Navigation – Plan du site

Notes manuscrites de Paul Maas au sujet de la déesse Mélinoé (Hymne orphique 71)

Anne-France Morand
p. 59-68

Entrées d’index

Index de mots-clés :

philologie, Orphée, Maas, Mélinoé
Haut de page

Texte intégral

Pour Paul-Hubert Poirier, un collègue avec lequel il est plaisant, passionnant et amusant de collaborer. En souvenir, du cours donné ensemble sur Nonnos.

  • 1 J’aimerais chaleureusement remercier Carola Della Porta, directrice de la Biblioteca di Scienze del (...)

1Ce texte a deux visées : tout d’abord celle de donner quelques éléments sur un aspect peu documenté de la carrière du grand savant que fut Paul Maas, puis celle de discuter de notes inédites qui figurent dans un de ses livres, déposé à la bibliothèque de philologie et des sciences de l’Antiquité de l’Université de Milan1. Les annotations de P. Maas apportent des solutions nouvelles à certaines difficultés textuelles des Hymnes orphiques. Il est de plus particulièrement stimulant de suivre, au fil du texte, les problèmes que relève le grand savant. Les annotations à l’hymne à Mélinoé illustrent bien les réactions de P. Maas au texte édité par W. Quandt.

  • 2 H. Lloyd-Jones, « Memories of Paul Maas », Greek in a Cold Climate, Londres, Duckworth, 1991, p. 21 (...)
  • 3 H. Lloyd-Jones, « Paul Maas », Gnomon 37 (1965), p. 219.
  • 4 Ibid., p. 219-220. Les lois allemandes sur la « restauration » de la fonction publique datent du 7 (...)
  • 5 P. Maas, Textkritik, Leipzig, Teubner, 1950 : préface de la seconde édition allemande ; traduction (...)
  • 6 Au point de lui en attribuer le seul mérite. W. Quandt, Orphei Hymni, Berlin, Weidmann, 19552, p. 1 (...)
  • 7 Berlin, Universitätsbibliothek der Technischen Universität Berlin, Abt. Publikationen, 1987. Cf. p. (...)

2Dans la préface à la deuxième édition de ses Hymnes orphiques, Wilhelm Quandt exprime sa dette envers Paul Maas pour ce qui concerne l’édition des Hymnes. Il explique aussi son silence sur ce point dans la première édition parue en 1941. Paul Maas (1880-1964) avait servi du côté allemand pendant la Première Guerre mondiale dans une mission médicale à Istanbul2. Par la suite, brillant élève et ami d’Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff, il fut nommé professeur extraordinaire à Berlin en 1920, puis ordinaire en 1930 à Königsberg3. Il fut dépouillé de ce poste en 1934 à la suite des lois nazies qui empêchaient les Juifs d’exercer des fonctions publiques4. Paul Maas resta néanmoins en Allemagne. Pendant cette période, selon la préface de Textkritik, le savant collabora « de 1936 à 1938 à la préparation de l’édition critique des Hymnes orphiques de W. Quandt »5. Pour des raisons évidentes Wilhelm Quandt ne parla pas de cette collaboration dans l’édition de 1941. Il expliqua en revanche son silence et sa dette dans la préface de la deuxième édition6. Le récit de l’incarcération du savant en 1938, de son départ précipité pour Hambourg, chez Bruno Snell, et du rôle que ce dernier joua dans le départ de Paul Maas pour Oxford, à la veille de la Deuxième Guerre mondiale, le 26 août 1939, est bien documenté dans le livre d’Eckart Mensching, Über einen verfolgten deutschen Altphilologen : Paul Maas 1880–19647. Tout comme la carrière oxonienne du grand philologue, ces aspects sortent largement du cadre de cet article.

  • 8 H. Oppermann, « Wilhelm Quandt », Das Johanneum 27-30 (N. F.) (1957), p. 60-61.
  • 9 U. von Wilamowitz-Moellendorff, Selected Correspondence 1869-1931, texte établi par W. M. Calder II (...)

