Navigation – Plan du site

Lucien à la lumière des papyrus : un philosophe en apprentissage dans l’Hermotimos 80-82

Christel Freu
p. 11-38

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

σοφοτάτῳ διδασκάλῳ

  • 1 Je tiens ici à remercier vivement C. Saliou et C. Bry qui ont eu la gentillesse de relire mon texte (...)
  • 2 Voir G. Coppola, Cultura e potere. Il lavoro intellettuale nel mondo romano, Milan, Giuffrè, 1994, (...)

1La mentalité aristocratique des élites de l’Empire romain a toujours cherché à distinguer soigneusement les membres des métiers manuels des représentants des professions libérales (liberalia studia … quae Graeci λευθέρια appellant) qui, médecins, grammairiens, rhéteurs ou philosophes, bénéficiaient, pour les plus illustres d’entre eux, de privilèges importants1. La considération qu’on avait à l’égard des arts libéraux était le reflet symétrique du mépris de l’élite concernant les métiers techniques. Pourtant, à cette époque, professeurs ou peintres, tisserands ou avocats, tous étaient devenus des professionnels salariés et dépendaient de la paie de leurs clients ou de leur patron2 ; certes, le vocabulaire des rémunérations conservait parfois la trace de distinctions anciennes — on payait à l’avocat un honorarium et au professeur public un salarium (σύνταξις en grec) quand l’artisan ne recevait qu’une merces (μισθός en grec) —, mais peu à peu, le rapport salarié avait nivelé les différences entre types de métiers. Les professeurs privés et même publics finirent par recevoir également une merces de leurs élèves.

  • 3 Sur les termes de μαθητής et de διδάσκαλος, voir, pour l’œuvre de Libanios, P. Petit, Les Étudiants (...)

2De la même façon, l’apprentissage d’un métier ou l’éducation d’un élève étaient désignés par un vocabulaire identique : élèves médecins ou sophistes, apprentis tisserands, tous s’appelaient μαθηταί / discipuli et leurs maîtres διδάσκαλοι / magistri3 ; l’apprentissage se faisait par degrés et les maîtres étaient rémunérés pour leur enseignement.

  • 4 Voir J. Hahn, Der Philosoph und die Gesellschaft. Selbstverständis, öffentliches Auftreten und popu (...)
  • 5 Digeste 50, 13, 1, 4, extrait du De omnibus tribunalibus, daté entre 214 et 216 selon T. Honoré, Ul (...)

3La professionnalisation des arts libéraux diminuait donc la distance qui devait, dans l’idéal aristocratique, les séparer des métiers manuels dans le vocabulaire et les représentations ; c’est d’ailleurs la raison pour laquelle, aux IIe-IIIe siècles, penseurs et juristes essayaient à toute force de conserver cette distance. Au sein même des arts libéraux, une discipline continuait d’occuper une place à part, que l’on voulait plus encore sauvegarder de toute contamination mercantile : la philosophie4. Ainsi, le juriste Ulpien se demandait au début du IIIe siècle : « les philosophes seraient-ils [à ranger] au nombre des professeurs ? » (an et philosophi professorum numero sint ?). Et il formulait cette réponse personnelle dans le débat agitant à cet égard la science juridique : « je ne le penserais pas, non parce que [la philosophie] n’est pas une chose religieuse, mais parce qu’il faut qu’ils fassent en premier lieu profession de mépriser le travail mercenaire » (et non putem, non quia non religiosa res est, sed quia hoc primum profiteri eos oportet mercennariam operam spernere5). Les professeurs de philosophie ne pouvaient, selon Ulpien, toucher une merces comme de vils operarii, mais devaient recevoir bien plutôt un honor de leur activité gratuite.

  • 6 Parallèlement à ses attaques contre les Stoïciens ou certains Cyniques, comme Peregrinus, Lucien a (...)
  • 7 Ce texte est en général daté des années 170 et il décrit les tribulations des Grecs stipendiés dans (...)

4Or, quelques décennies avant cette réponse du juriste, on trouve dans les écrits de Lucien de Samosate un semblable refus de la professionnalisation de la philosophie au nom d’une vision similaire de cette discipline, quintessence de la παιδεία non soumise à vil argent. Le satiriste, par ses invectives contre nombre de philosophes contemporains et, en contrepoint, par ses portraits flatteurs des « vrais philosophes », entendait en effet marquer la place singulière de ces maîtres à penser dans le monde6. Les attaques les plus virulentes qu’il mena contre les Stoïciens concernaient surtout leur rapport à l’argent et leur attachement opportuniste à une philosophie alors en vogue : les Stoïciens stipendiés du pamphlet Sur ceux qui sont aux gages des grands7 sont les pendants du maître philosophe dans le dialogue de l’Hermotimos, cupide et enrichi de la vente de sa pratique (9 et 80-82).

  • 8 Dans Hermotimos 13, Lucien, représenté par le personnage au pseudonyme transparent de Lykinos, décl (...)
  • 9 B. Schouler, « Lucien entre technè et paideia », in A. Billault (ed.), Lucien de Samosate (Actes du (...)

5Daté approximativement des années 1608, l’Hermotimos évoque des philosophes devenus techniciens et mercenaires et s’insurge contre la professionnalisation de la philosophie. Louant leur savoir-faire contre argent, ils n’étaient plus que les membres d’une τέχνη, à l’instar du plus vil des artisans9.

  • 10 Comme le très important article de L. Robert, « Lucien en son temps », in À travers l’Asie Mineure. (...)
  • 11 Le corpus des contrats d’apprentissage a été finement étudié par M. Bergamasco, « Le διδασκαλικαί n (...)

6L’analyse serrée du texte grec montre en effet que Lucien a précisément comparé, point par point, l’éducation à la philosophie à l’apprentissage d’un métier, l’apprenti philosophe à l’apprenti artisan. La comparaison implicite était certainement claire pour un auditoire habitué à la langue des contrats grecs. Car, tout attaché à la pure langue attique qu’il fût, Lucien savait aussi utiliser à propos le vocabulaire technique contemporain pour porter son message satirique10. Le passage de l’Hermotimos 80-82 reproduit volontairement, selon nous, la langue des contrats de travail que passaient les hommes de métier et leurs clients ou les patrons et leurs employés ou la langue des διδασκαλικαί liant un maître et son élève et dont on possède aujourd’hui une quarantaine d’exemplaires en Égypte11.

7Ravaler le philosophe au rang d’artisan fait assurément de ce texte satirique un témoin paradoxal de l’apprentissage technique et du monde des métiers et c’est d’abord sous cet angle, par la comparaison entre le grec de Lucien et celui des contrats, que nous aborderons le problème ; mais dans une autre mesure —qu’il faudra soigneusement évaluer — le texte de Lucien est sans doute aussi un témoin des débats d’alors sur la professionnalisation des métiers intellectuels. Après avoir ainsi rappelé dans un deuxième temps le status quaestionis sur les liens contractuels entre professeurs et élèves, nous reviendrons pour finir sur l’examen de sortie des élèves dans les arts manuels et les arts libéraux, en comparant le texte de Lucien à un discours de Libanios postérieur de deux siècles.

I La philosophie devenue τέχνη : comparaison entre le grec de Lucien et celui des contrats grecs de travail

8La philosophie était-elle un art de vivre permettant d’atteindre la vérité ou bien n’était-elle qu’une τέχνη comme une autre, un art dispensant ses doctrines dans des écoles et dont on pouvait mesurer le savoir-faire comme n’importe quel autre métier ?

  • 12 Lucien, Hermotimos 81 : ὃς τοὐμοῦ γείτονος Ἐχεκράτους τὴν θυγατέρα συναρπάσας παρθένον οὖσαν διέφθε (...)
  • 13 Cette identification est conforme aux idées que Lucien développe ailleurs, voir J. Hall, op. cit. n (...)
  • 14 J. Hall, op. cit. n. 6, en particulier p. 171-175 : « philosophy is only of use in so far as it con (...)

9C’est ce débat qui est au cœur du dialogue du passage de l’Hermotimos 80-82 : un vieux philosophe s’insurge de n’avoir pas été payé à la fin du mois et reçoit la visite de l’oncle de son jeune disciple qui refuse de lui payer son écot au prétexte que l’apprentissage n’a pas conduit l’élève à changer de comportement et de mode de vie : il est resté querelleur, violent, manipulateur12. Lucien oppose alors deux visions de la philosophie et c’est paradoxalement l’oncle, « homme vulgaire et commun » (ἄγροικος ἄνθρωπος καὶ ἰδιώτης), qui porte le message de l’auteur13 : pour lui, la philosophie idéale doit amener le philosophe, par une ascèse de chaque instant, à suivre une ligne de conduite morale irréprochable14. À cette manière de voir, le philosophe oppose un exposé technique, en estimant de son côté avoir enseigné le métier de philosophe selon les termes de la convention le liant au tuteur du jeune homme :

ἀπαιτῶν γὰρ παρά τινος τῶν μαθητῶν τὸν μισθὸν ἠγανάκτει, λέγων ὑπερήμερον εἶναι καὶ ἐκπρόθεσμον τοῦ ὀφλήματος, ὃν ἔδει πρὸ ἑκκαίδεκα ἡμερῶν ἐκτετικέναι τῇ ἕνῃ καὶ νέᾳ : οὕτω γὰρ συνθέσθαι

réclamant à un de ses disciples son salaire, il s’indignait, disant qu’il était en retard et n’avait pas acquitté sa dette. Il fallait qu’il l’ait acquittée à la fin du mois, il y avait de cela seize jours. C’est ce qui avait été convenu.

