrique du serpent draco : quelques serpents mythiques chez les poètes latins », Pallas 78 (2009), p. 221‑255.

15 Voir L. Bodson, « Les Grecs et leurs serpents. Premiers résultats de l’étude taxonomique des sources anciennes », AC 50 (1981), p. 57‑79.

16 Ces observations s’inscrivent dans une synkrisis plus large des productions de l’Europe et de l’Asie. L’opinion traditionnelle est que « tout vient beaucoup plus beau et plus grand en Asie (πολὺ […] καλλίονα καὶ μείζονα πάντα γίνεται ἐν τῇ Ἀσίῃ) », pour citer le traité hippocratique Airs, eaux, lieux (XII, 2, p. 220 Jouanna = II, p. 53 Littré). Sur les présupposés et les enjeux de cette synkrisis, voir les études de J.‑F. Staszak, La Géographie d’avant la géographie. Le climat chez Aristote et Hippocrate, Paris, L’Harmattan, 1995, et de F. Borca, Luoghi, corpi, costumi. Determinismo ambientale ed etnografia antica, Rome, Storia e Letteratura, 2003.

17 Ctésias, Indica fr. 45kα Lenfant, cité par Aristote, Histoire des animaux VIII (VII Balme-Gotthelf), 28, 606a 8‑10 ; Aristote, Histoire des animaux VIII, 606b 9 ; cf. Théophraste, Περὶ τῶν κατὰ τόπους διαφορῶν, cité par Priscien le Lydien, Réponses à Chosroès, VIII, p. 89 Bywater. Voir J.‑M. Jacques (ed.), Nicandre. Les Thériaques, Paris, Les Belles Lettres, 2002, p. 105.

18 Nicandre II, Thériaques 210‑212 et 216. Des vipères gigantesques de quinze coudées étaient également localisées dans le pays des Troglodytes (Nymphis, FGrHist 432 F 17 Jacoby, cité par Élien, Nature des animaux XVII, 3).

19 Voir L. Bodson, op. cit. n. 14 ; Eadem, « Observations sur le vocabulaire de la zoologie antique : les noms de serpents en grec et en latin », Documents pour l’histoire du vocabulaire scientifique 8 (1986), p. 67‑68 ; Eadem, « L’Évolution du statut culturel du serpent dans le monde occidental de l’Antiquité à nos jours », in A. Couret & F. Oge (eds), Homme, animal, société. III-2 : Histoire et animal, Toulouse, Presses de l’Institut d’études politiques de Toulouse, 1989, p. 526‑528.

20 Sur cette importante question, voir les analyses de S. Amigues, op. cit. n. 7.

21 En particulier, les informations développées dans les vers 126‑135 dérivent de Théophraste, Histoire des plantes IV, 4, 2. Cf. R. A. B. Mynors (ed.), Virgil. Georgics, Oxford, Clarendon Press, 1990, ad loc., p. 117‑118, et B. Herzhoff, « Orient im Okzident : Zitrusfrüchte in Vergils Georgica (II, 126-135) », in S. Harwardt & J. Schwind (eds), Corona Coronaria. Festschrift für H.-O. Kröner zum 75. Geburtstag, Hildesheim, Olms, 2005, p. 171-176.

22 Théophraste, Histoire des plantes IX, 16, 4. Sur l’aconit qui pousse à Héraclée, voir aussi Strabon, XII, 3, 7.

23 Voir D. Ogden, Greek and Roman Necromancy, Princeton, Princeton University Press, 2001, p. 29‑42. Le cap Achéron est l’une des étapes des Argonautes dans le chant II des Argonautiques d’Apollonios de Rhodes, qui en a laissé une description célèbre (727‑752).

24 Pour cette étiologie de l’aconit, voir Hérodoros, FGrHist 31 F 31 Jacoby, cité dans les Scholies à Apollonios de Rhodes, Argonautiques II, 354 ; Euphorion, Xénios fr. 35 Scheidweiler = 37 Powell = 41 van Groningen, cité dans les Scholies à Apollonios de Rhodes, Ibid. ; Scholies à Nicandre, Alexipharmaques 13, p. 78 Scheidweiler ; Ovide, Métamorphoses VII, 408‑418 ; Pline, Histoire naturelle XXVII, 4‑5 ; Denys d’Alexandrie, Description de la terre habitée 788‑792. La tradition qui fait passer Héraclès et Cerbère par le cap Achéron est plus largement attestée encore.