3Wilhelm Quandt (1888-1957), qui enseigna dans divers gymnases8, était un peu plus jeune que Paul Maas. Il était un élève d’Otto Kern (1863-1942), lui-même également étudiant de Wilamowitz qui le surnommait d’ailleurs « der Orphiker »9. Pour ce qui est de l’édition des Hymnes orphiques, P. Maas a sans aucun doute joué un rôle fondamental dans la construction du stemma, la lecture des manuscrits, l’apparat critique et l’édition du texte. Il est pourtant difficile, du moins à ce stade de la recherche, de quantifier la part de travail effectuée par le grand savant. Ses notes personnelles sont fascinantes à cause des conjectures et des problèmes qu’elles soulèvent comme l’étude d’un cas précis l’illustrera.

4L’hymne dédié à Mélinoé concerne une divinité chtonienne, aussi obscure qu’inquiétante. La première édition de W. Quandt livre le texte suivant :

71 Μηλινόης, θυμίαμα ἀρώματα.

Μηλινόην καλέω, νύμφην χθονίαν, κροκόπεπλον,

ἣν παρὰ Κωκυτοῦ προχοαῖς ἐλοχεύσατο σεμνὴ

Φερσεφόνη λέκτροις ἱεροῖς Ζηνὸς Κρονίοιο,

ἧι ψευσθεὶς Πλούτων’ ἐμίγη δολίαις ἀπάταισι,

θυμῶι Φερσεφόνης δὲ δισώματον ἔσπασε χροιήν,

ἣ θνητοὺς μαίνει φαντάσμασιν ἠερίοισιν,

ἀλλοκότοις ἰδέαις μορφῆς τύπον ἐκπροφαίνουσα,

ἄλλοτε μὲν προφανής, ποτὲ δὲ σκοτόεσσα, νυχαυγής,

ἀνταίαις ἐφόδοισι κατὰ ζοφοειδέα νύκτα.

ἀλλά, θεά, λίτομαί σε, καταχθονίων βασίλεια,

ψυχῆς ἐκπέμπειν οἶστρον ἐπὶ τέρματα γαίης,

εὐμενὲς εὐίερον μύσταις φαίνουσα πρόσωπον.

71 à Mélinoé, fumigations d’aromates.

J’invoque Mélinoé, la jeune fille chtonienne, au voile safrané,

Elle que près des bouches du Cocyte enfanta la vénérable

Perséphone, dans une sainte union avec Zeus, fils de Cronos.

  • 10 Le ἧι peut désigner aussi bien Mélinoé que Perséphone. Cf. G. Ricciardelli, Inni orfici, Milan, Mon (...)
  • 11 A. N. Athanassakis, The Orphic Hymn. Text, Translation and Notes, Missoula, Scholars Press, 1977, p (...)

Elle avec qui10, ayant menti à Pluton11, il s’unit par une ruse trompeuse

Et de colère déchira le corps double de Perséphone.

Elle qui affole les mortels par ses brumeuses apparitions,

Révélant le semblant de sa forme sous des aspects étranges,

Tantôt visible, tantôt obscure, éclat dans la nuit,

Par des attaques hostiles dans la nuit sombre.

Mais déesse, je t’en supplie, reine du monde souterrain,

Chasse la folie de l’âme aux confins de la terre,

  • 12 Traduction Hervé Genoud et Anne-France Morand.

Et montre aux mystes un visage bienveillant et saint12.

  • 13 Cf. G. Ricciardelli, op. cit., p. 494-499 ; A.-F. Morand, Études sur les Hymnes orphiques, Leyde, B (...)
  • 14 Io est un exclamatif marquant l’invocation. Ce texte comporte l’unique mention de Mélinoé autre que (...)