  • 15 Sur ces textes de Lucien, voir G. Coppola, op. cit. n. 2, p. 182-186 ; p. 216 : « sia la forma verb (...)
  • 16 Le droit grec disposait en effet de ses propres contrats dont la nature était bien éloignée des pri (...)
  • 17 Pour l’emploi de ce verbe dans les contrats grecs, voir H.-J. Wolff, « Das Vulgarrechtsproblem und (...)

10L’emploi de συντίθημι dans la phrase οὕτω γὰρ συνθέσθαι relève bien du vocabulaire technique des contrats et traités. Le verbe désigne alors un accord à valeur juridique entre deux parties. Si certains ont considéré que ce passage pouvait décrire une pactio latine15, on préfèrera simplement faire le parallèle entre ce texte et les pratiques contractuelles de la koinè juridique grecque, qui avaient peu à voir avec les contrats consensuels romains16. Sur papyrus, on retrouve en effet cet emploi de συντίθημι essentiellement dans les contrats de location et de travail d’époque tardive (IIIe-VIe siècles de notre ère) : le travailleur y déclarait bien s’être entendu avec l’employeur selon la formule ὁμολογῶ συντεθεῖσθαι, « je reconnais avoir convenu »17.

  • 18 Dans les contrats de travail, on trouve ainsi le verbe ἀποπληρῶ à l’aoriste comme reconnaissance de (...)
  • 19 BGU IV 1122, l. 22 (13 a. C.) : ἐπὶ δὲ τοῦ σ̣υ̣ν̣πληρω(θῆναι) τ̣ο̣ῦ̣τ̣ο̣ν : « à l’achèvement de leu (...)

11Quelques lignes plus loin, le philosophe précise le contenu de l’accord, afin de démontrer à l’oncle du jeune homme qu’il a bien rempli ses devoirs. D’abord, dans une formule générale, il déclare ἐγὼ μὲν οὖν τὰ ἄλλα πάντα ἀποπλῆσαί μοι δοκῶ : « ainsi, je crois avoir accompli tous mes engagements ». Dans ce passage, Lucien emploie ἀποπίμπλημι à l’aoriste (ἀποπλῆσαι) pour signifier l’accomplissement du contrat ; or si l’on ne trouve sur papyrus pas d’occurrence sous cette forme d’ἀποπίμπλημι, on voit en revanche les scribes employer dans les contrats un verbe différent mais de même radical, ἀποπληρῶ ou ses variantes (συμπληρῶ), souvent conjugué au même temps (« je conviens… d’accomplir ») pour signifier l’accomplissement d’un travail ou d’une obligation, avec une formule assez proche du grec de Lucien18 — ou sous d’autres formes19. Le choix d’ἀποπίμπλημι par Lucien peut relever soit d’une préférence pour un emploi littéraire et plus archaïque, soit d’un régionalisme qu’on ne retrouve pas en Égypte ; mais le sens de ce verbe est tout à fait identique à celui des verbes employés dans les contrats.

  • 20 Lucien, Hermotimos 82 : ὄψει τε ὅπως ἐρωτᾷ καὶ πῶς ἀποκρίνεται καὶ ὅσα μεμάθηκε καὶ ὅσα ἤδη ἀνέγνωκ (...)
  • 21 P. Wisc. 4 (Oxyrhynchos, 53 p. C.) ; P. Tebt. 385 (Tebtynis, 117 p. C.). À ces deux papyrus, on peu (...)
  • 22 Voir C. Freu, op. cit. n. 11, p. 34.

12Ensuite, ces engagements du professeur portaient sur un contenu défini et que Lucien présente comme encadré par un programme disciplinaire validé par les pairs. Le vieux philosophe énumère de façon relativement précise les connaissances que le jeune homme a acquises auprès de lui : livres lus, méthodes de raisonnement et de questionnement philosophique20. De même, dans les contrats d’apprentissage, le maître était tenu d’apprendre à son élève « tout ce qu’il savait » : ὥστε μαθεῖν … τέχνην πᾶσαν αὐτὸν ὡς καὶ αὐτὸς ἐπίσταται21 (« de sorte qu’il apprenne à l’apprenti tout l’art qu’il sait lui-même »), formule qui rappelait que l’enseignement restait attaché à la personne du maître et à sa réputation de spécialiste de la matière22, mais qui attestait aussi d’un savoir-faire attendu et relativement mesurable, on va le voir.

  • 23 Certes, les contrats courts, d’une durée inférieure au mois, comme l’étaient ceux des moissonneurs (...)
  • 24 On possède ainsi, daté de la fin du IVe siècle (juin 391) et provenant d’Hermoupolis Magna, un comp (...)

13Cette convention dont parle le philosophe portait enfin sur un salaire dû à la fin du mois (ἐκτετικέναι τῇ ἕνῃ καὶ νέᾳ). Qu’il s’agisse d’un salaire mensuel ou d’un salaire annuel mensualisé, cette précision est là encore tout à fait conforme avec ce que nous apprennent les contrats de travail égyptiens : la majorité des contrats de travail conservés portent sur des durées longues, plurimensuelles, annuelles ou pluriannuelles. Dans ces embauches de temps long, le paiement du salaire était très souvent mensualisé et les contrats commençaient au début d’un mois pour se terminer à la fin d’un autre mois : on le voit notamment dans l’agriculture23. Quant aux livres des intendants responsables de gérer les domaines et maisons de l’élite, ils reportent une comptabilité mensuelle. Les quelques professeurs qui apparaissent dans ce type de comptes sont d’ailleurs payés, à l’instar des autres travailleurs permanents, en termes mensuels ou semestriels24. C’était donc l’usage du temps pour les employés attachés aux grandes maisons.

14En somme, Lucien, en employant le vocabulaire grec des contrats de travail et d’apprentissage, a consciemment voulu se moquer du représentant de la plus haute discipline en le rabaissant au rang de simple homme de métier. La satire est féroce et conforme à ce genre littéraire appelant à l’exagération. Car les papyrus montrent plutôt, quoique avec nuance, la place à part des professeurs de lettres, de rhétorique ou de philosophie au sein des hommes de métier.

II Professeurs salariés et maîtres d’une école

  • 25 Un des documents les plus précis pour l’époque romaine est un dossier papyrologique édité par P. J. (...)
  • 26 Dans sa revue des grammatici d’époque républicaine et impériale, Suétone évoque ainsi des professeu (...)
  • 27 R. Cribiore, op. cit. n. 3, p. 104-105 : « the lack of centralized education, the precarious organi (...)

15D’abord, en dehors du cadre des écoles municipales qui engageaient des professeurs par des contrats formels25 et des grandes maisons aristocratiques qui pouvaient embaucher à demeure par des contrats écrits des professeurs pour faire l’éducation d’enfants de la famille ou d’amis26, les professeurs privés, qui tenaient école dans leur propre maison, dans des salles louées à la ville ou même dans la rue pour les plus pauvres des littérateurs, semblent avoir accueilli leurs élèves par entente orale, non formelle27.

  • 28 On possède ainsi trois διδασκαλικαί d’époque impériale concernant un flûtiste (BGU IV 1125) et deux (...)

16De fait, alors qu’on a conservé une quarantaine de contrats d’apprentissage et une centaine de contrats de travail, on ne possède aucun contrat de cette sorte entre un élève et son professeur, qu’il enseignât les lettres, la grammaire, la rhétorique ou la philosophie ; seuls deux contrats d’apprentissage de la sténographie et un contrat pour apprendre la musique, ainsi qu’une lettre concernant la réception d’un élève en médecine, se rapprochent des formations des arts libéraux28.

  • 29 C’est la question soulevée par tout le discours XLIII.
  • 30 R. Cribiore, The School of Libanius in Late Antique Antioch, Princeton, Princeton University Press, (...)
  • 31 Libanios, Discours XLIII, 9 Foerster : εἰ γένοιτό τι τοσοῦντον ὁπόσον ἄξιον, ἄλλου τòν νέον ἐποίησε(...)
  • 32 Cf. Augustin, Confessions V, 12, 22. Le rhéteur du IVe siècle Himérios, Discours XXXIV, évoque simp (...)

17La forme de l’entente orale, reposant sur la confiance des parties, que le droit romain appelait pactio, devait être pour les enseignants la forme d’accord prépondérante les liant à chacun de leurs élèves. Suétone l’évoque indirectement quand il aborde le cas d’un grammairien latin, M. Antonius Gnipho, professeur affranchi à l’époque tardo-républicaine pour ses talents dans l’art des lettres, qui ne passait pas même de convention avec ses élèves au sujet de sa rémunération : nec minus Graece quam Latine doctus, praeterea comi facilique natura, nec unquam de mercedibus pactus eoque plura ex liberalitate discentium consecutus : « il possédait une culture aussi vaste en grec qu’en latin, et avec cela un caractère doux et accommodant, ne s’entendant jamais sur un salaire précis, ce qui lui valait d’obtenir davantage de la générosité de ses élèves » (Suétone, Vies des grammairiens VII, 1, trad. Vacher, légèrement modifiée). L’indifférence — réelle ou feinte — de Gnipho à l’égard d’une entente préalable avec ses élèves témoigne a contrario de la fréquence de ce type d’accord entre maître et élève. Dans l’Antiquité tardive, Libanios, très prolixe sur ces questions, laisse aussi entendre que dans sa jeunesse comme du temps où il était professeur à Nicomédie et Antioche, il n’y avait pas entre le maître et son élève d’entente formelle écrite qui aurait précisé les droits et les devoirs de chacune des parties comme dans un contrat de travail29. Les lettres du rhéteur évoquent seulement des relations de confiance reposant sur les recommandations reçues et sur les relations personnelles entretenues avec les parents30. En règle générale, la confiance suffisait à faire respecter l’accord, mais Libanios s’est aussi plaint que cette confiance fût parfois rompue par la légèreté de certains élèves et la complaisance laxiste de leurs parents et de leurs pédagogues, regrettant le temps où les châtiments corporels sanctionnaient inattention ou paresse. Le moindre coup, selon lui, entraînait désormais le départ d’un élève31. Car dans les grandes villes, Athènes, Rome, Antioche ou Alexandrie, la concurrence entre enseignants était rude et les étudiants pouvaient se servir de n’importe quel prétexte pour quitter un cours et passer dans un autre : à la même époque, Augustin en témoigne également, évoquant des fuites collectives d’étudiants pour éviter de payer le maître32.