25 Voir Théophraste, Histoire des plantes IX, 16, 4 ; Théopompe, Histoire philippique XXXVIII = FGrHist 115 F 181 Jacoby, cité par Athénée, 85b ; Euphorion, Xénios fr. 56 et 57 Cusset, cités respectivement dans l’Etymologicum Magnum, 50, 38, s. u. aconiton, et dans le traité anonyme Sur les venins et poisons, codex Vaticanus 299, fol. 487a-b. Cf. Nicandre, Alexipharmaques 12‑15 et 41‑42.

26 Voir S. Amigues (ed.), Théophraste. Recherches sur les plantes. Livre IX, Paris, Les Belles Lettres, 2006, en particulier p. 200 ; 205 et 206‑208.

27 Voir le passage de Théopompe cité n. 25.

28 Sur la figure de Cléarque, voir H. Berve, Die Tyrannis bei den Griechen, Munich, Beck, 1967, I, p. 315‑318.

29 C’est la conclusion à laquelle parvient R. Cramer, op. cit. n. 11, p. 80‑82.

30 Ce point a été justement souligné par G. Maggiulli, Incipiant siluae cum primum surgere : mondo vegetale e nomenclatura della flora di Virgilio, Rome, Gruppo Editoriale Internazionale, 1995, p. 217‑218.

31 R. Cramer (op. cit. n. 11, p. 81-82) fait justement remarquer que Dioscoride parle d’« un aconit d’une autre sorte », ἀκόνιτον ἕτερον, l’aconit véritable étant la plante pontique.

32 S. Harrison, op. cit. n. 5, p. 236‑237.

33 Voir Varron, Sur la langue latine V, 100 ; cf. Virgile, Bucoliques V, 29 ; Énéide IV, 366‑367.

34 Le colchique, plus souvent appelé en latin ephemerum, est cependant mentionné sous le nom de colchicum par Pline (Histoire naturelle XXVIII, 129) : voir J. André, Les Noms de plantes dans la Rome antique, Paris, Les Belles Lettres, 1985, p. 71. Sur la plante appelée prometheion, voir Apollonios de Rhodes, Argonautiques III, 845‑868, avec la note de F. Vian dans son édition d’Apollonios de Rhodes, Argonautiques II. Chant III, Paris, Les Belles Lettres, 1993, p. 135‑136. Sur les traditions légendaires relatives aux plantes de Médée, voir G. Ducourthial, Flore magique et astrologique de l’Antiquité, Paris, Belin, 2003, p. 114‑117.

35 Plutarque, Pompée 36, 1. Sur les serpents de la Caspienne, voir aussi Polyclète de Larissa, FGrHist 128 F 7 Jacoby, cité par Strabon, XI, 7, 4. On notera que la région caucasienne abrite plusieurs espèces de vipères, notamment la vipère du Caucase occidental, Vipera dinniki (Nikolsky, 1913), la vipère du Caucase, Vipera kaznakovi (Nikolski, 1909) et la vipère de Radde, Vipera (Daboia) raddei (Boettger, 1890), une vipère que l’on rencontre en Arménie et en Azerbaïdjan et qui mord cruellement quand elle est acculée, cf. U. Gruber, Guide des serpents d’Europe, d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, Lausanne / Paris, Delachaux & Niestlé, 1992, p. 201‑202 et 213‑214 (traduction française de J.-L. Parmentier).

36 Voir Apollonios de Rhodes, Argonautiques IV, en particulier 127‑129 ; 143‑145 ; 149‑155 ; 159‑161. Sur l’importance de l’intertexte d’Apollonios de Rhodes dans l’éloge virgilien de l’Italie, voir infra, p. 220-221.

37 E. g. Horace, Odes I, 23, 9-10 ; cf. Stace, Thébaïde IX, 15‑16.

38 Sur la distribution du lion en Asie, voir X. de Planhol, Le Paysage animal. L’homme et la grande faune : une zoogéographie historique, Paris, Fayard, 2004, p. 557‑561.

39 Chasse au lion en Syrie (ou en Assyrie ?) : Fouilles de Delphes III, 4‑2, n° 137, p. 213‑214 et pl. 23 (= K. Bringmann & H. von Steuben, Schenkungen hellenistischer Herrscher an griechische Städte und Heiligtümer, I, Berlin, Akademie Verlag, 1995, KNr. 90 [E], p. 141-142) ; Plutarque, Alexandre 40, 4‑5. Chasse au lion à Bazeira, en Bactriane : Quinte-Curce, VIII, 1, 10‑19. Lions offerts à Alexandre par Bagophanes à Babylone : Quinte-Curce, V, 1, 21 ; par les ambassadeurs des Malliens et des Oxydraques, en Inde : Quinte-Curce, IX, 8, 2.