5Le quatrième vers pose un problème à cause du verbe ψευσθείς qui est au passif. Le vers suivant est également énigmatique. Faut-il le comprendre comme « Et de colère déchira le corps double de Perséphone » ou comme « Et de colère rendit le corps de Perséphone double »13 ? Ce passage est d’autant plus difficile que ces textes sont allusifs et que nous ne connaissons pas le mythe qui est en arrière-plan. Le nom de Mélinoé apparaît certes sur une table magique qui comporte les mots ἰὼ Περσεφόνη, ἰὼ Μηλινόη, ἰὼ Λευκορρυηνή, « Io14 Perséphone, Io Mélinoé, Io Leuko(ph)ryéné », sous les pieds d’une figure désignée comme Phoibié (cf. figure 1).

6L’image d’un des angles de la table révèle une déesse munie d’une clef et d’une torche. Les mots ΦΟΙΒΙΗ et ΑΜΙΒΟΥΣΑ s’inscrivent dans le prolongement de la divinité, tandis que les noms Perséphone, Mélinoé et Leuko(ph)ryéné se trouvent parmi des paroles magiques.

Figure 1 : R. Wünsch, Antikes Zaubergerät aus Pergamon, Berlin, Reimer, 1905

7Cette table en bronze et triangulaire, datée du IIIe siècle p. C., bien que fascinante du fait des trois divinités figurées, des déesses rapprochées, Perséphone, Mélinoé et (Artémis) Leukophryéné, et de l’usage magique de l’objet, ne nous renseigne en revanche pas sur le mythe évoqué.

  • 15 Les planches des figures 2 (infra p. 67) et 3 (infra p. 69) sont reproduites avec l’aimable permiss (...)
  • 16 O. Gruppe, Griechische Mythologie und Religionsgeschichte II, Munich, C. H. Beck’sche Verlagsbuchha (...)

8Les notes de Paul Maas sur la première édition de W. Quandt révèlent les problèmes textuels qu’il rencontre et sa réaction par rapport au texte imprimé15. Au-dessus du titre, la note signale que la déesse ne figure pas dans la Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft et dans le livre d’Otto Gruppe (X fehlt RE und Gruppe)16.

9Le soulignement de ψευσθεὶς Πλούτων᾽ indique que ces mots posent problème. Paul Maas développe l’élision en un accusatif (Πλούτων(α)) et ajoute « scr. Πλούτωνα / μίγη », en marge. En dessus, « scr. ψεύσας ? » relève que l’expression ψευσθεὶς Πλούτων᾽ avec ce passif est difficilement compréhensible.

10Dans la marge de droite, les notes manuscrites proposent une interprétation du passage :

? Zeus ver-

kleidet als

Pluton ?

cf. Orph.

Fr. 195

(oben zu 29.10)

aber kann ψευσθείς

das bedeuten ?

  • 17 Cf. OF 195 Kern et OF 281F et 289F Bernabé (avec d’intéressants textes complémentaires).

11« ? Zeus déguisé en Pluton ?, cf. OF 195 (cf. supra sur 29, 10) mais est-ce que ψευσθείς peut signifier cela ? » Les textes réunis dans les fragments orphiques font référence à Perséphone violentée par Zeus (βιάζεσθαι), et enlevée par Pluton. Il y est aussi question de la souillure liée à l’union de Zeus et de Perséphone17. Par ailleurs, dans l’hymne orphique à Perséphone auquel P. Maas se réfère dans la note, κόρη καρποῖσι βρύουσα (29, 10) pourrait être interprété comme signifiant « la jeune fille enceinte de fruits », ou du moins « grosse de fruits ».

12Pour ψευσθείς, les traductions « ayant menti » ou « ayant trompé » ne sont pas possibles car elles ne rendent pas le passif.

Figure 2

  • 18 Je n’ai pas encore vérifié l’ensemble des manuscrits mais par exemple A (Vaticanus 1691 f. 168v) et (...)
  • 19 LSJ s. u. « ψεύδω », en particulier, ψευσθεσα πόσχεσις, Thucydide, III, 66, 3.