  • 33 Cf. P. Petit, op. cit. n. 3, p. 47 et notes 16-17. Un autre témoignage contemporain, celui du poète (...)

18Ensuite, alors que certains maîtres étaient payés au mois, comme on l’a vu, le salaire des grands professeurs d’arts libéraux, grammatici ou rhetores, pouvait être dû, selon Libanios, en un terme à la fin de l’année scolaire, à la « saison » estivale, qui correspondait aux mois les plus chauds, où les professeurs en vue, comme tous les notables, se retiraient à la campagne pour se reposer et assister aux travaux des champs33. La fin d’année scolaire était donc un moment tendu, où certains élèves cherchaient des prétextes — exactement comme l’élève du philosophe décrit par Lucien — pour échapper au paiement ou en diminuer le coût. Le caractère informel de l’entente facilitait certainement les défections :

  • 34 Libanios, Discours XLIII, 13 : Νῦν δὲνιαυτῶν παριόντων καὶ τῶνρῶν τòν περὶ τοῦ μισθοῦ λόγον εἰς(...)

une fois l’année écoulée, le temps ramenant au centre la question des honoraires, c’est alors que, débarassés du brouillard, ils distinguent le mieux et le moins bon. S’ils déclarent s’être écartés, dès le début, de la bonne solution, ce n’est pas qu’ils estiment en avoir trouvé une autre meilleure, mais pour couvrir d’un beau prétexte leur mauvaise foi, et paraître ne désirer que ce qui sied le mieux (…) mais ce qui motive leur opinion, c’est l’année à nouveau écoulée, passée chez le second maître, c’est à nouveau le retour du temps, c’est le moment du salaire34 ;

  • 35 Libanios, Discours XLIII, 6 : εἰ μισθοῦ τις μνησθείη, τò καὶ τòν χρόνον αὑτῷ τηνάλλως ἀνηλῶσθαι καὶ(...)

fait-on mention du salaire, il crie qu’il a perdu même tout son temps en vain, qu’il n’a rien appris, entendu aucune leçon, qu’il a beaucoup trop retardé son départ, qu’il eût dû l’avoir fait depuis longtemps, qu’il n’est pas d’usage de payer un salaire pour des mois où il n’a rien appris35.

  • 36 Libanios, Discours XLIII, 9 : ε τςποστσεις συνθκαιςνλοιμεν κα μξεη τρχειν παρ μν τ (...)

19Pour résoudre ces problèmes récurrents, Libanios proposa donc une convention générale et publique entre rhéteurs pour contraindre leurs élèves à respecter leur engagement : « si nous empêchions, par une convention, les défections, il ne sera plus permis de courir de ceux-ci à ceux-là, puis de ceux-là à ceux‑ci. (…) Que tout élève sache qu’est fini ce relâchement permis par ces défections. Que le sachent père, mère et pédagogue » (notre traduction)36.

20C’était là signifier que les ententes entre maître et élève avaient besoin d’être mieux encadrées et fondées en droit. Ces réflexions nombreuses et récurrentes sur les moyens de stabiliser les effectifs des classes par des ententes soit entre professeurs, soit entre maîtres et élèves sont un signe de la professionnalisation des arts libéraux. Malgré les différences toujours notables entre professeurs des disciplines libérales et hommes de métiers, cette professionnalisation les poussait à chercher des règles permettant d’offrir un contrôle des programmes et de l’enseignement, afin, d’une part, de stabiliser le cursus des étudiants et, d’autre part, de donner une sécurité à l’emploi des maîtres.

21Voyons donc, pour finir, la question importante de l’examen sanctionnant la fin des études libérales et techniques.

III L’Hermotimos 82, un nouveau texte sur l’examen des apprentis… et des élèves

  • 37 Cf. R. Cribiore, op. cit. n. 3, p. 104-105 : « the absence of appropriate measures to test teachers (...)
  • 38 Les trois seuls contrats qui évoquent cet examen se distinguent précisément des autres par une form (...)
  • 39 Voir l’introduction de W. Scheidel, I. Morris & R. Saller, au collectif qu’ils ont édité, The Cambr (...)
  • 40 On a longtemps sous-estimé l’encadrement associatif dans l’apprentissage et pensé que lorsqu’il exi (...)

22Au temps de Lucien, dans cet empire libéral, l’encadrement des maîtres et de leur enseignement semble avoir été assez minimal ; les écoles pouvaient, on l’a dit, s’ouvrir de façon privée, sans être soumises à des règles encadrant des programmes ou des examens de compétence37. Quant aux étudiants, ils étaient bien sûr évalués par les maîtres à l’intérieur de la classe, mais l’évaluation par des tiers des connaissances acquises est assez peu documentée. Voilà pourtant ce que Lucien fait dire au philosophe mercenaire : καὶ ὅντινα ἂν ἐθέλῃς τῶν εἰδότων τὰ ἡμέτερα, ἧκέ μοι ἐς αὔριον παραλαβὼν ὄψει τε ὅπως ἐρωτᾷ καὶ πῶς ἀποκρίνεται καὶ ὅσα μεμάθηκε : « viens chez moi demain en emmenant avec toi qui tu veux parmi ceux qui sont instruits dans notre science : tu verras comment [le jeune homme] questionne, comment il répond, ce qu’il a appris » (Hermotimos 82). On est loin ici d’une interrogation informelle du jeune homme par le cercle des familiers ; il s’agit là d’un véritable examen. Ce passage est donc à première vue étonnant et on peut le comprendre de deux façons, qui ne sont pas contradictoires et peuvent être envisagées conjointement : la phrase peut vraiment évoquer un examen de sortie des études de philosophie, témoignant ainsi d’une demande des familles d’élèves et annonçant les réflexions des juristes, des empereurs et de certains professeurs des IIIe-IVe siècles au sujet de la fin des études et de l’évaluation des enseignants ; ou bien, elle est écrite dans le même esprit satirique qui parcourt l’ensemble du texte de Lucien et en ce sens elle ferait en réalité référence à l’examen professionnel et technique qui existait dans le monde des métiers : quelques papyrus attestent en effet avec certitude de l’examen des apprentis par des membres des collèges. Ainsi, dans le P. Carlsberg 53, le chef de la corporation des tisserands de Tebtynis paye, au IIe siècle de notre ère, une taxe pour l’examen des apprentis : Ὀρσενοῦφις Ἥρωνος ἡγούμε(νος) γερδ(ίων) Τεβτ[ύνεως / ὑπ(ὲρ) διακρίσεως μαθητῶν (δραχμὰς) χ? (« Orsenouphis fils d’Héron chef des tisserands de Tebtynis / Pour l’examen des apprentis 600 (?) drachmes »). La somme payée est malheureusement incertaine, mais, s’il s’agit bien de 600 drachmes, c’était à cette époque et pour le gros bourg qu’était Tebtynis une somme conséquente, témoignant sûrement de plusieurs examens dans l’année et dans le seul milieu des tisserands du village. Ainsi, ce document, en plus d’attester d’un examen professionnel, en montrerait la fréquence. Clause certes assez rare des contrats d’apprentissage, mais pour des raisons qui semblent liées au choix du type de formulaire des contrats38, l’examen collégial, longtemps perçu comme impossible dans une économie antique tournée vers la consommation et le bien-être et non vers la performance39, pourrait donc avoir été beaucoup plus généralisé qu’on ne l’a dit40 : le passage de Lucien pourrait ici l’évoquer en moquant la médiocrité du philosophe-artisan.

23Lucien, il est vrai, parle d’un examen non obligatoire et le présente comme le choix du père ou du tuteur de l’enfant pour mesurer le savoir appris dans un cas litigieux et lorsque le milieu familial ne pouvait pas lui-même évaluer les connaissances apprises. Deux siècles plus tard, Libanios ne propose d’ailleurs pas autre chose dans son discours Sur les conventions : devant les tensions occasionnées par le paiement des honoraires, il suggère aux pères d’examiner leur enfant eux-mêmes, s’ils en ont les compétences, ou en faisant venir des examinateurs expérimentés (τοῖςπισταμένοις) :

  • 41 Libanios, Discours XLIII, 16 : Πρòς δὲ τοῦτοις ἐξετάζεσθαι μὲν ἄξιον ὑπò τν πατέρων τοὺς υἱεῖς τν(...)

outre cela, il convient de faire interroger les fils par les pères, tant ici-même que dans leur patrie, s’ils sont capables eux-mêmes de juger, ou bien en consultant des experts pour le jugement (…) si l’on découvre chez les élèves quelque effet de la négligence de leurs maîtres (…), que le père s’il lui plaît, réunisse en tribunal autant de juges qu’il le veut, où il mêlera aux maîtres eux-mêmes des gens du dehors ; qu’il assigne en justice le professeur négligent après avoir produit l’élève comme témoin (trad. Festugière)41.