40 Catulle, 63, en particulier 76‑90 ; Lucrèce, II, 601 ; Varron, Antiquités divines XVI, fr. 267 Cardauns, cité par Augustin, Cité de Dieu VII, 24.

41 À propos du lion, S. Harrison fait également remarquer (op. cit. n. 5, p. 236) que c’est l’animal attitré des comparaisons homériques et que son exclusion de l’Italie peut également exprimer la mise à distance dans les Géorgiques de la tradition épique homérique. Il interprète de la même façon l’exclusion des serpents et de l’aconit comme un rejet du modèle poétique nicandréen.

42 Sur l’épopée de Varron d’Atax, voir D. Braund, « Writing a Roman Argonautica : The Historical Dynamic », Hermathena 154 (1993), p. 11‑17.

43 La synkrisis virgilienne entre l’Italie et l’Orient a été mise depuis longtemps en relation avec la rivalité entre Octavien et Antoine dans les années qui ont précédé Actium, cf., entre autres, P. Grimal, « La Vigne et l’olivier. Réflexions sur le chant II des Géorgiques », BAGB (1980), p. 171‑185, repris dans Rome. La littérature et l’histoire, Rome, École française de Rome, 1986, II, p. 855‑869. La chronologie exacte de la composition du chant II reste une question fort débattue et en partie insoluble. B. Herzhoff (op. cit. n. 21) préfère ainsi mettre le catalogue des arbres qui précède l’éloge de l’Italie en relation avec l’expédition d’Octavien en Syrie, en 30-29 avant notre ère, donc après Actium. S. Harrison (op. cit. n. 5) place lui aussi après Actium la composition des laudes Italiae, ce qui l’amène à donner une extension plus large aux dimensions de l’espace parcouru par Alexandre le Grand, à l’Orient évoqué par Virgile. Pour une tentative radicale d’abaisser la chronologie des Bucoliques et des Géorgiques, voir A. Luther, Historische Studien zu den Bucolica Vergils, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2002, en particulier p. 68‑75. Malgré le titre de son ouvrage, Reading after Actium, C. Nappa n’évoque que très fugitivement (op. cit. n. 11, p. 1) la question de la datation des Géorgiques.

44 Sur l’importance de la « frontière » caucasienne et sur sa place dans l’imaginaire romain de la conquête au Ier siècle avant notre ère, voir en particulier Plutarque, Pompée 38, 4‑6, et César 58, 6‑7, avec les analyses de D. Braund, « The Caucasian Frontier : Myth, Exploration and the Dynamics of Imperialism », in P. Freeman & D. Kennedy (eds), The Defence of the Roman and Byzantine East, Oxford, B. A. R., 1986, p. 31‑49 ; Idem, op. cit. n. 42 ; Idem, Georgia in Antiquity. A History of Colchis and Transcaucasian Iberia, 550 BC-AD 562, Oxford, Clarendon Press, 1994, p. 152‑170 et 216‑217. Cf., pour le Ier siècle de notre ère, J. Kolendo, À la recherche de l’ambre baltique. L’expédition d’un chevalier romain sous Néron, Varsovie, Éditions de l’Université de Varsovie, 1981, p. 42‑46. Les œuvres de Théophane de Mytilène et de Varron de Réate, qui appartenaient l’un et l’autre au proche entourage de Pompée, ont sans nul doute contribué à l’intérêt éveillé par cette région.

45 Voir par exemple Théocrite, Idylles XXIV, 86‑87. Sur ce thème, on se reportera aux études de B. Gatz, Weltalter, goldene Zeit und sinnverwandte Vorstellungen, Hildesheim, Olms, 1967, p. 171‑174 ; Z. Kádár, « ΦΙΛΙΑ ΤΩΝ ΖΩΩΝ », AAntHung 16 (1968), p. 257‑270 ; V. Buchheit, « Tierfriede », WJA 12 (1986), p. 143‑167.