13Pour maintenir l’élision, il est nécessaire d’adopter l’actif proposé par P. Maas. Une autre solution consiste à adopter le nominatif Πλούτων qui est la lecture des manuscrits, et qui me semble plus intelligible18. Les Dionysiaques de Nonnos recèlent quelques personnages et dieux sous des apparences trompeuses, souvent avec l’adjectif ψευδήμων : une fausse aurore (ψευδήμονος Ἠοῦς, V, 114) qui se produit le soir ; le corps d’une fausse Ino (ψευδήμονος Ἰνοῦς, X, 11). Le participe du verbe ψεύδω est également employé : une fausse Perséphone (ψευδομένης … Περσεφονείης, V, 600) qui est le reflet de la déesse dans un miroir ; Héra déguisée en nourrice (Ἥρης ψευδομένης, VIII, 201) et dans plusieurs cas, un faux Zeus, en fait la pierre donnée à manger à Cronos (Ζηνὸς ψευδομένοιο, XII, 49 ; ψευδομένοιο Διὸς, XXV, 559). Je n’ai cependant trouvé chez cet auteur aucun exemple qui était clairement au passif. Même si le passif du verbe peut avoir la signification de « être faux »19, la question de P. Maas « aber kann ψευσθείς das bedeuten ? » reste pertinente.

14À la fin du vers, le savant ajoute une ponctuation avec un point en haut après ἀπάταισι. Il indique ainsi que θυμῶι du vers suivant est à prendre de manière séparée. Cette coupure permet d’interpréter le vers 4 comme un développement du vers précédent concernant Perséphone.

  • 20 Le terme λέκτρον (« lit », « union ») apparaît dans d’autres hymnes, cf. 30, 7 (à Dionysos) ; 41, 7 (...)
  • 21 W. Quandt, « Bemerkungen zu den orphischen Hymnen », Hermes 81 (1953), p. 123.

15Le vers 71, 5, même s’il subsiste un léger doute au sujet de ψευσθείς, serait donc nettement plus compréhensible sous la forme suivante : ἧι ψευσθεὶς Πλούτων ἐμίγη δολίαις ἀπάταισι, « elle à qui, un faux Pluton (Zeus) s’unit par une ruse trompeuse ». Cette solution est la plus proche des manuscrits et s’harmonise avec les diverses formes prises par Zeus. De plus, l’inceste du père et de la fille est un motif récurrent, étroitement lié aux mystères du groupe des Hymnes orphiques20. L’intuition de Paul Maas au sujet d’un Zeus déguisé est bien préférable au texte édité, même si des incertitudes subsistent au sujet de Mélinoé. Il ne semble d’ailleurs pas que Paul Maas et Wilhelm Quandt aient discuté ce passage, puisque la deuxième édition des Orphei Hymni conserve ce vers tel quel. Il demeure que l’édition a largement bénéficié de l’intelligence et de la maîtrise du grec du grand savant. Comme le dit W. Quandt : « Ohne ihn hätte meine Ausgabe niemals die Gestalt erhalten, in der sie jetzt vorliegt »21.

Figure 3 : Le nom de Maas sur la page de garde de ses livres

  • 22 La qualité du texte grec Quandt-Maas est d’ailleurs telle que les éditions subséquentes en sont enc (...)

16Cet exemple lié à un texte particulièrement difficile révèle des leçons inédites de Paul Maas. La publication de l’ensemble des notes relatives aux Hymnes orphiques apportera des éléments utiles pour les éditions futures de ces textes et permettra de mieux apprécier l’influence du savant sur l’édition de W. Quandt22. Il est remarquable que malgré tous les traitements odieux qu’a subis Paul Maas et malgré la dissémination de sa bibliothèque peu de temps après sa mort, des notes inédites subsistent grâce à la Bibliothèque des sciences de l’Antiquité de l’Université de Milan.