  • 42 R. Cribiore, op. cit. n. 30, p. 84-88, sur l’examen (dokimasia) qui attendait les jeunes à la sorti (...)
  • 43 Sur les recrutements des grammairiens et rhéteurs publics par les conseils des cités, voir le rescr (...)
  • 44 On note une différence remarquable entre les textes concernant le recrutement des professeurs de le (...)
  • 45 R. A. Kaster, op. cit. n. 2, p. 50-70, malgré ses remarques sur l’amateurisme des recrutements, déc (...)

24L’examen par d’autres professeurs restait donc optionnel ; mais cela ne signifie pas l’absence d’exigences d’un cursus d’études, en réalité de plus en plus encadré et régulé. Si le choix restait optionnel, c’est parce que la famille du jeune homme ou ses proches pouvaient, pour ce qui était des lettres et de la rhétorique, s’estimer suffisamment aptes à évaluer eux-mêmes les connaissances acquises, tant cette éducation était le fondement des études des notables42. On le sait par ailleurs : les jurys de recrutement des professeurs de lettres publics (grammairiens et rhéteurs) étaient effectivement composés de notables de cités, qui devaient juger de l’excellence des mœurs comme des connaissances, dans un relatif amateurisme, qui était déjà critiqué par certains à l’époque43. Ainsi, comme le dit Libanios, le recours à des professeurs extérieurs n’avait lieu que lorsqu’on désirait cette validation d’experts. En revanche, pour les disciplines dont les compétences n’étaient pas partagées par tous les notables, telles la médecine, les mathématiques ou la philosophie, matières enseignées dans des cercles beaucoup plus restreints, les juristes ont bien davantage insisté sur les critères professionnels et l’examen par les pairs44. L’amateurisme que l’on a souvent postulé dans les recrutements de professeurs est donc à nuancer : dans les professions littéraires, dont le savoir était partagé par les élites, le recours aux experts extérieurs pouvait être envisagé ; dans les disciplines scientifiques, il était exigé45.

  • 46 Sur une appréciation positive des bénéfices sociaux et économiques de l’apprentissage, voir C. Freu(...)
  • 47 Cf. Libanios, Discours LXII, 5, en particulier p. 348 Foerster. Voir les belles pages de P. Petit, (...)
  • 48 Pour une histoire sociale de l’école philosophique et sophistique athénienne à l’époque tardive, vo (...)
  • 49 R. Goulet, op. cit., p. 150-157, a parfaitement décrit cette recherche de la « première place » (ph (...)

25Du IIe au IVe siècle, il était en somme beaucoup demandé aux maîtres des métiers techniques comme des arts libéraux ; une pression forte s’exerçait sur eux concernant le devenir de leurs élèves après la période d’apprentissage ou le cursus scolaire : si l’apprentissage technique était alors florissant, c’était que les classes moyennes des villes et des villages avaient à cœur de donner à leurs enfants, selon leurs ressources et leurs traditions familiales, une formation leur permettant soit de perpétuer soit d’apprendre des métiers relativement lucratifs46 ; si des pères plaçaient leurs fils dans les écoles de rhétorique, c’est qu’ils espéraient pour eux un avenir brillant, au moins de conseiller municipal, au mieux de professeur réputé ou de gouverneur de province47 ; si des jeunes se plaçaient auprès de maîtres de philosophie, c’était souvent dans l’espoir de le devenir eux-mêmes et d’acquérir cette notabilité des titulaires des grandes chaires à Rome, Athènes ou Alexandrie48. Il n’était pas rare d’ailleurs que l’un des disciples fût choisi par le maître pour lui succéder49.

26En somme, quel que soit le degré de l’échelle sociale où on se situait, cette pression sociale sur les institutions scolaires comme sur l’apprentissage témoigne d’une professionnalisation grandissante des corps de métiers ayant conscience de leur valeur, de leur utilité sociale, au point de chercher à se donner des règles pour mieux se distinguer des autres professionnels et éliminer de leur rang les membres suspects.

27Tout cela, Lucien de Samosate et ses collègues rhéteurs l’avaient bien saisi et ils nous l’ont transmis dans leurs œuvres aux tons divers, selon leur sensibilité et le genre littéraire qu’ils avaient décidé d’adopter. Leur témoignage, croisé à celui des papyrus, des inscriptions et des textes juridiques contemporains, permet de reconstituer l’histoire passionnante des disciplines libérales et de leurs professeurs, des rapports entre maître et élève, ainsi que de la place de ces disciplines dans la société du temps

Haut de page

Notes

1 Je tiens ici à remercier vivement C. Saliou et C. Bry qui ont eu la gentillesse de relire mon texte et de discuter avec moi des passages du Discours 43 de Libanios. Ces échanges très stimulants m’ont permis d’améliorer ma lecture de ce texte difficile, quoique, sur certains points, nous différions encore. Que les relecteurs anonymes soient aussi grandement remerciés pour leur partage généreux de références concernant les rémunérations et la « micro-société » des philosophes. Sauf mention contraire, les traductions sont celles de l’auteure.

Après les mesures césariennes et augustéennes à l’égard de ces professionnels, les juristes impériaux reviennent à plusieurs reprises sur les immunités concédées à partir des Flaviens aux représentants les plus éminents de ces métiers, essentiellement ceux qui exerçaient un enseignement public sur chaire municipale ou impériale : Digeste 27, 1, 6, 1-11 (Ulpien, Gaius et Paul : exemption des tutelles) ; Digeste 50, 13, 1, dont est extraite la citation ci-dessus (Ulpien ; jugement des gouverneurs concernant leurs revendications salariales). Cf. également Code théodosien XIII, 3, 1 (321/324).

2 Voir G. Coppola, Cultura e potere. Il lavoro intellettuale nel mondo romano, Milan, Giuffrè, 1994, p. 29-126 et 211-244, ainsi que I. Hadot, Arts libéraux et philosophie dans la pensée antique, Paris, Études augustiniennes, 2005, passim et particulièrement p. 24-61 ; 215-238 ; 411-429, où les auteures démontrent la professionnalisation dès l’époque hellénistique de la plupart des disciplines intellectuelles. Pour la question de la professionnalisation des professeurs de lettres et de rhétorique, voir R. A. Kaster, Guardians of Language. The Grammarian and Society in Late Antiquity, Berkeley, University of California Press, 1988, p. 32-35 et 50-95 (en particulier, p. 33-35 : « his expertise was conceptually distinct, with a cultural tradition of its own — embodied, for example, in the technical handbook (ars, τέχνη), which is his most characteristic document. The grammarian was at home in the structurally differentiated institution of his school (…) his expertise gave the grammarian a sense of autonomy and authority »), et pour la rémunération des professeurs de lettres, p. 114-123. Pour la profession médicale, voir M. Hirt Raj, Médecins et malades de l’Égypte romaine. Étude socio-légale de la profession médicale et de ses praticiens du Ier au IVe siècle ap. J.-C., Leyde, Brill, 2006, p. 25-101.

3 Sur les termes de μαθητής et de διδάσκαλος, voir, pour l’œuvre de Libanios, P. Petit, Les Étudiants de Libanius. Un professeur de faculté et ses élèves au Bas-Empire, Paris, Nouvelles éditions latines, 1957, p. 18-19 et 22-23. Voir surtout pour notre propos R. Cribiore, Gymnastics of the Mind. Greek Education in Hellenistic and Roman Egypt, Princeton, Princeton University Press, 2001, p. 51 : « The general designation didaskalos, “ teacher ”, is particularly vague, since it also applied to those individuals who took young apprentices into their service (…) the bare term didaskalos applied to a male teacher is ambiguous : since it can refer to teachers at various stages, each occurrence needs to be evaluated carefully ». Enfin, pour les maîtres des métiers comme les professeurs, voir N. Tran, Dominus tabernae. Le Statut de travail des artisans et des commerçants de l’Occident romain, Rome, École française de Rome, 2013, p. 147-185.

4 Voir J. Hahn, Der Philosoph und die Gesellschaft. Selbstverständis, öffentliches Auftreten und populäre Erwartungen in der hohen Kaiserzeit, Stuttgart, Steiner, 1989, en particulier p. 100-108, qui discute la place, juridique et sociale, des philosophes au sein de la société impériale. Cette place singulière remonte à loin : dans les débats opposant à l’époque classique philosophes et sophistes, la non-rémunération de l’enseignement était pour le philosophe un marqueur d’identité. Cf., à ce sujet, D. L. Blank, « Socratics Versus Sophists on Payment for Teaching », ClAnt 4 (1985), p. 1-49 (sur Socrate préférant choisir ses élèves plutôt qu’être choisi par eux), et C. Pébarthe, « Les Sandales de Socrate. Les sophistes, les philosophes et la pauvreté », in E. Galbois & S. Rougier-Blanc (eds), La Pauvreté en Grèce ancienne. Formes, représentations, enjeux, Bordeaux, Ausonius, 2014, p. 223-236 (en particulier p. 231-236).