46 Sur ce livre perdu de Théophraste, voir O. Regenbogen, « Theophrastos 3 », RE Suppl. VII, col. 1426 ; W. W. Fortenbaugh & alii (eds), Theophrastus of Eresus. Sources for his Life, Writings, Thought and Influence, Leyde, Brill, 1992, II, fr. 355-358, p. 140‑146, et R. W. Sharples, Theophrastus of Eresos. Sources for his Life, Writings, Thought and Influence. Commentary, Leyde, Brill, 1995, V, p. 51‑61.

47 Voir à ce sujet P. M. Fraser, Ptolemaic Alexandria, Oxford, Clarendon Press, 1972, I, p. 770‑774.

48 Pour la Crète, voir infra, p. 225-226. Pour les Baléares, voir Vitruve, VIII, 3, 24, et Strabon, III, 5, 2 ; affirmation limitée à l’île d’Ebusus : Pomponius Mela, Chorographie II, 125 ; Pline, Histoire naturelle III, 79. Notons cependant que d’autres îles passaient à l’inverse pour constituer de véritables nids à serpents : e. g. l’« Île aux serpents », νῆσος Ὀφιώδης, située dans la mer Rouge (Agatharchide de Cnide, fr. 82 Burstein, cité par Photius, 250, 82, 456b ; Diodore de Sicile, III, 49, 4-5, et Strabon, XVI, 4, 6 ; Artémidore, Geographoumena fr. 96 Stiehle, cité par Strabon, XVI, 4, 6), ou encore les îles de Samothrace et de Samos, où sévit le terrible κεγχρίνης de Nicandre (Thériaques 458‑482).

49 X. de Planhol, op. cit. n. 38, p. 651‑656.

50 Nicandre I, Ophiaca fr. 31 Gow-Scholfield, cité par Élien, Nature des animaux X, 49 ; Vitruve, VIII, 3, 24. S. Rocca (Enciclopedia virgiliana, Rome, Istituto della Enciclopedia italiana, 1988, s. u. serpenti, IV, p. 799) a judicieusement rapproché ce fragment de Nicandre I de l’éloge virgilien de l’Italie. Pour l’attribution possible des Ophiaca à Nicandre I, et non à Nicandre II, l’auteur des Thériaques et des Alexipharmaques, qui est peut-être le petit-fils ou petit-neveu du précédent, voir J.-M. Jacques, « Situation de Nicandre de Colophon », REA 109 (2007), p. 105. Sur ce fragment de Nicandre, voir P. Monbrun, « Apollon, le scorpion et le frêne à Claros », Kernos 16 (2003), p. 143‑170.

51 Sur les explications avancées par l’école péripatéticienne pour rendre compte de ces phénomènes, voir J.‑F. Staszak, op. cit. n. 16, p. 109-114.

52 Sur les Îles fortunées, voir V. Manfredi, Le Isole fortunate. Topografia di un mito, Rome, L’Erma di Bretschneider, 1993, et F. Borca, Terra mari cincta. Insularità e cultura romana, Rome, Carroci, 2000, p. 53‑69.

53 Énéide VIII, 323. Voir D. Briquel, Les Pélasges en Italie, Rome, École française de Rome, 1984, p. 419‑426, et du même auteur, « Virgile et les Aborigènes », REL 70 (1992), p. 69‑91, en particulier p. 80. Pour l’étymologie Latium / latere, avec cependant une interprétation différente, voir Varron cité par Servius, Commentaire à l’Énéide VIII, 322 et Saufeius, Ibid. (= Historicorum Romanorum Reliquiae fr. 1 Peter).

54 Voir F. Borca, « Alius orbis : percorsi letterari nell’“ altrove ” », A&R 43 (1998), p. 23‑24.

55 Voir à ce sujet A. Rouveret, « Pictos ediscere mundos. Perception et imaginaire du paysage dans la peinture hellénistique et romaine », Ktèma 29 (2004), p. 341‑343.

56 Voir supra, n. 2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Trinquier, « Les animaux sauvages ont-ils un territoire ? À propos d’un passage des laudes Italiae (Virgile, Géorgiques II, 151-154) », Cahiers des études anciennes, LII | 2015, 205-229.

Référence électronique

Jean Trinquier, « Les animaux sauvages ont-ils un territoire ? À propos d’un passage des laudes Italiae (Virgile, Géorgiques II, 151-154) », Cahiers des études anciennes [En ligne], LII | 2015, mis en ligne le 03 juin 2015, consulté le 30 août 2016. URL : http://etudesanciennes.revues.org/838

Haut de page

Auteur

Jean Trinquier

ENS (Ulm)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org