Haut de page

Notes

1 J’aimerais chaleureusement remercier Carola Della Porta, directrice de la Biblioteca di Scienze dell’Antichità e Filologia Moderna de m’avoir accordé l’autorisation de travailler sur les deux éditions annotées de Paul Maas (cotes 177/36404 et 016/11754), puis de publier ces notes dans le cadre de cet article. C’est grâce à l’aide de Maurizio Sonnino, Gianfranco Agosti et de Nigel G. Wilson que j’ai pu prendre contact avec Luigi Lehnus, qui a joué un rôle déterminant dans l’acquisition des livres de P. Maas par la bibliothèque. Luigi Lehnus m’a d’ailleurs aidée avec beaucoup de bienveillance à déchiffrer des passages et à élucider certaines questions. Mes remerciements vont également à Martin Voyer pour ses commentaires à la première version de cet article et à Alice Fanguet pour son travail sur les photos. Les commentaires du lecteur anonyme m’ont permis de clarifier certaines formulations et ont apporté des interprétations stimulantes du texte de l’hymne : je lui en suis reconnaissante. Les annotations d’autres livres du savant ont déjà fait l’objet d’articles, cf. R. L. Fowler, « Paul Maas’ Athenaeus », ZPE 172 (2010), p. 55-64, et N. G. Wilson, « Maasiana on Herodotus », ZPE 179 (2011), p. 57-70. Sur la bibliographie, les livres annotés et la correspondance de Paul Maas, cf. L. Lehnus, Incontri con la filologia del passato, Bari, Edizioni Dedalo, 2012, p. 736-792. Je prépare un article sur l’ensemble des notes de Paul Maas dans les deux éditions des Hymnes orphiques.

2 H. Lloyd-Jones, « Memories of Paul Maas », Greek in a Cold Climate, Londres, Duckworth, 1991, p. 211.

3 H. Lloyd-Jones, « Paul Maas », Gnomon 37 (1965), p. 219.

4 Ibid., p. 219-220. Les lois allemandes sur la « restauration » de la fonction publique datent du 7 avril 1933.

5 P. Maas, Textkritik, Leipzig, Teubner, 1950 : préface de la seconde édition allemande ; traduction de l’allemand.

6 Au point de lui en attribuer le seul mérite. W. Quandt, Orphei Hymni, Berlin, Weidmann, 19552, p. 1*. Toute cette question, qui sera développée plus amplement dans l’article sur l’ensemble des notes, est assez complexe.

7 Berlin, Universitätsbibliothek der Technischen Universität Berlin, Abt. Publikationen, 1987. Cf. p. 63, pour son arrestation le 11 novembre 1938 et sa libération ; p. 73, pour le récit de son voyage à Hambourg d’où les navires ne partaient plus et le rôle décisif et salutaire de Bruno Snell qui le convainquit de ne pas retourner à la maison mais de passer la frontière hollandaise pour y trouver un passage vers l’Angleterre. Cf. aussi L. Lehnus, op. cit. n. 1, p. 707-710.

8 H. Oppermann, « Wilhelm Quandt », Das Johanneum 27-30 (N. F.) (1957), p. 60-61.

9 U. von Wilamowitz-Moellendorff, Selected Correspondence 1869-1931, texte établi par W. M. Calder III, Naples, Jovene, 1983, p. 110. L. Lehnus, op. cit. n. 1, p. 594. U. von Wilamowitz-Moellendorff est le premier d’une longue série d’« orphéophobes », cf. Der Glaube der Hellenen, Berlin, Weidmann, 1932, II, p. 192-207.

10 Le ἧι peut désigner aussi bien Mélinoé que Perséphone. Cf. G. Ricciardelli, Inni orfici, Milan, Mondadori, 2012 (2000), p. 496. Le parallélisme entre ἥν (71,2), ἧι, (71,4) et ἥ (71,6) fait songer à Mélinoé et, dans cette hypothèse, à un mythe inconnu. S’il est question de Perséphone, il est possible de rattacher cet hymne à des mythes attestés.