5 Digeste 50, 13, 1, 4, extrait du De omnibus tribunalibus, daté entre 214 et 216 selon T. Honoré, Ulpian : Pioneer of Human Rights, Oxford, Oxford University Press, 2002 (1982), p. 185. Au sujet de ce texte, voir J. Hahn, op. cit., p. 105 (qui attribue toutefois le texte de façon erronée à Papinien), I. Hadot, op. cit., p. 222-223, et G. Coppola, op. cit., p. 264-267 : « esprimendo con ciò una sua personale convinzione » sur le fait que les philosophes devaient mépriser l’argent. Cette attitude relativement ironique à l’égard des philosophes, toujours suspectés d’être des faussaires, était, aux IIe-IVe siècles, extrêmement répandue : on retrouve cette ironie dans une constitution d’Antonin le Pieux relative aux privilèges des médecins et professeurs, citée et commentée en grec par le juriste Modestin, élève d’Ulpien (Digeste 27, 1, 6, 7, où les philosophes sont précisément séparés des professeurs exemptés), dans une loi de même esprit des empereurs Valentinien et Valens adressée en janvier 369 au préfet du prétoire Probus (Code théodosien XIII, 3, 7) renvoyant les personnes prétendant être philosophes à leurs devoirs civiques : reddatur unusquisque patriae suae, qui habitum philosophiae indebite et insolenter usurpare cognoscitur, exceptis his, qui a probatissimis adprobati ab hac debent colluuione secerni. Turpe enim est, ut patriae functiones ferre non possit, qui etiam fortunae uim se ferre profitetur (« que chacun de ceux que l’on sait avoir usurpé de façon indue et insolente l’apparence du philosophe rentre dans sa patrie, à l’exception de ceux qui, approuvés par des personnes très estimées, doivent être séparés de cette foule. Il est en effet honteux que celui qui professe de supporter même les coups du sort ne puisse supporter de payer les impôts de sa patrie »), ou encore dans la Relatio V de Symmaque, vantant la modération d’un professeur de philosophie grecque recruté à Rome, Celse, fils d’Archetimos, qui ne réclamait aucun salaire pour ses cours (iuuentuti nostrae magisterium bonarum artium pollicetur, nullum quaestum professionis adfectans, § 2). Symmaque demande alors pour lui l’entrée au sénat et l’immunité des charges. Sur le mépris ancien pour le fait de gagner de l’argent par le travail, voir C. Berrendonner, « Mercennarius dans les sources littéraires », in J. Andreau & V. Chankowski (eds), Vocabulaire et expressions de l’économie dans le monde antique, Bordeaux, Ausonius, 2007, p. 211-231, en particulier p. 219-221, avec examen de la littérature ancienne et moderne sur la question ; A. D. Booth, « The Image of the Professor in Ancient Society », EMC 20 (1976), p. 1-10 (en particulier p. 5-6), et R. A. Kaster, op. cit., p. 55 (pour les grammairiens).

6 Parallèlement à ses attaques contre les Stoïciens ou certains Cyniques, comme Peregrinus, Lucien a aussi écrit des éloges de ses amis platoniciens et surtout du Cynique modéré Démonax. Cf. J. Hall, Lucian’s Satire, New York, Arno Press, 1981, p. 151-193, qui insiste, p. 175-193, sur la longue tradition littéraire de la critique des faux philosophes remontant au moins au IIIe s. a. C. et aux satires de Ménippe et extrêmement développée sous l’Empire ; C. P. Jones, Culture and Society in Lucian, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1986, p. 24-32 ; M. di Branco, La Città dei filosofi. Storia di Atene da Marco Aurelio a Giustiniano, Florence, Olschki, 2006, p. 24-29 (sur les critiques par Lucien des chaires publiques de philosophie à Athènes : dans l’Eunuque, « l’autore scatena la sua vena satirica contro i partecipanti a questo tipo di agoni, dipingendoli come falsi filosofi assetati di ricchezze »).

7 Ce texte est en général daté des années 170 et il décrit les tribulations des Grecs stipendiés dans les grandes maisons romaines (cf., pour une analyse et une datation de ce texte, C. P. Jones, op. cit., p. 78-83 et p. 20-21 : « at some time after publishing the Hirelings Lucian produced a related work, the Self Defense », à la fin des années 170).

8 Dans Hermotimos 13, Lucien, représenté par le personnage au pseudonyme transparent de Lykinos, déclare avoir atteint la quarantaine. Et les spécialistes datent sa naissance des années 120 (cf. J. Hall, op. cit., p. 13-16 ; C. P. Jones, op. cit., p. 8).

9 B. Schouler, « Lucien entre technè et paideia », in A. Billault (ed.), Lucien de Samosate (Actes du colloque de Lyon 30 sept.-1er oct. 1993 organisé par le Centre d’études romaines et gallo-romaines), Lyon, Centre d’études romaines et gallo-romaines, 1994, p. 95-108, montre l’apparent dédain de Lucien pour la technè, apanage du κακοῦργος, et son réel intérêt pour l’art, qui ne mène toutefois à la vérité que transcendé par la paideia. Dans son fameux Songe (6-10), Lucien prétend avoir reçu la visite de Technè et Paideia, qui chacune déployait ses arguments pour attirer le jeune homme.

10 Comme le très important article de L. Robert, « Lucien en son temps », in À travers l’Asie Mineure. Poètes et prosateurs, monnaies grecques, voyageurs et géographie, Paris, de Boccard, 1980, p. 393-436, le livre remarquable de C. P. Jones, op. cit., fait le portrait de Lucien comme celui d’un « observer of his time » et démontre que, malgré sa mimèsis des classiques, l’écrivain pouvait user d’une langue et d’un vocabulaire contemporains (ainsi p. 28 sur les concours athlétiques du temps de Lucien ; p. 74, sur la comparaison entre l’éloge des danseurs par Lucien, La Danse 81, et celui des inscriptions contemporaines honorant ces artistes ; p. 149-159, sur la culture classique de Lucien, très semblable à celle des hommes de son temps).

11 Le corpus des contrats d’apprentissage a été finement étudié par M. Bergamasco, « Le διδασκαλικαί nella ricerca attuale », Aegyptus 75 (1995), p. 95-167 ; depuis se sont ajoutés de nouveaux documents, cf. C. Freu, « Apprendre et exercer un métier dans l’Égypte romaine (Ier-VIe siècles ap. J.-C.) », in N. Tran & N. Monteix (eds), Les Savoirs professionnels des hommes de métier romains, Naples, Centre Jean Bérard, 2011, p. 27-40 (en particulier p. 29 n. 10). On ajoutera encore un nouveau contrat publié récemment, provenant de Théadelphie dans le Fayoum et daté de 128 p. C., cf. C. Eckerman, « Apprenticeship Contract for Carpentry » BASP 48 (2011), p. 47-49 : l’apprentissage concerne un métier non encore répertorié dans ce type documentaire, celui de charpentier (τεκτονικὴ τέχνη), mais les clauses du contrat sont tout à fait ordinaires.

12 Lucien, Hermotimos 81 : ὃς τοὐμοῦ γείτονος Ἐχεκράτους τὴν θυγατέρα συναρπάσας παρθένον οὖσαν διέφθειρε : « il a enlevé la fille de mon voisin Échérate, lui a ravi sa virginité » ; 82 : εἰ δὲ ἢ τὴν μητέρα ἔτυπτεν ἢ παρθένους συνήρπαζε, τί ταῦτα πρὸς ἐμέ; οὐ γὰρ παιδαγωγόν με ἐπεστήσατε αὐτῷ : « il a battu sa mère, il a enlevé des jeunes filles : que m’importe à moi ? Vous ne m’avez pas fait son pédagogue ! ».

13 Cette identification est conforme aux idées que Lucien développe ailleurs, voir J. Hall, op. cit. n. 6, p. 173-175 : « Lucian frequently gives it as his opinion that one can manage very well without philosophy : in the Hermotimus he concludes that one should be content to live the ordinary life of the man-in-the-street (…) and the Convivium demonstrates that the ἰδιώτης is really a better person than the philosopher, for all the latter’s pretensions ».

14 J. Hall, op. cit. n. 6, en particulier p. 171-175 : « philosophy is only of use in so far as it contributes toward the practical conduct of life : in other respects philosophic investigation is a waste of time (Herm. 79 : virtue lies in action, whereas the Stoics — and other sects 85 — concentrate on useless intellectual pursuits) ». Cette représentation que Lucien se fait de la philosophie correspond d’ailleurs à la définition antique — idéale — de la philosophie comme mode de vie et ascèse, cf. P. Hadot, Qu’est ce que la philosophie antique ?, Paris, Gallimard, 1995.

15 Sur ces textes de Lucien, voir G. Coppola, op. cit. n. 2, p. 182-186 ; p. 216 : « sia la forma verbale che quella aggettivale sembrano alludere chiaramente ad un mero accordo informale “ atipico ” », selon le type de la pactio romaine. Certes, les juristes impériaux ont souvent interprété à l’aune du droit romain les contrats grecs, mais on peut par économie éviter de recourir au droit romain pour analyser un texte manifestement ancré dans les pratiques du monde grec.

16 Le droit grec disposait en effet de ses propres contrats dont la nature était bien éloignée des principes des contrats consensuels romains, voir notamment H. J. Wolff, « Consensual Contracts in the Papyri ? », JJP 1 (1946), p. 55-79 ; H. Müller, Untersuchungen zur ΜΙΣΘΩΣΙΣ von Gebäuden im Recht der Gräko-Ägyptischen papyri, Cologne, Heymann, 1985, p. 301-306.

17 Pour l’emploi de ce verbe dans les contrats grecs, voir H.-J. Wolff, « Das Vulgarrechtsproblem und die Papyri », ZSS 91 (1974), p. 54-105, en particulier p. 77-79, et A. Jördens, Vertragliche Regelungen von Arbeiten im späten griechischsprachigen Ägypten (= P. Heid. V), Heidelberg, Winter, 1990, p.152 et n. 40. On ne trouve en revanche pas la formule dans les contrats d’apprentissage, où la convention portait seulement sur la remise de l’enfant au maître.

18 Dans les contrats de travail, on trouve ainsi le verbe ἀποπληρῶ à l’aoriste comme reconnaissance de l’engagement. Par exemple, dans le contrat d’engagement d’un directeur de haras (pour le cursus publicus), P. Oxy. I 140, l. 14-15 (550 p. C.) : ὁμολογῶ … καὶ πάντα τὰ ἀνήκοντα τῇ αὐτῇ χρείᾳ τοῦ στα[βλί]του ἀποπληρῶσαι ἀμέμπτως καὶ ἀόκνως καὶ ἀκαταγνώστως μετὰ πάσης σπουδῆς : « je conviens … d’accomplir tout ce qui touche à la fonction de directeur de haras de façon irréprochable, active et non condamnable et avec tout le zèle possible ». Même formule en P. Oxy. I 136, l. 15 et 33 (583 p. C., contrat d’engagement d’un intendant de domaine, appartenant aux mêmes archives de la famille des Apions) ; P. Oxy. LVIII 3933, l. 14-15 (588 p. C., contrat d’engagement d’un employé de la corporation des orfèvres d’Oxyrhynchos) ; P. Oxy. XVI 1894, l. 12-13 (573 p. C.) ; P. Med. I 48 (VIe siècle ?, contrat de travail dans une parfumerie) ; formule différente en CPR XVIIA 19 (= SP I 22 = SPP XX 78, engagement d’un musicien sur un domaine agricole en décembre 321 p. C.) ἀποπλ̣η̣ρώσω τὰ̣ γ̣ε̣γ̣ραμμένα ὡς πρόκειται ; P. Strasb. I 40, l. 52 (Antinoopolis, 569 p. C.).

19 BGU IV 1122, l. 22 (13 a. C.) : ἐπὶ δὲ τοῦ σ̣υ̣ν̣πληρω(θῆναι) τ̣ο̣ῦ̣τ̣ο̣ν : « à l’achèvement de leur travail … ».

20 Lucien, Hermotimos 82 : ὄψει τε ὅπως ἐρωτᾷ καὶ πῶς ἀποκρίνεται καὶ ὅσα μεμάθηκε καὶ ὅσα ἤδη ἀνέγνωκε βιβλία περὶ ἀξιωμάτων, περὶ συλλογισμῶν, περὶ καταλήψεως, περὶ καθηκόντων καὶ ἄλλα ποικίλα : « tu verras comment [le jeune homme] interroge, comment il répond, tout ce qu’il a appris, tous les livres qu’il a lus jusqu’ici sur les axiomes, sur les syllogismes, sur la compréhension, sur ses devoirs et mille autres objets ». Sur les programmes, à l’époque impériale et tardive, de l’enseignement de la philosophie et sur leur diversité selon chaque école et selon la durée des études, voir I. Hadot, op. cit. n. 2, en particulier p. 415-429, qui ajoute : « au début de l’époque impériale, dans toutes les écoles philosophiques, l’enseignement théorique a pris de plus en plus la forme d’une explication des textes des fondateurs des écoles : Platon, Aristote, Épicure et Chrysippe (…) maîtres et disciples lisaient ensemble un passage de texte et le maître le commentait ensuite » (p. 422-423).

21 P. Wisc. 4 (Oxyrhynchos, 53 p. C.) ; P. Tebt. 385 (Tebtynis, 117 p. C.). À ces deux papyrus, on peut ajouter le P. Fouad I, 37, le P. Oxy. II, 322, l. 18-19 réédité par M. V. Biscottini au n° 14 (καθ[ὼς καὶ αὐ]τὸς ἐπ[ίσταται]), le P. Oxy. XLI, 2971 venant d’Oxyrhynchos et daté de 66 p. C. (ἐκδιδάξει τοῦτον καθὼς ἐπίσταται, « il lui apprendra ce qu’il sait ») ; enfin, si le papyrus n’était pas très mutilé, on aurait aussi, sans aucun doute, cette formule en PSI 1132 (Talei, 61 p. C.), où commence à la ligne 9 la phrase suivante : ὥστε μαθεῖν αὐτὸν τὴν [… .

22 Voir C. Freu, op. cit. n. 11, p. 34.

23 Certes, les contrats courts, d’une durée inférieure au mois, comme l’étaient ceux des moissonneurs ou des artistes (voir désormais le corpus rassemblé en Pap. Lup. XI) prévoyaient des rémunérations à la journée. Mais beaucoup des salaires pour des embauches plus longues étaient mensualisés comme l’a montré l’important article d’H. Cuvigny, « The Amount of Wages Paid to the Quarry-workers at Mons Claudianus », JRS 86 (1996), p. 139-145, en particulier p. 140-141 concernant les ouvriers des carrières. Pour les contrats commençant en début de mois et se terminant de fait à la fin du même mois de l’année ou des années suivantes, voir par exemple le cas des μισθώσεις τῶνργων, contrats d’embauche pour des travaux annuels sur les vignobles qui commencent souvent, quand on a la précision, le 1er de Ἁθύρ, c’est-à-dire le 29 août, début de la saison viticole (P. Oxy. XIV 1692, l. 4, daté de 188 p. C. : ἀπὸ νεομηνίας Ἁθύρ ; P. Oxy. XLVII 3354, l. 5, de 257 p. C. : ἀπὸ α τοῦ ̣ν̣τ̣ο̣ς̣ μ̣ηνὸς̣ Ἁθύρ̣ ; P. Oxy. XIV 1631, l. 5, de 280 p. C. ; PSI XIII 1338, l. 4-5, de 299 p. C. ; SB XXII 15769, de 311 p. C.).

24 On possède ainsi, daté de la fin du IVe siècle (juin 391) et provenant d’Hermoupolis Magna, un compte de paiements salariaux en nature : P. Ross. Georg. V 60 verso, l. 1 : λόγου ὀψωνίου ʼϛμινου (l. (ἑξα)μήνου), où un grammairien (l. 12 γραμματικός) reçoit, aux côtés d’autres employés permanents d’une grande maison de la ville (un médecin, un vétérinaire, un ânier, un portier, un teinturier, etc.), un ὀψωνίον en artabes de blé (le salaire des employés permanents) pour six mois. Le γραμματικός a reçu vingt artabes de blé, deux fois plus que le médecin et il était courant que l’ouvrier reçoive pour sa part une artabe mensuelle comme partie du salaire. Cf. encore P. Oxy. XXIV 2421, provenant d’Oxyrhynchos et daté lui aussi du IVe siècle, où un médecin et un grammairien sont payés en blé et orge aux côtés d’autres professionnels pour une période de temps non mentionnée (le contexte est ici peut-être public).

25 Un des documents les plus précis pour l’époque romaine est un dossier papyrologique édité par P. J. Parsons, « Petitions and a Letter : The Grammarian’s Complaint », in A. E. Hanson (ed.), Texts Published in Honor of H. C. Youtie, II (n°66-126), Bonn, Habelt, 1976 (= P. Coll. Youtie 66 = P. Oxy. XLVII 3366), notamment texte B, l. 32, où le professeur pétitionnaire évoque un contrat — συγχώρησις — qu’aurait obtenu son prédécesseur lors de la concession du jardin en remplacement d’une part de salaire et qu’il joint à sa plainte pour demander la même faveur : « et je t’ai envoyé la pétition et le contrat », τ(ὴν) αἴτησι[ν] κ̣α̣̣ τ̣(ὴν) σ(υγ)χώρ[ησίν] σ̣οι ἀπέστειλα. Pour un panorama des écoles publiques de grammaire, rhétorique et philosophie au IIe siècle p. C., voir l’article très nuancé de S. Toulouse, « Les Chaires impériales à Athènes aux IIe et IIIe siècles », in H. Hugonnard-Roche (ed.), L’Enseignement supérieur dans les mondes antiques et médiévaux. Aspects institutionnels, juridiques et pédagogiques, Paris, Vrin, 2008, p. 127-174 (en particulier, p. 130-133, où l’auteur discute la nature de l’école de Côme financée sur fonds privés et créée par une initiative de Pline le Jeune, comme celui-ci le raconte dans sa lettre à Tacite, IV, 13) ; pour les salaires des professeurs de grammaire publics, voir R. A. Kaster, op. cit. n. 2, p. 114-123. L’époque romaine s’inscrivait là pleinement dans la continuité des fondations scolaires hellénistiques (pour les salaires des professeurs de cette époque, voir maintenant É. Perrin-Saminadayar, « À chacun son dû. La rémunération des maîtres dans le monde grec classique et hellénistique », in J.-M. Pailler & P. Payen (eds), Que reste-t-il de l’éducation classique ?, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2004, p. 307-318).

26 Dans sa revue des grammatici d’époque républicaine et impériale, Suétone évoque ainsi des professeurs embauchés sur contrat romain de locatio, où ils s’engageaient précisément à enseigner aux élèves de la maison, voire plus largement, à tous ceux que l’aristocrate voulait éduquer (ainsi Vie des grammairiens III, 5 : pretia uero grammaticorum tanta mercedesque tam magnae, ut constet (...) L. Apuleium ab Aeficio Caluino equite Romano praediuite quadringenis annuis conductum ut Oscae doceret : « quant au prix de vente des grammairiens il était très élevé et leur salaire très important : il est bien établi (...) que L. Apuleius fut engagé quatre cent mille sesterces l’an par le richissime chevalier romain Aeficius Calvinus pour enseigner à Osca », trad. Vacher légèrement modifiée). Nous suivons l’édition de la CUF sur la dernière partie de la phrase du fait des arguments convaincants avancés par M.‑C. Vacher, p. 57-59, pour retenir la leçon du manuscrit G, où est donnée la forme conductum, participe se rapportant alors seulement à L. Apuleius, qui aurait été embauché pour enseigner la grammaire en Espagne, dans la région tenue par le rebelle Sertorius. Sur les philosophes embauchés dans les grandes maisons, voir Lucien, Sur ceux qui sont aux gages des grands, décrivant la situation romaine. Et voir, sur tout ceci, G. Coppola, op. cit. n. 2, p. 182-186.