11 A. N. Athanassakis, The Orphic Hymn. Text, Translation and Notes, Missoula, Scholars Press, 1977, p. 93 (cette traduction a été révisée dans A. N. Athassanakis & B. M. Wolkow, The Orphic Hymns. Translation, Introduction and Notes, Baltimore, John Hopkins University Press, 2013). La traduction pourrait également être « ayant trompé Pluton », cf. J. M. Gesner, ΟΡΦΕΩΣ ΑΠΑΝΤΑ, Leipzig, K. Fritsch, 1764, p. 270.

12 Traduction Hervé Genoud et Anne-France Morand.

13 Cf. G. Ricciardelli, op. cit., p. 494-499 ; A.-F. Morand, Études sur les Hymnes orphiques, Leyde, Brill, 2001, p. 181-188, pour une discussion des questions de textes.

14 Io est un exclamatif marquant l’invocation. Ce texte comporte l’unique mention de Mélinoé autre que l’hymne orphique qui lui est dédié.

15 Les planches des figures 2 (infra p. 67) et 3 (infra p. 69) sont reproduites avec l’aimable permission de Carola Della Porta, directrice de la Biblioteca di Scienze dell’Antichità e Filologia Moderna de l’Université de Milan. © Università degli Studi di Milano, Biblioteca di Scienze dell’Antichità e Filologia Moderna.

16 O. Gruppe, Griechische Mythologie und Religionsgeschichte II, Munich, C. H. Beck’sche Verlagsbuchhandlung, 1897-1906. La divinité a finalement trouvé sa place dans la Realencyclopädie en 1978 : H. Bannert, RE suppl. 15, s. u. « Melinoe », p. 133-136.

17 Cf. OF 195 Kern et OF 281F et 289F Bernabé (avec d’intéressants textes complémentaires).

18 Je n’ai pas encore vérifié l’ensemble des manuscrits mais par exemple A (Vaticanus 1691 f. 168v) et j (Laurentianus 70, 35, f. 61v), qui sont d’excellents témoins, ont cette lecture. Πλούτων figure chez J. M. Gesner, op. cit. n. 11, p. 270. Cf. G. Ricciardelli, op. cit. n. 10, ad loc.

19 LSJ s. u. « ψεύδω », en particulier, ψευσθεσα πόσχεσις, Thucydide, III, 66, 3.

20 Le terme λέκτρον (« lit », « union ») apparaît dans d’autres hymnes, cf. 30, 7 (à Dionysos) ; 41, 7 (à Mère Antaia) ; 56, 9 (à Adonis). Il est étroitement lié à Perséphone et à Zeus Chtonios. Les qualificatifs, « pur » (41, 7), « indicible » (30, 7) et « saint » (71, 4) sont un indice du lien entre l’union de Zeus et de Perséphone avec les mystères du groupe.

21 W. Quandt, « Bemerkungen zu den orphischen Hymnen », Hermes 81 (1953), p. 123.

22 La qualité du texte grec Quandt-Maas est d’ailleurs telle que les éditions subséquentes en sont encore largement tributaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-France Morand, « Notes manuscrites de Paul Maas au sujet de la déesse Mélinoé (Hymne orphique 71) », Cahiers des études anciennes, LIV | 2017, 59-68.

Référence électronique

Anne-France Morand, « Notes manuscrites de Paul Maas au sujet de la déesse Mélinoé (Hymne orphique 71) », Cahiers des études anciennes [En ligne], LIV | 2017, mis en ligne le 28 mai 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://etudesanciennes.revues.org/956

Haut de page

Auteur

Anne-France Morand

Université Laval, Québec

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers des études anciennes sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Institut d’études anciennes
  • Logo Université Laval
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Revues.org