27 R. Cribiore, op. cit. n. 3, p. 104-105 : « the lack of centralized education, the precarious organization of schooling, the common reliance on individuals privately hired who generally put their own interests before those of their pupils (…) so that word of mouth spread by other parents, general reputation, and recommendations that were not always disinterested dictated the hiring of an instructor ».

28 On possède ainsi trois διδασκαλικαί d’époque impériale concernant un flûtiste (BGU IV 1125) et deux sténographes (P. Oxy. IV 724 et P. Oxy. XLI 2988), ainsi qu’un contrat d’époque hellénistique d’apprentissage de la médecine (P. Heid. III 226, 215/213 de notre ère ; cf. M. Hirt Raj, op. cit. n. 2, p. 32-37, qui cite également O. Bodl. II 1987, lettre de réception d’un enfant pour apprendre l’art médical). Dans leur formulaire, les contrats d’artistes et de sténographes se distinguent d’ailleurs des contrats d’artisans contemporains par le fait que le maître artiste ou sténographe recevait bien un salaire pour son enseignement, tandis que l’artisan nourrissait et parfois payait l’apprenti contre son travail (cf. M. Bergamasco, op. cit. n. 11, p. 100-101). Pour l’appréciation du métier de sténographe, notaire, professeur des lettres, que le juriste Ulpien range parmi les professions privilégiées dont les réclamations salariales pouvaient être adressées directement au gouverneur de province, voir Digeste 50, 13, 1, 6 : ludi quoque litterarii magistris licet non sint professores, tamen usurpatum est, ut his quoque ius dicatur : iam et librariis et notariis et calculatoribus siue tabulariis : « à l’égard des maîtres d’école, quoiqu’ils ne soient pas professeurs, il est toutefois d’usage que pour eux aussi le droit soit dit [au sujet de leurs réclamations salariales] ; il en est de même pour les copistes de livres, les faiseurs de notes, les arithméticiens et les notaires ».

29 C’est la question soulevée par tout le discours XLIII.

30 R. Cribiore, The School of Libanius in Late Antique Antioch, Princeton, Princeton University Press, 2007, p. 111-117 : « application and admission to Libanius’s school seems to have been relatively simple, (…) yet much advanced preparation was necessary to establish contact » (p. 111).

31 Libanios, Discours XLIII, 9 Foerster : εἰ γένοιτό τι τοσοῦντον ὁπόσον ἄξιον, ἄλλου τòν νέον ἐποίησε. Δυναμένων δὲ τοῦτο τῶν πληγῶν : « on sait trop bien que s’il a infligé une punition proportionnée à la faute, il a fait du garçon l’élève d’un autre. Tel est le résultat des coups ». La traduction est celle d’A.-J. Festugière, Antioche païenne et chrétienne : Libanius, Chrysostome et les moines de Syrie, Paris, de Boccard, 1959, p. 457-466 (p. 462). Cf. aussi la traduction anglaise d’A. F. Norman, Antioch as a Centre of Hellenic Culture as Observed by Libanius, Liverpool, Liverpool University Press, 2000, p. 111-121, qui date le discours entre 386 et 388, quand P. Petit, op. cit. n. 3, p. 81, suit R. Foerster pour le dater de 386. Toutefois, la thèse récemment soutenue de C. Bry, Discours XXXIV, XXXV, XXXVI et XLIII de Libanios : édition, traduction et commentaire (diss. Ephe, 2016), revient sur cette datation et avance une date bien plus précoce, 361 — je remercie l’auteure de m’avoir communiqué ses conclusions et d’avoir discuté avec moi certains points du Discours XLIII.

32 Cf. Augustin, Confessions V, 12, 22. Le rhéteur du IVe siècle Himérios, Discours XXXIV, évoque simplement le fait d’aller d’un maître à l’autre, sans parler des conséquences que cela pouvait avoir. Pour une analyse récente du phénomène, voir R. Goulet, Introduction à Eunape de Sardes, Vies de philosophes et de sophistes, Paris, Les Belles Lettres, 2014, I, p. 150-157.

33 Cf. P. Petit, op. cit. n. 3, p. 47 et notes 16-17. Un autre témoignage contemporain, celui du poète alexandrin Palladas, dont certaines épigrammes sont conservées dans l’Anthologie palatine, atteste d’un paiement à la fin des onze mois d’année scolaire dans la classe d’un grammaticus, quand le maître d’école était, selon lui, payé mensuellement (AP IX, 174). Cf. A. Cameron, « Roman School Fees », CR 15 (1965), p. 257-258, qui prend en bonne part le témoignage de Palladas.

34 Libanios, Discours XLIII, 13 : Νῦν δὲνιαυτῶν παριόντων καὶ τῶνρῶν τòν περὶ τοῦ μισθοῦ λόγον εἰς μέσον γουσῶν τότε τὴν ἀχλὺν ἀφαιρεθέντες διορσι τό τε βέλτιον καὶ τò χεῖρον. Kαί φασιν ἀπενεχθῆναι τὴν ἀρχὴν τοῦ δέοντος οκ ἄλλο τι νομίζοντες εὑρηκέναι κάλλιον, ἀλλ’ ὅπως μετ’ εὐπρεπείας γνωμομοῖεν καὶ δοκσινρᾶν τοῦ κρείτονος (…) ἀλλ’ ἔτος, οἶμαι, πάλιν παρὰ τ δευτρ διελθòν καὶ αἱ ὧραι πάλιν καὶ μισθοῦ καιρòς τὴν δόξαν ἐκίνησαν.

35 Libanios, Discours XLIII, 6 : εἰ μισθοῦ τις μνησθείη, τò καὶ τòν χρόνον αὑτῷ τηνάλλως ἀνηλῶσθαι καὶ μηδὲν εἰδέναι καὶ μηδὲνκηκοέναι καὶ βραδέωςφεστάναι καὶ χρῆναι πάλαι τοῦτο πεποιηκέναι καὶ μισθòνμαθίας οὐ νενομίσθαι. Libanios, après 366, consacre tout son discours LXII à la réponse aux reproches de certains concernant son enseignement ; on le critique notamment pour les carrières peu illustres qu’auraient menées par la suite ses élèves (§ 5). Déjà, des reproches — erronés dans l’Antiquité comme de nos jours — sur le manque de professionnalisation des études littéraires ! Cf. P. Petit, op. cit. n. 3, p. 102-104.

36 Libanios, Discours XLIII, 9 : ε τςποστσεις συνθκαιςνλοιμεν κα μξεη τρχειν παρ μν τοτωνςκενους παρ δκενωνς τοτους (…) γντω νοςπας, ὡς δι τνποστσεων ατη ππαυται τρυφ. γντω πατρ, γντω μτηρ, γντω παιδαγωγς. Cf. R. A. Kaster, op. cit. n. 2, p. 120, n. 109, et la thèse de C. Bry, op. cit. n. 31, qui détaille et explique la nature de la συνθκη envisagée par le rhéteur (le pluriel de Libanios étant, selon l’auteure, un faux pluriel).

37 Cf. R. Cribiore, op. cit. n. 3, p. 104-105 : « the absence of appropriate measures to test teachers’ qualifications ».

38 Les trois seuls contrats qui évoquent cet examen se distinguent précisément des autres par une formule d’homologie subjective : P. Fouad I 37 (Oxyrhynchos, 48 p. C.), où le maître déclare : τούτου δὲ πληρωθέντος ἐπιδείξομαι σοὶ αὐτὸν ἐπὶ ὁμοτέχνων τριῶν (« au temps révolu, je te le montrerai devant trois confrères ... »), le texte devenant illisible par la suite. Les ὁμότεχνοι ou ὁμοτεχνίται désignaient souvent dans les papyrus les membres d’associations professionnelles et le témoignage de ce papyrus permet sans doute de compléter le très lacunaire papyrus de Berlin évoquant ce même examen (BGU IV 1125, provenant d’Alexandrie et daté de 13 a. C.). Quoique détériorés aux passages qui nous intéressent, ces papyrus semblent attester la présence de membres d’un collège à l’examen, ce dont témoigne en tout cas à coup sûr le P. Aberd. I 59, où une jeune fille, Evangelia, est mise en apprentissage pour apprendre la broderie (frag. I). Dans le troisième fragment, on lit : αὐτ[ ...] πρό τινων ἐμπείρων πλουμαρίων [ὅπω]ς (?) εὑρεθείη δεδ<ιδ>αγμέ[νη τ]ὴν τέχνην (« celle-ci … devant certains brodeurs d’expérience afin qu’on reconnaisse après examen qu’elle a appris le métier ») ; puis il est question d’une τ[ὴν κοιν]ότητα τῶν συν[τ]εχ(νιτῶν) αὐτῆς. Cf. C. Freu, « L’Identité sociale des membres des collèges professionnels égyptiens », in M. Dondin-Payre & N. Tran (eds), Collegia. Le Phénomène associatif dans l’Occident romain, Bordeaux, Ausonius, 2012, p. 229-246, en particulier p. 234 (n. 34).

39 Voir l’introduction de W. Scheidel, I. Morris & R. Saller, au collectif qu’ils ont édité, The Cambridge Economic History of the Graeco-Roman World, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 1-12, pour une approche synthétique des enjeux et débats de l’historiographie et de la recherche actuelle en économie antique.

40 On a longtemps sous-estimé l’encadrement associatif dans l’apprentissage et pensé que lorsqu’il existait, il était seulement honorifique : ainsi I. F. Fikhman, « Sur quelques aspects socio-économiques de l’activité des corporations professionnelles de l’Égypte byzantine », ZPE 104 (1994), p. 19-40, repris dans I. F. Fikhman, Wirtschaft und Gesellschaft im spätantiken Ägypten. Kleine Schriften, Stuttgart, Steiner, 2006, p. 302-323, en particulier p. 309-311, refuse de croire à un encadrement collégial et C. Zimmermann, Handwerkervereine im griechischen Osten des Imperium Romanum, Mainz, Römisch-germanisches Zentralmuseum, 2002, p. 54 et p. 194, le minore. Les réflexions historiographiques récentes reviennent sur cette vision des choses (sans parler toutefois de ce point particulier) : ainsi K. Verboven, « Introduction. Professional Collegia : Guilds or Social Clubs ? », AncSoc 41 (2011), p. 187-195, en particulier p. 191-193, et M. Gibbs, « Trade Associations in Roman Egypt : their raison d’être », AncSoc 41 (2011), p. 291-315.

41 Libanios, Discours XLIII, 16 : Πρòς δὲ τοῦτοις ἐξετάζεσθαι μὲν ἄξιον ὑπò τν πατέρων τοὺς υἱεῖς τν μὲν παρόντων, τν δὲπόντων, ἢ κρίνειν αὐτν δυναμένωντοῖς κρίνεινπισταμένοις χρωμένων. (…) ὁρωμένης δέ τινος ἐν τοῖς νέοις τῶν ἐφεστώτων ῥᾳθυμας ἐξέστω μέμφεσθαι, κατηγορεῖν, ἐγκαλεῖν, αἰτιᾶσθαι, καὶ καθιζέτω μέν, εἰ βούλοιτο, δικαστὰςπόσουςνθέλῃ τῶνξωθέν τινας τοῖς διδάσκουσινναμιγνὺς, γραφέσθω δὲ τòνμεληκότα παραστησάμενος τòν νέον.

42 R. Cribiore, op. cit. n. 30, p. 84-88, sur l’examen (dokimasia) qui attendait les jeunes à la sortie de leurs études. L’auteure note que cet examen « has so far escaped scholarly attention in spite of its great significance in assessing the societal value of the acquisition of paideia ». Elle souligne également que l’éducation d’un jeune était une préoccupation dépassant le seul cercle familial : tous les notables éduqués (pepaideumenoi) de la cité d’origine se sentaient concernés : « but, upon returning, a youth had to earn his city’s approval and render an account of what he had received ».

43 Sur les recrutements des grammairiens et rhéteurs publics par les conseils des cités, voir le rescrit de Gordien III (CI X, 53, 2) : grammaticos seu oratores decreto ordinis probatos (…) ab eodem ordine reprobari incognitum non est ; la fameuse loi de Julien, Code théodosien XIII, 3, 5 (362 p. C.) : magistros studiorum doctoresque excellere oportet moribus primum, deinde facundia. Sed quia singulis ciuitatibus adesse ipse non possum, iubeo, quisque docere uult, non repente nec temere prosiliat ad hoc munus, sed iudicio ordinis probatus decretum curialium mereatur optimorum conspirante consensu : « il convient que maîtres des études et professeurs excellent d’abord par leurs mœurs, ensuite par leur éloquence. Mais, comme je ne peux être présent dans chaque cité, j’ordonne que quiconque veut enseigner ne parvienne pas à cette charge soudainement ou par hasard, mais qu’approuvé par jugement du conseil, il reçoive, après accord consensuel des meilleurs, un décret des décurions » ; voir encore Code théodosien XIII, 3, 7 (loi de Valentinien et Valens de 369). R. A. Kaster, op. cit. n. 2, p. 34-35, estime de ce fait que, malgré la professionnalisation du métier d’enseignant, le professeur antique n’avait pas de « specialized training comparable to modern professional education » ; ainsi « the grammairian was permanently linked to a tradition-minded, aristocratic amateurism, with consequences difficult to overstate ». Voir encore le point de vue de K. Vössing, « L’État et l’école dans l’Antiquité tardive », in J.-M. Pailler & P. Payen (eds), op. cit., n. 25, p. 281-295, qui récuse toute « politique scolaire » de l’État romain : « il n’existait pas de reconnaissance étatique du curriculum, des diplômes, des examens » (p. 286). Tout cela est vrai, mais cela n’empêchait pas certains de critiquer l’amateurisme des recrutements professoraux ; e. g. Pline le Jeune, Lettres IV, 13 : « j’offrirais même le tout, si je ne craignais que plus tôt ou plus tard des choix de complaisance ne vinssent gâter cette fondation, comme je le vois arriver en beaucoup d’endroits où les maîtres sont choisis par la ville » (trad. Guillemin), et l’interprétation qu’en fait S. Toulouse, op. cit. n. 25, p. 130-132 : « Pline stipule une règle de nomination des maîtres qui vise à recruter les meilleurs et à éviter le népotisme local ».

44 On note une différence remarquable entre les textes concernant le recrutement des professeurs de lettres et ceux traitant du recrutement des médecins : la peritia artis (compétences disciplinaires et expérience professionnelle) est exigée des médecins publics aux côtés des mores. Ainsi chez Ulpien (Digeste 50, 9, 1), mais encore plus dans la loi de 370 de Valentinien et Valens, concernant les médecins de la Ville de Rome (Code théodosien XIII, 3, 9), qui évoque un examen véritablement professionnel : si qui in archiatri defuncti est locum promotionis meritis adgregandus, non ante eorum particeps fiat, quam primis qui in ordine repperientur septem uel eo amplius iudicantibus idoneus adprobetur : « si une personne doit prendre la place d’un médecin-chef qui vient de décéder, qu’il ne devienne pas membre de ce corps avant qu’il ne soit jugé apte par sept juges (ou davantage), les premiers de leur ordre ».

45 R. A. Kaster, op. cit. n. 2, p. 50-70, malgré ses remarques sur l’amateurisme des recrutements, décrit aussi la professionnalisation grandissante du groupe des grammairiens, du moment précisément que leur est reconnue au début de l’Empire une fonction importante dans la formation de la jeunesse (« as the profession’s differentiation fostered and was reinforced by the development of a specialized skill »).

46 Sur une appréciation positive des bénéfices sociaux et économiques de l’apprentissage, voir C. Freu « Disciplina, patrocinium, nomen : The Benefits of Apprenticeship in the Roman World », in M. Flohr & A. Wilson (eds), Urban Craftsmen and Traders in the Roman World, Oxford, Oxford University Press, 2016, p. 183-199.

47 Cf. Libanios, Discours LXII, 5, en particulier p. 348 Foerster. Voir les belles pages de P. Petit, op. cit. n. 3, p. 80-84 et p. 102-104, où il décrit les professeurs comme « aiguillonnés par la nécessité d’assurer à leurs disciples de brillants débouchés ».

48 Pour une histoire sociale de l’école philosophique et sophistique athénienne à l’époque tardive, voir M. di Branco, op. cit. n. 6, et, plus généralement, A. P. Urbano, The Philosophical Life. Biography and the Crafting of Intellectual Identity in Late Antiquity, Washington, Catholic University of America Press, 2013, p. 11-14, et p. 228-244, qui remarque, p. 240, que « the bonds of philosophical kinship (…) are sometimes accentuated by ties of familial relationships », ce qu’avaient aussi vu R. Goulet, « La Micro-société des intellectuels païens d’Eunape », dans son Introduction à Eunape de Sardes, op. cit. n. 32, p. 126-143 (même s’il souligne, comme A. Urbano, le caractère reconstruit et en partie fictif des successions d’intellectuels), et B. Puech, « Transmission de pouvoir et transmission de valeurs : les dynasties d’intellectuels en Orient du IIIe au Ve siècle », in C. Badel & C. Settipani (eds), Les Stratégies familiales dans l’Antiquité tardive (IIIe–VIe siècle), Paris, de Boccard, 2012, p. 301-320, qui décrit les disciples ou fils spirituels « intégrés à la famille naturelle du maître » par mariage ou adoption pour recevoir la transmission du pouvoir de chef d’école.

49 R. Goulet, op. cit., p. 150-157, a parfaitement décrit cette recherche de la « première place » (philoprôteia) parmi les élèves, en vue de leur carrière future : « dès l’école, le problème le plus épineux (…) est de se faire reconnaître comme l’élève numéro un du maître » (p. 153), ce qui pouvait parfois même déboucher sur des compétitions maître / élève.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christel Freu, « Lucien à la lumière des papyrus : un philosophe en apprentissage dans l’Hermotimos 80-82 », Cahiers des études anciennes, LIV | 2017, 11-38.

Référence électronique

Christel Freu, « Lucien à la lumière des papyrus : un philosophe en apprentissage dans l’Hermotimos 80-82 », Cahiers des études anciennes [En ligne], LIV | 2017, mis en ligne le 28 mai 2017, consulté le 23 août 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/947

Haut de page

Auteur

Christel Freu

Université Laval, Québec

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org